UNIVERSITE de CAEN FACULTE de MEDECINE. Année 2010 N THESE POUR L'OBTENTION DU GRADE DE DOCTEUR EN MEDECINE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE de CAEN ------- FACULTE de MEDECINE. Année 2010 N THESE POUR L'OBTENTION DU GRADE DE DOCTEUR EN MEDECINE"

Transcription

1 UNIVERSITE de CAEN FACULTE de MEDECINE Année 2010 N THESE POUR L'OBTENTION DU GRADE DE DOCTEUR EN MEDECINE Présentée et soutenue publiquement le : Par Mlle Anne TRAVERT Née le 20 juillet 1981 à Cherbourg-Octeville (50) TITRE DE LA THESE : Évaluation des connaissances sur leur traitement des patients traités par anti-vitamine K et intérêt de l auto-mesure de l International Normalized Ratio (INR). Président : Monsieur le Professeur Michel LEPORRIER Membres : Monsieur le Professeur Antoine COQUEREL Madame le Docteur Agnès LE QUERREC, Co-Directrice de Thèse Monsieur le Professeur Jacques LUET Thèse Monsieur le Docteur Carlos-César SENTIAS CAÑELLAS, Directeur de

2 UNIVERSITE DE CAEN FACULTE DE MEDECINE Année Universitaire Doyen Professeur J.L. GERARD Assesseurs Professeur D. AGOSTINI Professeur P. DELAMILLIEURE Professeur G. DEFER Secrétaire Générale Madame C. CARRE PROFESSEURS DES UNIVERSITES - PRATICIENS HOSPITALIERS M. AGOSTINI Denis Biophysique M. ALVES Arnaud Chirurgie digestive M. BABIN Emmanuel Oto-Rhino-Laryngologie M. BALEYTE Jean-Marc Pédopsychiatrie M. BENATEAU Hervé Chirurgie maxillo-faciale et stomatologie M. BENSADOUN Henri Urologie M. BOUVARD Gérard Biophysique Mme BRAZO Perrine Psychiatrie d adultes M. BROUARD Jacques Pédiatrie M. BUSTANY Pierre Pharmacologie Mlle CHAPON Françoise Histologie, Embryologie M. CHARBONNEAU Pierre Réanimation médicale Mme CHICHE Laurence Chirurgie digestive Mme EMERY Evelyne Neurochirurgie M. COMPERE Jean-François Chirurgie maxillo-faciale et Stomatologie M. COQUEREL Antoine Pharmacologie M. COURTHEOUX Patrick Radiologie et imagerie médicale M. DAO Manh Thông Hépatologie-Gastro-Entérologie M. DEFER Gilles Neurologie M. DELAMILLIEURE Pascal Psychiatrie d adultes M. DENISE Pierre Physiologie M. DERLON Jean-Michel Neurochirurgie Mme DOLLFUS Sonia Psychiatrie d'adultes M. DREYFUS Michel Gynécologie-Obstétrique M. DU CHEYRON Damien Réanimation médicale M. DUHAMEL Jean-François (en surnombre) Pédiatrie M. FELLAHI Jean-Luc Anesthésiologie et Réanimation médicale M. FREYMUTH François(en surnombre) Bactériologie, Virologie Mme GALATEAU Françoise Anatomie Pathologique M. GERARD Jean-Louis Anesthésiologie et Réanimation chirurgicale M. GROLLIER Gilles Cardiologie M. GUILLOIS Bernard Pédiatrie M. HAMON Martial Cardiologie Mme HAMON Michèle Radiologie et Imagerie médicale M. HANOUZ Jean-Luc Anesthésiologie et Réanimation chirurgicale M. HERLICOVIEZ Michel Gynécologie et Obstétrique M. HERON Jean-François Cancérologie M. HULET Christophe Chirurgie orthopédique et traumatologique M. HURAULT de LIGNY Bruno Néphrologie M. ICARD Philippe Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire Mme JOLY-LOBBEDEZ Florence Cancérologie Mme KOTTLER Marie-Laure Département Génétique et reproduction M. LAUNOY Guy Epidémiologie, Economie de la santé et prévention M. LE COUTOUR Xavier Epidémiologie, Economie de la santé et prévention Mme LE MAUFF Brigitte Immunologie M. LECLERCQ Roland Microbiologie M. LEPORRIER Michel Hématologie et transfusion M. LEROY Dominique Dermatologie-Vénéréologie M. LEROY François Rééducation fonctionnelle

3 M. LETELLIER Philippe (en surnombre) Médecine interne M. LETOURNEUX Marc Médecine du Travail M. MAIZA Dominique Chirurgie vasculaire M. MALLET Jean-François Chirurgie infantile M. MANRIQUE Alain Biophysique et Médecine nucléaire M. MARCELLI Christian Rhumatologie M. MASSETTI Massimo Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire M. MAUREL Jean Chirurgie Générale M. MAZOYER Bernard Radiologie et Imagerie Médicale M. MILLIEZ Paul Cardiologie M. MOREAU Sylvain Anatomie/Oto-Rhino-Laryngologie M. MOURIAUX Frédéric Ophtalmologie M. NORMAND Hervé Physiologie Mme PIQUET Marie-Astrid Nutrition M. RAVASSE Philippe Chirurgie Infantile M. REIMUND Jean-Marie Hépato-Gastroentérologie M. REZNIK Yves Endocrinologie M. ROUPIE Eric Thérapeutique M. ROUSSELOT Pierre (en surnombre) Anatomie Pathologique M. RYCKELYNCK Jean-Philippe Néphrologie M. TROUSSARD Xavier Hématologie Mme VABRET Astrid Bactériologie - Virologie M. VALDAZO André (en surnombre) Oto-Rhino-Laryngologie M. VERDON Renaud Maladies infectieuses M. VIADER Fausto Neurologie M. VIELPEAU Claude (en surnombre) Chirurgie Orthopédique et Traumatologie M. VON THEOBALD Peter Gynécologie et Obstétrique M. ZALCMAN Gérard Pneumologie PROFESSEUR ASSOCIE de Médecine générale Mme SAMUELSON Marianne Médecine Générale (Cherbourg) M. ROBERT Jean-Charles Médecine générale (Villers sur mer) PROFESSEUR DES UNIVERSITES DE MEDECINE GENERALE M.LUET Jacques PRAG Mme LELEU Solveig

4 UNIVERSITE DE CAEN FACULTE DE MEDECINE Année Universitaire MAITRES DE CONFERENCES DES UNIVERSITES-PRATICIENS HOSPITALIERS M. ALLOUCHE Stéphane Biochimie et Biologie Moléculaire Mlle BENHAIM Annie Biologie Cellulaire M. BESNARD Stéphane Physiologie M. BIENVENU Boris Médecine interne M. CATTOIR Vincent Bactériologie-Virologie Mme CLIN-GODARD Bénédicte Médecine et santé au travail M. CONSTANS Jean-Marc Radiologie et Imagerie Médicale - option biologique M. COULBAULT Laurent Biochimie et Biologie moléculaire M. CREVEUIL Christian Informatique Médicale Mme DEBOUT Claire Histologie, embryologie, cytogénétique Mme DEBRUYNE Danièle Pharmacologie fondamentale Mme DENIS Isabelle Biologie du Développement et de la reproduction Mme DERLON Annie Hématologie Mme DUHAMEL Chantal Parasitologie M. ETARD Olivier Physiologie M. GUILLAMO Jean-Sébastien Neurologie Mme GUITTET-BAUD Lydia Epidémiologie, économie de la santé et prévention M. LANDEMORE Gérard Histologie, embryologie, cytogénétique Mme LAROCHE Dominique Biophysique et traitement de l'image Mme LECHAPT ép. ZALCMAN Emmanuèle Cytologie et Histologie Mme LELONG-BOULOUARD Véronique Pharmacologie fondamentale Mme LEPORRIER Nathalie Génétique Mme LEVALLET Guénaëlle Cytologie et Histologie M. MITTRE Hervé Biologie cellulaire M. PARIENTI Jean-Jacques Biostatistiques, Infor. Médicale et Tech. de Communication M. SESBOUE Bruno Physiologie Mme SZERMAN-POISSON Ethel Biologie du Développement et de la Reproduction M. VERGNAUD Michel Bactériologie, Virologie Mme VERNEUIL Laurence Dermatologie Maître de Conférence Associé de Médecine générale Mme AULANIER Sylvie Médecine générale (LE HAVRE)

5 REMERCIEMENTS

6 Je tiens tout d abord à adresser mes remerciements aux membres du jury qui ont accepté d évaluer mon travail. Je remercie le Professeur Michel Leporrier de m avoir fait le grand honneur d accepter d être mon président de jury. Bien qu il sache déjà, je pense, toute l admiration et la gratitude que je lui porte, je le remercie pour son aide précieuse tous domaines confondus, son soutien sans faille et sa patience. Merci d avoir répondu présent à chaque moment, merci de m avoir supportée. Merci de m avoir appris tant de choses. Je lui dois d être là aujourd hui. Il ne m a jamais lâchée et pourtant il avait toutes les raisons de le faire. Il restera à jamais pour moi l exemple et le chemin à suivre. Puisse-t-il m inspirer dans ma pratique quotidienne. Une de ses citations ne me quitte pas : «La médecine est trop proche de l homme pour n être pas incertaine». Merci au Docteur Carlos Sentias de m avoir fait l honneur d être mon directeur de thèse. Je remercie tout particulièrement Madame Agnès Le Querrec pour son aide précieuse, son soutien, son écoute, sa gentillesse et sa disponibilité. Je remercie également le Professeur Antoine Coquerel pour sa disponibilité, son écoute, son enthousiasme et son humanité. Je remercie le Docteur Jacques Luet d avoir accepté de participer au jury. Merci au Professeur Éric Roupie pour son écoute, pour la transmission de ses savoirs. Merci au Docteur Gallet de m avoir aiguillée dans mon travail, merci pour sa pédagogie, son humanité et pour ses anecdotes irrésistibles sur l histoire de la médecine. Merci à l équipe de l UHCD et des urgences pour leur présence, leur aide, leur soutien, leur efficacité et leur joie de vivre. Merci au Docteur Bruno Sesboüé de m avoir aidée et soutenue dans mon travail. Merci pour sa pédagogie, son humanisme, sa gentillesse, son écoute, sa culture inégalable, ses intelligences multiples, son humour et ses leçons de vie. Bref, un grand merci pour tous ses apprentissages et il y a encore pas mal de travail!!! Merci au Docteur Olivier Cabon pour sa pédagogie et sa gentillesse. Merci à Éliane, Marie-Hélène, Martine et Nadine. Merci à tous d être ma seconde famille. Merci à Madame Audrey Dugué, assistante de recherche clinique, pour son aide dans l analyse statistique des résultats.

7 Merci à mes amis d avoir été là dans les moments difficiles et joyeux. Hervé, ma tour-tan, merci pour ta présence, ton écoute, ta gentillesse, ta patience et ton aide. Renaud, merci pour ton soutien et ton aide dans la rédaction de cette thèse. Merci à Abdel pour ton soutien sans faille, Adrien, Alex, Amandine, Aurélie, Clémy, Christelle, Mamie Edwige, mon Paulo (pour ton humour, tes intelligences, ton amitié), Oumar, Pierrot, Yann et tous les autres, merci d exister, merci pour votre présence, votre soutien et pour les fous rires. Merci à Monsieur Salabert, je pense que lui aussi, sait toute ma gratitude et mon affection. Merci de m avoir aidée à ouvrir les portes de mon ergastule, de m avoir accompagnée pas à pas vers le seuil et de veiller à ce que je n y retourne pas. Sans vous aucun chemin n était possible. Je souhaite que nos caps ne s éloignent jamais de trop et que notre lien perdure. Merci au Docteur Michel Le Bourg, au Docteur Henry Ryst d avoir croisé mon cap et d avoir été des phares dans la tempête. Merci pour votre amitié. Merci à ma famille, à mes oncles et tantes, cousins et cousine et en particulier à «Tonton Daniel» et «Tata Lyse», à Ben, mon «couzinou» adoré : pas besoin de mot, vous savez ce que je vous dois et combien je vous aime Merci à Enzo et aux petits cousins, cousines à venir. Je voudrais enfin dédier ce travail à mes parents, à ma petite maman et à tous ceux partis beaucoup trop tôt, mais présents à chaque instant dans mon cœur. Puissiez-vous trouver la paix et la sérénité. Soyez assurés de mon amour éternel.

8 Quelques citations qui m ont aidée : «La sagesse, c est d avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu on les poursuit» [Oscar Wilde]. «Avance sur ta route car elle n existe que par ta marche» [Saint Augustin]. La victoire arrive à ceux qui y croient le plus loin et le plus longtemps. «Ne prenez pas la vie trop au sérieux de toute façon, vous n en sortirez pas vivant» [Elbert Green Hubbard].

9 SOMMAIRE INTRODUCTION 2 - PREMIÈRE PARTIE - I/ TRAITEMENTS PAR ANTIVITAMINES K 4 1. ÉPIDÉMIOLOGIE 4 2. PHYSIOLOGIE DE L HÉMOSTASE 5 2.a. L hémostase primaire 5 2.b. La coagulation sanguine 6 2.c. La fibrinolyse 8 3. UN PEU D HISTOIRE SUR LES ANTIVITAMINES K 8 3.a. Découverte de la vitamine K 8 3.b. Découverte des antivitamines K 8 4. ANTIVITAMINE K ET UTILISATION PRATIQUE 9 4.a. Pharmacologie 9 4.b. Pharmacocinétique et pharmacodynamie des antivitamines K 10 4.c. Surveillance biologique 12 4.d. Effets indésirables des antivitamines K 13 4.d.1. quelques chiffres 13 4.d.2. les effets indésirables 13 4.e. Facteurs pouvant influer sur l efficacité des antivitamines K 14 4.e.1. l alimentation 14

10 4.e.2. l âge 15 4.e.3. facteurs héréditaires 16 4.e.4. interactions médicamenteuses 16 4.e.5. contre-indications des antivitamines K 17 4.f. Indications des antivitamines K 17 4.g. Comment instaurer un traitement par antivitamine K 18 4.h. Recommandations de l AFSSAPS sur le bon usage des médicaments antivitamine K 19 II/ ÉDUCATION DES PATIENTS ET DES MÉDECINS LES DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES ÉTAT DES LIEUX DES CONNAISSANCES 22 2.a. Les patients 22 2.b. Les médecins 23 2.c. Les pharmaciens 26 2.d. Les laboratoires LES CLINIQUES D ANTICOAGULANTS INTÉRÊT DE L ÉDUCATION 30 4.a. Intérêt sur la morbi-mortalité 30 4.b. Intérêt économique QU EN EST-IL DE L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS SOUS AVK AU CHU DE CAEN? 32 III/ PRINCIPE DE L AUTOMESURE HISTORIQUE PRÉSENTATION DU COAGUCHEK XS FIABILITÉ DES MESURES AVEC LE COAGUCHEK XS DEUX POSSIBILITÉS : l automesure et l autogestion INTÉRÊT D UNE FORMATION DU PATIENT À L UTILISATION DE CET APPAREIL ÉTATS DES LIEUX EN FRANCE AUJOURD HUI SUR LES DISPOSITIFS D AUTOMESURE 43

11 IV/ INTÉRÊT DES PRINCIPES D AUTOMESURE CONCERNANT LE SUIVI EN AMBULATOIRE 47 1.a. Intérêt économique 48 1.b. Intérêt sur l observance et la qualité de vie 48 1.c. Relativisation de cet intérêt chez les patients avec des troubles cognitifs L INTÉRÊT AUX URGENCES 50 2.a. Les accidents vasculaires fibrinolysables 50 2.b. Les hémorragies graves chez les patients sous anti-vitamines K INTÉRÊT DES APPAREILS D AUTOMESURE 56 Á L HEURE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? - DEUXIÈME PARTIE - I/ OBJECTIFS DE L ÉTUDE 61 II/ MÉTHODES ÉLABORATION DU QUESTIONNAIRE SÉLECTION DE LA POPULATION ÉTUDIÉE CRITÈRES D INCLUSION ET D EXCLUSION MODALITÉS DE PASSATION DU QUESTIONNAIRE RECUEIL DES DONNÉES ANALYSE STATISTIQUES DES RÉSULTATS 64 III/ RÉSULTATS DONNÉES GÉNÉRALES DE LA POPULATION ÉTUDIÉE DONNÉES SPÉCIFIQUES DE LA POPULATION ÉTUDIÉE 67 2.a. Données concernant les connaissances des patients 67 2.b. Données sur l intérêt du CoaguChek pour la population étudiée 68

12 IV/ DISCUSSION ANALYSES DES RÉSULTATS DISCUSSION 72 CONCLUSION 78 BIBLIOGRAPHIE 81 ANNEXES 92

13 INTRODUCTION

14 Un pour cent de la population française bénéficie d un traitement par antivitamine K. Ce chiffre ne va qu augmenter avec le vieillissement de la population [2]. Les antivitamines K sont responsables de 12,3% des hospitalisations d origine iatrogène [19]. La complication la plus redoutée est l hémorragie. Le maniement des antivitamines K n est pas simple, beaucoup de facteurs influent sur les effets de ce traitement. La pharmacodynamie et la pharmacocinétique de ces produits sont complexes. Il est donc nécessaire pour les patients de bien connaître leurs traitements, les risques et les moyens de surveillance. Les différentes enquêtes réalisées en France [22] et [14] font part de l état actuel de la connaissance des patients de leur traitement et du suivi de ces patients. Le constat est préoccupant : 50% des patients interrogés ont un INR (International Normalized Ratio) hors zone, 40% ne connaissent pas la zone d INR préconisée, 50% ne connaissent pas les risques dus à un surdosage ou à un traitement insuffisant, 60% ne connaissent pas les signes de surdosage, 11% savent qu il faut signaler leur traitement à tout médecin, dentiste ou biologiste amené à les prendre en charge. Ces chiffres sont confirmés par l étude que nous avons réalisée auprès des patients hospitalisés dans le service d hospitalisation de courte durée du CHU de Caen. Les questions qui se posent alors sont les suivantes : pourquoi existe-t-il un tel déficit d éducation et d information des patients? Que faire pour y remédier? Comment cela se passe dans les autres pays? Qu en est-il des systèmes d automesure qui pourraient nous être d une grande aide en contribuant à impliquer davantage le patient dans son traitement? Ces systèmes pourraient avoir une grande utilité dans les services d urgence pour certaines indications précises ou le gain de temps est important. Ce sont tous ces thèmes et toutes ces questions que j ai abordés dans ce travail. 2

15 PREMIÈRE PARTIE 3

16 I/ TRAITEMENTS PAR ANTIVITAMINES K 1. ÉPIDÉMIOLOGIE L AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) estimait à par an le nombre de patients traités par antivitamine K (AVK) en 2008 en France, soit un peu plus de 1% de la population [2]. Les indications de traitement par AVK au sein de cette population sont : - la fibrillation auriculaire dans 40% des cas - les thromboses veineuses dans 30% des cas - les prothèses valvulaires mécaniques dans 15% des cas [57]. En 2007, les centres régionaux de pharmacovigilance ont montré que le traitement par AVK était responsable de 12,3% des hospitalisations pour cause iatrogénique [19]. En 1998, ces centres recensent patients hospitalisés par an pour complications hémorragiques. Ils ont trouvé que 8% des hémorragies cérébrales surviennent chez des patients sous anti-vitamines K [61]. Quatre mille à 5000 décès, soit 0,6% à 0,8% des patients traités, sont imputables aux AVK [22]. Comme l a montré l enquête INSEE-CREDES de [49], la prévalence des maladies cardio-vasculaires augmente avec l âge. En effet, par rapport à la population de moins de 65 ans, le risque de maladies cardio-vasculaires est multiplié par quatre dans la tranche des ans et par 5,6 pour la population des plus de 80 ans. Le bilan démographique de Daguet réalisé pour l INSEE [10], prévoit un vieillissement de la population, les tranches d âge de plus de 85 ans quintupleront entre 1990 et Une étude américaine suggère ainsi une augmentation d un facteur 3 du nombre de patient sous AVK d ici 2050 [57]. On peut donc s attendre, dans l état actuel de la science à une augmentation de la prescription d anticoagulants et donc à une augmentation du nombre de complications. Complications risquant d être d autant plus nombreuses s il n y a pas d amélioration des conduites actuelles. 4

17 2. PHYSIOLOGIE DE L HÉMOSTASE Les données de ce chapitre émanent essentiellement du livre du Professeur Michel Leporrier [6] et de la thèse de Franck Wambre [63]. L hémostase est l ensemble des phénomènes physiologiques qui concourent à l arrêt du saignement. L hémostase normale est un équilibre entre le risque hémorragique et le risque thrombotique. L hémostase participe à la réparation des brèches vasculaires. On distingue de façon arbitraire trois phases intriquées et interdépendantes : - l hémostase primaire : par l intermédiaire d un facteur plasmatique, le facteur Willebrand, une interaction se fait entre les plaquettes et les vaisseaux, ce qui aboutit à la fermeture de la brèche vasculaire par un thrombus blanc. - la coagulation plasmatique : elle est la résultante d une cascade d activation plasmatique qui permet la transformation du fibrinogène soluble en réseau de fibrine insoluble. La coagulation consolide donc le premier thrombus en constituant un caillot formé de fibres de fibrine enserrant des cellules sanguines. - la fibrinolyse : la coagulation plasmatique permet de stopper l hémorragie et de favoriser le processus de cicatrisation. Après cicatrisation, il faut que le capillaire soit reperméabilisé, pour cela, le caillot doit être lysé. Il s agit de la fibrinolyse. 2.a. L hémostase primaire Le premier temps, est le temps vasculaire. Face à une lésion vasculaire, le capillaire réagit par une vasoconstriction. Cette vasoconstriction résulte de l activation du système neurovégétatif des parois des capillaires. Après cela, interviennent des médiateurs vasoconstricteurs, comme le thromboxane A2, libéré par les plaquettes activées. Vient ensuite l adhésion plaquettaire. La brèche vasculaire met à nu le sous-endothélium, les plaquettes y adhérent par l intermédiaire du facteur Willebrand. Le facteur Willebrand se lie aux plaquettes par son récepteur, la glycoprotéine Ib plaquettaire et au sous-endothélium vasculaire. Ainsi une première couche de plaquettes se forme. D autres plaquettes vont venir se fixer sur cette première couche, il s agit de l agrégation plaquettaire. Lors de l activation plaquettaire, des prostaglandines plaquettaires sont 5

18 synthétisées : ceci aboutit à une modification de structure et de propriétés chimiques des glycoprotéines IIb-IIIa notamment. Ainsi l affinité entre les glycoprotéines et le fibrinogène devient-elle plus forte. Les plaquettes s agrègent entre elles par les liaisons avec le fibrinogène et il y a formation du caillot plaquettaire. 2.b. La coagulation sanguine Le processus de coagulation et celui de la fibrinolyse sont activés simultanément. La cascade de réactions est modulée par des protéines associées à la matrice extracellulaire de l endothélium (protéoglycanes, thrombomoduline, facteur tissulaire) ou sécrétées par la cellule endothéliale (facteur Willebrand, activateur du plasminogène). Les réactions enzymatiques sont limitées par des inhibiteurs plasmatiques, ce qui permet le maintien de la fluidité sanguine. La coagulation résulte d une cascade de réactions enzymatiques aboutissant à la formation de fibrine. L enzyme clef qui permet la transformation du fibrinogène en fibrine est la thrombine. Il existe deux formes pour les différents facteurs de coagulation : une forme non active et une forme active. Chaque facteur à l état activé pourra activer un autre facteur. Il existe dans le plasma également des systèmes inhibiteurs : système de l antithrombine, système protéine C et S et inhibiteur de la voie extrinsèque : Tissue Factor Pathway Inhibitor ou TFPI. La conception initiale de la coagulation distinguait deux voies d activation : la voie intrinsèque (dans cette voie, tous les éléments nécessaires à la coagulation sont présents dans le plasma, il n y a pas d apport extérieur) et la voie extrinsèque (cette voie nécessite l expression du facteur tissulaire). En réalité le phénomène de coagulation in vivo ne respecte pas ce schéma de systématisation voie intrinsèque/voie extrinsèque. Ce schéma se retrouve dans la coagulation in vitro et s avère très utile pour explorer la coagulation et faire des diagnostics d interprétation des tests de la coagulation. La conception actuelle de la coagulation in vivo s est modifiée. L élément majeur est le facteur tissulaire (FT). Le FT en temps normal est absent de la circulation sanguine, il est 6

19 exprimé au niveau des cellules musculaires lisses de la paroi vasculaire il est donc exposé en présence d une lésion vasculaire. Le FT a une très grande affinité pour le facteur VII (FVII). Lorsque le FT est en contact avec le sang, il active le FVII circulant et forme un complexe FVII activé-ft. A partir de la formation de ce complexe, deux voies d activation sont possibles : - Si le FT est en excès, le complexe FVII activé-ft active directement le facteur X (FX). Cette voie peut-être rapidement inhibée par l inhibiteur de la voie du facteur tissulaire (TFPI) - Si le FT est en faible quantité (ou si l inhibition par le TFPI est prépondérante), le complexe FVII activé-ft active le facteur IX (FIX). Le FIX activé, en présence de son cofacteur : le facteur VIII (FVIII) activé, de phospholipides et d ions calcium permet l activation du FX. La génération de FX activé est l événement capital permettant la thrombinoformation. Le FX en présence du facteur V (FV) activé, de phospholipides et d ions calcium, active la prothrombine (facteur II) en thrombine (facteur IIa). La thrombine permet la transformation du fibrinogène en fibrine, elle permet également d activer le facteur XIII, qui joue un rôle essentiel dans la stabilisation du caillot. [Fig.1] Figure 1 : Schéma de l activation «in vitro» des tests globaux utilisés pour explorer la coagulation plasmatique. 7

20 2.c. La fibrinolyse Afin de reperméabiliser le capillaire après le processus de cicatrisation, le caillot doit être lysé. Ce phénomène est appelé fibrinolyse. Il se fait via l activation du plasminogène, emprisonné au sein du caillot lors de sa formation. Le plasminogène se transforme en plasmine. La plasmine est une enzyme protéolytique qui hydrolyse la fibrine en produits de dégradation : PDF. 3. UN PEU D HISTOIRE SUR LES ANTI-VITAMINES K 3.a. Découverte de la vitamine K C est au biochimiste danois Karl Henrick Dam ( ) que l on doit la découverte de la vitamine K. Alors qu il menait des recherches sur le rôle physiologique du cholestérol dans l alimentation chez de jeunes poulets, il remarqua qu après plusieurs semaines d une alimentation pauvre en cholestérol, ils présentaient des hémorragies. K.H. Dam émit alors l hypothèse de l existence d un agent dans l alimentation, lié aux stérols et indispensable à la coagulation. Il choisit de nommer cet agent : «vitamine de la coagulation» ou «vitamine K», le «K» étant la première lettre du mot danois «koagulation». C est en 1936 que K.H. Dam extrait la vitamine K de la luzerne. En 1939, Edward Adelbert Doisy ( ), un biochimiste américain, parvint à réaliser la synthèse chimique de la vitamine K. Le prix Nobel de physiologie ou médecine fut attribué conjointement en 1943 à K.H. Dam et à E.A. Doisy pour respectivement la découverte de la vitamine K et l étude de sa structure chimique. 3.b. Découverte des anti-vitamines K Dans les années 1900, les fermiers américains nourrissaient le bétail avec du trèfle doux qu ils importaient d Europe. Une vingtaine d années plus tard, les animaux ont commencé à présenter des hémorragies spontanées et mortelles. On doit la première description de cette 8

21 maladie en 1922 à F.W. Schofield, vétérinaire américain, il fit également le lien avec le trèfle doux avarié (dû au délai d importation) et cette maladie : maladie du trèfle doux. Un agronome américain, K.P. Link travaillait en 1932 sur l élaboration d une espèce de trèfle doux dépourvu de coumarine. On trouve la coumarine dans le trèfle doux frais, elle lui donne un goût amer, non apprécié par le bétail. En 1937, Quick et al. découvrirent que le Temps de Prothrombine (TP) décrit deux ans auparavant, est allongé dans la maladie hémorragique du poulet et dans la maladie du trèfle doux. K.P. Link isole en 1939 la structure de l agent hémorragique : le 3,3 -diméthylène, 4- hydroxycoumarine, qu il parvient à synthétiser en 1940 et qu il nomme le dicoumarol. Le dicoumarol est la seule forme de coumarine produisant un effet hémorragique. Le trèfle frais est inoffensif, ce qui n est pas le cas du trèfle avarié. Lorsque le trèfle se dégrade, la coumarine est oxydée en 4-hydroxycoumarine, puis couplée au formaldéhyde et à un autre type de coumarine, pour au final produire le dicoumarol. L explication de la maladie du trèfle était donc trouvée. K.P. Link montra également qu un traitement par vitamine K inhibe l action du dicoumarol : il en conclut donc que le dicoumarol est une AVK. Après quelques études et un essai randomisé dans le traitement des thromboses veineuses des membres inférieurs, le traitement est commercialisé dans les années 1950 et va se répandre mondialement [38]. 4. ANTI-VITAMINE K ET UTILISATION PRATIQUE 4.a. Pharmacologie La vitamine K intervient dans la synthèse de quatre facteurs de la coagulation : les facteurs II, VII, IX et X et de deux inhibiteurs de la coagulation : la protéine C et la protéine S. La vitamine K est un cofacteur de la carboxylase hépatique, enzyme permettant la transformation de résidus glutamates (précurseurs des facteurs de coagulation vitamine K 9

22 dépendants) en acide gammacarboxyglutamique au niveau de leur région N-terminale, ce qui permet la fixation des facteurs de coagulation sur les surfaces catalytiques phospholipidiques. Sans vitamine K, les facteurs de coagulation ne sont pas gammacarboxylés et donc ne peuvent pas se fixer sur les surfaces catalytiques. Or cette fixation est nécessaire aux interactions des facteurs de coagulation. Donc en l absence de vitamine K, la vitesse de coagulation est ralentie. La vitamine K est apportée par l alimentation et elle est également synthétisée dans l intestin par les bactéries saprophytes. Il s agit d une vitamine liposoluble, absorbée en présence de bile, atteignant le foie par le système porte. Les carences en vitamine K se rencontrent lors d un défaut d apport alimentaire ou lors d un défaut de synthèse (comme par exemple en cas d altération par antibiothérapie orale de la flore microbienne intestinale saprophyte), ou encore lors d un défaut d absorption (absence de bile). Pour pouvoir jouer son rôle de cofacteur de la carboxylase hépatique, la vitamine K naturelle oxydée doit être transformée en vitamine K réduite. Les AVK interviennent en empêchant ce mécanisme de réduction en agissant sur deux enzymes : la vitamine K époxyréductase et la vitamine K réductase [52]. 4.b. Pharmacocinétique et pharmacodynamie des antivitamines K La voie d administration des AVK est orale. Plus de 97% des AVK absorbés circulent dans le plasma, liés à l albumine. Seule la forme libre est active, elle gagne alors les cellules hépatiques où elle va inhiber les enzymes responsables de la transformation de la vitamine K oxydée en vitamine K réduite. Lorsque le taux plasmatique d albumine est bas, la quantité d AVK nécessaire pour atteindre l équilibre est moindre. Les AVK présentent de nombreuses interactions médicamenteuses du fait de cette liaison à l albumine. L élimination des AVK est hépatique puis leur excrétion est hépatique et rénale. Plusieurs catégories d AVK existent. Elles différent par leur nature chimique. Leur délai et leur durée d action dépendent de leur rapidité d absorption, de leur degré de liaison à l albumine plasmatique, de leur affinité pour le récepteur hépatique et de la rapidité de leur catabolisme. 10

23 Comme le montre le tableau ci-dessous, il existe des AVK à demi-vie courte et d autre à demi-vie longue, mais la latence d action est surtout liée à la demi-vie des facteurs de coagulation, un AVK à demi-vie courte ne sera pas beaucoup plus rapidement efficace qu un AVK à demi-vie longue. Le délai d action des AVK dépend également de la demi-vie propre des facteurs vitamine-k dépendants. Les facteurs VII et la protéine C, dont les demi-vies sont les plus courtes (6 heures), sont les premiers à voir leur activité diminuer, le facteur II dont la demi-vie est de 72 heures est le dernier facteur dont le taux diminue. Après administration ou modification de la posologie, on estime qu une situation stable est atteinte après quatre à cinq demi-vies, soit 2 à 4 jours. Concernant le facteur II, le nouvel équilibre est atteint après plus d une semaine. Tout ceci explique que les propriétés anticoagulantes peuvent persister 3 à 4 jours après l arrêt du traitement [Vidal 2010 ] et [52]. Médicaments Demi-vie (heures) Posologie moyenne (en mg/jour) Dose (en mg) par comprimé Durée d action après arrêt de l AVK (jours) Demi-vie courte : Acénocoumarol (Sintrom ) Demi-vie longue : Fluindione (Préviscan ) Warfarine (Coumadine ) ou 2 4 Tableau 1- principales caractéristiques des AVK disponibles en France. D après Simonnet et al. [25] Pourquoi choisir entre un AVK à demi-vie courte et un AVK à demi-vie longue? Comme nous l avons dit ci-dessus, la latence d action est surtout liée à la demi-vie des facteurs de coagulation. Nous ne pouvons donc pas affirmer qu un AVK à demi-vie courte sera plus rapidement efficace qu un AVK à demi-vie longue. La posologie d équilibre est peut-être plus rapidement trouvée avec un AVK à demi-vie courte, mais l équilibre est moins 11

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Chap.3 L HEMOSTASEL. I- I- Les Mécanismes M l Hémostase. 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse. II- Les Troubles de de l Hémostase

Chap.3 L HEMOSTASEL. I- I- Les Mécanismes M l Hémostase. 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse. II- Les Troubles de de l Hémostase Chap.3 L HEMOSTASEL I- I- Les Mécanismes M de de l Hémostase 1) 1) L Hémostase L Primaire 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse II- Les Troubles de de l Hémostase Quand le sang ne coagule

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

les Facteurs de la Coagulation

les Facteurs de la Coagulation LA COAGULATION plan Définition les Facteurs de la Coagulation Déroulement de la coagulation A. la thrombinoformation B. Fibrinoformation Les inhibiteurs physiologiques de la coagulation Définition étape

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Spécial : «ANTICOAGULANTS»

Spécial : «ANTICOAGULANTS» AMVF Septembre 2010 Spécial : «ANTICOAGULANTS» Cher Adhérent, Cher Donateur, Cher Correspondant, Le plus grand nombre des malades des vaisseaux du Foie est actuellement sous anticoagulants et ce pour un

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

Rapport. Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK)

Rapport. Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Rapport Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Actualisation Juillet 2012 Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Actualisation Juillet 2012 MESSAGES CLÉS 1. La prescription ne se conçoit

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Numéro 8 Novembre 2012

Numéro 8 Novembre 2012 Numéro 8 Novembre 2012 Chers adhérents, Ciel mon INR 1!!!! Toutes les personnes sous anticoagulants par anti-vitamines K se reconnaîtront dans ce cri d angoisse. En effet, il est bien difficile d atteindre

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - MEDECINE (2013-2014) POSTES DE F.F.I. OUVERTS AU 1er NOVEMBRE 2013 (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES

D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - MEDECINE (2013-2014) POSTES DE F.F.I. OUVERTS AU 1er NOVEMBRE 2013 (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES ANNEXES 2D - A D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - (2013-2014) (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES 1ère partie Anatomie et cytologie pathologiques Cardiologie et maladies vasculaires Dermatologie et

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

E05 - Antivitamines K (AVK)

E05 - Antivitamines K (AVK) E05-1 E05 - Antivitamines K (AVK) Les antivitamines K (AVK) sont des anticoagulants actifs par voie orale. 1. Mode d action Les AVK inhibent la carboxylation hépatique des facteurs vitamine K dépendants

Plus en détail

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Les traitements anticoagulants Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Plan Rappels sur la physiologie de l hémostase et son exploration. Les héparines Les AVK Les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

ETRE MEDECIN DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC

ETRE MEDECIN DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC ETRE MEDECIN DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC Présentation des modes d exercice hospitalier! Organisation du concours de praticien -------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre fibrillation auriculaire Vivre avec une fibrillation auriculaire Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Traitements anticaogulants

Traitements anticaogulants Traitements anticaogulants UE 2.11 S3 2010-2011 V2.3 / PF 1 Hémostase : Chronologie Effraction vasculaire 5 minutes 10 minutes Hémostase primaire Thrombus plaquettaire Coagulation Fibrine Polymère Fibrinolyse

Plus en détail

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011 ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE ILE DE FRANCE INTERREGION NORD EST INTERREGION NORD-OUEST Strasbourg Dijon Reims Besançon Nancy Caen Rouen Lille Amiens 1)

Plus en détail

CRITERES EXIGES POUR L INSCRIPTION SUR LES DIFFERENTES LISTES D APTITUDE (Sciences de la Santé)

CRITERES EXIGES POUR L INSCRIPTION SUR LES DIFFERENTES LISTES D APTITUDE (Sciences de la Santé) CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (CAMES) -------------------------------- COMITES CONSULTATIFS INTERAFRICAINS (CCI) ---------------- CRITERES EXIGES POUR L INSCRIPTION SUR LES

Plus en détail

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Introduction Qu est-ce qu un traitement anticoagulant par AVK? La vitamine K joue un rôle dans la coagulation

Plus en détail

Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique

Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique septembre 2003 Pour plus d information voir le site internet de l Assurance Maladie en ligne : www. ameli.fr Contact presse : Cnamts Patrick

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h)

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h) MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE ANTICOAGULANTS (2h) PO Inj Hôpital Pasteur Pôle Pharmacie CHU Nice Ly-Hor HENG/Katia MULLER Pierre-Antoine FONTAINE (fontaine.pa@chu-nice.fr) 1 RAPPEL Pôle 1- L hémostase primaire

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Antivitamines K : utilisation pratique

Antivitamines K : utilisation pratique Encyclopédie Médico-Chirurgicale 13-022-D-50 Antivitamines K : utilisation pratique V Simonnet JP Cambus P Léger B Boneu Résumé. Les AVK sont l un des médicaments antithrombotiques les plus utilisés. Elles

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

ELECTIONS AU CONSEIL NATIONAL DES UNIVERSITES

ELECTIONS AU CONSEIL NATIONAL DES UNIVERSITES Section 42 Sous-section 01 Morphologie et morphogenèse Anatomie bre de siège à pourvoir : 1 GRIGNON BRUNO LORRAINE HITIER MARTIN CAEN PRADAL d'usage : PRAT DOMINIQUE MONTPELLIER VOIGLIO ERIC LYON 1 Section

Plus en détail

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h)

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h) MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE ANTICOAGULANTS (2h) PO Inj Hôpital Pasteur Pharmacie CHU Nice Ly-Hor HENG 1 Objectifs de l UE S3 I. Repérer les familles thérapeutiques, leurs moyens d action et leurs indications

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

11/ Antivitamines K & Héparines

11/ Antivitamines K & Héparines SEMESTRE 1 UE 2.11.S1 Pharmacologie et thérapeutiques I. Introduction 11/ Antivitamines K & Héparines Les anticoagulants sont des médicaments qui empêchent la coagulation sanguine La coagulation est un

Plus en détail

sur le bon usage des médicaments antivitamine K (AVK)

sur le bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Bon usage Mise au point sur le bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Actualisation MESSAGES CLÉS 1. La prescription ne se conçoit que dans les indications validées, après évaluation individuelle

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges

Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges La Châtre 15 janvier 2008 La coagulation plasmatique THROMBINE Fibrinogène Soluble Fibrine Insoluble La formation de la thrombine Facteur Tissulaire

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Médecine / UFR2S / UGB / St Louis

Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Médecine / UFR2S / UGB / St Louis Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Contexte d ouverture En 2010 FMPOS de l UCAD : 53 ans UFR Médecine de l Université de Thiès : 2 ans UFR santé

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes Plan Introduction Généralités sur les AOD Evaluation du risque hémorragique sous AOD Prise en charge Hémorragie

Plus en détail

CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE RIMOUSKI-NEIGETTE PROTOCOLE

CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE RIMOUSKI-NEIGETTE PROTOCOLE CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE RIMOUSKI-NEIGETTE PROTOCOLE AJUSTEMENT POSOLOGIQUE DE LA WARFARINE PAR LES PHARMACIENS EN MILIEU COMMUNAUTAIRE PRÉSENTÉ PAR : James Hill, pharmacien au CSSS de

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

THÈSE. DOCTORAT en MÉDECINE

THÈSE. DOCTORAT en MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES (PARIS V) FACULTÉ DE MÉDECINE PARIS DESCARTES Année 2012 N THÈSE Pour le DOCTORAT en MÉDECINE DIPLÔME D ÉTAT Par Charlotte RACHLINE Née le 14 octobre 1983 à Paris Présentée et

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Édition Conseil du médicament www.cdm.gouv.qc.ca Coordination Anne Fortin, pharmacienne Élaboration Conseil du médicament Fédération

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE

RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE Ce texte est une mise au point d Octobre 2012, dont le contenu sera revu en fonction de l avancement des connaissances Rédacteurs : Isabelle Gouin-Thibault 1,

Plus en détail

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants UE :Cardio-vasculaire Pharmacologie Date :22/11/2011 Plage horaire : 17h/18 Promo : PCEM2 Enseignant : bouchet Ronéistes : Goya Alice goia_alice@yahoo.com Neggia Gillian maudibb@voila.fr Les anti-agrégants

Plus en détail

Thrombopénie Familiale FDP / AML avec Prédisposition à une autre Pathologie Hématologique

Thrombopénie Familiale FDP / AML avec Prédisposition à une autre Pathologie Hématologique CRPP Centre de Référence des Pathologies Plaquettaires Thrombopénie Familiale FDP / AML avec Prédisposition à une autre Pathologie Hématologique Livret destiné au patient Quelle est cette maladie Mode

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K)

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Ce carnet a été réalisé sous la coordination de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Carte à découper

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

LES ANTICOAGULANTS ORAUX

LES ANTICOAGULANTS ORAUX LES ANTICOAGULANTS ORAUX PIERRE-XAVIER FRANK, PHARMACIEN QUELQUES CHIFFRES POUR DÉBUTER: ANTICOAGULANTS ET IATROGÉNIE (ÉTUDE EMIR 2008 ET ENEIS 2009) Près de 1,2 millions de patients sont traités en France

Plus en détail

18 avril 2013 Antoine ALIX UFR DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ANNEE 2013

18 avril 2013 Antoine ALIX UFR DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ANNEE 2013 Université de CAEN ANNEE 2013 UFR DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES MEMOIRE DU DIPLOME D ETUDES SPECIALISEES DE PHARMACIE HOSPITALIERE ET DES COLLECTIVITES Tenant lieu de THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Mouna ZAHLANE Service de Médecine Interne CHU Mohammed VI - Marrakech Introduction Large prescription des anticoagulants: préventif et curatif La iatrogénicité secondaire aux

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

La toux induite par les IEC est-elle un diagnostic difficile? Réponses de 1100 médecins généralistes francophones

La toux induite par les IEC est-elle un diagnostic difficile? Réponses de 1100 médecins généralistes francophones UNIVERSITE de CAEN ------- FACULTE de MEDECINE Année 2015 N THESE POUR L OBTENTION DU GRADE DE DOCTEUR EN MEDECINE Présentée et soutenue publiquement le :.. par Monsieur Xavier Romain Jean Claude HUMBERT

Plus en détail

EVALUATION DE L AUTOSURVEILLANCE DE

EVALUATION DE L AUTOSURVEILLANCE DE EVALUATION DE L AUTOSURVEILLANCE DE L INR CHEZ LES PATIENTS ADULTES TRAITES PAR ANTIVITAMINES K EN VUE DE LA PRISE EN CHARGE PAR L ASSURANCE MALADIE DES DISPOSITIFS D AUTOMESURE DE L INR OCTOBRE 2008 Service

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Maladie de Willebrand. Informations et conseils

Maladie de Willebrand. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Willebrand Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Etudes en Sciences Médicales

Etudes en Sciences Médicales Etudes en Sciences Médicales Organisation : Faculté de Médecine Niveau d'entrée : Baccalauréat DESCRIPTION OBJECTIFS Les études médicales sont organisées en trois cycles : 1er cycle sur trois ans : PACES,

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013

LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013 LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013 Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS,

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 8 février 2013 portant déclaration vacance d emplois professeur s universités-praticien

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail