L Agence de l OCDE. l énergie nucléaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Agence de l OCDE. l énergie nucléaire"

Transcription

1 L Agence de l OCDE pour l énergie nucléaire AEN

2 L AEN L Agence pour l énergie nucléaire (AEN) est une agence spécialisée de l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), une organisation intergouvernementale de pays industrialisés basée à Paris, France. L'OCDE est un forum unique en son genre où les gouvernements de 34 pays membres œuvrent ensemble à élaborer de meilleures politiques pour une vie meilleure. L Agence a pour mission d aider ses pays membres à maintenir et à approfondir, par l intermédiaire de la coopération internationale, les bases scientifiques, technologiques et juridiques indispensables à une utilisation sûre, respectueuse de l environnement et économique de l énergie nucléaire à des fins pacifiques. Elle fournit des évaluations faisant autorité et dégage des convergences de vues sur des questions importantes qui serviront aux gouvernements à définir leur politique nucléaire, et contribueront aux analyses plus générales des politiques réalisées par l OCDE concernant des aspects tels que l énergie et le développement durable. La Commission européenne participe aux travaux de l AEN. Un accord de coopération est en place entre l AEN et l Agence internationale de l énergie atomique (AIEA). L AEN entretient également des relations avec plusieurs pays non membres ainsi qu avec l industrie nucléaire et des organisations représentant la société civile. Les pays membres de l AEN (janvier 2015) Allemagne Australie Autriche Belgique Canada Corée Danemark Espagne États-Unis Finlande France Grèce Hongrie Irlande Islande Italie Japon Luxembourg Mexique Norvège Pays-Bas Pologne Portugal République slovaque République tchèque Royaume-Uni Russie Slovénie Suède Suisse Turquie Partenaires stratégiques Chine 2 Inde

3 Les atouts de l AEN L AEN est la seule organisation intergouvernementale à vocation nucléaire qui réunisse des pays d Amérique du Nord, d Europe et de la région Asie-Pacifique dans une petite structure non politique dont l objectif est de partager et de répandre les meilleures expertises dans le domaine de l énergie nucléaire. Par sa composition, l AEN regroupe les meilleures compétences au monde dans le domaine de l énergie nucléaire. En fédérant ces compétences, l AEN permet à chaque membre d avoir accès à l expérience des autres et ainsi de tirer davantage parti des ressources investies. La composition homogène de l AEN favorise des approches communes, un climat de confiance mutuelle et de collaboration, des échanges d expériences sans entrave et une évaluation des problèmes en toute franchise. Les travaux scientifiques et techniques de l AEN sont à la pointe de la connaissance et réputés pour leur profondeur d analyse. L AEN publie des opinions collectives sur des questions clés, offrant ainsi aux pays membres des références fiables et des exemples de meilleures pratiques. L AEN a un très bon rapport coût-efficacité. Elle fonctionne avec une taille d effectifs limitée, faisant appel aux experts des pays membres et générant ainsi une forte valeur ajoutée. Le système des comités techniques permanents lui procure flexibilité et réactivité. Les projets communs de l AEN et les programmes d échange d informations permettent aux pays membres et non membres intéressés de regrouper leurs forces pour réaliser des comparaisons scientifiques ainsi que des projets de recherche en partageant les coûts. Faisant partie d une organisation disposant d un spectre multidisciplinaire plus large, l AEN est idéalement placée pour étudier les divers aspects de l énergie nucléaire dans un contexte de problématiques transversales plus vaste, tel que la croissance verte et la sécurité d approvisionnement. Quelques faits et chiffres à propos de l AEN Instance dirigeante : le Comité de direction de l énergie nucléaire 31 pays membres (25 au sein de la Banque de données) 57 ans au service de la communauté internationale 7 comités techniques permanents 75 groupes de travail et groupes d experts 21 projets communs internationaux financés par les participants 99 agents (postes permanents ou financés par des contributions volontaires, AEN et Banque de données confondues) 11 millions inscrits au budget de l AEN en 2014, complétés par des contributions volontaires 3,1 millions inscrits au budget de la Banque de données en 2014, complétés par des contributions volontaires 30 publications produites par année en moyenne 3

4 4 Javier Reig Chef de la Division des technologies et de la réglementation de la sûreté nucléaire Ricardo Lopez Chef du Bureau de l administration Javier Reig Chef par intérim de la Division des aspects humains de la sûreté nucléaire Ximena Vásquez-Maignan Chef du Bureau des affaires juridiques Directeur général adjoint chargé des affaires juridiques et des ressources stratégiques Poste vacant Michael Siemann Chef de la Division de la protection radiologique et de la gestion des déchets radioactifs Jim Gulliford Chef de la Division des sciences nucléaires Kazuo Shimomura Directeur général adjoint et Directeur des affaires nucléaires par intérim William D. Magwood, IV Directeur général de l AEN Secrétariat de l AEN Kiyoshi Matsumoto Chef de la Banque de données Cynthia Gannon-Picot Chef de Cabinet, Chef du Secrétariat central, des relations extérieures et des relations publiques Jaejoo Ha Chef de la Division du développement de l énergie nucléaire

5 5 Janvier 2015 sur la robustesse des systèmes électriques des centrales nucléaires à la lumière de l accident de Fukushima Daiichi (ROBELSYS) sur les événements naturels externes (TGNEV) Groupe d experts à haut niveau sur les opportunités de recherche en sûreté nucléaire post-fukushima sur la sûreté du cycle du combustible (WGFCS) sur la sûreté du combustible (WGFS) sur les facteurs humains et organisationnels (WGHOF) structures et des composants métalliques Sous-groupe sur le vieillissement des structures en béton Sous-groupe sur le compor te ment sismique des compo sants et des structures Sous-groupe sur l intégrité des sur l intégrité et le vieillissement des composants et des structures (WGIAGE) Groupe d experts sur la préservation des archives, des connaissances et de la mémoire intergénérationnelle (RK&M) sur la réglementation des nouveaux réacteurs (WGRNR) sur le déclassement et le démantèlement (WPDD) Groupe d estimation des coûts du démantèlement (DCEG) Groupe d experts sur la caractérisation radiologique et le démantèlement (TG-RCD) Groupe d experts sur l assainissement des sites nucléaires (TGNSR) Forum sur la confiance des parties prenantes (FSC) Groupe d intégration pour le dossier de sûreté (IGSC) sur la caractérisation, la connaissance et le comportement des milieux argileux en tant que formation hôte de stockage de déchets (CLUB ARGILE) Groupe d experts sur les stockages en formations géo lo gi ques salines (SALT CLUB) Groupe d experts sur la sûreté en exploitation (EGOS) Groupe d experts sur la R-D concernant la gestion des déchets et le démantèlement à Fukushima (EGFWMD) sur la communication des autorités de sûreté nucléaire avec le public (WGPC) sur les pratiques en matière d inspection (WGIP) sur l évaluation des risques (WGRISK) Groupe d experts sur la gestion des déchets radioactifs avant stockage (PMRW) Forum des régulateurs du RWMC (RWMC-RF) Groupe d experts sur les enseignements tirés d événements non nucléaires (EGNE) sur les urgences nucléaires (WPNEM) Groupe d experts sur les sciences de la radioprotection (EGRPS) Groupe d experts sur les implications des recommandations (EGIR) Groupe d experts sur les aspects de radioprotection liés à l accident de Fukushima (EGRPF) CRPPH RWMC Groupe d experts sur les méthodologies d inventaire des déchets et de communication d inventaire (EGIRM) sur la gestion des accidents (TGAM) Groupe d examen du programme du CSIN (CSNI PRG) Comité de protection radiologique et de santé publique Comité de la gestion des déchets radioactifs sur l expérience acquise en cours d exploitation (WGOE) CNRA CSNI sur l analyse et la gestion des accidents (WGAMA) Comité sur les activités nucléaires réglementaires Comité sur la sûreté des installations nucléaires sur les aspects scientifiques des réacteurs (WPRS) - Physique des réacteurs et systèmes nucléaires avancés - Analyse des incertitudes de modélisation - Performance des combustibles des réacteurs - Propagation des rayonnements et blindages sur la sûreté-criticité nucléaire (WPNCS) - Techniques de Monte Carlo avancées - Évaluation technique du Projet international d évaluation d expériences de sûreté-criticité - Prise en compte du taux de combustion - Analyses d excursions de criticité - Teneur isotopique du combustible nucléaire usé - Analyse des incertitudes dans les calculs de sûretécriticité - Validation et comparaison des méthodes - Méthodes de modélisation multi-échelle - Modélisation des matériaux de structure - Modélisation multi-échelle des combustibles - Dommage d irradiation primaire sur la modélisation multi-échelle des combustibles et matériaux de structure pour les systèmes nucléaires (WPMM) hydrauliques pour l étude des réacteurs nucléaires avancés refroidis par un alliage de plomb - Technologies des métaux liquides lourds - Chimie du recyclage du combustible - Scénarios de cycles avancés du combustible - Matériaux de structure innovants - Combustibles innovants - Comparaisons de modèles de boucles thermo sur les aspects scientifiques du cycle de combustible (WPFC) - Liste des demandes priori taires de données nucléaires sur la coopération internationale pour l évaluation des données nucléaires (WPEC) Groupe d experts sur les ATF pour réacteurs à eau légère (EGATFL) Groupe d experts sur les données d expériences multiphysiques, les benchmarks et la validation (EGMPEBV) Groupe d experts sur l amélioration des données d expériences intégrales pour la gestion des actinides mineurs (EGIEMAM-II) NSC Comité des sciences nucléaires Comité de direction de l énergie nucléaire Groupe d experts sur l avenir du programme de la Banque de données de l AEN Projet de fichier conjoint de données évaluées sur la fission et la fusion (JEFF) (Comité de gestion de la Banque de données) Groupe exécutif du NSC Groupe d experts ad hoc sur les coûts des accidents nucléaires, la responsabilité civile nucléaire et les impacts sur le coût de l électricité Groupe d experts ad hoc sur les coûts du démantèlement Groupe d experts ad hoc sur le changement climatique : l évaluation de la vulnérabilité des centrales nucléaires et des coûts d adaptation sur l économie de l énergie nucléaire (WPNE) Groupe conjoint de l AEN et de l AIEA sur l uranium (UG) Groupe à haut niveau sur la sécurité d approvisionnement en radioisotopes à usage médical (HLG-MR) NDC Comité chargé des études techniques et économiques sur le développement de l énergie nucléaire et le cycle du combustible NLC Comité du droit nucléaire Structure des comités de l Agence de l OCDE pour l énergie nucléaire (AEN)

6 Projets communs de l AEN Les projets communs et programmes d échange d informations de l AEN sont l occasion pour les pays intéressés de réaliser des recherches ou de partager des informations sur des disciplines ou des problèmes particuliers relatifs à l'énergie nucléaire, en répartissant les frais. Ces projets sont menés sous les auspices et avec l assistance de l AEN. On trouvera ci-dessous la liste de tous les projets communs de l AEN en cours. Actuellement, 17 projets sont en cours ou en phase de finalisation dans le secteur de la sûreté nucléaire, un dans le secteur des sciences nucléaires (combustibles avancés), deux dans la gestion des déchets radioactifs et un sur la protection radiologique. Ces projets étayent le programme de travail de l AEN et contribuent à atteindre l excellence dans chacun de ces secteurs de recherche. Recherches en sûreté nucléaire Projet ATLAS (Projet de simulation d accidents à l aide d une boucle avancée d essais thermohydrauliques) Mandat actuel : avril 2014-mars 2017 Projet BIP (Projet sur le comportement de l iode) Mandat phase 2 : avril 2011-septembre 2014 Phase 3 en cours de discussion Projet BSAF (Étude comparative de l accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi) Mandat phase 2 : juillet 2011-juin 2014 Phase 3 en cours de discussion Bases de données en sûreté nucléaire Projet CADAK (Projet sur les données et connaissances relatives au vieillissement des câbles) Mandat actuel : janvier 2015-décembre 2017 Mandat phase 1 : mars 2012-décembre 2014 Phase 2 en cours de discussion Programme CODAP (Programme sur le retour d expérience, de la dégradation et du vieillissement des composants) Projet Cabri-Boucle à eau Mandat phase 1 : juin 2011-décembre 2014 Phase 2 en cours de discussion Mandat actuel : janvier 2000-décembre 2015 Projet du réacteur de Halden Mandat actuel : janvier 2015-décembre 2017 Projet HEAF (Projet sur les événements résultant de décharges électriques) Mandat actuel : juillet 2012-décembre 2015 Projet HYMERES (Projet sur les expériences de mitigation de l hydrogène pour la sûreté des réacteurs) Mandat actuel : janvier 2013-décembre 2016 Projet LOFC (Projet sur la perte du refroidissement en convection forcée) Mandat actuel : mars 2011-mars 2016 Projet PKL (Projet avec la boucle d essai primaire) Mandat actuel : avril 2012-décembre 2015 Projet PRISME (Projet sur la propagation d un incendie pour des scénarios multi-locaux élémentaires) Projet FIRE (Projet d échange de données sur les incendies) Mandat actuel : janvier 2014-décembre 2015 Projet ICDE (Projet international d échange de données de défaillance de cause commune) Mandat actuel : janvier 2015-décembre 2018 Gestion des déchets radioactifs Programme CPD (Programme de coopération sur le démantèlement) Mandat actuel : janvier 2014-décembre 2018 Projet TDB (Projet de base de données thermodynamiques sur les espèces chimiques) Mandat actuel : avril 2014-mars 2018 Protection radiologique Système ISOE (Système d information sur la radioexposition professionnelle) Mandat actuel : juillet 2011-juin 2016 Mandat actuel : janvier 2012-décembre 2015 Projet SCIP (Projet Studsvik sur l intégrité des gaines de combustible) Sciences nucléaires Mandat actuel : juillet 2014-juin Projet THAI (Projet sur la thermohydraulique, l hydrogène, les aérosols et l iode) Projet STEM (Projet sur l évaluation et la mitigation du terme source) Projet TAF-ID (Projet de base de données internationales sur la thermodynamique des combustibles avancés) Mandat actuel : juillet 2011-juin 2015 Mandat actuel : janvier 2013-décembre 2016

7 Secrétariat technique de l AEN Programme multinational d évaluation des conceptions (MDEP) Le MDEP est une initiative multinationale unique menée par les autorités de sûreté nucléaire de l Afrique du Sud, du Canada, de la Chine, de la Corée, des États-Unis, de la Finlande, de la France, de l Inde, du Japon, du Royaume-Uni, de la Russie et de la Suède dans le but de renforcer la coopération sur les évaluations de sûreté des conceptions de nouveaux réacteurs et pour identifier les pos- sibilités d harmoniser et de faire converger les pratiques en matière de sûreté. Les autorités de sûreté nucléaire des Émirats arabes unis et de la Turquie sont membres associés. L Agence internationale de l énergie atomique (AIEA) participe à de nombreuses activités du MDEP. La structure du MDEP est présentée ci-dessous. Comité stratégique Comité directeur Contrôlecommande numérique Accidents et transitoires Évaluation probabiliste de la sûreté Accidents graves Sous-groupes d experts techniques EPR sur le contrôlecommande numérique AP1000 Codes et normes APR1400 Inspection des fabricants VVER ABWR Groupes de travail sur des conceptions spécifiques : COOPÉRATION sur des sujets spécifiques : CONVERGENCE Bibliothèque MDEP Forum international Génération IV (GIF) Le Forum international Génération IV (GIF) propose un cadre de coopération internationale pour mener la recherche-développement nécessaire à la définition de la faisabilité et des performances de la future génération des systèmes d énergie nucléaire. Le Forum international Génération IV compte 13 membres, tous signataires de son document fondateur, la Charte GIF. L Afrique du Sud, l Argentine, le Brésil, le Canada, la Corée, les États-Unis, la France, le Japon et le Royaume-Uni ont signé la charte en juillet Ils ont été suivis de la Suisse (2002), d Euratom (2003) et de la Chine et de la Russie (2006). Suite à l examen minutieux en 2002 d environ 100 concepts, les membres du GIF ont sélectionné six systèmes sur lesquels portera la R&D : le réacteur à neutrons rapides à calo- porteur gaz (RNR-G), le réacteur à neutrons rapides refroidi au plomb (RNR-Pb), le réacteur à sels fondus (RSF), le réacteur à neutrons rapides à caloporteur sodium (RNR-Na), le réacteur refroidi à l eau supercritique (RESC) et le réacteur à très haute température (RTHT). Des informations détaillées sur ces systèmes sont disponibles dans A Technology Roadmap for Generation IV Nuclear Energy Systems (2002) et dans les mises à jour ultérieures GIF R&D Outlook for Generation IV Nuclear Energy Systems (2009) et GIF Technology Roadmap Update (2014). Ces trois ouvrages peuvent être consultés sur le site internet du GIF (www.gen-4.org). Depuis 2004, l AEN assure le Secrétariat technique du GIF, soutenant les organes techniques chargés du développement de ces six systèmes ainsi que les trois groupes de travail sur la méthodologie. 7

8 Publications et informations à l AEN Toutes les publications de l AEN sont disponibles gratuitement en ligne à Quelques titres de l AEN AEN Infos Nuclear Energy Today Publié deux fois par an en anglais et en français. 36 pages environ. Second Edition N AEN pages. Bulletin de droit nucléaire Nuclear Site Remediation and Restoration during Decommissioning of Nuclear Installations Deux numéros par an. Crisis Communication: Facing the Challenges Workshop Proceedings Madrid, Spain, 9-10 May 2012 N AEN pages. R&D and Innovation Needs for Decommissioning Nuclear Facilities Données sur l énergie nucléaire/nuclear Energy Data 2014 N AEN A Collective Statement of the OECD Nuclear Energy Agency Radioactive Waste Management Committee Adopted March 2012 N AEN pages. International Structure for Decommissioning Costing (ISDC) of Nuclear Installations Nuclear Development 2014 Managing Environmental and Health Impacts of Uranium Mining Nuclear Energy and Renewables: System Effects in Low-carbon Electricity Systems The Characteristics of an Effective Nuclear Regulator N AEN pages. The Economics of the Back End of the Nuclear Fuel Cycle NEA N AEN pages. The Fukushima Daiichi Nuclear Power Plant Accident: OECD/NEA Nuclear Safety Response and Lessons Learnt N AEN pages. Synthèse également disponible en japonais The Fukushima Daiichi Nuclear Power Plant Accident The Fukushima Daiichi Nuclear Power Plant Accident: OECD/NEA Nuclear Safety Response and Lessons Learnt Managing Environmental and Health Impacts of Uranium Mining Synthèse également disponible en anglais et en français. Technology Roadmap: Nuclear Energy N AEN pages. N AEN pages. N AEN pages. N AEN pages Edition N AEN pages. Geological Disposal of Radioactive Waste: National Commitment, Local and Regional Involvement Managing Environmental and Health Impacts of Uranium Mining N AEN pages. OECD/NEA Nuclear Safety Response and Lessons Learnt NEA Uranium 2014: Resources, Production and Demand N AEN pages. De nombreuses ressources en ligne Pour plus d informations sur les publications de l AEN Agence de l OCDE pour l énergie nucléaire, Service des publications 12 boulevard des Îles, Issy-les-Moulineaux, France Tél. : +33 (0) ; Fax : +33 (0) ; site Internet : 8 OCDE/AEN, avril 2015 Outre une présentation de l Agence et de son programme de travail, le site internet de l AEN propose des centaines de rapports téléchargeables gratuitement sur des questions techniques ou de politique. Il est possible de s abonner gratuitement (www.oecd-nea.org/bulletin) à un bulletin électronique mensuel présentant les derniers résultats, événements et publications de l AEN. Consultez notre page Facebook sur ou suivez-nous sur

Projets communs de l AEN : sûreté nucléaire, gestion des déchets radioactifs, radioprotection, sciences

Projets communs de l AEN : sûreté nucléaire, gestion des déchets radioactifs, radioprotection, sciences Projets communs de l AEN : sûreté nucléaire, gestion des déchets radioactifs, radioprotection, sciences Projet Participants Budget Programme CODAP (Programme sur le retour d expérience, de la dégradation

Plus en détail

L Agence de l OCDE. l énergie nucléaire

L Agence de l OCDE. l énergie nucléaire L Agence de l OCDE pour l énergie nucléaire AEN L AEN L Agence pour l énergie nucléaire (AEN) est une agence spécialisée de l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), une organisation

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

les étudiants d assas au service des professionnels

les étudiants d assas au service des professionnels les étudiants d assas au service des professionnels 2 3 Présentation Générale Les avantages de l Association Pour les professionnels QUI SOMMES-NOUS? Assas Junior Conseil est une association à caractère

Plus en détail

REX implémentation de la norme ISO 27001 en environnement infogéré. 11 juin 2009 Sébastien BOMBAL AREVA - IT Operations

REX implémentation de la norme ISO 27001 en environnement infogéré. 11 juin 2009 Sébastien BOMBAL AREVA - IT Operations REX implémentation de la norme ISO 27001 en environnement infogéré 11 juin 2009 Sébastien BOMBAL AREVA - IT Operations AREVA Leader mondial dans les métiers de l'énergie N 1 sur l'ensemble du cycle nucléaire

Plus en détail

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE DONNÉES DE BASE SUR L ÉNERGIE DANS LE MONDE Les réserves La production La consommation Les prix du pétrole Les routes de l énergie LES RESERVES Région du monde LES RÉSERVES ÉNERGÉTIQUES

Plus en détail

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Rendement des fonds de pension et des fonds de

Plus en détail

Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique

Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique Département reconnaissance des diplômes Centre ENIC-NARIC France Module 1 première partie Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique Projet ERASMUS+ «Appui à l utilisation des outils de mobilité

Plus en détail

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier.

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. VACANZA L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. Judicieuse et fiable. L assurance voyage de SWICA. L envie d ailleurs vous a pris, et les valises sont bouclées. Vous

Plus en détail

Offre Entreprises. Colissimo. Solution d affranchissement en ligne. Tarifs applicables au 1 er mars 2012

Offre Entreprises. Colissimo. Solution d affranchissement en ligne. Tarifs applicables au 1 er mars 2012 Offre Entreprises Colissimo Solution d affranchissement en ligne s applicables au 1 er mars 2012 OFFRE Nationale Colissimo Access F Livraison en boîte à lettres* Colissimo Expert F Colissimo Services F

Plus en détail

Table des matières

Table des matières Table des matières Australie 0 0 28.4 9.4 5.1 57.1 0 Autriche 0.4 0.2 27.5 29 1.7 6.9 34.3 Belgique 0 0.7 24.2 35.6 7.8 0 31.7 Canada 0 0 10.4 24.2 47.5 2.1 15.8 Chili

Plus en détail

Session 13 : La préqualification dans le contexte des approvisionnements du Fonds Mondial

Session 13 : La préqualification dans le contexte des approvisionnements du Fonds Mondial Session 13 : La préqualification dans le contexte des approvisionnements du Fonds Mondial Etabli en 2002 Le Fonds Mondial Draine et distribue des ressources supplémentaires pour prévenir et traiter le

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

La Marque de sécurité UL-EU. La nouvelle marque de certification paneuropéenne mondialement reconnue

La Marque de sécurité UL-EU. La nouvelle marque de certification paneuropéenne mondialement reconnue La Marque de sécurité UL-EU La nouvelle marque de certification paneuropéenne mondialement reconnue Services d essais et de certification mondlaux La Marque UL confirme que des échantillons représentatifs

Plus en détail

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES 2 RECOMMANDATION DU CONSEIL RELATIVE À UN ACCÈS ÉLARGI ET UNE EXPLOITATION PLUS EFFICACE CONCERNANT LES INFORMATIONS DU ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES L OCDE est un forum unique

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.30/AC.2/2001/12 8 août 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE Comité de gestion de la Convention TIR de

Plus en détail

Comparaison internationale des Charges fiscales

Comparaison internationale des Charges fiscales Comparaison internationale des Charges fiscales Taux et quotes-parts d'impôts dans différents pays de l'ocde Janvier 2014 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

L Agence pour l énergie nucléaire

L Agence pour l énergie nucléaire L Agence pour l énergie nucléaire Production totale d électricité et part de l énergie nucléaire en 2000 en TWh net 5 000 4 000 Totale Nucléaire 3 000 2 000 1 000 18 % 31 % 32 % 0 OCDE Amérique OCDE Europe

Plus en détail

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Présentation au Comité de la santé nucléaire de Durham Le 14 novembre 2014 Miguel Santini Directeur,

Plus en détail

ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE

ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE 104 SOURCE STATISTIQUE L entrée en vigueur de la loi du 31 décembre 1990 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques a suscité un besoin croissant d informations

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Michael Binder, président

Michael Binder, président Commission canadienne de sûreté nucléaire Canadian Nuclear Safety Commission Présentation donnée à la Conférence et la foire commerciale 2014 de l Association nucléaire canadienne Michael Binder, président

Plus en détail

Systèmes d ouverture et de fermeture de cuves de réacteurs et composants primaires

Systèmes d ouverture et de fermeture de cuves de réacteurs et composants primaires Systèmes d ouverture et de fermeture de cuves de réacteurs et composants primaires Plus rapide et en toute sécurité sur le chemin critique avec Siempelkamp heures dans le monde entier >>> www.siempelkamp-tensioning.com

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

Cadre de référence Groupe de travail de la CCSN Examen de l événement nucléaire au Japon : Répercussions sur les centrales nucléaires canadiennes

Cadre de référence Groupe de travail de la CCSN Examen de l événement nucléaire au Japon : Répercussions sur les centrales nucléaires canadiennes Cadre de référence Groupe de travail de la CCSN Examen de l événement nucléaire au Japon : Répercussions sur les centrales nucléaires canadiennes Objet L objectif général consiste à évaluer les répercussions

Plus en détail

ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE

ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE 144 145 SOURCE STATISTIQUE L entrée en vigueur de la loi n 90-1259 du 31 décembre 1990 organisant la fusion des anciennes professions d avocat et de conseil juridique ainsi

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle

Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle Je réponds en tant que...: réponses % Consommateur 41 ( 31.1%) Organisation représentative 30 ( 22.7%) Entreprise

Plus en détail

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire?

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire? Quel avenir pour lénergie l énergie nucléaire? Origine de l énergie nucléaire État critique du réacteur Utilité des neutrons retardés Quel avenir pour le nucléiare? 2 Composant des centrales nucléaires

Plus en détail

Plan stratégique de l Agence pour l énergie nucléaire

Plan stratégique de l Agence pour l énergie nucléaire Plan stratégique de l Agence pour l énergie nucléaire 1999 AGENCE POUR L ÉNERGIE NUCLÉAIRE ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES Sommaire Introduction.............................................................

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE NATIONS UNIES COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE RECOMMANDATION n 4, deuxième édition, adoptée par le Centre des Nations Unies pour la facilitation du

Plus en détail

Présentation Altran. Octobre 2008

Présentation Altran. Octobre 2008 Présentation Altran Octobre 2008 Le Groupe Altran: identité Pionnier du conseil en innovation technologique Leader en Europe Créé en 1982, soit plus de 25 années d expertise dans le domaine du conseil

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGCIS-Banque de France auprès des visiteurs venant de l étranger

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Dossier de presse 24-26 Avril 2013 Rabat - MAROC COMMUNIQUE DE PRESSE Bank Al-Maghrib organise la huitième

Plus en détail

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Pour la 7 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Exercer une activité temporaire hors de France

Exercer une activité temporaire hors de France Artisans, commerçants, professions libérales Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations Édition 2015 Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/SC.3/2006/4/Add.2 19 juillet 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Nuclear Technology and Innovation

Nuclear Technology and Innovation Nuclear Technology and Innovation 2 Nuvia Group Construction Prolongation de la durée de vie Opérateur industriel Radioprotection Démantèlement Gestion des déchets Nuvia - Votre partenaire nucléaire L

Plus en détail

Caractéristiques des ménages immigrés

Caractéristiques des ménages immigrés Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015 Trouver ses marques OCDE/Union européenne 2015 Chapitre 4 Caractéristiques des ménages immigrés La structure du ménage et de la famille est déterminante

Plus en détail

MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020)

MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) 20 avril 2012 Washington, DC MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) I. OBJECTIFS, FONCTIONS ET MISSIONS OBJECTIFS DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE

Plus en détail

Législation nucléaire des

Législation nucléaire des Législation nucléaire des pays de l OCDE et de l AEN Réglementation générale et cadre institutionnel des activités nucléaires Danemark ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES L OCDE

Plus en détail

INTRODUCTION A L INDUSTRIE NUCLÉAIRE

INTRODUCTION A L INDUSTRIE NUCLÉAIRE INTRODUCTION A L INDUSTRIE NUCLÉAIRE L industrie nucléaire, définition (1) Ensemble des procédés de transformation qui utilisent les propriétés du noyau atomique Dans le domaine civil l exploitation des

Plus en détail

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Bruxelles, le 14 avril 2014 En 2013, les autorités nationales chargées des questions de consommation

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

Rapport final du Projet Canada

Rapport final du Projet Canada Rapport final du Projet Canada Mission possible : une prospérité durable pour le Canada Conférence Affaires et perspectives économiques 2008 Montréal, 28 novembre 2007 Mario Lefebvre, directeur, Service

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Les politiques climatique et énergétique de la France

Les politiques climatique et énergétique de la France Les politiques climatique et énergétique de la France Rouen, le 11 avril 2011 Domitille BONNEFOI Domitille.bonnefoi@developpement-durable.gouv.fr DGEC Ministère de l'écologie, du Développement durable

Plus en détail

Développement de l énergie nucléaire. Réduction des coûts. en capital des centrales nucléaires

Développement de l énergie nucléaire. Réduction des coûts. en capital des centrales nucléaires Développement de l énergie nucléaire Réduction des coûts en capital des centrales nucléaires A G E N C E P O U R L É N E R G I E N U C L É A I R E OCDE, 2000 Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée

Plus en détail

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international PERFORMANCE EXPORT Développement à l'international V 4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international Si on en parlait? Vous recherchez de nouveaux débouchés à l international? Vous entretenez

Plus en détail

ECE/MP.WH/WG.1/2014/3 EUDCE/1408105/1.10/2014/WGWH/07. Conseil économique et social

ECE/MP.WH/WG.1/2014/3 EUDCE/1408105/1.10/2014/WGWH/07. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 17 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Organisation mondiale de la Santé Bureau régional pour l Europe

Plus en détail

LE DEVELOPPEMENT RESPONSABLE DE L'ENERGIE NUCLEAIRE: L'ACTION DE LA FRANCE. Document de travail présenté par la France

LE DEVELOPPEMENT RESPONSABLE DE L'ENERGIE NUCLEAIRE: L'ACTION DE LA FRANCE. Document de travail présenté par la France LE DEVELOPPEMENT RESPONSABLE DE L'ENERGIE NUCLEAIRE: L'ACTION DE LA FRANCE Document de travail présenté par la France «La vision de la France, c est un monde qui ne doit pas se diviser entre pays possesseurs

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité L économie française dans l Europe du tout-compétitivité Michel Husson Fédération CGT des services d études Journée «Compétitivité», 11 décembre 2014 La compétitivité : définition et mesures Capacité (d

Plus en détail

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO.

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO. U Conférence générale 32e session, Paris 2003 32 C 32 C/19 10 juillet 2003 Original français Point 6.1 de l'ordre du jour provisoire ADAPTATION AUX BESOINS DE L ORGANISATION DU "REGLEMENT RELATIF A LA

Plus en détail

REAVIE 2009. 14 au 16 octobre 2009

REAVIE 2009. 14 au 16 octobre 2009 REAVIE 2009 14 au 16 octobre 2009 1 1 Développer les activités Employee Benefits et Emprunteur à l international Atelier N 12 2 2 Les Assurance Collectives: un métier de plus en plus international Maturité

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

VAIO en toute sérénité

VAIO en toute sérénité VAIO en toute sérénité Les garanties VAIO et leurs Extensions Modèles VAIO grand public Garantie standard 1 an* Extensions de Garantie Modèles VAIO Professionnels Garantie standard 2 ans* internationale

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

Le Case management formation professionnelle

Le Case management formation professionnelle Le Case management formation professionnelle Jean-Pascal Lüthi Chef de la Division formation professionnelle initiale et supérieure Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI

Plus en détail

D Environnement pédagogique

D Environnement pédagogique Chapitre D Environnement pédagogique et organisation scolaire Regards sur l éducation OCDE 2011 407 Combien de temps les élèves passent-ils en classe? Dans les pays de l OCDE, les élèves sont censés suivre

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Bienvenue chez Bürkert Bürkert, le partenaire idéal de votre réussite. Quel que soit votre problème en matière de fluidique, nous mettons tout en œuvre pour vous apporter la solution

Plus en détail

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN Étude de marché Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN EDMS N : 1382269 MS-4034/GS Afin d être pris en considération en tant que soumissionnaire

Plus en détail

Des SOLUTIONS. au service de la croissance de votre entreprise

Des SOLUTIONS. au service de la croissance de votre entreprise Des SOLUTIONS COMMERCI au service de la croissance de votre entreprise LES C BINET CONSEIL INTERN TION L expert en transformation commerciale 01 NOTRE AMBITION 02 NOTRE APPROCHE 03 NOS ATOUTS Vous orienter

Plus en détail

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL EN BREF Rexel, leader mondial de la distribution professionnelle de produits et services pour le monde de l énergie La mission

Plus en détail

Qui sommes-nous? Motivation Factory propose des solutions web

Qui sommes-nous? Motivation Factory propose des solutions web Qui sommes-nous? Motivation Factory propose des solutions web La Motivation intangible : portails collaboratifs métiers, innovation collaborative, management des idées, brainstorming La Motivation tangible

Plus en détail

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 109 Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs

Plus en détail

Coûts prévisionnels de production de l électricité

Coûts prévisionnels de production de l électricité Coûts prévisionnels de production de l électricité Mise à jour 2005 AGENCE POUR L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AGENCE INTERNATIONALE DE L ÉNERGIE ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES ORGANISATION

Plus en détail

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011 Réunion actionnaires Strasbourg 14 décembre 2011 Sommaire Général A la découverte d Edenred Stratégie Dernières tendances et perspectives 2011 Réunion actionnaires 14 décembre 2011 - Strasbourg 2 Sommaire

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie Consultation Tourisme Questionnaire pour l industrie Identification de l entreprise (choisissez une seule option parmi les questions a f) a) Où se trouve le siège de votre entreprise (pays de résidence)?..

Plus en détail

Les autorités de sûreté face au démantèlement des réacteurs nucléaires

Les autorités de sûreté face au démantèlement des réacteurs nucléaires Réglementation nucléaire ISBN 92-64-02121-3 Les autorités de sûreté face au démantèlement des réacteurs nucléaires OCDE 2003 AGENCE POUR L ÉNERGIE NUCLÉAIRE ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 Site de L'Ambassade Modalités d obtention d un visa Si vous êtes de nationalité française ou ressortissant

Plus en détail

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU DECEMBRE 2012, N 22 Ce bulletin d information présente les dernières données de l ISU sur la science et la technologie disponibles en octobre

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

La gestion des incidents graves en Australie

La gestion des incidents graves en Australie ISSN 1609-7548 La gestion des incidents graves en Australie PEB Échanges 2007/4 OCDE 2007 La gestion des incidents graves en Australie Par Ike Ellis et Sara Thorley-Smith, Département de l éducation et

Plus en détail

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange Sous thème 1.2 : La dimension internationale de l échange Chapitre 4 : L ouverture des économies Problématique(s) du sous thème : Les conséquences

Plus en détail

COMMENT COMMANDER? Par courrier. En ligne sur le site www.quae.com. Par fax. Par email

COMMENT COMMANDER? Par courrier. En ligne sur le site www.quae.com. Par fax. Par email COMMENT COMMANDER? Par courrier Adresser votre commande à l aide du bon de commande proposé en page 4 que vous aurez imprimé ou sur papier libre en mentionnant bien le titre de l ouvrage et la quantité

Plus en détail

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS PARTIE 3 Avant-propos...76 Synthèse...77 Règlements européens > Les paiements des rentes d accident du travail...8 > Les paiements des pensions d invalidité...83 > Les paiements des pensions de vieillesse...86

Plus en détail

Budget 2016 Barème des contributions

Budget 2016 Barème des contributions CERN/FC/5926 Original : anglais 10 juin 2015 ORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH Suite à donner Procédure de vote Recommandation au Conseil

Plus en détail