I-L INFLUENCE DE LA TEMPÉRATURE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I-L INFLUENCE DE LA TEMPÉRATURE"

Transcription

1 PARTIE I : Respiration Chapitre 2 : Physiologie de l appareil respiratoire DM : LES FACTEURS MODULANT L AFFINITE DE L HEMOGLOBINE Objectif : Étudier l influence de certains facteurs du milieu intérieur sur l affinité de l hémoglobine pour le dioxygène I-L INFLUENCE DE LA TEMPÉRATURE

2 PO 2 tissulaire = 4 kpa 1. Définissez, puis comparez une hyperthermie et une hypothermie. Hypothermie : Baisse de la T corporelle en dessous de la normale Hyperthermie : Hausse de la T corporelle au-dessus de la normale Ces 2 termes désignent donc une anomalie de la T corporelle mais il s agit d une T est au-dessus de 37 C (état fiévreux par exemple) pour l hyperthermie et d une T est en dessous de 37 C (après une exposition prolongée au froid par exemple) pour l hypothermie. 2. Analysez le document 1. Reportez sur le graphique la pression partielle en O 2 tissulaire. (Utilisez les données de l exercice «les échanges gazeux»). Relevez pour chaque courbe la valeur correspondante du pourcentage de saturation, indiquez vos résultats dans le tableau. Température (en C) Pourcentage de saturation de l hémoglobine 20 Environ 88 % 37 Environ 60 % 43 Environ 38 % Décrivez l évolution des courbes de saturation en fonction de la température. Dans les conditions physiologiques (T = 37 C), le % de saturation de l Hb au niveau tissulaire est d environ 60% : c est-à-dire que 40% de l O 2 transporté depuis les poumons est libéré dans les tissus. En hypothermie, la saturation étant plus élevée (= affinité Hb pour O 2 augmente), les tissus consomment moins d O 2 (métabolisme ralenti). En revanche, en hyperthermie, la saturation est plus faible (= affinité Hb pour O 2 diminue), signe d une augmentation du métabolisme.

3 3. Interprétez l influence de la température sur l affinité de l hémoglobine pour le dioxygène. Pour cela, cochez les réponses correctes. Quand la température augmente, l affinité de l hémoglobine pour le dioxygène diminue. Quand la température augmente, l affinité de l hémoglobine pour le dioxygène augmente. Quand la température diminue, l affinité de l hémoglobine pour le dioxygène augmente. Quand la température diminue, l affinité de l hémoglobine pour le dioxygène diminue. La diminution de la température facilite la dissociation du dioxygène. L augmentation de la température facilite la dissociation du dioxygène de l hémoglobine.

4 PARTIE I : Respiration Chapitre 2 : Physiologie de l appareil respiratoire DM : LES FACTEURS MODULANT L AFFINITE DE L HEMOGLOBINE Objectif : Étudier l influence de certains facteurs du milieu intérieur sur l affinité de l hémoglobine pour le dioxygène I-L INFLUENCE DE LA TEMPÉRATURE II-L INFLUENCE DU ph ET DE LA PRESSION PARTIELLE EN DIOXYDE DE CARBONE

5 1. Rappelez la valeur du ph sanguin chez une personne en bonne santé. 2. Définissez, puis comparez une alcalose et une acidose. La valeur du ph sanguin se situe entre 7,35 et 7,45, c est-à-dire à 7,4 en moyenne. Alcalose : Hausse du ph sanguin au-dessus de la normale Acidose : Baisse du ph sanguin en dessous de la normale Ces 2 termes désignent donc une anomalie de l équilibre acido-basique du sang mais il s agit d un ph est au-dessus de 7,4 (vomissements par exemple) chez un individu en alcalose alors que le ph est en dessous de 7,4 (hyperventilation par exemple) chez un individu en acidose métabolique. 3. Rappelez la valeur de la pression partielle en dioxyde de carbone au niveau alvéolaire. 4. Définissez, puis comparez une hypocapnie et une hypercapnie. La PCO 2 alvéolaire est de 5,3 kpa. Hypercapnie : Hausse de la PCO 2 du sang hématosé au-dessus de la normale Hypocapnie : Baisse de la PCO 2 du sang hématosé en dessous de la normale Ces 2 termes désignent donc une anomalie de la concentration plasmatique en CO 2 mais il s agit d une PCO 2 est au-dessus de 5,3 kpa (dyspnée par exemple) en hypercapnie alors que la PCO 2 est en dessous de 5,3 kpa (AVC par exemple) en hypocapnie

6 PO 2 tissulaire = 4 kpa PO 2 tissulaire = 4 kpa 5. Analysez les graphiques du document 2 : Interprétez l influence des 2 paramètres étudiés sur l affinité de l hémoglobine pour le dioxygène. Si l on se place au niveau tissulaire, là où l Hb relâche l O 2 du sang vers les cellules, plus le ph est élevé (de acidose vers alcalose), plus le % de saturation de l Hb augmente, ce qui traduit une augmentation de l affinité pour l O 2 : l O 2 est donc de moins en moins disponible pour les tissus quand le ph augmente. De la même manière, plus la PCO 2 est faible (de hypercapnie vers hypocapnie), plus le % de saturation de l Hb augmente, ce qui traduit une augmentation de l affinité pour l O 2 : l O 2 est donc de moins en moins disponible pour les tissus quand la PCO 2 alvéolaire, donc du sang hématosé, diminue.

7 6. Au cours d un effort physique, la température, le ph et la PCO 2 évoluent. Complétez le tableau. Paramètre Situation en cas d effort physique Explication physiologique à chaque évolution La température Une hypothermie 37 C Une hyperthermie A l effort, il y a plus d O 2 consommé, donc plus de respiration cellulaire, donc plus de déperdition d énergie sous forme de chaleur Le ph Une alcalose Un ph sanguin physiologique Une acidose L augmentation de l activité cellulaire, notamment des cellules musculaires, implique une augmentation de la production de déchets métaboliques tels que l acide lactique La PCO 2 Une hypocapnie La PCO 2 alvéolaire Une hypercapnie Puisqu il y a plus d O 2 consommé, il y a donc plus de CO 2 rejeté Concluez quant à l influence de l effort musculaire sur l affinité de l hémoglobine pour le dioxygène. Un effort musculaire implique une augmentation de la T de l organisme, une augmentation de la production de CO 2 et autres déchets, donc une baisse du ph. D après les informations précédentes, ces 3 modifications physiologiques entraînent toutes une diminution de l affinité de l Hb pour l O 2, donc une augmentation de l O 2 disponible pour les tissus. Les modifications observées au cours d un effort physique contribuent donc toutes à favoriser la respiration cellulaire des cellules, musculaires notamment.

8 Remarque : PO 2 alvéolaire = 13,2 kpa Le % de saturation de l Hb, donc l affinité de l Hb pour l O 2, ne varie pas au niveau alvéolaire : Quelle que soit la T Quel que soit le ph Quelle que soit la PCO 2 Les modifications physiologiques observées à l effort n ont donc d influence sur l affinité de l Hb pour l O 2 qu au niveau des tissus PO 2 alvéolaire = 13,2 kpa PO 2 alvéolaire = 13,2 kpa

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Exercice A :Une faible absorption des acides aminés (anorexie, dénutrition, problème métabolique etc.) ne permet pas à l organisme de renouveler et de conserver

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

La fonction respiratoire

La fonction respiratoire La fonction respiratoire Introduction Fonction vitale : Au-delà de 3 min = atteintes graves Après 5 min = très altérés On parle de 3 phénomènes : Ventilation : respiration visible, échanges aériens intérieur

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles?

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles? Sommaire Séquence 3 Pour nous déplacer, prendre un objet, monter des escaliers, nous utilisons nos muscles. Quand nous devons faire un effort important, il faut prendre des aliments riches en énergie,

Plus en détail

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 D interpréter un gaz artériel/veineux; Connaître les éléments qui font varier un gaz artériel/veineux; Connaître les interventions de bases qui visent à corriger les déséquilibres

Plus en détail

L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TP

L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TP 63 L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES NATURELLES Perspectives pour une Expérimentation Assistée par Ordinateur (EX.A.O.) Serge CESARANO, André VIDEAUD I- OBJECTIFS DE L'EXPÉRIMENTATION

Plus en détail

UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC. D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale

UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC. D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale TP1 : Le système cardio-vasculaire et respiratoire FONTAINE Lionel RADONDY Yoan Groupe :

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE Edwige TROHEL 1 SOMMAIRE 1.- DE QUOI EST COMPOSE LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE 2.- LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE EST SOLLICITE EN PLONGEE, POURQUOI? 3.-LE CŒUR 3.1.- DESCRIPTION et ROLE 3.2.- SON FONCTIONNEMENT

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Septembre 2014. Document rédigé par :

Septembre 2014. Document rédigé par : La chambre hyperbare CIT Septembre 2014 Document rédigé par : Dr Kim Boutet, pneumologue Christian Custeau, Bsc. Inf., ICH Bryan Crisalli, TCH. TMP. Dr Mario Dugas, pneumologue Sylvain Larivière, inf.,

Plus en détail

Projet de Domaine d Approfondissement : Effets du CO 2 dans l eau de boisson des animaux d élevage

Projet de Domaine d Approfondissement : Effets du CO 2 dans l eau de boisson des animaux d élevage Projet de Domaine d Approfondissement : Effets du CO 2 dans l eau de boisson des animaux d élevage Claire BERTIN & Marie DECHERF & Célestin JAUNEL Anaïs LABECOT & Chrystelle RACHED Spécialité Agriculture,

Plus en détail

L interprétation de la gazométrie sanguine

L interprétation de la gazométrie sanguine Les acides et les bases : une question d équilibre L interprétation de la gazométrie sanguine la fin du casse-tête! Philippe Woods 1 Un homme de 73 ans consulte à l urgence pour des difficultés respiratoires.

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments.

Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments. Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments. Nous savons que nos organes utilisent le dioxygène, mais aussi les nutriments contenus dans le sang, pour fabriquer l énergie dont ils

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

URGENCES. Les prises en charge spécifiques de la noyade. Chapitre 100. 1. Définition de la noyade par l OMS. 2. Épidémiologie

URGENCES. Les prises en charge spécifiques de la noyade. Chapitre 100. 1. Définition de la noyade par l OMS. 2. Épidémiologie Chapitre 100 Les prises en charge spécifiques de la noyade E. MATHON 1, J.-C. AYMARD 2, M. KRETLY 3, J. LEVRAUT 4 1. Définition de la noyade par l OMS D après l OMS, «la noyade est une insuffisance respiratoire

Plus en détail

LA COURSE LONGUE DUREE

LA COURSE LONGUE DUREE LA COURSE LONGUE DUREE LES TEXTES (2002): Les compétences de fin de cycle sont les suivantes : Cycle 2 : courir longtemps (entre 6 et 12mn), selon les capacités de chacun, de façon régulière? sur une longue

Plus en détail

La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes

La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes Nous avons vu que le sang est impliqué dans tous les échanges de l'organisme avec le milieu extérieur SL: Echanges

Plus en détail

Développement de l enfantl croissance et maturation

Développement de l enfantl croissance et maturation Psychopédagogie des APS Développement de l enfantl croissance et maturation Introduction Pour optimiser l enseignement de l EPS aux enfants et adolescents, il est nécessaire d avoir quelques connaissances

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING Anne DELEXTRAT, Véronique TRICOT, Thierry BERNARD, Fabrice VERCRUYSSEN, Christophe HAUSSWIRTH & Jeanick BRISWALTER Le triathlon est

Plus en détail

www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55

www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 Centre de tests www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 Un centre de tests compétent En étroite collaboration, le centre de fitness CTS et la Physio Balance vous propose

Plus en détail

Évaluation de la fonction respiratoire

Évaluation de la fonction respiratoire AFM - L. Audinet AFM / R. Bourguet AFM - L. Audinet Évaluation de la fonction respiratoire dans les maladies neuromusculaires FÉVRIER 2009 Les maladies neuromusculaires se caractérisent par le développement

Plus en détail

Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie

Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie Partie 2 Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie Y Cette partie doit permettre à l élève d appréhender quelques aspects généraux concernant le fonctionnement du corps humain. Il s agit principalement

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Précipitation - Produit de solubilité

Précipitation - Produit de solubilité Précipitation Produit de olubilité A Introduction : Lor de l addition de certain ion ( O H, Cl,...) dan une olution contenant de cation métallique, nou contaton qu il apparaît une phae olide. L apparition

Plus en détail

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007 Mobilisation des connaissances 1- Quand est devenue la Réanimation une spécialité à part entière? Selon quel texte réglementaire 2- Donnez la définition d une unité de réanimation 3- Quel est l effectif

Plus en détail

Répondre à vos besoins essentiels

Répondre à vos besoins essentiels Répondre à vos besoins essentiels LA QUALITE PAR VOCATION L analyseur conçu pour mesurer les paramètres d urgence fondamentaux Si vous êtes à la recherche d une solution efficace et rentable pour la mesure

Plus en détail

Le Régime Alimentaire. LR Health & Beauty Systems

Le Régime Alimentaire. LR Health & Beauty Systems Le Régime Alimentaire LR Health & Beauty Systems Les accessoires Le mètre La balance LR géniale LR a créé pour vous un mètre qui calcule votre indice de masse corporelle (IMC) achetez le ref Ruban BMI

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan Adaptations CardioVasculaire et Ventilatoire à L Exercice Musculaire Helmi BEN SAAD (MD, PhD) helmibensaad@rnstn Introduction Adaptation? Problème (1/2 intérieur, environnement) Réponses Physiologique

Plus en détail

Constante d acidité d un couple acide/base

Constante d acidité d un couple acide/base ACTIVITE-COURS CHIMIE N 3 TS 1/6 CONSTANTE D ACIDITE D UN COUPLE ACIDE/ABASE Objectifs de l'activité Activité-cours de chimie N 3 Constante d acidité d un couple acide/base Connaître la réaction d autoprotolyse

Plus en détail

Séquence 1. Quantifier l effort et ses effets. Sommaire. 1. Les besoins d un muscle au cours d un effort physique

Séquence 1. Quantifier l effort et ses effets. Sommaire. 1. Les besoins d un muscle au cours d un effort physique Séquence 1 Quantifier l effort et ses effets Sommaire 1. Les besoins d un muscle au cours d un effort physique 2. Les modifications physiologiques permettant de répondre aux besoins des muscles 3. Synthèse

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

L équilibre acido-basique

L équilibre acido-basique Fiction, démystification et vérité sur «L équilibre acido-basique» (EAB) L équilibre acido-basique sujet délicat, épineux et fort complexe Les dernières recherches, les derniers résultats Tout ce qu un

Plus en détail

La course longue à l école :

La course longue à l école : aspect bio énergétique, biomécanique, motivationnel gérard: IUFM de la Réunion 2012 13 La course longue à l école : 1 Les instructions officielles 2 Historique du 1500 m 3 S entraîner : améliorer ses performances

Plus en détail

L air que nous respirons

L air que nous respirons L air que nous respirons Brumes matinales sur le bocage normand, France Les êtres vivants et le dioxygène Le dioxygène est une molécule essentielle de l environnement. Elle représente près de 21 % des

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

AGREGATION CONCOURS INTERNE ET CAER

AGREGATION CONCOURS INTERNE ET CAER EAI SVT 1 Repère à reporter sur la copie SESSION 2010 AGREGATION CONCOURS INTERNE ET CAER Section : SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS COMPOSITION À PARTIR D UN DOSSIER Durée : 5

Plus en détail

LE MONOXYDE DE CARBONE : PROPRIÉTÉS FORMATION LORS DES PROCESSUS DE COMBUSTION

LE MONOXYDE DE CARBONE : PROPRIÉTÉS FORMATION LORS DES PROCESSUS DE COMBUSTION Chapitre 1 LE MONOXYDE DE CARBONE : PROPRIÉTÉS FORMATION LORS DES PROCESSUS DE COMBUSTION Le monoxyde de carbone est l un des polluants atmosphériques les plus répandus. Il est le résultat de phénomènes

Plus en détail

LE METABOLISME AEROBIE. {Licence STAPS 98-99. C1-M2. Cours de François COTTIN} 1. LE METABOLISME AEROBIE...3. 1.1. Méthode directe...

LE METABOLISME AEROBIE. {Licence STAPS 98-99. C1-M2. Cours de François COTTIN} 1. LE METABOLISME AEROBIE...3. 1.1. Méthode directe... LE METABOLISME AEROBIE Le 24 Octobre 1998 {Licence STAPS 98-99. C1-M2. Cours de François COTTIN} 1. LE METABOLISME AEROBIE...3 1.1. Méthode directe... 3 1.1.1. Les équivalents énergétiques...3 1.1.2. Quotient

Plus en détail

RÉSUMÉ These de doctorat intitulee Recherches concernant la dynamique de principal processus métabolique a chienne dans la période de lactation

RÉSUMÉ These de doctorat intitulee Recherches concernant la dynamique de principal processus métabolique a chienne dans la période de lactation RÉSUMÉ These de doctorat intitulee Recherches concernant la dynamique de principal processus métabolique a chienne dans la période de lactation MOTS CLE : métabolisme, lactation, chienne Le but de cet

Plus en détail

Calculons les concentrations de glucose dans les différents échantillons :

Calculons les concentrations de glucose dans les différents échantillons : Exercice : La chaptalisation (7points) = 0,25pt donc 28 1 OH 2 C est un alcool primaire. 3 C 6 H 12 O 6 -> 2C 2 H 6 O + 2CO 2 2. 2.1 La stœchiométrie de l équation de la réaction, nous montre qu un mole

Plus en détail

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport 1-Introduction: La motricité Évolution des aptitudes motrices avec la croissance amélioration jusqu à 18 ans chez amélioration jusqu à la puberté chez

Plus en détail

Thème 3 : Corps humain et santé : l'exercice physique

Thème 3 : Corps humain et santé : l'exercice physique Thème 3 : Corps humain et santé : l'exercice physique Chapitre 1 : Des modifications Introduction physiologiques à l'effort Au cours d'un effort physique, on observe des manifestations de cet effort chez

Plus en détail

Exemples d exercices de type «bac» Série ST2S

Exemples d exercices de type «bac» Série ST2S Exemples d exercices de type «bac» Série ST2S Exercice 1 7 points On étudie le nombre de bactéries contenues dans un organisme à la suite d une infection. Il est donné, en fonction du temps (exprimé en

Plus en détail

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE Le début vous l avez fait avant les vacances cours de ce jours à partir du II Chap8 TS spécialité Thème 3 Restitution des acquis LA REGULATION DE LA GLYCEMIE http://img10.beijing2008.cn/20080824/img214581293.jpg

Plus en détail

Le guide de la tcpco 2

Le guide de la tcpco 2 Le guide de la tcpco 2 Auteurs : Conseiller scientifique Annette Melhedegaard Thomsen, Radiometer Medical ApS. Contributions : Prof. Dr. Konrad E. Bloch, Universitäts Spital Zürich. Avec le soutien de

Plus en détail

BSC COMPRESSION Spécificités techniques BSc - Compression à gradient

BSC COMPRESSION Spécificités techniques BSc - Compression à gradient BSC COMPRESSION Les technologies de compression sont utilisées en milieu clinique depuis des années pour le traitement des insuffisances veineuses, des œdèmes et en prévention des thromboses veineuses.

Plus en détail

Démarche expérimentale et trace écrite : les fonctions de nutrition.

Démarche expérimentale et trace écrite : les fonctions de nutrition. Animation pédagogique 13 mars 2013. Morlaix. A. Cuvier: maître-formateur Démarche expérimentale et trace écrite : les fonctions de nutrition. PLAN D ANIMATION. Le temps institutionnel: les programmes,

Plus en détail

Le système respiratoire fonction principale et fonctions annexes

Le système respiratoire fonction principale et fonctions annexes Sciences La respiration Objectifs : Le système respiratoire fonction principale et fonctions annexes Supports : Démarche : Documents-élève, logiciel "Pulmo", maquette de poumon, vidéo cordes vocales (

Plus en détail

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N. Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine de Batna Laboratoire de physiologie La régulation de la glycémie Aspects pratiques TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.CHIBOUT Tache N 1 Quel est

Plus en détail

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) dans la production de dindes info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Dans la production de dindes, la performance

Plus en détail

QUELQUES ELEMENTS DE COMPREHENSION

QUELQUES ELEMENTS DE COMPREHENSION QUELQUES ELEMENTS DE COMPREHENSION Lorsque vous courez, pédalez, nagez, skiez ou tout simplement, lorsque vous montez un escalier, réalisez un certain nombre de tâches ménagères (laver le sol, les vitres.)

Plus en détail

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES 8.1 Principes généraux de conditionnement C est un fait bien connu que les joueurs en excellente forme physique sont moins susceptibles de subir des blessures.

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURES DU 13/09/03 AU 25/09/03 MESURE DE LA QUALITE DE L AIR DANS LA VILLE DE CHAUMONT

CAMPAGNE DE MESURES DU 13/09/03 AU 25/09/03 MESURE DE LA QUALITE DE L AIR DANS LA VILLE DE CHAUMONT CAMPAGNE DE MESURES DU 13/9/3 AU 25/9/3 MESURE DE LA QUALITE DE L AIR DANS LA VILLE DE CHAUMONT ET JOURNEE EN VILLE SANS MA VOITURE DU 22 SEPTEMBRE 23 ATMO Champagne Ardenne - 2, esplanade Roland Garros

Plus en détail

ENTRAINEMENT HOME-TRAINER

ENTRAINEMENT HOME-TRAINER ENTRAINEMENT HOME-TRAINER Préambule : Vous trouverez des dizaines de plans d entraînements, des plus théoriques aux plus farfelus. Ce qui suit résulte uniquement de mon expérience personnelle. C est simple

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

L acide lactique est innocent!

L acide lactique est innocent! L acide lactique est innocent! Guillaume Travaillant guillaume@coachpro.fr Résumé Voici les conclusions de ce document qui démonte méthodiquement les principaux arguments minimisant ou dénigrant le rôle

Plus en détail

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION Expérience du service de santé des armées SFVTT-2010 A. SAILLIOL, E. PEYTEL Les situations d exception pour le SSA 1. Opérations militaires hors du territoire français

Plus en détail

L'EQUILIBRE ACIDE-BASE

L'EQUILIBRE ACIDE-BASE L'EQUILIBRE ACIDE-BASE Pr Ph. BAELE UCL St Luc Service d'anesthésiologie Révisé en octobre 1996 "LIFE is a struggle, not against sin, not against the Money Power, not against malicious animal magnetism,

Plus en détail

SOMMAIRE : SCIENCES CM

SOMMAIRE : SCIENCES CM SOMMAIRE : SCIENCES CM LE COEUR DOCUMENTS ET TRACES ÉCRITES 1. L organe et son activité 2. Transporteur de sang 3. Organe vital 4. Le Cœur : l organe et son activité (document élève) 5. Le Cœur : l organe,

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

LE FERMENTEUR. il permet de réaliser les cultures dans des conditions stériles, physiquement et chimiquement contrôlées : température ph agitation po2

LE FERMENTEUR. il permet de réaliser les cultures dans des conditions stériles, physiquement et chimiquement contrôlées : température ph agitation po2 FERMENTATION le terme de fermentation est réservé à la culture de microorganismes (bactéries, levures, moisissures) mais, métaboliquement parlant, on devrait réserver ce terme aux cultures en conditions

Plus en détail

ADMINISTRATION D OXYGENE PAR L INTESTIN EXPERIENCES AVEC DES LAPINS

ADMINISTRATION D OXYGENE PAR L INTESTIN EXPERIENCES AVEC DES LAPINS EUROPEAN JOURNAL OF MEDICAL RESEARCH November 20, 2001 Eur J Med Res ( 2001) 6 : 488-492 ADMINISTRATION D OXYGENE PAR L INTESTIN EXPERIENCES AVEC DES LAPINS W. Forth, O. Adam Traduit de l anglais par le

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

Les étirements. Il existe différents types d étirements, exécutés avec des méthodes différentes : statiques, dynamiques, passifs,

Les étirements. Il existe différents types d étirements, exécutés avec des méthodes différentes : statiques, dynamiques, passifs, Les étirements Introduction : Il existe différents types d étirements, exécutés avec des méthodes différentes : statiques, dynamiques, passifs, Le choix des méthodes doit être en liaison avec l objectif

Plus en détail

Du génotype au phénotype, relation avec l environnement

Du génotype au phénotype, relation avec l environnement Du génotype au phénotype, relation avec l environnement Pré-requis (troisième et seconde) : Chaque individu présente les caractères de l'espèce avec des variations qui lui sont propres. C'est le résultat

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

TÉLÉCONFÉRENCE NOUVEAUX PRODUITS AOÛT2015

TÉLÉCONFÉRENCE NOUVEAUX PRODUITS AOÛT2015 TÉLÉCONFÉRENCE NOUVEAUX PRODUITS AOÛT2015 Par: Martin Provençal Éducation des produits NOW Canada Puresource Huile macadamia 100 % pur 473mL NOW92826 Huile de noix de karité pure 118mL Disglycinate de

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S OBLIGATOIRE + SPÉCIALITÉ 1/9 Corrigé partie I - 8 points : étude d un caryotype Outil de détermination de note pour une question

Plus en détail

evaluation D UN COMPLeMENT ADAPTOGeNE SUR LA PERFORMANCE ET SUR L IMMUNITe NON SPeCIFIQUE CHEZ LES PUR-SANG

evaluation D UN COMPLeMENT ADAPTOGeNE SUR LA PERFORMANCE ET SUR L IMMUNITe NON SPeCIFIQUE CHEZ LES PUR-SANG Xxxxx etude Adaptogene evaluation D UN COMPLeMENT ADAPTOGeNE SUR LA PERFORMANCE ET SUR L IMMUNITe NON SPeCIFIQUE CHEZ LES PUR-SANG Cette etude a ete financee par PAVESCO - TWYDIL tatiana art, clemence

Plus en détail

Concours académique Sciences Physiques

Concours académique Sciences Physiques Concours académique Sciences Physiques Classe de 4 ème Thème : Combustions, Alerte aux particules fines! Le ballon de Paris Le 13 décembre 2013, au plus fort du pic de pollution, les Parisiens ont inhalé

Plus en détail

TRAIT FALCIFORME. Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique

TRAIT FALCIFORME. Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique TRAIT FALCIFORME Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique Une analyse sanguine a été effectuée chez votre enfant, soit à la naissance, soit à la demande de votre médecin. Cette analyse a démontré

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

LES PARAMETRES VITAUX LE POULS, LA PRESSION ARTERIELLE

LES PARAMETRES VITAUX LE POULS, LA PRESSION ARTERIELLE 14.10.08 Mme Payan Soins infirmiers II LES PARAMETRES VITAUX LE POULS, LA PRESSION ARTERIELLE I)Généralités II)Le pouls A)Définition B)Valeurs physiologiques C)Localisation D)Indications E)Objectifs F)Pré

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS

UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS COllection Les rapports du 7 Les facteurs prédictifs à la désaturation nocturne chez les patients ayant une maladie pulmonaire obstructive chronique rapport UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE FICHE DE DONNEES DE SECURITE ULTIMEG 2002T DATE DE RÉVISION : 03/02/2005 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE NOM DE PRODUIT ULTIMEG 2002T NO DE PRODUIT : U2002T DISTRIBUTEUR

Plus en détail

Les chaudières à condensation

Les chaudières à condensation Les chaudières à condensation Combustion du gaz naturel : CH 4 + 2 O 2 CO 2 + 2 H 2 O + chaleur CH4 : Le méthane qui est le combustible O2 : L oxygènede l air qui est le comburant comburant CO2 : Le dioxyde

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires aux ECN

Explorations Fonctionnelles Respiratoires aux ECN Explorations Fonctionnelles Respiratoires aux ECN Le cours Les EFR "tombables" Les auteurs suivants ont participé à l écriture et à la relecture de cet ouvrage : Pr François CHABOT (Nancy), Pr Bruno CRESTANI

Plus en détail

Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique

Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique Conséquences des modifications anatomiques Docteur Agnès Sallé Département d Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR. ARCO 2009-2011 Blois, Chartres, Dreux, Orléans, Saint Malo 1

PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR. ARCO 2009-2011 Blois, Chartres, Dreux, Orléans, Saint Malo 1 PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR ARCO 2009-2011 1 INTRODUCTION Première rencontre en octobre 2009 dans le cadre de l A.R.C.O. Après intervention du

Plus en détail

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE. Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE. Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST ETAT DE MAL EPILEPTIQUE Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST Définitions Crise d'épilepsie: - Décharge brutale, hypersynchrone et rythmée d'un groupe de neurones hyperexcitables. - Expression clinique variable:

Plus en détail

L APPAREIL VENTILATOIRE

L APPAREIL VENTILATOIRE L APPAREIL VENTILATOIRE SOMMAIRE I) Les voies aériennes a supérieures II) III) IV) V) La m Les voies aériennes a inférieures Les alvéoles pulmonaires Les poumons La mécanique ventilatoire L appareil ventilatoire

Plus en détail

Vulcano Pièges Fourmis

Vulcano Pièges Fourmis FDS Conforme au règlement 1907/2006/CE et 1272/2008/CE 16-12-10- Page 1/5 FICHES DE DONNEES DE SECURITE 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Produit : Utilisation : Fournisseur : Vulcano Pièges

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Réalisé par : Marianne Merrien, Léa Lebon, Rachel Gence et Naïma Joussa

Réalisé par : Marianne Merrien, Léa Lebon, Rachel Gence et Naïma Joussa Réalisé par : Marianne Merrien, Léa Lebon, Rachel Gence et Naïma Joussa Année scolaire 2011-2012 Table des matières EN QUOI UNE VOITURE A ESSENCE POLLUE?... 3 COMPOSANT RELACHE PAR UN MOTEUR A ESSENCE....

Plus en détail

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc.

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Le ph, c est c pas compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Conseiller en serriculture Des réponses r aux questions C est quoi et pourquoi c est c important? Conséquences d un d débalancementd? Comment

Plus en détail