Monitoring Respiratoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Monitoring Respiratoire"

Transcription

1 Monitoring Respiratoire EIUA 2011 David Kahn

2 Plan du cours Pulse oxymétrie Capnographie NIRS

3 1/ Pulse oxymétrie

4 L'oxygène dans le sang est Rappel physiologique -sous forme dissoute (PaO2) -sous forme combinée à l'hémoglobine (HbO2) Le contenu artériel en oxygène (CaO2) est la somme des deux: CaO2 = (0,003.PaO2) + (Hb.1,39.SaO2) La quantité d'o2 délivré aux tissus par minute est le transport en O2 (TO2) TaO2 = Qc x CaO2 Si on néglige l'o2 dissout, TO2 = Qc x concentration de l'hémoglobine [Hb] x SaO2

5 C Koi un pulse oxymètre? Appareil de mesure de la fraction oxygénée de l'hémoglobine, par oxymétrie de transmission couplée à une photo-pléthysmographie.

6 Deux principes La plethysmographie qui utilise les variations des ondes lumineuses pour reproduire les ondes pulsatiles artérielles. La spectrophotométrie qui mesure l absorption des lumières à travers les substances.

7 PLETHYSMOGRAPHIE Lois physiques Loi de Beer: l intensité de la lumière transmise diminue de manière inversement proportionelle à la présence de la matière absorbante. August Beer, ( ) Loi de Lambert: plus la distance parcourue au travers d une substance absorbante est grande, au moins l intensité de la lumière transmise sera importante. Johann Lambert, ( ). La loi de Beer-Lambert décrit l absorption d une lumière monochromatique à travers la substance qu elle traverse.

8 plethysmographie Pendant la systole le photodétecteur reçoit moins de lumière par: -augmentation du volume sanguin artériel -augmentation du volume du doigt -diminution de l absorption courbe du plethysmographe

9 Spectrophotométrie: spectre d absorption de l Hb Hb reduite (deoxy Hb) absorbe le rouge ( nm) Hb oxygénée (oxy Hb) absorbe dans l IR ( nm)

10 Deux diodes qui émettent rouge et infrarouge plusieurs fois par seconde Mesure de l absorption de ces deux longueurs d onde Algorythme du fabriquant transformation de ce ratio en valeur absolue de saturation (%)

11

12 Conversion du rapport R/IR en spo2 Pulse oximetry: : analysis of theory, technology, and practice. J Clin Monit Oct;4(4): Wukitsch MW, et Al

13 Limites de fiabilité de l'oxymétrie pulsée - L'oxymétrie de pouls ne différencie pas O2Hb et COHb (Certains vernis à ongles ont le même effet.) -L'oxymétrie ne détecte ni les hypoxémies modérées (qui maintiennent le point artériel sur le plateau de la courbe d'affinité,) ni les hyperoxémies, -L'oxymétrie de pouls ne permet pas de faire la différence entre une désaturation liée à une hypoxémie et celle liée à une MetHb, -L'oxymétrie de pouls a tendance à donner des valeurs faussement élevées pour une SaO2 in vitro inférieure à 85 % -Une SpO2 lue inférieure à 65% n'est pas fiable, -La SpO2 n'est pas influencée par HbF, mais SpO2 serait non fiable en présence d'hbs -L'oxymétrie de pouls n'est pas fiable si l'amplitude de l'onde pulsatile au site du capteur est médiocre.

14 Limites de fiabilité de l'oxymétrie pulsée Peu de précision si - spo2 <80% - si Hb < 5g/dl Besoin d un signal pulsatile Artefacts et erreurs de mesures, mouvements Taille du capteur (pédiatrie) position (PDA)

15 La spo2 est-elle utile? En 1947 cette étude montre que 47% des praticiens ne découvraient une hypoxémie que lorsque la saturation était inférieure à 80%. Pire un quart des médecins ne la décelait que lorsqu elle était comprise entre 71 et 75%!!!!

16 Internet Journal of Medical Update, Vol. 1, No. 2, Jul-Dec 2006

17 Nouveau rôle pour la pulse-oxymétrie? Oximeter-Based Autonomic State Indicator Algorithm for Cardiovascular Risk Assessment Chest February : Signals derived from overnight oximetry recording provide a novel potential tool for CV risk classification. Prospective studies are warranted to establish the value of the ASI algorithm for prediction of outcome in CV disease.

18 Vers plus de précision: Masimo Rainbow technology, Travaille sur 7 longueurs d ondes. Permet un signal plus fiable, analyse plus rapide, moins sensible aux artéfacts de lumière ou mouvements.

19 En plus FC et spo2, peut donner le contenu en oxygène, la met et la carboxyhb, l hémoglobine, la fréquence respiratoire l index de perfusion et un index de remplissage (PVI).

20 Renseigne sur la vasomotricité périphérique Renseigne sur le remplissage

21 Goal-Directed Fluid Management Based on the Pulse Oximeter Derived Pleth Variability Index Reduces Lactate Levels and Improves Fluid Management Forget et Al. Anesth Analg October : RESULTS: Intraoperative crystalloids and total volume infused were significantly lower in the goal-directed PVI group. Lactate levels were significantly lower in the PVI group during surgery and 48 hours after surgery (P < 0.05). CONCLUSIONS: PVI-based goal-directed fluid management reduced the volume of intraoperative fluid infused and reduced intraoperative and postoperative lactate levels.

22 SpO2 ng is more accurate and more reliable than SpO2 og for SaO2 monitoring in the postoperative period following pediatric cardiac surgery in cyanotic children.

23 Sauver des vies? The Cochrane Collaboration Cochrane database library Pedersen T, Hovhannisyan K, Møller AM Comparaison spo2 vs no-spo2 en per et post-opératoire -6 RCT -Détection des hypoxémies -Moins d ischémie myocardique per-opératoire -Pas de différence dans l outcome.

24 2/ Capnographie

25 Le CO2 Produit par le métabolisme Transporté dans le sang Eliminé par les poumons

26 Physiologie La mesure du CO2 dans l'air expiré donne 2 types de renseignements: - L'élimination du CO2 par les poumons, -Les changements de la production du CO2 au niveau tissulaire et son transport vers les poumons par le système circulatoire. Reflet du DEBIT CARDIAQUE La capnographie permet de monitorer la production de CO2, la perfusion pulmonaire et la ventilation alvéolaire.

27 Mode de fonctionnement Deux principes physiques: Les lois de Beer-Lambert ainsi que les propriétés des infra-rouges La quantité d IR absorbée est proportionelle à la quantité de substance «absorbante» Pour l analyseur de gazs, plus il y aura de CO2 présent plus les IR seront absorbés.

28 Deux types de capnographes Sidestream Une partie des gaz est aspirée en continu et envoyée vers un analyseur. Léger mais risque de problème sur la ligne de prélèvement (coudée, condensation). Il existe un petit décalage (qq secondes) entre la mesure et l affichage de la courbe. Il permet d analyser différents gaz.

29 Deux types de capnographes Mainstream L analyseur est directement connecté au circuit respiratoire. Précis même si FR élevée Pas de problème si les gaz sont activements humidifiés Rapide qq msec de délai. Lourd, risque de brûlures, besoin de le désinfecter à chaque fois.

30 SIDESTREAM MAINSTREAM

31 Phase 0 : inspiration de gaz frais ou insufflation lors de la ventilation artificielle et chute rapide du CO2 Phase 1 : début de l'expiration et passage des gaz de l'espace mort ne participant pas aux échanges et donc absence de CO2 = ESPACE MORT ANATOMIQUE Phase 2 : le CO2 éliminé augmente rapidement correspondant à la vidange des alvéoles les mieux ventilés (et donc avec un moindre taux de CO2) et au mélange avec les gaz de l'espace mort = MELANGE ALVEOLAIRE + ESPACE MORT ANATOMIQUE

32 Phase 3 : plateau alvéolaire. Le CO2 augmente plus lentement correspondant à la vidange des alvéoles les moins bien ventilés (et donc avec un taux de CO2 plus élevé), maximum : ETCO2 = End Tidal CO2 = CO2 de fin d'expiration. Angle alpha : reflète le statut du rapport de ventilation sur perfusion (V/Q) du poumon. Il augmente si la pente de la phase 3 augmente. Angle bêta : se modifie en cas de réhinhalation.

33 ETCO2 End Tidal CO2, CO2 de fin d'expiration ETCO2 reflète la concentration de CO2 des alvéoles se vidant en dernier : les valeurs mm Hg. Il existe un gradient entre ETCO2 et la PaCO2 (pression sanguine artérielle de CO2) - de 1 à 2 mm Hg chez le sujet sain - de 5 mm Hg chez le sujet anesthésié en ventilation contrôlée - chez le sujet avec pathologie pulmonaire, le gradient peut varier de 5 à 20 mm Hg. La mesure de PETCO2 permet d'estimer la PaCO2 des patients avec poumons sains. Sinon besoin d une PaCo2 de réfertence à la gazométrie

34 Modification du gradient Augmentation Hypovolémie Bas débit cardiaque Age élevé Embolie pulmonaire Emphysème diminution Enfants Parturientes Post-exercice Post-CEC Mismatch V/Q

35 MODIFICATION ETCO2 Augmentation Métabolique -hyperthermie (maligne) -lâchage de garrot -déclampage vasculaire -HTA Exogène -injection de bicarbonates -rebreathing -laparoscopie Respiratoire -hypoventilation -obstruction partielle du tube diminution Métabolique -hypothermie -hyta -bas débit Respiratoire -augmentation espace mort: EP -hyperventilation

36

37

38

39 Double courbe -fuite sur le tube de prélèvement -Intubation endobronchique - transplantation pulmonaire compliance différente des 2 poumons vidange décalée

40 Monitoring respiratoire Spirométrie vue lors du cours sur la physiologie respiratoire.

41 Il existe de nouveaux joujoux

42 NICO Respironics Cardiopulmonary Management System The NICO monitor, measures cardiac output based on changes in respiratory CO2 concentrationcaused by a brief period of rebreathing. A technique known as Fick partial rebreathing is applied to calculate cardiac output. Partial CO2 rebreathing cardiac output--operating principles of the NICO system. Jaffe MB. J Clin Monit Comput Aug;15(6): Partial CO2 rebreathing indirect Fick technique for non-invasive measurement of cardiac output. Haryadi Dg et Al. J Clin Monit Comput. 2000;16(5-6): Première loi de Fick : En présence d un gradient de concentration (c(x)), il apparaît un flux de matière (J) tendant à équilibrer cette concentration Deuxième loi de Fick : La variation dans le temps du gradient de concentration entraîne une diminution du flux de matière

43 Capnographie Volumétrique

44

45 Capnographie aux lunettes omnistream, microstream, capnocheck,. -petite cellule d échantillonnage -pas besoin de calibration

46 capnocheck Mainstream Compact Pas besoin de calibration Utile pour iot hors bloc/réa Lors RCP - IOT ok - efficacité MCE - reprise de circulation

47 Alaris smart system Dangers of Postoperative Opioids Anesthesia Patient Safety Foundation NEWSLETTER APSF Workshop and White Paper Address Prevention of Postoperative Respiratory Complications by Matthew B. Weinger, MD Continuous monitoring using available technologies could still prevent a significant number of cases of patient harm. + pour les patients + pour l hôpital + pour la société PCA couplée à un capno+spo2 Intravenous Infusion Safety Initiative: Collaboration, Evidence-Based Best Practices, and Smart Technology Help Avert High-Risk Adverse Drug Events and Improve Patient Outcomes Ray R. Maddox,et Al.. *

48 Saturation et CO2 transcutané Inspectra : mesure directe de la saturation dans les tissus. Rôle clinique? Sentec noninvasive and continuous monitoring of transcutaneous carbon dioxide partial pressure (PcCO2), oxygen saturation (SpO2), and pulse rate (PR).

49 NIRS Near Infrared spectroscopy - Spectroscopy is the study of the interaction between matterand radiated energy. - It uses the near-infrared region of the electromagnetic spectrum (from about 800 nm to 2500 nm)

50 NON invasif Informations locales émission de photon en «near»ir. Valeur fonction: -PaO2 -PaCO2 -Hb -CMRO2 -CBF

51 FORE-SIGHT émetteur laser Donne valeur absolue SNC, muscle sque. ped 5-50Kg pénètre moins profondément INVOS émetteur LED Donne des trends Permet mesure cérébrale, Musculaires, viscérales.

52 Episode de TV pendant la mise en place d un pacemaker

53 Merci pour votre attention, Des questions?

Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive. C Decoene PH CHRU Lille

Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive. C Decoene PH CHRU Lille Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive C Decoene PH CHRU Lille objectif Le taux d hémoglobine intervient dans : Le transport d O2 L hémostase L équilibre

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

La Mesure de la. Saturation

La Mesure de la. Saturation La Mesure de la Saturation - Mars 2004 - Première Edition Vincent Elmer-Haerrig, Infirmier DE Sommaire Introduction 2 Aspect législatif 3 Intérêt de la mesure 3 Physiologie 4 Les appareils 7 Principes

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

SenTec. Système de monitorage continu non invasif de la PtcCO 2, de la SpO 2 et du pouls DOCUMENT À DESTINATION DES

SenTec. Système de monitorage continu non invasif de la PtcCO 2, de la SpO 2 et du pouls DOCUMENT À DESTINATION DES SenTec Système de monitorage continu non invasif de la PtcCO 2, de la SpO 2 et du pouls DOCUMENT À DESTINATION DES professionnels Mesure transcutanée de la PCO2 avec le m Le système SenTec permet un monitorage

Plus en détail

Système Patient SafetyNet

Système Patient SafetyNet CO-Oxymétrie de pouls TM MASIMO Système Patient SafetyNet Améliore la sécurité des patients dans les services de médecine grâce à des alarmes patient précises envoyées directement au personnel soignant

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Évaluation de la fonction respiratoire

Évaluation de la fonction respiratoire AFM - L. Audinet AFM / R. Bourguet AFM - L. Audinet Évaluation de la fonction respiratoire dans les maladies neuromusculaires FÉVRIER 2009 Les maladies neuromusculaires se caractérisent par le développement

Plus en détail

VS2000V+CAPNO. Moniteur de paramètres vitaux À usage vétérinaire. Manuel d utilisation

VS2000V+CAPNO. Moniteur de paramètres vitaux À usage vétérinaire. Manuel d utilisation VS2000V+CAPNO Moniteur de paramètres vitaux À usage vétérinaire Manuel d utilisation Sommaire Information et garantie... Propriété de la notice... Limite de garantie... Rejet des garanties... Conditions

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Emergency and Pre-Hospital divisions SAMU 74 INSERM UMR 955 Eq13 REVA: European Network on Mechanical Ventilation CONFLICTS OF

Plus en détail

Monitorage de la saturation de pouls : intérêts et limites Pulse oximetry s monitoring: advantages and limits

Monitorage de la saturation de pouls : intérêts et limites Pulse oximetry s monitoring: advantages and limits Réanimation 12 (2003) 30 36 www.elsevier.com/locate/reaurg Mise au point Monitorage de la saturation de pouls : intérêts et limites Pulse oximetry s monitoring: advantages and limits J. Pottecher, G. Bouzou,

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS

UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS COllection Les rapports du 7 Les facteurs prédictifs à la désaturation nocturne chez les patients ayant une maladie pulmonaire obstructive chronique rapport UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS

Plus en détail

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

Manuel d utilisation. LifeSense LS1-9R. Moniteur des fonctions vitales Oxymètre de pouls/capnographie. Français

Manuel d utilisation. LifeSense LS1-9R. Moniteur des fonctions vitales Oxymètre de pouls/capnographie. Français Manuel d utilisation LifeSense LS1-9R Moniteur des fonctions vitales Oxymètre de pouls/capnographie Français MISE EN GARDE : Aux États-Unis, la législation fédérale stipule que la vente de ce produit ne

Plus en détail

Mesure non invasive du débit cardiaque

Mesure non invasive du débit cardiaque Mesure non invasive du débit cardiaque Pr. Jean-Luc Fellahi fellahi-jl@chu-caen.fr Pôle Réanimations Anesthésie SAMU/SMUR, CHU de Caen, France UFR de Médecine, EA 4650, UCBN, France Déclara'on de conflits

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance?

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Ajaccio 12 mai 2012 F. Carré Université Rennes 1 Hopital Pontchaillou Inserm UMR 1099 Les «tests» chez le sportif Exploration performance

Plus en détail

Mécanique ventilatoire

Mécanique ventilatoire (Ce qui est écrit en rouge correspond à des éléments du cours expliqués à l'oral). Mécanique ventilatoire Mécanique ventilatoire : définition Étude des phénomènes qui vont permettre ou s opposer au renouvellement

Plus en détail

Logiciel Médical USA, Europe, France

Logiciel Médical USA, Europe, France Logiciel Médical USA, Europe, France Dr. Georg Heidenreich - COCIR Medical Software Task Force Page 1 USA: Les lois pour les Logiciels Médicaux Les Dispositifs Médicaux sont des produits qui répondent

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

CREATION D UNE CHAINE DE REFERENCE POUR

CREATION D UNE CHAINE DE REFERENCE POUR CREATION D UNE CHAINE DE REFERENCE POUR LA MESURE DE LA PRESSION ARTERIELLE La mesure de la pression artérielle par méthode auscultatoire au moyen d un sphygmomanomètre est l une des méthodes les plus

Plus en détail

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION Procédures en réanimation 29/10/2007 Page 1/7 Rédaction : IDE Séverine Marmilloud Vérification :IDE Thomé C. Chable J-B Approbation : Dr Sirodot Michel 1 BUT Moniteur permettant la surveillance continue

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

La fonction respiratoire

La fonction respiratoire La fonction respiratoire Introduction Fonction vitale : Au-delà de 3 min = atteintes graves Après 5 min = très altérés On parle de 3 phénomènes : Ventilation : respiration visible, échanges aériens intérieur

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

Effets des hormones sur la glycémie du rat

Effets des hormones sur la glycémie du rat UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Effets des hormones sur la glycémie du rat . La glycémie est une

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft CHA-Hôpital Hôpital Enfant-Jésus Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Oxygéner et Ventiler 2 ventilations pour 30 comptessions thoraciques (30:2) Mettre en place le défibrillateur Analyser le rythme (rapidement!

Oxygéner et Ventiler 2 ventilations pour 30 comptessions thoraciques (30:2) Mettre en place le défibrillateur Analyser le rythme (rapidement! 4.3.1 ACR Adulte Confirmation ACR Absence de réaction à la stimulation, respiration agonique (gasping) ou absente Contrôle du pouls facultatif (toujours < 10 secondes) Protocole ad hoc Commencer les compressions

Plus en détail

seminaires iris Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers?

seminaires iris Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers? Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers? Pierre Mols MD PhD Service des Urgences et du SMUR 13 janvier 2015 Predictors of survival from out-of-hospital cardiac arrest: a systematic

Plus en détail

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles?

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles? Sommaire Séquence 3 Pour nous déplacer, prendre un objet, monter des escaliers, nous utilisons nos muscles. Quand nous devons faire un effort important, il faut prendre des aliments riches en énergie,

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Ventilation mécanique à domicile

Ventilation mécanique à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Ventilation mécanique à domicile Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire Date de validation

Plus en détail

Unité mobile de télémédecine au service de l urgence et du soin chronique M-V. Moreno, P. Chauvet, O. Ly

Unité mobile de télémédecine au service de l urgence et du soin chronique M-V. Moreno, P. Chauvet, O. Ly Unité mobile de télémédecine au service de l urgence et du soin chronique M-V. Moreno, P. Chauvet, O. Ly INTELLIGENT HEALTH & PREVENTIVE MEDICINE INTERNATIONAL SYMPOSIUM Tanger, Juin 2014 M-V. Moreno,

Plus en détail

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING Anne DELEXTRAT, Véronique TRICOT, Thierry BERNARD, Fabrice VERCRUYSSEN, Christophe HAUSSWIRTH & Jeanick BRISWALTER Le triathlon est

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail

Module Soins Intensifs

Module Soins Intensifs Module Soins Intensifs Prise en charge du bds en soins intensifs De la surveillance clinique à l examen clinique. Ferron Fred SURVEILLANCE DU BDS EN SOINS INTENSIF:... comprend et explique en détail les

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

Thème 3 : Corps humain et santé : l'exercice physique

Thème 3 : Corps humain et santé : l'exercice physique Thème 3 : Corps humain et santé : l'exercice physique Chapitre 1 : Des modifications Introduction physiologiques à l'effort Au cours d'un effort physique, on observe des manifestations de cet effort chez

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Le guide de la tcpco 2

Le guide de la tcpco 2 Le guide de la tcpco 2 Auteurs : Conseiller scientifique Annette Melhedegaard Thomsen, Radiometer Medical ApS. Contributions : Prof. Dr. Konrad E. Bloch, Universitäts Spital Zürich. Avec le soutien de

Plus en détail

www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55

www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 Centre de tests www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 Un centre de tests compétent En étroite collaboration, le centre de fitness CTS et la Physio Balance vous propose

Plus en détail

TPG 12 - Spectrophotométrie

TPG 12 - Spectrophotométrie TPG 12 - Spectrophotométrie Travail par binôme Objectif : découvrir les conditions de validité et les utilisations possibles de la loi de Beer-Lambert I- Tracé de la rosace des couleurs Choisir un des

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft 9 mai 2013 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l ECG Rappel critères ECG de l'ischémie Principe de monitoring per-op

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

TECHNIQUES INSTRUMENTALES

TECHNIQUES INSTRUMENTALES TECHNIQUES INSTRUMENTALES EN KINESITHERAPIE RESPIRATOIRE Dominique DELPLANQUE Les techniques instrumentales Ce sont des outils d aide au Diagnostic kinésithérapique Traitement kinésithérapique Utiliser

Plus en détail

REMERCIEMENTS. Je remercie tout d'abord Christophe Letellier pour son investissement dans cette nouvelle formation d'ingénierie pour le biomédical.

REMERCIEMENTS. Je remercie tout d'abord Christophe Letellier pour son investissement dans cette nouvelle formation d'ingénierie pour le biomédical. REMERCIEMENTS Je remercie tout d'abord Christophe Letellier pour son investissement dans cette nouvelle formation d'ingénierie pour le biomédical. Je tiens à remercier le Docteur Catherine Tardif qui a

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours. 360 x 245 x 300 mm (sans moniteur) Cycle à temps et volume constant

Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours. 360 x 245 x 300 mm (sans moniteur) Cycle à temps et volume constant SIARETRON 3000 ICU Ventilateur pour soin intensif code: 960136 Rev. 1-01/01/2009 CARACTERISTIQUES PRINCIPALES Destination d usage Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours.

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Séquence 1. Quantifier l effort et ses effets. Sommaire. 1. Les besoins d un muscle au cours d un effort physique

Séquence 1. Quantifier l effort et ses effets. Sommaire. 1. Les besoins d un muscle au cours d un effort physique Séquence 1 Quantifier l effort et ses effets Sommaire 1. Les besoins d un muscle au cours d un effort physique 2. Les modifications physiologiques permettant de répondre aux besoins des muscles 3. Synthèse

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack,

Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack, Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack, 2003), et c est la seule sorte de muscle qui peut se contracter régulièrement sans fatigue; tandis que les autres

Plus en détail

Table ronde du 26 mars 2009

Table ronde du 26 mars 2009 La défibrillation Table ronde du 26 mars 2009 1 La défibrillation Généralités Le rythme cardiaque régulier ou rythme sinusal : le cœur se contracte et se relâche de façon régulière pour assurer un flux

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013

Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013 Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013 Qu'est-ce que le monoxyde de carbone? C est le produit de la combustion incomplète des combustibles. Combustibles fossiles -Gaz naturel ou en bouteille

Plus en détail

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE P1S2 Chimie ACTIVITE n 5 DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE Le colorant «bleu brillant FCF», ou E133, est un colorant artificiel (de formule C 37 H 34 N 2 Na 2 O 9 S 3 ) qui a longtemps

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

Notions physiques Niveau 2

Notions physiques Niveau 2 14 novembre 2011 Contenu 1. Les pressions Les différentes pressions 2. La loi de Mariotte (Autonomie en air) 2.1. Principes 2.2. Applications à la plongée 3. Le théorème d Archimède (Flottabilité) 3.1.

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Comment évaluer. la fonction contractile?

Comment évaluer. la fonction contractile? Comment évaluer la fonction contractile? Pr Xavier MONNET Service de réanimation médicale Hôpital de Bicêtre Assistance publique Hôpitaux de Paris Conflit d intérêt Pulsion Medical Systems CAP PiCCO Echocardiographie

Plus en détail

Le cathéter artériel pulmonaire

Le cathéter artériel pulmonaire Le cathéter artériel pulmonaire PLAN : Ø Paramètres mesurés Ø Pressions Ø Débit Ø SvO2 Ø Avantages Ø Inconvénients Ø Indica=ons Thierry Boulain Réanimation Médicale CHR Orléans L auteur n a pas déclarer

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Force and Torque Sensor with inboard Electronics

Force and Torque Sensor with inboard Electronics Force and Torque Sensor with inboard Electronics The force and torque sensors of the KMS series are high-capacity measuring systems. The KMS sensors enable 6 axis measurements in 3-dimensional space. The

Plus en détail

SPIROMÉTRIE. Simple pratique fiable

SPIROMÉTRIE. Simple pratique fiable I I U A N W L Book für inhouse-ruck A N PIOMÉI U W xtra Light für Offset-ruck imple pratique fiable Mesures simples et rapides de la fonction pulmonaire sans exigences supplémentaires pour votre personnel

Plus en détail

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Isabelle DURAND ZALESKI Utilisation du SIH Pour identifier

Plus en détail

H100B Oximètre de Pouls

H100B Oximètre de Pouls EDAN INSTRUMENTS, INC. H100B Oximètre de Pouls Version du manuel: 1.1 Date de parution: Mars. 2010 Numéro de pièce: 01.54.112231-11 P/N:01.54.112231-11 Copyright Copyright EDAN INSTRUMENTS, INC. 2008-2010.

Plus en détail

CARESCAPE Cardio Clarity

CARESCAPE Cardio Clarity CARESCAPE Cardio Clarity L'interconnexion des outils de cardiologie La solution d'interconnexion des outils de cardiologie mise au point par GE Healthcare associe la puissance de la revue du segment ST

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

Mesure du débit et volume sanguins. Cause des décès au Canada

Mesure du débit et volume sanguins. Cause des décès au Canada Mesure du débit et volume sanguins Damien Garcia Damien.Garcia@ircm.qc.ca Laboratoire de génie biomédical IRCM, Montréal Cause des décès au Canada Autres ( 16% ) Respiratoire ( 9% ) Diabète ( 3% ) Cancer

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Par spectrophotométrie on peut : - déterminer la concentration d'une espèce chimique colorée en solution à partir de l'absorbance. - suivre la cinétique

Plus en détail