Le cathéter artériel pulmonaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le cathéter artériel pulmonaire"

Transcription

1 Le cathéter artériel pulmonaire PLAN : Ø Paramètres mesurés Ø Pressions Ø Débit Ø SvO2 Ø Avantages Ø Inconvénients Ø Indica=ons Thierry Boulain Réanimation Médicale CHR Orléans

2 L auteur n a pas déclarer de conflit d intérêt

3 Le cathéter artériel pulmonaire standard lumière distale (AP) thermistance lumière du ballonnet lumière proximale (OD) veine cave (voie proximale) voie ventriculaire droite (pressions, pacing)

4 Cheminement du cathéter

5 Evolu3on du CAP lumière distale (AP) lumière du ballonnet distal lumière proximale (OD) fibres op=ques mesure con3nue SvO 2 Impulsions électriques mesure automa3que DC

6 Les paramètres mesurés par le CAP : Les pressions Ø pression veineuse centrale (PVC) Ø pression auriculaire droite (POD) Ø pression ventriculaire droite (PVD) Ø pression artérielle pulmonaire (PAP) Ø pression artérielle pulmonaire d occlusion (PAPO) Ø (pression distale bloquée) Ø pression capillaire pulmonaire Le Débit Cardiaque (La Frac=on d Ejec=on du Ventricule Droit) PvCO2, PvO2 et SvO2

7 Pressions POD cycle cardiaque a : systole auriculaire pression z : relâchement auriculaire (fermeture tricuspide) PAP c : bombement des valves dans l OD lors de la contrac=on PVD ventriculaire isovolumétrique a c v x :aarac=on des valvules tricuspides vers la pointe z x y temps POD v : correspondant à l afflux de sang veineux dans l oreilleae

8 pression (mmhg) gonflage du ballonnet gonflage du ballonnet PAP varia=ons respiratoires de la PAPO PAP "transitoire" de pression PAPO dégonflage du ballonnet PAPO temps

9 Pression Artérielle Pulmonaire d Occlusion flux sanguin CAP OG gonflage du ballonnet veine pulmonaire de gros calibre interrup=on du flux dans un secteur dépendant d une artère pulmonaire de gros calibre flux sanguin PAPO

10 La PAPO est une pression veineuse pulmonaire, reflètant la POG de façon amor3e et retardée donc non superposable à l OD : a : systole auriculaire z : relâchement auriculaire (fermeture tricuspide) a v PAPO c : bombement des valves dans l OD lors de la contrac3on ventriculaire isovolumétrique a c v POD x : aprac3on des valvules tricuspides vers la pointe z x y v : correspondant à l afflux de sang veineux dans l OD ( ou de sang veineux pulmonaire l OG) ECG

11 Condi3on de validité de la mesure de la PAPO : Con=nuité de la colonne sanguine artériolo- capillaro- veineuse alvéole P Alv. > P a > P v capillaires P a > P Alv. > P v AP OG P a > P v > P Alv. = Zone III de West flux sanguin

12 Non- con3nuité de la colonne sanguine : Zone I de West physiologique Hypovolémie Hauts niveaux de PEP Corner vessels Vérifica3on des condi3ons de Zone III de West : CAP au niveau ou en dessous de l OG radiographie de profil courbe de PAPO avec ondes «a» et «v» Δ PAPO/Δ PAP < 1,5 (Teboul et al. JCC 1992) Zone II de West

13 A quoi sert la PAPO? 1- Es=ma=on de la précharge VG (et seulement du VG) 2- Es=ma=on de la pression microvasculaire pulmonaire (et donc du risque d oedème pulmonaire)

14 Es=ma=on de la précharge du VG par la PAPO «Indicateurs du remplissage vasculaire au cours de l insuffisance circulatoire» PAPO PAPO POG POG PTDVG problème de la PEP (écrasement, é=rement des capillaires et veines) PTDVG VTDVG Valvulopathies (IM) VTDVG problème de la PEP (écrasement, é=rement des capillaires et veines) Problème de compliance et pressions extra- murales (Ven=la=on en pression posi=ve, PEP) = Valvulopathies (IM) Problème de compliance et pressions extra- murales (Ven=la=on en pression posi=ve, PEP) = précharge cardiaque précharge cardiaque Recommanda=ons d experts de la SRLF J.- L. Teboul, et le groupe d experts de la SRLF

15 Es3ma3on du risque d oedème pulmonaire PAPO = pression capillaire pulmonaire Pcp Gradient de pression dépendant de : OG PAPO débit cardiaque PEP IM aiguë hématocrite infla=on pulmonaire catécholamines cytokines, leucotriènes, prostaglandines, endotoxines etc.

16 Approche de la Pression Capillaire Pulmonaire Modélisa3on

17 pression (mmhg) gonflage du ballonnet Vidange rapide du secteur artériel (car élastance élevée, résistances d aval basses) PAP Remplissage rapide des capillaires et veines par le secteur artériel + vidange lente car compliance élevée PAPO "transitoire" de pression temps

18 Différentes méthodes : - Inspec=on visuelle - modèle monoexponen=el - Modèle biexponen=el Problèmes: - Inspec=on visuelle imprécise - repérage instant occlusion - acquisi=on du signal - différences entre occlusion en systole ou en diastole - Moins fiable si HTAP - faussé par respira=on

19

20 EVLW PaO2 3 techniques: - Pression onco:que - Pcp (simple occlusion) - - EVLW/double dilu:on 4x10 min 3x30 min 0 min? 2x30 min

21 Pulmonary capillary pressure during acute lung injury in dogs Pellen et al. Crit Care Med 2002 Intensive Care Med 2003 Pcp PAPO = 2 à 9 mmhg

22 PAPO 12 mmhg : «risque faible» Correspond à une Pcp possible de 14 à 21 mmhg

23 mesure du débit cardiaque par thermodilu3on mesure de la température dans l AP thermistance lumière proximale (OD) injec=on d un bolus de sérum salé froid

24 évolu=on de la température du sang dans l artère pulmonaire, après injec=on d un bolus froid injec3on T 0,2 C varia=ons en fonc=on du cycle respiratoire varia=ons en fonc=on du cycle cardiaque La précision de la mesure dépend du rapport signal/bruit

25 évolu=on de la température du sang dans l artère pulmonaire, après injec=on d un bolus froid La précision de la mesure dépend du rapport signal/bruit

26 Effet de l insuffisance tricuspide sur- es:ma:on de l aire totale sous- es:ma:on du DC Recircula:on précoce Kashtan HI et al.can J Anesth 1987,34:246 Balik M et al. Intensive Care Med 2002,28:1117 Important seulement si IT+++ : Balik M et al. Intensive Care Med 2002,28:1117

27 % de varia:on nécessaire pour affirmer qu une valeur de DC a changé??? Nilsson Acta Anaesth Scand 2004, 48:1322

28 «Two measurements, separated by time or intervention, must differ by 15% in AF patients and 9% in SR patients before one can be 95% confident that a real change has taken place.

29 Comparaison thermodilution /bolus froid et thermodilution par impulsion de chaleur lumière proximale (OD) thermistance impulsions de chaleur filament thermique IMPULSION RAPPORT SIGNAL/BRUIT PEU FAVORABLE impulsions électriques mesure automa=que du DC par thermodilu=on T 0,2 C varia=ons en fonc=on du cycle respiratoire injec3on varia=ons en fonc=on du cycle cardiaque Random sequence Filtrage des fréquences artéfactuelles Transforma:on de Fourrier Cross- correla:on La précision de la mesure dépend du rapport signal/bruit

30 Comparaison thermodilution /bolus froid et thermodilution par impulsion de chaleur IMPULSION RAPPORT SIGNAL/BRUIT PEU FAVORABLE T 0,2 C varia=ons en fonc=on du cycle respiratoire injec3on varia=ons en fonc=on du cycle cardiaque Random sequence Filtrage des fréquences artéfactuelles Transforma:on de Fourrier Cross- correla:on La précision de la mesure dépend du rapport signal/bruit

31 Délai de réponse important : Souvent supérieur à 4 minutes voire 10 minutes Siegel et al, Anesth Analg 1996

32 Le DC n est pas un paramètre constant il est censé être adapté aux besoins Il n y a pas de valeur normale Un index cardiaque < 2L/min/m 2 est probablement anormal Le DC n est qu un déterminant du TaO2 (avec Hb et SaO2) Idéalement, dans le contexte d insuffisance circulatoire le DC doit être interprété en fonc:on de la SvO2

33 U=lité de la mesure du débit cardiaque La mesure du DC n est pas u=le pour diagnos=quer le bas débit (clinique, SvO2) L effet du traitement visant à augmenter le DC se juge sur la clinique (marbrures, colora=on cutanée, état de conscience, diurèse, PA) et sur la SvO2 Il est intéressant de vérifier qu un traitement censé augmenter le DC l augmente effec:vement

34 Caractéris3ques du sang veineux mêlé accessibles par le CAP PvCO2... calcul du Δ (PvCO2 - PaCO2) PvO2 et SvO2... calcul de Δ (CaO2 - CvO2) Mesure con3nue de la SvO2... es=ma=on des varia=ons de EO2%

35 Principe de la mesure con=nue de SvO2 par spectrophotométrie de réflexion artère pulmonaire source lumineuse rouge et infrarouge héma:es réfléchissant la lumière lumière émise calculateur cathéter à fibres op:ques lumière réfléchie cellule photo- électrique

36 Principe de la mesure con=nue de SvO2 par spectrophotométrie de réflexion (suite) intensité lumineuse réfléchie (%) λ 1 HbR λ 2 HbO2 λ longueur d'onde (nm)

37 Facteurs susceptibles d influencer la valeur de la SvO 2

38 EO2 = VO2/TaO2 EO2 = (DC x (CaO2-CvO2) ) / (DC x CaO2) EO2 = (CaO2-CvO2)/CaO2 EO2 = ( ([ Hb x 1,34 x SaO2) + [0,003 x PaO2]) - ([ Hb x 1,34 x SvO2) + [0,003 x PvO2]) ) ([ Hb x 1,34 x SaO2) + [0,003 x PaO2]) EO2 ( ([ Hb x 1,34 x SaO2) + [0,003 x PaO2] ) - ([ Hb x 1,34 x SvO2) + [0,003 x PvO2] ]) ) ([ Hb x 1,34 x SaO2) + [0,003 x PaO2] ]) EO2 [ Hb x 1,34 x SaO2 ] - [ Hb x 1,34 x SvO2] [ Hb x 1,34 x SaO2] EO2 [ Hb x 1,34 ] x (SaO2 - SvO2) = SaO2 - SvO2 1 SvO2 [ Hb x 1,34 ] SaO2 SvO2 1 EO 2

39 L'étendue numérique des varia=ons de chaque déterminants détermine la varia=on numérique de la SvO 2 Inégalité de variabilité des 4 déterminants de la SvO 2 Dans un orde décroissant, VO 2 ou DC (déterminants majeurs), puis Hb puis SaO 2 (déterminants mineurs) SvO 2 = SaO 2 - VO 2 DC x Hb x 1.34 La mesure continue de la SvO 2 reflétera mieux les variations des déterminants «majeurs» : DC et VO 2 Les variations isolées d'un seul des déterminants de SvO 2 sont exceptionnelles voire inexistantes en clinique

40 la SvO 2 N'est pas physiologiquement régulée Permet d apprécier l'existence d'un déséquilibre entre les besoins et les apports en oxygène Est la seule méthode permemant d'évaluer de façon con:nue la finalité principale du DC : l apport d'o 2 aux :ssus N a pas de valeur «normale»

41 SvO 2 = reflet global de l oxygénation tissulaire ScvO2 SvO2 Mais ne renseigne ni sur la répar==on inter- organes ni sur la répar==on microcirculatoire du TaO2

42 SvO 2 (%) VO 2 : 110 ml/min/m 2 - SaO 2 : 95 % - Hb : 11 g/dl Ø Varia=on de SvO2 crédible : au moins 5% Ø Mauvais reflet de DC quand DC élevé Cardiac index (L/min/m 2 )

43 Pinsky MR, Vincent JL. Crit Care Med 2005, 33:1119

44 Dépendance VO2/TaO2 VO 2 sepsis SvO % 60% Quand la SvO2 est basse, le TaO2 est insuffisant, et ce quelle que soit la valeur absolue du Débit Cardiaque TaO2 cri=que TaO2 cri=que TaO2

45 2013 PAC is a diagnos=c and haemodynamic monitoring tool but not a therapeu=c interven=on. Our review concluded that use of a PAC did not alter the mortality, general ICU or hospital LOS, or cost for adult pa=ents in intensive care. The quality of evidence was high for mortality and LOS but low for cost analysis.

46 La Swan ça fait pas de mal!

47 Cathéter artériel pulmonaire / avantages 1- Accès à la PAPO, (et la pcp), et donc au risque d œdème pulmonaire : mesure précisément la pression minimale régnant dans les capillaires pulmonaires 2- Accès aux paramètres d'oxygéna:on: SvO 2, ΔPCO 2, et donc à l adéqua:on globale entre TaO2 et besoins 3- Possibilités de monitorage simultané de DC et SvO2, donc permet de faire la part entre modifica:ons de VO2 ou d extrac:on et modifica:ons de TaO2 4- Permet de vérifier l effet des traitements censés augmenter le DC 5- «Warning system» pra:que, automa:que

48 Intérêts et limites du double monitorage SvO2 + Débit Cardiaque q intérêt pratique évident q intérêt pour la compréhension physiopathologique q aucune information sur perfusion et oxygénation régionales q intérêt clinique (en terme de survie) non validé

49 Cathéter artériel pulmonaire / inconvénients 1- INVASIF, donc complica:ons 2- Temps d iner:e de la mesure du DCC 3- pas de mesure du VES bamement à bamement 4- Nécessite forma:on et appren:ssage

50 INDICATIONS DU CATHETER ARTERIEL PULMONAIRE Ø toutes les indica=ons sont discutables Ø l échographie cardiaque est obligatoire +++ Ø la clinique doit garder toute sa place : PA, diurèse, vascularisa=on des extrémités Ø jamais quand on ne sait pas faire (risques >>> bénéfices) Proposi:ons : Ø Sevrage de la VM et insuffisance cardiaque Ø Sepsis et cardiopathie ischémique Ø Choc de l infarctus du myocarde Ø SDRA et insuffisance circulatoire

51 Cas clinique SDRA / pneumonie Ischémie myocardique récente PaO2/FiO2 = 50 Oligurie, PA 72/42 mmhg, Lactate = 4 mmol/l Arythmie /fibrilla=on atriale ScvO2 ITV ssao E/Ea EVLW deltapp resp LJP PAPO = 8 mmhg SvO2 = 60% IC = 3,8 L/min/m 2 PAPO = 24 mmhg SvO2 = 62% IC = 2,4 L/min/m 2 PAPO = 16 mmhg SvO2 = 81% IC = 4.7 L/min/m 2 PAPO =? SvO2 =? IC =? perplexité CONFIANCE

Cas Clinique. Dr BOUSSELMI K Les Vendredis de la Réanimation. 30/4/2010

Cas Clinique. Dr BOUSSELMI K Les Vendredis de la Réanimation. 30/4/2010 Cas Clinique. Dr BOUSSELMI K Les Vendredis de la Réanimation. 30/4/2010 Patiente H.M âé âgée de 35 ans admise pour lésions bulleuses au niveau de deux jambes. ATCDS : dysthyroidie y (opérée pour nodule

Plus en détail

Comment évaluer. la fonction contractile?

Comment évaluer. la fonction contractile? Comment évaluer la fonction contractile? Pr Xavier MONNET Service de réanimation médicale Hôpital de Bicêtre Assistance publique Hôpitaux de Paris Conflit d intérêt Pulsion Medical Systems CAP PiCCO Echocardiographie

Plus en détail

M.Griton, DESC Réanimation Médicale 24 Mars 2010. Objectifs thérapeutiques de. sepsis

M.Griton, DESC Réanimation Médicale 24 Mars 2010. Objectifs thérapeutiques de. sepsis M.Griton, DESC Réanimation Médicale 24 Mars 2010 Objectifs thérapeutiques de l évaluation hémodynamique h dans le sepsis Surviving Sepsis Campaign 2008 Initial resuscitation (First 6 hours) Recommandations

Plus en détail

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle UEMPSfO - Physiologie Chapitre 4 : La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

PICCO2. PROTOCOLE DE SERVICE Année 2010 MISE À JOUR 2012. Hôpital de Bicêtre Département d'anesthésie-réanimation Réanimation Chirurgicale

PICCO2. PROTOCOLE DE SERVICE Année 2010 MISE À JOUR 2012. Hôpital de Bicêtre Département d'anesthésie-réanimation Réanimation Chirurgicale Hôpital de Bicêtre Département d'anesthésie-réanimation Réanimation Chirurgicale PICCO2 PROTOCOLE DE SERVICE Année 2010 MISE À JOUR 2012 1 PROTOCOLE PICCO2 DAR BICETRE DEPARTEMENT D ANESTHESIE REANIMATION

Plus en détail

HTAP. Actualités sur la nouvelle classification et Méthodes de Mesure Pressions Artérielles Pulmonaires

HTAP. Actualités sur la nouvelle classification et Méthodes de Mesure Pressions Artérielles Pulmonaires HTAP. Actualités sur la nouvelle classification et Méthodes de Mesure Pressions Artérielles Pulmonaires Olivier Axler Service de Cardiologie Centre Hospitalier Territorial Gaston Bourret Nouméa Nouvelle-Calédonie

Plus en détail

Tronc Artériel Commun

Tronc Artériel Commun Tronc Artériel Commun Cardiopathie congénitale conotroncale. 1.4% des cardiopathie congénitales. (1/10000) CIV Diagnostic anténatal Souvent associé à un 22q11. Anomalies associées Définition EMBRYOLOGIE

Plus en détail

Déterminants et Techniques de Mesure du Débit Cardiaque

Déterminants et Techniques de Mesure du Débit Cardiaque Déterminants et Techniques de Mesure du Débit Cardiaque Alain Combes Service de Réanimation Institut de Cardiologie Hôpital Pitié-Salpêtrière, AP-HP, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 www.reamedpitie.com

Plus en détail

SURVEILLANCE DE LA CEC, MONITORAGE DU PATIENT, SURVEILLANCE HÉMODYNAMIQUE

SURVEILLANCE DE LA CEC, MONITORAGE DU PATIENT, SURVEILLANCE HÉMODYNAMIQUE SURVEILLANCE DE LA CEC, MONITORAGE DU PATIENT, SURVEILLANCE HÉMODYNAMIQUE D. GAILLARD Fondation Hopital Saint-Joseph, Paris La surveillance hémodynamique en chirurgie cardiaque nécessite une réflexion

Plus en détail

PiCCO Accademy CHR Citadelle

PiCCO Accademy CHR Citadelle PiCCO Accademy CHR Citadelle PiCCO : Pratiques infirmières Graulich B. S30 - Rentmeister S. S39 Sommaire! Matériel! Mise en place! Surveillances! Actions! Cas typiques et particularités! Questions! Pratique

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA RESPIRATION

PHYSIOLOGIE DE LA RESPIRATION PHYSIOLOGIE DE LA RESPIRATION Elisabeth Le Rumeur 2011-12 Introduction Mécanique ventilatoire Échanges gazeux respiratoires Transport des gaz respiratoires (oxygène et CO2) par le sang Échanges gazeux

Plus en détail

Modalités d'utilisation des

Modalités d'utilisation des Modalités d'utilisation des inotropes et des drogues vasoactives. Dr Daniel Pic. Urgences Médicochirurgicales Adultes. Pr J. Schmidt. CHRU Clermont-Fd. Le traitement du choc : Principaux axes thérapeutiques

Plus en détail

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan Adaptations CardioVasculaire et Ventilatoire à L Exercice Musculaire Helmi BEN SAAD (MD, PhD) helmibensaad@rnstn Introduction Adaptation? Problème (1/2 intérieur, environnement) Réponses Physiologique

Plus en détail

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE Edwige TROHEL 1 SOMMAIRE 1.- DE QUOI EST COMPOSE LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE 2.- LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE EST SOLLICITE EN PLONGEE, POURQUOI? 3.-LE CŒUR 3.1.- DESCRIPTION et ROLE 3.2.- SON FONCTIONNEMENT

Plus en détail

MONITEUR HEWLETT-PACKARD

MONITEUR HEWLETT-PACKARD MONITEUR HEWLETT-PACKARD Structure du moniteur : Module écran, module des paramètres, module processeur, clavier Mise en marche : Bouton à gauche pour mise en marche. Bouton à droite pour luminosité et

Plus en détail

Point de vue "physique": caractérisation du système cardiovasculaire à partir des lois de l'hydrodynamique et des propriétés du cœur, du sang et des

Point de vue physique: caractérisation du système cardiovasculaire à partir des lois de l'hydrodynamique et des propriétés du cœur, du sang et des v fluide constante L A B Il faut une pompe pour créer une P qui compense la chute. - si fluide non-visqueux: OK - si fluide visqueux il faut dépenser de l'énergie pour compenser la perte due à et définie

Plus en détail

12/12/2012. Insuffisance Respiratoire Chronique. Définitions et Physiopathologie. Définition de l insuffisance respiratoire chronique (IRC)

12/12/2012. Insuffisance Respiratoire Chronique. Définitions et Physiopathologie. Définition de l insuffisance respiratoire chronique (IRC) Définition de l insuffisance respiratoire chronique (IRC) Insuffisance Respiratoire Chronique Définitions et Physiopathologie IRC = faillite des mécanismes assurant l hématose Hypoxémie avec ou sans hypercapnie

Plus en détail

Le système cardiaque

Le système cardiaque Le système cardiaque Plan Chap 1: Généralités Chap 2: Anatomie cardiaque Chap 3: L activité mécanique cardiaque Chap 4: Régulation de l activité cardiaque Chap 1: Généralité I.Organisation du système cardiovasculaire

Plus en détail

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle pulmonaire Pr. Abid Abdelfatteh XXIème Journée Nationale de Médecine Interne 30 Octobre 2010- Monastir Introduction L HTAP est caractérisée par anormale

Plus en détail

EVALUATION HEMODYNAMIQUE PAR LE MONITEUR PICCO

EVALUATION HEMODYNAMIQUE PAR LE MONITEUR PICCO Hémodynamique et monitorage en réanimation 347 EVALUATION HEMODYNAMIQUE PAR LE MONITEUR PICCO F. Michard, C. Richard, J-L. Teboul. Réanimation Médicale, CHU de Bicêtre, 78 rue du Général Leclerc, 94275

Plus en détail

Monitoring non invasif dans l état de choc

Monitoring non invasif dans l état de choc Monitoring non invasif dans l état de choc Congrès AER - Lyon 2013 Pr Carole SCHWEBEL Réanimation Médicale - CHU Grenoble Inserm 1039 Radiopharmaceutiques Biocliniques mon intervention ne présente aucun

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION II. La fonction vasculaire. Sam BAYAT MCU-PH

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION II. La fonction vasculaire. Sam BAYAT MCU-PH PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION II. La fonction vasculaire Sam BAYAT MCU-PH Plan Introduction Rappel: organisation du système vasculaire La fonction vasculaire La fonction vasculaire Relations structure-fonction

Plus en détail

Les catécholamines Principales propriétés Exemples concrets d utilisation

Les catécholamines Principales propriétés Exemples concrets d utilisation Les catécholamines Principales propriétés Exemples concrets d utilisation Dr Christophe Faisy, Dr Brice Lortat-Jacob (Paris) Dr Christophe Lenclud (Mantes-La-Jolie) Dr Vincent Hubert (Amiens) Plan 1. Introduction

Plus en détail

Échographie cardiaque et remplissage vasculaire

Échographie cardiaque et remplissage vasculaire Échographie cardiaque et remplissage vasculaire II Laurent Muller - Jean-Yves Lefrant L absence d influence sur la mortalité du cathéter artériel pulmonaire (CAP) après 30 ans d utilisation (1) et la mauvaise

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë

Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë F Decailliot, SAR H Mondor 1 Principes de la ventilation artificielle Physiologie

Plus en détail

LE SYSTEME CIRCULATOIRE ET SES ATTEINTES. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

LE SYSTEME CIRCULATOIRE ET SES ATTEINTES. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados LE SYSTEME CIRCULATOIRE ET SES ATTEINTES Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de la séquence, vous serez capable : de décrire le système circulatoire d'expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive. C Decoene PH CHRU Lille

Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive. C Decoene PH CHRU Lille Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive C Decoene PH CHRU Lille objectif Le taux d hémoglobine intervient dans : Le transport d O2 L hémostase L équilibre

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Doppler fondamental et pra.que

Doppler fondamental et pra.que Doppler fondamental et pra.que Dr Damien Coisne www.coeurplus.fr 1877 The Theory of Sound Chris.an Doppler 1803-53 Effet Doppler 1842 : ondes acous.ques HypolyCe Fizeau 1819-1896 Effet Doppler Fizeau 1948:

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE PULMONAIRE ET GROSSESSE

HYPERTENSION ARTERIELLE PULMONAIRE ET GROSSESSE HYPERTENSION ARTERIELLE PULMONAIRE ET GROSSESSE Claire Gautier, Geneviève Brotons, Dr Sandrine Roger-Christoph Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère 157 rue de la porte de Trivaux

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC. D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale

UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC. D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale TP1 : Le système cardio-vasculaire et respiratoire FONTAINE Lionel RADONDY Yoan Groupe :

Plus en détail

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences F. Fays, P. Hausfater

Plus en détail

SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR

SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR A CORRE MANIPULATRICE Scanner Chu Rouen A JARDEL MANIPULATEUR Scanner Chu Rouen JN DACHER RADIOLOGUE radiologie CHU ROUEN J THIEBOT RADIOLOGUE Chef de service

Plus en détail

Mécanismes des maladies. Les échanges gazeux

Mécanismes des maladies. Les échanges gazeux Mécanismes des maladies Les échanges gazeux Pourquoi les patients sont-ils hypoxémiques? Le shunt Les malades atteints d œdème pulmonaire (OAP, SDRA) sont hypoxémiques du fait d un shunt intrapulmonaire.

Plus en détail

Sémiologie cardio-vasculaire

Sémiologie cardio-vasculaire Sémiologie cardio-vasculaire Q-1 A quoi sert la classification NYHA? Décrivez la. Q-2 Décrire la douleur d angor d effort. Citez les principaux éléments sémiologiques recueillis à l interrogatoire qui

Plus en détail

MODULE SOINS INTENSIFS PRISE EN CHARGE DU BDS DE SI MONITORING HÉMODYNAMIQUE: LES BASES.

MODULE SOINS INTENSIFS PRISE EN CHARGE DU BDS DE SI MONITORING HÉMODYNAMIQUE: LES BASES. MODULE SOINS INTENSIFS PRISE EN CHARGE DU BDS DE SI MONITORING HÉMODYNAMIQUE: LES BASES. objectif: GARANTIR UNE OXYGENATION TISSULAIRE ADAPTEE AUX BESOINS METABOLIQUES DES ORGANES 1 Ferron Fred_2012 1

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Les Inotropes Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Inotropes un des piliers du traitement de l insuffisance cardiaque Quand mettre un patient avec CMD sous inotropes? Bonne perfusion

Plus en détail

L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt avec cette présentation

L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt avec cette présentation Atelier VO2 Alain COHEN SOLAL «Biomarkersand HeartFailure»INSERM U942 Research Unit Lariboisière Hospital, Cardiology Department Paris Diderot University L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt

Plus en détail

Mesure non invasive du débit cardiaque

Mesure non invasive du débit cardiaque Mesure non invasive du débit cardiaque Pr. Jean-Luc Fellahi fellahi-jl@chu-caen.fr Pôle Réanimations Anesthésie SAMU/SMUR, CHU de Caen, France UFR de Médecine, EA 4650, UCBN, France Déclara'on de conflits

Plus en détail

Référentiel de compétences du perfusionniste. Document de travail

Référentiel de compétences du perfusionniste. Document de travail Référentiel de compétences du perfusionniste 1 Document de travail Élaboré par : La Société Française de Perfusion La Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire La Société Française

Plus en détail

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire 1 de 5 Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire Si vous préférez obtenir cet article en version pdf, cliquez ici,.s il vous plaît. Le sevrage de la ventilation mécanique est un moment important

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang Transport des gaz dans le sang A Introduction : La fonction respiratoire du sang représente le transport des gaz respiratoires: du poumon aux tissus pour l oxygène, en sens inverse pour le dioxyde de carbone.

Plus en détail

Catécholamines en réanimation

Catécholamines en réanimation Catécholamines en réanimation Dahbia REGAD Arnaud MALATRAY Réanimation Médicale Groupement Hospitalier Edouard Herriot LYON Perfusion des organes Pour éteindre un incendie, le pompier va avoir besoin :

Plus en détail

DIFFUSION ET TRANSPORT DES GAZ

DIFFUSION ET TRANSPORT DES GAZ DIFFUSION ET TRANSPORT DES GAZ 40 mmhg d O 2 = réserve 40 mmhg CO 2 = participe à la régulation du ph; stimulus ventilatoire Le sang revenant des tissus vers le poumon contient encore de l'o 2 (PO 2v =

Plus en détail

La saturation veineuse centrale ou comment extraire. Diane Poirier MD, MSc 22 mai 2009

La saturation veineuse centrale ou comment extraire. Diane Poirier MD, MSc 22 mai 2009 La saturation veineuse centrale ou comment extraire Diane Poirier MD, MSc 22 mai 2009 Conflits d intérêt Aucun sauf de connaître certains membres du comité organisateur du RISIIQ Objectifs. Reconnaître

Plus en détail

Monitorage de la pression intracrânienne. Emilie WATTELLIER Dr Samuel GAY

Monitorage de la pression intracrânienne. Emilie WATTELLIER Dr Samuel GAY Monitorage de la pression intracrânienne Emilie WATTELLIER Dr Samuel GAY Comment mesurer 2 Comment mesurer Référence : mesure Intraventriculaire = DVE Avantages: Recalibration In Vivo Pas de dérive de

Plus en détail

MEMOIRE LA SATURATION VEINEUSE CENTRALE EN OXYGENE NE PERMET PAS DE PREDIRE SI L EXPANSION VOLEMIQUE REDUIT L HYPOXIE TISSULAIRE

MEMOIRE LA SATURATION VEINEUSE CENTRALE EN OXYGENE NE PERMET PAS DE PREDIRE SI L EXPANSION VOLEMIQUE REDUIT L HYPOXIE TISSULAIRE ACADEMIE DE PARIS Année 2012 MEMOIRE pour l obtention du DES d Anesthésie-Réanimation Coordonnateur : Monsieur le Professeur Didier JOURNOIS par Florence JULIEN-MARSOLLIER Présenté et soutenu le 10 Avril

Plus en détail

Atelier Echocardiographie

Atelier Echocardiographie Atelier Echocardiographie Eric Kipnis / Christophe Decoene Réanimation Chirurgicale, Pôle d Anesthésie-Réanimation, CHRU Lille Faculté de Médecine - Université Lille 2 - Université Lille Nord de France

Plus en détail

APPAREIL RESPIRATOIRE Transport de l'oxygène de l'ambiance à la cellule et causes d'hypoxie

APPAREIL RESPIRATOIRE Transport de l'oxygène de l'ambiance à la cellule et causes d'hypoxie 01/10/14 GIORGI Lorène L3 CR : MACIOW Benjamin Appareil respiratoire Pr. Yves JAMMES 10 pages Transport de l oxygène de l ambiance à la cellule et causes d hypoxie Plan : A. Oxygène et hypoxie I. La «cascade»

Plus en détail

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS Blaise Degueldre Objectifs du cours Le participant sera capable de : Effectuer une reconnaissance précoce et un appel à l aide, De réaliser une

Plus en détail

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Emergency and Pre-Hospital divisions SAMU 74 INSERM UMR 955 Eq13 REVA: European Network on Mechanical Ventilation CONFLICTS OF

Plus en détail

Nourrisson, pédiatrique, adulte

Nourrisson, pédiatrique, adulte Nourrisson, pédiatrique, adulte En soins intensifs, vous cherchez plus que des performances ventilatoires de classe mondiale. Vous recherchez des ventilateurs capables de fournir des données fiables et

Plus en détail

Choc hypovolémique et hémorragique

Choc hypovolémique et hémorragique Choc hypovolémique et hémorragique item 328 État de choc. Principales étiologies : hypovolémique, septique (voir item 154), cardiogénique, anaphylactique Diagnostiquer un état de choc chez l'adulte et

Plus en détail

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes.

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. Notice Du diagnostic au traitement des maladies cardio-vasculaires DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. L objectif du vidéogramme est de visualiser les manifestations de l activité cardiaque

Plus en détail

Mesure du débit et volume sanguins. Cause des décès au Canada

Mesure du débit et volume sanguins. Cause des décès au Canada Mesure du débit et volume sanguins Damien Garcia Damien.Garcia@ircm.qc.ca Laboratoire de génie biomédical IRCM, Montréal Cause des décès au Canada Autres ( 16% ) Respiratoire ( 9% ) Diabète ( 3% ) Cancer

Plus en détail

Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou.

Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou. Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou. Désynchronisation ventriculaire: facteur d aggravation (causal?) de l insuffisance cardiaque Patients avec VG dilaté/dysfonction VG ont souvent des tr de

Plus en détail

Stéphane Mandigout, Maître de Conférences Universitaire, Faculté des Sciences et Techniques, Département STAPS, 123 Avenue Albert Thomas 87060

Stéphane Mandigout, Maître de Conférences Universitaire, Faculté des Sciences et Techniques, Département STAPS, 123 Avenue Albert Thomas 87060 téphane Mandigout, Maître de Conférences Universitaire, Faculté des ciences et Techniques, Département TAP, 123 Avenue Albert Thomas 87060 Limoges Cedex. tephane.mandigout@unilim.fr. 1- Introduction L

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle.

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle. Thème : Corps humain, sport et santé Chapitre : La régulation nerveuse de la pression artérielle. - La notion de pression artérielle : La pression artérielle (ou tension artérielle) correspond à la force

Plus en détail

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions?

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Laurent ARGAUD Réanimation Médicale Groupement Hospitalier Edouard Herriot laurent.argaud@chu-lyon.fr Incidents lors des relais de seringues

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail

Thème 3 : Corps humain et santé : l'exercice physique

Thème 3 : Corps humain et santé : l'exercice physique Thème 3 : Corps humain et santé : l'exercice physique Chapitre 1 : Des modifications Introduction physiologiques à l'effort Au cours d'un effort physique, on observe des manifestations de cet effort chez

Plus en détail

Dissection du cœur de bœuf. Démarche et principes

Dissection du cœur de bœuf. Démarche et principes Dissection du cœur de bœuf Démarche et principes Introduction (1) : Matériel requis Un grand couteau de cuisine bien aiguisé (un scalpel peut également être utile) Un bac à dissection, à défaut, une planche

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon)

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) Crush syndrome ou Sd des ensevelis ou Sd de Bywaters : Syndrome de compression traumatique : Définitions Rhabdomyolyse: Lyse musculaire, de cause physique ou

Plus en détail

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 PONT A MOUSSON 15.05.2007 Dr LIBOT Loic SAMU 54 - SU Polyclinique Gentilly Points forts SRLF 2007 ACR Sepsis Utilisation précoce des vasopresseurs dans le choc hémorragique

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Sarah EGUIENTA DES de pneumologie. Pr. Michael FAYON. Dr Léonie MARTIGNE CH d Angoulême CIC-0005

Sarah EGUIENTA DES de pneumologie. Pr. Michael FAYON. Dr Léonie MARTIGNE CH d Angoulême CIC-0005 Pr. Michael FAYON Sarah EGUIENTA DES de pneumologie Dr Léonie MARTIGNE CH d Angoulême CIC-0005 Histoire de la maladie 16 Février 2012 Amélie, 3 ans Hospit au CHG d Angoulême Fièvre évoluant depuis 4 jours

Plus en détail

Bases de la cardiologie

Bases de la cardiologie Bases de la cardiologie Date de création du document : 2008-2009 Table des matières 1 Anatomie du coeur... 1 1. 1 Introduction... 1 1. 2 Anatomie externe...1 1. 3 Anatomie interne... 1 1. 3. 1 Circulation

Plus en détail

CREATION D UNE CHAINE DE REFERENCE POUR

CREATION D UNE CHAINE DE REFERENCE POUR CREATION D UNE CHAINE DE REFERENCE POUR LA MESURE DE LA PRESSION ARTERIELLE La mesure de la pression artérielle par méthode auscultatoire au moyen d un sphygmomanomètre est l une des méthodes les plus

Plus en détail

Chapitre 1: Le Photopléthysmogramme et l Oxymétrie de pouls

Chapitre 1: Le Photopléthysmogramme et l Oxymétrie de pouls 1.1 Introduction : Le principal avantage de capteurs optiques pour des applications médicales,[1] c'est leur sécurité intrinsèque, car il n'y a pas de contact électrique entre le patient et l'appareil.

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

Détresse respiratoire aiguë

Détresse respiratoire aiguë Détresse respiratoire aiguë 1 I. PHYSIOPATHOLOGIE DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUË II. DIAGNOSTIC, BILAN ET RECHERCHE D UNE ÉTIOLOGIE III. CONDUITE À TENIR INITIALE DEVANT UNE INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

Plus en détail

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?...

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... François MOUREY Corinne ANTOINE et le COPIL Maastricht 3 Agence de la biomédecine Les jeudis de l urgence: Marseille 9 janvier

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE. École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66

INSUFFISANCE CARDIAQUE. École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 INSUFFISANCE CARDIAQUE École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 I. DÉFINITION L'insuffisance cardiaque (IC) est l incapacité du coeur à assurer, dans les conditions normales,

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque. Dr Traullé 03 février 2010

Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque. Dr Traullé 03 février 2010 Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque Dr Traullé 03 février 2010 Plan 1. Rappel anatomique 2. Electrophysiologie cellulaire la cellule myocardique les propriétés des myocytes

Plus en détail

Ac#vité Physique et Diabète

Ac#vité Physique et Diabète Ac#vité Physique et Diabète DIAPASON 36 MSA Châteauroux 2012 Dr Thierry KELLER 27 & 28 septembre 2012 Quels Constats? L inac#vité TUE!! "30% Mortalité totale 9% Risque Cardio-Vasculaire (coronaropathie)

Plus en détail

Choc Hémorragique. - Quels objectifs tensionnels? - Indications des produits sanguins et dérivés du sang

Choc Hémorragique. - Quels objectifs tensionnels? - Indications des produits sanguins et dérivés du sang Choc Hémorragique - Quels objectifs tensionnels? - Indications des produits sanguins et dérivés du sang DESC Réanimation Médicale 13/03/08 J.Rousset et D.Salvan Toulouse Situation fréquente et grave 1

Plus en détail

Choc septique et cortico-surr. -surrénale

Choc septique et cortico-surr. -surrénale Choc septique et cortico-surr -surrénale Du concept au traitement François Fourrier EA 2689 Université de Lille 2 Réanimation polyvalente CHRU Lille Le concept biochimique Les voies métaboliques des stéroïdes

Plus en détail

CARNET de FORMATION CIRCULATION EXTRA-CORPORELLE

CARNET de FORMATION CIRCULATION EXTRA-CORPORELLE CARNET de FORMATION EN CIRCULATION EXTRA-CORPORELLE Recommandations de la Société Française de Perfusion NOM : Prénom : 1 Comité rédactionnel 3 Comité de Lecture et de validation 3 Préambule 4 Préambule

Plus en détail

Mesures invasives par pression.. et comment ça fonctionne ( brièvement )

Mesures invasives par pression.. et comment ça fonctionne ( brièvement ) Mesures invasives par pression.. et comment ça fonctionne ( brièvement ) 1 1 Mesure instantanée, invasive, précise et surveillance en continue de la pression artérielle du patient, réalisée par l introduction

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

Qu est-ce que. InSpectra StO 2? > Non invasif > Continu > En temps réel > Direct

Qu est-ce que. InSpectra StO 2? > Non invasif > Continu > En temps réel > Direct Qu est-ce que InSpectra StO 2? > Non invasif > Continu > En temps réel > Direct Qu est-ce que Spectra StO 2? artère vein Microcirculation La saturation en O 2 de l hémoglobine est actuellement mesurée

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS SUPPORTS PHYSIOLOGIQUES: Les adaptations CARDIAQUE: Qc = V.E.S. x F.C. VASCULAIRE: Qc = T.A.moyenne / Résistances

Plus en détail