PSYCHOLOGIE COGNITIVE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PSYCHOLOGIE COGNITIVE"

Transcription

1 Département Universitaire des Soins Infirmiers Enseignement 1.1. Psychologie Cours n 2 S102PSYCHO02CA PSYCHOLOGIE COGNITIVE Catherine AGBOKOU Psychiatre

2 Plan 1. Généralités 2. Processus attentionnels 2.1 Attention: sens commun 2.2 Attention en Psychologie cognitive : généralités 2.3 Attention sélective 2.4 Attention partagée 2.5 Attention soutenue 2.6 Attention comme fonction exécutive Inhibition Flexibilité 2.6 Attention endogène / exogène C. AGBOKOU

3 Plan 3. Les différentes mémoires 3.1 Mémoire à court terme 3.2 Mémoire à long terme Mémoire épisodique Mémoire sémantique Mémoire procédurale 4. Cognition sociale 5. Références C. AGBOKOU

4 I Landrø, B. Rund, L. Ersland, K. Hugdahl, et al, NeuroReport, 2002 Appuyer sur T

5 I Landrø, B. Rund, L. Ersland, K. Hugdahl, et al, NeuroReport, 2002 Appuyer sur T Appuyer sur 7 après 5

6 I Landrø, B. Rund, L. Ersland, K. Hugdahl, et al, NeuroReport, 2002 Appuyer sur T Appuyer sur 7 après 5 Appuyer quand la somme est 10

7 GENERALITES

8 Mémoires COGNITION Fonctions instrumentales Fonctions exécutives et attention

9 Fonctions instrumentales langage gestes et schéma corporel capacités visuo-spatiales (espace, personnes, etc.) Calcul C. AGBOKOU

10 Fonctions exécutives et attention planification résolutions de problèmes actions inhibition d'activités routinières anticipation raisonnement prise de décision C. AGBOKOU

11 TEMPS Processus du fonctionnement cognitif Stimulus Perception Traitement cognitif Encodage Mise en mémoire Stockage (transformation des infos en traces mnésiques, consolidation des infos ) Récupération (restitution des infos, récupération volontaire, recherche consciente) Réponse C. AGBOKOU

12 LES PROCESSUS ATTENTIONNELS

13 2.1 Attention : sens commun Alerte ATTENTION Allocation de ressources Prévention

14 2.2 Attention en psychologie cognitive: généralités 1 vase ou 2 visages?

15 3 camemberts? 1 triangle et 3 camemberts? Pacman?

16 Dessin abstrait? Une fleur d hibiscus avec une aubergine?

17 Définition «Prise de possession par l esprit, sous une forme claire et vive, d un objet ou d une suite de pensées parmi plusieurs qui semblent possibles [ ]. Implique le retrait de certains objets afin de traiter plus efficacement les autres.» W. James Attention Processus élémentaire Fonction exécutive

18 Processus élémentaire ATTENTION Fonction exécutive

19 A. sélective Processus élémentaire A. partagée A. soutenue

20 Processus élémentaire Attention Fonction exécutive

21 Fonction exécutive inhibition flexibilité

22 2.3 Attention Sélective Traitement: 10 unités

23 2.3 Attention Sélective Traitement: 5 unités

24 2.3 Attention Sélective Traitement: 4 unités

25 2.3 Attention Sélective Phénomène «Cocktail party»

26 2.3 Attention Sélective Focalisation des facultés cognitives sur les informations pertinentes et importantes pour la réalisation de taches en cours. Activation de l information PERTINENTE

27 2.3 Attention Sélective 9 ± 2 : nombre maximal d unité pouvant être traité en une centration Mécanismes de focalisation Regroupement Sélection en fonction du stimulus : attention élective en fonction du temps: attention soutenue

28 2.3 Attention Sélective Exemple de l étudiant(e) en soins infirmiers A la fac Ecouter l enseignante sans se laisser distraire par le bruit autour ou son (sa) voisin(e) En stage Traiter les informations nécessaire à la résolution du calcul de dose (résolution d un problème mathématique) Présentation de dossier ou écoute de transmission: traiter la trame de l histoire sans se laisser distraire par les détails

29 Modèles théoriques d attention Attention Registre sensoriel Filtre

30 Modèles d attention Sélectif (Modèle de Broadbent) Filtre Détection Atténuateur ( Modèle detreisman)

31 2.3 Attention Sélective Protocole expérimental (TEAch) Epreuve de recherche dans le ciel Entourer les groupes de 2 cibles identiques

32

33

34

35 2.4 Attention partagée Capacités attentionnelles : ensemble fini Division de l attention entre plusieurs sources Exemple de l étudiant en amphi Lire un PowerPoint en écoutant l enseignant Prendre des notes Ecriture correcte (calligraphie, syntaxe) C. AGBOKOU

36 2.4 Attention partagée Schneider et Shiffrin (1977) C. AGBOKOU

37 2.4 Attention partagée Mac Leod Hypothèse des ressources multiples Facilitation du partage de l attention quand les tâches à réaliser relèvent de modalités exécutives différentes C. AGBOKOU

38 2.5 Attention soutenue Capacité de maintenir focalisé son attention lors de l exécution d une tache monotone de longue durée Ecouter passivement un cours en amphi Travail de nuit dans un service calme où les patients dorment Fluctuations attentionnelles Rythme circadien Facteurs individuels Durée de la tâche Fréquence de répétition (phénomène d apprentissage) C. AGBOKOU

39 2.6 L attention comme fonction exécutive Phénomène d inhibition Mise à l écart des informations non pertinentes C. AGBOKOU

40 Test de Stroop : Interférence NEUTRE CONGRUENT INCONGRUENT OUI NON C. AGBOKOU

41

42

43

44

45

46

47

48

49

50 2.6 L attention comme fonction exécutive Flexibilité attentionnelle Capacité de changement des critères de sélection Variabilité interpersonnelle développementale C. AGBOKOU

51 Test Wisconsin : flexibilité attentionnelle

52 Test Wisconsin

53 Test Wisconsin

54 Test Wisconsin

55 Test Wisconsin

56 Test Wisconsin

57 Test Wisconsin

58 Nombre Couleur Forme

59 Test Wisconsin Catégoriser les cartes (4 tas) en changeant de critère : couleur, forme, nombre d éléments. Capacités de flexibilité : Faible taux d erreurs de persévération

60 Trail Making Tâche 1 : relier les chiffres dans l ordre croissant le plus rapidement possible

61 Trail Making Tâche 2 : procéder de la même manière mais en alternant les chiffres et les lettres 1-A-2-B-3-C..

62 Trail Making Coût du shifting (ou coût de la flexibilité attentionnelle) : différence entre tâches 1 et 2

63 2.7 Attention endogène / exogène Attention endogène Attention volontairement dirigée vers un stimulus particulier L individu décide de porter son attention sur un phénomène précis Attention exogène Attention captée par un stimulus extérieur L environnement extérieur initie l alerte et la mobilisation des facultés cognitives C. AGBOKOU

64 LES DIFFÉRENTES MÉMOIRES

65 LES MEMOIRES (d après Squire, 1994) Mémoire à court terme Mémoires à long terme Mémoire de travail C. AGBOKOU

66 3.1 Mémoire de travail Système à capacité limitée. Maintien temporaire et manipulation de l information pendant la réalisation de tâches cognitives complexes pour effectuer une action dirigée vers un but. Très sensible aux atteintes cérébrales, notamment les maladies dégénératives. C. AGBOKOU

67 LES MEMOIRES (d après Squire, 1994) Mémoire à court terme Mémoires à long terme Mémoire de travail C. AGBOKOU

68 3.2 Mémoire à long terme DÉCLARATIVE (consciente / explicite) NON DECLARATIVE (inconsciente / implicite) Episodique Événements Sémantique Faits Procédurale Amorçage Conditionnement Habiletés Mémoire autobiographique (d après Squire, 1994)

69 Mémoire explicite (récupération volontaire et consciente) Mémoire déclarative (souvenirs verbalisables) Système impliqué dans le souvenir d informations spécifiques, vécues par le sujet, situées dans un contexte spatio-temporel particulier Rappel conscient via une réinstallation du contexte d'acquisition soit fourni par l'environnement, soit activée à l'initiative du sujet C. AGBOKOU

70 Mémoire à long terme DÉCLARATIVE (consciente / explicite) NON DECLARATIVE (inconsciente / implicite) Episodique Événements Sémantique Faits Procédurale Amorçage Conditionnement Habiletés Mémoire autobiographique (d après Squire, 1994) C. AGBOKOU

71 Mémoire contextuelle de nature autobiographique avec une marque spatiale et temporelle forte: «c était où», c était «quand?» Mémoire épisodique Modalités visuelles ou verbales

72

73 Mémoire à long terme DÉCLARATIVE (consciente / explicite) NON DECLARATIVE (inconsciente / implicite) Episodique Événements Sémantique Faits Procédurale Amorçage Conditionnement Habiletés Mémoire autobiographique (d après Squire, 1994) C. AGBOKOU

74 3.2.2 Mémoire sémantique Mémoire des connaissances définitives.

75 Mémoire à long terme DÉCLARATIVE (consciente / explicite) NON DECLARATIVE (inconsciente / implicite) Episodique Événements Sémantique Faits Procédurale Amorçage Conditionnement Habiletés Mémoire autobiographique (d après Squire, 1994) C. AGBOKOU

76 3.2.3 Mémoire procédurale C. AGBOKOU

77 LA COGNITION SOCIALE

78 Définitions Opérations mentales sous-tendant les interactions sociales, notamment la capacité à percevoir les intentions et dispositions d'autrui (Brothers, 1990) Mais comporte aussi d'autres compétences comme la perception sociale, les apprentissages sociaux ou la dynamique relationnelle (Green et al., 2008) C. AGBOKOU

79 Cognition sociale : interface de plusieurs disciplines Psychologie comparative Psychologie sociale Cognition sociale Psychologie du développement Intelligence artificielle Neurosciences cognitives

80 Les 4 dimensions impliquées dans la cognition sociale (Green, 2008) Perception des visages, des émotions Perception sociale Théorie de l'esprit Mode d attribution C. AGBOKOU

81 Comment fonctionnons-nous et nous représentons la pensée d'autrui? Lecture ou reconnaissance des émotions d autrui Expressions du visage Gestes et attitudes Prosodies Théorie de l'esprit et représentation des autres Compétences plus générales «la vraie vie» Empathie

82 Reconnaissance des émotions d autrui Image extraite du site de l'ucsc Perceptual Science Lab

83 Reconnaissance des émotions d autrui Modèle du système neuronal distribué de la reconnaissance des visages et des émotions faciales chez l homme. Adapté de Haxby et al. [6].Figure 2. Distributed neural model of face recognition and facial emotions. Adapted from Haxby et al. [6].

84 Comment fonctionnons-nous et nous représentons la pensée d'autrui? Lecture ou reconnaissance des émotions d autrui Théorie de l'esprit et représentation des autres Compétences plus générales «la vraie vie» Empathie

85 Théorie de l'esprit : définition Capacité à Se représenter les états mentaux d autrui et de faire des inférences correctes à propos des intentions et des croyance d autrui. Raisonnement du type "Jeanne pense qu'eric pense que» Sous-tend des capacités d empathie Fait référence à notre capacité à concevoir et partager nos sentiments et ceux des autres Permet de donner un sens aux comportements sociaux et de les prévoir de donner un sens à la communication de comprendre les intentions communicatives de l autre

86

87

88 Revue de neuropsychologie. Volume 3, Numéro 1, 41-51, Mars 2011

89 Tâche évaluant l attribution d intentions à autrui Cartons «histoire» 89 Cartons «réponses»

90 Comment fonctionnons-nous et nous représentons la pensée d'autrui? Lecture ou reconnaissance des émotions d autrui Théorie de l'esprit et représentation des autres Compétences plus générales «la vraie vie» Compréhension des règles d une situation sociale, raisonnement social Construction de réponses adaptées Mise en place des différentes actions appropriées Empathie

91 Comment fonctionnons-nous et nous représentons la pensée d'autrui? Lecture ou reconnaissance des émotions d autrui Théorie de l'esprit et représentation des autres Compétences plus générales «la vraie vie» Empathie

92 CONCLUSIONS

La mémoire (en bref)

La mémoire (en bref) Lamémoire(enbref) Les modèles développés en psychologie cognitive conçoivent l individu comme une «entité»quitraitedel information.danscestraitements,lamémorisationtientuneplace particulièrement importante

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012. «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» Introduction. p.1

Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012. «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» Introduction. p.1 Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012 «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» (Intervention de M. Jean- Marc LOUIS, IEN ASH) Une bibliographie "Mémoire et apprentissages" a été

Plus en détail

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1 sciences du langage 1 Comment l enfant acquiert la parole? sciences du langage 2 Partie I 1. Comment l enfant acquiert la parole? Partie II 2. A quel moment du processus d acquisition de la parole intervient

Plus en détail

Comment aider un enfant dysphasique? A l extérieur de l école. Motivation de l élève Estime de soi. Troubles du comportement

Comment aider un enfant dysphasique? A l extérieur de l école. Motivation de l élève Estime de soi. Troubles du comportement Comment aider un enfant dysphasique? Un document proposé par Christelle CHARRIER, conseillère pédagogique et Françoise VINCENT, formatrice à l' IUFM A l école mettre en place un programme d enrichissement

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Association de personnes cérébrolésées, De leurs familles et des aidants Réunion à BRUGMANN le 17 mai 2000 LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Par Monsieur Patrick FERY Neuropsychologue Hôpital Universitaire Erasme

Plus en détail

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation Dysphasies : Aspects rééducatifs des Dysphasies Florence George : Orthophoniste CERTA CHU Timone - Marseille Précoce préserver l appétence à la communication Intensive : au moins 3 fois par semaine Accompagnement

Plus en détail

CMémoire LA DEMARCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE. C. BAUDU Hôpital Pasteur Service de Psychiatrie Pavillon M1A

CMémoire LA DEMARCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE. C. BAUDU Hôpital Pasteur Service de Psychiatrie Pavillon M1A CMémoire LA DEMARCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE C. BAUDU Hôpital Pasteur Service de Psychiatrie Pavillon M1A VIELLISSEMENT COGNITIF NORMAL Approche neuropsychologique globale: Ralentissement du traitement de l

Plus en détail

AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique

AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique STRUCTURATION DU TEMPS pour la visualisation des changements - Emploi du temps visuel avec : - Objets

Plus en détail

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES MOTRICITÉ AFFECTIVITÉ SOCIALISATION COMMUNICATION CONNAISSANCE Agir efficacement sur le plan sensorimoteur

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail.

NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail. NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail. Questions : - Comment définir la mémoire? Quelles sont les fonctions

Plus en détail

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Une approche interdisciplinaire et intégrative neuropsychologie psychologie neuroanatomie linguistique philosophie SCIENCES COGNITIVES logique/probas neurosciences

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines: la personne au premier plan LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 LES

Plus en détail

CONTENU DES U.E MASTER JMIN. Expression écrite, orale

CONTENU DES U.E MASTER JMIN. Expression écrite, orale CONTENU DES U.E MASTER JMIN Contenu des U.E UE 101 Communication, culture et expression (anglais, expression écrite et orale) UE 102 Conception et développement informatique UE 103 Conception sonore Expression

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Information destinée aux proches. Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques

Information destinée aux proches. Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques Information destinée aux proches Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques Qu est-ce qu une démence? La démence est une affection qui entraîne une détérioration du fonctionnement

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section 1- L oral et l écrit La langue Orale La langue Ecrite Produire un texte 2- Agir dans le monde 3- Découvrir le monde Le monde des objets Le monde

Plus en détail

Introduction. Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise.

Introduction. Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise. Introduction Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise. Recruter présente un enjeu stratégique et sociétal pour l entreprise en termes de 2 : 1. Productivité : le choix

Plus en détail

- GEOPSY.COM - Psychologie interculturelle et Psychothérapie - Cummings et Benson (1992) définissent la démence comme un déficit cognitif acquis et

- GEOPSY.COM - Psychologie interculturelle et Psychothérapie - Cummings et Benson (1992) définissent la démence comme un déficit cognitif acquis et 1 NEUROPSYCHOLOGIE DES DEMENCES Cummings et Benson (1992) définissent la démence comme un déficit cognitif acquis et persistant touchant au moins trois sphères cognitives parmi les suivantes : le langage,

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE

L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE SOMMAIRE Le propos page 2 Situation Contextes Intention La démarche du point de vue de l enseignant..page 4 -le cadre de la démarche..p.5

Plus en détail

COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE (L.S.F.)

COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE (L.S.F.) LES COURS PROGRESSIFS À raison de 2 heures par semaine, les lundis, mardis, jeudis ou vendredis, vous avez la possibilité de suivre 2 niveaux (60 heures) dans l année. COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

Guide de préparation au Tage- Mage

Guide de préparation au Tage- Mage Guide de préparation au Tage- Mage Voici ce que conseille pour la préparation à l examen du TAGE- MAGE Ce guide est indicatif, chaque étudiant a un niveau différent dans tous les domaines et le travail

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Dyslexie et apprentissage musical

Dyslexie et apprentissage musical Dyslexie et apprentissage musical La dyslexie et les autres troubles spécifiques d apprentissage font l objet d un intense effort de la recherche scientifique depuis une dizaine d année, effort qui s est

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

LES SPECIFICITES DE L ACQUISITION ET DU DÉVELOPPEMENT DU LANGAGE CHEZ LE JEUNE ENFANT SOURD

LES SPECIFICITES DE L ACQUISITION ET DU DÉVELOPPEMENT DU LANGAGE CHEZ LE JEUNE ENFANT SOURD LES SPECIFICITES DE L ACQUISITION ET DU DÉVELOPPEMENT DU LANGAGE CHEZ LE JEUNE ENFANT SOURD Agnès VOURC H 1 Ne pas entendre implique une construction du monde d où le son est partiellement ou complètement

Plus en détail

Webmaster / Concepteur Multimedia

Webmaster / Concepteur Multimedia Durée : 217 heures Objectifs : Webmaster / Concepteur Multimedia Participants : Toute personne attirée par la création de site internet professionnel. Méthodes : Mise en pratique sur micro-ordinateur.

Plus en détail

NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : 1. PRÉSENTATION 2. CONSIGNES DE PASSATION

NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : 1. PRÉSENTATION 2. CONSIGNES DE PASSATION NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : ÉCOLE - COURS PRÉPARATOIRE MAÎTRISE DU LANGAGE RÉALITÉS SONORES DE LA LANGUE, SEGMENTATION DE L ÉCRIT ET DE L ORAL Comparer la longueur de plusieurs

Plus en détail

Document d aide au suivi scolaire

Document d aide au suivi scolaire Document d aide au suivi scolaire Ecoles Famille Le lien Enfant D une école à l autre «Enfants du voyage et de familles non sédentaires» Nom :... Prénom(s) :... Date de naissance :... Ce document garde

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie

Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie 1 Le rôle infirmier en pédopsychiatrie Le rôle infirmier prend en compte l enfant et/ou l adolescent dans sa globalité et respecte ses différences

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies.

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies. Enfants Adolescents AdultesPersonnesÂgéesPlasticité NeuronalePathologiesMaintienCognitif MémoireAttentionLangage FonctionsExécutivesVisuoSpatial Les métiers Spécial Praxies Le nouveau est enfin arrivé!

Plus en détail

Importance de la rééducation des fonctions exécutives. Rééducation du syndrome dysexécutif. Différentes stratégies de rééducation

Importance de la rééducation des fonctions exécutives. Rééducation du syndrome dysexécutif. Différentes stratégies de rééducation Rééducation du syndrome dysexécutif Philippe Azouvi Service de MPR Hopital R Poincaré, Garches Importance de la rééducation des fonctions exécutives Conséquences graves des déficits exécutifs dans la vie

Plus en détail

L une de ces fillettes est autiste.

L une de ces fillettes est autiste. L une de ces fillettes est autiste. Saurez-vous reconnaître les premiers signes de l autisme? Aujourd hui, 1 enfant sur 150 naît autiste (chiffre INSERM). Trop peu d enfants sont dépistés dans les premières

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES

ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES EP1 : TECHNIQUES ESTHETIQUES Epreuve pratique et écrite - Coefficient : 7 - Durée : 3h 30 + coefficient 1 pour l évaluation de la VSP L attestation de formation à l utilisation

Plus en détail

Les tâches complexes

Les tâches complexes Les tâches complexes 1) Définition 2) Eléments constitutifs des tâches complexes 3) Tâches complexes des évaluations nationales 2011 4) Tâches complexes différenciées 5) Tâches complexes et difficulté

Plus en détail

l Intelligence Artificielle

l Intelligence Artificielle 1 Introduction à l Intelligence Artificielle Antoine Cornuéjols antoine@lri.fr http://www.iie.cnam.fr/~cornuejols/ I.I.E. & L.R.I., Université d Orsay Intelligence Artificielle : plan 2 1-2- 3-4- 5-6-

Plus en détail

U N A F T C. Synthèse de la définition du handicap cognitif 1

U N A F T C. Synthèse de la définition du handicap cognitif 1 32 rue de la Colonie 75013 PARIS Tél : 01 53 80 66 03 Fax : 0153 80 66 04 Email : secretariat@traumacranien.org site internet : www.traumacranien.org U N A F T C U n i on N ationale d es A s s ociations

Plus en détail

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Caroline Bogliotti caroline.bogliotti@u-paris10.fr Maria Kihlstedt maria.kihlstedt@u-paris10.fr Anne Lacheret anne@lacheret.com ; www.lacheret.com Objectifs du

Plus en détail

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Marie-Noëlle LEVAUX Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Jean-Marie Danion Isabelle Offerlin-Meyer Unité Inserm 666 de Strasbourg Toute utilisation

Plus en détail

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Jacques CITTEE - DUERMG Module d aide à la préparation de la thèse Février 2013 La recherche qualitative Une recherche dont les problématiques et les

Plus en détail

L écriture chez l enfant ; développement et pathologies

L écriture chez l enfant ; développement et pathologies 1 Université de Bourgogne Option L3 Psychologie L écriture chez l enfant ; développement et pathologies Annie VINTER, LEAD-CNRS 5022, UB Plan de cours Acte élémentaire, acte finalisé Les niveaux de description

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE C Assouline Principes «Human error is the price we pay for intelligence» 3 buts principaux de la simulation : détecter les erreurs éviter les erreurs

Plus en détail

Les aménagements. pour la scolarisation. d un enfant avec TED. en classe ordinaire

Les aménagements. pour la scolarisation. d un enfant avec TED. en classe ordinaire Les aménagements pour la scolarisation d un enfant avec TED en classe ordinaire Armande Perrier Enseignante spécialisée - SMPEA Peyre-Plantade Villa Saint Georges - Montpellier 2008 Fonctionnement cognitif

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail

Conduite automobile : aspects neuropsychologiques

Conduite automobile : aspects neuropsychologiques Journée d automne de la Société Gérontologique de Normandie 26 septembre 2013 - Cléon Conduite automobile : aspects neuropsychologiques Marie-Laure Bocca Maître de Conférences INSERM U1075 - Université

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

A PROPOS DES CRITERES D ATTRIBUTION DES EQUIVALENCES

A PROPOS DES CRITERES D ATTRIBUTION DES EQUIVALENCES IED PARIS 8 A PROPOS DES CRITERES D ATTRIBUTION DES EQUIVALENCES La procédure d équivalence permet de dispenser les étudiants de certains enseignements dans la mesure où ils peuvent justifier de l acquisition

Plus en détail

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS Préparé pour: Madeline Bertrand Par: Sample Organization Session: Improving Interpersonal Effectiveness 22 juil. 2014 Behavioral EQ (QE comportemental),

Plus en détail

PRXSENTATION D UN GESTIONNAIRE DE DONNEES NUMERIQUES HIERARCHISEES DESTINE AU DE- -POUILLEMENT D ENQUETES

PRXSENTATION D UN GESTIONNAIRE DE DONNEES NUMERIQUES HIERARCHISEES DESTINE AU DE- -POUILLEMENT D ENQUETES 97 PRXSENTATION D UN GESTIONNAIRE DE DONNEES NUMERIQUES HIERARCHISEES DESTINE AU DE- -POUILLEMENT D ENQUETES Jacques Vaugelade & Marie Piron (Demographie et Statistique) (UR 702) Centre ORSTOM de Ouagadougou

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE SECTION BACHELIER EN INFORMATIQUE

Plus en détail

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire Note de synthèse Juillet 2012 Aurélie Lecoq et Bruno Suchaut IREDU-CNRS et

Plus en détail

Traumatisme crânien léger (TCL) et scolarité

Traumatisme crânien léger (TCL) et scolarité Document destiné aux enseignants, aux médecins et aux infirmières scolaires H.Touré pour l'équipe du CSI (Centre de Suivi et d Insertion pour enfant et adolescent après atteinte cérébrale acquise), M.Chevignard,

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME 1 LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME CYCLES 2 ET 3 Circonscription de Grenoble 4 Evelyne TOUCHARD conseillère pédagogique Mots clé Démarche d enseignement - catégories de problèmes (typologie)- problème du jour-

Plus en détail

Les démarches en science et en technologie

Les démarches en science et en technologie Les démarches en science et en technologie (Sources LAMAP) La démarche scientifique est une démarche qui conduit à construire une procédure de résolution d'un problème en utilisant, de manière explicite,

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS. Secourisme. Prévention des risques. Ordre de Malte France, une force au service du plus faible

CATALOGUE FORMATIONS. Secourisme. Prévention des risques. Ordre de Malte France, une force au service du plus faible CATALOGUE FORMATIONS Secourisme Prévention des risques Ordre de Malte France, une force au service du plus faible Devoir civique Mission sociale Chaque année, près de 20 000 personnes meurent d accidents

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet

Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet Rolf Wipfli Juin 2007 1. Introduction Méthodologies de Recherche en Technologies Éducatives TECFA Université de Genève Le

Plus en détail

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Caroline Bogliotti caroline.bogliotti@u-paris10.fr Anne Lacheret anne@lacheret.com ; www.lacheret.com Maria Kihlstedt maria.kihlstedt@u-paris10.fr Objectifs du

Plus en détail

ME LA COMMUNICATION Ch 5 LA COMMUNICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET

ME LA COMMUNICATION Ch 5 LA COMMUNICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET 5 LA COMMUNICATION 1 5. 1 ANALYSE de la COMMUNICATION 2 LE DIT ANALYSE DE LA COMMUNICATION La formulation ( clarté, objectivité maximale ou manipulation ) L écoute (concentration et acceptation de l Autre

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix

Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix Présentation du second rapport de la mission «Prospective des équipements et services pour les personnes âgées dépendantes» D un rapport à

Plus en détail

L ergonomie au service du développement de l enfant. Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog.

L ergonomie au service du développement de l enfant. Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog. L ergonomie au service du développement de l enfant Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog.fr 1. La cadre théorique de la réflexion proposée 2. Quelles connaissances

Plus en détail

CAFDES Communication Communiquer, c est quoi?

CAFDES Communication Communiquer, c est quoi? CAFDES Communication Communiquer, c est quoi? Communiquer, c est parler v En Grèce antique, Rome, la communication était synonyme d éloquence Ø Le talent de communicateur était assimilé à l art de bien

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Le bilan diagnostique Kinésithérapique

Le bilan diagnostique Kinésithérapique Le bilan diagnostique Kinésithérapique «La kinésithérapie prévient, réduit, restaure ou compense les mouvements pathologiques au niveau des déficiences, des limitations fonctionnelles, incapacités et des

Plus en détail

Création d interfaces facilitant l utilisation de tablettes tactiles par les personnes hébergées dans l établissement

Création d interfaces facilitant l utilisation de tablettes tactiles par les personnes hébergées dans l établissement Création d interfaces facilitant l utilisation de tablettes tactiles par les personnes hébergées dans l établissement CISS Limousin : trophée des usagers 1 Préambule La tablette tactile est un outil caractérisé

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

PROJET DE L ECOLE ELEMENTAIRE LANGEVIN WALLON 2008 / 2011

PROJET DE L ECOLE ELEMENTAIRE LANGEVIN WALLON 2008 / 2011 1 PROJET DE L ECOLE ELEMENTAIRE LANGEVIN WALLON 2008 / 2011 Les orientations de ce projet d école s inscrivent totalement dans le socle commun des connaissances et des compétences défini par le Ministère

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

(LA PROGRAMMATION. La P.N.L PROGRAMMATION NEURO-LINGUISTIQUE)

(LA PROGRAMMATION. La P.N.L PROGRAMMATION NEURO-LINGUISTIQUE) (LA PROGRAMMATION La P.N.L PROGRAMMATION NEURO-LINGUISTIQUE) SOMMAIRE Sommaire 2 Introduction 3 Partie I. Présentation de la PNL 4 I. Définition : 4 II. Historique : 5 III. Préceptes de base : 5 1. Vision

Plus en détail

établissements : Les personnes interrogées sont en majorité issues de creesdev. (voir réponses)

établissements : Les personnes interrogées sont en majorité issues de creesdev. (voir réponses) Pour enrichir la journée d étude un questionnaire a été adressé en novembre 2008 auprès de nombreux SAAAIS, instituts et auprès d un peu plus de 100 IEN ASH (Inspecteurs de l Education nationale chargés

Plus en détail

TP 2. Circuits réactifs

TP 2. Circuits réactifs TP 2. ircuits réactifs Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ASI à l UPM Octobre-décembre 2005 Lors de ce TP nous étudierons en pratique les phénomènes transitoires dans les circuits

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Mémoire de fin d études en Sciences dentaires Année académique 2015-2016. Table des matières

Mémoire de fin d études en Sciences dentaires Année académique 2015-2016. Table des matières Mémoire de fin d études en Sciences dentaires Année académique 2015-2016 Table des matières 1. Travail de fin d'études: "Mémoire de fin d'études"...2 1.1. Définition du mémoire... 2 1.2. Mémoires de recherche

Plus en détail

Proposition de correction pour l épreuve de STG Communication et gestion des ressources humaines

Proposition de correction pour l épreuve de STG Communication et gestion des ressources humaines Proposition de correction pour l épreuve de STG Communication et gestion des ressources humaines DOSSIER 1 1-1 Communication globale: L image que l organisation donne d elle-même doit être conforme à la

Plus en détail

Les troubles spécifiques des apprentissages

Les troubles spécifiques des apprentissages Les troubles spécifiques des apprentissages www.apedys78-meabilis.fr En collaboration avec L. Denariaz, psychologue cognitiviste Points clefs Définitions et repérage Quelle est l origine du trouble? Vers

Plus en détail