DOSSIER DU MOIS. Novembre n 12 CORRECTION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER DU MOIS. Novembre n 12 CORRECTION"

Transcription

1 DOSSIER DU MOIS Novembre n 12 CORRECTION ANNEE 2012/2013

2 CORRECTION DU DOSSIER DU MOIS DE NOVEMB 2012 Mme T. âgée de 40 ans vous est adressée par son médecin traitant pour des métrorragies capricieuses de faibles abondances. A l interrogatoire la patiente se plaint de «pertes» plus importantes après les rapports. Elle décrit aussi des douleurs lombaires droites paroxystiques. Dans ses antécédents on note : Une séroconversion VIH suite à une toxicomanie sevré depuis 5 ans. Une agénésie rénale gauche. Une conisation pour une lésion intra épithéliale de haut grade en Mme T vous ramène son bilan biologique réalisé en ville : Na+ 135 mmol/l Hb 10^6 g/l CRP 50mg/L K+ 6,2 mmol/l Leucocytes 10 G/L Ca 125 =20UI/L HCO3-18 mmol/l Plaquettes 300G/l Cl 96 mmol/l VGM =78 Créatininémie 250 µmol/l Urée 17 mmol/l Question n 1 : Comment explorez-vous les plaintes gynécologiques de cette patiente? Décrire les résultats attendus des examens cliniques et paracliniques. Interrogatoire Recherche des facteurs de risque de MST et cancer du col 2 o Partenaires occasionnels multiples 0.5 o Rapports sexuels non protégés 0.5 o Tabagisme 0.5 o Antécédents d infection gynécologique haute ou basse 0.5 Douleurs abdominales 1 Dyspareunie 1 Leucorrhées +/- nauséabondes 1 Examen clinique Général : température 1 Abdomen (sensibilité + défense) 1 Fosse lombaire contact lombaire douleur à l ébranlement à droite 1 Examen au spéculum (vagin et du col) 1 o Prélèvement vaginal (avant les touchers pelviens) 1

3 o Frottis cervico vaginale (à reconduire en cas d infection) 1 Toucher vaginal 1 o masse cervicale 0.5 o masse latéro utérine 0.5 o douleur douglas 0.5 TR : hémorroïdes rectorragies 1 BU 1 ECBU : hématurie leucocyturie 0.5 Examen paraclinique (anatomopathologie radiologique et biopsique) Colposcopie avec biopsie 2 o biopsies orientées par les zones suspectes et/ou iodo négatives et biopsie de la jonction endocol exocol 0.5 o Examens anatomopathologiques 0.5 o A la recherche carcinome épidermoide du col utérin 1 Echographie abdominale 1 o Agénésie rénale gauche 0.5 o Dilatation des cavités pyelocalicielle droite 0.5 Echographie pelvienne par voie vaginale 1 o Eliminer une affection annexielle (salpingite, pyosalpinx ou torsion) 0.5 IRM pelvienne 2 o Bilan d extension cancer du col, envahissement des paramètres vessie rectum 1 Biologique o Sérologie VHB VHC syphilis (co infection fréquente) 1 o Coagulation pré opératoire 0.5

4 Question n 2 : Interpréter le bilan biologique. Insuffisance rénale 5 o Hyperkaliémie 2.5 o Acidose (métabolique probable) 2.5 Anémie microcytaire inflammatoire (CRP) 10 Question 3 : Quelle est votre prise en charge thérapeutique immédiate et à distance? De manière immédiate : Hospitalisation en urgence 2 Dans une unité de soins intensifs 1 Mise en condition o VVP 1 o SAD 1.5 o ECG 2 Correction des troubles hydro électrolytiques 2 Prise en charge symptomatique de l hyperkaliémie Chélateur du potassium kayexalate 0.5 Diurèse alcaline diurétique si diurèse conservée 0.5 Epuration extra rénale si signe ECG menaçant 0.5 Dérivation des urines par sonde JJ 2 (PMZ) Surveillance clinique biologique 1 Surveillance clinique échographique 1 Prévention complication de décubitus 1 Dans un 2 ième temps prise en charge carcinologique Après réception des résultats anatomopathologiques 1 Et discussion du dossier en réunion de concertation pluridisciplinaire1 Fonction du stade de la tumeur o Chirurgie première (stade localisé)1 o Radio chimiothérapie ou curiethérapie avant chirurgie localement avancé petite taille 1 o Radio chimiothérapie exclusive pour les formes localement avancées 1

5 Déclaration ALD 30 pour le VIH et le cancer du col utérin 1 Prise en charge du VIH Déclaration obligatoire du VIH 1 Débuter une thérapie anti VIH car patiente au stade SIDA 1 1 inhibiteur nucléosidique de la transcriptase inverse et 2 inhibiteurs non nucléosidiques (ou 2 nucléosidiques et un inhibiteur de protéase)1 Question n 4 : Quelle aurait été la démarche diagnostique pour faire le diagnostic de lésion ASCUS si elle avait été faite aujourd hui? Attitudes possibles : Dépistage systématique par frottis cervico vaginal 5 Recherche d HPV oncogène 16/18/31/33 2 Colposcopie biopsie 3 Question n 5 : La patiente vous interroge sur l utilité de la vaccination contre l HPV. Comment expliquer à cette patiente les principes et objectifs de la vaccination en général? Et à quelle population s applique la vaccination contre l HPV? La vaccination : Prévention individuelle 3 induisant une immunoprophylaxie active par stimulation antigénique 3 Permet de réduire l incidence des maladies 3 Prévention collective 2 La vaccination HPV s applique au patiente naïve de contact à HPV oncogène (16-18) ce sont les femmes naïves de tout rapport ou dans la première année suivant le premier rapport entre 14 et 25 ans sans les soustraire aux mesures de dépistages. (Hors Programme mais à la mode) 4 ITEMS ABORDES : N 26. N 85. N 88. N 216. N 247. N 295.

Les pathologies utérines et ovariennes

Les pathologies utérines et ovariennes Les pathologies utérines et ovariennes Objectifs : Etre capable de décrire les principales pathologies utérines et ovariennes : Epidémiologie et facteurs de risques Signes cliniques Examens Traitement

Plus en détail

CANCERS DU COL DE L UTÉRUS

CANCERS DU COL DE L UTÉRUS CANCERS DU COL DE L UTÉRUS CLINIQUE 1. QUELQUES DEFINITIONS 1.1 Lésions précancéreuses ou «dysplasies» 1.2 Cancers invasifs 2. EPIDEMIOLOGIE 2.1 Prévalence 2.2 Facteurs de risque 3. RAPPEL ANATOMIQUE Il

Plus en détail

Item 311 (Item 160 bis) Tumeurs de la vessie EVALUATIONS

Item 311 (Item 160 bis) Tumeurs de la vessie EVALUATIONS Item 311 (Item 160 bis) Tumeurs de la vessie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Quelles substances sont des carcinogènes vésicaux? A - Tabac B - Alcool C - Virus HPV D - Amines aromatiques E - Cyclosporine

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

Indications du test HPV

Indications du test HPV Indications du test HPV Z. SADI Clinique de gynécologie obstétrique CHU Mustapha 12 ème congrès national SAERM Alger 23-24 mai 2014 HPV bref rappel historique 1907: découverte du papillomavirus humain

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue. Dr. L.Albano

Insuffisance rénale aigue. Dr. L.Albano Insuffisance rénale aigue Dr. L.Albano Insuffisance rénale aiguë (IRA) Définitions Physiopathologie: IRA obstructive IRA fonctionnelle IRA organique Clinique Complications Diagnostic Principes de traitement

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse Hémorragie premier trimestre (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse Hémorragie premier trimestre (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse Hémorragie premier trimestre (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

Soins infirmiers en Onco-gynécologie. J. Rousset 2013/ IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot

Soins infirmiers en Onco-gynécologie. J. Rousset 2013/ IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot Soins infirmiers en Onco-gynécologie J. Rousset 2013/2014 - IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot 1. Le cancer du col de l utérus 1. Le cancer du col de l utérus 1.1. EPIDEMIOLOGIE 11ème des cancers

Plus en détail

9/ Tumeurs gynécologiques

9/ Tumeurs gynécologiques SEMESTRE 5 UE 2.9.S5 Processus tumoraux I. Cancer de l'endomètre 9/ Tumeurs gynécologiques Endomètre: muqueuse qui tapisse la cavité utérine Epidémiologie Femmes ménopausées dans 80% des cas Pic de prévalence

Plus en détail

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE 1. BILAN INITIAL... 2 2. METHODES THERAPEUTIQUES... 2 2.1. CHIRURGIE...2 2.2. HISTOLOGIE...3 2.3. CHIMIOTHERAPIE...3 2.3. RADIOTHERAPIE...3 2.4. HORMONOTHERAPIE...3 3.

Plus en détail

Dysplasies et Cancer du col de l Utérus. Dépistage et Traitement

Dysplasies et Cancer du col de l Utérus. Dépistage et Traitement Dysplasies et Cancer du col de l Utérus Dépistage et Traitement JNI 2007 Professeur Patrice Mathevet Cancer du col utérin en France : en 2000 Incidence : 3 387 cas par an (7 ème position) Mortalité : 1

Plus en détail

Item 262 (Item 259) Lithiase urinaire EVALUATIONS

Item 262 (Item 259) Lithiase urinaire EVALUATIONS Item 262 (Item 259) Lithiase urinaire EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Quel est le seul examen biologique devant obligatoirement être réalisé aux urgences lors de la prise en charge d une crise de colique

Plus en détail

Document de travail - 24/11/2010. Les cancers primitifs du vagin sont rares et représentent moins de 1% des cancers gynécologiques.

Document de travail - 24/11/2010. Les cancers primitifs du vagin sont rares et représentent moins de 1% des cancers gynécologiques. De OncologiK. Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire

Plus en détail

UE - GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE. Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH. VG, la référence pour le nouveau concours! Editions Vernazobres-Grego

UE - GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE. Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH. VG, la référence pour le nouveau concours! Editions Vernazobres-Grego VG, la référence pour le nouveau concours! UE - Derniers tours unités d enseignement médical Collection dirigée par L. LE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH Editions Vernazobres-Grego

Plus en détail

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique?

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique? Dossier n 4 Un homme de 66 ans vous est adressé par son médecin traitant devant la découverte lors d un examen systématique d une masse abdominale pulsatile et expansive. Ses antécédents se résument à

Plus en détail

E.P.U. 95 Formation Médicale Continue du Val d'oise ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY

E.P.U. 95 Formation Médicale Continue du Val d'oise ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY E.P.U. 95 Formation Médicale Continue du Val d'oise ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY PREVENTION ET PRISE EN CHARGE DU CANCER DU COL DE L UTERUS Dr Jean

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du col utérin

Thésaurus du Cancer du col utérin Thésaurus du Cancer du col utérin - 1 - Bilan pré thérapeutique Diagnostic d un micro infiltrant sur pièce de conisation - Ia1, limites saines : pas d autre investigation - Ia1, limites non saines ou emboles

Plus en détail

Le dépistage du cancer du col utérin par FCU chez une femme en activité génitale permet

Le dépistage du cancer du col utérin par FCU chez une femme en activité génitale permet Apport du Frottis Cervico- Utérins dans le diagnostic du Cancer du col 16 ème Journée des Praticiens du Centre le 02 Octobre2010 Dr. MOHAMED KHALED ESSAKLY INTRODUCTION Le dépistage du cancer du col utérin

Plus en détail

Cas cliniques. Docteur Mahaut Leconte DU urgence

Cas cliniques. Docteur Mahaut Leconte DU urgence Cas cliniques Docteur Mahaut Leconte DU urgence Cas n 1 Un homme âgé de 56 ans se présente aux urgences pour une douleur abdominale péri-ombilicale d apparition brutale, évoluant depuis 4 heures, associée

Plus en détail

types histologiques épidermoïde et adénocarcinome

types histologiques épidermoïde et adénocarcinome Fiche tumeur gynécologique carcinome COL UTERIN types histologiques épidermoïde et adénocarcinome Tis TNM Col Utérin FIGO In situ 0 T1 -T1a -T1a1 -T1a2 -T1b -T1b1 -T1b2 -T2 -T2a -T2b -T3 -T3a -T3b T4 N1

Plus en détail

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant les pyélonéphrites aiguës : A - Elles peuvent mettre en jeu le pronostic vital

Plus en détail

Item 259. Lithiase urinaire. Diagnostiquer une lithiase urinaire. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

Item 259. Lithiase urinaire. Diagnostiquer une lithiase urinaire. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Dossier clinique Urologie Professeur PAPAREL Session 2 QUESTIONS ABORDEES : Module 6. Item 66. Thérapeutiques antalgiques, médicamenteuses et non médicamenteuses. Argumenter la stratégie de prise en charge

Plus en détail

Prise en charge des cancers du colon

Prise en charge des cancers du colon Prise en charge des cancers du colon Pr B. HEYD Service de Chirurgie Viscérale, Digestive et Cancérologique Unité de transplantation Hépatique CHU Besançon Cancers colo rectaux 34 000 nouveaux cas 65 %

Plus en détail

Découverte d une insuffisance rénale chronique par le médecin généraliste : quelle conduite à tenir?

Découverte d une insuffisance rénale chronique par le médecin généraliste : quelle conduite à tenir? Résoval Macon Découverte d une insuffisance rénale chronique par le médecin généraliste : quelle conduite à tenir? Quelques clés pour une prise en charge multidisciplinaire efficiente 1 1) Coopération

Plus en détail

Les nouvelles recommandations en colposcopie chez les adolescentes Pédale douce!

Les nouvelles recommandations en colposcopie chez les adolescentes Pédale douce! Les Rencontres de Prangins Prangins, 3 décembre 2009 Les nouvelles recommandations en colposcopie chez les adolescentes Pédale douce! Stefan Gerber Maternité HUG, Genève Département de gynécologie Fribourg

Plus en détail

D.U. de Colposcopie et Pathologies Cervico-Vaginales et Vulvaires

D.U. de Colposcopie et Pathologies Cervico-Vaginales et Vulvaires D.E.S.I.U. de Colposcopie et Pathologies Cervico- Vaginales et Vulvaires Année 2016-2017 Du lundi 02 au vendredi 06 janvier 2017 & du lundi 24 avril au jeudi 27 avril 2017 PROGRAMME Sous la direction :

Plus en détail

ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE. Jeudi 14 avril 2011

ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE. Jeudi 14 avril 2011 ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE Jeudi 14 avril 2011 AS THOLOZAN, A BOURTEMBOURG, N MOTTET, A ATASSI, C MEZHER, F LEUNG, JJ TERZIBACHIAN,

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse Fièvre pendant la grossesse (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse Fièvre pendant la grossesse (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse Fièvre pendant la grossesse (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

Dr Benjamin JULLIAC. Urgences gynéco - obstétriques

Dr Benjamin JULLIAC. Urgences gynéco - obstétriques Dr Benjamin JULLIAC Urgences gynéco - obstétriques Urgences Possibles gynécologique Torsion d annexe Salpingite Kyste hémorragique Grossesse extra utérine Fausse couche spontanée obstétrique : Accouchement

Plus en détail

CANCER DE L ENDOMETRE

CANCER DE L ENDOMETRE CANCER DE L ENDOMETRE Circonstances diagnostic MÉTRORRAGIES POST-MÉNOPAUSIQUES : Spontanées Indolores Peu abondantes Autres : Leucorrhées purulentes = pyométrie DL pelviennes SFU ou rectaux FCV révélateur

Plus en détail

LE CANCER DU COL UTERIN

LE CANCER DU COL UTERIN LE CANCER DU COL UTERIN Tout cancer infiltrant du col utérin diagnostiqué doit passer en RCP pré-thérapeutique. 1. BILAN INITIAL Examen gynécologique et examen clinique général A partir du stade IB le

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue DU Prise en charge des situations d urgences - 2016 Dr Julien Charpentier Praticien hospitalier Réanimation médicale - Cochin julien.charpentier@aphp.fr Merci au Drs Vinsonneau,

Plus en détail

GYNECOLOGIE COURANTE ASPECTS PRATIQUES

GYNECOLOGIE COURANTE ASPECTS PRATIQUES GYNECOLOGIE COURANTE ASPECTS PRATIQUES ! MYCOSES! VAGINOSE! CONDYLOMES! FROTTIS CERVICAL! MENOPAUSE ! MYCOSES! VAGINOSE! CONDYLOMES! FROTTIS CERVICAL! MENOPAUSE Formes cliniques MYCOSES dyspareunie : brûlures

Plus en détail

La Lithiase Urinaire

La Lithiase Urinaire La Lithiase Urinaire Notions générales Pathologie ancestrale: 7000 à 3000 ACN 15 % des hommes et 6 % des femmes Facteurs favorisants Déshydratation Régimes hyperprotéinés, exercice physique, médicaments

Plus en détail

Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot

Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot Introduction Ce poster illustre les principales étiologies des

Plus en détail

9/13/2013. Optimiser l usage des examens d imagerie médicale. Service d Imagerie Médicale. Dr E. BERTOLLE CH Argenteuil. Optimiser la prescription

9/13/2013. Optimiser l usage des examens d imagerie médicale. Service d Imagerie Médicale. Dr E. BERTOLLE CH Argenteuil. Optimiser la prescription Service d Imagerie Médicale Optimiser l usage des examens d imagerie médicale Dr E. BERTOLLE CH Argenteuil Patient de 40 ans adressé pour traumatisme crânien - Sans perte de connaissance, sans signe neurologique

Plus en détail

DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER ANAL CHEZ LES PATIENTS PORTEURS DU VIH. Dr Brice BAZIN, service d'hépatogastroentérologie du CH DRON de Tourcoing

DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER ANAL CHEZ LES PATIENTS PORTEURS DU VIH. Dr Brice BAZIN, service d'hépatogastroentérologie du CH DRON de Tourcoing DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER ANAL CHEZ LES PATIENTS PORTEURS DU VIH Dr Brice BAZIN, service d'hépatogastroentérologie du CH DRON de Tourcoing POSITION DU PROBLEME Incidence du carcinome épidermoide

Plus en détail

Dépistage du cancer du col utérin : intérêts du frottis

Dépistage du cancer du col utérin : intérêts du frottis Dépistage du cancer du col utérin : intérêts du frottis Yves Aubard Cancer du col 1 Introduction Troisième cancer de la femme à l échelon mondial Dans de nombreux pays en voie de développement Le premier

Plus en détail

Professeur François Golfier Contrôle Continu Gynécologie Obstétrique Novembre 2010

Professeur François Golfier Contrôle Continu Gynécologie Obstétrique Novembre 2010 Professeur François Golfier Contrôle Continu Gynécologie Obstétrique Novembre 2010 Une patiente de 39 ans, IIIème geste, vous consulte pour sa déclaration de grossesse. Elle est à 11 semaines d aménorrhée

Plus en détail

CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie. Dossier n 1 :

CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie. Dossier n 1 : CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie Dossier n 1 : 1. Rappels Métrorragie = Saignement en dehors des règles, d origine endo-utérine Microval = Micro-progestatif Pas d oestrogene dedans 2. Quelles

Plus en détail

Métrorragies pubertaires. V. Vautier JUPSO 2010

Métrorragies pubertaires. V. Vautier JUPSO 2010 Métrorragies pubertaires V. Vautier JUPSO 2010 Contexte pubertaire Surviennent dans les deux ans suivant la ménarche (90%) Situation clinique fréquente Hospitalisation Prise en charge thérapeutique active

Plus en détail

DOSSIER 1 défaillances métaboliques aigues

DOSSIER 1 défaillances métaboliques aigues DOSSIER 1 défaillances métaboliques aigues Un homme de 65 ans est pris en charge par une équipe du SAMU pour une perte de connaissance. Le médecin se trouvant sur les lieux de l'accident trouve un patient

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES

IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES Elise Zareski, Service de Radiologie, Gustave Roussy Corinne Balleyguier, Philippe Morice, Sébastien Gouy, Christine Haie Meder, Patricia Pautier, Catherine Lhommé,

Plus en détail

JACQUES LE ROUX, INTERNE DE MÉDECINE GÉNÉRALE, PREMIER SEMESTRE

JACQUES LE ROUX, INTERNE DE MÉDECINE GÉNÉRALE, PREMIER SEMESTRE L INSUFFISANCE RÉNALE AIGUE JACQUES LE ROUX, INTERNE DE MÉDECINE GÉNÉRALE, PREMIER SEMESTRE CAS CLINIQUE Homme de 70 ans ATCD: Hémopathie, IRC sur néphropathie diabétique. Adressé aux urgences par le médecin

Plus en détail

HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT. L hystérosalpingosonographie. Informations générales

HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT. L hystérosalpingosonographie. Informations générales HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT L hystérosalpingosonographie Informations générales De quoi s agit-il? L hystérosalpingosonographie est une technique d examen récente qui consiste à combiner échographie vaginale

Plus en détail

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE Par ordre de fréquence, le cancer du rein arrive en 3ème place, parmi les tumeurs urologiques après le cancer de la prostate et celui de la vessie et au 8ème rang des cancers

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Demander un bilan de dépistage pour la clientèle de réfugiés et demandeurs d asile. NUMÉRO : 4.10 DATE : Mars 2013 RÉVISÉE : PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières

Plus en détail

L examen gynécologique est capital et doit comporter systé ma tiquement

L examen gynécologique est capital et doit comporter systé ma tiquement CHAPITRE 1 EXAMEN GYNÉCOLOGIQUE Hors programme de l ECN. I. INTRODUCTION L examen gynécologique est capital et doit comporter systé ma tiquement : interrogatoire ; palpation abdominale ; examen sous spéculum,

Plus en détail

NOMENCLATURE DEPISTAGE DOUBLE LECTURE FROTTIS DE CONTRÔLE RECHERCHE HPV

NOMENCLATURE DEPISTAGE DOUBLE LECTURE FROTTIS DE CONTRÔLE RECHERCHE HPV Dr Anne Mathieu NOMENCLATURE DEPISTAGE DOUBLE LECTURE FROTTIS DE CONTRÔLE RECHERCHE HPV 588350 588361 Honoraires pour la recherche lors d'un examen cyto pathologique de dépistage de cellules néoplasiques

Plus en détail

RECOMMANDATIONS SUR LE SUIVI GYNECOLOGIQUE PRISE EN CHARGE DES FROTTIS ANORMAUX ETAT DES LIEUX 11/12/14

RECOMMANDATIONS SUR LE SUIVI GYNECOLOGIQUE PRISE EN CHARGE DES FROTTIS ANORMAUX ETAT DES LIEUX 11/12/14 RECOMMANDATIONS SUR LE SUIVI GYNECOLOGIQUE PRISE EN CHARGE DES FROTTIS ANORMAUX ETAT DES LIEUX 11/12/14 Dr Carine DAVITIAN Hôpitaux de Beaujon et Bichat Claude- Bernard RAPPORT MORLAT 2013 Il est recommandé

Plus en détail

«Place du frottis cytologique à l adolescence et suivi colposcopique.»

«Place du frottis cytologique à l adolescence et suivi colposcopique.» à l adolescence et suivi colposcopique.» CDC DGOG Sommaire Adolescence : définitions Quand débuter le dépistage Que faire en cas de frottis cytologique anormal Devoirs du gynécologue face à l adolescente

Plus en détail

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Virus Papillomavirus HPV Herpes simplex virus 1 et 2 HSV Virus de l hépatite B et C Virus de l

Plus en détail

De l évaluation de la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique

De l évaluation de la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique De l évaluation la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique Jean-Marc BEREDER, Nadia ARAB, Jean-François QUARANTA 1 CHOIX DE LA PATHOLOGIE Le cancer du colon est au premier rang s cancers

Plus en détail

Dossier 1. Énoncé. Énoncé

Dossier 1. Énoncé. Énoncé Dossier 1 ITEMS : 41, 120, 287, 297, 309 Mme M., 51 ans, sans antécédents, vient en consultation de gynécologie pour son suivi gynécologique. Elle n'a pas consulté de médecin depuis 4 ans et elle n'a pas

Plus en détail

Cancer du col utérin : je

Cancer du col utérin : je Cancer du col utérin : je comprends le traitement qui m'est proposé Le cancer du col utérin peut être traité par la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie, en fonction du stade d'évolution de

Plus en détail

AECG 18 septembre 2013

AECG 18 septembre 2013 G.THIOLLIER, B.BARTHIER, A. FAUCONNIER. AECG 18 septembre 2013 Centre hospitalier Intercommunal Poissy St Germain en Laye Mme R, 57 ans Prolapsus extériorisé Gène fonctionnelle sévère Pas de symptôme urinaire,

Plus en détail

Item 343 (Item 252) Insuffisance rénale aiguë anurie EVALUATIONS

Item 343 (Item 252) Insuffisance rénale aiguë anurie EVALUATIONS Item 343 (Item 252) Insuffisance rénale aiguë anurie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Dans une insuffisance rénale aiguë par nécrose tubulaire aiguë : A - La récupération de la fonction rénale antérieure

Plus en détail

Tuméfaction pelvienne chez la femme (342) Professeur Pierre BERNARD Août 2002 (Mise à jour avril 2005)

Tuméfaction pelvienne chez la femme (342) Professeur Pierre BERNARD Août 2002 (Mise à jour avril 2005) Tuméfaction pelvienne chez la femme (342) Professeur Pierre BERNARD Août 2002 (Mise à jour avril 2005) Pré-Requis : L examen clinique gynécologique L imagerie pelvienne Les marqueurs tumoraux L endoscopie

Plus en détail

Je comprends les résultats de mon frottis du col utérin et les suites données

Je comprends les résultats de mon frottis du col utérin et les suites données Je comprends les résultats de mon frottis du col utérin et les suites données Centre AMP - Polyclinique Courlancy - REIMS Adresse du site : www.docvadis.fr/centre-amp-courlancy Validé par le Comité Scientifique

Plus en détail

Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse

Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse Dr Sophie Desurmont Praticien hospitalier Gynécologie-obstétrique Hôpital St Vincent de Paul Lille Entretiens de médecine générale Samedi 7 novembre

Plus en détail

10 ème rencontre régionale de cancérologie gynécologique

10 ème rencontre régionale de cancérologie gynécologique 10 ème rencontre régionale de cancérologie gynécologique NIORT 3 Mars 2016 Chirurgie oncologique gynécologique Réflexions autour de la qualité a partir d exemples Dr Cédric NADEAU Service de Gynécologie

Plus en détail

Mr P. 62 ans ATCD: RGO sur hernie hiatale, appendicectomie, gonarthrose At habituel: oméprazole à la demande InsFtuteur à la retraite, OH: 2 verres

Mr P. 62 ans ATCD: RGO sur hernie hiatale, appendicectomie, gonarthrose At habituel: oméprazole à la demande InsFtuteur à la retraite, OH: 2 verres Tumeur du pancréas Mr P. 62 ans ATCD: RGO sur hernie hiatale, appendicectomie, gonarthrose At habituel: oméprazole à la demande InsFtuteur à la retraite, OH: 2 verres de vin par jour, tabac = 0 HDM: depuis

Plus en détail

quels examens chez la femme?

quels examens chez la femme? Notre médecin nous conseille un bilan pour infertilité : quels examens chez la femme? Vous avez consulté votre médecin généraliste ou votre gynécologue et vous avez convenu ensemble qu un bilan d infertilité

Plus en détail

Quel examen complémentaire devez-vous prescrire pour décider de la prise en charge immédiate de cette patiente?

Quel examen complémentaire devez-vous prescrire pour décider de la prise en charge immédiate de cette patiente? DOSSIER N 1 Une patiente âgée de 25 ans consulte aux urgences pour un épisode de saignement extériorisé par le vagin associé à des douleurs abdomino-pelviennes à type de contractions, alors qu elle est

Plus en détail

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : Concernant les cancers A. C

Plus en détail

Cancer du col utérin. Épidémiologie et facteurs de risques EPIDEMIOLOGIE EPIDEMIOLOGIE. EPIDEMIOLOGIE Cancer in situ. EPIDEMIOLOGIE Cancer invasif

Cancer du col utérin. Épidémiologie et facteurs de risques EPIDEMIOLOGIE EPIDEMIOLOGIE. EPIDEMIOLOGIE Cancer in situ. EPIDEMIOLOGIE Cancer invasif Cancer du col utérin Deuxième journée de cancérologie gynécologique et mammaire 18 Novembre 2005 Épidémiologie et facteurs de risques M BOUKERROU, F NARDUCCI, D VINATIER Incidence du cancer du col Le cancer

Plus en détail

Objectifs. Cystite 14/03/2011. Infections urinaires chez le sujet agé. Cystite Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite

Objectifs. Cystite 14/03/2011. Infections urinaires chez le sujet agé. Cystite Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite Infections urinaires chez le sujet agé Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite LILLAZ J. (CCA UROLOGIE) Objectifs Infectieux urologie = Sujet simple dans la plupart des cas. A condition d être précis,

Plus en détail

Processus tumoraux UE 2.9

Processus tumoraux UE 2.9 Processus tumoraux UE 2.9 Dominique Béchade Institut Bergonié Bordeaux Généralités en cancérologie (2) Plan du cours généralités en cancérologie (2) Introduction Circonstances de découverte d un cancer

Plus en détail

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Rappel sur la clinique de l infection urinaire et des prostatites et place de la biologie dans le diagnostic de ces infections Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Epidémiologie Infections

Plus en détail

Populations à risque de carcinome anal

Populations à risque de carcinome anal Populations à risque de carcinome anal Identification - Dépistage Traitements des stades «intra-muqueux» Prévention Ghislain STAUMONT Clinique St Jean Languedoc - Hôpital Rangueil - TOULOUSE Conflits d

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» 1. Informations de base - Matière d enseignement: Hématologie clinique

Plus en détail

Facteurs d échec au cours des pyélonéphrites aiguës communautaires de l adulte

Facteurs d échec au cours des pyélonéphrites aiguës communautaires de l adulte Facteurs d échec au cours des pyélonéphrites aiguës communautaires de l adulte A. Toumi, C. Loussaïef, F. Ben Romdhane, N. Bouzouaïa, M. Chakroun Service des Maladies Infectieuses, EPS F. Bourguiba, Monastir,

Plus en détail

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Dépistage Nouvelles recommandations 2010 Pr Jean-Marie LANG Président COREVIH Alsace 8 mars 2011 Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Enjeux du

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

LE CANCER DU PANCREAS

LE CANCER DU PANCREAS LE CANCER DU PANCREAS Docteur Nicolas Williet, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone de Cancérologie Digestive Ce document est destiné

Plus en détail

Pathologie anale quand évoquer une IST? 7 juin 2012 V Baclet Service universitaire de maladies infectieuses CH DRON CIDDIST Tourcoing

Pathologie anale quand évoquer une IST? 7 juin 2012 V Baclet Service universitaire de maladies infectieuses CH DRON CIDDIST Tourcoing Pathologie anale quand évoquer une IST? 7 juin 2012 V Baclet Service universitaire de maladies infectieuses CH DRON CIDDIST Tourcoing Mr Y 45 ans ATCD d urétrite gonococcique Décrit un prurit anal glaires

Plus en détail

Les cancers du col de l utérus

Les cancers du col de l utérus Chapitre 1 Les cancers du col de l utérus Généralités Introduction - Classification La classification utilisée est celle de la FIGO 1 Stade I : limité au col IA : micro-invasif (défini sur pièce de conisation

Plus en détail

3/ Comment complétez-vous le bilan chez ce patient? Justifiez chaque examen complémentaire prescrit.

3/ Comment complétez-vous le bilan chez ce patient? Justifiez chaque examen complémentaire prescrit. Alors qu il est en vacances en Auvergne, Mr B 58 ans, présente brutalement une fièvre à 40 C avec des frissons. A l arrivée aux Urgences de l Hôpital du Puy en Velay, on découvre à l examen clinique la

Plus en détail

Évaluation de la fréquence et de la prise en charge du syndrome de lyse en hématologie

Évaluation de la fréquence et de la prise en charge du syndrome de lyse en hématologie Évaluation de la fréquence et de la prise en charge du syndrome de lyse en hématologie A.Talbi, S.Akhrouf, F.Belhadri, H.Moussaoui, RM. Hamladji Service Hématologie-Greffe de Moelle osseuse, Centre Pierre

Plus en détail

Bilharziose (schistosomose) compliquée

Bilharziose (schistosomose) compliquée Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Bilharziose (schistosomose) compliquée Décembre 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE n 4 BILHARZIOSE COMPLIQUÉE

Plus en détail

Question 1 Quels éléments cliniques complémentaires recherchez vous?

Question 1 Quels éléments cliniques complémentaires recherchez vous? Mme P, 30 ans, vous consulte, via les urgences, pour des difficultés à la marche évoluant depuis 10 jours et apparues sur 3 jours. Cette patiente a comme principal antécédent une cardiopathie emboligène

Plus en détail

Surveillance gynécologique

Surveillance gynécologique GENEPY Réseau de prise en charge des personnes à risque GENEtique de Cancer en Midi-PYrénées Référentiel Régional Syndrome Seins - Ovaires Janvier 2016 Sommaire Sommaire... 1 I. Bonnes pratiques... 1 A.

Plus en détail

Une histoire abdominale

Une histoire abdominale Une histoire abdominale Monsieur R est de retour en France métropolitaine et se présente à la consultation de proximité le 3 juin 2015 pour des douleurs abdominales et des accès fébriles pluriquotidiens

Plus en détail

Atelier : prostate, pathologie urologique, vieillissement et troubles de la coagulation. Dr Thierry Lambert

Atelier : prostate, pathologie urologique, vieillissement et troubles de la coagulation. Dr Thierry Lambert Atelier : prostate, pathologie urologique, vieillissement et troubles de la coagulation Dr Thierry Lambert La prostate Problème : La prévalence de l hypertrophie bénigne de la prostate est de : 42 % entre

Plus en détail

F. ALI BENAMARA, S. BERKANE, A.BOUAZZA, L. ABID Service de chirurgie viscérale & oncologique Hôpital Bologhine

F. ALI BENAMARA, S. BERKANE, A.BOUAZZA, L. ABID Service de chirurgie viscérale & oncologique Hôpital Bologhine F. ALI BENAMARA, S. BERKANE, A.BOUAZZA, L. ABID Service de chirurgie viscérale & oncologique Hôpital Bologhine INTRODUCTION L extension des Kc digestifs ou génitaux au haut appareil urinaire (rein exclu)

Plus en détail

CFAP de GUILHERAND-GRANGES 60 rue de Narvik GUILHERAND-GRANGES. Thème : La GYNECOLOGIE 1) OBJECTIF DE LA FORMATION : La problématique :

CFAP de GUILHERAND-GRANGES 60 rue de Narvik GUILHERAND-GRANGES. Thème : La GYNECOLOGIE 1) OBJECTIF DE LA FORMATION : La problématique : CFAP de GUILHERAND-GRANGES 60 rue de Narvik 07500 GUILHERAND-GRANGES Thème : La GYNECOLOGIE 1) OBJECTIF DE LA FORMATION : La problématique : La révolution de la gynécologie médicale des trente dernières

Plus en détail

Cas clinique interactif

Cas clinique interactif Cas clinique interactif XVIII ème Journées de sénologie interactive Sylvie BONFILS Centre des Maladies du Sein Hôpital St Louis Madame A!. 30 ans!! Consulte pour renouvellement de contraception progestative

Plus en détail

Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic

Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Gynécologie

Plus en détail

QUESTIONS ABORDEES : Thématique principale :

QUESTIONS ABORDEES : Thématique principale : Dossier clinique Examen janvier 2011 DCEM 2 Pr Philippe PAPAREL Service d urologie Centre Hospitalier Lyon Sud Faculté de médecine Lyon Sud Charles Mérieux QUESTIONS ABORDEES : Thématique principale :

Plus en détail

cas n 1 : TROD ou pas TROD? Cas clinique 3 Qu en pensez vous? Quel risque? CAT?

cas n 1 : TROD ou pas TROD? Cas clinique 3 Qu en pensez vous? Quel risque? CAT? Intérêt des TROD dans la prise en charge des Expositions à risque de transmission virale Cas cliniques Elisabeth Bouvet Elisabeth Rouveix 2014 cas n 1 : TROD ou pas TROD? Homme de 32 ans, vient pour réaliser

Plus en détail

L étude réalisée porte sur le dépistage ciblé des femmes habitant la région de Fès-

L étude réalisée porte sur le dépistage ciblé des femmes habitant la région de Fès- Le cancer du col de l utérus a un impact dévastateur sur la santé des femmes. En effet, on estime à 500 000 le nombre de nouveaux cas déclarés chaque année et plus de 288 000 femmes en meurent dans le

Plus en détail

PRATIQUE PRÉVENTIVE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES FACE À UNE DEMANDE DIRECTE DE DÉPISTAGE D'INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE.

PRATIQUE PRÉVENTIVE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES FACE À UNE DEMANDE DIRECTE DE DÉPISTAGE D'INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE. PRATIQUE PRÉVENTIVE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES FACE À UNE DEMANDE DIRECTE DE DÉPISTAGE D'INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE. Thèse 4/11/2010 Soutenue par Dr Julien WEHRUNG (médecin généraliste remplaçant)

Plus en détail

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à privilégier) En rouge : extrémité détachable à conserver

Plus en détail

Prise en charge des patients atteints de métastases hépatiques synchrones du cancer colorectal

Prise en charge des patients atteints de métastases hépatiques synchrones du cancer colorectal Mesure 19 soins et vie des malades Mars 2011 recommandations professionnelles Prise en charge des patients atteints de métastases hépatiques synchrones COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations

Plus en détail

Anatomie pathologique

Anatomie pathologique Anatomie pathologique Types d Epithélium Types de Cancer Glandulaire Adénocarcinome Rectum Cloacogénique ou Ep. non kératinisant Transitionnel Malpighien non kératinisé Anus Malpighien kératinisé Marge

Plus en détail

Cas clinique d Hépato Gastro Entérologie Professeur GLEHEN

Cas clinique d Hépato Gastro Entérologie Professeur GLEHEN Cas clinique d Hépato Gastro Entérologie Professeur GLEHEN Mme F., 55 ans, consulte pour des douleurs abdominales de l hypochondre droit apparues il y a 4 h. Ces douleurs sont arrivées brutalement et irradient

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Frontières de l ovaire - Borderline. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Frontières de l ovaire - Borderline. Prise en charge Référentiel -version mars 2014 Page 1 sur 6 Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire Bilan Bilan diagnostique : examen clinique Echographie pelvienne

Plus en détail

Suivi Gynécologique et VIH. Dr SPERANDEO

Suivi Gynécologique et VIH. Dr SPERANDEO Suivi Gynécologique et VIH Dr SPERANDEO Quelques chiffres Un challenge pour un suivi Quelques chiffres Disparité? Quelques chiffres Egalité? Quelques chiffres Parité? Chiffres région PACA Age Féminin

Plus en détail