Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps"

Transcription

1 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps Dr Fabrice Cordelières, IR2 CNRS Institut Curie - Section de recherche/ CNRS UMR 146 Plateforme d'imagerie Cellulaire Bâtiment Centre universitaire Orsay Cedex Tél. :

2 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps I-Formation de l image dans un microscope : ce que l on voit n est pas la réalité! A-Formation de la tâche d Airy. B-Aparté : «widefield vs confocal». C-L image obtenue est composite. D-Pinhole et résolution. II-Microscopies 3D : A-Microscopie 3D à déconvolution : 1-Microscopie 3D : pour quoi faire? Comment mettre en évidence les structures? 2-Illuminer la préparation : lampes et filtres. 3-Echantillonner le volume : le piezo. 4-Le résultat. B-La déconvolution : 1-Formation de l image, rappel. 2-Restaurer l image. 3-Comment ça marche? 4-Un exemple. C-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : l apotome. III-Microscopies 4/5D : A-Microscopie 4/5D à déconvolution : 1-Microscopie 4/5D : pour quoi faire? Cahier des charges. 2-La microscopie de grand papa. 3-Remplir le cahier des charges : a) Visualiser les protéines d intérêt : la révolution des protéines fluorescentes. b) Changer rapidement de longueur d onde d excitation : 2 solutions. c) Acquisition à faible dynamique : pourquoi est-ce envisageable? d) Echantillonnage rapide du volume : le retour du piezo. e) Acquisition rapide d images et synchronisation des périphériques. 4-Un exemple de résultat B-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : le spinning disc. IV-Exemples d applications : A-Suivi de vésicules. B-Fusion et mouvements en trois dimensions : le problème du suivi 3D. C-Visualisation 3D.

3 Formation de l image dans un microscope : Ce que l on voit n est pas la réalité!

4 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps I-Formation de l image dans un microscope : ce que l on voit n est pas la réalité! A-Formation de la tâche d Airy. B-Aparté : «widefield vs confocal». C-L image obtenue est composite. D-Pinhole et résolution. II-Microscopies 3D : A-Microscopie 3D à déconvolution : 1-Microscopie 3D : pour quoi faire? Comment mettre en évidence les structures? 2-Illuminer la préparation : lampes et filtres. 3-Echantillonner le volume : le piezo. 4-Le résultat. B-La déconvolution : 1-Formation de l image, rappel. 2-Restaurer l image. 3-Comment ça marche? 4-Un exemple. C-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : l apotome. III-Microscopies 4/5D : A-Microscopie 4/5D à déconvolution : 1-Microscopie 4/5D : pour quoi faire? Cahier des charges. 2-La microscopie de grand papa. 3-Remplir le cahier des charges : a) Visualiser les protéines d intérêt : la révolution des protéines fluorescentes. b) Changer rapidement de longueur d onde d excitation : 2 solutions. c) Acquisition à faible dynamique : pourquoi est-ce envisageable? d) Echantillonnage rapide du volume : le retour du piezo. e) Acquisition rapide d images et synchronisation des périphériques. 4-Un exemple de résultat B-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : le spinning disc. IV-Exemples d applications : A-Suivi de vésicules. B-Fusion et mouvements en trois dimensions : le problème du suivi 3D. C-Visualisation 3D.

5 Ce que l on voit n est pas la réalité! Formation de la tache d Airy En 2D Plan source xplan image Intensité

6 Ce que l on voit n est pas la réalité! Tache d Airy et résolution

7 Ce que l on voit n est pas la réalité! De la tache d Airy à la PSF En 3D XY YZ XZ

8 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps I-Formation de l image dans un microscope : ce que l on voit n est pas la réalité! A-Formation de la tâche d Airy. B-Aparté : «widefield vs confocal». C-L image obtenue est composite. D-Pinhole et résolution. II-Microscopies 3D : A-Microscopie 3D à déconvolution : 1-Microscopie 3D : pour quoi faire? Comment mettre en évidence les structures? 2-Illuminer la préparation : lampes et filtres. 3-Echantillonner le volume : le piezo. 4-Le résultat. B-La déconvolution : 1-Formation de l image, rappel. 2-Restaurer l image. 3-Comment ça marche? 4-Un exemple. C-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : l apotome. III-Microscopies 4/5D : A-Microscopie 4/5D à déconvolution : 1-Microscopie 4/5D : pour quoi faire? Cahier des charges. 2-La microscopie de grand papa. 3-Remplir le cahier des charges : a) Visualiser les protéines d intérêt : la révolution des protéines fluorescentes. b) Changer rapidement de longueur d onde d excitation : 2 solutions. c) Acquisition à faible dynamique : pourquoi est-ce envisageable? d) Echantillonnage rapide du volume : le retour du piezo. e) Acquisition rapide d images et synchronisation des périphériques. 4-Un exemple de résultat B-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : le spinning disc. IV-Exemples d applications : A-Suivi de vésicules. B-Fusion et mouvements en trois dimensions : le problème du suivi 3D. C-Visualisation 3D.

9 Microscopie Wide-Field Quelle différence avec la microscopie confocale à balayage? Laser Lampe Xe ou Hg Illumination z Plan Focal Microscopie Confocale Microscopie Wide-Field Détecteur

10 Microscopie Wide-Field Quelle différence avec la microscopie confocale à balayage? Microscopie confocale à balayage 1 coupe, 512x512px 4 passages moyennés Approx. 600ms Microscopie Wide-Field 1 coupe, 512x512px ms

11 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps I-Formation de l image dans un microscope : ce que l on voit n est pas la réalité! A-Formation de la tâche d Airy. B-Aparté : «widefield vs confocal». C-L image obtenue est composite. D-Pinhole et résolution. II-Microscopies 3D : A-Microscopie 3D à déconvolution : 1-Microscopie 3D : pour quoi faire? Comment mettre en évidence les structures? 2-Illuminer la préparation : lampes et filtres. 3-Echantillonner le volume : le piezo. 4-Le résultat. B-La déconvolution : 1-Formation de l image, rappel. 2-Restaurer l image. 3-Comment ça marche? 4-Un exemple. C-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : l apotome. III-Microscopies 4/5D : A-Microscopie 4/5D à déconvolution : 1-Microscopie 4/5D : pour quoi faire? Cahier des charges. 2-La microscopie de grand papa. 3-Remplir le cahier des charges : a) Visualiser les protéines d intérêt : la révolution des protéines fluorescentes. b) Changer rapidement de longueur d onde d excitation : 2 solutions. c) Acquisition à faible dynamique : pourquoi est-ce envisageable? d) Echantillonnage rapide du volume : le retour du piezo. e) Acquisition rapide d images et synchronisation des périphériques. 4-Un exemple de résultat B-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : le spinning disc. IV-Exemples d applications : A-Suivi de vésicules. B-Fusion et mouvements en trois dimensions : le problème du suivi 3D. C-Visualisation 3D.

12 Ce que l on voit n est pas la réalité! L image obtenue est composite Microscopie WF Objet 3D Lentille Détecteur Microsopie Confocale Pinhole

13 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps I-Formation de l image dans un microscope : ce que l on voit n est pas la réalité! A-Formation de la tâche d Airy. B-Aparté : «widefield vs confocal». C-L image obtenue est composite. D-Pinhole et résolution. II-Microscopies 3D : A-Microscopie 3D à déconvolution : 1-Microscopie 3D : pour quoi faire? Comment mettre en évidence les structures? 2-Illuminer la préparation : lampes et filtres. 3-Echantillonner le volume : le piezo. 4-Le résultat. B-La déconvolution : 1-Formation de l image, rappel. 2-Restaurer l image. 3-Comment ça marche? 4-Un exemple. C-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : l apotome. III-Microscopies 4/5D : A-Microscopie 4/5D à déconvolution : 1-Microscopie 4/5D : pour quoi faire? Cahier des charges. 2-La microscopie de grand papa. 3-Remplir le cahier des charges : a) Visualiser les protéines d intérêt : la révolution des protéines fluorescentes. b) Changer rapidement de longueur d onde d excitation : 2 solutions. c) Acquisition à faible dynamique : pourquoi est-ce envisageable? d) Echantillonnage rapide du volume : le retour du piezo. e) Acquisition rapide d images et synchronisation des périphériques. 4-Un exemple de résultat B-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : le spinning disc. IV-Exemples d applications : A-Suivi de vésicules. B-Fusion et mouvements en trois dimensions : le problème du suivi 3D. C-Visualisation 3D.

14 Ce que l on voit n est pas la réalité! De la tache d Airy à la PSF En 3D & au confocal Pouvoir séparateur Microscopie Widefield Microscopie Confocale d xy (latéral) d xy =0,61λ em /NA d xy =0,4λ em /NA XY YZ d z (axial) d z =2λ em /NA² d z =1,4λ em /NA² Gain de 30%! XZ α n Ouverture numérique: NA=n x sin α

15 Ce que l on voit n est pas la réalité! Le système optique modifie notre perception de l objet Formation de l image le long du chemin optique Objet Convolution PSF Bruit Image Comment estimer l objet à partir de l image? La déconvolution est un traitement mathématique permettant d approximer l objet.

16 Microscopies 3D

17 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps I-Formation de l image dans un microscope : ce que l on voit n est pas la réalité! A-Formation de la tâche d Airy. B-Aparté : «widefield vs confocal». C-L image obtenue est composite. D-Pinhole et résolution. II-Microscopies 3D : A-Microscopie 3D à déconvolution : 1-Microscopie 3D : pour quoi faire? Comment mettre en évidence les structures? 2-Illuminer la préparation : lampes et filtres. 3-Echantillonner le volume : le piezo. 4-Le résultat. B-La déconvolution : 1-Formation de l image, rappel. 2-Restaurer l image. 3-Comment ça marche? 4-Un exemple. C-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : l apotome. III-Microscopies 4/5D : A-Microscopie 4/5D à déconvolution : 1-Microscopie 4/5D : pour quoi faire? Cahier des charges. 2-La microscopie de grand papa. 3-Remplir le cahier des charges : a) Visualiser les protéines d intérêt : la révolution des protéines fluorescentes. b) Changer rapidement de longueur d onde d excitation : 2 solutions. c) Acquisition à faible dynamique : pourquoi est-ce envisageable? d) Echantillonnage rapide du volume : le retour du piezo. e) Acquisition rapide d images et synchronisation des périphériques. 4-Un exemple de résultat B-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : le spinning disc. IV-Exemples d applications : A-Suivi de vésicules. B-Fusion et mouvements en trois dimensions : le problème du suivi 3D. C-Visualisation 3D.

18 Immunodétection Immunofluorescence indirecte Fluorophore Anticorps secondaire Anticorps primaire Antigène cible

19 Spectres lampes

20 Microscopie à fluorescence : Différencier excitation et émission Lumière d excitation Fluorophore Emission de fluorescence Protéine d intérêt Détecteur: Oeil ou Camera Filtre d émission Miroir dichroïque Source Filtre d illumination d excitation Filtre d excitation Miroir dichroïque Filtre d émission

21 Echantillonner le volume Principe de fonctionnement du piezo Perovskite-type lead zirconate titanate (PZT) Plomb Oxygène Zirconium/Titane

22 Echantillonner le volume Principe de fonctionnement du piezo V

23 Préparations multi-marquées Un moyen d analyser la co-localization DAPI (ADN) FITC (Tubuline) Rhodamine (Arp1) Overlay

24 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps I-Formation de l image dans un microscope : ce que l on voit n est pas la réalité! A-Formation de la tâche d Airy. B-Aparté : «widefield vs confocal». C-L image obtenue est composite. D-Pinhole et résolution. II-Microscopies 3D : A-Microscopie 3D à déconvolution : 1-Microscopie 3D : pour quoi faire? Comment mettre en évidence les structures? 2-Illuminer la préparation : lampes et filtres. 3-Echantillonner le volume : le piezo. 4-Le résultat. B-La déconvolution : 1-Formation de l image, rappel. 2-Restaurer l image. 3-Comment ça marche? 4-Un exemple. C-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : l apotome. III-Microscopies 4/5D : A-Microscopie 4/5D à déconvolution : 1-Microscopie 4/5D : pour quoi faire? Cahier des charges. 2-La microscopie de grand papa. 3-Remplir le cahier des charges : a) Visualiser les protéines d intérêt : la révolution des protéines fluorescentes. b) Changer rapidement de longueur d onde d excitation : 2 solutions. c) Acquisition à faible dynamique : pourquoi est-ce envisageable? d) Echantillonnage rapide du volume : le retour du piezo. e) Acquisition rapide d images et synchronisation des périphériques. 4-Un exemple de résultat B-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : le spinning disc. IV-Exemples d applications : A-Suivi de vésicules. B-Fusion et mouvements en trois dimensions : le problème du suivi 3D. C-Visualisation 3D.

25 Ce que l on voit n est pas la réalité! Le système optique modifie notre perception de l objet Formation de l image le long du chemin optique Objet Convolution PSF Bruit Image Comment estimer l objet à partir de l image? La déconvolution est un traitement mathématique permettant d approximer l objet.

26 La déconvolution Un moyen de restaurer l image Equation de formation de l image: i= h o Equation simple de restauration de l image: o= h -1 i Avec i: image, h: PSF et o: object observé

27 La déconvolution Un moyen de restaurer l image Et si on compliquait un peu Equation de formation de l image avec du bruit: i= (h o)+n Equation de restauration de l image avec du bruit : o= h -1 (i-n) Avec i: image, h: PSF, o: object observé et n: bruit.

28 La déconvolution Un moyen de restaurer l image Résoudre l équation par touches successive Méthodes itératives et contraintes Principe: améliorer par touches successives (=itération) un estimateur de l objet: ô k+1 = ô k w k Avec ô k+1 : estimateur courant, ô k : estimateur précédent et w k : vecteur de correction. Contrainte: les valeurs d intensité des pixels doivent être positives ou nulles.

29 La déconvolution Comment ça marche? Démarrer une nouvelle itération Non Départ Estimateur de l objet ô k D Correction CxD Nouvel estimateur de l objet ô k+1 Réducteur de bruit Déconvolution terminée? Oui Image déconvoluée Image floue i Convolution PSF h Estimateur flou ô k h B A Comparer A/B C Vecteur de correction w k Pour la première itération, l estimateur de l objet est l image originale Adapté de:

30 La déconvolution Un processus itératif Image: Susanne Bolte (IFR87 Gif-sur-Yvette), réalisée sur le microscope 3D à déconvolution. Déconvolution: PSF mesurée, réalisée avec AutoDeblur 9.3.4

31 La déconvolution Un exemple de résultat Image brute Image déconvoluée Déconvolution

32 Une alternative aux microscopies 3D & confocale: Un exemple d illumination structurée

33 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps I-Formation de l image dans un microscope : ce que l on voit n est pas la réalité! A-Formation de la tâche d Airy. B-Aparté : «widefield vs confocal». C-L image obtenue est composite. D-Pinhole et résolution. II-Microscopies 3D : A-Microscopie 3D à déconvolution : 1-Microscopie 3D : pour quoi faire? Comment mettre en évidence les structures? 2-Illuminer la préparation : lampes et filtres. 3-Echantillonner le volume : le piezo. 4-Le résultat. B-La déconvolution : 1-Formation de l image, rappel. 2-Restaurer l image. 3-Comment ça marche? 4-Un exemple. C-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : l apotome. III-Microscopies 4/5D : A-Microscopie 4/5D à déconvolution : 1-Microscopie 4/5D : pour quoi faire? Cahier des charges. 2-La microscopie de grand papa. 3-Remplir le cahier des charges : a) Visualiser les protéines d intérêt : la révolution des protéines fluorescentes. b) Changer rapidement de longueur d onde d excitation : 2 solutions. c) Acquisition à faible dynamique : pourquoi est-ce envisageable? d) Echantillonnage rapide du volume : le retour du piezo. e) Acquisition rapide d images et synchronisation des périphériques. 4-Un exemple de résultat B-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : le spinning disc. IV-Exemples d applications : A-Suivi de vésicules. B-Fusion et mouvements en trois dimensions : le problème du suivi 3D. C-Visualisation 3D.

34 Un exemple d illumination structurée L apotome Source:

35 Un exemple d illumination structurée L apotome Source:

36 Un exemple d illumination structurée L apotome Source:

37 Microscopies 4/5D

38 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps I-Formation de l image dans un microscope : ce que l on voit n est pas la réalité! A-Formation de la tâche d Airy. B-Aparté : «widefield vs confocal». C-L image obtenue est composite. D-Pinhole et résolution. II-Microscopies 3D : A-Microscopie 3D à déconvolution : 1-Microscopie 3D : pour quoi faire? Comment mettre en évidence les structures? 2-Illuminer la préparation : lampes et filtres. 3-Echantillonner le volume : le piezo. 4-Le résultat. B-La déconvolution : 1-Formation de l image, rappel. 2-Restaurer l image. 3-Comment ça marche? 4-Un exemple. C-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : l apotome. III-Microscopies 4/5D : A-Microscopie 4/5D à déconvolution : 1-Microscopie 4/5D : pour quoi faire? Cahier des charges. 2-La microscopie de grand papa. 3-Remplir le cahier des charges : a) Visualiser les protéines d intérêt : la révolution des protéines fluorescentes. b) Changer rapidement de longueur d onde d excitation : 2 solutions. c) Acquisition à faible dynamique : pourquoi est-ce envisageable? d) Echantillonnage rapide du volume : le retour du piezo. e) Acquisition rapide d images et synchronisation des périphériques. 4-Un exemple de résultat B-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : le spinning disc. IV-Exemples d applications : A-Suivi de vésicules. B-Fusion et mouvements en trois dimensions : le problème du suivi 3D. C-Visualisation 3D.

39 Structures Microscopie wide-field 3D+temps, n couleurs prenant la pause Cahier des charges Pouvoir marquer les protéines à observer; Echantillonage rapide du volume; Niveau d illumination faible; Changement rapide de longueur d onde; Acquisition rapide d images; Structure à Maintenir les cellules déplacement en vie!!! rapide

40 Maintenir les cellules en vie Contrôle de la température, de l humidité et de la teneur en CO 2

41 Maintenir les cellules en vie A B C D

42 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps I-Formation de l image dans un microscope : ce que l on voit n est pas la réalité! A-Formation de la tâche d Airy. B-Aparté : «widefield vs confocal». C-L image obtenue est composite. D-Pinhole et résolution. II-Microscopies 3D : A-Microscopie 3D à déconvolution : 1-Microscopie 3D : pour quoi faire? Comment mettre en évidence les structures? 2-Illuminer la préparation : lampes et filtres. 3-Echantillonner le volume : le piezo. 4-Le résultat. B-La déconvolution : 1-Formation de l image, rappel. 2-Restaurer l image. 3-Comment ça marche? 4-Un exemple. C-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : l apotome. III-Microscopies 4/5D : A-Microscopie 4/5D à déconvolution : 1-Microscopie 4/5D : pour quoi faire? Cahier des charges. 2-La microscopie de grand papa. 3-Remplir le cahier des charges : a) Visualiser les protéines d intérêt : la révolution des protéines fluorescentes. b) Changer rapidement de longueur d onde d excitation : 2 solutions. c) Acquisition à faible dynamique : pourquoi est-ce envisageable? d) Echantillonnage rapide du volume : le retour du piezo. e) Acquisition rapide d images et synchronisation des périphériques. 4-Un exemple de résultat B-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : le spinning disc. IV-Exemples d applications : A-Suivi de vésicules. B-Fusion et mouvements en trois dimensions : le problème du suivi 3D. C-Visualisation 3D.

43 Vidéomicroscopie 2D n positions En contraste interférentiel

44 Vidéomicroscopie 2D n positions En contraste de phase Position 1 Position 2 Position 4 Position 3

45 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps I-Formation de l image dans un microscope : ce que l on voit n est pas la réalité! A-Formation de la tâche d Airy. B-Aparté : «widefield vs confocal». C-L image obtenue est composite. D-Pinhole et résolution. II-Microscopies 3D : A-Microscopie 3D à déconvolution : 1-Microscopie 3D : pour quoi faire? Comment mettre en évidence les structures? 2-Illuminer la préparation : lampes et filtres. 3-Echantillonner le volume : le piezo. 4-Le résultat. B-La déconvolution : 1-Formation de l image, rappel. 2-Restaurer l image. 3-Comment ça marche? 4-Un exemple. C-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : l apotome. III-Microscopies 4/5D : A-Microscopie 4/5D à déconvolution : 1-Microscopie 4/5D : pour quoi faire? Cahier des charges. 2-La microscopie de grand papa. 3-Remplir le cahier des charges : a) Visualiser les protéines d intérêt : la révolution des protéines fluorescentes. b) Changer rapidement de longueur d onde d excitation : 2 solutions. c) Acquisition à faible dynamique : pourquoi est-ce envisageable? d) Echantillonnage rapide du volume : le retour du piezo. e) Acquisition rapide d images et synchronisation des périphériques. 4-Un exemple de résultat B-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : le spinning disc. IV-Exemples d applications : A-Suivi de vésicules. B-Fusion et mouvements en trois dimensions : le problème du suivi 3D. C-Visualisation 3D.

46 La révolution des protéines fluorescentes La GFP Aequorea Victoria

47 La révolution des protéines fluorescentes Les XFPs/DsRed: la palette du biologiste Discosoma Striata

48 Changement rapide de longueur d onde d excitation Filtres et illuminateurs adaptés

49 Changement rapide de longueur d onde : Et les filtres dans tout ça?! Transmission (%) 100% 90% 80% 70% 60% Détecteur: Oeil ou Camera Filtre d émission Miroir dichroïque Excitation Dichroïc Emission Source Filtre d illumination d excitation Détecteur: Oeil ou Camera Lampe Xenon 50% 40% 30% 20% Ex GFP Em GFP Ex DsRed Em DsRed DG4 10% 0% Longueur d'onde (nm) Une longueur d onde par cube filtre; Le changement de longueur d onde requiert un mouvement de roue de filtre au niveau du microscope. Cube filtre à double bande passante; Le changement de longueur d onde ne requiert aucun mouvement de roue de filtre au niveau du microscope.

50 Changement rapide de longueur d onde Comment fonctionne le DG4? Fibre optique Miroirs paraboliques Miroirs sur galvanomètres Lampe Xenon 175W Filtres en excitation

51 Changement rapide de longueur d onde La preuve par l image

52 Changement rapide de longueur d onde Comment fonctionne le monochromateur? Fibre optique Réseau mobile Fente de sortie Miroir parabolique Fente d entrée Miroir toroïdal

53 Changement rapide de longueur d onde La preuve par l image Lambda scan Changement rapide de longueur d onde

54 Acquisition à faible dynamique: Pourquoi est-ce envisageable? Object bruit Acquisition Source: J-B. Sibarita, Institut Curie, Paris

55 Echantillonnage rapide du volume Utilisation du piezo

56 Echantillonnage rapide du volume Utilisation du piezo

57 Acquisition rapide d images & Coordination des périphériques

58 Acquisition rapide d images: Comment fonctionne la caméra? Registre Image Registre de Stockage Registre Image Registre de Stockage Registre de lecture Mode séquentiel Mode simultanné!!! Penser à parler du binning!!!

59 Coordination des périphériques Exposition Transfert Lecture Exposition Transfert Lecture Exposition Transfert Lecture Mode séquentiel Temps Changement de l Changement de z Changement de l et de z Exposition Transfert Lecture Exposition Transfert Lecture Exposition Transfert Mode simultané Changement de l Changement de z Changement de l et de z Temps

60 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps I-Formation de l image dans un microscope : ce que l on voit n est pas la réalité! A-Formation de la tâche d Airy. B-Aparté : «widefield vs confocal». C-L image obtenue est composite. D-Pinhole et résolution. II-Microscopies 3D : A-Microscopie 3D à déconvolution : 1-Microscopie 3D : pour quoi faire? Comment mettre en évidence les structures? 2-Illuminer la préparation : lampes et filtres. 3-Echantillonner le volume : le piezo. 4-Le résultat. B-La déconvolution : 1-Formation de l image, rappel. 2-Restaurer l image. 3-Comment ça marche? 4-Un exemple. C-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : l apotome. III-Microscopies 4/5D : A-Microscopie 4/5D à déconvolution : 1-Microscopie 4/5D : pour quoi faire? Cahier des charges. 2-La microscopie de grand papa. 3-Remplir le cahier des charges : a) Visualiser les protéines d intérêt : la révolution des protéines fluorescentes. b) Changer rapidement de longueur d onde d excitation : 2 solutions. c) Acquisition à faible dynamique : pourquoi est-ce envisageable? d) Echantillonnage rapide du volume : le retour du piezo. e) Acquisition rapide d images et synchronisation des périphériques. 4-Un exemple de résultat B-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : le spinning disc. IV-Exemples d applications : A-Suivi de vésicules. B-Fusion et mouvements en trois dimensions : le problème du suivi 3D. C-Visualisation 3D.

61 Vert Vert déconvolué Microscopie 3D+temps, 2 Couleurs Déconvolution à haut débit Acquisition Overlay Rouge Rouge déconvolué

62 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps I-Formation de l image dans un microscope : ce que l on voit n est pas la réalité! A-Formation de la tâche d Airy. B-Aparté : «widefield vs confocal». C-L image obtenue est composite. D-Pinhole et résolution. II-Microscopies 3D : A-Microscopie 3D à déconvolution : 1-Microscopie 3D : pour quoi faire? Comment mettre en évidence les structures? 2-Illuminer la préparation : lampes et filtres. 3-Echantillonner le volume : le piezo. 4-Le résultat. B-La déconvolution : 1-Formation de l image, rappel. 2-Restaurer l image. 3-Comment ça marche? 4-Un exemple. C-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : l apotome. III-Microscopies 4/5D : A-Microscopie 4/5D à déconvolution : 1-Microscopie 4/5D : pour quoi faire? Cahier des charges. 2-La microscopie de grand papa. 3-Remplir le cahier des charges : a) Visualiser les protéines d intérêt : la révolution des protéines fluorescentes. b) Changer rapidement de longueur d onde d excitation : 2 solutions. c) Acquisition à faible dynamique : pourquoi est-ce envisageable? d) Echantillonnage rapide du volume : le retour du piezo. e) Acquisition rapide d images et synchronisation des périphériques. 4-Un exemple de résultat B-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : le spinning disc. IV-Exemples d applications : A-Suivi de vésicules. B-Fusion et mouvements en trois dimensions : le problème du suivi 3D. C-Visualisation 3D.

63 Une alternative à la microscopie 4/5D : Microscopie confocale multifocale monophoton Le spinning disc

64 Une technique de microscopie dérivée de la première forme de télévision?!!!

65 Microscopie confocale multifocale monophoton Le spinning disc

66 Exemples d applications

67 Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps I-Formation de l image dans un microscope : ce que l on voit n est pas la réalité! A-Formation de la tâche d Airy. B-Aparté : «widefield vs confocal». C-L image obtenue est composite. D-Pinhole et résolution. II-Microscopies 3D : A-Microscopie 3D à déconvolution : 1-Microscopie 3D : pour quoi faire? Comment mettre en évidence les structures? 2-Illuminer la préparation : lampes et filtres. 3-Echantillonner le volume : le piezo. 4-Le résultat. B-La déconvolution : 1-Formation de l image, rappel. 2-Restaurer l image. 3-Comment ça marche? 4-Un exemple. C-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : l apotome. III-Microscopies 4/5D : A-Microscopie 4/5D à déconvolution : 1-Microscopie 4/5D : pour quoi faire? Cahier des charges. 2-La microscopie de grand papa. 3-Remplir le cahier des charges : a) Visualiser les protéines d intérêt : la révolution des protéines fluorescentes. b) Changer rapidement de longueur d onde d excitation : 2 solutions. c) Acquisition à faible dynamique : pourquoi est-ce envisageable? d) Echantillonnage rapide du volume : le retour du piezo. e) Acquisition rapide d images et synchronisation des périphériques. 4-Un exemple de résultat B-Limites et alternatives : 1-Limites. 2-Un exemple d alternative : le spinning disc. IV-Exemples d applications : A-Suivi de vésicules. B-Fusion et mouvements en trois dimensions : le problème du suivi 3D. C-Visualisation 3D.

68 Vidéomicroscopie 3D+temps, n couleurs Extraire les données: suivre et quantifier Pile de Sections Optiques y x z WT Htt PolyQ Htt Projection d Intensité Maximale Laurent Gauthier & Frédéric Saudou, Institut Curie, Orsay

69 Vidéomicroscopie 3D+temps 2 couleurs Un moyen d étudier la dynamique de structures subcellulaires Images obtenues par vidéomicroscopie avec Jim Dompierre, Institut Curie, Orsay

70 Vidéomicroscopie 3D+temps, n couleurs Extraire les données: suivre et quantifier Intensité normalisée Time (min:sec) Dompierre J, Cordelières F, Coquelle F, Reiner O, Sibarita JB et De Mey J, still has to be resubmitted...

71 Exemple d application et de représentation des données Images obtenues par vidéomicroscopie avec Dominique Segretain, INSERM EMI

72 Pour aller plus loin:

Systèmes confocaux rapides Tristan Piolot Plateforme de recherche «Imagerie des processus dynamiques en Biologie Cellulaire et Biologie du Développement» IFR 117 Institut Jacques Monod Tel: 0144275784

Plus en détail

Microscopie de fluorescence Etat de l art

Microscopie de fluorescence Etat de l art Etat de l art Bibliométrie (Web of sciences) CLSM GFP & TPE EPI-FLUORESCENCE 1 Fluorescence Diagramme de JABLONSKI S2 S1 10-12 s Excitation Eex Eem 10-9 s Émission Courtoisie de C. Spriet

Plus en détail

Microscope confocal à balayage laser. Microscopie photonique. lumière Laser Objectif. Miroir dichroïque Source de. Filtre confocal.

Microscope confocal à balayage laser. Microscopie photonique. lumière Laser Objectif. Miroir dichroïque Source de. Filtre confocal. Microscope confocal à balayage laser Photo-détecteur Filtre confocal Plan image Image reconstruite point par point par balayage laser Miroir dichroïque Source de lumière Laser Objectif Obtention directe

Plus en détail

Application et méthodologie d acquisition d images

Application et méthodologie d acquisition d images Application et méthodologie d acquisition d images Application industrielle et acquisition de l image 2 Imagerie industrielle est utilisée comme outil de contrôle et de gestion augmentation flexibilité

Plus en détail

CELLULAIRE. FORMATION pour le LBFA

CELLULAIRE. FORMATION pour le LBFA CYTOMÉTRIE TRIE EN FLUX ET MICROSCOPIE CONFOCALE: 2 TECHNIQUES COMPLÉMENTAIRES MENTAIRES POUR L EXPLORATION L DU FONCTIONNEMENT CELLULAIRE FORMATION pour le LBFA Cécile COTTET 2007 3 sessions : I- Pré

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Microscopie Confocale. Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire

Microscopie Confocale. Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire Université Paris Descartes L3 - Licence Professionnelle «Industries chimiques et Pharmaceutiques Option Biotechnologie» Microscopie Confocale Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire Bruno

Plus en détail

BASES DE LA FLUORESCENCE

BASES DE LA FLUORESCENCE BASES DE LA FLUORESCENCE Aurélie Le Ru, Ingénieur d étude CNRS Agrobiosciences, Interactions et Biodiversité, Plateau d imagerie, 24 chemin de Borde Rouge 31326 Castanet-Tolosan Cedex leru@lrsv.ups-tlse.fr

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. Concernant les constituants du microscope photonique : A. La lentille la plus

Plus en détail

LA MICROSCOPIE CONFOCALE

LA MICROSCOPIE CONFOCALE LA MICROSCOPIE CONFOCALE Philippe COCHARD, Directeur de recherche CNRS Centre de Biologie du Développement UMR 5547 CNRS/UPS Université Paul Sabatier Philippe.cochard@univ-tlse3.fr Principe Fonctionnement

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Introduction à la microscopie confocale

Introduction à la microscopie confocale Introduction à la microscopie confocale Sylvette CHASSEROT-GOLAZ Unité CNRS UPR 2356, Strasbourg Principe de la microscopie confocale La microscopie confocale est l'une des percées les plus notables de

Plus en détail

PSF et traitement de déconvolution sur les images 3D

PSF et traitement de déconvolution sur les images 3D PSF et traitement de déconvolution sur les images 3D Acquisition d une image 3D De l objet à l image visible L acquisition Émission de Fluorescence Z hv 2 hv 1 hv 2 Y X hv 2 Fluorescence dans un corps

Plus en détail

Plateau technique Imagerie cellulaire IFR141 ITFM. Responsable Scientifique : Pr C. Poüs Responsable du service : Valérie Nicolas

Plateau technique Imagerie cellulaire IFR141 ITFM. Responsable Scientifique : Pr C. Poüs Responsable du service : Valérie Nicolas Plateau technique Imagerie cellulaire IFR141 ITFM Responsable Scientifique : Pr C. Poüs Responsable du service : Valérie Nicolas «Principe de la microscopie confocale à balayage laser» Formation permanente

Plus en détail

MRI. Microscopie de fluorescence champ plein et confocale 2 jours 1/2 FORMATION. Nicole Lautrédou, MRI-IURC, Montpellier

MRI. Microscopie de fluorescence champ plein et confocale 2 jours 1/2 FORMATION. Nicole Lautrédou, MRI-IURC, Montpellier MRI FORMATION Microscopie de fluorescence champ plein et confocale 2 jours 1/2 Contacts : Vicky Diakou, pverdin@unvi-montp2.fr, (Plate-forme régionale d imagerie Cellulaire Montpellier RIO Imaging) Nicole

Plus en détail

Intérêt de la fluorescence. La finesse

Intérêt de la fluorescence. La finesse Intérêt de la fluorescence La finesse R R V B lumière blanche chromophore V B En fond clair: le contraste est du à l absorption des photons par les chromophores excitation λ1 bleu λ2 > λ1 émission λ2 vert

Plus en détail

Formation de l image en microscopie optique

Formation de l image en microscopie optique Formation de l image en microscopie optique Aude Jobart-Malfait Plateforme de recherche «Imagerie des processus dynamiques en Biologie Cellulaire et Biologie du Développement» IFR 117 Institut Jacques

Plus en détail

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons Principe de la microscopie par absorption biphotonique L optique non-linéaire ou 1 photon + 1 photon = 1photon! Principe de la fluorescence Absorption Emission e 1 > e 2 λ 1 < λ 2 e 2 = hν 2 e 1 = hν 1

Plus en détail

UTILISATION DU SPINNING DISK CSU22

UTILISATION DU SPINNING DISK CSU22 UTILISATION DU SPINNING DISK CSU22 Mettre en marche le contrôleur de Température... 2 Mettre en marche le contrôleur de CO2... 3 Allumage du Spinning-Disk... 4 Observer l échantillon à l oculaire... 5

Plus en détail

Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette).

Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette). Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette). Ce type de lumière a été découvert en 1801 par Ritten. Après des recherches par Stoke et Schumann entre 1862 et 1903 c'est en fin de compte

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. La limite de résolution d un microscope optique : A. Est la distance à laquelle

Plus en détail

Application de la technique de spectroscopie de fluorescence à la caractérisation de la matière organique. naturelles

Application de la technique de spectroscopie de fluorescence à la caractérisation de la matière organique. naturelles Application de la technique de spectroscopie de fluorescence à la caractérisation de la matière organique dissoute (MOD) dans les eaux naturelles E. Parlanti (LPTC) des systèmes naturels UMR 5472 CNRS

Plus en détail

Microscopie confocale

Microscopie confocale Microscopie confocale FP CNRS Nice 2009 Christian Rouvière CNRS-UMR7009 rouviere@obs-vlfr.fr Microscopie confocale Microscopie de fluorescence Principe incidence de la microscopie photonique sur la MC

Plus en détail

Bases de la microscopie et quelques aspects avancés

Bases de la microscopie et quelques aspects avancés Bases de la microscopie et quelques aspects avancés Intervenant : François Waharte Plateforme Imagerie Cellulaire et Tissulaire UMR144 Institut Curie Francois.Waharte@curie.fr Bases de la microscopie

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine

A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine L Imagerie Petit Animal : Visualisation de marqueurs in vivo Fluorescence ou Bioluminescence Bruno Combettes HAMAMATSU

Plus en détail

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire Théorie & applications F. Brau FP CNRS Avril 2009 Absorption multi-photonique Maria Göppert-Mayer Principe E hc 1931 Prédiction théorique Un atome

Plus en détail

epi-fluorescence microscope

epi-fluorescence microscope epi-fluorescence microscope epi-fluorescence microscope Certaines substances dés qu ils sont excitées avec de la lumière de certain longueur d onde, possèdent-elles la capacité d émettre à nouveau de la

Plus en détail

Start Pane. Microscopie confocale - 2010

Start Pane. Microscopie confocale - 2010 Start Pane Microscopie confocale - 2010 1 Microscopie Confocale Introduction Historique Fluorescence Résolution Microscopie Confocale Applications et exploitation des données Immunomarquages Réflection

Plus en détail

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer )

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) I - Théorie II - Méthodes de mesure III - Applications à des études biologiques IV - Un exemple de l utilisation du FRET : étude de l interaction

Plus en détail

Microscopie de fluorescence

Microscopie de fluorescence Rev : 21/01/2015 Microscopie de fluorescence La microscopie pour débutants (ou pas) Partie 2 François MICHEL PhD Quelques images en fluorescence Ce qui vous attend (encore) Fluorescence?? Microscopie à

Plus en détail

Microscopie à fluorescence. Les microscopes

Microscopie à fluorescence. Les microscopes Microscopie à fluorescence par Monique Vasseur Responsable Plateforme Microscopie et imagerie Département de biochimie, UdeM Les microscopes Microscopes optiques: qui utilisent la lumière pour former une

Plus en détail

Laurence DUBREIL Responsable Microscopie confocale UMR 703 INRA Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes laurence.dubreil@vet-nantes.

Laurence DUBREIL Responsable Microscopie confocale UMR 703 INRA Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes laurence.dubreil@vet-nantes. Préparation des échantillons pour l immunohistochimie Application à la microscopie confocale Microscopie confocale : Principe et Pratique Formation permanente INSERM ADR Grand Ouest 19-22 mai 2008 Laurence

Plus en détail

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire TD n 1 Compléments sur les microscopes Les différents types de microscopes photoniques A. Le microscope à fond noir B.Le microscope polarisant C.Le microscope à contraste

Plus en détail

Livres! Généralités. Microscopie confocale : outils de réglage spatial, spectral et dynamique. Application aux études de co-localisation.

Livres! Généralités. Microscopie confocale : outils de réglage spatial, spectral et dynamique. Application aux études de co-localisation. Microscopie confocale : outils de réglage spatial, spectral et dynamique. Application aux études de co-localisation. Edmond Kahn INSERM U678 / UMR S UPMC, Paris Livres! Applications of Fluorescence in

Plus en détail

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION La cytométrie en flux décrit une technique d analyse de routine des cellules ou particules biologiques en suspension qui traversent une cellule de mesure les

Plus en détail

Microscopie Multiphotonique

Microscopie Multiphotonique Microscopie Multiphotonique Philippe Guillaud 2014 Université Pierre et Marie Curie Paris 6 Principaux problèmes rencontrés en microscopie confocale La dégradation rapide des échantillons biologiques et

Plus en détail

Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies. Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS

Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies. Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS Qualité et fonctionnement économiques Le nouveau spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS offre des performances

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED

HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE MORPHOLOGIQUE (MO-MET) Utilisation du tétrachrome. Dans l adénohypophyse en relation avec la post

Plus en détail

TRAITEMENT des IMAGES. VISION par MACHINE

TRAITEMENT des IMAGES. VISION par MACHINE TRAITEMENT des IMAGES et VISION par MACHINE MASTER PRO INFO 2011/2012 Vézien.@limsi.fr Vision par Machine 1 V. SYSTEME VISUEL HUMAIN Vision par Machine 2 Pourquoi l étudier? Le système visuel humain fait

Plus en détail

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE Ce document a été réalisé à partir du dossier«sagascience: La celluleanimale» http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doscel/decouv/norm/global.htm. Les outils utilisés pour

Plus en détail

Microscopies optiques innovantes Applications à la biologie Jacques DEROUARD Laboratoire Interdisciplinaire de Physique (LIPhy)

Microscopies optiques innovantes Applications à la biologie Jacques DEROUARD Laboratoire Interdisciplinaire de Physique (LIPhy) Microscopies optiques innovantes Applications à la biologie Jacques DEROUARD Laboratoire Interdisciplinaire de Physique (LIPhy) La préhistoire Van Leeuwenhoek (1623-1723) La préhistoire La préhistoire

Plus en détail

UTILISATION DU SPINNING DISK CSU10

UTILISATION DU SPINNING DISK CSU10 UTILISATION DU SPINNING DISK CSU10 Observer aux oculaires en transmission 5 Observer aux oculaires en fluorescence 6 Observer au Spinning disk 7 Echantillonnage spatial, dynamique des images 8 Enregistrer

Plus en détail

VI. Diffusion latérale des lipides et des protéines. VI.1 Diffusion latérale théorique

VI. Diffusion latérale des lipides et des protéines. VI.1 Diffusion latérale théorique Structures et propriétés des membranes biologiques I. Rappels II. Interactions entre les constituants membranaires III. Caractérisation des constituants membranaires IV. Structure et fonctions des protéines

Plus en détail

Module d Immunologie. 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D.

Module d Immunologie. 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D. Module d Immunologie 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D.Ait-Ali Annexe : Techniques utilisée en immunologie La majorité sont des

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Conception des spectromètres proche infrarouge

Conception des spectromètres proche infrarouge Montpellier le 27 novembre 2012 Conception des spectromètres proche infrarouge Dominique Bertrand data_frame 1 X Ray Ultraviolet Infrarouge Micro-onde Radio Fréquence Ultraviolet Visible Proche infrarouge

Plus en détail

Dispositif Interrégional en Imagerie Cellulaire. Formations proposées dans le cadre de l ED-ES Université de Bourgogne/Franche Comté

Dispositif Interrégional en Imagerie Cellulaire. Formations proposées dans le cadre de l ED-ES Université de Bourgogne/Franche Comté Formations proposées dans le cadre de l ED-ES Université de Bourgogne/Franche Comté Formation en imagerie : 7 formations complémentaires Cytométrie conventionnelle Spectroscopie résolue en temps FLIM FRET

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

HERVE.KLEIN.MICROSCOPIE EPI FLUORESCENCE

HERVE.KLEIN.MICROSCOPIE EPI FLUORESCENCE HERVE.KLEIN.MICROSCOPIE EPI FLUORESCENCE Principe Certaines molécules (fluorochrome) ont la propriété quand elles sont excitées à certaines longueurs d'onde, d' émettre de la lumière à une longueur d'onde

Plus en détail

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France 1968 2008 Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux Pascal Brunou, David Bastien Partec France en Allemagne et partout dans le Monde Société basée à Münster

Plus en détail

RAPPORT DE PROJET TUTEUR : KUBS FLEUR CARBILLET FANNY. Dr D.DUMAS. Année universitaire 02/03

RAPPORT DE PROJET TUTEUR : KUBS FLEUR CARBILLET FANNY. Dr D.DUMAS. Année universitaire 02/03 KUBS FLEUR CARBILLET FANNY RAPPORT DE PROJET Etude bibliographique des méthodes de caractérisation de systèmes optiques mises en œuvre en fonction des contraintes expérimentales. L instrumentation du service

Plus en détail

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés)

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Exercice 6 page 40 1. Au niveau de la rétine de l œil humain, on trouve des cellules nerveuses en cônes et en bâtonnets. Ce sont les cellules en cônes

Plus en détail

MRI FORMATION. Analyse qualitative et quantitative d images 2, 3 et 4D 2 jours

MRI FORMATION. Analyse qualitative et quantitative d images 2, 3 et 4D 2 jours MRI FORMATION Analyse qualitative et quantitative d images 2, 3 et 4D 2 jours Alexandre Philips, CRBM, Montpellier Contacts : Vicky Diakou (pverdin@univ-montp2.fr) (Plate-forme régionale d imagerie Cellulaire

Plus en détail

Microscopie de fluorescence

Microscopie de fluorescence Microscopie de fluorescence François MICHEL PhD La microscopie pour débutants (ou pas) Partie 2 Imagerie de fluorescence Ce qui vous attend (encore) Fluorescence?? Microscopie à épi-fluorescence Résolution

Plus en détail

Microscopie à onde évanescente : Total Internal Reflection Fluorescence (TIRF)

Microscopie à onde évanescente : Total Internal Reflection Fluorescence (TIRF) Microscopie à onde évanescente : Total Internal Reflection Fluorescence (TIRF) Stephanie Bonneau stephanie.bonneau@upmc.fr 1- interaction lumière matière A- Bases physiques de la lumière Une forme d énergie

Plus en détail

LASER LIGHT AMPLIFICATION BY STIMULATED EMISSION OF RADIATION. : Amplification de la Lumière par Emission Stimulée de Radiation

LASER LIGHT AMPLIFICATION BY STIMULATED EMISSION OF RADIATION. : Amplification de la Lumière par Emission Stimulée de Radiation LASER LIGHT AMPLIFICATION BY STIMULATED EMISSION OF RADIATION : Amplification de la Lumière par Emission Stimulée de Radiation Découverte: T. Maiman, Juin 1960 Cristal de Rubis excité par lampes flash

Plus en détail

Introduction au Traitement d Images.

Introduction au Traitement d Images. Introduction au Traitement d Images. Andrés Romero Mier y Terán Laboratoire de Recherche en Informatique Université Paris-Sud XI andres.romero@lri.fr September 8, 2013 Acquisition: Capteurs Acquisition:

Plus en détail

fig 1 - télescope Schmitt-Cassegrain

fig 1 - télescope Schmitt-Cassegrain OPTIQUE GEOMETRIQUE 1 Pour former l'image de la réalité, on utilise un système optique, généralement constitué d'un objectif (système réfractant). Le système optique complet est plus complexe pour certaines

Plus en détail

Microscopie I : Bases de la Microscopie

Microscopie I : Bases de la Microscopie Microscopie I : Bases de la Microscopie 1. Nature de la lumière 1.1 Le photon : définition D une manière générale, la lumière est constituée par des trains d ondes électromagnétiques. Ces trains d ondes

Plus en détail

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Licence Sciences et Technologies MISMI (Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et de l Ingénieur) UE Physique et Ingénieries LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Série B J.M. Huré 1 Série B Cours 10

Plus en détail

Technologie et techniques biologiques Durée : 2 heures

Technologie et techniques biologiques Durée : 2 heures Banque «Agro» Technologie et Biologie A 0504T Technologie et techniques biologiques Durée : 2 heures L usage d une calculette est interdit pour cette épreuve. MÉTHODES D ANALYSE MICROSCOPIQUE Les techniques

Plus en détail

Informatique visuelle - Vision par ordinateur. Pré-traitement d images

Informatique visuelle - Vision par ordinateur. Pré-traitement d images Informatique visuelle - Vision par ordinateur Pré-traitement d images Elise Arnaud elise.arnaud@imag.fr cours inspiré par X. Descombes, J. Ros, A. Boucher, A. Manzanera, E. Boyer, M Black, V. Gouet-Brunet

Plus en détail

MRI FORMATION. Nicole Lautrédou, MRI-IURC, Montpellier

MRI FORMATION. Nicole Lautrédou, MRI-IURC, Montpellier MRI FORMATION Nicole Lautrédou, MRI-IURC, Montpellier Formation théorique #1 Anatomie d'un microscope Public : n chercheurs ou ITA sciences du vivant Durée : 4h - Introduction : microscope à champ plein

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Revue de processus service Imagerie 1/04/2015

Revue de processus service Imagerie 1/04/2015 Revue de processus service Imagerie 1/04/2015 Réunion des utilisateurs des vidéo microscopes et apotomes ObserverZ1 colibri1 salle 7014 ImagerZ1 Apo salle 1023 Responsable Vidéo et Mécanique Brice DETAILLEUR

Plus en détail

Microscopie pour les nouveaux entrants. Elodie Gouadon

Microscopie pour les nouveaux entrants. Elodie Gouadon Microscopie pour les nouveaux entrants Elodie Gouadon Une image de bonne qualité? Episcopie / diascopie Structure d un microscope Structure d un objectif Physique pour la microscopie Méthodes de contraste

Plus en détail

Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche

Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche N. Chevalier, M. J. Nasse, Y. Sonnefraud J.F. Motte, J.C. Woehl, S. Huant Laboratoire de Spectrométrie Physique,

Plus en détail

La super-résolution. Malgré les avancées considérables CAHIER TECHNIQUE COMPRENDRE

La super-résolution. Malgré les avancées considérables CAHIER TECHNIQUE COMPRENDRE CAHIER TECHNIQUE La super-résolution Guillaume DUPUIS Maître de conférences Centre de Photonique Biomédicale Centre Laser de l Université Paris-Sud, Fédération LUMAT FR 2764, 91405 Orsay guillaume.dupuis@u-psud.fr

Plus en détail

des échantillons pour l immunofluorescence Application à la microscopie confocale

des échantillons pour l immunofluorescence Application à la microscopie confocale Préparation des échantillons pour l immunofluorescence Application à la microscopie confocale Microscopie confocale : Principe et Pratique Formation permanente INSERM ADR Grand Ouest 19-22 mai 2008 Dr.

Plus en détail

Les ondes lumineuses. http://plateforme.sillages.info

Les ondes lumineuses. http://plateforme.sillages.info Les ondes lumineuses 1 Les ondes lumineuses I) Préliminaires : 1 Quelques notions qualitatives sur l optique ondulatoire * Rappels d optique géométrique : * Traversée de rayons à travers une lentille CV

Plus en détail

LE MILLA MICROSCOPIE CROSCOPE OPTIQUE LA MICROSCOPIE OPTIQUE

LE MILLA MICROSCOPIE CROSCOPE OPTIQUE LA MICROSCOPIE OPTIQUE LE MILLA MICROSCOPIE CROSCOPE OPTIQUE LA MICROSCOPIE OPTIQUE LE PRINCIPE DE BASE Le principe de base de la microscopie est simple. Les propriétés d'un faisceau de lumière sont modifiées lorsqu'il traverse

Plus en détail

Surveillance et maintenance

Surveillance et maintenance I- LES MICROSCOPES CHAMP PLEIN DROIT Alignement lampe Hg après chaque changement de lampe. Visite «mensuelle» par un personnel MRI habilité comprenant : voir ANNEXE 1 Inspection visuelle de l'homogénéité

Plus en détail

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur?

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? Notions et contenus Compétences attendues Couleur, vision et image Couleur des objets.

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT Imagerie Médicale : Fondements Radiographie et scanner CT Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Radiographie et scanner CT p.1 Questions Comment produit-on

Plus en détail

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM José Alvarez Laboratoire de Génie Electrique de Paris (LGEP), Gif-sur-Yvette, France Quelques systèmes commerciaux Horiba JY + JPK AFM

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

Utilisation du microscope multi photonique ZEISS

Utilisation du microscope multi photonique ZEISS Instruction Utilisation du microscope multi photonique ZEISS I_PHIV_MICw_0003 A 19/11/07 Objet Destinataire (s) Responsables Trame informatique Description et mode de fonctionnement du microscope Zeiss

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013

TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013 FACULTE De PHARMACIE TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013 Optique 1 Pr Mariano-Goulart Séance préparée par Inès BOULGHALEGH, Hélène GUEBOURG DEMANEUF, Karim HACHEM, Jeff VAUTRIN

Plus en détail

IMAGERIE NUMERIQUE EN BIOLOGIE

IMAGERIE NUMERIQUE EN BIOLOGIE Responsables scientifiques : Christophe CHAMOT ; Tristan PIOLOT IMAGERIE NUMERIQUE EN BIOLOGIE du Mardi 3 au Vendredi 6 mars 007 à Paris Jussieu INTERVENANTS : Aude JOBART Christophe CHAMOT Tristan PIOLOT

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Microscopie à onde évanescente : Total Internal Reflection Fluorescence (TIRF)

Microscopie à onde évanescente : Total Internal Reflection Fluorescence (TIRF) Microscopie à onde évanescente : Total Internal Reflection Fluorescence (TIRF) Stephanie Bonneau stephanie.bonneau@upmc.fr 1- interaction lumière matière A- Bases physiques de la lumière Une forme d énergie

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image?

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image? TP spécialité élec. N 1Conversion d une image en signal électrique. Principe de la TV. 1 / 7 I- Perception des images. 1)- La perception. - Une image est destinée à être vue par l œil. La prise de vue,

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail

Segmentation d images 2D et 3D ; application à la quantification d images histologiques et cytologiques obtenues par microscopie

Segmentation d images 2D et 3D ; application à la quantification d images histologiques et cytologiques obtenues par microscopie Université de Caen / Basse-Normandie U.F.R. de Sciences École doctorale Structure, Information, Matière et Matériaux Thèse présentée par François Angot en vue de l obtention du Doctorat de l Université

Plus en détail

TRANSFERT DE L ENERGIE D EXCITATION

TRANSFERT DE L ENERGIE D EXCITATION Extinction de fluorescence par Transfert 1. Excitation de M 2. Couplage de type dipôle-dipôle, une partie des M* transmettent leur énergie, i.e. seule une partie des M* fluorescent normalement M* + Q M

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION DU MICROSCOPE CONFOCAL LEICA TCS SP5 X

MANUEL D UTILISATION DU MICROSCOPE CONFOCAL LEICA TCS SP5 X MANUEL D UTILISATION SP5 X Page /5 MANUEL D UTILISATION DU MICROSCOPE CONFOCAL LEICA TCS SP5 X François MICHEL PhD MANUEL D UTILISATION SP5 X Page 2/5 N hésitez pas à demander conseil aux ingénieurs de

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Leica DM4000 B LED. Une imagerie facilitée par un éclairage brillant!

Leica DM4000 B LED. Une imagerie facilitée par un éclairage brillant! Leica DM4000 B LED Une imagerie facilitée par un éclairage brillant! Microscope numérique Leica avec éclairage à LED pour les applications biomédicales LEICA DM4000 B LED UN ÉCLAIRAGE BRILLANT POUR L'IMAGERIE!

Plus en détail

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Loïc Martin 6 avril 2012 Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Travail effectué, à l'université de Genève, Sciences

Plus en détail

2. Le biologiste désire observer la cellule sans fatigue, c'est à dire sans accommoder.

2. Le biologiste désire observer la cellule sans fatigue, c'est à dire sans accommoder. P a g e 1 TS Spécialité Physique Exercice résolu Enoncé Depuis une vingtaine dannées la microscopie confocale a connu un développement considérable. Ces microscopes équipent maintenant un grand nombre

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Microscopie Photonique

Microscopie Photonique Microscopie Photonique Principes et Applications M2 Informatique Imagerie - IBIO Université Pierre et Marie Curie Paris 6 Philippe GUILLAUD - 2010 Evolution des techniques de microscopie La lumière La

Plus en détail

Scanners laser terrestres (laser scanning), successeur de la photogrammétrie terrestre

Scanners laser terrestres (laser scanning), successeur de la photogrammétrie terrestre Scanners laser terrestres (laser scanning), successeur de la photogrammétrie terrestre Olivier Feihl Directeur d Archéotech SA Partenaire scientifique agréé C2RMF (Centre de recherche et restauration des

Plus en détail