La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives"

Transcription

1 Les dossiers de l AREC La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Sommaire Définition... 1 Un contexte favorable... 2 Des objectifs ambitieux, mais réalistes... 2 Etat des lieux régional : des marges de progrès... 2 Des avantages environnementaux indéniables... 3 Une activité agricole reconnue... 5 Des gisements méthanisables disponibles sur le territoire régional... 5 Le portage de projet, une étape à ne pas négliger La nécessaire valorisation thermique du biogaz Des nouveaux tarifs de rachat attractifs La possibilité d injecter le biogaz dans le réseau de gaz naturel Des digestats présentant des avantages, mais susceptibles d engendrer des contraintes Définition La méthanisation est un procédé biologique permettant de valoriser la matière organique, notamment les sous-produits de l agriculture et de l industrie agro-alimentaire, par l action de micro-organismes en l absence d oxygène, afin de produire une énergie renouvelable, sous forme de biogaz, et un digestat qui peut être utilisé comme fertilisant en remplacement des engrais chimiques. 1

2 Un contexte favorable La lutte contre le changement climatique passe, outre par une utilisation plus rationnelle de l énergie, par le développement des énergies renouvelables. L Union Européenne et la France se sont données en la matière des objectifs qui ont été réaffirmés dans le cadre du Grenelle de l Environnement : en 2020, 23% de la consommation énergétique finale française devra être d origine renouvelable. Pour atteindre cet Métha Bel Air (86) - Incorporateur de matières solides photo ADEME objectif, l ensemble des sources d énergies renouvelables devront être mobilisées. Or, à l heure actuelle, il est une filière qui demeure insuffisamment exploitée au regard des capacités de production qu elle peut générer : il s agit de la production de biogaz. E Bionerval (85) - photo ADEME Des objectifs ambitieux, mais réalistes La déclinaison des objectifs nationaux 1 définis dans le cadre du Grenelle de l Environnement a été débattue entre les acteurs régionaux impliqués dans le développement de la filière de méthanisation 2. Un objectif régional de production d énergie primaire de tep 3 par méthanisation à l horizon 2020 a ainsi été défini, objectif réaffirmé lors de l élaboration du Schéma Régional Climat Air Energie. Dans ce cadre, la Région Poitou-Charentes a proposé les objectifs suivants à l horizon 2020 : 40 à 50 nouveaux sites de méthanisation opérationnels 30 à 50 MW électriques installés à tep d énergie primaire produite Etat des lieux régional : des marges de progrès On ne dénombre que trois installations de méthanisation en fonctionnement en Poitou-Charentes en 2010 : Une unité de méthanisation de vinasses à Saint-Laurent de Cognac (16) Une unité de méthanisation de boues de station d épuration à Rochefort (17) Une unité de méthanisation agricole à Linazay (86) 1 Voir «Plan de développement des énergies renouvelables à haute qualité environnementale» Grenelle de l Environnement Comité opérationnel n Groupe de travail régional animé par l AREC comprenant l ADEME, le Conseil Régional, le Conseil Général 79, les Chambres d Agriculture 17 et 79, la FR CUMA, le CRER et le CRITT Agro-alimentaire Poitou-Charentes. 3 Tonne-équivalent-pétrole : 1 tep = kwh = 11,6 MWh 2

3 A ces trois réalisations s ajoutent cependant cinq installations de valorisation de biogaz de décharge : ISDND 4 du Vigeant (86) ISDND de Saint-Sauveur (86) ISDND de Coulonges-Thouarsais (79) ISDND de Sainte-Sévère (16) ISDND de Clérac (17) Au total, ces huit sites représentent environ 7 MW de puissance électrique, soit 4,2% de la puissance nationale en service (165 MW) et produisent, en année pleine, 66 GWh, ce qui équivaut à environ 5% de la production française. Compte tenu des spécificités régionales, ce bilan apparaît satisfaisant, mais on est encore loin des productions de biogaz générées par l Allemagne (près de GWh d énergie primaire) ou du Royaume-Uni (près de GWh d énergie primaire), même si les comparaisons demeurent hasardeuses en fonction de contextes nationaux différents. D autre part, le biogaz ne contribue qu à 1% de la production globale d énergies renouvelables au niveau régional, cependant sa part passe à plus de 7% au sein de la production d électricité renouvelable. Peu de réalisations, mais une vingtaine de projets en gestation Si les unités de méthanisation en fonctionnement ne sont pas nombreuses, force est de constater que les projets se multiplient actuellement. La vingtaine d installations en phase de développement ou en cours de réalisation porterait à plus de 15 MW la puissance électrique installée en région (voir carte en page 4). Des avantages environnementaux indéniables La mise en œuvre d installations de méthanisation permet de répondre à plusieurs enjeux environnementaux majeurs : La gestion de proximité des déchets et sous-produits, principalement de l agriculture et des industries agroalimentaires, associée à une valorisation agronomique du digestat se substituant à l utilisation d engrais minéraux ; La production décentralisée d énergie renouvelable favorisant l autonomie énergétique des territoires et limitant la dépendance de la France vis-à-vis des énergies fossiles ; La réduction de la production de gaz à effet de serre ; L amélioration de la gestion de l azote d un point de vue agronomique ; L optimisation du rendement global de production d électricité renouvelable (à puissance installée égale, le biogaz produit environ 7 fois plus d électricité que le photovoltaïque, par exemple). Ainsi, en cumulant les réalisations actuelles et les projets identifiés, la méthanisation en Poitou-Charentes doit permettre de : Valoriser annuellement environ tonnes de biomasse ; Produire plus de tep d énergie primaire (302 GWh) par an ; Réduire la production annuelle de gaz à effet de serre d environ tonnes équivalent CO 2. 4 Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux (assimilables aux ordures ménagères) 3

4 Source : ADEME / Conseil Régional Fonds Régional d Excellence Environnementale NB : Ne figurent pas sur la carte les unités de valorisation de biogaz de décharge. 4

5 Une activité agricole reconnue Depuis le décret n du 19 février 2011, la méthanisation est maintenant reconnue comme une activité agricole à part entière, ce qui entraine des simplifications d un point de vue fiscal pour les agriculteurs. Les conditions ainsi définies permettent notamment aux exploitants méthaniseurs de pouvoir commercialiser de l énergie, sous forme d électricité, chaleur ou biogaz, dans le cadre de leur exploitation agricole ou d une société dont ils détiennent la majorité du capital. Il faut néanmoins que les déchets agricoles méthanisés proviennent de l exploitation à hauteur de 50% au minimum. Des gisements méthanisables disponibles sur le territoire régional Toutes les matières organiques, hormis les matières ligneuses (bois, branchages, ) peuvent être utilisées pour alimenter une installation de méthanisation. Cependant certaines d entre elles sont plus intéressantes à intégrer dans le processus du fait de leur composition, de leur état physique ou des quantités disponibles. Pour d autres, il faudra veiller à ne pas détourner des gisements d un usage actuel (par exemple la paille, largement utilisée en Poitou-Charentes pour les litières animales). Potentiels méthanogènes de différents substrats (source : ADEME Solagro) Les déjections animales Les déjections animales constituent le plus important gisement de matières méthanisables en région, aussi bien en quantités qu en potentiel énergétique. Ce gisement a pu être ventilé par canton sur la carte en page 10. Le lisier est intéressant à utiliser compte tenu de son état liquide permettant le mélange et la dilution des autres substrats. Malgré son faible potentiel méthanogène, il apporte des bactéries fraiches et une fraction azotée très utiles au procédé de méthanisation. 5

6 Le fumier, ainsi que les fientes de volailles, peuvent également s avérer intéressants du fait d un taux de matière sèche et d un potentiel méthanogène plus élevé mais leur aspect solide les rend plus difficile à manipuler et peut demander des adaptations spécifiques. Le gisement annuel de déjections animales mobilisable au niveau régional représente environ 2,8 millions de tonnes de matière brute, et un potentiel énergétique (en énergie primaire) de l ordre de tep, soit 986 GWh. Métha Bel Air (86) Stockage des fumiers photo AREC Les résidus de culture Les résidus de culture sont, pour la majorité d entre eux, de bons substrats pour la méthanisation, mais tous ne sont pas mobilisables ou disponibles pour cette utilisation. En effet, les pailles de céréales sont majoritairement utilisées pour les litières animales. Quant aux pailles de colza et de tournesol, ainsi que les cannes de maïs, leur récolte entraine généralement des surcoûts d exploitation qui rendent leur usage rédhibitoire. De plus, il est plutôt recommandé de laisser les cannes de maïs dans les parcelles, conformément aux exigences de la Directive Nitrates 5 pour la préservation de la ressource en eau. Au niveau de l exploitation agricole, la menue paille 6 constitue un des seuls gisements dont la mobilisation peut être systématisée, et dont le potentiel peut être cartographié (voir carte en page 10). La généralisation de la récolte de la menue paille en région pourrait générer des quantités collectées de l ordre de tonnes pour un potentiel énergétique d environ tep (350 GWh) d énergie primaire. Récolte de menue paille Les autres résidus de culture utilisables en méthanisation sont les résidus de céréales (appelés aussi issues de céréales) qu on retrouve au niveau des silos de stockage des coopératives ou des négociants, et les tourteaux de colza ou de tournesol. Ces matières trouvent pour le moment des débouchés essentiellement dans l alimentation animale, mais il semble qu environ tonnes d issues de céréales pourraient être disponibles pour la méthanisation, ce qui représente un potentiel énergétique de l ordre de tep (60 GWh). Compte tenu du nombre de silos présents en Poitou-Charentes (plus de 300 sites), la cartographie du gisement reste à précisée. De plus, certains tonnages sont déjà envisagés sur des projets d unités de méthanisation. 5 Directive européenne de 1991 visant à limiter les nitrates d origine agricole dans les eaux souterraines et superficielles. Le maintien au sol de couverts d hiver figure parmi les mesures préconisées en zones vulnérables. 6 La menue paille est composée de débris de paille, des enveloppes qui entourent les graines de céréales, et de tiges et de graines de mauvaises herbes (adventices). Sa récupération peut donc s avérer intéressante afin de minimiser l emploi de produits phytosanitaires. 6

7 Les cultures dédiées Certaines cultures possèdent des potentiels méthanogènes intéressants et il peut paraitre légitime d étudier leur incorporation dans le processus de méthanisation. Il est cependant nécessaire de bien évaluer les coûts engendrés par ces cultures au regard des bénéfices attendus et du bilan environnemental global. De plus, il convient de veiller à ne pas détourner l utilisation des terres agricoles de leur fonction de production alimentaire vers un usage à des fins purement énergétiques. Par contre, l introduction dans le méthaniseur de cultures intermédiaires «pièges à nitrates» (CIPAN), qui s imposent aux exploitants agricoles dans le cadre de la Directive Nitrates, peut quant à elle s avérer plus favorable. Etant donné que l implantation de ces cultures dépend essentiellement des pratiques de chaque exploitant, le potentiel méthanisable que constituent les cultures intermédiaires ou énergétiques ne peut pas être cartographié. Il conviendra d étudier cette possibilité au cas par cas lorsque la méthanisation est envisagée sur une exploitation agricole. Culture intermédiaire Les sous-produits des industries agro-alimentaires (IAA) Les sous-produits ou coproduits des industries agro-alimentaires peuvent, pour la plupart d entre eux, alimenter une unité de méthanisation, hormis les déchets soumis à des éliminations réglementées du fait de leur caractère potentiellement contagieux sur un plan sanitaire. En Poitou-Charentes, une étude menée par le CRITT Agro-alimentaire en 2010 a montré que la plupart des volumes de biomasse générée par les IAA sont déjà valorisés, à part les sous-produits de la transformation des produits carnés qui constituent un gisement important avec un potentiel méthanogène intéressant. Les sous produits carnés mobilisables représentent environ tonnes, soit un potentiel énergétique d environ tep (115 GWh). Une grande partie des vinasses de l industrie vinicole est valorisée, par l installation Revico à Saint Laurent de Cognac (Charente). Cependant, il en demeurerait des quantités non négligeables à traiter. Les volumes diffèrent selon les sources, et leur localisation ne peut pas être précise, même s ils se situent dans le bassin de production du cognac. Pour les projets de méthanisation s implantant sur ce territoire, il conviendra à chaque fois de prendre en compte, le cas échéant, ce type de sous-produits. En outre, la filière actuelle de valorisation du lactosérum issu de l industrie laitière et fromagère, très énergivore, ne semble pas pérenne compte tenu de l augmentation prévisible des coûts de l énergie. Le potentiel méthanogène de ce produit n est pas très élevé, mais le lactosérum se présente sous forme liquide, ce qui peut faciliter son introduction dans un méthaniseur et permettre la dilution des autres substrats présents. De plus, les besoins de chaleur généralement présents sur les sites de laiteries rendent les projets de méthanisation d autant plus favorables pour ce type d industries. Les quantités de lactosérum générées annuellement en région sont d environ tonnes, ce qui correspond à un potentiel énergétique voisin de tep (30 GWh). Sur la carte présentée en page 10, ce sont les potentiels globaux des sous-produits de l industrie de transformation des produits carnés et du lactosérum qui sont représentés. Il n a en effet pas été possible d identifier précisément les zones où d autres formes de valorisation des sous-produits carnés sont d ores et déjà effectives. 7

8 Les déchets ménagers et assimilés Parmi les déchets organiques assimilables aux déchets ménagers, les plus intéressants pour une utilisation en méthanisation semblent être les biodéchets de la restauration collective (restaurants scolaires, services hospitaliers, maisons de retraite, ) et de la grande distribution (déchets de fruits et de légumes notamment). Ces déchets ont été cartographiés, mais on note que mis à part sur les agglomérations de Niort et La Rochelle, leur gisement est si faible (ou le potentiel énergétique global est si bas) qu il n apparait pas. Ces substrats ne pourront donc pas être support d une installation de méthanisation, mais il conviendra d étudier à chaque cas les gisements localement mobilisables pour une éventuelle incorporation. Les déchets organiques produits par les ménages sont essentiellement les déchets de préparation de repas et les restes de repas : on les nomme biodéchets ménagers. La collecte de ceux-ci s avère couteuse et la majorité des collectivités ayant mis en place un tel service l a abandonné : le développement du compostage domestique présente un bilan environnemental et économique bien plus favorable. De ce fait, ce gisement ne peut absolument pas être disponible pour la méthanisation. Dans certains cas, on peut envisager l incorporation de tontes de pelouse dans le procédé de méthanisation. Il s agit alors de pouvoir mettre en œuvre un tri des déchets végétaux sur la déchèterie afin de séparer les branchages, impropres à la méthanisation. Pour le moment, ce service n est pas mis en place sur les déchèteries de la région, les tontes et les branchages suivant principalement une valorisation par compostage. Mais les tontes de pelouses Tontes de pelouse des espaces verts des collectivités peuvent éventuellement être gérées séparément et dirigées vers un méthaniseur quand ce dernier se crée. La méthanisation des ordures ménagères résiduelles 7 peut être envisagée comme moyen de leur traitement, mais cette technique pose le problème de la présence d indésirables (plastiques, inertes, ) pour la bonne marche de l installation, et de la valorisation du digestat issu de ce type de déchets à cause des divers polluants susceptibles de le contaminer. De plus, le code des marchés publics, ainsi que les délais de renouvellement des contrats, constituent des contraintes majeures pour leur prise en compte dans un projet privé. Un cas particulier : les boues de stations d épuration Le gisement de boues de stations d épuration est mal connu aussi bien en quantité qu en qualité. Une étude afin de mieux le cerner est actuellement en cours. L incorporation de boues dans un processus de méthanisation, même si elle peut s avérer intéressante du fait de leur état liquide et de l apport potentiel de bactéries, entraine des contraintes non négligeables, aussi bien sur la valorisation agronomique des digestats (présence éventuelle de polluants dans les boues) que sur la valorisation énergétique (pas de possibilité d injection de biogaz épuré issu de boues de stations d épuration sur le réseau de gaz naturel). Leur utilisation doit donc être étudiée au cas par cas. Il ne pourra s agir que de boues activées issues des stations d épuration les plus importantes. 7 Ordures ménagères présentées à la collecte après mise en œuvre de la collecte sélective. 8

9 Récapitulatif des principaux gisements disponibles en Poitou-Charentes Matières méthanisables Tonnages régionaux Potentiel énergétique régional (en tep) Déjections animales Fumiers Lisiers Fientes Résidus de culture Menue paille Issues de céréales Sous-produits des I.A.A Sous-produits de transformation de produits carnés > Lactosérum Déchets ménagers triés et assimilés Biodéchets des gros producteurs Le potentiel énergétique correspond à la quantité d énergie contenue dans les gisements considérés (énergie primaire) Répartition géographique des gisements régionaux disponibles La carte présentée en page 10 met en valeur la présence d importants gisements méthanisables sur le département des Deux-Sèvres, malgré les projets qui sont déjà identifiés. Le fort potentiel sur ce secteur géographique est dû à une pratique développée de l élevage, et à l implantation d industries agro-alimentaires notamment dans le nord du département. L est de la région (Montmorillonnais, Confolentais) constitue également une zone où le potentiel de méthanisation est intéressant, grâce à la présence de cheptels importants. Pour les autres territoires de la région, on remarque néanmoins, dans la plupart des cantons, des opportunités locales émanant de différents gisements considérés. 9

10 Source : AREC Les gisements mobilisés par les projets identifiés ne sont plus considérés comme mobilisables sur cette carte 10

11 Le portage de projet, une étape à ne pas négliger Le portage du projet est une étape prépondérante dans la réussite de l implantation d une unité de méthanisation. Mais elle est souvent longue et complexe à gérer pour les maîtres d ouvrage, du fait des nombreux paramètres techniques qu ils doivent maîtriser, et de l importance de l investissement financier. Il est donc indispensable que les porteurs de projet : s entourent de structures pouvant leur apporter des conseils juridiques, techniques et financiers, fassent appel à des bureaux d études spécialisés dans la technique de la méthanisation Il se passe généralement de l ordre de 3 à 5 années entre le moment où le projet est évoqué et celui où il sort de terre. La longueur de la phase de montage de dossier, notamment du fait des études techniques et réglementaires, peut être mise à profit pour régler d autres aspects liés à la bonne marche du projet, notamment la recherche de partenariats : pour la fourniture régulière de matières premières pour alimenter le digesteur pour la reprise et l épandage des digestats pour la valorisation de l électricité et de la chaleur produite pour le financement de l investissement dans le cas des projets les plus lourds Afin d assurer la pérennité de l approvisionnement du méthaniseur et des débouchés de l installation, il est fortement recommandé de mettre en œuvre une contractualisation avec les différents partenaires du projet. Dans certains cas, le partenariat peut même aller jusqu à la participation des acteurs au capital de la société porteuse de l unité de méthanisation, ce qui pérennise approvisionnement et débouchés sur le long terme. La nécessaire valorisation thermique du biogaz Comme il a été évoqué auparavant, l optimisation de la valorisation thermique du biogaz permettra d obtenir des prix de rachat de l électricité plus intéressants. Il est donc indispensable de bien anticiper ce poste dès la phase de montage du projet, quitte à modifier le lieu d implantation de la future unité pour augmenter la part d énergie valorisée. Cet impératif devient d autant plus prégnant que l énergie thermique autoconsommée pour le maintien en température du digesteur ou la transformation des intrants n est plus prise en compte dans le calcul du prix d achat de l électricité depuis mai Métha Bel Air (86) Digesteur enterré photo ADEME La valorisation thermique du biogaz en période estivale, et plus généralement la pérennité des débouchés pour la chaleur, semble être la contrainte principale pour rentabiliser les installations. En effet, les besoins de chauffage sont alors nuls. Il convient donc de s orienter vers des solutions où les besoins de chaleur sont moins saisonniers, ou vers une diversification des débouchés thermiques en mixant par exemple chauffage de locaux en hiver et séchage (ou autre process industriel) en été, avec une production d eau chaude sanitaire tout au long de l année. 11

12 Des nouveaux tarifs de rachat attractifs Un arrêté ministériel paru le 21 mai 2011 fixe les nouveaux tarifs d achat d électricité issue du biogaz. Par rapport aux tarifs précédents, des avancées intéressantes peuvent être soulignées : Métha Bel Air (86) Cogénérateur photo AREC a) Tout d abord, le tarif de base a été réévalué de l ordre de 20% en moyenne selon les cas de figure. b) La prime à la valorisation énergétique a elle aussi été augmentée, même si le calcul de cette prime devient moins favorable pour les exploitations, qui ne peuvent plus y inclure l autoconsommation du procédé. c) Une prime pour le traitement des effluents d élevage est créée, spécifiquement pour les petites installations (la prime devient nulle pour des puissances électriques supérieures à 1 MW). d) Tarif de base : Puissance électrique installée (kwe 8 ) Tarif de rachat (c /kwh) P , , , ,68 P ,19 Les valeurs intermédiaires sont déterminées par interpolation linéaire Prime à l efficacité énergétique : Valorisation énergétique Prime (c /kwh) VE 35% 0 VE 70% 4 Les valeurs intermédiaires sont déterminées par interpolation linéaire Le taux de valorisation énergétique caractérise l énergie totale (thermique et électrique) nette valorisée (l autoconsommation de l installation ou la transformation des intrants n est pas prise en compte) rapportée à l énergie primaire du biogaz en entrée de centrale de cogénération. Prime pour traitement d effluents d élevage Puissance électrique installée (kwe) Prime (c /kwh) P 150 2,6 P Les valeurs intermédiaires sont déterminées par interpolation linéaire La prime est maximale lorsque la proportion d effluents d élevage dans les matières entrantes est supérieure ou égale à 60%, et devient nulle quand elle est inférieure ou égale à 20%. Entre ces deux valeurs extrêmes, elle est calculée par interpolation linéaire. 8 Kilowatt électrique 12

13 Etude de cas : impacts du nouveau tarif sur les recettes liées à la vente d électricité d une unité de méthanisation Coûts d investissements moyens constatés en France Les coûts d investissements peuvent varier de /kwe pour une installation de 30 kwe à /kwe pour un méthaniseur de 100 kwe. En règle générale, plus la puissance installée est importante et plus le coût ramené à cette puissance est faible. Pour cette étude de cas, nous considérons un projet de méthanisation agricole, inspiré d un cas réel, dont les principales caractéristiques sont les suivantes : Puissance électrique : 250 kwe Gisements mobilisés : tonnes de matières brutes, dont : o Effluents agricoles : tonnes (65%) o Intercultures : tonnes o Issues de céréales : 700 tonnes o Déchets verts de collectivités : 800 tonnes Investissement prévisionnel : HT, soit /kwe (hors sujétions particulières) Production annuelle de biogaz : Nm 3 /an représentant une énergie brute annuelle de MWh Valorisation de l énergie produite : o Valorisation électrique : kwh/an o Valorisation thermique : kwh/an o Autoconsommation en énergie thermique : kwh/an a) Avec le tarif précédent, on obtenait un prix de rachat de l électricité de 15,66 c /kwh. La vente annuelle d électricité représentait alors une recette de l ordre de b) Grâce au nouveau tarif, le prix de rachat de l électricité passe à 18,31 c /kwh, soit une augmentation de 17%. La recette annuelle pour vente d électricité représente alors La détermination de la rentabilité économique d un projet de méthanisation nécessite une étude économique plus poussée pouvant être réalisée par des cabinets spécialisés. La possibilité d injecter le biogaz dans le réseau de gaz naturel Réseau de biogaz Tout comme pour le rachat d électricité produite à partir de biogaz, l injection de biogaz directement dans le réseau fait l objet d un projet de tarification toujours à l étude. Cette disposition pourra permettre une valorisation du biogaz pour les installations de méthanisation où la valorisation thermique n est pas possible ou trop faible. Cependant, même si le projet de tarif prévoit que l ensemble des unités de méthanisation pourront alimenter le réseau de gaz naturel, il semble bien que ce 13 Ré

14 dispositif s adresse en priorité aux installations les plus importantes, notamment celles dont la production de biogaz sera supérieure à 100 m 3 /h. Projet de tarif : Débit d injection (m3/h) Tarif de rachat (c /kwh) D 60 10,3 60 < D < 700 Interpolation linéaire D Ce tarif doit compenser les coûts de production, d épuration et d injection dans le réseau du bio-méthane. Les coûts d épuration et d injection n étant à ce jour pas suffisamment maîtrisés, il n est pas aisé de se prononcer sur une rentabilité de cette technique. De plus, elle ne peut être mise en œuvre que sur des territoires où le réseau de gaz est présent, encore faut-il que ce réseau soit capable d absorber la quantité de biométhane produite. Des digestats présentant des avantages, mais susceptibles d engendrer des contraintes Par rapport à l utilisation de déjections animales brutes telles que les lisiers ou les fumiers, l épandage des digestats d une unité de méthanisation peut proposer un certain nombre d intérêts : D un point de vue agronomique L azote provenant de l élevage est très bien valorisé du fait de sa bonne minéralisation. De plus, l intégralité des éléments nutritifs est conservée. Bionerval (85) Citerne d épandage du digestat photo ADEME Sur le plan sanitaire Les odeurs à l épandage sont largement atténuées, et les germes pathogènes présents dans les matières premières sont le plus souvent détruits par hygiénisation lors de la phase de méthanisation. Bien que l épandage du digestat apporte des avantages non négligeables, par rapport à un effluent d élevage brut, en terme agronomique et sanitaire, la modification des matières à épandre est susceptible d engendrer quelques difficultés qui doivent être analysées au cours de l instruction du projet : La nature même de l effluent (passage d un effluent solide type fumier à un effluent liquide par exemple) peut nécessiter un changement de matériel, voire de mode de stockage. Il est alors nécessaire d avoir recours à un pendillard ou un enfouisseur pour limiter les pertes d azote sous forme ammoniacal et assurer ainsi un bilan positif en matière de rejet de gaz effet de serre ; La modification de sa composition peut aussi donner lieu à des changements agronomiques, notamment le décalage des périodes d épandage Il convient donc, pour chaque projet, de prendre contact avec les techniciens des organisations professionnelles agricoles (chambres d agriculture, coopératives, CUMA, ) concernées afin d étudier les impacts de ces évolutions. 14

15 Des partenaires locaux pour vous aider a) Pour les conseils techniques et les aides financières L ADEME (Agence de l Environnement et de la Maitrise de l Energie) Direction Régionale de l ADEME en Poitou-Charentes 6, rue de l Ancienne Comédie BP POITIERS Cedex Tel : La Région Poitou-Charentes Service maîtrise de l énergie, énergies renouvelables, air 15, rue de l Ancienne Comédie BP POITIERS Cedex Tel : Ces deux organismes peuvent apporter des conseils techniques, des informations pratiques et des aides financières à travers le Fonds Régional d Excellence Environnementale, les Fonds propres à l ADEME et le FEDER. Les taux de subventions sont définis au cas par cas en fonction de la pertinence et de la rentabilité des projets, ainsi que de leurs performances énergétiques et environnementales. b) Pour l accompagnement des maîtres d ouvrage Le CRER (Centre Régional des Energies Renouvelables) Route de Benet VILLIERS-EN-PLAINE Tel : Le CRER peut accompagner les porteurs de projets en phase de réflexion, mais également réaliser des études de préfaisabilité afin de mesurer la viabilité des projets dans le cadre d une mission d accompagnement technique des maîtres d ouvrage. Des bureaux d études spécialisés peuvent également assurer ces missions d accompagnement. c) Pour le raccordement électrique au réseau Selon l implantation géographique du projet, le gestionnaire du réseau de distribution électrique peut être différent : Sorégies Réseaux Distribution (SRD) 78, avenue Jacques Cœur Pour les installations situées POITIERS Cedex 09 dans la plupart des communes Tel : de la Vienne 15

16 Gérédis Deux-Sèvres 18, rue Joule BP Pour les installations situées NIORT Cedex dans la plupart des communes Tel : des Deux-Sèvres ErDF 2, boulevard Aristide Briand BP 130 Pour les unités implantées ROCHEFORT Cedex 01 dans toutes les autres communes Tel : de la région d) Pour la valorisation agronomique des digestats Afin de valider les modalités techniques et agronomiques d épandage des digestats issus d une unité de méthanisation, il est préconisé de prendre contact avec une des trois structures ci-dessous, présentes dans le département où est situé le projet : La Chambre Départementale d Agriculture La Fédération Départementale des CUMA La Fédération Régionale des Coopératives Agricoles Ce document a été élaboré dans le cadre de la Mission d Observation de la Biomasse développée au sein de l Agence Régionale d Evaluation environnement et Climat. Ont collaboré à sa rédaction : La Direction Régionale de l ADEME La Région Poitou-Charentes La Chambre d Agriculture des Deux-Sèvres La Chambre d Agriculture de la Charente-Maritime La Fédération Régionale des CUMA Le Conseil Général des Deux-Sèvres Le Centre Régional des Energies Renouvelables La Fédération Régionale des Coopératives Agricoles Le CRITT Agro-alimentaire Poitou-Charentes Agence Régionale d Evaluation environnement et Climat 6, rue de l Ancienne Comédie BP POITIERS Cedex Tel : Fax :

La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives

La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Les dossiers de l AREC La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Définition La méthanisation est un procédé biologique permettant de valoriser la matière organique, notamment les sous-produits

Plus en détail

APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES

APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES Délai de réponse : 1 ère tranche : 19 novembre 2009 2 ème tranche : 4 décembre 2009

Plus en détail

Grenelle de l Environnement

Grenelle de l Environnement 1 Grenelle de l Environnement Convention sur la mise en œuvre du programme d amélioration de la performance énergétique de 800 000 logements sociaux Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre

Plus en détail

Au service de l énergie dans le respect de l environnement

Au service de l énergie dans le respect de l environnement Au service de l énergie dans le respect de l environnement Services Gestion Installation La maîtrise de l énergie et des fluides Notre force Optimiser votre efficacité énergétique À travers une expertise

Plus en détail

Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France

Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France Lien vers la présentation PowerPoint Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France Bertrand REYSSET Chargé de mission adaptation au changement climatique, Ministère de l'écologie,

Plus en détail

Loi NOTRe, LTE Les évolutions à venir pour les collectivités

Loi NOTRe, LTE Les évolutions à venir pour les collectivités Loi NOTRe, LTE Les évolutions à venir pour les collectivités Cet été 2015 a vu la publication de deux lois importantes pour l'exercice de la politique de gestion des déchets au niveau territorial : la

Plus en détail

Préfet de la région Nord-Pas-de-Calais

Préfet de la région Nord-Pas-de-Calais Préfet de la région Nord-Pas-de-Calais ARRÊTÉ établissant le programme d actions régional en vue de la protection des eaux contre la pollution par les nitrates d origine agricole pour la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

Évaluation du potentiel de production de biogaz par la méthanisation de la biomasse agricole dans la région de Saint-Jean-Valleyfield.

Évaluation du potentiel de production de biogaz par la méthanisation de la biomasse agricole dans la région de Saint-Jean-Valleyfield. Évaluation du potentiel de production de par la méthanisation de la biomasse agricole dans la région de Saint-Jean-Valleyfield Résumé Fédération régionale de l Union des Producteurs Agricoles de Saint-Jean-Valleyfield

Plus en détail

Bioéthanol : Atouts et enjeux

Bioéthanol : Atouts et enjeux Bioéthanol : Atouts et enjeux L environnement, véritable défi du Bioéthanol Indépendance énergétique Perspectives économiques L environnement, véritable défi du Bioéthanol Depuis 2 siècles, nos sociétés

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

4.1.4 Développer l'utilisation efficace de l'énergie dans l'agriculture et la transformation alimentaire

4.1.4 Développer l'utilisation efficace de l'énergie dans l'agriculture et la transformation alimentaire Titre et référence de l opération 4.1.4 Développer l'utilisation efficace de l'énergie dans l'agriculture et la transformation alimentaire Type d opération 4.1 Investissements dans les exploitations agricoles

Plus en détail

Le territoire des îles Wallis et Futuna

Le territoire des îles Wallis et Futuna Le territoire des îles Wallis et Futuna présente le Colloque UNE AGRICULTURE DURABLE AU SERVICE DE LA POPULATION À Wallis et Futuna Le colloque Une agriculture durable au service de la population (ADSP)

Plus en détail

Le cadre réglementaire des installations classées pour la protection de l environnement et de l urbanisme

Le cadre réglementaire des installations classées pour la protection de l environnement et de l urbanisme Le cadre réglementaire des installations classées pour la protection de l environnement et de l urbanisme Marc JABOUILLE, Coordinateur Rhône-Alpes pour les installations classées (ICPE) de méthanisation,

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D'INTERVENTION FEADER 121-9 bis Aide aux économies d'énergie Plan de performance énergétique (PPE)

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D'INTERVENTION FEADER 121-9 bis Aide aux économies d'énergie Plan de performance énergétique (PPE) Page 1 Mesure 121- Modernisation des exploitations agricoles Axe 1- Amélioration de la compétitivité des secteurs agricoles et forestiers Service instructeur Direction de l Alimentation, de l Agriculture

Plus en détail

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE GUIDE PRATIQUE L AUDIT ÉNERGÉTIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE Vers une réduction de la facture énergétique Réaliser un audit énergétique est devenu obligatoire pour un grand nombre de copropriétés.

Plus en détail

LES NORMES ÉNERGÉTIQUES RENFORCÉES, LA SOLUTION. 061 53 12 16 I www.thomas-piron.eu

LES NORMES ÉNERGÉTIQUES RENFORCÉES, LA SOLUTION. 061 53 12 16 I www.thomas-piron.eu LES NORMES ÉNERGÉTIQUES RENFORCÉES, LA SOLUTION 061 53 12 16 I www.thomas-piron.eu 2 BÂTISSEZ L ESPRIT TRANQUILLE Chers candidats bâtisseurs, Au travers de cette brochure, nous souhaitons parfaire votre

Plus en détail

L agriculture familiale :

L agriculture familiale : MADAGASCAR Année Internationale de l Agriculture Familiale (AIAF) 2014 et Journée Mondiale de l Alimentation (JMA) 2014 L agriculture familiale : une chance pour la planète et pour Madagascar Sécurité

Plus en détail

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Les textes réglementaires Le décret relatif aux caractéristiques thermiques

Plus en détail

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement A l attention des élus et du personnel communal L Assainissement Non Collectif Une préoccupation commune, Une gestion intercommunale Définition : Tout système d assainissement effectuant la collecte, le

Plus en détail

Un dispositif harmonisé pour les acteurs de l ensemble du territoire de la nouvelle Région Aquitaine Limousin Poitou Charentes sera proposé en 2017.

Un dispositif harmonisé pour les acteurs de l ensemble du territoire de la nouvelle Région Aquitaine Limousin Poitou Charentes sera proposé en 2017. Appel à Projets 2016 Education à la citoyenneté et à la solidarité internationale La Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC) s engage à soutenir le développement des initiatives locales d'éducation

Plus en détail

Les enjeux énergétiques de la Polynésie française

Les enjeux énergétiques de la Polynésie française Service de l énergie et des mines Les enjeux énergétiques de la Polynésie française Introduction : L énergie en Polynésie française I Etat des lieux -l approvisionnement & dépendance énergétique -Le secteur

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES Mise en place d un agenda «CHU 21» Amélioration continue

ACTIONS GLOBALES Mise en place d un agenda «CHU 21» Amélioration continue FICHE ACTIONS CHU Angers ACTIONS GLOBALES Mise en place d un agenda «CHU 21» Amélioration continue ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Plan de déplacement d établissement Amélioration des conditions de travail

Plus en détail

Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie

Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE UN LEVIER POUR LE DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES RURAUX Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie L exemple de la Cuma Ecovaloris et de l association

Plus en détail

CONTRIBUTION L éco-construction

CONTRIBUTION L éco-construction CONTRIBUTION L éco-construction Conseil de développement Groupe développement 22-Fév-11 Sommaire 1. Introduction... 3 Qu est-ce qu un habitat?... 3 2. Enjeux... 3 3. Objectifs généraux de l éco-construction

Plus en détail

UN PLAN CLIMAT À L HORIZON 2020

UN PLAN CLIMAT À L HORIZON 2020 UN PLAN CLIMAT À L HORIZON 2020 Diminuer les émissions de gaz à effet de serre de la région Centre de 40 % Depuis la fin du XVIII e siècle, notre modèle de civilisation est fondé sur une exploitation intensive

Plus en détail

Aide d Etat N 64/2005 France Modification du régime d aides à la gestion des énergies renouvelables de l ADEME (N117/A/2001)

Aide d Etat N 64/2005 France Modification du régime d aides à la gestion des énergies renouvelables de l ADEME (N117/A/2001) COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, le 13.IX.2005 C (2005) 3543 Objet: Aide d Etat N 64/2005 France Modification du régime d aides à la gestion des énergies renouvelables de l ADEME (N117/A/2001) Monsieur

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/07/AV.1278. Liège, le 19 juillet 2007

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/07/AV.1278. Liège, le 19 juillet 2007 AVIS Réf. : CWEDD/07/AV.1278 Liège, le 19 juillet 2007 Objet : Demande de permis unique pour la régularisation d une exploitation bovine d une capacité de 830 animaux ainsi que pour la construction d une

Plus en détail

Traitement du lisier et des digestats - Tour d horizon et retour d expérience des procédés actuels -

Traitement du lisier et des digestats - Tour d horizon et retour d expérience des procédés actuels - Journées Technique Agricole, 20 juin 2013, Agroscope ART Tänikon Traitement du lisier et des digestats - Tour d horizon et retour d expérience des procédés actuels - Schéma de base du traitement Produit

Plus en détail

Programme services-conseils (PSC)

Programme services-conseils (PSC) Programme services-conseils (PSC) Dans le présent document, l emploi du masculin pour désigner des personnes n a d autres fins que celle d alléger le texte. Des mesures d aide décrites dans ce programme

Plus en détail

World café / Les co-bénéfices des PCET

World café / Les co-bénéfices des PCET World café / Les co-bénéfices des PCET Comment une collectivité peut-elle faire de son Plan climat-énergie territorial (PCET) un projet fédérateur sur le climat et l énergie mais également un outil permettant

Plus en détail

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE Objectif général L objectif général de ce programme de développement est d atteindre une production de qualité, de 1000 tonnes de café marchand,

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale PROGRAMME D ACTION 2013-2018 Aides financières Rhône Méditerranée Corse EAU POTABLE Collectivités locales Établissements publics de coopération intercommunale PROTECTION DES CAPTAGES D EAU POTABLE Mettre

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Guide de la rénovation thermique

Guide de la rénovation thermique Guide de la rénovation thermique et de la performance énergétique A B C D E F Dépensez moins Polluez moins Vivre mieux Les réponses aux questions que vous vous posez pour la rénovation de votre logement

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rapport de mission Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rwanda du 26 août au 02 septembre 2012 ROPPA avec l appui technique

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN

ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN MOINS D ÉD ÉNERGIE ET PLUS D ÉD ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN Rencontres Suisses de l Electricité Beaulieu, 17 mars 2011 Massimiliano Capezzali, PhD Adjoint du Directeur Energy Center Ecole Polytechnique

Plus en détail

CTI 2016-2021. Accompagnement des Communes. et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne

CTI 2016-2021. Accompagnement des Communes. et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne CTI Accompagnement des Communes et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne 2016-2021 Dans un contexte de réduction des dotations de l État, cette nouvelle politique territoriale affiche la

Plus en détail

Évolution des consommations en énergie électrique

Évolution des consommations en énergie électrique 1 Sécurisation de l alimentation l électrique en région r PACA Évolution des consommations en énergie électrique 2 Objectifs des prévisions de consommation : Identifier une cible réseau r permettant de

Plus en détail

EXPANSION 2020 SYNTHÈSE PRESSE. Les assises du décolletage première édition 4 février 2011

EXPANSION 2020 SYNTHÈSE PRESSE. Les assises du décolletage première édition 4 février 2011 EXPANSION 2020 SYNTHÈSE PRESSE Les assises du décolletage première édition 4 février 2011 Une ambition à 10 ans Le décolletage est l industrie d usinage de pièces de haute précision. Celles-ci sont des

Plus en détail

EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE

EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE Agence locale de l energie et du climat 6 r u e H a r o u n T a z i e f f 78114 Magny les Hameaux Tél. 01 34 52 26 34 pedagogie@energie-sqy.com www.energie-sqy.com EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE

Plus en détail

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE Jeudi 21 mars, de 9h30 à 11h30 DÉBUT DE LA CONFÉRENCE PROGRAMME Publiée en juin 2011,

Plus en détail

Séminaire Enseigner à produire autrement 14 novembre 2014

Séminaire Enseigner à produire autrement 14 novembre 2014 Séminaire 14 novembre 2014 Programme régional de l enseignement agricole pour la transition agro-écologique et de mobilisation à cet effet des exploitations agricoles en région Île-de-France 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

REHABILITATION ENERGETIQUE DE DIX MAISONS INDIVIDUELLES APPEL A CANDIDATURE. ADEME Direction régionale des Pays de la Loire

REHABILITATION ENERGETIQUE DE DIX MAISONS INDIVIDUELLES APPEL A CANDIDATURE. ADEME Direction régionale des Pays de la Loire REHABILITATION ENERGETIQUE DE DIX MAISONS INDIVIDUELLES APPEL A CANDIDATURE ADEME Direction régionale des Pays de la Loire 1. Description de l appel à candidature Avec 44 % du bilan énergétique, le secteur

Plus en détail

Avant propos. Les résultats de cette politique se sont traduits par :

Avant propos. Les résultats de cette politique se sont traduits par : Avant propos Depuis le milieu des années 198, la Tunisie s est engagée sur la voie de l amélioration de l efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. Des mesures ambitieuses

Plus en détail

Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec

Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec À propos du Plan Nord Le Plan Nord va se déployer sur 25 ans. Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec Territoire concerné: 1,2 millions de km 2 soit 72% du Québec. Le territoire visé se situe au

Plus en détail

1. Le tarif envisagé est en accord avec les préconisations formulées par la CRE dans son avis du 3 décembre 2009

1. Le tarif envisagé est en accord avec les préconisations formulées par la CRE dans son avis du 3 décembre 2009 Délibération Avis de la Commission de régulation de l énergie du 31 août 2010 sur le projet d arrêté fixant les conditions d achat de l électricité produite par les installations utilisant l énergie radiative

Plus en détail

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Objectif Assurer un des achats utiles, efficaces et respectueux de l environnement pour des produits, des services, des marchandises ou des

Plus en détail

mobilisation de la biomasse

mobilisation de la biomasse 6 La mobilisation de la biomasse Stockage, logistique et structuration des acteurs Diagnostic de territoire Insertion dans les exploitations Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte

Plus en détail

GUIDE DES ACHATS PUBLICS À BASE DE BOIS

GUIDE DES ACHATS PUBLICS À BASE DE BOIS GUIDE DES ACHATS PUBLICS À BASE DE BOIS Comment sélectionner les candidatures à un appel d offre intégrant une exigence de gestion durable des forêts? Seule une entreprise certifiée selon un système international

Plus en détail

Hot Rot Composting Systems Valorisation sur site des déchets organiques

Hot Rot Composting Systems Valorisation sur site des déchets organiques Hot Rot Composting Systems Valorisation sur site des déchets organiques Le compostage de proximité.2 Principe de fonctionnement..2 Le savoir-faire.....3 Informations techniques......4 HOTROT 1206... 7

Plus en détail

FILIÈRE CONCERNÉE : Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales.

FILIÈRE CONCERNÉE : Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales. DÉCISION DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANCEAGRIMER MEP/SMEF/ Délégation nationale de VOLX. BP 8 25 Rue Maréchal Foch 04130 VOLX Dossier suivi par : Denis Cartier-Millon Tel. : 04.92.79. 34.55 E-mail : denis.cartier-millon@franceagrimer.fr

Plus en détail

Journée technique méthanisation agricole. 29 septembre 2011 Siaugues Sainte Marie

Journée technique méthanisation agricole. 29 septembre 2011 Siaugues Sainte Marie Journée technique méthanisation agricole 29 septembre 2011 Siaugues Sainte Marie TITRE CHAPITRE Sous titre Sous titre Principe Contexte Substrats Types d installations Possibilités de valorisation de l

Plus en détail

Janvier 2015. Version 2.1. Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC

Janvier 2015. Version 2.1. Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l énergie OFEN Division Efficacité énergétique et énergies renouvelables Janvier 2015

Plus en détail

L observatoire. des entreprises. Le tissu entrepreneurial des Energies renouvelables Créations, disparitions et typologie des entreprises

L observatoire. des entreprises. Le tissu entrepreneurial des Energies renouvelables Créations, disparitions et typologie des entreprises L observatoire des entreprises Le tissu entrepreneurial des Energies renouvelables Créations, disparitions et typologie des entreprises Novembre 2015 Ellisphere propose à tous les acteurs économiques,

Plus en détail

PRE-DIAGNOSTIC ENERGETIQUE et ETUDE de FAISABILITE d une CHAUFFERIE BOIS

PRE-DIAGNOSTIC ENERGETIQUE et ETUDE de FAISABILITE d une CHAUFFERIE BOIS PRE-DIAGNOSTIC ENERGETIQUE et ETUDE de FAISABILITE d une CHAUFFERIE BOIS DENOMINATION DE L'OPERATION : REVITALISATION DU CENTRE-BOURG DE GOUEZEC Installation d une chaufferie bois et d un réseau de chaleur

Plus en détail

Témoignage d un développeur de projets d énergies renouvelables. Tristan Cotté Fondateur. Ecole des Mines le 23 septembre 2014

Témoignage d un développeur de projets d énergies renouvelables. Tristan Cotté Fondateur. Ecole des Mines le 23 septembre 2014 Témoignage d un développeur de projets d énergies renouvelables Tristan Cotté Fondateur Ecole des Mines le 23 septembre 2014 1 Actionnaires et références HELIOPROD METHANISATION 51% par les actionnaires

Plus en détail

TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS

TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS DOSSIER DE PRESSE TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS 2 avril 2012 Ce lundi 2 avril, à l Hôtel du Département à Privas, Pascal

Plus en détail

METHANISATION Éléments de réflexion

METHANISATION Éléments de réflexion METHANISATION Éléments de réflexion Anne-Sophie BOILEAU LA METHANISATION Le principe Les substrats Les techniques La typologie des projets Méthanisation éléments de réflexion 2 La méthanisation : le principe

Plus en détail

Rapport annuel sur le prix et la qualité du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de la Région Saint Jeannaise

Rapport annuel sur le prix et la qualité du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de la Région Saint Jeannaise Rapport annuel sur le prix et la qualité du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de la Région Saint Jeannaise Exercice 2012 Table des Matières Introduction...3 I.

Plus en détail

Animateur/Coordinateur de réseaux

Animateur/Coordinateur de réseaux CAHIER DES CHARGES Animateur/Coordinateur de réseaux Dossier suivi par : Annabelle Antal Adresses de retour de la proposition avant le vendredi 8 mars 2013 à 16 heures - Envoi par courrier : Centre INRA

Plus en détail

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux INDICATEURS EAU Indicateurs d'activité Volume total d'eau prélevée Volume total des rejets Consommation d'eau totale DBO 5 (Demande Biochimique en Oxygène)

Plus en détail

RENOV COPRO. des ménages :

RENOV COPRO. des ménages : RENOV COPRO L énergie, un enjeu majeur pour notre territoire Un tiers des habitants dépensent aujourd hui plus de 10 % de leurs revenus pour leurs factures d énergie. Les prix de l énergie ont augmenté

Plus en détail

Les aides financières pour les copropriétés. 1. Chronologie générale... 2 2. Les aides aux diagnostics... 2

Les aides financières pour les copropriétés. 1. Chronologie générale... 2 2. Les aides aux diagnostics... 2 Les aides financières pour les copropriétés Maîtrise de l énergie et énergies renouvelables Mai 2016 Sommaire 1. Chronologie générale... 2 2. Les aides aux diagnostics... 2 2.1 Diagnostic énergétique...

Plus en détail

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Mars 2012 Dans le cadre de la mise en place de leur Plan Climat Energie Territorial (PCET), la Ville de Besançon

Plus en détail

Appel à projets 2014 Photovoltaïque en autoconsommation

Appel à projets 2014 Photovoltaïque en autoconsommation Appel à projets 2014 Photovoltaïque en autoconsommation Cahier des charges des études de faisabilité préalables Version 4 Aout 2014 1 1 - Rappel de l appel à projets... 3 1.1 - Objet... 3 1.2 - Bénéficiaires...

Plus en détail

guide pratique photovoltaïque Branchements producteur - consommateur Août 2009 HABITAT ET RÉSEAU ÉLECTRIQUE

guide pratique photovoltaïque Branchements producteur - consommateur Août 2009 HABITAT ET RÉSEAU ÉLECTRIQUE guide pratique photovoltaïque Août 2009 Branchements producteur - consommateur Branchements producteur - consommateur Sommaire Contexte du guide pratique... p. 3 Principe de raccordement... p. 4 Injection

Plus en détail

I. FORMATION DES ARCHITECTES LIBERAUX : LES DISPOSITIFS DE SOUTIEN EXISTANTS

I. FORMATION DES ARCHITECTES LIBERAUX : LES DISPOSITIFS DE SOUTIEN EXISTANTS Le comité stratégique du Plan Bâtiment du Grenelle a réuni les organisations représentant les entreprises du bâtiment, les architectes, les bureaux d études et les grandes écoles du bâtiment, afin de renforcer

Plus en détail

OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Centre National de Formation aux Métiers de l Eau Développer les compétences pour mieux gérer l eau

OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Centre National de Formation aux Métiers de l Eau Développer les compétences pour mieux gérer l eau OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Développer les compétences pour mieux gérer l eau Novembre 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE LES JOURNEES DE L OIEau EN 2011 «Les Journées de l OIEau» visent à apporter un éclairage

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Aubergine et Poivron de plein champ. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Aubergine et Poivron de plein champ. Septembre 2008 Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Aubergine et Poivron de plein champ Filière Maraichage Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon

Plus en détail

Journée technique Le jeudi 23 avril 2015 à SAINT-FLOUR (15) Photos Bois Energie 15 et Méthanisation

Journée technique Le jeudi 23 avril 2015 à SAINT-FLOUR (15) Photos Bois Energie 15 et Méthanisation Journée technique Le jeudi 23 avril 2015 à SAINT-FLOUR (15) Photos Bois Energie 15 et Méthanisation Bois énergie : la vente de chaleur en régie pour une collectivité Montage d un projet de réseau de chaleur,

Plus en détail

1. Description du type d opération

1. Description du type d opération HERBE_08 - Entretien des prairies remarquables par fauche à pied Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques 1. Description du type d opération L objectif de

Plus en détail

BÂTIMENTS AGRICOLES. Des conseils et des outils pour moderniser mon exploitation. Equipe modernisation

BÂTIMENTS AGRICOLES. Des conseils et des outils pour moderniser mon exploitation. Equipe modernisation BÂTIMENTS AGRICOLES Des conseils et des outils pour moderniser mon exploitation Equipe modernisation P. 2/12 P. 2/12 Construire un bâtiment Construire un bâtiment d élevage est un acte fort dans la vie

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITE POUR LA SOLARISATION D UNE PISCINE DE PLEIN AIR

ETUDE DE FAISABILITE POUR LA SOLARISATION D UNE PISCINE DE PLEIN AIR Schéma guide pour établir un cahier des charges d étude ETUDE DE FAISABILITE POUR LA SOLARISATION D UNE PISCINE DE PLEIN AIR DENOMINATION DE L'OPERATION Précisez Objet - Lieu Maître d ouvrage : Personne

Plus en détail

Vue d ensemble des programmes de recyclage des minéraux et des métaux et de leurs effets sur le changement climatique. Rapport final Mars 2004

Vue d ensemble des programmes de recyclage des minéraux et des métaux et de leurs effets sur le changement climatique. Rapport final Mars 2004 Vue d ensemble des programmes de recyclage des minéraux et des métaux et de leurs effets sur le changement climatique Rapport final Projet entrepris par le Recycling Council of Alberta en partenariat avec

Plus en détail

ontribution méthodologique à l évaluation économique d itinéraires techniques sur

ontribution méthodologique à l évaluation économique d itinéraires techniques sur C Ludovic Temple C i r a d Département des productions fruitières et horticoles TA 50/PS4, bld. De la Lironde, 34398 Montpellier Cedex 5 ontribution méthodologique à l évaluation économique d itinéraires

Plus en détail

Consultation pour le plan stratégique de réduction de la dépendance au pétrole Centre-du-Québec

Consultation pour le plan stratégique de réduction de la dépendance au pétrole Centre-du-Québec Consultation pour le plan stratégique de réduction de la dépendance au pétrole Centre-du-Québec Plan de la rencontre 1. Portrait sectoriel de la dépendance au pétrole 2. Atelier 1: Diagnostic sectoriel

Plus en détail

L énergie et le climat en Côtes d Armor

L énergie et le climat en Côtes d Armor L énergie et le climat en Côtes d Armor - Panorama - DE LA COP 21 À LA COOP(ÉRATION) 22 : ENSEMBLE POUR L'ÉNERGIE ET LE CLIMAT EN CÔTES D'ARMOR Rencontre du réseau T3D 06/11/2015 - Yffiniac Panorama de

Plus en détail

Visites bois - énergie

Visites bois - énergie Conférences et visites Visites bois - énergie Creil et Chantilly (60) Date 15/04/2013 Auteur MD Version 0 Résumé Visites sur site des chaufferies de Creil et Chantilly, le mercredi 10 avril 2013, organisées

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre - 5sur5 Décembre 2012 108, avenue Danton 94120 Fontenay sous bois Tél. : 09 54 31 51 54 Sommaire I PRÉSENTATION... 1 I.1 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE...

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 20/06/2014

DOSSIER DE PRESSE 20/06/2014 DOSSIER DE PRESSE 20/06/2014 Contact : Alain Coudray, Président du CDPMEM 22 acoudray@bretagne-peches.org Grégory Le Drougmaguet, chargé de mission «pêche et éolien en mer», CDPMEM22 gledrougmaguet@bretagne-peches.org

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 6. Leçon n 6 : l imputation rationnelle

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 6. Leçon n 6 : l imputation rationnelle Leçon n 6 : l imputation rationnelle PLAN DE LA LEÇON : 1! L imputation rationnelle des charges fixes : principes et fondements... 1! 1.1! Fondements théoriques et techniques de l imputation rationnelle...

Plus en détail

LE GUIDE PRATIQUES DES BONNES. pour la rentabilité énergétique de votre site. Notre exigence à votre service

LE GUIDE PRATIQUES DES BONNES. pour la rentabilité énergétique de votre site. Notre exigence à votre service LE GUIDE DES BONNES PRATIQUES pour la rentabilité énergétique de votre site Notre exigence à votre service À l heure où les énergies et ressources deviennent de plus en plus rares et onéreuses, bien les

Plus en détail

Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG

Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG Avec l aimable autorisation de la revue Environnement & Technique : www.pro-environnement.com

Plus en détail

Conditions particulières

Conditions particulières Conditions particulières relatives au comptage et au rachat par les Services industriels de Lausanne (SiL) de l énergie électrique refoulée par des installations de production raccordées au réseau de distribution

Plus en détail

Chiffres clés en Provence-Alpes-Côte d Azur. PACA, une région où il fait bon vivre. Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015

Chiffres clés en Provence-Alpes-Côte d Azur. PACA, une région où il fait bon vivre. Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015 Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015 Malakoff Médéric analyse les déterminants de la santé et du bien-être des salariés en Provence-Alpes-Côte d Azur et évalue leur impact sur la performance

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS International Pharmaceutical Federation Fédération Internationale Pharmaceutique Boîte postale 84200, NL-2508 AE La Haye, Pays-Bas DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES

Plus en détail

La signature d un bois de chauffage de qualité

La signature d un bois de chauffage de qualité La signature d un bois de chauffage de qualité Un gage de qualité pour le consommateur La charte Alsace Bois Bûche a été réalisée afin: de promouvoir un bois en bûche de qualité en termes de rendement

Plus en détail

Projet de méthanisation territoriale

Projet de méthanisation territoriale Projet de méthanisation territoriale sur le périmètre du Parc naturel régional des Grands Causses Le Albi L étude est co-financée par l Union Européenne. L Europe s engage en Midi-Pyrénées avec le Fonds

Plus en détail

Programme d action et plan de financement 2015 des SAGE portés par l Etablissement

Programme d action et plan de financement 2015 des SAGE portés par l Etablissement Programme d action et plan de financement 2015 des SAGE portés par l Etablissement A la demande des commissions locales de l eau (CLE) concernées, l Etablissement devrait assurer en 2015 le rôle de structure

Plus en détail

Appel à projets «Aide au montage d opérations groupées d unités de méthanisation»

Appel à projets «Aide au montage d opérations groupées d unités de méthanisation» Février 2015 Plan Biogaz Bretagne Pays de la Loire Appel à projets «Aide au montage d opérations groupées d unités de méthanisation» CAHIER DES CHARGES " Résumé La filière méthanisation a commencé à se

Plus en détail

ROF 2007_001. Ordonnance. modifiant le règlement sur l énergie. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg. Arrête: du 12 décembre 2006

ROF 2007_001. Ordonnance. modifiant le règlement sur l énergie. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg. Arrête: du 12 décembre 2006 Ordonnance du 12 décembre 2006 Entrée en vigueur : 01.01.2007 modifiant le règlement sur l énergie Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 9 juin 2000 sur l énergie; Arrête: Art. 1 Le règlement

Plus en détail

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012»

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» Conférence Consultative Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 20 octobre 2010 Marie-Christine ROGER Chef du bureau de la qualité et de la réglementation technique de la construction MEEDDM

Plus en détail

Vendredi 8 avril 2011

Vendredi 8 avril 2011 www.laregion.fr Vendredi 8 avril 2011 La Région et la Banque Européenne d Investissement (BEI) mettent en place le Fonds photovoltaïque régional en partenariat avec trois banques régionales Muriel PIN

Plus en détail

Graphique 1 Montant du cofinancement de l État (2000-2009) 15,7 14,8 14,8

Graphique 1 Montant du cofinancement de l État (2000-2009) 15,7 14,8 14,8 FORMAbref Janvier 2012 Observatoire de la formation Cofinancement public Analyse de la contribution de l État à la formation continue en entreprise Cette publication porte sur le cofinancement public en

Plus en détail

MARCHISSY PROJET CHAUFFAGE A DISTANCE AU BOIS

MARCHISSY PROJET CHAUFFAGE A DISTANCE AU BOIS Kurt-R. Scheidegger SA Bureau d ing. conseils 1010 LAUSANNE en collaboration avec: F. Liard + Associés SA Ing. civils dipl. HES 1163 Etoy L.-E. Rossier Ing. EPF Bureau d études - géomètre officiel 1170

Plus en détail

Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007)

Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007) Page 1 de 6 Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007) Réponse de l Union des consommateurs (UC) à la demande de renseignements

Plus en détail

par l entrée produit MMRICHER A BRANGER IEA S ROUSTEL ISBA ENILBIO POLIGNY STAGE «approche du GA par le produit» 30 mars au 02 04 2010

par l entrée produit MMRICHER A BRANGER IEA S ROUSTEL ISBA ENILBIO POLIGNY STAGE «approche du GA par le produit» 30 mars au 02 04 2010 L enseignement du génie alimentaire par l entrée produit OBJECTIF du stage Produire une méthodologie d approche du GA par le produit Pour cela : Présenter les objectifs du Génie Alimentaire en lien avec

Plus en détail

Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement rural Fonds européen pour la pêche

Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement rural Fonds européen pour la pêche Comité de suivi des programmes européens de la période 2007-2013 Dossier de Presse FSE FEDER FEADER FEP Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement

Plus en détail