Rapport mutualiste. Les valeurs de l entreprise Mutuelle des Motards

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport mutualiste. Les valeurs de l entreprise Mutuelle des Motards"

Transcription

1 Rapport mutualiste Les valeurs de l entreprise Mutuelle des Motards

2 Sommaire Les valeurs de la Mutuelle p. 3 Le mot du conseil p. 4 S investir dans la promotion de l économie sociale p. 5 Les outils de gouvernance p. 6 Les délégués bénévoles p. 8 L assemblée générale 2010 p. 11 Formation des administrateurs p. 14 Les contributions, les partenariats et le mécénat P. 16 Le développement durable p. 17 Remerciements p. 20 2

3 Les valeurs de la Mutuelle La Mutuelle des Motards est née d un mouvement revendicatif qui a vu naître la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC). Créée par des motards pour des motards, notre entreprise par son métier incarne la liberté de faire. Liberté de faire sur un registre de : fonctionnement mutualiste ; développement de partenariats bénéficiant à ses sociétaires ; actions d information et de formation pour la sécurité des motards et le partage de la route ; indépendance vis-à-vis de tout pouvoir ; conception de produits d assurance intégrant une dimension fondamentale liée à sa politique de prévention sécurité : la protection du motard ; mutualité des garanties, qui permettent à tous d y avoir accès. La culture de la Mutuelle est empreinte des valeurs de l économie sociale qui se traduisent par : une gestion démocratique du patrimoine collectif des sociétaires, via leurs élus du conseil d administration ; la mise en oeuvre de la démocratie au sein d instances impliquant les sociétaires dans les orientations de l entreprise : assemblées régionales, assemblées générales ; la valorisation par la formation d un capital humain délégués bénévoles ou salariés garant du projet social et de sa dimension éthique. Son métier d assureur Le métier de la Mutuelle des Motards est de défendre la pratique du 2-roues à moteur en proposant à tous les motards ou scootéristes sans discrimination des produits d assurance et des services préservant leur patrimoine physique et matériel. Ses produits d assurance intègrent, dès leur conception, comme les règles de souscription, une dimension inscrite dans son engagement d origine. Tout ce qui touche au développement de la pratique du 2-roues en toute sécurité se conçoit avec les composantes de la FFMC. Parmi elles : la FFMC Loisirs pour la sensibilisation des jeunes à la prévention ; l Association pour la Formation des Motards (AFDM) pour la formation et le perfectionnement à la conduite ; les Éditions de la FFMC, dont Moto Magazine dans lequel se trouve encarté Passion Mutuelle, journal d informations des sociétaires ; la Commission Stop Vol qui a permis la création de la norme AFNOR pour les antivols du marché, la formation auprès des jeunes pour la formation ERJRM, label reconnu par le Ministère jeunesse et sport. Les formations à la conduite 2RM La Mutuelle s appuie sur l Association pour la formation des motards (AFDM), issue comme elle du Mouvement FFMC, pour proposer formations et stages de conduite d un 2-roues. Son objectif : permettre aux motards novices comme aux plus aguerris d acquérir de bons réflexes grâce à l enseignement d experts en formation moto. 3

4 Le mot du Conseil C est la troisième édition du rapport mutualiste que nous vous présentons, notre volonté de partager avec vous la connaissance de l entreprise reste forte et nous espérons que vous prendrez autant de plaisir à consulter ces pages que nous en avons eu à les rédiger. Nous avons essayé de vous montrer que le Conseil d administration est à la hauteur de la confiance que vous lui accordez, qu il travaille de la manière la plus efficace possible, réunissant des administrateurs engagés dans leur fonction qui apportent à la mutuelle une diversité de compétences, d expériences pour mieux servir notre projet commun. Un rapport mutualiste, pourquoi? L objet de ce rapport mutualiste est d évoquer avec les sociétaires les actions inscrites dans les valeurs de la Mutuelle, et qui témoignent de son attachement à la gouvernance citoyenne et mutualiste des entreprises de l économie sociale. Les valeurs de l entreprise transparaissent dans son organisation, se traduisent dans ses relations avec les sociétaires, dans des actions qui se vivent au quotidien. Le rapport mutualiste a pour objet d assurer leur communication et leur transmission. 4

5 S investir dans la promotion de l économie sociale L économie sociale sera renforcée par les connexions entre les entreprises qui la composent! (source fascicule CRES LR) Pour la Mutuelle des Motards s investir avec la Chambre Régionale de l Economie Sociale Languedoc Roussillon c est promouvoir avec elle : «l école, un lieu de formation et d échanges au service des acteurs de l économie sociale L Ecole de l Entrepreneuriat en Économie Sociale (EEES) est une Société Coopérative d Intérêt Collectif (SCIC), co-construite par différents acteurs de l ensemble des trois familles de l économie sociale (ES) : associations, coopératives et mutuelles. Dans un contexte économique et social où la visibilité et la solidité du secteur sont déterminantes pour le devenir de l économie sociale, l Ecole se veut un outil au service des acteurs de l ES. Renforcer la double compétence managériale économique et sociale des dirigeants, accompagner le développement des associations, coopératives et mutuelles, favoriser l émergence de nouvelles structures de l économie sociale, telles sont les finalités de l École. L Ecole est un organisme de formation professionnelle continue. Elle est soutenue par la Région Languedoc-Roussillon et par l Europe, dans une volonté de développement et de renforcement du secteur de l économie sociale. produits, l animation sociale en milieu rural, le prix du livre, les prêts bancaires à taux variable» Entreprises, Employeurs et Groupements de l Economie Sociale et Solidaire* «La plupart des personnes sont en relation dans leur vie quotidienne avec des entreprises de l économie sociale. Plus de deux Français sur trois sont protégés par une mutuelle (santé, prévoyance, assurance auto ou habitation ). Trois Français sur quatre sont en relation avec une association ayant une activité économique (sanitaire et sociale, sportive, culturelle, éducative, environnementale ). Un Français sur deux réalise des échanges avec une coopérative (banque, agroalimentaire, commerce de détail, logement social ). Les entreprises de l économie sociale se distinguent par une organisation qui place la personne au cœur de l activité économique. Elles se caractérisent Coventis, pour les entreprises de l économie sociale! (source fascicule CRES LR) En favorisant la rencontre et les flux d affaires entre les acteurs et les filières de l Economie Sociale, Coventis contribue au rayonnement et au dynamisme de ce secteur. Coventis, c est l autre façon de développer des affaires : Une convention d affaires pour mobiliser les acteurs de l Economie Sociale et Solidaire. Un facilitateur d affaires pour développer des flux d échanges. Un portail d affaires pour promouvoir et mettre en réseau les entreprises de l Economie Sociale et Solidaire. Sait-on que de grandes innovations qui font aujourd hui partie de la vie quotidienne sont issues de l économie sociale? Quelques exemples à l initiative : des mutuelles de santé-prévoyance : la promotion des médicaments génériques, le Parcours Santé Mutualiste... des mutuelles d assurances : le constat amiable, les garages agréés, le tiers-payant en assurance automobile, le recours précoce à l informatisation des relations assureurs / experts / réparateurs en automobile,... des associations : l aide à domicile, l alternative à l hospitalisation, la prise en charge des personnes handicapées, le titre emploi service, les villages de vacances... des coopératives : le contrôle qualité des 5

6 notamment par un projet d entreprise à finalité sociale, une gouvernance démocratique et un partage collectif des richesses. Les entreprises de l économie sociale réalisent environ 8 % de l activité économique nationale et emploient près de 2,3 millions de salariés qui viennent compléter l activité des bénévoles. En tant que mouvement des entreprises de l économie sociale, le CEGES (Conseil des entreprises, employeurs et groupements de l économie sociale) rassemble ces entreprises et leurs organisations pour faire entendre leur voix sur les grands sujets de société et dans le dialogue social, en tant que syndicat employeurs.» La Mutuelle des Motards ne peut que s y investir, sa vocation s y retrouve : La redistribution du résultat de l entreprise L entreprise est au service d un projet social et sociétal dans lequel sont réinvesties les richesses (économique, culturelle, sociale ) qu elle produit. La finalité de l entreprise n est pas la lucrativité ou le profit individuel. La rémunération des dirigeants Gestion désintéressée : engagement personnel à titre gratuit (bénévolat) ou plafonnement des indemnités des administrateurs. Pour les dirigeants salariés : transparence sur l ensemble des rémunérations allouées aux dirigeants (cumul salaires, indemnités et autres, incluant les filiales de l entreprise) et absence de rémunération proportionnelle aux bénéfices de l activité. La contribution de l entreprise à la cohésion sociale Gestion économique dans une perspective à long terme et d innovation sociale. Non discrimination et promotion de la mixité sociale dans l entreprise. Promotion de la qualité de l emploi et du dialogue social. Le mode d entrepreneuriat Entrepreneuriat non capitaliste, associatif, mutualiste ou coopératif. Projet d entreprise à finalité sociale et sociétale. Inscription dans une démarche de développement durable. La propriété de l entreprise Entreprise de droit privé valorisant la propriété collective et impartageable del entreprise, sous la forme de sociétés assurant la primauté de la personne sur le capital. L ancrage territorial Economie de proximité : ancrage des emplois dans les bassins locaux. Inscription de l activité dans une logique de développement territorial durable. Lieux de décision dans l entreprise au plus près des acteurs locaux. Participation aux instances de concertation avec les pouvoirs locaux. La gouvernance de l entreprise de l économie sociale Chaque sociétaire ou adhérent peut participer aux décisions (élections, AG ) selon le principe d égalité démocratique 1 personne = 1 voix. Gouvernance démocratique participative : les administrateurs sont élus parmi et par tous les adhérents ou sociétaires. Promotion de l égalité entre les hommes et les femmes et de la diversité dans le renouvellement des instances.» *(source CEGES) Les outils de gouvernance 6 Les assemblées régionales constituent l originalité de la Mutuelle, et un rendez-vous citoyen avec ses sociétaires. Salariés, délégués et administrateurs animent ensemble ces rencontres annuelles avec les sociétaires. Les salariés ont en charge d illustrer par leurs compétences techniques le discours politique de l administrateur et du délégué, lesquels sont suffisamment informés des procédures pour apporter leur éclairage sur les orientations stratégiques mises en oeuvre dans l entreprise. Ces contributions réciproques, qui reposent sur la confiance qu ont les uns et les autres dans leur capacité à promouvoir ensemble un modèle, un projet et les valeurs qui lui sont liées, sont propices à instaurer des débats de fond et des échanges avec les sociétaires réunis en assemblée régionale. Ces échanges restent pour le conseil d administration un impératif. Car la solidarité s y exprime autour d une réflexion collective sur : les mesures tarifaires, les produits et services, les attentes à satisfaire, le développement de la Mutuelle, ses orientations, sa gouvernance. C est en assemblée régionale que les sociétaires élisent (ou se portent euxmêmes candidats) leurs représentants à l assemblée générale qui suivra, et leurs représentants aux commissions sinistres. Déterminée à préserver le caractère particulier de ces rencontres qui la maintiennent en prise directe avec son sociétariat, la Mutuelle en a multiplié le nombre jusqu à organiser 66 assemblées régionales sur l ensemble du territoire en Elle y a convoqué nominativement près de sociétaires. Environ 1800 d entre eux sont venus débattre de l actualité moto comme de l actualité de la Mutuelle. Soumis à l élection des sociétaires, 288 postes de représentants étaient à pourvoir, 268 sont pourvus pour se prononcer en assemblée générale prochaine sur les comptes de l année 2010 et les résolutions proposées par le Conseil d administration pour permettre le fonctionnement de l entreprise en Le Conseil d administration Ce que l on peut attendre d un Conseil d administration (source IFA, Institut Français des Administrateurs). Les moteurs de la dynamique du Conseil : Engagement- Indépendance et Compétence- Diversité- Discipline collective, des mots qui expriment une communauté de pensée et à travers eux on retrouve toute la philosophie de la gouvernance.

7 La boite à outils du Conseil d administration Nous avons constitué des commissions qui nous permettent d échanger avec des salariés et de confronter nos contraintes et nos ambitions politiques à la rigueur Technique et à la réglementation. 1/ Les Commissions permanentes Ces commissions traduisent notre implication d administrateurs et la professionnalisation de nos méthodes de travail dans un contexte de forte évolution tant de la réglementation que des pratiques de notre secteur d activité, de la nécessité de confrontation entre l orientation politique et la mise en œuvre technique de celle-ci. Elles sont intégrées dans le processus de décision comme lieu d étude et d analyse des propositions de réflexion ou d aide à la décision qui seront soumises en Conseil. Engagement, des administrateurs engagés sont des gens qui travaillent et sont formés aux enjeux du métier. L engagement des membres du Conseil se manifeste par leur connaissance des dossiers, par le temps consacré aux comités et aux séances plénières. Indépendance et compétence, ce sont des critères déterminants de la force du Conseil. La légitimité vient avec le temps, il faut bien connaître le métier pour devenir compétent, les administrateurs doivent avoir de l expérience. Diversité, diversité des compétences, ne pas avoir que des financiers autour de la table mais des membres issus du Marketing, de la RH, de la production, du juridique des hommes et des femmes sans notion de quota car ce n est pas le sexe qui fait la compétence. Discipline collective, ce mot renvoie à la notion d équipe, au temps passé ensemble. Et de signaler que l initiative de ce jeu collectif ne peut provenir que du Conseil d administration et ne peut être piloté par des consultants extérieurs. Un Conseil d administration c est une équipe de rugby, ça ne peut pas fonctionner en individuel, pour créer du collectif, il faut travailler ensemble et pas en one to one.» (source IFA, Institut Français des Administrateurs) Notre Conseil travaille beaucoup et joue un rôle effectif sur la stratégie, l évaluation des dirigeants, la surveillance des risques. Un Conseil fort est un énorme atout pour la Mutuelle mais peut être aussi perçu comme une entrave pour le management. Nos prochaines étapes de réflexion devront répondre à trois questions dans ce contexte nouveau où nous avons proposé trois postes supplémentaires d administrateur et de ce fait créé une autre nécessité, celle de développer la pédagogie utile à leur intégration : Comment optimiser la coopération entre les acteurs? Comment créer une impulsion positive pour la Mutuelle? Comment développer la collégialité au sein de notre équipe? Cette réflexion sera accompagnée d une évaluation du Conseil d administration qui devra débuter en 2012, un outil nécessaire pour d approfondir l analyse du fonctionnement du Conseil. La commission permanente délégations bénévoles Les sujets abordés sont ceux touchant aux missions du délégué bénévole en coordination avec les méthodes, les procédures de l organisation de la structure. C est une force d inspiration et de proposition pour les évolutions futures du rôle du délégué bénévole de la Mutuelle. La commission permanente technique Les sujets abordés sont ceux touchant aux 2-roues à moteur, leur technologie et leur pratique. C est une force d inspiration et de proposition pour les évolutions futures de services/tarifs/règles de la Mutuelle. La commission permanente communication Les sujets abordés seront ceux touchant aux méthodes de communication, aux thèmes et aux bilans des campagnes antérieures. 2/ Les comités Le Comité d audit Le Comité a en charge de produire des avis et/ou des recommandations au Conseil d administration, concernant : le contrôle des comptes ( la mission consiste à s assurer de la fiabilité des états financiers, de l efficacité du système de contrôles internes liés aux informations financières et de la supervision du contrôle légal des comptes), l efficacité du contrôle interne (le Comité entend les opérationnels, les auditeurs internes et externes sur les risques majeurs de l entreprise, le degré d exposition aux risques et les plans permettant de minimiser ces risques) et la supervision du contrôle légal des comptes (en dehors de l audition régulière des Commissaires aux comptes (CAC), le Comité pilote la procédure de sélection des CAC pour présentation au Conseil d administration). Le Comité financier Le Comité financier aide notre Conseil à exercer un contrôle sur l administration financière de la mutuelle. 7

8 Délégués bénévoles 8 Ces sociétaires qui ont choisi de militer pour la Mutuelle Ils sont au nombre de 103, issus des quatre coins de France et même d Outremer. De tous milieux et de tous âges, ou presque : leur doyen a l âge de la retraite, quant au plus jeune d entre eux, il vient d entrer dans la vie active. Sociétaires, passionnés de moto, chacun d eux a un jour décidé de s investir dans sa mutuelle, à titre bénévole. «Ça peut paraître étonnant que quelqu un donne de son temps à un truc apparemment aussi rébarbatif que l assurance», sourit Christophe Coudon, administrateur réseaux actuellement en poste à Cayenne, qu il sillonne en 850 TDM, et où il a créé la toute première délégation bénévole de Guyane. «Consolider l ancrage motard de la Mutuelle, faire remonter les infos pour que l amélioration du service profite à la communauté des sociétaires... Pour moi, c est passionnant. Et pour le sociétaire, c est tout bénéfice : il est au contact d un autre sociétaire qui, par son engagement, a une vision beaucoup plus précise de la Mutuelle, qui peut le guider en matière d assurance, de formation, de prévention etc. En plus, je représente le conseil d administration, qui m a mandaté. Je suis en prise directe sur les infos.» Un rôle d interface qui se cristallise notamment au cours des Rencontres Nouveaux Sociétaires. Organisées et animées par les délégués bénévoles et les salariés des bureaux régionaux de la Mutuelle, celles-ci sont destinées aux sociétaires ayant souscrit leur contrat dans l année afin de mieux leur faire connaître leur Mutuelle, mais aussi la place qu ils y tiennent en leur double qualité d assuré, à titre individuel, et d assureur, à titre collectif. Postier à la retraite, Jean-Michel Claptien n a pas hésité à relancer les nouveaux sociétaires lillois sur Facebook en vue de la première rencontre nordiste. Celle-ci a réuni plus de cinquante participants. Pour organiser cette première, «J ai puisé les infos un peu partout auprès de mes collègues délégués, notamment à Limoges», explique le jeune retraité, qui roule en Yamaha 900 XJS Diversion. «C était l occasion de réunir et de présenter une partie de l équipe de Lille aux sociétaires, mais aussi des partenaires : experts, motocistes, moto-école, membres fondateurs. Nous avons projeté un film de présentation de la Mutuelle auquel j ai ajouté un diaporama dans lequel j ai compilé les images de plusueurs actions sur le terrain, d événements comme le Bol d Or. C est le moyen le plus convivial de faire connaître la mutuelle, nos valeurs, nos actions, notre projet, mais aussi la FFMC et ses différentes structures. Les sociétaires sont souvent très surpris, nous disent qu ils ne voyaient pas du tout la Mutuelle comme ça.»

9 Pour Patrick Cazaux, formateur en PAO et délégué bénévole à Valence, ces rencontres sont «un moment à part. On fait autre chose que d évoquer avec les sociétaires leur dossier sinistre ou leur cotisation. Souvent, les sociétaires n ont pas idée de ce qu est la Mutuelle. Ça les incite à réfléchir, car ça remet en cause le schéma habituel de la simple consommation, du rapport dominant-dominé. Beaucoup de gens ont envie que les choses bougent, que les entreprises bougent, sur la base de valeurs humaines. L envie d être solidaire, de prendre nos destins en main, c est ça le mutualisme.» Et si nombre de sociétaires ou de motards ont une vision très «praticopratique» des délégués bénévoles, «il faut faire avec» pour Gauthier Chapat, professeur de danse et délégué bénévole à Clermont-Ferrand. «Notre rôle est méconnu, et souvent il n est pas compris d emblée. Lorsque je participe à une action sur le terrain, par exemple une journée portes ouvertes chez un concessionnaire, les gens ne font pas tellement la différence entre un salarié et un bénévole. Ils posent une question, veulent avoir une réponse, tout simplement.» Pour Gauthier, qui roule en BMW K 75 S, «même si ce n est pas facile, ça n est pas un problème sur le fond : à un moment donné, la Mutuelle mettait beaucoup en avant le rôle du délégué, de la même façon que l on voulait présenter toute l histoire de la Mutuelle dès la souscription du premier contrat. Mais l essentiel est de répondre à un besoin, et aux questions des sociétaires lorsqu ils se les posent. Certains iront au-delà et diront, devant notre démarche : " C est génial. " Ce qui compte, c est que «l institution» délégués bénévoles soit un plus pour la Mutuelle, que le soc puisse accéder à l info et à l écoute au moment ou il en a besoin. Le délégué bénévole a un déficit d image, et les bénévoles eux-mêmes ne cherchent pas spécialement à travailler leur image, ils essayent avant tout d être efficaces dans leurs actions. Notre priorité n est pas d être connus en tant que tels, mais d aider les gens. Je suis très admiratif de la communauté des délégués de la Mutuelle, beaucoup se remettent en cause, essayent d améliorer leur action, d aider les gens, de s emparer des outils qu on leur donne. C est un collectif de gens qui sont de purs idéalistes de la chose publique et de la moto, qui partagent une sorte d idéal social.» Sylvie Cordier-Pihet fait partie de celles qui, après avoir longtemps goûté aux joies d être passagère, ont décidé de prendre le guidon. Plus qu une passion exclusive, la moto est pour elle une renaissance. Voilà plus de dix ans qu elle roule, en hypersportives de préférence, sur des bolides qui suscitent la curiosité «Une nana sur ces engins, ça épate toujours!», mais rend surtout crédible l expérience qui alimente ses conseils et ses échanges avec les motards qu elle accueille à la motothèque du circuit Carole. Déléguée bénévole à la Mutuelle, militante à la FFMC, Sylvie s investit aussi au sein de la FFMC Loisirs, assure la sécurité pour l opération «Tasses pour un Bol», et participe es qualités à un projet d action humanitaire en Afrique de l Ouest. «Parler de moto avec des motards, c est chouette. Mais se préoccuper de leur vie et de leurs problèmes, c est encore mieux. C est ce que fait la Mutuelle. Pour moi, elle a un rôle social, avec plein de choses à l intérieur qu on ne voit pas ailleurs, comme les commissions sinistres, les commissions à 3 et d autres... Mais elle est pudique. C est par le biais des délégués bénévoles que les arguments peuvent sortir des poches. Il est rare que je n en aie pas quand on me dit que la Mutuelle est trop chère, ou qu il est difficile d y rentrer. Certains viennent, preuve à l appui, avec des tarifs. Ils ne savent pas ce qu il y a derrière, ils veulent le moins cher pour rouler, c est toute leur préoccupation. Mon argumentation, c est la mutualisation des risques, la prévention, la sécurité. Mon expérience aussi. Le bénévolat, c est de l enrichissement personnel par les autres, pour les autres. Mais en aucun cas un loisir. C est un investissement fort qui a un coût en termes de déplacements, de réunions, de formations. Les délégués bénévoles de la Mutuelle n ont pas de cahier des charges à proprement parler. Mais personnellement, même si je ne suis pas parfaite tout le temps, je me sens responsable d une image à tenir. Je représente le conseil d administration sur le terrain, je suis son relais au cœur des motards.» Interface encore, les délégués bénévoles le sont dans le cadre de deux instances sans équivalence dans le monde l assurance : les commissions à trois et les commissions sinistres. «En commissions sinistres, où les sociétaires et les techniciens de la Mutuelle siègent à parité, le délégué bénévole 103 mandataires mutualistes Qui sont-ils? Les délégués bénévoles sont des sociétaires qui se portent candidats pour se mettre au service du projet de la Mutuelle. Leurs candidatures sont évaluées par un comité de recrutement avant d être soumises à l approbation de notre conseil d administration. Leurs missions. Le rôle des délégués bénévoles est défini par notre conseil d administration et leurs missions sont placées sous notre responsabilité du fait du mandat que nous leur déléguons pour représenter la Mutuelle auprès des sociétaires en particulier et du monde motard en général. Issus pour la plupart du mouvement motard FFMC, ils sont à la fois des garants de l ancrage motard de la Mutuelle, des ambassadeurs de ses valeurs et les porte-parole de notre conseil d administration. Les délégués bénévoles relaient les décisions politiques qui concernent le fonctionnement et le développement de la Mutuelle à court, moyen et long termes ; ils participent à faire évoluer ce fonctionnement en relayant non seulement auprès des administrateurs mais aussi à la structure technique les informations qu ils recueillent auprès des sociétaires ; ils agissent aux côtés des salariés et des militants de la FFMC dans le cadre strict des valeurs qui orientent nos décisions de conseil d administration. Sur le terrain. Assemblées régionales, assemblées générales, Assises de la FFMC, conseils de régions, réunions locales entre antennes FFMC, délégations et bureau de la Mutuelle... Sur le terrain, qu il s agisse de réunions locales ou des grands rendezvous annuels de la Mutuelle et de son mouvement, les délégués bénévoles sont des relais contribuant à renforcer les liens et les synergies entre la Mutuelle, ses sociétaires, ses salariés et son mouvement. Au sein de la Mutuelle. Outre leur présence aux rencontres organisées avec les administrateurs et leur participation aux commissions permanentes, qui leur permettent d échanger directement avec nous, membres du conseil d administration, et les salariés, les délégués bénévoles contribuent en séance du conseil aux réflexions suscitées par les sujets mis à l ordre du jour en apportant leur vision et leur sensibilité propres. Le séminaire des délégués. Tous les ans, les délégués bénévoles sont réunis en séminaire ; cet espace d échanges avec nous, les administrateurs, étant organisé afin de recueillir les informations utiles à l exercice de leur mandat, de confronter leurs points de vue, de contribuer au moment voulu aux évolutions des produits et services pour les sociétaires et de convenir avec le conseil d administration des moyens à mettre en œuvre pour remplir leurs missions. Un séminaire qui permet de définir en commun les actions prioritaires à mener par les délégués pour être en phase avec les objectifs stratégiques. 9

10 amène du liant entre une position technique et une réalité humaine», estime Gauthier Chapat. «Parce que nous sommes sociétaires, comme ceux qui ont été élus pour siéger, mais aussi parce que nous comprenons l analyse technique, nous pouvons aider chacun à bien comprendre son rôle, et faire rebondir le débat. L enjeu, c est de comprendre une réalité humaine, pour ne pas s en tenir à un dossier d assurance purement technique. Cela peut avoir des prolongement inédits à l initiative du délégué, comme ce fut le cas récemment avec un sociétaire confronté au vol à répétition de ses motos devant son lieu de travail. Le délégué est entré en contact avec le patron de l entreprise, qui du coup a aménagé un emplacement 2-roues dans le parking de l entreprise.» En commissions à trois, il ne s agit plus cette fois d examiner la situation de sociétaires confrontés à une sinistralité particulièrement élevée, mais de recevoir des motards refoulés par les autres assureurs en raison d un «mauvais risque». «La com a trois a été créée à l origine pour donner une réponse à l exclusion dont étaient victimes les motards», analyse Patrick Cazaux. «C est, comme en commission Sinistres, mettre en phase nos valeurs et nos pratiques. On ne se contente pas d appliquer une grille en disant au motard "tu rentres ou pas dans le clous". Ces commissions sont la traduction de la volonté de la Mutuelle de garder sa dimension humaine, et de ne pas devenir une grosse machine administrative ne fonctionnant que par des barèmes, sans chercher à comprendre la personne qu il y a derrière un dossier. À mes yeux, il faut impliquer les sociétaires, car au final, ce sont eux qui assument le risque. Ça ne veut pas dire qu on répond toujours positivement. Il faut comprendre pourquoi le motard est dans telle ou telle situation, et chercher des solutions pour qu il en sorte. Idéalement, il faudrait mettre en place un accompagnement spécifique sur cette population, pour moi la com à trois ne doit pas s arrêter au contrat : c est l occasion de construire une relation spécifique, de prolonger la démarche.» La boite à outils du Conseil d administration suite 1/ Comité de recrutement Constitué d administrateur et de délégués bénévoles, il valide les canditatures au mandat de délégué. 1/ Comité des délégués Composé de délégués volontaires pour exprimer leurs sensibilités lors des séances du Conseil d administration à propos des décisions ou orientations qui sont prises. 10

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham accompagne les acteurs de la santé, du social et du médico-social depuis plus de 85 ans. Par son

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ]

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ] Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs [ pour un tourisme innovant et durable ] Sommaire Un véritable enjeu Construire un tourisme innovant et durable Engager une démarche participative

Plus en détail

«L ENSEIGNANT : L économie

«L ENSEIGNANT : L économie Peter Macs-fotolia.com L économie sociale et solidaire vient d être dotée d un ministère. Elle passe, certes, sur le devant de la scène mais reste pourtant bien mystérieuse. Que recouvre-t-elle réellement?

Plus en détail

Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre

Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre Synthèse de l étude-action Entreprendre dans l ESS : une opportunité pour les jeunes Derrière le terme d Economie

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Charte des Partenariats - p1 -

Charte des Partenariats - p1 - Charte des partenariats de Nature & Société Depuis sa création dans le milieu des années soixante-dix Nature & Société n a cessé de favoriser, en Ile-de-France, l'information du citoyen et l'éducation

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

UNIVERSITÉ D AUTOMNE DU CENTRE DES JEUNES DIRIGEANTS ET DES ACTEURS DE L ECONOMIE SOCIALE (CJDES) --- «ECONOMIE SOCIALE AU COEUR DES TERRITOIRES»

UNIVERSITÉ D AUTOMNE DU CENTRE DES JEUNES DIRIGEANTS ET DES ACTEURS DE L ECONOMIE SOCIALE (CJDES) --- «ECONOMIE SOCIALE AU COEUR DES TERRITOIRES» UNIVERSITÉ D AUTOMNE DU CENTRE DES JEUNES DIRIGEANTS ET DES ACTEURS DE L ECONOMIE SOCIALE (CJDES) --- «ECONOMIE SOCIALE AU COEUR DES TERRITOIRES» Madame, Monsieur, Palais des Congrès du Futuroscope Jeudi

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire Parler d économie sociale et solidaire n est plus aujourd hui ni une incongruité, ni une affirmation écoutée avec commisération

Plus en détail

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES PROJET D AVIS N 11. 03 Présenté par la Commission «Qualité de la Ville» du CONSEIL LILLOIS de la JEUNESSE à l Assemblée

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

Le projet associatif décline et précise la raison

Le projet associatif décline et précise la raison association pour adultes et jeunes handicapés du Val-de-Marne Projet associatif Le projet associatif décline et précise la raison d être et les statuts de l association. Il constitue le document de référence

Plus en détail

Administrateurs de Caisse Locale

Administrateurs de Caisse Locale Administrateurs de Caisse Locale 2015 OUVEAUX ADMIISTRATEURS DE CAISSE LOCALE : LES ESSETIELS Découvrir, se préparer, s investir 2727 2736 Comprendre le rôle de l administrateur et le fonctionnement de

Plus en détail

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Service de Presse Paris, le 25 octobre 2012 ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, Je suis très heureuse que les organisateurs

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

Mutualité Française Picardie

Mutualité Française Picardie Mutualité Française Picardie 3, boulevard Léon Blum 02100 Saint-Quentin Tél : 03 23 62 33 11 Fax : 03 23 67 14 36 contact@mutualite-picardie.fr Retrouvez l ensemble des différents services et activités

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010 Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire Annemasse 20 janvier 2010 1 Sommaire L économie sociale et solidaire : une autre culture d entreprendre Les entreprises

Plus en détail

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par :

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : Code d Éthique 2 L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : une prise de responsabilités, dans le cadre de principes de gouvernement d entreprise approuvés par les pays de l OCDE ; une

Plus en détail

Quelques éléments d Histoire : de 1945 à nos jours

Quelques éléments d Histoire : de 1945 à nos jours PROJET ASSOCIATIF Quelques éléments d Histoire : de 1945 à nos jours Dans la France des années 1945 1950, le secteur social et sanitaire est marqué par l importance des "œuvres" dont la source est la charité,

Plus en détail

Une Gestion Prévisionnelle de l'emploi et des Compétences au sein d un réseau associatif environnementa l

Une Gestion Prévisionnelle de l'emploi et des Compétences au sein d un réseau associatif environnementa l Décembre 2011 Une Gestion Prévisionnelle de l'emploi et des Compétences au sein d un réseau associatif environnementa l L expérience du réseau des CPIE 1. Élaboration et mise en place d un programme avec

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Inter Réseau de l Economie Sociale Angevine le 06 03 2008. Rapport d Activité

Inter Réseau de l Economie Sociale Angevine le 06 03 2008. Rapport d Activité IRESA Inter Réseau de l Economie Sociale Angevine le 06 03 2008 Mardi 8 avril 2008 Rapport d Activité Depuis son Assemblée Générale du 23 janvier 2007, l IRESA a beaucoup travaillé, s est enrichie de nouveaux

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

«L ESS, une réponse à la crise?» Rencontre territoriale de l ESS. Lunel, 12 novembre 2009 Eléments de synthèse

«L ESS, une réponse à la crise?» Rencontre territoriale de l ESS. Lunel, 12 novembre 2009 Eléments de synthèse «L ESS, une réponse à la crise?» Rencontre territoriale de l ESS. Lunel, 12 novembre 2009 Eléments de synthèse Ce titre, «l économie sociale et solidaire, une réponse à la crise?» aurait pu être trompeur.

Plus en détail

I LES PRINCIPES FONDATEURS

I LES PRINCIPES FONDATEURS CONSEIL CITOYENS Allonnes Charte Préambule Le conseil citoyen dans le cadre de la mise en action de la démocratie participative doit tendre à un réel pouvoir d'intervention directe des citoyens de notre

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations Une formation en communication spécialisée sur les publics Le master Communication et générations propose une spécialisation originale

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

FORMATIONS TH CONSEIL 2015-2016. TH CONSEIL Qualité de vie au travail. www.thconseil.fr

FORMATIONS TH CONSEIL 2015-2016. TH CONSEIL Qualité de vie au travail. www.thconseil.fr S 2015-2016 NOS FORMATIONS Acheteur Être acteur de son évolution professionnelle avec un handicap DOETH Maintenir en emploi Manager Partenaires sociaux Recruteur Référent handicap Responsable de mission

Plus en détail

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné "S'il n'y avait pas l'enfant à élever, à protéger, à instruire et à transformer en homme pour demain, l'homme d'aujourd'hui deviendrait un non-sens et

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique

Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique Extraits Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique Ma première année à la tête de la Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) m a permis de mesurer

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 La MACIF est inscrite au Registre des Représentants d Intérêt de la Commission européenne sous le numéro

Plus en détail

Pour un développement. local. durable. Développement

Pour un développement. local. durable. Développement Développement local Pour un développement local durable durable Le développement local vise à améliorer la vie quotidienne des habitants d un territoire en renforçant toutes les formes d attractivité de

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE?

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE? Groupama Banque - Direction de la communication externe - Groupama participe à la protection de l'environnement en utilisant un site imprim vert et des papiers issus des forêts gérées durablement et en

Plus en détail

PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE

PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE Votre première affectation Votre position de stagiaire n est reconnue qu à compter de la nomination en délégation sur un emploi et ce pour deux ans à partir du 1 er septembre

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Dossier de presse. Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! A Courbevoie, le 17 juillet 2014

Dossier de presse. Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! A Courbevoie, le 17 juillet 2014 Dossier de presse A Courbevoie, le 17 juillet 2014 Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! La JOC, c'est la Jeunesse Ouvrière Chrétienne : une association

Plus en détail

ASSOCIATION DU PAYS DE LANGRES EXPERIMENTATION FORMATION-ACTION PROSPECTION TERRITORIALE «QUELLES INNOVATIONS DEMAIN DOCUMENT PROJET

ASSOCIATION DU PAYS DE LANGRES EXPERIMENTATION FORMATION-ACTION PROSPECTION TERRITORIALE «QUELLES INNOVATIONS DEMAIN DOCUMENT PROJET DOCUMENT PROJET Maître d ouvrage : ASSOCIATION DU PAYS DE LANGRES Objet : EXPERIMENTATION FORMATION-ACTION PROSPECTION TERRITORIALE «QUELLES INNOVATIONS DEMAIN POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL DU

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION

Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION Édition 2015 Dès sa création, le Sgen-CFDT a fait le choix de se structurer en syndicat général, c'est à dire regroupant l'ensemble des catégories professionnelles

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L ACTION COLLECTIVE

CAHIER DES CHARGES DE L ACTION COLLECTIVE CAHIER DES CHARGES DE L ACTION COLLECTIVE «Accompagner la CROissance des TPE-PME à travers une stratégie de Développement Durable» (ACRODD MER) La «Responsabilité Sociétale des Entreprises» n est pas une

Plus en détail

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE Entre : Le Département de Loire-Atlantique, domicilié à l hôtel du département, 3 quai Ceineray- 44041 Nantes cedex 01, représenté

Plus en détail

CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT

CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT Version actualisée au 18 janvier 2010 Depuis plusieurs années, France Nature Environnement construit des partenariats avec de nombreux acteurs socio-économiques

Plus en détail

Assises FFMC2013 Assises FFMC2013 Assises FFMC2013 Assises FFMC2013 Assises FFMC2013 Assises FFMC2013 Pour ceux qui ne le savent pas, FFMC signifie: «Fédération Française des Motards en Colère» Quand,

Plus en détail

La Matmut, un assureur innovant et compétitif

La Matmut, un assureur innovant et compétitif La Matmut, un assureur innovant et compétitif La conception de notre métier d'assureur est d'accompagner au mieux nos assurés à chaque étape de leur vie. Cela nous conduit à rechercher en permanence des

Plus en détail

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 ADESS Cornouaille Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 1 L ADESS Cornouaille est un des quinze pôles de développement de l Economie Sociale et Solidaire (ESS) en Bretagne. C

Plus en détail

Les projets de piscine 2012-2016

Les projets de piscine 2012-2016 Les projets de piscine 2012-2016 1. Le cadre institutionnel Article L. 112-1 à L. 112-5 du code de l éducation Article L. 122-1-1 du code l éducation Article D 122-1, D 122-2, D 122-3 et article annexe

Plus en détail

Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre

Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre Décembre 2011 N 4 Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre Un vieillissement important des actifs de l ESS Objectif de ce panorama A travers la présentation des chiffres

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le présent règlement a pour objet de définir les règles et modalités de fonctionnement du Conseil d administration et de ses comités, ainsi

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION APPLICABLE AUX CONVENTIONS PLURIANNUELLES D OBJECTIFS AVEC LES LIGUES REGIONALES SPORTIVES 2009-2012

REGLEMENT D INTERVENTION APPLICABLE AUX CONVENTIONS PLURIANNUELLES D OBJECTIFS AVEC LES LIGUES REGIONALES SPORTIVES 2009-2012 REGLEMENT D INTERVENTION APPLICABLE AUX CONVENTIONS PLURIANNUELLES D OBJECTIFS AVEC LES LIGUES REGIONALES SPORTIVES 2009-2012 PREAMBULE Pour renforcer son soutien à la vie sportive régionale, la Région

Plus en détail

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Présentation Rassemblant les syndicats et associations

Plus en détail

CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles évaluations?

CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles évaluations? APPEL A COMMUNICATIONS 7 ème édition Rencontres territoriales de la santé publique CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE Contact FENARA 20, boulevard de Grenelle 75015 Tél. : 01 45 77 94 04 info@fenara.org www.fenara.org 1 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

Généralisation de la Complémentaire Santé Pourquoi choisir Harmonie Mutuelle?

Généralisation de la Complémentaire Santé Pourquoi choisir Harmonie Mutuelle? Généralisation de la Complémentaire Santé Pourquoi choisir Harmonie Mutuelle? www.harmonie-mutuelle.fr Avant tout parce que nous sommes une mutuelle «Les mutuelles sont des personnes morales de droit privé

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Certificat encadrant opérationnel d équipe

Certificat encadrant opérationnel d équipe Certificat encadrant opérationnel d équipe Ce programme de formation prépare à l obtention du CP FFP (Certificat Professionnel de la Fédération de la Formation Professionnelle) : Encadrant Opérationnel

Plus en détail

Caravane des partenariats

Caravane des partenariats Lorsque humanisme et efficacité se rencontrent! Caravane des partenariats Contexte, enjeux et typologie des partenariats associations - entreprises Lille, 04 juin 2012 Le RAMEAU Association loi 1901, déclarée

Plus en détail

Contribution au rapport sur la réforme de la formation professionnelle

Contribution au rapport sur la réforme de la formation professionnelle REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Mercredi 15 octobre 2008. COMMUNICATION Contribution au rapport sur la réforme de la formation professionnelle On ne reviendra pas ici sur l importance

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail