CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE"

Transcription

1 CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE ANGIOPLASTIE CORONAIRE TRANSLUMINALE PERCUTANEE Depuis la première angioplastie coronaire, réalisée par Gruntzig le , cette technique connaît un essor spectaculaire. Avec procédures par an 1996, I'angioplastie coronaire est devenue de loin la technique de revascularisation myocardique la plus pratiquée en France. 1 - PRINCIPE Il consiste à gonfler un ballonnet au niveau d'une sténose de manière à restituer au vaisseau un calibre normal. Le mécanisme d'action (Fig 1) associe un écrasement du matériel athéromateux, un refoulement de la plaque athéromateuse vers la périphérie de l'artère et un étirement de la paroi artérielle ("stretching ). Ces trois mécanismes jouent un rôle variable selon la structure et la composition de la plaque constituant la sténose (thrombus récent ou ancien, bouillie athéromateuse, matériel dense fait de fibrose ± de calcifications). A B C Figure - 1 Principaux effets de la dilatation par l'angioplastie. A - Ballonnet dégonflé à travers la sténose. C - Après le dégonflement du ballonnet, il se produit un repli élastique de la paroi du vaisseau, laissant persister une sténose résiduelle de 30% avec rupture de la plaque B - Inflation du ballonnet provoquant une fissuration de la plaque d'athérome, un étirement de la media, de l'adventice et une augmentation du diamètre externe du vaisseau (expansion). 1

2 2 - DEROULEMENT DE L'ANGIOPLASTIE CORONAIRE 2.1 PREPARATION DU PATIENT - Explication de la technique, remise d'une brochure d'information, obtention du consentement. - Préparation identique à celle d'une coronarographie (rasage des plis inguinaux, à jeun, sauf les médicaments habituels, prémédication...) Dans de nombreuses équipes, 50 à 70% des angioplasties coronaires sont réalisées dans le même temps que la coronarographie. Le patient doit être averti de cette éventualité, en raison des risques encourus et notamment d'une possible intervention chirurgicale en urgence (pontage). - Les patients chez qui une angioplastie coronaire est programmée doivent recevoir auparavant de l'aspirine à doses antiagrégantes, sauf contre-indication (allergie avérée). En cas d'angioplastie programmée avec implantation d'une endoprothèse coronaire ("stent"), de nombreuses équipes instituent un traitement par la ticlopidine (Ticlid) 48 heures avant le geste. - L'étude soigneuse de la coronarographie permet de choisir matériel: type de cathéter, taille et type de ballonnet, incidences radiologiques DEROULEMENT DE L'ANGIOPLASTIE - Abord artériel percutané, en règle générale par voie fémorale, plus rarement par voie radiale, sous anesthésie locale avec mise en place d'un introducteur artériel (Desilets). La taille des introducteurs la plus souvent utilisée actuellement correspond à un diamètre de 6 French (6 x 0.33 mm = 1.98 mm). - Administration d'un bolus d'héparine (0.8 à 1.5 mg/kg en intraveineux) - Mise en place d'un cathéter porteur (cathéter guide, ou "guiding catheter") dans l'ostium de la coronalre. - Incidences de repérage pour localiser la sténose, calibrer la lumière de l'artère. - Passage d'un fin guide métallique (0.014 inch), à travers la sténose et positionnement dans la portion distale de l'artère. - Sur ce guide, qui sert de rail, on fait glisser le ballonnet dégonflé de façon à placer son centre au niveau de la lésion à dilater. 2

3 - Inflation du ballonnet avec un mélange d'eau et de produit radio-opaque. On augmente la pression d'inflation jusqu'à ce que l'empreinte de la sténose sur le ballonnet cède (en général entre 3 et 7 Bars). La durée, la pression et le nombre d'inflations nécessaires varient selon la lésion et les habitudes des opérateurs. - Déflation du ballonnet et contrôle du résultat du résultat, guide toujours en place. - Pendant les inflations, on constate une douleur angineuse et des modifications de l'ecg de surface dans le territoire vascularisé par l'artère dilatée. - Actuellement, dans 50 à 70% des cas, I'angioplastie au ballonnet est complète par la mise en place d'une endoprothèse ("stent), petit tube en grillage métallique qui prévient la rétraction élastique après la dilatation (Fig 2). Figure 2 - Stent de Strecker. De haut en bas : - stent monté sur le cathéter et non déployé - déploiement progressif du stent par inflation du ballonnet - déploiement complet du stent - stent en place après retrait du ballonnet de dilatation. Un stent peut être mis en place dans différentes situations: - en "bail out" (de l'anglais: "se tirer d'affaire"), c'est à dire "en sauvetage" pour maintenir ouverte une artère qui menace de s'occlure après la dilatation - lorsque le résultat obtenu ne parait pas satisfaisant - en première intention, en cas de bon résultat, dans le simple but de diminuer le risque de resténose. 3

4 - Contrôle angiographique final après retrait du matériel de dilatation. 2.3 SUITES DE L'ANGIOPLASTIE: - En cas d'angioplastie par voie radiale, le Desilets est retiré immédiatement et le patient peut se lever rapidement. - En cas d'angioplastie par voie fémorale, le Desilets est retiré 6 à 12 heures plus tard, lorsque l'action de l'héparine a disparu. Le lever est autorisé12 à 24 heures plus tard. - Des systèmes permettant d'obstruer le point de ponction de l'artère fémorale commencent à être utilisés et permettraient un lever très précoce du patient. - En cas d'implantation d'une endoprothèse, un traitement par Ticlid (1cp par jour; 2 cps si poids > 80 Kg) associé à l'aspirine (100 mg/j) est institué pendant un mois et ultérieurement, le patient reçoit une dose habituelle d'aspirine (250 à 350 mg/j). 3 - RESULTATS DE L'ANGIOPLASTIE CORONAIRE A COURT TERME 3.1 SUCCES PRIMAIRE: Le "succès primaire" d'une angioplastie est défini par la diminution d'au moins 20% de la sténose, avec une sténose résiduelle de moins de 50%, sans complication majeure (décès, infarctus ou pontage en urgence). Dans les équipes entraînées, le taux de succès primaire, tous patients confondus, doit être supérieur à 95%. 3.2 ECHECS DE LA DILATATION SANS COMPLICATIONS - La cause la plus fréquente est le non franchissement d'une occlusion chronique par le guide. Le taux de succès primaire dans les occlusions datant d'au moins un mois est d'environ 50 à 70%. - Une fois la sténose franchie par le guide, l'impossibilité de franchir la sténose avec le ballonnet est devenu exceptionnelle, grâce à l'amélioration des performances des ballonnets. - Impossibilité de dilater la sténose: dans certains cas la sténose ne peut être diatée, même avec de fortes pressions (20 Bars). Dans ces cas rares, il faut recourir à l'athérectomie rotative (Rotablator), qui fragmente le matériel dense et rend ensuite possible l'angioplastie par ballonnet. 4

5 3.3 COMPLICATIONS: avec les progrès de ces 5 dernières années, les complications sont devenues beaucoup plus rares. a - Complications majeures, avec risque vital : - Décès: devenu exceptionnel, il s'observe essentiellement en cas d'angioplastie de sauvetage dans le choc cardiogénique à la phase aiguë de l'infarctus du myocarde. - Pontage en urgence: il y a 10 ans d'environ le taux de pontage était 2 à 3 %. Il est à l'heure actuelle beaucoup plus bas, de l'ordre de 0,5% dans la majorité des équipes. Dans les cas d'angioplastie à risque, un "stand by" chirurgical est exigé, pour effectuer un pontage en urgence en cas de complication. Compte tenu de la rareté de cette éventualité, on considère qu'il n'est plus nécessaire de disposer d'un centre de chirurgie cardiaque sur place mais une convention doit être signée avec un centre proche, capable d'opérer le patient dans un délai < 1 heure. - Infarctus du myocarde: il résulte de l'occlusion de l'artère dilatée, plus exceptionnellement d'un embole dans une autre artère. Sa fréquence est actuellement inférieure à 1%. - Autres complications potentiellement graves mais exceptionnelles: rupture pariétale de l'artère nécessitant une chirurgie en urgence; dissection rétrograde du tronc commun; accident vasculaire cérébral; non déflation d'un ballonnet ayant servi à larguer un stent... b - Complications de gravité moyenne : - Dissection artérielle coronaire: Un clivage de la paroi artérielle au niveau du site dilaté est quasi constant et fait partie du mécanisme même de l'angioplastie. Une dissection visible en angiographie est fréquente et n'est pas un facteur de complication ou de mauvaise cicatrisation à moyen terme, à condition qu'elle ne soit pas compliquée (stagnation du produit de contraste, retard de flux, occlusion de l'artère...). La dissection compliquée est une indication à l'insertion d'une endoprothèse "en bail out" devant la menace d'occlusion. La plupart des dissections compliquées, même extensives, sont bien corrigées par la mise en place d'une ou plusieurs endoprothèses. 5

6 - Rupture du ballonnet: Elle survient dans 2 à 3% des cas et est en général sans conséquence. Parfois, elle entraîne une fusée du produit de contraste dans la paroi artérielle, qui peut être responsable d'une dissection coronaire compliquée. - Occlusion d'une branche collatérale naissant dans la zone dilatée. - Complications vasculaires locales (hématomes, faux anévrismes) : elles sont beaucoup moins fréquentes depuis l'utilisation des cathéters de petit diamètre. Le taux de complications vasculaires nécessitant une réparation chirurgicale est actuellement voisin de 1%. La voie radiale permet de diminuer ce taux mais elle est relativement peu utilisée car techniquement un peuplus difficile. c - Complications liées au stent : impossibilité de mettre le stent en place; larguage du stent, déployé ou non, dans une artère périphérique. d - Complications tardives : réocclusion sur stent. Malgré les progrès réalisés depuis 5 ans (ouverture des stents sous haute pression, utilisation systématique du Ticlid), le taux d'occlusion sur stent est d'environ 1 à 2%. Avant l'utilisation du Ticlid, l'occlusion survenait entre le 4 et 7 jour, chez environ 10% des patients. Dans l'ensemble, la fréquence des complications de tous ordres a diminué de façon spectaculaire au cours des dernières années grâce à l'amélioration du matériel et à la plus grande expérience des opérateurs, et ce bien que les lésions traitées soient beaucoup plus complexes. 4- RESULTATS DE L'ANGIOPLASTIE CORONAIRE A LONG TERME L'angioplastie coronaire réalise un traumatisme pariétal qui est suivi d'une phase de cicatrisation, par aggrégation plaquettaire d'abord puis par reconstitution d'une couche de cellules intimales. Dans 30% des angioplasties "conventionnelles", c'est- à-dire sans mise en place d'endoprothèse, la sténose se reproduit au niveau du site dilaté (resténose). Cette récidive peut être liée à 6

7 deux mécanismes différents: anomalie du remodelage de l'artère (rétraction élastique trop marquée, absence de dilatation compensatrice de l'artère) et prolifération excessive de cellules intimales. Ce phénomène survient exclusivement dans les 6 premiers mois. Passé ce délai, les zones dilatées sont d'une grande stabilité et le risque d'évolution vers la resténose devient pratiquement nul. L'insertion d'une endoprothèse réduit le risque de resténose de 10 à 15% si bien que le taux de resténose s'abaisse de 30 à 15% environ. Le mécanisme de la resténose "intra-stent" est une prolifération intimale excessive, pour laquelle divers essais thérapeutiques sont actuellement à l'étude (radiothérapie ou chimiothérapie locale). Actuellement, le traitement de la resténose consiste dans l'immense majorité des cas à faire une nouvelle angioplastie, qui ne pose pas de problème pratique et est en général suivie de succès. 5 - INDICATIONS DE L'ANGIOPLASTIE CORONAIRE Elles se sont étendues ces dernières années à la majorité des formes cliniques de la maladie coronaire, grâce aux progrès technologiques, en particulier l'utilisation des stents. Il y a tous les intermédiaires entre les cas simples (sténose courte d'un seul vaisseau) et les cas complexes (lésions calcifiées, artères de petit calibre, atteintes pluritronculaires, pontages saphènes dégénérés...). Il faut aussi tenir compte d'une éventuelle pathologie associée. Ainsi, les diabétiques atteints d'une maladie pluri-tronculaire et les patients souffrant d'une insuffisance rénale sévère (dialyse) ne bénéficient pas de l'angioplastie à long terme, en raison de la très grande fréquence des resténoses. L'infarctus myocardique aigu est une indication de plus en plus fréquente car l'angioplastie rétablit la perméabilité du vaisseau avec un taux de succès supérieur à celui de la thrombolyse et assure une meilleure qualité de perfusion. La principale limitation à la généralisation de cette application est la nécessité de disposer d'une infrastructure lourde (plateau technique, personnel d'astreinte...) En 1997, on peut considérer que, sur 100 coronarographies anormales, une indication d'angioplastie est portée dans 40 à 50% des cas et une indication de pontage dans 5 à 10%. Le reste des patients ne requiert qu'un traitement médical. 7

8 VALVULOPLASTIE MITRALE PERCUTANEEE La première valvuloplastie mitrale a été faite le par Inoue. Cette alternative au traitement chirurgical, utilisait à la fois les acquis du cathétérisme trans-septal et l'expérience des dilatations mitrales par ballonnet lors des comissurotomies à coeur ouvert. Le principe de la valvuloplastie est simple et consiste à gonfler un ballonnet à travers l'orifice mitral, geste qui réalise une commissurotomie mitrale percutanée. Deux types de techniques ont été utilisées: - technique transartérielle, rétrograde avait pour but d'éviter le cathétérisme transseptal et de limiter l'importance du shunt gauche-droit, à travers l'orifice de ponction du septum inter-auriculaire, est actuellement abandonnée en raison de sa complexité et de son risque plus élevé. - technique transveineuse, antérograde nécessite un cathéterisme transseptal et permet une dilatation par un ou deux ballonnets introduits par une ou deux ponctions transseptales. TECHNIQUE DE LA VALVULOPLASTIE: 1/ PREPARATION DU MALADE Il est indispensable d'effectuer une échocardiographie transthoracique et transoesophagienne pour affirmer le caractère serré de la sténose, effectuer un bilan des lésions valvulaires et sous-valvulaires, rechercher une contreindication (Tableau I) Groupe échocardiographique Anatomie de la valve mitrale Valve mitrale antérieure souple et non calcifiée Classe 1 Altération modérée de l'appareil sous-valvulaire avec longueur des cordages > 10 mm Valve mitrale antérieure non calcifiée; Classe 2 Classe 3 Altération de l'appareil valvulaire, longueur des cordages < 10 mm Calcification de la valve mitrale antérieure visible en amplificateur de brillance 8

9 Tableau I. Classification échocardiographique (Cormier et al Arch Mal Coeur 1989;82:185). Explication de la technique et remise d'une brochure d'information au patient. Préparation identique à celle d'un cathétérisme (rasage des 2 creux inguinaux, à jeun depuis la veille, sauf traitement habituel et prémédication) Arrêt d'un traitement éventuel par les antivitamines K. Rétablissement éventuel du rythme sinusal, ce qui améliore grandement la fiabilité des mesures hémodynamiques. 2/ DEROULEMENT DE LA VALVULOPLASTIE. Avant la valvuloplastie: Après anesthésie locale, mise en place - dans l'artère fémorale gauche d'un desilets 4F et d'un cathéter type "pigtail" 4F qui est introduit dans la cavité VG - dans la veine fémorale gauche, d'un desilets 8F et d'une sonde de Swan-Ganz - au niveau de la veine fémorale droite, introduction de la gaine de Mullins 7F et de son dilatateur;après ponction septale avec l'aiguille de Brockenbrough, mise en place de la gaine dans l'oreillette gauche et retrait du dilatateur et de l'aiguille. Après franchissement du septum inter-auriculaire, administration d'un bolus de 1.0 mg/kg d'héparine Mesure des paramètres hémodynamiques pré-valvuloplastie: pressions, gradient trans-mitral moyen, débit cardiaque, surface mitrale fonctionnelle, différence artério-veineuse en oxygène. Réalisation d'une ventriculographie gauche et d'une aortographie sus-sigmoidienne. Valvuloplastie avec la technique d'inoue (Fig 3). - Introduction dans la gaine de Mullins d'un guide dont l'extrémité très souple s'enroule dans l'oreillette gauche. - Retrait de la gaine et mise en place sur le guide du dilatateur 14 F qui permet la dilatation du point de ponction fémorale et du septum. - Après retrait du dilatateur et insertion du tube dans la lumière centrale du cathéter à ballonnet et son verrouillage (ce qui permet l'étirement du ballonnet et sa réduction de calibre), progression du cathéter sur le guide, franchissement du septum. - Lorsque l'extrémité du ballonnet est proche du toit de l'oreillette gauche, retrait du tube de 2 à 3 cm. - Retrait simultané du tube et du guide et inflation partielle du ballonnet par un mélange à 50 % serum glucosé-produit de contraste. 9

10 - Après mise en place du guide en J, franchissement de la mitrale et inflation partielle pour confirmer sa bonne position par l'apparition des empreintes commissurales. - Inflation complète par injection manuelle suivie d'une déflation immédiate, d'une durée totale, moyenne de 5 à 6 secondes avec hypotension et extrasystolie ventriculaire per-inflation. A la fin de la procédure : Nouvelle évaluation hémodynamique avec mesure des pressions, du gradient trans-mitral, mesure du débit cardiaque, ventriculographie gauche pour évaluer l'importance de la régurgitation mitrale éventuelle. L'analyse des temps gauches après injection dans l'artère pulmonaire permettra d'évaluer l'importance du shunt gauche droit. Après avoir réarmé le cathéter (introduction du tube et du guide) dans l'oreillette gauche, retrait du matériel et réalisation d'une oxymétrie étagée. 3/ SURVEILLANCE IMMEDIATE POST-VALVULOPLASTIE. Identique à celle qui suit un cathétérisme cardiaque : - phase d'hypotension fréquente (hémopéricarde retardé) - surveillance des points de ponction; présence des pouls distaux - examen neurologique. COMPLICATIONS ET RESULTATS a/ Complications Cette technique n'est pas exempte de risque mais l'incidence des complications sévères dépend essentiellement de l'expérience des opérateurs (courbe d'apprentissage lors des 50 premières procédures). La mortalité immédiate est faible de 0 à 3 %, liée essentiellement à un hémopéricarde massif par perforation ventriculaire. La survenue d'une insuffisance mitrale, sévère varie dans la littérature de 2 à 13 %. Difficilement prévisible, elle est favorisée par des altérations importantes de l'appareil sous-valvulaire, une sténose mitrale très serrée et l'utilisation de ballonnets sur-dimensionnés. Elle est due le plus souvent à des déchirures para-commissurales et nécessite une réparation chirurgicale, habituellement retardée, par remplacement valvulaire plutôt que chirurgie réparatrice. Les complications emboliques, gazeuse ou cruorique sont rares (0.5 à 4 %) mais leur conséquences potentielles sont graves. La fréquence des shunts inter-auriculaires, varie avec la technique de détection, (50 à 90 % par écho-doppler couleur,10 à 30 % par l'oxymètrie). Dans la majorité des cas, le rapport QP/QS est inférieur à

11 b/ Résultat immédiat : Doublement de la surface mitrale; Le critère de bon résultat, admis par les équipes anglo-saxonnes est une surface fonctionnelle >1.5 cm 2. Certaines équipes françaises exigent la présence d'une régurgitation mitrale < grade 2 de Sellers. Avec ces critères, le taux de succès des différentes équipes varie de 80 à 90 %. c/ Résultat tardif: Les mauvais résultats tardifs sont le fait de la resténose ou de l'aggravation de mauvais résultats immédiats. Dans la série de 606 patients de l'hopital Tenon, 66 % des patients en classe I à II de LA NYHA, cinq ans après un bon résultat immédiat. INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS A/ CERTAINES CONTRE-INDICATIONS DEMEURENT FORMELLES: 1- calcifications commissurales bilatérales, 2- thrombus de l'oreillette gauche détecté par l'éto 3- régurgitation mitrale > grade 2 de Sellers, 4- valvulopathie aortique significative (surface fonctionnelle inférieure à 0.8 cm 2 et régurgitation de grade 3) 5- pour certains, une sténose coronaire significative. B/ L'INDICATION A UNE VALVULOPLASTIE MITRALE PERCUTANEE NE DEPEND PAS QUE DE LA SEULE ANATOMIE DE L'APPAREIL MITRAL. La sténose mitrale à valves souples du sujet jeune est l'indication de choix à la valvuloplastie percutanée. A l'opposé, les médiocres resultats obtenus après valvuloplastie des resténoses mitrales du sujet âgé, incitent à proposer d'emblée une chirurgie lorsque le risque est acceptable. Entre ces cas extrêmes, les indications de la valvuloplastie sont larges, incluant des patients dont l'anatomie valvulaire n'est pas idéale et ce d'autant qu'ils sont jeunes et que la cardiopathie est peu évoluée. Chez ces patients, les résultats immédiats et à moyen terme sont satisfaisants et permettent de différer l'échéance de la chirurgie qui consiste souvent en un remplacement valvulaire. 11

12 Figure 3 En (1) le ballon d'inoue placé dans la valve mitrale est partiellement gonflé (la partie distale repérée par la flèche se gonfle d'abord). En (2) l'inflation se poursuivant, la partie proximale du ballon (flèche) se gonfle à son tour, si bien que le ballon est bloqué dans la mitrale sténosée. Noter l'image "en ceinture" (flèche) du ballon témoignant de la sténose. En (3) le ballon est pratiquement totalement gonflé: la disparition progressive de l'image de strangulation témoigne du " lâchage " de la sténose le long de la ligne de fusion des commissures. (Voir figure 4) 12

13 Figure 4 Schéma de la mitrale en écho bi-d avant (A) et après (B) la valvuloplastie. Noter que l'ouverture de la valve s'est faite le long de la ligne de fusion des 2 commissures. La surface est passée de 0,7 à 2,4 cm 2 13

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE N Evolution de l angioplastie coronaire 1977 Andreas Gruntzig réalise la première angioplastie coronaire à Zurich, en Suisse 1988 Jacques Puel implante

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

Dilatation Coronaire

Dilatation Coronaire Guide du Patient La Dilatation Coronaire Unité d Angiographie et de Cardiologie Interventionnelle Docteurs X. de Boisgelin - G. Lévy - P. Gallay - M. Pons - D. Carabasse - F. Rivalland Clinique du Millénaire

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Travailler ensemble. Une brochure pour le patient.

Travailler ensemble. Une brochure pour le patient. Travailler ensemble. Une brochure pour le patient. Ce document a pour seul objectif d informer, il ne s agit pas Ce d un document outil de diagnostic. a pour seul Pour objectif toute d informer, question,

Plus en détail

HÔPITAL ERASME SERVICE DE CARDIOLOGIE

HÔPITAL ERASME SERVICE DE CARDIOLOGIE HÔPITAL ERASME SERVICE DE CARDIOLOGIE LA CORONAROGRAPHIE ET L ANGIOPLASTIE CORONAIRE TRANSLUMINALE PERCUTANÉE (05/2005) Les maladies des artères coronaires sont généralement provoquées par l'athérosclérose,

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Abords vasculaires pour hémodialyse EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Albert Mouton Clinique de l Archette AIX 12,13? 14 Juin,Juin 2014 Introduction

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal Neurologie.com 2009 ; 1 (8) : 1-5 Docteur qu est-ce que? Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal.... Jean Chazal Service de neurochirurgie A, CHU de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004

ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 I. Introduction : historique de l angioplastie II. Evolution

Plus en détail

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet

Plus en détail

La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes

La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes Nous avons vu que le sang est impliqué dans tous les échanges de l'organisme avec le milieu extérieur SL: Echanges

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE. Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne

DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE. Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne 1 DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne Enseignant responsable : P Feugier Enseignants : Ph Amabile, JN Albertini,

Plus en détail

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL IMPLANTS ENDOVASCULAIRES CORONARIENS DITS «STENTS»CORONAIRES ACTIFS A LIBÉRATION DE PRINCIPE ACTIF CARACTÉRISTIQUES Dénomination commune : Implants endovasculaires coronariens

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

Echographie transoesophagienne normale. DIU échocardiographie ouest 5 janvier 2012 Dr Frédéric Rouleau

Echographie transoesophagienne normale. DIU échocardiographie ouest 5 janvier 2012 Dr Frédéric Rouleau Echographie transoesophagienne normale DIU échocardiographie ouest 5 janvier 2012 Dr Frédéric Rouleau Indications Contre-indications Préparation du patient Procédure d introduction de la sonde Déroulement

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

La maladie. Artères coronaires. Maladie, diagnostic et traitements. La maladie : l athérome coronaire. Qu est-ce que l athérome coronaire?

La maladie. Artères coronaires. Maladie, diagnostic et traitements. La maladie : l athérome coronaire. Qu est-ce que l athérome coronaire? CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient La maladie des artères coronaires Maladie, diagnostic et traitements 1 La maladie : l athérome coronaire Artères coronaires Le cœur est un muscle

Plus en détail

Evaluation du dispositif de thrombectomie REVIVE SE dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux en phase aigüe. Etude observationnelle,

Evaluation du dispositif de thrombectomie REVIVE SE dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux en phase aigüe. Etude observationnelle, Evaluation du dispositif de thrombectomie REVIVE SE dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux en phase aigüe. Etude observationnelle, multicentrique et prospective Re-Act 1 Consultant: Codman

Plus en détail

Examens complémentaires. Coronarographie et angiographie cérébral numérisée

Examens complémentaires. Coronarographie et angiographie cérébral numérisée Examens complémentaires Coronarographie et angiographie cérébral numérisée Coronarographie Définition La coronarographie est un examen radiologique invasif permettant de visualiser, en détail, les artères

Plus en détail

Favretto Manon 4 ème pédiatrique LES CARDIOPATHIES CONGENITALES

Favretto Manon 4 ème pédiatrique LES CARDIOPATHIES CONGENITALES Favretto Manon 4 ème pédiatrique LES CARDIOPATHIES CONGENITALES Année scolaire 2007 2008 1 A. Rappel embryologique La formation du cœur commence 18 jours après la fécondation et se termine vers le 42éme

Plus en détail

Le remplacement valvulaire aortique par voie percutanée.

Le remplacement valvulaire aortique par voie percutanée. Le remplacement valvulaire aortique par voie percutanée. GARAPON C, IADE & DEPOIX JP, MAR. C.H.U - Bichat. Département d anesthésie-réanimation, 75018, Paris. France. Plan :1) Qu est ce que le rétrécissement

Plus en détail

CPRE: principe duodénoscope

CPRE: principe duodénoscope CPRE: indications Le cathétérisme endoscopique bilio-pancréatique peut être utile pour déterminer l origine de troubles hépatiques comme l'apparition d'un ictère (jaunisse), de douleurs abdominales, de

Plus en détail

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis REUNION/ France METROPOLITAINE INTRODUCTION Spécificité AOMI chez le diabétique

Plus en détail

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX Imagerie normale et pathologique - Variations Dr Viviane Ladam-Marcus Service de Radiologie - HRD Système Veineux du membre supérieur Céphalique Basilique Thrombose 2 veines

Plus en détail

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA Dr Eléonore Ronflé Dr Jacques Albizzati SERVICE MEDICAL DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D AZUR 1 C O N T E X T E Enjeu de santé publique

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

L Infarctus du Myocarde

L Infarctus du Myocarde ~ Échocardiographie - Doppler ~ 1 Échocardiographie - Doppler S. Lafitte, M. Lafitte, P. Réant, R. Roudaut C.H.U. de Bordeaux ~ Hôpital Cardiologique du Haut Lévêque Pessac ~ France L Infarctus du Myocarde

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur»

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Ce manuel reprend une synthèse des recommandations actualisées en Cardiologie et Chirurgie Cardiaque à la date d'édition du présent manuel (juin 2013) et

Plus en détail

Homme 71 ans. Souffle systolique; pas de dyspnée ; pas d'hépatalgies ni d'œdème des membres inférieurs.

Homme 71 ans. Souffle systolique; pas de dyspnée ; pas d'hépatalgies ni d'œdème des membres inférieurs. Homme 71 ans. Souffle systolique; pas de dyspnée ; pas d'hépatalgies ni d'œdème des membres inférieurs. quelles sont les principales anomalies observables sur le scanner cardiaque S. Leloup IHN GAV PA

Plus en détail

LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE

LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE Le 01-03-05 Soins Infirmiers aux personnes atteintes d affections cardio-vasculaires Mr L HERONDEL LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE I Exploration radiologique vasculaire par cathétérisme A Aortographie

Plus en détail

La revascularisation myocardique

La revascularisation myocardique La revascularisation myocardique La pathologie coronaire Artériosclérose : Terme désignant l épaississement de la paroi artérielle, causée par une accumulation locale de dépôts lipidiques, responsable

Plus en détail

STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT

STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT CORONAROGRAPHIE & ANGIOPLASTIE ANGIOPLASTIE + STENT = TRAITEMENT DE BASE DE LA MALADIE CORONAIRE OBSTRUCTIVE

Plus en détail

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et Chirurgie vasculaire Date de création du document 2010-2011 Table des matières

Plus en détail

Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en cardiologie d intervention de l adulte

Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en cardiologie d intervention de l adulte Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en cardiologie d intervention de l adulte 2013 VERSION 2.0 Ces exigences de formation s'appliquent aux candidats qui

Plus en détail

Cas clinique. L angioplastie par Rotablator

Cas clinique. L angioplastie par Rotablator Cas clinique L angioplastie par Rotablator 1 Définition Le Rotablator est une technique d athérectomie rotationnelle, utilisée afin de traiter certaines lésions complexes, notamment lorsqu'elles sont calcifiées.

Plus en détail

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle pulmonaire Pr. Abid Abdelfatteh XXIème Journée Nationale de Médecine Interne 30 Octobre 2010- Monastir Introduction L HTAP est caractérisée par anormale

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

Guide du patient. La coronarographie L angioplastie coronaire

Guide du patient. La coronarographie L angioplastie coronaire Guide du patient La coronarographie L angioplastie coronaire 8 rue Dr Calmette - CS 10043-38028 GRENOBLE CEDEX 1 Tél : 04 76 70 70 54 Fax : 04 76 70 71 45 secr.cardiologie@ghm-grenoble.fr www.ghm-grenoble.fr

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

L'ABC des angiographies coronariennes, et des angioplasties et endoprothèses vasculaires

L'ABC des angiographies coronariennes, et des angioplasties et endoprothèses vasculaires L'ABC des angiographies coronariennes, et des angioplasties et endoprothèses vasculaires W-00058 mars 05 2004 Guidant Corporation Votre médecin vous a dit que vous aviez besoin d'une angiographie coronarienne.

Plus en détail

Traitement endovasculaire des axes de jambe: techniques, indications et résultats

Traitement endovasculaire des axes de jambe: techniques, indications et résultats Traitement endovasculaire des axes de jambe: techniques, indications et résultats t Kheira Hireche, Ludovic Canaud, Charles Marty Ané, Pierre Alric Historique Charles T. Dotter Technique de recanalisation

Plus en détail

Pose d une PICC Line: technique et intérêts

Pose d une PICC Line: technique et intérêts Journée Scientifique CCLIN-Est/ARLIN Pose d une PICC Line: technique et intérêts Romaric LOFFROY Département de Radiologie Diagnostique et Thérapeutique CHU Bocage Central Dijon Introduction PICC : - Peripheral

Plus en détail

Risques d une implantation percutanée de valve aortique: Rôle de la sélection des patients

Risques d une implantation percutanée de valve aortique: Rôle de la sélection des patients GRCI 2010 17 e Réunion Nationale Risques d une implantation percutanée de valve aortique: Rôle de la sélection des patients Alain Cribier Hôpital Charles Nicolle CHU de Rouen GRCI 2010 17 e Réunion Nationale

Plus en détail

Avis de la HAS du 26 octobre 2011

Avis de la HAS du 26 octobre 2011 Avis de la HAS du 26 octobre 2011 Avis suite à l évaluation de la mise en place des valves aortiques posées par voie transcutanée à l issue de la période d encadrement spécifique prévue à l article L.

Plus en détail

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 FISTULA CARE Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 EngenderHealth, 440 Ninth Avenue, New York, NY 10001, USA Téléphone: 212-561-8000; Fax: 212-561-8067;

Plus en détail

I. OBSTACLES SUR LA VOIE D'EJECTION DU VENTRICULE GAUCHE (JP BOURDARIAS)

I. OBSTACLES SUR LA VOIE D'EJECTION DU VENTRICULE GAUCHE (JP BOURDARIAS) I. OBSTACLES SUR LA VOIE D'EJECTION DU VENTRICULE GAUCHE (JP BOURDARIAS) A. ANATOMIE L'obstacle peut siéger en un point quelconque de la voie d'éjection (Figure 1): a - Valvulaire : fixe, acquis (RAA,

Plus en détail

Le traitement reste strictement chirurgical. Fait appel a une ostéosynthèse multiple, L enclouage centromédullaire est une évolution moderne montrant

Le traitement reste strictement chirurgical. Fait appel a une ostéosynthèse multiple, L enclouage centromédullaire est une évolution moderne montrant Introduction Les fractures du massif trochantérien posent toujours un problème de santé publique : Leurs fréquence restent toujours élevée. Par les facteurs de risque qui concourent a provoquer cette fracture:

Plus en détail

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL Docteur Wolff V., Docteur Bindila D., Unité Neuro-vasculaire, HUS En France, il y a 130 000 nouveaux cas d accident vasculaire cérébral (AVC) par an. Avec 40 000 décès, il

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Les maladies valvulaires

Les maladies valvulaires CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient Les maladies valvulaires Maladies, diagnostic et traitements 1 Les maladies valvulaires ou valvulopathies Elles désignent l ensemble des maladies

Plus en détail

EXPLORATIONS RADIOLOGIQUES ET HEMODYNAMIQUES EN CARDIOLOGIE

EXPLORATIONS RADIOLOGIQUES ET HEMODYNAMIQUES EN CARDIOLOGIE EXPLORATIONS RADIOLOGIQUES ET HEMODYNAMIQUES EN CARDIOLOGIE I/- RADIOSCOPIE : Elle permet de voir le cœur et les gros vaisseaux durant leur fonctionnement. La radioscopie est actuellement interdite pour

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Coronarographie INDICATIONS RESULTATS

Coronarographie INDICATIONS RESULTATS Coronarographie INDICATIONS RESULTATS Dr Maboury DIAO Service de Cardiologie, Pr Serigne Abdou BA Chef de Service Le 2 avril 2008, Hôpital Principal de Dakar Coronarographie La coronarographie est une

Plus en détail

Exploration radiologique du cœur et des gros vaisseaux

Exploration radiologique du cœur et des gros vaisseaux Exploration radiologique du cœur et des gros vaisseaux I/Introduction : Malgré le développement de nouvelles techniques, la radiographie standard thoracique constitue avec l examen clinique et l ECG la

Plus en détail

Les fistules artério-veineuse pour dialyse

Les fistules artério-veineuse pour dialyse Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Les fistules artério-veineuse pour dialyse Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire.

Plus en détail

BIA SENSATION PLUS BIA à fibre-optique hautement efficace

BIA SENSATION PLUS BIA à fibre-optique hautement efficace BIA SENSATION PLUS BIA à fibre-optique hautement efficace Un BIA à fibre-optique hautement efficace SENSATION PLUS est une innovation dans le domaine de l assistance hémodynamique. Il offre tous les avantages

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Qualification pour les examens et traitements radiologiques à fortes doses en angiologie (USSMV)

Qualification pour les examens et traitements radiologiques à fortes doses en angiologie (USSMV) SIWF ISFM Qualification pour les examens et traitements radiologiques à fortes doses en angiologie (USSMV) Programme de formation complémentaire du 1 er janvier 2001 (dernière révision: 13 janvier 2004)

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Quels examens minimaux de première intention réalisez-vous en urgence?

Quels examens minimaux de première intention réalisez-vous en urgence? Questions Dossier 1 : cas clinique Un homme de 76 ans est amené par les pompiers aux urgences de l hôpital pour malaise sur la voie publique. Il était en train de se promener à vélo lorsqu il a soudain

Plus en détail

RGD du 06 avril 2009 (Mém. n 74 du 14 avril 2009, p.898)

RGD du 06 avril 2009 (Mém. n 74 du 14 avril 2009, p.898) Règlement grand-ducal du 6 avril 2009 modifiant le règlement grand-ducal modifié du 21 décembre 1998 arrêtant la nomenclature des actes et services des médecins pris en charge par l'assurance maladie.

Plus en détail

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un 1 2 Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un circuit sanguin extra-corporel, le plus souvent

Plus en détail

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Définition Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Compétence 4 UE 2.8 Véronique Nédélec-Gimbert octobre 2012 L'infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est une nécrose (mort de cellules)

Plus en détail

Proposition de Tarification Nationale de Référence faite par la CNSS et la CNOPS Le 21 Février 2006

Proposition de Tarification Nationale de Référence faite par la CNSS et la CNOPS Le 21 Février 2006 Proposition de Tarification Nationale de Référence faite par la CNSS et la CNOPS Le 21 Février 2006 GRILLE N 1: TARIFS DES LETTRES CLES ACTES MEDICAUX Désignation Lettres clés CNSS CNOPS CONSULTATION DE

Plus en détail

Table des matières. 5 Préparations à la coronarographie. 6 Soins après la coronarographie. 8 Sortie après la coronarographie

Table des matières. 5 Préparations à la coronarographie. 6 Soins après la coronarographie. 8 Sortie après la coronarographie EXAMENS coronaires INTERVENTIONNELS Table des matières 3 Préface 4 Introduction 4 Généralités 5 Préparations à la coronarographie 6 La coronarographie 6 Soins après la coronarographie 7 Complications possibles

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Pontage artériel fémoro-poplité

Pontage artériel fémoro-poplité Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Pontage artériel fémoro-poplité Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire. Afin

Plus en détail

Bilan préthérapeutique des traitements percutanés des rétrécissements aortiques

Bilan préthérapeutique des traitements percutanés des rétrécissements aortiques des traitements percutanés des rétrécissements aortiques les questions du chirurgien les réponses du radiologue C GHEZ 1, M JOLIBERT 1, G LOUIS 1, D GRISOLI 2, T CUISSET 3 A JACQUIER 1, JM BARTOLI 1, G

Plus en détail

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 SCORE DE GOLDMAN: Turgescence jugulaire (ou galop droit, correspond HTAP 18 mmhg) 11 IDM< 6 mois 10 Ryhtme non sinusal ou ESSV 7 >5 ESV /min 7 Age >70 ans

Plus en détail

L insuffisance Veineuse et les Varices

L insuffisance Veineuse et les Varices L insuffisance Veineuse et les Varices Jean-Pierre Laroche CHU de Montpellier 3 ème Partie CH Traitement : pourquoi? 1. Éviter les complications cutanés des varices 2. Éviter troubles trophiques 3. Éviter

Plus en détail

La maladie Coronaire

La maladie Coronaire La maladie Coronaire Les artères coronaires irriguent le muscle cardiaque La maladie athéromateuse Sténoses (rétrécissements) par des "plaques" composées de cholestérol et de plaquettes Toutes les artères

Plus en détail

LE DRAINAGE THORACIQUE

LE DRAINAGE THORACIQUE 14,15 et 16 octobre 2008 Sylvain Dumarchat Smiths Medical France 1 LE DRAINAGE THORACIQUE 14,15 et 16 octobre 2008 Sylvain Dumarchat Smiths Medical France 2 DRAINAGE THORACIQUE RAPPELS CLINIQUES Anatomie

Plus en détail

Coronarographie Brochure informative. Centre Hospitalier Regional de Verviers

Coronarographie Brochure informative. Centre Hospitalier Regional de Verviers Coronarographie Brochure informative Centre Hospitalier Regional de Verviers Chère patiente, Cher patient, Tout d abord, l équipe de cardiologie vous remercie d avoir choisi le Centre Hospitalier Regional

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Rapport d évaluation

Rapport d évaluation SAISINE DISPOSITIFS MEDICAUX ÉVALUATION DES ENDOPROTHÈSES UTILISÉES DANS L ANGIOPLASTIE DES STÉNOSES ATHÉROMATEUSES INTRACRÂNIENNES Rapport d évaluation Janvier 2013 L argumentaire scientifique de cette

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

VALVULOPATHIE GENERALITES (1)

VALVULOPATHIE GENERALITES (1) VALVULOPATHIE GENERALITES (1) Fonction d une valve : antireflux 4 valves : cœur gauche : valves mitrale et aortique cœur droit : valves tricuspide et pulmonaire Dysfonctions possibles : rétrécissement

Plus en détail

E09 - Thrombolytiques

E09 - Thrombolytiques E09-1 E09 - Thrombolytiques 1. Objecti f s e t mécanisme d action Les traitements thrombolytiques sont administrés pour dissoudre rapidement un thrombus occlusif artériel ou veineux. Ils agissent en activant

Plus en détail