Réunion QuantiFERON Rhône-Alpes du 9 décembre Dr Patrick. Miailhes Service des Maladies Infectieuses et Tropicales

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réunion QuantiFERON Rhône-Alpes du 9 décembre Dr Patrick. Miailhes Service des Maladies Infectieuses et Tropicales"

Transcription

1 Réunion QuantiFERON Rhône-Alpes du 9 décembre 1 Dr Patrick. Miailhes Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse

2 On peut penser que la sécrétion d Interféron gamma est proportionnelle à la quantité d antigènes (Ag) de M. Tuberculosis (MTb) circulants lors d une tuberculose (TB). Sous traitement antituberculeux actif, la disparition progressive des Ag de MTb devrait entraîner une baisse de la sécrétion d interféron gamma et aussi de la valeur du test QFT. Sauzullo I et al. Plos One, avril 9. 7/38 pts (71%) avec TB (pulm =6, extrapulm=1) ont négativé leur QFT sous trt anti-tb. Herrmann JL et al. Plos One, jan 9. 3 enfants, 5/3(78%) avec QFT + avt trt, ont une baisse significative de leur valeur de QFT à 6 mois (fin de trt anti-tb). NB : Le support antigénique du QFT gold in Tube est constitué de peptides ESAT-6, CFP-1 (gène RD1 de M.tuberculosis) TB7.7 ( gène RD11)

3 Etude Prospective réalisée depuis juin 7 Service d HGE, Hôtel-Dieu, puis MIT, XRousse. Tout adulte ayant une TB maladie Culture BK+ granulome spécifique avec réponse au traitement d épreuve anti-tb TB maladie prouvée Histoire et localisation compatible avec TB TB maladie probable Cinétique QFT avt, pendant et après tt anti-tb J, M1, M3, M6 et M1-3 post trt Présentation de 11/16 premiers pts suivis Culture BK+ : 8/11 Granulome spécifique /11 Iléocolite sans critère bactério ou histo: 1/11

4 sexe M/F 3/8 Age (années) Médiane (max-min) 41 (3-8) Origine Caucasienne Afrique Sub-Saharienne S Asiatique Patients VIH+ (%) 5 ( 45%) Localisation TB Pulmonaire Pleurale gg isolé gg + hépatique Colon Utérus Multifocale QFT > 1 UI/ml* N (%) 7 (64%) * Note : QFT positif ds 11/11 cas. IDR pos 1/11 dont phycténulaire 3/1

5 3 5 Anti-TB= 8 mois Trt ARV,5,44 1 Quantifé éron (UI/mL) 1,5 1 1, Quantiféron Lymphocytes y Lympho ocytes/mm3,5 Seuil positivité 5,1,19,,18,,6 1,7,3 3,5 4,5 8, 1,4 Temps (mois) Trt : INH/RIF/ETH/MOX, puis INH/RIF durée = 8 mois Négativation rapide, valeur initiale basse du QFT

6 16 Trt ARV 14 13,48 1 Anti-TB= 13 mois Quantife eron (UI/ml) ,95 QFT 4,63,3 Grossesse,83,7,8 1,8,5 6, 8,6 1,4 11,7 13,6 Temps (mois) Négativation lente avec QFT initial > 1 Négatif si <,3 UI/ml grossesse derniers QFT «indéterminé» car Témoin + non réactif

7 1 5 1 Anti-TB= 6mois Trt ARV 18 1,1 Quan ntiferon (UI/ /ml) , QFT Lymphocytes 15 1,3,85 1,86 5 QFT négatif inf à,3ui/ml.,63 1,5,4 3, 3,8 8,4 Temps (mois) Pas de négativation,mais baisse rapide et forte : >8% en post-trt

8 ,88 14 Anti-TB =1 mois Quanti iferon (UI/m ml) QFT 4 4,4,49,89 1,77 1,9,9 5,6 9, 1,1 15, 19,9 Temps (mois) Anti-TB = INH/RIF/PYR, puis INH/RIF Pas de négativation,mais baisse rapide et forte : >9% en post-trt

9 5 19,87 1,61 Quantife eron (UI/ml) ,41 15,84 QFT 11 5 Anti-TB =8 mois 4,6 8,3 15,9 1,7 Temps (mois) Anti-TB=INH/PYR/ETH, pas de RIF car sous AVK pour AC/FA, et F (METAVIR) Anti-TB arrêté prématurément par erreur à 8 mois Et baisse transitoire, puis remontée durable du QFT

10 5 grossesse 19,14 Anti-BK =6 mois Quantife eron (UI/ml) Pos Ind ind Pos 11 Accouchement QFT , 53 5,3 58 5,8 76 7,6 Temps (Mois) Tuberculose à 6 mois de grossesse Tuberculose à 6 mois de grossesse, situation immunologique particulière, cinétique QFT? Valeur tjs > 1 UI/ml guérison de la patiente et pas de contamination du NNé

11 N Age/ Sexe/ Type Diag. Trt Durée IDR QFT QFT QFT ethnie VIH TB Trt (mois) mm initial Fin Trt 1 33/Afr M / + plèvre histo + IREM 8 neg,44 O,19 O,18 41/Afr M / + Colon D contexte IREP ,1,49 O,4 3 39/Afr F /+ diffuse Culture+ IREP 13 > >1,8 -,3 4 4/Afr F / + pulm Culture+ IREP 6 > >1,63 1,86 5 3/Afr F / + plèvre Culture+ IREM 1 15 >1 5,4 4, 6 33/As M / neg gg Culture+ IRP >=6 8 8,1 1,99 ND 7 67/Cau F / neg gg + foie Culture+ IRP 1 +? >1 1,77 Post- Trt 8 63/Cau F / neg gg + foie Culture+ IREM 6,5 +?,1,8,54 9 6/Afr F / neg utérus Culture+ IREP >=1 >1 >1 ND 1 8/Cau F / neg Colon G Histo + IEP 8 > >1 >1 > /Afr F / neg gg Culture+ IREP 6 15 >1 >1 >1 Rappel : QFT <,3 =Négatif,,3<douteux<,6 ; >,6 =Positif. Pas de rechute de TB à ce jour

12 Conclusions et hypothèses (1) Négativation et baisse forte QFT sous anti-bk 3/11 et 5/11= 73%des patients traités Corrélation avec disparition d Ag MTb? càd «éradication bactérienne»? guérison sans risque de rechute ultérieure? Baisse nulle ou transitoire Éradication bactérienne partielle? Association Anti-BK inadapté (absence Rifampicine)? Trt trop court? Inoculum bactérien élevé, trt = baisse de seuil et guérison clinique Souche BK résistant? Patients à risque de rechute?? Ancienneté de la TB?? Stimulus immunitaire plus intense?

13 Y a-t-il un intérêt du QFT dans le suivi du trt anti-bk? Probablement oui si TB extrapulmonaire+++ ( TB pulm) Peut remplacer le critère microbiologique Négativation ou baisse associée à une bonne évolution clinique Sauzullo et al, PLOS ONE 9; 7/7 pts avec QFT négatifs =guérison clinique et microbiologique 5/11 pts avec QFT restants positifs associés culture BK tjs positives à mois de traitement (pb d observance??) et rechute secondaire avec 4/5 BK résistants ++ 6/11 pts avec QFT restants positifs => guérison clinique soit 7/33 (81%) QFT négatifs chez pts guéris Kobashi et al, J. Infection 9; 33/4 pts TB: QFT + avt Trt, 1 négativent leur QFT à 6 mois de trt Différence réponse selon ESAT-6 et CFP-1 «cicatrice immunologique «plus prolongé vis-à-vis d ESAT-6 (Wu-Hsieh, CID 1) QFT = nouvel outil d efficacité thérapeutique? QFT = nouvel outil pour déterminer durée optimale du Trt?

14 Laboratoire d Immunologie Lyon-SUD Dr Laure Denis, Dr Françoise Bienvenu, et tous les internes, externes et les techniciennes du laboratoire Pr Jacques Bienvenu Service d HGE (Hôtel-Dieu) Toutes les IDE de la Cs, HDJ et des salles d hospitalisation, les collègues médecins Pr Christian Trepo Service MIT, Hôpital Croix-Rousse Pr Dominique Peyramond

Incidence et facteurs de risque de toxicité hépatique sous traitement antituberculeux chez les patients infectés par le VIH

Incidence et facteurs de risque de toxicité hépatique sous traitement antituberculeux chez les patients infectés par le VIH Incidence et facteurs de risque de toxicité hépatique sous traitement antituberculeux chez les patients infectés par le VIH E. Pukenyte 1,2, N. Viget 1, V. Baclet 1, Y. Gerard 1, F. Ajana 1, A. Laiskonis

Plus en détail

Tuberculose Actualités Dr Bruno Leydier CLAT Forbach Dr Philippe Scheid HOSPITALOR St Avold

Tuberculose Actualités Dr Bruno Leydier CLAT Forbach Dr Philippe Scheid HOSPITALOR St Avold Tuberculose Actualités 2009 Dr Bruno Leydier CLAT Forbach Dr Philippe Scheid HOSPITALOR St Avold Plan Histoire naturelle de la tuberculose La politique vaccinale Le dépistage Dosage d interferon γ Suspicion

Plus en détail

AntiTNF et Tuberculose

AntiTNF et Tuberculose AntiTNF et Tuberculose A.Fissah Service de Pneumologie, CHU de Bab el oued Réunion de Consensus sur la Maladie de Crohn Institut Pasteur, Delly Brahim 25-26 Septembre 2013 Anti TNF et Tuberculose: Problématique

Plus en détail

Prestation de conseil : Mycobactéries

Prestation de conseil : Mycobactéries MM 06/05/2016 Prestation de conseil : Mycobactéries Christian MARTIN Laboratoire de Bactériologie - Virologie - Hygiène CHU LIMOGES 24 janvier 2014 - BIOFORMA Tuberculose infection latente (ATCD de contact

Plus en détail

«Prophylaxie de la tuberculose chez les

«Prophylaxie de la tuberculose chez les «Prophylaxie de la tuberculose chez les patients traités par anti-tnf a» Recommandations 25 Dominique SALMON Groupe Hospitalier COCHIN Journées Nationales d Infectiologie Juin 25 1 Recommendations AFSSAPS

Plus en détail

EXPERIENCE DE L UTILISATION DU TEST QUANTIFERON AU CH DE CHAMBERY MISE EN PLACE DU TEST DEPUIS LE 1 OCTOBRE 2007

EXPERIENCE DE L UTILISATION DU TEST QUANTIFERON AU CH DE CHAMBERY MISE EN PLACE DU TEST DEPUIS LE 1 OCTOBRE 2007 EXPERIENCE DE L UTILISATION DU TEST QUANTIFERON AU CH DE CHAMBERY MISE EN PLACE DU TEST DEPUIS LE 1 OCTOBRE 2007 TUBERCULOSE MALADIE TUBERCULOSE INFECTION MYCOBACTERIE TUBERCULOSIS = BK = bacille de KOCH

Plus en détail

Traitement anti-tuberculeux guidé par la biologie moléculaire : un essai clinique randomisé, multicentrique, national : FAST-TB

Traitement anti-tuberculeux guidé par la biologie moléculaire : un essai clinique randomisé, multicentrique, national : FAST-TB Traitement anti-tuberculeux guidé par la biologie moléculaire : un essai clinique randomisé, multicentrique, national : FAST-TB 1 CO-INVESTIGATEUR COORDONNATEUR Dr Nathalie De Castro (Saint-Louis) MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

Epidémiologie de la tuberculose en France. Données Mise à jour : février 2012

Epidémiologie de la tuberculose en France. Données Mise à jour : février 2012 Epidémiologie de la tuberculose en France Données 2010 Mise à jour : février 2012 Les données de surveillance nationale de la tuberculose en France : les sources Données de la déclaration obligatoire (InVS)

Plus en détail

Tests de diagnostic rapide de la tuberculose

Tests de diagnostic rapide de la tuberculose Tests de diagnostic rapide de la tuberculose Point de vue du clinicien Hélène Ferrand Service de maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude Bernard Tests de diagnostics rapides de la tuberculose

Plus en détail

La tuberculose: les menaces et les réponses

La tuberculose: les menaces et les réponses Colloque Meditest Bulle, 22 avril 2010 La tuberculose: les menaces et les réponses Jean-Pierre Zellweger Ligue pulmonaire suisse Une histoire vraie (2007) Mlle A.K.,1991 Née en Angola, vit en Suisse depuis

Plus en détail

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Tests Interferon ( IGRA) dans l infection par le VIH Peut on les utiliser? Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Population générale TB maladie 1/3 population mondiale infectée par BK Répartition

Plus en détail

SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES

SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES Tuberculose, VIH, autres immunodéprimés Dr Nathalie De Castro Maladies Infectieuses Cas 1 VIH, 40 CD4 : mise sous ARV au

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

Tuberculose et recherche en maladies infectieuses C. PERRONNE E. BOUVET

Tuberculose et recherche en maladies infectieuses C. PERRONNE E. BOUVET Tuberculose et recherche en maladies infectieuses C. PERRONNE E. BOUVET Morbidité et mortalité* liées à la tuberculose, France métropolitaine, 1972-2006 70 60 60,3 32,5 Maladie Décès Taux pour 100 000

Plus en détail

Les particularités de la tuberculose pédiatrique. Dr Dang Duy, service de pédiatrie Centre hospitalier sud francilien

Les particularités de la tuberculose pédiatrique. Dr Dang Duy, service de pédiatrie Centre hospitalier sud francilien Les particularités de la tuberculose pédiatrique Dr Dang Duy, service de pédiatrie Centre hospitalier sud francilien Epidémiologie 2009 Incidence nationale : 8,2 cas déclarés / 100 000 habitants Ile de

Plus en détail

Centre Hospitalier Lyon Sud

Centre Hospitalier Lyon Sud INTERET DU TEST QUANTIFERON AVANT INSTAURATION D UN TRAITEMENT PAR BIOTHERAPIE. M. PIPERNO, J.P. LARBRE, G. LLORCA, E. VIGNON, J.G. TEBIB. Centre Hospitalier Lyon Sud Introduction o L IDR à la tuberculine

Plus en détail

Epidémiologie de la tuberculose en France

Epidémiologie de la tuberculose en France Epidémiologie de la tuberculose en France Données 2014 InVS - Département des maladies infectieuses Mise à jour : Mars 2016. Surveillance nationale de la tuberculose en France : les sources de données

Plus en détail

Tuberculose ganglionnaire périphérique: résultats de l étude multicentrique. R. Abdelmalek et groupe d étude

Tuberculose ganglionnaire périphérique: résultats de l étude multicentrique. R. Abdelmalek et groupe d étude Tuberculose ganglionnaire périphérique: résultats de l étude multicentrique R. Abdelmalek et groupe d étude Introduction La tuberculose ganglionnaire: première localisation extrapulmonaire En Tunisie Prévalence

Plus en détail

TB et VIH. Arnaud Trébucq L Union

TB et VIH. Arnaud Trébucq L Union TB et VIH Arnaud Trébucq L Union Histoire naturelle de la TB Exposition Infection Maladie Décès Mise en évidence de l association TB/VIH Association TB/VIH suspectée très vite après apparition épidémie

Plus en détail

Prévalence de la tuberculose latente chez les patients candidats a un traitement par biothérapies ou par immunosuppresseurs

Prévalence de la tuberculose latente chez les patients candidats a un traitement par biothérapies ou par immunosuppresseurs Prévalence de la tuberculose latente chez les patients candidats a un traitement par biothérapies ou par immunosuppresseurs M.A.BOUDJELLA,Z. AIT ALI SLIMANE, A.TEBAIBIA, M.LAHCENE, N.CHIALI, H.BACHA, Y.

Plus en détail

Etude de 13 cas de tuberculoses multirésistantes (MDR) avec atteinte extra-pulmonaire

Etude de 13 cas de tuberculoses multirésistantes (MDR) avec atteinte extra-pulmonaire Poster N-9 Etude de 3 cas de tuberculoses multirésistantes (MDR) avec atteinte extra-pulmonaire D. LE DÛ,2, M. JACHYM, B. LEMAIRE, D. SZMIGIEL, N. METIVIER CH Bligny, 9640 Briis-sous-Forges 2 CHU Raymond

Plus en détail

Epidémiologie de la tuberculose à la Réunion. E. Balleydier, L. Filleul Cire océan Indien- InVS

Epidémiologie de la tuberculose à la Réunion. E. Balleydier, L. Filleul Cire océan Indien- InVS Epidémiologie de la tuberculose à la Réunion E. Balleydier, L. Filleul Cire océan Indien- InVS IV e Journées Réunionnaise d Infectiologie - 24/11/2012 Plan La maladie Généralités, Histoire naturelle L

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah

Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah Services Universitaires des Maladies Infectieuses et Tropicales de C.H.Tourcoing LEM-CNRS, Lille; 1 Introduction

Plus en détail

Epidémiologie de la tuberculose

Epidémiologie de la tuberculose Colloque régional, Lyon, 01 avril 2014 Epidémiologie de la tuberculose France et Rhône Alpes Cellule de l InVS en région Rhône-Alpes ars-rhonealpes-cire@ars.sante.fr Comité Régional de la Tuberculose Rhône-Alpes

Plus en détail

Prévention et Traitement de la Tuberculose. Place des CLAT

Prévention et Traitement de la Tuberculose. Place des CLAT Prévention et Traitement de la Tuberculose Place des CLAT Programme de lutte contre la tuberculose en France 2007-2009 Assurer un diagnostic précoce et un traitement adapté pour tous les cas de tuberculose

Plus en détail

Epidémiologie de la tuberculose en France.

Epidémiologie de la tuberculose en France. Epidémiologie de la tuberculose en France d.antoine@invs.sante.fr d.che@invs.sante.fr La surveillance de la tuberculose en France en 2008 : les sources Données de la déclaration obligatoire (InVS) Tuberculose

Plus en détail

TUBERCULOSE DE L ADOLESCENT

TUBERCULOSE DE L ADOLESCENT JNI Bordeaux 2006 J. GAUDELUS, L. DE PONTUAL, PH. OVETCHKINE, B. MAURY-TISSERON, E. LACHASSINNE Service de Pédiatrie V. JEANTILS, Unité d Infectiologie O. FAIN, Service de Médecine Interne PH. CRUAUD,

Plus en détail

La tuberculose à bacilles multirésistants en Algérie. Fadila Boulahbal Institut Pasteur d Algérie

La tuberculose à bacilles multirésistants en Algérie. Fadila Boulahbal Institut Pasteur d Algérie La tuberculose à bacilles multirésistants en Algérie Fadila Boulahbal Institut Pasteur d Algérie INTRODUCTION (1) La tuberculose : maladie contagieuse La transmission par un malade TPM+ Les sujets vivant

Plus en détail

TUBOGTEP EVALUATION DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS AU 18 FDG DANS LA TUBERCULOSE EXTRA-PULMONAIRE. PHRC National

TUBOGTEP EVALUATION DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS AU 18 FDG DANS LA TUBERCULOSE EXTRA-PULMONAIRE. PHRC National TUBOGTEP EVALUATION DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS AU 18 FDG DANS LA TUBERCULOSE EXTRA-PULMONAIRE PHRC National Pré-étude dans les tuberculoses ganglionnaires et osseuses TEP positive chez

Plus en détail

Actualités Tuberculose 2008 épidémiologie et infection. Elisabeth BOUVET

Actualités Tuberculose 2008 épidémiologie et infection. Elisabeth BOUVET Actualités Tuberculose 2008 épidémiologie et infection Elisabeth BOUVET Emergence of Mycobacterium tuberculosis with extensive resistance to second line drugs Worldwide, 2000-2004 MMWR 2006 ; 55 ; 301-305

Plus en détail

Tests de dépistage de la tuberculose

Tests de dépistage de la tuberculose 1 Tests de dépistage de la tuberculose ou J-P. Zellweger Ligue Pulmonaire Suisse 2 Tests de dépistage de l infection tuberculeuse J-P. Zellweger Ligue Pulmonaire Suisse 1 Transmission de la tuberculose

Plus en détail

La tuberculose en gériatrie. M. Roncato Service de maladies infectieuses et tropicales CHU de Besançon

La tuberculose en gériatrie. M. Roncato Service de maladies infectieuses et tropicales CHU de Besançon La tuberculose en gériatrie M. Roncato Service de maladies infectieuses et tropicales CHU de Besançon Épidémiologie Clinique Outils diagnostiques Examen microbiologiques Place de l IDR et du QUANTIferon

Plus en détail

Tuberculose : quelques rappels

Tuberculose : quelques rappels Tuberculose : quelques rappels cf. site de la ligue pulmonaire suisse : Centre de compétence Tuberculose: Page d'accueil 1. Tuberculose : infection ou maladie? Après une infection primaire ou primo-infection

Plus en détail

DPI GROUPE DE TRAVAIL SUR LE QUANTIFERON. Groupe de travail du GERES Support financier du laboratoire Qiagen

DPI GROUPE DE TRAVAIL SUR LE QUANTIFERON. Groupe de travail du GERES Support financier du laboratoire Qiagen GROUPE DE TRAVAIL SUR LE QUANTIFERON DPI D Abiteboul, E Bouvet, JF Gehanno, G Pellissier, P Roland-Nicaise, C Taieb, S Touche, D Tripodi Groupe de travail du GERES Support financier du laboratoire Qiagen

Plus en détail

Co-infections et infections opportunistes AC12 «Pays en Développement»

Co-infections et infections opportunistes AC12 «Pays en Développement» Co-infections et infections opportunistes AC12 «Pays en Développement» 5 èmes Journées Scientifiques du site ANRS Cameroun Didier Laureillard, ANRS, Vietnam 1 Tuberculose et infection VIH 2 Tuberculose

Plus en détail

Le TasP. Treatment as Prevention. Anne Boucher. Journée d actualisation

Le TasP. Treatment as Prevention. Anne Boucher. Journée d actualisation Le TasP Treatment as Prevention Anne Boucher Journée d actualisation Les Suisses: déjà depuis 2008 Commission fédérale pour les problèmes liés au sida (CSF) Vernazza et al; Bulletin des médecins suisses,

Plus en détail

Enquêtes autour des cas de tuberculose

Enquêtes autour des cas de tuberculose Journée nationale d information sur la lutte contre la tuberculose Enquêtes autour des cas de tuberculose 29 mai - Paris Henri-Pierre Mallet CLAT 75 (DASES Paris) Plan Stratégie de l enquête Déterminants

Plus en détail

La tuberculose. Anne Brunon Journée des correspondants en hygiène 11 avril 2013

La tuberculose. Anne Brunon Journée des correspondants en hygiène 11 avril 2013 La tuberculose Anne Brunon Journée des correspondants en hygiène 11 avril 2013 Rappel: les mycobactéries Espèces Pathogènes stricts Pathogènes opportunistes Réservoir Homme ou animal malade environnement

Plus en détail

Epidémiologie de la tuberculose maladie en 2013

Epidémiologie de la tuberculose maladie en 2013 Epidémiologie de la tuberculose maladie en 2013 Jenifer YAI Cellule interrégionale d'épidémiologie (CIRE) Lorraine - Alsace Association pour la Promotion de la Pneumologie libérale de l Est, 27 juin 2015

Plus en détail

Risque professionnel et Tuberculose Quelles actualités?

Risque professionnel et Tuberculose Quelles actualités? Risque professionnel et Tuberculose Quelles actualités? Dominique Abiteboul Service de Santé au travail Bichat-Claude Bernard GERES La tuberculose Mycobactéries du complexe tuberculosis M tuberculosis,

Plus en détail

Centre de Lutte Anti. nti- Tuberculeuse de METZ. Docteur MILLOT Viviane

Centre de Lutte Anti. nti- Tuberculeuse de METZ. Docteur MILLOT Viviane Centre de Lutte Anti nti- Tuberculeuse de METZ Docteur MILLOT Viviane La lutte anti-tuberculeuse La loi du 13 août 2004 : la lutte contre la tuberculose relève de l État. Possibilités de conventions avec

Plus en détail

M Gerin, G Baron, C Lascoux-Combe, D Salmon, G Carcelain, O Lortholary, A Bourgarit et IGRAVIH Study group. 16 es JNI, Nancy, du 10 au 12 juin

M Gerin, G Baron, C Lascoux-Combe, D Salmon, G Carcelain, O Lortholary, A Bourgarit et IGRAVIH Study group. 16 es JNI, Nancy, du 10 au 12 juin IGRAVIH : dépistage de tuberculose latente par les tests IGRAs chez les patients infectes par le VIH naïfs d ARV Comparaison de l impact des résultats de l IDR et des tests IGRAs sur l attitude des cliniciens.

Plus en détail

Service de Pédiatrie, Centre Hospitalier Gonesse, Avril 2014 Marie-Laure Olivier (Int)

Service de Pédiatrie, Centre Hospitalier Gonesse, Avril 2014 Marie-Laure Olivier (Int) Service de Pédiatrie, Centre Hospitalier Gonesse, Avril 2014 Marie-Laure Olivier (Int) Pas d ATCD notable D origine Malienne Dernier voyage en Aout 2013 TB chez le père il y a plus de 10 ans Début janvier:

Plus en détail

Démarche du diagnostic microbiologique d'une tuberculose

Démarche du diagnostic microbiologique d'une tuberculose Démarche du diagnostic microbiologique d'une tuberculose EVALUATIONS Collégiale des enseignants de bactériologie-virologie-hygiène 2013 1 QUESTION 1/12 : Parmi les affirmations suivantes concernant Mycobacterium

Plus en détail

du laboratoire les principaux antituberculeux/ principe du traitement définitions causes et conséquences Rôle du laboratoire

du laboratoire les principaux antituberculeux/ principe du traitement définitions causes et conséquences Rôle du laboratoire TB MR: définition, causes, rôles du laboratoire les principaux antituberculeux/ principe du traitement définitions causes et conséquences Rôle du laboratoire Les 3 populations bacillaires Les bacilles

Plus en détail

Les points clés de la RPC pour les encéphalites infectieuses

Les points clés de la RPC pour les encéphalites infectieuses Les points clés de la RPC pour les encéphalites infectieuses Le comité scientifique multidisciplinaire: Ph. Azouvi, T. De Broucker, F. Bruneel, X. Duval, B. Fantin, N. Girard, J.L. Hermann, J. Honnorat,

Plus en détail

La surveillance de la tuberculose en France : résultats et enjeux

La surveillance de la tuberculose en France : résultats et enjeux La surveillance de la tuberculose en France : résultats et enjeux Delphine Antoine, Fatima Belghiti Institut de veille sanitaire 19 mai 2015 La surveillance épidémiologique de la tuberculose en France:

Plus en détail

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Réunion GERES du 6 juillet 2007 : D Abiteboul,, E Bouvet, A Buonaccorsi,, G Carcelain,, M Domart-Rançon,

Plus en détail

ESSAI DE PHASE II HORTOCI: EVALUATION DU TOCILIZUMAB EN ADD-ON THÉRAPIE AUX CORTICOÏDES AU COURS DE LA MALADIE DE HORTON : ÉTUDE DE PREUVE DE CONCEPT

ESSAI DE PHASE II HORTOCI: EVALUATION DU TOCILIZUMAB EN ADD-ON THÉRAPIE AUX CORTICOÏDES AU COURS DE LA MALADIE DE HORTON : ÉTUDE DE PREUVE DE CONCEPT ESSAI DE PHASE II HORTOCI: EVALUATION DU TOCILIZUMAB EN ADD-ON THÉRAPIE AUX CORTICOÏDES AU COURS DE LA MALADIE DE HORTON : ÉTUDE DE PREUVE DE CONCEPT Promoteur : CHU de Dijon Investigateur principal :

Plus en détail

INTERET DE LA PCR EN TEMPS REEL DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES HEPATITES B ET C

INTERET DE LA PCR EN TEMPS REEL DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES HEPATITES B ET C La PCR en temps réel est fondée sur la détection et la quantification des produits d amplification au cours de la réaction de PCR, dans le tube fermé, plutôt qu à la fin de la réaction comme c est le cas

Plus en détail

Intérêt du dosage de l INF γ dans le diagnostic de l infection tuberculeuse latente. Marion GRARE Interne Biologie Médicale 6 ème semestre Juin 2007

Intérêt du dosage de l INF γ dans le diagnostic de l infection tuberculeuse latente. Marion GRARE Interne Biologie Médicale 6 ème semestre Juin 2007 Intérêt du dosage de l INF γ dans le diagnostic de l infection tuberculeuse latente Marion GRARE Interne Biologie Médicale 6 ème semestre Juin 2007 1 Evolution après contage Pas d infection 70% Exposition

Plus en détail

Recommandations récentes pour l utilisation des tests Interféron

Recommandations récentes pour l utilisation des tests Interféron Recommandations récentes pour l utilisation des tests Interféron 11 février 2014 Clinique du mousseau Dr Fadi Antoun Pneumologue Bureau des Vaccinations Cellule Tuberculose(ville de Paris) Hôpital privé

Plus en détail

Tests de production d interféron Gamma. Nouméa le 9 mars 2012 1

Tests de production d interféron Gamma. Nouméa le 9 mars 2012 1 Tests de production d interféron Gamma Nouméa le 9 mars 2012 1 Présentation Test QTF Gold IT (Cellestis) Performance du test Recommandations de HAS, 2006 Meta analyse DIEL de décembre 2009 Indications

Plus en détail

TUBERCULOSE Évaluer et prendre en charge un «SUJET CONTACT»

TUBERCULOSE Évaluer et prendre en charge un «SUJET CONTACT» TUBERCULOSE Évaluer et prendre en charge un «SUJET CONTACT» Alain Théry Médecin Généraliste; DIU Tuberculose; CLAT d'evreux La tuberculose en France Incidence faible : < 10 nouveaux cas / 10 5 habitants

Plus en détail

Immunologie plaquettaire et prise en charge de la grossesse et de l accouchement Nouvelles perspectives

Immunologie plaquettaire et prise en charge de la grossesse et de l accouchement Nouvelles perspectives Immunologie plaquettaire et prise en charge de la grossesse et de l accouchement Nouvelles perspectives Dr Pierre MONCHARMONT Laboratoire d immunologie plaquettaire Etablissement Français du Sang Rhône

Plus en détail

QuantiFERON TB Gold in tube

QuantiFERON TB Gold in tube Qu est-ce que le QuantiFERON? Test sanguin de dépistage de l infection tuberculeuse. QuantiFERON TB Gold in tube Test ELISA qui mesure la réponse immunitaire à médiation cellulaire à l infection tuberculeuse.

Plus en détail

L inutile en biologie? Pr N. Magy-Bertrand Service de Médecine Interne

L inutile en biologie? Pr N. Magy-Bertrand Service de Médecine Interne L inutile en biologie? Pr N. Magy-Bertrand Service de Médecine Interne Parti pris. Public concerné : les médecins généralistes Examens concernés : les examens biologiques couramment prescrits en médecine

Plus en détail

L Infection à VIH (1)

L Infection à VIH (1) L Infection à VIH (1) Epidémiologie-Virologie-Histoire Naturelle. Docteur Patrick Miailhes Service d Infectiologie du Pr. Peyramond, Hôpital Croix-Rousse, Lyon VIH/Sida 2011 1 Epidemiologie mondiale :

Plus en détail

Tuberculose chez l enfant par contage familial

Tuberculose chez l enfant par contage familial Fréquence de l infection tuberculeuse parmi les sujets-contacts de 0 à 14 ans selon l état bactériologique de la source de contamination Tuberculose chez l enfant par contage familial Dominique GENDREL

Plus en détail

Plan national mis en place en 2005

Plan national mis en place en 2005 Rougeole et VIH La rougeole maladie Maladie infectieuse très contagieuse Principale cause de décès par maladie à prévention vaccinale Déclaration obligatoire (2005) Gravité / mortalité chez immunodéprimés

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Tuberculose maladie Actualisation juillet 2012 Juillet 2012-1- Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade

Plus en détail

Dr. Boubakar MADOUGOU Hôpital National de Niamey - Niger

Dr. Boubakar MADOUGOU Hôpital National de Niamey - Niger Infections opportunistes (IO) chez les patients infectés par le VIH traités par ARV au sein de l Initiative Nigérienne d Accès aux Antirétroviraux (INAARV) Dr. Boubakar MADOUGOU Hôpital National de Niamey

Plus en détail

RECOMMANDATIONS SUR LE SUIVI GYNECOLOGIQUE PRISE EN CHARGE DES FROTTIS ANORMAUX ETAT DES LIEUX 11/12/14

RECOMMANDATIONS SUR LE SUIVI GYNECOLOGIQUE PRISE EN CHARGE DES FROTTIS ANORMAUX ETAT DES LIEUX 11/12/14 RECOMMANDATIONS SUR LE SUIVI GYNECOLOGIQUE PRISE EN CHARGE DES FROTTIS ANORMAUX ETAT DES LIEUX 11/12/14 Dr Carine DAVITIAN Hôpitaux de Beaujon et Bichat Claude- Bernard RAPPORT MORLAT 2013 Il est recommandé

Plus en détail

Cohorte de patients sous traitement antirétroviral de troisième ligne sur les sites ANRS : Cohorte SAVELINC (Salvage Therapy in Low Income Countries)

Cohorte de patients sous traitement antirétroviral de troisième ligne sur les sites ANRS : Cohorte SAVELINC (Salvage Therapy in Low Income Countries) Cohorte de patients sous traitement antirétroviral de troisième ligne sur les sites ANRS : Cohorte SAVELINC (Salvage Therapy in Low Income Countries) Serge Paul Eholié Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

Tuberculose MDR et XDR Quand lever un isolement?

Tuberculose MDR et XDR Quand lever un isolement? Tuberculose MDR et XDR Quand lever un isolement? Nicolas Van Grunderbeeck USC / Médecine & Prévention CH Lens Agnès Meybeck SUMIV CH Tourcoing MR: résistance rifampicine et isoniazide XDR: MR + 3: résistance

Plus en détail

La LAT (lutte anti tuberculeuse) en Guyane repose sur un réseau cohérent de partenaires du secteur sanitaire :

La LAT (lutte anti tuberculeuse) en Guyane repose sur un réseau cohérent de partenaires du secteur sanitaire : Institut Pasteur de Guyane Laboratoire de Biologie Médicale Secteur des Mycobactéries : Rapport d activité 23 Epidémiologie de la tuberculose en Guyane En Guyane, au cours des 5 dernières années, l évolution

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

Transmission nosocomiale de la tuberculose. Elisabeth BOUVET JNI 2007

Transmission nosocomiale de la tuberculose. Elisabeth BOUVET JNI 2007 Transmission nosocomiale de la tuberculose Elisabeth BOUVET JNI 2007 Problématique La plupart des transmissions donnent lieu à des infections tuberculeuses latentes Difficulté du diagnostic de l infection

Plus en détail

Précautions complémentaires air ou gouttelettes. Recos tuberculose pulmonaire. Formation CoCLINNOR 28/11/2013 Hélène Marini

Précautions complémentaires air ou gouttelettes. Recos tuberculose pulmonaire. Formation CoCLINNOR 28/11/2013 Hélène Marini Précautions complémentaires air ou gouttelettes Recos tuberculose pulmonaire Formation CoCLINNOR 28/11/2013 Hélène Marini Point sur l épidémiologie Dans le Monde : 1,3 millions de décès liés à la tuberculose

Plus en détail

La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC

La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC de «Cotrimo-CI

Plus en détail

S. aureus et Eczéma L œuf ou la poule Treat or not to treat

S. aureus et Eczéma L œuf ou la poule Treat or not to treat S. aureus et Eczéma L œuf ou la poule Treat or not to treat ej 20 ée ourn de path ologie in fe ct ieu se p é d i a t r i q u e ula amb toir e Robert Cohen Yves Gillet 1 Nadia, 8 ans connue pour avoir eu

Plus en détail

Dépistage et prise en charge des sujets contacts. Christophe Delacourt

Dépistage et prise en charge des sujets contacts. Christophe Delacourt Dépistage et prise en charge des sujets contacts Christophe Delacourt TUBERCULOSE : PARTICULARITES PEDIATRIQUES TB maladie : une maladie surtout ganglionnaire Contagiosité faible Faible rendement des recherches

Plus en détail

D-Dimères. -Dosage qui existe depuis plus de 20 ans cela permet un certain recul. -Beaucoup d études actuelles mais peu d avancées concrètes.

D-Dimères. -Dosage qui existe depuis plus de 20 ans cela permet un certain recul. -Beaucoup d études actuelles mais peu d avancées concrètes. D-Dimères -Dosage qui existe depuis plus de 20 ans cela permet un certain recul. -Beaucoup d études actuelles mais peu d avancées concrètes. Rappel sur les D-Dimères Ils résultent de la formation puis

Plus en détail

Une autre façon de poser la question?

Une autre façon de poser la question? PREMIERS CAS DE CONTAMINATIONS DES PERSONNELS SOIGNANTS 1985 Sécuriser les soignants pour sécuriser les patients? SIDA par piqûre de seringue: transmission par piqûre d une injection virale à HTLV III

Plus en détail

Facteurs prédictifs de guérison et de mortalité des candidoses hépatospléniques

Facteurs prédictifs de guérison et de mortalité des candidoses hépatospléniques Facteurs prédictifs de guérison et de mortalité des candidoses hépatospléniques 11 juin 2009 10 èmes Journées Nationales d Infectiologie Nathalie De Castro Elodie Mazoyer AP-HP Hôpital Saint-Louis Service

Plus en détail

TUBERCULOSE MDR & XDR

TUBERCULOSE MDR & XDR TUBERCULOSE MDR & XDR ÉPIDÉMIOLOGIE PLACE DE LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE XXe JRPI 1 er octobre 2013 N. BLONDIAUX CH G. DRON, TOURCOING TUBERCULOSE 13 millions de cas actifs déclarés 8,7 millions de nouveaux

Plus en détail

Mai trise du risque lie a l admission d un patient avec tuberculose MDR/XDR

Mai trise du risque lie a l admission d un patient avec tuberculose MDR/XDR Mai trise du risque lie a l admission d un patient avec tuberculose MDR/XDR Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes Généralités Traitement de

Plus en détail

Un risque professionnel? Des nouveautés. Historique

Un risque professionnel? Des nouveautés. Historique Un risque professionnel? Information/dépistage des soignants dans le cadre de la découverte d'une tuberculose chez un patient hospitalisé depuis plusieurs mois JF Gehanno Service de médecine du travail

Plus en détail

Recommandations d utilisation des tests Interféron : HCSP 1 er juillet 2011

Recommandations d utilisation des tests Interféron : HCSP 1 er juillet 2011 Recommandations d utilisation des tests Interféron : HCSP 1 er juillet 2011 Saisine DGS 18 mars 2009 Actualisation des Indications d utilisation des tests IGRA Dans le diagnostic de l ITL ITL récente :

Plus en détail

La tuberculose CLAT Calvados-CPMI Caen

La tuberculose CLAT Calvados-CPMI Caen La tuberculose CLAT Calvados-CPMI Caen Spécificités de l enquête de dépistage en collectivité d enfants ou d adolescents Présentation Information Dr Salaün M.A. 2007 1 Rappels et développement Epidémiologie

Plus en détail

Nouvelles dispositions pour le diagnostic de l infection à VIH :

Nouvelles dispositions pour le diagnostic de l infection à VIH : Nouvelles dispositions pour le diagnostic de l infection à VIH : de la réglementation à la pratique au laboratoire. Dr Syria LAPERCHE Centre National de Référence des Hépatites B et C et du VIH en Transfusion

Plus en détail

Infections Opportunistes au cours du VIH/SIDA

Infections Opportunistes au cours du VIH/SIDA Infections Opportunistes au cours du VIH/SIDA Paramédicaux DIU de Prise en charge des PvVIH au Burundi et dans la région des Grands Lacs Frédéric BIDEGAIN 16 novembre 2015 Définition : Infection opportuniste

Plus en détail

DEPITROD. Etude de faisabilité des TROD pour le VIH en médecine libérale. Plénière COREVIH IDF Nord Le 02/10/13

DEPITROD. Etude de faisabilité des TROD pour le VIH en médecine libérale. Plénière COREVIH IDF Nord Le 02/10/13 DEPITROD Etude de faisabilité des TROD pour le VIH en médecine libérale Plénière COREVIH IDF Nord Le 02/10/13 Sophie Lopes Interne en médecine Générale Paris VII Denis Diderot CONTEXTE Plan national SIDA

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B Stratégie thérapeutique Dr Krifa A Farhat Hached Sousse Sousse le 14 mars 2009 INTRODUCTION Évolution considérable dans la prise en charge thérapeutique des infections chroniques

Plus en détail

Marie-Christine MAZERON

Marie-Christine MAZERON Place des tests virologiques et immunologiques dans la surveillance des infections à CMV des receveurs de greffe d organe et de cellules souches hématopoïétiques Marie-Christine MAZERON Cytomégalovirus

Plus en détail

Angine. Pr Christian Chidiac

Angine. Pr Christian Chidiac Angine Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr Définition

Plus en détail

4. Recommandations de la HAS

4. Recommandations de la HAS 4. Recommandations de la HAS 4.1 Dépistage de l hépatite C La HAS, en accord avec l avis du groupe de travail HAS, valide l algorithme biologique de dépistage de l hépatite C proposé par le groupe de travail

Plus en détail

Effet de la vaccination antigrippale des soignants sur la prévention de la grippe nosocomiale confirmée chez les patients : une étude cas-témoins

Effet de la vaccination antigrippale des soignants sur la prévention de la grippe nosocomiale confirmée chez les patients : une étude cas-témoins Effet de la vaccination antigrippale des soignants sur la prévention de la grippe nosocomiale confirmée chez les patients : une étude cas-témoins Thomas Bénet Service d hygiène, épidémiologie et prévention

Plus en détail

Relation entre concentrations plasmatiques d éfavirenz (EFZ) et troubles neurosensoriels. Suivi prolongé à 4 ans Etude Montana ANRS 091

Relation entre concentrations plasmatiques d éfavirenz (EFZ) et troubles neurosensoriels. Suivi prolongé à 4 ans Etude Montana ANRS 091 Relation entre concentrations plasmatiques d éfavirenz (EFZ) et troubles neurosensoriels. Suivi prolongé à 4 ans Etude Montana ANRS 091 F. Collin 1, A. Rachline 2, H. Sauvageon 2, F. Raffi 3, T. May 4,

Plus en détail

Intérêt des TROD dans la prise en charge des Expositions à risque de transmission virale

Intérêt des TROD dans la prise en charge des Expositions à risque de transmission virale Intérêt des TROD dans la prise en charge des Expositions à risque de transmission virale Elisabeth Rouveix Réunion AES corevih idf ouest et nord décembre 2013 Introduction TROD : Test Rapide d Orientation

Plus en détail

BACILLE DE KOCH (LA TUBERCULOSE)

BACILLE DE KOCH (LA TUBERCULOSE) Page 1/11 BACILLE DE KOCH (LA TUBERCULOSE) CE DOCUMENT CONCERNE L'EVALUATION DES RISQUES BIOLOGIQUE EN MILIEU DE SOINS. IL EST COMPLEMENTAIRE DU GUIDE EFICATT DE L'INRS ET A ETE ELABORE PUIS VALIDE PAR

Plus en détail

Expérience dans un centre de traitement dans l Extrême-Nord Cameroun

Expérience dans un centre de traitement dans l Extrême-Nord Cameroun Accès au suivi virologique pour les patients vivant avec le VIH sous traitement en zone décentralisée d Afrique sub-saharienne: Apport de la méthode DBS Expérience dans un centre de traitement dans l Extrême-Nord

Plus en détail

4èmes Journées scien/fiques site ANRS Cameroun novembre 2011

4èmes Journées scien/fiques site ANRS Cameroun novembre 2011 Agence nationale de recherches Sur le sida et les hépatites virales Améliorer le diagnostic de la tuberculose chez les enfants infectés par le VIH en Afrique (Burkina Faso, Cameroun) et en Asie (Cambodge,

Plus en détail

Cas clinique Enquête autour d un cas IDR vs IGRA Pr Emmanuel Bergot

Cas clinique Enquête autour d un cas IDR vs IGRA Pr Emmanuel Bergot Cas clinique Enquête autour d un cas IDR vs IGRA Pr Emmanuel Bergot Service de Pneumologie, CHU Côte de Nacre Centre de compétence régionale de l HTAP UMR INSERM 1086 «Cancers et Préventions», Université

Plus en détail

Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane

Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane CIE 802 Inserm / DGOS Fiche de synthèse d un projet de recherche Nom du rédacteur : Antoine Adenis Date de création du document

Plus en détail

SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DE LA TUBERCULOSE EN TUNISIE

SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DE LA TUBERCULOSE EN TUNISIE SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DE LA TUBERCULOSE EN TUNISIE Dr Dhikrayat GAMARA Coordinatrice du Programme National de Lutte contre la Tuberculose Direction des Soins de Santé de Base 1. INTRODUCTION La tuberculose

Plus en détail

POSSIBILITÉS THÉRAPEUTIQUES DE L HÉPATITE B AU MAGHREB. Alger 15 Décembre 2016

POSSIBILITÉS THÉRAPEUTIQUES DE L HÉPATITE B AU MAGHREB. Alger 15 Décembre 2016 POSSIBILITÉS THÉRAPEUTIQUES DE L HÉPATITE B AU MAGHREB Alger 15 Décembre 2016 Epidémiologie une prévalence mondiale élevée 10 cause de décès dans le monde Lavanchy D. J Hepatitis 2004 Epidémiologie de

Plus en détail

Syndrome de Reconstitution Immune: aspects cliniques, diagnostiques et thérapeutiques

Syndrome de Reconstitution Immune: aspects cliniques, diagnostiques et thérapeutiques Syndrome de Reconstitution Immune: aspects cliniques, diagnostiques et thérapeutiques Guillaume Breton Service de Médecine Interne Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière guillaume.breton@psl.aphp.fr IRIS:

Plus en détail

Méningites à entérovirus chez les adultes: les pratiques ont évolué!

Méningites à entérovirus chez les adultes: les pratiques ont évolué! Méningites à entérovirus chez les adultes: les pratiques ont évolué! Hélène Peigue-Lafeuille Christine Archimbaud Laboratoire de Virologie, CHU Clermont-Fd CNR Enterovirus- parechovirus, Laboratoire associé

Plus en détail

ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU

ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU TRAITEMENT DE L HÉPATITE C AU SEIN D UNE COHORTE DE PATIENTS CO-INFECTÉS VIH-VHC. N. Bertiaux-Vandaële, H. Montialoux, F. Borsa-Lebas, O. Goria, E. Lerebours, G. Riachi.

Plus en détail