Sécurité et diminution des accidents 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sécurité et diminution des accidents 1"

Transcription

1 Sécurité et diminution des accidents 1

2 Notes concernant l'utilisation du présent support de cours : PORTAL a pour objectif de valoriser les résultats de recherche dans le domaine des transports régionaux et locaux par le développement de nouvelles actions de formation et la mise à disposition de nouveaux supports pédagogiques. Les bénéficiaires de ce projet sont les établissements d'enseignement supérieur. Compte tenu du volume, et dans certains cas, du nombre de projets individuels, il n'est pas possible d'analyser en détail tous les résultats et de les inclure dans ce support de cours. Les supports pédagogiques suivants doivent être utilisés comme un PORTAIL (c'est-à-dire "PORTAL" en anglais). Ils ont pour but de faciliter l'accès aux projets individuels et aux résultats détaillés par les enseignants. Par conséquent, ce support de cours ne prétend en aucun cas être exhaustif. Les attentes des enseignants quant à ces supports pédagogiques sont assez diverses ; elles passent par tout un éventail allant de : "apporter une vue d'ensemble des résultats des recherches européennes sur un sujet en particulier" jusqu'à "apporter des résultats spécifiques et détaillés sur un projet de recherche unique". Au vu de cette diversité, nous avons tenté de parvenir à un compromis et de satisfaire (plus ou moins) les attentes des différents groupes d'utilisateurs. Le document suivant présente les résultats de projets de recherche de l'union Européenne ainsi que des résultats complémentaires issus de projets de recherches nationaux. PORTAL remercie les partenaires et collaborateurs ayant participé à ces projets. Vous trouverez une liste complète des différents projets, consortiums, et bibliographie citée à la fin de ce document. Ce support de cours concernant les résultats de recherche sur le sujet "Sécurité et Diminution des Accidents" a été réalisé en 2001 par Elke Bossaert et Karen Vancluysen (Langzaam Verkeer) et adapté suite à un atelier d'enseignants en ADONIS : Analysis and Development Of New Insight into Subsitution of short car trips by cycling and walking (Analyse et Développement de Nouvelles Idées pour la Substitution des trajets courts en voiture par le vélo et la marche). Principal contractant : Langzaam Verkeer - Belgique ARROWS : Advanced Research on Road Workzone Safety Standards in Europe (Recherche avancée sur les normes de sécurité pour les zones de travaux de voirie) Principal contractant : Université Technique Nationale d'athènes - Grèce DUMAS : Developing Urban Management and Safety (Développement de la gestion urbaine et de la sécurité). Principal contractant : Transport Research Laboratory - Royaume-Uni SAFESTAR : Safety Standards for Road Design and Redesign (Normes de sécurité pour la conception et l'aménagement des routes). Principal contractant : SWOV - Institut pour la Recherche sur la sécurité routière - Pays-Bas STAIRS : Standardization of Accident and Injury Registration Systems (Normalisation des systèmes de recensement des accidents et blessures). Principal contractant : INRETS - France ESCAPE : Enhanced safety coming from appropriate police enforcement (Sécurité améliorée grâce à des mesures de police adaptées). Principal contractant : Centre de Recherche Technique Finnois - Finlande PROMISING : Mise au point et promotion de mesures à l'attention des usagers vulnérables de la route, visant à améliorer la mobilité et la sécurité, en prenant en compte l'inexpérience des différents groupes. Principal contractant : SWOV - Pays-Bas MASTER : Managing Speeds of Traffic on European Roads (Gestion de la vitesse sur les routes européennes). Principal contractant : Centre de Recherche Technique Finnois - Finlande GADGET : Guarding Automobile Drivers through Guidance Education and Technology (Mise en garde des automobilistes par le conseil, l'éducation et la technologie). Principal contractant : Kuratorium für Verkehrssicherheit - Autriche Sécurité et diminution des accidents 2

3 Table des Matières 1. Introduction Définition Objectifs et compétences Challenges Rapport avec les Politiques de l'ue Sommaire Comprendre la sécurité routière Définition du problème... 9 Modes motorisés contre modes non motorisés Pourquoi des accidents se produisent-ils? Impact de la vitesse sur les accidents...13 Usagers vulnérables de la route Approche intégrée Audit de Sécurité Routière...17 Gestion de la Sécurité Urbaine (GSU)...17 Recensement des accidents et des blessés Ingénierie Audit de Sécurité Routière...20 Conception et aménagement de l'environnement...21 Conception de la route et vitesse...28 Conception des routes et modes non motorisés...30 Mesures de sécurité, normes et procédures pour les zones de travaux...34 La gestion de la vitesse...38 Les outils et mesures de la gestion actuelle de la vitesse...41 Les applications télématiques pour les transports (ATT)...42 Les ATT et la gestion de la vitesse L'éducation L éducation et la formation...43 Les campagnes sur la sécurité L application Les mesures légales...46 Les mesures d application alternatives...47 Les effets de l application de la réglementation sur la vitesse Différences nationales /adaptations locales Exemples et meilleures pratiques Les nouvelles politiques et les stratégies de sécurité routière Le catalogue des meilleures pratiques pour les mesures Gladsaxe : l application du plan DUMAS L application du plan MASTER pour évaluer l impact de la vitesse L extension des limitations de vitesse hivernales sur les semi autoroutes en Finlande Recommandations de lectures complémentaires Les audits sur la sécurité routière La gestion de la sécurité urbaine La diminution du nombre d accidents Recensement des accidents et des blessures...54 Les facteurs d'accidents Conception et aménagement des routes Les zones de travaux...55 Les modes non motorisés Usagers vulnérables de la route Gestion de la Vitesse Éducation Éducation et formation...56 Sécurité et diminution des accidents 3

4 5.8 Les mesures d application des lois La sécurité et la diminution du nombre d accidents Exercices Gestion de la Sécurité Urbaine Environnement de la Route Sécurité des Zones de Travaux Mesures à l'intention des cyclistes et des piétons Gestion de la vitesse Bibliographie Glossaire Sécurité et diminution des accidents - les consortiums des projets Sécurité et diminution des accidents 4

5 1. Introduction 1.1 Définition La sécurité peut se définir comme: l'absence de blessure ou de risque. Il s'agit de la sécurité perçue lors du processus de transport (absence de conflits et d'accidents dans le trafic). Par conséquent, la sécurité routière implique que tous les voyages / déplacements effectués vers une certaine destination le soient sans aucun accident ou sentiment d'insécurité. Les accidents sont définis comme: évènement négatif inattendu. Cela peut prendre la forme d'une chute, d'un choc intensif, d'une collision ou d'une explosion. Il faut faire la distinction entre les éléments suivants: Accident de la route (ou accident de la circulation) : définition utilisée pour les statistiques dans la plupart des pays. Il s'agit d'une collision ayant lieu sur la voie publique et qui implique au moins un véhicule roulant. Sont considérés comme accidents de la route les accidents provoquant uniquement des dégâts matériels et les accidents occasionnant des blessures. Causalité des accidents : ensemble d'évènements impliquant divers éléments du système de transport ou de circulation routière (l'environnement de la route, les véhicules, les usagers de la route) qui conduisent à l'accident. Données de l'accidentologie : ensemble formalisé des informations collectées relatives aux accidents de la route ayant occasionné des blessés. Facteur d'accident (ou facteur contribuant) : tout élément du système de transport ou de la circulation (c'est-à-dire en rapport avec la route et son environnement, les véhicules, l'organisation des transports ou de la circulation, les usagers de la route ou l'interaction entre ces derniers) ayant été identifié comme intervenant dans un processus d'accident de telle sorte que l'accident n'aurait pas eu lieu si cet élément avait été différent ou absent. Ce ne serait pas équitable de comparer la sécurité/les risques de différents modes de transport sur la base du kilométrage. En effet, les différents modes de transports parcourent des kilomètres sur différents types de route qui ne bénéficient pas tous des mêmes équipements de sécurité. Les facteurs d'influence à haut risque sont les suivants : Protection : la vulnérabilité du corps importe beaucoup dans la comparaison des risques inhérents à chacun de modes. La masse et la vitesse des véhicules à moteur ne sont pas comparables à celles des modes de transport non motorisés. Caractéristiques des véhicules : risque élevé pour les deux-roues motorisés ; Priorité en terme de planification et de conception : les planificateurs et les concepteurs sont beaucoup plus conscients des besoins de confort et d'efficacité des automobilistes que ceux des conducteurs de deux-roues et des piétons ; Sécurité et diminution des accidents 5

6 Rapport avec l'exposition : lorsqu'un nombre plus restreint d'individus choisit la marche ou le vélo, la priorité leur est moins donnée dans la planification et donc les problèmes ne sont pas résolus. De plus, la faible proportion d'un mode dans le trafic a une incidence sur les prévisions et fait que les autres usagers de la route anticipent beaucoup moins ; Manque de communication : facteur élémentaire des accidents, étant donné que les automobilistes peuvent être surpris par des actions inattendues ou mal interpréter les intentions des autres, la communication est particulièrement difficile lorsque la vitesse est élevée, lorsque l'environnement physique n'est pas conçu pour aider les automobilistes à se concentrer sur les piétons, ou lorsqu'il y a des problèmes de visibilité ; Age : les personnes âgées risquent davantage de trouver la mort ou d'être gravement blessées en raison de la vulnérabilité de leur corps, alors que les enfants ou les jeunes ont beaucoup plus de risques d'être impliqués dans un accident en raison de leur manque de compétence et d'expérience ; Goût du risque : La recherche de sensation concerne environ 30% des automobilistes. (PROMISING : Rapport final, 2001) 1.2 Objectifs et compétences Les étudiants doivent acquérir les connaissances et compétences suivantes : avoir une vue d'ensemble (intégrée) du domaine de la sécurité routière avoir une perspective européenne sur une question qui est d'ordinaire d'ordre national se tenir au courant des politiques actuelles, des techniques et des méthodes les plus récentes être informé des meilleures pratiques en matière de travaux sur la sécurité routière 1.3 Challenges Les statistiques d'accidentologie dans les différents pays européens montrent que la sécurité routière demeure un problème majeur qui demande des solutions efficaces. Un grand nombre de mesures de sécurité routières ont été mises au point au 20 e siècle. Leur développement a décollé au cours des années 60. La motorisation en masse et le nombre d'accidents mortels en hausse chaque année ont rendu la nécessité d'entreprendre des politiques de sécurité routière critique. L'échange des connaissances et des expériences en matière de mesures permet de constituer une base fructueuse pour les politiques futures. Les mesures qui ont démontré leur efficacité dans certains pays peuvent éventuellement être mises en œuvre dans d'autres pays. Toutefois, la validité d'application des connaissances et des expériences a ses limites. En règle générale, par le passé, les politiques de sécurité routière ne prenaient pas en compte les besoins de mobilité des différents modes de transport et estimaient que l'accroissement du trafic automobile allait de soi. Aujourd'hui, de nombreux pays européens développent des politiques qui considèrent la marche et le vélo comme des modes de transport à part entière. Les exigences en matière de conception pour un transport efficace devront être élaborées de façon adaptée pour les cyclistes et les piétons. Une deuxième limitation est liée à la politique de sécurité routière elle-même. De nombreuses mesures mises en place on prouvé leur efficacité, elles ne sont cependant pas suffisantes pour créer les conditions d'un système routier sécurisé. Les usagers de la route devraient également être en Sécurité et diminution des accidents 6

7 mesure d'adapter immédiatement leur comportement à l'environnement du trafic et leur comportement devrait être guidé techniquement dans cette direction. Le risque de blessure grave devrait être réduit grâce à un ajustement de la conception de la route adaptée aux capacités limitées des humains. De nouveaux concepts de sécurité routière ont été mis au point en ce sens. La planification regroupée de l'espace et des transports peut par exemple constituer une bonne base pour tenter de modérer la circulation dans les agglomérations. La tendance à la réduction de la vitesse n'est pas non plus stimulée uniquement du point de vue de la sécurité routière. L'intégration de politiques de sécurité routière aux politiques de transport, de gestion du trafic, de la pollution de l'environnement, de la qualité de vie en milieu urbain, et d'autres questions d'ordre social constitue une condition sine qua non. (PROMISING, Rapport Final, 2001). 1.4 Rapport avec les Politiques de l'ue Le nouveau Livre Blanc sur La politique européenne des transports à l'horizon 2010 : l'heure des choix affirme que : "L'Union Européenne doit s'engager, dans la décennie à venir, à poursuivre un objectif communautaire ambitieux de réduction de moitié du nombre des morts sur la route, à travers une action intégrée prenant en compte les dimensions humaines et techniques et visant à faire du réseau transeuropéen routier un réseau plus sûr ( ). S il est pour l essentiel de la responsabilité des autorités nationales ou locales de prendre des mesures pour atteindre l objectif de diminution de moitié des morts sur les routes d ici 2010, l Union Européenne doit contribuer à cet objectif, non seulement par l échange de bonnes pratiques, mais aussi par une action à un double niveau : d'une part, l'harmonisation des sanctions, d autre part, la promotion de nouvelles technologies au service de la sécurité routière" (Livre Blanc 2001) "Améliorer la sécurité routière est l'une des principales préoccupations de la Politique Commune de Transport. Quatre principaux domaines de recherche ont été identifiés : conception et aménagement des infrastructures routières conception des véhicules (afin de prévenir les accidents et de réduire le nombre de blessés parmi les passagers de véhicules et les usagers vulnérables de la route) signalisation et contrôle de la circulation comportement du conducteur (par exemple une vitesse appropriée, pas d'alcool ni de drogues, port de la ceinture de sécurité). Plusieurs facteurs visant à améliorer la sécurité ont été identifiés, notamment l'harmonisation de l'information, des statistiques et des bases de données sur les accidents. La création de normes de sécurité pour la conception des routes et des carrefours, l'amélioration de la sécurité passive pour les véhicules au moyen de recherche sur la conception de la voiture et de tests de résistance aux chocs sont des facteurs essentiels qui vont de pair avec la création de normes sur le contrôle de la vitesse des véhicules. Les comportements individuels et collectifs des automobilistes peuvent être changés grâce à des campagnes de publicité sur des nouvelles lois et de nouveaux règlements conjugués à une meilleure application des règlements en matière de vitesse, d'alcool, de drogues, et de port de la ceinture de sécurité". (Programme-cadre de RDT sur les transports, Transport Routiers, projet EXTRA, CE) Sécurité et diminution des accidents 7

8 1.5 Sommaire Le prix payé pour la mobilité en Europe est toujours bien trop élevé. Par conséquent, l'une des principales préoccupations de la Politique Commune de Transport est d'améliorer la sécurité routière sur les routes européennes. Le présent support de cours résume un certain nombre de mesures et d'approches en matière de sécurité routière issues de projets européens. Il présente des informations clés sur les sujets de recherche actuellement à l'étude dans le domaine de la sécurité routière en Europe. Ce support de cours propose une approche intégrée des mesures visant à améliorer la sécurité et la réduction du nombre d'accidents. Lorsque l'on aborde ces problèmes, on ne peut obtenir des résultats optimums que par un mélange prudent de technique, d'éducation et de mesures d'application. Les principaux résultats des études européennes dans les domaines suivants font l'objet d'explications : l'audit de la sécurité, la Gestion de la Sécurité Urbaine, la conception et l aménagement de l'environnement, les mesures de gestion de la vitesse, l éducation et la formation, les mesures d'applications alternatives, etc. Les exemples, meilleures pratiques et recommandations de lectures complémentaires préludent à une information approfondie sur les recherches européennes dans le domaine de la sécurité routière et de la diminution des accidents. Sécurité et diminution des accidents 8

9 2. Comprendre la sécurité routière Le présent document résume un certain nombre de mesures et d'approches en matière de sécurité routière issues de projets européens. Il est essentiel d'aborder le problème de la sécurité routière par une approche intégrée. Toutes les mesures présentées dans ce document doivent par conséquent être interprétées et considérées en relation les unes avec les autres, même si elles sont ici présentées selon la classification des trois "E" - Engineering, Exécution et Éducation, par souci de clarté. La catégorie "Engineering" (c'est-à-dire génie ou ingénierie) englobe les normes techniques pour les véhicules et l'environnement. Le deuxième domaine, "Éducation", regroupe les mesures sur les aspects comportementaux. Enfin, le dernier "E", comme "Exécution", est constitué de mesures juridiques et de mesures d'application alternatives. Tous les aspects ne seront pas traités de la même façon en raison du nombre de résultats pertinents disponibles parmi les projets européens. Cela ne reflète en rien l'importance qui doit être attachée à ces différentes questions. Ce document n'a pas pour ambition de fournir un cours général sur la sécurité routière, mais de présenter des informations clés sur les sujets de recherche actuellement à l'étude dans le domaine de la sécurité routière en Europe. Vous trouverez des recommandations pour des lectures complémentaires et plus approfondies au chapitre Définition du problème Le prix payé pour la mobilité en Europe est toujours bien trop élevé. En l'an 2000, plus de personnes ont trouvé la mort et plus d'1,7 millions ont été blessées dans des accidents de la route dans L'Union Européenne. La tranche d'âges la plus touchée est les ans, pour qui les accidents de la route constituent la première cause de mortalité. Le coût directement mesurable des accidents de la route s'élève à environ 45 milliards d'euro. Les coûts indirects (y compris les préjudices physiques et psychologiques subis par les victimes et leur entourage) sont trois à quatre fois plus importants. Le montant annuel est estimé à 160 milliards d'euro. (Livre Blanc. La politique européenne des transports à l'horizon 2010 : l'heure des choix, 2001). Hormis la réalité des chiffres, il existe un sentiment très fort d'insécurité sur la route chez les individus, qui n'est pas fondé uniquement sur les accidents mais aussi sur l'impression que chacun a régulièrement d'avoir échappé de justesse à un accident. Lutter contre l'insécurité subjective et objective demeure une priorité essentielle pour la société. Chaque problème de sécurité routière peut être décrit selon trois principales dimensions de risque, se rapportant aux trois phases les plus importantes dans chaque accident (avant, pendant et après) : Première dimension : ampleur de l'activité qui peut occasionner des accidents : l'exposition ; celle-ci peut être mesurée en terme de nombre de déplacements, de distance parcourue et de temps de trajet Deuxième dimension : le risque (possibilité d'accident de la circulation) que chacun prend lorsqu'il/elle effectue son activité Troisième dimension : la conséquence d'un accident (blessé, mortellement blessé, gravement blessé, légèrement blessé, dégâts matériels) (OECD 1997) Sécurité et diminution des accidents 9

10 Un accident de la circulation est généralement le résultat direct d'une défaillance d'au moins un des trois éléments qui s'influencent réciproquement : la sécurité intrinsèque des véhicules la sécurité intrinsèque de la route et de son environnement le comportement souhaité de l'usager de la route. Les interactions entre ces différents facteurs jouent un rôle particulièrement important. Les mesures de sécurité routière devraient être destinées à élucider le concours de circonstances qui conduit à l'accident dans une situation concrète. Si l'un de ces facteurs d'influence peut être modifié, il y a alors de bonnes chances pour que l'accident ne se produise pas. En d'autres termes, une diminution du nombre d'accidents se traduit par un comportement plus prudent de l'usager de la route, des véhicules et des infrastructures routières plus sûrs ; une meilleure éducation, des usagers de la route mieux formés ou avec plus d'expérience ; une conception de la route mieux adaptée afin de causer moins de conflits pour les usagers de la route ; des véhicules plus sûrs offrant une meilleure visibilité ou équipés de freins plus performants, etc. Les études montrent que la combinaison et l'intégration de ces éléments sont particulièrement importantes. Une opération prudente de l'interface entre ces éléments est aussi importante que la sécurité intrinsèque de l'usager de la route, du véhicule et de son environnement en tant que tel. Les mesures de sécurité routière doivent : Empêcher les accidents de se produire et éviter que les incidents se transforment en accidents ; Si un accident a effectivement lieu, limiter les dégâts physiques et matériels ; Éviter que les dommages et blessures causés s'aggravent et s'assurer qu'ils sont pris en charge de manière professionnelle. Lorsque l'on juge de l'acceptabilité ou de la non-acceptabilité des risques, un certain nombre de facteurs doivent être pris en compte : la mesure dans laquelle un individu peut contrôler le risque auquel il est confronté; par exemple les usagers des transports publics et les passagers des avions acceptent un risque moindre que les participants au trafic tels que les motocyclistes ou les automobilistes ; la mesure dans laquelle un individu est protégé et un autre sans protection ; par exemple le risque que les piétons et les cyclistes encourent est considéré comme étant moins acceptable que celui encouru par les automobilistes ; la prévention du risque : situations dans lesquels le risque aurait pu être facilement évité. Par exemple, lorsque le risque est la conséquence d'une agression, d'un usager sous l'emprise de l'alcool ou qui roule à une vitesse excessive, cela est moins acceptable que les situations dans lesquelles le risque n'aurait pas pu être évité aussi facilement ; Sécurité et diminution des accidents 10

11 la mortalité du risque : un accident qui provoque la mort de 100 personnes parait plus important que 100 accidents qui font un mort ; l'importance attachée au déplacement : un automobiliste qui part en retard à un rendez-vous important prend plus de risques que quelqu'un qui prend la route pour effectuer un voyage de loisir. (Conception d'un Plan de Mobilité en Flandres, 2001) Modes motorisés contre modes non motorisés Les politiques de sécurité ont été élaborées plus ou moins indépendamment des politiques de transport. Par le passé de nombreuses mesures étaient restrictives, particulièrement à l'égard des cyclistes et des piétons. La priorité a été donnée pour fluidifier le trafic automobile. Les piétons et les cyclistes ont du renoncer à de l'espace et à certaines libertés et demeurent vulnérables quand ils partagent la route avec le trafic motorisé. Considérer la marche et le vélo comme des moyens de transport requiert un changement des mentalités au niveau politique. Si la sécurité et la mobilité de tous les groupes doivent être améliorées de manière intégrée, un meilleur équilibre entre la mobilité et la sécurité pour tous les modes de transport doit être créé. La conception des équipements routiers devrait être orientée vers la sécurité et les besoins en mobilité des piétons et des cyclistes. Ces besoins concernent un réseau cohérent, des trajets directs vers différentes destinations, la sécurité, le confort, l'exécution facile de tâches et l'attractivité. Une planification à long terme est également indispensable si on veut réaliser un réel progrès dans le domaine de la sécurité routière. De nouveaux concepts définissent le cadre que requiert la planification à long terme (cf. Chapitre 7). Dans ces concepts, les accidents mortels ne sont plus définis comme un effet secondaire négatif, mais sont largement acceptés comme partie intégrante du système de transport routier. Au contraire, les accidents mortels peuvent et devraient être évités et la probabilité d'accidents peut être réduite drastiquement au moyen de la conception de l'infrastructure. Là où les accidents continuent de se produire, le processus qui détermine la sévérité de ces accidents devrait être influencé de telle manière que la possibilité de blessure grave soit virtuellement éliminée. Les principales conséquences pour la planification et la conception routières sont : Le trafic motorisé avec une fonction de flux ou de distribution doit être séparé du transport non motorisé ; Un réseau comprenant les principaux trajets doit être créé pour les piétons et les cyclistes ; Un juste équilibre entre le trafic motorisé et le trafic non motorisé doit être trouvé pour la signalisation de priorité aux carrefours ; La vitesse maximum du trafic motorisé devrait être limitée sur les routes où il se mélange avec du trafic non motorisé. (PROMISING : Rapport Final 2001) Les besoins essentiels pour le voyage et l'optimisation des déplacements Pour ce qui est des voyages, quel qu'en soit le mode, un planificateur devrait tenir compte du fait qu'un déplacement doit être rapide, sûr et confortable. Rapide peut être exprimé en termes de vitesse, durée et longueur du déplacement ; sûr est un terme général désignant la sécurité routière ressentie durant le processus de transport (conflits et accidents dans le trafic) et le sentiment de sûreté au niveau social (sécurité) dans l'environnement urbain ; et confortable se rapporte à la fois au véhicule et à l'environnement routier. Sécurité et diminution des accidents 11

12 Les trois modes considérés la conduite, le vélo et la marche peuvent chacun optimiser ces trois besoins essentiels : Les automobilistes vont utiliser la vitesse pour se rendre quelque part de manière rapide. Leur sécurité est assurée par une ceinture de sécurité, un "habitacle rigide" et la masse de la voiture. Leur confort se rapporte à la fois à la construction de la voiture et à la surface de la route ; Les cyclistes vont essayer de rendre leur déplacement aussi rapide que possible en choisissant les itinéraires les plus courts et en réduisant les temps d'attente. La sécurité du déplacement peut être optimisée en évitant les situations de croisement avec le trafic intense, par des traversées à des endroits où les vitesses des véhicules sont faibles et en utilisant la "supériorité numérique". De nombreux cyclistes traversant en même temps vont forcer les automobilistes à s'arrêter même si, officiellement, les conducteurs ont la priorité de passage. Le port d'un casque cycliste, qui est courant dans certains pays, contribue également à augmenter la sécurité. Le confort d'un déplacement à vélo peut être optimisé en choisissant des itinéraires avec surfaces planes et en évitant les sections de routes ouvertes et exposées au vent. Les piétons utilisent plus ou moins les mêmes stratégies que les cyclistes. Pour ce qui concerne le confort, la présence d'un trottoir peut se révéler très importante. Vient ensuite la qualité de la surface de la route. 2.2 Pourquoi des accidents se produisent-ils? Les analyses qualitatives des facteurs d'accident des cyclistes et des piétons dans le projet européen ADONIS montrent que des facteurs variés peuvent générer un accident (ADONIS : Rapport Final, 1998) : L'inattention, notamment le défaut de perception de l'autre partie comme étant un danger et le défaut de perception de l'autre partie tout court ; Le non respect des règles, notamment le non respect des feux rouges, la conduite trop rapide, le non respect des priorités, le vélo sans lumières ; L'erreur de jugement, notamment l'incapacité à interpréter correctement les intentions de l'autre partie ; La faible visibilité, premièrement parce qu'une des parties était cachée par d'autres voitures ou se trouvait dans l'angle mort, et deuxièmement parce qu'un soleil éblouissant ou un temps pluvieux la rendait difficile à voir. Sécurité et diminution des accidents 12

13 Impact de la vitesse sur les accidents De précédentes études sur la relation entre la vitesse et son implication dans un accident ont montré que les véhicules se déplaçant plus lentement que la vitesse moyenne indiquée pour une route, tout comme les véhicules roulant plus vite, ont un risque d'implication dans un accident au dessus de la moyenne, mais la sévérité des accidents augmente de manière exponentielle avec la vitesse. Cela correspond aux résultats ultérieurs qui montrent que sur les routes d'un type donné, le taux d'accidents corporels, celui avec blessures graves (incluant les blessures mortelles) et celui d'accidents mortels augmente brutalement comme les 2 e, 3 e et 4 e puissances de la vitesse moyenne du trafic. Variation des accidents (km/h) Mortel Blessures graves Tous Variation de la vitesse moyenne (km/h) Illustration 1 : Effets de la vitesse moyenne sur le nombre d'accidents selon le modèle suédois pour une vitesse moyenne initiale de 80 km/h (Anderson & Nilsson 1997, Rapport Final MASTER, 1998) Les taux d'accident et la variation de la vitesse présentent une corrélation positive. Il n'y a cependant pas de rapport logique entre la variation de la vitesse et la causalité de l'accident. De plus, la variation de la vitesse n'a pas d'incidence sur les conséquences si un accident se produit. D'un autre côté, une augmentation dans la vitesse absolue augmente logiquement le risque d'accident parce qu'il diminue le temps dont le conducteur dispose dans les situations critiques pour observer, prendre des décisions et exécuter des manœuvres d'évitement. L'augmentation de la vitesse absolue, contrairement à la variation de la vitesse, augmente presque toujours les forces à l'œuvre lors du choc. Par conséquent, l'augmentation de la vitesse augmente les dommages causés aux véhicules et la gravité des blessures occasionnées aux occupants. De plus, dans les accidents de piétons, le risque mortel pour le piéton augmente rapidement avec la vitesse d'impact de la voiture, par exemple par un facteur de 2,5 quand la vitesse d'impact augmente de 40 à 50 km/h. (MASTER, Rapport Final, 1998). Sécurité et diminution des accidents 13

14 Probabilité de décès Vitesse d'impact (km/h) Illustration 2 : L'effet de la vitesse d'impact sur le risque mortel dans les accidents de piétons (Pasanen 1991, Rapport Final MASTER, 1998) La modélisation statistique logarithmique d'échantillons représentatifs offre la perspective de modèles trans-nationaux qui permettent d'estimer les choix de vitesse par rapport aux fréquences d'accident sur des catégories particulières de routes dans un éventail d'états membres. Le développement d'un outil qui contribue à l'évaluation des effets de différents niveaux de vitesse sur différents types de routes requiert un programme à grande échelle de développement de modèles trans-nationaux pour chaque catégorie ou route appropriée particulièrement les autoroutes, et les principales routes rurales et urbaines. Facteurs influant sur le choix de la vitesse La théorie du comportement planifié est fréquemment utilisée dans la psychologie du trafic. Les modèles construits sur cette théorie indiquent que le comportement du conducteur est largement déterminé par les intentions, qui sont à leur tour déterminées par les attitudes, les normes subjectives et le contrôle de comportement perçu. De même, le comportement de vitesse n'est pas seulement guidé par la motivation, mais aussi par des facteurs de feedback (réaction) externes tels que ceux perçus par les conducteurs, comme les éléments de conception de la route (cf. 2.2) et le comportement des autres usagers de la route dans leurs environs. L'illustration ci-dessous présente une vue d'ensemble des facteurs qui influencent le comportement de vitesse des conducteurs. Sécurité et diminution des accidents 14

15 Automobiliste Attitude cognition; conviction; émotion Norme subjective Contrôle comportemental perçu Intention Environnement de la route Environnement du trafic Perception Traitement de 'information Prise de décision Action Vitesse du véhicule direction, etc. Illustration 3: Modèle comportemental global combiné indiquant les facteurs influençant le comportement de vitesse des conducteurs (Master, Rapport Final, 1998) Le choix de la vitesse du conducteur est influencé par la vitesse de conduite des autres usagers de la route et par la façon dont les gens évaluent l'opinion et la réaction des personnes proches (famille, amis, passagers, police, gouvernement). L'importance relative des attitudes et normes sociales varie selon la nature de la route. Les individus ne sont pas seulement soumis aux influences sociales, ils exercent aussi ces influences. Les campagnes d'information peuvent exploiter cette réalité. Les intentions et comportements des personnes sont également conditionnés par la maîtrise qu'elles pensent avoir de leur propre comportement. Les gens n'ont pas seulement l'impression qu'il est difficile de maîtriser le comportement en matière de vitesse sur la route, ils surestiment également leur propre capacité à contrôler les conséquences de la vitesse. Un facteur bien connu en matière de comportement de vitesse est celui de la recherche de sensation. Le besoin de se sentir maître de la situation lorsque celle-ci est particulièrement difficile constitue certainement l'un des principaux facteurs de la vitesse au volant ; l'attirance pour le danger ne joue quant à lui qu'un rôle mineur. Une deuxième possibilité est l'agression, qui conduit sans doute à toutes sortes de comportements dangereux, et notamment la conduite à vitesse élevée. Dans le cadre du projet MASTER, usagers de la route ont été interrogés dans 6 pays européens au sujet de l'acceptabilité des niveaux de vitesse et des mesures à prendre pour limiter la vitesse. Les résultats indiquent un net mécontentement à l'égard des niveaux actuels de vitesse, parmi les automobilistes eux-mêmes, mais également parmi les usagers vulnérables de la route, autant en terme de qualité de vie urbaine que de sécurité routière. Les gens sont prêts, du moins en principe, à voir les vitesses se réduire. Cela indique que le climat est sans doute favorable aux politiques de gestion de la vitesse visant à modérer la vitesse. (MASTER, Rapport Final, 1998). Sécurité et diminution des accidents 15

16 Usagers vulnérables de la route La plupart des usagers de la route interrogés dans le cadre de l'étude d'accidentologie ADONIS à Amsterdam et à Copenhague sont généralement d'avis que le comportement des cyclistes est déplorable. Pour que les cyclistes et les piétons adoptent un comportement plus prudent, il est indispensable d'une part, qu'ils soient éduqués et informés et que, d'autre part, la signalisation et la conception de la route soient claires et sans ambiguïté. Parmi les personnes interrogées qui ont été impliquées dans des accidents, nombreuses sont celles qui ont suggéré plusieurs mesures qui leur semblent susceptibles d'accroître la sécurité, notamment par : La mise en œuvre d'itinéraires sécurisés pour les cyclistes et les piétons et d'endroits plus sûrs pour les traversées de rues ; La réduction des conflits avec les cyclistes et les piétons ; les personnes interrogées estiment que les automobilistes se comportent très mal. L'accroissement de la visibilité ; l'analyse d'accidents montre que les usagers de la route avaient eu une perception inadéquate des autres voyageurs, n'avaient pas assez conscience du reste du trafic et étaient par conséquent incapables d'engager à temps des actions d'évitement. La présentation de campagnes visant à informer les piétons et cyclistes du besoin d'évaluer plus précisément le comportement des autres usagers de la route. (ADONIS, Rapport Final, 1998) Les efforts visant à accroître l'attention des usagers de la route sont importants pour améliorer la sécurité. Parmi les mesures qui peuvent augmenter l'attention dans les croisements entre automobilistes et cyclistes, notons celles ayant trait aux nouveaux types de conception de carrefours ou des campagnes d'information. En bref, pour augmenter l'attention des usagers de la route les mesures suivantes devraient être prises : Augmenter l'attention aux intersections et aux autres endroits où les différents usagers de la route se croisent ; Informer sur les mesures matérielles ; Améliorer et renforcer l'éducation routière. Une autre question essentielle pour réduire l'apparition d'accidents est de s'assurer que les usagers de la route comprennent les mesures et les règles. Bien que les répondants qui ont pris part à l'analyse d'accidentologie n'aient pas noté la sécurité comme étant déterminante pour leur choix d'un mode de transport, les conditions de sécurité pour les piétons et les cyclistes en général devraient être améliorées avant de promouvoir un basculement de la conduite automobile vers la marche ou le vélo. Il faut rappeler que les véhicules motorisés sont impliqués dans un important nombre d'accidents de cyclistes ou de piétons et qu'ils influencent particulièrement le risque d'accidents graves pour les deux groupes d'usagers de la route. (ADONIS, Rapport Final, 1998) Sécurité et diminution des accidents 16

17 2.3 Approche intégrée Comme nous l'avons dit précédemment, il est capital d'aborder des problèmes de sécurité routière avec une approche intégrée. Lorsque l'on aborde ces problèmes, on ne peut obtenir des résultats optimums que par un mélange prudent de technique, d'éducation et de mesures d'application. Les paragraphes ci-dessous sont des exemples de politiques européennes intégrées qui ont été mises en œuvre dans plusieurs pays membres de l'ue. Audit de Sécurité Routière "Les Audits de Sécurité Routière (ASR) sont utilisés pour identifier des problèmes de sécurité routière potentiels et se concentrer sur les mesures de sécurité à prendre pour surmonter ces problèmes. Cette technique est utilisée pour détecter d'éventuels risques d'accidents au cours des diverses étapes d'un projet, avant qu'une nouvelle route soit ouverte à la circulation". (Safestar, Rapport Final, 1998). Les ASR peuvent contribuer à empêcher les accidents ou en réduire la gravité. Les ASR sont utilisés depuis le début des années 80. Au Royaume-Uni, le recours à l'asr est obligatoire pour toutes les routes interurbaines et conseillé, sur la base du volontariat, pour tous les autres projets routiers. L'objectif principal est de s'assurer que les projets routiers soient aussi sécurisés que possible, dans l'optique de réduire le nombre et la gravité des accidents. Les ASR ont pour mission de garantir que les nouveaux projets soient exempts "d'erreurs". Les objectifs secondaires des ASR sont les suivants : Diminuer les risques d'accident sur le réseau routier adjacent aux nouveaux projets ; Insister sur l'intérêt d'une conception axée sur la sécurité et faire prendre davantage conscience aux personnes impliquées dans la planification de l'importance de la construction et de l'entretien des routes. Souligner l'importance de la prise en compte les besoins de tous les types d'usagers. Réduire le coût des projets sur leur durée de vie globale, en minimisant les besoins de corrections ultérieurs. (Safestar, Rapport Final, 1998) Gestion de la Sécurité Urbaine (GSU) Introduction La Gestion de la Sécurité Urbaine (GSU) est une méthode qui consiste à diminuer le nombre de victimes d'accidents de la route dans une ville ou une agglomération en confrontant diverses approches et personnes afin d'aborder le problème des accidents de façon stratégique. Il s'agit d'une approche à l'échelle d'une zone définie qui intègre différentes disciplines, dont la gestion du trafic, l'application des règles, l'éducation, les transports publics, etc. La confrontation de ces différentes disciplines et approches de la sécurité permet de créer un vaste éventail de solutions potentielles. (Rapport Final DUMAS, 1998). La GSU a été élaborée afin d'apporter des solutions aux "accidents dispersés". On appelle "dispersés" les accidents qui se produisent non pas à des endroits spécifiques, mais plus au hasard à n'importe quel endroit de la zone urbaine. Ils ne peuvent être résolus par des actions spécifiques locales et nécessitent une approche sur l'ensemble de la zone. Sécurité et diminution des accidents 17

18 Stratégie de sécurité Mesures pour les sites à haut risque Application Mesures afin d'aider les piétons et les cyclistes environnement Projets de sécurisation de la zone éducation, formation et publicité Santé, assistance sociale et éducation Construction routière et entretien transport public Utilisation du sol Autres politiques influençant la sécurité Illustration 4: Gestion de la sécurité. Conclusion La Gestion de la Sécurité Urbaine est en place depuis plus de 10 ans ; le cadre de référence DUMAS est un outil efficace pour surmonter les problèmes potentiels. Avant le projet DUMAS, le nombre de procédures en place était quasiment nul en raison de la complexité de la GSU, autant en terme politique qu'économique. L'exemple de la ville de Gladsaxe au Danemark, présenté au chapitre 4, illustre l'aide que le cadre DUMAS peut apporter pour surmonter les problèmes. Pour de plus amples informations sur le programme cadre et les procédures de GSU, consultez la version complète en anglais. Recensement des accidents et des blessés Les bases de données répertoriant les accidents et les blessés sont indispensables pour permettre une évaluation objective du problème de sécurité routière, identifier des domaines de priorité en terme d'actions et de ressources et contrôler l'efficacité des contre-mesures. Comme le précise le projet STAIRS, il est indispensable de disposer de telles bases de données sur l'accidentologie au niveau européen pour décrire l'état actuel de la sécurité routière à travers l'union Européenne, et ce afin de pouvoir définir des objectifs en terme de niveaux de sécurité pour chaque mode de transport et d'adopter une approche tenant compte de ces systèmes de registres pour la définition des stratégies. Conscient des bénéfices que peut apporter une base de données européenne sur les accidents de la route, le Conseil des Ministres a approuvé en 1993 la création d'une base de données communautaire sur les accidents de la route en Europe, connue sous le nom de la base de données CARE. La base de données CARE s'emploie en partie à fournir un système permettant un décompte des accidents mortels et des accidents graves ayant été signalés, ainsi que des détails essentiels sur les accidents déclarés. Le projet STAIRS s'est intéressé à la nécessité et la faisabilité d'une base de données approfondie sur les dommages corporels occasionnés par les accidents afin d'établir les priorités de Sécurité et diminution des accidents 18

19 sécurité en terme de conception de voiture et d'apporter un feedback sur l'efficacité des réglementations. La base de données CARE regroupe des informations statistiques sur les accidents consignés par les forces de police en Europe et ayant provoqué des blessés ou des morts. Elle contient également un ensemble de données annuelles nationales sur les accidents fournis par chacun des 15 États Membres, dans sa forme d'origine et sans harmonisation des variables individuels. Chaque État Membre est responsable de la qualité de ses données et est invité à les valider une fois qu'elles sont parues dans la base de données CARE. Cela permet de garantir que l'information contenue dans la base de données CARE est conforme aux informations extraites des bases de données nationales. (ETSC, Bruxelles 2001). Dans un système de recensement général des accidents et des blessés, une distinction est faite entre les objectifs de sécurité primaires et secondaires. Les objectifs primaires concernent les méthodes qui s'attachent à éviter qu'un accident se produise, alors que les objectifs secondaires traitent des méthodes utilisées pour empêcher les risques de blessure en cas d'accident. Le projet européen STAIRS s'est intéressé à différentes façons de collecter des données. Les études détaillées sur l'accidentologie ont été répertoriées en 3 catégories : "études rétrospectives", "études in-situ et en temps réel" et "études en hôpitaux". Le choix porté sur l'un de ces systèmes sera fonction : de l'objectif de l'étude et des données que vous souhaitez collecter ; des moyens dont vous pouvez disposer, autant sur un plan humain que financier ; et enfin de l'organisation locale des services d'urgences. Le tableau ci-dessous synthétise les différentes possibilités : RETROSPECTIVE IN-SITU EN HÔPITAUX Sécurité Secondaire Oui Oui Peu de données sur les véhicules Sécurité Primaire Possible en partie Oui Requiert des études spécifiques Cause de l'accident non approprié Possible Requiert des études spécifiques Détail des blessures Indépendant Indépendant Oui Coût par cause coût faible / cas coût élevé / cas coût très faible / cas Effectifs Niveau de référence plus élevé Plus faible Équipe spéciale (regroupement) Système de notification Accords spéciaux (hormis pour les personnes impliquées) Échantillon statistique "spécialistes universels" (hormis pour les données médicales) Plusieurs spécialistes Hormis pour les études spécifiques Relativement facile Difficile Ne s'applique pas Rapports de Police Données des hôpitaux Facile, mobile Tableau 1 : Catégories d'accidentologie Police (accès sur les lieux) Services des Urgences Hospitalières Plus difficile, plus souvent fixe Services des Urgences Hospitalières (publics et privés) Potentiellement exhaustif Sécurité et diminution des accidents 19

20 Nous sommes encore loin de disposer d'une base de données d'accidentologie approfondie et harmonisée à l'échelle européenne. De nombreuses barrières subsistent en ce qui concerne la façon dont sont collectées (ou non) les données dans les différents États Membres, notamment concernant les questions d'éthique, de protection et de confidentialité des données ; du coût qu'impliquent l'acquisition, l'analyse des données et la fourniture d'information ; par rapport à l'importance qu'attachent à la sécurité routière en général les différentes personnes à travers l'ue ; et enfin par rapport à la volonté d'harmoniser l'ensemble des efforts. (STAIRS, Rapport Final, 1999) 2.4 Ingénierie Audit de Sécurité Routière Avant d'entreprendre un ASR, il est indispensable de prendre en compte certains facteurs essentiels. L'efficacité d'un audit de sécurité peut être établi par rapport à l'organisme et à la sélection des auditeurs (voir plus loin). Le soutien et l'implication des cadres dirigeants sont également des facteurs essentiels. La procédure à suivre pour entreprendre un ASR consiste en trois principales étapes : 1. Collecte d'information, notamment sur des plans détaillés, les normes de conception, les volumes de trafic, le décompte des piétons et les registres des accidents ; 2. Vérification systématique et minutieuse de la conception : recouvrement des détails d'un plan à un autre, visite de sites, examen des éléments matériels. Chaque élément doit faire l'objet d'une vérification individuelle. Lorsque les auditeurs ont défini un type d'accident prévisible par rapport à un aspect spécifique de la conception, ils doivent proposer des solutions afin d'y remédier. L'utilisation de listes de contrôle (check lists) est particulièrement recommandée pour ce type de travail ; 3. Les conclusions de l'audit sont présentées sous forme d'un rapport formel. Ce rapport décrit de façon précise les points d'insécurité identifiés et fournit des motifs pour les conditions préalables. Il doit également proposer des recommandations pour la résolution des problèmes éventuels. SAFESTAR a tiré quelques conclusions générales sur l'asr : Certains pays européens ont mis au point leur propre système national d'asr. De nombreuses personnes impliquées dans ces projets estiment que l'asr constitue une manière prometteuse d'améliorer la sécurité. Les projets pilotes d'asr mentionnent que des défauts de conception peuvent être décelés dès l'élaboration de nouvelles routes. En outre, les évaluations d'asr déjà réalisées dans certains pays se sont révélées très positives : l'asr semble bien fonctionner. L'introduction d'un système d'asr peut se faire par une approche du bas vers le haut (bottom-up) ou du haut vers le bas (top-down). Une approche du bas vers le haut peut conduire à une participation étendue et enthousiaste, alors qu'une approche du haut vers le bas conduit davantage à une mise en place plus explicite. Sécurité et diminution des accidents 20

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

La politique de sécurité des infrastructures routières

La politique de sécurité des infrastructures routières La politique de sécurité des infrastructures routières La politique de sécurité des infrastructures routières Rendre l'infrastructure routière plus sûre, c'est améliorer ses caractéristiques techniques,

Plus en détail

Rénovation de la banque de questions de l'etg

Rénovation de la banque de questions de l'etg Rénovation de la banque de questions de l'etg Présentation aux écoles de conduite Ministère de l'écologie, de l'énergie,du Développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations

Plus en détail

Instruments de sécurité de l'infrastructure Six mesures destinées à garantir la sécurité de l'infrastructure

Instruments de sécurité de l'infrastructure Six mesures destinées à garantir la sécurité de l'infrastructure Instruments de sécurité de l'infrastructure Six mesures destinées à garantir la sécurité de l'infrastructure Repérer, éviter et éliminer les risques d'accidents Chers responsables des routes, Chaque année,

Plus en détail

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Concours Gastounet Morbihan 2007 1 La vitesse : 1 er facteur d accident et de gravité? la preuve : Evolution en France de 1970

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE ROUTIERE ACCIDENTOLOGIE Selon les statistiques de la prévention routière, 3645 personnes ont été tuées sur les routes en 2012 contre 3963 en 2011 L année 2012 marque le

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR)

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Le téléphone portable au volant Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Contexte 2003 : interdiction d'utiliser le téléphone portable tenu en main uniquement au volant en France. Cette décision s'appuyait

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

Charte de partenariat Risque Routier Professionnel

Charte de partenariat Risque Routier Professionnel Charte de partenariat Risque Routier Professionnel Entre : La CRAM XXX représentée par et La Préfecture du département YY représentée d'une part, et L entreprise ZZ représentée par d autre part. Il est

Plus en détail

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE)

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

Introduction à la norme ISO 27001. Eric Lachapelle

Introduction à la norme ISO 27001. Eric Lachapelle Introduction à la norme ISO 27001 Eric Lachapelle Introduction à ISO 27001 Contenu de la présentation 1. Famille ISO 27000 2. La norme ISO 27001 Implémentation 3. La certification 4. ISO 27001:2014? 2

Plus en détail

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a Vérification de la gestion des risques V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C J u i n 2 0 1 0 Juin 2010 i 1.0 Sommaire

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

COBIT (v4.1) INTRODUCTION COBIT

COBIT (v4.1) INTRODUCTION COBIT COBIT (v4.1) Un référentiel de «bonnes pratiques» pour l informatique par René FELL, ABISSA Informatique INTRODUCTION Le Service Informatique (SI) est un maillon important de la création de valeur dans

Plus en détail

Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies.

Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies. Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies. Vous êtes entre de bonnes mains avec BSI. Notre gamme de solutions efficaces de gestion des risques permettra à votre organisation

Plus en détail

ZÉRO TUÉ SUR LA ROUTE

ZÉRO TUÉ SUR LA ROUTE ZÉRO TUÉ SUR LA ROUTE Un système sûr. des objectifs ambitieux Zéro tué sur la route :Un système sûr, des objectifs ambitieux Les collisions sur la route ne sont pas une fatalité. Beaucoup peut être fait

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

Sécurité routière - Paquet «contrôle technique»: des inspections plus sévères pour sauver des vies

Sécurité routière - Paquet «contrôle technique»: des inspections plus sévères pour sauver des vies COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 13 juillet 2012 Sécurité routière - Paquet «contrôle technique»: des inspections plus sévères pour sauver des vies Que contient le nouveau paquet «contrôle technique»?

Plus en détail

CONFERENCE SALON PREVENTICA DES 02 & 03 JUIN 2004

CONFERENCE SALON PREVENTICA DES 02 & 03 JUIN 2004 CONFERENCE SALON PREVENTICA DES 02 & 03 JUIN 2004 ENJEUX DU RISQUE ROUTIER : LES MOYENS POUR Y FAIRE FACE Intervenant : Stéphane DEVELTER Consultant en sécurité routière Faire de la prévention : pourquoi?

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

Aperçu et raison d être du programme d études

Aperçu et raison d être du programme d études Section I Section I - Aperçu et raison d être du programme Aperçu et raison d être du programme d études Contexte Le cours Carrière et vie 2231 s inspire, du point de vue conceptuel, philosophique et pratique,

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

mai 2012 1. OBJECTIFS

mai 2012 1. OBJECTIFS mai 2012 CODE DE CONDUITE VISANT À LA MISE EN PLACE DANS LES ENTREPRISES D'UN SYSTÈME DE SURVEILLANCE DES PRÉCURSEURS CHIMIQUES ET DES ÉQUIPEMENTS SUSCEPTIBLES D'ÊTRE DÉTOURNÉS EN VUE DE LA PRODUCTION

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

Présentation. à la. Rapports Hurt et MAIDS Section MAIDS

Présentation. à la. Rapports Hurt et MAIDS Section MAIDS Présentation à la Société de l assurance l automobile du Québec Rapports Hurt et MAIDS Section MAIDS 15 mars 2007 Ordre du jour Introduction (N. Noiseux) Rapport Hurt (J Mise en contexte Constats Conséquences

Plus en détail

La prise en compte de la sécurité routière sur le chemin et aux abords des établissements scolaires

La prise en compte de la sécurité routière sur le chemin et aux abords des établissements scolaires La prise en compte de la sécurité routière sur le chemin et aux abords des établissements scolaires Présentation de la fiche «Savoirs de bases en sécurité routière» du CERTU Centre d'études Techniques

Plus en détail

Ligue contre la Violence Routière

Ligue contre la Violence Routière Ligue contre la Violence Routière La Ligue contre la violence routière, notre confrère français, vient de lancer la voiture citoyenne. Elle tient compte aussi bien de la protection de l environnement que

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

DGO 2013-2017. Données de l'enjeu "jeunes de moins de 25 ans" Période d'étude : 2009-2013. Septembre 2014

DGO 2013-2017. Données de l'enjeu jeunes de moins de 25 ans Période d'étude : 2009-2013. Septembre 2014 SERVICE EXPERTISE TERRITORIALE RISQUES ET SECURITE Sécurité Routière et Déplacements Septembre 2014 DGO 2013-2017 Données de l'enjeu "jeunes de moins de 25 " Période d'étude : 2009-2013 Direction Départementale

Plus en détail

ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français)

ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français) ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français) Vue d ensemble de la formation ITIL est un ensemble de conseils sur les meilleures pratiques, devenu un référentiel

Plus en détail

MOTAC : Motorcycle accident causation, Belgique

MOTAC : Motorcycle accident causation, Belgique MOTAC : Motorcycle accident causation, Belgique Mathieu ROYNARD, IBSR Journées Scientifiques "Deux-roues motorisés" 15 et 16 octobre 2013, Lyon-Bron Groupe d Échanges et de Recherche de l'ifsttar (GERI)

Plus en détail

Vieillissement de la population et transport Claude Marin-Lamellet

Vieillissement de la population et transport Claude Marin-Lamellet Vieillissement de la population et transport Claude Marin-Lamellet Laboratoire Ergonomie Sciences Cognitives pour les transports Contexte général Augmentation de la population de personnes âgées En 2005,

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE. Contrôle 2 roues-motorisés. et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie»

PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE. Contrôle 2 roues-motorisés. et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie» PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE Contrôle 2 roues-motorisés et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie» le vendredi 24 mai 2013 au Grand Travers à Carnon Le Préfet de l Hérault

Plus en détail

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Des coûts réduits et un service de meilleure qualité grâce à l'intégration dynamique et multimode de la flotte privée et du transport sous traité

Plus en détail

Campagne motards 2015 Les chiffres

Campagne motards 2015 Les chiffres Campagne motards 2015 Les chiffres Le printemps est synonyme du retour de nombreux motards sur nos routes. Le mois d avril marque également le début de la période la plus meurtrière pour les motards. Même

Plus en détail

Programme de formation Trois jours de 9h à 12h et 13h à 17h

Programme de formation Trois jours de 9h à 12h et 13h à 17h Innovation - Prévention conseil - accompagnement - formation Programme de formation Trois jours de 9h à 12h et 13h à 17h «Formation des Membres du C.H.S.C.T.» Avec Suivi et Accompagnement d un an Contact

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Les 6 étapes d une planification efficace basée sur les KPI

Les 6 étapes d une planification efficace basée sur les KPI Management briefing Les 6 étapes d une planification efficace basée sur les KPI Transformez vos objectifs stratégiques en réalités opérationnelles Planification et optimisation de la supply chain Découvrez

Plus en détail

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Parlons-en... Les directives Directives concernant l'élaboration et l'utilisation des bases de données nationales en

Plus en détail

Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien. Évolution de la mortalité routière 03/12/2009. Les choix du CISR du 18/12/2002

Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien. Évolution de la mortalité routière 03/12/2009. Les choix du CISR du 18/12/2002 Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien 9 juin 2006 Claude GOT Deux ruptures brutales ont été observées Elles ont toutes les deux été provoquées par des décisions politiques Juillet

Plus en détail

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS Règlement CSSF N 12-01 - Fonds d'investissement spécialisés Règlement CSSF N 12-01 arrêtant les modalités d'application de l'article 42bis de la loi du 13 février 2007 relative aux fonds d'investissement

Plus en détail

LEXIQUE. Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr. NF EN ISO 9000 octobre 2005

LEXIQUE. Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr. NF EN ISO 9000 octobre 2005 LEXIQUE DEFINITIONS NORMALISEES (ISO 9000) Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr NF EN ISO 9000 octobre 2005 DEFINITIONS NORMALISEES (ISO 9000) - GENERAL ISO

Plus en détail

Budgétisation et gestion financière

Budgétisation et gestion financière Budgétisation et gestion financière PRATIQUE RECOMMANDÉE DE LA GFOA Planification financière à long terme (2009) (BUDGET) Contexte. La planification financière à long terme combine les prévisions financières

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Partage de données: opinions, usages et besoins

Partage de données: opinions, usages et besoins Partage de données: opinions, usages et besoins Enquête DARIS auprès des chercheuses et chercheurs en sciences sociales en Suisse Eliane Ferrez et Martina Bichsel Lausanne, mars 2012 Introduction Le Service

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION

LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION DEPUIS 10 ANS LES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION LIÉS AU TRAVAIL REPRÉSENTENT : 54 à 59% des accidents mortels du travail 23 à 25% des accidents avec incapacité permanente

Plus en détail

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401)

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) "Préface explicative" Chiffre Cette NAS donne des instructions sur un audit

Plus en détail

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après.

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après. CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7 mai 003 (.05) (OR. en) 898/03 EDUC 83 RÉSULTATS DES TRAVAUX du: Conseil en date des : 5 et 6 mai 003 n doc. préc.: 8486/03 EDUC 73 + COR (fr) + COR (de) Objet:

Plus en détail

Les risques en aéronautique, une réalité

Les risques en aéronautique, une réalité MENTALPILOTE.COM Les risques en aéronautique, une réalité En tant que pilote vous êtes davantage vulnérables si vous n êtes pas conscient des dangers qui vous menacent, et la prévention commence par l

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA-BoS-14/178 FR Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

Vitesse et distance d arrêt

Vitesse et distance d arrêt Vitesse et distance d arrêt Mathématiques 3e Compétences du Répertoire des connaissances et des comportements des usagers de l espace routier Connaître les risques liés aux conditions météo (freinage,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

Coutances Étude d'accidentologie 2008-2012

Coutances Étude d'accidentologie 2008-2012 SERVICE RISQUES ET SECURITE Sécurité Routière et Déplacements Septembre 23 Coutances Étude d'accidentologie 28-22 Direction Départementale des Territoires et de la Mer de la Manche . DONNÉES GÉNÉRALES

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

L accidentalité dans l Orne en 2013

L accidentalité dans l Orne en 2013 08 juillet 2014 2009 2010 2011 2012 2013 provisoire Accidents 185 148 178 131 129 37 25 22 26 26 Blessés 228 186 272 180 152 L insécurité routière recule légèrement en 2013. Le nombre d accidents corporels

Plus en détail

ASSOCIATION DES SERVICES DES AUTOMOBILES VEREINIGUNG DER STRASSENVERKEHRSÄMTER ASSOCIAZIONE DEI SERVIZI DELLA CIRCOLAZIONE

ASSOCIATION DES SERVICES DES AUTOMOBILES VEREINIGUNG DER STRASSENVERKEHRSÄMTER ASSOCIAZIONE DEI SERVIZI DELLA CIRCOLAZIONE asa ASSOCIATION DES SERVICES DES AUTOMOBILES VEREINIGUNG DER STRASSENVERKEHRSÄMTER ASSOCIAZIONE DEI SERVIZI DELLA CIRCOLAZIONE Catalogue des compétences Catégorie M 22 mars 2011 Principe de base pour la

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

L ASSR. Le BSR. Les accidents de la route

L ASSR. Le BSR. Les accidents de la route L ASSR L'ASSR de premier niveau est obligatoire pour pouvoir conduire un cyclomoteur. Pour conduire un cyclomoteur, il faut en effet avoir quatorze ans et posséder le brevet de sécurité routière (BSR).

Plus en détail

Français, langue d enseignement LA CONDUITE D ABORD

Français, langue d enseignement LA CONDUITE D ABORD Français, langue d enseignement FRA - 5143-3 LA CONDUITE D ABORD Compréhension en lecture Dominante argumentative Prétest Version B Consignes - Vous devez répondre à ce prétest comme s il s agissait de

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs Norme européenne pour portes actionnées par source d énergie extérieure La norme européenne EN 16005 définit les exigences de sécurité en matière de conception

Plus en détail

Observatoire des effets du tramway

Observatoire des effets du tramway Observatoire des effets du tramway Modes doux Méthodologie Les modes doux désignent les déplacements effectués à pied, à vélo, en roller Dans cette étude sur les effets du tramway, il est proposé d évaluer

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

À l ère d une GRH en transition 3 e édition

À l ère d une GRH en transition 3 e édition DelasupervisionàlagestiondesRESSOURCESHUMAINES Àl èred unegrhentransition 3 e édition Chapitre4 L analysedespostesetlaplanificationdesressources humaines 1. Parmi les méthodes suivantes, laquelle ne fait

Plus en détail

bilan routier 2012 Département de police de laval

bilan routier 2012 Département de police de laval bilan routier 2012 Département de police de laval 1 2 2012 : UN BILAN ROUTIER STABLE Le volume de la circulation routière est en constante croissance à Laval. Le Département de police de Laval est soucieux

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale La problématique de l impact économique du vélo est complexe tant elle touche à des domaines variés parfois difficiles à délimiter.

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013 Direction de l audit de Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques Le 5 décembre 2013 Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques BUT Le présent document

Plus en détail