Les monnaies alternatives émergent

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les monnaies alternatives émergent"

Transcription

1 MOYENS DE PAIEMENT Page 1/5 Les monnaies alternatives émergent Elles se créent un peu partout, y compris dans le monde digital, mais inquiètent les régulateurs. PAR ALEXANDRA OUBRIER La fermeture de Liberty Reserve a sonné comme un avertissement. Cette plate-forme de paiement électronique émettant une monnaie virtuelle, enregistrée au Costa Rica, est accusée d'avoir bianchi 6 milliards de dollars en sept ans d'existence. La justice américaine montre ainsi sa détermination à lutter contre le blanchiment d'argent et les transactions illicites, notamment lorsqu'ils prennent forme dans le monde digital. En ligne de mire, le «bitcom», cette autre monnaie virtuelle inventée en 2009 par le mystérieux Satoshi Nakamoto, qui permet de réaliser des transactions financières grâce à internet n'importe où dans le monde hors des circuits financiers traditionnels. Le bitcom n'est pas régulé par une autorité centrale maîs par un algorithme. Celui-ci permet à des «nœuds» informatiques, via la vérification des transactions, d'en générer 25 toutes les dix minutes. C'est le «mining». Ils peuvent ensuite les mettre en vente sur des places de marché comme MtGox au Japon (80 % des échanges), bitcom-otc.com ou bitcom.de en Allemagne... Sa valeur évolue donc en fonction de l'offre et de la demande, le bitcom s'échangeait ainsi contre 109 dollars ou 83 euros le 12 juin dernier. Bien que confidentielle, cette monnaie virtuelle réunit de plus en plus d'adeptes. Sur le mois d'avril, par exemple, les fondateurs de Combase, une place de marché américaine, comptaient membres qui ont converti 15 millions de dollars en bitcoms contre un million seulement en janvier. Par semaine, le rythme de croissance des conversions atteint les 15 % et le nombre d'utilisateurs croît de 12 %, selon le Wall Street Journal du 7 mai. La masse de bitcoms, qui pour l'heure atteint environ ll millions d'unités, sera limitée à 21 millions, sans qu'on sache vraiment pourquoi ce chiffre a été arrêté. D'ailleurs, de nombreux points restent obscurs. Le bitcom a par exemple connu son premier krach le 10 avril suite à une Cyberattaque contre l'une des places de marché où il s'échange, suscitant un intérêt accru pour son fonctionnement. Risques croissants En tant que monnaie, le bitcom est accepté sur divers sites web vendant des biens numériques (logiciels, hébergement, téléphonie... ), du matériel informatique maîs aussi des biens de consommation courante. La majorité des transactions est constituée d'échanges entre particuliers qui évitent ainsi les frais bancaires et les taxes, et peuvent conserver un certain degré d'anonymat puisque les adresses de paiement.fr

2 Page 2/5 sont relativement complexes 100 a tiacei C'est d'ailleuis le point qui suscite le plus de 50 1T1 2 2T12 3T12 méfiance et de soupçons, au même titre que l'absence de regulation. Une note du FBI datée d'avril 2012 pointe de a les risques croissants lies aux britain*, achat de biens illicites, blanchiment d aigent, v oi de bitcoms.. < Si les bitcoms sont de plus en plus largement acceptes par les vendeurs et les utilisateurs, le FBI prevoit une augmentation des activites de blanchiment d'argent», assene-t-elle Quèlques mois plus laid, en octobre 2012, la Banque centiale europeenne publiait un rapport sur les monnaies virtuelles évaluant les risques, et en paiticulier le fait qu'elles soient utilisées par les fraudeurs, criminels et opera tours dc blanchiment d'argent. Si, pour l'instant, Ic régulateur reste dans une position d observ ateui, il devrait être prochainement plus actif, car ces monnaies ont toutes les raisons de se developper : croissance du commerce electronique, anonymat des transactions, coùts réduits et dénouement des transactions bien plus lapides que dans les circuits traditionnels En tout cas, les legulateuis suivent les flux d'aigent entrants et sortants des plates-formes d'échanges de bitcoms 250?nn iso Etats-Unis et Chine, les principaux utilisateurs du bitcoin Etats Unis Téléchargements du logiciel bitco n par pays [en mill ers) Allemagne Russie Austral e Ch ne Royaume Uni Canada Pologne I. I... I. II... L I I. 4T12 1T13 h...i I lh* 2T13 f (qui doivent appliquer les regles d'identification et de lutte antiblanchiment) maîs aussi les éventuels seivices lies a cette monnaie et pioposes par des acteurs régules. Réseau alternatif Arnsi, aux Etats-Unis, des banques leflechissent a lancei des outils de paiement facilitant la conversion de devises en bitcoms Maîs elles pourraient aussi envisager le bitcoin sous un angle plus bancaire «Bitcoin est un protocole technique libre que tout le monde peut s'approprier, estime Gonzague Giandval, fondateui de Pa) mmm, start-up francaise v ouee a simplifier l'accès a ce protocole A ce titre, ll peut etre utilise par les banques pour effectuer leurs transactions, parallèle ment aux reseaux tels que Visa, Mastercard ou Swift Jl ett unwei sel et dom. interoperable ce qui lui donne la capûl ite de faire communiquer entre eux les multiples 'ivallets qui ne parviennent pas a se developper parce qu'ils sont justement conçus dans un modele proprietaire. Aujourd'hui, Bitcoin est utilise principalement par des jeunes technophiles interesses par les propriétés de cette technologie, maîs a terme.fr

3 Créer des liens sur un territoire donné ce protocole pourra supporter tous les moyens de paiement et devenir un vrai moyen d'échange mondial. > Paymium avait d'ailleurs envisagé un paitenanat avec Aqoba, etablissement dc paiement spécialise dans l'émission de cal tes incluant des progiammes de fidelite, poui pioposeï des caites peimettant de stockei des bitcoms et de payer en cui os Cela n'a pas abouti. En cutie, Paymium travaille actuellement a la leconstiuction de son mfiastiuctuie mfoimatique api es avon subi le vol de son stock de bitcoms. De toute évidence, ce piotocole possède un immense potentiel. Néanmoins, sans reponses solides aux questions liées à sa securite et a sa régulation, deux points qur rncomberont sûrement aux banques centrales, le bitcom restera l'apanage d'un nombre lunite d'utilisateurs a l'honnêteté paifois douteuse Pourtant, le modele tait des émules et drv er ses monnares vrrtuelles font leur apparrtron avec plus ou moins de succes. Apres le < linden dollar > utrlrsable sur Second Life, les «Facebook credits» ou les cartes Starbucks, Amazon vient de lancer aux Etats-Ums «Amazon coins» pour acheter des applrcations sur sa tablette Krndle Frre. Apple aussr pourrart lancer sa propre monnare virtuelle, rmoney (un bie\et a éte déposé), apres avon retrre de son App Store (magasrn d'applications) des wallets en L'AVIS DE... PI Stéphane Martineau, consultant chez Vertone, *" societe de conseil en strategie et management Qu'est-ce qui fait du «bitcoin» un cas unique? Le ((bitcoin» a pour particularité d'être décentralisé et, a la difference d'autres monnaies virtuelles comme les ((smiles», les «Facebook credits» ou les «Amazon coms», il ne sert pas à favoriser le commerce sur une plate-forme particulière Pour l'instant, l'usage du bitcom est réserve a des technophiles ll sert essentiellement à des échanges d'argent en ((peer to peer ii, a lachat de biens digitaux et commence a être accepté par quèlques commerces dans le monde physique Néanmoins il est décrie parce qu'il permet l'anonymat et peut ainsi servir a des transactions illicites, comme le révèle le scandale de Liberty Reserve Et surtout, son cours fluctue beaucoup, notamment en raison de la crise economique par exemple, on a entendu qu'il avait servi a protéger des avoirs de personnes ayant de l'argent à Chypre Ce sont les importantes variations de son cours qui ont alerte les banques centrales Est-ce que ce modele pourrait être répliqué? C'est déjà apparu avec le «linden dollar», la monnaie virtuelle créée pour echanger sur Les gouvernements feront tout pour tuer le bitcoin» Second Life qui n'a pas fait long feu Maîs il y a de la place pour une monnaie alternative Les grands réseaux d'acceptation refléchissent d'ailleurs à proposer leur propre monnaie, ils sont assez puissants pour le faire maîs restent tributaires de leur modele de distribution par les banques Or les gouvernements feront tout pour tuer \ebitcom parce qu'il échappe à toute fiscalité et parce qu'il permet ainsi l'évasion fiscale Son usage a pris une ampleur suffisante pour que les politiques s'y intéressent, maîs l'anonymat avec lequel il fonctionne peut aussi nuire a la confiance et donc a son developpement L'émergence des nouveaux moyens de paiement plaide pourtant en sa faveur.., Il ne faut pas oublier les fondamentaux installer un nouvel instrument de paiement prend une generation, le temps de creer un réseau d'acceptation et de diffuser l'usage Pour se lancer, il faut un positionnement de niche, puis élargir peu a peu les usages pour tendre vers l'universalité L'effervescence actuelle autour des nouveaux moyens de paiement cache mal que les modeles economiques restent à trouver Le bitcoin a connu son premier krach en avril 2013 Cours du bitcom sur la place de marche allemande Bitcom de Janv Fev Mars Avril Mai Juin Page 3/5 bitcoms ct dcs applrcatrons permettant d'acheter ct dc vendre dcs bitcoms De grandes ensergnes peuvent arnsi emettie leur monnaie vrrtuelle prrvative a but commeicial. En France, le Credrt \grrcole Pyrenees Gascogne a cree les «tookets >, une monnaie virtuelle mrse a disposition des caisses legionales et d'autres entreprises pour recompenseï clients ou collaborateurs Ces der mel s decrdent ensurte de remettie leurs tookets convertis en euros a des assocrations locales L'idée est de creer des hens sur un territoire donne. Global ou local C'est aussr l'objcctrt dcs monnaies locales complémentaires qui essaiment sul tout le teirrtoire françars : le «sol violette» a Toulouse, la «monnaie de Rouen», le «snack» de Strasbourg, l'«eco» d'annemasse, l'«or ar > dans le Pays d'auray en Bretagne, la «touselle» a Commmges en Haute-Garonne, le «r eu» a La Reumon et la «commune» a Roanne dans la Loue, «sonantes > qui soi In a en mar ct les projets se multrplrcnt. Cc mouvement exprrme ses valeuis dans le Manrfeste pour les monnaies locales publie le 18 mai der mer a Villeneuve-sur-Lot ou se tenaient les premreres Assrses des monnares locales complementaues. «Ces monnaies se fondent sur un engagement citoyen qui refuse la spéculation et investit intégralement sur un territoire pour dynamiser les échanges et developper les relations, soulrgne Phrlippe Derudder, ancren dnrgeant d'entreprrse devenu conserl en economie et monnaies locales complementaues, auteur de plusreurs ouvrages sur le thème ". Les objectifs peuvent être sociaux, ecologiques, etc. ll s'agit ainsi pour les citoyens de prendre la responsabilite de leur destin et de contribuer a faire changer le fonctionnement de la societe. Dans ce modele, la monnaie redevient un moyen au service de la vraie richesse (celle offerte par la nature et lalonsee par l'activité humaine) et n'est pas recherchée pour elle-même.» Ce qui n'est pas forcement une utopie puisque la banque suisse WIR, créée en 1934, émet sa propre monnaie pour faciliter les échanges rnter entr éprises et touche ainsi 20 % des PME de son teirrtoue. Preuve que les banques peuvent aussr jouer un rôle dans un dispositif de monnaie alternative "Les monnaies locales complementaires pourquoi comment'' (ed Yves Michel 2012) Une monnaie nationale complementaire pour relever les defis humains et ecologiques /même editeur 2011).FR

4 8 RUE DU SENTIER Internet, le terrain de jeu préféré des fraudeurs Page 4/5 Authentif ication renforcée et détection en amont cles transactions suspectes sont les deux grands leviers activés pour intensifier la sécurité. PAR YVES RIVOAL De 2007 à 2012, le montant de la fraude sur internet en France est passé de 26 à 104 millions d'euros, d'après l'observatoire de la sécurité des cartes de paiement. Ce seul chiffre met en lumière les failles de sécurité qui subsistent encore sur les transactions à distance. Si elles ne représentent que 8 % des paiements, elles constituent pourtant 60 % des montants de la fraude domestique. «Maîs attention, tempère Goeffroy Goffinet, secrétaire de l'observatoire de la sécurité des cartes de paiement, ces chiffres ne signifient pas qu'il est dangereux de régler ses achats sur la Toile. Ils traduisent une réalité : aujourd'hui, les fraudeurs privilégient cè canal pour réutiliser les données de cartes bancaires qu 'ils ont subtilisées de manière illégale.» Derrière ces chiffres se cache aussi une véritable industrialisation de la fraude, comme le confirme Patrick Flamant, directeur France de Cybersource : «NOMS sommes désormais confrontés à de véritables réseaux criminels qui fonctionnent comme des 'business umts ', avec des équipes d'experts charges de voler les numéros de carte, de les tester, de mettre en œuvre la fraude et d'assurer la logistique qui va avec.» Pour contrer ces organisations mafieuses, les acteurs de la L'AVIS DE... Thomas Maître, directeur des services financiers chez Kea Partners Les paiements sur internet en première ligne Part cle la fraude par types dè transactions, En valeurs, transactions nationales, annee 2011 Part des transactions Part de la fraude Source Observato re de la secur te des cartes de pa ement chaîne du paiement privilégient le déploiement de dispositifs d'authentification renforcée de type 3D Secure, qui consistent à faire valider le paiement par un code non rejouable reçu le plus souvent par SMS. «Après des débuts difficiles, de nombreux cyber-commerçants ayant abandonné ce système après avoir enregistré une baisse de leur chiffre d'affaires, la situation s'est nettement améliorée, assure Geoffroy Goffinet. Sous l'impulsion des banques, 92 % des cyber-acheteurs sont aujourd'hui équipes d'un dispositif d'authentification renforcée.» Maîs pour que le 3D Secure produise véritablement tous ses effets, il reste encore à en accélérer le déploiement auprès des grands cyber-commerçants qui continuent de le bouden «Sur ce point, la partie est lom d'être gagnée, maîs nous travaillons avec eux pour inverser la tendance, souligne Geoffroy Goffinet. Et le fait que de grands acteurs comme la SNCF ou MisterGoodDeal 'té avec succès devrait accélérer le mouvement.» Quels sont les leviers à activer pour améliorer la lutte contre la fraude sur internet? Il faut poursuivre le déploiement de la deuxième génération des technologies de type SD Secure. Si les banques ont toutes adopté cette solution, les déclinaisons opérationnelles sont très hétérogènes (SMS, lecteur, token... ), ce qui a contribué à limiter le déploiement et l'utilisation. Il semblerait donc opportun que les banques s'entendent pour faire émerger un standard qui faciliterait la pédagogie et l'adoption par les commerçants et le grand public. C'est ce qui a été fait en Grande-Bretagne où une concertation entre tous les acteurs «S'inspirer de l'exemple britannique» a débouché sur un dispositif unique. Résultat : le taux d'implémentation est aujourd'hui proche de 100 % chez les commerçants, et la fraude a été divisée par deux en quatre ans. Ces dispositifs sont donc efficaces, mais pas suffisants... Effectivement. Les banques doivent, en parallèle, mettre en place une organisation centralisée dédiée à la détection de la fraude en général, et au paiement à distance en particulier. Chose qu'elles ne font pas très bien aujourd'hui puisque trois fois sur quatre, c'est le client qui doit donner l'alerte lorsqu'il a repéré une transaction frauduleuse. Course de vitesse Pour lutter contre la fraude, les éditeurs de cartes, les réseaux régulateurs et les institutions financières déploient aussi des solutions afin de traquer en amont les transactions douteuses. C'est ce que fait par exemple le logiciel que Cybersource vient de lancer en France. «Notre solution combine à la fois des technologies de 'scormg, de filtrage, d'intégration de critères métiers et de pro filage de règles, explique Patrick Flamant. Grâce à ces. croisements, nous sommes en mesure de donner à nos clients une indication sur le risque de la transaction en moins de deux secondes.» Conséquence du déploiement de tous ces dispositifs? L'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement a enregistré pour la première fois en 2012 une inflexion du taux de fraude sur internet. Ce signal positif ne signifie pas pour autant que la bataille est gagnée, d'après Steve Bousabata, directeur général banking de Wincor Nixdoif. «II s'agit d'une course de vitesse avec des fraudeurs qui ont toujours un train d'avance. Et on peut penser qu 'ils trouveront un nouveau 'terrain de jeu ' avec le développement du paiement sur mobile qui ne présente pas, pour le moment, le même degré de sécurité que sur PC.».FR

5 Le décollage du paiement mobile se fait toujours attendre Annoncées comme une révolution, les solutions utilisant le téléphone portable tardent à s'imposer. Mais la donne pourrait bientôt changer... Page 5/5 PAR YVES RIVOAL Les grandes manœuvres auraient-elles commencé? Pour acheter sur internet depuis leur smartphone, les mobmautes disposent déjà de toute une palette de solutions. Le Crédit Agricole avec Kwixo, le groupe BPCE avec S-Money, et les opérateurs de téléphonie mobile Orange, SFR et Bouygues avec Buyster ont été les premiers à se positionner sur ce marché aux côtés de pure players comme LemonWay. Et ce n'est pas fini puisque BNP Paribas, Société Genérale ct La Banque Postale plancheraient, elles aussi, sur le lancement de leur propre portefeuille électronique. Pour tirer son épingle du jeu sur un marché qui vient d'être revu à la baisse par le cabinet Gartner, maîs qui devrait tout de même avoisiner les 721 milliards de dollars de transactions dans le monde en 2017, un acteur comme Buyster a mis en place une stratégie multicanal. «Contrairement à certains concurrents qui ne visent que le paiement sur mobile, explique Sébastien Trova, directeur commeicial de Buyster, nous nous positionnons comme un moyen de paiement à distance présent sur l'ensemble des canaux (ordinateurs, tablettes et smartpbones), tout en apportant une vraie réponse en termes de simplicité et de sécurité.» Lorsqu'ils désirent régler un achat sur un site web mobile, les membres Buystei, qui ont au piéalable communiqué leur numéro de téléphone portable Présentation de LemonWay sur un salon et leurs coordonnées bancaires, n'ont en effet qu'à saisir le code confidentiel Buyster à six chiffres pour valider leur achat. «Et comme nous assurons aussi l'authentification du porteur du mobile à travers les réseaux des trois opérateurs de téléphonie, nous garantissons un niveau de sécurité qui n'a rien à enviera celui de BD Secure», assure Sébastien Trova. Innovation et sensibilisation Malgré la simplicité de leur ergonomie et des dispositifs de sécurité qui permettent de ne plus faire circuler les coordonnées de la carte bancaire au moment de l'achat, ces solutions ont du mal à s'imposer, comme le constate Bruno Joamdes, directeur des activités Nouveaux services et moyens de paiement chez Syrtals. «Lorsqu'elles ont été lancées il y a un an et demi, les éditeurs ont communiqué uniquement sur le moyen de paiement. Cela n 'a pas suffi pour susciter l'adhésion du grandpublic, les Français restant très attachés à leurs moyens de paiement traditionnels. Et comme très peu de commerçants avaient à cette époque ouvert des sites marchands mobiles avec ces nouveaux moyens de paiement, le décottage espéré n'a pas eu lieu.» Maîs ce retard à l'allumage n'inquiète pas pour autant les principaux concernés. «Nous sommes toujours dans une phase d'innovation et de sensibilisation auprès du grand public, avec des courbes de progression qui deviennent intéressantes après un démarrage un peu lent, confie Christophe Nepveux, directeur général de Fia-Net Europe, la filiale du Crédit Agricole qui commercialise Kwixo. Et puis côté e-commerçants, l'accueil est plutôt bon car les membres Kwixo se distinguent par un panier moyen deux fois plus important que celui de la Fevad".» Chez Buyster, les premiers résultats se font aussi sentir. «25 % des paiements enregistrés sur notre plateforme passent d'ores et déjà via le mobile, observe Sébastien Trova. Cela montre qu'il y a un début de maturité chez les mobmautes, même s'il y a encore besoin d'expliquer et de rassurer. Et quand on voit que de plus en plus d'e-commerçants investissent dans des sites marchands mobiles, et que les mobmautes n'hésitent plus à acheter depuis leur smartphone lorsqu 'ils sont confortablement installés dans leur canapé à la maison, tout cela nous laisse entrevoir de belles perspectives.» Plus de frontières... Un optimisme que partage Bruno Joamdes. «Le tournant du paiement mobile est effectivement bien engagé chez tous les grands acteurs de l'e-commerce. On peut aussi penser que les grandes banques, qui vont bientôt prendre position sur ce marché, contribueront à rassurer tout le monde.» Lévolution des habitudes de consommation pourrait aussi, selon lui, favoriser le développement du paiement sur le mobile. «7 e phénomène pourrait même avoir une incidence sur les marchands de proximité qui devront établir une véritable stratégie sur internet pour espérer conserver leurs clients. Qui n 'est pas allé dans un magasin pour regarder le prix d'un téléviseur et le comparer sur son mobile avec les tarifs proposés par des sites marchands f Demain, il sera également possible de régler ses achats dans une boutique depuis son téléphone portable, sans passer par la caisse, conclut Bruno Joamdes. Toutes ces évolutions contribueront à abolir les frontières entre paiement de proximité et paiement sur le mobile.» "Le panier moyen des achats sur internet mesure par la Fe vad (Federation e commerce et vente a distance) était de 85 euros au premier trimestre 2013.FR

Avec Bitcoin, payer et vendre sans les banques

Avec Bitcoin, payer et vendre sans les banques Avec Bitcoin, payer et vendre sans les banques LE MONDE SCIENCE ET TECHNO 29.11.2012 à 16h12 Mis à jour le 30.11.2012 à 09h57 Par David Larousserie Internet continue de faire vaciller les bases des secteurs

Plus en détail

Conférence 9 Vendre partout, tout le temps

Conférence 9 Vendre partout, tout le temps Conférence 9 Vendre partout, tout le temps MODÉRATEUR Clotilde BRIARD - Journaliste LES ECHOS INTERVENANTS Michaël AZOULAY Fondateur- Directeur Général AMERICAN VINTAGE Grégoire BRESSOLLES - Responsable

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Rapport d activité sur le commerce mobile en France au 3ème trimestre 2015. Les parcours d achat cross-device sont dominés par le mobile

Rapport d activité sur le commerce mobile en France au 3ème trimestre 2015. Les parcours d achat cross-device sont dominés par le mobile Rapport d activité sur le commerce mobile en France au 3ème trimestre 2015 Les parcours d achat cross-device sont dominés par le mobile Rapport d activité sur le commerce mobile en France Les enseignements

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le Crédit Mutuel Arkéa annonce son intention de rejoindre Paylib, aux côtés de BNP Paribas, La Banque Postale et Société Générale. De gauche à droite : Frédéric COLLARDEAU (Directeur

Plus en détail

De petites occasions sont souvent le début des grandes entreprises.

De petites occasions sont souvent le début des grandes entreprises. Éteindre ou mettre votre téléphone en mode silencieux Laissez vos doutes pour la fin de la présentation De petites occasions sont souvent le début des grandes entreprises. _ Demóstenes Nous vivons constamment

Plus en détail

Point sur la fraude VAD Etat des lieux sur le déploiement de 3D secure

Point sur la fraude VAD Etat des lieux sur le déploiement de 3D secure Point sur la fraude VAD Etat des lieux sur le déploiement de 3D secure Salon e-commerce - Mercredi 22 septembre Communication, diffusion, reproduction, utilisation, exécution ou représentation de ce document,

Plus en détail

Bitcoin de l'argent sans les banques?

Bitcoin de l'argent sans les banques? Bitcoin de l'argent sans les banques? Swiss Banking Operations Forum, Zurich, le 6 mai 2014 Beat Weber, Banque nationale autrichienne Qu'est-ce que «Bitcoin»? Exigence: Une alternative Internet privée

Plus en détail

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014 Contacts Relations Investisseurs : Patrick Gouffran +33 (0)1 40 67 29 26 pgouffran@axway.com Relations Presse : Sylvie Podetti +33 (0)1 47 17 22 40 spodetti@axway.com Communiqué de Presse Axway : croissance

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Rencontres Inria Industrie Les technologies du web et de la mobilité au service de l'innovation bancaire et de l'assurance

Rencontres Inria Industrie Les technologies du web et de la mobilité au service de l'innovation bancaire et de l'assurance Rencontres Inria Industrie Les technologies du web et de la mobilité au service de l'innovation bancaire et de l'assurance 3 avril 2012 Fabrice Bazard Conférence d ouverture Marché du mobile: une forte

Plus en détail

Lutter efficacement contre la contrefaçon en ligne

Lutter efficacement contre la contrefaçon en ligne Lutter efficacement contre la contrefaçon en ligne 1 Le e-commerce et la contrefaçon en ligne L essor du e-commerce a permis aux industriels de la contrefaçon d élargir leur champ d action, passant du

Plus en détail

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française Introduction 1 Introduction Cessons de croire que les réussites économiques sur Internet sont l apanage des seuls Américains! Il se crée aussi dans notre Hexagone des entreprises qui connaissent un grand

Plus en détail

Eléments Buyster. Présentation & Communication

Eléments Buyster. Présentation & Communication Eléments Buyster Présentation & Communication 1 Sommaire 1. Projet d entreprise Buyster 2. e-commerce award 2011 catégorie Sécurité 3. Avec Buyster, boostez votre ecommerce! 4. Buyster a changé leur façon

Plus en détail

Chiffre d affaires du premier trimestre 2015

Chiffre d affaires du premier trimestre 2015 Chiffre d affaires du premier trimestre 2015 Chiffre d affaires : 286,6 millions d euros, croissance organique de +4,0% Flux de trésorerie disponible : 31,9 millions d euros, en progression de +10,4% Croissance

Plus en détail

Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés

Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés COMMUNIQUE DE PRESSE Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés - Chiffre d affaires T1 11 : 204,9 millions d euros o +18,3% en données publiées o +9,2% 1 en

Plus en détail

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE : UN MARCHÉ EN PLEIN DÉVELOPPEMENT Evolution du chiffre d affaires du e-commerce depuis 2010 +65% sur 3 ans Poids du e- commerce dans l ensemble du commerce 5% en 2012 20% attendu

Plus en détail

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce Etude réalisée pour le compte de la Fédération des Entreprises de Vente A Distance (FEVAD) Synthèse des résultats L emploi dans la VAD et

Plus en détail

HOLOSFIND (ALHOL): Présentation de la stratégie 2015 et 2016 lors de l AGE du 30 septembre 2015.

HOLOSFIND (ALHOL): Présentation de la stratégie 2015 et 2016 lors de l AGE du 30 septembre 2015. Communiqué de presse Paris, le 29 Septembre 2015 HOLOSFIND (ALHOL): Présentation de la stratégie 2015 et 2016 lors de l AGE du 30 septembre 2015. Holosfind annonce qu elle va présenter sa stratégie lors

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Country factsheet - Octobre 2015 Les États-Unis

Country factsheet - Octobre 2015 Les États-Unis Country factsheet - Octobre 2015 Les États-Unis Sommaire Introduction 3 Qu achètent les consommateurs en ligne américains? 4 Méthodes de paiement préférées 4 Commerce transfrontalier 5 L importance des

Plus en détail

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-partners.com Paris Lyon Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï New-York E-commerce B2B en France

Plus en détail

La Chine atterrit et le marché décolle!

La Chine atterrit et le marché décolle! Que s'est-il passé en avril? Focus Marchés Commentaires de marché En avril, le ralentissement économique du premier trimestre est confirmé par les chiffres de croissance publiés en Chine et aux Etats-Unis.

Plus en détail

Les échanges transactionnels

Les échanges transactionnels CHAPITRE 1 Les échanges transactionnels Le commerce électronique (ou virtuel) est sans doute le domaine qui offre le plus de potentiel au développement de l'internet. Il constitue également un défi majeur

Plus en détail

Protection des données et e-commerce: Aide à la mise en pratique et propositions présentées par le préposé fédéral à la protection des données

Protection des données et e-commerce: Aide à la mise en pratique et propositions présentées par le préposé fédéral à la protection des données Le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence Protection des données et e-commerce: Aide à la mise en pratique et propositions présentées par le préposé fédéral à la protection des

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2

Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2 , 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2 Chapitre 1 Que vient faire Apple dans le paiement? Apple s est spectaculairement redressé avec le retour de son fondateur Steve Jobs en 1997. Les ipod, iphone et autres

Plus en détail

LES ATELIERS DU E- COMMERCE

LES ATELIERS DU E- COMMERCE LES ATELIERS DU E- COMMERCE Dossier de presse 22 octobre 2010 Votre contact presse : Vanessa ERMEL 02 96 78 68 79 vanessa.ermel@cotesdarmor.cci.fr CCI 22 Avril 2006 Page 2 Le développement très important

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Le 2 Juin 2014, Presstalis lance Zeens, la première application "mobile to store" à destination des acheteurs de presse

Le 2 Juin 2014, Presstalis lance Zeens, la première application mobile to store à destination des acheteurs de presse Le 2 Juin 2014, Presstalis lance Zeens, la première application "mobile to store" à destination des acheteurs de presse Imaginée par Presstalis, disponible le 2 Juin sur App Store et Google play, Zeens

Plus en détail

Téléphonie fixe Europe : en 2012, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus

Téléphonie fixe Europe : en 2012, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus Vision La newsletter de l Omsyc Téléphonie fixe Europe : en 212, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus Les données utilisées pour la rédaction de cette lettre sont issues de la Database

Plus en détail

Innovations liées au Tourisme. Dématérialisation des supports Marketplaces

Innovations liées au Tourisme. Dématérialisation des supports Marketplaces Innovations liées au Tourisme Dématérialisation des supports Marketplaces E-paiement par Lyra Network PayZen plateforme de paiement en ligne du groupe Lyra Network 50 Millions d de CA 1 000 000 Terminaux

Plus en détail

Venice, la Monétique Centralisée en mode ASP Logistique et maintenance. Rapport d Activité N 1 - Décembre 2011

Venice, la Monétique Centralisée en mode ASP Logistique et maintenance. Rapport d Activité N 1 - Décembre 2011 Venice, la Monétique Centralisée en mode ASP Logistique et maintenance Rapport d Activité N 1 - Décembre 2011 Ce document a pour objectif de vous permettre d apprécier l évolution de la société UPTO dans

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

Le Programme d achat en volume pour les entreprises de l App Store

Le Programme d achat en volume pour les entreprises de l App Store Le Programme d achat en volume pour les entreprises de l App Store L App Store comporte des milliers d apps professionnelles conçues pour améliorer la productivité de votre entreprise. Grâce au Programme

Plus en détail

La communication entre le groupe SCCP et ses prestataires, transporteurs des céréales était traditionnellement basée sur un serveur de fax.

La communication entre le groupe SCCP et ses prestataires, transporteurs des céréales était traditionnellement basée sur un serveur de fax. EXERCICE 1 La communication entre le groupe SCCP et ses prestataires, transporteurs des céréales était traditionnellement basée sur un serveur de fax. La multiplication des modes de communication entre

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

Big Data : se préparer au Big Bang

Big Data : se préparer au Big Bang Big Data : se préparer au Big Bang Initialement confinées au cœur des moteurs de recherche et des réseaux sociaux, les technologies du Big Data s'exportent désormais avec succès dans de nombreux secteurs

Plus en détail

Les services financiers sur mobile d Orange

Les services financiers sur mobile d Orange Fiche d informations presse Février 2016 Les services financiers sur mobile d Orange Orange positionne les services financiers sur mobile parmi les deux axes de diversification de son plan stratégique

Plus en détail

Baromètre de l innovation

Baromètre de l innovation Baromètre de l innovation Un baromètre BVA Syntec numérique Ce sondage est réalisé par pour le Publié dans le 9 avril, dans le 11 avril et diffusé sur LEVEE D EMBARGO LE 9 AVRIL 8H Rappel méthodologique

Plus en détail

«Obad.a» : le malware Android le plus perfectionné à ce jour

«Obad.a» : le malware Android le plus perfectionné à ce jour «Obad.a» : le malware Android le plus perfectionné à ce jour Table des matières I. Le sujet de l article... 2 II. Réflexion sur les nouvelles menaces technologiques d aujourd hui... 2 A. Android, victime

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2011-12. 9 octobre 2012

RESULTATS ANNUELS 2011-12. 9 octobre 2012 RESULTATS ANNUELS 2011-12 9 octobre 2012 SOMMAIRE ACTIVITE & RESULTATS 1. Avanquest Software franchit le cap des 100 M 2.Une mutation de l activité qui s accélère 3.L impact attendu de la baisse du offline

Plus en détail

DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS!

DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS! COMMUNIQUÉ DE PRESSE DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS! Le Crédit Agricole Toulouse,ère banque de Haute-Garonne à déployer la signature électronique dans toutes ses agences. LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE Le Crédit

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

La biométrie au cœur des solutions globales

La biométrie au cœur des solutions globales www.thalesgroup.com GESTION D IDENTITÉ SÉCURISÉE La biométrie au cœur des solutions globales Risques et solutions Explosion de la mobilité des personnes et des échanges de données, croissance des flux

Plus en détail

LA RÉSERVATION EN LIGNE NOUS PERMET, D UN POINT DE VUE TECHNIQUE AVEC LES API, DE POUVOIR DISTRIBUER L ENSEMBLE DE NOTRE CONTENU SUR D AUTRES

LA RÉSERVATION EN LIGNE NOUS PERMET, D UN POINT DE VUE TECHNIQUE AVEC LES API, DE POUVOIR DISTRIBUER L ENSEMBLE DE NOTRE CONTENU SUR D AUTRES LA RÉSERVATION EN LIGNE NOUS PERMET, D UN POINT DE VUE TECHNIQUE AVEC LES API, DE POUVOIR DISTRIBUER L ENSEMBLE DE NOTRE CONTENU SUR D AUTRES PLATES-FORMES. NOUS AVONS LEVÉ UNE BARRIÈRE ET CONCLU DES PARTENARIATS

Plus en détail

La Fevad : l organisation professionnelle des acteurs du e-commerce. Le commerce à distance et le paiement sur internet

La Fevad : l organisation professionnelle des acteurs du e-commerce. Le commerce à distance et le paiement sur internet Paiement sur Internet à l'heure de 3DSecure Le commerce à distance et le paiement sur internet Marc Lolivier Délégué Général de la FEVAD Conférence Publi-News 16 février 2010, Paris La Fevad : l organisation

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

Le crowdlending pour les associations et les fédérations. Primus Finance, le club de prêts pour tous les niveaux de crowdlending Confidentiel

Le crowdlending pour les associations et les fédérations. Primus Finance, le club de prêts pour tous les niveaux de crowdlending Confidentiel Le crowdlending pour les associations et les fédérations Primus Finance, le club de prêts pour tous les niveaux de crowdlending Confidentiel Un contexte contraignant Il est de plus en plus difficile d'obtenir

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

SIGNATURE DE CONVENTION AVEC LA CHAMBRE DE COMMERCE. Madame le Directeur général de la Chambre de Commerce et d Industrie de Côte

SIGNATURE DE CONVENTION AVEC LA CHAMBRE DE COMMERCE. Madame le Directeur général de la Chambre de Commerce et d Industrie de Côte SIGNATURE DE CONVENTION AVEC LA CHAMBRE DE COMMERCE ALLOCUTION DU DG DE LA POSTE DE COTE D IVOIRE Monsieur le 1 er Vice-Président, représentant Monsieur le Président de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise MOBILITÉ : ACCOMPAGNEZ L OUVERTURE DE VOTRE SI

Transformation IT de l entreprise MOBILITÉ : ACCOMPAGNEZ L OUVERTURE DE VOTRE SI Transformation IT de l entreprise MOBILITÉ : ACCOMPAGNEZ L OUVERTURE DE VOTRE SI Q ue ce soit avec leurs clients ou leurs partenaires, les entreprises ont commencé à ouvrir leur système d information.

Plus en détail

L'ARGENT DES PAUVRES, LES MILLIARDS DES BANQUES

L'ARGENT DES PAUVRES, LES MILLIARDS DES BANQUES Jacques ATLAN L'ARGENT DES PAUVRES, LES MILLIARDS DES BANQUES Alternatives financières et politiques r armattan Table des matières CHAPITRE 1 Avant-propos pour libérer la parole et permettre le débat 7

Plus en détail

PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT

PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT DOCAPOST - SAS au capital de 69 705 520 euros 493 376 008 RCS Créteil - Siège social : 10-12 Avenue Charles de Gaulle - 94220 ChARENTON-LE-PONT - ref

Plus en détail

Note partielle sur le E-Commerce

Note partielle sur le E-Commerce Note partielle sur le E-Commerce (Centrée sur le marché de l habillement ; source : IFM 2011) 1. Remarques générales ; quelques définitions et orientations 1. Les Pure Player Il s agit du commerce en ligne

Plus en détail

Très forte croissance de l activité au troisième trimestre 2014

Très forte croissance de l activité au troisième trimestre 2014 Communiqué de presse Paris, le 29 octobre 2014 Très forte croissance de l activité au troisième trimestre 2014 Chiffre d affaires T3 14 : 381 millions d euros, en croissance organique 1 de 16% Chiffre

Plus en détail

L Échangeur Bordeaux Aquitaine Accélérer l intégration des TIC dans la PME

L Échangeur Bordeaux Aquitaine Accélérer l intégration des TIC dans la PME Journée spéciale e-commerce : avez-vous pensé à tout? Créer sa e boutique : à chacun sa solution! L Échangeur Bordeaux Aquitaine Accélérer l intégration des TIC dans la PME Un service de démonstrations

Plus en détail

CONSTRUISONS ENSEMBLE, L HISTOIRE DU PAIEMENT ELECTRONIQUE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CONSTRUISONS ENSEMBLE, L HISTOIRE DU PAIEMENT ELECTRONIQUE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO CONSTRUISONS ENSEMBLE, L HISTOIRE DU PAIEMENT ELECTRONIQUE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO INNOVER, SIMPLIFIER, FACILITER et SECURISER les paiements En véritable accélérateur d opportunité, la société

Plus en détail

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte?

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? GÉNÉRALITÉS Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? NOTA : le système ci-dessus est un système dit à «quatre coins», c est-à-dire, qu il s agit d un système où l émetteur et l acquéreur

Plus en détail

Usages et attitudes à l égard des nouvelles formes de distribution alimentaire en ligne

Usages et attitudes à l égard des nouvelles formes de distribution alimentaire en ligne Usages et attitudes à l égard des nouvelles formes de distribution alimentaire en ligne FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Ce rapport présente les résultats d une enquête menée par l ObSoCo. Les données présentées

Plus en détail

PayPlug. 15 000 clients TPE et indépendants. 3,2 millions d euros levés depuis 2012. Présent dans 5 pays européens

PayPlug. 15 000 clients TPE et indépendants. 3,2 millions d euros levés depuis 2012. Présent dans 5 pays européens La société! PayPlug Paiement en ligne! Prédiction de fraude! 3,2 millions d euros levés depuis 2012 15 000 clients TPE et indépendants Présent dans 5 pays européens 2 PayPlug emploie 18 personnes Camille

Plus en détail

Country factsheet - Octobre 2013. Les États-Unis

Country factsheet - Octobre 2013. Les États-Unis Country factsheet - Octobre 2013 Les États-Unis Les États-Unis sont depuis toujours le pays numéro un sur le marché de l e-commerce. À la fin de l année 2013, ils devraient afficher un revenu de 193,3

Plus en détail

Étude sur la monnaie numérique

Étude sur la monnaie numérique Étude sur la monnaie numérique Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et Opérations Association des banquiers canadiens Prononcée devant le Comité sénatorial des banques et

Plus en détail

PHILIPPE KLING expert e-commerce OXATIS

PHILIPPE KLING expert e-commerce OXATIS PHILIPPE KLING expert e-commerce OXATIS Le Succès d Oxatis en Chiffres Oxatis ce sont 10 500 Sites marchands 410 M de CA plateforme en 2014 Une commande toutes les 5s (4,3 Millions par an) 90 collaborateurs

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique

Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique Cybersécurité dans les entreprises 9 ème Entretiens de Télécom ParisTech Alain Bouillé Président du CESIN Sommaire 1. Quel terrain de jeu

Plus en détail

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 VERBATIM Présentation à l IGNES 27 Juin 2013 Une proposition d étude du cabinet CODA Strategies Octobre 2012 CODA STRATEGIES - 4 rue Galvani

Plus en détail

Les Monnaies locales sont-elle bien légales?

Les Monnaies locales sont-elle bien légales? Les Monnaies locales sont-elle bien légales? À première vue, les monnaies locales contestent le monopole monétaire de l État, tant sous l angle de l émission que de la fiscalité. Pourtant, tout groupe

Plus en détail

Assurance Avec l acquisition de deux nouveaux cabinets Roederer assure aussi sa position de leader

Assurance Avec l acquisition de deux nouveaux cabinets Roederer assure aussi sa position de leader par Antoine Latham, publié le 09/10/2012 à 05:00 Assurance Avec l acquisition de deux nouveaux cabinets Roederer assure aussi sa position de leader Geoffroy Roederer veut une taille suffisante pour investir

Plus en détail

Panorama sur les nouveaux modes de paiement

Panorama sur les nouveaux modes de paiement Panorama sur les nouveaux modes de paiement Présence sur 4 continents Europe Amériques Asie Afrique E-paiement par Lyra Network PayZen plateforme de paiement en ligne du groupe Lyra Network 50 Millions

Plus en détail

Communication & Médias Sociaux. Bureau Réseaux Sociaux, Opinion et Campagnes de Communication Sacha AIZENMAN 01.44.42.51.43

Communication & Médias Sociaux. Bureau Réseaux Sociaux, Opinion et Campagnes de Communication Sacha AIZENMAN 01.44.42.51.43 Communication & Médias Sociaux Bureau Réseaux Sociaux, Opinion et Campagnes de Communication Sacha AIZENMAN 01.44.42.51.43 Postulat de départ,, Le Web social fait référence à une vision d'internet considérée,,

Plus en détail

7KqPHVHWVLWXDWLRQV$FKDW9HQWH. )LFKHSpGDJRJLTXH

7KqPHVHWVLWXDWLRQV$FKDW9HQWH. )LFKHSpGDJRJLTXH 5HVVRXUFHVSRXUOHVHQVHLJQDQWVHWOHVIRUPDWHXUVHQIUDQoDLVGHVDIIDLUHV $FWLYLWpSRXUODFODVVH')$ &UpGLW-RHOOH%RQHQIDQW -HDQ/DFURL[ 7KqPHVHWVLWXDWLRQV$FKDW9HQWH )LFKHSpGDJRJLTXH $FWLYLWp /HFRPPHUFHHQOLJQH &RPSUpKHQVLRQpFULWH

Plus en détail

La solution Hospitality

La solution Hospitality Payment Services La solution Hospitality pour hôtels Pour vous et vos clients: la solution Hospitality de SIX Table des matières SIX Payment Services 04 L expérience client 05 La solution Hospitality 06

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

LES SOLUTIONS POUR LA DEMATERIALISATION DE PRODUITS ET SERVICES PREPAYES

LES SOLUTIONS POUR LA DEMATERIALISATION DE PRODUITS ET SERVICES PREPAYES LES SOLUTIONS POUR LA DEMATERIALISATION DE PRODUITS ET SERVICES PREPAYES Octobre 2009 PRESENTATION Dispose de la connaissance des Dispose acteurs du du savoir marchés faire sur des les télécoms solutions

Plus en détail

e-commerce+ êtes-vous prêt? BUSINESS OMNICANAL : WEB-TO-STORE : Les 5 outils stratégiques

e-commerce+ êtes-vous prêt? BUSINESS OMNICANAL : WEB-TO-STORE : Les 5 outils stratégiques e-commerce+ Magazine d information d Octave n 17 - Mars 2016 BUSINESS OMNICANAL : êtes-vous prêt? WEB-TO-STORE : Les 5 outils stratégiques E-COMMERCE ET POINTS DE VENTE Adoptez le point de vue du client

Plus en détail

SYMANTEC SECURITY LICENSE PROGRAM. Une façon simple et rapide d acheter des logiciels de sécurité Symantec.

SYMANTEC SECURITY LICENSE PROGRAM. Une façon simple et rapide d acheter des logiciels de sécurité Symantec. SYMANTEC SECURITY LICENSE PROGRAM Une façon simple et rapide d acheter des logiciels de sécurité Symantec. Le Programme Value LA SOLUTION DE LICENCE IDÉALE POUR LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES. Le

Plus en détail

Offre IDALYS. Le conseil couvrant tous les aspects métiers du commerce digital. Mai 2013

Offre IDALYS. Le conseil couvrant tous les aspects métiers du commerce digital. Mai 2013 Offre IDALYS Le conseil couvrant tous les aspects métiers du commerce digital Focus sur : 1. Équilibre entre CA et Fraude 2. Étude d opportunité e-wallets Mai 2013 IDALYS - Sommaire 1 Présentation d IDALYS

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Sommaire Préambule - Kickstarter dépasse le milliard de dollars collectés - Mouvement de fonds ou épiphénomène? - Un ensemble d opportunités et d enjeux pour les différents acteurs

Plus en détail

La révolution des paiements par cartes bancaires. Présenté par. Gilles Sartre et Thierry Saxod

La révolution des paiements par cartes bancaires. Présenté par. Gilles Sartre et Thierry Saxod La révolution des paiements par cartes bancaires Présenté par Gilles Sartre et Thierry Saxod Environnement et grandes tendances Un monde «physique» Un client «sédentaire» Un monde «numérique» Un client

Plus en détail

Perspectives des FNB canadiens en 2014. Janvier 2014

Perspectives des FNB canadiens en 2014. Janvier 2014 Perspectives des FNB canadiens en 2014 Janvier 2014 Monthly Strategy Report October 2011 Perspectives des FNB canadiens de BMO Gestion mondiale d actifs en 2014 2 Encore une année exceptionnelle pour le

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

COMPTE RENDU CONFERENCE FF2I

COMPTE RENDU CONFERENCE FF2I COMPTE RENDU CONFERENCE FF2I Faits marquants et tendances du marché de l'internet immobilier Antoine Krier Ubiflow Page 1/5 1. Présentation UBIFLOW 1.1. Ubiflow : un statut d observateur du marché et une

Plus en détail

Interview de M. Eric Majois

Interview de M. Eric Majois Interview de M. Eric Majois Quel est votre poste à la Banque Populaire? Je travaille à la Banque Populaire de l Ouest en tant que chef de produit monétique. Je m'occupe de tout ce qui est offre, mise en

Plus en détail

Témoignage utilisateur. Groupe HG Automobiles

Témoignage utilisateur. Groupe HG Automobiles Témoignage utilisateur Groupe HG Automobiles www.hgauto.fr Equipé du DMS Sage icar, V12Web, pilote Module financement Kevin Ginisty Directeur Groupe Novembre 2012 En bref Le Groupe HG Automobiles distribue

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Morphologie industrielle. Economies des réseaux. Economie des services

Morphologie industrielle. Economies des réseaux. Economie des services Morphologie industrielle Bases du numérique Relations verticales Relations horizontales Dynamiques de standards Economies des réseaux Structures de coûts: rendements croissants Infrastructures essentielles

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

Au cœur du marché de la cybersécurité. Incubateur de technologies innovantes & Business accelerator

Au cœur du marché de la cybersécurité. Incubateur de technologies innovantes & Business accelerator Au cœur du marché de la cybersécurité Incubateur de technologies innovantes & Business accelerator Le Contexte Les entreprises et les institutions doivent sans cesse adapter leurs moyens de détection et

Plus en détail

Se connecter, analyser et optimiser ses ventes : 3 étapes gagnantes pour les e-commerces

Se connecter, analyser et optimiser ses ventes : 3 étapes gagnantes pour les e-commerces Se connecter, analyser et optimiser ses ventes : 3 étapes gagnantes pour les e-commerces Face aux rapides évolutions de consommation et de distribution en ligne, 3 experts du e-commerce international ont

Plus en détail

les prévisions securité 2015

les prévisions securité 2015 les prévisions securité 2015 Panda Security Les prévisions sécurité 2015 du PandaLabs Selon les estimations du Pandalabs, les chiffres concernant la création de malware vont encore une fois battre des

Plus en détail

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ Aujourd'hui, les clients des banques peuvent effectuer la plupart

Plus en détail