10 Fichier des écritures comptables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "10 Fichier des écritures comptables"

Transcription

1 S 10 Fichier des écritures comptables Votre entreprise est-elle prête pour le contrôle «tout informatique»? PAR JEAN SAYAG, Avocat Associé, Landwell & Associés ET YVES TULEAU, Avocat, Landwell & Associés La troisième loi de finances pour 2012, adoptée en décembre dernier, a mis à la charge des entreprises une nouvelle obligation de nature à modifier en profondeur le déroulement des contrôles fiscaux diligentés à compter du 1 er janvier La comptabilité doit dorénavant être remise au vérificateur sous forme dématérialisée. A défaut, en cas de fichier non conforme ou d absence de remise, une pénalité de 0,5 % du chiffre d affaires annuel s applique pour chaque exercice vérifié. De quoi se mettre en conformité au plus vite! MC Sous quelle forme la comptabilité était-elle jusqu à présent remise au vérificateur? à la comptabilité informatisée 2. En revanche, pour les contrôles fiscaux effectués entre 2008 et 2013, les contribuables ont pu, pour satisfaire à l obligation de représentation des documents comptables, exercer à leur seule discrétion, l option de remise de la comptabilité sous forme dématérialisée. Cette option appelée communément «Altoweb», du nom du logiciel de lecture des fichiers dématérialisés développé par l Administration, n a rencontré que peu de Du format «Papier» 1. Jusque-là, le contribuable remettait au vérificateur une copie papier de la balance générale des comptes de la période vérifiée et c était à ce dernier de questionner la société pour obtenir le détail de tel ou tel compte dans le cadre du débat oral et contradictoire. La revue manuelle de la comptabilité «papier» est un travail fastidieux pour les vérificateurs mais également très consommateur de temps pour les entreprises vérifiées qui doivent mobiliser des ressources importantes pour répondre aux questions de nature comptable qui leur sont posées. Dans le cadre des opérations de vérification sur place, les contribuables remettaient fréquemment au vérificateur des éléments isolés de la comptabilité sous forme de fichier afin de justifier un solde comptable ou le détail d une opération que le vérificateur exploitait au travers d un tableur standard. En pratique, ces demandes étaient parcellaires et loin d être systématiques. succès (entre 15 % et 20 % des contribuables ont fait ce choix) alors même, qu en pratique, les entreprises qui ont exercé l option durant cette période n en ont pas subi de conséquences dommageables. Nous avons pu constater que l objectif premier qui visait à fluidifier et accélérer les contrôles a été, au moins en partie, rempli. A posteriori, il apparaît regrettable que les entreprises, dans leur grande majorité, n aient pas mis à profit cette période, pour tester leur capacité à produire le fichier des écritures comptables devenu maintenant obligatoire (voir n 3). à l obligation de remise du fichier des écritures comptables. 3. Désormais, toutes les entreprises doivent obligatoirement remettre au vérificateur général, dés le début du contrôle, leur fichier des écritures comptables (FEC) (LPF, art. L 47 A modifié par la 3 e loi de finances rectificative pour 2012 n , art. 14). Cette obligation entre en vigueur pour les avis de vérification reçus à compter du 1 er janvier 2014 et porte donc sur la période ouverte à contrôle. Ainsi, en 2014, les exercices clos en 2011, 2012 et 2013 sont concernés. 21 PwC FEUILLET RAPIDE - FRC 11/13 Ed. Francis Lefebvre

2 S A noter L arrêté du 29 juillet 2013, qui a modifié le Livre des procédures fiscales (art. A 47-A-1) prévoit que le nouveau format technique comportant 18 champs (voir n 4) n est obligatoire que pour les exercices clos en Pour les exercices 2011 et 2012, le format est donc, en principe, celui qui prévalait pour les options Altoweb (incluant Le FEC : qu est-ce que c est? 4. Le FEC est un fichier informatique regroupant, au titre de chacune des périodes vérifiées, la totalité des écritures comptabilisées, avant centralisation ou agrégation, qui doivent être conformes aux règles comptables françaises, et notamment répondre aux caractéristiques d enregistrement prévus aux articles et suivants du PCG. Le texte intégral des dispositions issues du PCG (Régl. CRC n 99-03) est disponible dans notre Code comptable (ouvrage et Navis). L article A 47-A-1 du Livre des procédures fiscales (modifié par l arrêté du 29 juillet 2013 précité) définit de manière précise le format technique, du fichier et de son contenu, attendu par l Administration. de 10 à 12 champs ; voir n 2), voire un format déterminé librement par le contribuable dès lors que les champs retenus permettront au vérificateur d appréhender les caractéristiques essentielles de chaque écriture comptable. A notre avis, il paraît prudent de se référer au format technique «Altoweb» (voir n 2). Dans le cas général, ce fichier comporte 18 champs obligatoires, notamment : - le code journal, - le numéro séquentiel de l écriture, - la date de comptabilisation, - le numéro de compte en référence à la liste de compte établie par le PCG (art ), - la référence de la pièce justificative, - le montant porté au débit, - le montant porté au crédit, - Les entreprises doivent donc s assurer de leur capacité à produire un fichier des écritures comptables conforme et répondant précisément à la norme technique. Le FEC existe-t-il déjà dans les outils informatiques de l entreprise? 5. Non, le FEC n existe pas, il faut le construire. En fonction du degré de complexité de l architecture des systèmes d information comptable (voir n 6) et de la volumétrie des données (voir n 7), l exercice peut s avérer extrêmement difficile. Attention! Il est illusoire pour les entreprises de penser pouvoir produire, dans les délais, un fichier conforme au format défini par l arrêté du 29 juillet 2013, à la réception de l avis de vérification (voir n 10). Quelles sont les difficultés rencontrées par les entreprises pour construire le FEC? Localisation des écritures comptables 6. La première difficulté de construction du fichier est liée à la nécessité de localiser les écritures comptables. Il faut en effet identifier dans les systèmes les applications qui sont la source des écritures comptables à inclure dans le FEC. Souvent le logiciel de comptabilité générale comprend des écritures centralisées ou agrégées. Or, l Administration exige le fichier à la maille des écritures individuelles qu il est nécessaire d identifier dans les sous-systèmes, les comptabilités auxiliaires, voire dans les outils de gestion. 22 PwC FEUILLET RAPIDE - FRC 11/13 Ed. Francis Lefebvre

3 S L exercice d extraction sera d autant plus délicat que l architecture informatique est complexe et diversifiée. Recommandation Un travail préalable d inventaire et de cartographie des systèmes, parfois laborieux, apparaît dès lors indispensable pour mener à bien les étapes successives des travaux d extraction permettant de concaténer l exhaustivité Volumétrie des données 7. Les volumétries de données concernées peuvent être très importantes (plusieurs dizaines, voire centaines de millions d écritures dans certains cas), même si le découpage par période proposé par l arrêté constitue une réponse technique. Le découpage par système ou par compte n est pas admis par l arrêté, ainsi le découpage par période (mensuelle ou trimestrielle) est le seul mécanisme permettant de réduire la volumétrie des fichiers. Cela suppose néanmoins pour les entreprises de pouvoir concaténer les différents fichiers constitués pour les rapprocher de la balance générale et de la liasse fiscale. de la comptabilité générale à la maille de l écriture comptable individuelle. Les applications informatiques sur lesquelles sont générées ces écritures sont nombreuses et ne relèvent pas des mêmes acteurs au sein de l entreprise. D autres difficultés ont trait à la taille de l entreprise et au référentiel comptable utilisé. Dans le cas des grandes entreprises, la volumétrie peut également être gérée au travers de la production d un fichier partiellement agrégé. On peut regretter que cette possibilité n ait été ouverte qu à l initiative du vérificateur, même si l on peut penser que cette question donnera nécessairement lieu à un dialogue avec les entreprises. Ces dernières devront au cours du processus de construction du FEC faire des choix relatifs à la structure des différents fichiers à préparer, qui pourraient être remis en cause par le service au moment du contrôle. Conformité aux règles comptables françaises 8. Enfin, le fichier doit être strictement conforme aux règles comptables françaises (plan de compte, langue française, séquentialité des écritures, ) De ce point de vue, le strict respect des règles découlant du PCG a pu être perdu de vue dans un contexte de généralisation des progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP, en anglais, pour Enterprise Resource Planning). Ces outils sont en effet souvent davantage orientés vers la gestion que vers la tenue d une comptabilité générale. Cette évolution qui date des années 90 s est faite dans un contexte de tolérance de l Administration qui, en outre, ne disposait pas d un arsenal de sanctions adaptées. En effet, le rejet de comptabilité, la taxation d office et la pénalité de 100 % sont restés des sanctions appliquées à titre exceptionnel (moins de 15 cas par an), alors même que l Administration, par voie d instruction (celle notamment publiée en janvier 2006) ou directement dans les propositions de rectifications, a fait des rappels à l ordre sur le nécessaire respect des règles comptables françaises. Attention! La sanction de 0,5 % du chiffre d affaires en cas de non-conformité ou de non-remise du FEC a vocation à être appliquée à brève échéance beaucoup plus largement. Il est donc impératif que les entreprises procèdent très rapidement à un travail d inventaire et de mise en conformité qui pourra nécessiter, dans certains cas, des développements informatiques lourds. Le contribuable peut-il enrichir le fichier? 9. Le FEC doit être le reflet de la comptabilité enregistrée dans les systèmes d information comptable ou de gestion. Le contribuable ne peut donc pas modifier, enrichir ni en principe transcoder, les informations contenues dans les systèmes 23 PwC FEUILLET RAPIDE - FRC 11/13 Ed. Francis Lefebvre

4 S pour ce qui est des 18 champs obligatoires (voir n 4). En revanche, rien n empêche les entreprises de compléter les champs obligatoires prévus par l arrêté précité pour documenter le processus de construction du FEC ou suppléer à une information obligatoire mais non disponible ou une information disponible mais nonconforme. En pratique, les contribuables n auront pas d autres choix, dans un premier temps au moins, que de transcoder certaines informations pour rendre le fichier lisible ou exploitable par l Administration, en attendant de procéder aux évolutions de leur système d information en vue d assurer la production d un FEC conforme. Il en est ainsi notamment lorsque les règles comptables françaises ne sont pas intégralement respectées (plan de compte non conforme au PCG ou au plan comptable sectoriel, libellés en anglais, écritures détaillées non disponibles au jour le jour, champs non paramétrés,.). Quand et comment les entreprises doivent-elles produire leur FEC? 10. Les entreprises ont tout intérêt à tester dès maintenant leur capacité à produire leur FEC pour A cet effet, elles doivent identifier au plus vite toutes les zones de non-conformité et remédier aux plus graves dans un délai le plus court possible. Il est malgré tout illusoire de vouloir faire évoluer en profondeur les systèmes d information au titre de l exercice 2013, voire 2014, compte tenu du temps de développement assez long sur le plan informatique. Recommandation Si l Administration annonce qu elle se montrera, dans un premier temps, pragmatique, il apparaît prudent pour les entreprises de ne pas se mettre en situation de «tester» le degré de tolérance dont voudront bien faire preuve les services vérificateurs. Pour mener à bien les travaux de mise en conformité de production du FEC, il convient à travers une démarche structurée et pragmatique de bâtir un processus durable. La complexité de la mise en conformité tient à la nécessité de mobiliser et coordonner les compétences des directions fiscales, comptables et informatiques. L entreprise doit en effet viser un dispositif pérenne de production des FEC de manière à capitaliser sur les efforts et les investissements réalisés la première année. Recommandation Pour l avenir, il apparaît souhaitable de constituer le FEC au moment du dépôt de la liasse fiscale au même titre que n importe quelle autre obligation découlant de la clôture d un exercice. Attendre la réception de l avis de vérification pour constituer le FEC ne paraît pas raisonnable dans la mesure où celui-ci doit être remis en tout début de contrôle fiscal, dès la seconde visite du ou des vérificateurs. Le FEC doit-il être documenté? 11. Le contribuable a tout intérêt à documenter précisément l ensemble des travaux de construction des FEC pour deux raisons : - comme pour les contrôles fiscaux des comptabilités informatisées (CFCI ; voir n 2), le vérificateur commencera sans doute ses travaux par la prise de connaissance du système d information mais également par la compréhension des modalités de construction du FEC ; En cas de dysfonctionnements relevés par le service, l entreprise devra s appuyer sur cette documentation pour justifier de la pertinence de ses travaux et des choix effectués. - cette documentation permettra de démontrer les efforts et investissements faits par l entreprise pour assurer la conformité du FEC. 24 PwC FEUILLET RAPIDE - FRC 11/13 Ed. Francis Lefebvre

5 S Le FEC doit-il être audité avant remise au vérificateur? 12. Il est impératif d auditer le FEC avant son archivage aux fins de remise ultérieure à l Administration. La démarche est la même que pour les CFCI pour lesquels il est fortement recommandé de contrôler le résultat des demandes de traitement avant remise au BVCiste (vérificateurs informaticiens de l Administration regroupés, pour ce qui concerne la DVNI, au sein de la Brigade de Vérification des Comptabilités Informatisées). Attention! En pratique, les travaux de revue des FEC permettent d identifier de nombreuses erreurs, souvent (mais pas systématiquement) liées au processus d extraction lui-même. Les éléments de non-conformité ou les informations manquantes (rupture de séquentialité ou champs non-conformes ou à blanc par exemple) devront être identifiés et faire partie de la documentation remise au vérificateur. Les écritures des succursales doivent-elles être incluses dans le FEC? Succursales étrangères des sociétés françaises 13. Dans la mesure où les écritures comptables des succursales étrangères des sociétés françaises font partie intégrante des comptes sociaux, l Administration sera fondée à exiger que les écritures détaillées et en norme française soient incluses dans le FEC du siège. Cependant, jusqu à aujourd hui, sauf cas particulier, les axes d investigation des brigades de vérification ne portaient pas prioritairement sur ces éléments. Succursales françaises des sociétés étrangères A noter En pratique, l inclusion des écritures détaillées des succursales étrangères peut présenter des difficultés non négligeables dans les cas où ces comptabilités sont tenues localement, sur des systèmes différents de ceux du siège et bien souvent en norme étrangère, la conversion étant assurée sur une balance agrégée en fin de période. 14. Pour ce qui concerne le cas des succursales françaises des sociétés étrangères, lorsque la comptabilité est tenue sur les systèmes du siège étranger, l obligation de remise du FEC en norme française, à la maille de l écriture comptable peut également s avérer être une tâche ardue, voire impossible. A noter Il est souhaitable que l instruction à paraître prévoie des mesures spécifiques pour ces entreprises qui ne sont tenues aux règles comptables françaises qu au travers de leurs obligations fiscales de justification de la liasse fiscale déposée. A défaut, les systèmes devront être adaptés pour que l enregistrement d une écriture dans un référentiel étranger permette de générer en même temps une écriture conforme au PCG. Que va pouvoir faire le vérificateur général avec ce fichier? 15. Pour chaque contrôle sur place, le vérificateur général va exploiter ce fichier grâce à un nouveau logiciel de lecture développé par l Administration qui lui permettra de naviguer au sein des écritures, de procéder à des tris, des classements, des sélections (par l application de filtres successifs), mais également des calculs. La seule limite posée par les textes est l interdiction de faire des traitements informatiques, possibilité qui relève exclusivement des dispositions relatives aux CFCI (voir n 2) mis en œuvre avec l assistance des BVCIstes (voir n 12). Le champ d application de la procédure CFCI commence là où les travaux du 25 PwC FEUILLET RAPIDE - FRC 11/13 Ed. Francis Lefebvre

6 S vérificateur sur le fichier des écritures comptables s arrêtent. Attention! Le FEC va sans nul doute modifier en profondeur la pratique du contrôle sur place par les vérificateurs même si l objectif premier de l Administration est d optimiser ses ressources, d accélérer les contrôles fiscaux et d augmenter le nombre de vérifications. En effet : - les outils de lecture du FEC utilisés par l Administration devraient permettre aux vérificateurs d avoir une vision plus profonde et plus précise de la comptabilité de l entreprise vérifiée, et donc d identifier un plus grand nombre de redressements potentiels ; - on peut penser que l Administration développera des scripts de contrôle spécifiques et formera ses vérificateurs à ces nouvelles méthodes de travail. Le FEC n est-il pas paradoxalement une opportunité pour les entreprises? 16. Au-delà de la mise en conformité, il faut considérer cette nouvelle obligation comme une opportunité pour le fiscaliste pour aller plus loin dans l analyse des données comptables. En effet, l accès au fichier des écritures ouvre des perspectives importantes de revue, de suivi, de reporting et d analyse de l information à des fins purement fiscales. C est un pas vers l utilisation d outils informatiques développés en vue de la maîtrise et du contrôle des risques fiscaux, à disposition du management de l entreprise que devront maîtriser, les directions fiscales et financières mais également les conseils de l entreprise. Un vaste programme! 26 PwC FEUILLET RAPIDE - FRC 11/13 Ed. Francis Lefebvre

électronique Le 15/01/2015 par jean Saphores jean.saphores@sogarex.fr

électronique Le 15/01/2015 par jean Saphores jean.saphores@sogarex.fr CFCI, FEC et Archivage électronique Le 15/01/2015 par jean Saphores jean.saphores@sogarex.fr 1 Plan de la présentation Plan de la présentation Les obligations légales et réglementaires Modifications des

Plus en détail

Anticiper le risque contrôle fiscal FEC

Anticiper le risque contrôle fiscal FEC Anticiper le risque du contrôle fiscal FEC Apogéa Septembre 2015 Rappel Depuis le 1er janvier 2014, le contrôle fiscal des comptabilités informatisées devient obligatoire et plus fréquent en vertu de l

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : CONTROLE FISCAL DES COMPTABILITES INFORMATISEES : PRECAUTIONS A PRENDRE

Fiche conseil. Nom du Document : CONTROLE FISCAL DES COMPTABILITES INFORMATISEES : PRECAUTIONS A PRENDRE CONTROLE FISCAL DES COMPTABILITES INFORMATISEES : PRECAUTIONS A PRENDRE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables

Plus en détail

Fichier des Ecritures Comptables (FEC)

Fichier des Ecritures Comptables (FEC) Fichier des Ecritures Comptables (FEC) 2 S O M M A I R E PAGES Présentation générale 3 Modalités 5 Normes techniques 8 Recommandations 13 3 Présentation générale 4 Jusqu à présent, la remise à l administration

Plus en détail

Contrôle des comptabilités informatisées. Présentation de la comptabilité sous forme informatisée Article L.47 A I du livre des procédures fiscales

Contrôle des comptabilités informatisées. Présentation de la comptabilité sous forme informatisée Article L.47 A I du livre des procédures fiscales Contrôle des comptabilités informatisées Présentation de la comptabilité sous forme informatisée Article L.47 A I du livre des procédures fiscales Septembre 2014 Claire Almodovar Laurence Porto Nathalie

Plus en détail

NOTE D INFORMATION FISCALE Nouvelles obligations en matière de contrôle fiscal Rappels TVA

NOTE D INFORMATION FISCALE Nouvelles obligations en matière de contrôle fiscal Rappels TVA NOTE D INFORMATION FISCALE Nouvelles obligations en matière de contrôle fiscal Rappels TVA Décembre 2013 1. Le contrôle fiscal informatisé Pour les contrôles fiscaux dont l'avis de vérification sera adressé

Plus en détail

Utile et Pratique. Traitements de fin d année Les différentes étapes de la clôture d un exercice. Version : Sage Comptabilité Online.

Utile et Pratique. Traitements de fin d année Les différentes étapes de la clôture d un exercice. Version : Sage Comptabilité Online. Les différentes étapes de la clôture d un exercice Version : Sage Comptabilité Online Objectif La clôture d un exercice est une opération irréversible et doit donc être effectuée uniquement lorsque les

Plus en détail

TRAITEMENTS DE FIN D ANNEE Comptabilité

TRAITEMENTS DE FIN D ANNEE Comptabilité Livret TRAITEMENTS DE FIN D ANNEE Comptabilité Tout ce que vous devez savoir Pour gérer les traitements de fin d année A destination des Utilisateurs de Sage Comptabilité Sommaire Sommaire... 2 Les différentes

Plus en détail

PAROLE D EXPERTS. Le fichier des écritures comptables

PAROLE D EXPERTS. Le fichier des écritures comptables Le fichier des écritures comptables PAROLE D EXPERTS Une méthodologie pour Une méthodologie pour anticiper les contrôles anticiper les contrôles du vérificateur du vérificateur UN SUJET NOUVEAU? Les premières

Plus en détail

CONTRÔLE DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES M SUR LE FEC CE QU IL FAUT SAVOIR - POINTS DE VIGILANCE - BONNES PRATIQUES

CONTRÔLE DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES M SUR LE FEC CE QU IL FAUT SAVOIR - POINTS DE VIGILANCE - BONNES PRATIQUES i ZO M SUR LE FEC CE QU IL FAUT SAVOIR - POINTS DE VIGILANCE - BONNES PRATIQUES CE QU IL FAUT SAVOIR Depuis le 1er janvier 2014, les entreprises faisant l objet d un contrôle fiscal doivent être en mesure

Plus en détail

5 mars 2015. Fichier des Ecritures Comptables Quelles solutions pour les filiales françaises de groupes étrangers?

5 mars 2015. Fichier des Ecritures Comptables Quelles solutions pour les filiales françaises de groupes étrangers? 5 mars 2015 Fichier des Ecritures Comptables Quelles solutions pour les filiales françaises de groupes étrangers? INTERVENANTS Marc LAMORT de GAIL Expert-comptable Associé Incivo Jean-Luc AUSTIN Auditeur

Plus en détail

Écritures comptables : présentation obligatoire aux vérificateurs sous format dématérialisé

Écritures comptables : présentation obligatoire aux vérificateurs sous format dématérialisé 19 septembre 2013 Écritures comptables : présentation obligatoire aux vérificateurs sous format dématérialisé à compter de janvier 2014 INTERVENANTS Jean-Luc AUSTIN Auditeur informatique Administrateur

Plus en détail

Mieux comprendre les différentes obligations documentaires en matière de prix de transfert

Mieux comprendre les différentes obligations documentaires en matière de prix de transfert Mieux comprendre les différentes obligations documentaires en matière de prix de transfert Fin juillet 2013, l Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) présentait aux ministres

Plus en détail

CONTRÔLE DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES

CONTRÔLE DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES CONTRÔLE DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES CE QU IL FAUT SAVOIR POINTS DE VIGILANCE CE QU IL FAUT SAVOIR Depuis le 1er janvier 2014, les entreprises faisant l objet d un contrôle fiscal doivent être en mesure

Plus en détail

Le contrôle fiscal informatisé PAROLE D EXPERTS. De la contrainte règlementaire à la création de valeur par la maîtrise des processus de l entreprise

Le contrôle fiscal informatisé PAROLE D EXPERTS. De la contrainte règlementaire à la création de valeur par la maîtrise des processus de l entreprise Le contrôle fiscal informatisé PAROLE D EXPERTS De la contrainte règlementaire à la création de valeur par la maîtrise des processus de l entreprise UN SUJET NOUVEAU? Les premières dispositions légales

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE

MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Note Méthodologique de Première Application du Système Comptable Financier Table des matières I. INTRODUCTION.... 3 A. S organiser pour mettre en place le SCF.... 3 B. Gestion des changements induits par

Plus en détail

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération.

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération. Le Système d Information Comptable 6 Le traitement des informations comptables 6.1 L information comptable L information comptable externe comporte : la date (le jour de l événement comptable) la nature

Plus en détail

Fichier des Ecritures Comptables

Fichier des Ecritures Comptables 22 mai 2014 Fichier des Ecritures Comptables premiers retours d expérience INTERVENANTS Jean SAPHORES Vice-président du Conseil supérieur de l Ordre des experts comptables, Président de la Commission «Innovation

Plus en détail

MORGENSTERN ET ASSOCIES SARL 7 rue du Chevalier de Saint George 75008 PARIS. NOTE D INFORMATION n 2014.14 du 23 septembre 2014

MORGENSTERN ET ASSOCIES SARL 7 rue du Chevalier de Saint George 75008 PARIS. NOTE D INFORMATION n 2014.14 du 23 septembre 2014 NOTE D INFORMATION n 2014.14 du 23 septembre 2014 Fichier FEC : exigences du fisc sur les systèmes et logiciels d encaissement : quel impact pour les entreprises? En mai dernier l administration fiscale

Plus en détail

Remise obligatoire du fichier des écritures comptables au 1 er janvier 2014. Anticipez le contrôle fiscal

Remise obligatoire du fichier des écritures comptables au 1 er janvier 2014. Anticipez le contrôle fiscal Remise obligatoire du fichier des écritures comptables au 1 er janvier 2014 Anticipez le contrôle fiscal Pascal Bourdarias Jean-François Defudes La remise du fichier des écritures comptables Contexte De

Plus en détail

NOUVEAU CONTRÔLE FISCAL

NOUVEAU CONTRÔLE FISCAL NOUVEAU CONTRÔLE FISCAL INFORMATISE : RETOURS D EXPERIENCE ET CONSEILS PRATIQUES Salons des Entrepreneurs de PARIS Le 5 février 2015 1 Plan de la présentation Plan de la présentation o Les nouvelles obligations

Plus en détail

Contrôle des comptabilités informatisées

Contrôle des comptabilités informatisées ARC GESTION 8 rue Octave Longuet 91170 Viry-Châtillon 01.84.184.284 Contrôle des comptabilités informatisées Contrôle des comptabilités informatisées Instruction 13L-1-06 n 12 du 24 janvier 2006 publiée

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. Pré-requis : Principes comptables. Modalités : Schéma d'organisation comptable. TABLE

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

INFORMATION DE LA DGI

INFORMATION DE LA DGI INFORMATION DE LA DGI I- NATURE DES CONTROLES EFFECTUES PAR L ADMINISTRATION FISCALE IVOIRIENNE L administration fiscale ivoirienne met en œuvre trois types de contrôles : - Le contrôle sur pièces : qui

Plus en détail

Le principe est la remise en main propre des fichiers des écritures comptables. Il en est donc de même du document qui acte cette remise.

Le principe est la remise en main propre des fichiers des écritures comptables. Il en est donc de même du document qui acte cette remise. Questions / s sur la transmission des comptabilités informatisées sous forme 1. Remise des fichiers des écritures comptables Question 1 : les pièces relatives à la remise du fichier des écritures comptables,

Plus en détail

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Fiche n 7 Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Direction générale de l offre de soins Direction générale des fi nances publiques Les comptes 102 et 13 et l imputation

Plus en détail

Petit manuel d organisation administrative et comptable

Petit manuel d organisation administrative et comptable Petit manuel d organisation administrative et comptable Ce recueil de procédures peut être remis aux administrateurs, personnes en charge de la gestion d une UD ou d une AL, pour leur permettre d appliquer

Plus en détail

La simplification du dossier de candidature

La simplification du dossier de candidature FICHE 20 La simplification du dossier de candidature Pour de nombreux opérateurs économiques, la constitution des dossiers de candidature est trop complexe et coûteuse du fait du nombre des documents à

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2008/06 du 26 mai 2008 DELAIS ET CONSERVATION DES PIECES JUSTIFICATIVES RAPPEL

NOTE D INFORMATION 2008/06 du 26 mai 2008 DELAIS ET CONSERVATION DES PIECES JUSTIFICATIVES RAPPEL NOTE D INFORMATION 2008/06 du 26 mai 2008 DELAIS ET CONSERVATION DES PIECES JUSTIFICATIVES RAPPEL 1) Les pièces justificatives doivent être conservées pendant dix ans (C. com. Art. l 123-22). Quels sont

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Cette lettre fiscale porte sur des mesures votées dans la 3 ème Loi de Finances Rectificative pour 2012 applicables à compter du 1er janvier 2014 prochain. Elle porte sur les nouvelles

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) DIRECTION DE LA COMPTABILITE RFI Demande d information Dématérialisation des factures fournisseurs Réf. : RFI2011_DEMAFAC_V1.3_2011-05-04.docx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

FOURNITURE D UN LOGICIEL DE

FOURNITURE D UN LOGICIEL DE PIÈCE N 0 DIRECTION RESSOURCES & ORGANISATION SERVICE INFORMATIQUE 25 RUE DE LA NUÉE BLEUE F-67000 STRASBOURG TÉL. +33 (0)3 88 21 78 01 FAX +33 (0)3 88 39 35 53 MARCHÉ PUBLIC DE FOURNITURES ET SERVICES

Plus en détail

NOTE DE SERVICE. N 09-048-M9 du 5 novembre 2009 NOR : BCF Z 09 00048 N

NOTE DE SERVICE. N 09-048-M9 du 5 novembre 2009 NOR : BCF Z 09 00048 N NOTE DE SERVICE N 09-048-M9 du 5 novembre 2009 NOR : BCF Z 09 00048 N Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique du mois de novembre 2009 INFOCENTRE DES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

Plus en détail

Notice commentant l article A.47 A-1 du livre des procédures fiscales

Notice commentant l article A.47 A-1 du livre des procédures fiscales Notice commentant l article A.47 A-1 du livre des procédures fiscales I. Formats de fichiers Pour les fichiers codés en XML, il convient de se reporter à la structure du fichier (fichier de type XSD) définie

Plus en détail

2 - REGLEMENT DE LA CONSULTATION

2 - REGLEMENT DE LA CONSULTATION Ville de SAINT-SULIAC La Ruette Guitton 35 430 SAINT-SULIAC REVISION GENERALE DU P.O.S SOUS FORME DE PLAN LOCAL D'URBANISME 2 - REGLEMENT DE LA CONSULTATION Page 1 sur 7 Maître de l'ouvrage : MAIRIE de

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA)

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-04 du 1 er avril 2003 Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) Sommaire 1 - Le dispositif

Plus en détail

CHAPITRE 3 Les inventaires physiques

CHAPITRE 3 Les inventaires physiques CHAPITRE 3 Les inventaires physiques Aux termes de l article 17 de la loi comptable 1 l opération d inventaire doit être réalisée, au moins une fois par exercice, à l effet de vérifier l existence des

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt des opérateurs pour la nouvelle modalité d interconnexion sur le réseau fixe de France Télécom - Orange.

Appel à manifestation d intérêt des opérateurs pour la nouvelle modalité d interconnexion sur le réseau fixe de France Télécom - Orange. Appel à manifestation d intérêt des opérateurs pour la nouvelle modalité d interconnexion sur le réseau fixe de France Télécom - Orange. Période de la consultation : 23 mai 2012-14 juin 2012 Contacts :

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité"

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction conformité BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité" Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes

Plus en détail

Accessibilité des locaux professionnels aux personnes handicapées

Accessibilité des locaux professionnels aux personnes handicapées Accessibilité des locaux professionnels aux personnes handicapées Guide pratique de l accessibilité Version actualisée octobre 2014 2 Accessibilité des locaux professionnels aux personnes handicapées Guide

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

SOFT AVOCAT Guide d utilisation

SOFT AVOCAT Guide d utilisation SOFT AVOCAT Guide d utilisation 1 SOFT AVOCAT est un logiciel de gestion automatisée des dossiers des cabinets d avocats qui facilite le suivi de leurs traitements à travers ses différentes composantes.

Plus en détail

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS Introduction Charges et produits constatés d avance Charges constatées d avance Produits constatés d avance Charges à payer et produits à recevoir Charges

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques

Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques C O N S U L T AT I O N P U B L I Q U E Mai 2007 Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques Synthèse

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire.

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire. QUESTIONNAIRE DESTINÉ À L ACTUAIRE DÉSIGNÉ AUX FINS DES RAPPORTS FINANCIERS DES ORGANISMES D ASSURANCE-VIE ET SANTÉ AU CANADA FIN D ANNÉE 2000 PARTIE II Ce questionnaire a été préparé pour traiter des

Plus en détail

L OGID00 : Données d identification de l adhérent Vérifier que la rubrique «Situation au regard de la TVA» (codes 1-2-3-4) est bien renseignée.

L OGID00 : Données d identification de l adhérent Vérifier que la rubrique «Situation au regard de la TVA» (codes 1-2-3-4) est bien renseignée. Document modifié le 20/03/2015 Guide des Tableaux OG Campagne fiscale 2015 I. LES TABLEAUX OG (dématérialisés) L OGID00 : Données d identification de l adhérent Vérifier que la rubrique «Situation au regard

Plus en détail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail Créé par l ANI du 05 décembre 2003, l entretien professionnel est intégré en 2014, pour la première fois, dans le Code du travail.

Plus en détail

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante D étendre l obligation d information sur les surfaces louées

Plus en détail

INFORMATIONS/FORMATION SUR LES MODALITÉS D EXÉCUTION FINANCIÈRE DES RÉGIES DIRECTES DES DEVIS PROGRAMMES (10 ème FED)

INFORMATIONS/FORMATION SUR LES MODALITÉS D EXÉCUTION FINANCIÈRE DES RÉGIES DIRECTES DES DEVIS PROGRAMMES (10 ème FED) République Islamique de Mauritanie Honneur - Fraternité Justice Ministère des Affaires Economiques et du Développement Ordonnateur national du FED Union Européenne Délégation de l Union Européenne Cellule

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE COMPTABILITE CREANCIERS. Version 1.0 du 27 septembre 2013

GUIDE PRATIQUE COMPTABILITE CREANCIERS. Version 1.0 du 27 septembre 2013 GUIDE PRATIQUE COMPTABILITE CREANCIERS Version 1.0 du 27 septembre 2013 Table des matières 1. Introduction... 3 1.1. Les comptabilités auxiliaires... 3 2. Paramètres de bases... 3 2.1. Les conditions de

Plus en détail

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS.

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS. MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS Sommaire INTRODUCTION PARTIE 1 INITIATION A LA COMPTABILITE 1- règles de base de la comptabilité 2- l activité courante de l

Plus en détail

Marie Lambert TVA. Mode d emploi. 50 questions-réponses pour optimiser la TVA et éviter les redressements

Marie Lambert TVA. Mode d emploi. 50 questions-réponses pour optimiser la TVA et éviter les redressements Marie Lambert TVA Mode d emploi 50 questions-réponses pour optimiser la TVA et éviter les redressements, 2011 ISBN : 978-2-212-54876-1 Chapitre 3 TVA à payer ou crédit de TVA? La clé en quelques mots La

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION WWW.MARCHES-AUBE.FR GUIDE D UTILISATION DE L AUBE LA REPONSE ELECTRONIQUE

LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION WWW.MARCHES-AUBE.FR GUIDE D UTILISATION DE L AUBE LA REPONSE ELECTRONIQUE Bienvenue sur www.marches-aube.fr LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION WWW.MARCHES-AUBE.FR GUIDE DES PROCEDURES CONSEIL GUIDE GENERAL ADAPTEES D UTILISATION DE L AUBE LA REPONSE ELECTRONIQUE Le site www.marches-aube.fr

Plus en détail

Règlement de la Consultation RC

Règlement de la Consultation RC Pouvoir adjudicateur : Monsieur le Directeur du Parc national des Ecrins MARCHÉ A PROCÉDURE ADAPTÉE passé en application des articles 28 et 35 du Code des Marchés publics Règlement de la Consultation RC

Plus en détail

MARCHE DES ASSURANCES DE LA COMMUNE DE VOURLES

MARCHE DES ASSURANCES DE LA COMMUNE DE VOURLES COMMUNE DE VOURLES 26 Rue de Bertrange Imeldange 69390 Vourles Tél. 04.78.05.12.05 Fax : 04.72.31.06.98 Mail : commune-de-vourles@wanadoo.fr MARCHE DES ASSURANCES DE LA COMMUNE DE VOURLES Règlement de

Plus en détail

Dossier de presse L'archivage électronique

Dossier de presse L'archivage électronique Dossier de presse L'archivage électronique Préambule Le développement massif des nouvelles technologies de l information et de la communication (TIC) a introduit une dimension nouvelle dans la gestion

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

Les opérations courantes de l entreprise

Les opérations courantes de l entreprise Chapitre 4 Les opérations courantes de l entreprise Au terme de ce chapitre, vous saurez : 1. définir une opération courante ; 2. enregistrer comptablement un achat et une vente ; 3. définir les différentes

Plus en détail

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013)

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) 1 Le Système qualité La cartographie des processus, qui se situe entre le manuel qualité et les procédures

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Principaux textes de référence : La politique de classement des clients mise en place au sein de HMG Finance s appuie sur les articles L533-16, L533-20, D533-11 et D533-12

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009) Public Works and Travaux publics et Government Services Services gouvernementaux Canada Canada Canadian General Standards Board Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

TRAITEMENTS DE FIN D ANNEE

TRAITEMENTS DE FIN D ANNEE TRAITEMENTS DE FIN D ANNEE GENERALITES Le nouvel exercice peut être ouvert dès la fin de l année courante. Ainsi vous pourrez commencer la saisie des écritures concernant la nouvelle année tout en continuant

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Clôture des comptes annuels : Travaux d inventaire et SIC. Formation. Clôture des comptes annuels : travaux d inventaire et SIC

Clôture des comptes annuels : Travaux d inventaire et SIC. Formation. Clôture des comptes annuels : travaux d inventaire et SIC Formation Page 1/6 travaux d inventaire et SIC Référence : Durée 1 : 2 semaines Date : Du 14 au 25 Septembre 2015 Type de formation : Inter-Entreprise Lieu : INTERNALE CONSULTING-CASABLANCA (MAROC) Prix

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Avril 2014 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2013 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

Ordonnance de Direction sur la gestion et l archivage des documents à la Chancellerie d Etat (ODArch CHA)

Ordonnance de Direction sur la gestion et l archivage des documents à la Chancellerie d Etat (ODArch CHA) 1 15.11.1 1 novembre 01 Ordonnance de Direction sur la gestion et l archivage des documents à la Chancellerie d Etat (ODArch CHA) La Chancellerie d Etat du canton de Berne, vu l article 9, alinéa de la

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR Mise à jour du 01 août 2012 Page 1 sur 6 Préambule Le présent règlement intérieur est établi par le Conseil d Administration conformément aux termes de l article 33 des

Plus en détail

Le contrôle fiscal des comptabilités informatisées

Le contrôle fiscal des comptabilités informatisées Le contrôle fiscal des comptabilités informatisées Sommaire ü Origine de la réforme ü Cadre réglementaire ü Périmètre du contrôle des comptabilités informatisées ü L obligation de conservation ü La représentation

Plus en détail

Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA)

Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA) Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA) Les sociétés de gestion de portefeuille 1 gérant des

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Mai 2015 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2014 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

Fiscal : TVA et frais de restaurant

Fiscal : TVA et frais de restaurant NOTE D INFORMATION 2013/16 du 20 septembre 2013 Fiscal : TVA et frais de restaurant La récupération de la TVA sur les factures relatives aux frais de représentation et de réception est subordonnée à un

Plus en détail

L administration fiscale entend contribuer activement au renforcement de la compétitivité des entreprises en complétant son offre de sécurité

L administration fiscale entend contribuer activement au renforcement de la compétitivité des entreprises en complétant son offre de sécurité L administration fiscale entend contribuer activement au renforcement de la compétitivité des entreprises en complétant son offre de sécurité juridique par l instauration d une Relation de confiance PROTOCOLE

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique Version du 1 er juin 2012 Le référentiel est protégé par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment

Plus en détail

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 La rénovation de la voie professionnelle, filière du tertiaire administratif a conduit à la création du baccalauréat professionnel

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES & SERVICES

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES & SERVICES MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES & SERVICES Communauté de Communes des Collines du Nord Dauphiné 566, Avenue de l Europe 38540 HEYRIEUX Tél : 04 72 48 19 89 OBJET : MAINTENANCE DU PARC INFORMATIQUE

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

FirstW@ve. Comptabilité financière

FirstW@ve. Comptabilité financière FirstW@ve Comptabilité financière ENVIRONNEMENT Fonctionne sous «Windows/NT» Base de données «SQL/Server» Outil de développement «MAGIC 8.3» Fonctionne en mono-poste ou multi-postes réseaux Licences nécessaires

Plus en détail

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Décembre 2014 Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Travaux d amélioration de la mesure mis en œuvre suite à l audit mené en 2013 par le cabinet Ernst

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

Guide d initiation à votre logiciel d audit et de comptabilité

Guide d initiation à votre logiciel d audit et de comptabilité Bien venue! Guide d initiation à votre logiciel d audit et de comptabilité OCEAN Introduction : Cher utilisateur, OCEAN est un progiciel destiné à la réalisation de toutes les opérations comptables, à

Plus en détail

FEC. (Fichier des Ecritures Comptables) Premiers Retours d expérience

FEC. (Fichier des Ecritures Comptables) Premiers Retours d expérience FEC (Fichier des Ecritures Comptables) Premiers Retours d expérience 7 novembre 2014 INTERVENANTS Marc LAMORT de GAIL Expert-comptable Associé 2 OBJECTIFS DE LA PRESENATION FEC présenter les dernières

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

IMPORTANTE SOCIETE DANS LE SECTEUR DU CAFE-CACAO RECHERCHE POUR LE PROJET D APPUI AU SECTEUR AGRICOLE (PSAC)

IMPORTANTE SOCIETE DANS LE SECTEUR DU CAFE-CACAO RECHERCHE POUR LE PROJET D APPUI AU SECTEUR AGRICOLE (PSAC) IMPORTANTE SOCIETE DANS LE SECTEUR DU CAFE-CACAO RECHERCHE POUR LE PROJET D APPUI AU SECTEUR AGRICOLE (PSAC) 1 Consultant chargé de la coordination technique et du suiviévaluation Mission : Sous la supervision

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES ONEMA Direction Générale Service des Marchés Publics Immeuble "Le Péricentre" 94132 Fontenay sous Bois cedex Tél: 01 45 14 36 36 FOURNITURE ET MISE

Plus en détail

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE REEL D'IMPOSITION 02/08/2012 Il existe aujourd hui trois modes d imposition des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) qui sont fonction du volume d affaires de l entreprise : le régime du bénéfice

Plus en détail

La présentation et la vérification des comptabilités informatisées

La présentation et la vérification des comptabilités informatisées La présentation et la vérification des comptabilités informatisées 21 janvier 2014 Ce document est strictement confidentiel et réservé à un usage interne exclusivement. Les données et les informations

Plus en détail