Forum Panafricain de Haut

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Forum Panafricain de Haut"

Transcription

1 Forum Panafricain de Haut La problématique de l audit, du contrôle et de l évaluation des institutions de l Etat et des politiques économiques et sociales en Afrique: Fondements, évaluation, défis et stratégies OCTOBRE 2012

2 l utilisation des technologies de l information et de communication dans l audit, le contrôle et l inspection des institutions de l Etat et des politiques du gouvernement Introduction Auditeur & TIC CAAT nouvelles techniques Etude de cas Conclusion

3 Introduction La technologie utilisée par l auditeur, le contrôleur interne ou les commissaires des comptes afin d'émettre une opinion a considérablement évolué. Jusqu'aux années 30, les auditeurs appréhendaient leur activité comme une vérification, le plus souvent exhaustive, de l application des procédures et de la réglementation. Les praticiens ont ensuite développé, durant la période , une approche plus structurée de contrôle. Dans un nouveau contexte économique, avec la crise financière, une concurrence qui devient de plus en plus accrue, la recherche des avantages compétitifs avec l introduction des nouvelles technologies de l information et de la communication, tous les agents économiques cherchent une efficacité optimale avec le minimum de risques. et ce en instaurant un système d information plus intégré, flexible et facilement contrôlable.

4 Introduction Face à ces nouveaux défis les contrôleurs que ce soit interne ou externe à l entreprise s intéressent d une part de ces nouveaux systèmes d information assez complexe pour pouvoir exercer leur mission et d autre part à introduire les nouvelles technologies de l information et de la communication dans leurs méthodes de travail afin d être plus efficace.

5 1-AUDIT &IT 1-1Définitions & états des lieux «L'ensemble des technologies informatiques et de télécommunication permettant le traitement et l'échange d'informations et la communication construite autour de l' et du téléphone» YAICH, A. (2001) Ces technologies sont l'ensemble des techniques et processus permettant à l'information de circuler dans l'entreprise. La dépendance des entreprises envers leurs systèmes informatiques a été augmentée face à l'évolution des technologies d'information et de communication qui a affecté tout son système. En effet, la dématérialisation des documents tendant à devenir totale (zéro papiers) ce qui augmente la vulnérabilité du système d'information et engendre pour l'entreprise de nouveaux risques qu'elle est appelée à maîtriser.

6 1-AUDIT &IT 1-1 Définitions & états des lieux En effet, les systèmes informatiques actuels permettent de plus en plus : Une mise à jour et un partage des données en temps réel Une intégration des systèmes d'information financiers et opérationnels (ERP ou PGI) Des échanges économiques interactifs de l'entreprise, non seulement avec les clients, et ses fournisseurs mais aussi avec l état (déclaration fiscale, sécurité sociale..) Dans ce contexte, les auditeurs internes, les services d inspections ne peuvent en aucun ignorer ces nouvelles technologies dans la planification et l exécution de leurs travaux ;

7 1-AUDIT &IT 1-2-Objectifs Avoir une documentation homogène d audit Supprimer les risques liés aux papiers Simplifier l archivage annuel des dossiers ; Simplifier et sécuriser l audit d un dossier multi sites Permettre de traiter une plus grande masse d informations difficiles à gérer manuellement ; Mettre en évidence la stratégie d audit ou la piste d audit (remonter de l opinion vers le contrôle vers le risque) ; Simplifier et sécuriser les opérations de supervision (ou de revue). Sécuriser l accès à l information par des tiers.

8 1-AUDIT &IT 1-3-Contraintes La compétence limitée des auditeurs en matière informatique Le coût d investissement élevé à mettre en œuvre pour le développement de certains logiciels la dépendance vis à vis des informaticiens dont on fait appel pour assurer l installation des différents outils informatiques et résoudre certains problèmes techniques.

9 1-AUDIT &IT 1-4 Perception de l auditeur interne des NTIC Le problème d acceptation des technologies de l information continue d être une préoccupation majeure pour les chercheurs en Systèmes d Information préoccupés par les études d impacts des TIC et les déterminants de leur bonne utilisation Toutefois, Agarwal et Prasad, ont démontré que le succès ne dépend pas seulement des gains d'efficacité et d'efficience et donc de l'augmentation attendue de la performance, mais plutôt, de l'acceptation de la nouvelle technologie. En effet, si les auditeurs, utilisateurs des nouvelles technologies manquent de les accepter, il n y aura pas d'impact sur leur performance.

10 2-Techniques d audit assisté par 2-1-Définitions Les techniques traditionnelles les plus utilisées pour attester la sincérité et la régularité sont, souvent effectuées manuellement, se caractérisent par leur complexité et leur déficience aussi bien au niveau de la fiabilité de l opinion de l auditeur qu au niveau du budget (temps et coût) consacré, dans un environnement informatique. Selon l'isa 401 de l'ifac, un environnement informatique existe lorsqu'un, quels que soient son type et ses capacités, est utilisé pour le traitement d'informations financières d'importance significatives pour l'audit, que cet soit exploité par l'entité ou par un tiers.

11 2-Techniques d audit assisté par 2-1-Définitions En réalité, L'auditeur a à sa disposition tout un ensemble d'outils informatiques sur chaque phase de sa mission : Étape préliminaire : Outils de requêtes et collecte d information, outils d éditions, outils d accès à Internet, etc. Conduite de mission : Outils de restitution, Outils de gestion documentaire, Outils de planification, Outils de gestion de papier de travail Travail terrain : Outils de détection d anomalies, de fraudes, basés sur l analyse de données nombreuses ou des techniques d échantillonnage, Outils de calculs et de comparaisons pour réaliser des tests analytiques et statistiques, Outils pour rechercher et croiser des informations

12 2-Techniques d audit assisté par 2-1-Définitions Il y a aussi des outils plus spécialisés qui permettent de réaliser des tests d'audit en milieu informatisé, généralement à la disposition des auditeurs informatiques, comme par exemple : Générateur de données de tests Utilitaires standards Logiciels de gestion des changements SCARF (systems control audit review file) et EAM (embedded audit modules) SNAPSHOT AUDIT HOOKS ITF (integrated test facilities) CIS (continuous and intermittent simulation)

13 2-Techniques d audit assisté par 2-1-Définitions Il y a aussi des outils plus spécialisés qui permettent de réaliser des tests d'audit en milieu informatisé, généralement à la disposition des auditeurs informatiques, comme par exemple : Générateur de données de tests Utilitaires standards Logiciels de gestion des changements SCARF (systems control audit review file) et EAM (embedded audit modules) SNAPSHOT AUDIT HOOKS ITF (integrated test facilities) CIS (continuous and intermittent simulation)

14 2-Techniques d audit assisté par 2-2-Objectifs Les techniques d audit assistées par sont à la disposition du commissaire aux comptes pour analyser les données de l entreprise, parallèlement aux techniques de sondages sur les procédures : elles sont utilisées pour quantifier un risque ayant fait l objet d une évaluation de niveau modéré ou élevé, sachant qu il est fortement déconseillé d entreprendre une analyse de données sans étude du contrôle interne préalable, elles permettent de vérifier les calculs effectués par les systèmes de l entreprise, mais également d effectuer d autres opérations de gestion sur les données : * rapprochement ligne par ligne entre différents fichiers, * recherche de doublons, * extraction d anomalies d un fichier

15 2-Techniques d audit assisté par 2-2-Objectifs Ces techniques s appuient sur des fichiers contenant les données extraites du système d information de l entreprise et se différencient des notions : d automatisation des dossiers de travail, d informatisation du processus d élaboration des comptes, de requêtes effectuées directement dans les bases de données du système d information de l entreprise. La directive de l IFAC n 1009 publiée en 1998, relative à l'utilisation des techniques d'audit assistées par, souligne que les techniques informatiques permettent d'améliorer l'efficacité et l'efficience des procédures d'audit. Aussi, dans le cas où il n'y a pas de documents de saisie ou de chemin d'audit visible, elles permettent d'inventer des tests de conformité et des contrôles substantifs appropriés.

16 2-Techniques d audit assisté par 2-2-Objectifs On peut affirmer que même si on a quelquefois l impression qu il n y a pas de hausse de productivité suite à l automatisation d une activité, en y regardant de plus près, on s aperçoit qu il y a eu enrichissement de la tâche. En outre, les chercheurs estiment que l utilisation des techniques informatiques dans la mission d audit peut réaliser une économie du temps et une amélioration de la qualité de vérification. Le développement des nouvelles technologies d audit met l accent sur l amélioration des décisions d audit à partir de schémas devant conduire l auditeur à l émission d une opinion selon une traçabilité identifiable

17 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par La décision de mettre en œuvre des techniques d audit assistées par, dans le cadre de la mission d audit, implique les choix suivants : faut-il se doter de compétences en interne ou faut-il faire appel à des experts extérieurs? quel est l effectif requis et comment intégrer les techniques d audit assistées par dans la réalisation des procédures d audit? la capacité des s dont dispose le cabinet est-elle suffisante ou faut-il investir dans un matériel plus puissant? quels sont les logiciels informatiques requis pour ce type de travaux et lequel choisir? quel est le coût engendré par la mise en place de cette technique quels sont les critères de réussite de la mise en place d une telle technique?

18 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par Le type de «clientèle» a une influence dans le choix des moyens humains et matériels mis en œuvre. Dans le cas d une «clientèle»majoritairement composée d entreprises ayant un nombre de transactions commerciales conséquent (achats, ventes, téléphonie, courtiers d assurance, banques, etc.), la mission ne peut plus être menée sans prendre en compte les systèmes d information et fait nécessairement intervenir des outils informatiques. Ces contraintes pèsent sur les controleurs internes, les services d inspections et des comissaires aux comptes qui devront être doté de moyens suffisants pour répondre à des demandes de travaux beaucoup plus complexes que s il s agissait d une entité de moindre taille.

19 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par Ceci est d autant plus vrai lorsque certains processus font l objet de complexités particulières (tarification avec plusieurs niveaux de remise, processus de provisionnement des stocks s appuyant sur plusieurs critères, etc.). L utilisation d un logiciel de traitement des données est alors appropriée. Les fonctionnalités en standard de ce type de logiciel facilitent les rapprochements, les exécutent plus rapidement et limitent les risques d erreur. De plus, la capacité de traitement de ces logiciels est quasi illimitée.

20 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par La stratégie adoptée par les services de contrôle est un autre critère déterminant les moyens à mettre en œuvre. Selon les moyens qui lui sont alloués et la confiance témoignée dans la mise en place des techniques d audit assistées par, il pourra être envisagé de créer une véritable cellule d expertise grâce au recrutement d une personne expérimentée et à l acquisition de matériels adéquats. Cette approche est recommandée si l on envisage de recourir aux techniques d audit assistées par sur toutes les missions.

21 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par L étude de ces facteurs permet de retenir l une des deux stratégies suivantes : Stratégie «ambitieuse» pour les structures étant prêtes à s investir dans cette activité et à développer une véritable expertise en analyse de données, Si l auditeur interne ou le commissaire des comptes souhaite développer une expertise en analyse de données, il doit se doter de moyens appropriés, en considérant le coût la mise en place des techniques d audit assistées par, le contexte et la nature des missions concernées, posent un certain nombre d exigences au niveau informatique. En effet, il faut pouvoir compter sur une capacité de traitement importante, des fonctionnalités facilitant les traitements, la possibilité d automatiser certaines tâches, etc. En considérant ces contraintes, l utilisation d un logiciel dédié au traitement des données peut permettre un meilleur audit en rationalisation les tests.

22 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par Les logiciels de traitement des données disposent de fonctionnalités particulièrement adaptées à cette activité, notamment : La traçabilité L intangibilité des données La reprise et la conversion des données La facilité d utilisation l automatisation des travaux récurrents. Ces logiciels permettent d obtenir une meilleure qualité et une meilleure productivité que les outils bureautiques standards : L effacement des données initiales est impossible du fait de l intangibilité des données, Le contrôle des travaux est effectué au moyen du système de conservation des historiques, La mise en place de programmes standardisés permet de gagner en productivité.

23 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par Stratégie «prudente» pour les structures souhaitant faire de l analyse de données tout en limitant les investissements. Si les services de contrôle ne disposent pas des moyens suffisants pour investir dans du matériel spécifique il est possible d utiliser un logiciel bureautique, de type tableur standard. Il peut s agir d une solution transitoire avant d entreprendre des investissements plus importants. La stratégie «prudente» présente l avantage d utiliser les moyens déjà existants : Le logiciel utilisé est un tableur, installé généralement en standard sur tous les postes utilisant des outils bureautiques. Son utilisation est connue des collaborateurs, Un collaborateur expérimenté du cabinet pourra effectuer les opérations de tests avec le tableur. Il devra posséder une bonne connaissance des techniques d audit.

24 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par Stratégie «prudente» pour les structures souhaitant faire de l analyse de données tout en limitant les investissements. Si les services de contrôle ne disposent pas des moyens suffisants pour investir dans du matériel spécifique il est possible d utiliser un logiciel bureautique, de type tableur standard. Il peut s agir d une solution transitoire avant d entreprendre des investissements plus importants. La stratégie «prudente» présente l avantage d utiliser les moyens déjà existants : Le logiciel utilisé est un tableur, installé généralement en standard sur tous les postes utilisant des outils bureautiques. Son utilisation est connue des collaborateurs, Un collaborateur expérimenté du cabinet pourra effectuer les opérations de tests avec le tableur. Il devra posséder une bonne connaissance des techniques d audit.

25 2-Techniques d audit assisté par 2-4 Pratique des techniques d'audit assistées par Face au volume considérable de données et à la complexité de plus en plus accrue des systèmes d information utilisés par les entreprises, le commissaire aux comptes doit faire face aux exigences suivantes : effectuer les tests répondant aux objectifs de l audit, transformer des masses de données en informations : ceci passe par l utilisation des données disponibles sur l ensemble du système d information pour contrôler les comptes, automatiser les travaux d audit habituellement effectués manuellement, en prenant en compte le fait que la récupération de ces données et leur mise en forme sont entièrement automatisées dans les systèmes de l entreprise.

26 2-Techniques d audit assisté par 2-5 Procédures Préalable Les étapes suivantes doivent être respectées : s assurer que les critères choisis seront probants par rapport à l objectif visé par le test, mettre en forme et classer les données analyser les résultats présenter les résultats Le tableau suivant présente une correspondance entre les objectifs du commissaire aux comptes et la traduction en terme de techniques d audit assistées par

27 2-Techniques d audit assisté par Besoins du commissaire aux comptes Analyser les stocks en fonction du dépôt, de la zone géographique, de la famille d articles, etc. Répartir les stocks en valeur (faible, moyenne, importante) Rechercher : Les stocks négatifs Les prix à valeur nulle Les montants les plus importants Les clients créditeurs Intervention sur les données Agréger une population selon des critères numériques ou selon la nature commune des éléments Exporter les champs utiles dans un nouveau fichier Trier un fichier pour faciliter la lisibilité ultérieure Sélectionner les valeurs les plus importantes (factures, ventes, achats, clients) Trier une population selon des critères numériques ou selon la nature commune des éléments Rechercher les doublons (facture, salaire double, double facture fournisseur) Créer des fichiers cumulés (par exemple : balance clients à partir d un grand livre auxiliaire client) Exploiter les données sous un autre logiciel Rassembler dans un seul fichier les informations qu un client fournit dans plusieurs fichiers Disposer de statistiques (moyenne, somme et nombre de valeurs positives et négatives, valeurs extrêmes, etc.) Mise en place d algorithmes (valorisation et dépréciation des stocks, dépréciation des stocks, comptes clients, dotations aux amortissements, etc.) Confirmation clients et fournisseurs Inventaire statistique (stocks, immobilisations) Agréger une population selon des critères numériques ou selon la nature commune des éléments pour création d un fichier exploitable Exporter certains champs du fichier dans un nouveau fichier de format différent et exploitable sur un autre logiciel Mettre plusieurs fichiers les uns à la suite des autres dans un nouveau fichier Calculer la moyenne, minimum, maximum et les valeurs extrêmes Insérer un champ calculé dans le fichier Sélectionner statistiquement des données dans le fichier Comparer des fichiers pour détecter les anomalies (expédition sans vente, réception sans achat) Rassembler dans un seul fichier les informations issues de deux autres fichiers : valorisation des stocks avec quantités dans l un et prix de revient dans l autre Rapprocher deux fichiers disposant d une même clé

28 2-Techniques d audit assisté par 2-6 Avantages Ces techniques sont de nature à : permettre l obtention d éléments probants dans un environnement dématérialisé, dépasser le stade du sondage dont l exploitation est toujours délicate compte tenu des difficultés de mise en œuvre et de la non exhaustivité des contrôles, identifier systématiquement toutes les anomalies répondant aux critères de sélection et / ou de calcul retenus, procéder à des traitements par simulation pour mesurer l impact de changements de méthode, aborder des contrôles fastidieux et complexes sur des populations nécessitant un nombre de calculs difficilement réalisables par une approche manuelle.

29 3- L AUDIT CONTINU Relativement à l utilisation des CAATs, une nouvelle démarche d audit est depuis peu mise en exergue, qui permettrait entre autres d améliorer la capacité des auditeurs internes ou externes à répondre aux nouveaux exigences. L audit continu est «une méthode ou une démarche qui permet aux auditeurs de fournir une assurance écrite sur un sujet en utilisant une série de rapports émis simultanément, ou après un court délai, à des évènements relatifs au sujet traité.» David Coderre, auteur notamment sur l'audit continu, en donne la définition suivante : "une structure unifiée qui réunit évaluation des risques et des contrôles, planification d'audit, outils d'analyse numériques et toutes autres techniques et technologies d'aide à l'audit."

30 3- L AUDIT CONTINU L'audit continu se compose alors essentiellement de deux volets : L évaluation continue du contrôle, qui se focalise sur la détection au plus tôt des déficiences de contrôle L évaluation continue des risques, qui met en lumière les processus ou les systèmes qui présentent un niveau de risque mal appréhendé par le système de contrôles permanents. Par ailleurs, on doit affirmer qu'en l'absence de contrôles permanents adéquats, l'audit doit réaliser des tests approfondis de corroborations, la plupart du temps sous forme de dispositifs informatisés. Les programmes ou les requêtes informatiques réalisés dans ce cadre peuvent alors être livrés aux entités auditées à l'issue de la mission pour enrichir les dispositifs de contrôle permanent. Ainsi l'audit continu a tout son sens, que le contrôle permanent soit continu ou non.

31 3- L AUDIT CONTINU En conclusion, on peut inférer de ces éléments une définition «syncrétique» : «l audit continu est une démarche d audit caractérisée par l usage intensif de CAATs, exercés avec une fréquence proportionnée aux évènements ou risques à traiter».

32 4- L importance du Choix Des différentes enquêtes ont été réalisées en France et en Canada ont démontré que les auditeurs et les commissionnaires aux comptes n arrivent pas à utiliser correctement les logiciels d audit pour la simple raison qu on a choisi un outil qui ne convient pas au travail à réaliser. Bien souvent, les auditeurs ne savent pas ce qu il est possible de faire du fait de leur méconnaissance de l offre du marché. Ils ont ainsi tendance à ne s intéresser qu à l automatisation des tâches qu ils réalisent manuellement, limitant ainsi l étendue des possibilités. Voici les étapes nécessaires à l expression des besoins des services d audit :

33 4- L importance du Choix Voici les étapes nécessaires à l expression des besoins des services d audit que ce soit assistée par ou tout autres techniques favorisant l utilisation des technologies: Définir les missions, objectifs, et priorités Apprécier les risques Étudier les options Évaluer le logiciel Faire fonctionner l outil Privilégier l'existant et les logiciels libres

34 5-Etude de Cas de la mise en œuvre de techniques d audit assistées par

35 Cycle stocks A. Objectif Réaliser un examen analytique des stocks. B. Test A partir des états de stocks, effectuer des rapprochements par rapport aux inventaires antérieurs. C. Réalisation

36

37 Cycle Stocks Procédures à mettre en oeuvre : Besoin Rassembler dans un seul fichier les informations issues de deux autres fichiers (en l espèce, la valorisation des stocks sur deux années consécutives) Trier le fichier pour faciliter la lisibilité ultérieure Créer un fichier cumulé (par exemple par famille d articles) Identifier : Les variations significatives de prix moyen Les variations significatives de quantité Intervention sur les données Rapprocher les deux fichiers disposant d une même clé Tri Cumul Extraction

38 Cycle Stocks D. Anomalies possibles Cet examen analytique des stocks permet de détecter : des variations anormales de certaines catégories de stocks et peut révéler par exemples, des stocks absents, des oublis de comptage, des stocks comptés en double, des erreurs sur le prix de revient (dues à des erreurs sur la prise en compte des remises ou à des erreurs dans les unités de valorisation), des problèmes liés à l activité ou d identifier des opérations spéculatives liées aux matières premières (achat de plastique en grande quantité avant une montée des prix du pétrole). E. Recommandations Disposer d un fichier permettant une analyse par famille, soit dans un champ spécifique, soit par l analyse des caractères de la référence. Disposer d inventaires fréquents pour effectuer des analyses sur des périodes inférieures à un an.

39 Conclusion L innovation technologique, une influence déterminante sur l audit interne. L audit interne doit adapter son rôle à un environnement en constante évolution. Parmi les évolutions majeures de l environnement économique, l innovation technologique aura l impact le plus fort sur la fonction d auditeur interne. Les technologies de l information et de la communication qu elle aura un impact modéré à très fort sur le rôle et la responsabilité de l audit interne. Les nouvelles réglementations, les changements dans la gestion des risques, l importance croissante de la gouvernance d entreprise et les problématiques de déontologie et de conformité auront également une influence importante sur leurs fonctions.

40 MERCI POUR VOTRE ATTENTION Zyed ROUISSI Administrateur conseiller Chef d unité Audit Interne Chargé de mission de la coopération internationale Tel: Fax: OCTOBRE 2012

Solution logicielle IDEA

Solution logicielle IDEA 6 & 7 juin 2007 Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte Solution logicielle IDEA Intervenant: M. Michel PIRON 6 & 7 juin 2007 Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte Une initiative de l Ordre des

Plus en détail

Audit réalisé dans un milieu informatique. Animateurs: Michèle CARTIER LE GUERINEL Emmanuel LAYOT

Audit réalisé dans un milieu informatique. Animateurs: Michèle CARTIER LE GUERINEL Emmanuel LAYOT Audit réalisé dans un milieu informatique Animateurs: Michèle CARTIER LE GUERINEL Emmanuel LAYOT Ordre du jour Prise en compte de l environnement informatique et incidence sur la démarche d audit Problématique

Plus en détail

Deux approches peuvent être. Analyse de données. Dossier : Audit

Deux approches peuvent être. Analyse de données. Dossier : Audit Dossier : Audit Analyse de données Mathieu Laubignat CISA, Auditeur informatique Les techniques d analyse des données, utilisées depuis 1998 au sein de l Audit Informatique du Groupe La Poste, constituent

Plus en détail

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre 6 7 Gestion quotidienne performante Pilotage et analyse Automatisation des processus Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre Centre névralgique de l entreprise, le système comptable

Plus en détail

asah alpha consulting Prog o ram a m m e e de d e fo f r o mat a i t on o n 2 01 0 5

asah alpha consulting Prog o ram a m m e e de d e fo f r o mat a i t on o n 2 01 0 5 AUDIT 1 1.1 Evaluation et appréciation du contrôle Auditeurs internes, contrôleurs de gestion Responsables administratifs et financiers ; Durée : 03 jours Maitriser la démarche d évaluation interne Mettre

Plus en détail

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre 6 7 Gestion quotidienne performante Pilotage et analyse Automatisation des processus Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre Centre névralgique de l entreprise, le système comptable

Plus en détail

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401)

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) "Préface explicative" Chiffre Cette NAS donne des instructions sur un audit

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1 LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

Avec Onward, contrôlez les comptes en 30 min

Avec Onward, contrôlez les comptes en 30 min Avec Onward, contrôlez les comptes en 30 min Controller Les logiciels de contrôle automatisé de la comptabilité pour l expertcomptable et le commissaire aux comptes Importez la comptabilité de vos clients

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

DOSSIER MODÈLE D'AUDIT NAGR OSBL DU SECTEUR PRIVÉ TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES PARTICULARITÉS POUR LES OSBL.

DOSSIER MODÈLE D'AUDIT NAGR OSBL DU SECTEUR PRIVÉ TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES PARTICULARITÉS POUR LES OSBL. DOSSIER MODÈLE D'AUDIT NAGR OSBL DU SECTEUR PRIVÉ GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES PARTICULARITÉS POUR LES OSBL Introduction Module 1 Contrôle de la qualité et documentation Module 2 Acceptation de

Plus en détail

INSTITUT SUPERIEUR DU GENIE APPLIQUE

INSTITUT SUPERIEUR DU GENIE APPLIQUE INSTITUT SUPERIEUR DU GENIE APPLIQUE Sous le thème : Les techniques et outils de l audit comptable et financier Réalisé par : M. ERRADI HAMZA M. YACOUR NAOUFAL Sous la direction de: M me kaoutar El Menzhi

Plus en détail

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique OBJECTIFS THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique Présenté par l Inspection Générale d Etat de la Guinée Conakry Dans le cadre du programme de contrôle

Plus en détail

Comment optimiser la rentabilité des mandats par une utilisation intelligente des NEP?

Comment optimiser la rentabilité des mandats par une utilisation intelligente des NEP? Comment optimiser la rentabilité des mandats par une utilisation intelligente des NEP? 1 Objectifs Maitriser l approche de l analyse des risques d anomalie significative dans un environnement ultra simple.

Plus en détail

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

Sommaire. Audit des stocks. Définition et Typologie des stocks La procédure de stockage et gestion de stock : Objectifs d audit des stocks

Sommaire. Audit des stocks. Définition et Typologie des stocks La procédure de stockage et gestion de stock : Objectifs d audit des stocks Sommaire Audit des stocks I. Introduction II. III. IV. Définition et Typologie des stocks La procédure de stockage et gestion de stock : Objectifs d audit des stocks V. Risques potentiels dans l audit

Plus en détail

DOSSIER MODÈLE MISSION D'EXAMEN

DOSSIER MODÈLE MISSION D'EXAMEN DOSSIER MODÈLE MISSION D'EXAMEN GÉNÉRALE INTRODUCTION PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES Module 1 Contrôle de la qualité et documentation Module 2 Acceptation de la mission d examen Module 3 Planification de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-3 Réponses globales... 4-6 Procédures d'audit

Plus en détail

Politiques et normes d audit de la Cour des comptes (20 avril 2007)

Politiques et normes d audit de la Cour des comptes (20 avril 2007) Politiques et normes d audit de la Cour des comptes (20 avril 2007) Légende: Politiques et normes d audit de la Cour des comptes européennes (20 avril 2007). Source: Cour des comptes européenne. Politiques

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Gestion comptable et financière

Gestion comptable et financière 4 5 Gestion comptable et financière Gérez efficacement votre activité comptable et financière Solution modulaire, vous propose une gestion de la comptabilité, des moyens de paiement, de la trésorerie,

Plus en détail

Norme ISA 300, Planification d un audit d états financiers

Norme ISA 300, Planification d un audit d états financiers IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 300, Planification d un audit d états financiers Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil des

Plus en détail

Chargé(e) de prestations comptables

Chargé(e) de prestations comptables Code fiche BUD001 Chargé(e) de prestations comptables Définition synthétique de l emploi-type Assure la gestion opérationnelle des actes d exécution de la dépense, des recettes non fiscales et de gestion

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. DEMATERIALISATION DES FACTURES FOURNISSEURS : PROJET ACHATS OU PROJET D

Plus en détail

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance. Audit des systèmes d information. Partie 5: Audit d une application informatique

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance. Audit des systèmes d information. Partie 5: Audit d une application informatique Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance Audit des systèmes d information Partie 5: Audit d une application informatique Emanuel Campos - version 2015 Les présentations personnelles

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ

Plus en détail

Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne. Jean François MALLEN

Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne. Jean François MALLEN Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne Conférence animée par Carole SENELIS Jean François MALLEN SOMMAIRE INTRODUCTION APPROCHE PAR LES RISQUES CONCLUSION QUESTIONS ET

Plus en détail

Concours EUR/B/164/00. Assistants administratifs (B5/B4) Épreuve a)

Concours EUR/B/164/00. Assistants administratifs (B5/B4) Épreuve a) Concours EUR/B/164/00 Assistants administratifs (B5/B4) Épreuve a) Test constitué d une série de questions à choix visant à évaluer les connaissances spécifiques dans le domaine choisi DOMAINE 2 Audit

Plus en détail

PPA. Préambule. Présentation du Pack PA. ACK Pack PA - Notice d utilisation. En pratique. Sommaire. Comment utiliser les outils?

PPA. Préambule. Présentation du Pack PA. ACK Pack PA - Notice d utilisation. En pratique. Sommaire. Comment utiliser les outils? Classement des outils du Pack PA (fichiers bureautiques) P Petites Associations et Fondations Petits Fonds de dotation Exemple de fichier : Questionnaire d analyse du risque d anomalies Notice d utilisation

Plus en détail

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE Les savoirs de l Informatique Commerciale doivent être abordés en relation avec les autres savoirs (S4 à S7). Les objectifs généraux sont : o de sensibiliser les étudiants

Plus en détail

Sommaire. BilanStat manuel de présentation et d utilisation Page 2

Sommaire. BilanStat manuel de présentation et d utilisation Page 2 BilanStat-Audit Sommaire Présentation... 3 Chapitre 0 : Gestion des bases de données... 5 Chapitre 0 : Gestion des missions... 12 Chapitre 1 : Eléments généraux... 17 Chapitre 2 : Capitaux propres... 28

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Norme relative aux Modalités d Application des Articles 2 et 3 de l Arrêté du 28 février 2003 portant Homologation du Barème des Honoraires des Experts Comptables

Plus en détail

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE 15 SE LIT EN MINUTES RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE SERVICES PARTAGÉS Ou comment la dématérialisation dans le cloud vous assiste dans vos initiatives de gestion globale. RÉUSSIR LA MISE EN

Plus en détail

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7 Plaisir, le 18 décembre Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE Cette partie du rapport s appuie sur le cadre de référence

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

VERSION HUIT AMÉLIORATIONS. Soyez un meilleur auditeur. Vous avez le savoir. Nous avons les outils.

VERSION HUIT AMÉLIORATIONS. Soyez un meilleur auditeur. Vous avez le savoir. Nous avons les outils. VERSION HUIT AMÉLIORATIONS Soyez un meilleur auditeur. Vous avez le savoir. Nous avons les outils. À propos d'idea Améliorez vos aptitudes et vos connaissances en audit en utilisant les fonctionnalités

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES DOSSIER MODÈLE MISSION D EXAMEN

TABLE DES MATIÈRES DOSSIER MODÈLE MISSION D EXAMEN INTRODUCTION 1 Présentation du dossier modèle... 1 2. Fonctionnement du dossier modèle... 3 2.1 Questionnaires de l ICCA... 3 2.2 Feuilles de travail... 3 2.3 Conclusion... 5 Annexe 1 Aperçu des changements

Plus en détail

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

3.0. Pack. Petites Entreprises Notice d utilisation. Conventions. juin 2012. Nouvelle version. d utilisation du Pack PE. www.cncc.

3.0. Pack. Petites Entreprises Notice d utilisation. Conventions. juin 2012. Nouvelle version. d utilisation du Pack PE. www.cncc. Conventions d utilisation du Pack PE Nouvelle version Le Pack PE est à distinguer NEP 910 dite «Norme PE» : il ne correspond pas à une solution pratique de mise en œuvre norme. La notion de «Petite entreprise»

Plus en détail

Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques

Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

Atelier " Gestion des Configurations et CMDB "

Atelier  Gestion des Configurations et CMDB Atelier " Gestion des Configurations et CMDB " Président de séance : François MALISSART Mercredi 7 mars 2007 (Nantes) Bienvenue... Le thème : La Gestion des Configurations et la CMDB Le principe : Échanger

Plus en détail

Exploitation du potentiel de l'audit interne

Exploitation du potentiel de l'audit interne Exploitation du potentiel de l'audit interne 18 novembre 2014 Grant Thornton LLP. A Canadian Member of Grant Thornton International Ltd Introduction de Andy Poprawa, Président et chef de la direction,

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Annexes. Attestations entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes...p. 57

Annexes. Attestations entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes...p. 57 Annexes Rapport annuel H3C 2008 Annexes FONCTIONNEMENT DU HAUT CONSEIL Pas d annexe ACTIVITÉ NORMATIVE Annexe 2.1. Liste des normes d exercice professionnel au 31 janvier 2009...p. 55 Normes homologuées

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

Les fraudes utilisent nécessairement le système. L informatisation de la recherche des. fraudes simples (1/2) >> fraudes. fraudes.

Les fraudes utilisent nécessairement le système. L informatisation de la recherche des. fraudes simples (1/2) >> fraudes. fraudes. L informatisation de la recherche des simples (1/2) Noël Pons, CIA consultant, ancien Conseiller au Service Central de Prévention de la Corruption Yoanna Pons étudiante Cet article (et sa deuxième partie

Plus en détail

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION KEOPS Automation Espace Performance 2B, rue du Professeur Jean Rouxel BP 30747 44481 CARQUEFOU Cedex Tel. +33 (0)2 28 232 555 -

Plus en détail

Les métiers de la comptabilité

Les métiers de la comptabilité Les métiers de la comptabilité Présentation des métiers Les entreprises ne peuvent se passer de comptables. On trouve ces derniers partout ; ils travaillent soit dans des petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Travail sous le thème :

Travail sous le thème : Travail sous le thème : Avant d entamer directement le sujet, il faudra d abord commencer par une définition et une présentation d un ERP pour comprendre les limites qui ont conduit à l adoption d un ERP

Plus en détail

Analyse de données électroniques et intelligence d affaires

Analyse de données électroniques et intelligence d affaires Analyse de données électroniques et intelligence d affaires Valoriser les données internes et externes 3 avril 2014 Ordre du jour UNE INTRODUCTION À L ANALYSE DE DONNÉES Analyse de données et l intelligence

Plus en détail

5231 Comptabilité. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2007-05

5231 Comptabilité. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2007-05 Formation professionnelle et technique et formation continue Direction générale des programmes et du développement 5231 Comptabilité Fiches descriptives Reconnaissance des acquis et des compétences FP2007-05

Plus en détail

La certification financière des Hôpitaux de Saint-Maurice

La certification financière des Hôpitaux de Saint-Maurice La certification financière des Hôpitaux de Saint-Maurice Jacques Touzard, Directeur-adjoint en charge de l Organisation et du Contrôle Interne Charles Morvan, Directeur-adjoint en charge des Affaires

Plus en détail

æ Pérennité BeProject est fondée sur des idées fortes, qui constituent notre identité :

æ Pérennité BeProject est fondée sur des idées fortes, qui constituent notre identité : Qui sommes-nous? BeProject est une entreprise spécialisée dans la conception de logiciels sur mesure. Fort d une expérience de 10 années dans la création de systèmes d information et le conseil en organisation,

Plus en détail

COMPTABILITÉ. Cap vers une gestion simplifiée. www.mercator.eu POUR LES UTILISATEURS COMPTABLES ET LES PROFESSIONNELS DE LA COMPTABILITÉ

COMPTABILITÉ. Cap vers une gestion simplifiée. www.mercator.eu POUR LES UTILISATEURS COMPTABLES ET LES PROFESSIONNELS DE LA COMPTABILITÉ COMPTABILITÉ Cap vers une gestion simplifiée POUR LES UTILISATEURS COMPTABLES ET LES PROFESSIONNELS DE LA COMPTABILITÉ www.mercator.eu EDITO «Et si vous voyiez la comptabilité de votre entreprise comme

Plus en détail

Norme ISA 501, Éléments probants Considérations particulières concernant certains points

Norme ISA 501, Éléments probants Considérations particulières concernant certains points IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 501, Éléments probants Considérations particulières concernant certains points Le présent document a été élaboré

Plus en détail

Notre offre, parfaitement adaptée aux besoins des ETI (de 50 à 800 M ), se décline sur 3 niveaux :

Notre offre, parfaitement adaptée aux besoins des ETI (de 50 à 800 M ), se décline sur 3 niveaux : IORGA EN RESUME Iorga Group (http://www.iorga.com) est un groupe d ingénierie informatique créé en 1999 par des professionnels du Conseil et de l Intégration. Iorga répond aujourd hui à l ensemble des

Plus en détail

Comment mettre en place et dynamiser le rôle de l audit interne.

Comment mettre en place et dynamiser le rôle de l audit interne. 1 Comment mettre en place et dynamiser le rôle de l audit interne. I. RÔLE ET IMPORTANCE DE LA FONCTION AUDIT INTERNE 1. Définitions A. Définition de l Audit Interne L Audit Interne est un service au sein

Plus en détail

Rapport du Comité d audit

Rapport du Comité d audit Cote du document: EB 2008/94/R.34 Point de l ordre du jour: 16 b) i) Date: 19 août 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d audit Conseil d administration Quatre-vingt-quatorzième

Plus en détail

Norme ISA 320, CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

Norme ISA 320, CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 320, CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT La présente Norme internationale d audit (ISA) publiée en anglais par l

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2008/06 du 26 mai 2008 DELAIS ET CONSERVATION DES PIECES JUSTIFICATIVES RAPPEL

NOTE D INFORMATION 2008/06 du 26 mai 2008 DELAIS ET CONSERVATION DES PIECES JUSTIFICATIVES RAPPEL NOTE D INFORMATION 2008/06 du 26 mai 2008 DELAIS ET CONSERVATION DES PIECES JUSTIFICATIVES RAPPEL 1) Les pièces justificatives doivent être conservées pendant dix ans (C. com. Art. l 123-22). Quels sont

Plus en détail

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Séminaire des auditeurs de l ACORS Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Intervenant : Philippe AVRIL Sous-Directeur Adjoint du DPMRF (Contrôle Interne) DDFC-CNAMTS

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE Article 1 : La société (émetteur ou intermédiaire en bourse

Plus en détail

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME Sage Online, les solutions qui me ressemblent sécurité simplicité mobilité expertise métier Les solutions de gestion Cloud pour les PME Le choix du Cloud : une solution clés en main pour la gestion de

Plus en détail

THEORIE ET CAS PRATIQUES

THEORIE ET CAS PRATIQUES THEORIE ET CAS PRATIQUES A DEFINIR 8/28/2012 Option AUDIT 1 INTRODUCTION L informatique : omniprésente et indispensable Développement des S.I. accroissement des risques Le SI = Système Nerveux de l entreprise

Plus en détail

Royaume du Maroc. Économie et des Finances. des Finances. Contrôle Interne. Tanger 23 avril 2009

Royaume du Maroc. Économie et des Finances. des Finances. Contrôle Interne. Tanger 23 avril 2009 Royaume du Maroc Ministère de l Él Économie et des Finances Inspection Générale G des Finances Contrôle Interne Tanger 23 avril 2009 Chafik AZEBA Inspecteur des Finances de Grade Exceptionnel PLAN Définition

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Le progiciel de gestion intégré (PGI)

Le progiciel de gestion intégré (PGI) Le progiciel de gestion intégré (PGI) dans les programmes de la série STG et les référentiels des sections postbaccalauréats Le progiciel de gestion intégré (PGI) est l outil logiciel privilégié des différentes

Plus en détail

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES (Approuvés en novembre 2004) SOMMAIRE Paragraphe Objectif du Conseil des normes comptables internationales du secteur public... 1 3 Nomination

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2015)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2015) Public Works and Government Services Canada Canadian General Standards Board Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

CHAPITRE 2 : LES DOSSIERS THEMATIQUES 81

CHAPITRE 2 : LES DOSSIERS THEMATIQUES 81 SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1. Les normes professionnelles 5 2. Les objectifs du guide 5 3. L approche méthodologique et pédagogique 6 4. Les apports de la norme CNCC 2-302 : «audit réalisé dans un environnement

Plus en détail

UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE?

UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE? UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE? par Jean Luc SCEMAMA Membre du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Président du Comité Transmission d Entreprise du CSOEC Club Reprise

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

Pourquoi et comment externaliser sa flotte automobile?

Pourquoi et comment externaliser sa flotte automobile? 1 Création de valeur Le Groupe Lea au service de votre mobilité Pourquoi et comment externaliser sa flotte automobile? Une tendance de fond : se recentrer sur son métier de base pour créer de la valeur

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion SOMMAIRE

BTS Comptabilité et Gestion SOMMAIRE BTS Comptabilité et Gestion SOMMAIRE ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME... PAGE 2 I a. Référentiel des activités professionnelles...page 3 I b. Référentiel de certification... page 21 I c. Lexique....

Plus en détail

Solutions commerciales Offre avantageuse pour le client Programme de la carte Visa Commerciale

Solutions commerciales Offre avantageuse pour le client Programme de la carte Visa Commerciale Solutions commerciales Offre avantageuse pour le client Programme de la carte Visa Commerciale Marque déposée de Visa International Service Association; Visa Canada est un usager licencié. Paramètres du

Plus en détail

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013 Direction de l audit de Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques Le 5 décembre 2013 Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques BUT Le présent document

Plus en détail

Les Ateliers Info Tonic

Les Ateliers Info Tonic Les Ateliers Info Tonic La dématérialisation des processus documentaires Mardi 9 octobre 2012 8h30-10h30 Grand Salon La Gestion Electronique de l Information et des Documents d Entreprise Environnement

Plus en détail

Dans le cadre des activités de l IFPC, nous vous soumettons le présent catalogue de formation pour l année 2013.

Dans le cadre des activités de l IFPC, nous vous soumettons le présent catalogue de formation pour l année 2013. Dans le cadre des activités de l IFPC, nous vous soumettons le présent catalogue de formation pour l année 2013. Ifpc 2013 1 Thème : 1 Pack actualités Actualités comptables Actualités d'audit Actualités

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

Dématérialisation et document numérique (source APROGED)

Dématérialisation et document numérique (source APROGED) Dématérialisation et document numérique (source APROGED) La dématérialisation se répand très rapidement dans tous les domaines d'activités. Depuis l'origine, le concept de dématérialisation repose sur

Plus en détail

Les tableaux de bord RH

Les tableaux de bord RH Joëlle IMBERT Les tableaux de bord RH Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage, 2007 ISBN : 978-2-212-53910-3 4 Les sources d information La mise en place du système de pilotage RH

Plus en détail

Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services

Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services Le présent document a

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des publics Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 APPLICATIONS... 27 APPLICATIONS... 34

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 APPLICATIONS... 27 APPLICATIONS... 34 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 L information et le système d information... 19 I. La place du système d information dans l organisation... 19 A. L organisation et ses composants... 19 B. L organisation

Plus en détail

Archives et factures électroniques

Archives et factures électroniques Archives et factures électroniques Edito En 2001, le Conseil de l Union Européenne a publié la Directive 2001/115/CE relative à la facturation. Son objectif était de simplifier, de moderniser et d harmoniser

Plus en détail

Fonctions avancées 5 jours. Comptable Général 2 jours. client 3 jours. Contrôleur de gestion. 1 jour. 1 jour

Fonctions avancées 5 jours. Comptable Général 2 jours. client 3 jours. Contrôleur de gestion. 1 jour. 1 jour Vous êtes consultant, chef de projets, acteur clé au sein de votre entreprise et vous intervenez en phase de déploiement ou de paramétrage d un logiciel Sage, Optez pour les formations «Produits» : Nous

Plus en détail

L intelligence documentaire Au service de l expertise Comptable

L intelligence documentaire Au service de l expertise Comptable Groupe Locasystem International L intelligence documentaire Au service de l expertise Comptable Externalisation du processus de Saisie des Pièces Comptables et de génération des écritures à la norme de

Plus en détail

Guide pratique. Mohamed LAHYANI Expert Comptable à Tanger +212 6 61 63 98 89 m.lahyani@audit-analyse.com

Guide pratique. Mohamed LAHYANI Expert Comptable à Tanger +212 6 61 63 98 89 m.lahyani@audit-analyse.com Mohamed LAHYANI Expert Comptable à Tanger +212 6 61 63 98 89 m.lahyani@audit-analyse.com Guide pratique P endant les années 60 et 70, le slogan «l Espagne est différente» a été utilisé pour assurer la

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail