Forum Panafricain de Haut

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Forum Panafricain de Haut"

Transcription

1 Forum Panafricain de Haut La problématique de l audit, du contrôle et de l évaluation des institutions de l Etat et des politiques économiques et sociales en Afrique: Fondements, évaluation, défis et stratégies OCTOBRE 2012

2 l utilisation des technologies de l information et de communication dans l audit, le contrôle et l inspection des institutions de l Etat et des politiques du gouvernement Introduction Auditeur & TIC CAAT nouvelles techniques Etude de cas Conclusion

3 Introduction La technologie utilisée par l auditeur, le contrôleur interne ou les commissaires des comptes afin d'émettre une opinion a considérablement évolué. Jusqu'aux années 30, les auditeurs appréhendaient leur activité comme une vérification, le plus souvent exhaustive, de l application des procédures et de la réglementation. Les praticiens ont ensuite développé, durant la période , une approche plus structurée de contrôle. Dans un nouveau contexte économique, avec la crise financière, une concurrence qui devient de plus en plus accrue, la recherche des avantages compétitifs avec l introduction des nouvelles technologies de l information et de la communication, tous les agents économiques cherchent une efficacité optimale avec le minimum de risques. et ce en instaurant un système d information plus intégré, flexible et facilement contrôlable.

4 Introduction Face à ces nouveaux défis les contrôleurs que ce soit interne ou externe à l entreprise s intéressent d une part de ces nouveaux systèmes d information assez complexe pour pouvoir exercer leur mission et d autre part à introduire les nouvelles technologies de l information et de la communication dans leurs méthodes de travail afin d être plus efficace.

5 1-AUDIT &IT 1-1Définitions & états des lieux «L'ensemble des technologies informatiques et de télécommunication permettant le traitement et l'échange d'informations et la communication construite autour de l' et du téléphone» YAICH, A. (2001) Ces technologies sont l'ensemble des techniques et processus permettant à l'information de circuler dans l'entreprise. La dépendance des entreprises envers leurs systèmes informatiques a été augmentée face à l'évolution des technologies d'information et de communication qui a affecté tout son système. En effet, la dématérialisation des documents tendant à devenir totale (zéro papiers) ce qui augmente la vulnérabilité du système d'information et engendre pour l'entreprise de nouveaux risques qu'elle est appelée à maîtriser.

6 1-AUDIT &IT 1-1 Définitions & états des lieux En effet, les systèmes informatiques actuels permettent de plus en plus : Une mise à jour et un partage des données en temps réel Une intégration des systèmes d'information financiers et opérationnels (ERP ou PGI) Des échanges économiques interactifs de l'entreprise, non seulement avec les clients, et ses fournisseurs mais aussi avec l état (déclaration fiscale, sécurité sociale..) Dans ce contexte, les auditeurs internes, les services d inspections ne peuvent en aucun ignorer ces nouvelles technologies dans la planification et l exécution de leurs travaux ;

7 1-AUDIT &IT 1-2-Objectifs Avoir une documentation homogène d audit Supprimer les risques liés aux papiers Simplifier l archivage annuel des dossiers ; Simplifier et sécuriser l audit d un dossier multi sites Permettre de traiter une plus grande masse d informations difficiles à gérer manuellement ; Mettre en évidence la stratégie d audit ou la piste d audit (remonter de l opinion vers le contrôle vers le risque) ; Simplifier et sécuriser les opérations de supervision (ou de revue). Sécuriser l accès à l information par des tiers.

8 1-AUDIT &IT 1-3-Contraintes La compétence limitée des auditeurs en matière informatique Le coût d investissement élevé à mettre en œuvre pour le développement de certains logiciels la dépendance vis à vis des informaticiens dont on fait appel pour assurer l installation des différents outils informatiques et résoudre certains problèmes techniques.

9 1-AUDIT &IT 1-4 Perception de l auditeur interne des NTIC Le problème d acceptation des technologies de l information continue d être une préoccupation majeure pour les chercheurs en Systèmes d Information préoccupés par les études d impacts des TIC et les déterminants de leur bonne utilisation Toutefois, Agarwal et Prasad, ont démontré que le succès ne dépend pas seulement des gains d'efficacité et d'efficience et donc de l'augmentation attendue de la performance, mais plutôt, de l'acceptation de la nouvelle technologie. En effet, si les auditeurs, utilisateurs des nouvelles technologies manquent de les accepter, il n y aura pas d'impact sur leur performance.

10 2-Techniques d audit assisté par 2-1-Définitions Les techniques traditionnelles les plus utilisées pour attester la sincérité et la régularité sont, souvent effectuées manuellement, se caractérisent par leur complexité et leur déficience aussi bien au niveau de la fiabilité de l opinion de l auditeur qu au niveau du budget (temps et coût) consacré, dans un environnement informatique. Selon l'isa 401 de l'ifac, un environnement informatique existe lorsqu'un, quels que soient son type et ses capacités, est utilisé pour le traitement d'informations financières d'importance significatives pour l'audit, que cet soit exploité par l'entité ou par un tiers.

11 2-Techniques d audit assisté par 2-1-Définitions En réalité, L'auditeur a à sa disposition tout un ensemble d'outils informatiques sur chaque phase de sa mission : Étape préliminaire : Outils de requêtes et collecte d information, outils d éditions, outils d accès à Internet, etc. Conduite de mission : Outils de restitution, Outils de gestion documentaire, Outils de planification, Outils de gestion de papier de travail Travail terrain : Outils de détection d anomalies, de fraudes, basés sur l analyse de données nombreuses ou des techniques d échantillonnage, Outils de calculs et de comparaisons pour réaliser des tests analytiques et statistiques, Outils pour rechercher et croiser des informations

12 2-Techniques d audit assisté par 2-1-Définitions Il y a aussi des outils plus spécialisés qui permettent de réaliser des tests d'audit en milieu informatisé, généralement à la disposition des auditeurs informatiques, comme par exemple : Générateur de données de tests Utilitaires standards Logiciels de gestion des changements SCARF (systems control audit review file) et EAM (embedded audit modules) SNAPSHOT AUDIT HOOKS ITF (integrated test facilities) CIS (continuous and intermittent simulation)

13 2-Techniques d audit assisté par 2-1-Définitions Il y a aussi des outils plus spécialisés qui permettent de réaliser des tests d'audit en milieu informatisé, généralement à la disposition des auditeurs informatiques, comme par exemple : Générateur de données de tests Utilitaires standards Logiciels de gestion des changements SCARF (systems control audit review file) et EAM (embedded audit modules) SNAPSHOT AUDIT HOOKS ITF (integrated test facilities) CIS (continuous and intermittent simulation)

14 2-Techniques d audit assisté par 2-2-Objectifs Les techniques d audit assistées par sont à la disposition du commissaire aux comptes pour analyser les données de l entreprise, parallèlement aux techniques de sondages sur les procédures : elles sont utilisées pour quantifier un risque ayant fait l objet d une évaluation de niveau modéré ou élevé, sachant qu il est fortement déconseillé d entreprendre une analyse de données sans étude du contrôle interne préalable, elles permettent de vérifier les calculs effectués par les systèmes de l entreprise, mais également d effectuer d autres opérations de gestion sur les données : * rapprochement ligne par ligne entre différents fichiers, * recherche de doublons, * extraction d anomalies d un fichier

15 2-Techniques d audit assisté par 2-2-Objectifs Ces techniques s appuient sur des fichiers contenant les données extraites du système d information de l entreprise et se différencient des notions : d automatisation des dossiers de travail, d informatisation du processus d élaboration des comptes, de requêtes effectuées directement dans les bases de données du système d information de l entreprise. La directive de l IFAC n 1009 publiée en 1998, relative à l'utilisation des techniques d'audit assistées par, souligne que les techniques informatiques permettent d'améliorer l'efficacité et l'efficience des procédures d'audit. Aussi, dans le cas où il n'y a pas de documents de saisie ou de chemin d'audit visible, elles permettent d'inventer des tests de conformité et des contrôles substantifs appropriés.

16 2-Techniques d audit assisté par 2-2-Objectifs On peut affirmer que même si on a quelquefois l impression qu il n y a pas de hausse de productivité suite à l automatisation d une activité, en y regardant de plus près, on s aperçoit qu il y a eu enrichissement de la tâche. En outre, les chercheurs estiment que l utilisation des techniques informatiques dans la mission d audit peut réaliser une économie du temps et une amélioration de la qualité de vérification. Le développement des nouvelles technologies d audit met l accent sur l amélioration des décisions d audit à partir de schémas devant conduire l auditeur à l émission d une opinion selon une traçabilité identifiable

17 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par La décision de mettre en œuvre des techniques d audit assistées par, dans le cadre de la mission d audit, implique les choix suivants : faut-il se doter de compétences en interne ou faut-il faire appel à des experts extérieurs? quel est l effectif requis et comment intégrer les techniques d audit assistées par dans la réalisation des procédures d audit? la capacité des s dont dispose le cabinet est-elle suffisante ou faut-il investir dans un matériel plus puissant? quels sont les logiciels informatiques requis pour ce type de travaux et lequel choisir? quel est le coût engendré par la mise en place de cette technique quels sont les critères de réussite de la mise en place d une telle technique?

18 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par Le type de «clientèle» a une influence dans le choix des moyens humains et matériels mis en œuvre. Dans le cas d une «clientèle»majoritairement composée d entreprises ayant un nombre de transactions commerciales conséquent (achats, ventes, téléphonie, courtiers d assurance, banques, etc.), la mission ne peut plus être menée sans prendre en compte les systèmes d information et fait nécessairement intervenir des outils informatiques. Ces contraintes pèsent sur les controleurs internes, les services d inspections et des comissaires aux comptes qui devront être doté de moyens suffisants pour répondre à des demandes de travaux beaucoup plus complexes que s il s agissait d une entité de moindre taille.

19 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par Ceci est d autant plus vrai lorsque certains processus font l objet de complexités particulières (tarification avec plusieurs niveaux de remise, processus de provisionnement des stocks s appuyant sur plusieurs critères, etc.). L utilisation d un logiciel de traitement des données est alors appropriée. Les fonctionnalités en standard de ce type de logiciel facilitent les rapprochements, les exécutent plus rapidement et limitent les risques d erreur. De plus, la capacité de traitement de ces logiciels est quasi illimitée.

20 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par La stratégie adoptée par les services de contrôle est un autre critère déterminant les moyens à mettre en œuvre. Selon les moyens qui lui sont alloués et la confiance témoignée dans la mise en place des techniques d audit assistées par, il pourra être envisagé de créer une véritable cellule d expertise grâce au recrutement d une personne expérimentée et à l acquisition de matériels adéquats. Cette approche est recommandée si l on envisage de recourir aux techniques d audit assistées par sur toutes les missions.

21 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par L étude de ces facteurs permet de retenir l une des deux stratégies suivantes : Stratégie «ambitieuse» pour les structures étant prêtes à s investir dans cette activité et à développer une véritable expertise en analyse de données, Si l auditeur interne ou le commissaire des comptes souhaite développer une expertise en analyse de données, il doit se doter de moyens appropriés, en considérant le coût la mise en place des techniques d audit assistées par, le contexte et la nature des missions concernées, posent un certain nombre d exigences au niveau informatique. En effet, il faut pouvoir compter sur une capacité de traitement importante, des fonctionnalités facilitant les traitements, la possibilité d automatiser certaines tâches, etc. En considérant ces contraintes, l utilisation d un logiciel dédié au traitement des données peut permettre un meilleur audit en rationalisation les tests.

22 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par Les logiciels de traitement des données disposent de fonctionnalités particulièrement adaptées à cette activité, notamment : La traçabilité L intangibilité des données La reprise et la conversion des données La facilité d utilisation l automatisation des travaux récurrents. Ces logiciels permettent d obtenir une meilleure qualité et une meilleure productivité que les outils bureautiques standards : L effacement des données initiales est impossible du fait de l intangibilité des données, Le contrôle des travaux est effectué au moyen du système de conservation des historiques, La mise en place de programmes standardisés permet de gagner en productivité.

23 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par Stratégie «prudente» pour les structures souhaitant faire de l analyse de données tout en limitant les investissements. Si les services de contrôle ne disposent pas des moyens suffisants pour investir dans du matériel spécifique il est possible d utiliser un logiciel bureautique, de type tableur standard. Il peut s agir d une solution transitoire avant d entreprendre des investissements plus importants. La stratégie «prudente» présente l avantage d utiliser les moyens déjà existants : Le logiciel utilisé est un tableur, installé généralement en standard sur tous les postes utilisant des outils bureautiques. Son utilisation est connue des collaborateurs, Un collaborateur expérimenté du cabinet pourra effectuer les opérations de tests avec le tableur. Il devra posséder une bonne connaissance des techniques d audit.

24 2-Techniques d audit assisté par 2-3 Identification des ressources nécessaires à la mise en œuvre des techniques d'audit assistées par Stratégie «prudente» pour les structures souhaitant faire de l analyse de données tout en limitant les investissements. Si les services de contrôle ne disposent pas des moyens suffisants pour investir dans du matériel spécifique il est possible d utiliser un logiciel bureautique, de type tableur standard. Il peut s agir d une solution transitoire avant d entreprendre des investissements plus importants. La stratégie «prudente» présente l avantage d utiliser les moyens déjà existants : Le logiciel utilisé est un tableur, installé généralement en standard sur tous les postes utilisant des outils bureautiques. Son utilisation est connue des collaborateurs, Un collaborateur expérimenté du cabinet pourra effectuer les opérations de tests avec le tableur. Il devra posséder une bonne connaissance des techniques d audit.

25 2-Techniques d audit assisté par 2-4 Pratique des techniques d'audit assistées par Face au volume considérable de données et à la complexité de plus en plus accrue des systèmes d information utilisés par les entreprises, le commissaire aux comptes doit faire face aux exigences suivantes : effectuer les tests répondant aux objectifs de l audit, transformer des masses de données en informations : ceci passe par l utilisation des données disponibles sur l ensemble du système d information pour contrôler les comptes, automatiser les travaux d audit habituellement effectués manuellement, en prenant en compte le fait que la récupération de ces données et leur mise en forme sont entièrement automatisées dans les systèmes de l entreprise.

26 2-Techniques d audit assisté par 2-5 Procédures Préalable Les étapes suivantes doivent être respectées : s assurer que les critères choisis seront probants par rapport à l objectif visé par le test, mettre en forme et classer les données analyser les résultats présenter les résultats Le tableau suivant présente une correspondance entre les objectifs du commissaire aux comptes et la traduction en terme de techniques d audit assistées par

27 2-Techniques d audit assisté par Besoins du commissaire aux comptes Analyser les stocks en fonction du dépôt, de la zone géographique, de la famille d articles, etc. Répartir les stocks en valeur (faible, moyenne, importante) Rechercher : Les stocks négatifs Les prix à valeur nulle Les montants les plus importants Les clients créditeurs Intervention sur les données Agréger une population selon des critères numériques ou selon la nature commune des éléments Exporter les champs utiles dans un nouveau fichier Trier un fichier pour faciliter la lisibilité ultérieure Sélectionner les valeurs les plus importantes (factures, ventes, achats, clients) Trier une population selon des critères numériques ou selon la nature commune des éléments Rechercher les doublons (facture, salaire double, double facture fournisseur) Créer des fichiers cumulés (par exemple : balance clients à partir d un grand livre auxiliaire client) Exploiter les données sous un autre logiciel Rassembler dans un seul fichier les informations qu un client fournit dans plusieurs fichiers Disposer de statistiques (moyenne, somme et nombre de valeurs positives et négatives, valeurs extrêmes, etc.) Mise en place d algorithmes (valorisation et dépréciation des stocks, dépréciation des stocks, comptes clients, dotations aux amortissements, etc.) Confirmation clients et fournisseurs Inventaire statistique (stocks, immobilisations) Agréger une population selon des critères numériques ou selon la nature commune des éléments pour création d un fichier exploitable Exporter certains champs du fichier dans un nouveau fichier de format différent et exploitable sur un autre logiciel Mettre plusieurs fichiers les uns à la suite des autres dans un nouveau fichier Calculer la moyenne, minimum, maximum et les valeurs extrêmes Insérer un champ calculé dans le fichier Sélectionner statistiquement des données dans le fichier Comparer des fichiers pour détecter les anomalies (expédition sans vente, réception sans achat) Rassembler dans un seul fichier les informations issues de deux autres fichiers : valorisation des stocks avec quantités dans l un et prix de revient dans l autre Rapprocher deux fichiers disposant d une même clé

28 2-Techniques d audit assisté par 2-6 Avantages Ces techniques sont de nature à : permettre l obtention d éléments probants dans un environnement dématérialisé, dépasser le stade du sondage dont l exploitation est toujours délicate compte tenu des difficultés de mise en œuvre et de la non exhaustivité des contrôles, identifier systématiquement toutes les anomalies répondant aux critères de sélection et / ou de calcul retenus, procéder à des traitements par simulation pour mesurer l impact de changements de méthode, aborder des contrôles fastidieux et complexes sur des populations nécessitant un nombre de calculs difficilement réalisables par une approche manuelle.

29 3- L AUDIT CONTINU Relativement à l utilisation des CAATs, une nouvelle démarche d audit est depuis peu mise en exergue, qui permettrait entre autres d améliorer la capacité des auditeurs internes ou externes à répondre aux nouveaux exigences. L audit continu est «une méthode ou une démarche qui permet aux auditeurs de fournir une assurance écrite sur un sujet en utilisant une série de rapports émis simultanément, ou après un court délai, à des évènements relatifs au sujet traité.» David Coderre, auteur notamment sur l'audit continu, en donne la définition suivante : "une structure unifiée qui réunit évaluation des risques et des contrôles, planification d'audit, outils d'analyse numériques et toutes autres techniques et technologies d'aide à l'audit."

30 3- L AUDIT CONTINU L'audit continu se compose alors essentiellement de deux volets : L évaluation continue du contrôle, qui se focalise sur la détection au plus tôt des déficiences de contrôle L évaluation continue des risques, qui met en lumière les processus ou les systèmes qui présentent un niveau de risque mal appréhendé par le système de contrôles permanents. Par ailleurs, on doit affirmer qu'en l'absence de contrôles permanents adéquats, l'audit doit réaliser des tests approfondis de corroborations, la plupart du temps sous forme de dispositifs informatisés. Les programmes ou les requêtes informatiques réalisés dans ce cadre peuvent alors être livrés aux entités auditées à l'issue de la mission pour enrichir les dispositifs de contrôle permanent. Ainsi l'audit continu a tout son sens, que le contrôle permanent soit continu ou non.

31 3- L AUDIT CONTINU En conclusion, on peut inférer de ces éléments une définition «syncrétique» : «l audit continu est une démarche d audit caractérisée par l usage intensif de CAATs, exercés avec une fréquence proportionnée aux évènements ou risques à traiter».

32 4- L importance du Choix Des différentes enquêtes ont été réalisées en France et en Canada ont démontré que les auditeurs et les commissionnaires aux comptes n arrivent pas à utiliser correctement les logiciels d audit pour la simple raison qu on a choisi un outil qui ne convient pas au travail à réaliser. Bien souvent, les auditeurs ne savent pas ce qu il est possible de faire du fait de leur méconnaissance de l offre du marché. Ils ont ainsi tendance à ne s intéresser qu à l automatisation des tâches qu ils réalisent manuellement, limitant ainsi l étendue des possibilités. Voici les étapes nécessaires à l expression des besoins des services d audit :

33 4- L importance du Choix Voici les étapes nécessaires à l expression des besoins des services d audit que ce soit assistée par ou tout autres techniques favorisant l utilisation des technologies: Définir les missions, objectifs, et priorités Apprécier les risques Étudier les options Évaluer le logiciel Faire fonctionner l outil Privilégier l'existant et les logiciels libres

34 5-Etude de Cas de la mise en œuvre de techniques d audit assistées par

35 Cycle stocks A. Objectif Réaliser un examen analytique des stocks. B. Test A partir des états de stocks, effectuer des rapprochements par rapport aux inventaires antérieurs. C. Réalisation

36

37 Cycle Stocks Procédures à mettre en oeuvre : Besoin Rassembler dans un seul fichier les informations issues de deux autres fichiers (en l espèce, la valorisation des stocks sur deux années consécutives) Trier le fichier pour faciliter la lisibilité ultérieure Créer un fichier cumulé (par exemple par famille d articles) Identifier : Les variations significatives de prix moyen Les variations significatives de quantité Intervention sur les données Rapprocher les deux fichiers disposant d une même clé Tri Cumul Extraction

38 Cycle Stocks D. Anomalies possibles Cet examen analytique des stocks permet de détecter : des variations anormales de certaines catégories de stocks et peut révéler par exemples, des stocks absents, des oublis de comptage, des stocks comptés en double, des erreurs sur le prix de revient (dues à des erreurs sur la prise en compte des remises ou à des erreurs dans les unités de valorisation), des problèmes liés à l activité ou d identifier des opérations spéculatives liées aux matières premières (achat de plastique en grande quantité avant une montée des prix du pétrole). E. Recommandations Disposer d un fichier permettant une analyse par famille, soit dans un champ spécifique, soit par l analyse des caractères de la référence. Disposer d inventaires fréquents pour effectuer des analyses sur des périodes inférieures à un an.

39 Conclusion L innovation technologique, une influence déterminante sur l audit interne. L audit interne doit adapter son rôle à un environnement en constante évolution. Parmi les évolutions majeures de l environnement économique, l innovation technologique aura l impact le plus fort sur la fonction d auditeur interne. Les technologies de l information et de la communication qu elle aura un impact modéré à très fort sur le rôle et la responsabilité de l audit interne. Les nouvelles réglementations, les changements dans la gestion des risques, l importance croissante de la gouvernance d entreprise et les problématiques de déontologie et de conformité auront également une influence importante sur leurs fonctions.

40 MERCI POUR VOTRE ATTENTION Zyed ROUISSI Administrateur conseiller Chef d unité Audit Interne Chargé de mission de la coopération internationale Tel: Fax: OCTOBRE 2012

Solution logicielle IDEA

Solution logicielle IDEA 6 & 7 juin 2007 Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte Solution logicielle IDEA Intervenant: M. Michel PIRON 6 & 7 juin 2007 Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte Une initiative de l Ordre des

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

asah alpha consulting Prog o ram a m m e e de d e fo f r o mat a i t on o n 2 01 0 5

asah alpha consulting Prog o ram a m m e e de d e fo f r o mat a i t on o n 2 01 0 5 AUDIT 1 1.1 Evaluation et appréciation du contrôle Auditeurs internes, contrôleurs de gestion Responsables administratifs et financiers ; Durée : 03 jours Maitriser la démarche d évaluation interne Mettre

Plus en détail

Sommaire. Audit des stocks. Définition et Typologie des stocks La procédure de stockage et gestion de stock : Objectifs d audit des stocks

Sommaire. Audit des stocks. Définition et Typologie des stocks La procédure de stockage et gestion de stock : Objectifs d audit des stocks Sommaire Audit des stocks I. Introduction II. III. IV. Définition et Typologie des stocks La procédure de stockage et gestion de stock : Objectifs d audit des stocks V. Risques potentiels dans l audit

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne. Jean François MALLEN

Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne. Jean François MALLEN Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne Conférence animée par Carole SENELIS Jean François MALLEN SOMMAIRE INTRODUCTION APPROCHE PAR LES RISQUES CONCLUSION QUESTIONS ET

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) DIRECTION DE LA COMPTABILITE RFI Demande d information Dématérialisation des factures fournisseurs Réf. : RFI2011_DEMAFAC_V1.3_2011-05-04.docx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

Plus en détail

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal :

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : 1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : Toute mission d'audit, quelle qu'en soit sa nature, suppose une démarche et une méthodologie permettant d'atteindre son objectif avec le maximum

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

Archives et factures électroniques

Archives et factures électroniques Archives et factures électroniques Edito En 2001, le Conseil de l Union Européenne a publié la Directive 2001/115/CE relative à la facturation. Son objectif était de simplifier, de moderniser et d harmoniser

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 1989 05 54/88 0030 Catégorie : B Dernière modification : 18/04/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Assistance en gestion

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Ces missions ou activités peuvent porter sur une partie des activités du service concerné ou sur sa totalité, par exemple :

REFERENTIEL DU CQPM. Ces missions ou activités peuvent porter sur une partie des activités du service concerné ou sur sa totalité, par exemple : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 14/02/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Assistance en gestion administrative I OBJECTIF

Plus en détail

La tarification vue par les commissaires aux comptes

La tarification vue par les commissaires aux comptes La tarification vue par les commissaires aux comptes Journées d études IARD - Institut des Actuaires Niort, 20 & 21 Mars 2014 Cédric FONTAN Groupe Y Audit Département Actuariat 1 Sommaire Les obligations

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

EDI et commerce électronique

EDI et commerce électronique EDI et commerce électronique Table des matières 1. L Echange des Données Informatisées «EDI»... 2 1.1 La naissance du Besoin à L'EDI... 2 1.2 L objectif de L EDI... 2 1.3 Définition de L EDI... 2 1.4 Mise

Plus en détail

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Séminaire des auditeurs de l ACORS Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Intervenant : Philippe AVRIL Sous-Directeur Adjoint du DPMRF (Contrôle Interne) DDFC-CNAMTS

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1 LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401)

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) "Préface explicative" Chiffre Cette NAS donne des instructions sur un audit

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE Article 1 : La société (émetteur ou intermédiaire en bourse

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

30 Minutes pour convaincre 2008. Pilotage et management, deux éléments fondamentaux pour la croissance.

30 Minutes pour convaincre 2008. Pilotage et management, deux éléments fondamentaux pour la croissance. 30 Minutes pour convaincre 2008 Pilotage et management, deux éléments fondamentaux pour la croissance. Introduction Les clients évoluent Type de clients de plus en plus différencié Les attentes des clients

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Le 19 avril 2013 - ANGERS

Le 19 avril 2013 - ANGERS Le 19 avril 2013 - ANGERS 2 > Sommaire 1. Cadre réglementaire 2. Cadre de délégation 3. Périmètre d intervention du Comité d'audit 4. Rôle du Comité d Audit 5. Coordination et planification des travaux

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance. Audit des systèmes d information. Partie 5: Audit d une application informatique

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance. Audit des systèmes d information. Partie 5: Audit d une application informatique Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance Audit des systèmes d information Partie 5: Audit d une application informatique Emanuel Campos - version 2015 Les présentations personnelles

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. Pré-requis : Principes comptables. Modalités : Schéma d'organisation comptable. TABLE

Plus en détail

LA NORME ISO 14001 A RETENIR

LA NORME ISO 14001 A RETENIR A RETENIR La norme ISO 14001, publiée en 1996, est une norme internationale qui s'applique à tous les types d'organisations (entreprises industrielles, de services, etc.) quelles que soient leurs tailles

Plus en détail

Comment optimiser son progiciel de gestion?

Comment optimiser son progiciel de gestion? Comment optimiser son progiciel de gestion? «Gérer son informatique, quelles sont les questions que doit se poser chaque entrepreneur?» Centre patronal de Paudex, 27 octobre 2006 Gérard Chessex / NJM NJM

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr Stratégie des risques Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 La stratégie du risque... 2 I.0 Une démarche d entreprise... 2 I.1 Appétit pour le risque... 3 I.2 La tolérance

Plus en détail

L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution?

L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution? L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution? 5 décembre 2013 Sommaire L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : Quels enjeux? Bureau

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Normes d audit internes (Exercices + corrigés)

Normes d audit internes (Exercices + corrigés) A Exercices Normes d audit internes (Exercices + corrigés) 1 Le comité d audit est le plus susceptible de participer à l approbation A Des promotions et augmentations de salaire des auditeurs B Des observations

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

www.sac-consulting.com.tn

www.sac-consulting.com.tn www.sac-consulting.com.tn SOMMAIRE I. Présentation II. Les services 1. Mise à niveau 2. Recrutement 3. Formation 4. Certification ISO 5. Assistance technique 6. Création des logiciels 7. Audit social III.

Plus en détail

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3 La phase de stratégie de services Page 83 ITIL Pré-requis V3-2011 et objectifs Pré-requis La phase de stratégie de services Maîtriser le chapitre Introduction et généralités d'itil V3. Avoir appréhendé

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479)

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) Politique de gestion des archives Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE... 3 2.

Plus en détail

AFRICA PERFORMANCES SARL PRESENTATION

AFRICA PERFORMANCES SARL PRESENTATION AFRICA PERFORMANCES SARL PRESENTATION NOTRE VISION La gestion, le pilotage et la prise de décision au sein d'une organisation nécessitent d'avoir une information claire, synthétisée et disponible sur cette

Plus en détail

Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS

Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS ANNEXE AU RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 24 AVRIL 2007 RELATIVE

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Sage Rendez-Vous Comptes Annuels Experts. Les synergies avec Sage Production Experts. 04 mars 2015

Sage Rendez-Vous Comptes Annuels Experts. Les synergies avec Sage Production Experts. 04 mars 2015 Sage Rendez-Vous Comptes Annuels Experts Les synergies avec Sage Production Experts 04 mars 2015 Réinventez et dynamisez les rendez-vous clients! Sommaire 1- Gestion du dossier 2- Récupération des données

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATIONS. (Request For Information) SOLUTIONS DE VEILLE AUTOMATISEE

DEMANDE D INFORMATIONS. (Request For Information) SOLUTIONS DE VEILLE AUTOMATISEE Demande d informations - SOLUTIONS DE VEILLE AUTOMATISÉE RFI_Veille_Automatisée.docx Nom de l entreprise DEMANDE D INFORMATIONS (Request For Information) - SOLUTIONS DE VEILLE AUTOMATISEE R F I S o l u

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

NOUS VOUS AIDONS À NE PAS PERDRE LE CONTACT. VOTRE PARTENAIRE TOUT PRÈS DE CHEZ VOUS.

NOUS VOUS AIDONS À NE PAS PERDRE LE CONTACT. VOTRE PARTENAIRE TOUT PRÈS DE CHEZ VOUS. SERVICES VOIX EASY PHONE NOUS VOUS AIDONS À NE PAS PERDRE LE CONTACT. VOTRE PARTENAIRE TOUT PRÈS DE CHEZ VOUS. Pour vous aussi, le téléphone de votre lieu de travail fait sans doute partie des moyens de

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

Comptabilité par internet isobec

Comptabilité par internet isobec Comptabilité par internet isobec Sobec a investi dans la réalisation d un logiciel de saisie et de mise à disposition de données comptables. Grâce aux codes qui vous sont fournis, vous avez accès à votre

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

Concours EUR/B/164/00. Assistants administratifs (B5/B4) Épreuve a)

Concours EUR/B/164/00. Assistants administratifs (B5/B4) Épreuve a) Concours EUR/B/164/00 Assistants administratifs (B5/B4) Épreuve a) Test constitué d une série de questions à choix visant à évaluer les connaissances spécifiques dans le domaine choisi DOMAINE 2 Audit

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

Introduction à la maintenance

Introduction à la maintenance 1/- Introduction : Le maintien des équipements de production est un enjeu clé pour la productivité des usines aussi bien que pour la qualité des produits. C est un défi industriel impliquant la remise

Plus en détail

Amenez votre analyse d audit au niveau supérieur! Passeport formation 2013 26 avril 2013

Amenez votre analyse d audit au niveau supérieur! Passeport formation 2013 26 avril 2013 Amenez votre analyse d audit au niveau supérieur! Passeport formation 2013 26 avril 2013 Amenez votre analyse d audit au niveau supérieur! Introduction Le groupe ACL de Montréal Résultats de recherche

Plus en détail

Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes

Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes Audit Committee Institute Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes Le comité d audit joue un rôle de plus en plus important dans l orientation et l exécution des travaux de l audit

Plus en détail

RC SOFT. SaaS RC SOFT. / solution de gestion à la demande RC SOFT OUTILS D'ANALYSE ACCESSIBILITÉ GESTION DE LA TVA SAISIE & DONNÉES ÉDITIONS & EXPORT

RC SOFT. SaaS RC SOFT. / solution de gestion à la demande RC SOFT OUTILS D'ANALYSE ACCESSIBILITÉ GESTION DE LA TVA SAISIE & DONNÉES ÉDITIONS & EXPORT C O M P TA B I L I T É Le module - Comptabilité permet de tenir l ensemble de votre comptabilité, de la saisie d écritures au bilan. Vous pouvez partager l ensemble des données avec vos collaborateurs

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

6761 Validation de la conformité 21.03.2007

6761 Validation de la conformité 21.03.2007 6761 Validation de la conformité 21.03.2007 Peter DAEHNE 1 Tests de stress Les tests de stress permettent d étudier le comportement du logiciel lorsque celui-ci est mis dans des situations extrêmes, aux

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Sommaire Module 1. 2.1. Annexe 1 : Exemple d exercices pour l apprentissage basé sur les problèmes... 5

Sommaire Module 1. 2.1. Annexe 1 : Exemple d exercices pour l apprentissage basé sur les problèmes... 5 Module 1 Calcul et analyse de coût Sommaire Module 1 1. Module 1 : Calcul et analyse de coûts... 2 1.1. Objectifs... 2 1.2. Exécution... 2 1.3. Contenu... 3 1.4. Evaluation... 4 2. Annexes... 5 2.1. Annexe

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Gestion de l information sur les entreprises (CIM) Rapport d audit Rapport n o 2/15 11 mars 2015

Gestion de l information sur les entreprises (CIM) Rapport d audit Rapport n o 2/15 11 mars 2015 Gestion de l information sur les entreprises (CIM) Rapport d audit Rapport n o 2/15 11 mars 2015 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Mission Audit Interne et Inspection CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : formation 2011

Mission Audit Interne et Inspection CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : formation 2011 Mission Audit Interne et Inspection Equipe AGC CAHIER DES CHARGES FORMATION Auditeurs internes : formation 2011 1. Présentation de l Inra L Inra (Institut national de la recherche agronomique), premier

Plus en détail

LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE

LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE Finalité de la démarche Evaluer les coûts résultant de la non-qualité.. Prérequis Notions élémentaires sur la démarche qualité et ses outils. 1 Les définitions

Plus en détail

Concours EPSO/A/1-10/03

Concours EPSO/A/1-10/03 Concours EPSO/A/1-10/03 Administrateurs adjoints (A8) Épreuve a) Test constitué d une série de questions à choix visant à évaluer les connaissances spécifiques dans le domaine choisi DOMAINE 4 Audit 1

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

EURL AGITECH : Société de Conseil et d'ingénierie Logicielle, RC N : 12B 0807804 09/00

EURL AGITECH : Société de Conseil et d'ingénierie Logicielle, RC N : 12B 0807804 09/00 AGIWERP un progiciel de gestion intégrée, composée de 6 modules principaux : 1_ Gestion de la comptabilité et finances (avec IMMOBILISATION) 2_Gestion des ressources humaines (avec PAIE) 3_Gestion des

Plus en détail

Section 1 Rôle préventif de l expert-comptable, du reviseur et du comptable dans le cadre d une entreprise en difficulté : mesures à prendre Le rôle

Section 1 Rôle préventif de l expert-comptable, du reviseur et du comptable dans le cadre d une entreprise en difficulté : mesures à prendre Le rôle Section 1 Rôle préventif de l expert-comptable, du reviseur et du comptable dans le cadre d une entreprise en difficulté : mesures à prendre Le rôle de conseiller de l expert-comptable, du reviseur, du

Plus en détail

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation commerciale?... 6 A. Le temps... 6 B. La productivité...

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment AUDIT ENERGETIQUE Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment Introduction L audit énergétique a pour but d identifier des opportunités

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Document d introduction Certification Norme ISO 50001

Document d introduction Certification Norme ISO 50001 Document d introduction Certification Norme ISO 50001 28 septembre 2012 Alix JOUENNE CEC - Courtois Energies Conseil 255 Avenue Galilée Parc de la Duranne 13857 Aix-en-Provence Cedex 3 Tel : 04.42.16.60.15

Plus en détail

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM LIVRE BLANC L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM Une situation optimale pour la force de vente et pour le marketing LIVRE BLANC OPTIMISATION DU MARKETING 2 A PROPOS Au cours des dernières années,

Plus en détail