REVUE A MI-PARCOURS PROGRAMME DE RENFORCEMENT DE LA NUTRITION (PRN)» Dossier de presse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REVUE A MI-PARCOURS PROGRAMME DE RENFORCEMENT DE LA NUTRITION (PRN)» Dossier de presse"

Transcription

1 République du Sénégal PRIMATURE Cellule de Lutte contre la Malnutrition Bureau Exécutif National REVUE A MI-PARCOURS PROGRAMME DE RENFORCEMENT DE LA NUTRITION (PRN)» Dossier de presse Bureau Exécutif National (BEN) CLM Rue 7, Point E, Dakar ~ BP Dakar-Fann (221) ~ Fax : ~

2 SOMMAIRE LE PROGRAMME Communiqué de presse 3 I. Le Programme de Renforcement de la Nutrition : Des faits et des chiffres 4 II. Le Programme de Renforcement de la Nutrition : Un modèle dans le suivi financier. 8 III. IV. Sélection des Agences d Exécution communautaires du PRN : Un exemple de transparence et de rigueur Le Programme de Renforcement de la Nutrition : Les bases d une véritable politique de nutrition Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 2

3 République du Sénégal PRIMATURE COMMUNIQUE DE PRESSE ARS Monsieur le Premier Ministre, Macky SALL, présidera, le 24 Février 2005, à 10 Heure précise à l hôtel Ngor Diarama, la cérémonie officielle d ouverture de l atelier sur la revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition (PRN) en présence des membres du gouvernement, des représentants des Collectivités Locales, des bénéficiaires et des comités locaux de pilotage, des Représentants de la Banque Mondiale, de la Coopération Allemande, du Programme Alimentaire Mondiale, des représentants des institutions internationales de coopération, des Agences d Exécution Communautaires (AEC) chargées de la mise en œuvre du PRN. Mis en vigueur en juin 2002, le PRN est arrivé à mi chemin de sa première phase ( ). Conformément aux modalités d exécution des programmes appuyés par la banque mondiale, une revue exhaustive des interventions sera effectuée afin de confirmer la ligne directrice en cours ou d apporter les ajustements nécessaires pour l atteinte des objectifs fixés à la première phase. Cette revue à mi-parcours a pour objectifs : (i) de partager les résultats à mi-parcours des projets des AEC, des ministères techniques ainsi que les expériences spécifiques développées ; (ii) de partager les études et analyses menées sur les différents aspects du programme; (iii) et d identifier les actions d amélioration en rapport avec les problèmes identifiés. Elle se fera en trois phases : la première consistera à descendre sur le terrain avec une délégation de la banque mondiale pour partager les expériences développées par les Agences d Exécution Communautaires (AEC) et les Ministères techniques chargés de l exécution du PRN. Un forum d échange de deux jours entre les différentes parties prenantes constituera la deuxième phase. Et pour terminer des réunions techniques sectorielles seront organisées en interne pour entériner les décisions prises. Pour rappel, le PRN est un programme qui est mis en œuvre au Sénégal pendant une décennie ( ). La première phase couvre la période Lors de cette phase, les objectifs du PRN sont (1) d améliorer le statut nutritionnel des enfants, des femmes enceintes et des mères allaitantes dans les zones défavorisées en milieu urbain et rural et (2) de renforcer la capacité institutionnelle et organisationnelle du pays pour mettre en oeuvre et évaluer les interventions de nutrition. Le PRN intervient en zone urbaine dans 25 communes pour consolider les acquis du Projet de Nutrition Communautaire ( ) et en zone rurale, dans les trois régions les plus pauvres (Fatick, Kolda et Kaolack). Ainsi, d ici la fin de l année 2005, le programme touchera plus de enfants âgés de moins de cinq ans et près de femmes par an. Les ressources du PRN proviennent de la Banque Mondiale (14, 7 millions de dollars US), du Programme Alimentaire Mondial (4 millions de dollars), de la KFW (5 millions de dollars) et du Gouvernement du Sénégal (un peu plus de 2 millions de dollars). Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 3

4 Le I - Programme de Renforcement de la Nutrition : Des faits et des chiffres Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 4

5 République du Sénégal PRIMATURE I. LE PROGRAMME DE RENFORCEMENT DE LA NUTRITION : Des faits et des chiffres Des résultats probants réels motifs d espérance dans le cadre de la lutte contre la malnutrition Entre les mois de juillet et de décembre 2004, le pourcentage de malnutrition est passé de 25 à 18% dans les zones d intervention du Programme de Renforcement de la Nutrition. Dans la même période, plus de 80% des enfants de moins de 3 ans suivis ont gagné du poids. Ces deux résultats confirment la tendance positive dans le cadre de l exécution du PRN, ils sont confortés par les faits ci dessous : - le PRN est classé en tête de la liste des meilleurs projets de la Banque Mondiale en matière de rapport de suivi financier «10 good practices.». - le taux de décaissement qui se situe à 62% démontre une bonne maîtrise des procédures - le taux d exécution du plan d action annuel 2004 supérieur à 85%. Sur le terrain, ces résultats sont le fait d approches novatrices et de l engagement sans faille d un ensemble d acteurs que sont les communautés, les relais issus de la communauté, les élus locaux, les autorités administratives, les agences d exécution communautaire, les services déconcentrés des ministères techniques Eviter à l enfant de tomber dans la malnutrition et surtout lui assurer une croissance optimum grâce au Suivi Promotion de la Croissance (SPC) Le Suivi Promotion de la Croissance (SPC) est une approche préventive par laquelle on peut éviter à l enfant de tomber dans la malnutrition et surtout lui assurer une croissance optimum. Il se traduit par une pesée mensuelle de l enfant de sa naissance à l âge de 3 ans suivie de conseils donnés à la mère. Ainsi, sur les enfants de moins de 3 ans ciblés par le PRN, sont pesés mensuellement dans les 931 sites du programme. Cette pesée est suivi d un dialogue avec la mère, lors de ce dialogue, cette dernière trouvera des réponses aux questions qu'elle se pose sur les soins appropriés pour une bonne croissance de son enfant, soins relatifs à son alimentation, à sa santé. Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 5

6 Les comportements gages de succès dans la lutte contre la malnutrition «Les mères d enfants de moins de 6 mois pratiquent l Allaitement Maternel Exclusif», «les mères amènent leurs enfants à la pesée tous les mois de leur naissance à leur troisième année», «les femmes enceintes effectuent les 4 Consultations Prénatales (CPN) prévues», «les mères reconnaissent les signes de danger de l enfant malade» sont quelques uns des 16 comportements qui sont promus dans le cadre du PRN. Les mères sont invités par les relais à participer à des activités de communication telles que des causeries, des entretiens individuels Ainsi, pour la causerie qui est une activité commune aux AEC, plus de femmes sont touchées tous les mois. Les Agences d Exécution Communautaires et ministères techniques chargés de l exécution du programme ont développé plusieurs autres stratégies pour le renforcement ou l adoption des comportements adéquats dans le cadre de la lutte contre la malnutrition. Nous pouvons notamment citer les démonstrations culinaires instaurées par ARAF (l Association Régionale des Agriculteurs de Fatick) à Fatick, la stratégie grand mères de CCF ( Christian Children Fund) à Mbour, ou encore la Positive déviance de World Vision à Vélingara. La Distribution à Base Communautaire Dans le cadre du PRN, des médicaments et produits sont disponibilisés au niveau communautaire, il s agit de moustiquaires imprégnés, de capsules de vitamine A, des comprimés de fer et des médicaments de déparasitage. Ces médicaments sont délivrés par les relais sous la supervision des agents de santé. Par ailleurs, le partenariat entre la communauté et les structures de santé a permis une amélioration du taux d enfants vaccinés à travers les stratégies avancées de vaccination des enfants ou les Journées Nationales de Vaccination (JNV).. Une stratégie multisectorielle pour répondre aux causes multifactorielles de la malnutrition A travers le PRN, le gouvernement du Sénégal a manifesté sa volonté de lutter contre la malnutrition en s attaquant à ses déterminants dont certains sont relatifs à la sécurité alimentaire ou à la disponibilité de l eau potable. Ainsi, en terme de sécurité alimentaire, plusieurs Agences d Exécution Communautaires (AEC) ont mis en place des initiatives communautaires, telles que les champs collectifs, les jardins et tables potagers, les banques de céréales qui contribuent à l amélioration de la sécurité alimentaire au niveau communautaire. Certains groupements de femmes des zones d intervention des AEC, produisent des farines composées à base de produits locaux destinées aux enfants. Ailleurs, le Programme Alimentaire Mondial appuie dans la distribution de farines enrichies à deux types de structures : - l Association des Postes de Santé Privé Catholiques du Sénégal pour les femmes enceintes et allaitantes et la récupération des enfants qui souffrent de malnutrition sévère et modérée - et les Cases des Tout-Petit où la farine enrichie entrent dans la préparation des repas servis aux enfants. L appui du PAM dans les régions d intervention du PRN a permis de toucher à miparcours Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 6

7 enfants de moins de 5 ans femmes enceintes et femmes allaitantes En plus du SPC, de la sécurité alimentaire, l approvisionnement en eau potable pour les communautés de base est un autre axe d intervention du PRN. Il est financé grâce à la coopération allemande la KFW. A la fin du mois de décembre 2004 : km de réseau sont en cours de réalisation sur les 170 km prévus pour la première phase bornes fontaines sont entrain d être réalisé en milieu urbain bornes fontaines créées dans le cadre du Projet de Nutrition Communautaire sont en cours de réhabilitation Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 7

8 II - Programme de Renforcement de la Nutrition : Un modèle dans le suivi financier. Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 8

9 République du Sénégal PRIMATURE II. LE PROGRAMME DE RENFORCEMENT DE LA NUTRITION : Un modèle dans le suivi financier. Le Programme de Renforcement de la Nutrition (PRN) est classé en tête de la liste des meilleurs projets de la Banque Mondiale en matière de rapport de suivi financier «10 good practices.». Le site de la Banque Mondiale, dans le cadre du partage d information, relate les expériences prometteuses des projets financés par la Banque. Un classement (cf Good practice FMRs) des 10 bonnes pratiques en matière de Rapport de Suivi Financier fait ressortir le PRN comme un programme dont : «..Les Rapports de Suivi Financier sont bien présentés et couvrent les aspects financiers, les progrès réalisés dans le cadre de la mise en œuvre du projet et le suivi des marchés. Les commentaires mettent le focus sur l état d avancement du projet et expliquent clairement les tableaux» Un bon suivi financier étant un des facteurs majeurs la réussite d un programme, le PRN a mis en place une stratégie permettant une démarche basée sur l efficacité et la rigueur dans son suivi financier. Ainsi, le PRN établit ses Demandes de Remboursement de Fonds (DRF) régulièrement. Une trentaine de DRF ont été soumises à l IDA depuis la mise en vigueur du crédit. Le PRN élabore régulièrement ses Rapports de Suivi Financier (RSF). Dix RSF ont été présentés à l IDA depuis la mise en vigueur du crédit. Les audits du PRN des exercices comptables des années 2002 et 2003 ont été effectués et validés sans réserves. Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 9

10 Good Practice FMRs Senegal: Nutrition Enhancement Project. IDA Cr (P070541) FMS: Fily Sissoko. FMRs are well presented and cover financial reporting, physical progress and procurement monitoring. The written commentary highlights project progress and helps to explain the content of the tables. FMR-SenegalNutritionEnhancement.pdf Uganda: Makerere Pilot Decentralization Project (LIL) IDA Cr (P074078). FMR based disbursements. FMS: Joseph Kizito (at appraisal) Patrick Piker Umah Tete (current). Example of an integrated FMR covering financial reports, physical progress and procurement monitoring of a small project. FMR-UgandaMakererePilotDecentLIL.pdf Brazil: FUNDESCOLA III A Project. IBRD Ln (P057653). FMS Tulio Correa. Example of FMRs using the client s system, with format and content adapted to the public sector accounting system. Quarterly financial reports are accompanied by six monthly physical progress reports. FMR-BrazilFundescolaIIIa.pdf Dominica: Emergency Recovery Project. IBRD Ln (P077680). FMR based disbursing. FMS: Rajeev Swami (at appraisal), Fabienne Mroczka (current). A good example of a comprehensive report covering financial reports, physical progress (output monitoring) and procurement monitoring with written commentary on project progress included as part of the report. FMR-DominicaEmergencyRecoveryProject.pdf St. Vincent and the Grenadines: Emergency Recovery Project. IBRD Ln. 7103/IDA Cr. 3613(P076822). FMS: Rajeev Swami (at appraisal), Fabienne Mroczka (current). A good example of a comprehensive report covering financial reports, physical progress (output monitoring) and procurement monitoring with written commentary on project progress included as part of the report. FMR-StVincent&GrenadinesEmerRecov.pdf Grenada: Emergency Recovery Project. IBRD Ln. 7100/IDA Cr (P077682). FMS: Rajeev Swami (at appraisal), Fabienne Mroczka (current). A good example of a comprehensive report covering financial reports, physical progress (output monitoring) and procurement monitoring with written commentary on project progress included as part of the report. FMR-GrenadaEmergRecoveryProj.pdf St. Kitts and Nevis: Emergency Recovery Project. IBRD Ln (P077684). FMS: Rajeev Swami (at appraisal), Fabienne Mroczka (current). A good example of a comprehensive report covering financial reports, physical progress (output monitoring) and procurement monitoring with written commentary on project progress included as part of the report. FMR-StKitts&NevisEmergRecov.pdf St. Lucia: Emergency Recovery Project. IBRD Ln. 7102/IDA Cr (P077687). FMS: Rajeev Swami (at appraisal), Fabienne Mroczka (current). A good example of a comprehensive report covering financial reports, physical progress (output monitoring) and procurement monitoring with written commentary on project progress included as part of the report. FMR-StLuciaEmergRecoveryProj.pdf Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 10

11 III - SELECTION DES AGENCES D EXECUTION COMMUNAUTAIRES DU PRN : Une démarche transparente et rigoureuse Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 11

12 République du Sénégal PRIMATURE III.SELECTION DES AGENCES D EXECUTION COMMUNAUTAIRES DU PRN : Une démarche transparente et rigoureuse 1. Introduction Pour exécuter le Programme de Renforcement de la Nutrition la Cellule de Lutte contre la Malnutrition (CLM) s appuie sur des Agences d Exécution Communautaires (AEC) et les Ministères. Si pour les ministères il n y a pas de compétition, en ce qui concerne les AEC il a fallu développer une procédures basées sur les principes de transparence, d équité et d efficacité. La sélection des AEC chargées de mettre en œuvre le programme dans les trente quatre (34) districts ciblés s est effectuée selon un processus convenu entre la CLM et la Banque Mondiale. Le Bureau Exécutif National (BEN) de la CLM a veillé au respect du processus de sélection établi. Ce dernier se décline en quatre principales phases qui sont: (i) la sollicitation de manifestation d intérêt, (ii) le dépouillement des manifestations d intérêt, (iii) le diagnostic des capacités des AEC et, (iv) la restitution des résultats du diagnostic des capacités. 2. La sollicitation de manifestation d intérêt Après la mise en vigueur du crédit IDA, le 27 juin 2002, une sollicitation de manifestation d intérêt a été lancée au cours du mois de juillet 2002 dans quatre quotidiens nationaux. Un dossier de manifestation d intérêt a été préparé en vue de fournir le maximum d informations pertinentes aux AEC. Afin de garantir une accessibilité adéquate, le dossier pouvait être téléchargé à partir de trois sites internet (Primature.sn, lesoleil.sn, et appel-d-offres.sn). De plus, pour assurer une large diffusion au niveau des régions, le dossier a été envoyé aux régions médicales et aux districts sanitaires ciblés pour l intervention du PRN. Au terme de cette sollicitation de manifestation d intérêt, le secrétariat du BEN a reçu cent cinquante six (156) dossiers de manifestation d intérêt. 3. Le dépouillement des manifestations d intérêt Le dépouillement des dossiers de manifestations d intérêt s est déroulé suivant trois étapes : - l élaboration des outils de dépouillement, - la constitution des équipes de dépouillement, - la vérification de la conformité et la notation des AEC. Trois outils ont été élaborés pour effectuer le dépouillement. Il s agit de la grille de conformité, de la fiche de renseignement et de la grille de notation. Les membres du BEN ont constitué six (6) équipes pour le dépouillement. a - La grille de conformité La grille de conformité a permis de faire un premier tri des dossiers de manifestation d intérêt reçus selon quatre critères : l existence d un statut juridique, l existence d un compte bancaire, l existence de l AEC depuis plus d un (1) an, et la candidature pour une zone correspondant à un district au moins. L identité des AEC ayant satisfait aux quatre critères de conformité a été saisie sur la fiche élaborée à cet effet. Toutes les fiches ont été ensuite saisies sur support informatique, permettant de constituer une base de données sur les AEC. Les informations suivantes ont été consignées dans la fiche de renseignement : la dénomination juridique, le type d AEC, le statut juridique, la date de création, les principales activités de l AEC, l adresse postale, le nom du responsable de l AEC, le n de téléphone, le n de fax et l adresse électronique. Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 12

13 Les dossiers de manifestation d intérêt ayant satisfait aux critères de conformité ont été au nombre de cent vingt neuf (129). b - La notation des AEC Les dossiers sélectionnés ont été notés par les équipes de dépouillement suivant les six critères suivants : 1. Expérience dans la mise en œuvre d activités de nutrition/santé (20 points). 2. Expérience dans la mise en œuvre d activités de développement communautaire (20 points). 3. Expérience dans la gestion de projet d envergure pour laquelle l accent est mis sur le montant du projet géré. La note maximale est attribuée lorsque l AEC a géré un projet de plus de 72 millions CFA. (30 points) 4. Les ressources humaines pour lesquelles l AEC sera notée sur le personnel jugé indispensable pour la mise en œuvre d un projet : le Chef de projet ou responsable de projet ou coordonnateur de projet ; le Chargé de projet qui s occupe des aspects techniques tels la mise en œuvre, le suivi-évaluation, l IEC/CCC ; le personnel chargé de l administration et des finances ; le personnel de terrain (15 points). 5. Les ressources matérielles : le local, les véhicules et autres moyens de transport et l équipement informatique (10 points). 6. Acceptation d être en partenariat avec une jeune AEC. (5 points) Chaque dossier a été noté par deux équipes différentes. Les deux notes obtenues ont pu être comparées grâce à une application informatique réalisée sur Excel. Les différences relevées entre les deux notations ont fait l objet de discussions entre les deux équipes pour arriver à une note finale approuvée par les membres de ces équipes. Les notes finales obtenues par les AEC ont été reportées sur la maquette réalisée sur Excel. 4. Le diagnostic des capacités des AEC Au terme du dépouillement des dossiers de manifestation d intérêt les AEC ayant obtenu une note supérieure ou égale à quatre vingt cinq (85) points sur un total de cent (100) points possibles ont été jugées éligibles pour faire l objet d un diagnostic détaillé sur les plans organisationnel, financier, administratif et technique. Au total vingt six (26) AEC ont obtenu 85 points ou plus. Il a été retenu en accord avec l IDA de confier cette mission à trois consultants indépendants, pour la réaliser de manière efficace, objective et transparente. Une sollicitation de manifestation d intérêt a été lancée le 13 août 2002 et a permis la sélection de ces trois consultants. La mission a été exécutée de manière participative avec l implication des autorités administratives, médicales, et des représentants des collectivités locales. Pour procéder au diagnostic des capacités, les consultants ont en accord avec le BEN harmonisé leur approche qui devait porter sur les deux aspects suivants : le diagnostic des capacités de gestion des projets avec un accent sur l expérience de mise en œuvre d activités de promotion de la croissance des enfants et de collaboration avec les partenaires techniques du système de santé et du développement communautaire ; le diagnostic des capacités de gestion administrative et financière. Les différents aspects du diagnostic des capacités ont été notés de la manière suivante : - Le diagnostic des capacités de gestion administrative et financière noté sur 30 points. - Le diagnostic des capacités de gestion des projets noté sur 55 points. - La notoriété/ancrage local des AEC a été notée sur 15 points. - La note de manifestation d intérêt utilisée lors de la présélection a aussi été prise en compte, et ramenée à 20 points. Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 13

14 Le diagnostic des capacités a permis pour chacune des zones de candidature du PRN de classer les AEC candidates. Par ailleurs, cet exercice a permis de caractériser et de catégoriser les AEC en fonction des capacités révélées par le diagnostic. 5. La restitution des résultats du diagnostic des capacités des AEC Pour obtenir l adhésion la plus large possible et l appropriation du processus de sélection des candidats AEC par les parties concernées au niveau des régions (autorités administratives, élus locaux, services de santé, services techniques régionaux, et représentants de la société civile), six (6) ateliers de restitution des résultats du diagnostic des capacités ont été organisés. L objectif principal de ces ateliers était de partager avec les parties concernées par la mise en œuvre du PRN les résultats de la mission de diagnostic des candidats AEC. Ces ateliers ont vu la participation de personnes venant de la CLM, des services de santé, des services de développement communautaire, des collectivités locales, de l administration territoriale et de la société civile. Au total deux cent treize (213) personnes ont participé à ces ateliers. Les participants aux ateliers ont jugé positivement la démarche de sélection adoptée par le BEN. Les résultats du diagnostic ont globalement été acceptés par les participants qui ont validé le classement établi pour les AEC présélectionnés au niveau des zones d intervention du PRN. Les participants ont identifié les opportunités et les menaces pour une intervention efficace de chaque AEC dans sa zone de candidature. Des recommandations ont été formulées, elles seront prises en compte dans la mise en œuvre du programme. 6. Conclusion Le processus de sélection mis en œuvre a vu la participation d un nombre important d AEC. Ces dernières, en compétition dans les zones d intervention du PRN, ont été départagées grâce à un processus transparent et participatif. L attribution d une zone à une AEC dépend de la note obtenue lors du diagnostic des capacités et de son classement dans la zone. Lors de l attribution des zones aux AEC, le BEN prend en compte d autres préoccupations qui sont : (i) de garantir la qualité des opérations, (ii) d éviter de concentrer trop de ressources sur une AEC, (iii) de favoriser la diversité des projets, (iv) de favoriser la proximité entre l AEC, les communautés et les services de santé pour une gestion efficiente des interventions du PRN. Ainsi, le nombre maximum de zones pouvant être attribuées à une AEC a été fixé à quatre (4). Une AEC jugée apte à intervenir dans le PRN, et classée deuxième dans une zone peut se voir attribuer cette zone si l AEC classée première a atteint le maximum de quatre zones d intervention. Les AEC ont pu durant le diagnostic indiquer les quatre (4) zones prioritaires où elles souhaitent intervenir pour faciliter l attribution des zones. Les AEC classées premières sont proposées dans la plupart des cas, les AEC classées deuxièmes sont proposées dans certaines des zones où l AEC Plan International est classée première. En effet, Plan International est classée première dans neuf zones d intervention et en raison du nombre de zone par AEC limité à quatre, il est proposé à cet AEC quatre zones en tenant compte des zones prioritaires qu elles a indiquées lors du diagnostic et de la classification de l AEC en deuxième position. A la fin du processus, un courrier a été adressé à chaque AEC candidate et ces dernières avaient la possibilité d accéder aux dossiers de diagnostic. Par la suite, les résultats ont été publiés dans les quotidien nationaux et une conférence de presse a été organisé le 8 janvier 2003 au Novotel. Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 14

15 Le tableau ci-après présente la répartition des AEC suite à la procédure de sélection : Rang après N Zones AEC Proposées diagnostic 1 Dakar Nord Enda Graf 1 Observations 2 Dakar ouest- centre Enda Ecopole 1 3 Pikine Plan International 1 4 Guédiewaye ACDEV 2 le premier Plan International a déjà 4 zones 5 Mbao Enda Graf 2 le premier Plan International a déjà 4 zones 6 Rufisque Enda Graf 1 7 Diourbel -Bambey World Vision 1 8 Touba Est Matlaboul Faizainy 1 8bis Touba Ouest Willaya de Touba/Croix 1 Rouge Sénégal 9 Fatick -Dioffor World Vision 1 10 Guinguineo-Gossas ARAF 1 11 Foundiougne -Sokone ACDEV 1 12 Kaolack ASBEF 1 13 Kaffrine World Vision 1 14 Koungheul - Nioro Africare 2 le premier Plan International a déjà 4 zones 15 Kolda CCF 1 16 Sédhiou Kafoo 1 17 Velingara World Vision 1 18 Louga Plan International 1 19 Saint-Louis Plan International 1 20 Dagana- Richard-Toll ASBEF 2 le premier Plan International a déjà 4 zones 21 Tamba- Kédougou Africare 1 22 Mbour- Thies CCF 2 le premier Plan International a déjà 4 zones 23 Tivaouane Khombole Plan International 1 24 Ziguinchor CCF 1 Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 15

16 IV - Programme de Renforcement de la Nutrition : Les bases d une véritable politique de nutrition Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 16

17 République du Sénégal PRIMATURE IV. LE PROGRAMME DE RENFORCEMENT DE LA NUTRITION : Les bases d une véritable politique de nutrition 1. UNE VERITABLE POLITIQUE DE NUTRITION Dans le sillage des politiques, programmes et projets destinés à lutter contre la pauvreté, le gouvernement a mis en place un programme décennal ( ), le Programme de Renforcement de la Nutrition (PRN). La Cellule de Lutte contre la Malnutrition (CLM) est chargée à travers son Bureau Exécutif National (BEN), de la mise en œuvre et de l exécution du programme. Le gouvernement à travers la CLM a adopté une démarche participative dans l élaboration de projets spécifiques par district de santé afin de garantir la pertinence des actions et le coût/efficacité, conditions essentielles pour une pérennisation du programme. Il ne s agit plus d une intervention d urgence, mais plutôt de jeter les bases d une véritable politique de nutrition visant notamment l amélioration de l état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans, et le renforcement des capacités institutionnelles et organisationnelles en matière de lutte contre la malnutrition. 2. OBJECTIFS Les objectifs du Programme de Renforcement de la Nutrition (PRN) sont : d améliorer le statut nutritionnel des enfants, des femmes enceintes et mères allaitantes dans les zones défavorisées en milieu urbain et rural et de renforcer les capacités institutionnelles et organisationnelles du pays pour mettre en œuvre et évaluer des interventions de nutrition. Pour la première phase ( ), il s agit dans un premier temps de tester de nouvelles stratégies efficaces et durables de nutrition ciblant plus particulièrement le milieu rural où la malnutrition sévit de manière cruciale. Mais aussi de créer les conditions favorables d une politique nationale de nutrition. Pour la deuxième phase ( ), il s agira d étendre les interventions de nutrition aux autres régions du Sénégal, notamment en zone rurale. Enfin, pour la troisième phase ( ), il s agira d assurer l intégration de la politique de nutrition dans les plans sectoriels et dans les programmes nationaux. 3. Les zones d intervention du PRN Dans sa première phase ( ), le programme intervient, en zone urbaine, dans les 25 communes antérieurement couvertes par le Projet de Nutrition Communautaire (PNC ), afin de consolider les acquis. En milieu rural, le PRN est présent dans les trois régions les plus pauvres du Sénégal à savoir : Fatick, Kolda et Kaolack. Ainsi, d ici la fin de l année 2006, le programme touchera plus de enfants âgés de moins de cinq ans et près de femmes par an. Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 17

18 Durant la deuxième phase ( ), le PRN sera étendu à l ensemble du territoire. 4. STRATEGIES La stratégie du PRN s articule autour de deux axes complémentaires. Le premier est la promotion de l intégration d objectifs nutritionnels dans les plans des différents ministères. Le second est la mise en œuvre d interventions axées sur les femmes et les enfants par le biais de la société civile (ONG, organisations communautaires de base (OCB). Pour la mise en œuvre de ces stratégies, le PRN s appuie sur les ministères techniques membres de la Cellule Lutte contre la Malnutrition (CLM) et les Agences d Exécution Communautaire (AEC). Ces AEC sont des ONG, des OCB, des Groupement d intérêt économique (GIE) et des groupements de promotion féminine (GPF). Douze AEC ont été sélectionnées à la suite d une procédure dont les principes de base sont la transparence, l équité et l efficacité. Les AEC retenues possèdent une expérience avérée dans la délivrance de services de nutrition ou de santé communautaire et des capacités de mettre en œuvre un projet de l envergure d un district sanitaire. Chaque ministère éligible et Agence d exécution communautaire peut prétendre à un financement de F CFA par an et par projet. 5. UNE SITUATION NUTRITIONNELLE INQUIETANTE Dans un pays jeune comme le Sénégal, on observe une situation nutritionnelle inquiétante, ainsi malgré tous les efforts déployés par l Etat, les organisations de la société civile et les partenaires au développement. En 2001, Un enfant de moins de 5 ans sur cinq est trop petit pour son âge (retard de croissance). La proportion d enfant accusant un retard de croissance est environ 9 fois plus élevée que celle que l on s attend à trouver dans une population en bonne santé. Un enfant sur cinq présente une insuffisance pondérale en fonction de son âge. Cette proportion est également 9 fois plus élevée que celle que l on s attend à trouver dans une population en bonne santé. Plus d un enfant sur 10 est trop maigre pour sa taille. La proportion d enfant souffrant de maigreur est environ 5 fois plus élevée que celle que l on s attend à trouver dans une population en bonne santé. En outre, 58 % des femmes sénégalaises souffrent d anémie du fait d une carence en fer. Cela contribue à l augmentation des décès maternels. Chez les enfants, la carence en vitamine A touche 55 % des enfants et est responsable de 30 % des décès. 6. LES INTERVENTIONS DU PRN Fort de ces constats, le PRN, s appuyant sur les ministères techniques et les AEC, déroule diverses activités. En zone rurale et urbaine, son intervention tourne autour de quatre types d activités : Le premier est le suivi-promotion de la croissance de l enfant (pesée plus conseils). Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 18

19 Le deuxième type d activités est la distribution à base communautaire de produits et médicaments (moustiquaires, fer, vitamine A). L Information, l Education et la Communication (IEC) et la Communication pour le Changement de Comportement (CCC) pour la promotion de pratiques familiales clefs est la troisième forme d activité du programme. L appui aux initiatives communautaires (moulins, maraîchage, etc.). Et enfin l adduction en eau potable. Plus globalement, il est, aujourd hui, admis que l amélioration du statut nutritionnel des enfants de moins de cinq ans, des femmes enceintes et allaitantes éviterait des milliers de morts d enfants et de mères et l affaiblissement du potentiel intellectuel et économiques. Au Sénégal, seul un enfant sur 10 est allaité exclusivement au sein pendant les six premiers mois de la vie. Si cette forme d allaitement était généralisée, on pourrait faire un gain de vies d enfants de moins d un an chaque année et éviter au pays de perdre 24,5 milliards de francs CFA chaque année soit plus de 80% du budget du ministère de la Santé et de la Prévention. Par ailleurs, donner aux femmes la parole et le pouvoir d agir est essentiel pour améliorer aussi bien leur nutrition que celle de leurs enfants. Cela exige des efforts législatifs et politiques visant à combattre la discrimination à l égard des femmes et leur exploitation, ainsi que des mesures destinées à leur assurer un accès adéquat aux ressources et aux soins à tous les niveaux de la société. Relever le niveau d éducation des jeunes filles et des femmes est également vital. 7. NOTRE VISION La mise en œuvre du Programme de Renforcement de la Nutrition est sous tendue par la vision du Chef de l Etat qui est ; «un pays où chaque individu a un statut nutritionnel satisfaisant et adopte un comportement adéquat pour son bien-être et pour le développement de la communauté». 8. NOS VALEURS Toute l équipe de la Cellule de Lutte contre la Malnutrition (CLM), en plus de cette vision, partage des valeurs qui fondent son action au quotidien. Il s agit : EQUITE en vue d une réduction des écarts par rapport au savoir, aux services et aux ressources, nous mettons l accent sur la juste rétribution de l effort ainsi que la discrimination positive. TRANSPARENCE Nous nous engageons à ce que les informations relatives aux activités professionnelles, ainsi que les normes et procédures soient véhiculées dans la transparence au niveau du BEN, des partenaires et des communautés à tout moment et à temps. ESPRIT D EQUIPE Nous privilégions l esprit d équipe, en alliant cohésion et prise de décision dans la solidarité et dans la communion au sein de la CLM pour atteindre nos objectifs. ENGAGEMENT Nous nous engageons avec détermination, volonté, foi et désir à donner le meilleur de nous à tout moment, en tout lieu pour une réussite du programme. Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 19

20 RIGUEUR Nous fondons notre action sur la rigueur, en prônant l adhésion aux règles en vigueur à la CLM le respect de tout engagement dans les délais et le refus de toute forme de corruption active ou passive afin d assurer la qualité dans notre travail. APPRENTISSAGE CONTINU Nous nous inscrivons dans un processus d apprentissage continu par l acceptation et l intégration de nouvelles connaissances, expériences et pratiques en vue d améliorer nos performances. PRO-ACTIVITE Nous mettons l accent sur la pro activité l anticipation sur les événements et le refus de la passivité dans le but d améliorer nos performances. DIVERSITE Nous oeuvrons dans le respect de la diversité, et nous refusons toute discrimination de race, religion, genre, éducation et formation dans le but de promouvoir l enrichissement au sein de la CLM. RESPECT DE L ENVIRONNEMENT Par respect de l environnement nous entendons la prise en compte des différentes formes d équilibre des ressources naturelles et humaines pour une meilleure préservation de nos cadres de vie et de travail. (Sources : Programme de renforcement de la nutrition (PRN), " Profile ", " La situation des enfants dans le monde " UNICEF) Revue à mi-parcours du Programme de Renforcement de la Nutrition : Dossier de presse 20

Présentation de MCA Sénégal:

Présentation de MCA Sénégal: République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi ---------------- Primature ---------------- TDRs CONSULTANT FACILITATEUR ATELIER DE DEVELOPPEMENT DE L ESPRIT D EQUIPE AU SEIN DU PERSONNEL DE MCA SENEGAL

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN COMPTABLE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN COMPTABLE MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE --------------------- UGP-FILETS SOCIAUX --------------------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE BURKINA FASO ----------------------------- MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI PROJET EMPLOIS DES JEUNES ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES AU BURKINA FASO (PEJEDEC/BF)

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome Pour la mise en œuvre des projets : «Renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Plus en détail

AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT ADMINISTRATIF ET FINANCIER

AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT ADMINISTRATIF ET FINANCIER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ------------- 01 BP 3771 Abidjan 01 Tel : 21 21 26 20 / 21 21 26 26 Fax : 21 21 26 36 / 37 AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Le partenaire responsable du projet

Le partenaire responsable du projet FICHE PROJET POUR UN CHARGE DE PROJET Le partenaire responsable du projet 1- Nom et coordonnées de la structure partenaire responsable de la mise en oeuvre du projet sur le terrain et nom et fonction du

Plus en détail

1 Chef de Cellule Centrale de Gestion Fiduciaire et de Suivi Programmatique

1 Chef de Cellule Centrale de Gestion Fiduciaire et de Suivi Programmatique MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA Projet de Renforcement des Capacités du Ministère de la Santé et de la Lutte contre le VIH/Sida Accord de financement CDC No. 5U2GPS002717 AVIS DE VACANCE

Plus en détail

RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES

RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES Consultant pour le suivi et l évaluation d une étude nationale sur l évaluation des besoins et des coûts nécessaires

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Termes de Référence. 7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf.

Termes de Référence. 7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf. CED E AO Co mmunaut é Éco no miq u e d es Ét ats d Af r iqu e d e l O u es t Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles ECOWAS Econom ic Co mmunit y of W est Af r

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

44, Cité Lobatt FALL, Pikine, BP: K50 49 Dakar/Sénégal, Tel : 002218346598 Email : acdev@orange.sn; Site : acdev-int.org

44, Cité Lobatt FALL, Pikine, BP: K50 49 Dakar/Sénégal, Tel : 002218346598 Email : acdev@orange.sn; Site : acdev-int.org 44, Cité Lobatt FALL, Pikine, BP: K50 49 Dakar/Sénégal, Tel : 002218346598 Email : acdev@orange.sn; Site : acdev-int.org Présentation de l ONG AcDev est une ONG sénégalaise créée en 1991 qui s'inscrit

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012

EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012 EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012 MARCHÉ DE SERVICES POUR LE PROGRAMME DES BOURSES HORS PROJET CRÉATION ET MISE EN ŒUVRE DE DEUX MODULES D UNE FORMATION POUR

Plus en détail

UNICEF SENEGAL CRISE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SENEGAL. CONTRIBUTION DE L UNICEF A LA RIPOSTE

UNICEF SENEGAL CRISE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SENEGAL. CONTRIBUTION DE L UNICEF A LA RIPOSTE UNICEF SENEGAL CRISE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SENEGAL. CONTRIBUTION DE L UNICEF A LA RIPOSTE 1. CONTEXTE Le Sénégal, vu sa position géographique de pays sahélien, est chroniquement exposé à l insécurité

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Situation actuelle de l extension IRA-C : expérience du Sénégal

Situation actuelle de l extension IRA-C : expérience du Sénégal Situation actuelle de l extension IRA-C : expérience du Sénégal Dr Youssouph GAYE Chef Division, Alimentation, Nutrition et Survie de l Enfant Obudu 23 Octobre 2009 Sommaire Contexte Étapes de mise en

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le Comité Départemental d Éducation à la santé des Bouches du Rhône (Co.D.E.S 13) met en œuvre des actions de promotion et d éducation pour la

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Termes de Référence Spécialiste en Gestion Financière

Termes de Référence Spécialiste en Gestion Financière Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Termes de Référence Spécialiste en Gestion Financière

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

POLITIQUE DE DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES Présentée au conseil d administration le 29 novembre 2007 PRODUCTION Monsieur Stanley Smith Service des ressources humaines AUTRES COLLABORATEURS Comité de

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU PERSONNEL

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU PERSONNEL REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple-Un But-Une Foi -------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE --------------- DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT ET DES ETABLISSEMENTS CLASSES PROJET

Plus en détail

Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL)

Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) 1 Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) Contexte Le problème de réduction de la pauvreté est au centre des préoccupations du gouvernement de la République de

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Termes de Référence. Pour un Consultant Chargé d une «étude ex ante sur l impact socioéconomique et environnemental des OGM en Afrique de l Ouest»

Termes de Référence. Pour un Consultant Chargé d une «étude ex ante sur l impact socioéconomique et environnemental des OGM en Afrique de l Ouest» CED EAO Co mmunau t é Économiq u e de s Ét ats d Af r iq u e d e l O u es t Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles ECOWAS Econo m ic Co mmunit y of West Af r ica

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL N 20 le 09 mai 2012 SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL L e Ministre de la Santé SEM Ba

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

Ateliers de Formation, Région du Gorgol, République Islamique de Mauritanie

Ateliers de Formation, Région du Gorgol, République Islamique de Mauritanie TERMES DE REFERENCES S entendre sur les causes de la Malnutrition pour agir ensemble Renforcement des capacités des acteurs pour une meilleure intégration de la Nutrition dans les programmes de Sécurité

Plus en détail

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage jusqu à l âgede18ans Ministère de l Éducation de l Ontario Direction des politiques et programmes d éducation en langue française Mai 2010

Plus en détail

SOMMAIRE. 1 Opération de passation des marchés publics à fin mars 2014 Communication en Conseil des Ministres INTRODUCTION... 2

SOMMAIRE. 1 Opération de passation des marchés publics à fin mars 2014 Communication en Conseil des Ministres INTRODUCTION... 2 333 Mars 2014 MINISTERE AUPRES DU PREMIER MINISTRE, CHARGE DU BUDGET MARCHES PUBLICS COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES RELATIVE A LA SITUATION DES OPERATIONS DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS A FIN

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

ZONE DE L AFRIQUE DE L OUEST

ZONE DE L AFRIQUE DE L OUEST ZONE DE L AFRIQUE DE L OUEST SECTION DU BENIN DOCUMENT DE PROJET A L ECOUTE DES FEMMES DEMUNIES "FED" Octobre 2010 I- IDENTIFICATION DU PROJET TITRE : "A l Ecoute des Femmes Démunies" «FED» Organisme d

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LERECRUTEMENT D UN CONSULTANT POUR LA CONCEPTION D UN PLAN DEFORMATION QUADRIENNAL EN PASSATION DE MARCHES PUBLICS

TERMES DE REFERENCE POUR LERECRUTEMENT D UN CONSULTANT POUR LA CONCEPTION D UN PLAN DEFORMATION QUADRIENNAL EN PASSATION DE MARCHES PUBLICS TERMES DE REFERENCE POUR LERECRUTEMENT D UN CONSULTANT POUR LA CONCEPTION D UN PLAN DEFORMATION QUADRIENNAL EN PASSATION DE MARCHES PUBLICS COMPOSANTE 1 : AMELIORATION DE L EFFICACITE ET DE LA TRANSPARENCE

Plus en détail

Association pour la Formation, le Développement, l Education et la Culture

Association pour la Formation, le Développement, l Education et la Culture TERMES DE REFERENCES POUR L ELABORATION DE PLANS D AFFAIRES ET STRATEGIES MARKETING EN FAVEUR DES GIE «Moutakoung» DE TAMBANABA, «Nianibaly mantinelong» DE TAMBANANDING ET «Alla teintu» DE BADIAR / REGION

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail

QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE

QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT 30 mars - 1 er avril 2015 ESPACE LATRILLE EVENTS, ABIDJAN RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE La 4 ème session plénière

Plus en détail

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT LOCAL ADL- Rabat CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL Octobre 2006 ADL, B.P. 6447, Rabat-Madinat Al Irfane 10.100, Al Massira III, Avenue Al Majd, Imb 14, Apt

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN PASSATION DES MARCHES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN PASSATION DES MARCHES BURKINA FASO ----------------------------- MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI PROJET EMPLOIS DES JEUNES ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES AU BURKINA FASO (PEJEDEC/BF)

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

STAGE DE FORMATION SOUS REGIONALE SUR LE «MODALITES DE MISE EN ŒUVRE DE L APPROCHE SECTORIELLE»

STAGE DE FORMATION SOUS REGIONALE SUR LE «MODALITES DE MISE EN ŒUVRE DE L APPROCHE SECTORIELLE» Contact et information Cesar Goudon Initiatives Conseil International (ICI) 40 avenue Kwame Nkrumah 01 BP 6490 Ouagadougou 01 Burkina Faso, Tél : 00226 50310553/50310580 cesar.goudon@ici-partenaire-entreprises.com

Plus en détail

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00 Date d ouverture de l appel à projet : 1er octobre 2015 Date limite d envoi des dossiers de candidatures : 31 janvier 2016 Pour toutes questions : Délégation du bassin Atlantique-Dordogne Unité territoriale

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

4.2 Cadre institutionnel d élaboration de la SNDS

4.2 Cadre institutionnel d élaboration de la SNDS REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi Ministère de l Economie et des Finances Direction de la Prévision et de la Statistique (DPS) FEUILLE DE ROUTE DE L ANSD Présentation de la situation du Sénégal

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention REGION DES PAYS DE LA LOIRE Fonds régional Santé publique Règlement d intervention 1 1- POLITIQUE RÉGIONALE DE SANTÉ ET FONDS RÉGIONAL SANTÉ PUBLIQUE La santé des Ligériens constitue l une des priorités

Plus en détail

2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie

2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie 2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie L administration publique assure en Tunisie, depuis l accession à l indépendance

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE AMELIORATION DES CAPACITE DES RESSOURCES HUMAINES MEC FADEC

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE AMELIORATION DES CAPACITE DES RESSOURCES HUMAINES MEC FADEC SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE AMELIORATION DES CAPACITE DES RESSOURCES HUMAINES MEC FADEC SENEGAL AVRIL 2015 Avec l appui financier de DDP N :

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Mission Audit Interne et Inspection CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : formation 2011

Mission Audit Interne et Inspection CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : formation 2011 Mission Audit Interne et Inspection Equipe AGC CAHIER DES CHARGES FORMATION Auditeurs internes : formation 2011 1. Présentation de l Inra L Inra (Institut national de la recherche agronomique), premier

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Guide Méthodologique de Conduite du Dialogue Inclusif Pays «Formulation des Priorités Résilience Pays (PRP-AGIR)» Version Finale (Septembre

Plus en détail

Fondation Sanofi Espoir. Charte de sélection des projets

Fondation Sanofi Espoir. Charte de sélection des projets Fondation Sanofi Espoir Charte de sélection des projets Décembre 2010 1 La Charte de sélection des projets Vous êtes porteur d un projet de terrain lié à la santé, dans le domaine de la solidarité ou de

Plus en détail