Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines"

Transcription

1 Guide Technique 2015 Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines Pour s affranchir du risque de sécheresse estivale OBJECTIF Cette pratique sécurise les stocks fourragers en diversifiant les périodes de récolte. Elle est une réponse lorsque la ration contient beaucoup d amidon ou que l autonomie fourragère est régulièrement insuffisante. Les simulations économiques indiquent que cette pratique a sa place dans un système fourrager durable où elle permet de s affranchir du risque de sécheresse estivale et de faire la soudure ou de remplacer l ensilage de maïs. Cette production peut être aussi conduite jusqu à la récolte grain pour obtenir un méteil riche en protéines qui sera un excellent complément alimentaire pour la ration de base.

2 POUR UNE UTILISATION ENSILAGE IMMATURE Résultat d enquête auprès des éleveurs Pourquoi avoir choisi (Céréales + Pois fourrager) pour ensilage Pour sécuriser les stocks de maïs ensilage ou les remplacer, Pour économiser l eau, améliorer les structures des sols, implanter une prairie sous couvert et modifier les rotations, Pour sécuriser la ration par l apport de fibres et de cellulose et éviter l acidose, Pour les faibles besoins en intrants (engrais et phyto) et la possibilité de récupérer les primes PAC Pour le faible besoin d intervention et peu prenant en temps. Les erreurs à éviter pour le choix des espèces et variétés Le blé ou l orge ont un rôle de tuteur limité, ils sont exigeants au niveau du sol et manque de rusticité et de potentiel en Matière Sèche par rapport au Triticale. Certains triticales trop aristés (barbus), agressifs pour le palais des animaux et le tube digestif, entraînent une baisse de l ingestion. Les variétés de triticales sensibles à la verse (le triticale est le tuteur du pois). Les variétés de pois fourrager ayant un PMG trop élevé qui pose problème dans la répartition des semences au cours du semis. Les variétés de pois fourrager sensible au gel hivernal. Les pois protéagineux qui n ont pas assez de développement végétatif et seront étouffés par le triticale. La vesce dont la tardivité à maturité entraîne une récolte trop tardive et risqué de développer des moisissures dans le silo pendant la phase de conservation et de plus cette tardivité provoque lors de la récolte des fourrages. Sur le plan réglementaire, contrairement au pois fourrager, les mélanges qui contiennent de la vesce ne sont pas éligibles au découplage à 25 % de la prime à l ha de la culture, la vesce ne permet pas de toucher la prime PAC. Les avoines noires dont les teneurs en amandes sont inférieures aux avoines blanches destinées à la floconnerie. QUELLES SONT LES ESPÈCES LES MIEUX ADAPTÉES L objectif est bien d ensiler un fourrage de qualité (fibrosité rendement / appétence / valeur alimentaire / conservation) au moindre coût. Il est conseillé d associer 3 espèces pour augmenter les synergies agronomiques interespèces et d équilibrer la ration. CHOISIR DES ESPÈCES Triticale + Pois fourrager d hiver + Avoine d hiver Les céréales les plus rustiques, résistantes aux maladies, les plus agressives et compétitives vis-à-vis des adventices : Les seules espèces conseillées sont le Triticale et l Avoine d hiver. Le triticale est le support en Matière Sèche des mélanges céréales, la variété doit être la plus résistante à la verse possible pour supporter le pois fourrager de 1,5 m à 2 m en déployé. Une association de variétés (triticale + pois fourrager et avoine) la plus proche possible en précocité pour être ensemble au stade grains laiteux-pâteux. L association Triticale + Pois fourrager et Avoine est la seule à couvrir le sol, à résister aux maladies du feuillage, à avoir le potentiel de production et la valeur alimentaire la plus élevée. 2

3 LES VARIÉTÉS CONSEILLÉES POUR ENSILAGE IMMATURE IMMATURE TRITICALES : un choix de variétés différentes qui répondent à des besoins agronomiques et de récolte adaptés à chaque situation DUBLET KORTEGO La variété adaptée à une récolte très précoce La variété 1/2 tardive connue et reconnue pour ses qualités dans les associations de céréales d ensilage immature Variété précoce, la plus alternative à printemps inscrite en France, rustique, bonne résistance au froid, aux maladies et peu sensible à la verse au stade épiaison. Très rustique, des plus résistants aux maladies : oïdium - septoriose - rouille brune et piétin verse. La variété la mieux adaptée aux semis très précoces. Garantie un démarrage végétatif important dès la sortie de l hiver Son port et la largeur de ses feuilles sont des plus étouffants pour les adventices. Triticale très faiblement aristé (=KORTEGO). Facilite l'ingestion de l'ensilage. Son intérêt : la seule variété permettant, après récolte, un semis de maïs dès début mai. Le plus résistant à la verse de tous les triticale inscrits en France. Aussi résistant à la verse que Kortégo. Le moins barbu des triticales actuels,cette très faible aristation est intéressante lors de problème d ingestion. Un rendement grain et en Matière Sèche totale (grain+paille) très élevés en toutes situations pédoclimatique. Doit être fauché à 20/25 % de MS au stade début épiaison, préfané 1 à 2 jours (pour ramener la MS à 30 %) avant d être ramassée avec un pick-up normal d ensileuse. Peut être aussi utilisé en semis de printemps pour une récolte ensilage au stade laiteux pâteux ou en grain ( voir page 10 et 11). Une précocité de la récolte assurée Un rendement grain plus paille des plus élevés en sols profonds. La récolte en ensilage a lieu 50 jours avant une récolte en grain. Une richesse en protéines du grain parmi les plus élevées (essais ARVALIS). Un épi presque sans barbe TANTRIS La nouvelle variété précoce très résistante à la verse et trés productive Variété trés rustique Excellente résitance au froid et aux maladies du feuillage. Variété adaptée aux semis précoces Accepte très bien l'association avec une légumineuse. Excellent tuteur pour la végétation Une richesse en protéines du grain trés élevé pour les récoltes à maturité. Productivité en toutes situations 3

4 LES VARIÉTÉS CONSEILLÉES POUR ENSILAGE IMMATURE AVOINE D HIVER : le complément indispensable pour maîtriser les adventices POIS FOURRAGER d HIVER : La source obligatoire de protéines pour l ensilage SW DALGUISE Un pouvoir couvrant important Cette variété,d avoine blanche la plus produite en France, actuellement la plus productive en grain des avoines d hiver (référence ARVALIS sur les 5 dernières années). Une tolérante au froid des plus élevées des avoines d hiver. Une bonne résistance aux maladies : oïdium et septoriose. Une bonne tenue à la verse et une précocité grain laiteux-pâteux 1/2 précoce. Une excellente couverture du sol, son port étalé et son pouvoir allélopathique en font une synergie agronomique indispensable du triticale pour maîtriser correctement les adventices. Peu sensible à l excès d eau. Une teneur en amande et un PS très élevées (variété recherchée en floconnerie) ce qui permet, malgré tout, de conserver à l ensilage immature un bon niveau d UFL par kg de MS récoltée. ARKTA La seule variété de pois fourrager résistante à des froids, sans neige, au-delà 15 C ARKTA est un pois fourrager et non un pois protéagineux, sa biomasse est très importante et sa longueur de tige développée est de 150 cm à 200 cm. Cette variété, la plus résistance au froid des variétés cultivées en Europe est aussi des plus productives en masse végétative et en productivité grain/ha. Une source de protéines à bon marché qui renforce la teneur en PDIE et UFL / kg de MS de l ensilage récolté. Son très faible PMG de 100 à 110 grammes est idéal pour obtenir une bonne répartition avec les céréales lors du semis et limiter le coût de semence par ha. L apport d azote au sol par le pois est valorisé par le triticale et lui améliore la teneur en protéines. Pour obtenir un mélange à ensiler plus riche en PDIE et en UFL, mais qui sera au détriment de la quantité de Matière Sèche récoltée, il suffit d augmenter la dose de semis en pois fourrager et de ne pas apporter l azote avant la montaison du triticale. Productivité + couverture du sol Résistance au froid + petit PMG 4

5 LA CONDUITE CULTURALE POUR UN SEMIS D AUTOMNE Place dans la rotation Sa place dans la rotation est très souple : - Après un blé - un maïs - un tournesol - un protéagineux ou une prairie temporaire. Le choix de la culture suivante est aussi très souple : - Une récolte précoce au stade début épiaison avec un pré-fanage avant l ensilage permet de semer ensuite un maïs en condition normale. - Après un ensilage immature, en condition habituelle d ensilage sur juin, une interculture fourragère d été avec du moha (variété RAPIDO) est envisageable pour une récolte sur septembre. - Les associations sont aussi de bon précédent pour implanter une prairie en fin d été. Date de semis La période de semis la mieux adaptée correspond aux premiers semis des céréales sur la région. Les semis précoces favorisent plus la proportion de pois et inversement. - Après un blé - un maïs - un tournesol - un protéagineux ou une prairie temporaire. Choix de la variété de triticale pour les dates de semis et les types de sol : KORTEGO : privilégier des semis précoces de fin septembre à fin octobre en terre profonde peu sensible aux stress hydrique de fin de printemps, TANTRIS: adapté aux semis précoce et semis intermédiaires d' octobre à début décembre dans tous les types de sol. DUBLET : variété souple pouvant être semée de mi-octobre au printemps dans les sols légers ou fragiles sensibles au stress hydriques de fin de printemps. Semis Nous conseillons : L achat de semences certifiées qui garantissent la germination et le poids des mille grains sur le sac. L utilisation des variétés préconisées à l intérieur de ce guide ont été sélectionnées pour leurs complémentarités tant agronomique que nutritionnelle, ce qui confère à chacun d entre elles une excellente adaptation à ce type de mélange. Semer avec un semoir à céréales en vérifiant régulièrement l homogénéité du mélange dans le semoir. Profondeur de semis 2 à 3 cm comme pour les céréales. En cas de semis très précoce (fin septembre), un traitement semences Gaucho sur le triticale et l avoine permettra de maîtriser les attaques de pucerons. Surveiller les limaces à la levée en cas d automne pluvieux. Dose de semis conseillée La densité de semis doit être raisonnée en grains/m² en tenant compte du type de sol et augmentera, comme pour les céréales, avec la tardivité du semis. Cette densité évoluera en fonction de la qualité du mélange recherché : pour + de MS = plus de densité de triticale et pour + de PDIE et UFL + de pois fourrager. Exemple de densité moyenne proposée : Triticales DUBLET ou KORTEGO ou TANTRIS ± 100 kg/ha soit ± 200 grains/ m² Avoine d hiver SW DALGUISE ± 25 kg/ha soit ± 60 grains/m² Pois fourrager ARKTA ± 25 kg/ha soit ± 25 grains/m² 5

6 LA CONDUITE CULTURALE POUR UN SEMIS D AUTOMNE Désherbage Le mélange étant composé d espèces différentes, aucune spécialité commerciale n est homologuée pour cette culture. La forte densité (+ 250 pieds / m2) couplée au pouvoir couvrant important du triticale plus l allélopathie de l avoine suffit généralement à contrôler les adventices. Lorsque le sol présente un risque important d enherbement, un faux semis par travail du sol en pré-semis ou un désherbage en prélevée est nécessaire. Lorsque le terrain n est pas sale, les espèces triticale et avoine occuperont et couvriront rapidement le sol avant l hiver et étoufferont les mauvaises herbes. Fongicide Aucun traitement en cours de végétation n est nécessaire, les variétés de triticale DUBLET, KORTEGO et TANTRIS et l avoine SW DALGUISE sont résistantes aux maladies, ce qui permet générale-ment de limiter la contamination par les mala-dies. Fumure Le pois fourrager est source d azote pour les céréales. L apport de fumier avant l implantation peut suffire au développement de la culture. Éviter une fertilisation azotée trop précoce et importante avant montaison qui déséquilibrera les proportions du mélange, et favorisera le triticale qui deviendra prépondérant. «Quand un apport d azote est réalisé, la compétitivité du triticale pour la lumière est accrue, pénalisant ainsi la croissance du pois fourrager. Lors d un apport précoce d azote avant le stade 1 cm du triticale, celui ci pénalise beaucoup plus le pois fourrager qu un apport tardif». Sans apport de fumure organique, prévoir de 50 à 100 unités d azote par hectare au stade 2 nœuds, selon l état de la culture pour maximiser les quantités de Matière Sèche. Les apports de fumure de fond P et K sont les mêmes que pratiqués pour le blé. Résistance à la verse Le raisonnement de la lutte contre la verse doit se faire avant le semis par le choix d une variété de triticale résistante. KORTEGO et TANTRIS sont les variétés les plus résistan-tes du marché, elles apportent une certaine assu-rance ( les notes officielles de résistance à la verse sont pour KORTEGO 8,5). En cas de risque important, il est possible de diminuer au se-mis la dose du pois ou en intervenant en cours de végétation en baissant la fumure azotée. Régulateur de croissance Proscrire les raccourcisseurs! Leur utilisation implique une baisse de la productivité (fourrage). De plus il perturbe la conservation de l ensilage et le fonctionnement de la flore du rumen. Si application d un régulateur, ne pas récolter pendant le délai de latence du produit (vérifier l étiquette). Il faut en général attendre 8 semaines, voir plus, entre l application et la récolte. 6

7 LES MOYENS DE RÉCOLTE AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS DES DIFFÉRENTES MÉTHODES DE RÉCOLTE DES MÉLANGES IMMATURES Coupe KEMPER (becs rotatifs utilisés pour les maïs) Fauche + ramassage au pick-up Coupe de moissonneuse Coupe directe spécifique (à disques) Avantages Amortissement du matériel utilisé pour le mais Hachage régulier Coupe régulière Gain de temps le jour de l ensilage Coupe régulière Pas de perte Coupe régulière Pas de pertes Inconvénients Coupe irrégulière Inefficace sur plantes versées Bourrage possible lorsqu il y a beaucoup de pois Pertes d épis au ramassage Attention à l évolution 2 passages : fauche et ensilage Achat adaptateur Les céréales collent lorsqu elles sont trop vertes Faible rentabilité d un matériel spécifique Source : «Sécuriser son système» des Chambres d Agricultures et Institut de l Élevage du Poitou Charente (Réseau d Élevage et après une enquête auprès des CUMA et entrepreneurs de Charente Maritime) LA RÉCOLTE LA RÉCOLTE RESTE LE MOMENT CLÉ DE LA RÉUSSITE A réaliser au plus tard au stade laiteux-pâteux pour le triticale et non du pois car la floraison est indéterminée et peut avoir des gousses à tous les stades de maturité. Ce stade correspond à jours après la floraison ou 50 jours avant la récolte grain. En pratique, le triticale est encore vert autour des nœuds, l épi commence à jaunir et le grain s écrase encore facilement (à moitié rempli). L objectif est d avoisiner les 35 % de MS pour optimiser la conservation. Attention, la surveillance quasi journalière est indispensable, il y a seulement quelques jours pour récolter au bon stade. (Source : Arvalis Institut du Végétal) 4 précautions à prendre à la confection du silo Récolter à 35 % de matière sèche Prévoir un silo suffisamment long et étroit pour que le front d attaque avance rapidement - 15 à 20 cm par jour en hiver, 20 à 30 cm par jour en période chaude - afin d éviter une reprise de l activité microbienne. Privilégier la rapidité de fermeture du silo à la fin du chantier. S assurer de l herméticité du silo en lestant la bâche par tout ce qui peut rappuyer les couches supérieures (sable, sacs de sable ) Attention, car le mélange ensilé occupe plus de place que le maïs : 160 à 180 kg de matière sèche par mètre cube. 7

8 QUALITÉS ALIMENTAIRES Position d ARVALIS sur la valeur alimentaire Une valorisation à 0,9 UFL par kilogramme Pour les vaches laitières, sécuriser les rations basées sur l ensilage de maïs, l idéal est de récolter la céréale vers 35 % de MS, à un stade où la fibre est prédominante. Dans ce cas, l intérêt de la céréale immature ne vient pas de sa richesse (valeur UFL, PDIE ), mais de sa relative AVANTAGE ALIMENTAIRE - Appétence - Facilité d incorporation avec les autres fourrages. - Rumination excellente et régulière - Amélioration de la persistance laitière et des taux. pauvreté! En prenant la place d une partie du maïs, cet ensilage permet de diminuer la teneur en amidon de la ration. L énergie consommée est valorisée sans gaspillage ; ainsi, chaque kilogramme de céréale immature (incorporé dans la limite de 30 % des fourrages de la ration) malgré sa faible valeur (entre 0,64 UFL et 0,85 UFL par kilogramme de MS) peut être valorisé à 0,9. Cet ensilage de céréales immatures peut aussi être distribué,comme fourrage principal, à des animaux à besoins plus faibles que ceux des vaches laitières, par ex. aux génisses d élevage (à volonté) ou aux vaches taries et aux vaches allaitantes (en rationnant), accompagné si besoin d un complément azoté. Sources Perspectives Agricoles n 312 Résultats expérimentaux d ARVALIS - Station de la Jaillière Essai de 9 semaines avec de l ensilage de triticale Comparaison de 2 lots de 18 VL Témoin : Ensilage maïs à volonté + concentré Lot exp : 20 % de maïs remplacé par 3,5 kg MS d ensilage de triticale (0,70 UFL / kg MS) Témoin Expé. Ingestion MS Totale 25,68 25,74 Lait brut kg 38-1,6 TB g/ kg 39,6 + 2,9 TP g/ kg 32,5-0,1 Conséquences Lait : -4 % TB : + 2,9 g / kg TP : différente non significative Résultat : on constate une meilleure valorisation énergétique des UFL consommée, mais en produisant plus de matière grasse. Ce fourrage, même pauvre en UFL, est très bien valorisé par les vaches laitières jusqu à environ 30 à 35 % des fourrages de la ration. Avec une proportion supérieure dans la ration, les résultats obtenus sur les vaches reflètent la qualité de conservation et la valeur énergétique du fourrage (variable de moins de 0,65 UFL à plus de 0,85 UFL). 8

9 VALEUR QUALITÉS NUTRITIVE ALIMENTAIRES DU FOURRAGE a valeur nutritive du mélange dépend beaucoup L de la proportion de protéagineux dans le mélange récolté. Elle s améliore nettement lorsque la proportion de protéagineux est élevée dans le mélange. L ensilage de mélange céréales - protéagineux ne présente pas les mêmes caractéristiques que l ensilage de maïs. Incorporé à 30 % de la ration des vaches laitières, il permet une meilleure valorisation des autres fourragers. Il est complémentaire au maïs grâce à sa teneur élevée en fibres (augmentation de la rumination). Par rapport aux céréales immatures, les légumineuses immatures ont des valeurs protéiques et énergétiques plus élevées (voir graphique) : elles enrichissent le mélange immature en ces deux éléments. La teneur en MAT explique les principales variations. Elle est dépendante de la proportion de légumineuses dans le mélange récolté. Mais il n y a pas de lien direct entre les proportions de graines au semis et les proportions de plantes à la récolte. Les contraintes agronomiques guident donc le choix du mélange à mettre en place. Valeur moyenne de l ensilage immature Triticale + avoine 60 % Pois fourrager 40 % MAT (g/kg) UFL (g/kg) PDIE (g/kg) 140 0,90 80 Valeurs énergétiques et protéique des mélanges immatures et des espèces les composant FIBROSITE DE L ENSILAGE IMMATURE L introduction de 2 à 3 kg de MS de mélange immature dans une ration à base d ensilage de maïs pour des vaches laitières, améliore la fibrosité de cette ration. On considère que l indice de fibrosité de l ensilage immature est de l ordre de 75, proche d un ensilage graminées de première coupe pleine épiaison. Par ailleurs, les teneurs élevées en MAT et en minéraux contribuent à tempérer les baisses de ph ruminal. Cet ensilage a un rôle comparable à l ensilage d herbe, à condition de ne pas dépasser 3 kg de MS et de ne pas rajouter de concentré énergétique. Valorisation par les vaches les génisses laitières Sur la ferme expérimentale de Trévarez (Pôle Herbivores de Bretagne), un ensilage de blé-triticale-pois immature, a été distribué à volonté à des génisses de 14 à 17 mois avec 100 g d aliment minéral. Consommé à raison de 8,4 kg de MS, il a permis un GMQ de 620 g/ jour. Le niveau d ingestion de ce fourrager est similaire à celui d un bon ensilage d herbe. L encombrement calculé de ce mélange coupe fine de prairie permanente récolté précocement. Valorisation par les vaches les vaches laitières L ensilage de mélange immature est une alternative à un déficit fourrager lié à une sécheresse accidentelle ou structurelle. C est un fourrage plus encombrant et moins énergétique que l ensilage de maïs. Son utilisation permettra de maintenir des performances laitières élevées à condition d assurer une conservation irréprochable, une coupe fine et une incorporation limitée à 25 à 50 % de la ration des vaches. L introduction de plus de 50 % de mélange immature dans la ration conviendra à des stratégies où la performance animale n est pas le premier objectif. Cela peut en outre être une solution pour reconstituer des stocks suite à un déficit fourrager conjoncturel important. Valorisation par les bovins à viande Les ensilages d associations céréales protéagineux sont bien adaptées pour des animaux à besoins modestes : vaches allaitantes et génisses d élevage. Ce type de fourrage peut également être utilisé pour les jeunes bovins et les femelles à l engrais, en plus faible proportion dans la ration, avec une complémentation énergétique élevée. Il permet alors de sécuriser la ration par l apport de fibres et de cellulose, pour éviter l acidose. 9

10 VALEUR QUALITÉS SEMIS NUTRITIVE DE ALIMENTAIRES PRINTEMPS DU FOURRAGE Le mélange Triticale + Avoine + Pois Fourrager est aussi envisageable en ensilage immature et répond aux besoins des régions très froides en hiver pour la culture du pois et de l avoine d hiver et pour compléter, dans toutes les régions, l autonomie fourragère de l hiver suivant. La culture de printemps est préconisée avec un choix de variétés de printemps adaptées. Espèces et variétés DUBLET Triticale de prin- temps SYMPHONY Avoine de printemps ANDREA Nouveau pois fourra- ger de printemps Atouts agronomiques Semis possible de décembre à avril Précoce à l épiaison Productivité grain + paille très élevée Précocité semblable au triticale Bon complément agronomique du triticale Une des meilleures productivités actuelles Variété précoce Qualités alimentaires - Bonne teneur en protéines - Production de MS très élevée Eviter les trop gros % qui handicape la MS totale produite - Très élevées en protéines - Gros développement végétatif Dose de semis / ha en semis de mars 120 kg / ha (±250 grains/m²) 10 kg / ha (±30 grains / m²) 45kg / ha (±30 g / m²) COÛTS DE PRODUCTION Grâce à un rendement important et des charges intrants plus faibles, l ensilage des mélanges céréales protéagineux permet de produire un fourrage économe. Comparaison du coût de la T MS de trois fourrages ensilés Ensilage maïs Ensilage RGI (18 mois) Ensilage mélange céréales protéagineux Semences / ha à à 120 Engrais / ha 0 à 60 0 à 60 0 à 50 Traitement / ha 60 0 à 25 0 Récolte (*)/ha à TOTAL CHARGES/ha 476 à à à 426 Rendement moyen/ha 8 à 12 T MS 4 à 5 T MS 8 à 12 T MS Coût de la Tonne de MS (*) y compris transport et stockage Source : «Ensiler des associations céréales + protéagineux» Chambre Régionale d Agriculture des pays de loire. 40 à à à 53 10

11 VALEUR QUALITÉS NUTRITIVE EN GRAIN ALIMENTAIRES "METEIL METEIL" DU FOURRAGE RICHE EN POUR UNE RÉCOLTE EN EN PROTÉINES MELANGE GRAINS TRES RICHE EN PROTEINES Si les mélanges grains céréaliers existent depuis longtemps! Cette culture est relancée, avec la hausse des matières première riches en MAT et en énergie, afin de pouvoir réaliser sur l exploitation des compléments alimentaires nécessaires aux animaux. Le choix des espèces et des variétés est primordial pour leur richesse en protéines. - Les avoines NUES hiver et printemps = + 18 % de MAT - Les pois fourragers ANDREA et ARKTA = + 25 % de MAT CULTURE D HIVER CULTURE de PRINTEMPS Triticale TANTRIS Triticale de Printemps DUBLET Très résistant à la verse pour supporter la masse végétative du pois fourrager Trés faiblement aristé, pour faciliter l'ingestion Semis à une densité ± 90 kg / ha (± 180 grains/ m²) Semis possible de décembre à avril Précoce à l épiaison Productivité grain très élevée Excellente teneur en protéines Semis à une densité ± 125 kg / ha (± 280 grains/ m²) Avoine Nue d hiver GRAFTON Avoine Nue de printemps SAUL Bonne productivité en grain Protéines ± 18 % PS exceptionnel ± 70 kg/hl Semis à une densité ± 15 kg / ha (± 50 grains/ m²) Précoce à l épiaison La plus productive des avoines nues Protéines ± 18 % PS très élevé ± 70 kg/hl Semis à une densité ± 15 kg / ha (± 50 grains/ m²) Pois fourrager d hiver ARKTA Bon complément agronomique des céréales Richesse en protéines très élevée supérieure à 25 % Semis à une densité ± 50 kg / ha (± 50 grains/ m²) Nouveau Pois fourrager Printemps ANDREA Très productif en grain Variété des plus précoces PMG assez élevé Très élevé en protéines >25 % Semis à une densité ± 75 kg / ha (± 50 grains/ m²) 11

12 Association VAL QUQUQUQUA EUde R Triticale NULI T TRI É+ TI Avoine S V E A LIM DU + EN Pois FOUOUOUOU TAI Fourrager R E S R RA G E Ensilage des plantes immatures ou Récolte en grain, méteil riche en protéines Ces mélanges d hiver ou de printemps présentent de nombreux avantages : SÉCURISENT LES SYSTÈMES FOURRAGER Des rendements réguliers et corrects : équivalents au maïs ensilage en sol profond et très supérieur en sol séchant soit 10 à 15 tonnes de Matière Sèche par hectare. Cette technique est adaptée aux contextes pédo-climatiques difficiles, sécheresse estivale, valorisation des terres superficielles. Permet de libérer plus tôt les sols pour une interculture fourragère d été. SIMPLIFIENT L ITINERAIRE TECHNIQUE Elle permet de limiter les surfaces en maïs ensilage et évite de garder les sols nus durant hiver. Une économie importante d intrants (désherbage, fongicide, régulateur de croissance et azote) permise par la complémentarité entre espèce, la résistance aux maladies, le pouvoir couvrant du triticale et de l avoine et l apport azoté aux céréales par le pois fourrager. Une réponse positive au cahier des charges de CAD : effet favorable sur la structure des sols, biomasse racinaire importante et variée. Le grand intérêt de sa culture est aussi le faible besoin en temps de travaux. AMÉLIORENT L APPORT ALIMENTAIRE Ensilage équilibré, riche en fibre pour lutter contre l acidose et riche en minéraux plus riche en protéines que le maïs. Bonne valorisation par les animaux à besoins modérés. En grain, la richesse en protéines du méteil en fait un excellent complément alimentaire de la ration de base des ruminants. Remerciement aux sources de ce document établi à partir des études et articles : Chambres d Agriculture des Pays de la Loire et du Poitou-Charente Institut de l Élevage Le contrôlelaitier Arvalis Institut du Végétal et ITAB Sem - Partners - 57, rue de Marsinval - F VERNOUILLET Tel : Fax : Web :

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB + 1,5 t MS/ha sur 3 essais Y compris sur sols profonds Rendement annuel (T MS/ha) 11 9 8 7 6 5 4 3 4,2 5,7 8,4,1 3,8 5,2 Essai 1 Essai 2 Essai

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

e P m r , é n I o n t c a é R o i SEMENCES et PROTÉAGINEUX 2014 / 2015 les variétés références

e P m r , é n I o n t c a é R o i SEMENCES et PROTÉAGINEUX 2014 / 2015 les variétés références SEMENCES et PROTÉAGINEUX les variétés références 2014 / 2015 Blé tendre d hiver Solehio Blé tendre filière Bologna Blé dur d hiver Alexis / Surmesur Orge d hiver Kws Salsa Escourgeons Laverda / Henriette

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Dossier Triticale VUKA LOGO DUBLET TANTRIS KORTEGO BENETTO ROTEGO MASSIMO. Un faible coût de production...une bonne marge nette!

Dossier Triticale VUKA LOGO DUBLET TANTRIS KORTEGO BENETTO ROTEGO MASSIMO. Un faible coût de production...une bonne marge nette! 2015 Dossier Triticale VUKA LOGO DUBLET TANTRIS KORTEGO BENETTO ROTEGO MASSIMO Sommaire Un faible coût de production......une bonne marge nette! 1- Les origines du triticale 2- Les débouchés du triticale

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Journée technique GC AB Essai système de culture

Journée technique GC AB Essai système de culture Journée technique GC AB Essai système de culture Contexte Contexte V. Salou 2011 2012 2013 2014 Constat : la production de céréales et de protéagineux bio est déficitaire de 30% en Bretagne Conception

Plus en détail

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin.

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Ce document présente une méthode de conseil pour les éleveurs et conseillers caprins désireu de travailler sur la thématique de l autonomie alimentaire.

Plus en détail

Efficacité des systèmes pâturants

Efficacité des systèmes pâturants Efficacité des systèmes pâturants Yves Lefrileux 1 -Alain Pommaret 2 1 Institut de l Elevage 2 Ferme expérimentale Caprine du Pradel www.idele.fr 1 des craintes d une baisse de production avec le pâturage.

Plus en détail

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique -

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intervenant : Samuel MAIGNAN Zootechnie : Intérêt nutritionnel de la luzerne déshydratée Intérêt nutritionnel de la luzerne

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

Guide Technique 2016

Guide Technique 2016 Guide Technique 2016 Installation rapide Tallage exceptionnel Adapté aux semis tardifs Excellente résistance au froid Poursuit sa croissance même à basse température Développement ultra-rapide au printemps

Plus en détail

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France Association Française pour la Production Fourragère Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France - 2014 - PRÉAMBULE Les préconisations fournies ici constituent un guide

Plus en détail

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com ORGES HYBRIDES www.semencesdefrance.com Gamme Variйtale Semences de France Orges hybrides 6 rangs fourragиres PS Nouveautй GOODY 2014 (SY212.121) 5 (1/2 hiver 7 (précoce) 8 6 6 7 6 HOBBIT 2009 6 6 1/2

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

Le ray-grass anglais

Le ray-grass anglais Le ray-grass anglais Préface Le ray-grass anglais, pur ou associé à du trèfle blanc, est une des graminées fourragères les plus utilisées en France. C est la plante de pâturage par excellence des régions

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Mercredi 2 juillet 2014 14 h - Ittenheim Edouard Cholley Félix Meyer Gérald Huber Introduction Voir les couverts végétaux, comme un outil agronomique

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

DES INTERCULTURES À UTILISATION FOURRAGERE

DES INTERCULTURES À UTILISATION FOURRAGERE DES INTERCULTURES À UTILISATION FOURRAGERE TERRES d'avenir Les intercultures peuvent permettre un apport de fourrage complémentaire pour les exploitations d élevage. Un groupe de travail Chambre d Agriculture,

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins Note technique n 25 Mai 2012 L opération de conseil Agr Eau Madon, co-financée par l Agence de l Eau Rhin Meuse et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations et des conseils en faveur de

Plus en détail

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Chambre d Agriculture des Vosges Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Une culture

Plus en détail

La rénovation des prairies

La rénovation des prairies La rénovation des prairies Jérôme WIDAR, Sébastien CREMER, David KNODEN et Pierre LUXEN. - 1 - 3.5. Rénovation après dégâts de sangliers La rénovation d une prairie ayant subi des dégâts de sangliers est

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Colza. Synthèse variétale 2014

Colza. Synthèse variétale 2014 Colza Synthèse variétale 2014 La campagne 201-2014 en colza aura été marquée par des conditions humides de l implantation à la récolte. Sur certaines zones, la culture a nécessité moins de passage de protection

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE Alimentation Energie et azote Les apports énergétiques et azotés recommandés pour les chèvres laitières sont mesurés respectivement par les unités UFL

Plus en détail

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI : TEST DE VARIETE DE TRITICALE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Campagne

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho GUIde sorgho 2015 La Gamme sorgho 2015 17 % Besoins en eau limités Diversité de culture dans la rotation 46 % 6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho Besoins en intrants faibles 12 % 10 % Dégâts sur la

Plus en détail

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges Inconvénient Avantages Fiche n 29 Septembre 2012 Cette fiche technique, co-financée par l Agence de l Eau Rhin-Meuse, le Conseil Général des Vosges et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Autonomie alimentaire

Autonomie alimentaire Concevoir des systèmes de production innovants et durables Autonomie alimentaire Arnaud DEVILLE Conseiller Viande Bovine et Systèmes de Productions Claire POYAC Coordinatrice des expérimentations en agronomie

Plus en détail

Vers une alimentation 100% AB. Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver?

Vers une alimentation 100% AB. Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver? Vers une alimentation 100% AB Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver? Vers une alimentation 100% AB Quelles matières premières pour équilibrer les rations?

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

A L I M E N T A T I O N

A L I M E N T A T I O N www.pep.chambagri.fr Dossier : Raisonner l alimentation des chèvres laitières, les principes de base L M E O Favoriser au maximum l ingestion des fourrages grossiers 1- La part des fourrages doit représenter

Plus en détail

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Jérôme Pierreux (1), Pierre Delaplace (2), Christian Roisin (3) et Bernard Bodson (1) 1 : Unité de Phytotechnie

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

Réussir ses récoltes de luzerne

Réussir ses récoltes de luzerne Réussir ses récoltes de luzerne Travaux 2012-2013 LUZFIL Dans le cadre du Projet régional LUZFIL* financé par : Partenaires : TERRENA, ARVALIS Institut du végétal, IDELE, Chambres d agricultures 44, 49,53

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit LES MATIERES GRASSES : De l auge à l assiette Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit en contenir. On les trouve dans le beurre, l huile, mais

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63 La nutrition simple et rentable Catalogue FORMATIONS N Formateur : 83 63 04246 63 Introduction FORMATIONS Vous tenez dans vos mains le catalogue de formations BDM. Leader français du Conseil Indépendant

Plus en détail

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Isabelle Chaillet, ARVALIS Judith Burstin, Gérard Duc, INRA UMR LEG Dijon Avec le concours de JM. Retailleau, GEVES Place des

Plus en détail

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures Février 2015 Service Agronomie, Territoire, Equipement Préconisation variétés maïs 2015 Cette plaquette fait partie du Guide annuel «A vos cultures». Celui-ci regroupe, dans un ensemble cohérent et global,

Plus en détail

Caractéristiques des principales cultures intermédiaires

Caractéristiques des principales cultures intermédiaires Caractéristiques des principales cultures intermédiaires Références disponibles pour la région Poitou-Charentes Réalisé à partir : - des essais conduits en Poitou-Charentes 2000-2008 - résultats de simulation

Plus en détail

Utilisation des légumineuses à graines

Utilisation des légumineuses à graines Colloque Utilisation des légumineuses dans les systèmes de production animale JL Peyraud, JY Dourmad, M Lessire, F Médale, C Peyronnet Les légumineuses pour des systèmes agricoles et alimentaires durables

Plus en détail

Fiche technique : Culture de canne fourragère

Fiche technique : Culture de canne fourragère Fiche technique : Culture de canne fourragère Sujet : Cette fiche technique vous donne les éléments clés permettant de mettre en place une surface de canne fourragère. Les différentes cannes fourragères

Plus en détail

Stratégies scientifiques de secteur d AAC

Stratégies scientifiques de secteur d AAC Stratégies scientifiques de secteur d AAC Présentation à la TRCV du secteur des semences 18 et 19 février 2014 Contexte Les travaux de recherche de la Direction générale des sciences et de la technologie

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Dossier de Presse 23 mai 2011

Dossier de Presse 23 mai 2011 Dossier de Presse 23 mai 2011 De la production à la mise en marché, de l organisation du travail au pilotage stratégique de l entreprise, des hommes et des femmes explorent des voies nouvelles et tracent

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

SOMMAIRE Couverts végétaux : une nouvelle approche

SOMMAIRE Couverts végétaux : une nouvelle approche Avec des variétés certifiées d avoine nue de printemps, de pois fourrager et de vesce SOMMAIRE Page 2 Pages 3 et 4 Pages 5 et 6 Pages 7 et 8 Pages 9 et 10 Pages 11 et 12 Pages 13 et 14 Pages 15 et 16 Couverts

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

Dérobées. Pourquoi, comment et à quels coûts conforter les stocks fourragers. Mai Document réalisé par : Avec le soutien financier de :

Dérobées. Pourquoi, comment et à quels coûts conforter les stocks fourragers. Mai Document réalisé par : Avec le soutien financier de : G e s t i o n d e l h e r b e L e t e m p s d e l a u t o n o m i e Dérobées après une céréale Pourquoi, comment et à quels coûts conforter les stocks fourragers Document réalisé par : Mai 2011 Avec le

Plus en détail

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Yves Beckers Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech Unité de Zootechnie Yves.beckers@ulg.ac.be Henri-Chapelle 16 décembre 2009 Unité

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

Entre 2 cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte

Entre 2 cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte Entre cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte www.semencesdefrance.com gamme 4 problématiques 4 solutions 4 ENTRE CULTURES DE PRODUCTION, I-SOL APPORTE À LA TERRE DES ÉLÉMENTS NUTRITIFS

Plus en détail

ENTRETIEN DE LA PELOUSE

ENTRETIEN DE LA PELOUSE Source : Fafard Savoir vert ENTRETIEN DE LA PELOUSE C est naturel de vouloir une belle pelouse. Saviez-vous que le secret d une belle pelouse repose sur un sol riche et équilibré? En effet, cette richesse

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Fourrages et production de protéines

Fourrages et production de protéines A. Devouard (Prolea) Fourrages et production de protéines Huyghe C. Direction Scientifique Agriculture INRA - Paris En hommage à Jean-Claude Simon Pourquoi se préoccuper de protéines? Alimentation animale

Plus en détail

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX.

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Coup de tonnerre dans les raccourcisseurs Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Trimaxx est un nouveau raccourcisseur pour céréales à paille et féveroles doté d une formulation Son absorption

Plus en détail

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont Bien alimenter et abreuver FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont indispensables pour assurer un bon niveau de production et une bonne santé aux animaux du troupeau. Les fiches

Plus en détail

Coût des fourrages du sol à l auge

Coût des fourrages du sol à l auge Coût des fourrages du sol à l auge Plan de l intervention Introduction Méthode de calcul Résultats et repères sur quelques cultures fourragères : - Maïs - Luzerne - Mélanges céréaliers Conclusion Introduction

Plus en détail

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Implantation de colza au Strip till Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Objectifs de l essai Comparer différentes techniques d implantation simplifiée en colza Mono-graine

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Les CIPAN fourragers, que semer et comment s y prendre?

Les CIPAN fourragers, que semer et comment s y prendre? Juin 2017 Les CIPAN fourragers, que semer et comment s y prendre? PROTECT eau L implantation d un couvert fourrager en interculture est intéressante car elle permet de disposer d un complément de fourrage,

Plus en détail

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE)

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Réunion d information sur les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Mise à jour 9 juin 2015 Adage 35 02,99,77,09,56 www.adage35.org

Plus en détail

Projet Mosabio Rapport d essai 2014

Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Introduction Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Le projet Mosabio a été proposé en 2011 par un groupe de travail comprenant AGRIDEA, Agroscope et le FiBL. Il s inscrit dans le contexte du déficit de l

Plus en détail

Les associations céréalesprotéagineux

Les associations céréalesprotéagineux Produire des protéagineux en bio en Alsace Septembre 2005 Les associations céréalesprotéagineux Leurs atouts : Cultures plus résistantes (aux adventices, maladies et ravageurs) et plus productives que

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Les protéines en nutrition animale

Les protéines en nutrition animale Les protéines en nutrition animale Sources, origine, évolution Plan Qui sommes nous? Les coopératives de nutrition animale Principes de base de la nutrition animale Les principales matières protéiques

Plus en détail

Connaître les différentes espèces fourragères

Connaître les différentes espèces fourragères Connaître les différentes espèces fourragères Les graminées pérennes dominantes F29 - Le Brome F30 - Le dactyle F31 - La fétuque élevée F32 - Les ray-grass d Italie et Hybrides F33 - Le ray-grass anglais

Plus en détail

GT lipides Céréales Prêtes à Consommer ou à Préparer. 29 janvier 2008

GT lipides Céréales Prêtes à Consommer ou à Préparer. 29 janvier 2008 GT lipides Céréales Prêtes à Consommer ou à Préparer 29 janvier 2008 1 Marché et fabricants Le marché français en 2006 (enquête de branche Alliance 7, panel IRI, Secodip) Valeur : 560 millions d euros

Plus en détail

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN Programme : SOS PROTEIN 1 Qui sommes nous! Localisation & Financements 2 Démarche! 3 Comment travaille-t-on? 4 Quelques résultats PAO CLUSTERS Bba Dairy : 85 %. Lactalis, Danone, Bongrain,... ADRO-Ouest

Plus en détail

Analyses et Perspectives

Analyses et Perspectives Analyses et Perspectives Références Systèmes Septembre 2013 N 1304 Complémentarité et autonomie en protéines en région Centre Potentiels et freins à lever La France importe aujourd hui 40% de ces besoins

Plus en détail

Banque de données régionale ovine en région Lorraine

Banque de données régionale ovine en région Lorraine Banque de données régionale ovine en région Lorraine Lorraine SYNTHÈSE 2014 DES APPUIS TECHNIQUES OVINS VIANDE REPRISE DE LA PROGRESSION DES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES En 2014, l amélioration technique conjuguée

Plus en détail

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères Alimentation hivernale des bovins charolais Recommandations et repères Hiver 0/0 Les conditions climatiques défavorables de cette année 0 n ont pas permis de constituer suffisamment de stocks hivernaux

Plus en détail

l implantation Réussir des prairies GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS

l implantation Réussir des prairies GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS Réussir l implantation des prairies GNIS Ref. : DO757 GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS Réussir l implantation de sa prairie est la première condition à satisfaire pour profiter pleinement

Plus en détail

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel Pratiques agricoles et propriétés agro-écologiques des prairies dans un processus d intensification écologique : le cas de l élevage bovin dans le Vercors Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez,

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail