Capacité Professionnelle Assurances. Le GUIDE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Capacité Professionnelle Assurances. Le GUIDE"

Transcription

1 Capacité Professionnelle Assurances Le GUIDE L ensemble des informations contenues dans ce guide sont données exclusivement à titre d information. Ce document n a pas de valeur contractuelle et ne saurait engager KALEA Formation en cas d informations incorrectes. Chaque situation doit être étudiée au cas par cas et il appartient au bénéficiaire de la formation d engager les démarches nécessaires auprès des organsimes publics compétents (ORIAS, ACPR) pour déterminer le niveau de capacité professionnelle requis. 1

2 NOS CONSEILLERS CAPACITÉ PROFESSIONNELLE ASSURANCES SONT À VOTRE DISPOSITION POUR RÉPONDRE A L ENSEMBLE DE VOS QUESTIONS ou 2

3 SOMMAIRE Les aspects réglementaires de la Capacité Professionnelle Assurances Page 5 Le champ d application de l intermédiation Page 5 Les professionnels concernés Page 6 Les caractéristiques de la Capacité Professionnelle Assurances Page 6 Capacité Professionnelle Niveau 1 Page 7 Capacité Professionnelle Niveau 2 Page 8 Capacité Professionnelle Niveau 3 Page 9 Le livret de stage Page 10 Le respect des exigences légales et réglementaires Page 11 L Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) Page 12 Les aspects pédagogiques et financiers Page 13 Une formule innovante, performante et économique Page 14 Nos formules de capacité professionnelle sur mesure pour les entreprises Page 15 Les programmes de Capacité Professionnelle Assurances Page 16 3

4 Note à destination des utilisateurs de cette publication Cette publication est mise à disposition à titre de simple information et ne saurait constituer un conseil ou une consultation juridique. KALEA Formation pour le Développement ne donne donc aucune garantie, explicite ou implicite, et n'assume aucune responsabilité relative à l'utilisation et à l interprétation de la présente publication. A ce titre KALEA Formation pour le Développement ne peut être redevable à un utilisateur ou une autre partie des dommages directs ou indirects, spéciaux, particuliers ou accessoires découlant de l'utilisation de cette publication. Chaque situation doit être étudiée au cas par cas et il appartient au bénéficiaire de la formation d engager les démarches nécessaires auprès des organsimes publics compétents (ORIAS, ACPR) pour déterminer le niveau de capacité professionnelle requis. 4

5 LES ASPECTS RÉGLEMENTAIRES DE LA CAPACITÉ PROFESSIONNELLE ASSURANCES Le cursus de Capacité Professionnelle est également connu sous les termes de carte professionnelle assurance ou encore habilitation assurance. Ces différents termes désignent le même cursus réglementaire. Important : Le programme proposé par KALEA Formation est strictement conforme à l'arrêté du 11 juillet 2008 modifiant l arrêté du 23 juin 2008 portant homologation des programmes minimaux de stage de formation des intermédiaires en assurance et des salariés de niveaux I et II. Conformément à la Directive européenne du 09 décembre 2002, complétée par la Loi DDAC du 15 décembre 2005, et mise en pratique par le décret du 30 août 2006 relatif à l intermédiation en Assurances et modifiant le Code des Assurances, et en adéquation avec les modalités d enregistrement définies par l ORIAS (Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance KALEA Formation pour le Développement propose son cursus Capacité Professionnelle permettant l obtention de l habilitation nécessaire à toute activité d'intermédiation en Assurances ou en Réassurance. Champ d application de l intermédiation Toutes opérations de présentation, de proposition ou d'aide à la conclusion de contrats d'assurances sont réputées entrer dans le champ d'application de l'intermédiation en Assurances. Est considérée comme présentation, proposition ou aide à la conclusion d une opération d assurance, le fait pour toute personne physique ou personne morale de solliciter ou de recueillir la souscription d un contrat ou l adhésion à un tel contrat, ou d exposer oralement ou par écrit à un souscripteur ou un adhérent éventuel, en vue de cette souscription ou adhésion, les conditions de garantie d un contrat. Le champ d application de l intermédiation est donc très large. Si les professionnels de l assurance sont bien évidemment concernés, il n en demeure pas moins que nombre de professions, notamment celles qui distribuent des garanties d'assurance à titre accessoire ou non, sont également visées par la réglementation (établissement de crédit, pompes funèbres, concessions automobiles, opérateurs téléphoniques, etc.). 5

6 Les professionnels concernés 1- Les courtiers d assurance ou de réassurance, personnes physiques et sociétés immatriculées au registre du commerce pour l activité de courtage d assurance. Ces personnes exercent l intermédiation selon les modalités mentionnées aux b ou c du II de l article L du code des assurances. Enregistrement ORIAS obligatoire 2- Les agents généraux d assurance, personnes physiques ou personnes morales, titulaires d un mandat ou chargées à titre provisoire pour une durée de deux ans au plus non renouvelable des fonctions d agent général d assurance. Ces personnes exercent l intermédiation selon les modalités mentionnées au a du II de l article L du code des assurances. Enregistrement ORIAS obligatoire 3- Les mandataires d assurance, personnes physiques non salariées et personnes morales autres que les agents généraux d assurance, mandatées à cet effet par une entreprise d assurance. Ces personnes exercent l intermédiation selon les modalités mentionnées aux a ou b du II de l article L du code des assurances. Enregistrement ORIAS obligatoire 4- Les mandataires d intermédiaires d assurance, personnes physiques non salariées et personnes morales mandatées par une personne physique ou une personne morale mentionnée aux 1o, 2o ou 3o ci-dessus. L activité des personnes visées aux 3o et 4o du présent article, à l exception des établissements de crédit définis à l article L du code monétaire et financier, est limitée à la présentation, la proposition ou l aide à la conclusion d une opération d assurance au sens de l article R du code des assurances, et éventuellement à l encaissement matériel des primes ou cotisations, et, en outre, en ce qui concerne l assurance sur la vie et la capitalisation, à la remise matérielle des sommes dues aux assurés ou bénéficiaires. Enregistrement ORIAS obligatoire 5- Les personnes physiques salariées commises à cet effet : a) Soit par une entreprise d assurance b) Soit par une entreprise de réassurance c) Soit par un courtier en assurances d) Soit par un agent général d assurances e) Soit par un mandataire d assurances f) Soit par mandataires d intermédiaires d assurances 6- Les intermédiaires enregistrés sur le registre d un autre État membre de la Communauté européenne Au sein d une personne morale, la condition de capacité professionnelle s applique aux personnes physiques associés ou tiers qui dirigent ou gèrent cette personne morale, ou, le cas échéant, lorsque l activité d intermédiation est exercée à titre accessoire à l activité principale, à la ou les personnes physiques, au sein de la direction, auxquelles est déléguée la responsabilité de l activité d intermédiation. Caractéristiques de la Capacité Professionnelle Assurances de Niveau 1 et 2 Le décret du 30 août 2006 définit une durée minimale de stage de 150 heures. Au sein de ces 150 heures, 75 heures au minimum sont réservées à l enseignement théorique. La période dite «pratique» (stage en entreprise) est donc de durée variable sans pouvoir excéder 75 heures. Un enseignement théorique de 150 heures sans période pratique est recevable. La période pratique est laissée à la responsabilité du participant au stage. Il n incombe pas aux organismes de Formation d organiser ou de contrôler l exécution des périodes pratiques. À l issue de l action de formation, le participant subit un examen final réglementaire permettant de justifier de sa capacité professionnelle. 6

7 CAPACITÉ PROFESSIONNELLE NIVEAU 1 Sont notamment concernés : les courtiers en assurances les agents généraux d assurances les salariés des entreprises d assurance, des cabinets de courtage, des agences générales d assurance et des mandataires qui exercent des fonctions de responsables de bureau de production ou qui animent un réseau de production. Ils doivent justifier : soit d un stage professionnel d une durée au minimum égale à 150 heures (dont au minimum 75 heures de théorie, le solde pouvant être alloué à la pratique terrain) soit de deux ans d expérience en tant que cadre dans une fonction de production ou de gestion de contrats d assurance soit de quatre ans d expérience dans une fonction relative à la production ou la gestion de contrats d assurance soit de la possession d un diplôme, titre ou certificat (articles A512-6 et A512-7 du Code des Assurances) 7

8 CAPACITÉ PROFESSIONNELLE NIVEAU 2 Sont notamment concernés : les mandataires d assurance les salariés des entreprises d assurance, des cabinets de courtage, des agences générales d assurance et des mandataires sans qu ils aient besoin d occuper un poste d encadrement Ils doivent justifier : soit d un stage professionnel d une durée au minimum égale à 150 heures (dont au minimum 75 heures de théorie, le solde pouvant être alloué à la pratique terrain) soit d un an d expérience en tant que cadre dans une fonction de production ou de gestion de contrats d assurance soit de deux ans d expérience dans une fonction relative à la production ou la gestion de contrats d assurance soit de la possession d un diplôme, titre ou certificat (articles A512-6 et A512-7 du Code des Assurances) 8

9 CAPACITÉ PROFESSIONNELLE NIVEAU 3 Sont notamment concernés : les mandataires d assurance les mandataires d intermédiaires d assurance leurs salariés lorsqu ils exercent l activité d intermédiation seulement à titre accessoire à leur activité professionnelle principale (présentation, proposition et conclusion de contrats d assurance constituant un complément au produit ou au service fourni dans le cadre de leur activité professionnelle). Ils doivent justifier : soit d une formation «d une durée raisonnable» adaptée aux contrats vendus, sanctionnée par une attestation de formation soit de 6 mois d expérience dans une fonction de production ou de gestion de contrats d assurance soit de la possession d un diplôme, titre ou certificat (articles A512-6 et A512-7 du Code des Assurances) 9

10 LE LIVRET DE STAGE La Carte Professionnelle en tant que telle n existe plus. Le livret de stage permet à son titulaire de justifier de sa capacité professionnelle. Le livret de stage est émargé par la direction de KALÉA Formation. Les compétences acquises font obligatoirement l objet d un contrôle à l issue du stage. Le livret comprend en annexe les résultats du contrôle obligatoire des connaissances effectué à l issue du stage. La gestion et le suivi du livret de stage sont assurés par KALÉA Formation. Exemple non contractuel 10

11 LE RESPECT DES EXIGENCES LÉGALES ET RÉGLEMENTAIRES Notre programme de formation Capacité Professionnelle répond à l ensemble des exigences légales et réglementaires. Article R du code des assurances Le parcours (théorie et pratique) représente au minimum 150 heures de formation. Article R alinéa I du code des assurances, complété par l arrêté du 11 juillet 2008 Objectifs opérationnels : le parcours conçu répond à des objectifs opérationnels précis et permet notamment aux participants d acquérir des compétences en matière juridique, technique, commerciale et administrative. Programme minimum : le parcours proposé prend en compte l étude, dans leur intégralité : - des unités du programme réglementaire (au nombre de 5), - des différents thématiques des unités (au nombre de 20), - des différentes sous thématiques du programme (au nombre de 80). Article R alinéa II du code des assurances Le parcours prévoit un contrôle des compétences acquises à l issue de la formation. Les résultats de ce contrôle sont annexés au livret de stage prévu à l'article R du code des assurances. Article R du code des assurances Un livret de stage est établi, comprenant en annexe les résultats du contrôle des compétences. 11

12 L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION Créée le 9 mars 2010, cette nouvelle autorité est née de la fusion de l Autorité de Contrôle des Assurances et Mutuelles (ACAM), du Comité des Entreprises d Assurances (CEA), de la Commission Bancaire et du Comité des Établissements de Crédit et des Entreprises d Investissement (CECEI). Elle est chargée de l agrément et de la surveillance des établissements bancaires et d assurance dans l intérêt de leurs clientèles et de la préservation de la stabilité du système financier. Les Mutuelles et les Institutions de Prévoyance ne sont pas agréées par l ACPR, mais elles sont surveillées par l ACPR. L ACPR inclut donc naturellement lors de ses missions le contrôle des conditions de capacité professionnelle. Son architecture, avec la fusion des quatre autorités de la banque et de l assurance CB, ACAM, CEA et CECEI, respecte plusieurs impératifs : la présence des différentes compétences nécessaires aux missions, l efficacité de la prise de décision, la réactivité, la cohérence des décisions. Plusieurs décisions marquantes démontrent que l ACPR attache la plus grande importance à ce que les intermédiaires d assurance (courtiers ou salariés de compagnies) puissent devoir justifier à tout moment de leur capacité professionnelle. 12

13 LES ASPECTS PÉDAGOGIQUES ET FINANCIERS Cette formation réglementaire a pour objectif d'acquérir, préalablement à l'exercice de l'activité d'intermédiation, des compétences en matière technique, administrative, juridique, et commerciale. KALÉA Formation pour le Développement attache une importance primordiale à l opérationnalité de ses formations. Ce stage réglementaire, au-delà de ses aspects juridiques essentiels, doit également : - se révéler être pour ses participants un stage de référence permettant l acquisition opérationnelle et pérenne des fondamentaux de l Assurance, - prendre en compte les contraintes de disponibilités des participants, s agissant d une formation longue, - prendre en compte les contraintes économiques des bénéficiaires de cette formation. 13

14 UNE FORMULE INNOVANTE, PERFORMANTE ET ÉCONOMIQUE > Durée réglementaire de 150 heures (niveaux 1 et 2) > L intégralité du programme réglementaire (arrêté du 11 juillet 2008) en formation à distance (modules e-learning, cas pratiques, tutorat) : pas besoin de vous déplacer, pas de coûts de transport, d'hébergement ou de restauration. > modules e-learning : vous suivez vos formations d'où vous voulez, quand vous le voulez, à votre rythme. Votre formation est disponible sur notre plateforme KALEA Connect 24/24h et 7/7j. Votre progression est mémorisée et vous pouvez reprendre votre formation à l'endroit où vous vous êtes précédemment arrêté. Des évaluations vous sont proposées et vous permettent de valider vos connaissances. Des bilans pédagogiques vous permettent de vérifier l état de vos connaissances par thématiques. Une fois un module validé, vous pouvez télécharger son contenu au format PDF pour vous constituer une documentation pédagogique complète. > études personnelles : vous téléchargez depuis KALEA Connect les documents mis à votre disposition que vous étudiez afin de parfaire vos connaissances acquises au sein des modules e-learning. > cas pratiques : partie intégrante de votre formation, vous téléchargez depuis KALEA Connect vos cas pratiques que vous réalisez à l'aide des documentations pédagogiques que nous mettons à votre disposition. > tutorat : vous bénéficiez du soutien par téléphone de nos formateurs pour vous assister dans votre formation. Que vous ayez besoin d'explications complémentaires, ou bien d'assistance dans la réalisation de vos cas pratiques, nos formateurs sont à votre disposition par téléphone. Ces séances de tutorat téléphonique sont organisées en fin de chaque unité de formation et planifiées de gré à gré en fonction de vos disponibilités. > examen blanc : une fois l ensemble de votre programme validé, vous accédez à un examen blanc vous plaçant en condition réelle d examen. Cet examen blanc peut être réalisé autant de fois que vous le souhaitez. > des contenus pédagogiques validés et mis à jour en continu. > Clôture de la formation : 1 jour en présentiel à Asnières sur Seine (ou en intra) : > révision pédagogique des points clés de votre formation étudiés en formation à distance > test réglementaire des compétences acquises > Au terme de votre formation, et en cas de succès au test réglementaire, nous vous délivrons votre livret de stage permettant votre inscription à l'orias. > Assistance : une assistance technique à votre disposition pour vous guider dans la prise en main de votre parcours e-learning. > Un tarif performant : EUR HT (en exonération de TVA). (Tarif dégressif pour les entreprises) 14

15 NOS FORMULES DE CAPACITÉ PROFESSIONNELLE ASSURANCES SUR MESURE POUR LES ENTREPRISES Afin de s adapter aux contraintes inhérentes de chaque entreprise, KALÉA Formation propose des formules sur mesure dans le respect de la réglementation. KALÉA Formation est spécialiste de la conception, de la mise en œuvre et du suivi des parcours de capacité professionnelle internalisés, réalisés avec succès auprès des plus grands acteurs du monde de l assurance et de la banque. Contactez-nous pour étudier ensemble les meilleures solutions. 15

16 LES PROGRAMMES DE CAPACITÉ PROFESSIONNELLE Programme réglementaire Thématiques étudiées Modalités pédagogiques Unité 1 Savoir généraux Unité 2 Les assurances de personnes : incapacité, invalidité, décès, dépendance, santé Unité 3 Les assurances de personnes : assurance vie et capitalisation Unité 4 Les assurances de personnes : les contrats collectifs Unité 5 Les assurances de biens et de responsabilité Clôture - Présentation du secteur de l assurance - Les entreprises d assurance - L opération d assurance - Les différentes catégories d assurance - L intermédiation en assurance - La relation avec le Client - La lutte contre le blanchiment - La dépendance - L assurance complémentaire santé - L assurance contre les risques corporels - La prise en compte des besoins - Les principales catégories de contrats - Les spécificités (assurance vie et capitalisation) - L assurance de groupe - Les contrats collectifs au profit des salariés - Les assurances des risques d entreprises - La présentation des garanties et la tarification - La vie du contrat - L appréciation et la sélection du risque - Les différents types de contrats - Révisions pédagogiques - Test des compétences acquises E-learning Exercices et cas pratiques Supports de cours Études personnelles Tutorat téléphonique E-learning Exercices et cas pratiques Supports de cours Études personnelles Tutorat téléphonique E-learning Exercices et cas pratiques Supports de cours Études personnelles Tutorat téléphonique E-learning Exercices et cas pratiques Supports de cours Études personnelles Tutorat téléphonique E-learning Exercices et cas pratiques Supports de cours Études personnelles Tutorat téléphonique Présentiel NIVEAU 1 : En application de l article R (1 ) du code des assurances, le candidat stagiaire devra avoir suivi, durant la période de 150 heures, une formation lui permettant d acquérir les connaissances visées dans les 5 unités ci-dessus. NIVEAU 2 : En application de l article R I (1 ) du code des assurances, le candidat stagiaire devra avoir suivi, durant la période de 150 heures, une formation lui permettant d acquérir les connaissances visées dans au moins trois des quatre unités visées ci-dessus, dont obligatoirement les unités 1 et 2. NIVEAU 3 : Formation «d une durée raisonnable» adaptée aux contrats vendus. Nous consulter 16

17 Retrouvez-nous sur Téléphone /7 rue de l Alma ASNIÈRES SUR SEINE 17

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

Intermédiaires en Assurance

Intermédiaires en Assurance Intermédiaires en Assurance 1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier)

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier) INTERMEDIAIRE EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENTS IOBSP (conformément à la Loi n 2010-1249 du 22/10/2010, aux décrets n 2012-100 et 2012-101 du 26/01/2012 et aux arrêtés des 01/03/2012 et

Plus en détail

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Paris, 4 avril 2012 Cécile Sellier - Directeur adjoint Direction du contrôle des pratiques commerciales 1 Sommaire 1. Mission

Plus en détail

«LA GAZETTE DU CONTRÔLÉ»

«LA GAZETTE DU CONTRÔLÉ» «LA GAZETTE DU CONTRÔLÉ» N 2 La capacité professionnelle des salariés en relation avec la clientèle Paris, le 16 juillet 2014 Chère Madame, Cher Monsieur, Cher Adhérent, Parmi les missions dévolues à l

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES

PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES AGENCE PIERRE&PARTNERS ORGANISME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES Formation validant

Plus en détail

Le nouveau dispositif sur l intermédiation

Le nouveau dispositif sur l intermédiation Le nouveau dispositif sur l intermédiation Une directive européenne du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance vient d être transposée en droit français par la loi du 15 décembre 2005. Un décret

Plus en détail

Intermédiaire bancaire, métier d avenir

Intermédiaire bancaire, métier d avenir Plus de 500 courtiers IOBSP formés Intermédiaire bancaire, métier d avenir Le déficit actuel du nombre des IOBSP ne permet pas de satisfaire à la demande des emprunteurs. Selon les évolutions constatées,

Plus en détail

La distribution de contrats d assurance propriétaire non-occupant (PNO) par les administrateurs de biens

La distribution de contrats d assurance propriétaire non-occupant (PNO) par les administrateurs de biens La distribution de contrats d assurance propriétaire non-occupant (PNO) par les administrateurs de biens 1 Rappel : une nouvelle obligation légale dans le cadre de la Loi Alur L article 9-1 précise que

Plus en détail

FICHE EXPERT HYALIN LE NOUVEAU STATUT D IOBSP

FICHE EXPERT HYALIN LE NOUVEAU STATUT D IOBSP FICHE EXPERT HYALIN LE NOUVEAU STATUT D IOBSP 01 78 41 44 60 DEFINITION D UN IOB / IOBSP L article L. 519-1 du CMF reprend, en la précisant, la définition assurantielle, en déclarant : «Est un intermédiaire

Plus en détail

GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION

GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION FORMATION IOBSP Niveau 1 Catalogue permanent VALORIALE 2012-2013 Agrément 91 3407225 34 Objectifs de la formation Répondre aux obligations légales issues du décret

Plus en détail

Réponses aux questions fréquemment posées

Réponses aux questions fréquemment posées Le 6 avril 2012 Contribution pour frais de contrôle due par les courtiers en assurance ou réassurance et les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement au titre de l année 2012 Réponses

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

LIVRET DE FORMATION IOBSP «Niveau I» (Art. R. 519-12 du code monétaire et financier)

LIVRET DE FORMATION IOBSP «Niveau I» (Art. R. 519-12 du code monétaire et financier) LIVRET DE FORMATION IOBSP «Niveau I» (Art. R. 519-12 du code monétaire et financier) RÈGLES À OBSERVER POUR LA TENUE DU LIVRET Dans les pages intérieures, veillez à ne pas laisser de ligne vierge et à

Plus en détail

Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement

Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement 1. Qualificati on juri di que Est intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement toute personne qui exerce l'intermédiation

Plus en détail

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 4 avril 2012 Contact: Marie-Agnès NICOLET Présidente de REGULATION PARTNERS 06 58 84 77 40 IOBSP: les évolutions réglementaires o Après le rapport Deletré

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

FAQ _ Intermédiaires d assurance

FAQ _ Intermédiaires d assurance FAQ _ Intermédiaires d assurance Contact : contact.intermediaires@acpr.banque-france.fr Sommaire 1. DÉFINITIONS... 2 1.1. Intermédiation en assurance... 2 1.1.1. Comment peut-on définir l activité d intermédiation

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

FORMATION IOBSP Niveau 1

FORMATION IOBSP Niveau 1 GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION FORMATION IOBSP Niveau 1 Catalogue des formations valable jusqu au 31/12/13 VALORIALE 2012-2013 Objectifs de la formation Répondre aux obligations légales issues du

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

ORIAS - 2013-05-27 Page 1 sur 36

ORIAS - 2013-05-27 Page 1 sur 36 NOTE RELATIVE AU FONCTIONNEMENT DU REGISTRE UNIQUE DES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES (IAS), INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT(IOBSP), CONSEILLERS EN INVESTISSEMENT FINANCIER

Plus en détail

LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP)

LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) La loi de régulation bancaire et financière n 2010-1249 du 22 octobre 2010 a mis en place différentes mesures visant

Plus en détail

8. Relations avec l ACPR/AMF 8.1 Echanges d informations 8.2 Contribution pour frais de contrôle. Sommaire. ORIAS - 2015-07-15 Page 1 sur 43

8. Relations avec l ACPR/AMF 8.1 Echanges d informations 8.2 Contribution pour frais de contrôle. Sommaire. ORIAS - 2015-07-15 Page 1 sur 43 NOTE RELATIVE AU FONCTIONNEMENT DU REGISTRE UNIQUE DES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES (IAS), INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP), CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT

INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT 2.1 Qualification juridique L article L. 519-1 du CMF précise la définition d un IOBSP, à savoir «est intermédiaire en opérations de banque

Plus en détail

LexisNexis Compliance Assurance

LexisNexis Compliance Assurance LexisNexis Compliance Assurance La nouvelle solution opérationnelle pour piloter et sécuriser votre gestion de la conformité Exhaustivité des normes assurance Diagnostic et aide à la décision Tableaux

Plus en détail

ÉCOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER. enfi.fr LES FORMATIONS POUR LES COURTIERS

ÉCOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER. enfi.fr LES FORMATIONS POUR LES COURTIERS ÉCOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER enfi.fr LES FORMATIONS POUR LES COURTIERS SOYEZ PLUS QUE SIMPLE COURTIER Une marque pédagogique singulière Soucieuse de préserver une marque pédagogique

Plus en détail

DEMANDE D INSCRIPTION SOCIETE DE COURTAGE D ASSURANCE OU DE REASSURANCE

DEMANDE D INSCRIPTION SOCIETE DE COURTAGE D ASSURANCE OU DE REASSURANCE DEMANDE D INSCRIPTION SOCIETE DE COURTAGE D ASSURANCE OU DE REASSURANCE Numéro d immatriculation La société de courtage est-elle déjà immatriculée au Registre des intermédiaires en assurance au titre d

Plus en détail

Sommaire. Conditions d accès - Conditions d exercice de la profession... 2. Règlementation... 3 DEFINITIONS ET CHAMP D APPLICATION...

Sommaire. Conditions d accès - Conditions d exercice de la profession... 2. Règlementation... 3 DEFINITIONS ET CHAMP D APPLICATION... Sommaire Conditions d accès - Conditions d exercice de la profession.... 2 Règlementation.... 3 DEFINITIONS ET CHAMP D APPLICATION...3 I. CONDITIONS D ACCES A LA PROFESSION...8 II. CONDITIONS D EXERCICE

Plus en détail

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012 COURTIER EN ASSURANCE 23/07/2012 Le courtier d assurance est un commerçant qui fait à titre principal des actes d entremise dont le caractère est commercial. A ce titre, il doit s inscrire au Registre

Plus en détail

LA REGLEMENTATION DU COURTAGE D ASSURANCE

LA REGLEMENTATION DU COURTAGE D ASSURANCE Paris, le 24 mars 2010 LA REGLEMENTATION DU COURTAGE D ASSURANCE Depuis le 1 er février 2007, la réglementation relative à l intermédiation en assurance et au courtage d assurance s appuie sur la loi du

Plus en détail

Conseiller financier diplômé IAF

Conseiller financier diplômé IAF ACADEMY FOR FINANCE & INSURANCE SERVICES Préparation aux examens de Conseiller financier diplômé IAF Votre partenaire pour votre formation professionnelle Quel sont les objectifs de IAF dans le domaine

Plus en détail

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014 LE FINANCEMENT PARTICIPATIF Réunion du 19 juin 2014 SOMMAIRE Le financement participatif 1. Définition 2. Les risques encourus 3. L ordonnance du 30 mai 2014 1. Définition Historique Le crowdfunding ou

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

Sommaire. 6. Relations avec l ACP/AMF. ORIAS - 2012-12-26- Page 1 sur 38

Sommaire. 6. Relations avec l ACP/AMF. ORIAS - 2012-12-26- Page 1 sur 38 NOTE RELATIVE AU FONCTIONNEMENT DU REGISTRE UNIQUE DES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES (IAS), INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT(IOBSP), CONSEILLERS EN INVESTISSEMENT FINANCIER

Plus en détail

Table des matières. Champ d application 25 Section 1 Portée 25 Section 2 Commercialité 29

Table des matières. Champ d application 25 Section 1 Portée 25 Section 2 Commercialité 29 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Liste des abréviations 11 Titre introductif 13 Importance de l intermédiation en assurances 13 Le cadre légal 16 Section 1 La situation avant 1995 16 Section 2 La

Plus en détail

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Christine LAGARDE Conférence de presse du 9 mars 2010 DOSSIER DE PRESSE

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

ORIAS - 2013-05-27 Page 1 sur 36

ORIAS - 2013-05-27 Page 1 sur 36 NOTE RELATIVE AU FONCTIONNEMENT DU REGISTRE UNIQUE DES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES (IAS), INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT(IOBSP), CONSEILLERS EN INVESTISSEMENT FINANCIER

Plus en détail

MANDATAIRES D UN COURTIER OU D UNE SOCIETE DE COURTAGE D ASSURANCES OU DE REASSURANCES

MANDATAIRES D UN COURTIER OU D UNE SOCIETE DE COURTAGE D ASSURANCES OU DE REASSURANCES MANDATAIRES D UN COURTIER OU D UNE SOCIETE DE COURTAGE D ASSURANCES OU DE REASSURANCES NOUVELLE REGLEMENTATION APPLICABLE AU 1 er FEVRIER 2007 I. GENERALITES L activité de courtage d assurances est réglementée

Plus en détail

Practis SAS est une société de conseil en droit du patrimoine essentiellement dédiée aux chefs d'entreprises et familles fortunées.

Practis SAS est une société de conseil en droit du patrimoine essentiellement dédiée aux chefs d'entreprises et familles fortunées. PRÉSENTATION PRACTIS SAS de A à Z Practis SAS est une société de conseil en droit du patrimoine essentiellement dédiée aux chefs d'entreprises et familles fortunées. Orientée sur des missions de conseil

Plus en détail

Préambule. Définitions. Tableau récapitulatif. Liste des annexes

Préambule. Définitions. Tableau récapitulatif. Liste des annexes Note visant à la mise en œuvre de l arrêté du 18 février 2008 du Ministère de l économie, des finances et de l emploi relatif aux conditions de capacité professionnelle des personnes habilitées à exercer

Plus en détail

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Décembre 2011 Les principes d application sectoriels,

Plus en détail

DDC (Déclarant en Douane et Conseil) par la VAE

DDC (Déclarant en Douane et Conseil) par la VAE DDC (Déclarant en Douane et Conseil) par la VAE Libellé de la certification : DECLARANT EN DOUANE ET CONSEIL Niveau : II Code(s) NSF : 311N Autorité(s) délivrant la certification : AFTRAL Publication au

Plus en détail

Crowdfunding : Rêve ou réalité?

Crowdfunding : Rêve ou réalité? Crowdfunding : Rêve ou réalité? L encadrement du financement participatif : contrainte ou opportunité? Mardi 16 septembre 2014 Cinquième Matinale CCEF Cercle de l Union Interalliée (Paris) SOMMAIRE Le

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972

Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972 Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972 DECRET N 2005-1315 du 21.10.2005 (EXTRAIT) ENTREE EN VIGUEUR : 1ER JANVIER 2006 Décret n 72-678 du 20 juillet 1972 fixant les conditions d application

Plus en détail

SODEJE Assurances & Patrimoine

SODEJE Assurances & Patrimoine SODEJE Assurances & Patrimoine FICHE D'INFORMATIONS LEGALES Remis à : Siège social et réception clientèle Tél. : 01 43 51 51 52 Siège administratif et correspondances 23-25 avenue MAC MAHON Fax : 01 43

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts.

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. une expertise issue de l union des deux leaders de la protection des professionnels de la santé

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP)

INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) 1. Qualification juridique L article L. 519-1 du CMF reprend, en la précisant, la définition assurantielle, en déclarant qu «est

Plus en détail

Diplôme d État d Éducateur de Jeunes Enfants Formation Diplômante de niveau III

Diplôme d État d Éducateur de Jeunes Enfants Formation Diplômante de niveau III Diplôme d État d Éducateur de Jeunes Enfants Formation Diplômante de niveau III 1 SOMMAIRE La profession d Éducateur de Jeunes Enfants 3 Conditions d accès à la formation 4 Public Concerné 4 Modalités

Plus en détail

Contenu de l action de formation BTS BANQUE - option A Marché des particuliers

Contenu de l action de formation BTS BANQUE - option A Marché des particuliers Contenu de l action de formation BTS BANQUE - option A Marché des particuliers Le BTS Banque a été mis en place face à la demande insistante de l Association française des banques pour faire face aux très

Plus en détail

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant? Le Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant est l interlocuteur idéal pour gérer

Plus en détail

Réunion Mandants. Grégoire Dupont Secrétaire Général. 25/11/2014 Réunion Mandants 1

Réunion Mandants. Grégoire Dupont Secrétaire Général. 25/11/2014 Réunion Mandants 1 Réunion Mandants Grégoire Dupont Secrétaire Général 25/11/2014 Réunion Mandants 1 Sommaire Introduction : Actualités de l ORIAS 1. Mise en perspectives des données Evolution du nbre d intermédiaires et

Plus en détail

J E P 2013. Partenaires de la FPI

J E P 2013. Partenaires de la FPI J E P 2013 Partenaires de la FPI 23 & 24 janvier 2013 2 LA RÉFORME DU STATUT DES IOBSP Document strictement réservé aux Partenaires Professionnels 23 et 24 janvier 2012 SOMMAIRE Le contenu de la réforme

Plus en détail

PARCOURS DIPLOMANTS, CERTIFIANTS, IOBSP, VAE

PARCOURS DIPLOMANTS, CERTIFIANTS, IOBSP, VAE ÉCOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER enfi.fr PARCOURS DIPLOMANTS, CERTIFIANTS, IOBSP, VAE Donnez un nouvel élan à votre carrière professionnelle avec la formation qui vous correspond ÉCOLE NATIONALE

Plus en détail

Horizon Investissements est immatriculé au RCS de Paris sous le n 477 936 421. Son siège social est sis au 5 rue Blanche 75009 PARIS

Horizon Investissements est immatriculé au RCS de Paris sous le n 477 936 421. Son siège social est sis au 5 rue Blanche 75009 PARIS CATEGORIE B Les informations ci-après sont délivrées à l attention de conformément aux dispositions des articles L520-1, R520-1 et R520-2 du Code des assurances par Mr Hubert MANSON en qualité de gérant

Plus en détail

CGP REGLEMENTATION APPLICABLE A LA PROFESSION

CGP REGLEMENTATION APPLICABLE A LA PROFESSION CGP REGLEMENTATION APPLICABLE A LA PROFESSION Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine 4, rue de Longchamp 75016 Paris Tél. : 01.42.56.76.50 Fax : 01.42.56.76.51 e-mail : info@cncgp.fr Site

Plus en détail

DOCUMENT D ENTREE EN RELATION. D.E.R. Maj 01-04-2015

DOCUMENT D ENTREE EN RELATION. D.E.R. Maj 01-04-2015 DOCUMENT D ENTREE EN RELATION. D.E.R. Maj 01-04-2015 CARPE DIEM PATRIMOINE - SARL au Capital de 50 000 -RCS Lyon 452 089 964-APE 7022 Z Membre ANACOFI-CIF N E001954 N ORIAS 07005641 Transactions Immobilière

Plus en détail

Devenez expert DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE INTERMÉDIAIRE EN ASSURANCE, ASSURANCE VIE, PRÉVOYANCE ET PROTECTION SOCIALE

Devenez expert DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE INTERMÉDIAIRE EN ASSURANCE, ASSURANCE VIE, PRÉVOYANCE ET PROTECTION SOCIALE Devenez expert DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE INTERMÉDIAIRE EN ASSURANCE, ASSURANCE VIE, PRÉVOYANCE ET PROTECTION SOCIALE 3 FORMULES 20 15 à 20 heures de formation elearning pour découvrir et maîtriser

Plus en détail

LE COURTIER D ASSURANCES ET DE REASSURANCES. NOUVELLE REGLEMENTATION APPLICABLE AU 1 er FEVRIER 2007

LE COURTIER D ASSURANCES ET DE REASSURANCES. NOUVELLE REGLEMENTATION APPLICABLE AU 1 er FEVRIER 2007 LE COURTIER D ASSURANCES ET DE REASSURANCES NOUVELLE REGLEMENTATION APPLICABLE AU 1 er FEVRIER 2007 I. GENERALITES Le courtier d assurances est un commerçant indépendant qui met en relation son client

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle Conseiller(ère) mutualiste. Dossier de recevabilité VAE

Certificat de Qualification Professionnelle Conseiller(ère) mutualiste. Dossier de recevabilité VAE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA MUTUALITE Certificat de Qualification Professionnelle Conseiller(ère) mutualiste Dossier de recevabilité VAE Candidat

Plus en détail

- En référence à l'article 5 de l'arrêté du 8 juin 2004-

- En référence à l'article 5 de l'arrêté du 8 juin 2004- PROTOCOLE D ALLEGEMENT Ce protocole a été arrêté le 24 juin 2005 par : Institut Régional en Travail Social PACA Corse Collège Coopératif Provence Alpes Méditerranée Institut Méditerranéen de Formation

Plus en détail

Intermédiaire d assurance AFA

Intermédiaire d assurance AFA ACADEMY FOR FINANCE & INSURANCE SERVICES Préparation à l examen pour Intermédiaire d assurance AFA de septembre 2014 à mars 2015 Votre partenaire pour votre formation professionnelle Quel sont les objectifs

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

professionnelle // r IOBSP/////// LA COMPÉTENCE AU SERVICE DE LA PERFORMANCE

professionnelle // r IOBSP/////// LA COMPÉTENCE AU SERVICE DE LA PERFORMANCE Capacité /////////// professionnelle // r IOBSP/////// LA COMPÉTENCE AU SERVICE DE LA PERFORMANCE IOBSP Capacité professionnelle IOBSP IOBSP La Loi derégulation Bancaire et Financière (LRBF) du 22 octobre

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE BTS ASSISTANT DE GESTION DE PME/PMI A REFERENTIEL COMMUN EUROPEEN Professeurs Référents : Mail :

CONVENTION DE STAGE BTS ASSISTANT DE GESTION DE PME/PMI A REFERENTIEL COMMUN EUROPEEN Professeurs Référents : Mail : 1, Chemin de la Muette 07100 ANNONAY Tel : 04.75.69.28.02 Fax : 04.75.69.28.03 @ : enseignementsuperieur@lycée-saintdenis.com http://www.is2d.com CONVENTION DE STAGE BTS ASSISTANT DE GESTION DE PME/PMI

Plus en détail

CATALOGUE E-LEARNING EN ASSURANCE. 2014 Catalogue assurance professionnels et particuliers

CATALOGUE E-LEARNING EN ASSURANCE. 2014 Catalogue assurance professionnels et particuliers CATALOGUE E-LEARNING EN ASSURANCE 2014 Catalogue assurance professionnels et particuliers Notre offre Depuis de nombreuses années, nos formateurs développent des solutions parfaitement adaptées à nos clients

Plus en détail

N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 juillet 2010. PROPOSITION DE LOI visant à donner un statut à la

Plus en détail

Point sur les immatriculations des CIP et IFP

Point sur les immatriculations des CIP et IFP Point sur les immatriculations des CIP et IFP Grégoire Dupont Secrétaire Général 16/12/2014 Centre des professions financières 1 Une extension progressive des missions 2007 2013 2014 Création de l ORIAS

Plus en détail

ECTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS

ECTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS ECTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS SOMMAIRE CHAPITRES PAGES A- DEFINITION 2 B- DEBOUCHES 2 C- LES UNITES 2 1- LES UNITES OBLIGATOIRES 2 2- UNITES FACULTATIVES 5 3- UNITES COMMUNES A PLUSIEURS

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE Considérant que l alternance est un moyen particulièrement adapté, à tous

Plus en détail

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION Autorité administrative indépendante adossée à la Banque de France, l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution est en charge de l agrément

Plus en détail

Bulletin officiel n 5444 du 8 rejeb 1427 (3-8-2006).

Bulletin officiel n 5444 du 8 rejeb 1427 (3-8-2006). Arrêté du ministre des finances et de la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 (27 décembre 2004) relatif à la présentation des opérations d assurances. Bulletin officiel n 5292 du 8 maharrem 1426 (17-2-2005).

Plus en détail

Atelier Stellium Mes rendez-vous clients Vue d ensemble pour un CIF-CGP Le formalisme CIF présenté est la garantie d une prestation de conseil réalisée avec qualité; c est pourquoi, la CNCIF recommande

Plus en détail

JORF n 0108 du 11 mai 2013. Texte n 5

JORF n 0108 du 11 mai 2013. Texte n 5 JORF n 0108 du 11 mai 2013 Texte n 5 DECRET Décret n 2013-388 du 10 mai 2013 portant adaptatio n des pouvoirs et missions des autorités de supervision en matière bancaire et financière en raison de la

Plus en détail

Intermédiaire en Opérations de Banque et Services de Paiement IOBSP

Intermédiaire en Opérations de Banque et Services de Paiement IOBSP ACADEMIE PROFESSIONNELLE EN SERVICES FINANCIERS ET D ASSURANCES Préparation à l examen pour Intermédiaire en Opérations de Banque et Paiement IOBSP Votre partenaire pour votre formation professionnelle

Plus en détail

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION DPMC- ADM- SPO Page - 1-16/07/2009 Généralités Le DPMC est l organisme désigné par la CPNE, en charge du contrôle des compétences pour la délivrance du CQP

Plus en détail

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable»

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» Objet : Ce document a pour objectif de fournir au candidat les informations nécessaires pour réaliser une

Plus en détail

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR Sommaire Date 1 Introduction Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR 2 Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACPR 1. Le droit au

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

Conseiller en Investissements Financiers (CIF) : Document d Entrée en Relation

Conseiller en Investissements Financiers (CIF) : Document d Entrée en Relation Conseil en organisation et stratégie patrimoniale 16, rue Baron Henrion 57070 METZ Tél : 03.55.80.87.69 Fax : 03.54.62.21.11 gdesprez@gdpatrimoine.fr Conseiller en Investissements Financiers (CIF) : Document

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

dans le cadre de l ordonnance 2005-649

dans le cadre de l ordonnance 2005-649 APPEL A PROPOSITION 2015 dans le cadre de l ordonnance 2005-649 relative aux marchés passés par certaines personnes publiques ou privées non soumises au code des marchés publics FORMATION QUALIFIANTE Assistant(e)

Plus en détail

Conseils en gestion De patrimoine indépendant

Conseils en gestion De patrimoine indépendant 250 000 familles font confiance Aux 2 300 conseils en gestion de patrimoine indépendants Agréés par la Chambre des indépendants du patrimoine Document d entrée en première relation À remettre au client

Plus en détail

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Délégué/e/s à la formation Rôle et missions (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Sommaire: 1. Considérations générales sur le rôle et les missions du délégué/e à la formation...

Plus en détail

Transposition de la directive 2002/92CE relative à l intermédiation en assurance Tableau de concordance Directive Loi décret - arrêté

Transposition de la directive 2002/92CE relative à l intermédiation en assurance Tableau de concordance Directive Loi décret - arrêté Transposition de la directive 2002/92CE relative à l intermédiation en assurance Tableau de concordance Directive Loi décret - arrêté DIRECTIVE CHAPITRE I : CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS LOI n 2005-1564

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

ASSURANCE DE PRÊT CHANGEZ D ASSURANCE DE PRÊT ET RÉALISEZ JUSQU À 50% D ÉCONOMIES!

ASSURANCE DE PRÊT CHANGEZ D ASSURANCE DE PRÊT ET RÉALISEZ JUSQU À 50% D ÉCONOMIES! ASSURANCE DE PRÊT CHANGEZ D ASSURANCE DE PRÊT ET RÉALISEZ JUSQU À 50% D ÉCONOMIES! www.april.fr BIEN CONNAÎTRE VOS DROITS La protection du consommateur en matière de crédit est régie par le Code de la

Plus en détail

Statut des IOBSP LA REFORME DU. CrediPro Novembre 2012. Livre Blanc

Statut des IOBSP LA REFORME DU. CrediPro Novembre 2012. Livre Blanc LA REFORME DU Statut des IOBSP Livre Blanc CrediPro Novembre 2012 Le dispositif du Gouvernement dans la Loi de régulation Bancaire (RBF) et Financière du 22 octobre 2010: - harmonise les statuts des différents

Plus en détail

Valorisons. vos projets. Valorisons. vos projets

Valorisons. vos projets. Valorisons. vos projets Valorisons Valorisons Des spécialistes à votre service Un interlocuteur unique pour vous conseiller, auditer, valoriser et suivre l ensemble de votre patrimoine. PLACEMENTS RETRAITE IMMOBILIER DÉFISCALISATION

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004. 1.3 - Coexistence de plusieurs objets statutaires dans l association

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004. 1.3 - Coexistence de plusieurs objets statutaires dans l association CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004 Relatif au traitement comptable des opérations d une association souscriptrice d un contrat collectif d assurance et des groupements

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Éducation et Formation tout au long de la vie

Éducation et Formation tout au long de la vie Éducation et Formation tout au long de la vie 53 RESPONSABLE DE SERVICE DE SCOLARITÉ Code : EDU06B Responsable de l accompagnement des jeunes FPEEDU06 Il est responsable du service scolarité de l entité.

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Formation du Niveau II d Habilitation à la Capacité Professionnelle en Assurance

Formation du Niveau II d Habilitation à la Capacité Professionnelle en Assurance 2012 Formation du Niveau II d Habilitation à la Capacité Professionnelle en Assurance E.V.A.CO 01/01/2012 12 LES INTERMEDIAIRES D ASSURANCE Page 2 sur 21 Contenu Section I : Les intermédiaires d'assurance...

Plus en détail