La gestion des REFIOM des UIOM françaises

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La gestion des REFIOM des UIOM françaises"

Transcription

1 ENQUÊTE! Série Technique DT 42 Mars 2012 La gestion des REFIOM des UIOM françaises Réalisé avec le soutien financier de :

2 Remerciements : Nous remercions les collectivités et les exploitants qui ont répondu au questionnaire. Rédaction : Relecture : Lydie ROBERDEL, AMORCE. Laurent CHATEAU, ADEME. AMORCE 7 Rue du Lac Lyon Cedex 03 Tél : Fax : ADEME 20 Avenue du Gresillé BP Angers Cedex 01 Tél : Enquête sur la gestion des REFIOM des UIOM françaises AMORCE / ADEME Mars

3 SOMMAIRE 1. Introduction Données générales Modes de traitement des REFIOM... 5 a) Le stockage en ISDD... 5 b) La valorisation en remblais dans les mines de sel allemandes... 6 c) Les autres procédés Prix de traitement des REFIOM... 9 a) Le stockage en ISDD... 9 b) La valorisation en remblais dans les mines de sel allemandes c) Les autres procédés d) Bilan Conclusion Enquête sur la gestion des REFIOM des UIOM françaises AMORCE / ADEME Mars

4 1. Introduction Les résidus d épuration des fumées d incinération d ordures ménagères (REFIOM) sont de trois types : Les poussières, suies et cendres volantes, Les gâteaux de filtration (boues pressées), Les produits secs de neutralisation des gaz. Ces résidus sont très riches en sels (chlorure de calcium, chlorure de sodium ) produits par les réactions de neutralisation des gaz. Ils sont également caractérisés par une forte concentration en métaux lourds. L objectif de l enquête menée fin 2011 par AMORCE, en partenariat avec l ADEME, était d obtenir les données techniques et économiques de l année 2010 sur la gestion des REFIOM issues des usines d incinération d ordures ménagères (UIOM) françaises. Tous les maîtres d ouvrage des UIOM du territoire ont été invités (par mail, puis dans un deuxième temps par téléphone) à renseigner le questionnaire de cette enquête réalisée en ligne. 2. Données générales Nous avons obtenu les informations concernant la gestion des REFIOM de 77 UIOM, réparties sur l ensemble du territoire. Les tonnes 1 de déchets ménagers et assimilés traitées en par ces installations ont produit tonnes de REFIOM, soit, en moyenne, 3,29% du tonnage entrant. Ce pourcentage, tout comme la composition des REFIOM, varie en fonction de la technique de combustion des déchets et du mode de traitement des fumées : Tonnage REFIOM / Tonnage traité Nb UIOM Entre 0,8 et 1,9% 4 Entre 2,0 et 2,9% 19 Entre 3,0 et 3,9% 32 Entre 4,0 et 4,9% 16 Entre 5,0 et 5,6% 5 9,3%* 1 * : Le pourcentage de REFIOM de 9,3% est obtenu sur une usine utilisant des fours à lit fluidisé. Ce type de combustion génère moins de MIOM (Mâchefers de l Incinération des Ordures ménagères) mais plus de REFIOM (cendres issues du dépoussiérage par électrofiltre, scories sous chaudière et scories sous cyclone) que les autres techniques (notamment l incinération à l aide de fours à grille). 1 Ces tonnes représentent près de 64% des tonnages incinérés en France (sur la base des données 2008 de l enquête ITOM de l ADEME). 2 Un maître d ouvrage dont l installation a été mise en service courant 2010 a indiqué les tonnages de l année 2011, afin que les données soient représentatives. Enquête sur la gestion des REFIOM des UIOM françaises AMORCE / ADEME Mars

5 3. Modes de traitement des REFIOM Le mode de traitement des REFIOM le plus courant est le stockage en ISDD (Installation de Stockage de Déchets Dangereux). Cette solution représente un coût important et les ISDD sont peu nombreuses ; aussi, des filières alternatives se sont développées. Parmi les 77 maîtres d ouvrage ou exploitants qui ont répondu au questionnaire, beaucoup ont recours à plusieurs solutions. Le diagramme ci-dessous représente la part des tonnages de REFIOM par type de traitement 3 :!"#$%&#$&'()*'$+$,'&#$%&-./01!& '#!(%& "!#)*%&,-./0&1/&0/2&!"#$$%& (+#+$%& *$#*!%& 3456/0&7689:1:0& a) Le stockage en ISDD L enquête révèle que 70% des tonnages de REFIOM sont enfouis en ISDD. A noter : Ce chiffre ne tient pas compte des tonnages (résidus «ultimes») qui sont stockés en ISDD après une première étape de valorisation des REFIOM (cf. c) Les autres procédés). En effet, lorsque les exploitants ont recours à ce type de traitement, ils ne disposent pas systématiquement des données détaillées (part valorisée et part stockée). Les tonnages stockés en ISDD sont donc en réalité légèrement supérieurs aux chiffres indiqués (au maximum 1 à 2% de plus). 14 ISDD ont été mentionnées. Les tonnages se répartissent ainsi entre ces sites : 3 Les informations fournies ne permettent pas d effectuer cette répartition pour chaque type de REFIOM. Le graphique indique donc la part de tonnage par mode de traitement, tous types de REFIOM confondus. Enquête sur la gestion des REFIOM des UIOM françaises AMORCE / ADEME Mars

6 @A,-ID!6(&7! N0//+B,40C0C!6::7! F+//+I,4.+?!6&$7! J3054,-12345!6:K7! P234O0//+!/,!Q0O0R4+!6:)7! N,0O4+!+5!92-520//+?!6:$7! J4,3/A+5!6K#7! =4,<>2-?!6%#7! ;,0<2-5!6((7! 85!9,41+/!6%:7! *+,-.+/, !6('7!!"##$%&'()&(*+,-./(0$1(-233(!"!!!!!!!#$!$$$!!!!%$!$$$!!!!&$!$$$!!!!'$!$$$!!!!($!$$$!!!!)$!$$$!!!! * : Un maître d ouvrage a indiqué ces trois exutoires sans distinguer les tonnages par ISDD. Les tonnages concernés ont donc été répartis à parts égales entre ces trois sites. L arrêté du 30 décembre 2002 fixe les caractéristiques que doivent remplir les REFIOM avant d être stockés en ISDD. Ils subissent, le cas échéant, un traitement avant stockage visant à les solidifier et les stabiliser. Cela permet de modifier les propriétés physiques des REFIOM, de limiter la solubilité et la mobilité des polluants et de réduire la perméabilité des déchets obtenus. Plusieurs techniques de stabilisation existent. La plus courante (et la seule citée par les maîtres d ouvrage ou exploitants qui ont répondu à l enquête) est celle qui consiste à utiliser des liants minéraux (type ciments). Les procédés mentionnés dans l enquête sont Piertec, Ecofix et Inertec. Chacun de ces procédés (mis en œuvre par trois industriels différents) repose sur des principes de traitement propres. D après l enquête, 82% des tonnages de REFIOM stockés en ISDD sont passés par cette étape de stabilisation / solidification avant stockage. b) La valorisation en remblais dans les mines de sel allemandes A noter : La notion de «valorisation» associée à cette opération de remblaiement est importante ; ce terme conditionne en effet, conformément à la réglementation européenne, l autorisation de transfert transfrontalier des déchets. Une circulaire ministérielle, datée du 17 janvier 2005, avait notamment conduit certains préfets à s opposer aux transferts des REFIOM en Allemagne, considérant qu ils y étaient «éliminés» et non «valorisés». Plusieurs décisions de justice ont permis de clarifier ce point, dont une décision du Conseil d Etat du 14 janvier 2009, (contentieux n SIAVED) retenant en particulier le critère d utilité, à apprécier au cas par cas, pour déterminer la qualification d une opération de traitement des déchets ; le remblaiement dans les mines de sel peut donc, sur la base de ce critère, être considéré dans certains cas comme une opération de valorisation et non d élimination. Enquête sur la gestion des REFIOM des UIOM françaises AMORCE / ADEME Mars

7 21,8% des tonnages de REFIOM de l enquête sont utilisés en remblais dans les mines de sel allemandes à des fins de confortement (il s agit bien de valorisation dans cette enquête). Notons que les matériaux pour le remblaiement des mines de sel doivent respecter des critères géotechniques définis par la Directive 2006/21 relative à la gestion des déchets miniers. 21 exploitants d UIOM, sur les 77 qui ont répondu à l enquête, ont recours à cette technique. Les UIOM concernées ne sont pas nécessairement situées dans l Est de la France. Ainsi, les tonnages de REFIOM évacués sur les sites allemands proviennent des régions détaillées dans le graphique ci-dessous.!"#$%&'()*%+$#$&,(),'(!-./01("2345"'(,&(677,83#&,(!#!%& *#"%& "#*%& "#,%& '#'%& -./01&2&34516& 741&81&9:;0<1& $#)%& $#!%& +#,%&!"#$%& 346;<1& 3H?AF;A01& '*#*%& '(#)%& D10F:1& Enquête sur la gestion des REFIOM des UIOM françaises AMORCE / ADEME Mars

8 Les tonnages de REFIOM de l enquête dirigés vers l Allemagne se répartissent comme suit :!"##$%&'()&(*+,-./(0$1('23&(4(566&7$%#&( 7)0=12*64:*10! ;<4=315>! 7,489:2,! /0, ! ()*+,-.!!"!!!!!!!#!$$$!!!!!%$!$$$!!!!%#!$$$!!!!&$!$$$!!!!&#!$$$!!!!'$!$$$!!!! * : Sur ce site, les REFIOM servent également à la fabrication d un mortier de substitution. Par contre, ils ne sont pas utilisés en remblais de mines de sel mais pour la réhabilitation d un site industriel pollué (NB : pratique non autorisée en France). La carte ci-dessous détaille la localisation des 6 sites mentionnés : Sondershausen Bleicherode Gladbeck Staßfurt Rositz Unterbreizbach Enquête sur la gestion des REFIOM des UIOM françaises AMORCE / ADEME Mars

9 La valorisation des REFIOM des UIOM françaises en remblais dans les mines de sel allemandes semble se développer. En effet, au cours de l enquête précédente menée en 2005, seuls 5 exploitants d UIOM, sur les 89 qui avaient répondu au questionnaire, avaient alors recours à ce mode de traitement. Le développement de cette filière s explique principalement par des raisons financières (cf. 4. Coûts de traitement des REFIOM). c) Les autres procédés Parmi les autres procédés cités par les maîtres d ouvrage ou les exploitants qui ont répondu à l enquête, on trouve une ISDND (Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux). Les résidus stockés sur ce site sont les cendres sous chaudière et cendres sous cyclone produits sur l UIOM utilisant la technologie des fours à lit fluidisé. Le reste des REFIOM, soit seulement 4,3% des tonnages de l enquête, suit des filières de valorisation différentes. Deux procédés ont été cités par les maîtres d ouvrage et exploitants qui ont répondu au questionnaire : NEUTREC et HYDROPALE. Il s agit de deux techniques (mises en œuvre par des industriels différents) d extraction du sel des REFIOM issus d un procédé de traitement des fumées au bicarbonate de sodium. Ce mode de valorisation permet d obtenir d un côté une saumure purifiée, réutilisée dans des procédés industriels et de l autre une fraction concentrée en polluants orientée en ISDD. 9 exploitants (sur les 77 qui ont répondu à l enquête) ont recours à ces procédés de traitement physico-chimique, pour une partie des REFIOM produits sur leur UIOM. Les usines concernées sont toutes situées dans la moitié nord de la France, RESOLEST (pour le procédé NEUTREC) étant basé à Rosières aux Salines en Lorraine et HYROPALE à Dunkerque dans le Nord. 4. Prix de traitement des REFIOM Certaines collectivités qui ont répondu au questionnaire ne disposent pas d informations concernant le prix de gestion des REFIOM. C est notamment le cas lorsque l exploitation de l UIOM est confiée à un prestataire et que la gestion des REFIOM est englobée dans un poste à montant forfaitaire sans décomposition de prix. Pour chaque mode de traitement, il est donc indiqué dans les paragraphes qui suivent le pourcentage de tonnage pour lequel nous disposons d informations. a) Le stockage en ISDD Les informations économiques associées à 87% des tonnages de l enquête stockés en ISDD sont exploitables ; cela représente 50 données. Les exploitants ont indiqué très peu d éléments relatifs au prix de stabilisation seul (qui est compris dans le prix de traitement). Par ailleurs, les réponses concernant le stockage sans stabilisation ne comprennent pas suffisamment de détails entre les postes transport et traitement pour que le prix de traitement (hors transport) sans stabilisation puisse être comparé à celui avec stabilisation préalable. Enquête sur la gestion des REFIOM des UIOM françaises AMORCE / ADEME Mars

10 Les données ci-dessous concernent donc l enfouissement en ISDD, sans identification de l éventuel pré-traitement (sachant, comme indiqué plus haut, que 82% des tonnages ont subi cette étape de stabilisation avant stockage). Dans le graphique ci-après sont détaillées les valeurs minimales, maximales et les moyennes pondérées des prix payés par les collectivités pour l enfouissement des REFIOM en ISDD en 2010 : prix de transport et de traitement lorsque le détail était fourni (soit pour 32 réponses sur les 50) et prix total.!!)*(#((!%!!!!)((#((!%!! Prix en! HT / tonne de REFIOM - ISDD!!)((#((!%!!!!'*(#((!%!!!!'((#((!%!!!!,*(#((!%!!!!,((#((!%!!!!,*$#,*!%!!!!()($*#!'!!!!(+)$+"!'!!!!&*(#((!%!!!!&((#((!%!!!!&'&#((!%!!!!&))#*(!%!!!!*(#((!%!!!-!!!%!!!!)+#((!%!!!!"#$%&!'!!!!"#$$!%!!,-./012-3!, /3!,7,89! On peut noter que : Le prix de transport est compris entre 9,77 et 48,00 HT/tonne de REFIOM. Ce prix est directement corrélé à la distance entre l UIOM et l ISDD qui varie, d après l enquête, entre 12 et 820 km. Le prix de traitement n est pas lié au tonnage de REFIOM stocké. D autres paramètres non mesurés dans le cadre de cette enquête entrent probablement en ligne de compte (comme par exemple, la forme du contrat de gestion). Le prix de traitement total maximum de 400 HT/tonne est une exception dans les réponses. Le maître d ouvrage qui a indiqué ce montant (sans décomposition entre les postes transport et traitement) a précisé qu une négociation allait d ailleurs avoir lieu cette année avec l exploitant. Si on ne tient pas compte de ce montant, le prix total maximum payé est 338,30 HT/tonne. D une manière générale, par rapport aux données issues de l enquête menée par AMORCE en 2005, on constate une baisse significative du coût de traitement des REFIOM en ISDD. A noter : Depuis la mise en place de la TGAP sur les déchets incinérés (janvier 2009), les REFIOM sont exonérés de cette taxe. Enquête sur la gestion des REFIOM des UIOM françaises AMORCE / ADEME Mars

11 b) La valorisation en remblais dans les mines de sel allemandes Les informations économiques associées à 78% des tonnages de l enquête dirigés vers les mines de sel allemandes sont exploitables ; cela représente 19 données. Dans le graphique ci-après sont détaillées les valeurs minimales, maximales et les moyennes pondérées des prix payés en 2010 par les collectivités pour ce mode de valorisation des REFIOM : prix de transport et de traitement lorsque le détail était fourni (soit pour 12 réponses sur les 19) et prix total.!!+-%$%%!&!!!!+%%$%%!&!!!!+'%$%%!&!!!!&(%$%&!'!!!!'-%$%%!&!!!!'(%$%%!&!!!!'(*$%)!&!!!!'"($#)!&!!!!'%%$%%!&!!!!&#($)*!'!!!!"#$%&!'!!!!#%$%%!&!!!!-%$%%!&!!!!"#$%%!&!!!,!!!&!! +,-./01,2! +, ! +6+78! Malgré des prix de transport importants (les UIOM étant situées, pour la plus proche, à 400 km et, pour la plus éloignée, à km du site de traitement), cette filière, avec un prix total (transport + traitement) moyen de 175,51 HT/tonne, reste très compétitive par rapport au stockage en ISDD. Si l on compare ces chiffres avec les données financières fournies en 2005 par les 5 maîtres d ouvrage qui avaient alors recours à cette technique, on note une très légère augmentation du prix de traitement (environ 4%). c) Les autres procédés Concernant les tonnages de REFIOM évacués vers les filières de régénération (fabrication de saumure), nous disposons d informations économiques pour 75% d entre eux ; cela représente 8 données. Les exploitants ont, pour la plupart, indiqué des montants totaux, sans distinguer la part associée au transport. L enquête révèle un prix total moyen pondéré de 214,89 HT/tonne, avec un minimum de 172,5 HT/tonne de REFIOM et un maximum de 249,59 HT/tonne de REFIOM. Les prix indiqués se situent donc dans les mêmes ordres de grandeur que ceux du stockage en ISDD. Enquête sur la gestion des REFIOM des UIOM françaises AMORCE / ADEME Mars

12 A noter : Aucune autre technique de traitement des REFIOM n a été citée par les maîtres d ouvrage et/ou exploitants qui ont répondu au questionnaire. L installation industrielle de vitrification des REFIOM par torche à plasma qui existait à Cenon (33) au moment de l enquête précédente et ayant fait l objet d une expertise en , a été fermée depuis. Aucune autre n existe ou n est en projet actuellement en France. Rappelons que ce type de procédé, qui consiste à transformer les REFIOM en une matrice vitreuse ou amorphe par fusion à très haute température, visait à produire une matrice inerte, valorisable en technique routière, ou à défaut stockable en ISDI (Installation de Stockage de Déchets Inertes). Ce type de procédé était coûteux (consommation énergétique importante) avec un surcoût d environ 200 par tonne par rapport au stockage en ISDD. d) Bilan Sont représentés dans le graphique ci-dessous tous les prix de traitement (transport compris) communiqués, par filière : (!" '!" &!"!"#$% %!" $!" +,--"./012"31"214" :;0" #!"!" ")"""*"" ""'!"*"" ""#!!"*"" ""#'!"*"" ""$!!"*"" ""$'!"*"" ""%!!"*"" ""%'!"*"" ""&!!"*"" ""&'!"*"" &'()%*+*,-%.*',/01+'*%2%*',(*343/*5%3/%678%9%*+//3%:3%;<="#$% Ce graphique montre que le prix de valorisation des REFIOM en mines de sel allemandes se situe globalement entre 150 et 200 HT / tonne et que ceux du stockage en ISDD et de la régénération (fabrication de saumure) sont compris majoritairement entre 200 et 250 HT / tonne. 4 Evaluation technique et économique du procédé de vitrification de REFIOM par torche à plasma de la société EUROPLASMA Avril 2004 ADEME / ENVALYS. Enquête sur la gestion des REFIOM des UIOM françaises AMORCE / ADEME Mars

13 5. Conclusion Cette enquête révèle que le stockage reste le mode de traitement privilégié des REFIOM produits par les UIOM françaises (70% des tonnages sont évacués en ISDD), avec un prix moyen de transport et traitement de 230,31 HT/tonne. Depuis 2005 (date de la dernière enquête d AMORCE sur la gestion des REFIOM), deux filières se sont développées en complément du stockage en ISDD : L utilisation en remblais dans les mines de sel allemandes. Près de 22% des tonnages de REFIOM de l enquête sont orientés vers l Allemagne. Avec un prix moyen de transport et de traitement de 175,51 HT/tonne en 2010 et malgré une légère augmentation depuis 2005 (environ 4%), cette filière reste très intéressante financièrement. Outre les interrogations quant à l intérêt environnemental de transporter les REFIOM sur des distances aussi importantes (jusqu à km 5 ), il est à noter que cette technique ne s applique pas aux REFIOM sodiques pour lesquels le confinement dans les galeries de mines peut entraîner des risques d explosion due au dégagement d hydrogène. Par ailleurs, la qualification de valorisation de ce type de traitement doit être appréciée au cas par cas (cf. arrêt du Conseil d Etat cité au 3.b). La valorisation des REFIOM sodiques. Cette filière, dont le coût est très proche de celui du stockage en ISDD (prix moyen de transport et de traitement de 214,89 HT/tonne), permet de valoriser une partie des REFIOM en une saumure réutilisable dans des procédés industriels. Ce mode de gestion ne concerne que les REFIOM issus d un traitement des fumées par voie sèche avec réactif sodique ; ainsi, seulement 4,3% des tonnages de REFIOM de l enquête sont passés par cette étape de valorisation en De plus, seule une partie des REFIOM peut être valorisée, ce qui implique que la régénération est nécessairement couplée à d autres modes de traitement (stockage en ISDD principalement). 5 Certains maîtres d ouvrage étudient la possibilité d utiliser des modes de transport alternatifs, comme la voie ferrée. Enquête sur la gestion des REFIOM des UIOM françaises AMORCE / ADEME Mars

TRANSPORT ET TRAITEMENT DES DECHETS DANGEREUX

TRANSPORT ET TRAITEMENT DES DECHETS DANGEREUX TRANSPORT ET TRAITEMENT DES DECHETS DANGEREUX De quoi parle-t-on? Données 2010 Selon la règlementation 1, «sont considérés comme dangereux les déchets qui présentent une ou plusieurs des propriétés énumérées

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Saint-Étienne, le 17 juillet 2012 NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Préambule Le SYDEMER, SYndicat mixte

Plus en détail

www.sindra.org Traitement des déchets ménagers et assimilés en Rhône-Alpes en 2011

www.sindra.org Traitement des déchets ménagers et assimilés en Rhône-Alpes en 2011 www.sindra.org Traitement des déchets ménagers et assimilés en Rhône-Alpes en 2011 Les données ci-dessous sont issues de l'enquête ITOM (Installation de Traitement des Ordures Ménagères) réalisée en 2012

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION

DOSSIER DE PRESENTATION DOSSIER DE PRESENTATION Le Centre de Valorisation des Déchets NOIDANS-LE-FERROUX SYTEVOM Lieu dit «Les Fougères» 70 130 NOIDANS LE FEROUX Tél : 03.84.76.93.00 Fax : 03.84.76.39.00 www.sytevom.org sytevom@orange.fr

Plus en détail

Anciennes et nouvelles dénominations pour les installations de stockage de déchets conventionnels

Anciennes et nouvelles dénominations pour les installations de stockage de déchets conventionnels Terminologie Anciennes et nouvelles dénominations pour les installations de stockage de déchets conventionnels ISD (Installations de Stockage de Déchets) - terminologie à privilégier aujourd hui au sens

Plus en détail

Lafarge France et l économie circulaire

Lafarge France et l économie circulaire Lafarge France et l économie circulaire Zoom sur l écologie industrielle Mai 2013 Les activités de Lafarge Le Groupe La France est le berceau historique du Groupe depuis 1833 Le Groupe Lafarge est leader

Plus en détail

Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France)

Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France) Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France) 2007 Holcim/Switzerland Les Avantages du Process Cimentier: le Co-processing Nous réalisons

Plus en détail

Si le compte est bon...

Si le compte est bon... la gestion des déchets ménagers: Si le compte est bon... 577 Chaque français produit en moyenne de déchets par an d ordures ménagères résiduelles de verre de recyclables de biodéchets & déchets verts d

Plus en détail

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux?

Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux. Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Le Plan Régional d Élimination des Déchets Dangereux Comment mieux maîtriser production et gestion des déchets dangereux? Qu est-ce qu un Tout le monde produit des déchets dangereux via ses activités quotidiennes

Plus en détail

La valorisation des terres excavées

La valorisation des terres excavées La valorisation des terres excavées Matinée "Matières premières et matériaux du BTP " Céline Blanc c.blanc@brgm.fr BRGM / Direction Eau, Environnement et Ecotechnologies Lundi 2 décembre, 2013 Contexte

Plus en détail

Le Centre de Tri. - Un séparateur des petits éléments (3) ne pouvant être triés manuellement, - Un séparateur magnétique (6) qui capte l acier.

Le Centre de Tri. - Un séparateur des petits éléments (3) ne pouvant être triés manuellement, - Un séparateur magnétique (6) qui capte l acier. Le Centre de Tri Le Centre de Tri a pour but de trier les emballages par types de matériaux (acier, aluminium, plastique, carton et papier) avant leur reprise par des industriels qui en assurent le recyclage.

Plus en détail

Etude faisabilité de la valorisation énergétique des papiers cartons issus des déchets de la ville de Ouagadougou

Etude faisabilité de la valorisation énergétique des papiers cartons issus des déchets de la ville de Ouagadougou 1 Etude faisabilité de la valorisation énergétique des papiers cartons issus des déchets de la ville de Ouagadougou Organisme scientifique sollicité : IGEDD/UO Responsable: CEFREPADE Institution bénéficière

Plus en détail

Caractérisation des encombrants. Présentation de Elodie GRECO stagiaire au SIDOM

Caractérisation des encombrants. Présentation de Elodie GRECO stagiaire au SIDOM Caractérisation des encombrants Présentation de Elodie GRECO stagiaire au SIDOM 26/04/2009 1/ Situation du gisement des encombrants en 2008 2/ Analyse des encombrants par : o Caractérisation visuelle o

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

STOCKAGE DES DÉCHETS NON DANGEREUX GÉRÉS PAR LES COLLECTIVITÉS LES PRIX EN 2012

STOCKAGE DES DÉCHETS NON DANGEREUX GÉRÉS PAR LES COLLECTIVITÉS LES PRIX EN 2012 STOCKAGE DES DÉCHETS NON DANGEREUX GÉRÉS PAR LES COLLECTIVITÉS LES PRIX EN 2012 Octobre 2013 Étude réalisée pour le compte de l ADEME par Marie-Amélie MARCOUX (ECOGEOS), Elsa DUFRESNE (ECOGEOS) et Hélène

Plus en détail

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :...

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :... Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :......... Trame du SOSED Bâtiment Schéma d Organisation et de Suivi de l Évacuation des Déchets 1) Objet du SOSED Le SOSED (Schéma d Organisation

Plus en détail

Bilan sur le gisement de Mâchefers en Île-de-France

Bilan sur le gisement de Mâchefers en Île-de-France Direction territoriale Ile-de-France Bilan sur le gisement de Mâchefers en Île-de-France Sylvie Nouvion Dupray /Cerema/Dter Ile-de-France Enquête nationale 2014 de la DTer Centre Est Maîtrise d œuvre Agathe

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets 1 Centre Formation Acteurs Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets Locaux Ouagadougou g Ouagadougou du 26 au 30 Octobre 2009 2 Problématique déchets Augmentation des

Plus en détail

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Annexe 8. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax )

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Annexe 8. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Annexe 8 Chantier :......... Trame du SOSED Bâtiment Schéma d Organisation et de Suivi de l Évacuation des Déchets 1) Objet du SOSED Le SOSED (Schéma

Plus en détail

Des solutions économiques et innovantes pour vos déchets

Des solutions économiques et innovantes pour vos déchets Des solutions économiques et innovantes pour vos déchets rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. e n v i r o n n e m e n t IKOS Environnement, faire du déchet d aujourd hui l énergie et la

Plus en détail

SOSED TRAVAUX PUBLICS MODE D EMPLOI

SOSED TRAVAUX PUBLICS MODE D EMPLOI SOSED TRAVAUX PUBLICS MODE D EMPLOI Le SOSED (schéma d'organisation et de suivi de l'évacuation des déchets) est une démarche établie dans le même esprit qu une démarche qualité et ses outils SOPAQ et

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

La transition énergétique, comment les réseaux sociaux en débattent sur internet?

La transition énergétique, comment les réseaux sociaux en débattent sur internet? La transition énergétique, comment les réseaux sociaux en débattent sur internet? Quels enseignements en tirer pour la conduite des plans d actions engagés? L expression spontanée sur internet via les

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 615 Mars 2015 Bilan 2012 de la production de déchets en France OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT Conformément à la règlementation européenne, la

Plus en détail

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES DÉCHETS MÉTALLIQUES, UNE SOURCE STRATÉGIQUE D APPROVISIONNEMENT Pour l industrie métallurgique, le recyclage a toujours fait partie

Plus en détail

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel 3 avenue Franklin Roosevelt - 758 PARIS Tél : 1 55 65 4 - Fax : 1 55 65 1

Plus en détail

1 Mettre à niveau les réseaux et équipements collectifs de base

1 Mettre à niveau les réseaux et équipements collectifs de base 1 Mettre à niveau les réseaux et équipements collectifs de base 1-2 Traitement des déchets Objectifs o doter les collectivités d installations pérennes de traitement des déchets à des coûts raisonnables

Plus en détail

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura 19-06-2015 Approche Bilan Carbone Réf Date Auteur V1 04/06/15 ELAN V2 15/06/15 ELAN V3 19/06/15 ELAN ELAN 1, avenue Eugène Freyssinet 78061 SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

Plus en détail

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie L industrie cimentière belge L industrie cimentière est constituée de trois sociétés: CBR, CCB et Holcim. Son chiffre d affaires s élève à environ 480 millions d euros et elle dispose d un effectif de

Plus en détail

Plan départemental de gestion des déchets du BTP

Plan départemental de gestion des déchets du BTP Direction régionale et départementale de l Équipement Bourgogne/Côte d'or Plan départemental de gestion des déchets du BTP Version synthétique Novembre 2002 Sommaire 1. OBJECTIF DE LA DEMARCHE... 2 2.

Plus en détail

injection de biogaz épuré dans Le réseau de gaz naturel

injection de biogaz épuré dans Le réseau de gaz naturel injection de biogaz épuré dans Le réseau de gaz naturel Financé par Le groupe de travail sur l injection de biométhane dans les réseaux de gaz naturel www.injectionbiomethane.fr réuni sous l égide de L

Plus en détail

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières Présentation des prix de la reprise Page 1 Contenu du document La «Reprise des Matériaux»

Plus en détail

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2012, toutes options Séries détaillées 2006 à 2013, Option Filières

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2012, toutes options Séries détaillées 2006 à 2013, Option Filières Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2012, toutes options Séries détaillées 2006 à 2013, Option Filières Présentation des prix de la reprise Page 1 Contenu du document La «Reprise des Matériaux»

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2012

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2012 BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2012 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE Partie 1 : Bilan d émissions de gaz à effet de serre 1. Description de la personne morale concernée 1.1. Informations

Plus en détail

Approvisionnement et transport de granulats Quels coûts pour la collectivité?

Approvisionnement et transport de granulats Quels coûts pour la collectivité? Les granulats représentent le second poste de consommation en ressources naturelles Répartition de la production (%) Observatoire Régional des Matériaux de Construction - 2004 Exemples 1 logement : de

Plus en détail

Mission d Observation de la Biomasse

Mission d Observation de la Biomasse Les synthèses de l AREC Mission d Observation de la Biomasse ENQUETE REGIONALE SUR LES CHAUFFERIES COLLECTIVES A BOIS DECHIQUETE (Saison de chauffe 2008-2009) 2009) Chiffres clés 114 chaufferies collectives

Plus en détail

Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats

Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats porté par la communauté de communes du pays de Saint- Flour, le 6 juin

Plus en détail

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP :

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Réhabilitation du Site Grande Paroisse Toulouse Traitements mis en œuvre par Lot 1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Par désorption thermique : 50 000 tonnes environ Par traitement

Plus en détail

Qu est-ce qu un déchet? Qu en fait-on? - collecte - traitement élimination valorisation => coûts impact environnemental

Qu est-ce qu un déchet? Qu en fait-on? - collecte - traitement élimination valorisation => coûts impact environnemental Qu est-ce qu un déchet? Qu en fait-on? - collecte - traitement élimination valorisation => coûts impact environnemental GESTION perception par le public Différents types de déchets exemple de la France

Plus en détail

Syndicat Mixte d Etudes pour l Elimination des Déchets. Etat des lieux de la gestion des encombrants de déchèteries dans le département du Finistère

Syndicat Mixte d Etudes pour l Elimination des Déchets. Etat des lieux de la gestion des encombrants de déchèteries dans le département du Finistère Syndicat Mixte d Etudes pour l Elimination des Déchets Etat des lieux de la gestion des encombrants de déchèteries dans le département du Finistère Symeed état des lieux de la gestion des encombrants de

Plus en détail

des émissions de Gaz à Effet de Serre de la Préfecture de la Meuse

des émissions de Gaz à Effet de Serre de la Préfecture de la Meuse PREFETE DE LA MEUSE FICHE DE SYNTHESE BILAN des émissions de Gaz à Effet de Serre de la Préfecture de la Meuse Année 2013 Bilan Carbone de la Préfecture de la Meuse 1 1 Description de la personne morale

Plus en détail

CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES. UNIVALOM, le 24 mars 2010

CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES. UNIVALOM, le 24 mars 2010 CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES UNIVALOM, le 24 mars 2010 2CIMENT La Fabrication du ciment La Cimenterie de La Grave de Peille La Valorisation énergétique des encombrants Bilan du MAPA

Plus en détail

SYNDICAT MIXTE LYS AUDOMAROIS CAHIER DES CHARGES TRANSPORT ET CHARGEMENT DES PNEUS USAGES DE SILOS AGRICOLES SUR LE TERRITOIRE DU PAYS DE SAINT-OMER

SYNDICAT MIXTE LYS AUDOMAROIS CAHIER DES CHARGES TRANSPORT ET CHARGEMENT DES PNEUS USAGES DE SILOS AGRICOLES SUR LE TERRITOIRE DU PAYS DE SAINT-OMER SYNDICAT MIXTE LYS AUDOMAROIS CAHIER DES CHARGES TRANSPORT ET CHARGEMENT DES PNEUS USAGES DE SILOS AGRICOLES SUR LE TERRITOIRE DU PAYS DE SAINT-OMER Date de lancement de la consultation : Le Vendredi 16

Plus en détail

Développer le recyclage

Développer le recyclage Développer le recyclage des granulats pour construire durablement Les granulats concourent à l aménagement du territoire, notamment à la construction de logements et d ouvrages d art, à l entretien des

Plus en détail

Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE

Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE Partie I Polluants organiques persistants soumis aux obligations énoncées à l article 5 La présente annexe s applique aux polluants organiques persistants suivants,

Plus en détail

Etat des lieux de la gestion des déchets du BTP en région Poitou-Charentes

Etat des lieux de la gestion des déchets du BTP en région Poitou-Charentes Observatoire Régional des Déchets Etat des lieux de la gestion des déchets du BTP en région Poitou-Charentes Année 2012-2013 Contexte Dans le cadre de l élaboration prochaine des Plans de Prévention et

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

ISDND Les Parrines. Bilan hydrique du site (modèle MOBYDEC)

ISDND Les Parrines. Bilan hydrique du site (modèle MOBYDEC) ISDND Les Parrines Bilan hydrique du site (modèle MOBYDEC) 1 Méthodologie Le modèle utilisé pour réaliser le bilan hydrique du site est MOBYDEC (Modèle Global de Bilan Hydrique de Décharge), développé

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE 1998

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE 1998 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la, l encours des capitaux placés en plans d

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

Résultats de l enquête 2014

Résultats de l enquête 2014 Gestion des déchets de verre plat/châssis usagés Menuisiers, poseurs de châssis et couvreurs belges Résultats de l enquête 2014 En partenariat avec Table des matières 1. Contexte... 3 2. Synthèse des résultats...

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

Enquête pour estimer le potentiel de développement des véhicules à motorisation alternative en rhône-alpes. Synthèse des principaux résultats

Enquête pour estimer le potentiel de développement des véhicules à motorisation alternative en rhône-alpes. Synthèse des principaux résultats Enquête pour estimer le potentiel de développement des véhicules à motorisation alternative en rhône-alpes Synthèse des principaux résultats Dans le cadre du projet européen CO 2 NeutrAlp (www.co2neutralp.eu)

Plus en détail

Centre de Valorisation Organique des Ordures Ménagères résiduelles

Centre de Valorisation Organique des Ordures Ménagères résiduelles Centre de Valorisation Organique des Ordures Ménagères résiduelles Les sous-produits haut PCI : recherche d une valorisation en combustible Le 14 novembre 2013 SYTRAD Zone Industrielle La Motte - 7 rue

Plus en détail

Traitement des déchets industriels dans les fours à ciment ou les incinérateurs. Une comparaison environnementale

Traitement des déchets industriels dans les fours à ciment ou les incinérateurs. Une comparaison environnementale Traitement des déchets industriels dans les fours à ciment ou les incinérateurs Une comparaison environnementale Introduction Depuis 1975, l Union européenne a développé un système législatif très complet

Plus en détail

Bilan départemental d activité 2015

Bilan départemental d activité 2015 Bilan départemental d activité 2015 Les services publics d assainissement non collectif du Finistère SPANC Données 2013 Bilan départemental d activité 2015 LES SPANC Ce bilan d activité des SPANC résulte

Plus en détail

LA VALORISATION DES DECHETS COMPOSITES EN CIMENTERIE

LA VALORISATION DES DECHETS COMPOSITES EN CIMENTERIE LA VALORISATION DES DECHETS COMPOSITES EN CIMENTERIE Jean-Pierre de LARY (Délégué Général du GPIC) Bellignat, le 10 Octobre 2013 GPIC Organisation Professionnelle des transformateurs français de matériaux

Plus en détail

1. Contexte d étude. Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement

1. Contexte d étude. Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement 1. Contexte d étude Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement définir et réaliser des travaux de mise à niveau de l assainissement

Plus en détail

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie Club Environnement CCI Jura La gestion des eaux usées issues de l industrie Bertrand DEVILLERS Le 1 er juin 2015 Les catégories d eaux usées Trois catégories d eaux usées : Les eaux usées domestiques (eaux

Plus en détail

Les Médiévales de Provins Edition 2012

Les Médiévales de Provins Edition 2012 Étude sur les retombées économiques d un évènement culturel Les Médiévales de Provins Edition 2012 Provins xx/xx/2013 1 1 - Introduction : objectifs de l étude Une méthodologie nationale pour le calcul

Plus en détail

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients

STOCKAGE SOUTERRAIN. Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients STOCKAGE SOUTERRAIN Gestion de l élimination en Europe toute entière Sécurité à long terme Solutions répondant aux besoins de nos clients Prestations de service complètes à l échelle européenne Gestion

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

STATION DE TRAITEMENT DE LIXIVIATS LIEU DIT LE POYET À AMBERT

STATION DE TRAITEMENT DE LIXIVIATS LIEU DIT LE POYET À AMBERT STATION DE TRAITEMENT DE LIXIVIATS LIEU DIT LE POYET À AMBERT INAUGURATION JEUDI 5 JUILLET 2012 DOSSIER DE PRESSE L INSTALLATION DE STOCKAGE DE DECHETS NON DANGEREUX Lieu dit Le Poyet 63600 Ambert Territoire

Plus en détail

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Nous avons envoyé nos questionnaires à 697 associations susceptibles de fournir une information ou un accompagnement aux personnes

Plus en détail

Maintenance et traitement des appareillages électriques haute tension contenant du SF 6. Guide D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION SUR LES GAZ FLUORÉS

Maintenance et traitement des appareillages électriques haute tension contenant du SF 6. Guide D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION SUR LES GAZ FLUORÉS Maintenance et traitement des appareillages électriques haute tension contenant du SF 6 Guide D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION SUR LES GAZ FLUORÉS PRÉAMBULE Les dispositions présentées dans ce document

Plus en détail

Le thermoréseau. l énergie de votre confort par la valorisation des déchets

Le thermoréseau. l énergie de votre confort par la valorisation des déchets Le thermoréseau l énergie de votre confort par la valorisation des déchets Le chauffage à distance est fiable Pensez à long SATOM UN immense chauffage central Le chauffage à distance utilise l énergie

Plus en détail

Enquête sur la réforme du financement des pensions légales des agents statutaires des administrations locales et provinciales.

Enquête sur la réforme du financement des pensions légales des agents statutaires des administrations locales et provinciales. Enquête sur la réforme du financement des pensions légales des agents statutaires des administrations locales et provinciales Résultats Mai 2012 KPMG Advisory Avenue du Bourget, 40 Tel +32 (2) 708 38 51

Plus en détail

Economie de l hydrogène. Quelle place pour les énergies renouvelables?

Economie de l hydrogène. Quelle place pour les énergies renouvelables? JLR/15/12/06 Economie de l hydrogène. Quelle place pour les énergies renouvelables? Communication pour WIH2 2007 (2 ème Workshop International sur l Hydrogène) Ghardaia 19-21 mars 2007 Auteur: Jean-Loup

Plus en détail

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie METHANISATION et installations classées et production d électricité Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie 1 Nomenclature des installations classées Les installations classées en application

Plus en détail

Foire aux questions de la filière REP Papiers. Les questions

Foire aux questions de la filière REP Papiers. Les questions Foire aux questions de la filière REP Papiers Les questions Que fait EcoFolio, l éco-organisme des papiers, pour inciter les entreprises à éco-concevoir leurs produits? Conformément au cahier des charges

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 Certification ISO 9001 Enquête «entrants» et «sortants» M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 MWQ/MESURER/Enquêtes sur la certification/2010/iso 9001 1 1. Introduction Le document «Baromètre Qualité Bilan 2008»

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

GESTION DES DECHETS EN CHARENTE

GESTION DES DECHETS EN CHARENTE Les synthèses de l AREC GESTION DES DECHETS EN CHARENTE Les chiffres pour comprendre Année 2008 POITIERS NIORT LA ROCHELLE ANGOULÊME 2008 En Charente 33 690 tonnes 97 kg/hab/an En Poitou-Charentes 174

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

passez à la chaleur renouvelable à base de résidus agricoles.

passez à la chaleur renouvelable à base de résidus agricoles. passez à la chaleur renouvelable à base de résidus agricoles. Un service clé-en-main, un chauffage confortable et sûr. Un prix compétitif L option d un financement intégral. Un service de fourniture de

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

> Les engagements. des entreprises

> Les engagements. des entreprises Charte du Syndicat professionnel des entreprises de services d eau et d assainissement pour la gestion du patrimoine Les engagements des entreprises Sommaire 1 Les signataires de la Charte 2 Les enjeux

Plus en détail

EXPLOITATION STATISTIQUE ET ANALYSE DES DONNÉES SUR LES COÛTS DE GESTION DU FLUX DES RECYCLABLES SECS DES ORDURES MÉNAGERES

EXPLOITATION STATISTIQUE ET ANALYSE DES DONNÉES SUR LES COÛTS DE GESTION DU FLUX DES RECYCLABLES SECS DES ORDURES MÉNAGERES EXPLOITATION STATISTIQUE ET ANALYSE DES DONNÉES SUR LES COÛTS DE GESTION DU FLUX DES RECYCLABLES SECS DES ORDURES MÉNAGERES Octobre 2011 Étude réalisée pour le compte de l'ademe par AWIPLAN Coordination

Plus en détail

CRITERES D ADMISSION, ORGANES DE CONTRÔLE DE LA QUALITE DES MATERIAUX ET TRACABILITE DES DECHETS INERTES ADMIS SUR LES INSTALLATIONS DU GROUPE ECT

CRITERES D ADMISSION, ORGANES DE CONTRÔLE DE LA QUALITE DES MATERIAUX ET TRACABILITE DES DECHETS INERTES ADMIS SUR LES INSTALLATIONS DU GROUPE ECT CRITERES D ADMISSION, ORGANES DE CONTRÔLE DE LA QUALITE DES MATERIAUX ET TRACABILITE DES DECHETS INERTES ADMIS SUR LES INSTALLATIONS DU GROUPE ECT I- MESURES PREALABLES A L ACCEPTATION SUR SITE Au préalable

Plus en détail

EF4 AILg www.ef4.be 1

EF4 AILg www.ef4.be 1 Le traitement des déchets : L exemple de la cimenterie Holcim à Obourg Holcim France Benelux Le groupe Holcim a démarré en 1912 et a entamé son expansion internationale en 1920 Croissance depuis le début

Plus en détail

TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES

TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES 1. Contexte de l étude + Objectifs 2. Caractérisation des lixiviats 3. Performances du couplage de procédés 4. Conclusion générale Étude menée au STRI/LHC

Plus en détail

Partager nos données pour pouvoir les comparer, avoir des retours d expériences et enrichir notre approche

Partager nos données pour pouvoir les comparer, avoir des retours d expériences et enrichir notre approche Les objectifs de l observatoire des SPANC en PACA : Alimenter un observatoire régional des SPANC et permettre aux SPANC de se positionner dans le contexte régional et au-delà (grand Sud-Est) Partager nos

Plus en détail

Etat des lieux de la gestion des déchets du BTP dans le département de la Vienne

Etat des lieux de la gestion des déchets du BTP dans le département de la Vienne Observatoire Régional des Déchets Etat des lieux de la gestion des déchets du BTP dans le département de la Vienne Année 2012-2013 Contexte Dans le cadre de l élaboration prochaine des Plans de Prévention

Plus en détail

LE CYCLE DE VIE DU VERRE D EMBALLAGES ISSUS DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES. Jonathan DECOTTIGNIES

LE CYCLE DE VIE DU VERRE D EMBALLAGES ISSUS DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES. Jonathan DECOTTIGNIES LE CYCLE DE VIE DU VERRE D EMBALLAGES ISSUS DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES Jonathan DECOTTIGNIES Le Cercle National du Recyclage La nature association loi 1901 née en juin 1995 Paul DEFFONTAINE (Vice

Plus en détail

Enquêtes auprès des éleveurs laitiers ayant installé un pré-refroidisseur dans le cadre du programme régional "éco énergie lait"

Enquêtes auprès des éleveurs laitiers ayant installé un pré-refroidisseur dans le cadre du programme régional éco énergie lait Enquêtes auprès des éleveurs laitiers ayant installé un pré-refroidisseur dans le cadre du programme régional "éco énergie lait" Juillet 2014 Rapport de résultats Avec le soutien et le partenariat de :

Plus en détail

L amiante, un polluant fortement réglementé

L amiante, un polluant fortement réglementé L amiante, un polluant fortement réglementé Journée technique CoTITA «Prise en compte de la qualité sanitaire dans les 28/03/2014 bâtiments» 27 mars 2014 3 codes principaux Code de la santé publique Code

Plus en détail

La gestion des déchets de. chantier Dossier n 4 EDD1

La gestion des déchets de. chantier Dossier n 4 EDD1 La gestion des déchets de Fiche Ressource n 1 chantier Dossier n 4 EDD1 La gestion des déchets de chantier : La gestion des déchets de chantier des travaux publics est un enjeu primordial pour les générations

Plus en détail

Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet de serre PREFECTURE DE REGION D ILE DE FRANCE Bureau environnement/énergie Immeuble Le Ponant 5 rue Leblanc 75015 PARIS ANTONY, le 21 décembre 2015 Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet

Plus en détail

DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination

DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination INERTES Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : Filières d élimination ou

Plus en détail

CHARVET et l Environnement

CHARVET et l Environnement CHARVET et l Environnement L entreprise Charvet est située au bord du lac de Paladru, à deux pas du massif de la Chartreuse. Dans un territoire protégé, au milieu d une commune rurale, Charvet a depuis

Plus en détail

Valorisation du potentiel des déchets ménagers et assimilés et des déchets d activité économique

Valorisation du potentiel des déchets ménagers et assimilés et des déchets d activité économique Valorisation du potentiel des déchets ménagers et assimilés et des déchets d activité économique Séminaire anniversaire Caen, le 22 novembre 2013. Présentée par Dominique Plumail, Hier voués à l élimination,

Plus en détail