Dépistage du cancer du sein

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dépistage du cancer du sein"

Transcription

1 COLLÈGE DES MÉDECINS DU QUÉBEC Dépistage du cancer du sein Avant-propos Encore aujourd hui, le cancer du sein afflige un nombre important de Québécoises. Malgré ce constat inquiétant et bien que la mammographie de dépistage soit recommandée pour les femmes âgées entre 50 et 69 ans, on note un retard significatif du dépistage systématique chez ce groupe de femmes. Face à cette situation, le Collège des médecins du Québec a jugé opportun de publier des lignes directrices sur le dépistage du cancer du sein et de s associer au ministère de la Santé et des Services sociaux dans le cadre du Programme québécois de dépis- tage du cancer du sein. Ce plan commun a pour but de réduire la mortalité par cancer du sein chez les femmes de ce groupe d âge. Nous espérons que les informations contenues dans la présente publication permettront à tous les médecins concernés d être mieux outillés pour aider leurs patientes à faire face à cette maladie. Le président, Roch Bernier, MD Introduction En lien avec le cadre de référence produit par le ministère de la Santé et des Services sociaux pour implanter le Programme québécois de dépistage du cancer du sein, le Collège des médecins a établi des lignes directrices pour informer ses membres. Le Collège tient avant tout à souligner le rôle primordial des omnipraticiens dans la réussite du programme de dépistage. Ce sont les professionnels de la santé les mieux placés pour informer les femmes de l existence de ce programme, pour les renseigner sur les centres de dépistage désignés dans leur région, leur expliquer les avantages de ce programme pour leur santé et les inviter à y participer. Le médecin traitant qui recevra le rapport de la mammographie aura, pour sa part, la responsabilité d assurer le lien entre le centre de dépistage désigné et le centre de référence pour investigation désigné. Il devra également bien informer ses patientes afin de les soutenir pendant la période difficile de l investigation diagnostique. Septembre

2 1. Problématique Selon les prévisions présentées dans Statistiques canadiennes sur le cancer (1996), environ 4100 nouveaux cas de cancer du sein pourraient être diagnostiqués au Québec au cours des prochaines années, et quelque 1450 décès dus à cette maladie pourraient être constatés. Même si le taux de mortalité par cancer du sein a légèrement diminué (2,1 %) entre 1984 et 1993, l incidence, elle, a augmenté (2,5 %). Et comme l incidence croît parallèlement au vieillissement de la population, on prévoit que l augmentation du nombre de cas de cancer du sein se poursuivra dans les années à venir. Par ailleurs, les causes du cancer du sein ne sont pas encore connues, et on n a présentement aucun moyen vraiment efficace de prévenir cette affection. Comme il est encore impossible de prévenir l apparition du cancer du sein en raison des facteurs de risque difficilement modifiables et d une méconnaissance des causes, le seul moyen actuellement disponible de diminuer ses dommages en ce qui a trait à la mortalité et à la morbidité est d intervenir le plus précocement possible pour modifier l évolution de la maladie. Il semble bien que la probabilité qu une tumeur de moins de un centimètre de diamètre ait envahi les ganglions locaux ou distants soit moins grande que dans le cas de tumeurs de plus grand diamètre. Ainsi, si l on peut découvrir le cancer à ce stade précoce de son évolution, il est permis d espérer une plus grande chance de survie. C est le but du dépistage. De plus, lors de l examen médical périodique, il est toujours recommandé que le médecin traitant révise les habitudes d autoexamen des seins de chaque femme qui le consulte et qu il procède lui-même à un examen des seins. Cet examen doit comprendre, outre l examen clinique en positions assise et couchée, l évaluation des aires ganglionnaires de l aisselle et du creux susclaviculaire. 2

3 2. Dépistage 2.1 Définition Selon Last, le dépistage se définit comme l identification dans une population, a priori en bonne santé, des sujets présentant soit une maladie non apparente, soit un risque élevé d une maladie donnée, en vue de faire des examens complémentaires ou de prendre les mesures de prévention qui s imposent. Le programme de dépistage regroupe donc l ensemble des activités permettant cette identification dans une population donnée. De nombreuses études épidémiologiques menées en Europe, aux États-Unis et au Canada ont montré que les activités de dépistage appliquées à de larges populations diminuent de façon significative la mortalité par cancer du sein. De fait, des essais cliniques randomisés et des études de cohorte ou de cas-témoins ont démontré que le dépistage par mammographie, avec ou sans examen physique des seins, pouvait réduire la mortalité par cancer du sein chez les femmes âgées de 50 à 69 ans. Dans les conditions optimales de réalisation de ces études, incluant des mécanismes de contrôle de la qualité et des taux de participation de près de 70 % des populations visées, cette diminution était de l ordre de 30 % à 40 %. Cette réduction a été observée après une période de sept à dix ans. 2.2 Programme québécois de dépistage du cancer du sein Le Programme québécois de dépistage du cancer du sein proposé prévoit que toutes les Québécoises âgées de 50 à 69 ans seront invitées à passer tous les deux ans un examen de dépistage par mammographie. Cet examen sera pratiqué dans des centres de dépistage désignés aux fins du programme, souscrivant ainsi à des normes de qualité élevées sur les plans technique et professionnel. Par ailleurs, une controverse existe concernant le dépistage du cancer du sein chez les femmes âgées de 40 à 49 ans. En effet, comme il a été indiqué lors de la conférence tenue en janvier 1997 à Bethesda et qui a fait consensus sur le sujet, les preuves actuelles provenant des études randomisées indiquent qu il n y a pas de baisse de mortalité chez ce groupe de femmes au cours des sept premières années suivant le début du dépistage, les effets bénéfiques commençant à apparaître après de dix à douze ans seulement. Dans ces conditions, il n est donc pas recommandé que ce groupe d âge fasse partie d un programme de dépistage. Toutefois, les femmes de ce groupe d âge qui présentent des facteurs de risque importants pourront, sur prescription du médecin, avoir accès à la mammographie de dépistage et feront l objet d une observation et d un suivi particulier. Les études actuelles démontrent que le risque d être atteinte d un cancer du sein, pour une patiente âgée de 40 à 49 ans, est de 1,5 à 3 fois plus grand si la mère ou une soeur de cette patiente a eu un tel cancer; ce risque est considérablement plus grand si la mère et une soeur ont été affectées par cette maladie. Le facteur de risque retenu aux fins de l inclusion au Programme québécois de dépistage du cancer du sein est un antécédent familial de cancer du sein chez la mère ou une sœur avant la ménopause. Pour les femmes âgées de 70 ans ou plus, le médecin traitant doit juger de la pertinence de prescrire une mammographie de dépistage tous les deux ans. Enfin, il est fortement recommandé de procéder annuellement à un examen des seins des femmes de tous les groupes d âges et de les encourager à effectuer elles-mêmes cet auto-examen. 3

4 3. Centre de dépistage désigné 3.1 Orientation Les patientes qui se présenteront au centre de dépistage désigné devront toujours indiquer qui est leur médecin traitant. Pour les femmes qui n ont pas de médecin traitant, la régie régionale de la santé et des services sociaux mettra sur pied, en collaboration avec les médecins de la région, des mécanismes permettant rapidement de suggérer des médecins prêts à assurer leur suivi. 3.2 Questionnaire Un formulaire standard qui détaille les antécédents familiaux et personnels pertinents ainsi que la médication relative aux anovulants ou aux hormones de remplacement sera rempli pour chaque femme. (Voir le formulaire Rapport de dépistage en appendice). 3.3 Mammographie Technique Les mammographies seront effectuées dans des centres de dépistage désignés conformément aux normes établies par le Programme québécois de dépistage du cancer du sein, normes qui se basent sur le Programme d accréditation de l Association canadienne des radiologistes, tant en ce qui concerne la formation et la compétence du personnel que l appareillage et la qualité des clichés. À cet égard, les technologues devront se conformer aux normes et aux recommandations du Manuel de contrôle de la qualité (1997) ainsi qu au Guide de pratique en mammographie (1995), publié par l Ordre des technologues en radiologie du Québec. Dans le cadre du Programme québécois de dépistage du cancer du sein, il est initialement recommandé que tout radiologiste interprète au moins 480 mammographies par an afin de maintenir son niveau d expertise. Actuellement en révision, ce nombre a été établi par l American College of Radiology, puis adopté par l Association canadienne des radiologistes. Toutefois, afin d assurer le plus haut niveau d expertise possible aux centres désignés, les radiologistes affectés au programme devraient, d ici deux à trois ans, effectuer la lecture d au moins 1500 mammographies de dépistage par an. L atteinte de cette norme est cependant conditionnelle à l accessibilité au programme par les femmes de toutes les régions du Québec. Ainsi, dans chacune des régions du Québec, il devra y avoir au moins un radiologiste en mesure d interpréter des mammographies dans les centres de dépistage désignés. De plus, tout radiologiste qui interprète des mammographies de dépistage doit participer aux activités de perfectionnement lui permettant de maintenir sa compétence à jour. RAPPORT DE RADIOLOGIE Le rapport de radiologie doit être consigné sur des formulaires normalisés, comme ceux du Rapport de dépistage, présenté en appendice. Rapport normal Le rapport de la mammographie, lorsqu il est normal, est envoyé par le centre de dépistage au médecin traitant de la patiente et les données complètes du rapport de dépistage sont acheminées à la coordination des services de sa région par le système d information. Rapport anormal Lorsque le radiologiste décrit des anomalies qui semblent malignes et qui requièrent une investigation diagnostique, il lui est recommandé, si possible, de demander l avis d un confrère. Le rapport de mammographie est envoyé au médecin traitant et les données complètes du rapport de dépistage sont acheminées à la coordination des services de sa région. De plus, il faut que le médecin traitant soit informé rapidement de ce rapport, par télécopie ou par téléphone. Il incombera ensuite à ce dernier d informer sa patiente et d entreprendre les démarches nécessaires auprès du centre de référence pour investigation désigné. 4

5 Aucune manœuvre diagnostique (échographie, cytoponction ou biopsie au trocart, par exemple) ne devrait être effectuée au moment de la mammographie initiale, l implication de l équipe multidisciplinaire du centre de référence pour investigation étant nécessaire pour entreprendre cette étape. INFORMATION AUX PATIENTES Le cadre de référence prévoit un mécanisme pour informer les patientes des résultats de leur mammographie. Le médecin traitant ne peut cependant se décharger de sa responsa- bilité d informer sa patiente des étapes du processus d investigation diagnostique et de répondre à ses questions ou à ses inquiétudes. Il est particulièrement important de rappeler clairement aux patientes qu un résultat suspect lors d une mammographie de dépistage ne signifie pas systématiquement un diagnostic de cancer du sein. De plus, les femmes doivent toujours être informées que le temps nécessaire à une investigation diagnostique plus approfondie ne compromet pas leurs chances de survie au cas où un cancer serait confirmé. 4. Centre de référence pour investigation désigné 4.1 Généralités Puisque l approche diagnostique doit être multidisciplinaire, les médecins associés aux centres de référence pour investigation désignés devront travailler en équipe. Celle-ci doit comprendre un radiologiste, un chirurgien, un pathologiste et un professionnel en soutien psychosocial. Avant d entreprendre tout acte diagnostique impliquant l utilisation d une technique effractive, l équipe en place doit évaluer l état de chaque patiente qui lui est référée à la suite d une mammographie anormale, puis établir un plan d intervention. Le formulaire intitulé Rapport de confirmation diagnostique, présenté en appendice, doit être utilisé par les médecins concernés. Par ailleurs, le dossier de la patiente doit comprendre un examen physique dont les paramètres sont définis dans le même appendice. 4.2 Méthodes diagnostiques Le type de prélèvement est choisi en considération des images radiologiques et de l examen clinique. Compte tenu du fait qu un certain nombre de lésions pourront être évaluées par une méthode fermée, soit l aspiration à l aiguille fine, soit la biopsie au trocart, il est essentiel que les centres de référence pour investigation désignés disposent d un appareil stéréotaxique, de préférence numérisé, et d un appareil d échographie répondant à des normes de qualité. Ces derniers doivent aussi compter sur les services d un pathologiste compétent en interprétation de cytologies mammaires. ASPIRATION À L AIGUILLE FINE OU BIOPSIE AU TROCART Il faut considérer ces techniques comme effractives et les effectuer conformément aux exigences rattachées à ces méthodes. On devrait rédiger à cet effet un rapport comprenant les renseignements suivants : le type d asepsie; l agent anesthésique local administré, sa concentration et la quantité injectée, le cas échéant; le type et la grosseur de l aiguille ou du trocart utilisé; la proximité de la lésion radiologique par rapport à l aiguille lorsqu il s agit d une biopsie par stéréotaxie; l évaluation par le médecin de la quantité et de la qualité du prélèvement; tout incident survenu lors de l intervention; 5

6 la corrélation entre la quantité et la qualité du prélèvement, et l indice de suspicion suivi d une recommandation. BIOPSIE OUVERTE CHIRURGICALE Lésions impalpables La biopsie chirurgicale doit être faite en association avec une localisation de la lésion par harponnage. Avant l intervention chirurgicale, il est essentiel que le chirurgien revoie la mammographie avec le radiologiste afin de déterminer précisément le volume exact de tissu à exciser. La localisation du harpon doit se faire aussi sous guidage d imagerie. Les types d incision devraient être planifiés selon les recommandations du guide publié par le National Surgical Adjuvant Breast Project (NSABP), soit une incision curviligne pour les lésions du quadrant supérieur, une incision verticale ou curviligne pour les lésions du quadrant inférieur et une incision horizontale pour les lésions à la jonction de ces deux zones. Il faut effectuer la biopsie comme s il s agissait d une mastectomie segmentaire pour s assurer que la marge de résection est indemne de tumeur. Les incisions doivent être planifiées selon la localisation de la lésion, et non pas selon l emplacement du harpon. Enfin, pour obtenir de meilleurs résultats sur le plan esthétique, on ne doit ni sousminer la peau, ni procéder à la fermeture du tissu mammaire, ni utiliser de drain. Le formulaire Rapport détaillé du clinicien concernant le cancer du sein, présenté en appendice, est destiné à consigner les éléments relatifs à ce type d intervention. Le chirurgien doit s abstenir d inciser ou de morceler le prélèvement après exérèse. Il doit, de préférence, orienter celui-ci à l aide de fils de suture; les fils sont préférables aux agrafes métalliques, qui pourraient se rétracter à l intérieur du prélèvement ou masquer des microcalcifications. Il faut établir un code d orientation pour les fils et indiquer ce code sur la feuille de demande d examen. Lorsqu un harpon a été utilisé, il doit être laissé en place. Le prélèvement doit être radiographié immédiatement après exérèse, et les clichés doivent être mis à la disposition du radiologiste et du pathologiste. On doit exiger immédiatement un rapport radiologique, précisant si l anomalie radiographique décrite à la mammographie se retrouve dans le spécimen. Lésions palpables Le chirurgien doit se conformer aux techniques usuelles de biopsie ou de tumorectomie. Comme dans le cas de lésions impalpables, il ne doit pas inciser le prélèvement après exérèse; il doit également orienter le spécimen à l aide de fils de suture. Protocoles opératoires Les protocoles opératoires doivent être rédigés conformément aux normes de tenue du dossier qui ont été présentées dans le Guide concernant la tenue du dossier par le médecin en centre hospitalier, publié en 1996 par le Collège des médecins du Québec. Il faut notamment préciser l étendue de l excision, y compris l exérèse de l aponévrose, le cas échéant. 4.3 Pathologie LÉSIONS IMPALPABLES La technique de l examen extemporané (coupe à la congélation) n est, en règle générale, pas appropriée au diagnostic histologique des lésions impalpables. Le prélèvement doit être pesé et mesuré dans les trois dimensions. La surface du prélèvement doit être recouverte d encre de Chine ou de tout autre pigment radiotransparent afin de marquer les limites de l exérèse chirurgicale. Le prélèvement doit ensuite être coupé en une série de tranches minces (4 mm d épaisseur). Les tranches de section sont examinées soigneusement, sans omettre la palpation. 6

7 4.4 Rapport Une nouvelle radiographie de la pièce après section en tranches sériées peut être utile pour repérer et prélever avec précision les anomalies radiologiques, en particulier les microcalcifications. Cette méthode permet d établir des corrélations étroites entre les aspects radiologiques et histologiques. Le nombre de prélèvements nécessaires à un examen adéquat varie. Dans le cas d une petite pièce, tout le tissu doit être examiné. LÉSIONS PALPABLES Comme dans les cas de lésions impalpables, le prélèvement doit être mesuré dans les trois dimensions et sa surface, badigeonnée avec un pigment approprié. Il faut le sectionner de telle façon que l état des limites d exérèse puisse être évalué si la lésion s avérait maligne. Les dimensions de la lésion doivent être mesurées. Le pathologiste doit décider s il convient d effectuer un examen extemporané. Cette décision dépend généralement de la taille de la lésion. L examen extemporané, en règle générale, n est pas indiqué si la lésion ne mesure pas au moins dix millimètres. Dans ce contexte, si la quantité de tissu est suffisante, on prélève aussi des échantillons pour le dosage des récepteurs hormonaux, par méthode biochimique. Toutefois, la détermination des récepteurs hormonaux peut également être effectuée par méthode immunohistochimique sur coupes congelées ou après fixation en paraffine. 4.4 Rapport CONTENU Le rapport doit contenir les renseignements nécessaires à la planification du traitement, en particulier : l identité de la patiente; les types de prélèvement; la description macroscopique du prélèvement, dont ses dimensions et celles de la lésion; le diagnostic microscopique. TERMINOLOGIE ET AUTRES RENSEIGNEMENTS Pour les types histologiques, il convient d utiliser une terminologie standardisée comme celle proposée par l Organisation mondiale de la santé. Pour le grade histologique, la méthode de Bloom et Richardson modifiée est recommandée. L état des limites de l exérèse doit être précisé. Le nombre total de ganglions lymphatiques prélevés et le nombre de ceux qui présentent des métastases doivent être indiqués. Deux formulaires sont proposés, un premier pour le rapport de cytologie (voir le Rapport de cytopathologie en appendice) et un second pour le rapport de pathologie (voir le Rapport de pathologie en appendice). RAPPORT FINAL Un rapport final (voir le Rapport détaillé du clinicien concernant le cancer du sein en appendice) résumant les différentes démarches diagnostiques et thérapeutiques devra être rempli. 5. Liste des rapports Les rapports présentés en appendice proviennent du ministère de la Santé et des Services sociaux. Ce sont : le Rapport de dépistage, le Rapport de confirmation diagnostique, le Rapport de cytopathologie, le Rapport de pathologie, le Rapport détaillé du clinicien concernant le cancer du sein. 7

8 RAPPORT DE DÉPISTAGE Partie I Nom de l établissement 2. RENDEZ-VOUS Avez-vous une prescription médicale? Oui Non Médecin responsable (à qui envoyer le résultat pour suivi) Médecin référant (s il y a lieu) Adresse Adresse de l appel pour la prise de rendez-vous du rendez-vous Quelles sont les sources d information qui vous ont incitée à participer au Programme québécois de dépistage du cancer du sein? Invitation reçue par la poste Médecin traitant Bouche à oreille Publicité Autres (événements spéciaux) Participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein Oui de l autorisation Non du refus 3. ANTÉCÉDENTS MÉDICAUX Âge 1. Avez-vous déjà eu une mammographie? Nom de l établissement ou de la clinique de Non Oui la dernière 2. Avez-vous eu un examen physique des seins au cours de la dernière année? Non Oui Fait par : Médecin Infirmière 3. Avez-vous des problèmes aux seins (douleur, écoulement, masses, bosses, inversion du mammelon, autre)? Douleur Non Oui Sein droit Sein gauche Écoulement Non Oui Sein droit Sein gauche Masses (bosses) Non Oui Sein droit Sein gauche Inversion du mammelon Non Oui Sein droit Sein gauche Autres, spécifier : Non Oui Sein droit Sein gauche 4. Avez-vous déjà eu une intervention au sein (réduction mammaire, mastectomie, ponction, biopsie, autre)? Réduction mammaire Non Oui Année Sein droit Sein gauche Rapport de dépistage Partie I Mastectomie Non Oui Année Sein droit Sein gauche Ponction Non Oui Année Sein droit Sein gauche Biopsie Non Oui Année Sein droit Sein gauche Autres, spécifier : Non Oui Année Sein droit Sein gauche 5. Avez-vous des prothèses mammaires actuellement? 6. Avez-vous déjà eu des prothèses mammaires? Non Oui Sein droit Sein gauche Non Oui Sein droit Sein gauche Depuis combien d années : Enlevées depuis combien d années : 7. Y a-t-il eu des cancers du sein dans votre famille (mère, soeur, fille)? Non Oui : * Âge de la femme lors du diagnostic de cancer du sein Ne sait pas Mère * âge : Soeur(s) * âge : * âge : Fille(s) * âge : * âge : AH-508 (97-03) RAPPORT DE DÉPISTAGE Partie I DOSSIER DE L USAGER

9 RAPPORT DE DÉPISTAGE Partie II Nom de l établissement 3. ANTÉCÉDENTS MÉDICAUX (suite) Âge 8. Prenez-vous des hormones de façon régulière actuellement? 9. Avez-vous déjà pris des hormones de façon régulière? Non Oui, depuis combien : Non Oui, vous avez cessé depuis combien : D années? De mois? D années? De mois? 10. Êtes-vous ménopausée? 11. Grossesse(s) Nombre Âge à la Non Oui Depuis quel âge : Non Oui d enfants : 1 ère grossesse : ans Observations physiques Taille : m cm ou pi po Cicatrice, naevus, etc. Droit Gauche Poids : kg ou lbs Estimés Mesurés 4. MAMMOGRAPHIE Mammographie de dépistage : Oui Non Nom du (de la) technologue N de permis Facteurs techniques (si non inscrits sur les clichés de mammographie) Nombre CCD CCG MLOD MLOG Type de clichés de clichés MAS KV MAS KV MAS KV MAS KV Réguliers (4) Protocoles spéciaux acceptés dans le dépistage Seins volumineux Prothèses Reprise (problème technique) 5. RAPPORT DU (DE LA) RADIOLOGISTE Nom du (de la) radiologiste N de permis de la lecture Aspect du parenchyme (Wolfe) Seins involués (< 25% de tissu glandulaire) Seins peu denses (25 à 49% de tissu glandulaire) Résultat du dépistage Rapport de dépistage Partie II Seins modérément denses (50 à 75% de tissu glandulaire) Seins très denses (> 75% de tissu glandulaire) a) normal Inchangé depuis l examen antérieur Revoir dans 2 ans b) normal, lésion bénigne Inchangé ou diminué depuis l examen antérieur Revoir dans 2 ans c) anormal, référence pour confirmation diagnostique Lésion Sein Sein Lésion Sein Sein Lésion Sein Sein unique : droit gauche multiple : droit gauche diffuse : droit gauche Signature du (de la) radiologiste AH-508 (97-03) RAPPORT DE DÉPISTAGE Partie II DOSSIER DE L USAGER

10 Rapport de dépistage Partie III RAPPORT DE DÉPISTAGE Partie III Nom de l établissement 5. RAPPORT DU (DE LA) RADIOLOGISTE (suite) Lésions (bénignes incluses, site réel) N Type Site (un seul site par lésion, sauf microcalcification) Taille Microcalcification Droit CC Gauche Droit MLO Gauche Masse Extérieur Extérieur 1 Distorsion Supérieur Supérieur Densité asymétrique, cm Autre, spécifier : Intérieur Intérieur Inférieur Inférieur 2 Microcalcification Masse Distorsion Densité asymétrique Autre, spécifier : Droit CC Gauche Droit MLO Gauche Extérieur Extérieur Supérieur Supérieur, cm Intérieur Intérieur Inférieur Inférieur 3 Microcalcification Masse Distorsion Densité asymétrique Autre, spécifier : Droit CC Gauche Droit MLO Gauche Extérieur Extérieur Supérieur Supérieur, cm Intérieur Intérieur Inférieur Inférieur Double lecture de la lecture Nom du (de la) 2 ième radiologiste N de permis Signature du (de la) 2 ième radiologiste 6. RECOMMANDATIONS DU (DE LA) RADIOLOGISTE (à compléter seulement si le résultat du dépistage est anormal, référence pour confirmation dx) Examens radiologiques : Incidences supplémentaires Agrandissements Compression Échographie Comparaison avec clichés antérieurs Examen effractif (invasif) (cytoponction, biopsie au trocart, etc.) Aucune spécification À L USAGE EXCLUSIF DU CENTRE DE DÉPISTAGE Suivi du dossier de l envoi du rapport Mode de au médecin responsable communication : 1 Téléphone 2 Télécopieur 3 Poste Identification du centre de référence pour investigation (s il y a lieu) Résultat d investigation (s il y a lieu) du rendez-vous en confirmation diagnostique Résultat : Normal Bénin Malin À risque Contrôle requis : Non Oui, dans mois du résultat d investigation AH-508 (97-03) RAPPORT DE DÉPISTAGE Partie III DOSSIER DE L USAGER

11 Rapport de confirmation diagnostique Partie I RAPPORT DE CONFIRMATION DIAGNOSTIQUE Partie I Nom de l établissement 2. RENDEZ-VOUS de l appel pour la prise de rendez-vous du premier rendez-vous 3. EXAMENS RÉALISÉS A) Examen physique Examen des seins Sein droit Sein gauche Lésion suspecte décelée à la mammographie Palpable Non palpable Douteux Palpable Non palpable Douteux Ganglions Absents Non suspects Suspects Absents Non suspects Suspects Sus-claviculaires Axillaires Nom N de permis Médecin Résultat : Concluant (complétez la section 4) Examens supplémentaires nécessaires Examen physique : Taille du(des) nodule(s), bidimensionnelle : Impression diagnostique : Recommandations : AH-509 (97-03) RAPPORT DE CONFIRMATION DIAGNOSTIQUE Partie I DOSSIER DU MÉDECIN

12 Rapport de confirmation diagnostique Partie II RAPPORT DE CONFIRMATION DIAGNOSTIQUE Partie II Nom de l établissement 3. EXAMENS RÉALISÉS (suite) B) Examens radiologiques de confirmation diagnostique Aucun P Incidences supplémentaires Sein droit Sein gauche M Agrandissements Sein droit Sein gauche S Compression Sein droit Sein gauche U Échographie Sein droit Sein gauche F Comparaison avec clichés antérieurs Nom Médecin N de permis Résultat : Concluant (complétez la section 4) Examens supplémentaires nécessaires Détails du résultat des examens radiologiques de confirmation diagnostique : 1N Confirmation diagnostique radiologique négative, revoir dans 2 ans 2N Confirmation diagnostique radiologique bénigne, revoir dans 2 ans masse microcalcifications autres : 3 Confirmation diagnostique radiologique probablement bénigne, revoir dans mois masse microcalcifications autres : 4 Confirmation diagnostique radiologique modérément suspecte masse densité asymétrique microcalcifications distorsion autres : 4B Aspiration à l aiguille fine stéréoguidée suggérée 4L Aspiration à l aiguille fine échoguidée suggérée 4T Biopsie au trocart échoguidée suggérée 4Y Biopsie chirurgicale suggérée 5 Confirmation diagnostique radiologique hautement suggestive de malignité 5B Aspiration à l aiguille fine stéréoguidée suggérée 5L Aspiration à l aiguille fine échoguidée suggérée 5H Biopsie au trocart stéréoguidée suggérée 5T Biopsie au trocart échoguidée suggérée 5Y Biopsie chirurgicale suggérée 6 Autres (ABBI, etc.), spécifier : 4H Biopsie au trocart stéréoguidée suggérée C) Examens invasifs de confirmation diagnostique A Aspiration à l aiguille fine Sein Guidée Sein Guidée droit : Échoguidée Stéréoguidée cliniquement gauche : Échoguidée Stéréoguidée cliniquement Kyste : Non Oui Cytologie demandée : Non Oui Médecin Nom N de permis Résultat : Concluant (complétez la section 4) Examens supplémentaires nécessaires T Biopsie au trocart Sein Guidée Sein Guidée droit : Échoguidée Stéréoguidée cliniquement gauche : Échoguidée Stéréoguidée cliniquement Médecin Nom N de permis Résultat : Concluant (complétez la section 4) Examens supplémentaires nécessaires AH-509 (97-03) RAPPORT DE CONFIRMATION DIAGNOSTIQUE Partie II DOSSIER DU MÉDECIN

13 Rapport de confirmation diagnostique Partie III RAPPORT DE CONFIRMATION DIAGNOSTIQUE Partie III Nom de l établissement 3. EXAMENS RÉALISÉS (suite) C) Examens invasifs de confirmation diagnostique (suite) I Biopsie incisionnelle Sein droit : Stéréoguidée Ouverte Sein gauche : Stéréoguidée Ouverte Médecin Nom N de permis Résultat : Concluant (complétez la section 4) Examens supplémentaires nécessaires E Biopsie excisionnelle Sein droit : Stéréoguidée Ouverte Sein gauche : Stéréoguidée Ouverte Médecin Nom N de permis Résultat : Concluant (complétez la section 4) Examens supplémentaires nécessaires M Mastectomie partielle Médecin Sein droit Sein gauche Nom N de permis Résultat : Concluant (complétez la section 4) Examens supplémentaires nécessaires G Autres manoeuvres diagnostiques invasives (incluant système ABBI), décrire : Médecin Sein droit Sein gauche Nom N de permis Résultat : Concluant (complétez la section 4) Examens supplémentaires nécessaires 4. CONCLUSION DE LA CONFIRMATION DIAGNOSTIQUE Résultat : Normal Bénin Malin À risque Contrôle requis : Oui, dans mois Référée à un intervenant psychosocial : Oui Non Médecin Signature du médecin Nom N de permis de l envoi du rapport au de l envoi du rapport au de l envoi du rapport au MÉDECIN TRAITANT CENTRE DE DÉPISTAGE PILOTE PROVINCIAL AH-509 (97-03) RAPPORT DE CONFIRMATION DIAGNOSTIQUE Partie III DOSSIER DU MÉDECIN

14 Rapport de cytopathologie RAPPORT DE CYTOPATHOLOGIE Nom de l établissement (Département de pathologie) 2. RAPPORT DE CYTOPATHOLOGIE Numéro du rapport de cytologie Sein : Droit Gauche Type de matériel cytologique : Ponction à l aiguille fine (lésion solide) Ponction à l aiguille fine (kyste) Écoulement mammelonnaire Grattage (peau/mammelon) Diagnostic : Inadéquat Morphologie bénigne Atypies cellulaires prononcées probablement malignes Morphologie maligne Atypies cellulaires, probablement bénignes Pathologiste Nom N de permis Signature REMARQUES AH-510 (97-03) RAPPORT DE CYTOPATHOLOGIE DOSSIER DU MÉDECIN

15 Rapport de pathologie Partie I RAPPORT DE PATHOLOGIE Partie I Nom de l établissement (Département de pathologie) 2. PRÉLÈVEMENT(S) Sein Sein Examen radiologique Latéralité : droit gauche du prélèvement : Non Oui Microcalcifications : Absentes Présentes Biopsie à l aiguille de gros calibre (trocart) Biopsie incisionnelle Biopsie excisionnelle Mastectomie partielle (segmentectomie) Mastectomie totale Evidement ganglionnaire Réexcision du plan d exérèse Autre, spécifier : Type de prélèvement () Numéro du rapport de pathologie 3. DONNÉES MACROSCOPIQUES Taille de la pièce chirurgicale Si plus d une pièce tissulaire pour Poids total (biopsie excisionnelle, mastectomie partielle) une même intervention chirurgicale (pièce chirurgicale, fragments) Nombre de Taille de l agrégat fragments,,,,,, X X cm X X cm gm 4. DIAGNOSTIC HISTOPATHOLOGIQUE Catégorie générale : (Ne cocher qu une seule case) Bénigne Lésion à risque élevé Maligne (Ne compléter que la section A) (Compléter les sections A et B) (Compléter les sections A, B et C) A) Lésions bénignes Aucune observée Adénose sclérosante Papillome unique Cicatrice radiaire / lésion sclérosante complexe Hyperplasie épithéliale intracanalaire, légère (sans atypie) Autre, spécifier : B) Lésions à risque élevé Modifications fibrokystiques Fibroadénome Papillomes multiples Mastite péricanalaire / ectasie canalaire Hyperplasie épithéliale intracanalaire, modérée ou floride (sans atypie) Aucune observée Hyperplasie intracanalaire atypique C) Lésions malignes Type général : (Ne cocher qu une catégorie) Hyperplasie lobulaire atypique Carcinome lobulaire in situ («néoplasie lobulaire») Carcinome canalaire in situ (intracanalaire, non-envahissant) Carcinome infiltrant (envahissant) (Compléter les sections C1 et C3) (Compléter les sections C2 et C3) AH-511 (97-03) RAPPORT DE PATHOLOGIE Partie I DOSSIER DU MÉDECIN

16 Rapport de pathologie Partie II RAPPORT DE PATHOLOGIE Partie II Nom de l établissement (Département de pathologie) 4. DIAGNOSTIC HISTOPATHOLOGIQUE (suite) C1) Carcinome canalaire in situ (intracanalaire, non-envahissant) Aspect architectural (indiquer tous les types) : Micropapillaire Cribriforme Papillaire Comédocarcinome Solide Grade nucléaire : (I) (II) (III) Non évaluable Nécrose : Absente Présente Aspect général : Localisé Diamètre maximal mesurable :, cm Non-localisé Nombre de lames contenant la lésion : lames Nombre total de lames examinées : lames Microinvasion : Aucune observée Douteuse C2) Carcinome infiltrant (envahissant) Diamètre maximal (composante envahissante) :, cm Type histologique : Carcinome canalaire, sans autre indication (SAI) Carcinome tubuleux (tubulaire) Carcinome cribriforme Carcinome médullaire Carcinome mucineux Carcinome papillaire Carcinome lobulaire Autre, spécifier : Grade Envahissement vasculaire Aucun histologique : (I) (II) (III) Non évaluable (sanguin ou lymphatique) : Présent observé Composante intracanalaire : Absente Présente Quelle proportion de la masse tumorale est constituée de carcinome in situ? Faible (< 25%) Modérée ( 25%, < 75%) Importante ( 75%, < 90%) Massive ( 90%) Le carcinome in situ se retrouve à distance de la masse tumorale dominante (> 2 mm ou > 1 grand champ à 10.0X) Non Oui C3) Autres renseignements Maladie de Paget : Absente Présente Ne s applique pas Tumeur infiltrante : Atteint le plan d exérèse N atteint pas le plan d exérèse Ne s applique pas Carcinome in situ : Atteint le plan d exérèse N atteint pas le plan d exérèse Ne s applique pas Évidement ganglionnaire Nombre de Nombre total de axillaire : Non Oui ganglions métastatiques : ganglions examinés : Commentaires / informations supplémentaires Pathologiste Nom N de permis Signature AH-511 (97-03) RAPPORT DE PATHOLOGIE Partie II DOSSIER DU MÉDECIN

17 Rapport détaillé du clinicien concernant le cancer du sein Partie I RAPPORT DÉTAILLÉ DU CLINICIEN CONCERNANT LE CANCER DU SEIN Partie I Nom de l établissement 2. BILAN MÉTASTATIQUE Atteinte ganglionnaire axillaire : Non Oui Inconnu Radiographie pulmonaire : Non fait Normal Bénin Suspect Malin Scintigraphie osseuse : Non fait Normal Bénin Suspect Malin Bilan hépathique : 1) Enzymes : Non fait Normal Anormal 2) Échographie du foie : Non fait Normal Bénin Suspect Malin Autre atteinte métastatique : Non Oui, site : 3. ÉTAT DES RÉCEPTEURS HORMONAUX RO : Non fait Négatif Positif : (biochimie) : fmol/mg protéine (immunohistochimie) : % RP : Non fait Négatif Positif : (biochimie) : fmol/mg protéine (immunohistochimie) : % 4. TRAITEMENTS (autres que la technique chirurgicale) Radiothérapie complémentaire au sein : Chimiothérapie adjuvante : de début du traitement de début du traitement Plan de traitement : Type de chimiothérapie : Nombre de cycles : Hormonothérapie adjuvante : de début du traitement Agent employé : Tamoxifen Autres, spécifier : Traitement expérimental : de début du traitement Titre du protocole : Investigateur principal : Autre traitement (incluant le traitement de maladie d emblée métastatique) : Aucun AH-512 (97-03) RAPPORT DÉTAILLÉ DU CLINICIEN CONCERNANT LE CANCER DU SEIN Partie I DOSSIER DU MÉDECIN

18 Rapport détaillé du clinicien concernant le cancer du sein Partie II RAPPORT DÉTAILLÉ DU CLINICIEN CONCERNANT LE CANCER DU SEIN Partie II Nom de l établissement 5. RAPPORT DE LA TECHNIQUE CHIRURGICALE A) Première biopsie positive de la première Type de prélèvement Aiguille fine biopsie positive pour cette biopsie : Trocart (aspiration) Incisionnel Excisionnel B) Mastectomie de la Type de mastectomie mastectomie : Partielle (segmentectomie) Totale Autre Dans les cas de mastectomie «Partielle» ou «Autre» : Vérification de la marge de résection par le pathologiste : Congélation Non Oui Examen macroscopique Non Oui Exérèse du mammelon : Non Oui, pourquoi : Parenchyme mammaire refermé : Non Oui Drain utilisé : Non Oui C) Dissection axillaire Non Oui Si «Oui» : de la dissection axillaire : Limites anatomiques : médianes : dissection des ganglions sous le petit pectoral Non Oui latérales : visualisation du grand dorsal Non Oui supérieures : visualisation de la veine axillaire Non Oui Nerfs identifiés : grand dentelé : Non Oui grand dorsal : Non Oui grand pectoral : Non Oui Utilisation de cathéters d aspiration : Non Oui D) Échantillonage ganglionnaire axillaire seulement Non E) Tissus mous Oui La tumeur est-elle fixée à la peau : Non Oui La tumeur est-elle fixée au fascia : Non Oui L aponévrose du pectoral a été réséquée : Non Oui Le petit pectoral a été sectionné : Non Oui Le petit pectoral a été réséqué : Non Oui, pourquoi : Le grand pectoral a été sectionné : Non Oui Le grand pectoral a été réséqué : Non Oui, pourquoi : AH-512 (97-03) RAPPORT DÉTAILLÉ DU CLINICIEN CONCERNANT LE CANCER DU SEIN Partie II DOSSIER DU MÉDECIN

19 Rapport détaillé du clinicien concernant le cancer du sein Partie III RAPPORT DÉTAILLÉ DU CLINICIEN CONCERNANT LE CANCER DU SEIN Partie III Nom de l établissement 6. ÉVALUATION DU STADE PATHOLOGIQUE DU CANCER DU SEIN (TNM) (Référence : American Joint Committee on Cancer, 1992) TX impossibilité de confirmer une tumeur primaire T0 pas d évidence de tumeur primaire Tis carcinome in situ : carcinome canalaire ou lobulaire, ou maladie de Paget mammelonnaire sans tumeur T1 tumeur 2 cm T1a tumeur 0,5 cm T1b 0,5 cm < tumeur 1 cm T1c 1 cm < tumeur 2 cm T2 2 cm < tumeur 5 cm T3 tumeur > 5 cm T4 tumeur de toutes dimensions fixée à la paroi thoracique ou avec invasion de la peau T4a fixée à la paroi thoracique T4b oedème (incluant peau d orange) ou ulcération de la peau du sein ou nodules satellites de la peau confinés au même sein T4c à la fois T4a et T4b T4d carcinome inflammatoire pnx impossible de confirmer l état des ganglions (ex : enlevés antérieurement, non disséqués) pn0 pas de métastase régionale des ganglions lymphatiques pn1 métastases des ganglions lymphatiques axillaires ipsilatéraux non fixés pn1a micrométastases seulement (tous 0,2 cm) pn1b métastases des ganglions lymphatiques (au moins 1 ganglion > que 0,2 cm) pn1bi métastases de 1 à 3 ganglions lymphatiques (au moins 1 ganglion > que 0,2 cm et tous < 2 cm) pn1bii métastases à plus de 4 ganglions lymphatiques (au moins 1 ganglion > que 0,2 cm et tous < 2 cm) pn1biii extension de la tumeur au-delà de la capsule d un ganglion métastatique > 2 cm pn1biv métastase d un ganglion de plus de 2 cm pn2 métastases aux ganglions lymphatiques axillaires ipsilatéraux fixés entre eux ou à plusieurs autres structures pn3 métastases aux ganglions mammaires internes ipsilatéraux MX M0 M1 impossibilité de confirmer la présence de métastases à distance pas de métastases à distance métastases à distance (incluant les métastases au ganglions sus-claviculaires ipsilatéraux) RÉSULTAT DU STADE PATHOLOGIQUE DU CANCER DU SEIN STADE T N M 0 Tis N0 M0 I T1 N0 M0 IIA T0 N1 M0 T1 N1 M0 T2 N0 M0 IIB T2 N1 M0 T3 N0 M0 IIIA T0 N2 M0 T1 N2 M0 T2 N2 M0 T3 N1 M0 IIIB T4 N0 à N2 M0 Tis à T4 N3 M0 IV Tis à T4 (incluant TX) N0 à N3 (incluant NX) M1 Indéterminé TX N0 à N3 MX Tis à T4 NX MX TX NX MX de l envoi du rapport de l envoi du rapport au médecin traitant à la coordonnatrice locale Nom Signature N de permis Médecin AH-512 (97-03) RAPPORT DÉTAILLÉ DU CLINICIEN CONCERNANT LE CANCER DU SEIN Partie III DOSSIER DU MÉDECIN

20 Published by the Practice Enhancement Division in collaboration with the Communications Department Collège des médecins du Québec 2170, boul. René-Lévesque Ouest Montréal (Québec) H3H 2T8 Telephone: (514) or MÉDECIN Reproduction permitted if source mentioned. A French version is available

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein STRATÉGIE DIAGNOSTIQUE FACE À UNE ANOMALIE CLINIQUE OU INFRACLINIQUE DU SEIN I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein 1. Anomalie à la palpation (ou à l inspection : capiton, rétraction

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Formes histologiques des cancers du sein

Formes histologiques des cancers du sein Formes histologiques des cancers du sein DESC Régional Rennes 24/01/2013 Giretti Giovanni Tours Plan Introduction Histologie du tissu mammaire Carcinome in situ (intra-canalaire et intra-lobulaire) Carcinomes

Plus en détail

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne Microcalcifications mammaires :comment s en sortir? J El Azizi El Alaoui, R Latib, B Benayada, L Jroundi, I Chami, N Boujida Service d Imagerie Médicale Institue d Oncologie Rabat Maroc Introduction L

Plus en détail

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein Le cancer mammaire Atelier 5 Pr Carole Mathelin, Pr Bellocq Jean Pierre CHRU Strasbourg Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Qu est-ce qu un bilan exhaustif?

Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Référentiel interrégional (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine) Examen clinique Mammographie Incidences face et oblique Le profil permet de préciser la topographie

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre Définition ACR 3: Anomalie probablement bénigne Risque de malignité inférieur

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE Dr Philippe de Vanssay de Blavous Sénologie interventionnelle Clinique des ORMEAUX AHFMC 2 avril 2015 EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN 50 000 nouveaux cas/an 11 000 décès/an

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2 PrevHER HER2 ÉTUDE PRÉVALENCE ÉVALUATION DE LA PRÉVALENCE DE HER2 DANS LE CANCER DU SEIN EN SITUATION ADJUVANTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE Evaluer le pourcentage de patientes présentant un cancer du sein en

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Centre du sein Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Présentation Situé à la Maternité, le Centre du sein regroupe au même endroit toutes les expertises et tous les équipements nécessaires

Plus en détail

Nouveau formulaire Demande d autorisation en plastie (n o 4248)

Nouveau formulaire Demande d autorisation en plastie (n o 4248) 014 À l intention des médecins spécialistes en chirurgie plastique, en dermatologie, en ophtalmologie et en chirurgie générale des médecins omnipraticiens 16 avril 2014 Nouveau formulaire Demande d autorisation

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

P artie 2... PATHOLOGIES

P artie 2... PATHOLOGIES P artie 2 PATHOLOGIES Gynécologie AU PROGRAMME Cancer du sein Processus tumoral 1. Épidémiologie C est le cancer le plus fréquent chez la femme. Au cours de sa vie, 1 femme/11 présentera un cancer du

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations.

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Chapitre 1 Bilans Généralités Examen clinique L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Le compte-rendu doit comporter : - âge de la patiente, le statut ménopausique

Plus en détail

Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g

Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g Sous estimations histologiques des macrobiopsies stéréotaxiques mammaires avec des aiguilles 11g et 8 g B. de Korvin*, C Bouriel*, P. Tas **, M. Clouet*,R. Gastinne*, C. Marchetti*,H. Mesbah***, JF Laurent***

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Mammographie de dépistage

Mammographie de dépistage Pour avoir plus d information sur le PQDCS : CENTRE DE COORDINATION DES SERVICES RÉGIONAUX DE MONTRÉAL Ligne d information : 514 528-2424 Mammographie de dépistage destinée aux femmes de 50-69 ans CONCERTATION-FEMME

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec

Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec Conflits d intérêts Aucun avec la présente présentation Masse palpable F 54 ans Masse palpable

Plus en détail

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Chirurgie du sein Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Différentes chirurgies du sein Chirurgie conservatrice Chirurgie radicale Chirurgie

Plus en détail

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Le rôle du pathologiste en cancérologie PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Qu est ce que la Pathologie? patients tissus cellules diagnostic formation recherche Un bon diagnostic permet : d expliquer

Plus en détail

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER)

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) L hormonothérapie est un des 2 traitements systémiques des cancers du

Plus en détail

ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LE CANCER DU SEIN

ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LE CANCER DU SEIN ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LE CANCER DU SEIN Cancer le plus fréquent chez la femme. Incidence : 25 000 nouveaux cas par an en France. L'incidence augmente en parallèle avec le recul de la mortalité. I - FACTEURS

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Dossier de presse - 10 août 2009 Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie lance à compter du 10 août 2009

Plus en détail

Julie Morin, t.i.m. Mars 2014

Julie Morin, t.i.m. Mars 2014 Élaboré par : Francine Roy, t.i.m. Julie Morin, t.i.m. Mars 2014 Adopté par le comité d inspection professionnelle : le 12 mars 2014 Adopté par le conseil d administration : le 14 mars 2014 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice*

Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice* Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice* De la mammographie de dépistage au prélèvement Le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent. Une femme sur 9

Plus en détail

Rencontre annuelle des CDD et des CRID 2014

Rencontre annuelle des CDD et des CRID 2014 Rencontre annuelle des CDD et des CRID 2014 Objectifs Connaître les résultats de la performance régionale du PQDCS 2012-2013 Connaître davantage la contribution des partenaires du réseau PQDCS en Montérégie

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B CANCERS DU SEIN Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B Dépistage 1 Patiente de 43 ans Pas d ATCD familiaux ni personnels 3 enfants, allaitement maternel Contraception par stérilet au Levonorgestrel

Plus en détail

Masses kystiques compliquées et complexes du sein de l image échographique à l histologie S.Kechaou, M.Jrad, A.Ayedi,M.Chaabane Ayedi Service de radiologie de l hôpital de l Ariana. Tunis.Tunisie INTRODUCTION

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

SUIVI DES FEMMES AYANT EU UN CANCER DU SEIN Dr Jocelyne Chiquette 26 septembre 2008 1 SUIVI DES CANCERS POURQUOI????? 2 3 Suivi Cancers: infiltrants - 80% DCIS (CCIS) - 20% 4 CCIS et cancer infiltrant

Plus en détail

Quality-Dashboard Explications

Quality-Dashboard Explications Quality-Dashboard Explications pour la certification de centres du sein Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie Label de qualité de la Ligue suisse contre le cancer de sénologie Société

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire

Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire PCR Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire Chirurgie Nabil DRISS Service ORL, EPS Mahdia Tunis 29/11/2013 1 INTRODUCTION L atteinte ganglionnaire constitue, en Tunisie,

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN DESC de chirurgie viscérale Poitiers 2004 Katy WELSCHBILLIG CHU d Angers Intérêt d identifier les facteurs pronostiques Définition des populations à haut risque

Plus en détail

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Les problématiques rencontrées Détection de reliquat tumoral Detection récidive Patiente asymptomatique Patiente

Plus en détail

Examen clinique des seins

Examen clinique des seins Examen clinique des seins Dr Amouri Habib, Dr Dhouib M, Pr Ag Guermazi. M, Service de gynécologie obstétrique de Sfax Public cible o Les étudiants 2ème année médecine o Les élèves sage femme Objectifs

Plus en détail

Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis... 3 1.1. Rappel d anatomie... 3 1.2. Rappel histologique... 3 2. Fréquence, épidémiologie...

Plus en détail

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Patiente âgée de 46 ans Antécédents familiaux: Mère décédée d un cancer du sein à l âge de 41 ans (2 ans post-diagnostic) Grand-mère: cancer du sein à 45 ans,

Plus en détail

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie Vous avez appris qu une anomalie a été détectée lors de votre mammographie. Afin d investiguer cette anomalie, le radiologue a pris la décision d effectuer une biopsie par aspiration sous stéréotaxie.

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA CARCINOME PAPILLAIRE DE LA THYROIDE NIVEAU DU RISQUE DEFINI DANS LE CONSENSUS Epidémiologie: carcinomes papillaires(85-90%) vésiculaires (5-8%) et peu différenciés (3-5%) Très faible niveau de risque:

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Traitement cancer du sein invasif H Marret -JLansac Département de Gynécologie Obstétrique CHU Bretonneau Tours France Le cancer du sein en France 37000 nouveaux cas en 1998 11000 décès dont 4000 < 65

Plus en détail

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011 COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE Samedi 8 octobre 2011 Imagerie du sein Georgios Sgourdos Chef de clinique Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle

Plus en détail

Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV)

Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV) Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV) Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié.

Plus en détail

Prise en charge des nodules thyroïdiens. Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013

Prise en charge des nodules thyroïdiens. Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013 Prise en charge des nodules thyroïdiens Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013 Recommandations Américaines 2009, Européennes 2010, Françaises 2011 Généralités sur les nodules thyroïdiens Nodules cliniques

Plus en détail

Bulletin d information régional réalisé par l équipe du Programme québécois de dépistage du cancer du sein de Laval.

Bulletin d information régional réalisé par l équipe du Programme québécois de dépistage du cancer du sein de Laval. Juin 2015 - Numéro 1 Info-PQDCSLaval Bulletin d information régional réalisé par l équipe du Programme québécois de dépistage du cancer du sein de Laval. Connaissez-vous la Classification BI-RADS? La catégorisation

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille Introduction La prise en charge chirurgicale

Plus en détail

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Notre programme Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Carcinome in situ Sénologie Dr Mazy Pathologie Dr Müller Chirurgie conservatrice Dr Bollue Mastectmie

Plus en détail

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Grandes lignes Pourquoi les soins en cancérologie sont-ils un enjeu de santé important? Les

Plus en détail

Dépistage du Cancer du sein

Dépistage du Cancer du sein Dépistage du Cancer du sein Dr M Si Hocine Département de Médecine M Interne Hôpital St Camille (Bry sur Marne) Données de base 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 38,5 /100 000 11 700

Plus en détail

Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique

Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique Anomalie infraclinique à la mammographie Mammographie de bonne qualité? Nouvelle mammographie s Incidences complémentaires Agrandissements si micro-calcifications

Plus en détail

Les lésions infra-cliniques du sein:

Les lésions infra-cliniques du sein: Les lésions infra-cliniques du sein: Expérience de l hôpital Saint-Louis entre 2001 et 2007 : Analyse prospective de 2708 lésions mammaires infra-cliniques Anne-sophie Hamy, Cédric de Bazelaire, Anne de

Plus en détail

Relier l apprentissage à la pratique Comment faire un exercice de réflexion sur la pratique pour obtenir des crédits MAINPRO-C

Relier l apprentissage à la pratique Comment faire un exercice de réflexion sur la pratique pour obtenir des crédits MAINPRO-C Lien à la version électronique de le formulaire l Apprentissage à la Pratique : https://www.formrouter.net/forms@cfpc/mainpro_linking_learning_practice_fr.html Relier l apprentissage à la pratique Comment

Plus en détail

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY Tumeur du sein Présentée par Eliane EL KHOURY Histoire Femme de 59 ans. Il y a 6 ans: apparition d une masse au niveau du QIE du sein droit, de 2x2 cm. Depuis quelques mois: augmentation rapide de la taille

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers UE : Biopathologie Oncologie Date : 23 mars 2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : M.Coindre Ronéistes : de LABARRE Marie (marie.delabarre40@laposte.net) ALLOUCHE Justine (justine_ptitezoe@hotmail.fr)

Plus en détail

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS Référence : 4504-20-04 Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS 1. OBJECTIF Uniformiser le processus de prescription

Plus en détail