GUIDE DE LA BANQUE MONDIALE DESTINE AUX PARLEMENTAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE DE LA BANQUE MONDIALE DESTINE AUX PARLEMENTAIRES"

Transcription

1 GUIDE DE LA BANQUE MONDIALE DESTINE AUX PARLEMENTAIRES

2 Rédigé et compilé par : Ilf Bencheikh Anne-Laure Henry-Greard Sarah Rinaldi Lisa von Trapp Edité par : Valérie Chevalier Tess Kingham Lisa von Trapp Sous la direction de : Jean-Christophe Bas Patrice Dufour Valérie Chevalier Avec les commentaires de : Nayé Bathily-Sylla et Ivar Slengesol (L équipe du Dialogue sur les politiques de développement) Mathieu Lefevre et Zuleikha Salim Said (Réseau parlementaire sur la Banque mondiale) Rick Stapenhurst (L Institut de la Banque mondiale) Steve Akorli, MP (Ghana) Katherine M. Ferrey Les résultats, les interprétations et les conclusions figurant dans ce document n'engagent que leur(s) auteur(s) et ne sont pas nécessairement ceux de la Banque mondiale, de ses organisations affiliées, des membres de son Conseil d'administration ou des pays qu'ils représentent. La Banque mondiale ne garantit pas l'exactitude des données publiées dans ce document et n'est en aucun cas responsable des conséquences éventuelles de leur utilisation. Les frontières, les couleurs, les appellations et toutes les informations données sur les différentes cartes de ce volume, n'impliquent de la part du Groupe de la Banque mondiale aucune prise de position quant au statut juridique d'un quelconque territoire ni l'approbation ou l'acceptation de telles frontières. Première version - février 2004 Version révisée - avril 2005

3 TABLE DES MATIERES Introduction...9 CHAPITRE UN : LA BANQUE MONDIALE SA CARTE D IDENTITÉ...11 LES ORIGINES DU GROUPE DE LA BANQUE MONDIALE...12 LA BANQUE MONDIALE DE NOS JOURS...12 FIG. 1.1: EVOLUTION DES TENDANCES DE LA BANQUE MONDIALE LES INSTITUTIONS DU GROUPE DE LA BANQUE MONDIALE EN BREF...14 FIGURE 1.2 : LE GROUPE DE LA BANQUE MONDIALE LA BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DÉVELOPPEMENT (BIRD).. 14 L'ASSOCIATION INTERNATIONALE DE DÉVELOPPEMENT (IDA) L'AGENCE MULTILATÉRALE DE GARANTIE DES INVESTISSEMENTS (AMGI) LE CENTRE INTERNATIONAL POUR LE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX INVESTISSEMENTS (CIRDI) A QUI APPARTIENT LE GROUPE DE LA BANQUE MONDIALE?...17 UN APERÇU DE L'ADMINISTRATION DE LA BANQUE MONDIALE (BIRD ET IDA)...17 LA STRUCTURE ORGANISATIONNELLE FIGURE 1.3 : ORGANIGRAMME SIMPLIFIÉ LE PERSONNEL DE LA BANQUE CHAPITRE DEUX : LES ACTIVITÉS DE LA BANQUE MONDIALE DANS LE MONDE...23 LES RÉGIONS ET LES RÉSEAUX DE LA BANQUE MONDIALE...24 FIGURE 2.1 : CARTES DES RÉGIONS ET DES PAYS LA BANQUE MONDIALE DANS LES PAYS MEMBRES...25 LES ÉQUIPES RESPONSABLES D UN PAYS LES REPRÉSENTATIONS LOCALES UNE STRATÉGIE «POUR TOUT LE PAYS» LE NIVEAU LOCAL : QUE CHACUN AIT VOIX AU CHAPITRE...27 LES POPULATIONS AUTOCHTONES D'AUTRES EXEMPLES D'AUTONOMISATION DES POPULATIONS LOCALES: LES PROJETS APPUYÉS PAR LA BANQUE MONDIALE...30 FIGURE 2.2 : LE CYCLE DE PROJET LES DOCUMENTS DE PROJET FIGURE 2.3 : CYCLE DE VIE DES PROJETS LA DOCUMENTATION ET SA MISE À LA DISPOSITION DU PUBLIC LES ÉTUDES ÉCONOMIQUES ET SECTORIELLES (ESW) EVALUER LES ACTIVITÉS DU GROUPE DE LA BANQUE...33 DÉPARTEMENT D'ÉVALUATION DES OPÉRATIONS (OED) - GROUPE D'ÉVALUATION DES OPÉRATIONS (OEG) LE GROUPE D'ASSURANCE QUALITÉ DE LA BANQUE MONDIALE (QAG) LA TRANSPARENCE ET LA RESPONSABILITÉ : DES OBJECTIFS PARTAGÉS...34 LA POLITIQUE DE LA BANQUE EN MATIÈRE DE DIVULGATION DE L INFORMATION LE MANUEL OPÉRATIONNEL LES PRINCIPES DE SAUVEGARDE LE PANEL D'INSPECTION DE LA BANQUE MONDIALE

4 CHAPITRE TROIS : CHANGER LES PRIORITÉS : UN DÉVELOPPEMENT INDUIT PAR LES PAYS, AXÉ SUR LES RÉSULTATS ET BASÉ SUR LE PARTENARIAT...39 CHANGER LES PRIORITÉS...40 LE CADRE DE DÉVELOPPEMENT INTÉGRÉ (CDF)...41 L'ALLÈGEMENT DE LA DETTE ET L'INITIATIVE EN FAVEUR DES PAYS PAUVRES TRÈS ENDETTÉS (PPTE)...42 FIGURE 3.1 : CARTE DES PPTE LES DOCUMENTS DE STRATÉGIE DE RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSRP)...43 LES PARLEMENTAIRES ET LE DSRP FIGURE 3.2 : MÉCANISMES D IMPLICATION DES PARLEMENTAIRES DANS LE CYCLE DU DSRP LA STRATÉGIE D'AIDE À UN PAYS (SAP)...46 LE DÉVELOPPEMENT CONDUIT PAR LES COMMUNAUTÉS (DCC) LES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT (OMD)...49 CHAPITRE QUATRE : LA BANQUE MONDIALE ET LA COMMUNAUTÉ DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL...55 LA BANQUE MONDIALE ET LA COMMUNAUTÉ DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL..56 FIGURE 4.1. LE MONDE DE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT REGARD SUR L AIDE PUBLIQUE AU DÉVELOPPEMENT (APD)...56 FIGURE 4.2 : L AIDE PUBLIQUE AU DÉVELOPPEMENT : UNE DES MULTIPLES SOURCES DE FINANCEMENT DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT FIGURE 4.3. : APD NET EN 2003 EN MILLIARDS DE DOLLARS FIGURE 4.4 : PRÉVISIONS DE L APD EN LES NOUVELLES TENDANCES DANS L AIDE PUBLIQUE AU DÉVELOPPEMENT FIGURE 4.5 : APD BILATÉRALE BRUTE, INSTITUTIONS FINANCIÈRES INTERNATIONALES...60 LE FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL LES BANQUES MULTILATÉRALES DE DÉVELOPPEMENT BANQUES SOUS-RÉGIONALES DE DÉVELOPPEMENT AUTRES INSTITUTIONS FINANCIÈRES MULTILATÉRALES ORGANISATIONS INTERNATIONALES...63 L ORGANISATION DES NATIONS UNIES (ONU) EXEMPLES DE PROGRAMMES CONJOINTS AVEC LES NATIONS UNIES L UNION EUROPÉENNE (UE) ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE (OMC) AGENCES BILATÉRALES DE DÉVELOPPEMENT...68 LA SOCIÉTÉ CIVILE...69 FIGURE 4.6 : CONTRIBUTIONS BILATÉRALES APD AUX ONG DES PAYS DU CAD COOPÉRATION AVEC LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES (ONG) FONDATIONS...71 FIGURE 4.7 : TOP 10 DES FONDATIONS AUX USA AUTRES COOPÉRATIONS ET COORDINATION DE L AIDE...72 GROUPES POUR LA COORDINATION DE L AIDE COFINANCEMENTS FIGURE 4.8 : PRÊTS DE LA BANQUE MONDIALE ET COFINANCEMENTS TOTAUX ( ). 73 FIGURE 4.9 : COFINANCEMENTS PAR RÉGION (2000 À 2003) (EN MILLIONS DE DOLLARS EU

5 EXEMPLES DES CONFÉRENCES RÉCENTES FORUM INTERNATIONAL SUR LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT MONTERREY, MEXIQUE, MARS FORUM DE HAUT NIVEAU SUR L HARMONISATION, ROME, ITALIE, FÉVRIER CHAPITRE CINQ : LA BANQUE MONDIALE ET LES PARLEMENTAIRES...77 LA COLLABORATION DE LA BANQUE MONDIALE AVEC LES PARLEMENTAIRES...78 LES MESURES PRISE PAR LA BANQUE MONDIALE POUR S OUVRIR DAVANTAGE AUX PARLEMENTAIRES L ÉQUIPE CHARGÉE DU DIALOGUE SUR LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT LE RÉSEAU PARLEMENTAIRE SUR LA BANQUE MONDIALE (RPSBM)...79 QU EST-CE QUE LE RÉSEAU PARLEMENTAIRE SUR LA BANQUE MONDIALE? LES PRINCIPAUX OBJECTIFS DU RPSBM LES ACTIVITÉS DU RPSBM FINANCEMENT L INSTITUT DE LA BANQUE MONDIALE (WBI)...83 LE PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES PARLEMENTAIRES DU WBI83 LES COMPOSANTES DU PROGRAMME LES PARTENAIRES DU WBI LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES PARLEMENTAIRES : LE CAS DU GHANA LE RÉSEAU MONDIAL D ÉCHANGE DU SAVOIR AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT (GDLN) LES PARLEMENTAIRES DES PAYS DONATEURS ET LA BANQUE MONDIALE...88 LES PARLEMENTAIRES ET LES ENVELOPPES DE L AIDE LE SUIVI DE LA BANQUE MONDIALE ET DES ACTIVITÉS DES ADMINISTRATEURS LES PARLEMENTS DES PAYS «EMPRUNTEURS» ET LA BANQUE MONDIALE...91 A) APPLIQUER LA LOI POUR LUTTER CONTRE LA PAUVRETÉ B) SUPERVISER LES NÉGOCIATIONS ENTRE LE GOUVERNEMENT ET LES INSTITUTIONS FINANCIÈRES INTERNATIONALES (IFI) C) METTRE EN LUMIÈRE LES POLITIQUES DU GOUVERNEMENT ET LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES D) PARTICIPER AUX CONSULTATIONS NATIONALES : OUVRIR UN DÉBAT DÉMOCRATIQUE SUR LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT CHAPITRE SIX : PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS LOCALES : DÉBATS ET FINANCEMENT DES PROJETS...95 COMMENT PARTICIPER AUX DÉBATS EN LIGNE SUR LE DÉVELOPPEMENT...96 LE «PORTAIL» DE LA SOCIÉTÉ CIVILE LE FORUM DU DÉVELOPPEMENT : «DEVFORUM» «VOUS AVEZ LA PAROLE» L ACTUALITÉ DU DÉVELOPPEMENT DIFFUSÉE SUR LE WEB LES CONSULTATIONS LES POSSIBILITÉS DE FINANCEMENT INTÉRESSANT VOS ÉLECTEURS...98 LES INFORMATIONS SUR LES POSSIBILITÉS DE FINANCEMENT ET LES CONSEILS EN MATIÈRE DE DEMANDES D OCTROI DES DONS LE MÉCANISME D'OCTROI DE DONS POUR LE DÉVELOPPEMENT (DGF) LE PROGRAMME DE MICROFINANCE LA BANQUE MONDIALE ET LE FONDS POST-CONFLIT LE GROUPE CONSULTATIF D ASSISTANCE AUX PLUS DÉFAVORISÉS (CGAP)

6 LE FONDS DES POPULATIONS AUTOCHTONES LES FONDS SOCIAUX INFODEV LE DEVELOPMENT MARKETPLACE LE PORTAIL DU DÉVELOPPEMENT CHAPITRE SEPT : LES SERVICES D INFORMATION DE LA BANQUE MONDIALE LES SERVICES DESTINÉS AUX PARLEMENTAIRES LE POINT DE VUE DE LA BANQUE SUR LES SUJETS BRÛLANTS EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT : LA SÉRIE «ACTUALITÉS BANQUE MONDIALE» LES PROJETS ET OPÉRATIONS DE LA BANQUE MONDIALE AU NIVEAU LOCAL DÉFINITIONS DES DOCUMENTS RELATIFS AUX PROJETS LES PUBLICATIONS DE LA BANQUE MONDIALE LES PUBLICATIONS ANNUELLES : LES PUBLICATIONS PHARES LES RAPPORTS DE RECHERCHE COMMENT CONSULTER LES PUBLICATIONS DE LA BANQUE MONDIALE COMMENT COMMANDER LES PUBLICATIONS DE LA BANQUE MONDIALE LES BULLETINS D INFORMATION DE LA BANQUE MONDIALE LES BULLETINS D INFORMATION RÉGIONAUX LES BULLETINS D INFORMATION THÉMATIQUES LES NOUVELLES ET LA PRESSE LES CONTACTS DE LA BANQUE MONDIALE AVEC LES PROFESSIONNELS DE L INFORMATION LES CENTRES D INFORMATION DE LA BANQUE MONDIALE COMMENT CONTACTER LES SERVICES DE CONSEIL DE LA BANQUE MONDIALE LES EXPERTS DE LA BANQUE MONDIALE LES AUTRES RAPPORTS INTÉRESSANT LES PARLEMENTAIRES : LES TRAVAUX ANALYTIQUES ET LES PUBLICATIONS DE L INSTITUT DE LA BANQUE MONDIALE QUELQUES EXEMPLES DE TRAVAUX ANALYTIQUES DU WBI QUELQUES PUBLICATIONS DE LA BANQUE MONDIALE ANNEXES Annexe I : Un choix des sites Web de la Banque mondiale Annexe II : Bureaux de la Banque mondiale dans le monde* Annexe III : Membres du Groupe de la Banque mondiale

7

8 8

9 Introduction Pourquoi un Guide de la Banque mondiale destiné aux parlementaires? Les activités du Réseau parlementaire sur la Banque mondiale (RPsBM) ont mis en lumière, au cours des dernières années, la nécessité d'élaborer, à l intention des parlementaires, un guide concis traitant de la Banque mondiale et du développement. Ce guide contient les éléments suivants : Des informations de base sur le développement et la Banque mondiale ; Des indications sur d'autres sources d'information et sur les personnes clés de l'organisation de la Banque mondiale ; Des informations sur les possibilités spécifiques de financement ; Des possibilités d'établir des relations entre les parlementaires et la Banque mondiale. Les parlementaires ne sont pas souvent informés des nombreuses possibilités d'établir, à différents niveaux, des relations avec la Banque mondiale. Nous espérons que le présent guide constituera une étape utile qui permettra aux parlementaires de mieux comprendre la Banque mondiale, et favorisera le dialogue entre eux. Comment utiliser ce guide? Les chapitres un à trois donnent des informations de base sur la Banque mondiale et ses activités. Le chapitre quatre explique la place de la Banque mondiale dans la communauté de développement, au niveau mondial. Il donne un bref aperçu sur l'aide publique au développement et de la coordination de l'aide, ainsi que des informations sur la coopération de la Banque mondiale avec d'autres acteurs du développement : les institutions financières internationales, les organisations intergouvernementales, la société civile et les fondations. Le chapitre cinq examine le rôle des parlementaires dans le développement, et les outils qu'ils peuvent utiliser pour améliorer leurs relations avec la Banque mondiale. Le chapitre six explique la façon dont les parlementaires et leurs électeurs peuvent s'impliquer davantage dans le débat sur le développement, et décrit les diverses possibilités de financement disponibles par le biais de la Banque mondiale. Le chapitre sept donne un aperçu des services d'information de la Banque mondiale destinés aux parlementaires et à leur personnel. Ces chapitres sont suivis d'annexes qui comprennent des adresses utiles. A la fin de chaque partie du guide, des encadrés bleus fournissent des liens internet de sites où il est possible d'obtenir de plus amples informations. N'hésitez pas à envoyer des commentaires visant à améliorer le contenu de cette publication à l'équipe du Dialogue sur la Politique de Développement par courriel à l'adresse suivante: 9

10 10

11 CHAPITRE UN La Banque mondiale sa carte d'identité Chapitre un : La Banque mondiale sa carte d identité 11

12 Les origines du Groupe de la Banque mondiale La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée, par 45 pays, en même temps que le Fonds monétaire international (FMI) vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, à Bretton Woods, une petite ville du New Hampshire, aux Etats-Unis. La première tâche de la BIRD a consisté à aider l'europe à se remettre de la dévastation dont elle a été victime pendant la Seconde Guerre mondiale. Les «institutions de Bretton Woods» avaient pour objectif de maintenir la paix en favorisant le développement économique (la Banque) et la coopération monétaire (le Fonds), dans un monde où d'aucun pensait que l'instabilité économique mondiale avait poussé des états à la guerre. L'Europe étant sur le chemin de la relance, la BIRD s'est intéressée aux besoins des pays en développement. De nos jours, la Banque mondiale concentre ses efforts sur la lutte contre la pauvreté dans ces derniers. Intervenant dans plus de 100 pays, elle apporte à la fois des ressources financières et des connaissances pour stimuler le développement économique et social. Au fil du temps, il est devenu évident que la BIRD seule ne pouvait répondre aux besoins mondiaux croissants dans le domaine du développement. La communauté internationale a décidé de créer plusieurs nouvelles institutions pour soutenir les activités de la BIRD. Ensemble, ces institutions forment le Groupe de la Banque mondiale. La Banque internationale pour la reconstruction et le développement et l'association internationale de développement (IDA) forment ce qu'on appelle en général la «Banque mondiale». La Banque mondiale de nos jours Aujourd hui, la Banque mondiale est une institution qui comprend trois composantes: La branche financière s'occupe de la structure du capital de la Banque mondiale, de sa capacité à mobiliser des fonds sur le marché financier international et de la gestion de ses importantes réserves de trésorerie. Le complexe des opérations fonctionne comme une «agence de soutien» interne, met en œuvre les projets et programmes dans les pays, une fois que le prêt global est approuvé, et accorde une attention particulière à la qualité et à l'impact sur le développement des programmes. Le centre de documentation comprend les équipes de recherche de la Banque mondiale, qui traitent les données collectées pendant les activités menées dans le pays, au niveau sectoriel et opérationnel, afin d'affiner les politiques de développement, de proposer de nouvelles approches et de contribuer au patrimoine des connaissances de la Banque mondiale. 12

13 Fig. 1.1: Evolution des tendances de la Banque mondiale 2000 Partenariats mondiaux Mondialisation Objectifs de développement du Millénaire 1990s Economies de transition 1980s Ajustement structurel 1970s Besoins fondamentaux & Education Cadre de développement intégré Crise asiatique Initiative PPTE Crise du SIDA Agence multilatérale de garantie des investissements Crise de la dette 1 er prêt pour la planification démographique 1960s Agriculture Association internationale de développement Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements 1950s Infrastructure et Industrie Société Financière Internationale 1940s Reconstruction Banque internationale pour la reconstruction et le développement Plan Marshall Premier prêt millions $ à la France

14 Les institutions du Groupe de la Banque mondiale en bref Figure 1.2 : Le Groupe de la Banque mondiale BIRD Banque Internationale pour la reconstruction et le développement 1944 IDA Association internationale de développement 1960 BIRD Société financière internationale 1956 AMGI Agence multilatérale de garantie des investissements 1988 CIRDI Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements 1966 La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) Créée en 1945, 184 membres Siège: Washington DC La BIRD ne fait pas de dons mais elle accorde des prêts et fournit une aide au développement aux pays à revenus intermédiaires qui peuvent payer des taux d'intérêt proches de ceux pratiqués sur le marché. Elle prête de l'argent à des conditions proches de celles du marché (seulement à un Etat membre ou avec la garantie d'un Etat membre) et les prêts sont remboursés. Les pays empruntent des fonds auprès de la BIRD pour les coûts d'investissement, l'assistance technique et les conseils. Les prêts d'investissement servent à financer les projets individuels et une partie de l'investissement programmé d'un pays, dans un secteur spécifique ; ce sont des prêts à long terme (15 à 20 ans) avec des délais de grâce pouvant aller jusqu'à cinq ans. Les prêts d'ajustement («Prêts d'ajustement structurel» et «Prêts à l'ajustement sectoriel») sont conçus pour soutenir les réformes politiques et institutionnelles dont le pays a besoin pour rétablir la croissance économique et la balance des paiements à moyen terme. La BIRD émet des obligations de premier ordre et autres titres d'emprunt achetés par les fonds de retraite, les compagnies d'assurance, les sociétés et autres banques et individus dans le monde. La BIRD n'a pas pour vocation d être une organisation à but lucratif, mais depuis 1948, elle produit chaque année un revenu net en ayant recours aux marchés financiers pour financer ses opérations de développement. Ses revenus sont entièrement consacrés au financement du développement. Pour de plus amples informations, consulter 14

15 L'Association internationale de développement (IDA) Fondée en 1960, 164 membres Siège: Washington DC Au cours des années 50, il est devenu évident que les pays en développement les plus pauvres ne pouvaient se permettre d'emprunter les capitaux nécessaires pour le développement aux conditions de la BIRD. Pour résoudre ce problème, un groupe des pays membres de celle-ci a décidé de mettre en place une institution qui pourrait prêter des fonds à des pays en développement très pauvres, à des conditions très libérales. Ils ont créé l'association internationale de développement (IDA). La BIRD et l'ida sont gérées de la même manière. Elles ont le même personnel, le même siège, relèvent du même président et utilisent les mêmes critères d'évaluation des projets. L'IDA octroie des prêts aux pays dont le revenu par tête est inférieur à un montant fixé et qui n'ont pas la capacité financière d'emprunter auprès de la BIRD. Actuellement, 81 pays remplissent les conditions d emprunt auprès de l'ida. Les crédits de l'ida représentent environ un quart de l'ensemble des prêts octroyés par la Banque mondiale et ils sont essentiellement consacrés aux programmes de développement, en particulier ceux qui répondent aux besoins fondamentaux des populations, à savoir : l'éducation, les soins de santé, l'eau potable et l'assainissement. Les crédits de l'ida ont une échéance de 35 ou 40 ans avec des délais de grâce pouvant aller jusqu'à dix ans. Aucun intérêt n'est perçu mais ces crédits comportent une petite commission de service. Les membres de l'ida sont récemment convenus que jusqu'à un cinquième des financements mis à la disposition des pays, peut prendre la forme d'un don. A l'ida, l'admissibilité est un arrangement transitoire permettant aux pays les plus pauvres d'avoir accès à des ressources substantielles avant qu'ils ne soient en mesure obtenir les fonds dont ils ont besoin sur les marchés, afin d'investir. Au fur et à mesure que leurs économies se développent, les pays «s'affranchissent» de l'admissibilité. Le remboursement de leurs prêts permettent de financer de nouveaux prêts de l'ida aux autres pays pauvres. Au fil des années, vingt-deux pays ont vu leur économie se développer et dépasser le seuil d'éligibilité de l'ida, comme par exemple: la Chine, le Costa Rica, le Chili, l'egypte, le Maroc, la Thaïlande et la Turquie. Pour de plus amples informations, consulter 15

16 La Société financière internationale (SFI) Créée en 1956, 175 membres Siège: Washington DC La Société financière internationale (SFI) a été créée en vue de favoriser les investissements du secteur privé dans les pays pauvres. La SFI coopère avec les autres institutions du Groupe de la Banque mondiale mais travaille généralement de façon indépendante. Elle jouit d'une autonomie juridique et financière et possède son propre statut, son capital social, sa direction et son personnel. La SFI est la plus importante source multilatérale de prêt et de financement, par fonds propres, des projets du secteur privé dans les pays en développement. Elle offre des prêts à des taux fixes et variables pour son propre compte (appelés prêts «A») ; des prêts syndiqués (appelés prêts programmés «B») ; un éventail complet de capitaux (appelés prêts «C») et des financements par fonds propres. La SFI favorise le développement économique en encourageant la croissance des entreprises productives et les marchés de capitaux efficaces dans les pays membres. La SFI n'investit que lorsqu'elle peut apporter une contribution spéciale qui complète le rôle d'autres opérateurs de marché. Elle joue un rôle de catalyseur, stimulant et mobilisant les investissements privés dans les pays en développement, en démontrant que ces investissements peuvent y être rentables. Pour de plus amples informations, consulter L'Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) Fondée en 1988, 163 membres Siège: Washington DC L'AMGI encourage les investissements étrangers directs dans les économies émergentes afin de les aider à se développer. L'AMGI offre des assurances sur les risques politiques (garanties) aux investisseurs et aux leaders, et aide les pays en développement à attirer et à conserver les investissements privés. Pour de plus amples informations, consulter 16

17 Le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI) Fondé en 1966, 139 membres Siège: Washington DC Le CIRDI aide à résoudre les différends (arbitrage et conciliation) entre les pays membres et les investisseurs d'autres pays membres. Le recours au CIRDI est totalement volontaire mais une fois que les parties en conflit sont convenues de faire appel aux services d'arbitrage/conciliation du CIRDI, aucune d'entre elles ne peut ensuite se retirer unilatéralement. Pour de plus amples informations, consulter A qui appartient le Groupe de la Banque mondiale? La Banque mondiale appartient à 184 pays membres. Un Conseil des gouverneurs et un Conseil d administration basés à Washington représentent leurs points de vue et leurs intérêts (voir annexe III). Aux termes des statuts de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), un pays doit d'abord être membre du Fonds monétaire international (FMI) avant de devenir membre de la Banque mondiale. La condition pour être membre de l'ida, de la SFI et de l'amgi est d'appartenir à la BIRD. Les pays membres sont des actionnaires qui ont, en dernier ressort, le pouvoir de décision au sein de la Banque mondiale. Leur part du capital est déterminée par le poids de leur économie. Les Etats-Unis sont le plus grand actionnaire avec 16,41 pourcent des voix, suivis par le Japon (7,87 pourcent), l'allemagne (4,49 pourcent), le Royaume Uni (4,31 pourcent) et la France (4,31 pourcent). Le reste des actions est réparti entre les autres pays membres. Les pays industrialisés courent des risques financiers plus importants et, proportionnellement, jouent un rôle déterminant dans les opérations de la banque. Un aperçu de l'administration de la Banque mondiale (BIRD et IDA) Les pays participent à l'administration de la Banque mondiale à divers niveaux, par le biais du Conseil des gouverneurs, du Conseil d administration, du président de la Banque mondiale et du Comité du développement. 17

18 Le Conseil des gouverneurs Il est composé de gouverneurs (en général des responsables politiques tels que les ministres des Finances ou de la Planification) et de gouverneurs suppléants nommés par chacun des 184 pays membres. Il a le pouvoir de décision final à la Banque mondiale. Il se réunit chaque année lors des assemblées de la Banque mondiale qui ont lieu chaque automne (habituellement, elles se tiennent à Washington deux années sur trois et la troisième année dans un pays membre différent). Il prend des décisions sur les questions de politique importantes de la Banque mondiale ; accepte la candidature des pays ou les suspend ; décide des changements relatifs au capital social autorisé ; détermine la répartition du revenu net de la BIRD et approuve les états financiers et les budgets. Pour de plus amples informations, consulter About Us, Organization, Governors Le Conseil d administration Il délègue de nombreux pouvoirs au Conseil des gouverneurs, tout au long de l'année. Il est composé de 24 administrateurs, représentant les gouvernements membres du Groupe de la Banque mondiale. Les cinq plus grands actionnaires - la France, l'allemagne, le Japon, le Royaume-Uni et les Etats-Unis - désignent chacun un administrateur. Les autres pays membres sont représentés par 19 administrateurs, élus tous les deux ans par les groupes de pays (ou électorats). Certains pays, à savoir : la Chine, la Russie et l'arabie Saoudite, constituent des électorats par pays alors que d'autres se sont regroupés pour former des électorats multinationaux. Il est responsable de la conduite des opérations générales de la Banque. Il se réunit deux fois par semaine pour superviser la manière dont la Banque gère ses activités, à savoir approuver les prêts et les garanties, les nouvelles politiques, le budget administratif, les stratégies d'assistance aux pays et les décisions relatives aux emprunts et aspects financiers. Pour de plus amples informations, consulter About Us, Organization, Boards of Directors, Executive Directors Assemblée ordinaire du Conseil des administrateurs - septembre

19 Le Président de la Banque mondiale Il est habituellement originaire du pays qui a le plus grand nombre d'actions, c'est-à-dire les Etats-Unis (alors que le directeur général du FMI est, en général, un Européen). Il est élu pour un mandat de cinq ans renouvelable par les Administrateurs. Il est le président du Conseil d administration. Il est responsable de l'ensemble de la gestion de la Banque mondiale. Pour de plus amples informations, consulter About Us, Organization, Office of the President. Paul D. Wolfowitz deviendra président en juin Le Comité du développement Fondé en 1974, le Comité du développement est un organe de la Banque mondiale et du FMI qui est chargé d'aider les gouvernements à trouver un consensus sur les questions de développement. Il comprend 24 membres (en général, les ministres des Finances ou du Développement) nommés par chaque pays, ou groupes de pays, représentés au sein du Conseil des administrateurs de la Banque mondiale et du FMI. Il se réunit deux fois par an : d'une part au printemps, parallèlement au Comité du FMI, et d'autre part en automne avant les assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI. Il conseille le Conseil des gouverneurs de la Banque mondiale et du FMI sur les questions de développement importantes et sur les ressources financières nécessaires. Il conçoit son mandat de façon à inclure les questions ayant trait au commerce et à l'environnement mondial. Il est dirigé par un président choisi parmi les membres du Comité et est assisté par un secrétaire exécutif élu par le Comité. Pour de plus amples informations, consulter 19

20 La structure organisationnelle La Banque mondiale mène ses activités par le biais des unités des vice-présidences (VPU) qui se concentrent sur une région ou un secteur particulier, afin de lutter contre la pauvreté et d'encourager le développement économique. La Banque a de plus mis en place un système de réseaux qui encourage la collaboration et les échanges de connaissances entre divers secteurs et régions. Figure 1.3 : Organigramme simplifié CONSEIL DES GOUVERNEURS ADMINISTRATEURS PRESIDENT DIRECTEURS GENERAUX 6 Vice-présidences régionales 5 réseaux Afrique Asie de l Est & Pacifique Europe & Asie centrale Amérique lat. & Caraïbes Moyen Orient & Afrique N Asie du Sud Dév. durable sur le plan environ. & social Finance, Secteur privé & infrastructure Dével. humain Réduction Services pauvreté & opérationnels gestion essentiels économique Le personnel de la Banque La Banque emploie environ personnes, comprenant des économistes, des éducateurs, des environnementalistes, des analystes financiers, des anthropologues, des ingénieurs, etc. Les employés sont originaires d'environ 160 pays différents. Plus de agents travaillent dans les représentations des pays membres. 20

21 21

22 22

23 CHAPITRE DEUX Les activités de la Banque mondiale dans le monde Chapitre deux : Les activités de la Banque mondiale dans le monde 23

24 Les régions et les réseaux de la Banque mondiale Comme mentionné dans le Chapitre un, la Banque mondiale répartit les pays en développement, en six régions. La principale unité de la structure de la Banque mondiale est celle des vice-présidences dirigées par un vice-président. Il y a des unités de viceprésidence pour chaque région, pour chacun des cinq réseaux de partage des connaissances et pour plusieurs autres zones d'opération. Les unités de vice-présidence pour les régions Afrique (AFR) Asie de l'est & Pacifique (EAP) Europe & Asie centrale (ECA) Amérique latine & Caraïbes (LAC) Moyen Orient & Afrique du Nord (MENA) Asie du Sud (SA) Les unités de vice-présidence pour les «réseaux» de la Banque mondiale Développement environnemental et social durable Finances, secteur privé & infrastructures Développement humain Réduction de la pauvreté et gestion économique Services opérationnels essentiels Figure 2.1 : Cartes des régions et des pays La Banque mondiale encourage la coopération régionale et, chaque région participe à des initiatives engageant des actions conjointes en vue d'atteindre des objectifs communs, comme par exemple: le «Programme de transport pour l'afrique» (Transport Program for Africa), le «Forum asiatique sur l'énergie alternative» (Asia Alternative Energy Forum), la «Gouvernance au Moyen Orient et en Afrique du Nord» (Governance in the Middle East and North Africa), l'«initiative du bassin du Nil» (The Nile Basin Initiative) et l'«intégration européenne» (European Integration). Pour de plus amples informations, consulter Onglet «Countries». Puis sélectionner une région. Après avoir sélectionné celle qui vous intéresse, vous pouvez consulter un résumé de chaque région grâce à la Regional Brief. Pour de plus amples informations, consulter Onglet «Countries», Regional Initiatives. 24

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C.

CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C. CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C. J GROUPE DE LA BANQUE MONDIALE BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DEVELOPPEMENT SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE ASSOCIATION

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 18 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT

LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT La Banque européenne d'investissement (BEI) promeut les objectifs de l'union en fournissant des fonds pour financer des projets à long terme, ainsi qu'en octroyant

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Rapport du Comité d'audit

Rapport du Comité d'audit Cote du document: EB 2008/93/R.25 Point de l'ordre du jour: 11 e) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d'audit Conseil d'administration Quatre-vingt-treizième

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN

RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN DIVISION DE L 'ÉCONOMIE ET DE L' ADMINISTRATION PUBLIQUES DES NATIONS UNIES - DÉPARTEMENT DE S AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES OMMENT DÉFINIR LE RÉSEAU? Le Réseau

Plus en détail

Distribution: Restreinte EB 2004/82/R.32 21 juillet 2004 Original: Anglais Point 16 b) de l'ordre du jour Français

Distribution: Restreinte EB 2004/82/R.32 21 juillet 2004 Original: Anglais Point 16 b) de l'ordre du jour Français Distribution: Restreinte EB 2004/82/R.32 21 juillet 2004 Original: Anglais Point 16 b) de l'ordre du jour Français a FIDA FONDS INTERNATIONAL DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Conseil d'administration Quatre-vingt-deuxième

Plus en détail

SREP/SC.13/3 19 avril 2015. Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015. Point 3 de l'ordre du jour

SREP/SC.13/3 19 avril 2015. Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015. Point 3 de l'ordre du jour Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015 SREP/SC.13/3 19 avril 2015 Point 3 de l'ordre du jour RAPPORT D'ACTIVITÉ SEMESTRIEL DU SREP (RÉSUMÉ) DÉCISION PROPOSÉE Ayant examiné le Rapport

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014. [sans renvoi à une grande commission (A/68/L.57/Rev.1)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014. [sans renvoi à une grande commission (A/68/L.57/Rev.1)] Nations Unies A/RES/68/304 Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2014 Soixante-huitième session Point 14 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014 [sans

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION Dernière mise à jour : novembre 2013 (Décision BOD/2013/11-02) éducation de qualité pour tous les enfants page 1 de 15 Chartre du PME PRÉAMBULE 1.1 Le Partenariat

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

Politique en matière d investissement responsable

Politique en matière d investissement responsable Politique en matière d investissement responsable Le 12 février 2009 1. Notre mandat... 1 2. Nos principes... 1 3. Stratégie de placement...2 4. Engagement des actionnaires...3 5. Processus d engagement...4

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

UNION POSTALE UNIVERSELLE

UNION POSTALE UNIVERSELLE UNION POSTALE UNIVERSELLE CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE CEP 2009.1 Doc 19 Original: anglais Protocole d'accord avec l'association pour le marketing direct de l Amérique (Etats-Unis) (Point 19 de l ordre

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRADE/2005/3 14 mars 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ POUR LE DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE, DE L INDUSTRIE

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La Banque européenne d investissement en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La banque de l UE La Banque européenne d investissement, la banque

Plus en détail

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global Mettre en place les instruments pour réaliser un accès universel viable à l assainissement et à l eau potable ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS

Plus en détail

Que vais-je apprendre en suivant ce cours?

Que vais-je apprendre en suivant ce cours? BIENVENUE à l atelier des Trésoriers CHÂTEAU FRONTENAC Québec 3,4,5 MAI 2013 Atelier donné par : Lion Marie-Paule Boudreault, trésorière Club Lion Clermont La Malbaie Que vais-je apprendre en suivant ce

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

Introduction générale. La naissance et l évolution des institutions internationales. Partie I. L Etat

Introduction générale. La naissance et l évolution des institutions internationales. Partie I. L Etat LICENCE II. MENTION SOCIOLOGIE POLITIQUE LICENCE III. MENTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE ET SOCIALE - OPTION ECHANGES INTERNATIONAUX PREMIER SEMESTRE 2011-2012 INSTITUTIONS INTERNATIONALES COURS DE MME

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

État présenté par le Secrétaire général conformément à l article 153 du Règlement intérieur de l Assemblée générale

État présenté par le Secrétaire général conformément à l article 153 du Règlement intérieur de l Assemblée générale Nations Unies A/C.5/56/29 Assemblée générale Distr. générale 12 décembre 2001 Français Original: anglais Cinquante-sixième session Cinquième Commission Points 106 b) et 123 de l ordre du jour Troisième

Plus en détail

Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES RAPPORT DU DIRECTEUR GENERAL

Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES RAPPORT DU DIRECTEUR GENERAL Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 29 C 29 C/43 18 juillet 1997 Original anglais Point 9.14 de l'ordre du jour provisoire CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

CTF/TFC.8/6 24 octobre 2011. Réunion du Comité du fonds fiduciaire du FTP Washington, D.C. 4 novembre 2011. Point 6 de l ordre du jour

CTF/TFC.8/6 24 octobre 2011. Réunion du Comité du fonds fiduciaire du FTP Washington, D.C. 4 novembre 2011. Point 6 de l ordre du jour CTF/TFC.8/6 24 octobre 2011 Réunion du Comité du fonds fiduciaire du FTP Washington, D.C. 4 novembre 2011 Point 6 de l ordre du jour PROPOSITION DE REVISION DES PAIEMENTS AU TITRE DES SERVICES D'APPUI

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais 29 mars 2012 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-sixième session 27 février-9 mars 2012 Point 3 a) ii) de l ordre du jour Suivi de la Quatrième Conférence mondiale

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER

INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE Introduction POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER Ce document est destiné à aider les candidats d outre-mer à comprendre les procédures de candidature

Plus en détail

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

Fonds pour l'environnement mondial

Fonds pour l'environnement mondial Fonds pour l'environnement mondial Résumé du document GEF/C.32/8 Stratégie de communication et d information Décision recommandée au Conseil Ayant examiné le document GEF/C.32/8 intitulé Stratégie de communication

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Conseil des aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce IP/C/W/412 10 novembre 2003 (03-5973) Original: anglais RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

SIXTY-FIRST MEETING WASHINGTON, D.C. APRIL 17, 2000

SIXTY-FIRST MEETING WASHINGTON, D.C. APRIL 17, 2000 DEVELOPMENT COMMITTEE (Joint Ministerial Committee of the Boards of Governors of the Bank and the Fund On the Transfer of Real Resources to Developing Countries) SIXTY-FIRST MEETING WASHINGTON, D.C. APRIL

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC)

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Considérations stratégiques et objectifs 1. L objet du Fonds international pour la diversité

Plus en détail

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau et des lacs internationaux Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève, 24 et 25 juin 2015 Point

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.3/2015/27 Conseil économique et social Distr. générale 19 novembre 2014 Français Original : anglais Commission de statistique Quarante-sixième session 3-6 mars 2015 Point 4 h) de l ordre

Plus en détail

CTF/TFC.15/3 19 avril 2015. Réunion du comité du CTF Washington Mardi 12 mai 2015. Point 3 de l'ordre du jour

CTF/TFC.15/3 19 avril 2015. Réunion du comité du CTF Washington Mardi 12 mai 2015. Point 3 de l'ordre du jour Réunion du comité du CTF Washington Mardi 12 mai 2015 CTF/TFC.15/3 19 avril 2015 Point 3 de l'ordre du jour RAPPORT D'ACTIVITÉ SEMESTRIEL DU CTF (RÉSUMÉ) DÉCISION PROPOSÉE Ayant examiné le Rapport d'activité

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO BURUNDI - CAMEROUN - CONGO - REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - GABON GUINEE EQUATORIALE - REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO - RWANDA SAO-TOME & PRINCIPE - TCHAD CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

ECE/MP.WH/WG.1/2014/3 EUDCE/1408105/1.10/2014/WGWH/07. Conseil économique et social

ECE/MP.WH/WG.1/2014/3 EUDCE/1408105/1.10/2014/WGWH/07. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 17 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Organisation mondiale de la Santé Bureau régional pour l Europe

Plus en détail

Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition)

Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition) Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition) Introduction Le 20 décembre 2013, l'assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution en

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Reforme Fiscale Environnementale

Reforme Fiscale Environnementale Reforme Fiscale Environnementale Une formation axée sur la pratique pour les décideurs politiques, responsables de l'administration, conseillers et représentants d ONG Page 1 Accreditation du Fonds Vert

Plus en détail

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION Distr. GENERALE A/AC.237/38 16 août 1993 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMITE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION D UNE CONVENTION-CADRE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Huitième session Genève, 16-27 août

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr.: Générale 3 octobre 2001 Français Original: Anglais E/CN.7/2001/15 Commission des stupéfiants Reprise de la quarante-quatrième session Vienne, 12-14 décembre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

La Banque européenne d investissement en bref

La Banque européenne d investissement en bref La Banque européenne d investissement en bref En tant que banque de l Union européenne (UE), la Banque européenne d investissement (BEI) apporte ses financements et son savoir-faire à l appui de projets

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

Qu est-ce que la Banque européenne d investissement?

Qu est-ce que la Banque européenne d investissement? Qu est-ce que la Banque européenne d investissement? Légende: Dépliant expliquant le rôle de la BEI, ses missions, son activité, son fonctionnement. Source: Banque européenne d investissement, Qu est-ce

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Conseil économique et social. Prorogation du mandat de l Équipe spéciale conjointe sur les indicateurs de l état de l environnement

Conseil économique et social. Prorogation du mandat de l Équipe spéciale conjointe sur les indicateurs de l état de l environnement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 15 août 2014 Français Original: anglais ECE/CEP/2014/12 Commission économique pour l Europe Comité des politiques de l environnement Vingtième

Plus en détail

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après.

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après. CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7 mai 003 (.05) (OR. en) 898/03 EDUC 83 RÉSULTATS DES TRAVAUX du: Conseil en date des : 5 et 6 mai 003 n doc. préc.: 8486/03 EDUC 73 + COR (fr) + COR (de) Objet:

Plus en détail

Forum annuel du Club de Paris. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Jeudi 20 novembre 2015

Forum annuel du Club de Paris. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Jeudi 20 novembre 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Forum annuel du Club de Paris Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Jeudi 20 novembre 2015 Contact presse

Plus en détail

PUBLICATIONS ET DOCUMENTATION DU HCDH

PUBLICATIONS ET DOCUMENTATION DU HCDH III. PUBLICATIONS ET DOCUMENTATION DU HCDH A. Publications du HCDH Le programme de publications du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l homme (HCDH) vise à sensibiliser le public à la question

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail