présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali)"

Transcription

1 Diabète Au Mali présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali)

2 La situation du diabète au Mali - épidémiologie Le diabète est déjà un problème de santé publique au Mali Prévalence en 1985 estimée à environ 0,92% (selon l enquête épidémiologique en zone rurale: projet KBK) En 1996, des études menées dans deux hôpitaux nationaux de Bamako, ont montré que le diabète représentait la 2 ème cause d hospitalisation et 40% des consultations en médecine interne Au Mali les médecins spécialistes estiment que la prévalence du diabète dépasserait aujourd hui les 2% de la population malienne (données statistiques) L incidence annuelle du diabète varie entre 12 et 16 % (d après les dépistages Bamako, Tombouctou, Sikasso en 2003, 2004, 2005 et 2006).

3 Diabète au Mali - Les causes explosion du diabète au Mali est liée 4 causes principales : > Surpoids et obésité La progression du diabète et de certaines autres maladies chroniques est la conséquence directe de l apparition massive du surpoids et de l obésité

4 Diabète au Mali - Les causes > Transition nutritionnelle progressive La transition nutritionnelle est définie comme le passage d une alimentation traditionnelle à une alimentation mixte traditionnelle / occidentale (plus riche en lipides, sucres simples et en produits industrialisés). Aujourd hui, elle touche les classes aisées comme les classes populaires.

5 Diabète au Mali - Les causes > Urbanisation /sédentarité La forte progression du diabète trouve aussi son origine dans les modifications de mode de vie, avec la très forte croissance de l urbanisation et de la sédentarité (forte baisse de l activité physique).

6 Diabète au Mali - Les causes > Augmentation de l espérance de vie : En dernier lieu, cette augmentation de la part des maladies chroniques dans les pays en voie de développement est renforcée par l augmentation progressive de l espérance de vie dans ces pays.

7 3 La situation du diabète au Mali Prise en compte politique Une association nationale: l Association Malienne de Lutte Contre le Diabète (AMLD) a été créée en 1991 Création du Centre national de Lutte contre le Diabète en 1998 Prise en compte des Maladies Non Transmissibles dans le programme de Développement Sanitaire et social 2 ème phase (PRODESS II) Création de la section des maladies non transmissibles au sein de la direction nationale de la santé en 2003 Élaboration du plan national de prévention et lutte contre le diabète (2004) et validation technique de ce plan en 2005) Depuis cette date, attente de la validation politique du plan national de prévention et de lutte contre le diabète pour la mise en oeuvre effective de la politique

8 4 La situation du diabète au Mali Les problématiques En 2003, on pouvait distinguer 4 grandes problématiques auxquelles devaient faire face les patients diabétiques au Mali : - Le manque de personnel formé et de structures équipées pour la prise en charge du diabète - La disponibilité et le coût du matériel d analyse et des médicaments - Le manque d éducation thérapeutique des malades - Les difficultés liées à la mise en place du régime alimentaire

9 - Le manque de personnel formé et de structures équipées Seulement 2 médecins spécialisés (1 diabétologue et 1 endocrinologue), qui consultent dans les 3 structures nationales situées uniquement dans la capitale Bamako Une prise en charge adéquate disponible uniquement au niveau des 3 structures tertiaires de Bamako : - 2 hôpitaux nationaux - 1 centre de lutte contre le diabète Au niveau secondaire (hôpitaux régionaux et centres de santé de référence) et au niveau primaire (centres de santé communautaires et dispensaires), l équipement et le personnel soignant manquent pour la prise en charge du diabète

10 - La disponibilité et le coût du matériel d analyse et des médicaments Les antidiabétiques oraux et l insuline ne sont souvent pas disponibles à la Pharmacie Populaire du Mali (PPM) Les structures de soins manquent de matériel d analyse (lecteurs et bandelettes de glycémie ) ce qui retardent le diagnostic des patients et rend leur suivi difficile Les patients doivent s approvisionner en médicaments dans le secteur privé en cas de rupture dans le secteur public à un coût beaucoup plus important Au Mali, le salaire moyen est estimé à 55. Le coût du traitement pour un diabétique est prohibitif. Par exemple : pour un patient qui doit suivre une insulinothérapie, il doit dépenser chaque mois: 9,5 pour une ampoule d insuline, 50 centimes pour une seringue, 1,5 pour un test de glycémie. A cela, Il faut ajouter les coûts additionnels dûs aux consultations ainsi qu au transport pour se rendre aux consultations

11 C - Manque d éducation nutritionnelle et thérapeutique Peu de séances d éducation sur la maladie et sa prise en charge dans les structures tertiaires Absence de séances d éducation spécifiques dans les structures tertiaires (diététique, pied diabétique ) Absence de séances d éducation dans les structures décentralisées Absence d outils spécifiques adaptés à l éducation des patients diabétiques maliens

12 - Observance du régime alimentaire Au Mali, les repas sont pris à la main - ce qui entraîne une difficulté pour mesurer les aliments Les repas sont pris le plus souvent au plat commun avec toute la famille - difficultés pour sortir du plat commun car ceci cause souvent une désocialisation du patient - difficultés pour avoir une alimentation adaptée à la personne diabétique

13 Présentation ONG Santé Diabète Mali (SDM) SDM est une ONG française créée en 2001 qui développe des projets de prévention et de lutte contre le diabète au Mali Les premiers projets de terrain ont démarré au Mali en 2003 sur 4 zones d action (Bamako, Sikasso, Tombouctou et Douentza) SDM possède une délégation permanente de 5 membres au Mali pour la mise en oeuvre des projets

14 Partenariats locaux pour la mise en œuvre des actions Les projets de SDM sont basés sur un partenariat étroit avec: - L association malienne de lutte contre le diabète (AMLD) - Les services spécialisés des 2 hôpitaux nationaux Gabriel Touré et Point G - Le centre de lutte contre le diabète - Le centre de santé Mutec - La section maladie non transmissible de la direction nationale de la santé - Les directions régionales de la santé rattachées - La Pharmacie Populaire du Mali (PPM) - Les grossistes privés - Les laboratoires

15 Projets développés au Mali Axe 1: Recherche-action: " Amélioration de la prise en charge nutritionnelle des patients diabétiques maliens " Objectif: appuyer les structures de soins pour améliorer la prise en charge nutritionnelle des patients diabétiques avec les aliments locaux à travers : Le recensement des plats préparés et consommés à Bamako L accroissement des connaissances sur l alimentation des diabétiques et les facteurs qui l influencent (enquête consommation par rappel des 24h) L étude de l impact des aliments et des sauces consommées par les patients maliens sur la glycémie (publication d une table des index glycémiques et des réponses post-prandiales des sauces locales) Suivi clinique de malades (HBA1c) avec des nouvelles recommandations diététiques

16 Projets développés au Mali Axe 2 : Information, éducation par la communication (IEC) sur le diabète sucré,, projet pilote dans les communes 1 et 2 de Bamako " Objectif: Informer et sensibiliser la population sur le diabète sucré ses causes, ses conséquences, les moyens de prise en charge et favoriser les dépistages au sein des populations à travers : Recrutement et formation (initiale et recyclage) des pairs éducateurs Développement des outils d éducation (valises pédagogiques) Réalisation de causeries éducatives Suivi des dépistages et du référencement

17 Projets développés au Mali Axe 3 : Formation du personnel soignant et réorganisation r des soins pour les diabétiques Objectif: Améliorer la qualité de la prise en charge des patients diabétiques à travers: Création de modules de formation Identification et formation des médecins référents dans les zones d intervention Formation du personnel soignant autour des médecins référents Travail avec la Pharmacie Populaire du Mali (PPM) et les grossistes privés pour les médicaments et le matériel d analyse Création des outils d éducation Formation des éducateurs Réalisation des séances spécifiques d éducation ( Focus groupe )

18 Projets développés au Mali Axe 4 : Articulation médecine m moderne / médecine m traditionnelle dans la prise en charge du diabète sucré Objectifs Bien comprendre le cheminement des patients diabétiques entre la médecine moderne et la médecine traditionnelle Organiser des formations avec les tradithérapeutes sur la prise en charge du diabète Effectuer des recherches sur l effet hypoglycémiant de certaines plantes utilisées au Mali

19 Projets développés au Mali Axe 5 : "Dynamisation des associations de patients diabétiques tiques Objectif: Appuyer le regroupement des patients diabétiques et la dynamisation associative dans les différentes zones d intervention Identification et recensement des patients diabétiques Mobilisation et regroupement des patients Structuration associative dans les zones où les associations n existent pas encore Dynamisation associative à travers l organisation d activités de soutien et d éducation des patients et d actions de plaidoyer auprès des autorités et des médias

20 Conclusion Les différents projets de SDM sont intégrés dans les différentes zones d intervention pour potentialiser la prise en charge globale des patients diabétiques. Exemple sur la capitale régionale de la 3 ème région: Sikasso

21 EXEMPLE D INTEGRATION DES PROJETS DE SDM AVANT Prise en charge des malades - Pas de prise en charge spécifique du diabète - Pas de médecins spécifiquement formé ni d agents de santé formés - Pas de séance d éducation spécifique, ni de matériel Laboratoire - Prise de la glycémie au spectrophomètre uniquement - Pas de glycémie la nuit ou en urgence (45 min de chauffe du spectro) - Pas de bandelettes de protéinurie et cetonurie Hôpital régional r de Sikasso Prise en charge des urgences et des complications - Pas de prise en charge spécifique Pédiatrie - Pas de dépistage spécifique du diabète gestationnel et des diabètes de type 1 Pharmacie Centre de santé de référence r rence (CSREF) Prise en charge des malades - IDEM Hôpital Laboratoire - Glycémie disponible au lecteur - Pas de bandelettes de protéinurie et de cetonurie - Pas d ADO ni d insuline - Achat secteur privé Complications et urgences - Pas de référencement spécifique Pharmacie - IDEM Hôpital Association des diabétiques de Sikasso - 15 membres - pas de programmes d activités spécifiques Tradithérapeutes rapeutes - Plus de 90% des patients diabétiques de Sikasso y ont recours - Pas de connaissance adéquate - Pas de relation avec le système de santé

22 EXEMPLE D INTEGRATION DES PROJETS DE SDM Prise en charge des malades Laboratoire APRES Hôpital régional r de Sikasso - Prise en charge spécifique disponible - 1 médecin référent formé - Les agents de santé formés sur la pathologie diabétiques - Mise en place de séances d éducation encours, matériel disponible - Glycémie au spectrophotomètre et lecteur Accu Check - Glycémie d urgence disponible - Bandelettes de protéinurie et cetonurie - Abaissement des coûts de la glycémie en-cours Pharmacie Prise en charge des urgences et des complications Pédiatrie Centre de santé de référence r rence (CSREF) Prise en charge des malades - IDEM Hôpital Laboratoire - Bandelettes de protéinurie et de cetonurie - Abaissement coûts glycémie - Personnel formé à la reconnaissance des comas diabétiques - Présence de bandelettes d urgence pour visualiser les types de comas - Bandelettes d urgence pour tester glycémie si Type 1 - Formation pour détecter diabète gestationnel - Référencement vers le médecin référent pour les femmes diabétiques enceintes - ADO et insuline dans le secteur public Complications et urgences - Détection des complications et urgences - Référencement vers le médecin référent de l hôpital régional Pharmacie - IDEM Hôpital Association des diabétiques de Sikasso membres - causeries éducatives - Journée mondiale du diabète - Organisation dépistage gratuit - Projet de prévention primaire (IEC) Tradithérapeutes rapeutes - Définition de la place de la médecine traditionnelle dans la gestion du diabète - Formation des tradithérapeutes - Exclusion prise en charge des Types 1 et des complications (référencement vers médecins référents)

La prise en charge du diabète au Mali. David Beran

La prise en charge du diabète au Mali. David Beran La prise en charge du diabète au Mali David Beran Le diabète dans les pays en voie de développement Le nombres de cas du diabète est estimé à 150 millions Pour 1 personne diagnostiquée il y a 8 non-diagnostiquées.

Plus en détail

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES PREVENTION SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE La prévalence du diabète traité est estimée en 2009 à 4,4 % de la population résidant en France soit 3 millions

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

La surveillance du diabète en France. Jumelage des données d enquête et des données médico-administratives

La surveillance du diabète en France. Jumelage des données d enquête et des données médico-administratives La surveillance du diabète en France Jumelage des données d enquête et des données médico-administratives Anne Fagot-Campagna, MD, PhD Epidémiologiste, endocrinologue Institut de Veille sanitaire, France

Plus en détail

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 DIABÈTE GESTATIONNEL Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 Qui dépister? Un dépistage universel doit être optimalement proposé entre 24 et

Plus en détail

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Dépistage, prise en charge et recommandations Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Prévalence: 3 à 6% Quel test? Quel seuil? Quelle population? A quel moment

Plus en détail

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique Université d été E-Santé Castres-Mazamet 4, 5, 6 juillet 2012 «Des supports numériques au service de l éducation thérapeutique des patients» Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Plus en détail

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Nathalie Cartier, Program manager 27/10/2015 1 Présentation d Expertise France Opérateur publiquede référence

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous?

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous? Mme SE...V. Agée de 42 ans. Antécédents familiaux : père - mère obèse, tante parternelle diabétique. Rh - 1 ère grossesse 33 ans (1990) Accouchement par voie basse, compliqué, ventouse, dystocie d épaule,

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU 1 FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE Prof DIE-KAKOU 2 PLAN INTRODUCTION I- SITUATION II- FINANCEMENT IV- COUVERTURE MALADIE V- DEFIS CMU CONCLUSION 3 INTRODUCTION Services de santé offerts avec

Plus en détail

Le rôle du réseau DIANEFRA dans la prévention du diabète de type 2. Docteur Michaël NEMORIN

Le rôle du réseau DIANEFRA dans la prévention du diabète de type 2. Docteur Michaël NEMORIN Journée de lancement du Centre Intégré Nord Francilien de Prise en charge de l Obésité de Le rôle du réseau DIANEFRA dans la prévention du diabète de type 2 Docteur Michaël NEMORIN DIANEFRA Président de

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Le bilan réalisé par l infirmier libéral pour le patient, permet de conduire les actions du suivi à domicile de l insuffisant

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

La grossesse chez une femme diabétique: = diabète pré-gestationnel Désordres métaboliques survenant en fin de grossesse: = diabète gestationnel

La grossesse chez une femme diabétique: = diabète pré-gestationnel Désordres métaboliques survenant en fin de grossesse: = diabète gestationnel E. SOBNGWI 1. Il faut distinguer La grossesse chez une femme diabétique: = diabète pré-gestationnel Désordres métaboliques survenant en fin de grossesse: = diabète gestationnel Epidémiologie 5% de toutes

Plus en détail

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge 1 er février 2010 Dossier de presse La Ville de Paris lance un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge Contact presse Nathalie Royer : 01 42 76 49 61 - service.presse@paris.fr

Plus en détail

«Transversalité et nutrition dans les politiques territoriales» Paris 17 mars 2009. Le développement de l activité périscolaire

«Transversalité et nutrition dans les politiques territoriales» Paris 17 mars 2009. Le développement de l activité périscolaire «Transversalité et nutrition dans les politiques territoriales» Paris 17 mars 2009 Le développement de l activité périscolaire Bordeaux Ville santé de l OMS Ville active du PNNS Le conseil local de santé

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Pharmacie d officine et renforcement éducatif de proximité. Dalila LALEJ, Ghislaine HOCHBERG

Pharmacie d officine et renforcement éducatif de proximité. Dalila LALEJ, Ghislaine HOCHBERG Pharmacie d officine et renforcement éducatif de proximité Dalila LALEJ, Ghislaine HOCHBERG PREMIERE FORMATION NATIONALE du pharmacien d officine d (1999-2002) Dr Ghislaine HOCHBERG Le CESPHARM pour la

Plus en détail

Réflexions sur l organisation des soins

Réflexions sur l organisation des soins Réflexions sur l organisation des soins Rencontres inter-régionales de l ASIP lasip Dr Y Bourgueil Directeur de recherches h IRDES Responsable équipe PROSPERE Réflexions sur l organisation des soins L

Plus en détail

La prévention du diabète chez l obèse

La prévention du diabète chez l obèse La prévention du diabète chez l obèse Pr Paul Valensi Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition Hôpital Jean Verdier, Université Paris Nord, CRNH-IdF, CINFO, Bondy Evolution de la prévalence du diabète

Plus en détail

PAPRICA Petite enfance

PAPRICA Petite enfance PAPRICA PETITE ENFANCE PHYSICAL ACTIVITY PROMOTION IN PRIMARY CARE PAPRICA Petite enfance Concept de formation La sédentarité du jeune enfant augmente de manière inquiétante. Or, la promotion du mouvement

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

DIABACTION CONGO I. BUTS. Créer une chaine de solidarité active Promouvoir les projets liés à lutte contre le diabète II. REALISATION (2008-2010)

DIABACTION CONGO I. BUTS. Créer une chaine de solidarité active Promouvoir les projets liés à lutte contre le diabète II. REALISATION (2008-2010) DIABACTION CONGO Association des diabétiques du Congo, loi 1901 et de type gestionnaire, créée le 05 août 2001 I. BUTS Créer une chaine de solidarité active Promouvoir les projets liés à lutte contre le

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali B DAOU, M KOUAME, C ATIM Institut National de recherche en santé Publique (INRSP)- Bamako,

Plus en détail

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO)

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) MEMPD Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) Titre 14. Programmes et politiques Présenté par : 14.4. Evaluation

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN?

MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN? MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN? M. Megne Wabo 1, S. Mosnier-Thoumas 1, I. Barcos 4, D.

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD

LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD Quiz ARLIN Aquitaine Réseau des Ides et cadres hygiénistes d Aquitaine 18 juin 2015 Reco de 2006 en cours d actualisation par groupe de travail : SF2H,

Plus en détail

Atelier sur les rôles de l infirmière œuvrant auprès d une clientèle diabétique. Sylvie Gaudreau, inf. M.Sc. Présentation à l UQAT

Atelier sur les rôles de l infirmière œuvrant auprès d une clientèle diabétique. Sylvie Gaudreau, inf. M.Sc. Présentation à l UQAT Atelier sur les rôles de l infirmière œuvrant auprès d une clientèle diabétique Sylvie Gaudreau, inf. M.Sc. Présentation à l UQAT 23 octobre 2013 Présentation de la conférencière invitée Sylvie Gaudreau

Plus en détail

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES Version Janvier 2013 1 Sommaire I. CONTEXTE... 5 II. OBJECTIFS DU PROGRAMME... 5 III. OBJECTIF DU GUIDE... 5 IV. PRINCIPES

Plus en détail

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON?

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? «PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? Le décret télémédecine du 19 octobre 2010 fixe déjà certaines modalités de mise en

Plus en détail

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Département Système d Information en Santé et Télémédecine Direction de l Efficience de l Offre 5 mai 2015 1 les enjeux régionaux Enjeux régionaux

Plus en détail

DIABÈTE GESTATIONNEL. 21 mars 2013 Julie Lemaitre, sage-femme Dr Marc Dauphin, endocrinologue

DIABÈTE GESTATIONNEL. 21 mars 2013 Julie Lemaitre, sage-femme Dr Marc Dauphin, endocrinologue DIABÈTE GESTATIONNEL 21 mars 2013 Julie Lemaitre, sage-femme Dr Marc Dauphin, endocrinologue DIABÈTE GESTATIONNEL EN CHIFFRES 6% des grossesses Problème de santé public croissant avec une augmentation

Plus en détail

Pourquoi?... Pour qui?

Pourquoi?... Pour qui? Pourquoi?... Pour qui? Prévalence de l obésité Obésité massive IMC >40 49,2% 32,3% Obésité 15,0 % 3,5% 10,7% 3,1% 1,2% Moins de 18,5 18,5 à 24,9 25,0 à 29,9 30,0 à 34,9 35,0 à 39,9 40,0 ou plus Dépenses

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

Direction générale de la santé. Elaboration du PNNS 2011-2015 Actualités

Direction générale de la santé. Elaboration du PNNS 2011-2015 Actualités Direction générale de la santé Elaboration du PNNS 2011-2015 Actualités Téléchargeable à l adresse suivante : http://www.sante.gouv.fr/programme-national-nutrition-sante-2011-2015.html 2 Nutrition : le

Plus en détail

DIABETE ET RAMADAN. Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours

DIABETE ET RAMADAN. Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours DIABETE ET RAMADAN Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours INTRODUCTION L un des 5 piliers de l Islam ~ 1,5 milliards de musulmans Ramadan 9ème mois du calendrier lunaire Période de

Plus en détail

Le dossier partagé informatisé du RéPOP Aquitaine

Le dossier partagé informatisé du RéPOP Aquitaine Le dossier partagé informatisé du RéPOP Aquitaine Dr Hélène Thibault, pédiatre coordinatrice du RéPOP Caroline Resplandy, coordinatrice administrative Réseau de Prévention et de Prise en charge de l obésité

Plus en détail

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI Séquence éducation de groupe Groupe de 10 patients maximum Durée : 45 min Animateur : Médecins Objectif général : Exprimer la perception que l

Plus en détail

PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU»

PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU» PRESENTATION DES ACTIVITES DU CENTRE POUR LE BIEN ETRE DES FEMMES (CBF/GK) «GISELE KAMBOU» The image part with relationship ID rid2 was not found in the file. BUT: Promotion de la Santé Sexuelle et de

Plus en détail

Présentation du projet

Présentation du projet Présentation du projet Professeur GUILLAUME Service Environnement-Nutrition et Santé Ecole de Santé publique de l Université de Liège «EDUcation thérapeutique et préventive face au Diabète et à l Obésité

Plus en détail

Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif

Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif CONTEXTE - EPIDEMIOLOGIQUE Pires paramètres épidémiologiques de l hémisphère occidental Mortalité infantile 0-5ans: 73 décès /1000 naissances vivantes

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Accidents de la vie quotidienne : surveillance et prévention Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Gaëlle PÉDRONO Chargée d études scientifiques Julie BODARD, Laure CARCAILLON,

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

INSULINOTHERAPIE DANS LE DIABETE DE TYPE 2

INSULINOTHERAPIE DANS LE DIABETE DE TYPE 2 INSULINOTHERAPIE DANS LE DIABETE DE TYPE 2 P. CUNY Unité Thérapeutique et d Education du Diabète (UTED) CHR Metz Thionville Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 L INSULINOTHERAPIE DANS LE DIABETE DE TYPE

Plus en détail

VOTRE ANNUAIRE DIABÈTE EN LOIR-ET-CHER

VOTRE ANNUAIRE DIABÈTE EN LOIR-ET-CHER VOTRE ANNUAIRE DIABÈTE EN LOIR-ET-CHER EDITO Conscients de la multiplicité des acteurs et des rôles de chacun, nous, acteurs du diabète en Loiret-Cher, nous sommes réunis afin de travailler à l élaboration

Plus en détail

SOMMAIRE. I Préambule. II Les missions de l association la Maison du Diabétique

SOMMAIRE. I Préambule. II Les missions de l association la Maison du Diabétique Association Loi 1901, reconnue d intérêt général par arrêté CM n 1230/30 août 2007 SOMMAIRE I Préambule II Les missions de l association la Maison du Diabétique III Manifestation du 20 novembre 2011 1

Plus en détail

BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE

BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE Projet d éducation pour la santé auprès des jeunes enfants dans les établissements scolaires BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE Contacts : Service Prévention/Education pour la santé CPAM de la

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

EVALUATION RAPIDE DE BESOINS EN CAS D URGENCE: Région de Mopti, Konna 21/03/2013

EVALUATION RAPIDE DE BESOINS EN CAS D URGENCE: Région de Mopti, Konna 21/03/2013 EVALUATION RAPIDE DE BESOINS EN CAS D URGENCE: Région de Mopti, Konna Informations générales : Date à laquelle le rapport d évaluation rapide est rédigé. Noms (en entier) et désignation du responsable

Plus en détail

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 Une enquête réalisée sur la nutrition en médecine générale * pour l montre que la nutrition est un sujet

Plus en détail

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie 1. objectifs du programme : Les finalités spécifiques

Plus en détail

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS?

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1 I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? II. POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1. LES BESOINS SANITAIRES ET SOCIAUX IDENTIFIES 2. LA VOLONTE POLITIQUE POUR REDUIRE LES INEGALITES SOCIALES

Plus en détail

Plaidoyer pour une évidence : les Tableaux de Bord de Suivi (TBS) informatiques.

Plaidoyer pour une évidence : les Tableaux de Bord de Suivi (TBS) informatiques. 1 Plaidoyer pour une évidence : les Tableaux de Bord de Suivi (TBS) informatiques. Hector Falcoff (1,2), Madeleine Favre (1,2), Olivier Benainous (2). 1) Société de Formation Thérapeutique du Généraliste

Plus en détail

Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie -

Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie - 1 Le diabète de type 2 : quelques points d actualité - 2 partie - Jacques LOUIS Service de diabétologie HPMetz Site Belle Isle AMMPPU Metz 10 juin 2014 P1 CAS CLINIQUE 3 ème époque Cette même personne

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE Ce document a été élaboré par le groupe de travail "EHPAD" de l'omedit de Haute- Normandie. Il s'agit d'une proposition de protocole d'insulinothérapie

Plus en détail

Diabète de type 2 Généralités

Diabète de type 2 Généralités Diabète de type 2 Généralités D2 s accroit de façon épidémique dans tout le monde Deux facteurs en cause: diminution de l activité physique augmentation de l obésité 2 500 000 de D2 traités par médicaments

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Dr Souhaïl Latrèche Médecin scolaire, directeur Centre desantéscolaire Ville de la Chaux de Fonds Suisse

Dr Souhaïl Latrèche Médecin scolaire, directeur Centre desantéscolaire Ville de la Chaux de Fonds Suisse Cette présentation a été effectuée le 29 novembre 2011, au cours de la Rencontre internationale La prochaine décennie pour les écoles favorisant la santé, le bien être et la réussite éducative dans le

Plus en détail

Les diabétiques et les édulcorants

Les diabétiques et les édulcorants CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Les diabétiques et les édulcorants Etude n 1201364 Octobre 2012 Sommaire CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Objectifs et méthodologie de l étude 3 Principaux

Plus en détail

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients BURN OUT Le burn out est un syndrome touchant les personnes impliquées auprès d'autrui et tout particulièrement dans une relation de soin. Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel qui se

Plus en détail

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%.

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%. N.S DIABETE ET GROSSESSE Introduction : Ce chapitre se consacre à étudier: La grossesse chez une diabétique connue, insulinodépendante (DID) ou non (DNID); Le diabète gestationnel qui apparaît au cours

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Accompagnement des malades asthmatiques

Accompagnement des malades asthmatiques Accompagnement des malades asthmatiques Comité de suivi asthme du 27 juin 2013 Page n 1 Ordre du jour 1. La segmentation 2. Les supports de recrutement et d accompagnement 3. Le rôle des PS et l articulation

Plus en détail

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes La MSJB sur un territoire urbain et rural Communauté de communes 90 000 habitants : Cholet 55000 habitants 13 communes périphériques:

Plus en détail

Travail en collaboration avec le service de diabétologie du Professeur Agnès HARTEMANN

Travail en collaboration avec le service de diabétologie du Professeur Agnès HARTEMANN GROUPE HOSPITALIER PITIE SALPETRIERE Service de gynécologie Obstétrique Professeur M DOMMERGUES Auteurs : D. VAUTHIER BROUZES J. NIZARD S. JACQUEMINET C. CIANGURA A. HARTMANN (Diabétologues) Date rédaction

Plus en détail

TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO

TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO TRAVAUX DU GROUPE GUINEE/CONAKRY ET BISSAO PLAN DE PRESENTATION BREVE PRESENTATION DES DEUX PAYS - GUINEE/CONAKRY GUINEE BISSAO Population = 7 156 406hbts dont 51% de femmes et 46% de jeunes, - 1 200 000

Plus en détail

Plan. I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques

Plan. I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques DIABETE ET SPORT Plan I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques I- Physiopathologie Principes généraux de l exercice physique Pour améliorer

Plus en détail

REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION

REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION 7 DECEMBRE 2012 Evaluation de l état nutritionnel des résidents EHPAD Les 5 sens à Landouge EHPAD Le Cantou de Condat

Plus en détail

Dossier de Presse. Réseau Atlantique Diabète. «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012»

Dossier de Presse. Réseau Atlantique Diabète. «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012» Dossier de Presse Réseau Atlantique Diabète «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012» 1 Journée Mondiale du Diabète À l occasion de la 22 e Journée Mondiale du Diabète, le Réseau Atlantique

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

Renseignements : Secrétariat Dispositif Diabest Tél. 021 923 48 89 www.reseau-sante-haut-leman.ch, rubrique diabétologie

Renseignements : Secrétariat Dispositif Diabest Tél. 021 923 48 89 www.reseau-sante-haut-leman.ch, rubrique diabétologie INFORMATION EN SANTE PUBLIQUE Cours et ateliers DIABEST 2015 Le Dispositif Diabest est composé d un ensemble de professionnels reconnus dans leurs domaines respectifs de spécialisation et proposant différentes

Plus en détail

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) est l instance de référence en matière de nutrition.

Plus en détail

L économie d énergie, la performance énergétique, jusqu où?

L économie d énergie, la performance énergétique, jusqu où? HOPITECH 2007 Hôpital et Développement Durable La Rochelle - 18 octobre 2007 Atelier 1 : Qualité d usage et contraintes environnementales L économie d énergie, la performae énergétique, jusqu où? Pierre

Plus en détail

DENTISTERIE COMMUNAUTAIRE Dr LEMDAOUI.M.C Maître de conférence A Epidémiologie et Médecine Préventive

DENTISTERIE COMMUNAUTAIRE Dr LEMDAOUI.M.C Maître de conférence A Epidémiologie et Médecine Préventive DENTISTERIE COMMUNAUTAIRE Dr LEMDAOUI.M.C Maître de conférence A Epidémiologie et Médecine Préventive Depuis toujours, la pratique de la dentisterie traitement des maladies dentaires. Développement concept

Plus en détail

Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais. : première étape vers une démarche territoriale de santé. Mai 2010

Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais. : première étape vers une démarche territoriale de santé. Mai 2010 Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais : première étape vers une démarche territoriale de santé Mai 2010 Sommaire La méthodologie Les caractéristiques des acteurs interrogés Les problématiques pointées

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Mai 2001 LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Le contexte Le soin nutritionnel est une des missions fondamentales des diététiciens, qui a pour finalité de garantir des

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nouvelles recommandations de dépistage et de prise en charge Fabienne Viala Carla Chatelet Définitions OMS: «DG = trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie

Plus en détail

FINANCEMENT DE LA SANTE QUELLE PLACE POUR LA COMMUNICATION? Reece Hermine ADANWENON / Spécialiste Chargée de Communication PRPSS/PRSS

FINANCEMENT DE LA SANTE QUELLE PLACE POUR LA COMMUNICATION? Reece Hermine ADANWENON / Spécialiste Chargée de Communication PRPSS/PRSS FINANCEMENT DE LA SANTE QUELLE PLACE POUR LA COMMUNICATION? Reece Hermine ADANWENON / Spécialiste Chargée de Communication PRPSS/PRSS 1- MECANISME FBR 2- LES STRATEGIES DE COMMUNICATION ADAPTES AUX CIBLES

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

VALISE PEDAGOGIQUE POUR ANIMER LES CAUSERIES EDUCATIVES DESTINEE AUX PAIRS EDUCATEURS SUR LE DIABETE SUCRE EN COMMUNE 1 DU DISTRICT DE BAMAKO

VALISE PEDAGOGIQUE POUR ANIMER LES CAUSERIES EDUCATIVES DESTINEE AUX PAIRS EDUCATEURS SUR LE DIABETE SUCRE EN COMMUNE 1 DU DISTRICT DE BAMAKO Gouvernorat du district de Bamako ********** Direction régionale de la santé ********** Centre de santé de référence de la commune 1 ********** VALISE PEDAGOGIQUE POUR ANIMER LES CAUSERIES EDUCATIVES DESTINEE

Plus en détail

Mon médecin m annonce que j ai un diabète gestationnel : que faire?

Mon médecin m annonce que j ai un diabète gestationnel : que faire? Lilly Diabète Pour vous, jour après jour. Lilly Diabète Pour vous, jour après jour. Lilly propose et développe des traitements innovants pour la prise en charge du diabète et de ses complications. INVENTIV

Plus en détail

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Programmes d enseignement thérapeutique Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? 3 Les programmes proposés par le service d

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail