Enron PORTRAIT D ENTREPRISE. Christophe Defeuilley. Flux n 46 Octobre - Décembre 2001

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enron PORTRAIT D ENTREPRISE. Christophe Defeuilley. Flux n 46 Octobre - Décembre 2001"

Transcription

1 PORTRAIT D ENTREPRISE Enron rement à ce qui s est passé sur le segment du transport, cette évolution n est pas initiée par les autorités fédérales. Les États, responsables de l aval (distribution, vente), ont l opportunité de déréguler s ils le souhaitent le segment de la commercialisation. À l heure actuelle, environ une trentaine d états ont choisi cette option ou envisagent de le faire (2). En 1985, le gaz naturel américain s engage dans un vaste processus de dérégulation. Les États-Unis participent, comme d autres pays, au mouvement général de redéfinition des règles de fonctionnement du marché. L agence fédérale de régulation (la FERC, Federal Energy Regulatory Commission) autorise l accès des tiers aux réseaux sur une base transparente et non discriminatoire. Les prix et les conditions d achat du gaz sont fixés de manière décentralisée, par négociation bilatérale ou par confrontation de l offre et de la demande sur le marché. Les prix du transport Christophe Defeuilley Enron est un groupe d origine texane, spécialisé dans le transport du gaz. À partir de 1985, profitant des opportunités ouvertes par la libéralisation, le groupe se développe dans d autres segments d activité. Il se définit luimême comme un groupe visionnaire, explorant avant les autres de nouveaux métiers, comme le trading online, multipliant les acquisitions et les implantations à l étranger. Cette stratégie ambitieuse est unanimement saluée : Enron devient un modèle pour le reste du secteur. Puis, les problèmes s accumulant, la fragilité du groupe apparaît au grand jour. En l espace de six semaines, après une tentative avortée de fusion avec un concurrent, Enron est contraint de se déclarer en faillite. Cet article analyse l évolution du groupe à partir des divers documents publics (presse, rapports d activité et présentations financières d Enron, rapports des analystes financiers) qui sont utilisés pour suivre et mesurer les performances des entreprises cotées. sont dissociés du prix d achat proprement dit (1). Il y a donc séparation claire entre ce qui relève du monopole naturel, l activité de transport, qui continue à être encadrée par l autorité fédérale de régulation et ce qui relève d une activité marchande, l achat et la vente de gaz entre producteurs, industriels et compagnies de distribution, qui est libéralisée. La libéralisation entame une seconde phase en L ouverture à la concurrence s étend progressivement aux petits consommateurs (clients résidentiels et commerciaux). Contrai- Les USA disposent d un réseau de transport et de distribution de gaz naturel très étendu ( miles (3) répartis dans 48 états). On recense plus de 165 compagnies de transport et pas moins de distributeurs. L essentiel de ces firmes appartient au secteur privé. Le transport et la vente du gaz naturel sont des activités en croissance rapide. La consommation augmente régulièrement, notamment sous l effet de l utilisation de plus en plus massive du gaz comme source de production d électricité. Selon les projections du Department of Energy (DoE), la consommation de gaz naturel, qui s établit actuellement autour de 21 TCF/j (Trillion Cubic Feet), devrait atteindre 32 TCF/j en Les capacités de transport, de stockage et d importation vont devoir être développées de manière significative. Le processus de libéralisation entraîne des modifications importantes tant des structures industrielles, que des activités des compagnies. Lorsque le secteur était encadré et les prix fixés par l administration, les compagnies de transport n avaient qu à assurer un service de 76

2 Portrait d entreprise Étapes - clés de la régulation du gaz naturel aux USA 1938 : Signature du Natural Gas Act. La Federal Power Comission (FPC), qui deviendra la FERC en 1978, régule l activité des transporteurs de gaz : La Cour Suprême confirme les pouvoirs accordés à la FPC et l autorise à réguler les prix à la production : Les prix à la production sont partiellement dérégulés. La FERC remplace la FPC : Programme volontaire d accès libre et non discriminatoire aux réseaux de transport. Début de la séparation entre les fonctions de transport et de vente de gaz : Les contrôles de prix sur les producteurs sont éliminés : Obligation de proposer des contrats séparés de transport, d achat, de stockage. Refonte des tarifs de transport : Lancement du premier programme pilote d ouverture à la concurrence pour les clients finaux (customer choice). Une vingtaine d États ont lancé des expérimentations. 14 millions de clients résidentiels concernés sur un total de 53 millions. Source : IEA, (1998), Natural gas pricing in competitive markets, International Energy Agency, Paris transmission de la ressource des producteurs vers les distributeurs à un tarif déterminé à l avance, en rémunérant leurs investissements dans la construction de pipelines et de capacités de stockage avec les revenus tirés de leur activité. Avec l ouverture du marché et la libération des prix, les compagnies de transport font face à un nouveau contexte. Les clients peuvent négocier directement les conditions d achat du gaz auprès des producteurs, puis signer des contrats pour le transport, le stockage et d autres services associés. Ils peuvent aussi choisir de faire appel à des commercialisateurs (marketers), intermédiaires spécialisés, qui leur fournissent cet ensemble de services sans avoir à négocier avec chacun des intervenants du secteur. Des marchés de négoce se mettent également en place dans les principaux lieux de consommation et aux intersections des pipelines (les trading hubs). L activité d achat pour revente du gaz devient un élément essentiel de l activité des firmes. La libéralisation donne le coup d envoi à des regroupements, des diversifications et des changements de cap. On Principaux flux de transport de gaz naturel Source : US Department of Energy,

3 Principaux acteurs du trading aux USA Électricité Enron 13,2 % Enron 12 % AEP 9,5 % Duke Energy 6% PG&E Energy 6,9 % Aquila 5 % Duke Energy 6,5 % Coral 5% Southern 5% Dynegy 5% Reliant 4,4 % Reliant 4% Constellation 4,3 % Sempra Energy 4% Aquila 4,2 % Conoco 3% Dominion 3,3 % Axia 3% Dynegy 3,1 % El Paso 3% Autres 39,6 % Autres 49 % Total 100 % Total 100 % Parts de marché sur l année Source : Financial Times Energy assiste à des rapprochements entre groupes de l électricité et du gaz naturel, à des développements vers l aval des majors de l exploration-production Gaz de pétrole et de gaz (BP, Shell, ExxonMobil), à des fusions donnant naissance à des firmes de taille internationale. Le secteur du gaz aux USA, qui était traditionnellement assez éclaté, est en train de se regrouper autour de quelques acteurs majeurs (El Paso, Dominion, Duke). C est aussi la tendance en Europe, où les opérateurs historiques (British Gas, Statoil, Gaz de France, Ruhrgas) développent des stratégies de conquête de nouveaux marchés et tendent à devenir des acteurs de dimension internationale. Enron est un exemple marquant de ces évolutions industrielles. Entreprise implantée à Houston (Texas), dont l activité de base est le transport du gaz, Enron va profiter de l ouverture des marchés du gaz, puis de l électricité, pour se lancer dans une stratégie de développement originale. Panorama général des majors du gaz naturel Groupes Activités Chiffre d affaires 2000 Duke Energy (US) Production - exploration gaz, transport gaz, $ 49,3 milliards production et distribution d électricité, trading Conoco (US) Production - exploration pétrole et gaz, $ 38,7 milliards transport gaz, trading El Paso (US) Production - exploration, transport gaz, $ 21,9 milliards trading Dominion (US) Production - exploration gaz, transport gaz, $ 9,2 milliards production et distribution d électricité, trading Williams (US) Production - exploration, transport gaz, $ 10,4 milliards trading Statoil (Norvège) Production - exploration pétrole et gaz, $ 17,5 milliards transport gaz, trading Gazprom (Russie) Production - exploration, transport, $ 12,1 milliards distribution de gaz GDF (France) Production - exploration, transport, $ 10,5 milliards distribution de gaz Ruhrgas (Allemagne) Transport de gaz $ 10,1 milliards YPF-Repsol (Es./Arg.) Production - exploration pétrole et gaz, $ 6,5 milliards transport gaz, trading Source : Rapports d activité, Chiffres d affaires

4 Portrait d entreprise Houston Pipe Line Company L origine de la société remonte à À cette date, Houston Pipe Line Company (HPL) est créée. C est une émanation de Houston Oil Company, une des nombreuses compagnies pétrolières ayant vu le jour avec les premières découvertes importantes de pétrole au Texas au début du siècle. Houston Pipe Line Company est chargée de construire un pipeline de 200 miles pour transporter le gaz naturel des champs pétrolifères de Live Oak et Refugio vers Houston. Ce gazoduc est utilisé dès 1926 par Houston Natural Gas Company, qui a été choisie par la Ville de Houston pour distribuer le gaz naturel dans l agglomération. À partir des années 1920, l utilisation du gaz naturel comme source d énergie primaire se développe. Les États-Unis disposent de réserves importantes, concentrées pour les deux tiers au Texas et en Louisiane. Elles sont utilisées pour alimenter les clients résidentiels dans les grandes agglomérations et les industries grosses consommatrices d énergie. Petit à petit, des réseaux de pipelines, d abord locaux, puis inter-états, se mettent en place, permettant de relier les centres de production aux principales zones de consommation du Nord-Est, du Midwest et de Californie. De nombreuses compagnies locales de production, de transport et/ou de distribution se développent ; le secteur du gaz naturel est en pleine expansion, touchant des marchés nouveaux et s étendant dans de nombreuses villes Chiffres clés 2000 d Enron Enron, siège social Houston (Texas) Groupe coté au New York Stock Exchange. Actionnariat dispersé Né en 1986 de la fusion entre Houston Natural Gas Company et InterNorth Chiffre d affaires : $ 100 milliards Répartition par activités : Trading : $ 95 milliards Production d électricité : $ 1.8 milliards Services : $ 1.6 milliard Transport de gaz : $ 0.7 milliard Autres : $ 0.5 milliard Fibres optiques : $ 0.4 milliard Cash Flow : $ 3 milliards Résultat Net : $ 0.9 milliard Effectifs : personnes américaines. Houston Pipe Line Company participe à ce mouvement. La société accroît son réseau de transport, notamment pour alimenter le port de Houston, et acquiert des installations de stockage. En 1956, Houston Pipe Line Company est vendue par sa maison mère à Houston Natural Gas Company. Le distributeur rachète le propriétaire des installations de transport de gaz, effectuant ainsi une opération d intégration verticale vers l amont. Dans les années 1960 et 1970, Houston Natural Gas Company continue de développer son réseau au Texas et augmente ses capacités de stockage et de production, notamment en réalisant des opérations offshore. En 1976, la compagnie décide de se retirer de la distribution de gaz pour la Ville de Houston et de se concentrer sur son activité de transport. Elle construit un réseau de pipelines interne au Texas long de miles et se dote d un très important centre de stockage, le troisième par la taille aux USA. Ces infrastructures permettent de relier les producteurs locaux et les principaux distributeurs des agglomérations du sud et de l est de l état, d alimenter le port de Houston (qui est équipé d installations de liquéfaction du gaz naturel) et de desservir les gazoducs d autres états. En 1986, Houston Natural Gas Company s engage dans une opération majeure : la firme fusionne avec un autre transporteur de gaz, InterNorth, actif en dehors du Texas. De cette fusion naît Enron. Cette opération répond à plusieurs objectifs. En premier lieu, il s agit de prendre pied dans d autres états pour compléter le réseau de transport, encore largement centré sur le Texas. En second lieu, la fusion répond au processus de libéralisation du marché du gaz aux États-Unis, qui ouvre de nouvelles opportunités. À partir du milieu des 79

5 années 1990, Enron va chercher de nouveaux relais de croissance, dans une stratégie diversifiée, qui va le conduire à explorer plusieurs domaines d activité. Du transport du gaz à l électricité Enron décide de se diversifier dans le secteur de l électricité, débouché «naturel» du gaz, en pleine expansion depuis les années Il développe ponctuellement des projets de production indépendante. Puis, en 1997, le groupe acquiert un des principaux producteurs d électricité du Nord-Ouest des USA, Portland General Group, pour $ 2.9 milliards. Cet achat, qui fait d Enron un acteur significatif du marché de l électricité aux USA, ne marque pas le début d une stratégie de diversification de plus grande ampleur. Le groupe décide de céder Portland General Group deux ans seulement après l avoir acheté, mettant ainsi un coup d arrêt brutal à ses ambitions sur le marché électrique. Puis il se ravise et rompt en avril 2001 les négociations entamées avec un acheteur potentiel (Sierra Pacific Group), apparemment à cause des nouvelles perspectives ouvertes par la crise californienne, qui redonne un intérêt majeur à la détention d actifs de production d électricité sur la côte Ouest (4). Avant d annoncer en octobre 2001 avoir trouvé un accord de vente avec Northwest Natural Gas (5). Ces allers-retours dans la production d électricité sont assez réguliers. En décembre 2000, Enron annonce la construction d une nouvelle centrale au gaz en Californie et vend quasiment en même temps trois de ses unités situées dans l Illinois, l Indiana et le Tennessee que le groupe venait de mettre en service quelques mois plus tôt (6). Le groupe abandonne l idée de constituer un grand groupe diversifié dans le gaz et l électricité. Ses actifs de production sont avant tout utilisés comme des débouchés ponctuels pour valoriser au mieux le gaz transitant par ses réseaux. Cela ressort plus d une logique financière (acquérir ou développer des actifs de production, puis les rentabiliser en signant des contrats d approvisionnement avantageux ou céder les usines de production au plus offrant) que d une stratégie industrielle à long terme. L autre axe de diversification d Enron dans l électricité concerne les services. Le groupe propose des contrats comprenant l approvisionnement en gaz et électricité, la conception de plans d investissement et de renouvellement des matériels, l amélioration du fonctionnement des installations, la gestion des différents flux d énergie, etc. L energy outsourcing permet aux sociétés qui le désirent de se concentrer sur leurs activités de base et d externaliser la gestion de leurs besoins et installations énergétiques. Les risques du grand large Fort de ses positions et de l expérience acquise lors de la libéralisation du gaz aux USA, Enron décide au milieu des années 1990 de s implanter dans certains pays étrangers, qui, à l instar des États-Unis, font l expérience de l ouverture des marchés de l énergie. En Europe, la firme américaine installe des centres de trading là où les marchés nationaux sont suffisamment dérégulés (Grande-Bretagne, Scandinavie). En complément, Enron investit ponctuellement dans des unités de production d électricité, notamment en Angleterre, mais aussi en Espagne, en Allemagne, en Turquie et en Pologne. La firme s est aussi intéressée à deux autres régions du monde, l Amérique Centrale et du Sud et l Inde. Cependant, tous ses investissements ne sont pas couronnés de succès. Enron va connaître des difficultés ou des déconvenues dans deux pays, l Inde et le Brésil, où la firme avait nourri beaucoup d espoirs et consenti d importants investissements. Enron est une des entreprises étrangères les plus actives dans le secteur électrique brésilien qui aiguise beaucoup d appétits depuis 1995, date du lancement d un processus général de libéralisation. À l occasion de la vente du capital des compagnies de distribution, Enron reprend Elektro (État de Sao Paulo), une des principales compagnies de distribution brésiliennes, pour $ 1,3 milliard. La firme américaine s engage aussi dans la construction d unités de production d électricité. Elle possède des intérêts dans le transport du gaz (partenaire minoritaire du principal gazoduc brésilien ; investisseur principal et exploitant d un pipeline secondaire reliant sa centrale de production d électricité de Cuiaba au pipeline Bolivie- Brésil (7) et dans la distribution (participations dans plusieurs compagnies) (8). Ces investissements ne sont pas aussi rentables que prévu, la libéralisation prend du temps, la convergence gaz- 80

6 Portrait d entreprise électricité, qui devait assurer à Enron une position centrale sur la scène brésilienne, reste très imparfaite, du fait des freins mis par les autorités à une libéralisation du secteur du gaz (en particulier du transport). À ceci s ajoute le déficit de pluviométrie qui fait craindre une pénurie d électricité et oblige le gouvernement fédéral à prendre des mesures conservatoires à partir de l été 2001 et relègue au second plan la poursuite de l ouverture du marché du gaz et de la privatisation des compagnies à capitaux publics. Enron décide donc d entamer un processus de désengagement : la firme vend ses intérêts dans les compagnies de distribution de gaz en mai 2001 (9), gèle ses projets de construction de nouvelles centrales et songe à se séparer d Elektro. Le parcours d Enron en Inde n est pas plus facile. La firme se lance au milieu des années 1990 dans ce qui est considéré comme le plus important investissement jamais réalisé par un groupe étranger en Inde : la construction d une unité de production d électricité alimentée au gaz d une capacité de Mégawatts, pour un coût total de $ 3 milliards (10). Enron détient 65 % de Dabhol Power Co., la société constituée à cette occasion. Après la mise en service de la première tranche du projet (740 MW de capacité installée), un conflit éclate entre Enron et le principal client de la centrale, l état du Maharashtra. Le conflit porte sur les tarifs de vente de l électricité, jugés trop élevés par l état du Maharashtra, qui refuse de continuer à payer. Mis devant le fait accompli, Enron décide d entamer des procédures judiciaires contre son ancien client puis stoppe la construction de la seconde tranche de l usine. Parallèlement, le groupe cherche à se désengager du projet, après avoir essayé en vain de vendre ses 65 % dans Dabhol Power Co. à ses partenaires, Bechtel et General Electric (11). Des négociations sont en cours pour trouver une issue à cette situation, qui reste bloquée. L aventure malheureuse dans la gestion de l eau Les activités en matière de fourniture de gaz et d électricité se complètent par une exploration d un domaine voisin, celui de la gestion de l eau. Enron se dote d une filiale spécialisée Azurix qui prend position dans le secteur de l eau en acquérant en octobre 1998 Wessex Water, une des dix compagnies régionales d eau et d assainissement britanniques (12). Azurix obtient aussi quelques contrats en Amérique Latine (Argentine, Mexique) et se développe aux USA en rachetant des petites entreprises du secteur (Philip Utilities Management en mai 1999, E. Carver Pumping en novembre 2000). Cette politique active de rachat et de gain de contrats vise à faire d Azurix un acteur important du secteur. Mais la firme tarde à devenir rentable. Si le chiffre d affaires progresse (de $ 620 millions en 1999 à $ 760 millions en 2000), les pertes se creusent. À $ 490 millions, elles atteignent plus de la moitié du chiffre d affaires en Le durcissement de la régulation appliquée aux compagnies d eau britanniques, conjugué aux effets désastreux de contrats mal négociés, notamment celui de la province de Buenos Aires, en sont la cause. Enron décide dans un premier temps de ramener sa participation dans Azurix à 30 % à l occasion de l introduction en bourse de la société en juin Puis le groupe envisage de s en retirer complètement (13). Les mauvaises nouvelles, qui s accumulent pendant l année 2000, rendent ce scénario difficile à réaliser. Les actions Azurix, qui se négociaient à $ 19 en juin 1999 lors de l introduction en bourse, chutent à moins de $ 4. Difficile, dans ces conditions, de trouver acheteur Enron décide donc en janvier 2001 de racheter la totalité des actions et de reprendre 100 % du capital d Azurix. Le groupe propose $ 8.3 par action, soit plus de $ 300 millions, pour prendre le contrôle de la firme (14). En août 2001, Enron cède les actifs nord américains d Azurix à American Water Works, un des principaux groupes américains spécialisés dans la gestion de l eau, dont l électricien allemand RWE prend le contrôle en septembre de la même année (15). Cette cession est probablement le prélude à une vente par appartements de ce qui reste d Azurix. Le trading d énergie Tirant les leçons des difficultés rencontrées dans l internationalisation et dans la diversification dans la gestion de l eau, Enron concentre ses efforts sur le trading, qui connaît un développement exponentiel aux USA depuis le milieu 81

7 des années C est l un des premiers groupes américains à comprendre que la dérégulation du marché du gaz va s accompagner d un développement massif du trading. Son expérience en matière de transport et de stockage de gaz au Texas lui donne des atouts pour pénétrer ce nouveau champ d activité. Située entre les fournisseurs et les clients, la firme bénéficie d une bonne connaissance du marché : lieux de congestion, nature des besoins et des capacités d approvisionnement, évolution des prix. La firme construit un réseau d agences couvrant les principaux centres de négoce du territoire et se dote d outils d information et de communication performants. Fin 1999, Enron développe un outil qui va lui permettre de tripler son activité de négoce et qui va vite constituer la référence en la matière. Le groupe élabore un système de transactions via Internet (EnronOnline), permettant aux acteurs du marché de prendre connaissance des prix et de passer des ordres d achat et de vente en temps réel. L utilisation d Internet n induit pas d innovations majeures dans les activités de trading, mais permet d accroître considérablement la vitesse et le nombre des transactions. EnronOnline permet au groupe de consolider sa place de premier négociant de gaz et d électricité aux États-Unis (16). Son chiffre d affaires triple en trois ans. Le groupe devient le 5ème groupe américain en terme de volume d activité. créativité, a réussi à «inventer» un nouveau modèle d activité, à passer en quelques années seulement du statut un peu poussiéreux d utility d intérêt L orientation prise en faveur du trading modifie le périmètre du groupe et la manière dont il gère ses actifs. Les réseaux et unités de production ne local à celui de firme internationale semblent plus indispensables pour capable de tirer partie des opportunités offertes par la libéralisation des marchés (17). Enron ne compte pas s arrêter en si bon chemin. Il veut faire le négoce d autres produits et matières premières, y compris dans des secteurs où cette activité n existe pas. Après l électricité, les métaux et le charbon, Enron se lance dans la pâte à papier, les produits chimiques, les permis d émissions négociables et les télécommunications avec les transmissions «à large bande» (18). Le trading «physique» est complété par un volet financier : instruments de couverture, gestion du risque de volatilité des prix, solutions de financement, etc. répondre à une demande, alimenter une agglomération ou fournir une prestation. Il suffit de s approvisionner sur le marché. Le groupe garde certains actifs lorsque cela est nécessaire pour sécuriser et alimenter les opérations de négoce, quand le marché n est pas suffisamment fluide ou les prix trop volatiles. Les réseaux et capacités de production (en gaz ou en électricité) sont considérés comme des actifs «flexibles», qui peuvent être vendus au gré de l évolution du marché. Enron met donc clairement ses actifs «matériels» (les réseaux, les unités de production) au service de «l immatériel» (le trading). Le groupe fait le pari que la «location» des infra- Évolution du chiffre d affaires ( ) À partir de 1999, Enron est considéré comme une success story : voilà un groupe qui, à force d imagination et de Source : Enron (2001), Annual Report 2000, Houston 82

8 Portrait d entreprise structures des autres firmes, la contractualisation, le négoce et les services proposés aux usagers toutes activités rendues possibles par la libéralisation génèrent plus de revenus et mobilisent moins de capitaux que les activités «classiques» des Utilities. De ce point de vue, Enron va plus loin que la plupart de ses concurrents américains et européens, qui, s ils investissent les domaines du trading et des services, hésitent à se séparer de leurs infrastructures (réseaux et unités de production). La chute vient aussi vite que le succès Si les observateurs les plus avertis avaient signalé durant l année 2000 certains des problèmes rencontrés par Enron dans l eau ou à l international et n avaient pas manqué de souligner la faiblesse persistante des marges dégagées dans le trading aux USA, personne n imaginait que le groupe était à la merci d une mise en faillite. Plusieurs éléments vont se conjuguer à l été et à l automne 2001 pour précipiter la chute du groupe. Enron est tout d abord accusé d avoir sciemment manipulé les prix de l électricité en Californie. Puis il doit reconnaître que le trading de transmissions à «large bande», qui avait justifié la construction d un vaste réseau de fibres optiques, tarde à décoller. Le groupe, qui avait bénéficié de la bulle spéculative entourant les valeurs télécoms et Internet, est touché de plein fouet par le retournement de tendance. Son action, qui avait atteint des sommets à près de $ 90 à l été 2000, amorce un mouvement brutal de baisse. À la mi-octobre 2001, Enron dévoile une perte trimestrielle nette de $ 618 millions, la première depuis quatre ans, qui s explique notamment par des charges exceptionnelles de plus de $ 1 milliard (frais de restructuration dans les activités télécoms, pertes dans la gestion de l eau et à l international, notamment). Puis il annonce avoir provisionné $ 1.2 milliard pour des pertes sur des transactions hors bilan effectuées par son ancien directeur financier (19). Les analystes financiers «découvrent» alors que le groupe utilisait fréquemment des «partenariats» avec des investisseurs (fonds de pension, assureurs, etc.) pour financer son expansion, sans que cela apparaisse dans son bilan. Ces montages financiers jettent le doute sur la sincérité des informations délivrées par Enron et sur sa situation financière réelle. Une enquête de la SEC, le gendarme de la bourse américaine, est ouverte. En quelques semaines, l action d Enron tombe à des niveaux qu elle n avait pas connu depuis 10 ans, la capitalisation boursière fond de plus de $ 50 milliards. Les agences de notation abaissent fortement le rating de la dette à long terme du groupe (20). Enron est aux abois. Il doit très vite trouver des capitaux pour poursuivre son activité. Des ventes d actifs sont envisagées, le groupe cherche à restaurer sa crédibilité auprès des marchés en montrant sa capacité à obtenir de nouvelles lignes de crédit, gagées sur certains de ses actifs (21). Rien n y fait. Enron est contraint de renoncer à son indépendance pour assurer sa survie. Le 9 novembre, Dynegy (groupe américain spécialisé dans l électricité, filiale à 26 % de ChevronTexaco) annonce son intention de reprendre Enron en actions et en cash pour l équivalent de $ 22,5 milliards (dont $ 15 milliards de reprise de dette) (22). Dynegy apporte immédiatement $ 1,5 milliard de liquidités à Enron, gagés sur un de ses principaux actifs (Northern Natural Gas Pipeline). Ce projet de reprise va rapidement être mis à mal. Fin novembre, Enron annonce devoir rembourser un emprunt de $ 690 millions d ici une semaine et $ 9,15 milliards de dettes d ici fin L endettement du groupe ne cesse de croître, du fait de la révélation d engagements hors bilan plus importants que prévus. L action d Enron continue de baisser. Les agences de notation la relèguent au rang de «junk bond», rendant les remboursements de toutes ses dettes exigibles immédiatement. Dynegy renonce à fusionner avec Enron. Le groupe n a pas d autre choix, début décembre, de se placer sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites. Un plan de continuation des activités doit être établi, des acquéreurs potentiels sur tout ou partie des actifs européens et américains du groupe commencent à se manifester. 83

9 Notes 1) IEA (1998), Natural gas pricing in competitive markets, International Energy Agency, Paris. (2) DoE (2001), Natural gas conveyance and restructuring, Washington. (3) 1 mile équivaut à 1,6 km. (4) «Enron, Sierra Pacific terminate agreement to sell Portland General Electric», Enron Press Release, 26 avril (5) «Enron to sell Portland Utility for $ 1,9 billion in cash, stock», Wall Street Journal Europe, 10 octobre (6) «Allegheny to spend $ 1 billion to buy MW of Enron operating plants», Global Power Report, 24 novembre (7) Enron détient également 35 % et exploite le principal gazoduc du continent sud-américain, le Transportadora de Gas del Sur (TGS), long de km, qui permet d acheminer du gaz du Sud de l Argentine vers Buenos Aires. (8) Enron (2000), Brazil energy 2000, Houston. (9) Gazeta Mercantil, 2 mai (10) «Dhabol completion is a signal of change», Financial Times, 23 août (11) «Efforts by Enron and Indian State to revive Dabhol result in logjam», Wall Street Journal Europe, 5 juillet Selon certaines informations, le groupe indien Tata pourrait être acheteur (Financial Times, 15 octobre 2001). Par ailleurs, Enron a vendu le reste de ses actifs en Inde (participations minoritaires dans des actifs de production de pétrole et de gaz) à British Gas en octobre (12) 1 million d habitants desservis en eau potable, 2,5 millions en assainissement. (13) «Enron pourrait jeter l éponge sur sa diversification dans l eau», Les Échos, 29 août (14) «Enron offer to purchase Azurix shares for $ per share accepted by Azurix Corp. board of directors», Enron Press Release, 15 decembre (15) «American Water Works to Acquire Azurix North America», Azurix Press Release, 6 août (16) Finon D., Serrato G., (2000), «La diversité des stratégies des entreprises électriques américaines face à la libéralisation du marché électrique», Revue de l Énergie, n 513. (17) Voilà comment le groupe se présente. «It s difficult, too, to talk about Enron without using the word innovative. Most of the things we do have never been done before. We believe in the economic benefits of open, competitive wholesale markets, and we play a leading role in creating them. We initiated the wholesale natural gas and electricity markets in the United States, and we are helping to build similar markets in Europe and elsewhere». Site Internet: (18) Capabes de transporter des données vidéo et multimédia dans des réseaux de fibres optiques. Enron s est lancé dans le déploiement de réseaux couvrant les principales villes américaines. Le groupe n a pas pour objectif de devenir un acteur du monde des télécommunications : la firme entend louer l infrastructure aux clients qui souhaitent utiliser des capacités de transmission haut - débit, acheminer des informations ou bénéficier de services de gestion de données et d archivage. (19) «Enron s explanations fail to quell critics concerns», Financial Times, 26 octobre (20) «Enron flickers», Financial Times, 29 octobre (21) «Enron tries to see bright side of $ 1bn levy», Financial Times, 17 octobre (22) «Dynegy and Enron announce merger agreement», Enron Press Release, 9 novembre Portraits d entreprises Cheung Kong, Flux n 36/37, avril-septembre 1999, pp Bechtel, Flux n 38, octobre-décembre 1999, pp RWE AG, Flux n 39/40, janvier-juin 2000, pp Les entreprises anglaises de l eau : Thames Water et Kelda Group, Flux n 41, juillet-septembre 2000, pp Le secteur des déchets aux États-Unis, Flux n 43, janvier-mars 2001, pp Fiat, Flux n 44/45, avril-septembre 2001, pp

1.1. Introduction... 9 1.2. Un siècle de transport aérien au Brésil... 9. 1.3. Le transport aérien au Brésil... 13

1.1. Introduction... 9 1.2. Un siècle de transport aérien au Brésil... 9. 1.3. Le transport aérien au Brésil... 13 6 SOMMAIRE 1. PANORAMA...9 1.1. Introduction... 9 1.2. Un siècle de transport aérien au Brésil... 9 1.2.1. Les pionniers...9 1.2.2. La période militaire...10 1.2.3. Le retour au libéralisme....10 1.2.4.

Plus en détail

De la faillite aux condamnations : une chronologie

De la faillite aux condamnations : une chronologie CBC News Online De la faillite aux condamnations : une chronologie Mis à jour le 23 octobre 2006 Née en 1985 de la fusion d Houston Natural Gas et de Internorth of Omaha, Enron entre en activité en tant

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre

eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre Le soutien à la culture dans les pays où elle opère et le lien avec les traditions et les communautés locales sont un trait distinctif d eni : l importance du

Plus en détail

Présentation aux investisseurs. Le 3 juin 2009

Présentation aux investisseurs. Le 3 juin 2009 Présentation aux investisseurs Le 3 juin 2009 Énoncés prospectifs MISE EN GARDE RELATIVEMENT AUX DÉCLARATIONS PROSPECTIVES Cette présentation peut contenir des informations prospectives au sens des lois

Plus en détail

PROFIL NICOMATIC KIT PRESSE - JOURNALISTES

PROFIL NICOMATIC KIT PRESSE - JOURNALISTES PROFIL NICOMATIC KIT PRESSE - JOURNALISTES V3. 2014 Le groupe Nicomatic est un groupe familial français créé en 1976. Son activité d origine vient du micro-décolletage, rien d étonnant en la Haute-Savoie.

Plus en détail

Performance creates trust

Performance creates trust Performance creates trust Investir dans le pétrole et le gaz à travers une stratégie éprouvée Indices stratégiques de Vontobel Juillet 2014 Page 2 Les prix de l énergie augmentent Les prix de nombreuses

Plus en détail

Efficience énergétique et électricité solaire

Efficience énergétique et électricité solaire Efficience énergétique et électricité solaire Pictet-Clean Energy investit dans des entreprises innovantes Juin 2015 Désormais compétitive, la production d énergie solaire croît fortement. Face au réchauffement

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

PROJET DEMONSTRATEUR SMART GRID POUR LA REGION PACIFIC NORTHWEST

PROJET DEMONSTRATEUR SMART GRID POUR LA REGION PACIFIC NORTHWEST LES SMART GRIDS DEVIENNENT REALITE SMART GRID PROJET DEMONSTRATEUR SMART GRID POUR LA REGION PACIFIC NORTHWEST Date : 27/01/2011 Projets Smart Grid aux Etats-Unis : la voie de l efficacité énergétique

Plus en détail

Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques

Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques Atos annonce le projet d acquisition de l activité d externalisation informatique de Xerox Atos et Xerox vont établir une coopération

Plus en détail

DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD

DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD Désenclavement nordique du pétrole par un jumelage éolien - micrognl

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

BROCHURE D INFORMATION

BROCHURE D INFORMATION VALORIA ENERGY BROCHURE D INFORMATION Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors cas de

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Avec plus de 50 ans d expérience dans le secteur gazier, eni est l un des premiers opérateurs de gaz naturel en Europe, où elle

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Le secteur électrique aux États-Unis

Le secteur électrique aux États-Unis PORTRAIT D ENTREPRISE Le secteur électrique aux États-Unis Les États-Unis, première puissance économique mondiale, sont aussi, et de loin, le premier pays pour la production et la consommation d électricité.

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Enron : la faillite d un modèle?

Enron : la faillite d un modèle? 4REPÈRES ET TENDANCES 4CONJONCTURES 4DOSSIER 4LIVRES ET IDÉES PÉTROLE, GAZ ET GÉOPOLITIQUE KARINE SIRMAIN * ET JEAN-DAMIEN PÔ ** Enron : la faillite d un modèle? La chute de la firme américaine à l automne

Plus en détail

Rapport de Stage Energie Service Deutschland

Rapport de Stage Energie Service Deutschland Rapport de Stage Energie Service Deutschland Année 2010-2012 Master Pro Economie et Gestion de l environnement Université Bordeaux 4 Thomas Mauss 1 Table des matières I. Energie Service Deutschland AG.

Plus en détail

ACTION TOTAL DÉCEMBRE 2014

ACTION TOTAL DÉCEMBRE 2014 ACTION TOTAL DÉCEMBRE 2014 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1) Durée d investissement conseillée : 10 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 La grande distribution alimentaire bouge au niveau mondial et en France. Pour les acteurs français, la famille Mulliez et Naouri taillent des croupières à Arnault

Plus en détail

MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID»

MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID» MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID» La Suisse est-elle prête pour la concurrence et pour l Europe? Urs Meister, Avenir Suisse Document de discussion Ce document

Plus en détail

Directives de placement de. Tellco Fondation de placement. valable au 09.03.2015. Tellco Fondation de placement

Directives de placement de. Tellco Fondation de placement. valable au 09.03.2015. Tellco Fondation de placement Directives de placement de Tellco Fondation de placement valable au 09.03.2015 Tellco Fondation de placement Bahnhofstrasse 4 Postfach 713 CH-6431 Schwyz t + 41 41 819 70 30 f + 41 41 819 70 35 tellco.ch

Plus en détail

Point de. électricité et gaz. Xavier Righetti. responsable de l unité étude énergétiques. v1.0 du 05.12.2013

Point de. électricité et gaz. Xavier Righetti. responsable de l unité étude énergétiques. v1.0 du 05.12.2013 Point de situation ti Libéralisation des marchés électricité et gaz Ecube -6 décembre 2013, Auberge communale de Puidoux Xavier Righetti responsable de l unité étude énergétiques SILCom - Direction des

Plus en détail

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS LE 31 MARS, 2009 PETRO-CANADA - 2 - RÉSULTATS CONSOLIDÉS (non vérifié) Pour les périodes terminées le 31 mars (en millions de dollars canadiens, sauf les montants

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

p s den Titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance(1).

p s den Titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance(1). p s den 1 / 12 Titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance(1). ériode de commercialisation : du 18 mai au 17 juillet 2015. La commercialisation

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC Sommaire de la présentation MAROC EN CONSTANTE EVOLUTION DES RÉFORMES ET DES VISIONS STRATÉGIQUES TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: ENJEUX ET DÉFIS

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne.

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. A quoi vous attendre? Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

DERRICK. Brochure commerciale

DERRICK. Brochure commerciale Brochure commerciale DERRICK Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1) Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors remboursement automatique anticipé)

Plus en détail

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Exportation et développement Canada Juin 2012 Quelques mots sur EDC Organisme de crédit à l exportation du Canada créé

Plus en détail

OUVERTURE des MARCHÉS EUROPÉENS de l ÉNERGIE

OUVERTURE des MARCHÉS EUROPÉENS de l ÉNERGIE Centre de Recherche en Economie et Droit de l Energie OUVERTURE des MARCHÉS EUROPÉENS de l ÉNERGIE (GAZ & ÉLECTRICITÉ) Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I jacques.percebois@univ-montp1.fr

Plus en détail

Assemblée Générale du 28 avril 2015. Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ

Assemblée Générale du 28 avril 2015. Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ Assemblée Générale du 28 avril 2015 Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ Pour mémoire, les questions écrites, pour être recevables, doivent être adressées au Président-Directeur

Plus en détail

TARGET ACTION TOTAL MARS 2015

TARGET ACTION TOTAL MARS 2015 TARGET ACTION TOTAL MARS 2015 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 1 Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

l eri Communication à caractère promotionnel

l eri Communication à caractère promotionnel l eri Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. L investisseur supporte le risque de crédit de NATIXIS (Moody s : A2 / Fitch : A / Standard & Poor s :

Plus en détail

Saft Groupe SA Résultats annuels 2014

Saft Groupe SA Résultats annuels 2014 Saft Groupe SA Résultats annuels 2014 Paris, 18 février 2015 Avertissement Le présent document contient des informations prévisionnelles concernant l activité, la situation financière et les résultats

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg VISA 2012/81993-892-0-PS L'apposition du visa ne peut en aucun cas servir d'argument de publicité Luxembourg, le 2012-01-09 Commission de Surveillance du Secteur Financier KBL Key Fund Prospectus simplifié

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Circulaire d offre Compagnie Pétrolière Impériale Ltée Aucune commission de valeurs mobilières ni organisme similaire ne s est prononcé de

Plus en détail

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois?

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois? Deutsche Bank AG (DE) (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? Deutsche Bank AG (DE) est émis en dollars américains (USD) par Deutsche Bank AG et vous fait bénéficier d une hausse éventuelle des taux d intérêt à

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Gaz naturel, électricité et services

Gaz naturel, électricité et services Panorama édition 2013 Gaz naturel, électricité et services Enovos, plein d énergie Enovos est le plus important fournisseur d énergie d une région située au cœur de l Europe industrielle qui regroupe autour

Plus en détail

Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1)

Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1) alpha privilège Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée : 5 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

Chicago Mercantile Exchange Inc.

Chicago Mercantile Exchange Inc. DÉCISION N o 2014-PDG-0137 Chicago Mercantile Exchange Inc. (Dispense de l obligation de reconnaissance à titre de chambre de compensation et des obligations d agrément et d autorisation relatives aux

Plus en détail

Privilège CAC 40. Objectifs d investissement. Caractéristiques du support Privilège CAC 40

Privilège CAC 40. Objectifs d investissement. Caractéristiques du support Privilège CAC 40 Privilège CAC 40 Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

PRESENTATION DES COMPTES SEMESTRIELS. PARIS 11 septembre 2002

PRESENTATION DES COMPTES SEMESTRIELS. PARIS 11 septembre 2002 PRESENTATION DES COMPTES SEMESTRIELS PARIS 11 septembre 2002 FAITS MARQUANTS PRÉSENTATION DES MÉTIERS PRÉSENTATION DES COMPTES PERSPECTIVES ET OBJECTIFS FAITS MARQUANTS DEPUIS DÉBUT 2002 Forte progression

Plus en détail

Le gaz naturel en Europe. Entre libéralisation des marchés et géopolitique

Le gaz naturel en Europe. Entre libéralisation des marchés et géopolitique Le gaz naturel en Europe. Entre libéralisation des marchés et géopolitique Christophe Defeuilley 1 Chaire Ville Science Po Paris Article publié dans FLUX, n 75, janvier-mars 2009 Nous présentons ici, dans

Plus en détail

Evolution du processus d allocation. Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012

Evolution du processus d allocation. Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012 Evolution du processus d allocation Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012 Synthèse des propositions reçues 14 contributions ont été reçues, dont une sous couvert d anonymat Les propositions

Plus en détail

Axpo réalise un résultat opérationnel solide dans un contexte difficile

Axpo réalise un résultat opérationnel solide dans un contexte difficile Communiqué de presse Baden, le 19 décembre 2014 Axpo réalise un résultat opérationnel solide dans un contexte difficile Le faible niveau des prix sur le marché de gros de l'électricité en Europe a continué

Plus en détail

Point de la situation pour les obligations

Point de la situation pour les obligations Point de la situation pour les obligations Inform informations générales à l intention des investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2005 Situation initiale : composantes du taux d intérêt d un emprunt

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Dossier de presse 18 avril 2013. Le marché de gros du gaz naturel, facteur de compétitivité pour l industrie

Dossier de presse 18 avril 2013. Le marché de gros du gaz naturel, facteur de compétitivité pour l industrie 18 avril 2013 Le marché de gros du gaz naturel, facteur de compétitivité pour l industrie 1 Le marché de gros du gaz naturel, facteur de compétitivité pour l industrie PARTIE I Un marché de gros du gaz

Plus en détail

LA PRATIQUE DES CREDITS CARBONE EN CHINE CONTINENTALE ET A HONG KONG

LA PRATIQUE DES CREDITS CARBONE EN CHINE CONTINENTALE ET A HONG KONG Dans le cadre de notre engagement pour l environnement et de l accompagnement de nos clients dans ce sens, nous sommes fiers de pouvoir traiter dans cette nouvelle newsletter trimestrielle de la pratique

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Analyse de la carte :

Analyse de la carte : Amorcée au 18eme siècle en Angleterre la révolution industrielle s accélère dans les années 1870 1880 et se diffuse dans toute l Europe et aux USA. Stimulé par de nouvelles inventions comme l électricité,

Plus en détail

Réunion F2iC CLIFF NYSE Euronext

Réunion F2iC CLIFF NYSE Euronext Réunion F2iC CLIFF NYSE Euronext Paris - 11 juin 2015 CONSTRUIRE L AVENIR, C EST NOTRE PLUS BELLE AVENTURE I - Présentation du Groupe 2 Profil Un groupe industriel diversifié Le groupe Bouygues propose

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Evolution de la réglementation pour faciliter l essor des Smart Grids Philippe Vié

Evolution de la réglementation pour faciliter l essor des Smart Grids Philippe Vié Evolution de la réglementation pour faciliter l essor des Smart Grids Philippe Vié Dauphine 24 janvier 2014 Agenda Transformations de la chaîne de valeur et conséquences Questions et barrières réglementaires

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

Management financier d une entreprise pétrolière et gazière

Management financier d une entreprise pétrolière et gazière Gestion et Finance Gestion et Finance GIP / MFP GIP / FMC Management financier d une entreprise pétrolière et gazière 10 Jours Approfondir ses connaissances en comptabilité pétrolière et s initier à l

Plus en détail

Le Marché d assurance chinois

Le Marché d assurance chinois Le Marché d assurance chinois Présentation à l AFCDE par Bin GAO Adjoint BSD Asie-Pacifique & Responsable Chine du Groupe AXA A La Maison du Barreau, salle Jean Martel 5 décembre 2012 Sommaire Assurance

Plus en détail

Adresse : 5 allée de la toison d or 94000 Créteil - FRANCE

Adresse : 5 allée de la toison d or 94000 Créteil - FRANCE Nom et Prénom Profession : Gouja Mounir Consultant en énergie et en environnement Date de naissance : Le 20 août 1965 Nationalité : Française - Canadienne Adresse : 5 allée de la toison d or 94000 Créteil

Plus en détail

Total Privilège Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Privilège Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Privilège Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Privilège est une alternative

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

Rachat d actions : les raisons d un engouement

Rachat d actions : les raisons d un engouement Rachat d actions : les raisons d un engouement Maher Abdia Chercheur au groupe ESC Troyes Sabri Boubaker Professeur associé au groupe ESC Troyes, chercheur à l Institut de recherche en gestion de l université

Plus en détail

CARREFOUR PREMIUM 2015

CARREFOUR PREMIUM 2015 CARREFOUR PREMIUM 2015 Brochure commerciale Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Période de commercialisation : Du 1 er octobre 2015 au 5 novembre

Plus en détail

Rencontres Economiques. Septembre 2012

Rencontres Economiques. Septembre 2012 Rencontres Economiques Septembre 2012 Développement des Sociétés Chinoises en France France = 3 ème partenaire en Europe 90 s : Emergence des Investissements Chinois Banque, Ressources Naturelles Secteur

Plus en détail

Siemens fournit 150 éoliennes pour le plus vaste projet éolien offshore des Pays-Bas

Siemens fournit 150 éoliennes pour le plus vaste projet éolien offshore des Pays-Bas Secteur Energy Presse Erlangen, le 15 mai 2014 Siemens fournit 150 éoliennes pour le plus vaste projet éolien offshore des Pays-Bas Valeur totale de la commande : plus de 1,5 milliard d euros Combinaison

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Guide pour investir dans les MLP

Guide pour investir dans les MLP Les MLP*, une catégorie d actif non indexée intéressante pour les investisseurs canadiens à la recherche de revenus et de croissance Guide pour investir dans les MLP Avantages d une MLP Modèles d affaires

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail