Enron : la faillite d un modèle?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enron : la faillite d un modèle?"

Transcription

1 4REPÈRES ET TENDANCES 4CONJONCTURES 4DOSSIER 4LIVRES ET IDÉES PÉTROLE, GAZ ET GÉOPOLITIQUE KARINE SIRMAIN * ET JEAN-DAMIEN PÔ ** Enron : la faillite d un modèle? La chute de la firme américaine à l automne 2001 a provoqué un effondrement boursier et une crise de confiance dans les fondements mêmes du capitalisme. Condamne-t-elle pour autant le modèle industriel sur lequel se fondait l activité d Enron?Sans doute pas : profitant de la libéralisation des marchés et de l essor des nouvelles technologies de l information, l opérateur a donné une nouvelle dimension au trading énergétique, dont le développement devrait se poursuivre mais qui trouve aux Etats-Unis un terrain plus favorable qu en Europe. Moins de deux décennies séparent la création d Enron de sa chute. Entre 1985 et 2001, l entreprise basée à Houston (Texas) se développe à une vitesse extraordinairement rapide, au point de faire figure de modèle aux yeux de la communauté internationale des affaires ; elle s effondre ensuite en quelques mois (graphique 1), provoquant un scandale financier retentissant lorsque sont enfin révélées les pratiques frauduleuses auxquelles elle a eu recours pour stimuler sa croissance, puis pour dissimuler ses premiers échecs. Parce que la faillite d Enron a été le détonateur d une crise qui dépasse de beaucoup le cas de l opérateur texan, et qui touche aux fondements mêmes du capitalisme, elle a fait l objet d un grand nombre d analyses sous l angle financier (ou plus exactement comptable), ou sous l angle du gouvernement d entreprise. Bien moins fréquents ont été les commentaires privilégiant une approche industrielle. On peut, dix-huit mois après l effondrement, poser la question : est-ce la pertinence du modèle d activité sur lequel Enron a fondé son essor qu il faut remettre en cause? * Attachée à la direction de la Stratégie d un grand groupe énergétique français. ** Directeur des études de l Institut de l entreprise. DU TRANSPORT GAZIER RÉGIONAL À LA COMPAGNIE GLOBALE Enron est né en 1985 de la fusion de deux transporteurs texans de gaz naturel, Houston Natural Gas et Inter North. Très vite, l entreprise se singularise par son dynamisme et par une rare capacité d innovation, d autant plus remarquable que si son secteur d activité est promis, de l avis général, à une croissance lente et régulière, il ne semble guère pouvoir offrir à ses acteurs les conditions d une réussite industrielle exceptionnelle. La créativité d Enron se manifeste initialement par le recours à des méthodes inédites d optimisation physique dans le transport de gaz naturel. Les audacieuses pratiques mises en œuvre (surbooking, capacités reverse...) dopent sa rentabilité, lui permettant d afficher des résultats très sensiblement supérieurs aux moyennes de son secteur. Mais la firme bénéficie surtout de la conjonction de deux tendances lourdes qui affectent le marché énergétique américain à partir de la fin des années 80. A l initiative de l autorité de régulation fédérale, la FERC, et dans le cadre de la politique de libéralisation de l économie conduite par l administration Reagan, le marché américain du gaz naturel se fluidifie, offrant de nouvelles 106 Sociétal N 42 g 4 e trimestre 2003

2 ENRON : LA FAILLITE D UN MODÈLE? opportunités aux opérateurs jusqu alors liés à leurs clients par des contrats de long terme (encadré 1). Et cette fluidité est puissamment favorisée par la diffusion des nouvelles technologies de l information et de la communication, qui permet aux négociants d opérer des arbitrages instantanés. Les dirigeants d Enron comprennent très vite le parti qu ils peuvent tirer de la conjonction de ces deux tendances ; s appuyant sur une large base d actifs physiques (réseaux de gazoducs, mais aussi champs de production de gaz et centrales électriques),ils font de leur entreprise l opérateur phare sur les places de Enron devient la compagnie qui a su «faire du neuf avec du vieux», et revivifier par la magie des nouvelles technologies un business qui semblait promis à la routine. marché (hubs) qui s ouvrent en plusieurs points du territoire américain. S il n est pas le seul opérateur à se lancer dans cette aventure, Enron joue assurément un rôle décisif dans l émergence de ce nouveau métier qui apparaît dans l industrie du gaz, puis de l électricité : le trading. Cette activité devient vite très rentable : mobilisant un volume d actifs limité (les investissements lourds sont surtout consacrés à la mise en place et à la remise à niveau constante des systèmes d information), elle génère de considérables cash-flows.l écart se creuse entre la rentabilité des activités de trading et celle des activités traditionnelles comme le transport et la distribution de gaz et d électricité. Enron devient alors la compagnie qui a su «faire du neuf avec du vieux», et revivifier par la magie des nouvelles technologies un vieux business qui semblait promis à la routine. Son prestige est d autant plus grand que ce dynamisme industriel s accompagne d une forte créativité financière en particulier en matière de financement de projet (effets de levier très importants, montages avec sociétés en cascade) et en matière comptable (systématisation du mark to market) et d une incroyable agressivité commerciale. Cette capacité d innovation est mise en valeur par une stratégie de communication qui donne d Enron l image d une entreprise pionnière dans les technologies qu elle met en œuvre comme dans 1. LES ÉTAPES DE LA LIBÉRALISATION AUX ÉTATS-UNIS Le processus de libéralisation de l industrie américaine du gaz naturel a été avant tout destiné à faire émerger des marchés de gros (wholesale markets) efficients. Il ne s est donc que relativement marginalement intéressé aux marchés de détail (retail markets) dont l organisation revient aux Commissions de régulation propres à chaque Etat et sur lesquels l ouverture à la concurrence, restée longtemps très prudente, marque depuis la crise californienne un net coup d arrêt. Parmi les dates phares du processus, on retient : 1938 : naissance d une régulation fédérale du marché du gaz, National Gas Act. La FPC (Federal Power Commission) se voit confier le pouvoir de réglementer la construction des gazoducs et le transport du gaz naturel dans les transactions inter-etats : extension des pouvoirs de l autorité fédérale au contrôle des prix à la production : apparition de pénuries localisées. Le mécanisme de contrôle des prix à la production révèle ses effets pervers : il n incite pas à la prospection : nouvelle extension des pouvoirs du régulateur fédéral, qui devient la FERC (Federal Energy Regulatory Commission). Le Natural Gas Policy Act étend le contrôle fédéral des prix au commerce du gaz inter-etats, instituant un système unique de régulation des prix, et élimine progressivement le contrôle des prix à la production : la «bulle gazière».la récession de 1982 entraîne une baisse de la demande de gaz, et la création d un excès d offre (bulle gazière). S en suivent une baisse des prix et l apparition d un marché spot, en complément des traditionnels contrats de long terme. Les consommateurs industriels cherchent à s approvisionner directement sur ce marché, où les prix sont plus bas :début d ouverture des réseaux de transport. L Order 436 prévoit un programme volontaire d ouverture aux tiers des réseaux de transport inter-etats : libéralisation finale des prix. Progressive tout au long des années 80,la libéralisation des prix s achève en 1989 : est supprimé totalement le contrôle des prix à la production : unbundling et accès des tiers aux réseaux sont imposés aux transporteurs. L Order 636 impose la séparation des différentes activités (achat-vente, transport, stockage), qui doivent faire l objet d une comptabilité (et d une facturation) séparées : perfectionnement des mécanismes. L Order 637 s attache à régler les inefficiences résiduelles qui affectent le marché secondaire de la capacité de transport. Sociétal N 42 g 4 e trimestre

3 4REPÈRES ET TENDANCES 4CONJONCTURES 4DOSSIER 4LIVRES ET IDÉES PÉTROLE, GAZ ET GÉOPOLITIQUE sa gestion des ressources humaines. De fait, son dynamisme et sa politique de rémunération généreuse lui confèrent un formidable pouvoir d attraction. Elle devient l une des entreprises phares des années 90, et son Chief Executive Officer, Kenneth Lay, se forge dans le monde des affaires l image d un visionnaire. Pour la communauté des opérateurs «historiques» du secteur gazier, de part et d autre de l Atlantique, le choc culturel est violent ;les «shows Enron» montés par Kenneth Lay dans des enceintes comme le World Economic Forum de Davos sont souvent considérés comme autant de coups de boutoirs portés contre une citadelle chancelante. UNE DIVERSIFICATION IMPRUDENTE L abondante littérature consacrée au sujet a déjà permis d identifier assez clairement la plupart des facteurs à l origine de la faillite d Enron. Certains sont à mettre sur le compte d une gestion imprudente (surendettement),voire tout simplement frauduleuse (manipulations comptables, malversations ). D autres sont purement exogènes : éclatement de la bulle Internet ; crise de confiance généralisée dans les mécanismes de marché pour réguler l activité du secteur énergétique suite à la crise de l électricité en Californie ;récession post-11 septembre. Toutefois,si l on s en tient à une approche purement industrielle, les raisons de l échec d Enron sont avant tout à rechercher dans la diversification hasardeuse menée par l entreprise à partir du milieu des années 90 (encadré I1). Le premier axe de cette diversification est sectoriel. Enron fait le pari industriel que son savoir-faire de trader, fondé sur la convergence entre certaines conditions de marché (fluidité totale des échanges, concurrence sur l ensemble des segments de la chaîne) et des outils technologiques avancés qui permettent d abaisser les coûts de transaction, est applicable à d autres secteurs que le gaz naturel ; d où son entrée sur le marché de l électricité, proche de celui du gaz, puis sur des marchés de commodités plus exotiques pour Exploration Production Transport de gaz Production d électricité II. L AMBITION DE DEVENIR «GLOBAL» Les principales positions physiques du groupe Enron fin 1998 Distribution (réseaux et clients) de gaz et/ou d électricité Fibres optiques Distribution et traitement de l eau un gazier, comme ceux de la bande passante, de la pâte à papier ou des métaux, et enfin sur des marchés émergents et très sophistiqués, comme celui des dérivés climatiques. Mais la diversification s opère aussi vers des activités plus traditionnelles, comme l eau (pôle Azurix), où Enron valorise son savoir-faire physique d opérateur de réseaux. Simultanément, l entreprise se lance dans une politique ambitieuse d acquisitions hors du territoire américain, avec pour objectif de s imposer comme une compagnie «globale». Elle s implante intérêts dans la plupart des bassins d hydrocarbures nordaméricains intérêts dans le block SECC à Trinité et Tobago intérêts dans le champ de Tapti en Inde intérêts dans les bassins du Sichuan, Chine en Amérique du Nord, contrôle de miles de réseaux haute pression incluant quatre des principaux gazoducs interétats américains et divers sites de stockage intérêts dans les gazoducs Transportadora de Gas del Sur (4 104 miles enargentine),transredes (3 093 miles en Bolivie) et dans le gazoduc Bolivie-Brésil (1 884 miles) intérêts, via le projet intégré Dabhol (Inde), dans un terminal de regazéification de gaz naturel liquéfié aux Etats-Unis,2 023 MW installés via Portlang General Electric mais aussi MW installés aux environs de New-York en Bolivie, une centrale de 480 MW à Cuiaba en Royaume-Uni, MW pour le cycle combiné de Teeside et 790 MW pour la centrale à gaz de Sutton Bridge en Inde, un cycle combiné gaz de 2450 MW à Dabhol aux Etats-Unis, contrôle de Portland General Electric ( clients) intérêts dans plusieurs compagnies de distribution au Brésil 1700 miles de réseaux aux Etats-Unis contrôle des réseaux et des installations de traitement des eaux de la compagnie Wessex au Royaume-Uni intérêts au sein des concessions de Mendoza (Argentine) et de Cancun (Mexique) ainsi enamérique latine et dans des pays émergents, comme l Inde, faisant preuve d ailleurs d un certain pragmatisme : elle ne vise pas à exporter son modèle d opérateur de trading sur des marchés peu matures, mais considère plutôt ces acquisitions comme un moyen de lisser son profil de risque en prenant position dans des pays dont les degrés de développement sont différents. En Europe, en revanche, la volonté d Enron est de s implanter dès les prémisses de la libéralisation pour y développer des activités de trading. L entreprise exerce donc une pression très intense en faveur de l ou- 108 Sociétal N 42 g 4 e trimestre 2003

4 ENRON : LA FAILLITE D UN MODÈLE? % Graphique 1. La gloire et la chute ENRON SP500 J M M J S N 98 M M J S N 99 M M J S N 00 M M J S N 01 M M J S N 02 Source : Datastream Source : Platts Évolutions comparées des courbes de l indice S&P500 et de l action Enron (période ) Dollars par million de BTU Volume des échanges de titres, en millions de dollars Graphique 2. L affaire Enron n a pas désorganisé le marché Évolution des prix du gaz aux Etats-Unis sur le Henry Hub (période ) Prix des produits pétroliers élevés,hiver froid et tensions sur l offre Cours spot du gaz au HenryHub Ralentissement de l économie, baisse de la demande Source : pour les prix : Natural Gas Week ; pour les stocks : l EIA Niveau des stocks Évolution des cours du pétrole sur la même période Cours mensuel (FOB) du WTI** en US/baril Janv Mars Mai 2000 Juil Sept Nov Janv Mars Mai 2001 Juil Sept Nov Janv Mars Janv Mai 2002 Mars Juil Mai 2000 Sept Juil Nov Sept Nov Janv Mars Mai 2001 Juil Sept Nov Janv Mars Mai 2002 Juil Sept Nov * Un million de British Thermal Unit (btu) sachant qu une btu correspond à 1 055,056 Joules. **WTI : qualité de brut léger coté sur le Nymex et qui sert de référence sur le marché américain Milliards de pieds-cubes verture des marchés, recourant à de vigoureuses méthodes de lobbying dont l efficacité avait déjà fait ses preuves outre-atlantique, et qui se traduisent notamment par les recrutements de Lord Wakeham, ancien ministre de l Energie du gouvernement Thatcher, pour superviser les activités au Royaume-Uni, et de Jean de Gaulle en France. Enron joue en fait un rôle d aiguillon pour la libéralisation et la fluidification des marchés gaziers et électriques européens (participation à la mise en place de hubs gaziers à Zeebrugge et Emden-Oude-Bunde),et pousse les opérateurs historiques à s adapter à ces nouvelles règles du jeu, notamment par la mise en place de structures dédiées au trading : en France, création d EDF Trading (joint-venture entre EDF et Louis Dreyfus), puis de Gaselys (joint-venture entre Gaz de France et la Société Générale). Or cette double stratégie de diversification se solde par des échecs retentissants. La firme se montre maladroite, par excès de confiance,dans la plupart de ses pays cibles : elle subit de plein fouet la crise en Amérique latine, s enlise en Inde dans des contentieux contractuels sans issue, et rate son implantation en Europe en raison d une compréhension très imparfaite du jeu des acteurs (sous-estimation du poids des opérateurs historiques, sur-estimation du rythme d évolution des conditions de marché, en particulier sur le continent). Mais elle paie surtout le prix d une diversification sectorielle mal conduite. Elle se fourvoie dans l eau, en sous-estimant les contraintes réglementaires du secteur et en sur-payant des actifs ; à sa décharge, on notera qu elle ne fut pas la seule dans ce cas. Elle s égare surtout dans les télécoms, en sur-estimant le potentiel de développement du marché ; là encore, elle est loin d être la seule, mais cette incursion malheureuse lui vaut de se retrouver dans la situation paradoxale, lors du retournement de conjoncture, d un transporteur-négociant en gaz sanctionné comme un opérateur TMT... Autrement dit, l entreprise qui a construit la croissance très vigoureuse de son cours de Bourse sur une stratégie de Sociétal N 42 g 4 e trimestre

5 4REPÈRES ET TENDANCES 4CONJONCTURES 4DOSSIER 4LIVRES ET IDÉES PÉTROLE, GAZ ET GÉOPOLITIQUE III. L INDUSTRIE GAZIÈRE AMÉRICAINE, UN TERREAU FAVORABLE AU TRADING Le processus de libéralisation du marché du gaz aux Etats-Unis a touché une industrie qui présentait des caractéristiques bien particulières : une quasi autosuffisance :85 % des besoins sont couverts par la production locale ; la part importante du gaz dans le bilan énergétique national (24,4 % de l énergie primaire en 1995) ; une multiplicité d acteurs tout au long de la chaîne de valeur : producteurs, de la compagnie familiale à la major, plus de 200 compagnies de gazoducs, environ compagnies de distribution ; des capacités de stockage considérables : 410 sites en service en 1997 pour une capacité utile totale de 3760 milliards de pieds-cubes ; un facteur de charge particulièrement élevé (environ 65 %) avec l existence de pics hivernaux et estivaux de consommation ; une élasticité-prix de court terme importante, du fait d un outil industriel organisé de façon à pouvoir substituer une source d énergie à une autre, en fonction des coûts. vaste portefeuille d actifs ; c est d ailleurs autour de quelques résidus de ce portefeuille qu elle tente aujourd hui de se reconstruire.autrement dit, il est sans doute imprudent de conclure que l affaire Enron légitime la stratégie des opérateurs purement «physiques», et la défiance vis-à-vis des activités «immatérielles» en général et du trading en particulier. Toutefois, les leçons à tirer de l affaire Enron ne sont probablement pas les mêmes de part et d autre de l Atlantique. Aux Etats-Unis, le modèle industriel sur lequel Enron a fondé son essor conserve une pertinence parce que le marché est mûr et parce qu il se structure autour d une multitude d acteurs présents sur chacun des maillons des chaînes de valeur (encadré III). communication axée sur la vague Internet subit un douloureux effet boomerang lorsque éclate la bulle «dot.com». LES LEÇONS DE L ÉCHEC Le contraste est saisissant entre la tempête qui s est abattue sur les marchés financiers à la suite de l affaire Enron et la solidité des marchés cibles (électricité et gaz) après la faillite de celui qui fut pourtant l un de leurs principaux acteurs (graphique 1). En Europe, le dénouement des positions des opérateurs historiques s est fait sans trop de dommages collatéraux (les provisions imputables au défaut de contrepartie n ont pas excédé quelques dizaines de millions d euros, pour les principaux acteurs de la place), et les rares marchés de court terme actifs (NBP au Royaume-Uni et Zeebrugge en Belgique) n ont pas connu de vraie crise de liquidité. Aux Etats-Unis mêmes, la faillite d Enron n a entraîné aucune rupture d alimentation des clients, et les mouvements sur les marchés du gaz et de l électricité sont restés sur-déterminés par d autres facteurs comme le climat,le niveau des stocks pour le gaz ou celui des prix des produits pétroliers (graphique II). En revanche, l effondrement d Enron a contraint l ensemble des opérateurs énergétiques, aux Etats-Unis comme en Europe, à engager une vraie réflexion sur la place du trading au sein de leur portefeuille d activités.la tentation était naturelle, devant une si spectaculaire faillite, de déclarer mort-né le business du trading d énergie. Enron lui-même a contribué à brouiller les cartes en se présentant comme un opérateur énergétique d un genre nouveau, courtier sans actifs capable d étendre à plusieurs types de commodités un modèle industriel fondé sur la convergence entre libéralisation et NTIC. Mais cette posture relevait moins d une stratégie industrielle que d une stratégie de communication, visant à faire surfer l entreprise, à l origine opérateur de réseaux, sur une vague Internet alors autrement plus porteuse. Même lorsqu elle s est engagée résolument, et avec l audace que l on sait, sur la voie du trading, l entreprise a conservé la maîtrise d un La faillite d Enron ne remet pas en cause le modèle d activité de l entreprise, mais une stratégie de diversification géographique et sectorielle mal maîtrisée. Il en va autrement en Europe continentale, où l offre est oligopolistique et où elle est appelée à le demeurer. Dans ce cadre, les traders trouvent moins naturellement leur place, encadrés qu ils sont par les producteurs (Norvège, Algérie, Russie), organisés plus ou moins formellement en cartel, et les opérateurs historiques, qui jouissent encore d un certain pouvoir de marché. Le trading conserve cependant un intérêt:il permet de multiplier les échanges entre acteurs européens, et par conséquent d optimiser leurs portefeuilles à une maille étendue ; il leur offre aussi la possibilité de mieux valoriser les marges de flexibilité qu offrent les actifs qu ils détiennent (notamment les contrats de long terme). Autrement dit, Enron a permis aux opérateurs de prendre conscience de la richesse de leurs positions (en objectivant la valeur des flexibilités des contrats de long terme) et des marges d optimisation encore sousexploitées. Sa faillite a en outre fait progresser les opérateurs dans leur réflexion sur le mode de régulation 110 Sociétal N 42 g 4 e trimestre 2003

6 ENRON : LA FAILLITE D UN MODÈLE? LE VOCABULAIRE DU NÉGOCE DE GAZ Arbitrage.Pratique consistant à profiter d écarts de valeurs constatés entre produits ou marchés, par exemple en achetant et vendant au même moment un même produit sur deux marchés différents, un contrat dérivé et son actif sousjacent, deux échéances différentes d un même contrat dérivé ou encore en décidant d arrêter une centrale électrique pour revendre sur le marché son combustible parce que la valorisation de celui-ci sera meilleure que celle du produit fini.autrement dit, l arbitrage revient à exploiter les inefficiences des marchés et contribue, ce faisant, à les éliminer. Bourse de l énergie. Plate-forme de négoce d énergie proposant des contrats standardisés et s interposant entre es intervenants en tant que chambre de compensation (exemples : le Nymex aux Etats-Unis, l IPE en Grande- Bretagne). Capacité reverse. Utilisation à rebours (c est-à-dire dans le sens contraire du flux physique principal) d un transit de gaz. La prestation est effectuée par le biais d échanges (swaps) plutôt que par une succession de mouvements physiques. Contrat de long terme. Contrat dans le cadre duquel le producteur garantit sur longue période (généralement plus de dix ans) la mise à disposition du gaz auprès d un opérateur, à un prix compétitif sur son marché (principe du net-back), en contrepartie d un engagement de paiement quels que soient les enlèvements effectifs (principe du take or pay). Le contrat de long terme présente une structure de partage de risques (risque prix pour le producteur, risque quantités pour l opérateur) sur laquelle s est notamment construite l industrie gazière européenne. Dérivés climatiques. Instruments financiers de couverture permettant aux entreprises dont les résultats sont particulièrement sensibles à l aléa climatique (énergie, mais aussi tourisme, agriculture, BTP) de s en protéger. Flexibilités. Possibilités contractuelles de moduler (à la hausse comme à la baisse) les enlèvements ou les livraisons d énergie au cours de périodes données. Elles s assimilent à des options financières, et se valorisent parfois comme telles. Hub gazier. Lieu où se rejoignent plusieurs gazoducs en provenance de différentes sources, avec souvent des capacités physiques de stockage, et offrant la possibilité d échanger des volumes. Par extension, le hub désigne tout lieu d échange de gaz (y compris virtuel) où se rencontrent, à l achat comme à la vente,un nombre élevé d intervenants,dans des conditions de sécurité des transactions satisfaisantes pour ceux-ci. Par exemple, aux Etats-Unis (Louisiane), le Henry Hub, interconnection de neuf gazoducs inter-etats et de quatre gazoducs intra-etats ; en Europe, le NBP au Royaume-Uni (National Balancing Point, point d échange virtuel), Zeebrugge en Belgique (interconnection des systèmes d amenée du gaz algérien, norvégien et anglais), Emden en Allemagne, Bunde à la frontière entre les Pays-Bas et l Allemagne. Marché spot. Marché sur lequel s opèrent les achats et les ventes d énergie à court terme (voir à l opposé Contrat de long terme). Mark-to-market. Comptabilisation des actifs et des passifs à leur valeur de marché (et non à leur valeur historique). La méthode est systématisée par Enron alors même que les valeurs de marché étaient parfois difficilement objectivables (cas des contrats de long terme), ce qui permettait à l entreprise d afficher des profits qui ne se sont jamais concrétisés. Trading énergétique. Activité d achat et de vente d électricité, de combustibles, de capacités de transport et de stockage conduisant à une livraison physique d énergie, ou à une réservation de capacité ; elle se double d une activité de négociation de contrats financiers, tels que des contrats à terme, des contrats d échange (swaps),des options,à conclure de gré à gré ou bien sur un marché organisé (Bourse). de ces activités; certes, aujourd hui, il n existe toujours pas de structure de bilan-type pour les sociétés de trading énergétique, mais il est significatif qu un opérateur comme Gaz de France ait choisi d adopter pour sa filiale de trading, Gaselys, le régime prudentiel en vigueur pour les établissements financiers. En somme, ce serait aller vite en besogne que d inférer de la faillite d Enron une remise en cause fondamentale du modèle d activité de l entreprise : ce qui est en cause, sur le plan industriel (et seulement sur le plan industriel), c est avant tout une stratégie de diversification géographique et sectorielle mal maîtrisée.pour autant,la pertinence de ce modèle reste suspendue à des conditions spécifiques (maturité du marché, multiplicité des acteurs sur les différents maillons de la chaîne de valeur), qui sont réunies aux Etats-Unis, mais pas en Europe continentale, où le trading a vocation à demeurer durablement un instrument d optimisation à la marge aux mains des opérateurs énergétiques. l Sociétal N 42 g 4 e trimestre

AFG - Congrès du gaz 2013 Les stratégies des gros clients sur le marché du gaz. Jean-François Daubonne Directeur Commercial France

AFG - Congrès du gaz 2013 Les stratégies des gros clients sur le marché du gaz. Jean-François Daubonne Directeur Commercial France AFG - Congrès du gaz 2013 Les stratégies des gros clients sur le marché du gaz Jean-François Daubonne Directeur Commercial France GAS NATURAL FENOSA Multinationale dans l énergie avec 16 200 collaborateurs

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

«"Prix du gaz et problématique de l offre et de la demande»

«Prix du gaz et problématique de l offre et de la demande» Workshop International Marchés mondiaux de gaz naturel : Enjeux, stratégies d acteurs et impacts Oran - ALGERIE 1 et 2 décembre 2014 «"Prix du gaz et problématique de l offre et de la demande» Benabbou

Plus en détail

groupe Sonatel résultats 1 er semestre 2010 août 2010

groupe Sonatel résultats 1 er semestre 2010 août 2010 groupe Sonatel résultats 1 er semestre 2010 août 2010 1 sommaire 1 faits marquants 2 résultats opérationnels 3 résultats financiers 4 perspectives 5 annexes 2 1 faits marquants 3 1 faits marquants S1 2010

Plus en détail

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Le marché de l énergie : mode d emploi Le marché de l énergie Un marché concurrentiel avec les garanties du Service Public L énergie

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT DOCUMENT 1/3 Ce document a pour but d expliquer le fonctionnement du marché du gaz. Il s agit d une introduction permettant de

Plus en détail

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe «Quelles perspectives pour l investissement de production» Assaad SAAB - EDF RESEAU Buenos-Aires MONDER 23-26 novembre

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation Le choix d une Régulation Asymétrique par le régulateur Présentation des expériences de Régulation Asymétrique en Europe Les différentes incitations à priori à négocier des contrats

Plus en détail

La sécurité d approvisionnement en gaz

La sécurité d approvisionnement en gaz La sécurité d approvisionnement en gaz Direction générale de l énergie et du climat Ministère de l'ecologie, du Développement durable et de l'energie Convention AFG 18 mars 2014 Sophie Rémont Sous-directrice

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009

SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009 SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009 Nous reprenons dans ce document les principaux messages délivrés lors du séminaire de formation sur les bourses de l électricité

Plus en détail

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne La Société Française d Energie Nucléaire (SFEN) est le carrefour français des connaissances

Plus en détail

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés.

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. 2 3 E.ON, une dimension internationale Un grand énergéticien privé Né en 2000, le groupe E.ON est devenu

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-61 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 31 juillet

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA

MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA www.mexmadagascar.com Mercantile Exchange of Madagascar, en tant que bourse de commerce, travaille dans la mise en place d une plateforme boursière sur laquelle s échangeront

Plus en détail

La Concurrence dans le secteur de l Énergie en Tunisie

La Concurrence dans le secteur de l Énergie en Tunisie Réunion du Group d'experts Intergouvernemental du Droit et de la Politique de la concurrence Genève, 17-19 juillet 2007 La Concurrence dans le secteur de l Énergie en Tunisie Par Tunisie The views expressed

Plus en détail

Note d analyse détaillée

Note d analyse détaillée Note d analyse détaillée des coûts d approvisionnement et hors approvisionnement dans les tarifs réglementés de vente de gaz naturel de Gaz Electricité de Grenoble (GEG) 19 septembre 2013 Contexte et objectifs

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE ECONOMIQUE? 30 Min INSIDE 6 Avril 2011 Plan de la présentation 1) L évolution des cours: faits stylisés et explications 2) Impact économiques

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre

eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre Le soutien à la culture dans les pays où elle opère et le lien avec les traditions et les communautés locales sont un trait distinctif d eni : l importance du

Plus en détail

Stockage Quelques réflexions et Retour d expérience

Stockage Quelques réflexions et Retour d expérience Stockage Quelques réflexions et Retour d expérience Stéphane Caudron Energy Europe Ltd Congrès du Gaz - Paris 2007 2 L offre de flexibilité: multiples outils et multiples objectifs Objectifs: équilibrer

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

TÉMOIGNAGE CLIENT ELIOR

TÉMOIGNAGE CLIENT ELIOR Afin d améliorer la qualité de son information client, le groupe Elior a doté les forces commerciales de son activité de restauration collective d une solution basée sur Pivotal CRM. Souple et ergonomique,

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Bilan du marché organisé du gaz. 8 mars 2012

Bilan du marché organisé du gaz. 8 mars 2012 Bilan du marché organisé du gaz 8 mars 2012 Bilan du marché organisé du gaz Modèle de marché Références de prix Membres Liquidité Panorama européen Service Système Equilibrage Couplage Afgaz 8 mars 2012

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

RAPPORT T3 2014 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO

RAPPORT T3 2014 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO RAPPORT T3 2014 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO JUILLET SEPTEMBRE 2014 PÉTROLE ET GAZ NATUREL Données sur le pétrole et le gaz naturel Troisième trimestre de 2014 Prix au détail moyens de l essence ordinaire

Plus en détail

Géopolitique du gaz naturel: Choc de 2009 et évolutions possibles dans le bassin Atlantique

Géopolitique du gaz naturel: Choc de 2009 et évolutions possibles dans le bassin Atlantique Université Paris Dauphine Géopolitique du gaz naturel: Choc de 2009 et évolutions possibles dans le bassin Atlantique Sophie MERITET Sophie.meritet@dauphine.fr Colloque Bresil France Energie 1 Organisation

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS

DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PARIS LA DÉFENSE, LE 4 JUIN 2013 DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS autorisé par l Assemblée Générale Mixte du 30 mai 2013 1. CADRE JURIDIQUE En application des articles L. 225-209 et suivants

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique Investissements En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Le découplage du risque et des capitaux Une meilleure répartition du risque? Les enjeux pour les institutions

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement.

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement. FAQ - Thématiques La société Votre projet Le marché de l'énergie La société Qui est Eni? Eni, créée en 1953, exerce ses activités dans 85 pays. Entreprise intégrée de premier plan, elle est présente dans

Plus en détail

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France 1

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive COMPARAISON INTERNATIONALE SUR LE COURS DU CHERCHEUR COMPTABILISE PAR LES GROUPES BENEFICIAIRES DU CIR (2010) Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive ANRT, novembre 2011 La France de

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Olivier CHALLAN BELVAL, Frédéric GONAND et Jean-Christophe LE DUIGOU, commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Olivier CHALLAN BELVAL, Frédéric GONAND et Jean-Christophe LE DUIGOU, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 19 avril 2011 portant décision sur la proposition de GRTgaz d expérimentation d un mécanisme de couplage de marchés sur son réseau

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 2013- INSTITUT DE L ENTREPRISE

LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 2013- INSTITUT DE L ENTREPRISE LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 213- INSTITUT DE L ENTREPRISE Helle Kristoffersen Directeur de la Stratégie TOTAL VOLATILITÉ DES MATIÈRES PREMIÈRES

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

L ENERGIE DANS L ENTREPRISE : COMMENT OPTIMISER SON POSTE ENERGIE? QUELLE VISION A 5 ANS?

L ENERGIE DANS L ENTREPRISE : COMMENT OPTIMISER SON POSTE ENERGIE? QUELLE VISION A 5 ANS? L ENERGIE DANS L ENTREPRISE : COMMENT OPTIMISER SON POSTE ENERGIE? QUELLE VISION A 5 ANS? Christel Pradillon, ECG - consultante en énergies Contexte énergétique, évolution des coûts de l énergie 26.02.2015

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2013. Contacts Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2013. Contacts Presse Dossier de Presse 2013 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contacts Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Caroline

Plus en détail

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC Septembre 2012 UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC La transition énergétique voulue par le Président de la République doit permettre la mutation

Plus en détail

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Clubs Mines-Energie et Mines-Finance - Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Franck Rabut - NovaWatt Président

Plus en détail

SOCOFE et FLUXYS. ou la stratégie des réseaux

SOCOFE et FLUXYS. ou la stratégie des réseaux SOCOFE et FLUXYS ou la stratégie des réseaux Au centre de l Europe, la Belgique s affirme comme une véritable plaque tournante du gaz naturel. Le pays est dépourvu de cette précieuse ressource naturelle.

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec DANS LA PROPOSITION D APPROVISIONNEMENTS-MONTRÉAL DE MODIFIER LE MODÈLE ACTUEL D APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS MÉDICAUX ET CHIRURGICAUX

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES

PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES PRODUITS PETROLIERS La facture pétrolière ne cesse de s alourdir et les consommateurs que sont les particuliers ou les entreprises voient leurs dépenses liées au poste carburant

Plus en détail

1946-1996. une tarification au service de la réponse aux besoins

1946-1996. une tarification au service de la réponse aux besoins 1946-1996 Marcel Paul, ministre communiste du gouvernement de Gaulle une tarification au service de la réponse aux besoins Le 8 avril 1946 sous l impulsion de Marcel Paul, ministre communiste du gouvernement

Plus en détail

Énergie NB Rapport trimestriel - Depuis le début de l année 2011-2012 T3

Énergie NB Rapport trimestriel - Depuis le début de l année 2011-2012 T3 Énergie NB Rapport trimestriel - Depuis le début de l année 2011-2012 T3 Pour la période prenant fin le 31 décembre 2011 Message du président du Conseil d administration et du président directeur général

Plus en détail

Les PEGs au cœur d un marché ouvert et dynamique

Les PEGs au cœur d un marché ouvert et dynamique Les PEGs au cœur d un marché ouvert et dynamique Table ronde AFG le 14 septembre 2011 Guy Fasanino, Directeur Commercial 1 Sommaire Les PEGs : carrefour gazier européen Au sein d une offre simple et attractive

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

Annonces internes SONATRACH RECHERCHE POUR SA DIRECTION COORDINATION GROUPE FILIALES & PARTICIPATIONS :

Annonces internes SONATRACH RECHERCHE POUR SA DIRECTION COORDINATION GROUPE FILIALES & PARTICIPATIONS : Bourse de l emploil Annonces internes SONATRACH RECHERCHE POUR SA DIRECTION COORDINATION GROUPE FILIALES & PARTICIPATIONS : BRANCHE SIPEX E.111 (Bamako-Mali) E.112 Un Directeur de Projet (Bamako-Mali)

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Le contentieux comparé de la régulation de l énergie en France et au Canada

Le contentieux comparé de la régulation de l énergie en France et au Canada Le contentieux comparé de la régulation de l énergie en France et au Canada Au Canada, la libéralisation de l énergie et le développement du contentieux qu elle implique devant les régulateurs ne sont

Plus en détail

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE 1 Christian Milelli (CNRS EconomiX) Workshop «Localisation des entreprises et performances des territoires» Nanterre 18 novembre 2009 Problématique Modalités

Plus en détail

Dérivés Financiers Contrats à terme

Dérivés Financiers Contrats à terme Dérivés Financiers Contrats à terme Mécanique des marchés à terme 1) Supposons que vous prenez une position courte sur un contrat à terme, pour vendre de l argent en juillet à 10,20 par once, sur le New

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail