RAPPORT SERPOL N

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT SERPOL N 7187 18"

Transcription

1 DEPOLLUTION DES SOLS ET DES EAUX DECONTAMINATION DESAMIANTAGE COLLECTE, REGROUPEMENT DE DECHETS DANGEREUX EXPLOITATION ET REHABILITATION D INSTALLATIONS DE STOCKAGE DE DECHETS ESSO SAF 213 cours Victor Hugo BEGLES EXPLOITATION DU SVE BILAN DES OPERATIONS SUR LA PERIODE FEVRIER AVRIL 2015 RAPPORT SERPOL N C 06/2015 S. PIERRE Version finale B 06/2015 S. PIERRE 2 ième diffusion A 05/2015 S. PIERRE P. LAFARGUE M. CARDETTI 1ère diffusion Indice Date Rédaction Contrôle Supervision Modifications / Observations SERPOL, une société de SERFIM Siège social : Parc d activités 2, chemin du génie BP Vénissieux Cedex - Tél Fax SERPOL Sud : ZAC de Tournezy 63, rue Maurice le Boucher CS Montpellier Cedex 3 - Tél Fax SERPOL Ile de France : 10, avenue du Québec Sillic Courtaboeuf Cedex - Tél Fax SERPOL Ouest : 14, rue Jan Palach Bât St-Herlain Tél Fax SA au capital de RCS Lyon B APE 3900 z TVA intra FR

2 SOMMAIRE 1. CONTEXTE DES OPERATIONS ET BILAN DU DERNIER TRIMESTRE OBJECTIFS DU TRAITEMENT SUIVI DU TRAITEMENT PAR VENTING PRESENTATION DU DISPOSITIF DE TRAITEMENT MIS EN PLACE PRINCIPE DE SUIVI DU TRAITEMENT FONCTIONNEMENT ET SUIVIS DU SYSTEME DEBIT D EXTRACTION ET FLUX EXTRAIT Débit d extraction Flux extrait CHANGEMENTS DE CHARBON ACTIF MESURES PID ET NIVEAU D EAU DANS LES OUVRAGES Mesures PID Niveau d eau dans les ouvrages RESULTATS DES CAMPAGNES DE PRELEVEMENTS CAMPAGNES DE PRELEVEMENTS D AIR EN ENTREE ET EN SORTIE D UNITE DE TRAITEMENT CAMPAGNES MENSUELLES DE PRELEVEMENTS DANS LES OUVRAGES Description du protocole de prélèvement Résultats d analyses des campagnes de prélèvement d air Interprétation des résultats CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS SUIVI DU DISPOSITIF DE TRAITEMENT DES GAZ EXTRAITS RECOMMANDATIONS Mai 2015 Rapport SERPOL n

3 LISTE DES FIGURES Figure 1 : Teneurs en COV mesurées en entrée d unité en fonction du temps... 6 Figure 2 : Evolution des mesures PID en moyenne par ligne... 9 Figure 3 : Evolution des teneurs PID en fonction du pourcentage de crépine disponible, bâtiment H Figure 4 : Evolution des teneurs PID en fonction du pourcentage de crépine disponible, bâtiment J Figure 5 : Evolution des teneurs en HC C5-C12 sur les aiguilles d extraction présentant les valeurs PID les plus notables sur le trimestre étudié Figure 6 : Cartographie des résultats d analyses en laboratoire des campagnes de février, mars et avril Figure 7 : Evolution des teneurs en HC C5-C12 sur les aiguilles d extraction présentant les valeurs PID les plus notables LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Synthèse du fonctionnement, suivis et contrôles du traitement... 4 Tableau 2 : Tableau récapitulant les ouvrages de venting ouverts en fonction de la date de suivi... 5 Tableau 3 : Teneurs moyennes PID par ligne en fonction des aiguilles de venting en fonctionnement... 8 Tableau 4 : Résultats d analyses en laboratoire en entrée et en sortie de traitement Tableau 5 : Tableau comparatif des teneurs en C5-C12 mesurées dans les puits et en entrée d unité d extraction Tableau 6 : puits contrôlés au 8 ème trimestre Tableau 7 : Tableau comparatif des teneurs en C5-C12 mesurées en laboratoire ce trimestre et le trimestre précédent LISTE DES ANNEXES Annexe 1 : Présentation du dispositif de traitement des sols par venting Annexe 2 : Tableaux de synthèse des données de suivi du SVE Annexe 3 : BSD du changement de charbon actif Annexe 4 : Bulletins d'analyses des prélèvements mensuels en entrée et en sortie de traitement Annexe 5 : Tableau de synthèse des résultats des analyses d'air en laboratoire sur les puits de venting Annexe 6 : Résultats d'analyses des campagnes mensuelles Mai 2015 Rapport SERPOL n

4 1. CONTEXTE DES OPERATIONS ET BILAN DU DERNIER TRIMESTRE ESSO SAF a mandaté la société SERPOL pour la mise en œuvre d un dispositif de traitement des gaz du sol situé au droit de son site au 213, cours Victor Hugo, à BEGLES (33). Au regard des investigations menées sur le site de l ancienne raffinerie de Bègles, il s avère que des teneurs significatives en hydrocarbures volatils ont été constatées à proximité des bâtiments H, I et J pour partie occupés par des bureaux (H et J). C est sur la base de ces informations que l Arrêté Préfectoral du 8 juin 2012 a fixé l obligation de mettre en place un système de gestion des gaz du sol au droit et autour des trois bâtiments cités. Le système de dépollution par SVE (Soil Vapour Extraction) mis en place est composé : de 37 aiguilles d extraction ; d une unité d extraction et de traitement des gaz du sol. Ce dispositif fonctionne depuis le 2 mai Ce rapport présente les mesures, observations et travaux réalisés entre février et avril 2015 et fait suite aux rapports SERPOL : Rapport d installation : o n : Travaux de dépollution SVE - rapport d installation de juillet 2013, Rapports d exploitation du SVE : o n : Bilan des opérations sur la période de mai à juillet 2013, o n : Bilan des opérations sur la période d août à octobre 2013, o n : Bilan des opérations sur la période de novembre 2013 à janvier 2014, o n : Bilan des opérations sur la période de février à avril 2014, o n : Bilan des opérations sur la période de mai à juillet 2014, o n : Bilan des opérations sur la période d août à octobre 2014, o n : Bilan des opérations sur la période de novembre 2014 à janvier Au cours du dernier trimestre de fonctionnement de l installation (février à avril 2015), il est à noter : - un taux de fonctionnement de 91 % ; - des valeurs PID stables par rapport au trimestre précédent mais avec une légère baisse des valeurs en entrée d unité ; - l extraction et le traitement sur charbon actif d environ 0,38 tonnes d hydrocarbures volatils ; - l évacuation en centre de traitement agréé de 3,1 tonnes de charbon actif saturé. Notre mission se réfère aux prescriptions de la norme NF X de juin 2011, concernant les prestations de services relatives aux sites et sols pollués : - Partie 3 : Ingénierie des travaux de réhabilitation Domaine B, - Partie 4 : Exécution des travaux de réhabilitation Domaine C. Mai 2015 Rapport SERPOL n

5 2. OBJECTIFS DU TRAITEMENT L arrêté préfectoral signifie que les sols impactés par les hydrocarbures légers et localisés en périphérie des bâtiments H, I et J, doivent être traités par la technique dite de «venting». L Arrêté Préfectoral du 8 juin 2012 précise que : «L objectif de cette mesure est de couper les voies de transfert des composés volatils vers l air ambiant et ainsi supprimer tout risque sanitaire. L objectif sera considéré comme atteint lorsque les concentrations d hydrocarbures volatils seront stables dans le temps et évoluant de façon asymptotique après cinq semaines d arrêt du traitement.» Mai 2015 Rapport SERPOL n

6 3. SUIVI DU TRAITEMENT PAR VENTING 3.1. Présentation du dispositif de traitement mis en place Annexe 1 : Présentation du dispositif de traitement des sols par venting La présentation technique du système de traitement des sols par venting est détaillée en annexe Principe de suivi du traitement Le suivi du traitement est réalisé à fréquence bimensuelle. Afin de contrôler le traitement des sols par Venting, le suivi consiste au : Contrôle de l unité de traitement - Vérification de l unité d extraction et de traitement ; - Contrôle de l intégrité des ouvrages et réseaux d extraction ; - Contrôle des temps de fonctionnement ; - Contrôle de la dépression en entrée par mesure manométrique ; - Mesure des débits d air (anémomètre à tube de Pitot, m.s -1 ) ; - Modification éventuelle des zones d extraction préférentielles via le jeu de vannes ; - Changement éventuel du charbon actif. Contrôle de la pollution gazeuse des sols - Mesures des teneurs en COV à l aide d un PID au niveau de chaque puits d aspiration ; - Contrôle de l efficacité du traitement par charbon actif (mesures des COV à l aide d un PID en ligne à la sortie du deuxième filtre à charbon actif) ; - Prélèvements et analyses des COV dans l air du sol (analyses en laboratoire) au droit des sept aiguilles de Venting les plus impactées après mesures PID (fréquence mensuelle), ainsi qu en entrée et sortie de l unité de traitement (fréquence bimensuelle) ; - Réalisation du bilan massique des produits récupérés. Ces suivis permettent de confirmer la présence d hydrocarbures volatils dans les sols ainsi que la capacité d abattement du charbon et donc son degré de saturation. Les prélèvements d air pour caractérisation analytique sont réalisés sur des tubes de charbon actif : - soit au moyen d une pompe manuelle Dräger, - soit au moyen d une pompe GILAIR pour les prélèvements de l air du sol au droit des aiguilles d extraction. Les échantillons d air sont ensuite envoyés en laboratoire pour l analyse des hydrocarbures HC C5-C12 et des BTEX. Le laboratoire choisi pour la réalisation des analyses est le laboratoire WESSLING. Mai 2015 Rapport SERPOL n

7 3.3. Fonctionnement et suivis du système Tableau 1 : Synthèse du fonctionnement, suivis et contrôles du traitement Sur la période de février à avril 2015, le système d extraction a fonctionné pendant 81 jours sur 89 soit un taux de fonctionnement de 91 %. Un seul arrêt a été enregistré sur la période du 31 mars au 07 avril Cette période correspond au changement d une charge de charbon actif suite à leur saturation. La charge n a pu être changée immédiatement lors des coupures des unités (PID fixe > 100 ppmv) du fait de l indisponibilité des camions de pompage. La synthèse du fonctionnement de l installation, des suivis et des contrôles est présentée dans le Tableau 1 ci-dessous. Tableau 1 : Synthèse du fonctionnement, suivis et contrôles du traitement Durant la période étudiée, l ensemble des campagnes de surveillance et de suivi du système de Venting dit SVE a été effectué comme prévu. En ce qui concerne le contrôle mensuel des aiguilles les plus impactées, les prélèvements ont été réalisés : - le 13 février 2015 ; - le 03 mars 2015 ; - le 14 avril En ce qui concerne les contrôles bimensuels (en laboratoire) en entrée et sortie d unité, ils ont été réalisés : - les 13 et 18 février 2015 ; - les 03 et 11 mars 2015 ; - les 14 et 29 avril Mai 2015 Rapport SERPOL n

8 3.4. Débit d extraction et flux extrait Débit d extraction Tableau 2 : Tableau récapitulant les ouvrages de venting ouverts en fonction de la date de suivi Annexe 2 : Tableaux de synthèse des données de suivi du SVE On rappellera que depuis le 17 octobre 2013, compte tenu des résultats des suivis PID et analytiques, la majeure partie des puits a été fermée. Les puits ouverts, en fonction des suivis, sont récapitulés dans le tableau suivant. Tableau 2 : Tableau récapitulant les ouvrages de venting ouverts en fonction de la date de suivi Date de suivi 13/02/ /02/ /03/ /03/ /04/ /04/ /04/2015 Puits ouverts lors du suivi PID du jour H10, H11, H14, H15, J1, J5, J7 H11, H14, J1, J5, J7 H2, H11, H14, J1, J5 H2, H11, H14, J1, J5 Aucun / unité à l arrêt H11, H14, J1, J5 H11, H14, J1, J5 Nombre de puits ouverts % puits ouverts % 13,5 % 13,5 % 13,5 % 0 % 11 % 11 % La ligne du bâtiment I est quant à elle, entièrement fermée depuis mi-octobre Les temps de fonctionnement et les mesures de débits d air relevés de février à avril 2015 sont présentés en annexe 2. Les moyennes des débits d air extraits par ligne et calculées sur les mois de fonctionnement du trimestre, étaient les suivantes : - au droit de la ligne H : environ 223 m 3 /h ; - au droit de la ligne J : environ 216 m 3 /h ; Le débit global d extraction a donc été de 439 m 3 /h. Sur cette période, les débits d aspiration ont été en baisse par rapport au trimestre précédent. Ceci est dû à un nombre d aiguilles ouvertes moins important que sur la période précédente (trimestre précédent : 7 à 10 puits ouverts pour un débit d extraction de 560 m3/h). Le traitement des puits est réalisé suivant le protocole «classique» adopté en venting : ouverture/fermeture des puits suivant les valeurs PID mesurées tous les quinze jours sur l ensemble des puits (ouverture des aiguilles dont les valeurs PID sont les plus élevées). Mai 2015 Rapport SERPOL n

9 Flux extrait Figure 1 : Teneurs en COV mesurées en entrée d unité en fonction du temps De février à avril 2015, en entrée de traitement, la teneur de COV extraits (composé à 99% d hydrocarbures C5-C12) était comprise entre 93 et 860 mg/m 3 et était en moyenne de l ordre de 515 mg/ m 3. Depuis fin octobre 2014, une baisse des teneurs est enregistrée. Par rapport au trimestre précédent, les valeurs moyennes en COV sont passées de 635 mg/m 3 (novembre 2014 à janvier 2015) à 515 mg/m 3 sur la période étudiée L évolution des teneurs en COV en entrée d unité de traitement est présentée par la Figure 1. Figure 1 : Teneurs en COV mesurées en entrée d unité en fonction du temps Le système d extraction a fonctionné sur cette période pendant 81 jours, soit pendant heures à 440 m 3 /h de moyenne, représentant un volume d air extrait (et traité) de m 3 ( m 3 ). Toujours sur cette période, sur la base des teneurs relevées bimensuellement (moyenne de 515 mg/m 3 de COV) en entrée d unité de traitement, environ 0,38 tonnes de composés organiques volatils, dont 99 % d hydrocarbures C5-C12, ont été extraits du sol et traités sur charbon actif. Au total, environ 4,1 tonnes de COV ont été extraits et traités depuis le début du traitement. La synthèse des analyses effectuées sur le flux extrait est présentée en annexe 2. C est à partir de ces analyses que sont calculés les bilans massiques estimatifs. Mai 2015 Rapport SERPOL n

10 Depuis le lancement du traitement, les flux massiques journaliers de COV extraits étaient en moyenne, les suivants : - Du 24 avril 2013 au 17 octobre 2013, un peu plus de 5 kg/jour sur 115 jours de fonctionnement sur toutes les aiguilles ouvertes en alternant les bâtiments ; - Du 17 octobre 2013 au 29 avril 2014, moins de 2 kg/jour sur 184 jours de fonctionnement avec 7 aiguilles ouvertes (H8, H10, H11, H14, H15, J5 et J7) ; - Du 29 avril 2014 au 11 juin 2014 : 6 kg/jour sur 40 jours de fonctionnement avec 8 aiguilles ouvertes (H8, H10, H11, H14, H15, J1, J5 et J7) ; - Du 11 juin 2014 au 25 juin 2014, un peu plus de 17 kg/jour sur 14 jours de fonctionnement avec toutes les aiguilles ouvertes sur les bâtiments H et J (31 aiguilles sur 37). Lors de cette période, il a été relevé le 25 juin en entrée d unité la valeur la plus élevée en COV depuis le début du traitement. Cette teneur a donc induit une valeur importante sur le bilan massique estimatif de la période ; - Du 25 juin 2014 au 21 juillet 2014, un peu plus de 7 kg/jour sur 26 jours de fonctionnement avec entre 9 et 10 aiguilles ouvertes parmi : H8, H10, H12, H13, H14, H17, J1, J5, J8, J11, J12. - Du 21 juillet 2014 au 28 octobre 2014, d un peu plus de 22 kg/jour sur 85 jours de fonctionnement avec entre 7 et 11 aiguilles ouvertes parmi : H8, H10, H11, H12, H13, H14, H17, H18, J1, J2, J5, J7, J8, J11, J12. - Du 29 octobre 2014 au 31 janvier 2015, un peu plus de 8 kg/jour sur 60 jours de fonctionnement avec entre 7 et 10 aiguilles ouvertes parmi : H10, H11, H12, H13, H14, H17, J1, J2, J5, J7, J9, J12. Pour le trimestre étudié (du 01 février au 30 avril 2015), le flux massique journalier de COV extraits calculés était de 4,5 kg/jour sur 81 jours de fonctionnement avec entre 4 et 7 aiguilles ouvertes parmi : H2, H10, H11, H14, H15, J1, J5, J7. Durant ce trimestre et par rapport au trimestre précédent (novembre 2014 janvier 2015 : 8 kg/jour), on note une baisse de l extraction de COV Changements de charbon actif Annexe 3 : BSD du changement de charbon actif Suite à l atteinte du seuil de 100 ppmv, un changement de charge de charbon actif a dû être effectué entre février et avril Il a été réalisé le 29 avril 2015, où 3,10 tonnes de charbon actif (CA) ont été évacuées vers le centre de traitement de la SIAP. Un BSD a été émis à chaque évacuation pour élimination. Ce bordereau est disponible en annexe 3. Mai 2015 Rapport SERPOL n

11 3.6. Mesures PID et niveau d eau dans les ouvrages Mesures PID Tableau 3 : Teneurs moyennes PID par ligne en fonction des aiguilles de venting en fonctionnement Figure 2 : Evolution des mesures PID en moyenne par ligne Les teneurs en COV mesurées lors de chaque passage au droit des différentes aiguilles d extraction sont présentées dans la figure 4 ci-après. La représentation graphique suivante présente l évolution de la moyenne des valeurs PID par ligne de puits en fonction du temps. Cette moyenne est calculée à partir des valeurs PID relevées dans tous les puits lors des campagnes bimensuelles de suivi. Tableau 3 : Teneurs moyennes PID par ligne en fonction des aiguilles de venting en fonctionnement Date de suivi 13/02/ /02/ /03/ /03/ /04/ /04/ /04/2015 Puits ouverts lors du suivi PID du jour H10, H11, H14, H15, J1, J5, J7 H11, H14, J1, J5, J7 H2, H11, H14, J1, J5 H2, H11, H14, J1, J5 Aucun / unité à l arrêt H11, H14, J1, J5 H11, H14, J1, J5 Moyenne PID par ligne (ppmv) Ligne H Ligne J 2,6 0,2 0,5 0,6 0,5 1,6 3,3 2,1 0,7 9,3 5,3 0,3 1,5 4,4 Après une augmentation des valeurs moyennes en août et septembre, notamment sur la ligne J, une baisse des valeurs a été relevée à partir du mois d octobre Les valeurs PID sur le dernier trimestre de suivi se sont stabilisées par rapport au trimestre précédent. De manière plus globale, les valeurs PID moyennes par bâtiment sont aujourd hui plus faibles qu au lancement du traitement par venting avec une diminution par rapport à mai 2013 : - d environ 98 % des teneurs PID au droit du bâtiment H ; - d environ 93 % des teneurs PID pour les aiguilles du bâtiment J. Quant au bâtiment «I», tous les puits étant fermés depuis mi-octobre 2013, il est mesuré de faibles valeurs PID sur les ouvrages I2, I3 et I4 les 03 mars, 02 et 29 avril (maximum I3/I4 avec 0,5 ppmv). Pour ce trimestre, mis à part les valeurs mesurées lors de ces dates, les mesures PID autour du bâtiment I sont toutes égales à 0 ppmv. Mai 2015 Rapport SERPOL n

12 Figure 2 : Evolution des mesures PID en moyenne par ligne Les teneurs mesurées au droit de toutes les aiguilles entourant les bâtiments H et J montrent globalement cinq phases : - des teneurs de la centaine à la dizaine de ppmv depuis le début du traitement jusqu à fin octobre 2013, induisant des moyennes de plusieurs dizaines de ppmv ; - des teneurs proches du ppmv jusqu au mois de mai 2014, induisant des moyennes de mesures PID quasi nulles ; - des teneurs au-dessus du ppmv jusqu à la dizaine de ppmv jusqu à fin juillet 2014, induisant des moyennes inférieures à la dizaine de ppmv ; - des teneurs de plusieurs dizaines de ppmv et allant ponctuellement à plusieurs centaines (sur le trimestre août-octobre 2014) avec un maximum de 291 ppmv sur J5 le 30 septembre Ceci a induit des moyennes en augmentation et dépasser la vingtaine de ppmv ; - des teneurs de quelques dizaines de ppmv allant ponctuellement à plus de cent ppmv (112 ppmv le 03 mars 2015), induisant ainsi des moyennes de nouveau en baisse et inférieures à la dizaine de ppmv. En parallèle, les valeurs PID en entrée d unité (entrée des filtres de charbon actif «air») ont été globalement stables entre les mois de février et d avril 2015 (75 ppmv en moyenne). Ces teneurs sont stables par rapport au trimestre précédent (48 ppmv). Les moyennes des valeurs PID dans les puits et en entrée d unité sont stables par rapport au trimestre précédent. Ces teneurs sont toujours dues, non pas à une stabilité générale des teneurs dans tous les puits mais à des teneurs plus fortes dans les quelques puits encore productifs en gaz du sol. Mai 2015 Rapport SERPOL n

13 Niveau d eau dans les ouvrages Figure 3 : Evolution des teneurs PID en fonction du pourcentage de crépine disponible, bâtiment H Figure 4 : Evolution des teneurs PID en fonction du pourcentage de crépine disponible, bâtiment J Par rapport au trimestre précédent, on constate que le pourcentage de crépines disponibles est stable sur la ligne H (de 55 % à 56 %) et sur la ligne J (de 89% à 90 %). Le suivi de l évolution de la présence d eau dans les ouvrages de venting a été renforcé comme sur les trimestres précédents. Les graphiques suivants présentent, pour les lignes H et J, l évolution dans le temps du pourcentage de crépine disponible sur les ouvrages en aspiration et des teneurs PID (moyenne des teneurs dans ces mêmes ouvrages). Le pourcentage de crépine disponible est issu de la différence entre la profondeur du puits et le niveau d eau dans ce dernier. Figure 3 : Evolution des teneurs PID en fonction du pourcentage de crépine disponible, bâtiment H Mai 2015 Rapport SERPOL n

14 Figure 4 : Evolution des teneurs PID en fonction du pourcentage de crépine disponible, bâtiment J Ces représentations graphiques montrent une tendance de corrélation entre l augmentation des valeurs PID et la baisse des eaux dans les ouvrages en extraction, qui n est cependant pas vérifiée lors de toutes les périodes de mesures. Par rapport au trimestre précédent, les valeurs PID sont globalement stables. Seules quelques aiguilles restent productives en gaz comme H11, H14, J1 ou encore J5. Mai 2015 Rapport SERPOL n

15 4. RESULTATS DES CAMPAGNES DE PRELEVEMENTS 4.1. Campagnes de prélèvements d air en entrée et en sortie d unité de traitement Annexe 4 : Bulletins d'analyses des prélèvements mensuels en entrée et en sortie de traitement Tableau 4 : Résultats d analyses en laboratoire en entrée et en sortie de traitement Tableau 5 : Tableau comparatif des teneurs en C5-C12 mesurées dans les puits et en entrée d unité d extraction Les prélèvements d air bimensuel en entrée et sortie de chaque filtre à charbon actif ont été effectués aux dates suivantes : - 13 et 18 février 2015 ; - 03 et 11 mars 2015 ; - 14 et 29 avril Un prélèvement est effectué via des points de prélèvement en : - entrée du premier filtre à charbon ; - entrée du second filtre à charbon ; - sortie du second filtre à charbon. Ces suivis permettent de confirmer la présence d hydrocarbures volatils dans les sols, de faire un bilan massique des composés polluants extraits et traités et de connaître la capacité d abattement du charbon ainsi que son degré de saturation. Les prélèvements d air pour caractérisation analytique sont réalisés sur des tubes charbon actif au moyen d une pompe GILAIR (pompes électriques ATEX étalonnées pour un débit de 1 l/min) pour les prélèvements de l air extrait du sol en entrées et sortie de filtres. Pour chaque prélèvement, le protocole suivant a été appliqué : - calibration par le laboratoire de la pompe au moyen d un débitmètre à bulle de savon, - installation des supports de prélèvement via les points de prélèvement et lancement de la phase de pompage. Le volume d air prélevé pour chaque échantillon varie en fonction des valeurs PID relevées durant le suivi pour ne pas saturer les cartouches de prélèvement. Les échantillons d air sont ensuite envoyés en laboratoire pour analyse des hydrocarbures C5-C12 et des BTEX. Le laboratoire choisi pour la réalisation des analyses est le laboratoire WESSLING. Mai 2015 Rapport SERPOL n

16 Tableau 4 : Résultats d analyses en laboratoire en entrée et en sortie de traitement X : Teneur dépassant la concentration de référence de l Arrêté du 2 février 1998 Seuls les résultats de l entrée et le rejet de l ensemble de filtration (2 filtres) sont notés pour plus de lisibilité du tableau. Au trimestre précédent, une baisse des teneurs en hydrocarbures C5-C12 (en particulier C5-C10) était observée en entrée d unité de traitement avec des teneurs passant de à 635 mg/m 3. Sur le trimestre étudié, la baisse des teneurs en entrée d unité continue avec 516 mg/m 3 en moyenne. Le tableau 5, ci-après, présente les teneurs en C5-C12 mesurées dans les puits (ouverts) contrôlés comparativement à celles en entrée d unité. Il n est pas relevé de corrélation entre ces teneurs sur le trimestre précédent, mais sur le dernier trimestre, il est constaté que lorsque la moyenne des teneurs dans les puits augmente, la teneur en entrée d unité augmente également, mais pas de façon proportionnelle. Tableau 5 : Tableau comparatif des teneurs en C5-C12 mesurées dans les puits et en entrée d unité d extraction Moyenne des puits contrôlés Entrée unité Trimestre T-1 (Teneurs en C5 C12 en mg/m3) Trimestre T (Teneurs en C5 C12 en mg/m3) 13/11/ /12/ /01/ /02/ /03/ /04/ Unité arrêtée En ce qui concerne les teneurs en hydrocarbures C5-C12 en sortie d unité, il n est constaté aucune valeur supérieure à la teneur de référence de l arrêté du 2 février 1998 (110 mg/m 3 pour un flux horaire dépassant 2 kg/h). Les teneurs en BTEX mesurées en entrée et en sortie de filtre sont toutes inférieures au seuil de quantification du laboratoire mis à part le 03 mars 2015 en sortie pour le benzène et le toluène (0,52 et 0,09 mg/m 3 respectivement). Mai 2015 Rapport SERPOL n

17 4.2. Campagnes mensuelles de prélèvements dans les ouvrages Erreur! Source du renvoi introuvable. Les prélèvements de gaz du sol pour la réalisation d analyses en laboratoire, sont réalisés sur les puits présentant les valeurs PID les plus élevées et/ou sur les puits les plus suivis dans le temps même si certains ont dorénavant des valeurs PID résiduelles. Les aiguilles prélevées lors de ce trimestre sont présentées dans le tableau suivant : Tableau 6 : puits contrôlés au 8 ème trimestre 13 février mars avril 2015 H11 0,9 ppmv H2 1,7 ppmv H6 0 ppmv H14 44,7 ppmv H5 1,4 ppmv H8 0 ppmv J1 14,9 ppmv H11 4,6 ppmv H10 0 ppmv J5 10,8 ppmv H14 0,2 ppmv H11 27,7 ppmv J7 0,8 ppmv J1 112 ppmv H14 0,2 ppmv J5 8 ppmv J1 3,7 ppmv J5 14,9 ppmv J7 0,1 ppmv Le programme analytique comprend l analyse des hydrocarbures C5-C12 et des BTEX Description du protocole de prélèvement Les prélèvements de gaz ont été effectués selon les normes : - NFX : «Echantillonnage et analyse des polluants gazeux sur charbon actif - Prélèvement par pompage» ; - NF EN ISO : «Qualité du Sol, échantillonnage. Partie 7 : Lignes directrices pour l échantillonnage des gaz du sol». Les prélèvements d air ont été effectués sur des cartouches de charbon actif au moyen de pompes électriques ATEX étalonnées pour un débit de 1 l/min. Pour chaque prélèvement, le protocole suivant a été appliqué : - calibration par le laboratoire de la pompe au moyen d un débitmètre à bulle de savon ; - fermeture de la vanne du puits à prélever et attente d un quart d heure pour la stabilisation du puits à prélever ; - installation des supports de prélèvement dans le forage ; - mise en place d un bouchon obturateur en tête de piézomètre gaz, avec une canule d aspiration ; - lancement de la phase de pompage. Le volume d air prélevé pour chaque échantillon varie en fonction des valeurs PID relevées durant le suivi pour ne pas saturer les cartouches de prélèvement. Mai 2015 Rapport SERPOL n

18 Résultats d analyses des campagnes de prélèvement d air Figure 5 : Evolution des teneurs en HC C5-C12 sur les aiguilles d extraction présentant les valeurs PID les plus notables sur le trimestre étudié Figure 6 : Cartographie des résultats d analyses en laboratoire des campagnes de février, mars et avril 2015 Annexe 5 : Tableau de synthèse des résultats des analyses d'air en laboratoire sur les puits de venting Annexe 6 : Résultats d'analyses des campagnes mensuelles Le tableau de synthèse en annexe 5 et les figures 5 et 6 ci-après présentent les résultats d analyses effectuées par le laboratoire WESSLING sur les prélèvements d air. Figure 5 : Evolution des teneurs en HC C5-C12 sur les aiguilles d extraction présentant les valeurs PID les plus notables sur le trimestre étudié Les teneurs en hydrocarbures C5-C12 mesurées dans les aiguilles d extraction sont globalement toutes inférieures à 37 mg/m 3, à l exception de : - H8 (point rouge) qui présente une teneur en avril de 80 mg/m 3 (valeur PID : 0 ppmv); - J1 (point orange) qui présente en février une teneur de 107 mg/m 3 (valeur PID : 15 ppmv); - J5 (courbe bleu ciel) qui présente en février (11 ppmv) et en avril (15 ppmv) une concentration de 413 et 63 mg/m 3. D une manière générale, c est surtout les deux aiguilles J1 et J5 qui présentent les teneurs les plus élevées chaque mois. Mai 2015 Rapport SERPOL n

19 Figure 6 : Cartographie des résultats d analyses en laboratoire des campagnes de février, mars et avril 2015 Mai 2015 Rapport SERPOL n

20 Interprétation des résultats Figure 7 : Evolution des teneurs en HC C5-C12 sur les aiguilles d extraction présentant les valeurs PID les plus notables Tableau 7 : Tableau comparatif des teneurs en C5-C12 mesurées en laboratoire ce trimestre et le trimestre précédent Depuis l état 0, les prélèvements ont été effectués en majorité autour du bâtiment H et en proportion moindre autour du bâtiment J. La figure suivante présente les courbes d évolution des concentrations en HC C5 C12 des ouvrages les plus suivis dans le temps (H8, H10, H11, H14, H15, J5 et J7), ainsi qu au droit des ouvrages nouvellement réouverts (H12, H13, H16, H17, J1, J2, J3, J8, J9, J11 et J12). Figure 7 : Evolution des teneurs en HC C5-C12 sur les aiguilles d extraction présentant les valeurs PID les plus notables Depuis les teneurs un peu plus importantes de l automne 2014, les teneurs en hydrocarbures C5-C12 sont globalement en baisse à l échelle du projet, hormis ponctuellement en H8, H14, J1 et J5 qui présentent des teneurs encore notables (de l ordre de quelques 10 aine de mg/m 3 pour H8 et H14 et de la 100 aine de mg/m 3 pour J1 et J5 en février). Mai 2015 Rapport SERPOL n

21 De manière à évaluer l évolution ciblée de ces teneurs par rapport à celles du trimestre précédent, un tableau comparatif a été réalisé (Cf. tableau 7 ci-dessous). Tableau 7 : Tableau comparatif des teneurs en C5-C12 mesurées en laboratoire ce trimestre et le trimestre précédent Trimestre (T-1) Trimestre T H6 (Teneurs en C5 C12 en mg/m 3 ) (Teneurs en C5 C12 en mg/m3) Novembre 2014 Décembre 2014 Janvier 2015 Février 2015 Mars 2015 Avril 2015 H8 80 H <LQ <LQ H11 26 <LQ 6 <LQ 5 H <LQ <LQ J J5 <LQ J7 <LQ <LQ J12 Nombre puits contrôlés <LQ Moyenne mensuelle Moyenne trimestrielle Légende : case grisée : puits non analysé Sur la base de ces moyennes, il est constaté une baisse sur les deux derniers mois du trimestre. Les fortes moyennes des mois précédents étaient dues à deux puits productifs en gaz (J1 et J5). Ces deux puits ont présenté des teneurs moindres (ou n ont pas été analysés) en mars et avril 2015 entraînant une baisse marquée des moyennes mensuelles et trimestrielles. H2, H5 et J1 ont été échantillonnés le 03 mars 2015 mais seulement les BTEX ont été analysés suite à une erreur lors de la demande d analyses. D autre part, pour ce trimestre, sur l ensemble des ouvrages de venting analysés, les teneurs en benzène, éthylbenzène, xylènes sont inférieures à la limite de quantification du laboratoire. <LQ Mai 2015 Rapport SERPOL n

22 5. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS 5.1. Suivi du dispositif de traitement des gaz extraits Le débit d air global extrait et traité par l ensemble de l installation a été de 439 m 3 /h en moyenne sur les deux lignes en fonctionnement H et J. Le système a fonctionné 81 jours entre février et fin avril 2015, soit un taux de fonctionnement de 91 %. Rappelons qu un changement de charge de charbon actif saturé a entrainé un arrêt entre le 30 mars et le 08 avril Sur la base des teneurs mesurées en entrée d unité suivant une fréquence bimensuelle durant ce dernier trimestre, les teneurs en COV sont en baisse puisque leurs moyennes sont passées de 635 mg/m 3 au trimestre précédent à 516 mg/m 3 pour ce trimestre. La tendance à la baisse des teneurs en entrée d unité est en lien avec celle relevée au niveau des puits encore productifs en gaz du sol. Sur la base d une teneur moyenne de 515 mg/m 3 de COV en entrée du traitement, environ 380 kg de composés organiques volatils, dont 99 % d hydrocarbures C5-C12, ont été extraits du sol et traités sur charbon actif (trimestre précédent : 485 kg entre novembre 2014 et janvier 2015). Depuis fin octobre 2014, le flux massique journalier est en baisse régulière, celui-ci étant passé durant les trois derniers trimestres de 22 kg/jour (juillet à octobre 2014) à 8 kg/jour (novembre 2014 à janvier 2015) puis pour cette dernière période de suivi, à 4 kg/jour (février à avril 2015). Au total, environ 4,1 tonnes de COV ont été extraits et traités depuis le début du traitement. Sur le dernier trimestre, 3,1 tonnes de charbon actif ont été éliminées dans le centre de traitement agréé SIAP à Bassens (33) Recommandations A la vue des objectifs réglementaires et des teneurs non stables même si elles sont en baisse sur la fin du dernier trimestre d exploitation, SERPOL recommande la poursuite du traitement sur les aiguilles les plus productives. L actualisation bimensuelle des aiguilles de venting à ouvrir ou fermer en fonction des teneurs PID les plus élevées devra être poursuivie. Si lors du trimestre suivant, une baisse des teneurs est confirmée, notamment en entrée d unité d extraction des gaz), l arrêt provisoire de l installation pourra être envisagé. Les prochaines campagnes mensuelles sont programmées en mai, juin et juillet Mai 2015 Rapport SERPOL n

23 ANNEXE 1 : PRESENTATION DU DISPOSITIF DE TRAITEMENT DES SOLS PAR VENTING Mai 2015 Rapport SERPOL n

24 Réseaux de Venting L unité de traitement et les filtres à charbon actif ont été mis en place dans le bâtiment G. Les 37 aiguilles d extraction sont réparties en périphérie des bâtiments H, I et J de la façon suivante : - 18 autour du bâtiment H ; - 6 autour du bâtiment I ; - 13 autour du bâtiment J. La localisation précise de ces ouvrages est présentée dans la figure A ci-après. Les points d implantation des ouvrages ont été sécurisés par la réalisation d avant-trous menés à l aspiratrice-excavatrice. Ces avant-trous ont été réalisés entre 1,5 et 2,5 m de profondeur. Les forages ont ensuite été réalisés à la tarière 100 mm et équipées en tubage PeHD (diamètre 51,3/63 mm), crépinés depuis le fond jusqu à 50 cm de la surface. La profondeur des ouvrages d extraction a été adaptée en temps réel sur le terrain, en fonction des observations organoleptiques et géologiques (horizon argileux) relevées lors de la réalisation des forages. Les profondeurs d implantation moyennes sont de : - 2,8 m pour le bâtiment H ; - 2,1 m pour le bâtiment I ; - 3,4 m pour le bâtiment J. Un bouchon d argile et de ciment a été installé au toit de chacun des ouvrages ainsi qu un bouchon de fond en pied d ouvrage. Chaque ouvrage est équipé d une tête d aiguille constituée : d une vanne de réglage de débit ; d un point de mesure de la dépression et de la vitesse de circulation de l air et d un point d échantillonnage des gaz. Tous les ouvrages ont été raccordés au dispositif d extraction par un réseau de 3 lignes, soit une par bâtiment. Mai 2015 Rapport SERPOL n

25 Figure A : Plan du site et localisation des puits de Venting Mai 2015 Rapport SERPOL n

26 Description de l unité de Venting L unité de traitement SERPOL DSVENTB comprend : 1 container 20 pieds avec rétention intégrée ; 1 armoire électrique de contrôle avec un bouton d arrêt d urgence et un micro automate ; 1 enregistreur de données (débit, dépression, rejet COV) ; 2 extracteurs d air : débit maximum 1000 m 3 /h et dépression maximum 290 mbar avec 1 extracteur sur variateur de fréquence ; 1 séparateur air/eau de 600 L ; 1 pompe de reprise des eaux du séparateur 1m 3 /h ; 1 vanne de dilution avec filtre d aspiration ; 2 filtres à particules, 2 soupapes de sécurité tarées ; 1 transmetteur de dépression ; 2 manomètres à contact et 2 sondes de température à contact ; 1 capteur de COV en sortie des filtres CA ; 3 électrovannes de séquençage ; 1 ventilateur avec piège à son ; 1 filtre à charbon actif de 2000 L ; 1 filtre à charbon actif de 3000 L. L unité dispose également d un automate de télésurveillance permettant le report d alarme par SMS en cas de défaut de l unité de traitement. Le PID de l installation de venting est présenté par la figure B ci-après. Mai 2015 Rapport SERPOL n

27 Figure B : PID de l installation de Venting Mai 2015 Rapport SERPOL n

28 ANNEXE 2 : TABLEAUX DE SYNTHESE DES DONNEES DE SUIVI DU SVE Mai 2015 Rapport SERPOL n

29 Tableau de synthèse des mesures de débit d extraction Mai 2015 Rapport SERPOL n

30 Tableau de synthèse des mesures de flux COV (HC C 5-C 12 + BTEX) extraits Mai 2015 Rapport SERPOL n

31 Mesures PID au droit des ouvrages de suivi depuis le premier mois d'extraction Mai 2015 Rapport SERPOL n

32 Mai 2015 Rapport SERPOL n

33 <400 Valeur PID comprise entre 30 et 200 ppmv Valeur PID comprise entre 200 et 400 ppmv Valeur PID > 400 ppmv XXX : Valeur PID supérieure à 10 ppmv Mai 2015 Rapport SERPOL n

34 ANNEXE 3 : BSD DU CHANGEMENT DE CHARBON ACTIF Mai 2015 Rapport SERPOL n

35 Mai 2015 Rapport SERPOL n

36 ANNEXE 4 : BULLETINS D'ANALYSES DES PRELEVEMENTS MENSUELS EN ENTREE ET EN SORTIE DE TRAITEMENT Mai 2015 Rapport SERPOL n

37 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Unité Entree CA1 - couche de mesure Entree CA1 - couche de contrôle Entree CA2 - couche de mesure Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène <5 <0,5 <5 Toluène <5 <0,5 <5 Ethylbenzène <5 <0,5 <5 m-, p-xylène <5 <0,5 <5 o-xylène <5 <0,5 <5 Somme des CAV -/- -/- -/- Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) 8600 < Somme des C5 0 0 Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Page 1 sur 7

38 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène Toluène Ethylbenzène m-, p-xylène o-xylène Somme des CAV Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) Somme des C5 Somme des C6 Somme des C7 Somme des C8 Somme des C9 Somme des C10 Somme des C11 Somme des C12 Somme des C13 Somme des C14 Somme des C15 Somme des C16 Unité Entree CA2 - couche de contrôle Sortie CA - couche de mesure Sortie CA - couche de contrôle <0,5 <0,5 1,4 -/- -/- 1,4 < < Page 2 sur 7

39 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène Toluène Ethylbenzène m-, p-xylène o-xylène Somme des CAV Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) Somme des C5 Somme des C6 Somme des C7 Somme des C8 Somme des C9 Somme des C10 Somme des C11 Somme des C12 Somme des C13 Somme des C14 Somme des C15 Somme des C16 Unité Page 3 sur 7

40 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Unité Entrée CA1 Entrée CA2 Sortie CA2 Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène <5 <5 <0,5 Toluène <5 <5 <0,5 Ethylbenzène <5 <5 <0,5 m-, p-xylène <5 <5 <0,5 o-xylène <5 <5 <0,5 Somme des CAV -/- -/- -/- Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) <50 Somme des C5 0 0 Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Page 1 sur 5

41 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène Toluène Ethylbenzène m-, p-xylène o-xylène Somme des CAV Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) Somme des C5 Somme des C6 Somme des C7 Somme des C8 Somme des C9 Somme des C10 Somme des C11 Somme des C12 Somme des C13 Somme des C14 Somme des C15 Somme des C16 Unité Entrée CA Def Sortie CA Def <5 <0,5 <5 <0,5 <5 <0,5 <5 <0,5 <5 <0,5 -/- -/ Page 2 sur 5

42 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Unité Entree CA1 - couche de mesure Entree CA1 - couche de contrôle Entree CA2 - couche de mesure Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène <5 0,6 <5 Toluène <5 <0,5 <5 Ethylbenzène <5 <0,5 <5 m-, p-xylène <5 <0,5 <5 o-xylène <5 <0,5 <5 Somme des CAV -/- 0,6 -/- Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) 7400 < Somme des C5 0 0 Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Page 1 sur 12

43 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène Toluène Ethylbenzène m-, p-xylène o-xylène Somme des CAV Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) Somme des C5 Somme des C6 Somme des C7 Somme des C8 Somme des C9 Somme des C10 Somme des C11 Somme des C12 Somme des C13 Somme des C14 Somme des C15 Somme des C16 Unité Entree CA2 - couche de contrôle Sortie CA2 - couche de mesure Sortie CA2 - couche de contrôle -/- -/- -/- <50 <50 <50 Page 2 sur 12

44 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène Toluène Ethylbenzène m-, p-xylène o-xylène Somme des CAV Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) Somme des C5 Somme des C6 Somme des C7 Somme des C8 Somme des C9 Somme des C10 Somme des C11 Somme des C12 Somme des C13 Somme des C14 Somme des C15 Somme des C16 Unité Page 3 sur 12

45 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Entree CA1-apres Entree CA1-avant Entree CA1-avant coupure - Désignation d'échantillon Unité aout - Couche de mesure aout - Couche de contrôle Couche de mesure Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène <5 <0,5 <5 Toluène <5 <0,5 <5 Ethylbenzène <5 <0,5 <5 m-, p-xylène <5 <0,5 <5 o-xylène <5 <0,5 <5 Somme des CAV -/- -/- -/- Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) < Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Page 1 sur 11

46 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène Toluène Ethylbenzène m-, p-xylène o-xylène Somme des CAV Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) Somme des C5 Somme des C6 Somme des C7 Somme des C8 Somme des C9 Somme des C10 Somme des C11 Somme des C12 Somme des C13 Somme des C14 Somme des C15 Somme des C16 Unité Entree CA1-apres coupure - Couche de contrôle Entree CA1-5aiguilles - Couche de mesure Entree CA1-5aiguilles - Couche de contrôle <0,5 <5 <0,5 <0,5 <5 <0,5 <0,5 <5 <0,5 <0,5 <5 <0,5 <0,5 <5 <0,5 -/- -/- -/- < < Page 2 sur 11

47 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Unité Entree CA2 - Couche de mesure Entree CA2 - Couche de contrôle Sortie CA2 - Couche de mesure Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène Toluène Ethylbenzène m-, p-xylène o-xylène Somme des CAV Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) Somme des C5 Somme des C6 Somme des C7 Somme des C8 Somme des C9 Somme des C10 Somme des C11 Somme des C12 Somme des C13 Somme des C14 Somme des C15 Somme des C16 <5 <0,5 <0,5 <5 <0,5 <0,5 <5 <0,5 <0,5 <5 <0,5 <0,5 <5 <0,5 <0,5 -/- -/- -/ <50 < Page 3 sur 11

48 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène Toluène Ethylbenzène m-, p-xylène o-xylène Somme des CAV Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) Somme des C5 Somme des C6 Somme des C7 Somme des C8 Somme des C9 Somme des C10 Somme des C11 Somme des C12 Somme des C13 Somme des C14 Somme des C15 Somme des C16 Unité Sortie CA2 - Couche de contrôle <0,5 <0,5 <0,5 <0,5 <0,5 -/- <50 Page 4 sur 11

49 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Unité Entrée CA 1 couche de mesure Entrée CA 1 couche de contrôle Entrée CA 2 couche de mesure Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène <5 <0,5 <5 Toluène <5 <0,5 <5 Ethylbenzène <5 <0,5 <5 m-, p-xylène <5 <0,5 <5 o-xylène <5 <0,5 <5 Somme des CAV -/- -/- -/- Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) 5300 < Somme des C5 0 0 Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Page 1 sur 7

50 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène Toluène Ethylbenzène m-, p-xylène o-xylène Somme des CAV Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) Somme des C5 Somme des C6 Somme des C7 Somme des C8 Somme des C9 Somme des C10 Somme des C11 Somme des C12 Somme des C13 Somme des C14 Somme des C15 Somme des C16 Unité Entrée CA 2 couche de contrôle Sortie CA 2 couche de mesure Sortie CA 2 couche de contrôle 2,8 <0,5 <0,5 0,5 <0,5 <0,5 3,3 -/- -/- < < Page 2 sur 7

51 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Unité Entree CA1 - couche de mesure Entree CA1 - couche de contrôle Entree CA2 - couche de mesure Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène <50 <0,5 <50 Toluène <50 <0,5 <50 Ethylbenzène <50 <0,5 <50 m-, p-xylène <50 <0,5 <50 o-xylène <50 <0,5 <50 Somme des CAV -/- -/- -/- Page 1 sur 9

52 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Désignation d'échantillon Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène Toluène Ethylbenzène m-, p-xylène o-xylène Somme des CAV Unité Entree CA2 - couche de contrôle Sortie CA2 - couche de mesure Sortie CA2 - couche de contrôle <0,5 7,8 5,8 <0,5 1,3 1 -/- 9,1 6,8 Page 2 sur 9

53 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon Entree CA1 (n 2) - Entree CA1 (n 2) - Désignation d'échantillon Unité couche de mesure couche de controle Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène <5 <0,5 Toluène <5 <0,5 Ethylbenzène <5 <0,5 m-, p-xylène <5 <0,5 o-xylène <5 <0,5 Somme des CAV -/- -/- Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) 1400 <50 Somme des C5 0 Somme des C6 150 Somme des C7 570 Somme des C8 600 Somme des C9 98 Somme des C10 0 Somme des C11 0 Somme des C12 0 Somme des C13 0 Somme des C14 0 Somme des C15 0 Somme des C16 0 Page 1 sur 6

54 ANNEXE 5 : TABLEAU DE SYNTHESE DES RESULTATS DES ANALYSES D'AIR EN LABORATOIRE SUR LES PUITS DE VENTING Mai 2015 Rapport SERPOL n

55 Mai 2015 Rapport SERPOL n

56 ANNEXE 6 : RESULTATS D ANALYSES DES CAMPAGNES MENSUELLES Mai 2015 Rapport SERPOL n

57 Rapport d'essai n.: ULY Projet : 7187 St Quentin Fallavier, le N d'échantillon J1 - couche de J1 - couche de J5 - couche de Désignation d'échantillon Unité mesure contrôle mesure Benzène et aromatiques (CAV - BTEX) Benzène <0,5 <0,5 <5 Toluène <0,5 <0,5 <5 Ethylbenzène <0,5 <0,5 <5 m-, p-xylène <0,5 <0,5 <5 o-xylène <0,5 <0,5 <5 Somme des CAV -/- -/- -/- Indice hydrocarbures volatils C5-C10 Indice hydrocarbure (C5-C10) 210 < Somme des C5 0 Somme des C6 0 Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C Somme des C11 <10 0 Somme des C12 0 Somme des C13 0 Somme des C14 0 Somme des C15 0 Somme des C16 0 Page 1 sur 12

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU USINE DE FABRICATION D EMULSION A SAULGE (86) CONTEXTE Origine des travaux : Enjeux Le site a accueilli une société de fabrication d émulsion bitume. Une pollution des sols et des eaux souterraines au

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir

238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir 238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir Huile Eau Huile de saturation résiduelle Toit de la nappe Pompe d écrémage Huile flottante Pompe de rabattement Figure 4.15

Plus en détail

CRITERES DE CHOIX DE LA TECHNIQUE N 1

CRITERES DE CHOIX DE LA TECHNIQUE N 1 CHANTIER DE REFERENCE Traitement des sols par bioventing associé à une biostimulation et traitement des eaux de la nappe après pompage et écrémage avec réinjection sur site Site de : Balaruc-les-Bains

Plus en détail

12 rue Marie Curie - BP 175 78 313 MAUREPAS CEDEX www.ati-services.com

12 rue Marie Curie - BP 175 78 313 MAUREPAS CEDEX www.ati-services.com 12 rue Marie Curie - BP 175 78 313 MAUREPAS CEDEX www.ati-services.com Maurepas, le 08 mars 2012 A l'attention de...: INTERMARCHE 12 Rue Jean Lurcat Affaire suivie par...: M. BRIAIS cbriais@orange.fr Téléphone...:

Plus en détail

Etude de cas typique avec différentes phases : Diagnostic / Dépollution / Analyse des risques résiduels. France, 2012 (données annonymées)

Etude de cas typique avec différentes phases : Diagnostic / Dépollution / Analyse des risques résiduels. France, 2012 (données annonymées) Etude de cas typique avec différentes phases : Diagnostic / Dépollution / Analyse des risques résiduels. Projet immobilier au droit d un ancien garage automobile où se trouve toujours une cuve qui était

Plus en détail

SITA REMEDIATION. La terre au sens propre. Opérations de dépollution de l ancien CIT AIR FRANCE DE MONTAUDRAN

SITA REMEDIATION. La terre au sens propre. Opérations de dépollution de l ancien CIT AIR FRANCE DE MONTAUDRAN SITA REMEDIATION La terre au sens propre Opérations de dépollution de l ancien CIT AIR FRANCE DE MONTAUDRAN Présentation SPPPI / ORDIMIP février 2007 G.GARCIA 2-SITA Remediation ANCIEN CIT AIR France de

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

Installation de La Glacière

Installation de La Glacière Installation de La Glacière Villeneuve-Loubet (06) Bilan d activité 2012 SUD-EST ASSAINISSEMENT 1 Suivi environnemental Suivi des effluents et de la stabilité SUD-EST ASSAINISSEMENT I Suivi environnemental

Plus en détail

SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES : LES

SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES : LES 17 octobre 2014 Gestion des sites et sols pollués Caractérisation et surveillance des milieux (eaux, sols, gaz du sol et air intérieur), exposition et évaluation des risques sanitaires (bioaccessibilité...)

Plus en détail

SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES

SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES LISTE DES RÉFÉRENCES (Dernière mise à jour : 12/02/2013) SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES IDEES-EAUX - AGENCE DE LA DRÔME - Depuis 2010 CHATUZANGE LE GOUBET (26) ONYX SANET : Réalisation

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Evaluation de la qualité de l air suite à l'incendie d'une usine de fabrication de matelas ZAC Chassagne - Commune de Ternay

Evaluation de la qualité de l air suite à l'incendie d'une usine de fabrication de matelas ZAC Chassagne - Commune de Ternay Bilan d'intervention Evaluation de la qualité de l air suite à l'incendie d'une usine de fabrication de matelas ZAC Chassagne - Commune de Ternay Novembre 2009 COPARLY 3, allée des Sorbiers 69500 BRON

Plus en détail

Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles

Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles Dimensionnement, mise en œuvre et retour d expérience 30/11/12 Présentation du site Industriel situé

Plus en détail

Module Harmony SOMMAIRE

Module Harmony SOMMAIRE sd 201 1 NOTICE D'INSTALLATION ET D'EMPLOI Module Harmony SOMMAIRE page Présentation ------------------------------------------------ 3 Caractéristiques techniques ------------------------------ 3 Descriptif

Plus en détail

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses Site : Atelier de réparation des véhicules de la ville de Limoges Localisation : commune de Limoges Date : du 18 au 26 juillet 2012 Paramètres étudiés : Benzène et dioxyde d'azote NO 2 ETD/2012/10 Table

Plus en détail

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé :

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : partie II : Les exigences du contrôle de qualité Prof. P.ODOU Institut de Pharmacie du CHRU

Plus en détail

Contrat de suivi de Process

Contrat de suivi de Process Contrat de suivi de Process cepelec@cepelec.com page 1 / 6 1 OBJET DU CONTRAT Le présent contrat a pour objet de définir les prestations et les modalités d application que Cepelec s engage à fournir à

Plus en détail

FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX

FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX 99 100 1. Assistance aux réseaux pour l obtention de l accréditation 1.1. Programme ACQEN Le programme ACQEN a pour but de fournir des outils d assistance à l accréditation

Plus en détail

Chloroforme ENVIRONNEMENT INDUSTRIE. Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire

Chloroforme ENVIRONNEMENT INDUSTRIE. Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire ENVIRONNEMENT INDUSTRIE Chloroforme Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire I. Description et Composés II. Origine et Présence dans l environnement III. Secteur d utilisation IV. Valeurs

Plus en détail

Assainissement d ambiance de travail AMBICLEAN

Assainissement d ambiance de travail AMBICLEAN I : Assainissement d ambiance de travail Assainissement d ambiance de travail AMBICLEAN Fiche I4 Principe de fonctionnement Avant propos Outre le respect des VMEP (Valeur Moyenne d Exposition Professionnelle)

Plus en détail

PREFET DES ALPES MARITIMES

PREFET DES ALPES MARITIMES Direction Régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Provence Alpes Côte d'azur PREFET DES ALPES MARITIMES Nice, le 2 septembre 2014 Société SUD EST ASSAINISSEMENT Route de La Gaude

Plus en détail

Contrôle Périodique 2014 Juin 2014

Contrôle Périodique 2014 Juin 2014 MESURES AERAULIQUES SORBONNES DE LABORATOIRE NORME NF EN 14175-4 Contrôle Périodique 2014 Juin 2014 UNIVERSITE DE CAEN Campus 1 Post Génomique Établissement visité Université de Caen Esplanade de la Paix

Plus en détail

D.P.G.F. D.C.E. Juin 2015. Reconstruction de la Salle Polyvalente

D.P.G.F. D.C.E. Juin 2015. Reconstruction de la Salle Polyvalente MAITRE DE L OUVRAGE Commune de Mairie 62170 Tél. : 03 21 1 46 56 E-mail : mairie.beaumerie@wanadoo.fr Reconstruction de la Salle Polyvalente D.C.E. Juin 2015 LOT PLOMBERIE SANITAIRE CHAUFFAGE V.M.C. Décomposition

Plus en détail

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP :

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Réhabilitation du Site Grande Paroisse Toulouse Traitements mis en œuvre par Lot 1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Par désorption thermique : 50 000 tonnes environ Par traitement

Plus en détail

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales Version du 22/04/2009 SOMMAIRE I OBJET ET DONNEES DE BASE... 3 A. OBJET... 3 B. DONNEES DE BASES... 3 II DESCRIPTIF... 6 Saint Dizier

Plus en détail

AEROTHERMES GAZ MODULANTS A CONDENSATION AGMC

AEROTHERMES GAZ MODULANTS A CONDENSATION AGMC FABRICANT D AEROTHERMES, ROOF-TOP, GENERATEURS D AIR CHAUD, TUBES RADIANTS N Constructeur : AQP 0027 AEROTHERMES GAZ MODULANTS A CONDENSATION Performances et Rendements Elevés (jusqu à 105%) Pas d émission

Plus en détail

DeltaCal BGI. Débitmètre étalon

DeltaCal BGI. Débitmètre étalon Débitmètre étalon DeltaCal BGI Mesure simultanée du débit volumique, débit normalisé, température et pression Fonctionnement manuel ou automatique, optimisé pour une utilisation sur le terrain Large gamme

Plus en détail

Eléments additifs suite au dépôt du dossier d enregistrement au titre de la rubrique 2251 (activité de préparation et conditionnement de vins)

Eléments additifs suite au dépôt du dossier d enregistrement au titre de la rubrique 2251 (activité de préparation et conditionnement de vins) Eléments additifs suite au dépôt du dossier d enregistrement au titre de la rubrique 2251 (activité de préparation et conditionnement de vins) Plan joint: - Masse VRD Toitures au 1/300 : 13057-APS n 3

Plus en détail

LABORATOIRE DE LA CRIIRAD 04 75 41 82 50 http://www.criirad.org 471, avenue Victor HUGO 26000 VALENCE 04 75 81 26 48 balises@criirad.

LABORATOIRE DE LA CRIIRAD 04 75 41 82 50 http://www.criirad.org 471, avenue Victor HUGO 26000 VALENCE 04 75 81 26 48 balises@criirad. SURVEILLANCE DE LA RADIOACTIVITE ATMOSPHERIQUE BALISE DU PEAGE-DE-ROUSSILLON RAPPORT MENSUEL JANVIER 2009 Document réalisé par le laboratoire de la CRIIRAD pour le Conseil Régional Rhône-Alpes, le Conseil

Plus en détail

Programmes Prioritaires Nationaux : Fumées de soudage. Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité

Programmes Prioritaires Nationaux : Fumées de soudage. Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité Programmes Prioritaires Nationaux : Fumées de soudage Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité Règles essentielles de ventilation appliquées aux activités de soudage Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité Règles

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage (OIMEC) du 22 avril 2011 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu l art. 9, al. 2, de la

Plus en détail

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT Ingénierie SyPACV2 Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération 2012 SOMMAIRE 1. Le service Ingénierie 2. Qu est-ce que

Plus en détail

DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement. Rubrique 1110

DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement. Rubrique 1110 Novembre 2014 Direction Départementale des Territoires de l Isère Service Environnement DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement Rubrique

Plus en détail

Marseille - rue de Rome

Marseille - rue de Rome Campagne de mesures temporaire - rue de Rome Du 22 septembre au 2 octobre 2000 Date de publication : janvier 2001 Référence dossier : PGR/YCM/RA/ 09-1000.13 AIRMARAIX pour la surveillance de l air de l

Plus en détail

ASPIRATION DES FUMEES DE SOUDAGE -COUPAGE

ASPIRATION DES FUMEES DE SOUDAGE -COUPAGE ASPIRATION DES FUMEES DE SOUDAGE -COUPAGE Améliorer l environnement des soudeurs est, depuis toujours, un axe prioritaire qui doit être développé. La prise en compte de l environnement est indissociable

Plus en détail

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT Notice de Zonage d assainissement Eaux Usées Commune de LORIENT SOMMAIRE Contexte... 3 Définitions... 3 Rappels réglementaires... 4 Description du plan de zonage d assainissement d eaux usées... 5 Annexe

Plus en détail

ISDND DE ST SORLIN EN VALLOIRE - CONCEPTION DE L INSTALLATION DE DRAINAGE, DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS

ISDND DE ST SORLIN EN VALLOIRE - CONCEPTION DE L INSTALLATION DE DRAINAGE, DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS Page 1 / 6 La présente étude s inscrit dans le cadre de l article 18 de l arrêté du 9 septembre 1997 relatif aux installations de «déchets non dangereux» modifié. La création du casier 4 ayant lieu sur

Plus en détail

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA)

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) Étude des impacts sur l environnement et le milieu social 28 mars

Plus en détail

C 249-03. made in Italy. Tahiti Dual. Chaudières murales à gaz mixtes instantanées et chauffage seul EMEA

C 249-03. made in Italy. Tahiti Dual. Chaudières murales à gaz mixtes instantanées et chauffage seul EMEA C 249-03 made in Italy Tahiti Dual Chaudières murales à gaz mixtes instantanées et chauffage seul FR EMEA Chaudières murales à gaz mixtes Tahiti Dual FIABILITÉ SÉCURITÉ FACILITÉ D UTILISATION ET D ENTRETIEN

Plus en détail

Diagnostic de qualité de l air

Diagnostic de qualité de l air Diagnostic de qualité de l air Mesure de particules (PM10 - PM2,5) en air intérieur, chez un particulier, à proximité du chantier de travaux pour la rénovation du tunnel de la Croix-Rousse (Lyon 1 er )

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Arrêté du

Plus en détail

A C. RIPAMONTI L. MARTIN 09/10/13 Etablissement B C. RIPAMONTI L. MARTIN 23/01/14 Modifications suite à la réunion du 23/01/14

A C. RIPAMONTI L. MARTIN 09/10/13 Etablissement B C. RIPAMONTI L. MARTIN 23/01/14 Modifications suite à la réunion du 23/01/14 Département du Loiret COMMUNE DE LA CHAPELLE SAINT MESMIN MISE EN PLACE DES PERIMETRES DE PROTECTION DES CAPTAGES DOSSIER DE REGULARISATION DES FORAGES AUX TITRES DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Surveillance du benzène 2/2 : la méthode de référence (échantillonnage actif) et la méthode indicative (échantillonnage passif)

Surveillance du benzène 2/2 : la méthode de référence (échantillonnage actif) et la méthode indicative (échantillonnage passif) Surveillance du benzène 2/2 : la méthode de référence (échantillonnage actif) et la méthode indicative (échantillonnage passif) Nadine LOCOGE, Hervé PLAISANCE avec la collaboration technique de Thierry

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

POUMON : Dispositif de charge

POUMON : Dispositif de charge POUMON : Dispositif de charge d un véhicule en R134a SODEREL Plus de 30 ans à votre service Version 07/2007 Présentation Le poumon : Ce dispositif est constitué de deux chambres à volume variable, le volume

Plus en détail

En cas d épidémie, en fonction de l écologie du germe concerné et associés ou non à d autres types de prélèvements.

En cas d épidémie, en fonction de l écologie du germe concerné et associés ou non à d autres types de prélèvements. IV.2 Air IV.2.1 Indications Les investigations ne se justifient qu en zones à environnement maîtrisé, c est à dire lorsqu il existe un système de traitement d air dont la conception, la performance et

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

Annexe 4. Pollution mazout/diesel-intervention du DPC. Instructions à l attention des experts agréés

Annexe 4. Pollution mazout/diesel-intervention du DPC. Instructions à l attention des experts agréés Annexe Pollution mazout/diesel-intervention du DPC Instructions à l attention des experts agréés Echantillonnage au terme de l excavation Les échantillonnages doivent porter, d une part, sur les parois

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation SOMMAIRE 1 Introduction et présentation generale... 3 2 Presentation technique... 4 2.1

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN ET PRELEVEMENT D EAU SOUTERRAINE

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN ET PRELEVEMENT D EAU SOUTERRAINE REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

Table des matières. Date 31/01/2007 Remplace la version du 11/01/2006. Auteur et mise à jour Approuvé Type de document CBP monitoring de l air et MPP

Table des matières. Date 31/01/2007 Remplace la version du 11/01/2006. Auteur et mise à jour Approuvé Type de document CBP monitoring de l air et MPP Procére : Code de bonnes pratiques pour indivielle dans le cadre de travaux Table des matières 1 Objectif... 1 2 Champ d application... 1 3 Références... 1 4 Définitions... 1 5 Procére... 1 5.1 Introction...

Plus en détail

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX Communauté urbaine de Bordeaux APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX CAHIER DES CHARGES DES RECONNAISSANCES ET ETUDES DE SOL A REALISER SEPIA CONSEILS - 53, rue

Plus en détail

Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine

Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine Bilan des émissions atmosphériques du transport routier en Lorraine Julien GALINEAU Air Lorraine 30/04/2012 1 Contexte et objectif du présent rapport... 2 2 Méthode de détermination des consommations de

Plus en détail

RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4

RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4 E R L A B D. F. S RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4 CAPTAIR FLEX M391 L A B O R A T O I R E R & D E R L A B D. F. S P A R C D A F F A I R E S D E S P O R T E S V O I E D U F U T U R 2 7 1

Plus en détail

Généralités Caractéristiques de construction Caractéristiques techniques Utilisation VENTILATION ASSERVIE À L HYGROMÉTRIE MRA H

Généralités Caractéristiques de construction Caractéristiques techniques Utilisation VENTILATION ASSERVIE À L HYGROMÉTRIE MRA H Généralités Caractéristiques de construction Caractéristiques techniques Utilisation VENTILATION ASSERVIE À L HYGROMÉTRIE MRA H Généralités PRINCIPE Le Module de Régulation Asservi Hygro (MRA H) est un

Plus en détail

Chaudière murale mixte instantanée à gaz

Chaudière murale mixte instantanée à gaz C 246-01 made in Italy Chaudière murale mixte instantanée à gaz Longueur 400 mm Hauteur 700 mm Profondeur 250 mm chaleur à vivre FR Nord Africa Chaudière murale mixte instantanée à gaz PETITE avec ses

Plus en détail

Manuel utilisateur de SmartLOG

Manuel utilisateur de SmartLOG Manuel utilisateur de SmartLOG Version : 1.1.1.1 du 21/11/14 Nom Société Fonction Date Rédacteur B. CHARLES ACTIO Chef de projets Test & mesures 10/07/2014 Approbateur D. RICHARD ACTIO Directeur Destinataire

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE MENSUEL JUILLET 2015

RAPPORT DE SYNTHESE MENSUEL JUILLET 2015 RAPPORT DE SYNTHESE MENSUEL JUILLET 2015 SOMMAIRE 1- INTRODUCTION P 1 2- SURVEILLANCE DES EMISSIONS ATMOSPHERIQUES P 2 2.1 - REJETS CHEMINEE P 2 2.2 - BATIMENT ADMINISTRATIF P 7 2.3 - MESURE DE COLMATAGE

Plus en détail

Echantillonnage de la phase gazeuse du sol au moyen de piézairs : aspects théoriques et retour d expérience

Echantillonnage de la phase gazeuse du sol au moyen de piézairs : aspects théoriques et retour d expérience Echantillonnage de la phase gazeuse du sol au moyen de piézairs : aspects théoriques et retour d expérience De la Wallonie d hier, nous créons celle de demain Marie JAILLER Service Evaluation des Risques

Plus en détail

24 février 2014. ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion de Préparation Aux diagnostics de l existant MAVILLY MANDELOT / NANTOUX / MELOISEY

24 février 2014. ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion de Préparation Aux diagnostics de l existant MAVILLY MANDELOT / NANTOUX / MELOISEY 24 février 2014 ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion de Préparation Aux diagnostics de l existant MAVILLY MANDELOT / NANTOUX / MELOISEY Présentation du SPANC Présentation du contrôle : JDBE Questions diverses

Plus en détail

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 II. MODE OPERATOIRE... 3 A. MATERIEL UTILISE... 3 1) Sonomètre... 3 2) Calibreur... 3 B. METHODE DE MESURE... 4 C. POSITIONNEMENT DU MATERIEL... 4 III. CAMPAGNE DE MESURE...

Plus en détail

De nombreux locaux de bâtiments tertiaires sont utilisés à la fois de manière intermittente et par des nombres de personnes très variables.

De nombreux locaux de bâtiments tertiaires sont utilisés à la fois de manière intermittente et par des nombres de personnes très variables. 1 FICHE OX «GESTION DE L AIR PERFORMANTE DANS LES LOCAUX A USAGE INTERMITTENT (NEUF OU EXISTANT) PAR AUTOMATISATION DES DEBITS EN FONCTION DE LA PRESENCE OU DU TAUX DE CO 2» 1/ Contexte et Enjeux De nombreux

Plus en détail

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN Troyes, le 11 juillet 2014, ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN FLUMilog Hauteur de stockage

Plus en détail

Vos contacts chez Naskeo Environnement : Vincent.duclos@naskeo.com. florence.martin-sisteron@naskeo.com

Vos contacts chez Naskeo Environnement : Vincent.duclos@naskeo.com. florence.martin-sisteron@naskeo.com CASTRAISE DE L EAU MEMOIRE DE REPONSE RELEVE DES INSUFFISANCES Mai 2014 Vos contacts chez Naskeo Environnement : Responsable projet Vincent Duclos 06 27 44 66 16 Vincent.duclos@naskeo.com Règlementaire

Plus en détail

Dossier Technique Avril 2012

Dossier Technique Avril 2012 Dossier Technique Avril 2012 Etiquetage des fenêtres, façades-rideaux, vérandas, et cloisons amovibles ou démontables en aluminium sur leurs émissions de Composés Organiques Volatils (C.O.V.) Sommaire

Plus en détail

Campagne de mesure de la qualité de l air intérieur dans les locaux de la maison de retraite Bethesda-Contades

Campagne de mesure de la qualité de l air intérieur dans les locaux de la maison de retraite Bethesda-Contades Campagne de mesure de la qualité de l air intérieur dans les locaux de la maison de retraite Bethesda-Contades Rapport relatif à la campagne de mesure qui s est déroulée du 06 au 08 novembre 2007 Décembre

Plus en détail

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) ZAC des Terrasses de la Sarre 3, Terrasse Normandie BP 50157 57403 SARREBOURG CEDEX Téléphone 03 87 03 05 16 Télécopie 03 87 03 83 49 DEMANDE DE CONTROLE

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE POLLUTION SUR DES TAS DE TERRES ISSUS D UN DEPOT SAUVAGE SITE D AULNAY SOUS BOIS (93)

DIAGNOSTIC DE POLLUTION SUR DES TAS DE TERRES ISSUS D UN DEPOT SAUVAGE SITE D AULNAY SOUS BOIS (93) DIAGNOSTIC DE POLLUTION SUR DES TAS DE TERRES ISSUS D UN DEPOT SAUVAGE LISTE DE DIFFUSION : GERARD FILIS FRANÇOIS DUPERRIER DELTAVILLE SERVICE LABORATOIRE - JL MARTRES - 20 MAI 2013 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Documents de référence sur les mesures d assainissement restreintes pour les professionnels affectés au lieu

Documents de référence sur les mesures d assainissement restreintes pour les professionnels affectés au lieu Documents de référence sur les mesures d assainissement restreintes pour les professionnels affectés au lieu Version 1.2 - mai 2011 Ministère de l environnement du Nouveau-Brunswick TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Mode d emploi. Brûleurs à gaz

Mode d emploi. Brûleurs à gaz Brûleurs à gaz Les produits 057.130.7 Brûleur à gaz 20cm, butane/propane, 5 kw, sans contrôle de flamme 057.131.5 Brûleur à gaz 30cm, butane/propane, 7 kw + contrôle de flamme 057.132.3 Brûleur à gaz 40cm,

Plus en détail

Investissez dans les économies d énergie.

Investissez dans les économies d énergie. FICHE OUTIL MOTORISATION PERFORMANTE VENTILATEURS Investissez dans les économies d énergie. La variation électronique de vitesse sur ventilateurs. Vos installations comportent des ventilateurs entraînés

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

1 222 rue de l Université 75343 PARIS 07 téléphone 01 56 61 71 01

1 222 rue de l Université 75343 PARIS 07 téléphone 01 56 61 71 01 Questionnaire sur les conditions générales d accueil et de conservation d œuvres dans le cadre d un prêt Institution : Adresse : Téléphone /Fax : Email : Date : Questionnaire rempli par (nom et qualité)

Plus en détail

Contrôle de l'intégrité des ultrafiltres par injection d'un aérosol en amont des ultrafiltres

Contrôle de l'intégrité des ultrafiltres par injection d'un aérosol en amont des ultrafiltres Contrôle de l'intégrité des ultrafiltres par injection d'un aérosol en amont des ultrafiltres Identification de ce document : Protocole_DOP_005 Date de ce document : 28.11.2008 Nombre de pages de ce document

Plus en détail

Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F

Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F NOTE DU LCSQA Métrologie Assurance Qualité : Intercomparaison des stations de mesures Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F F. MARLIERE (LCSQA/INERIS) Personnes

Plus en détail

CEA MARCOULE - ATALANTE (INB n 148) Installation DELOS Procédé de minéralisation par oxydation hydrothermale (OHT)

CEA MARCOULE - ATALANTE (INB n 148) Installation DELOS Procédé de minéralisation par oxydation hydrothermale (OHT) Fontenay-aux-Roses, le 29 mars 2013 Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis IRSN n 2013-00120 Objet : CEA MARCOULE - ATALANTE (INB n 148) Installation DELOS Procédé de minéralisation

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001 MAÎTRISER LA VENTILATION MINIMUM POUR DIMINUER LES COÛTS DE CHAUFFAGE Article publié dans Porc Québec Août 2001 BÂTIMENT FRANCIS POULIOT Ingénieur agricole Centre de développement du porc du Québec Avec

Plus en détail

FILTRES MOBILES. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté.

FILTRES MOBILES. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté. Les filtres mobiles sont un moyen pratique et rentable d améliorer un poste de travail en un rien de temps. Les unités correspondent

Plus en détail

Volume cumulé d au moins 3.000 litres

Volume cumulé d au moins 3.000 litres Volume cumulé d au moins 3.000 litres La réglementation sur les hydrocarbures présentée dans ce chapitre concerne les installations de distribution d hydrocarbures destinés à l alimentation d un parc de

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES GUIDE POUR LA PRESCRIPTION DES ENTRÉES D AIR SUR MENUISERIES PVC DANS L HABITAT SYNDICAT NATIONAL DE LA MENUISERIE PVC COMPOSITES 7-9, rue la Pérouse - 75784 PARIS

Plus en détail

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques Solide, simple, intelligent. Fiabilité accrue de l air comprimé. facilité D ENTRETIEN facilité D ENTRETIEN Les atouts de notre gamme Installation simple - Conception peu

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Demande d installation d un système d assainissement non collectif Tél : 05.61.04.09.40 Bureaux ouverts : 8h à 12h et 13h30 à 18h DIRECTION du DEVELOPPEMENT Service Aménagement / Assainissement Non Collectif Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Plus en détail

Incendie Francin 27 au 29 Octobre 2014 Centre de compostage Axia

Incendie Francin 27 au 29 Octobre 2014 Centre de compostage Axia Incendie Francin 27 au 29 Octobre 2014 Centre de compostage Axia Radio France - Cédric Lieto Commune Francin EVALUATION QUALITE DE L AIR www.air-rhonealpes.fr Diffusion : Janvier 2015 Siège social : 3

Plus en détail

Le SATESE 37 n étant pas assujetti à TVA, nos prix s entendent nets de toutes taxes. SATESE 37 Tarifs 2014 Comité syndical du 9 décembre 2013

Le SATESE 37 n étant pas assujetti à TVA, nos prix s entendent nets de toutes taxes. SATESE 37 Tarifs 2014 Comité syndical du 9 décembre 2013 T A R I F S 2 0 1 4 Contribution des membres Communes Etablissement Public de Coopération Intercommunale une compétence déléguée : tarif de base/habitant deux compétences déléguées : tarif de base/habitant

Plus en détail

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU Entre Le propriétaire (nom et adresse) de l immeuble situé composé de logements et autre. désigné dans la présente convention par «le

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION

PLAN DE LA PRESENTATION Société de Participation CarnaudMetalbox Ancien Etablissement Chouvel à Toulouse GRS Valtech PLAN DE LA PRESENTATION Introduction Contexte du site Objectif des travaux de réhabilitation Approche retenue

Plus en détail

CHAINE D ANALYSES INTER-LABORATOIRES BOUCHONS PLAN DE CAMPAGNE

CHAINE D ANALYSES INTER-LABORATOIRES BOUCHONS PLAN DE CAMPAGNE CHAINE D ANALYSES INTER-LABORATOIRES BOUCHONS PLAN DE CAMPAGNE 2015 BOUCHONS EN LIEGE POUR VINS TRANQUILLES MESURE DES PARAMETRES MECANIQUES ET PHYSIQUES Version 01 du 01/12/14 Ce document présente notre

Plus en détail

DEMANDE DE VERIFICATION DE CONCEPTION

DEMANDE DE VERIFICATION DE CONCEPTION SIAAL 155, rue du Levant BP 10925 39009 LONS LE SAUNIER CEDEX Tel : 03.84.86.21.95 Fax : 03.84.86.21.55 DEMANDE DE VERIFICATION DE CONCEPTION Dossier à compléter et à retourner au SIAAL 1. CONTEXTE GENERAL

Plus en détail

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw Guide de la mesure pour chaudières de 4 à 400 kw Selon le nouvel arrêté du 15/09/2009 nous mettons à votre disposition : les attestations au format PDF - Dans les mallettes des analyseurs de combustion

Plus en détail

CLASSIFICATION PARTICULAIRE DE L AIR

CLASSIFICATION PARTICULAIRE DE L AIR 0305010 CLASSIFICATION PARTICULAIRE DE L AIR SOMMAIRE 1 ÉLÉMENTS GÉNÉRAUX... 1.1 Référentiels normatifs... 1. Norme ISO 14 644-1... CLASSES PARTICULAIRES... 3.1 Paramètres à définir... 3. Classes particulaires

Plus en détail

BRGM FRANCE - TRANSFO. Août 1992

BRGM FRANCE - TRANSFO. Août 1992 BRGM FRANCE - TRANSFO Confinement des terres polluées de l'ancienne usine sise rue C. Aubertin à Metz (57) Proposition d'un réseau de contrôle de la qualité des eaux de la nappe et de l'extension de la

Plus en détail

REGLE APSAD R13 Extinction automatique à gaz (Edition Juin 2010) Prise en compte des déclencheurs manuels de secours

REGLE APSAD R13 Extinction automatique à gaz (Edition Juin 2010) Prise en compte des déclencheurs manuels de secours ADDITIF Juin 2012 REGLE APSAD R13 Extinction automatique à gaz (Edition Juin 2010) Prise en compte des déclencheurs manuels de secours Harmonisation de la qualité des câbles d une installation Propriétés

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920

CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920 Installation de chantier CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920 1 Destinataires Les chauffagistes, les ventilistes & les plombiers professionnels 2 La chambre technique a. Le local accueillant le système FUTURAN

Plus en détail