Documentation Technique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Documentation Technique"

Transcription

1 Ellipsys openaudit Documentation Technique

2 Ellipsys openaudit Les différents niveaux d information La construction et le stockage de l information dans les entreprises s effectue techniquement à différents niveaux : Dans les «core systems» : il s agit d applications transversales répondant à un besoin métier unique. Pour une banque de détail, il s agira par exemple de la gestion des prêts immobiliers, des assurances, des opérations. Pour une institution comme Pôle Emploi, ce sera plutôt la collecte des offres, des demandeurs, de la demande. Ces applications se regroupent généralement dans des ERP (Enterprise Resource Planning) pour la gestion quotidienne des tâches ou des EAI (Enterprise Application Integration), voire dans des applications surmesure telles que les applications en COBOL exécutées sur Mainframe. Dans les systèmes décisionnels : ils collectent les informations opérationnelles émanant des «core systems» mais également en provenance de l extérieur pour constituer la mémoire de l entreprise. Cette information est fortement travaillée, consolidée, pour fournir des vues moins complexes et plus synthétiques aux utilisateurs. Dans les systèmes de gestion du contenu : il peut s agir de CMS (Content Management System) ou GED (Gestion documentaire) ou plus globalement les EIM (Enterprise Information Management) lorsque ces deux premiers se combinent avec les systèmes décisionnels. La particularité de ces systèmes est la nature de l information qui est globalement non structurée. Nous retrouverons plus particulièrement des documents, feuilles Excel, différents médias (audio, vidéo, web). La plupart de ces systèmes s appuie sur des EAI à l instar des core systems. Ce type d information non structurée évolue rapidement (dans le sens versioning) mais n est pas transformé par des processus internes automatisés. Avec l avènement du Big Data, de nombreuses bases ont émergé pour stocker ces données non structurées. Elles peuvent être orientées document (MongoDB, CouchDB), de type «key-value» comme Redis, de type graph-db comme Neo4j (pour accélérer les relations entre entités) ou plus simplement des bases distribuées comme hadoop, hypertable pour ne citer que les plus connues. Dans les Business Process Management : ces systèmes d informations héritent des traditionnels workflows. La modélisation des processus métiers offre une mine d information encore largement inexploitée dans les systèmes décisionnels traditionnels. Tant que ce type d information n est pas réellement exploité par les systèmes décisionnels, elle reste souvent cloisonnée. Son évolution dépend alors largement de la solution propriétaire. Nous pourrions ajouter à ces différents grands systèmes toute l information éparpillée dans les files systems des entreprises, messageries, annuaires, firewall, etc. Cependant, ces informations sont souvent traitées par les CMS et les BPM ou représentent une forme déstructurée non significative pour l entreprise. Les transformations de données L information évolue rapidement au sein des entreprises. En effet, la modélisation de l information sous forme de tables ou de fichiers (pour les bases de données), d objet (pour les CMS, BPM, par exemple), de vecteurs (cubes multidimensionnels) est différente en fonction du besoin et de l utilité de l application. Page 2 sur 10

3 Les systèmes décisionnels ont pour objectif principal de créer une mémoire centrale de l information d entreprise puis de créer des silos pour simplifier son accès, sa consultation et sa compréhension. Dans d autres systèmes, cette même information peut essentiellement être technique, i.e. encapsulée dans des processus ou sous des formats particuliers (XML, JSON, VESAM, LDAP, etc) pour faciliter les échanges et son intégration dans d autres applications, processus, bases de données. Dans tous les cas, l information est constamment manipulée, modifiée, enrichie, combinée pour produire d autres informations techniques ou métiers. Pour manipuler ces données, il existe trois grandes familles d outils : Des langages procéduraux fournis par les principaux acteurs du marché pour le stockage des données : Oracle PL/SQL (également repris par d autres acteurs Open Source), Transac-SQL (Microsoft, Sybase SAP), SAS, scripting Qlikview, langage MDX pour l analyse multidimensionnelle, SQOOP, PIG, HIVE pour les solutions Big Data de type Hadoop, etc. Des ETL (Extract Transform and Load) ou ELT (lorsque le progiciel s appuie sur le moteur de la base de données). Ces outils offrent des composants qui permettent de manipuler d énormes quantité de données. Chaque composant répond à un besoin spécifique tel que le SCD (Slow Changing Dimension), le CDC (Change Data Capture), des jointures entre différentes sources, agrégations, consolidations, filtres, switch, pivots, etc. Généralement, les ETL offrent nativement des outils d analyse d impact. Malheureusement ces derniers deviennent rapidement aveugles avec la prolifération de user exit ou hooks. Ces morceaux de code qui délèguent une transformation à un tiers telle qu une base de données (exécution de scripts SQL, procédures stockées, macros) cassent la chaîne d analyse. Par ailleurs, les outils d analyse d impact restent cloisonnés à la solution propriétaire et ne permettent pas de dégager une vision globale du cheminement de l information. En d autres termes, l ETL Datastage ne sait pas analyser des flux PL/SQL ni les jobs Informatica ou les procédures SAS. D autres langages objets, interprétés utilisés par les applications pour répondre à des besoins métiers. Les plus connus sont java, dot net, cobol, mais aussi pour de plus petites entreprises php, python, node js, etc. Le stockage de l information Le stockage de l information est tout aussi hétérogène que les processus d alimentation. Avec l'avènement du Big Data et du No/NewSQL arrive de nouveaux modes de stockage qui perturbent largement le marché actuel. Cela va à de simples gestionnaires de fichiers distribués (comme l architecture Hadoop) à de véritables bases de données qui peuvent être aussi bien distribuées, wide column store, in-memory, document store, etc. Si les acteurs historiques s accordent pour conserver un modèle d'interrogation de ces données (SQL, MDX), les nouveaux acteurs ne répondent pas nécessairement à cette exigence. Ainsi, une grande partie de ces nouveaux mode de stockage de l information est accessible depuis des connecteurs java,.net ou bien à partir de langage natif parfois propriétaire (SQOOP, HIVE, PIG, Qlikview). L accès à l information se retrouve donc généralement disséminée dans du code source éparpillé dans des serveurs d application. Page 3 sur 10

4 L analyse et la publication de l information En bout de chaîne, que ce soit pour de l analyse pure de type datamining ou plutôt exploratoire (multidimensionnelle par exemple) ou pour des besoins de reporting, dashboarding voire de la simple publication de l information, les solutions offrent également une grande panoplie d outils statistiques, de recherche, de consolidation, de mapping. En somme, pour retracer le cheminement complet de l information depuis le tableau de bord diffusé à l utilisateur finale jusqu aux différentes sources opérationnelles, il est nécessaire d explorer puis de traduire dans un langage ou des interfaces simples et intuitives une grande quantité de langages, de référentiels de méta données. Ceci implique d avoir de solides connaissances dans ces domaines ou de s appuyer sur des parsers / triggers qui permettront de collecter automatiquement ce type d information. Origine et devenir de l information Dans cette jungle technologique, suivre le cheminement de l information devient rapidement un enjeu complexe mais également crucial. En effet, l origine et le devenir de l information est soit dans les mains d experts (développeurs ETL, java, sql,.net, etc) soit éparpillée dans des repositories propriétaires de manière incomplète en raison des hooks. Pourtant, la simple méconnaissance de ces systèmes engendre des problèmes systémiques: augmentation inconsidérée du volume de données, des temps de traitement de l information, des temps de consultation qui peuvent se répercuter sur les autres systèmes, dans les autres services. La simple approche technique consistant à fournir d avantage de ressources machines ou humaines présentent très rapidement ses limites en coût mais également en énergie (au sens propre et figuré). Les réponses apportées à la paralysie d un système se concrétisent le plus souvent dans un audit des services concernés. Malheureusement, ces audits analysent une situation à un instant précis. Or, c est l évolution des systèmes et le manque de visibilité sur ces évolutions qui bloquent les services. Par ailleurs, ces audits aboutissent généralement à des refontes onéreuses qui se justifient la plupart du temps mais qui ne traitent pas nécessairement du mal profond : la traçabilité de l information. En effet, même en repartant sur un système sain, propre, bien construit, le manque de visibilité sur les flux de transformation de l information conduira systématiquement vers la duplication de règles de gestion, de tables, de rapports et par extension engendrera rapidement une redondance d information plus complexe à maintenir, à faire évoluer bref une inertie forte et incontrôlée. Retour à la case départ. Ce gaspillage de temps et d énergie peut largement être évité. En début de projet, le bon sens amène généralement à centraliser et mutualiser les grandes règles de gestion pour simplifier la maintenance. Mais ces règles de bon sens sont malheureusement très vite abandonnées avec la multiplication des acteurs / intervenants qui n ont pas forcément une bonne connaissance de la gouvernance globale du projet. En d autres termes, miser sur la simple bonne gouvernance d un projet pour établir une maintenance saine et pérenne du système ne suffit pas à écarter un projet du risque de paralysie dans le temps. Automatisation de la traçabilité de bout en bout sans rupture Des capteurs et des parsers. OpenAudit offre actuellement plusieurs catégories de parseurs (code) et de capteurs (repository) qui s emploient à analyser les transformations qui ont lieux au niveau de l ETL mais également dans tous les «user exits». Ainsi, à la différence des analyses d impact classiques, il n y a pas de rupture dans la chaîne permettant également un vrai data lineage. Page 4 sur 10

5 Les parsers d ores et déjà mis en œuvre chez des clients sont les suivant : PL/SQL Ce parser va beaucoup plus loin que les tables de métadonnées d Oracle qui permettent uniquement de détecter les dépendances entre packages. Il permet de chaîner les tables sources et cibles qu elles soient temporaires, physiques ou montées en mémoire (pipeline table). Le parser détecte également le SQL dynamique et permet d analyser le code généré en fonction des données d une table de pilotage. A titre d exemple, 100 Mo de lignes de code (plus d un million de lignes) sont analysés, décomposés puis organisés en moins d une minute. En fin de parsing, toutes les transformations sont chaînées entre elles. Cet enchaînement ouvre la voie à des représentations graphiques très conviviales pour naviguer dans l information (data lineage) ou à une analyse tabulaire pour mesurer les impacts. SAP BODI & Business Objects (BO) Le repository de cet ELT et de cet outil de reporting ne gère pas les dépendances vers le SQL natif. A l instar de la plupart des ETL/ELT, BODI rompt sa chaîne d analyse dès lors que le développeur écrit lui-même son propre script. Il en est de même pour Business Objects, l outil de reporting de SAP (Free Hand SQL). Le parsing des flux BODI et du repository de BO sont extrêmement rapide. Par ailleurs, des modules supplémentaires ont été ajoutés dans le parsing de BO pour évaluer les données réellement utilisées par les utilisateurs. D autre part une introspection fine des rapports BO (qu ils aient du free hand SQL ou non)permet de détecter tous les objets du rapport qui ne sont pas utilisés pour ne pas fausser la première analyse. Cela présente un double avantage : 1. La possibilité de nettoyer des rapports complexes, de retrouver rapidement où sont utilisés les objets ou les variables dérivées d un objet dans la structure du rapport. 2. D évaluer très rapidement la pertinence d un objet BO et de son impact dans le système existant. Datastage Aussi bien pour les versions Server que Parallel Extender, ce parser ne s appuie pas sur le repository de datastage mais sur le code dsx généré par le designer. Cela représente l avantage de récupérer les scripts exacts passés par les utilisateurs (user exits) et de détecter les jobs en mode RCP (Runtime Column Propagation). Ce mode permet aux développeurs de factoriser leurs jobs mais génère une rupture dans l analyse d impact. Un autre avantage d intervenir depuis le code DSX (à l instar du code ATL de SAP BODI) est de pouvoir utiliser également la grammaire du parser pour générer automatiquement du code DSX (ou ATL pour BODI). Ainsi, il peut être envisagé de générer automatiquement l ensemble des flux d un Data Warehouse en gérant aussi bien l historisation par SCD (Slowly Changing Dimension) que la création d événements sur une table. Le schéma ci-dessous représente le type de job très élaboré généré pour datastage : Page 5 sur 10

6 Informatica PowerCenter Le parser d Informatica est l un des plus accessibles car «la grammaire» est fournie par un fichier DTD (structure XML) qui permet de retrouver aisément l information clé dans le code. Par ailleurs, Informatica est l un des ETL/ELT les plus ouverts et les plus intuitifs du marché. Il est également possible, à l instar de SAP BODI, de retrouver facilement une partie des métadonnées depuis le repository de PowerCenter. Cependant, cette démarche présente deux inconvénients : Elle ne permet pas de générer du code automatiquement (ce qui ferme la porte au futur module d OPENAUDIT). Elle n est pas complète, elle nécessite de parser dans tous les cas tous les hooks (pushdown SQL, SQL override, etc). Analyser et communiquer Pour les utilisateurs, OpenAudit se matérialise par un portail Web qui offre de nombreux points d accès en fonction du type de population. L objectif de ce portail est de permettre une vue de bout-en-bout de l ensemble de la chaîne de transformation de données. Page 6 sur 10

7 De cette manière, si l utilisateur est plutôt fonctionnel, il partira essentiellement des informations qu il retrouve habituellement dans ses rapports, dans sa couche sémantique (pour Business Objects, Cognos, SAS) pour naviguer ensuite dans les différentes couches des systèmes d informations. A l inverse, les développeurs partent plus facilement des différentes sources opérationnelles pour remonter ensuite vers les données propres aux utilisateurs (datamarts, rapports, cubes, couches sémantiques, etc) pour analyser les différentes transformations, mesurer les impacts et les évolutions pour simplifier, rationaliser et mutualiser les développements existants. Analyser et casser la complexité Que la population soit technique ou fonctionnelle, la complexité apparaît à différents niveaux : Dans les termes techniques et métiers employés : chaque métier possède son propre vocabulaire très pointu qui rend toutes les discutions hermétiques aux néophytes. Ce vocabulaire, qui est aussi souvent utilisé pour justifier une expertise ou creuser volontairement un fossé, est à la base de très nombreux problèmes de communication. C est d autant plus vrai lorsque l interaction entre les services métiers et l IT est très forte. Les systèmes décisionnels illustrent parfaitement cet exemple. Enchevêtrement de technologies (mille-feuille) : il n est pas rare de retrouver dans les processus de transformation ou de stockage de données l emploi d un très grand nombre de technologies qui sont encapsulées entre elles. Par exemple un job ETL qui appelle un batch UNIX qui exécute une macro Teradata qui fait appel à une procédure stockée qui manipule des fichiers pour insérer et mettre à jour des tables. L architecture applicative peut rapidement dégouter les experts les plus motivés. Profusion de données (tables, fichiers, cubes, rapports, etc) : la richesse, l abondance d information est également un risque majeur pour entrer dans un cercle non vertueux : duplication de l information, des règles de gestion, augmentation de la volumétrie, des temps de consultation et de chargement. Ce risque est d autant plus fort lorsque l architecture fonctionnelle est mal définie, i.e. présentation et utilité des différentes couches logique de données. Abondance des règles de gestion, de calculs (transformations de données) : ce point rejoins fortement le précédent. Le manque de visibilité et d information sur l architecture fonctionnelle et la gouvernance globale d un projet peuvent rendre la gestion du système totalement anarchique. Il est essentiel de partager les grandes règles et l utilité des différentes couches logiques et physiques pour éviter la multiplication des règles identiques à des niveaux différents. La mutualisation et la factorisation des règles sont le principal levier de simplification d un système d information. Partager la connaissance pour mieux communiquer Partager la connaissance entre les différents partis permet de réduire les bras de fer entre services et de restaurer un bon niveau de confiance dans les projets. Seulement, la transparence du système ne doit pas se limiter à un instant précis mais elle doit suivre son évolution. C est pour cette raison essentielle qu il est primordial d organiser le portail autour d une vision objective de la réalité, en d autres termes du résultat du parsing des différents moteurs de transformation (ETL, scripts) et des différents fournisseurs d informations (reporting, analyses, etc). Page 7 sur 10

8 Par ailleurs, partager la connaissance s est également partager une gouvernance. La multiplication des acteurs et des intervenants multiplie les risques de dérapage. Sans une vision claire, formalisée et organisée, les nouveaux intervenants ne pourront comprendre la logique du système et retrouver l information essentielle pour continuer à avancer dans le cadre défini. Avec une vision de bout-en-bout du système, les transferts de compétences et de connaissances sont très largement réduis et l interactivité du portail sous forme de zoom pour affiner sa compréhension limite la léthargie des acteurs (qui se retrouve avec de la documentation papier). Enfin, partager la connaissance permet également de cerner les difficultés et donc de communiquer promptement sur les incertitudes rencontrées. La résolution des problèmes passe par les compétences de tous les acteurs. Les réponses d openaudit Pour casser cette complexité et partager la connaissance, openaudit apporte plusieurs solutions : Création d un langage commun : en liant graphiquement les définitions métiers et techniques et en permettant d enrichir les définitions et les commentaires sur des objets, des règles de gestion, des transformations par l ensemble des partis concernés (métiers et techniques), un dictionnaire commun compréhensible de tous se met en place naturellement. Ce langage commun accélère significativement par la suite les cycles de spécification du besoin et les développements. Par ailleurs, la complexité étant alors partagée et simplifiée, les parties de ping-pong entre services sont tout simplement anéanties. Décomposer la complexité : le portail représente graphiquement toutes les transformations ainsi que les données organisées par couches logique et physique réellement en place dans les différents environnements (développement, intégration, production et autres) avec notamment tous les commentaires, définitions écrits par les différents partis. La possibilité d enrichir le portail permet de suivre l évolution d un projet depuis la définition souhaitée d un besoin et la traduction technique engendrée. A l instar des problèmes de communication liés aux différents langages, la perception de la complexité est souvent liée à une incompréhension des mécanismes et processus de transformations ainsi qu au cycle de vie des données (gestion temporelle de l information). Cette appréhension de la complexité se retrouve à tous les niveaux, il suffit de compter le nombre de fois où les termes «usine à gaz», «blackbox» sont employés. La transparence d un système se fait plus rapidement lorsque sa présentation est fluide et cohérente : navigation simple et intuitive entre les différentes couches fonctionnelles, explication de l articulation entre ces différentes couches, cohérence des termes et des concepts. La possibilité de zoomer sur un domaine pour extraire les définitions à la fois métier et technique des transformations permet de décomposer la complexité et de «digérer» des concepts trop lourds. Une vision globale partagée : casser la complexité passe également par la classification des principaux domaines d information. L objectif est d organiser et de gouverner le système autour des transformations et informations existantes. De cette manière, le portail offre une première vision synthétique par couche par exemple (sources opérationnelles, ODS, Data Warehouse, Datamarts, couche sémantiques) ou par grand domaine fonctionnel (marketing, contrôle de gestion, RH ). Il ne reste plus qu à l utilisateur de zoomer pour affiner sa recherche et apprendre, comprendre la logique générale du projet. Le système devient rapidement beaucoup plus intelligible. Des interfaces simples, très rapides et intuitives : construites sur la base de la plateforme d Ellipsys Mosaïc, le portail délivre l information instantanément quel que soit le nombre d utilisateurs. Les interfaces du portail se construisent dynamiquement à partir du Layout Manager. Il s agit d un module qui permet de dessiner au sens propre du terme les interfaces graphiques web pour les différents utilisateurs. Page 8 sur 10

9 L exploration des métadonnées sous forme tabulaire ou de flow charts s appuie également sur le moteur d Ellipsys Mosaïc pour associer automatiquement les axes d analyses entre eux et surtout pour faire apparaître intuitivement les combinaisons d axes inexistantes. Pour illustrer ce dernier concept, il suffit d imaginer le filtre d un utilisateur sur une table d une base de données : il visualise en un seul coup d œil tous les univers BO utilisant cette table (les univers sont alors surlignés) mais également tous ceux qui ne l utilisent pas. Les bénéfices d openaudit Retrouver de l information sur un système en place se réduit généralement à lire des documents Word, Excel et quelques graphiques ou modèles de données. L intervenant aguerri aura la possibilité d effectuer du reverse engineering pour extraire, collecter et synthétiser cette information. Seulement, cette procédure est lourde, onéreuse, et son espérance de vie extrêmement limitée. Par ailleurs, cette information est également confidentielle dans le sens où elle n est pas nécessairement intelligible pour le plus grand nombre. Page 9 sur 10

10 Construire et organiser le projet autour d une analyse factuelle et objective de l existant. C est le pilier d une bonne gouvernance. Les capteurs et les parsers ne se trompent pas, ils restituent une image exacte de ce qui a été mis en place. La vision duale métier/technique de ces faits fait le reste : Validation partagée ; Réactivité accrue aussi bien pour la maintenance (accessible au plus grand nombre) que pour les évolutions ; Des itérations courtes, de plus en plus rapides ; Une solution non intrusive qui permet de redresser une situation en simplifiant / factorisant les bases de données, en mutualisant les transformations, ou mettant en évidences les dérives actuelles. Page 10 sur 10

New Features. Developed by. BPM Conseil - SARL au capital de 70 000 euros - RCS LYON 479 400 129 9, rue Pierre Blanc - 69001 Lyon - France 1/20

New Features. Developed by. BPM Conseil - SARL au capital de 70 000 euros - RCS LYON 479 400 129 9, rue Pierre Blanc - 69001 Lyon - France 1/20 5 New Features Developed by 1/20 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Evolutions des studios de développement et améliorations fonctionnelles... 5 3 Portail Vanilla... 6 3.1 Open Street Maps... 6 3.2 Gestion

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

BUSINESS INTELLIGENCE. Une vision cockpit : utilité et apport pour l'entreprise

BUSINESS INTELLIGENCE. Une vision cockpit : utilité et apport pour l'entreprise BUSINESS INTELLIGENCE Une vision cockpit : utilité et apport pour l'entreprise 1 Présentation PIERRE-YVES BONVIN, SOLVAXIS BERNARD BOIL, RESP. SI, GROUPE OROLUX 2 AGENDA Définitions Positionnement de la

Plus en détail

ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE

ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION offre de nombreux avantages : performances de pointe, productivité et souplesse accrues pour un coût total de

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier?

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? CA ERwin Modeling fournit une vue centralisée des définitions de données clés afin de mieux comprendre

Plus en détail

Catalogue Formation «Vanilla»

Catalogue Formation «Vanilla» Catalogue Formation «Vanilla» Date : octobre 2009 Table des matières Liste des Formations...2 Contenu des formations...3 Vanilla FastTrack...3 Vanilla Architecture...5 Enterprise Services...6 BIPortail...7

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS BUSINESS INTELLIGENCE. Edition 2012

CATALOGUE DE FORMATIONS BUSINESS INTELLIGENCE. Edition 2012 CATALOGUE DE FORMATIONS BUSINESS INTELLIGENCE Edition 2012 AGENDA Qui sommes nous? Présentation de Keyrus Keyrus : Expert en formations BI Nos propositions de formation 3 modes de formations Liste des

Plus en détail

CONNECTEUR QLIKVIEW POUR INFORMATICA POWERCENTER

CONNECTEUR QLIKVIEW POUR INFORMATICA POWERCENTER CONNECTEUR QLIKVIEW POUR INFORMATICA POWERCENTER Tirer pleinement profit de l ETL d Informatica à l aide d une plate-forme de Business Discovery rapide et flexible De plus en plus d entreprises exploitent

Plus en détail

Présentation de l offre produit de Business Objects XI

Présentation de l offre produit de Business Objects XI Conseil National des Assurances Séminaire - Atelier L information au service de tous Le 09 Novembre 2005 Présentation de l offre produit de XI Amar AMROUCHE Consultant Avant Vente aamrouche@aacom-algerie.com

Plus en détail

et les Systèmes Multidimensionnels

et les Systèmes Multidimensionnels Le Data Warehouse et les Systèmes Multidimensionnels 1 1. Définition d un Datawarehouse (DW) Le Datawarehouse est une collection de données orientées sujet, intégrées, non volatiles et historisées, organisées

Plus en détail

Suite Jedox La Business-Driven Intelligence avec Jedox

Suite Jedox La Business-Driven Intelligence avec Jedox Suite La Business-Driven Intelligence avec Une solution intégrée pour la simulation, l analyse et le reporting vous offre la possibilité d analyser vos données et de gérer votre planification selon vos

Plus en détail

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence Gestion de la Performance, Business Intelligence, Big Data Domaine d expertise «Business Intelligence» Un accompagnement adapté à votre métier dans toutes

Plus en détail

Le "tout fichier" Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique

Le tout fichier Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique Introduction à l informatique : Information automatisée Le premier ordinateur Définition disque dure, mémoire, carte mémoire, carte mère etc Architecture d un ordinateur Les constructeurs leader du marché

Plus en détail

Informatique CDC Talend. Dei Lab Sophie Haré Conférence utilisateurs Octobre 2012

Informatique CDC Talend. Dei Lab Sophie Haré Conférence utilisateurs Octobre 2012 Informatique CDC Talend Dei Lab Sophie Haré Conférence utilisateurs Octobre 2012 La Caisse des Dépôts & Informatique CDC Contexte de choix Existant Audit de code Conclusion La Caisse des Dépôts & Informatique

Plus en détail

Méthodologie de conceptualisation BI

Méthodologie de conceptualisation BI Méthodologie de conceptualisation BI Business Intelligence (BI) La Business intelligence est un outil décisionnel incontournable à la gestion stratégique et quotidienne des entités. Il fournit de l information

Plus en détail

Introduction à ORACLE WAREHOUSE BUILDER Cédric du Mouza

Introduction à ORACLE WAREHOUSE BUILDER Cédric du Mouza Introduction à ORACLE WAREHOUSE BUILDER Cédric du Mouza Avant de commencer à travailler avec le produit, il est nécessaire de comprendre, à un haut niveau, les problèmes en réponse desquels l outil a été

Plus en détail

BUSINESS INTELLIGENCE

BUSINESS INTELLIGENCE GUIDE COMPARATIF BUSINESS INTELLIGENCE www.viseo.com Table des matières Business Intelligence :... 2 Contexte et objectifs... 2 Une architecture spécifique... 2 Les outils de Business intelligence... 3

Plus en détail

Urbanisme du Système d Information et EAI

Urbanisme du Système d Information et EAI Urbanisme du Système d Information et EAI 1 Sommaire Les besoins des entreprises Élément de solution : l urbanisme EAI : des outils au service de l urbanisme 2 Les besoins des entreprises 3 Le constat

Plus en détail

Didier MOUNIEN Samantha MOINEAUX

Didier MOUNIEN Samantha MOINEAUX Didier MOUNIEN Samantha MOINEAUX 08/01/2008 1 Généralisation des ERP ERP génère une importante masse de données Comment mesurer l impact réel d une décision? Comment choisir entre plusieurs décisions?

Plus en détail

SQL Server 2014 Implémentation d'une solution de Business Intelligence (Sql Server, Analysis Services, Power BI...)

SQL Server 2014 Implémentation d'une solution de Business Intelligence (Sql Server, Analysis Services, Power BI...) Avant-propos 1. À qui s'adresse ce livre? 15 2. Pré-requis 15 3. Objectifs du livre 16 4. Notations 17 Introduction à la Business Intelligence 1. Du transactionnel au décisionnel 19 2. Business Intelligence

Plus en détail

Programme scientifique Majeure ARCHITECTURE DES SYSTEMES D INFORMATION. Mentions Ingénierie des Systèmes d Information Business Intelligence

Programme scientifique Majeure ARCHITECTURE DES SYSTEMES D INFORMATION. Mentions Ingénierie des Systèmes d Information Business Intelligence É C O L E D I N G É N I E U R D E S T E C H N O L O G I E S D E L I N F O R M A T I O N E T D E L A C O M M U N I C A T I O N Programme scientifique Majeure ARCHITECTURE DES SYSTEMES D INFORMATION Mentions

Plus en détail

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm. WEB15 IBM Software for Business Process Management un offre complète et modulaire Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.com Claude Perrin ECM Client Technical Professional Manager

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS BUSINESS INTELLIGENCE. Edition 2014

CATALOGUE DE FORMATIONS BUSINESS INTELLIGENCE. Edition 2014 CATALOGUE DE FORMATIONS BUSINESS INTELLIGENCE Edition 2014 SOMMAIRE Présentation de Keyrus Les modes de formation Liste des formations, Plan de cours & Pré-requis IBM Cognos QlikView Microsoft Talend Oracle

Plus en détail

Agenda. Le problème -> La réponse : NADAP Les limites. NADAP pour les MOA, les MOE et les bénéficiaires

Agenda. Le problème -> La réponse : NADAP Les limites. NADAP pour les MOA, les MOE et les bénéficiaires Présentation NADAP Nouvelle Approche Dédiée aux Processus MAJ 17/10/2014 Rafael Gutierrez Agenda Le problème -> La réponse : NADAP Les limites NADAP pour les MOA, les MOE et les bénéficiaires Guides et

Plus en détail

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan (Extract du livre blanc) Introduction... 2 Continuité des pratiques

Plus en détail

L Edition Pilotée XL

L Edition Pilotée XL L Edition Pilotée XL Piloter son activité, une nécessité Processus décisionnel: «Exploiter les données de l entreprise dans le but de faciliter la prise de décision» Etre informé en permanence sur l état

Plus en détail

SQL SERVER 2008, BUSINESS INTELLIGENCE

SQL SERVER 2008, BUSINESS INTELLIGENCE SGBD / Aide à la décision SQL SERVER 2008, BUSINESS INTELLIGENCE Réf: QLI Durée : 5 jours (7 heures) OBJECTIFS DE LA FORMATION Cette formation vous apprendra à concevoir et à déployer une solution de Business

Plus en détail

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Sommaire Introduction... 3 Définition... 3 Les domaines d application de l informatique décisionnelle... 4 Architecture d un système décisionnel... 5 L outil Oracle

Plus en détail

REQUEA. v 1.0.0 PD 20 mars 2008. Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit

REQUEA. v 1.0.0 PD 20 mars 2008. Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit v 1.0.0 PD 20 mars 2008 Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit Fonctionnalités L application Gestion des mouvements d arrivée / départ de Requea permet la gestion collaborative

Plus en détail

BizTalk 2006. Business Process Integration

BizTalk 2006. Business Process Integration BizTalk 2006 Business Process Integration Préoccupations Métier vs IT Accroître la Qualité de Service (Faire plus avec Moins) Meilleure Visibilité et Contrôle Sur le Métier Motivé par des enjeux métiers

Plus en détail

Nell Armonia Shuttle Web

Nell Armonia Shuttle Web Nell Armonia Shuttle Web Optimiser la collecte, la mise à jour et la fiabilité de vos indicateurs L'IDEE ET LA GENESE DU PRODUIT LA PROBLEMATIQUE Les entreprises disposent aujourd hui de multiples indicateurs

Plus en détail

BI : GESTION GESTION, PRODUCTION STRATEGIE DE BI. Un livre blanc d Hyperion

BI : GESTION GESTION, PRODUCTION STRATEGIE DE BI. Un livre blanc d Hyperion Un livre blanc d Hyperion LES TROIS PILIERS DE LA REUSSITE D UNE D STRATEGIE DE BI ET DIFFUSION DE L INFORMATIONL BI : GESTION GESTION, PRODUCTION Si votre société est comme la plupart des moyennes et

Plus en détail

Titre : La BI vue par l intégrateur Orange

Titre : La BI vue par l intégrateur Orange Titre : La BI vue par l intégrateur Orange Résumé : L entité Orange IT&L@bs, partenaire privilégié des entreprises et des collectivités dans la conception et l implémentation de SI Décisionnels innovants,

Plus en détail

DataStudio. Solution d intégration des données et de diffusion de l information

DataStudio. Solution d intégration des données et de diffusion de l information DataStudio Solution d intégration des données et de diffusion de l information L ETL, cœur de la performance des entreprises La forte intégration des applications est désormais une condition indispensable

Plus en détail

Optimisez la gestion de l information dans votre entreprise

Optimisez la gestion de l information dans votre entreprise Optimisez la gestion de l information dans votre entreprise THEREFORE you can * * Bien sûr, vous pouvez L accès rapide à la bonne information permet une prise de décision efficace. Or, un employé passe

Plus en détail

Pentaho Business Analytics Intégrer > Explorer > Prévoir

Pentaho Business Analytics Intégrer > Explorer > Prévoir Pentaho Business Analytics Intégrer > Explorer > Prévoir Pentaho lie étroitement intégration de données et analytique. En effet, les services informatiques et les utilisateurs métiers peuvent accéder aux

Plus en détail

Entrepôt de données 1. Introduction

Entrepôt de données 1. Introduction Entrepôt de données 1 (data warehouse) Introduction 1 Présentation Le concept d entrepôt de données a été formalisé pour la première fois en 1990 par Bill Inmon. Il s agissait de constituer une base de

Plus en détail

Technologie data distribution Cas d usage. www.gamma-soft.com

Technologie data distribution Cas d usage. www.gamma-soft.com Technologie data distribution Cas d usage www.gamma-soft.com Applications stratégiques (ETL, EAI, extranet) Il s agit d une entreprise industrielle, leader français dans son domaine. Cette entreprise est

Plus en détail

Architecture des systèmes d information

Architecture des systèmes d information Architecture des systèmes d information Table des matières 1 La décennie 70 1 2 Le modèle relationnel (les années 80) 1 3 Enrichissement du relationnel (les années 80/90) 2 4 Système d informations (les

Plus en détail

SQL Server 2012 Implémentation d'une solution de Business Intelligence (Sql Server, Analysis Services...)

SQL Server 2012 Implémentation d'une solution de Business Intelligence (Sql Server, Analysis Services...) Avant-propos 1. À qui s'adresse ce livre? 15 2. Pré-requis 15 3. Objectifs du livre 16 4. Notations 17 Introduction à la Business Intelligence 1. Du transactionnel au décisionnel 19 2. Business Intelligence

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 8 : ID : Informatique Décisionnelle BI : Business Intelligence Sommaire Introduction...

Plus en détail

W4 - Workflow La base des applications agiles

W4 - Workflow La base des applications agiles W4 - Workflow La base des applications agiles, W4 philippe.betschart@w4global.com Vous avez dit «workflow»? Processus : Enchaînement ordonné de faits ou de phénomènes, répondant à un certain schéma et

Plus en détail

Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008

Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008 Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008 Version 1.0 VALENTIN Pauline 2 Introduction à la B.I. avec SQL Server 2008 Sommaire 1 Présentation de la B.I. et SQL Server 2008... 3 1.1 Présentation rapide

Plus en détail

Cursus Sage ERP X3 Outils & Développement. Le parcours pédagogique Sage ERP X3 Outils et Développement

Cursus Sage ERP X3 Outils & Développement. Le parcours pédagogique Sage ERP X3 Outils et Développement Cursus Outils & Développement Vous êtes Consultant, Chef de Projets, Directeur des Systèmes d Information, Directeur Administratif et Financier, Optez pour les «formations Produits» Nous vous proposons

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) DOD SEICAM RFI Demande d information EVDEC Réf. : RFI_EVDEC- GT5_Outil_reporting_BI_v4.doc Page 1/11 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) OUTIL INTÉGRÉ DE REPORTING ET D ANALYSE DÉCISIONNELLE

Plus en détail

Ici, le titre de la. Tableaux de bords de conférence

Ici, le titre de la. Tableaux de bords de conférence Ici, le titre de la Tableaux de bords de conférence pilotage d entreprise, indicateurs de performance reporting et BI quels outils seront incontournables à l horizon 2010? Les intervenants Editeur/Intégrateur

Plus en détail

BI = Business Intelligence Master Data-Science

BI = Business Intelligence Master Data-Science BI = Business Intelligence Master Data-Science UPMC 25 janvier 2015 Organisation Horaire Cours : Lundi de 13h30 à 15h30 TP : Vendredi de 13h30 à 17h45 Intervenants : Divers industriels (en cours de construction)

Plus en détail

Q.U.I.D QUALITÉ ET URBANISATION DE L'INFORMATION DÉCISIONNELLE. Tom BIZET & Stéphane SITBON 2008

Q.U.I.D QUALITÉ ET URBANISATION DE L'INFORMATION DÉCISIONNELLE. Tom BIZET & Stéphane SITBON 2008 Q.U.I.D QUALITÉ ET URBANISATION DE L'INFORMATION DÉCISIONNELLE Tom BIZET & Stéphane SITBON 2008 SOMMAIRE Contexte de réalisation Open Source Pourquoi Ruby? Normes & Standard Architecture Outil au cœur

Plus en détail

ANTICIPEZ ET PRENEZ LES BONNES DÉCISIONS POUR VOTRE ENTREPRISE

ANTICIPEZ ET PRENEZ LES BONNES DÉCISIONS POUR VOTRE ENTREPRISE ANTICIPEZ ET PRENEZ LES BONNES DÉCISIONS POUR VOTRE ENTREPRISE Editeur - Intégrateur de solutions de gestion Notre stratégie d édition et d intégration : un niveau élevé de Recherche & Développement au

Plus en détail

«Nos valeurs à votre service» Genève. Business Intelligence Data Management Développement Web. Présentation Société

«Nos valeurs à votre service» Genève. Business Intelligence Data Management Développement Web. Présentation Société «Nos valeurs à votre service» Genève Business Intelligence Data Management Développement Web Présentation Société Qui sommes-nous? Notre société Nos activités Notre approche Notre équipe La Business Intelligence

Plus en détail

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant Alain Fernandez Consultant indépendant, il intervient depuis plus de 15 ans auprès des grands comptes et des PME sur la conception des systèmes

Plus en détail

NICOLAS ROUSSALY Consultant senior en Business Intelligence

NICOLAS ROUSSALY Consultant senior en Business Intelligence NICOLAS ROUSSALY Consultant senior en Business Intelligence SOCIETE BIROC La société BIROC propose à ses clients: D'auditer les parties décisionnel/gestion de Flux de données du SI et de proposer des scénarios

Plus en détail

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com Drive your success «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com ATEN, dix avantages au service de votre entreprise Qualité de mise en œuvre

Plus en détail

27 janvier 2011. Issam El Hachimi Ludovic Schmieder

27 janvier 2011. Issam El Hachimi Ludovic Schmieder 27 janvier 2011 Issam El Hachimi Ludovic Schmieder Le Business Intelligence Les ETL PDI Talend Démo : 2 exemples Constat et comparatif Conclusion 2 «Il faut connaitre le client pour connaitre ses besoins»

Plus en détail

MYXTRACTION. 2009 La Business Intelligence en temps réel

MYXTRACTION. 2009 La Business Intelligence en temps réel MYXTRACTION 2009 La Business Intelligence en temps réel Administration Qui sommes nous? Administration et management des profils Connecteurs Base des données Gestion des variables et catégories de variables

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées 1/26 Bases de Données Avancées DataWareHouse Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin,

Plus en détail

IBM Tivoli Monitoring, version 6.1

IBM Tivoli Monitoring, version 6.1 Superviser et administrer à partir d une unique console l ensemble de vos ressources, plates-formes et applications. IBM Tivoli Monitoring, version 6.1 Points forts! Surveillez de façon proactive les éléments

Plus en détail

TP2_1 DE BUSINESS INTELLIGENCE ISIMA ZZ3 F3

TP2_1 DE BUSINESS INTELLIGENCE ISIMA ZZ3 F3 TP2_1 DE BUSINESS INTELLIGENCE ISIMA ZZ3 F3 03/11/2014 Plan du TP 2 Présentation de la suite Microsoft BI Ateliers sur SSIS (2H) Ateliers sur RS (2H) 3 Présentation de la suite Microsoft BI Présentation

Plus en détail

Présentation de la gamme des PGI/ERP modulaires Wavesoft

Présentation de la gamme des PGI/ERP modulaires Wavesoft Solutions ouvertes pour esprits ouverts Présentation de la gamme des PGI/ERP modulaires Wavesoft Sommaire WaveSoft en quelques chiffres Positionnement des Éditions (Gammes) Standard Professionnelle Entreprise

Plus en détail

Reza MADANI Manager et Consultant Indépendant Stratégie, organisation, management et transformation de systèmes d information

Reza MADANI Manager et Consultant Indépendant Stratégie, organisation, management et transformation de systèmes d information Informations personnelles Formation Reza MADANI Manager et Consultant Indépendant Reza Madani Conseil Email : contact@reza-madani.com Site web : www.reza-madani.com Ecole Nationale des Ponts et Chaussées,

Plus en détail

Optimisez la gestion de l information dans votre entreprise

Optimisez la gestion de l information dans votre entreprise Optimisez la gestion de l information dans votre entreprise THEREFORE you can * * Bien sûr, vous pouvez L accès rapide à la bonne information permet Or, un employé passe plus de quatre heures Cela représente

Plus en détail

2 Business Intelligence avec SQL Server 2008

2 Business Intelligence avec SQL Server 2008 Introduction «Voudriez-vous me dire, s il vous plaît, quel chemin je dois prendre pour m en aller d ici? Cela dépend beaucoup de l endroit où tu veux aller, répondit le chat. Peu m importe l endroit...

Plus en détail

La reconquête de vos marges de manœuvre

La reconquête de vos marges de manœuvre La reconquête de vos marges de manœuvre Libérez vos applications critiques Bull ouvre de nouvelles portes à votre patrimoine applicatif. Bull LiberTP fait passer simplement vos applications transactionnelles

Plus en détail

Business Intelligence

Business Intelligence Pour aller plus loin Tous les détails de l offre Microsoft Business Intelligence : www.microsoft.com/france/decisionnel Contact Microsoft France : msfrance@microsoft.com Business Intelligence Votre Infrastructure

Plus en détail

X2BIRT : Mettez de l interactivité dans vos archives

X2BIRT : Mettez de l interactivité dans vos archives Présentation Produit Présentation Produit X2BIRT : Mettez de l interactivité dans vos archives L accès à l information est capital pour les affaires. X2BIRT, la dernière innovation d Actuate, prend le

Plus en détail

Domaines d intervention

Domaines d intervention MANAGEMENT INFORMATIQUE 1 PLACE DE L EGALITE 78280 GUYANCOURT TELEPHONE + 33 1 30 48 54 34 TELECOPIE + 33 1 30 48 54 34 INFOS mailto:contact@managementinformatique.com Société Présentation Société Notre

Plus en détail

Constat ERP 20% ECM 80% ERP (Enterprise Resource Planning) = PGI (Progiciel de Gestion Intégré)

Constat ERP 20% ECM 80% ERP (Enterprise Resource Planning) = PGI (Progiciel de Gestion Intégré) Constat Les études actuelles montrent que la proportion d'informations non structurées représente aujourd'hui plus de 80% des informations qui circulent dans une organisation. Devis, Contrats, Factures,

Plus en détail

MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL

MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL Avec MyReport : De la manipulation en moins. De l analyse en plus! Les données d une entreprise sont un vrai capital. Bien exploitées, elles facilitent les prises de décisions.

Plus en détail

Accélérateur de votre RÉUSSITE

Accélérateur de votre RÉUSSITE Accélérateur de votre RÉUSSITE SAP Business Objects est une suite décisionnelle unifiée et complète qui connecte ses utilisateurs en éliminant les difficultés d accès à l information. Mobile Devices Browsers

Plus en détail

La Geo-Business Intelligence selon GALIGEO avec 26/10/2005 1

La Geo-Business Intelligence selon GALIGEO avec 26/10/2005 1 La Geo-Business Intelligence selon GALIGEO avec ESRI 2005 session «Décisionnel» 26/10/2005 1 La Business Intelligence : Une Définition La Business intelligence permet l utilisation des données opérationnelles

Plus en détail

Panorama des solutions analytiques existantes

Panorama des solutions analytiques existantes Arnaud LAROCHE Julien DAMON Panorama des solutions analytiques existantes SFdS Méthodes et Logiciels - 16 janvier 2014 - Données Massives Ne sont ici considérés que les solutions autour de l environnement

Plus en détail

MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL

MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL MyReport, LE REPORTING SOUS EXCEL De la simplicité d Excel à l autonomie des utilisateurs Avec MyReport : De la manipulation en moins. De l analyse en plus! Tous les services de l entreprise utilisent

Plus en détail

DEMARREZ RAPIDEMENT VOTRE EVALUATION

DEMARREZ RAPIDEMENT VOTRE EVALUATION Pentaho Webinar 30 pour 30 DEMARREZ RAPIDEMENT VOTRE EVALUATION Resources & Conseils Sébastien Cognet Ingénieur avant-vente 1 Vous venez de télécharger une plateforme moderne d intégration et d analyses

Plus en détail

Inscriptions : 0800 901 069 - Renseignements : 33 (0)1 44 45 24 35 - education.france@sap.com

Inscriptions : 0800 901 069 - Renseignements : 33 (0)1 44 45 24 35 - education.france@sap.com FORMATION SAP BUSINESSOBJECTS BUSINESS INTELLIGENCE PLATFORM 4.x Du lundi 3 au vendredi 7 juin 2013 http://www.sap.com/france/services/education/newsevents/index.epx 1 Vous êtes clients SAP BusinessObjects

Plus en détail

Intégration de Données et Systèmes Décisionnels. Au cœur de la performance

Intégration de Données et Systèmes Décisionnels. Au cœur de la performance Intégration de Données et Systèmes Décisionnels Au cœur de la performance Les données, cœur de la performance Réussir un projet d intégration de données, c est d abord l aborder de manière globale et structurée

Plus en détail

Imaginez un Intranet

Imaginez un Intranet Imaginez un Intranet clé en main et économique, adapté à vos besoins! Connectikup : Votre solution intranet/extranet/portail collaboratif Vous avez besoin de partager, organiser, synchroniser et sécuriser

Plus en détail

Cursus Sage ERP X3 Outils & Développement. CURSUS Sage ERP X3 Outils & Développement ADVANCED. Outils avancés. 2 jours X3A-ADM. Développement 1 &2

Cursus Sage ERP X3 Outils & Développement. CURSUS Sage ERP X3 Outils & Développement ADVANCED. Outils avancés. 2 jours X3A-ADM. Développement 1 &2 Cursus Outils & Développement Vous êtes Consultant, Chef de Projets, Directeur des Systèmes d Information, Directeur Administratif et Financier, Optez pour les «formations Produits» Nous vous proposons

Plus en détail

GUIDE COMPARATIF ETL. www.viseo.com

GUIDE COMPARATIF ETL. www.viseo.com GUIDE COMPARATIF ETL www.viseo.com Table des matières Généralités... 2 L enjeu... 2 A qui s adresse ce guide?... 2 Préambule... 2 Les outils d alimentation : «générateur» ou «moteur», 2 concepts... 3 Les

Plus en détail

Business Intelligence avec Excel, Power BI et Office 365

Business Intelligence avec Excel, Power BI et Office 365 Avant-propos A. À qui s adresse ce livre? 9 1. Pourquoi à chaque manager? 9 2. Pourquoi à tout informaticien impliqué dans des projets «BI» 9 B. Obtention des données sources 10 C. Objectif du livre 10

Plus en détail

Wonderware System Platform pour l'industrie

Wonderware System Platform pour l'industrie Wonderware System Platform pour l'industrie SUPERVIsion nouvelle génération Il y a 20 ans Wonderware lançait le premier superviseur industriel fonctionnant sur le système d exploitation Microsoft Windows

Plus en détail

Conseil et Ingénierie des Systèmes d Information d Entreprise

Conseil et Ingénierie des Systèmes d Information d Entreprise Conseil et Ingénierie des Systèmes d Information d Entreprise Le Groupe Khiplus SAS KHIPLUS Management Société holding animatrice du groupe SAS KHIPLUS Advance Conseil et ingénierie de Systèmes d Information

Plus en détail

Les attentes du marché

Les attentes du marché www.pwc.com Les attentes du marché Octobre 2012 L état des lieux à propos des formats de reporting et de l appropriation par le marché du XBRL La taxonomie XBRL pour les reportings Solvabilité 2 a fait

Plus en détail

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense Master Data Management pour les données de référence dans le domaine de la santé Table des matières CAS D ETUDE : COLLABORATION SOCIALE ET ADMINISTRATION

Plus en détail

Business Intelligence, Etat de l art et perspectives. ICAM JP Gouigoux 10/2012

Business Intelligence, Etat de l art et perspectives. ICAM JP Gouigoux 10/2012 Business Intelligence, Etat de l art et perspectives ICAM JP Gouigoux 10/2012 CONTEXTE DE LA BI Un peu d histoire Premières bases de données utilisées comme simple système de persistance du contenu des

Plus en détail

Monétisation des données : comment identifier de nouvelles sources de revenus au sein des Big data?

Monétisation des données : comment identifier de nouvelles sources de revenus au sein des Big data? Monétisation des données : comment identifier de nouvelles sources de revenus au sein des Big data? Dr Wolfgang Martin Analyste et adhérant du Boulder BI Brain Trust Les Big data Démystifier les Big data.

Plus en détail

BI Open Source Octobre 2012. Alioune Dia, Consultant BI alioune.dia@openbridge.fr

BI Open Source Octobre 2012. Alioune Dia, Consultant BI alioune.dia@openbridge.fr BI Open Source Octobre 2012 Alioune Dia, Consultant BI alioune.dia@openbridge.fr 1 Le groupe, en bref 2004 Date de création +7M * Chiffre d affaires 2012 +80 Collaborateurs au 06/2011 35% Croissance chiffre

Plus en détail

Petit Déjeuner Pépinière du Logiciel Libre. 25 juin 2008

Petit Déjeuner Pépinière du Logiciel Libre. 25 juin 2008 Petit Déjeuner Pépinière du Logiciel Libre 25 juin 2008 1 / 37 Agenda Définition & Principes Les différents outils & composants Les Solutions intégrés Open-Source Vos Questions 2 / 37 Agenda Définition

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS BUSINESS INTELLIGENCE Edition 2014

CATALOGUE DE FORMATIONS BUSINESS INTELLIGENCE Edition 2014 CATALOGUE DE FORMATIONS BUSINESS INTELLIGENCE Edition 2014 AGENDA Qui sommes nous? Présentation de Keyrus Keyrus : Expert en formations BI Nos propositions de formation 3 modes de formations Liste des

Plus en détail

Optimisez les coûts de possession de votre information et redonnez de la capacité d investissement au DSI

Optimisez les coûts de possession de votre information et redonnez de la capacité d investissement au DSI CGI Dbox Dites oui à notre solution exclusive de décommissionnement et réduisez les coûts tout en conservant l intégrité de votre patrimoine informationnel Optimisez les coûts de possession de votre information

Plus en détail

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation Base de données S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Notion de bases de données Fondements / Conception Utilisation :

Plus en détail

Jedox rafraîchit les rapports du fabricant de boissons MBG

Jedox rafraîchit les rapports du fabricant de boissons MBG Jedox rafraîchit les rapports du fabricant de boissons MBG «Nous pouvons désormais réaliser plus efficacement notre reporting et la planifi cation de nos ventes grâce à Jedox, et avons même soif de plus

Plus en détail

ANNEXE 2 DESCRIPTION DU CONTENU DE L OFFRE BUSINESS INFORMATION AND ANALYSIS PACKAGE

ANNEXE 2 DESCRIPTION DU CONTENU DE L OFFRE BUSINESS INFORMATION AND ANALYSIS PACKAGE ANNEXE 2 DESCRIPTION DU CONTENU DE L OFFRE BUSINESS INFORMATION AND ANALYSIS PACKAGE (BUSINESS INTELLIGENCE PACKAGE) Ce document propose une présentation générale des fonctions de Business Intelligence

Plus en détail

Fournir un accès rapide à nos données : agréger au préalable nos données permet de faire nos requêtes beaucoup plus rapidement

Fournir un accès rapide à nos données : agréger au préalable nos données permet de faire nos requêtes beaucoup plus rapidement Introduction Phases du projet Les principales phases du projet sont les suivantes : La mise à disposition des sources Des fichiers Excel sont utilisés pour récolter nos informations L extraction des données

Plus en détail

BI Haute performance. Jean-François Vannier Responsable Infrastructures Décisionnelles, Bull

BI Haute performance. Jean-François Vannier Responsable Infrastructures Décisionnelles, Bull BI Haute performance Jean-François Vannier Responsable Infrastructures Décisionnelles, Bull Bull aujourd'hui - La seule expertise 100% européenne des infrastructures et des applications critiques - Une

Plus en détail

Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises

Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises BROCHURE SOLUTION Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises Sur un marché aussi compétitif que celui des Petites et Moyennes Entreprises, le temps et l efficacité sont deux valeurs prioritaires

Plus en détail

Business Intelligence avec SQL Server 2012 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel

Business Intelligence avec SQL Server 2012 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel Avant-propos 1. À qui s'adresse ce livre? 9 2. Les pré-requis 10 3. Les objectifs du livre 10 Introduction 1. Présentation du décisionnel 15 1.1 La notion de décideur 15 1.2 Les facteurs d'amélioration

Plus en détail