NOTE. Compte-rendu de la journée thématique «L accès aux données de la recherche»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE. Compte-rendu de la journée thématique «L accès aux données de la recherche»"

Transcription

1 NOTE Compte-rendu de la journée thématique «L accès aux données de la recherche» Date 21/04/2015 Auteur(s) Florian BOUCHERIE (CPU), Armande COCQUEREZ (CEA), Jean-François HUON (CPU), Catherine IVANOV- TROTIGNON (CNES), Michel LOYER (INRIA), Jean-François MASSET (Ifremer) Référence 2015/6 Panorama de la problématique de l accès ouvert aux données de la recherche et la démarche de la Commission européenne José COTTA, Head of Unit C3 DG Connect José Cotta, chef d unité à la DG CONNECT, s est chargé d introduire les principales problématiques à envisager en matière d accès aux données de la recherche et d open science dans Horizon En introduction, la nouvelle Commission Européenne en place depuis novembre 2014 est présentée comme une «fusée à étages» pour ce qui est du numérique : le 1 er étage étant composé des commissaires Oettinger (numérique) et Moedas (recherche), le 2 e étage du Vice- Président en charge du marché unique du numérique (digital single market) (Andrus Ansip), le 3 e étage du 1er Vice-Président (Frans Timmermans), le 4 e étage étant le président Juncker, relativement attaché au numérique. Un point est fait sur l initiative Digital Single Market (DSM) de la CE. Pour rappel, le DSM vise à créer une zone au sein de laquelle les individus et entreprises peuvent accéder à des données et exercer des activités en ligne de façon sécurisée, quels que soient leurs nationalité ou pays de résidence. Il s agit d une des 10 priorités du président Juncker, dont l une des pièces de base est la science ouverte et via laquelle la façon de faire de la science est en train de changer. La politique de science ouverte a démarré par l Open Access aux publications scientifiques, ainsi que par la mise en place d une initiative pilote sur les données scientifiques. L open science consiste principalement en la transformation, l ouverture et la démocratisation du processus scientifique et de la R&I via les sciences informatiques. Il s agit là d une opportunité de promouvoir une interaction élargie entre la science et la société (exemple de Galaxy Zoo 1 ) et d assurer un impact sociétal pus large. Une consultation intitulée «Science 2.0» a été menée à l été Les résultats de cette consultation (environ 500 réponses) ont été suivis par l organisation de 4 workshops à travers l Europe. José Cotta a ensuite soulevé les principaux challenges de l Open Science : 1 1

2 Besoin d infrastructures numériques ; Accès ouvert aux résultats et processus de recherche : processus de «décollage» des logiciels open source, ce qui ne semble pas être le cas pour la communauté académique ; Politiques fondées sur des «preuves» (evidence-based / systèmes scientifiques globaux: demandent des outils d analyse de données sophistiquées. «les systèmes scientifiques globaux» s entendent au sens géographique, mais également au sens interdisciplinaire du terme ; Participation publique, science pour les citoyens, production participative. Dans ce panorama, plusieurs défis apparaissent : Pas de limitations d accès, objectif d un «European science cloud» Modèles de publications alternatifs / normes des données de recherche, métadonnées ouvertes / open source / test et exploration de données + copyright /protection des données. Lien entre science et société dans les décisions politiques : utilisation des mégadonnées pour faire de la politique. Passage d exemples isolés (type Galaxy zoo) à des méthodes de recherche. Défis transversaux : Système d évaluation alternative de la recherche (la problématique de l open access se croise avec celle des infrastructures) Open peer review Problématique de la science pour l innovation Il s agit là d un changement culturel majeur à la fois pour les chercheurs, les établissements et l industrie. Les décideurs politiques jouent le rôle de catalyseur dans ce processus de changement. Le rôle de la CE apparaît davantage comme celui de capacity builder. Open Access dans H2020 : L open access est rendu obligatoire dans H2020. Un pilote a été lancé via le projet OpenAire2020, la question principale restant la façon de piloter le Gold open access après la fin du projet (problématique de financement). Pilote sur l accès ouvert aux données de la recherche (Open Research Data). Les bénéficiaires du pilote rendront possible l accès, l exploration, l exploitation, la reproduction et la dissémination gratuite des données via le référentiel de données de leur choix. Ils fourniront également des informations au sujet des outils et instruments à leur disposition et nécessaires à la validation des résultats. Sur 3054 propositions H2020 formulées dans le cadre de ce pilote, le taux d opt-out s élève à 24,2% pour les appels des domaines clés (27,2% dans les autres domaines), ce qui semble encourageant. Les principales justifications formulées en cas d opt-out sont les suivantes: Pas de données générées (4%) Protection de la propriété intellectuelle (25%) Confidentialité (7%) Protection de la vie privée (23%) Mise en péril des objectifs principaux (4%) Autres (7%) Conclusions : les principales problématiques à traiter du point de vue de José Cotta sont: 2

3 Questions de la standardisation et de l interopérabilité. Question de l évaluation alternative de la recherche Question des données et de la propriété de ces données (Ex. des données médicales qui n appartiennent pas aux patients). Propriété des données de la recherche Marco GIORELLO, Head of Unit DG Connect La Commission a annoncé une réforme du droit d auteur pour Les questions de droits d auteur et de recherche n ont été rapprochées que récemment. Pourquoi l UE s intéresse-t-elle au copyright? La responsabilité du copyright était, jusque novembre 2014 sous responsabilité de l ancienne DG Marché Intérieur et Services, mais cette compétence appartient désormais à la DG Connect, d où un rapprochement avec la dimension scientifique des données. Les responsabilités de la DG Connect sont : le financement des projets, la politique de l Open access, le Copyright (propriété des publications scientifiques, dissémination ). Les fondamentaux de l encadrement du copyright remontent à loin, et déjà dans un contexte international (Convention de Berne 1886). Actuellement, dix directives européennes traitent d aspects du copyright. Le texte de référence est la Directive 2001/29 sur «l'harmonisation de certains aspects du droit d'auteur et des droits voisins dans la société de l'information». L UE s intéresse à la question dans le contexte du marché unique : pour la circulation des biens, il faut que les supports et contenus soient standardisés. Et puisqu aujourd hui les supports et les contenus sont numériques, et leur circulation dématérialisée plus facile, il faut un règlement européen adapté. Généralement, la règlementation du copyright est une combinaison de droits exclusifs et d exception à ces droits. La recherche est reconnue comme un objet d intérêt commun pour lequel il peut y avoir une exception à l exclusivité. Quand il s agit de droit exclusif, la situation des données de recherche est particulière car l auteur est le chercheur mais, en règle générale, la propriété, donc le copyright, est transféré par contrat à l éditeur (publisher). Ce modèle peut être source de tensions. Actuellement, nous sommes en pleine transition entre ce modèle traditionnel et différents modèles d open access où le scientifique reste propriétaire, paye pour la publication et où les données qu il a produites sont disponibles. Les grandes maisons d édition se dirigent de plus en plus vers les modèles de publication en open access (numérique ou non, suivants plusieurs approches). Quelle interaction entre droit d auteur et recherche dans le cadre juridique européen? Nous sommes dans le domaine des exceptions au copyright pour des raisons d intérêt public, qui s appliquent dans l enseignement (accès aux contenus, par exemple les bibliothèques peuvent donner l accès à des publications dont le contenu est soumis à copyright sans autorisation particulière). Les exceptions sont vagues, larges, et non obligatoires. A-t-on besoin de règles européennes pour l accès des scientifiques aux données? Les Etats membres doivent-ils harmoniser leurs approches? 3

4 Dans la modernisation du cadre légal sur le copyright, attendue pour l automne 2015, la recherche fait l objet d un point spécifique Text and data mining* * text and data mining ou «fouille de textes et extraction de connaissances à partir de données» : ensemble de traitements informatiques consistant à extraire des connaissances à partir de grandes quantités de données, par des méthodes automatiques ou semi-automatiques. Il n y a pas encore de décision précise sur la direction que prendra la nouvelle loi sur ces questions, mais les débats sont en cours depuis 2 ans. Y aura-t-il une règle spécifique (une exception?) pour la recherche? Le problème central est le text and data mining sur les publications de la recherche auxquelles les chercheurs ont déjà accès. Peut-on mettre en place des règles sûres au niveau européen pour assurer aux chercheurs qu une fois qu ils ont accès aux données ils peuvent lancer une procédure de text and data mining sans devoir obtenir d autres autorisations? Le cadre légal actuel aurait pu gérer le text and data mining sans autorisation supplémentaire, sans nécessairement mettre en place une nouvelle règlementation mais il fallait harmoniser les approches entres Etats membres. Des discussions sont également en cours sur les objectifs commerciaux/non commerciaux de la recherche : les exceptions s appliquent aux projets de recherche sans objectif commercial. La Commission réfléchit à la possible mise en place d exceptions pour les projets commerciaux également, car la politique générale de la Commission est de faire en sorte que la science trouve des débouchés commerciaux. A noter qu il n existe pas de définition, au niveau communautaire, des «objectifs commerciaux» ou «non commerciaux», à part une référence dans le considérant 42 de la directive de La définition est ouverte, par exemple à des financements privés ne correspond pas nécessairement une visée commerciale Les projets Openaire et Openaire Plus, Foster Supporting H2020 Open Access policies Eloy RODRIGUEZ, Université de Minho (Portugal), Coordinateur des projets Openaire L Open access n est pas un nouveau concept. En 2008, le pilote sur l Open access aux publications couvrait 20% des domaines de recherche de FP7. Le pilote se fondait sur une simple exhortation aux chercheurs de «faire les meilleurs efforts» en la matière. Aujourd hui, l Open access est encadré par des règles plus strictes. Tous les accords de subvention ont une clause sur l Open access. L accès aux publications est obligatoire pour tous les projets, la période d embargo des publications pouvant aller de 6 à 12 mois. Il existe également un pilote sur l accès ouvert aux données (couvrant sept domaines). Enfin, il est demandé aux Etats membres de développer et d aligner leurs politiques pour l Open access et infrastructures. Nouvelles dispositions sur l open access dans Horizon 2020 : Clause 29.2 du model grant agreement : Open access aux publications scientifiques 4

5 L Open access doit être assuré pour toutes les publications résultant de projets H2020. Le bénéficiaire doit aussi faire de son mieux pour déposer en même temps que la publication les données de recherche nécessaires à la validation des résultats présentés. Il doit aussi renseigner les métadonnées bibliographiques Le dépôt des données se fait dans un répertoire et doit respecter certains critères formels Clause 29.3 : Open access aux données Il y a deux méthodes, non exclusives, d Open access : le «Green» et le «Gold». Green : «self archiving» l article publié est mis en ligne dans un répertoire, l accès est généralement retardé (période d embargo) Gold : «open access publishing» : l article est immédiatement en accès libre, via la maison d édition. Les coûts sont couverts par l auteur/l institution/le bailleur de fonds. Le pilote d Open access aux données de la recherche, concerne sept domaines d Horizon 2020 (les autres domaines peuvent participer sur la base du volontariat): - les FET, - les infrastructures de recherche, - les LEIT - la partie «Smart cities» du défi Energie - le défi «Changement climatique», excepté la partie «matières premières» - le défi «Société inclusives» - la science avec et pour la société. Les projets participant au pilote doivent répondre à plusieurs exigences: - Le projet doit développer un plan de gestion des données (data management plan) - Les données de recherche doivent être déposées dans un répertoire (repository) - L accès et l utilisation des données doit être rendu possible - Il faut fournir les informations sur les outils et instruments permettant de valider ces données. La Commission a lancé des actions pour soutenir l Open access, et plusieurs projets ont été menés dans ce sens : Pasteu4OA (alignement des stratégies politiques) 2 Projet sur l alignement des politiques des Etats membres sur la politique européenne en matière d Open access. Il s agit de développer un réseau de points clés (key nodes). Pour la France il s agit de Couperin, le consortium universitaire de publications numériques 3. Des études de cas sont menées en collaboration avec ces key nodes. Les différentes approches et politiques sont répertoriées et analysées à l échelle mondiale. Le taux de dépôts, dans les faits, est assez bas PASTEU40A a fait quelques recommandations quant aux critères atour desquels les politiques nationales devraient s aligner : le dépôt doit être obligatoire, on ne peut en être dispensé, il pourrait être lié à l évaluation

6 FOSTER (formation et capacity building) 4 Soutien aux stakeholders et plus particulièrement aux jeunes chercheurs pour qu ils appliquent l Open access. Un portail d information été créé, qui recense aussi les évènements de formation, les cours en ligne. Des objectifs de connaissances à maîtriser ont été établis, certains sont communs à tous les acteurs, d autres diffèrent selon les acteurs concernés : chercheurs, bibliothécaires... Evènements à venir en France : juin 2015 (Paris) : «Open access et gestion des données dans Horizon 2020 : intégrer les nouveaux attendus dans vos projets de recherche» octobre 2015 (Montpellier) :»Open access trends and Open data for the Agropolis scientific community» Openaire 2020 (Infrastructure et capacity building) 5 Projet Openaire en 2010, Openaire Plus en Aujourd hui, le projet Openaire 2020 a une vision large: il court sur 42 mois et rassemble 50 partenaires. Sa mission est d utiliser et de réutiliser les données de la recherche, et d établir des infrastructures pour l Open access. En pratique, Openaire vise donc à encourager le dépôt, et à faciliter la recherche dans les répertoires. Openaire deviendra une entité légale en Openaire 2020 travaille avec le réseau des répertoires Open access : il faut que les répertoires soient liés et interopérables. L objectif est aussi de soutenir l Open access dans H2020 (couvrir 100% des publications, intégration du pilote sur les données de la recherche), de mettre en œuvre les subventions post-pilote sur le Gold open access du FP7, de renforcer les collaborations internationales, de tester de nouvelles formes de communication En ce qui concerne le dépôt, Openaire veut encourager les chercheurs à déposer dans leur répertoire institutionnel. Ils sont orientés vers les répertoires pour les publications (opendoar) ou les répertoires pour les données de la recherche (RE3DATA), ou, en dernier recours vers le Zenodo du CERN (sponsorisé par Openaire). Récolte de neuf millions de publications, de 570 fournisseurs de données (répertoires, journaux ). L idée existe de rassembler également les métadonnées ou de les récolter via le data mining pour pouvoir classer les publications (par auteur, par organisme, etc.) pour en faciliter la recherche et l accès. Enfin, Openaire accompagne les chercheurs dans l Open access : des formations sont prévues et plusieurs kits de soutien sont en préparation. Ils devraient être prêts en octobre (politique de l Open access dans H2020) et en novembre (Pilote Open access aux données), mais certains éléments de ces kits sont déjà disponibles dans les FAQs du site Openaire. Q&A Quel est le projet de durabilité du projet? 4 https://www.fosteropenscience.eu/ 5 https://www.openaire.eu/ 6

7 La forme finale est en discussion. Mais dans tous les cas l entité légale doit être mise en place en Et, idéalement, l accès devrait rester gratuit pour les utilisateurs finaux. La question du financement (par les agences de recherche? les maisons d éditions?) est en suspens. Exemple des données satellitaires Vincent TOUMAZOU, Expert National Détaché à la Commission, Unité Copernicus infrastructures, DG GROW Vincent Toumazou, Expert National Détaché à la Commission, a tout d abord présenté le programme Copernicus, anciennement GMES, qui a vu le jour début 2000 et qui est une réponse de l UE à des besoins globaux pour suivre et prendre soin de l environnement. Ce programme est également l essence même de l idée européenne puisqu aucun Etat Membre n aurait pu le développer seul. Ce programme s'appuie sur des données spatiales et in-situ et des techniques de modélisation. Il se décline ainsi en composante spatiale une constellation de six missions dédiées- et six services thématiques. Copernicus est doté d une base légale : le règlement Copernicus adopté en 2014 auquel est adossé un règlement délégué sur l accès aux données. Le budget du programme est de 4,3 milliards d euros dont 3,377 pour le segment spatial. L article 23 fixe les objectifs de Copernicus : - Promouvoir l utilisation et le partage des données - Soutenir le développement des marchés liés à l Observation de la Terre par les acteurs européens - Soutenir l emploi et la croissance - S assurer de la continuité et de la pérennité du programme - Supporter la recherche européenne En ce qui concerne l Acte délégué qui porte sur la politique de données (2013) : L article 2 : définit les plateformes de dissémination de GMES. Les données distribuées y sont libres et gratuites. L article 5 : définit le caractère de l information distribuée en conformité avec la directive pour la dissémination des données L article 6 : concerne la plateforme de dissémination et le rôle de la Commission. La Commission reste le leader sur la gouvernance, l accès aux données, la politique de données et le déploiement de stations de réception des données spatiales en provenance des satellites dédiés. Vincent Toumazou a ensuite listé les différentes missions de la composante spatiale et les services y afférent, dont 3 terrestres et 3 horizontaux. Conclusion : Copernicus est un service public qui donne accès à une information libre et gratuite. Sur demande des utilisateurs la Commission, pour la gestion de crise par exemple, achète des données aux opérateurs. La recherche a accès à une partie de ces données. Les Etats Membres peuvent soutenir le développement des services avals sur leur territoire par le 7

8 déploiement de structures dédiées à l'accès aux données (PEPS pour la France) complétées de services de soutien et d'expertise. Le traitement et la distribution d'un tel volume de données restent un défi. Les accès dédiés le sont en fonction des utilisateurs. Point de vue des industriels Léopold DEMIDDELEER, Président du Conseil de Surveillance McPHY Energy M. Demiddeleer est actuellement Président du Conseil de Surveillance McPHY Energy, après avoir été longtemps Directeur de la R&D au sein du groupe Solvay. Dans son introduction, M. Demiddeleer évoque son expérience de l innovation, et notamment de la protection du savoir-faire (dépôt de brevets) combinée avec la coopération avec des tiers (partage des connaissances et des données). Il peut en dégager une vision dynamique, qui va d une période où une activité industrielle pouvait se déployer à l abri des brevets, vers un nouveau type d activité industrielle où prime la rapidité d adaptation au marché avec des produits innovants conçus en «Open sourcing». La principale raison de cette évolution est que l ensemble des composantes d une innovation ne peut plus être développé en interne, même par de grands groupes industriels, ceux-ci se retrouvent donc confrontés au dilemme du partage de l innovation avec des tiers sans perdre pour eux-mêmes le bénéfice du développement abouti. Beaucoup de grands groupes ont eu pour origine la mise au point d une technologie de rupture, suivi d une longue phase profitable d exploitation protégée par des brevets, où la stratégie d entreprise se résumait à être un acteur dominant du marché : soit une stratégie de joueur d échec. Mais avec le danger d être brutalement remis en question quand une nouvelle innovation de rupture vient à son tour mettre en péril le business établi : c est par exemple l apparition de la photo numérique, rendant périmée en peu d années la pellicule photo et les industriels de ce secteur qui n ont pas su s adapter à temps. Les nouveaux marchés, maintenant dominés par les attentes des consommateurs, sont devenus plus imprévisibles, conduisant les industriels à faire des paris, à miser avec une certaine probabilité d échec, c est-à-dire à adopter une stratégie de joueur de poker. La rapidité d adaptation pour mettre sur le marché le produit attendu prime sur la taille de l entreprise. A cela s ajoute la globalisation d une innovation industrielle dont toutes les composantes sont conçues, mises au point et fabriquées grâce à un réseau mondialisé de sous-traitants. Ces deux facteurs, rapidité et globalisation, ont conduit récemment certains industriels à considérer l ouverture en grand de leurs connaissances et de leurs données comme une nécessité: l exemple récent de Toyota qui vient rendre public 5600 brevets déposés pour les véhicules à piles à combustibles, celui de Tesla sur les voitures électriques, l ouverture par IBM de son système informatique cognitif aux étudiants de 7 Universités. Cette option «open sourcing» de l innovation, c est pour les industriels le pari d aboutir rapidement dans un développement innovant ouvert, d en récupérer quand même le bénéfice grâce à leur savoir-faire d ensemblier comme d en faire bénéficier les consommateurs et la société en général. Les données de la recherche pour les défis sociétaux : «BIG DATA EUROPE : Understanding the requirements of agrifood domain» Effie TSIFLIDOU, Agro-Know/ Data Curation Manager & Phil ARCHER, ERCIM / W3C's European operations 8

9 Big Data Europe (BDE) est une CSA (Coordination and Support Action) sélectionnée dans le cadre d Horizon 2020 qui a démarré en février Le coordinateur de Big Data Europe est Fraunhofer IAIS, le consortium comprend douze partenaires. Les objectifs de BDE sont : - En matière de coordination : fédérer les communautés des acteurs impliqués dans chacun des sept défis sociétaux d Horizon En matière de soutien : définir, développer et évaluer une plateforme ouverte d agrégation des mégadonnées pour les acteurs de ces défis sociétaux. Pour ce faire, BDE va constituer des groupes d intérêt - sur le modèle de ceux du W3C (le World Wide Web consortium) - auxquels participeront les acteurs des différents défis sociétaux et des experts des technologies des mégadonnées. Ces groupes d intérêt analyseront les besoins, propres à chaque communauté, relatifs aux mégadonnées et leur traitement (collecte, modalités de traitement, conservation, publication, visualisation, élaboration de services, ). A partir de l analyse de ces besoins, BDE mettra en place une plateforme, reposant sur des technologies «cloud» et «web». Cette plateforme offrira des solutions ouvertes («Open Source») pour le traitement par lots ou en temps réel des données (comme par exemple Hadoop, Cassandra et Storm) et bénéficiera de l expérience du W3C en matière de définition de standards pour la représentation des données du web. Effie Tsiflidou présente ensuite la démarche adoptée pour comprendre les besoins de la communauté agroalimentaire pour mettre à disposition en accès libre ses résultats de recherche (publications et données) et pour examiner les solutions les plus à même d y parvenir. L objectif n est pas de permettre aux acteurs de se conformer à la politique «Open Access» du seul programme Horizon 2020 mais aussi de se conformer aux recommandations ou politiques en la matière établies par d autres instances. Les travaux entrepris dans le cadre de Big Data Europe pour cette communauté ont notamment pour objectif de renforcer les services offerts par aginfra, le projet visant à connecter les données agricoles via la mise en place d une infrastructure de données ouverte et participative (voir : Dans une première étape, il est prévu de comprendre les difficultés qu ont les participants de certains projets H2020 à satisfaire aux obligations liées à l «Open Access», et de leur fournir des recommandations et un soutien pour s y conformer. Pour plus d information voir le site Table ronde avec l ensemble des intervenants de la journée et Philippe FROISSARD, DG R&I, Chef adjoint de l unité B4 (Infrastructures de recherche) Faut-il avoir une politique européenne plus volontariste par rapport à l Open Science? Comment doit-on faire avancer l Europe face à ces défis? Il ne faut pas trop imposer aux chercheurs, il n est pas possible d aller jusqu à interdire aux chercheurs de publier dans les magazines de recherche. 9

10 L Open Access, déjà initié dans le 7 ème PCRD, est une révolution dans Horizon C est une démarche positive, la gestion des données est maintenant intégrée aux projets ; cela a permis de commencer à changer les mentalités. Il ne faut cependant pas que les décisions soient prises de manière unilatérale et imposée par le sommet. L approche ne doit pas être contraignante, il est important que les chercheurs sur Open Data puissent choisir de souscrire ou non aux phases de tests. Il s agit encore d une phase d apprentissage en ce qui concerne l accès aux données de la recherche, il serait prématuré d imposer une norme pour contraindre les chercheurs à ce sujet. Il faut prendre du temps pour faire évoluer les mentalités. Il existe néanmoins des différences dans l appréciation de l Open Data en fonction des disciplines : certaines sont beaucoup plus faciles à mobiliser que d autres. Il existe aussi des différences en fonction de l âge des chercheurs. Les jeunes chercheurs sont en effet plus fermés à l ouverture des données, y voyant un possible frein à leur carrière. Il pourrait être utile, pour palier ce problème, de mettre en place un système de «récompense académique» à chaque fois que les données d un chercheurs sont citées, pour faire face à un environnement compétitif qui impose de nombreuses difficultés. Il faut apprendre aux chercheurs à ouvrir l accès aux données. Le monde industriel, de par sa dimension internationale, se heurte à plusieurs types d environnements, ce qui induit plusieurs types de risques dans l ouverture des données. Les exemples industriels offrent cependant de bons exemples aux chercheurs académiques. Les données de la recherche publique peuvent également être utiles aux industriels. Il est en revanche parfois difficile pour eux d exploiter des données dont ils ne sont pas les auteurs. Il est également primordial de s assurer de la qualité des données mises à disposition. Un système de «peer review» permettrait leur évaluation, et ainsi s assurer de leur qualité. Cela permettrait également de limiter les cas de fraudes dans la recherche. Le coût de l ouverture des données reste toutefois problématique. Bien que le «gold open access» ait l avantage d inclure la publication dans le budget de recherche, les inégalités de coûts en fonction des publications restent totalement floues. Le «gold» répare aussi une inégalité et en crée une autre : il fait peser le coût de la publication sur l auteur plutôt que sur le lecteur. 10

Feuille de Route pour la Conservation du Patrimoine Culturel Numérique

Feuille de Route pour la Conservation du Patrimoine Culturel Numérique Feuille de Route pour la Conservation du Patrimoine Culturel Numérique Contexte Le projet DCH-RP - Feuille de route pour la conservation du patrimoine culturel numérique est une action de coordination

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Open DATA : Comment on y va? UPMC, journée des DU 3 juin 2015

Open DATA : Comment on y va? UPMC, journée des DU 3 juin 2015 Open DATA : Comment on y va? UPMC, journée des DU 3 juin 2015 Ce n est qu un début Science au 21 ème siècle : plus «Numérique» «Collaborative» «Interdisciplinaire» «Réactive» «Citoyenne» «Partagée Vers:

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD?

Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD? Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD? Novembre / Décembre 2008 Par Caroline Gérard Chaque sujet de recherche inscrit dans un appel

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS

CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS PLAINE COMMUNE LE PLIE Service bénéficiaire : le PLIE, représenté par son directeur. 87, Avenue Aristide

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

VOYAGES, ÉCHANGES, STAGES ORIENTATIONS ET DIRECTIVES DE L ÉCOLE POLYVALENTE JONQUIÈRE DOCUMENT OFFICIEL. Septembre 2012

VOYAGES, ÉCHANGES, STAGES ORIENTATIONS ET DIRECTIVES DE L ÉCOLE POLYVALENTE JONQUIÈRE DOCUMENT OFFICIEL. Septembre 2012 VOYAGES, ÉCHANGES, STAGES ORIENTATIONS ET DIRECTIVES DE L ÉCOLE POLYVALENTE JONQUIÈRE DOCUMENT OFFICIEL Septembre 2012 Basé sur le modèle de l École secondaire Kénogami et de l École Polyvalente Arvida

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise?

Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise? 1 Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise? Réfaat Chaabouni Salon de la création d entreprises Tunis 17-18 Octobre 2008 2 L innovation est synonyme de changement C est au sens large du

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

Position du CFHE et du FEPH sur la proposition de directive relative à l accessibilité des sites web d organismes du secteur public

Position du CFHE et du FEPH sur la proposition de directive relative à l accessibilité des sites web d organismes du secteur public Position du CFHE et du FEPH sur la proposition de directive relative à l accessibilité des sites web d organismes du secteur public Mars 2013 «Dans l élaboration et la mise en œuvre des lois et des politiques

Plus en détail

Un service public de la donnée? Enjeux et perspectives juridiques et économiques

Un service public de la donnée? Enjeux et perspectives juridiques et économiques Un service public de la donnée? Enjeux et perspectives juridiques et économiques Christophe Krolik, Professeur de droit, Titulaire de la Chaire de recherche et d innovation Goldcorp en droit des ressources

Plus en détail

Securex : L humain avant tout

Securex : L humain avant tout Securex : L humain avant tout Qui sommes-nous? Spécialistes des ressources humaines, nous sommes à vos côtés pour vous conseiller et ce, quelles que soient les questions que vous vous posez en la matière.

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport 1 Juin 2012 Position adoptée à l issue des échanges et travaux du réseau européen «Sport et Santé», créé et animé par Sport et

Plus en détail

L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin.

L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. Sommaire 1. POURQUOI? La transformation digitale des entreprises et des administrations est devenue une nécessité que nul ne peut

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

REGLES REGISSANT LA DISTRIBUTION DE DONNEES ARCHIVEES ET DE PRODUITS ET DE LOGICIELS DU CEPMMT

REGLES REGISSANT LA DISTRIBUTION DE DONNEES ARCHIVEES ET DE PRODUITS ET DE LOGICIELS DU CEPMMT REGLES REGISSANT LA DISTRIBUTION DE DONNEES ARCHIVEES ET DE PRODUITS ET DE LOGICIELS DU CEPMMT Adoptées par le Conseil du CEPMMT lors de sa 51 e session en décembre 1995 (ECMWF/C/51/M(01)1 paragraphe 124

Plus en détail

Appel à projets 2013

Appel à projets 2013 IdEx Bordeaux Université de Bordeaux Campus d excellence Appel à projets 2013 Axe 2. Innover en matière de formation Objectif 2.1 Développer et promouvoir, sur la base de l excellence de la recherche scientifique

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM

Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM IZZILI édite et implémente une suite applicative Cloud IZZILI Business Place Manager dédiée aux managers et à leurs équipes pour le management

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Le nouveau programme 2014-2020. Investir dans l éducation, la formation et la jeunesse en Europe. www.erasmusplus.fr

Le nouveau programme 2014-2020. Investir dans l éducation, la formation et la jeunesse en Europe. www.erasmusplus.fr Le nouveau programme 2014-2020 Investir dans l éducation, la formation et la jeunesse en Europe www.erasmusplus.fr 2014-2020 Un programme plus efficace pour l emploi des jeunes Un programme plus simple

Plus en détail

La Publication Scientifique aujourd hui en SHS : Modalités éditoriales et juridiques, évolutions et enjeux actuels

La Publication Scientifique aujourd hui en SHS : Modalités éditoriales et juridiques, évolutions et enjeux actuels Formation des La Publication Scientifique aujourd hui en SHS : Modalités éditoriales et juridiques, évolutions et enjeux actuels Formation n 01 Disciplines concernées Nbr de participants : 16 Annaïg MAHÉ

Plus en détail

«Innovation Intelligence» La valorisation des données massives au service des partenariats R&D. Expernova Université d été GFII 11-09-2014

«Innovation Intelligence» La valorisation des données massives au service des partenariats R&D. Expernova Université d été GFII 11-09-2014 «Innovation Intelligence» La valorisation des données massives au service des partenariats R&D Expernova Université d été GFII 11-09-2014 [Une tendance forte à l Open Innovation ] «Le monde est devenu

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI)

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) 1) Contexte général La phase I du projet Risques Naturels (RN-COI) a été financée par l

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous?

Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous? Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous? Philippe Bourke, Directeur général du RNCREQ Antoine Verville, Directeur général adjoint du ROBVQ 3e Forum national sur les lacs Mont-Tremblant,

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Programme-cadre européen pour la recherche et l innovation. Horizon 2020. Lignes directrices pour la gestion des données dans Horizon 2020

Programme-cadre européen pour la recherche et l innovation. Horizon 2020. Lignes directrices pour la gestion des données dans Horizon 2020 Programme-cadre européen pour la recherche et l innovation Horizon 2020 Lignes directrices pour la gestion des données dans Horizon 2020 Version 1.0 11 décembre 2013 Titre original : Guidelines on Data

Plus en détail

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia L Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique ODESIA 1155 University suite 800 Montreal, Qc, Canada H3B 3A7 Phone: (514) 876-1155 Fax: (514) 876-1153 www.odesia.com Guillaume Bédard,

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

L initiative PME à l Agence spatiale européenne

L initiative PME à l Agence spatiale européenne l iniative pme L initiative PME à l Agence spatiale européenne F. Doblas & N. Bougharouat Bureau de la Politique industrielle, Section des Relations industrielles, ESA, Paris L initiative PME de l ESA

Plus en détail

L application des connaissances aux IRSC. Avril 2009

L application des connaissances aux IRSC. Avril 2009 L application des connaissances aux IRSC Avril 2009 L application des connaissances (AC) fait partie de notre mandat MISSION 4. IRSC a pour mission d exceller, selon les normes internationales reconnues

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

De la captation de données à la Datavisualisation

De la captation de données à la Datavisualisation De la captation de données à la Datavisualisation [Synopsis de l événement] Objets connectés : générateurs de données à visualiser! «En fait de calculs et de proportion, le plus sûr moyen de frapper l

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre

Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre 1 INTECH, GRENOBLE, 12/01/2010 Patrick MOREAU patrick.moreau@inria.fr Direction du Transfert et de l Innovation

Plus en détail

Gestion de projet. WEKA Business Dossier. Planifier, réaliser et clôturer un projet avec succès. Avantages immédiats. Thèmes du dossier.

Gestion de projet. WEKA Business Dossier. Planifier, réaliser et clôturer un projet avec succès. Avantages immédiats. Thèmes du dossier. Planifier, réaliser et clôturer un projet avec succès Thèmes du dossier Gestion Personnel Direction Succès & carrière Communication Marketing & Vente Finances IT & Office Avantages immédiats Vous savez:

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 Plan de l'exposé 1. La question de l économie verte ne peut être traitée indépendamment des relations Nord/Sud,

Plus en détail

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE TABLE DES MATIERES TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES... 3 Article 1 : Création... 3 Article 2 : Missions...

Plus en détail

Point d actualité numérique des bibliothèques de l Enseignement supérieur et de la Recherche

Point d actualité numérique des bibliothèques de l Enseignement supérieur et de la Recherche 14 e Journées des pôles associés et de la coopération Point d actualité numérique des bibliothèques de l Enseignement supérieur et de la Recherche MESR - Mission de l'information scientifique et technique

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

Constituer des profils d'experts scientifiques, de centres de recherche et d entreprises innovantes

Constituer des profils d'experts scientifiques, de centres de recherche et d entreprises innovantes Constituer des profils d'experts scientifiques, de centres de recherche et d entreprises innovantes Conférence GFII 12 Février 2014 www.expernova.com [ Le contexte ] Stratégie R&D Projets collaboratifs

Plus en détail

La simplicité. d un service universel. CDC confiance électronique européenne

La simplicité. d un service universel. CDC confiance électronique européenne La simplicité d un service universel CDC confiance électronique européenne FAST, une solution conçue pour vous FAST a été développée en étroite collaboration avec les collectivités et les administrations

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Règlement Horizon 2020

Règlement Horizon 2020 Règlement Horizon 2020 Règlement pour l attribution d un subside pour le montage de projets européens dans le cadre du programme européen de recherche et innovation Horizon 2020 (2014-2020) Objectifs du

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

Programme européen ERASMUS+ (2014 2020)

Programme européen ERASMUS+ (2014 2020) Programme européen ERASMUS+ (2014 2020) Erasmus+ Jeunesse & / Information / Communication Diffusion & exploitation des résultats (valorisation) Outils Web et Réseaux sociaux : une priorité Formations,

Plus en détail

ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40

ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40 DOSSIER DE PRESSE Le Service Formation Continue de l Université de Strasbourg, ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40 LE

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Journée contributive n 1 : Croissance, innovation, disruption Junior ESSEC 28/11/2014

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Journée contributive n 1 : Croissance, innovation, disruption Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Compte-rendu de l atelier 6 : Nouveaux clusters numériques Journée contributive n 1 : Croissance, innovation,

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

La Gestion de projet. Pour aller plus loin, la Gestion des Risques. Système de Pilotage Programme d Urgence

La Gestion de projet. Pour aller plus loin, la Gestion des Risques. Système de Pilotage Programme d Urgence Système de Pilotage Programme d Urgence Actualités Rôle du PMO Gestion de projet Prince2 Gestion Risques La suite Actualités Le rôle du PMO Dans le cadre du plan d actions défini lors de la présentation

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

Formation : «Mettre en place sa plateforme de communication et de collaboration en ligne».

Formation : «Mettre en place sa plateforme de communication et de collaboration en ligne». Formation : «Mettre en place sa plateforme de communication et de collaboration en». 1 Contexte Dans tous les secteurs professionnels, la quantité d informations à traiter et la complexité des travaux

Plus en détail

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD 2 I Charte du livre EIBF La fédération européenne et internationale des libraires représente

Plus en détail

Produire un Data Management Plan

Produire un Data Management Plan Construire des outils de gestion des données de la recherche dans une communauté d universités Produire un Data Management Plan 1 Circonstances et opportunités 2 L Open Access dans Horizon 2020 3 Service

Plus en détail

Les appels à projets Horizon 2020 «Smart Cities & Communities» (Villes et Communautés intelligentes)

Les appels à projets Horizon 2020 «Smart Cities & Communities» (Villes et Communautés intelligentes) Les appels à projets Horizon 2020 «Smart Cities & Communities» (Villes et Communautés intelligentes) Brussels Smart Cities - 04/12/2014 Camille Le Borgne, NCP Brussels Energie et environnement Supported

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

ExEcutivE certificate Cloud ComPutInG

ExEcutivE certificate Cloud ComPutInG Executive Certificate Cloud Le premier cursus certifiant Cloud : Architecture et Gouvernance L apport incontestable de l association d une grande école d ingénieurs avec un expert international de la formation

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Master Métier du livre jeunesse

Master Métier du livre jeunesse Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Métier du livre jeunesse Institut catholique de Toulouse Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin

Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin Ministère des Finances Le 2 novembre 2015 Le 23 avril 2015, le gouvernement a annoncé des changements proposés

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Réunion correspondants Europe 26 juin 2012

Réunion correspondants Europe 26 juin 2012 Réunion correspondants Europe 26 juin 2012 1 Groupe de travail fonds structurels 2 Les fonds structurels Les ressources humaines financées par les fonds structurels : une contribution au développement

Plus en détail

EXECUTIVE CERTIFICATE CLOUD COMPUTING

EXECUTIVE CERTIFICATE CLOUD COMPUTING EXECUTIVE CERTIFICATE CLOUD COMPUTING EN PARTENARIAT AVEC LE PREMIER CURSUS CERTIFIANT CLOUD COMPUTING : ARCHITECTURE ET GOUVERNANCE L apport incontestable de l association d une grande école d ingénieurs

Plus en détail

La GPEC : Une opportunité en temps de crise

La GPEC : Une opportunité en temps de crise La GPEC : Une opportunité en temps de crise Présentation issue de l atelier Campus merlane du 28/03/2013 Petit historique Un effet de mode Une connotation PSE Une volonté d exhaustivité des outils Un exercice

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE

RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE Par Jocelyn Rakotoarisoa Etudiant en Economie, Université d Antananarivo, Madagascar Membre du Conseil Régional

Plus en détail

L e-procurement, vision d une entreprise cliente. Operations Support (nils.panchaud@epfl.ch) Le conférencier. EPFL en bref

L e-procurement, vision d une entreprise cliente. Operations Support (nils.panchaud@epfl.ch) Le conférencier. EPFL en bref L e-procurement, vision d une entreprise cliente Nils Panchaud, Chef de service, EPFL Lausanne Le conférencier Nils Panchaud, Chef de service Operations Support (nils.panchaud@epfl.ch) Recherche de solutions

Plus en détail

Publier en Open Access : quelles stratégies mettre en oeuvre?

Publier en Open Access : quelles stratégies mettre en oeuvre? Publier en Open Access : quelles stratégies mettre en oeuvre? Natacha Leclercq SCD Université Paris Diderot Juin 2015 Pourquoi publier en Open Access? Rappel des principaux généraux de l Open Access :

Plus en détail

Présentation du programme Open Law Europa

Présentation du programme Open Law Europa Présentation du programme Open Law Europa 1. PROGRAMME 1.1 Définition : La Direction de l Information Légale et Administrative (DILA), l association Open Law, le Droit Ouvert et le Groupement Français

Plus en détail