Chapitre 2 : Le revenu national

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 2 : Le revenu national"

Transcription

1 Chapitre 2 : Le revenu national Principes de la macroéconomie - Pascal Belan L1 DU ECE - Année

2 Introduction Les déterminants de la production Les facteurs de production La fonction de production L offre de B&S La répartition du revenu national entre facteurs de production Les prix des facteurs Les demandes de facteurs de l entreprise Le facteur travail Le facteur capital La répartition du revenu national

3 Les déterminants de la demande de biens et services La consommation L investissement Les dépenses publiques L équilibre macroéconomique L équilibre sur le marché des B&S L équilibre sur le marché des fonds prêtables Elements de statique comparative Effets d un choc sur les dépenses publiques Effet d un choc fiscal Effet d un choc sur la fonction d investissement Effet d un choc sur la courbe d investissement lorsque l offre de fonds prêtables dépend du taux d intérêt Conclusion

4 Introduction Le PIB mesure à la fois : La production de B&S d un pays. Le revenu que la production engendre. Dans ce chapitre, nous aborderons une série de questions relatives aux sources et affectations du PIB : Comment se détermine l offre de biens et services? Quels éléments déterminent le revenu total d un pays? Où vont les revenus de la production et quelle en est la répartition entre travailleurs et propriétaires du capital? Comment se détermine la demande de biens et services (consommation, investissement, dépenses du gouvernement)? Comment l offre et la demande de B&S s équilibrent-elles?

5 Introduction Pour tenter de répondre à ces questions, il faut comprendre les interactions entre les différents acteurs/secteurs de l économie. Ces interactions sont résumées (de façon synthétique) par la représentation d un circuit économique qui montre les liaisons entre les acteurs, i.e : ménages, entreprises, gouvernements/pouvoirs publics. Il retrace les flux monétaires (euros/dollars/...) entre ces acteurs sur les différents marchés qui constituent l économie. 5 L objet de ce chapitre est ainsi de construire un modèle classique de base pour illustrer les interactions présentes dans le circuit économique.

6 6 Chapitre 2 - Macroéconomie Introduction

7 Les déterminants de la production Les facteurs de production La production de B&S de l économie est fonction de : 1. la quantité de facteurs de production dont elle dispose ; 2. la transformation de ces facteurs grâce à une technologie de production. Définition : Les facteurs de production sont les éléments utilisés pour produire les B&S. On parle aussi d intrants ou d inputs. Les principaux facteurs sont : la terre (dont on ne tiendra pas compte ici), le travail, en quantité L, le capital, en quantité K.

8 8 Chapitre 2 - Macroéconomie Les déterminants de la production Les facteurs de production Hypothèse 1 : Nous supposons que les quantités de facteurs disponibles dans l économie sont données et constantes : K = K L = L Hypothèse 2 : Nous supposons que les facteurs de production sont totalement utilisés, i.e. aucune ressource n est gaspillée.

9 Les déterminants de la production La fonction de production La technologie de production décrit comment on peut combiner au mieux les facteurs de production afin de produire les B&S (i.e. étant données les contraintes technologiques qui prévalent dans l économie considérée). La technologie est représentée par la fonction de production F qui donne le niveau de production Y atteignable pour chaque combinaison de facteur capital et travail (K et L) : Y = F (K, L)

10 Les déterminants de la production La fonction de production Exemple usuel : fonction de production Cobb-Douglas F (K, L) = AK α L β Interprétation des paramètres α représente la sensibilité de la production au capital. β représente la sensibilité de la production au travail. A est un paramètre d échelle de la production ; son évolution au cours du temps peut s interpréter comme résultant du progrès technique (infrastructures développées, capital humain,...).

11 Les déterminants de la production La fonction de production Rendements d échelle Le plus souvent, on supposera en macroéconomie que la fonction de production est à rendements d échelle constants, i.e. une hausse proportionnelle de tous les inputs implique une hausse proportionnelle de la production. Traduction mathématique : la fonction F est homogène de degré 1, i.e. pour tout nombre réel positif λ > 0 : Y = F (K, L) λy = F (λk, λl). Si nous multiplions le capital et le travail par le nombre réel λ, alors la production est également multipliée par λ. Dans le cas d une fonction Cobb-Douglas : les rendements d échelle sont constants si et seulement si α + β = 1

12 12 Chapitre 2 - Macroéconomie Les déterminants de la production L offre de B&S L offre de B&S de l économie est déterminée conjointement par les facteurs de production et la technologie de production. Y = F (K, L) = F (K, L) = Y Comme les quantités de facteurs sont constantes, la production est, elle aussi, constante.

13 La répartition du revenu national entre facteurs de production Les prix des facteurs Comment la théorie néoclassique de la répartition détermine-t-elle le prix des facteurs? La répartition du revenu national est déterminée par les prix des facteurs (travail, capital). Les prix des facteurs sont les montants payés aux facteurs de production : les salaires (rémunération du facteur travail) ; les dividendes et intérêts (rémunération du facteur capital).

14 4 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les prix des facteurs Le prix d un facteur est déterminé par l offre et la demande pour ce facteur. Graphiquement... Remarques : L intersection de la courbe d offre et de la courbe de demande détermine le prix d équilibre pour le facteur. Comme par hypothèse, les quantités de facteurs sont constantes, la courbe d offre est verticale.

15 15 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les prix des facteurs Comment est déterminée la demande d un facteur de production? Pour répondre, étudions le comportement d une entreprise représentative. Hypothèse 3 : l entreprise représentative est en situation de concurrence parfaite. 1. Atomicité, i.e. sur le marché considéré, les firmes n ont pas de pouvoir de marché. Les firmes n influencent pas le prix. Elles sont preneuses de prix (price taker). 2. Homogénéité, i.e. sur le marché considéré, les biens sont rigoureusement identiques. L identité du vendeur ou de l acheteur est sans objet.

16 La répartition du revenu national entre facteurs de production Les prix des facteurs Conséquences En situation de concurrence parfaite, les prix de marché s imposent à l entreprise : le prix de vente de l entreprise est le prix pratiqué sur le marché des B&S, le prix du travail est le salaire pratiqué sur le marché du travail. le prix du capital est celui pratiqué sur le marché du capital. Notons : P, le prix des biens ; W, la rémunération du facteur travail ; R, la rémunération du facteur capital.

17 La répartition du revenu national entre facteurs de production Les prix des facteurs Pour produire, l entreprise choisit une combinaison : de quantité de travail, L ; et de quantité de capital, K. qui lui permettra d atteindre un niveau de production Y = F (K, L) L entreprise choisit la combinaison qui maximise son profit.

18 8 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les prix des facteurs Le profit est la différence entre les gains et les coûts. Gains de la firme : Coûts de la firme : P Y : recette W L : R K : coût total du travail coût total du capital Profit de la firme : Π = PY WL RK

19 19 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise Le facteur travail Hypothèse 4 : plus l entreprise utilise de travail plus la production est importante. Cela signifie que la dérivée partielle de la fonction de production par rapport à L est positive : F (K, L) > 0 L Productivité marginale du travail (PmL). Définition : La PmL est le taux d accroissement de la production pour une augmentation infinitésimale (= très petite) de la quantité de travail utilisée.

20 20 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise Rappel mathématique : Par définition, la dérivée d une fonction, f en un point x 0 est la limite du taux d accroissement de f pour une variation de x infinitésimale (= très petite) : f (x 0 ) = lim h 0 f (x 0 + h) f (x 0 ) h où h est l accroissement de x. Ainsi lorsque l augmentation du facteur travail est infinitésimale (i.e. L = h 0), la productivité marginale est égale à la dérivée de la fonction de production par rapport à L : PmL(K, L) = F (K, L) L

21 21 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise Approximation fréquente : PmL F (K, L + 1) F (K, L) 1 = F (K, L + 1) F (K, L) F (K, L + 1) mesure la production réalisée avec K unités de capital et L + 1 unités de travail. F (K, L) mesure la production réalisée avec K unités de capital et L unités de travail. La PmL est approximativement égale à la hausse (baisse) de la production suite à une hausse (resp. baisse) de la quantité de travail utilisée de une unité. Remarque : ce n est plus une approximation si la fonction de production est linéaire par rapport au travail.

22 22 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise Hypothèse 5 : les fonctions de production sont caractérisées par une productivité marginale décroissante. Qu est ce que cela signifie? A mesure que l on augmente le facteur travail, la production s accroît mais de moins en moins rapidement. Autrement dit chaque unité supplémentaire de travail accroît la production mais dans une proportion moindre. Formellement : PmL (K, L) < 0 L

23 3 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise En remplaçant PmL par son expression, il vient : ( ) F L < 0 L Cette expression n est autre que la dérivée seconde de la fonction de production par rapport à L. Ainsi, la décroissance de la productivité marginale du travail implique : 2 F (K, L) < 0 L2 La fonction de production est donc croissante et strictement concave avec le facteur L. Graphiquement...

24 La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise La demande de facteur travail L entreprise pour maximiser son profit calcule l effet de h unités supplémentaires de travail sur son profit. On suppose h infinitésimal. L entreprise compare... la recette supplémentaire... et le coût supplémentaire... engendrés par les unités supplémentaires de travail. Les h unités supplémentaires de travail induisent PmL h unités supplémentaires de production......et donc un supplément de recette égal à P PmL h.

25 25 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise Par ailleurs, les h unités supplémentaires de travail impliquent un coût additionnel W h. La variation du profit est donc égale : au supplément de recette......moins le coût additionnel. Formellement, nous avons : }{{} Π = Var. profit P PmL } {{ } Var. Recette }{{} W h Var. Coûts

26 La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise Quelle est la demande de travail? L entreprise embauche tant que le supplément de recette est supérieur au coût additionnel, i.e. tant que : P PmL > W Π > 0 Comme la PmL est décroissante et le coût additionnel W constant, la variation du profit Π devient de plus en plus faible. Ainsi, l entreprise continue d embaucher jusqu à ce que : ou encore P PmL = W Π = 0 PmL = W P L entreprise embauche jusqu à ce que la productivité marginale du travail soit égale au salaire réel, W /P w.

27 27 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise L équation PmL = W P l entreprise. définit la demande de travail de Graphiquement... Remarques : (i) W /P, indique le salaire réel, i.e. la rémunération d un travailleur exprimée en unités de bien produit. (ii) Le salaire réel mesure le pouvoir d achat, i.e. la quantité de B&S que le salaire nominal, W, permet d acquérir.

28 La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise Méthode plus directe : le programme de la firme vérifie : { max Π = PY WL RK K,L s.c Y = F (K, L) ou encore en remplaçant Y par son expression : { max Π = PF (K, L) WL RK K,L En dérivant le profit Π par rapport à L, la condition du premier 8 ordre vérifie : P F (K, L) W = 0 L ou encore : F (K, L) = w } L {{ } PmL La productivité marginale du travail est égale au salaire réel.

29 9 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise Le facteur capital Hypothèse 6 : plus l entreprise utilise de capital plus la production est importante. La dérivée partielle de la fonction de production par rapport à K est donc positive : F (K, L) > 0 K

30 30 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise La productivité marginale du capital (PmK) Définition : La PmK est le taux d accroissement de la production pour une augmentation infinitésimale (= très petite) de la quantité de capital utilisée. Comme pour le travail, la productivité marginale est égale à la dérivée de la fonction de production par rapport à K : PmK = F K

31 1 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise Approximation : PmK F (K + 1, L) F (K, L) F (K + 1, L) mesure la production réalisée avec K + 1 unités de capital et L unités de travail. F (K, L) mesure la production réalisée avec K unités de capital et L unités de travail. La PmK est approximativement égale à la hausse (baisse) de la production suite à une hausse (resp. baisse) de la quantité de capital utilisée de une unité.

32 La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise Hypothèse 7 : la productivité marginale du capital est décroissante, i.e. PmK (K, L) < 0 K En remplaçant PmK par son expression, il vient : 2 F (K, L) < 0 K 2 Cette expression n est autre que la dérivée seconde de la fonction de production par rapport à K. La fonction de production est donc croissante et strictement concave avec le facteur K. Graphiquement...

33 33 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise La demande du facteur capital L entreprise pour maximiser son profit calcule l effet de h unités supplémentaires de capital sur son profit. On suppose h infinitésimal. Ces h unités supplémentaires de capital K permettent la production de PmK h unités supplémentaires de bien......et donc un supplément de recette égal à P PmK h. Par ailleurs les h unités supplémentaires de capital impliquent un coût additionnel R h. La variation du profit vérifie donc : }{{} Π = Var. profit P PmK } {{ } Var. Recette }{{} R h Var. Coûts

34 La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise Quelle est la demande de capital? Comme dans le cas précédent, l entreprise continue de louer du capital tant que : P PmK > R Π > 0 Comme la PmK est décroissante et le coût R constant, la variation du profit Π devient de plus en plus faible, et ou encore Π = 0 P PmK = R PmK = R P L entreprise loue du capital jusqu à ce que la productivité marginale du capital soit égale au prix réel de ce facteur, R/P ρ.

35 5 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production Les demandes de facteurs de l entreprise Méthode plus directe : Le programme de la firme s écrit { max Π = PF (K, L) WL RK K,L En dérivant le profit Π par rapport à K, la condition du premier ordre s écrit : PF K (K, L) R = 0 ou encore : F K (K, L) = ρ } {{ } PmK La productivité marginale du capital est égale au prix réel du capital, i.e. le prix du capital mesuré en unités de bien produit.

36 6 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production La répartition du revenu national Comment s opère la répartition du revenu national entre les facteurs travail et capital? Si toutes les entreprises sont en situation de concurrence parfaite alors le prix d un facteur de production est égal à sa productivité marginale calculée au point ( K, L ). Ainsi, à l équilibre, pour chaque unité de... capital, ρ = PmK ( K, L ) ; travail, w = PmL ( K, L) ; On en déduit que : la rémunération totale du travail vaut : w L = PmL ( K, L ) L la rémunération totale du capital vaut : ρ K = PmK ( K, L ) K

37 37 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production La répartition du revenu national Le revenu de l entreprise après rémunération des facteurs de production est le profit économique, Π : ce qui équivaut à Π P Π = PY WL RK = Y PmL L PmK K En réarrangeant cette expression, il vient : Le revenu total se répartit entre : Y = PmL L + PmK K + Π P la rémunération du travail ; la rémunération du capital ; le profit économique.

38 La répartition du revenu national entre facteurs de production La répartition du revenu national Lorsque les rendements d échelle sont constants, le profit économique, Π, est nécessairement nul, i.e. rien ne reste après paiement des facteurs de production : Π = 0 Pourquoi? Théorème d Euler : Si f (x), x = (x 1, x 2,..., x n ), est une fonction homogène de degré h et différentiable en tout x alors : n i=1 x i f (x) x i = hf (x)

39 La répartition du revenu national entre facteurs de production La répartition du revenu national Application à la fonction F (K, L) La fonction F (K, L) est homogène de degré 1 (rendements d échelle constants), en appliquant le théorème d Euler avec h = 1, il vient : F (K, L) K K On a donc : F (K, L) + L = hf (K, L) = F (K, L) L F (K, L) = PmK K + PmL L

40 40 Chapitre 2 - Macroéconomie La répartition du revenu national entre facteurs de production La répartition du revenu national Conséquence : Si chaque facteur est rémunéré à sa productivité marginale alors la somme des rémunérations des facteurs est égale à la production totale : Y = F (K, L) = PmK K + PmL L Corollaire : En situation de concurrence parfaite et avec des rendements d échelle constants, le profit économique est nul.

41 La répartition du revenu national entre facteurs de production La répartition du revenu national Comment expliquer alors les bénéfices (ou profit comptable) dans l économie? Pourquoi? Bénéfices Profits économiques Dans l économie réelle, les entreprises sont souvent propriétaires de leurs biens d équipement. Les bénéfices intègrent à la fois le profit économique et le revenu du capital. On peut alors définir le profit comptable comme : Profit comptable = Π + PmK K

42 La répartition du revenu national entre facteurs de production La répartition du revenu national Dans notre modèle, sous les hypothèses de... Maximisation du profit, Rendements d échelle constants, Concurrence Parfaite,... le profit économique est nul. Les bénéfices sont donc égaux aux revenus du capital, PmK K.

43 43 Chapitre 2 - Macroéconomie Les déterminants de la demande de biens et services On considère (pour simplifier) une économie fermée. Il existe donc trois affectations possibles des B&S produits : 1. La consommation des ménages, C ; 2. L investissement des entreprises, I ; 3. Les dépenses de l Etat, G.

44 4 Chapitre 2 - Macroéconomie Les déterminants de la demande de biens et services La consommation La consommation représente selon les pays env. 1 2 à 2 3 du PIB ; Les ménages : reçoivent les revenus du travail (salaires) et du capital (dividendes, intérêts et autres) ; payent des impôts à l Etat. Dans un second temps, ils décident de la répartition du revenu restant (revenu après impôts ou revenu disponible) entre : consommation, C, et épargne, S priv. Notons T l ensemble des prélèvements fiscaux nets des transferts reçus de l Etat. Y } {{ T } = C + S priv revenu disponible

45 Les déterminants de la demande de biens et services La consommation Fonction de consommation Hypothèse : Le niveau de consommation dépend directement de Y T, la forme générale de la fonction de consommation est donc : C = C(Y T ) où C(.) indique la fonction de consommation. Comme empiriquement, consommation agrégée et revenu disponible sont corrélés positivement, on supposera : C (Y T ) > 0

46 Les déterminants de la demande de biens et services La consommation La propension marginale à consommer ou PmC Définition : La PmC désigne le taux d accroissement de la consommation pour une petite variation du revenu disponible : C(Y T + h) C(Y T ) PmC = lim = C (Y T ) h 0 h De même, on définit la propension marginale à épargner (PmS) comme le taux d accroissement de l épargne pour une petite variation du revenu disponible PmS = 1 PmC Cette relation s obtient en dérivant l équation suivante par rapport à Y T : S priv = Y T C(Y T )

47 Les déterminants de la demande de biens et services La consommation Explication : Tout supplément de revenu, (Y T ) se subdivise en : supplément de consommation et supplément d épargne C > 0 S priv > 0 La PmC et la PmS sont donc toujours comprise entre 0 et 1 et leur somme est égale à 1.

48 Les déterminants de la demande de biens et services La consommation Exemple : C = c (Y T ) + C 0 avec : c, un paramètre de sensibilité de la consommation au revenu disponible, C 0, un indicateur de la consommation autonome. La dérivée de C par rapport à (Y T ) est égale à c. Le paramètre c est la propension marginale à consommer. La propension marginale à épargner est égale à 1 c.

49 9 Chapitre 2 - Macroéconomie Les déterminants de la demande de biens et services La consommation Représentation de la fonction de consommation dans le plan (Y T, C). Graphiquement... Remarque : la propension marginale à consommer indique aussi la pente de la fonction de consommation.

50 Les déterminants de la demande de biens et services L investissement L investissement représente selon les pays entre 10 et 20 % du PIB. L investissement dépend d une variable clé : le taux d intérêt. Pourquoi? Le taux d intérêt mesure le coût des capitaux nécessaires pour financer l investissement. Ainsi, une hausse du taux d intérêt réduit la rentabilité des nouveaux projets et par suite l investissement.

51 Les déterminants de la demande de biens et services L investissement Notion de taux d intérêt. De quoi parle-t-on exactement? Il existe dans l économie une multitude de taux d intérêt. Un élément important dans la différenciation des taux est l échéance. Exemple : Les taux à court terme sur le marché interbancaire de la zone euro. 2/10/2008 2/10/ /9/2011 EONIA (jour le jour) EURIBOR (1 mois) EURIBOR (3 mois) EONIA = Euro Overnight Index Average EURIBOR = Euro Interbank Offered Rate (1 sem. à 1 an)

52 52 Chapitre 2 - Macroéconomie Les déterminants de la demande de biens et services L investissement En général (mais pas toujours), les taux croissent avec l échéance (cf. tableau). D autres éléments viennent affecter la structure des taux : le risque, la fiscalité. Pour simplifier, nous supposerons qu il n existe qu un taux d intérêt dans notre économie.

53 Les déterminants de la demande de biens et services L investissement Une autre distinction est importante. Elle concerne la différence entre : taux d intérêt nominal, et taux d intérêt réel. Le taux d intérêt nominal est le taux d intérêt qui prévaut sur le marché des fonds prêtables (FP). Il s agit du taux que paient les investisseurs pour emprunter l argent. Par exemple, les taux du marché interbancaire sont des taux nominaux.

54 Les déterminants de la demande de biens et services L investissement Le taux d intérêt réel est le taux d intérêt nominal corrigé des effets de l inflation. Notons : i, le taux d intérêt nominal ; r, le taux d intérêt réel ; π, le taux d inflation. On a la relation : r i π Idée : Lorsque π > 0, la valeur de la monnaie (en terme de pouvoir d achat) diminue au cours du temps.

55 5 Chapitre 2 - Macroéconomie Les déterminants de la demande de biens et services L investissement Exemple : une entreprise emprunte un montant X à la date 1 au taux d intérêt nominal i. A la date 2, elle devra verser (1 + i)x au prêteur. Le rendement réel de l opération pour le prêteur est le gain en termes de biens entre la date 1 et la date 2. Notons P 1 et P 2, le prix des biens aux dates 1 et 2. A la date 1, le prêteur consent un prêt de X /P 1 unités de biens et recevra à la date 2, (1 + i)x /P 2 unités de biens. Le taux de rendement réel (ou taux d intérêt réel) s écrit r = (1 + i)x /P 2 X /P 1 1 = (1 + i) P 1 P 2 1 Or, le ratio P 2 /P 1 correspond à 1 + π, où π est le taux d inflation. On en déduit 1 + r = 1 + i 1 + π

56 Les déterminants de la demande de biens et services L investissement Pour retrouver la formule r i π, il suffit de remarquer que l équation précédente équivaut à 1 + i = (1 + r)(1 + π) i = r + π + rπ et que, pour de petits taux, le produit rπ est petit par rapport r, i et π. D où l approximation r i π

57 Les déterminants de la demande de biens et services L investissement Pour l instant, considérons que le taux d intérêt réel mesure le coût réel de l emprunt. Les décisions d investissement dépendent donc du taux d intérêt réel. On a : I = I(r) où I(.) indique la fonction d investissement. L investissement est une fonction décroissante du taux d intérêt réel. A mesure que r augmente, le coût des fonds prêtables augmente et l investissement diminue : I (r) < 0

58 Les déterminants de la demande de biens et services L investissement Exemple : avec : I = e r + I 0 e, la sensibilité de l investissement au taux d intérêt réel (e > 0) ; I 0, l investissement autonome (I 0 > 0). On vérifie que I (r) = e < 0 Ainsi, plus e est élevé, plus une hausse de r réduit l investissement. Graphiquement...

59 Les déterminants de la demande de biens et services Les dépenses publiques Les dépenses publiques représentent selon les pays entre 20 et 50 % du PIB. Pour les Etats-Unis, elles représentent env. 30% du PIB alors que pour la France, elles représentent env. 50% du PIB. Les Etats procèdent à de nombreuses dépenses et transferts : Achats de biens et services, Traitements des fonctionnaires, Transferts : redistribution, sécurité sociale,... Seuls les achats de biens et services sont intégrés dans G.

60 Les déterminants de la demande de biens et services Les dépenses publiques On a défini T en conséquence : T = Impôts et cotisations sociales Transferts aux ménages Salaires versés par les administrations La variable (fiscale) T peut donc être positive ou négative. Nota Bene : Tous les transferts financés par l impôt laissent donc le revenu disponible des agents inchangé.

61 61 Chapitre 2 - Macroéconomie Les déterminants de la demande de biens et services Les dépenses publiques Trois cas : Le budget de l Etat 1. Si les dépenses publiques, G, sont égales aux impôts nets de transferts, T, alors le budget est équilibré : G T = 0 G = T 2. Si les dépenses publiques, G, sont supérieures aux impôts nets de transferts, T, alors le budget est déficitaire : G T > 0 G > T 3. Si les dépenses publiques, G, sont inférieures aux impôts nets de transferts, T, alors le budget est excédentaire : G T < 0 G < T

62 2 Chapitre 2 - Macroéconomie Les déterminants de la demande de biens et services Les dépenses publiques Pour l instant, on se limitera à considérer : Les dépenses publiques comme une variable exogène : G = G Les impôts nets de transferts comme une variable exogène : T = T Nota Bene : On élude ainsi les questions liées au processus politique (ou non) qui conduisent à la formation des déficits budgétaires.

63 L équilibre macroéconomique Il existe quatre marchés : Marché du travail (équilibre vu dans la section 2) Marché du capital (équilibre vu dans la section 2) Marché des biens et services Marché des fonds prêtables (ou marché financier) Il nous reste à étudier : Sur le marché des B&S, comment les flux d offre (Ȳ ) et de demande (C + I + G) s équilibrent-ils? Sur le marché des FP, comment les flux d offre (épargne privée et publique) et de demande (investissement des entreprises) s équilibrent-ils?

64 64 Chapitre 2 - Macroéconomie L équilibre macroéconomique L équilibre sur le marché des B&S Soit Y d, la demande agrégée de biens et services. Le coté demande du modèle est synthétisé par les relations suivantes : Y d = C + I + G (1) C = C(Y d T ) (2) I = I(r) (3) G = G (4) T = T (5) De fait, la demande peut se réécrire comme : Y d = C(Y d T ) + I(r) + G

65 65 Chapitre 2 - Macroéconomie L équilibre macroéconomique L équilibre sur le marché des B&S Soit Y s, l offre agrégée de biens et services. Le coté offre du modèle est synthétisé par les relations suivantes : Y s = F (K, L) (6) K = K (7) L = L (8) De fait, l offre peut donc se réécrire comme : Y s = F (K, L) = Y

66 66 Chapitre 2 - Macroéconomie L équilibre macroéconomique L équilibre sur le marché des B&S A l équilibre, offre et demande de B&S sont égales : Y = C ( Y T ) + I(r) + G Comme Y, T et G sont des variables exogènes, la seule variable pouvant s ajuster pour équilibrer offre et demande est le taux d intérêt réel r. Rappel : L investissement est une fonction décroissante de r. Conséquence : La demande agrégée C + I + G est également décroissant en r.

67 L équilibre macroéconomique L équilibre sur le marché des B&S On peut alors distinguer trois cas : 1. Si r est à sa valeur d équilibre r, l offre et la demande coincident. 2. Si r > r, l investissement est trop faible et donc la demande inférieure à l offre. 3. Si r < r, l investissement est trop fort et donc la demande supérieure à l offre. Pour mieux comprendre ce mécanisme, intéressons nous aux marchés des fonds prêtables.

68 L équilibre macroéconomique L équilibre sur le marché des fonds prêtables Le taux d intérêt est à la fois : Le coût des fonds prêtables pour les emprunteurs (entreprises) ; Le rendement des fonds prêtables pour les prêteurs (ménages, Etat). Il est le prix auquel s échangent les FP.

69 L équilibre macroéconomique L équilibre sur le marché des fonds prêtables L équilibre sur le marché des biens et services Y = C + I + G peut se réécrire comme : Y C G = I Le membre de droite est la demande de FP des entreprises pour investissement. En ajoutant et en retranchant T au membre de gauche, on obtient Y C G = (Y T C) } {{ } épargne privée (ménages) + (T G) } {{ } épargne publique (Etat) Le membre de gauche Y C G correspond à l épargne nationale ou épargne agrégée.

70 L équilibre macroéconomique L équilibre sur le marché des fonds prêtables Comme Y, T et G sont des variables exogènes, l épargne nationale S = Y C ( Y T ) G est également exogène. Le taux d intérêt réel r (prix des FP) équilibre donc offre et demande de FP : S = I(r) Graphiquement... L épargne nationale ne dépend pas de r. Ainsi dans le plan (Quantité de FP, Prix des FP), l épargne est une droite verticale. L équilibre sur le marché des fonds prêtables est donné par l intersection des courbes : d offre de fonds prêtables (OFP) ; de demande de fonds prêtables (DFP).

71 L équilibre macroéconomique L équilibre sur le marché des fonds prêtables Soit r, la valeur d équilibre du taux d intérêt réel. On peut distinguer trois cas : 1. Si r = r, l investissement désiré est égal à l épargne nationale. DFP = OFP 2. Si r < r, l investissement désiré est supérieur à celui que peut financer l épargne nationale. DFP > OFP, pour corriger l excès de demande et rééquilibrer le marché des FP, le taux d intérêt augmente. 3. Si r > r, l investissement désiré est inférieur à celui que peut financer l épargne nationale. DFP < OFP, pour corriger l excès d offre et rééquilibrer le marché des FP, le taux d intérêt diminue.

72 Elements de statique comparative Objectif : Comprendre comment les politiques économiques et/ou les chocs exogènes affectent l équilibre macro-économique. Nous nous intéresserons successivement aux effets : de la politique budgétaire (choc sur G) ; de la politique fiscale (choc sur T ) ; de la politique d investissement (choc sur la fonction d investissement I(r)).

73 3 Chapitre 2 - Macroéconomie Elements de statique comparative Effets d un choc sur les dépenses publiques On considère une hausse des dépenses publiques, G. Exemples : Politiques de grands travaux ; Politiques de recherche & développement. Quel est l effet direct de cette politique? + G + (demande de B&S) Cependant, comme la production de B&S est exogène (déterminée par K et L), les autres postes de la demande doivent diminuer.

74 Elements de statique comparative Effets d un choc sur les dépenses publiques Comment peut se faire l ajustement? soit par la consommation, C ; soit par l investissement, I. Comme le revenu disponible n est pas affecté par la hausse de G (Y et T sont exogènes), l ajustement se fait nécessairement par I. Pour induire une baisse de I, le taux d intérêt doit augmenter. Au final, une hausse des dépenses publiques induit une hausse du taux d intérêt et une baisse de l investissement : + G + r I Dans le cas présent, on parle d un effet d éviction de l investissement privé par les dépenses publiques.

75 Elements de statique comparative Effets d un choc sur les dépenses publiques Que se passe-t-il sur le marché des fonds prêtables? Comme + G ne s accompagne pas d une hausse de T, l Etat doit financer le supplément de dépenses par l emprunt. Par suite, l épargne publique diminue ainsi que l épargne nationale puisque l épargne privée est inchangée (Y T C est constant). Les FP deviennent relativement moins abondants et le taux d intérêt augmente, ce qui pénalise, in fine, l investissement. Graphiquement...

76 Elements de statique comparative Effet d un choc fiscal On considère une hausse des impôts, T. Exemples : Augmentation de l IRPP ; Suppression du bouclier fiscal. Quel est l effet direct de cette politique? + T (Y T ) C (demande de B&S) Cependant, comme la production de B&S est exogène, les autres postes de la demande doivent diminuer. Comme G = G, l ajustement se fait de nouveau nécessairement par l investissement, I. Pour induire une hausse compensatrice de l investissement le taux d intérêt doit diminuer.

77 77 Chapitre 2 - Macroéconomie Elements de statique comparative Effet d un choc fiscal Que se passe-t-il sur le marché des fonds prêtables? La hausse de la fiscalité induit une baisse du revenu disponible pour un montant T. La consommation privée diminue donc de : C PmC + T L épargne nationale S = Y C G augmente alors d un même montant : + S = C Les FP deviennent relativement plus abondants et le taux d intérêt baisse, ce qui stimule, in fine, l investissement. Graphiquement...

78 Elements de statique comparative Effet d un choc fiscal Remarque : dans le cas d une hausse de T de T, épargne privée et épargne publique évoluent en sens contraire : Variation de l épargne publique Variation de l épargne privée (T G) = T > 0 (Y T C(Y T )) = T PmC ( T ) (effet négatif car 0 PmC 1). = T (PmC 1) 0 L épargne nationale augmente : (Epargne nationale) = (Y T C(Y T )) + (T G) = PmC T > 0

79 Elements de statique comparative Effet d un choc sur la fonction d investissement On considère un déplacement vers la droite de la courbe d investissement. Exemples : Innovations technologiques, Fiscalité favorable pour les entreprises innovantes. Pour tout niveau de taux d intérêt r, la demande de biens d investissement (et de FP augmente). + I + demande de B&S Cependant comme la DFP excède l OFP (exogène), le taux d intérêt doit s ajuster pour rééquilibrer l excès de demande de FP.

80 Elements de statique comparative Effet d un choc sur la fonction d investissement Graphiquement... Le déplacement vers la droite de la courbe d investissement n a ici aucun effet sur l investissement et dégénère en une hausse du taux d intérêt. Ce résultat surprenant est dû aux hypothèses de notre modèle en termes d épargne (S est indépendante de r).

81 Elements de statique comparative Effet d un choc sur la courbe d investissement lorsque l offre de fonds prêtables dépend du taux d intérêt Lorsque le rendement de l épargne est plus élevé, on peut s attendre au niveau agrégé à une hausse de l épargne privée, et donc une baisse de la consommation. Pour prendre en compte, cela, considérons une fonction de consommation du type : avec les propriétés suivantes : C = C(Y T, r) C (Y T ) > 0 et C r < 0 L épargne nationale dépend alors du taux d intérêt réel : S(r) = Y C(Y T, r) G Comme C est décroissante en r, l épargne nationale augmente avec r.

82 Elements de statique comparative Effet d un choc sur la courbe d investissement lorsque l offre de fonds prêtables dépend du taux d intérêt La courbe d offre de fonds prêtables n est plus une droite verticale, mais devient croissante dans le repère (Quantité de FP, Prix des FP). Graphiquement... La hausse de r incite les ménages à moins consommer. La baisse de la consommation libère alors des ressources (FP) pour financer le supplément d investissement. Au final, la hausse de l investissement se traduit par : une hausse du taux d intérêt ; une hausse de l investissement (grâce à la hausse de l OFP).

83 Conclusion Dans ce chapitre, on a développé un modèle (de base) qui permet d illustrer le circuit économique. Pour dériver les principales conclusions du modèle, nous avons fait de nombreuses hypothèses simplificatrices en éludant questions afférentes : à la monnaie ; aux échanges avec les autres pays ; au marché du travail ; à la formation du stock de capital et à la croissance. Objet des prochains chapitres (S1 & S2)

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM Aurelia Tison, Anne-Sarah Chiambretto AMU, année 2013 1 La théorie du producteur (séances 1 à 4) La fonction de production : les facteurs

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points)

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points) Université Paris Ouest-Nanterre La Défense Master Economie U.F.R. SEGMI Premier Semestre 2009-2010 Macroéconomie Ouverte Chargé de T.D. : Romain Restout Cours de Olivier Musy Contrôle Continu (14/12/2009)

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Enoncé du TD n 7 Automne 202 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Vous considérez dans cet exercice une firme qui a la possibilité

Plus en détail

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des firmes Arnold Chassagnon Université Paris-Dauphine (LEDA-SDFi) DU1 - Université Paris-Dauphine, 2009-2010 1 Analyse positive - analyse normative 1 Objectif

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex L'économie ouverte Dans une économie ouverte, le pays n'est pas contraint de réaliser en toute année l'équilibre entre ses dépenses et sa production de biens et services. Le pays peut dépenser plus qu'il

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

ECONOMIE : Marchés et comportements. Marges & Elasticités

ECONOMIE : Marchés et comportements. Marges & Elasticités ECONOMIE : Marchés et comportements DES COMPORTEMENTS Marges & Elasticités Séance 10 08.04.2013 Des questions sur les séances précédentes? Questions «Marges» That are the questions Raisonnement à la marge

Plus en détail

Niveau de production croissant

Niveau de production croissant En effet, la fonction de production définit : l ensemble de production l ensemble des paniers de facteurs qui permettent de produire un niveau donné de bien. Cette fonction permet de définir des courbes

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée

Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée UNIVERSITÉ DU MAINE Faculté de Droit et de Sciences Économiques DEUG1 Économie gestion - Analyse Macroéconomique S. MÉNARD 1 - Année 2003-2004 Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée Questions 1. Dénir la

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés Microéconomie Financière - Choix intertemporels Exercices corrigés. Un individu salarié doit faire des choix intertemporels de consommation sur deux périodes, sa «vie active» (période ) et sa «retraite»

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES Introduction : la macroéconomie Les objectifs de la macroéconomie Les agrégats macroéconomiques 1 INTRODUCTION: LA MACROECONOMIE La macroéconomie

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7 Les coûts de la production Microéconomie, chapitre 7 1 Sujets à aborder Quels coûts faut-il considérer? Coûts à court terme Coûts à long terme Courbes de coûts de court et de long terme Rendements d échelle

Plus en détail

Partie I Le consommateur et la demande

Partie I Le consommateur et la demande Partie I Le consommateur et la demande Chapitre 1 La fonction d utilité 1 Plan du cours 1. Le consommateur. 2. La notion d utilité. 3. Les courbes d indifférence. 4. L optimum du consommateur. 5. Exercices.

Plus en détail

TD : Equilibre Général. Emmanuel Duguet

TD : Equilibre Général. Emmanuel Duguet TD : Equilibre Général Emmanuel Duguet 2013-2014 Sommaire 1 Les ménages 2 1.1 Consommation et temps de travail................ 2 1.2 Prix et salaire d équilibre..................... 3 2 Equilibre avec

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée Basé sur les notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables) Elle fait

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

Macroéconomie L1 TD5

Macroéconomie L1 TD5 Macroéconomie L1 TD5 Mickaël Clévenot 18 novembre 2013 Ce TD vise à vous familiariser avec les notions d investissement(multiplicateur), de rentabilité, de taux de profit, d efficacité marginale du capital,

Plus en détail

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE TABE DES MATIERES Durée... 2 Objectif spécifique... 2 Résumé... 2 I. offre et la demande de travail... 2 1. offre de travail et choix loisir - travail... 2 2. Demande de travail, productivité et salaire

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie Prof. Mathias Thoenig et Philippe Andrade Examen de Rattrapage : Session d été 2015 Nom et prénom No matricule No de place Points EX 1 EX 2

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre Chapitre 3 : Le revenu d équilibre - 112 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer entre la théorie classique et la théorie moderne de l équilibre macroéconomique. - Découvrir l interprétation moderne

Plus en détail

14. Demande Agrégée Extérieure

14. Demande Agrégée Extérieure 14. Demande Agrégée Extérieure Remarque : Afin de simplifier les calculs et de se focaliser sur les concepts propres à cette séance, nous supposerons tout au long de celle-ci que PNB = Y (c est-à-dire

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

4. Offre et demande, les forces du marché

4. Offre et demande, les forces du marché 4. Offre et demande, les forces du marché Trois événements : a) Quand une vague de froid s abat sur l Espagne, le prix du jus d orange grimpe dans tous les supermarchés du pays. b) Quand la chaleur estivalle

Plus en détail

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1 Séance 4 : Offre de travail et de capital Je Révise Offre de travail Le travailleur partage sa journée de 24 heures entre le travail et le loisir de façon à maximiser son utilité. Le travail lui rapporte

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

Obligation : transfert dans le temps

Obligation : transfert dans le temps Obligation : transfert dans le temps Dans ce premier chapitre nous introduirons les principales notions concernant les obligations. Les principes élémentaires de la notion d arbitrage y sont décrits. Une

Plus en détail

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective C LES FONDEMENTS THÉORIQUES DE LA MACROÉCONOMIE 1 Le point de vue des classiques: la loi de l'offre de J.B.Say a) L'offre crée sa propre demande 1. Les «économistes classiques» libéraux (Adam Smith, David

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

1- Politique monétaire et soutenabilité fiscale

1- Politique monétaire et soutenabilité fiscale 1- Politique monétaire et soutenabilité fiscale Solvabilité fiscale = capacité du gouvernement à servir la dette publique (intérêt, échéances de remboursement) sans faire défaut. Soutenabilité fiscale

Plus en détail

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION 1 Étape 1 contrôles corrigés 1. 2. Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? D où vient l argent que vos parents dépensent chaque mois? Vos parents dépensent-ils

Plus en détail

MICRO-ÉCONOMIE TD 5 Exercice 1

MICRO-ÉCONOMIE TD 5 Exercice 1 LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION ÉCONOMIE LICENCE 1 MICRO-ÉCONOMIE TD 5 Exercice 1 Soit une entreprise dont l évolution de la production en fonction du nombre d unités de travail utilisée est donnée

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Introduction Comment expliquer l ensemble des échanges observés dans un cadre théorique cohérent? Pourquoi chercher un cadre théorique englobant?

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

1 Questions de cours. Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016. TD 2 : L offre de travail

1 Questions de cours. Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016. TD 2 : L offre de travail Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016 TD 2 : L offre de travail 1 Questions de cours 1. On considère un ménage représentatif disposant dans l année

Plus en détail

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Jean-François Bickel Statistique II SPO8 Transformer une variable consiste en une opération arithmétique qui vise à construire une nouvelle variable

Plus en détail

Correction Exam Final Macro du 14/05/2013

Correction Exam Final Macro du 14/05/2013 Correction Exam Final Macro du 14/05/2013 Sumudu Kankanamge : sumudu.kankanamge@univ-tlse1.fr Remarque Un mot sur la correction : comme il s agit d un devoir de Macroéconomie, je pense que c est important

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 Mathématiques Financières Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 C. FISCHLER & S. GOUTTE T.D. 1 Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous, répondre aux questions suivantes : Est-ce une suite monotone?

Plus en détail

PIB réel par capita (en $ internationaux de 2000) Année Grèce Libye 1990 13 000 9 600 2010 28 800 14 900

PIB réel par capita (en $ internationaux de 2000) Année Grèce Libye 1990 13 000 9 600 2010 28 800 14 900 Question 1 La croissance à long terme (12 points) PIB réel (en $ internationaux de 2000) Année Grèce Libye 1990 132 800 000 000 41 400 000 000 2010 322 500 000 000 96 100 000 000 PIB réel par capita (en

Plus en détail

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise japonaise des années 1990 1980-1991 1991-2002 Taux de croissance annuel moyen du PIB par

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE Section 1. Les marchés de capitaux I. Le marché financier Dans un sens plus étroit, c'est le marché où s'échangent les titres à moyen et long terme (valeurs mobilières) contre

Plus en détail

La mesure de l efficacité externe par les taux de rendement interne (1)

La mesure de l efficacité externe par les taux de rendement interne (1) rendement interne (1) Rappel : L éducation peut être considérée comme un investissement dont on peut mesurer : le rendement interne privé (pour l individu), le rendement social (pour la société), le rendement

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail

Dans la représentation habituelle du problème de décision du consommateur, la démarche est la suivante :

Dans la représentation habituelle du problème de décision du consommateur, la démarche est la suivante : SURLUS DES CONSOMMATEURS ET SURLUS DES RODUCTUERS EFFICACITE DU MARCHE EN CONCURRENCE ARFAITE I- DEMANDE ET SURLUS DES CONSOMMATEURS. Dans la représentation habituelle du problème de décision du consommateur,

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Question 1 : Soit un marché du travail initialement en équilibre et on observe une vague d'immigration

Plus en détail