Evaluation des systèmes statistiques de routine de la région de Kolda

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation des systèmes statistiques de routine de la région de Kolda"

Transcription

1 Evaluation des systèmes statistiques de routine de la région de Kolda Vincent Turmine Rapport final 09/01/2013

2 Table des matières TABLE DES MATIERES 1 LISTE DES SIGLES ET ACRONYMES 3 RESUME EXECUTIF 4 INTRODUCTION 5 Contexte 5 Objectifs 5 METHODOLOGIE 6 Analyse préliminaire 6 Etude des structures productrices de données 7 Satisfaction des utilisateurs 8 LES ACTEURS ET LES MECANISMES DE PRODUCTION STATISTIQUES 10 Secteur de la Santé 10 Secteur de l Education 12 Secteur de la protection 13 Agence Régionale de Développement 16 Les services régionaux intersectoriels 17 SERVICE REGIONAL DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE 17 SERVICE REGIONAL DE LA PLANIFICATION 17 ETAT DES LIEUX DES SYSTEMES DE PRODUCTION STATISTIQUE DE ROUTINE 19 Analyse du secteur Santé 19 CONDITIONS STRUCTURELLES 19 ASSURANCE DE L INTEGRITE 20 RIGUEUR METHODOLOGIQUE 21 EXACTITUDE ET FIABILITE 22 UTILITE 23 ACCESSIBILITE 23 SYNTHESE 25 Analyse du secteur Education 27 CONDITIONS STRUCTURELLES 27 ASSURANCE DE L INTEGRITE 27 RIGUEUR METHODOLOGIQUE 28 EXACTITUDE ET FIABILITE 30 UTILITE 31 SYNTHESE 32 Analyse du secteur de la Protection 34 CONDITIONS STRUCTURELLES 34 1

3 ASSURANCE DE L INTEGRITE 35 RIGUEUR METHODOLOGIQUE 35 EXACTITUDE ET FIABILITE 36 UTILITE 37 SYNTHESE 38 CONCLUSION 40 Recommandations 40 BESOINS STRUCTURELS 40 QUALITE DES DONNEES 41 DIFFUSION 42 RELATIONS INTERSECTORIELLES 42 REFERENCES 44 ANNEXES 45 Liste des personnes contactées 45 Entretien Producteur 46 Questionnaire Producteur 48 2

4 Liste des sigles et acronymes AEMO ANSD ARD CTS DPRE DPSR DS IA IDEN INEADE MoRES PDEF PRDI S&E SDAS SDDC SGBD SIG SISE-DL SNIS SRSD SRP UNESCO UNICEF Action éducative en milieu ouvert Agence nationale de la statistique et de la démographie Agence régionale de développement Comité technique et de suivi Direction de la planification et de la réforme de l éducation Direction de la planification et du suivi de la réforme District sanitaire Inspection d académie Inspection départementale de l éducation nationale Institut national d étude et d action pour le développement de l éducation Monitoring results for equity system Programme décennal de l éducation et de la formation Programme regional de développement intégré Suivi et Evaluation Service départemental de l action sociale Service départemental du développement communautaire Système de gestion de base de données Système d information géographique Système d information et de suivi-évaluation sur le Développement Local Système national de l information sanitaire Service régional de la statistique et de la démographie Service régional de la planification Organisation des Nations-Unie pour l éducation, la science et la culture Fonds des Nations-Unies pour les enfants 3

5 Résumé exécutif Dans le cadre de la préparation du MoRES (Monitoring Results for Equity System), le bureau UNICEF Sénégal a exprimé le besoin d évaluer les processus de production de données de routine sur la situation des enfants dans la région de Kolda couvrant trois secteurs clé que sont la santé de la mère et de l enfant, l éducation et la protection des femmes et des enfants. Cette étude ainsi a pour objectif d analyse ces systèmes sectoriels dans le but d améliorer et/ou d identifier des solutions alternatives pour l amélioration de la qualité et la régularité du suivi de 15 indicateurs traceurs sur la situation sanitaire, éducative et sociale des populations cibles (Demande) et 20 indicateurs sur le niveau des prestations offertes par les services sectoriels (Offre) (Annexe 1.a et 1.b). Pour dresser une situation des systèmes de suivi de routine pour chaque secteur, nous nous sommes fixés des objectifs spécifiques débouchant sur les résultats attendus suivant : Avoir une vision générale du système statistique au niveau multisectoriel (Santé, Education et Protection) ; Identifier l ensemble des acteurs participant à l élaboration des systèmes statistiques tant au niveau régional, que départemental et local Elaborer un schéma des relations intra-sectorielles du système de suivi de routine ; Comprendre le schéma organisationnel du système de routine pour chaque service sectoriel décentralisé ; Analyser les processus de collecte des données ; Evaluer les systèmes de gestion des bases de données ; Analyser les traitements et procédures de contrôles des données ; Vérifier la qualité des données collectées ; Identifier le niveau de diffusion et l utilisation des données produites. 4

6 Introduction Contexte Dans le cadre de la préparation du MoRES (Monitoring Results for Equity System), le bureau UNICEF Sénégal a exprimé le besoin d évaluer les processus de production de données de routine sur la situation des enfants dans la région de Kolda couvrant trois secteurs clé que sont la santé de la mère et de l enfant, l éducation et la protection des femmes et des enfants. Cette étude ainsi a pour objectif d analyse ces systèmes sectoriels dans le but d améliorer et/ou d identifier des solutions alternatives pour l amélioration de la qualité et la régularité du suivi de 15 indicateurs traceurs sur la situation sanitaire, éducative et sociale des populations cibles (Demande) et 20 indicateurs sur le niveau des prestations offertes par les services sectoriels (Offre) (Annexe 1.a et 1.b). Objectifs Pour dresser une situation des systèmes de suivi de routine pour chaque secteur, nous nous sommes fixés des objectifs spécifiques débouchant sur les résultats attendus suivant : Avoir une vision générale du système statistique au niveau multisectoriel (Santé, Education et Protection) ; Identifier l ensemble des acteurs participant à l élaboration des systèmes statistiques tant au niveau régional, que départemental et local Elaborer un schéma des relations intra-sectorielles du système de suivi de routine ; Comprendre le schéma organisationnel du système de routine pour chaque service sectoriel décentralisé ; Analyser les processus de collecte des données ; Evaluer les systèmes de gestion des bases de données ; Analyser les traitements et procédures de contrôles des données ; Vérifier la qualité des données collectées ; Identifier le niveau de diffusion et l utilisation des données produites. 5

7 Méthodologie L évaluation des systèmes de routine s appuie sur une approche associant un audit des acteurs producteurs de données et une enquête de satisfaction des utilisateurs des données produites dans la région de Kolda. Ces deux dimensions seront étudiées à la fois qualitativement grâce à des entretiens exploratoires et quantitativement par le biais d une grille d analyses d indicateurs. Ainsi nous analyserons la performance des systèmes statistiques de routine de la région de Kolda à travers 3 phases : Une analyse préliminaire, Une analyse de la production des données et une analyse de satisfaction des utilisateurs (Figure 1). Figure 1. Grandes étapes de l analyse des systèmes statistiques de routine Analyse préliminaire Analyse des producteurs Enquête satisfaction «utilisateurs» Analyse préliminaire A la lecture de documents consultés lors de la revue documentaire, plusieurs points ont été soulignés afin de mieux comprendre les multiples facettes nécessaires pour une meilleure évaluation des systèmes statistiques et de comprendre les difficultés qu elles soient structurelles ou techniques. Pour atteindre cet objectif, nous procéderons à un entretien exploratoire adressé aux responsables d établissements œuvrant dans les secteurs de la santé, l éducation et la protection des enfants : - Importance du rôle des statistiques pour les différents acteurs ; - Identifier les mécanismes de production des données au sein de chaque secteur. Cette analyse permettra de lever une cartographie des acteurs et des relations qu ils entretiennent avec leur hiérarchie mais aussi avec les structures locales. 6

8 Etude des structures productrices de données Dans le cadre de cette première phase, nous aurons à rencontrer les responsables des établissements déconcentrés et les agents responsables du Suivi & Evaluation (S&E) de cette structure. La présente étude s est focalisée sur les structures de la région de Kolda (l Inspection d Académie, AEMO, la Région Médicale) et limitée au département de Kolda essentiellement pour des raisons d accessibilité (Inspection Départementale de l Education Nationale, Service Départemental du Développement Communautaire, Service Départemental de l Action Sociale, District Sanitaire).Au niveau central, nous nous appuierons sur l évaluation réalisée en mars 2012 pour évoquer la situation nationale des systèmes de suivi de routine (ADE, 2012). L objectif de cette étape est d identifier les différents points faibles des systèmes analysés et d évaluer la qualité des données produites. Cette étape se décompose en 12 éléments couvrant l ensemble des fonctions d un système de suivi et évaluation. Chaque élément sera approfondi par une série d indicateurs permettant d évaluer la performance du système de suivi de routine à travers la structure du S&E, les données et l utilisation des données (Figure 2). Une grille d évaluation sera établie conférant un score cumulatif pour chaque indicateur exprimé en pourcentage. Figure 2. Liste des établissements producteurs de données 1. Structure et activités du SSE 1. Organisation de la structure 2. Ressources humaines 3. Orientation stratégique 4. Planification des activités 5. Communication et valorisation 6. Partenariat 2. Données et système de gestion 7. Collecte des données 8. Implémentation & SGBD 9. Contrôle du système et sauvegarde 3. Validation et diffusion 10. Reporting 11. Evaluation des données 12. Diffusion et utilisation 7

9 Satisfaction des utilisateurs Pour avoir une meilleure analyse des systèmes producteurs de données, il est intéressant de s attarder d une part, sur la qualité des données produites et d autre part, sur le degré de satisfaction des utilisateurs de ces données. Pour atteindre cet objectif, nous nous sommes appuyés sur des entretiens d utilisateurs au niveau local et régional visant à obtenir un avis sur la qualité des données selon les critères de validité et de fiabilité. Ces deux critères sont analysés à travers 5 dimensions : Exactitude, Complétude, Promptitude, Intégrité, Confidentialité (Tableau 1). Tableau 1. Critères d évaluation de la qualité des données Dimensions Validité Fiabilité Exactitude Complétude Promptitude Intégrité Confidentialité Définition La validité mesure le niveau d erreur dans la saisie, l échantillonnage ou l interprétation. Le degré de validité traduit si cette donnée est correcte ou biaisée Les données ont été mesurées, collectées, saisies et administrées selon des protocoles et procédures rigoureux limitant l interférence de l auteur. Les données contiennent suffisamment de détails offrant un usage complet et précis. Exemple : recenser l âge et le sexe pour les personnes atteintes du VIH/SIDA. La complétude signifie que le jeu de données de cet indicateur est complet c est-à-dire que toutes les personnes éligibles pour cet indicateur ont été enquêtées et leurs données enregistrées. La promptitude s évalue à travers la fréquence de mise à jour des données, la disponibilité de l information et le respect des périodicités requises pour la diffusion. Les données sont jugées intègres lorsque le système produisant les données protégé celles-ci de toutes modifications ou corrections à des fins politiques, collectives ou individuelles. Le niveau de confidentialité renseigne sur le degré de respect de la confidentialité des personnes enquêtées mais aussi sur la protection des données et le contrôle de l accès aux archives. Les utilisateurs ciblés ont été principalement au niveau local, régional et au sein de l UNICEF afin de comprendre comment les données statistiques de routines produites au niveau régional et départemental parvenaient à satisfaire la demande à l échelle de la région de Kolda et permettre d appuyer les prises de décision. Le choix des utilisateurs s est orienté vers des utilisateurs œuvrant 8

10 dans la Survie, l Education et la Protection de l enfant : chargés de programme du Bureau Pays UNICEF, Chargé de programme du bureau régional de Ziguinchor de l UNICEF, Service Régional de la planification, l Agence Régionale de Développement, ChildFund, WorldVision et Aide-et-Action. En sus, nous avons pu obtenir un échantillon des données produites pour les secteurs de la protection et de l éducation. Au niveau de la santé, les administrateurs des données statistiques étant en conflit avec le ministère, aucune donnée n a pu être collectée. De ce fait, la qualité des données n a pu être évaluée. 9

11 Les acteurs et les mécanismes de production statistiques Initialement, nous avions souhaité aborder les mécanismes de production de manière intégrée et intersectorielle. Force est de constater que les acteurs n entretiennent pas d échanges entre les différents secteurs suivis. Seul, l Agence Régionale de Développement (ARD) a entrepris l édification d un monitoring intersectoriel dont les résultats sont attendus à la fin de l année Les services régionaux de la planification ou de la statistique participent très peu à l édification de données intersectorielles et sont perçues comme des relais du ministère de tutelle. Nous présentons donc ici une schématisation des mécanismes régissant la production statistique dans la région de Kolda pour les secteurs de la Santé, l Education et de la Protection des enfants. Secteur de la Santé Conformément à l organisation structurelle du secteur décentralisé de la Santé, la collecte d information s effectue en 4 niveaux à partir des structures de bases (Case et poste de santé) opérant au niveau local ( Figure 3). Le district sanitaire, organe départemental s attèle à recueillir ces informations et à les contrôler afin de réaliser une première agrégation incluant les données du centre de santé qu il contrôle. Le planificateur du district est donc chargé de recueillir les données issues des établissements sanitaires locaux et d organiser les données au sein d un monitoring mensuel. Il est enfin chargé de réaliser des opérations de supervision au niveau des établissements. Sous la tutelle effective de la région médicale, ces données sont alors transmises chaque mois auprès des superviseurs régionaux pour effectuer un monitoring régulier des districts. Au niveau de la région médical, la supervision est structurée selon les thématiques (vaccination, nutrition, lutte contre la tuberculose et la lèpre, santé de la reproduction, entre autres). A Kolda, la coordination des superviseurs est assurée par le superviseur en charge de la santé de la reproduction. Ainsi, 10

12 l ensemble des données issues des districts sont agrégés par le coordinateur régional incluant les données de l hôpital régional. Le coordinateur est enfin chargé de consolider les données et de les transmettre au Service National de l Information Statistique (SNIS). Le SNIS créé par décret en 2004 agrège l ensemble des données régionales pour élaborer annuellement l annuaire statistique national. Figure 3. Schématisation de la gestion des données statistiques dans le secteur de la santé 11

13 Secteur de l Education A l instar de la santé, le secteur de l éducation épouse l organisation décentralisée avec 4 niveaux bien structurés allant des écoles (niveau local) à l INEADE (niveau national) (Figure 4). Les données sont donc produites à la base au niveau des écoles à l aide de formulaires destinés à l enquête statistique. Ces formulaires sont remplis au début de l année par les directeurs et retournés à l Inspection Départementale de l Education Nationale (IDEN). En fin d année, un second formulaire est retourné afin d évaluer les résultats de l année. A l IDEN, un planificateur est chargé de collecter les formulaires et de les saisir dans une base locale (Excel). Le planificateur est également chargé de vérifier l intégrité des données au niveau des écoles. Néanmoins, le contrôle des données est très rare notamment dans les départements étendus et peu accessible comme Médina Yoro Foula. Les données produites sont désagrégées par écoles et sont transmises ensuite à l Inspection d Académie (IA). En théorie, les rapports de l IDEN sont faits chaque trimestre mais seulement deux rapports sont réalisés (début d année scolaire et fin d année scolaire). L IA est chargée de contrôler les données des IDEN et de valider les bases transmises. Une fois ce travail réalisé, les données sont consolidés en une base locale destinée à l inspecteur et à son adjoint. Les données sont également saisies dans la base nationale nommée StatEduc afin d être directement transmises au Ministère. Les données font l objet de rapports semestriels qui n ont plus été publiés depuis Les données sont transmis à la DPRE (Direction de la Planification et de la Réforme de l'education) qui transmet à l INEADE pour les aspects relatifs aux ouvrages et à la qualité de l enseignement et au bureau des constructions scolaires pour les questions relatives aux bâtiments et ouvrages hydrauliques. Ces données permettent ensuite de publier annuellement un annuaire national dans le cadre du PDEF (Programme Décennal pour l Education et la Formation). 12

14 Figure 4. Schématisation de la gestion des données statistiques dans le secteur de l éducation Secteur de la protection A l inverse des secteurs de la Santé et de l Education, la protection est rattachée à plusieurs ministères. Ce secteur se caractérise donc d une part, par la multiplicité des ministères et d autre part, par un nombre impressionnant d acteurs à tous les niveaux (Figure 5). Au niveau local, l Etat est peu présent dans ce secteur relativement récent dans les préoccupations nationales. Les ONG mènent ainsi des actions de prise en charge ou de sensibilisation auprès des populations vulnérables. Ces ONG produisent leurs propres statistiques mais sans véritable harmonisation. 13

15 ChildFund notamment participe activement dans la production de données statistiques en appuyant le CTS pour l élaboration de bases de données au niveau départemental. Les services de l Etat interviennent essentiellement au niveau départemental (Développement local, Action sociale) et régional (AEMO). Ces services produisent des statistiques sommaires sur leurs champs d activité mais n opèrent pas de collectes d information proprement dites. Néanmoins, l édification des CTS a permis de rapprocher les services de l Etat entre eux et de favoriser le partage d information. Chaque service est également chargé de transmettre leurs données à leur direction de tutelle qui effectue ponctuellement des visites de contrôle. En marge, certains services comme la police ou la gendarmerie possèdent des données statistiques sur la population d enfants en conflit avec la loi ou en délinquance. Mais ces données restent dans une sphère confidentielle très peu accessible. Au niveau national, les données de chaque service permet en théorie de réaliser des annuaires statistiques. Seul, le ministère de la justice produit annuellement un annuaire statistique dans lequel la protection des enfants est documentée à partir des données de l AEMO. Les deux autres services sont soumis aux variabilités des changements politiques impliquant un changement de tutelle très fréquemment. 14

16 Figure 5. Schématisation de la gestion des données statistiques dans le secteur de la protection de l enfant 15

17 Agence Régionale de Développement L ARD est un organe régional regroupant la région, les communes et les communautés rurales afin d apporter une assistance aux collectivités locales de la région. Les missions de l ARD sont notamment : l appui et la facilitation à la planification du développement local ; la mise en cohérence des interventions entre collectivités locales d une même région d une part et avec les politiques et plan nationaux d autre part le suivi évaluation des programmes et plan d actions de développement local. Intégré au suivi-évaluation, le SISE-DL a été développé initialement pour faciliter le suivi des actions menées dans la région. Mais, la forte demande des partenaires tels que l UNICEF a amené l ARD a élaboré un système de suivi des indicateurs d harmonisation. Cette base de données a pour vocation d être intersectorielle s appuyant sur les différents services sectoriels et collaborant étroitement avec le service régional de la statistique et de la démographie ainsi qu avec le service régional de la planification. Cette base de données bénéficie ainsi de 158 indicateurs définis par des métadonnées avec un mécanisme de collecte de l information auprès des différents services pourvoyeurs de données. Cette fonction du SISE-DL n est pas encore opérationnelle et devrait permettre dès 2013 la mise à disposition d un monitoring de la situation socio-économique de la région de Kolda. Les données seront consultables par le web et accessible en téléchargement sur format Excel. Egalement, un effort de diffusion auprès des partenaires est planifié. Sous la tutelle de la Gouvernance, cet outil constituera un outil d aide à la décision pour l autorité régionale afin de mieux diriger les efforts à fournir tant pour les services de l Etat que pour les partenaires au développement. 16

18 Les services régionaux intersectoriels Service régional de la statistique et de la démographie Le Service Régional de la Statistique et de la Démographie (SRSD) est sous la tutelle de l Agence National de la Statistique et de la Démographie (ANSD) créée en La principale mission du SRSD est de dresser la situation économique et sociale de la région de Kolda notamment à travers la production et le suivi d indicateurs. Ces indicateurs sont ensuite publié par l ANSD annuellement à travers la publication «Situation Economique et Sociale» et site web de l ANSD. Le SRDS vient également en appui opérationnel à la réalisation des travaux d enquêtes de l ANSD de grande ampleur telle que l Enquête Démographique et Sociale ou encore les travaux cartographiques actuellement en cours. Enfin, le SRSD fournit également des données aux services déconcentrés de l Etat au niveau de la région de Kolda. Néanmoins, la capacité de travail du SRDS de Kolda composé d un chef de service et d un adjoint ne permet pas à tous les services d avoir satisfaction. Service Régional de la Planification Sous-tutelle de la Direction de la Planification Nationale, le SRP de Kolda a pour mission d appuyer la direction à : d élaborer et coordonner la politique économique et sociale à moyen terme du pays ; de préparer le Plan d Orientation pour le Développement Economique et Social, d assurer le suivi de sa mise en œuvre aux niveaux national, régional et sectoriel, d en évaluer les résultats et d en dresser le bilan ; de faire l évaluation des projets et programmes de développement. Au niveau de la région de Kolda, le SRP est composé d un chef de service et d un adjoint. Sa principale activité est de dresser un diagnostic socioéconomique et environnemental de la région, d accompagner les collectivités locale dans leur développement et de mettre en place un Plan Régional de Développement Intégré (PRDI) Les faibles moyens sont insuffisants pour participer activement à la production statistique. Néanmoins, ce service contribue 17

19 au SISE-DL notamment dans la section «projet et programme de développement». 18

20 Etat des lieux des systèmes de production statistique de routine Analyse du secteur Santé Cette étude s attèle ainsi à examiner les conditions favorables à l élaboration de bases de données à partir du district sanitaire et de la région médicale. Nous verrons ainsi comment ces deux structures s organisent pour recueillir les données et construire des outils de suivi-évaluation avant que ces données soient transmises au niveau national. L examen de la collecte au niveau local n a pas fait l objet ici d une évaluation spécifique. Conditions structurelles L organisation du système statistique de routine dans le secteur de la santé s appuie à la fois sur les besoins propres des organes régionaux et départementaux pour assurer la supervision mais aussi sur les besoins du SNIS en matière de statistique nationale. A cet effet, nous avons constaté notamment au niveau de la région médicale une organisation forte et rigoureuse tant pour la supervision tant en personnel que pour la structuration des tâches. Les différentes missions sont clairement définies et des plans d activités suivis pour mettre en place une base de données solides et régulièrement mise à jour. Toutefois, on notera que la formation initiale du personnel et les renforcements de capacités n offrent pas actuellement d avoir un personnel qualifié pour interagir au mieux avec l exigence d un suivi-évaluation notamment pour l approche qualité. Ainsi, pour le district sanitaire ou encore la région médicale, les personnes à charge des statistiques sont issues du corps médical (infirmier ou médecin). La mise à niveau du personnel est peu fréquente et les bénéfices peuvent aussi être limités par un turn-over ou promotion vers le niveau central pour les meilleurs éléments. D un point de vue qualitatif, l entretien auprès du district sanitaire souligne un plus grand besoin en renforcement de capacité notamment en matière de rigueur méthodologique. Enfin, le système de suivi-évaluation souffre à l image de l ensemble de la structure d un déficit en équipement informatique et en alimentation électrique. Si 19

21 les agents possèdent bien un outil informatique, celui-ci est souvent obsolète et pas intégrer dans un réseau informatique facilitant le partage et la sécurité des données. Assurance de l intégrité A l image du SNIS, les différentes structures de la région de Kolda n ont pas de système de suivi-évaluation proprement parlé. Il en découle l absence de recherche systématique de la qualité des informations transmises ou encore d interprétation des données (ADE, 2012). Comme au niveau national, les données utilisées pour le calcul des taux de couverture sont recueillies au niveau des services régionaux de la statistique et demeurent souvent asynchrones avec les données collectées au niveau des systèmes de santé. L implémentation des monitorings soulèvent également quelques interrogations notamment en termes de sécurisation des données. L archivage des données est quasi inexistant et très peu méthodique. Ainsi, au niveau du district, les formulaires non saisis ne sont pas stocké et accessibles aisément. Les formulaires saisis sont quant à eux non classés et parfois égarés. Enfin, l absence de systèmes de sécurité des données ou d administration des données par droits ne permet pas la traçabilité des modifications des données et laisse la possibilité d accéder aux données librement. En dernier lieu, la politisation du secteur médical est forte au Sénégal et trouve dans la région de Kolda une dimension régionale également non négligeable. Les enquêtes auprès des utilisateurs des données a montré une certaine méfiance quant à l intégrité des données qui pour les producteurs constitueraient un moyen d orienter les politiques sanitaires locales mais aussi de copter un appui plus conséquent de la coopération internationale. Ces inquiétudes constatées auprès des utilisateurs des données et partenaires des établissements sanitaires de la région de Kolda n ont cependant pu être vérifiée. En effet, l absence de publication de données a limité le contrôle effectif des données. Il est donc difficile d évoquer la possible modification de données à des fins spécifiques locales ou nationales mais l absence de crédit des utilisateurs souligne une nécessité pour ces établissements de renforcer d une part, la transparence dans la diffusion des données et d autre part, l effort de contrôle 20

22 des données à tous les niveaux à travers des collectes indépendantes du système de santé lui-même. Rigueur méthodologique Au niveau conceptuel, les principes et normes sont respectés et font l objet d un effort de mise à jour par le personnel du niveau central lors d une revue annuelle avec les représentants des régions médicales. La présence de guide méthodologique et de notices explicatives facilitent également les phases de saisies et de collectes d informations. L outil informatique est largement employé pour enregistrer et manier les données afin de fournir des indicateurs de suivi. La méthodologie employée pour la réalisation de monitorings est adéquat et facile à utiliser. Le district bénéficie ainsi d un monitoring réalisé sous Excel permettant de suivre ses indicateurs de résultats et de dresser des tableaux mensuels. Au niveau de la région médicale, les données collectées via le monitoring s intègrent également aisément dans un monitoring régional sous Excel. Cependant, certains points méthodologiques soulignent quelques carences et peuvent limiter l exactitude des statistiques. Tout d abord, l approche même du système statistique dans le secteur de la santé réduit sensiblement la nature des résultats statistiques. Ainsi, les données sont construites à partir d une collecte systématique au niveau des établissements de santé, or, dans les départements excentrées ou très pauvres comme celui de Médina Yoro Foulah, l accès au système de santé faisant défaut, les cas de pathologie ou de mortalité peuvent ne pas être recensés par le système lui-même. L évaluation des données également suscite un certain nombre d interrogation notamment pour l échelle locale. Les fonds destinés à la supervision opérationnelle (dotation en carburant) sont limités et réduisent considérablement les possibilités de contrôle notamment des districts sur les établissements communautaires. En parallèle, très peu d enquêtes sont réalisées pour acquérir de l information ménage. Ces enquêtes permettraient ainsi de palier au manque d information des zones peu accessible mais également de contrôler les données retournées par les établissements sanitaires locaux. Les rares enquêtes sont généralement menées de manière indépendante par des programmes centraux. Si l implication 21

23 du personnel régional est effective, les données ne sont pas mises à la disposition de la région médicale ou du district concerné. Exactitude et fiabilité La méthodologie de collecte de données entraine une interdépendance des données du niveau local au niveau national. Ce système nécessite une rigueur méthodologique forte et robuste pour éviter que toute erreur puisse être répercutée sur l ensemble des données agrégées. L exigence méthodologique requise par cette emboitement de données n a pu être constatée et très peu de corrections sont envisageables tant l effort de contrôle des données et de leur qualité est limité par manque de moyens financiers et matériels chroniques. La décomposition des données tant en matière de classes d âge, de genre ou de découpage géographique est bonne. Elle offre au district et à la région médicale la possibilité d exploiter les données par rapport à des populations cibles (ex : enfants de moins de 5 ans). Au niveau géographique, on note toutefois une certaine limite dans la couverture du district qui n épouse pas toujours le découpage administratif actuel. Cet aspect soulève ainsi des contraintes dans le croisement de données telles que la population (calculée selon le découpage administratif) et les données issues du système sanitaire. Le système de collecte mis en place implique une interdépendance des données. L emboitement des données à travers l agrégation de données du niveau local au niveau départemental et régional puis au niveau national nécessite un effort important de contrôle et de vérification des données. Or, les enquêtes auprès du district sanitaire de Kolda et de la région médicale montre que le contrôle de la qualité des données est peu fréquentes voire parfois inexistantes pour des raisons structurelles (moyens financiers, absence de motos, manque de personnel). Le SNIS, garant de l éthique des données, effectue quelques décentes annuellement mais là encore, la supervision globale des 14 régions nécessite un effectif supérieur à 15 personnes (ADE, 2012). Ainsi, ces difficultés structurelles limitant la vérification des données associées à l approche méthodologique induisant une interdépendance des données augmentent le risque d erreur dans les bases de données agrégées au niveau régionale et national. 22

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

Système d Information pour la Gestion de l Education (S.I.G.E.)

Système d Information pour la Gestion de l Education (S.I.G.E.) RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Un Peuple Un But Une Foi Ministère de l Education nationale Système d Information pour la Gestion de l Education (S.I.G.E.) Plan de présentation I. Nécessité d un Système d Information

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

Différences entre DQA et RDQA

Différences entre DQA et RDQA OUTIL De l ASSURANCE DE LA QUALITE DES DONNEES DE ROUTINE (RDQA) Fiche documentaire- novembre 1, 2007 1 HISTORIQUE Les programmes nationaux et les donateurs travaillent ensemble vers la réalisation de

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques

Problématique de la qualité des données statistiques Revue du Schéma directeur de la Statistique du Mali Problématique de la qualité des données statistiques La qualité : «l ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES Version Janvier 2013 1 Sommaire I. CONTEXTE... 5 II. OBJECTIFS DU PROGRAMME... 5 III. OBJECTIF DU GUIDE... 5 IV. PRINCIPES

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

OBJECTIF. 2 RESULTATS. 2 INDICATEURS D IMPACT. 2 PRE-REQUIS. 2 ACTIVITES ET LIVRABLES. 2 PLANNING. 6 PRESTATAIRES. 6 PLAFOND DES CONTRIBUTIONS.

OBJECTIF. 2 RESULTATS. 2 INDICATEURS D IMPACT. 2 PRE-REQUIS. 2 ACTIVITES ET LIVRABLES. 2 PLANNING. 6 PRESTATAIRES. 6 PLAFOND DES CONTRIBUTIONS. Programme MOUSSANADA Axe : Système d information Action d assistance à la maîtrise d ouvrage pour l intégration d une solution informatique intégrée métier TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS...

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement

Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement Mission EDUC2 (Bilan démarche qualité) RAPPORT FINAL 2 Juillet 2008

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Code de bonnes pratiques de la statistique européenne

Code de bonnes pratiques de la statistique européenne Code de bonnes pratiques de la statistique européenne POUR LES SERVICES STATISTIQUES NATIONAUX ET COMMUNAUTAIRES Adopté par le Comité du système statistique européen 28 septembre 2011 Préambule La vision

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011,

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011, ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Forum de dialogue mondial sur la sécurité dans la chaîne d approvisionnement concernant le remplissage des conteneurs GDFPC/2011/10 Genève 21-22 février 2011 et conclusions

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES Les activités de codification nécessitent un personnel technique et un personnel auxiliaire, avec en amont de la chaîne, l équipe de coordination et en aval, les équipes

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès.

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. DIRECTION REGIONALE DE MEKNES Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. 1 Introduction Présentation Acteurs du système d information statistique régional du HCP Sources

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE

Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE La qualité : «ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui confèrent l aptitude à satisfaire

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI.

Bureau du vérificateur général du Canada. Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI. Bureau du vérificateur général du Canada Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI Juillet 2014 Revue des pratiques et audit interne Sa Majesté la Reine du Chef du

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad. Rapport d analyse 1. Information Management Unit OCHA Tchad Mai 2012

Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad. Rapport d analyse 1. Information Management Unit OCHA Tchad Mai 2012 Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad Rapport d analyse 1 Information Management Unit - OCHA Tchad Mai 2012 Sommaire I- Déroulement de l enquête... 3 II- Techniques de l enquête

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Mise à jour : avril, 2015 Version 1.0 HISTORIQUE DES RÉVISIONS Le présent document sera régulièrement révisé dans

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Recommandations pour la collecte et le traitement de données

Recommandations pour la collecte et le traitement de données Recommandations pour la collecte et le traitement de données Sommaire Contexte, objectif et démarche 1 1 Identification du besoin 2 2 Conception et définition du processus de la collecte de données 3 3

Plus en détail

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine 1. Soutenir l pour définir les directions stratégiques de la réponse humanitaire et sa planification 1.1 Analyse et planification stratégique Actions Sous-Actions Qui Quand (en continu si pas précisé)

Plus en détail

Juin 2013 COMPTE RENDU SUR L'ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE DU PLAN D'ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2013

Juin 2013 COMPTE RENDU SUR L'ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE DU PLAN D'ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2013 Vérification des pratiques de gestion du Secteur du dirigeant principal des finances () 1. Le dirigeant principal des finances () doit s assurer qu on dispose d une vue consolidée et intégrée des structures

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES

REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES LES SOURCES DE CREATION ET DE MISE A JOUR EVALUATION DE LA QUALITE SEMINAIRE DU CEFIL SUR L AVANCEMENT DES TRAVAUX CONCERNANT LA MISE EN PLACE

Plus en détail

STATISTIQUES DE L ENVIRONNEMENT

STATISTIQUES DE L ENVIRONNEMENT UNITED NATIONS STATISTICS DIVISION COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DE L AFRIQUE DE L OUEST STATISTIQUES DE L ENVIRONNEMENT L RENFORCER ET INSTITUTIONNALISER AU NIVEAU REGIONAL ET NATIONAL DES PAYS DE LA CEDEAO Étude

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013 Direction de l audit de Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques Le 5 décembre 2013 Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques BUT Le présent document

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE MISE EN ŒUVRE DE

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 31 juillet 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 5 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

Normes d audit internes (Exercices + corrigés)

Normes d audit internes (Exercices + corrigés) A Exercices Normes d audit internes (Exercices + corrigés) 1 Le comité d audit est le plus susceptible de participer à l approbation A Des promotions et augmentations de salaire des auditeurs B Des observations

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 49 e réunion Distr. restreinte 7 septembre 2010 Français Original: anglais Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail