LA TVA COMME FACTEUR DE COÛT DANS LE DOMAINE FINANCIER TVA occulte il y a, TVA occulte il restera!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA TVA COMME FACTEUR DE COÛT DANS LE DOMAINE FINANCIER TVA occulte il y a, TVA occulte il restera!"

Transcription

1 Les auteurs examinent diverses situations relatives au domaine de la finance et dans lesquelles la TVA constitue une charge définitive qu il est difficile voire impossible d éviter. P H I L I P R O B I N S O N J A C Q U E S P I T T E T LA TVA COMME FACTEUR DE COÛT DANS LE DOMAINE FINANCIER TVA occulte il y a, TVA occulte il restera! 1. INTRODUCTION Le présent article concerne principalement les banques, les sociétés d assurance et d autres fournisseurs de prestations dans le domaine de la finance pour lesquels la TVA représente un facteur de coût, en raison de la nature des opérations réalisées. Cependant, d autres contribuables réalisent également des transactions financières exclues du champ de l impôt (sociétés de négoce de matières premières qui doivent sécuriser leurs opérations au moyen de produits dérivés) et se trouvent par conséquent confrontés à des problématiques comparables. Que la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ait engendré des coûts administratifs en raison du fait que le contribuable, qui est une sorte d agent de l Administration fédérale des contributions (AFC), doit percevoir cet impôt est désormais de notoriété publique. Hormis les coûts administratifs précités, il est également unanimement reconnu que la TVA devrait être neutre pour le contribuable puisqu un des principes de base de cet impôt est l imposition du consommateur final [1]. Cependant, la TVA n est pas neutre, tant s en faut. N importe quel contribuable TVA affirmera tout d abord que la TVA lui occasionne un coût, en particulier au niveau de la gestion administrative de cet impôt. Toute entreprise, sans lien avec son domaine d activité, aura également à supporter des charges de TVA en relation avec des frais de nourriture et de boisson puisque la loi sur la TVA (LTVA) n autorise qu une déduction à hauteur de 50% des montants de l impôt grevant de tels frais [2]. Cependant, le domaine de la finance, du fait de la nature des chiffres d affaires réalisés et de certaines particularités en relation avec les flux de services, engendre des charges de TVA à la fois particulières et parfois conséquentes en termes financiers. 2. BREF RAPPEL DE QUELQUES PRINCIPES Lorsqu une opération est exclue du champ de l impôt, la TVA frappant la livraison et l importation de biens et de services utili sés pour la réalisation sur le territoire suisse ou à l étranger ne peut être déduite au titre de l impôt préalable que si l assujetti a opté pour son imposition conformément à l article 26 LTVA [3]. Bien qu en comparaison du régime de l Ordonnance régissant la TVA [4] celui de la LTVA ait introduit un plus grand nombre d options pour l imposition de chiffres d affaires exclus du champ de l impôt, les revenus «financiers» [5], parmi lesquels on doit inclure les transactions sur produits dérivés [6], restent exclus sans possibilité d option [7]. Notons au passage que dans le système de TVA suisse, un chiffre d affaires financier reste exclu même s il est réalisé avec un bénéficiaire domicilié à l étranger. En d autres termes, ce chiffre d affaires exclu ne devient pas ipso facto exonéré (ou imposable à 0% voire non imposable mais avec droit à récupération de l impôt préalable [8]) du fait qu il est «exporté» ou qu il est localisé à l étranger. Au contraire, le Royaume-Uni notamment connaît une telle approche lorsque, par exemple, une banque anglaise réalise un chiffre d affaires initialement exclu du champ de l impôt (tax exempt) avec un bénéficiaire domicilié en dehors de l Union européenne. Lors de l établissement de son Rapport sur des améliorations de la TVA (10 ans de TVA), le Conseil fédéral n a pas manqué de relever cette solution proposée par l Asso- PHILIP ROBINSON, DR. PHIL. I, LIC. OEC. HSG, EXPERT FISCAL DIPL., MEMBRE DU GROUPE TECHNIQUE FISCALITÉ ET DU CENTRE DE COMPÉ- TENCE TVA DE LA CHAMBRE FIDUCIAIRE, PARTNER, ERNST & YOUNG AG, ZURICH JACQUES PITTET, AVOCAT, SPÉCIALISTE TVA, SENIOR MANAGER, ERNST & YOUNG SA, GENÈVE, CH.EY.COM L EXPERT- COMPTABLE SUISSE 903

2 Page 2 / 8 ciation suisse des banquiers (ASB) mais il l écarte pour un motif qui a le mérite de la clarté [9]: «une mesure analogue pourrait difficilement être appliquée en Suisse, étant donné la difficile situation des finances fédérales et la politique d économie mise en place pour assainir les comptes». Il n est dès lors pas abusif de conclure que, bien qu elle soit fondamentalement contraire au système de la TVA, la taxe occulte est une source non négligeable de rentrées fiscales pour la Confédération [10]. «Il est important de rappeler que selon le principe de l auto-taxation, le contribuable est seul responsable de l imposition correcte et complète des prestations qu il fournit.» 3. DÉFINITION DU COÛT DE TVA Qu est-ce qu un coût de TVA? La première idée qui vient à l esprit est la fameuse taxe occulte ou rémanence de la taxe [11]. Une société qui ne dispose pas d un plein pouvoir de récupération de l impôt préalable doit supporter une charge de TVA non déductible. C est ce que nous examinerons plus loin en tant que coût en raison d une charge (cf. point 4). Une charge de TVA peut également venir se greffer sur un revenu lorsque le contribuable TVA doit facturer une opération avec TVA mais qu il ne peut pas répercuter cette TVA sur l acquéreur de l opération: nous sommes alors en présence du cas plus rare d un coût en raison d un revenu (cf. point 5). Les banques, les sociétés d assurance et plus généralement les fournisseurs d opérations financières, mais également des entreprises actives dans d autres branches économiques qui réalisent des transactions financières, sont exposés à devoir supporter des coûts de TVA dans deux cas: d une part, en raison de la réalisation de chiffres d affaires financiers exclus du champ de l impôt, elles ne peuvent mettre en compte l impôt préalable y relatif, ce qui conduit à la création d une charge définitive de TVA. D autre part, à supposer qu elles se soient trompées en qualifiant une contre-prestation comme étant exclue alors qu elle était en fait imposable, elles supportent le risque de devoir verser l impôt à l AFC, sans possibilité de transférer cette charge fiscale à leurs clients. 4. COÛT EN RAISON D UNE CHARGE 4.1 Généralités. Comme cela a été rappelé ci-dessus, tout contribuable qui réalise des opérations exclues du champ de l impôt doit se poser la question de son taux de récupération de l impôt préalable. À titre préliminaire, il est important de rappeler que, selon le principe de l auto-taxation [12], le contribuable est seul responsable de l imposition correcte et complète des prestations qu il fournit. Cela implique également qu il est responsable du fait qu il ne déduise pas un impôt préalable trop élevé [13]. Les méthodes de réduction de la déduction de l impôt préalable (REDIP) sont ainsi nombreuses. La pratique voit se développer de plus en plus de méthodes de REDIP qui ne figurent pas parmi celles proposées dans la Brochure spéciale n o 6 mais qui sont souvent une combinaison de plusieurs méthodes, afin de tenir compte des spécificités de l activité de la société et de parvenir à une REDIP qui soit à la fois économiquement acceptable pour l assujetti et fiscalement acceptée par l AFC. 4.2 Coût pour le destinataire Affectation directe. Plusieurs méthodes de REDIP proposées par l AFC permettent de procéder à des affectations [14] directes [15]. En d autres termes, si une charge grevée de TVA peut être mise en relation directe avec la réalisation d opérations imposables, exonérées ou non imposables mais qui l auraient été si elles avaient été réalisées sur territoire suisse [16], cette TVA est entièrement déductible. Cependant, il serait faux d oublier que cette méthode d affectation directe s applique également dans l autre hypothèse, à savoir lorsque des charges grevées de TVA peuvent être directement affectées à la réalisation de chiffres d affaires exclus du champ de l impôt, à des activités qui ne sont pas considérées comme des opérations, à des activités privées et à des opérations exercées dans le cadre de la puissance publique [17]. Prenons l exemple de la société A en Suisse qui se voit facturer des opérations fiduciaires par la banque B également en Suisse. Cette dernière devra facturer avec TVA la commission perçue [18]: la société A ne pourra cependant pas déduire cette TVA au titre de l impôt préalable si l opération réalisée par la banque est en relation avec des titres Outsourcing/Shared Services Centers. Une économie peut parfois provoquer un coût! Cette affirmation peut paraître surprenante mais elle l est moins lorsque le coût a trait à la TVA. Comment cela est-il possible? Afin d opérer des économies d échelle au sein d un groupe économique, il est désormais usuel que certains services soient sous-traités (outsourcing) et regroupés à un niveau national et/ou international. Ainsi, un constructeur automobile pourra centraliser la comptabilité de plusieurs pays dans un seul centre, celui-ci étant chargé par exemple de la comptabilité des créanciers et des débiteurs et de la préparation des décomptes TVA des pays concernés. Un shared services center (SSC) d un groupe bancaire rendra des services de gestion de fortune et, s agissant de l informatique, s occupera de l achat centralisé de hard- et de software, de la gestion des licences de software, du développement et de la maintenance, ainsi que des systèmes Enterprise Resource Process (ERP). Si l on prend pour exemple une banque localisée en Suisse et un SSC domicilié à l étranger, plusieurs réflexions s imposent. Tout d abord, le SSC est une entité interne au groupe économique mais qui est indépendante, tant du point de vue organisationnel et économique, que légal et TVA. Il ne s agit dès lors pas d une succursale de la banque et encore moins d un bureau de représentation mais d une entité juridique propre. De cette première réflexion en découlent d autres. 904 L EXPERT- COMPTABLE SUISSE

3 Au niveau matériel, la banque et le SSC sont traités comme étant des entités proches puisqu ils font partie d un même groupe économique [19]. Partant, les prix fixés entre la banque et le SSC pour ses prestations de services (voire également pour ses livraisons de biens) devront avoir la même valeur que celle qui aurait été convenue entre des tiers indépendants. Cette problématique est particulièrement importante pour la banque puisqu elle n a pas un plein pouvoir de récupération de l impôt préalable. Il serait dès lors tentant que le SSC facture ses prestations à la banque à un prix inférieur au prix du marché afin de diminuer la charge définitive de TVA de celle-ci. Au niveau formel, le SSC devra émettre des factures à l intention de la banque et devra en principe disposer de la documentation juridique détaillant les services que la banque attend de lui [20]. Puisque le SSC est domicilié à l étranger, qu il n est pas contribuable TVA suisse et que les services rendus sont imposables au siège du destinataire [21], la banque devra procéder à l auto-taxation desdits services [22]. Son taux de récupération de l impôt préalable, déterminé par son forfait bancaire, lui occasionnera immanquablement une charge définitive de TVA. Cela explique d ailleurs l intérêt marqué des inspecteurs TVA pour les comptes de charges en provenance de l étranger lors de leurs contrôles externes; toute lacune dans l auto-taxation conduit à l établissement d un décompte complémentaire (reprise TVA) assorti d intérêts moratoires dont le taux vient d être reconduit à 5% l an [23]. La situation de la banque n est par ailleurs pas meilleure si le SSC est domicilié en Suisse puisqu elle devra également supporter une charge de TVA dont une partie n est pas déductible. Force est ainsi de constater que les économies bien réelles en termes d efficacité et de coût qu occasionne la mise sur pied d un ou de plusieurs SSC provoquent des coûts de TVA. Cependant, la charge non récupérable de TVA, qu elle résulte de l auto-taxation ou de la facture directement grevée de TVA émise par le SSC localisé en Suisse, peut être qualifiée de raisonnable grâce au taux normal de 7,6% en vigueur actuellement en Suisse. Ainsi, même au niveau de la TVA, la Suisse reste un pays fiscalement attrayant. Des tentatives d optimisation ont certes été explorées dans plusieurs pays de l Union européenne mais elles ont été sanctionnées par les tribunaux nationaux et européens [24]. Au niveau suisse, il ne faut pas négliger les optimisations qu offre la constitution d un groupe d imposition TVA [25], sans cependant omettre d en évaluer les contraintes, notamment administratives [26] Prestations imposables non facturées par des personnes proches. Le chiffre précédent a abordé la question des opérations soustraitées mais clairement facturées. Il n est pas rare que dans le cadre d un même groupe économique, certaines opérations ne soient pas facturées. Il est même relativement courant que la société-mère domiciliée à l étranger fournisse gratuitement des prestations de services à sa société-fille domiciliée en Suisse. S il s agit par exemple de services informatiques délivrés par une société du groupe à l étranger à sa banque en Suisse, ceux-ci constituent des prestations de services imposables au siège du bénéficiaire [27]. La banque suisse devra dès lors autotaxer cette acquisition de prestation de services en provenance de l étranger [28]. Pour ce faire, elle devra dans un premier temps valoriser la prestation de services offerte; de plus, en présence de livraisons de prestations de services entre proches, le prix la contre-prestation! doit correspondre à la valeur qui aurait été convenue entre des tiers indépendants [29]. S agissant de cette valeur, nous sommes d avis qu il faut prendre en considération le prix pratiqué au siège du domicile étranger de la société-mère et non pas celui qui serait pratiqué par une entreprise informatique suisse. En effet, il s agit de reconstituer le prix qui aurait été effectivement établi si l opération avait été facturée par la société-mère et non pas celui «En matière de TVA, les cadeaux qui peuvent conduire dans un premier temps à une économie d impôt ne sont presque jamais gratuits et conduisent souvent à des reprises TVA, lesquelles occasionnent finalement des charges définitives de TVA.» qui est le plus favorable à l administration fiscale. Si la banque suisse disposait d un plein pouvoir de récupération, l exercice de l auto-taxation s avérerait neutre fiscalement puisque la TVA due sur l auto-taxation serait entièrement récupérable en tant qu impôt préalable dans le même décompte TVA [30]. Or, la composition du compte de résultat d une banque combiné à l utilisation du forfait bancaire ne conduit jamais à une pleine déduction de l impôt préalable: il en résultera toujours une charge de TVA non déductible. Le «cadeau» de la sociétémère n en était dès lors pas un, ce d autant que si le problème est décelé par un inspecteur TVA à l occasion d un contrôle externe, la reprise sera assortie d un intérêt moratoire annuel de 5%. Comment l inspecteur TVA a-t-il donc pu identifier ces prestations gratuites? Au moyen des documents dont il a demandé la remise, en particulier le rapport sur la révision des comptes [31] de la banque, et par l examen de la comptabilité qui ne fait pas mention d une telle charge de prestations informatiques. On voit ainsi qu en matière de TVA, les «cadeaux» qui peuvent conduire dans un premier temps à une économie d impôt (quand bien même ils ne sont pas effectués dans ce dessein) ne sont presque jamais gratuits et conduisent souvent à des reprises TVA, lesquelles occasionnent finalement des charges définitives de TVA Commissions et rétrocessions de commissions. La TVA est un impôt sur le chiffre d affaires multistade. Concrètement, cela signifie que chaque opération doit être examinée pour ellemême. La meilleure image qui puisse être donnée pour résumer l approche de la TVA est celle du saucissonnage: un opérateur qui acquiert une charge puis qui réalise un revenu avec cette charge doit qualifier au niveau de la TVA d abord la L EXPERT- COMPTABLE SUISSE 905

4 «Au niveau suisse, il ne faut pas négliger les optimisations qu offre la constitution d un groupe d imposition TVA, sans cependant omettre d en évaluer les contraintes, notamment administratives.» charge puis le revenu. Il en va de même lorsqu il réalise d abord un revenu puis redistribue une partie de ce revenu. On ne saurait en effet se limiter à qualifier uniquement le solde restant dans les comptes de cet opérateur. Dans le domaine de la finance, il est fréquent qu une banque obtienne un revenu tiré d une commission puis reverse une partie de cette rétrocession à un autre intervenant souvent domicilié à l étranger (rétrocession de commission). Cela ne va pas sans causer quelques problèmes TVA. Prenons une banque suisse qui perçoit d une SICAV luxembourgeoise non autorisée à la distribution en Suisse une commission de performance (performance fees) puis reverse une partie de cette commission à une filiale domiciliée à l étranger. Au niveau du revenu de la banque, cette commission peut être traitée comme non soumise à la TVA (mais avec droit à récupération). On parle communément d exportation de services: dans le cadre du forfait bancaire, cette commission rentrera dans les commissions et prestations qu elles soient imposables, ou non soumises à l impôt [32], ce qui aura pour effet d augmenter le taux de récupération de l impôt préalable de la banque. Reste encore à traiter fiscalement la rétrocession de commission. S agissant d une opération bancaire ou financière, elle est imposable au siège du bénéficiaire [33], en l occurrence à l étranger. La banque devra auto-taxer le montant de la rétrocession de commission au titre d acquisition de prestations de services en provenance de l étranger. Attendu que la banque n a pas un plein pouvoir de récupération de l impôt préalable, il en résultera une charge définitive de TVA. Cependant, le fait d avoir réalisé initialement une opération imposable a augmenté le taux de récupération et a donc limité l impact de l auto-taxation, ce qui ne la rend pas encore neutre fiscalement. On constate dès lors que la rétrocession de commission a créé une charge de TVA. Quid du traitement TVA de la rétrocession de commission si la commission initialement perçue est exclue du champ de l impôt parce qu elle rémunère la distribution sur territoire suisse d une SICAV autorisée à la distribution en Suisse? Hormis le cas des honoraires versés à un apporteur d affaires domicilié à l étranger charge sujette à auto-taxation selon l article 14 al. 3 let. c ou d LTVA en relation avec l article 10 let. a LTVA [34], cette rétrocession représente une opération exclue du champ de l impôt qui n est pas sujette à auto-taxation [35]: le fardeau de la preuve en incombera au contribuable. Le revenu exclu du champ de l impôt aura eu un impact négatif sur le forfait bancaire; par contre, la charge ne va pas provoquer de charge de TVA supplémentaire. Il est dès lors recommandé de procéder à une analyse pointue de chaque flux de revenus et de charges. La mise en place d opérations de commissions puis de rétrocessions de commissions doit également faire l objet d une évaluation de la charge de TVA non récupérable du point de vue suisse, les impacts au niveau d autres régimes TVA (principalement anglo-saxons et luxembourgeois pour ce qui concerne le domaine de la finance) ne devant pas non plus être négligés Produits dérivés et hedging. Conformément à l article 18 ch. 19 let. e LTVA, les opérations (au comptant et à terme), y compris la négociation, portant sur les papiers-valeurs, sur les droits-valeurs et dérivés sont exclues du champ de l impôt. Le commerce des dérivés est par conséquent toujours lié à une réduction du droit de récupération de l impôt préalable. Pour des dérivés sur des actions, options, indices, etc., la problématique est simple car l opération principale (ou valeur sousjacente, en l occurrence la transaction de papiers-valeurs) ainsi que l instrument s y référant suivent la même qualification TVA. Par conséquent, il n est pas nécessaire d affecter l impôt préalable partiellement à l opération principale et au produit dérivé. La situation devient plus complexe pour des dérivés se référant à des transactions principales imposables (p. ex. call option pour des matières premières comme le pétrole ou le café, SWAP sur l électricité). Dans ces cas, les instruments servent d abord à la couverture des transactions physiques principales (hedging). De même, il est fréquent qu un propre commerce des instruments de couverture détaché des transactions de base se réalise. Dans les deux cas, les chiffres d affaires résultant de la vente des dérivés sont exclus du champ de l impôt. Néanmoins, se pose la question pratique de l allocation de l impôt préalable au commerce physique pour lequel la déduction est possible ou au commerce des dérivés/ hedging pour lequel la déduction de l impôt préalable n est pas possible. En présence de telles situations, l AFC met à disposition deux variantes forfaitaires pour le calcul de la déduction de l impôt préalable [36]. Il convient de noter que, souvent, ces méthodes conduisent à des résultats défavorables pour le contribuable alors que cela n est pas justifié par l état de fait. C est pour cela qu il est conseillé de calculer la réduction de l impôt préalable à l aide d autres clés, en se basant notamment sur des critères économiques qui peuvent être spécifiques pour chaque contribuable confronté à une telle problématique (p. ex. utilisation d une clé basée sur le personnel pour l allocation de l impôt préalable) Forfait bancaire. Le titre officiel du forfait bancaire est «forfait d impôt préalable spécifique à la branche pour les banques» [37]. A lui seul, ce titre livre plusieurs informations et non des moindres. Tout d abord, la condition sine qua non pour se voir octroyer par l AFC le bénéfice de ce calcul forfaitaire est d être une banque [38]. Le fait que le sous-total des opérations d intérêts soit minoré de 25% et que le sous-total des opérations de commissions et des prestations de services imposables (ou non sou- 906 L EXPERT- COMPTABLE SUISSE

5 mises à l impôt) soit majoré de 65% voire même de 70% constitue le point fort du forfait bancaire, si bien que bon nombre de sociétés actives dans le domaine de la finance, en particulier les négociants en valeurs mobilières, souhaiteraient pouvoir bénéficier dudit forfait. Il serait cependant faux d affirmer que le forfait bancaire est «bon marché»: il est plus judicieux de constater que les banques ont obtenu une méthode de détermination de leur droit à déduction de l impôt préalable qui est avantageuse, tant dans sa méthode que dans son résultat, sans pour autant conduire à un avantage fiscal notable. Ensuite, il s agit d un forfait: il simplifie donc sensiblement la détermination du taux de récupération de l impôt préalable d une banque. Les discussions menées entre l AFC et l ASB ont permis d obtenir un résultat satisfaisant dans la majorité des cas mais il subsiste cependant quelques problèmes particuliers que le forfait bancaire ne résout pas. Citons par exemple certaines opérations de refacturation qui, si elles sont imposables (voire éventuellement exonérées) dans le cadre du décompte TVA, sont par contre traitées comme étant exclues du champ de l impôt lors de l établissement du forfait bancaire si ces opérations apparaissent dans la rubrique du compte de résultat, rubrique intitulée «Sous-total autres résultats ordinaires». En présence d un forfait, le contribuable est donc parfois gagnant parfois perdant, si bien qu il ne lui est pas possible d individualiser le forfait bancaire à sa guise afin de diminuer encore sa charge définitive de TVA: les règles pour l établissement du forfait bancaire sont claires et précises, comme le sont également les principes pour l établissement des comptes énoncés dans les Directives de la Commission fédérale des banques sur les dispositions régissant l établissement des comptes (art. 23 à 27 OB) du 14 décembre 1994 (DEC-CFB). Il ne faut cependant pas perdre de vue qu avec ce forfait, les travaux administratifs en matière de comptabilité et de préparation du décompte TVA s en trouvent considérablement facilités [39]. De plus, en présence de situations très particulières non prises en considération par le forfait bancaire, une analyse en amont d une opération à venir permet d évaluer l impact sur le forfait bancaire: une modification anticipée et réelle du flux des services et des factures permet parfois d éviter un impact négatif sur le taux du forfait bancaire, pour autant qu aucune autre contrainte, de nature commerciale et/ou juridique, ne vienne reléguer la problématique TVA au second plan, voire bien plus loin encore. 5. COÛT POUR LE PRESTATAIRE EN RAISON D UN REVENU Un revenu peut parfois générer une charge de TVA pour le contribuable. Rappelons qu un des principes directeurs de la TVA est la transférabilité de l impôt [40]: la charge de TVA doit devrait! en principe être supportée par le consommateur final. Ce concept apparemment salvateur pour le contribuable a donné lieu à plusieurs précisions jurisprudentielles: en substance, ce principe, comme les autres d ailleurs, ne fonde aucun droit subjectif pour les contribuables [41]. Autrement dit, si le contribuable ne peut pas transférer la charge de TVA qu il a payé à l AFC, cette dernière n a pas à abandonner de ce fait sa créance. L article 37 al. 6 LTVA énonce expressément que les contestations portant sur le transfert de l impôt sont de la compétence des tribunaux civils. Prenons l exemple d une banque qui, à la suite d un contrôle TVA externe, se voit réclamer par l AFC un montant de TVA due en raison du fait que la banque a à tort considéré que certaines opérations avec un bénéficiaire domicilié dans la Principauté du Liechtenstein n étaient pas soumises à TVA alors qu elles auraient dû l être au taux normal de 7,6%. En théorie, cette banque a la possibilité d émettre une facture complémentaire de TVA afin de faire supporter la charge de TVA au consommateur final, comme c eût été le cas si l imposition avait été effectuée correctement lors de la facturation initiale. Cependant, si le récipiendaire de la facture n est pas contribuable TVA au Liechtenstein ou ne peut pas récupérer la TVA complémentaire au titre de l impôt préalable, il sera peu, voire pas du tout, enclin à acquitter un montant supplémentaire de TVA et soutiendra que la dette initiale devait se comprendre «toute taxe comprise». À ces considérations financières peuvent venir s en greffer d autres plus économiques: est-il commercialement adéquat de venir réclamer plusieurs mois voire plusieurs années plus tard à un client un montant de TVA qu il eût été «facile» de facturer initialement si le traitement TVA avait été correctement appliqué? Les erreurs de traitement TVA peuvent être également d autre nature. Citons par exemple l opération traitée comme imposable au siège du destinataire domicilié à l étranger et donc «Force est de constater que si le traitement TVA du chiffre d affaires n a pas été correctement appliqué dès le début, il sera difficile voire impossible pour le contribuable en particulier pour des raisons commerciales ou même d image de transférer cette charge TVA.» «exportée» (art. 14 al. 3 LTVA), alors qu il s agit en fait d une opération imposable au siège du bénéficiaire en Suisse (art. 14 al. 1 LTVA) et qu il aurait donc fallu grever de TVA. Ou les management fees facturés à une société d investissement passive (société offshore) détenue par une société suisse: en application du principe de la transparence [42], les management fees, dont on peut partir de l idée qu ils sont suffisamment bien documentés pour être imposables au siège du destinataire, auraient dû être grevés de TVA. Ou l opération considérée comme exclue du champ de l impôt alors qu elle était imposable. L inverse (opération imposable/exonérée/non soumise au lieu d exclue du champ de l impôt) provoque également une charge de TVA, à cette différence que l impact ne sera pas au niveau du revenu mais le sera sur la correction du taux de récupération de l impôt préalable. En résumé, force est de constater que si le traitement TVA du chiffre d affaires n a pas été correctement appliqué dès le début, il sera difficile voire impossible pour le contribuable L EXPERT- COMPTABLE SUISSE 907

6 en particulier pour des raisons commerciales ou même d image de transférer cette charge TVA. Ceci est particulièrement vrai lorsque le consommateur final est une personne physique ou une société non contribuable TVA ou dont le taux de récupération de l impôt préalable n est pas de 100%. «Les discussions menées entre l AFC et l ASB ont permis d obtenir un résultat satisfaisant dans la majorité des cas mais il subsiste cependant quelques problèmes particuliers que le forfait bancaire ne résout pas.» 6. LPCC Suite à l entrée en vigueur de la Loi fédérale sur les placements collectifs de capitaux (LPCC), (RS ) le 1 er janvier 2007, l article 18 ch. 19 let. f LTVA a été modifié afin de tenir compte notamment des nouveaux termes techniques. La modification n est cependant pas seulement d ordre rédactionnel mais également de nature technique. En date du 6 juillet 2006, la circulaire ASB n 7475 avait annoncé un possible changement de pratique de l AFC dans le traitement TVA de certaines rémunérations en relation avec les fonds de placements. Ce changement de pratique est finalement intervenu le 30 mars 2007 par le biais de la ComPra intitulée «Changement de pratique valable à partir du 1 er janvier 2007, concernant la distribution de parts de placements collectifs selon la loi sur les placements collectifs du 23 juin 2006, en vigueur depuis le 1 er janvier 2007» [43], laquelle porte effet au 1 er janvier Si le traitement TVA en relation avec des placements collectifs suisses ne change pas, il n en va pas de même lorsque le fonds est de droit étranger. Disons-le d emblée, certaines institutions, notamment bancaires, vont voir leurs revenus exclus du champ de l impôt augmenter ce qui aura pour conséquence directe une diminution de leur taux de récupération de l impôt préalable. Ainsi, la simplification louée par l ASB dans la circulaire précitée risque fort de provoquer quelques crispations lors de l établissement du forfait bancaire 2007 [44]. De plus, à ce jour, la ComPra du 30 mars 2007 ne répond pas à toutes les questions ni à toutes les attentes des praticiens, tant s en faut. La nouvelle version de la Brochure n 14 ne devrait pas manquer de combler ces lacunes [45]. Pour illustrer la péjoration de certaines situations, examinons la situation de la banque suisse agissant comme banque dépositaire. Cette dernière perçoit notamment d une SICAV luxembourgeoise non autorisée à la distribution en Suisse trois types de commissions: é des commissions pour la distribution à l étranger (distributions fees); é des commissions de performance (performance fees ou management fees); é des commissions pour la gestion d états (maintenance fees). Selon la pratique en vigueur jusqu au 31 décembre 2006, ces trois types de commissions n étaient pas exclus du champ de l impôt en application de l article 18 ch. 19 let. f LTVA mais exonérées. En effet, puisque la SICAV n était pas autorisée à la distribution en Suisse, elle n était pas couverte par l ancienne Loi sur les fonds de placement. La rémunération ne pouvait dès lors être exclue. Elle n était cependant exonérée (art. 14 al. 3 LTVA) que dans la mesure où la banque suisse pouvait apporter la preuve de la nature des commissions perçues. Aux termes de la nouvelle pratique à partir du 1 er janvier 2007, nous sommes d avis que le traitement TVA des trois types de commissions précitées n est pas modifié puisque la LPCC ne trouve pas application. Par contre, si la SICAV est autorisée à la distribution en Suisse, la situation va changer. Selon l ancienne pratique, seule la commission pour la distribution en Suisse était exclue du champ de l impôt, les deux autres types de commission étant exonérées. La commission de distribution sur territoire suisse demeure exclue du champ de l impôt. Par contre, selon notre compréhension de la nouvelle pratique, la commission pour la gestion d états (maintien, soin aux clients, maintenance fees) devient exclue du champ de l impôt, ce qui aura pour effet de diminuer le taux de récupération de l impôt. S agissant de la commission de performance, nous sommes portés à croire que cette commission doit rester exonérée, que la SICAV soit ou non autorisée à la distribution en Suisse. En effet, ce revenu a trait à la gestion d une SICAV domiciliée à l étranger et n est pas en relation avec une activité de distribution [46]: il y a donc «exportation de services». Ces questions ne devraient pas manquer d être abordées de manière détaillée dans la nouvelle Brochure «Finance» et les points de vue exprimés ci-dessus d être confirmés ou infirmés. Comme dans les épisodes à suspens, l affaire est à suivre. 7. CONCLUSION Le tableau peut paraître bien sombre lorsqu on aborde la question de la TVA dans le domaine de la finance. En effet, où que l on se tourne, une charge de TVA est nichée dans un coin. En outre, même dans les projets les plus audacieux de réforme du système TVA suisse, une suppression des opérations exclues dans le domaine de la finance est présentée comme problématique quand l idée d une suppression n est pas purement et simplement écartée [47]. De plus, le domaine de la finance n est guère confronté à la problématique de la gestion des taux normaux, réduits et spéciaux: les simplifications souhaitées par le Parlement et par le Département fédéral des finances (taux unique voire éventuellement deux taux) n auront dès lors que peu d impact positif pour le domaine de la finance. La nouvelle édition de la Brochure «Finance» est toujours en travail au sein de l AFC mais elle ne devrait pas contenir d éléments révolutionnaires et le forfait bancaire ne devrait apparemment pas connaître de bouleversements. TVA occulte il y a, TVA occulte il restera! Dans les principes, il s avère ainsi difficile voire impossible de diminuer la charge définitive de TVA. Par contre, il arrive parfois encore que toutes les possibilités d option, en particulier dans le domaine de l immobilier, n aient pas encore été 908 L EXPERT- COMPTABLE SUISSE

7 Page 7 / 8 objective de la déduction de l impôt préalable». 14) Ou «attributions», selon les termes de la pratique administrative helvétique. 15) Par exemple BS 6 ch p. 40 et ch. 2 p. 44 ss (méthode effective), ch p. 41 et ch. 4 p. 51 ss (variante forfaitaire 1) et ch. 6 p. 56 ss (méthode alternative de l unité de la prestation). 16) Art. 38 al. 3 LTVA. 17) Art. 38 al. 4 LTVA. 18) B. 14 ch p ) Art. 33 al. 2 LTVA. Cf. ég. Instructions 2001 sur la TVA ch. 430 ss p. 94 ss. Brochure spéciale n 4 «Prestations à soi-même», ch. 3.1 p. 11 ss. 20) Nonobstant les assouplissements introduits en 2005 et 2006 au niveau du formalisme, la prudence reste de rigueur et une «best practice» recomman de de maintenir un haut niveau de formalisme, tant au niveau des factures émises que reçues. 21) Art. 14 al. 3 LTVA. 22) Art. 10 et 24 LTVA. 23) Ordonnance du 4 avril 2007 du Département fédéral des finances sur les taux de l intérêt moratoire et de l intérêt rémunératoire (RS ). 24) Arrêt du 3 mars 2005 (affaire C-472/03), Staatssecretaris van Finanexplorées. Mais surtout, il faut prendre conscience que certains mécanismes d achat de services puis de refacturation ainsi que l outsourcing créent des charges définitives de TVA. À défaut de pouvoir faire disparaître la taxe occulte, il faut éviter, autant que faire se peut, de créer des situations qui vont en générer. Notes: 1) Art. 1 de la Loi fédérale régissant la taxe sur la valeur ajoutée (Loi sur la TVA, LTVA; RS ). Bien qu aucune disposition légale ne l impose, la TVA doit, dans l intention du législateur, être supportée par le consommateur final dans la mesure où les conditions du marché le permettent (Nicolas Schaller, Yves Sudan, Pierre Scheuner, Pascal Huguenot, TVA annotée, Schulthess 2005, ad art. 1 ch Cité: Code TVA annoté). L assujetti n a qu une fonction fiduciaire, respectivement d encaissement. 2) Art. 38 al. 5 LTVA. 3) Art. 17 LTVA. 4) OTVA en vigueur du 1 er janvier 1995 au 31 décembre ) Par simplification, les revenus «financiers» sont l ensemble des chiffres d affaires mentionnés aux lettres a à f de l art. 18 ch. 19 LTVA, ainsi que l art. 18 ch. 18 LTVA (opérations d assurance et de réassurance). Voir ég. Philip Robinson, Cristina Oberheid, Commentaires des art. 18 ch. 18 et 19 LTVA, in: Clavadetscher, Glauser, Schafroth, mwst.com Kommentar zum Bundesgesetz über die Mehrwertsteuer, Basel ) Cf. Brochure n 14 «Finance» publiée par l AFC (cité: B. 14), ch. 5.8 p. 36 s. «Opérations de couverture au moyen d options et de futures («hedging»)». 7) Ni la lettre a ni la lettre b de l alinéa 1 de l art. 26 LTVA ne mentionnent en effet les art. 18 ch. 18 et 19 LTVA. 8) Cf. art. 38 al. 3 LTVA. 9) P. 107 ch ) Sur cette question, voir en particulier le Rapport de P. Spori, expert chargé de la réforme de la TVA à l attention du chef du DFF du 12 mai 2006, p. 12 ch. 3.2: En 2001, pour un produit de CHF 17 milliards, la taxe occulte s est élevée à CHF 5,5 milliards. 11) Jean-Marc Rivier/Annie Rochat Pauchard, Droit fiscal suisse, La taxe sur la valeur ajoutée, 2000, p. 49 ss. 12) Art. 46 LTVA. Cf. ég. la jurisprudence citée dans le Code TVA annotée, ad art. 46 LTVA. 13) Cf. ég. Brochure spéciale n 6 «Réduction de la déduction de l impôt préalable en cas de double affectation», publiée par l AFC (cité: BS. 6), ch p. 42: «Puisque la TVA est régie par le principe de l auto-taxation, l assujetti est lui-même responsable de la réduction correcte et ZUSAMMENFASSUNG Die MWST als Kostenfaktor im Finanzbereich Der Beitrag befasst sich mit denjenigen Aspekten der Mehrwertsteuer (MWST), die dazu führen, dass diese Steuer im Finanzbereich zu einem Kostenfaktor werden kann und regelmässig auch wird. Die Ausführungen richten sich nach dem MWST-Recht der Schweiz und betreffen zum einen Banken, Versicherungen und weitere Finanzdienstleister, für welche die MWST wegen der Art ihrer Tätigkeit einen Kostenfaktor darstellt. Daneben sind aber auch andere Unternehmen, die von der MWST ausgenommene Finanztransaktionen tätigen z. B. Rohstoffhändler, die ihre Geschäfte mit Derivaten absichern mit vergleichbaren MWST-Fragen konfrontiert. Die genannten Unternehmen sind zwei grundsätzlichen Formen von MWST-Kosten ausgesetzt: Einerseits können sie die mit ihren von der MWST ausgenommenen Finanzumsätzen zusammenhängenden Vorsteuern nicht anrechnen lassen. Damit werden diese Vorsteuern zu definitiven Kosten. Andererseits tragen mehrwertsteuerpflichtige Unternehmen, die unterschiedliche Arten von Umsätzen tätigen, das Risiko, für fälschlicherweise als aus genommene Umsätze qualifizierte Ent gelte die Steuer im nachhinein entrichten zu müssen ohne Möglichkeit der nachträglichen Überwälzung an den Kunden. Die Grundproblematik ergibt sich aus einem Systembruch im MWST-Recht: Gemäss Art. 18 Ziff. 18 und Ziff. 19 Mehrwertsteuergesetz (MWSTG) [1] sind Versicherungs- und Rückversicherungsumsätze sowie Umsätze im Bereich des Geld- und Kapitalverkehrs von der MWST ausgenommen. Dies bedeutet, dass diese Umsätze zwar nicht versteuert werden müssen, dass aber die mit der Erzielung dieser Umsätze direkt oder indirekt zusammenhängenden Vorsteuern nicht im Rahmen des Vorsteuerabzuges geltend gemacht werden können. Im Ergebnis wird die Wertschöpfung (Mehrwert) des Leistungserbringers steuerlich entlastet, die von diesem an seine Lieferanten bezahlten bzw. von ihm selber deklarierte Vorsteuern stellen aber definitive Kosten dar (sog. Taxe occulte). Die Kosten der nicht anrechenbaren Vorsteuern entstehen immer dann, wenn der Erbringer einer von der MWST ausgenommenen Leistung z. B. eine Bank oder eine Versicherungsgesellschaft im Zusammenhang mit der Erbringung dieser Leistung von Dritten Vorleistungen beziehen muss, die der MWST unterliegen. Mit Ausnahme der an das eigene Personal bezahlten Löhne, der Kosten für die genutzten Immobilien (je nach Konstellation) und einer beschränkten Anzahl anderer Positionen sind sämtliche als Aufwand oder Investition von Dritten bezogenen Vorlei stungen mit MWST belastet. So sind bei spielsweise Retrozessionen im Zusammenhang mit Wertpapierumsätzen mit MWST belastet, da sie mehrwertsteuerlich als «Finder s Fees» gelten. Für denjenigen, der die Retrozessionen bezahlt, bleibt diese MWST-Belastung mangels Vorsteuerabzug bestehen. Weil auch der Bezug von Leistungen bei einer anderen Konzerngesellschaft [2] oder zumindest gemäss Schweizer Recht bei einer ausländischen Zweigniederlassung als Bezug von einem Dritten gilt, entstehen L EXPERT- COMPTABLE SUISSE 909

8 Page 8 / 8 ciën contre Arthur Andersen & Co. Accountants c. s. Bien que cette jurisprudence de la Cour de Justice des Communautés européennes ne lie pas les autorités judiciaires et fiscales suisses, nous sommes convaincus que la solution suisse ne serait guère différente de celle de nos voisins européens. 25) Art. 22 LTVA. 26) Cf. Notice n 1 «Imposition de groupe», en particulier ch. 12 p. 6 ss. 27) Art. 14 al. 3 let. c et d LTVA. 28) Art. 10 LTVA, en relation avec les art. 24, 36 al. 3, 43 al. 3, 45 al. 1 let. c et 56 al. 4 LTVA. 29) Art. 33 al. 2 LTVA. 30) Art. 38 al. 1 let. b LTVA. 31) Anciennement appelé rapport «long form» lorsqu il ne comportait qu une seule partie. Actuellement, il est constitué de deux parties, le rapport sur la révision des comptes et le rapport sur l audit prudentiel. En application de l art. 57 LTVA (Obligation de fournir des renseignements), il est rappelé que l inspecteur TVA procédant à un contrôle externe dans une banque est tenu de respecter le secret bancaire: les constatations concernant des tiers ne doivent être utilisées que dans le cadre de l application de la TVA (art. 62 al. 3 LTVA). Dans la limite du respect du secret bancaire, l inspecteur TVA dispose de très larges pouvoirs d investigation. 32) B. 14 ch p. 78 ss. 33) Art. 14 al. 3 let. h LTVA. 34) Si l apporteur d affaires est domicilié sur territoire suisse, c est à lui d examiner s il remplit les conditions d un assujettissement obligatoire (art. 21 LTVA et 25 al. 1 let. a LTVA en relation avec l art. 28 LTVA) voire volontaire (art. 27 al. 1 LTVA). 35) Pour des exemples de charges non sujettes à auto-taxation, cf. B. 14 ch 2.2 p. 18 s. 36) B. 14 ch let. a et b. 37) B. 14 ch. 7 p. 72 ss. 38) B. 14, ch. 3.2 p. 21: «Seules les banques qui sont tenues de présenter leur compte de pertes et profits au sens de l article 25a OB peuvent adhérer à ce forfait d impôt préalable». 39) BS. 6 ch. 7.1 p ) Art. 1 al. 2 LTVA. 41) Code TVA annotée, ad art. 1 let. b ch ) Cf. B. 14 ch. 5.4 p. 29 ss. 43) Sur cette question, cf. Esther Hiltpold, MWST- Auswirkungen des Kollektivanlagengesetzes, Leistungen von Finanzintermediären im Zusammenhang mit kollektiven Kapitalanlagen, in L Expert-comptable suisse 07/8, p. 569 ss. Cf ég. Fabienne Boinnard et Alexandre Sadik, Traitement TVA des prestations de services liées aux fonds de placement, in L Expert-comptable suisse 06/6 7, p. 465 ss. 44) Les effets ne se sont en principe pas encore fait sentir puisque les décomptes TVA des 1 er, 2 e et 3 e trimestres 2007 ont été établis avec le taux du forfait bancaire définitif de l année 2006 (cf. B. 14 ch p. 81). 45) Le propos peut paraître à contre-courant de la tendance actuelle qui tend à décrier les trop abondantes publications de l AFC en matière de TVA et à appeler de ses vœux une pratique administrative plus «racée». Cependant, dans ce domaine pour le moins technique, qui est confronté à des chiffres d affaires importants et dont la qualification TVA (imposable/exonéré vs exclu) peut avoir des conséquences financières très sensibles, notamment sur le taux de récupération du contribuable, une pratique administrative claire et précise, étayée par des exemples chiffrés, ne constitue pas une tare. 46) Autre est la question de savoir si une banque suisse peut percevoir d une même SICAV étrangère une commission de distribution et une commission de performance. 47) Rapport explicatif de février 2007 du Département fédéral des finances «Simplification de la loi fédérale régissant la taxe sur la valeur ajoutée: avantprojet destiné à la publication», ch Exceptions impossibles à supprimer, p. 33 ss. Le rapport précise que le produit de la taxe occulte dans la branche des prestations financières s élève à CHF 800 millions De plus, une imposition de ces services à la TVA entrerait en concurrence partielle avec le droit de timbre dont les recettes s élèvent à CHF 1,6 milliard. ZUSAMMENFASSUNG zudem beim Outsourcing von Dienstleistungen (z. B. Auslagerung der Backoffice-Funktionen in ein Shared Services Center) MWST-Kosten. Diese zusätzlichen Kosten müssen bei Out sourcing- Projekten für die Berechnung des «Business Case» berücksichtigt werden. Die dargelegten Grundsätze sind auch im Bereich der Finanzinstrumente relevant: Gemäss Art. 18 Ziff. 19 lit. e MWSTG sind «die Umsätze (Kassa- und Termingeschäfte), einschliesslich Vermittlung von Wertpapieren, Wertrechten und Derivaten» von der MWST ausgenommen. Der Handel mit Derivaten ist demnach immer mit einer Kürzung des Vorsteuerabzuges verbunden. Bei Derivaten auf Aktien, Optionen, Indices usw. ergeben sich daraus in der Regel keine besonderen Probleme, weil sowohl das Grundgeschäft (z. B. Wertpapiertransaktion) als auch das darauf bezoge -ne Instrument mehrwertsteuerlich gleich zu qualifizieren sind und damit keine Aufteilung der Vorsteuern auf Grund geschäft und Derivat erforderlich ist. Komplexer ist die Situation bei Derivaten auf Grundgeschäfte, die dem steuerbaren Bereich zuzuordnen sind (z. B. Call-Option auf einen Rohstoff wie Öl oder Kaffee, SWAP auf Strom) [3]. Hier dienen die Instrumente zunächst der Absicherung der physischen Grundgeschäfte (Hedging). Häufig entsteht darüber hinaus ein eigenständiger Handel mit diesen Absicherungsinstrumenten, der von den physischen Grundgeschäften losgelöst ist. In beiden Fällen sind die Umsätze aus dem Verkauf der Derivate von der MWST ausgenommen. Es stellt sich aber die praktische Frage der Zuordnung der Vorsteuern zum physischen Handel (Vorsteuerabzug ist zulässig) auf der einen und zum Derivatehandel/Hedging (kein Vorsteuerabzug) auf der anderen Seite. Die Eidg. Steuerverwaltung (ESTV) stellt für diese Fälle zwei pauschale Lösungsmöglichkeiten für die Berechnung des Vorsteuerabzuges zur Verfügung [4], doch dürften diese Methoden in vielen Fällen zu einem dem Sachverhalt nicht angemessenen Ergebnis führen, das für den Steuerpflichtigen ungünstig ist. Es ist deshalb empfehlenswert, die Vorsteuerkürzung anhand von betriebswirtschaftlichen Kriterien (z. B. unter Verwendung eines Personalschlüssels für die Zuordnung der Vorsteuern) fallspezifisch zu ermitteln. In der Vernehmlassungsvorlage für ein neues Schweizer MWST-Gesetz [5] sind keine wesentlichen Änderungen der spezifischen Regeln für den Finanzbereich vorgesehen, denn die Ausnahmebestimmungen von Art. 18 Ziff. 18 und 19 MWSTG werden übernommen. Falls sich ein Einheitssatz durchsetzen sollte der gemäss der Vernehmlassungsvorlage tiefer wäre als der gegenwärtige Normalsatz würden sich aber die Kosten der nicht anrechenbaren Vorsteuern im Finanzbereich etwas vermindern. PR/JP Anmerkungen: 1) Bundesgesetz über die Mehrwertsteuer (MWSTG) vom 2. September 1999 (SR ). Analoge Regelungen finden sich auch im MWST-Recht der EU. 2) Dies ist nur dann nicht der Fall, wenn es sich um eine schweizerische Konzerngesellschaft handelt, die in derselben MWST-Gruppe ist wie der Leistungsbezüger. 3) Vgl. dazu die Ausführungen in BB 14 Ziff. 5.8 und mit Bezug auf die Energiewirtschaft in MB 22 Ziff ) Vgl. BB 14 Ziff. 5.8, Bst. a und b. 5) Vernehmlassungsvorlage des Eidgenössischen Finanzdepartements zur Vereinfachung des Bundesgesetzes über die Mehrwertsteuer vom 23. Januar L EXPERT- COMPTABLE SUISSE

Impôt sur les acquisitions

Impôt sur les acquisitions Janvier 2010 www.estv.admin.ch Info TVA 14 Impôt sur les acquisitions Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Remarques préliminaires Dans cette publication,

Plus en détail

Service de la promotion économique Genève : Petit déjeuner du 28 mai 2010

Service de la promotion économique Genève : Petit déjeuner du 28 mai 2010 INDIRECT TAX SERVICES TVA: focus sur quelques évolutions concernant les PME et les start-up Service de la promotion économique Genève : Petit déjeuner du 28 mai 2010 Patrick Conrady Associé Thèmes choisis

Plus en détail

Administration fédérale des contributions AFC

Administration fédérale des contributions AFC Janvier 2010 www.estv.admin.ch Info TVA concernant la pratique 07 Option pour l imposition des prestations exclues du champ de l impôt en relation avec des immeubles Département fédéral des finances DFF

Plus en détail

Imposition à la source des artistes

Imposition à la source des artistes 1 Imposition à la source des artistes Notice explicative Table des matières 2 Introduction... 3 Personnes assujetties... 3 Prestations imposables... 4 Calcul de l impôt... 5 Détermination du revenu brut...

Plus en détail

Information TVA. Quelques points particuliers pour les collectivités publiques. Montreux 15 février 2013. TVA Conseils, Fribourg et Genève 1

Information TVA. Quelques points particuliers pour les collectivités publiques. Montreux 15 février 2013. TVA Conseils, Fribourg et Genève 1 Information TVA Quelques points particuliers pour les collectivités publiques Montreux 15 février 2013 TVA Conseils, Fribourg et Genève 1 TVA Thèmes présentés Nouvelle Loi sur la TVA au 1.1.2010 Ce qui

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION SUR LA TVA

LETTRE D INFORMATION SUR LA TVA NUMÉRO 2, OCTOBRE 2010 WWW.BDO.CH LETTRE D INFORMATION SUR LA TVA PLUS DE VALEUR POUR LES ORGANISATIONS À BUT LUCRATIF? Assujettissement à l impôt Même sous la nouvelle LTVA, la limite de chiffre d affaires

Plus en détail

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T.127.884 d.d. 05.10.2015 Agences de voyages Assurances Assujettissement

Plus en détail

Tarif. Placements et conseils financiers

Tarif. Placements et conseils financiers Tarif Placements et conseils financiers Tables des matières 4/5 Mandat de conseil «BCVs Supervision» 6/7 Mandat de gestion «BCVs Star Select» 8/9 Mandat de gestion «BCVs Active Portfolio» 10 Mandat de

Plus en détail

Conseils pratiques concernant l employeur de fait

Conseils pratiques concernant l employeur de fait CONFERENCE SUISSE DES IMPÔTS Union des autorités fiscales suisses SCHWEIZERISCHE STEUERKONFERENZ Vereinigung der schweiz. Steuerbehörden Arbeitsgruppe Quellensteuer Groupe de travail impôts à la source

Plus en détail

Association suisse des experts fiscaux diplômés Conférence du 25 novembre 2010 relative à la LTVA du 12 juin 2009

Association suisse des experts fiscaux diplômés Conférence du 25 novembre 2010 relative à la LTVA du 12 juin 2009 Association suisse des experts fiscaux diplômés Conférence du 25 novembre 2010 relative à la LTVA du 12 juin 2009 Administration fédérale des contributions AFC Jean-Luc Boschung 1 Sommaire Principaux changements

Plus en détail

Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire

Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire L émission d une facture, avant la survenance du fait générateur, n est plus une cause d

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 1 er janvier 2009) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV Circ.-CFB 07/3 Délégation par la direction et la SICAV Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV (Délégation par la direction et la SICAV)

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 20 juillet 2004) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi fédérale

Plus en détail

Logiciels. Edition 2010. Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) Publ. 52.21. Valable dès le 1 er janvier 2010. www.ezv.admin.ch

Logiciels. Edition 2010. Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) Publ. 52.21. Valable dès le 1 er janvier 2010. www.ezv.admin.ch www.ezv.admin.ch Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) Publ. 52.21 Logiciels Edition 2010 Valable dès le 1 er janvier 2010 Editeur: Administration fédérale des douanes (AFD) Direction générale des douanes Section

Plus en détail

Avocats et notaires. Schweizerisch e Eidgenossenschaft C onfédératio n suisse C onfederazion e Svizzera C onfederaziu n svizra

Avocats et notaires. Schweizerisch e Eidgenossenschaft C onfédératio n suisse C onfederazion e Svizzera C onfederaziu n svizra 610.540.17 Brochure n 17 Avocats et notaires Valable à partir du 1 er janvier 2008 Les informations contenues dans cette publication sont à considérer comme un complément aux Instructions sur la TVA. Schweizerisch

Plus en détail

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES SUCCURSALE SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES et FISCALES CONFERENCE du 13 DECEMBRE 2006 Béatrice COQUEREAU Patrick DONSIMONI Commission Internationale Conférence 13/12/2006 - SUCCURSALE 1 INTRODUCTION

Plus en détail

MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS

MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS 1920 MARTIGNY 1951 SION 3963 CRANS-MONTANA 1870 MONTHEY 3960 SIERRE 1205 GENÈVE www.fidag-sa.ch TABLE DES MATIERES 1. Droit de la révision comptable... 3 2. Droit

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 05/2014

Directives de la CHS PP D 05/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 05/2014 français Octroi de prêts hypothécaires («hypothèques sur son propre immeuble») Edition du: 28

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION SUR LA TVA

LETTRE D INFORMATION SUR LA TVA NUMÉRO 1, OCTOBRE 2010 WWW.BDO.CH LETTRE D INFORMATION SUR LA TVA Éditorial Aperçu des taux légaux de l impôt Les taux de la TVA seront relevés au 1er janvier 2011. Le tableau ci-dessous indique l évolution

Plus en détail

Circulaire. Traitement fiscal des prêts consortiaux, reconnaissances de dette, effets de change et sous-participations (janvier 2000)

Circulaire. Traitement fiscal des prêts consortiaux, reconnaissances de dette, effets de change et sous-participations (janvier 2000) Administration fédérale des contributions Division principale de l'impôt fédéral direct, de l'impôt anticipé, des droits de timbre http://www.estv.admin.ch Circulaire Traitement fiscal des prêts consortiaux,

Plus en détail

Comptabilité, TVA. Nouvelle réglementation et gestion du risque. www.vat-solutions.com

Comptabilité, TVA. Nouvelle réglementation et gestion du risque. www.vat-solutions.com Comptabilité, TVA Nouvelle réglementation et gestion du risque www.vat-solutions.com Gestion du risque en matière de TVA Le risque est l effet de l incertitude sur les objectifs* Les risques en matière

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

Conséquences pratiques de la nouvelle loi sur la TVA Novembre 2009

Conséquences pratiques de la nouvelle loi sur la TVA Novembre 2009 Conséquences pratiques de la nouvelle loi sur la TVA Présentation de la nouvelle loi sur la taxe sur la valeur ajoutée Court aperçu sur les changements essentiels de la nouvelle loi sur la TVA Assujettissement

Plus en détail

Séminaire du 30 novembre 2010 BIENVENUE à TOUS

Séminaire du 30 novembre 2010 BIENVENUE à TOUS SEMINAIRE FIDag Séminaire du 30 novembre 2010 BIENVENUE à TOUS 1 SEMINAIRE FIDAG SUR LA TVA 2 HISTORIQUE 1995 2001 2010 2011 OTVA remplacement IChA par TVA LTVA Introduction de la Loi + OLTVA nltva Introduction

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Quelques aspects fiscaux du financement

Quelques aspects fiscaux du financement Petit-déjeuner des PME 28 septembre 2012 Quelques aspects fiscaux du financement Vincent Thalmann Agenda Capital propre dissimulé (I à V) Structure simplifiée du bilan Exemple d endettement admis Détermination

Plus en détail

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES Un schéma d optimisation d fiscale et patrimoniale 1 place du 18 juin 1940-74940 ANNECY LE VIEUX Tél. : 04.50.23.10.40 fax : 04.50.23.39.83 Mél. : contact@agika.fr Document

Plus en détail

Office de la Promotion Economique du Canton de Genève

Office de la Promotion Economique du Canton de Genève Office de la Promotion Economique du Canton de Genève Aspects fiscaux et comptables du 2ème pilier Florian Magnollay Expert-comptable diplômé Expert diplômé en finance et controlling Partner, Ernst & Young

Plus en détail

Directives relatives au Droit de timbre pour les Remote Members

Directives relatives au Droit de timbre pour les Remote Members Auteur(s): Blattmann Urs Date: 02.03.1999 Classification: Référence: Mots clé: Destinataires: Approuvé: Nom du fichier: \\BZH000\team\Gbc\kam\MRL\MITTEIL\1999\Bei lage-f\swx1599directive.doc TABLE DES

Plus en détail

Ordonnance sur la statistique du commerce extérieur

Ordonnance sur la statistique du commerce extérieur Ordonnance sur la statistique du commerce extérieur 632.14 du 12 octobre 2011 (Etat le 1 er janvier 2012) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 15, al. 1, de la loi du 9 octobre 1986 sur le tarif des douanes

Plus en détail

Tarification gestion de fortune clientèle privée

Tarification gestion de fortune clientèle privée Tarification gestion de fortune clientèle privée Tarifs en vigueur dès le 01.01.2013 S informer Index Page 1. Mandats de gestion discrétionnaires 2 2. Administration des dépôts titres 6 3. Achats et ventes

Plus en détail

Règlement de la Fondation Epargne 3

Règlement de la Fondation Epargne 3 Le présent règlement a été édicté par le Conseil de Fondation le 15 novembre 2006 en vertu de l article 4 des Statuts de la Fondation de prévoyance Epargne 3 et, notamment, de la loi fédérale du 25 juin

Plus en détail

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Règlement de dépôt ancien (12.2011) Règlement de dépôt nouveau (12.2013) Règlement de dépôt Dispositions générales Art. 1 Champ d

Plus en détail

Contributions et taxes

Contributions et taxes du PMU, pour son activité dans le réseau physique, à l imposition à laquelle seraient soumis les opérateurs en ligne ne serait sans doute pas considérée comme constituant une distorsion de concurrence

Plus en détail

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015 13 février 2015 Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015 Laupenstrasse 27, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00,

Plus en détail

Note commune N 27/ 2014

Note commune N 27/ 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 27/ 2014 Objet : Régime fiscal des opérations de distribution et de promotion des

Plus en détail

Nouvelles mesures fiscales

Nouvelles mesures fiscales Nouvelles mesures fiscales Le 21 décembre 2012, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi (la «Loi») contenant de nouvelles mesures fiscales applicables aux personnes physiques et aux sociétés à compter

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Fiscal : TVA et frais de restaurant

Fiscal : TVA et frais de restaurant NOTE D INFORMATION 2013/16 du 20 septembre 2013 Fiscal : TVA et frais de restaurant La récupération de la TVA sur les factures relatives aux frais de représentation et de réception est subordonnée à un

Plus en détail

Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant

Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant I. Bases 1. Considérations générales 1.1. Le contrôle financier externe des états financiers du projet du cocontractant

Plus en détail

Etat-major de la législation, janvier 2015

Etat-major de la législation, janvier 2015 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Etat-major de la législation,

Plus en détail

Ordonnance réglant la perception d émoluments et de taxes par l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers

Ordonnance réglant la perception d émoluments et de taxes par l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers Ordonnance réglant la perception d émoluments et de taxes par l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Ordonnance sur les émoluments de la FINMA, Oém-FINMA) du Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (Règlement interne SCH) du xx décembre 2014 L administration de la SCH, vu l art. 10 de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Tax accounting Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Définition de la base fiscale des actifs et passifs Introduction L IASB a publié le 31 mars dernier

Plus en détail

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié (Ordonnance du DFF sur les prêts hypothécaires) du 10 décembre 2001 Le Département fédéral des finances, vu l art. 116, al. 1, de l ordonnance

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 Lettre d Information Juridique et Fiscale 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 1. Informatique et Libertés ALERTES PROFESSIONNELLES La loi «SARBANES OXLEY», adoptée aux Etats-Unis, impose aux filiales

Plus en détail

Taxe sur la valeur ajoutée

Taxe sur la valeur ajoutée Taxe sur la valeur ajoutée Introduction La taxe sur la valeur ajoutée est une des questions incontournables pour une entreprise, qu elle soit starter ou déjà bien établie. La TVA concerne chaque opération

Plus en détail

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté Simulateur EIRL Notice et exemple commenté 1 er janvier 2011 1 Sommaire 1. Données relatives à l entreprise... 4 2. Renseignements relatifs au foyer fiscal... 5 3. Le comparatif... 6 4. Détails du calcul...

Plus en détail

Gestion de patrimoine

Gestion de patrimoine Zurich Invest Select Portfolio Gestion de patrimoine Adaptée à vos besoins Les meilleurs experts en placement pour votre fortune Gestion de patrimoine adaptée à vos besoins Vos avantages: Vous profitez

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Jugement du 17 novembre 2004 - Rôle n 2001/15288/A Exercice d'imposition 1992 Arrêt Avocats: Maître Benoît Philippart de Foy - pour la requérante I. Objet et recevabilité

Plus en détail

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU?

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU? FISCALITÉ DES RETRAITÉS FRANÇAIS S INSTALLANT AU PORTUGAL Note de Maître Hugelin Laurent- Avocat au Barreau de Paris pour http://www.maison-au-portugal.com INTRODUCTION Le Portugal a engagé une politique

Plus en détail

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Sommaire 1. Rapports succincts de l organe de révision ainsi que rapports de l auditeur établis en vertu d un contrat de mandat

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE entreprises d assurance exerçant en Suisse Liechtenstein

GUIDE PRATIQUE entreprises d assurance exerçant en Suisse Liechtenstein GUIDE PRATIQUE pour les entreprises d assurance exerçant en Suisse et dont le siège se trouve au Liechtenstein portant sur les dispositions du droit suisse applicables à l exercice de cette activité pour

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux

Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Conférence suisse des impôts Cl 15 Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire du 31 août 2001 1 Introduction La loi du 15 décembre

Plus en détail

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois Sommaire: 1. Introduction page 1 2. Constitution de la SPF page 1 3. Surveillance et contrôle de la SPF page 3 4. Activité et

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let.

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. d OB) Rapport explicatif Juillet 2008 Résumé La réglementation en vigueur

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

LA TVA, TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE

LA TVA, TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE LA TVA, TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE Qu'est-ce que la taxe sur la valeur ajoutée (TVA)? La Confédération perçoit, à chaque stade du processus de production et de distribution, un impôt général sur la consommation

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et start-ups. Bases de l assujettissement et déduction de l impôt préalable. Katharina Blattner 27 novembre 2015

Petit déjeuner des PME et start-ups. Bases de l assujettissement et déduction de l impôt préalable. Katharina Blattner 27 novembre 2015 Petit déjeuner des PME et start-ups Bases de l assujettissement et déduction de l impôt préalable Katharina Blattner 27 novembre 2015 Sommaire SUJET 3 types d assujettissement pour sociétés suisses 3 Assujettissement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF Décision de l'assemblée plénière de la CDF du 28 septembre 2007 Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF 1. Bases légales La possibilité d'être

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER Dans le cadre de l optimisation du financement d une acquisition immobilière, il est souvent difficile de faire le point de toutes les propositions et d optimiser

Plus en détail

DFF Documentation de base

DFF Documentation de base 15 février 2006 Exemples des changements de pratique en vigueur depuis le 01.01.2005 et le 01.07.2005 dans le cadre de la TVA 1.1. Facturation / adresse Afin que les clients puissent demander la déduction

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration L opérateur est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d exploiter,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Elus locaux : ce qu il faut faire dans la déclaration de revenus 2014

Elus locaux : ce qu il faut faire dans la déclaration de revenus 2014 Elus locaux : ce qu il faut faire dans la déclaration de revenus 2014 Les indemnités de fonction des élus locaux sont toutes imposables depuis 1992. Le régime fiscal de la retenue à la source est appliqué

Plus en détail

Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier

Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier Les conditions générales (ci-après «CG») régissent la relation entre le contractant et VZ Banque de Dépôt SA, Innere Güterstrasse 2,

Plus en détail

Maximiser l utilisation des pertes lorsqu on jette l éponge

Maximiser l utilisation des pertes lorsqu on jette l éponge La relève Maximiser l utilisation des pertes lorsqu on jette l éponge À l occasion du congrès de l Association de planification fiscale et financière tenu le 5 octobre 2012, l Agence du revenu du Canada

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

COURS DE FISCALITÉ DES AFFAIRES 3ème ANNÉE (LICENCE) Année 2011 / 2012 UNIVERSITÉ GASTON BERGER SÉNÉGAL

COURS DE FISCALITÉ DES AFFAIRES 3ème ANNÉE (LICENCE) Année 2011 / 2012 UNIVERSITÉ GASTON BERGER SÉNÉGAL LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE LE RÉGIME GÉNÉRAL DU MÉCANISME DE DÉDUCTION Section 1 : Généralités sur le droit à déduction I L objet et la portée du droit de déduction D après un des principes fondamentaux

Plus en détail

Conseil juridique et fiscal. Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II?

Conseil juridique et fiscal. Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II? Conseil juridique et fiscal Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II? 2008 PricewaterhouseCoopers. All rights reserved. PricewaterhouseCoopers refers to the network of member

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/15/11/12-12-65 Projet de loi portant transposition: de l article 4 de la directive 2008/8/CE du Conseil du 12 février 2008 modifiant la directive 2006/112/CE en ce qui concerne le lieu des prestations

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Multi Defender VONCERT

Multi Defender VONCERT Multi Defender VONCERT sur le SMI, EuroStoxx 50 et le S&P 500 Vous souhaitez profiter de la hausse de cours potentielle de grands indices boursiers sans pour autant exclure des corrections de cours? Le

Plus en détail

Risques liés au rejet de la «Lex USA»

Risques liés au rejet de la «Lex USA» Risques liés au rejet de la «Lex USA» Une étude de PPCmetrics PPCmetrics SA Pascal Frei, Partner Dr. iur. Eliane Menghetti, Legal Consultant Nyon, 3 juillet 2013 Contexte Suite au rejet de la «Lex USA»,

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC)

Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC) Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC) Le 30 janvier 2015 Yi-Xin Tseng Corporate Tax Senior Manager Agenda 1. Principe de déterminance 2. Obligation

Plus en détail

Remplacée. basées sur le web

Remplacée. basées sur le web Janvier 2010 www.estv.admin.ch Info TVA concernant la pratique 06 Nouveau droit comptable; comptabilité simplifiée et limitée dans le cadre de la TVA Département fédéral des finances DFF Administration

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.10.2015 COM(2015) 494 final 2015/0238 (NLE) Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL autorisant le Royaume-Uni à appliquer une mesure particulière dérogatoire

Plus en détail

Justificatifs donnant droit au remboursement de l'impôt anticipé sur les bonifications de revenu effectuées par des banques étrangères

Justificatifs donnant droit au remboursement de l'impôt anticipé sur les bonifications de revenu effectuées par des banques étrangères Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt anticipé Berne, le 1 er

Plus en détail

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE De nombreuses réformes fiscales sont en cours en Chine afin d encadrer une économie mature et en phase de consolidation. Ces réformes sont profondes et fondamentales mais n en sont pas moins d abord testées

Plus en détail

Des transferts de sièges permettant de bénéficier de la convention franco-luxembourgeoise fiscalement plus favorable sont elles des abus de droit?

Des transferts de sièges permettant de bénéficier de la convention franco-luxembourgeoise fiscalement plus favorable sont elles des abus de droit? Des transferts de sièges permettant de bénéficier de la convention franco-luxembourgeoise fiscalement plus favorable sont elles des abus de droit? Transfert de siège d Italie vers le Luxembourg Affaire

Plus en détail

Circulaire no. 39. Imposition des options destinées aux actionnaires. 1. Introduction. Impôt fédéral direct Impôt anticipé Droits de timbre

Circulaire no. 39. Imposition des options destinées aux actionnaires. 1. Introduction. Impôt fédéral direct Impôt anticipé Droits de timbre Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Impôt anticipé

Plus en détail