ÉDITO PHILIPPE DAJEAN. parties prenantes, ce blog a vocation à en décrypter les grandes tendances et à en commenter l actualité.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉDITO PHILIPPE DAJEAN. parties prenantes, ce blog a vocation à en décrypter les grandes tendances et à en commenter l actualité."

Transcription

1 1

2 ÉDITO Le digital bouleverse plus que jamais tous les secteurs d activité, tous les métiers. Et l assurance n échappe pas à la règle. Le marché apparaît toujours plus compétitif et en forte transformation du fait de l évolution des comportements et de la réglementation (ANI, contrats responsables, loi Hamon, dépendance, loi Eckert ). Pour faire face à cette conjoncture, les assureurs doivent construire une stratégie différenciante et robuste, rester vigilants quant aux risques nouveaux et s adapter aux évolutions structurelles. En parallèle, il leur faut rester à l écoute des moyens offerts par les innovations du secteur (digital, objets connectés, Big data). Cette exigence est indispensable, notamment pour refondre la relation client et mettre au point de nouvelles offres incluant des volets de prévention plus importants (domotique, santé ). parties prenantes, ce blog a vocation à en décrypter les grandes tendances et à en commenter l actualité. Nous sommes fiers de vous présenter cette première édition des «Cahiers d Insurance Speaker». Elle est l occasion d une rétrospective de nos meilleurs articles parus sur l année 2014 : catnat, cyber-risques, eurocroissance, objets connectés : les transformations majeures du secteur ont été passées à la loupe. Prenons le temps de savourer ensemble ce cru 2014 avant de nous lancer à l assaut de Bonne lecture et à bientôt sur notre blog Insurance Speaker! Faire émerger l innovation, accompagner les projets de transformation : c est justement la mission de nos consultants spécialisés dans le domaine de l assurance. À travers leur blog, Insurance Speaker, ces derniers partagent leur vision des grands enjeux de demain avec nos clients. Organisé autour des thématiques clés du secteur de l assurance et de ses PHILIPPE DAJEAN Directeur associé 2

3 SOMMAIRE 04 Réglementaire 18 Risques 32 Marketing & Développement 48 Nouvelles technologies 62 Acteurs & Marchés 3

4 1 4

5 CHAPITRE N 1 RÉGLEMENTAIRE P. 06 SOLVABILITÉ 2 : ENJEUX ET CONTRAINTES POUR LES ASSUREURS P. 10 QUEL FINANCEMENT POUR LES RETRAITES EN FRANCE? P. 14 ADOPTION DE LA LOI HAMON : QUELS CHANGEMENTS POUR LES ASSUREURS? 5

6 SOLVABILITÉ 2 : ENJEUX ET CONTRAINTES POUR LES ASSUREURS Par Matthieu Mottin - 3 mars

7 Réglementaire La directive européenne hante actuellement l esprit des acteurs du monde de l assurance, étant donné la charge et le coût nécessaires à la mise en conformité. Et ce, pour tous les corps de métiers : informatique, comptabilité, finance, services techniques. Critiquée par certains comme étant trop rigide ou perçue parfois comme le tribut imposé aux assureurs pour éviter les dérapages dont le monde de la banque a souffert, peut-elle se révéler comme un réel atout pour l activité opérationnelle et son pilotage? Contrainte réglementaire ou levier stratégique pour les assureurs, voici un aperçu qui permettra de démystifier la directive Solvabilité 2. LES ENJEUX DE LA DIRECTIVE SOLVABILITÉ 2 Établie par l EIOPA, superviseur assurantiel européen, la directive Solvabilité 2 a pour but d harmoniser et de soutenir le marché de l assurance européen, en garantissant la solvabilité des assureurs, c est-à-dire leur aptitude de faire face à leurs engagements envers les assurés. Elle introduit une approche nouvelle sur la manière de valoriser le bilan ainsi qu un système global de gestion des risques. Pour optimiser la performance et réduire le risque de faillite dans le secteur de l assurance, la directive se structure en trois piliers. Pilier 1 : les exigences quantitatives Pour donner une vision de la solvabilité des assureurs et pour harmoniser les données des différents acteurs européens, l EIOPA a mis en place deux indicateurs de la solvabilité : Le MCR (Minimum Capital Requirement) : niveau de fonds propres minimal en dessous duquel les intérêts des assurés se verraient sérieusement menacés si l entreprise était autorisée à poursuivre son activité. Ainsi, si les capitaux propres d une entreprise deviennent inférieurs au MCR, le régulateur interviendra automatiquement pour mettre en place un plan de redressement. Le SCR (Solvency Capital Requirement) : niveau de capital nécessaire à la continuité d activité, et plus précisément niveau de capital qu il faut posséder a minima pour limiter la probabilité de ruine de l assureur à moins de 0,5 % par an. 7

8 Pour donner une vision de la solvabilité qui soit la plus fiable possible, de nouvelles normes de calcul ont été définies. Ainsi, on passe d une évaluation des capitaux en valeur comptable (selon les normes IFRS) à une évaluation «best estimate» qui intègre la notion d expérience du portefeuille dans les calculs. Les calculs d actifs, de fonds propres et de provisions sont donc plus adaptables aux portefeuilles des différents assureurs. Pilier 2 : les exigences qualitatives Ce pilier implique la mise en place d un dispositif interne de maîtrise de tous les risques (financiers, techniques, opérationnels) auxquels peut être confronté un assureur, pour qu à tout moment il puisse avoir une vision précise de l état de sa solvabilité. Et les régulateurs nationaux contrôleront ces systèmes de maîtrise des risques, qui reposent sur les principes suivants : mise en place de fonctions clés (Actuariat, Audit interne, Conformité et Gestion des risques), gouvernance saine prudente et effective, politique de qualité des données, mise en place de l ORSA (Own Risk and Solvency Assessment), dispositif interne de maîtrise des risques. Pilier 3 : la communication financière Ce pilier introduit le principe de discipline de marché, les exigences sont la publication d informations précises sur l activité de l assureur. L ensemble des acteurs européens doit renseigner les mêmes types de modèles, permettant une meilleure transparence du marché et une comparabilité simplifiée entre les acteurs. Ces informations doivent être fournies périodiquement par le biais de deux types de document, à transmettre par l assureur : Des rapports «narratifs», qui donnent une vision descriptive de la politique prudentielle mise en place par l assureur : le SFCR (Solvency Financial and Condition Report) et le RSR (Regulator Supervisory Report). Des reportings quantitatifs, appelés QRT. Il s agit de tableaux de bord dont les données ont été définies par l EIOPA. Ils couvrent les principaux domaines d activité d un assureur : gestion d actifs, provisions techniques, fonds propres, bilan, programme de réassurance, analyse de variations 8

9 Réglementaire LES IMPACTS SUR LES ENTREPRISES Souvent critiquée sur son approche trop prudentielle pouvant être un frein pour les assureurs, la Directive Solvabilité 2 a néanmoins donné lieu à beaucoup de travaux pour la mise en conformité chez tous les acteurs. Les différentes études d impact ont d ailleurs montré que les assureurs du marché français ont un niveau de capitaux propres qui est quasi constamment au-dessus des exigences prudentielles, et ce près de deux ans avant l implémentation de la Directive. De manière générale, l ampleur des travaux déjà entrepris ou encore en cours pour se mettre en conformité à la Directive est très importante. les assureurs de s interroger sur leur système de pilotage, et que les apports peuvent aller au-delà de la simple mise en conformité. Certains acteurs pourront donc utiliser ces travaux pour adapter également leurs outils de pilotage et éprouver la performance de leur système d information. Au-delà des contraintes imposées, Solvabilité 2 doit s avérer bénéfique pour les assureurs, en mettant les travaux à profit pour une refonte de la politique prudentielle, avec de réels apports en termes de maîtrise des risques et de qualité de données. En effet, les assureurs sont confrontés à des thématiques nouvelles pouvant pousser à revoir les outils informatiques dans leur globalité. C est particulièrement le cas sur la récolte des données nécessaires à l élaboration des QRT. Mais force est de constater que ces travaux de mise en conformité peuvent représenter l occasion pour 9

10 QUEL FINANCEMENT POUR LES RETRAITES EN FRANCE? Par Francis Vuillier - 18 septembre

11 Réglementaire Tenter de répondre à cette question tourne vite au débat idéologique en France. Fière de la tradition de solidarité dans laquelle s inscrit le système de retraite par répartition, elle se cabre volontiers lorsqu elle est acculée à des réformes qu elle sait pourtant imposées par les évolutions démographiques et économiques. Voici quelques clés pour mieux comprendre les dispositifs de retraite existant en France et appréhender avec plus d objectivité ce grand défi qu est l avenir du financement des retraites. DEUX GRANDS SYSTÈMES DE RETRAITE... SUR TROIS PILIERS Le 1 er pillier couvre le régime général de la sécurité sociale, obligatoire, dont le régime dit «de base», qui est un système par répartition. Les contrats collectifs de retraite supplémentaire, appartenant à la catégorie de l épargne retraite entreprise, constituent le 2 ème pilier. Le 3 ème pilier, enfin, couvre les contrats individuels de retraite complémentaire. Les 2 ème et 3 ème piliers appartiennent au système de retraite par capitalisation. Les dispositifs de retraite par répartition (1 er pilier) Reposant sur la solidarité et l équité, la retraite par répartition comprend deux niveaux. Le régime général de base, obligatoire et concernant l ensemble des salariés du secteur privé ; il est financé par les cotisations salariales, les cotisations patronales et est subventionné par l État. Les différents régimes de retraite complémentaire obligatoires regroupant des catégories de travailleurs et gérés par différentes caisses ou fédérations. Ils assurent un complément de retraite aux crédirentiers de la retraite de base, financé par les cotisations et abondé par l État. Leur fonctionnement en points les classe de facto dans la catégorie «à cotisations définies» : le cotisant connaît la valeur du point en phase de cotisation, mais pas encore la valeur qu il aura atteint lors du calcul du montant de sa pension de retraite (sa valeur dite «de service»). Le principe de la retraite par répartition est qu à un instant T, les cotisations des actifs financent les pensions des anciens cotisants à la retraite. Le montant d une pension est calculé sur la base des salaires de référence du cotisant et est 11

12 soumis à conditions (durée de la période de cotisation, événements de carrière, par exemple). Pour autant, la mutualisation reste le principe régissant ce régime basé sur la solidarité intergénérationnelle, et qui de plus garantit un montant minimum de pension de retraite aux personnes ne pouvant bénéficier d une retraite à taux plein. Les dispositifs de retraite par capitalisation (2 ème et 3 ème pilier) L adhérent à un contrat d épargne retraite constitue au cours de sa vie professionnelle un capital en versant des primes régulières ou exceptionnelles qui sont investies sur des supports financiers. Lorsque l adhérent atteint l âge de la retraite, son capital valorisé est converti en revenu sous la forme d une rente qui peut être viagère et réversible à son conjoint survivant ou ses héritiers, ou sous la forme d un versement unique, en fonction des modalités prévues au contrat. L épargne acquise peut également être débloquée avant l âge de la retraite en cas de survenance d événements, là encore prévus au contrat. Ces contrats d épargne retraite peuvent être collectifs ou individuels et sont commercialisés et gérés par les Compagnies d Assurance, les Instituts de Prévoyance ou les Mutuelles. Ils sont régis par le Code Général des Impôts et le Code des Assurances qui en fixent les modalités. Les contrats collectifs de retraite supplémentaire. Ces contrats appartiennent à la catégorie des contrats collectifs d épargne retraite entreprise. Ils sont souscrits par une entreprise pour le compte de ses salariés, ou une partie d entre eux, qui en sont les adhérents et qui alimentent un fonds collectif placé en valeurs mobilières auquel l entreprise abonde, et duquel seront désinvesties les prestations dues aux adhérents sortants. Ces contrats fonctionnent à la fois sur le principe de la capitalisation avec un lien mécanique entre le montant des primes versées par un adhérent et celui des prestations dont il bénéficiera, mais avec une dose de mutualisation puisque le risque est partagé au niveau d un groupe avec une gestion du risque de type assurantiel, auxquels peuvent s ajouter des garanties de prévoyance. Les contrats individuels d épargne retraite. Ce sont des contrats d épargne retraite par capitalisation, souscrits à titre individuel et facultatifs, dont les modalités sont régies, comme les contrats d assurance retraite collectifs, par un cadre fiscal et par le Code des 12

13 Réglementaire Assurances : types et conditions de versements en période d activité, gestion de l investissement, éventuelles conditions de sortie anticipée, régime fiscal appliqué aux cotisations et aux prestations. UNE ÉVOLUTION DU DOSAGE RÉPARTITION/CAPITALISATION EST-ELLE EN COURS? Quels que soient les ajustements apportés au système de financement des régimes de retraite par répartition afin d en limiter les déficits comptables et à terme en assurer la pérennité, le montant des pensions de ces régimes ne peut être maintenu à sa hauteur actuelle et son érosion se poursuivra. Cette diminution progressive du taux de transformation (le ratio montant de la pension de retraite/revenu de référence) est-elle inéluctable? Oui, sauf à demander aux actifs de tels efforts pour le maintenir à son niveau actuel qu ils seraient tentés de remettre en question le dogme tout français : «défendre le système de la répartition est courageux et généreux, développer la capitalisation est le choix de libéraux sans cœur à l égard des plus démunis». Cet effort ne leur est et ne leur sera pas demandé. Le montant des pensions de retraite par répartition continuera à diminuer. Mécaniquement, les personnes les plus exposées aux aléas économiques n auront pas les moyens de s offrir une retraite supplémentaire pour pallier la baisse du montant de la pension du régime général qu ils percevront lorsqu ils seront retraités. Les plus prévoyants et les plus favorisés économiquement adhèreront ou adhèrent déjà à un ou plusieurs contrats d assurance retraite par capitalisation. Même si, en 2013, la part des dépenses publiques consacrée aux retraites par la France est l une des plus fortes des pays de l OCDE, la part de la capitalisation dans les retraites des Français augmentera inexorablement. L avenir de la retraite en France? C est La Cigale et la Fourmi. Une version plus détaillée de l article est disponible sur Insurance Speaker. 13

14 ADOPTION DE LA LOI HAMON : QUELS CHANGEMENTS POUR LES ASSUREURS? Par Matthieu Mottin - 24 février

15 Réglementaire La loi de consommation, appelée également loi «Hamon» a été adoptée le 13 février 2014 par le Sénat. Cette loi, qui modifie les rapports entre professionnels et consommateurs dans l objectif de donner plus de pouvoir d achat à ces derniers, impacte fortement le modèle stratégique jusqu à présent connu du secteur de l assurance français. Éclairage sur les changements que cette nouvelle loi va entraîner pour les assureurs français : quels avantages et quels bénéfices tirer de ce texte qui ne fait pas l unanimité? LA LOI HAMON APPLIQUÉE AU SECTEUR DE L ASSURANCE La loi de consommation, mise en place pour garantir les intérêts des consommateurs face aux professionnels, cible directement les acteurs du monde de l assurance et particulièrement les conditions de résiliation des contrats d assurance. Le principe est simple : permettre aux assurés de faciliter la résiliation de leur contrat, sans préjudice financier. Ainsi, pour les contrats automobile, moto, MRH et pour les contrats affinitaires (associés à l achat d un bien ou d un service comme la téléphonie mobile par exemple), l assuré peut désormais résilier son contrat à tout moment de l année, après un an d ancienneté et sans désavantage financier : on parle alors de résiliation infra-annuelle. Cette loi vient bouleverser les pratiques existantes sur le marché de l assurance, car auparavant, l unique moment de résiliation était la date anniversaire du contrat. Le modèle de l assurance automobile et MRH français en tant que tel se trouve donc déstabilisé au profit du consommateur. DES BÉNÉFICES POUR LES CONSOMMATEURS Cette facilité de résiliation vise à limiter l augmentation des prix pratiqués par les assureurs ainsi que les contraintes qui lient les assurés à leur assureur, en augmentant les possibilités pour le consommateur de se tourner vers la concurrence. Toutefois, ce n est pas dans les habitudes des Français de changer constamment de contrat ; ils préfèrent établir un lien avec un interlocuteur expert afin d échanger sur les garanties couvertes par les contrats et les modalités de remboursement. Ce qui est d autant plus vrai dans le domaine de l assurance dont la complexité n est plus à démontrer. 15

16 Et pour savoir si les consommateurs préfèrent changer tous les deux ans d assureur, prenant ainsi le risque de souscrire à des contrats qui ne correspondent pas à leurs besoins (choix précipités, peu ou mal conseillés ), il faudra attendre le bilan de fin d année, d ailleurs très attendu. Les comparateurs de prix sur internet seront probablement les grands gagnants de cette loi. Lors d un désaccord avec un assureur ou dans l optique de trouver un contrat plus avantageux, l assuré ira comparer les prix du marché sur internet, qui affiche des prix jusqu à 40 % moins chers mais sans aucune relation de proximité avec l assureur. Concernant les contrats santé, une transparence de la couverture est obligatoire. Pour les actes et frais de soins les plus couramment pratiqués, le remboursement en euros et le montant explicite du reste à charge devront ainsi être accessibles aux assurés. Et non plus en % BR ou FR-SS, comme actuellement. MAIS LES PROFESSIONNELS RESTENT INQUIETS L assurance dommage dont fait partie l automobile et la MRH est déficitaire pour l année 2013, le montant des sinistres versés étant supérieur aux primes perçues. À partir de ce constat, il faut s attendre à un bouleversement de son modèle et de sa stratégie, auquel vient s ajouter maintenant la loi de consommation. Le business model de l assurance dommage devrait donc inéluctablement évoluer : l assureur devra veiller à sécuriser son portefeuille existant en accentuant la qualité du service client tout en allant à la conquête de nouveaux adhérents. Les assureurs devront également faire face à de forts mouvements au sein de leur portefeuille. Habitués à un faible turnover, ils seront amenés à prendre certaines mesures pour faire face à ces changements afin de segmenter leur portefeuille et proposer des contrats ciblés : mesures tarifaires plus sophistiquées, étude du niveau de fidélité, individualisation des primes, adaptation aux offres concurrentes Certes, la France n est pas encore au même stade que les pays anglo-saxons où le taux de résiliation avoisine les 16

17 Réglementaire 60 % en raison de leur modèle avec tacite non-reconduction du contrat (clôture du contrat si l assuré ne se manifeste pas). Néanmoins, selon l argus de l assurance, il faut s attendre d ici deux ans à un turnover sur les contrats automobile de 25 % au lieu de 14 % actuellement. La loi de consommation, parue au journal officiel le 31/12/2014, risque bien de changer en profondeur les pratiques des assureurs. À quand une extension de la résiliation infraannuelle de cette loi sur les contrats individuels santé et prévoyance des consommateurs afin de leur donner plus de liberté? Enfin, l actualité brûlante du moment au sujet de ce texte revient au secteur de l optique que la loi vise à libéraliser en vue d en diminuer les tarifs et de faire entrer plus de concurrence via internet. Si la France accuse des prix de lunettes très supérieurs à ses voisins européens, les opticiens voient malgré tout d un très mauvais œil l accord d ouverture des fonds de commerce prévu dans le cadre de la loi à des personnes non diplômées. Cela se traduirait selon eux par des pertes d emplois en masse. Pourtant cette mesure pourrait favoriser l essor des ventes de lunettes sur internet et ainsi faire baisser significativement les prix pour les consommateurs. 17

18 2 18

19 CHAPITRE N 2 RISQUES P. 20 CYBER-ASSURANCE, OU QUAND LES CYBER-RISQUES PRENNENT DE L ASSURANCE P. 24 LA PROPORTIONNALITÉ DANS SOLVABILITÉ 2 MISE EN CONFORMITÉ DES PETITES STRUCTURES AU PILIER 2 P. 28 LES COMPARATEURS D ASSURANCE EN LIGNE : QUELS RISQUES POUR LES ASSUREURS? 19

20 CYBER-ASSURANCE, OU QUAND LES CYBER-RISQUES PRENNENT DE L ASSURANCE Par Martin Descazeaux - 5 mars

21 Risques Les cyber-attaques se multiplient, s intensifient et se diversifient. Ces derniers mois ont été le théâtre de nombreux cas d attaques cybercriminelles (Target, Vodafone, Orange et plus récemment Sony, Home Depot, BrightSide ou JP Morgan Chase...). Pour n en détailler que deux, Vodafone Allemagne s est fait subtiliser les noms, adresses, dates de naissance, sexes et coordonnées bancaires de deux millions d abonnés, et Target s est fait dérober 40 millions de données bancaires et 70 millions de données client Et comme le montre la crise Sony, le coût de gestion de ce type de crise est très élevé : pertes d exploitation, frais d expertise technique pour endiguer la crise et déterminer les caractéristiques de l attaque, frais de notification client, frais de justice, compensation financière, amendes Espérons que ces sociétés aient au préalable souscrit une assurance leur indemnisant la plupart de ces coûts! QU EST-CE QUE LA CYBER- ASSURANCE? En quelques mots, on peut définir la cyber-assurance comme un produit d assurance visant à permettre à une entreprise d être indemnisée des dommages immatériels qu elle subit ou fait subir à un tiers du fait d une introduction, suppression, altération ou vol de données sur son système d information. Les frais pris en charge sont variés : pertes directes, frais d expertise technique, frais de justice, frais de notification client, frais de préservation / restauration de l image, frais de surveillance des données, frais d extorsion et les montants de garanties sont élevés (environ 20M par assureur et jusqu à plusieurs centaines de millions d euros en réalisant des montages d assurances). Outre son avantage purement financier, fonction inhérente de l assurance, la cyber-assurance a également l attrait de mettre à disposition, pour la plupart des assureurs, un réseau d experts (investigation numérique, communication, avocats ) capable d intervenir rapidement pour gérer la crise, ce qui peut ainsi en diminuer les impacts. 21

22 LES LIMITES DE LA CYBER- ASSURANCE Ces assurances peuvent cependant avoir certaines limites, notamment sur le périmètre de couverture. Les coûts liés à la perte de clientèle ou à la chute du cours de la bourse ne seront par exemple pas couverts. De même, une cyberattaque qui aurait des impacts matériels (sur les SI industriels / systèmes SCADA par exemple, type Stuxnet en Iran) ne serait couverte qu en partie : l ensemble des frais matériels ne sont pas nécessairement pris en charge (et il est probable que l assurance tous risques informatiques de l entreprise comporte une exclusion sur les cyber-attaques). Il est donc important de tester la couverture de la police en utilisant des scénarios concrets d attaques et en analysant ce qui est couvert et ce qui ne l est pas. Cependant, au vu de la demande croissante des clients d indemniser ce type de coûts, les contrats sont en train d évoluer, et notamment en ce qui concerne les frais matériels et humains. Suivant l évolution outre-atlantique, les assureurs commencent à proposer en France des offres étendant le cadre classique de la cyber-assurance afin d indemniser ces coûts. LA CYBER-ASSURANCE, POUR QUI ET POUR QUELS BESOINS? Quoiqu il en soit, lorsqu une entreprise est potentiellement exposée à ce type d attaque et qu elle gère des données sensibles, la question de la cyberassurance doit être étudiée. Au même titre que l on peut s assurer contre un incendie, pourquoi ne pas s assurer contre une cyber-attaque? Lors de cette étude d opportunité, il conviendra d effectuer une analyse de risques pour déterminer les risques résiduels et les confronter avec les assurances déjà souscrites par l entreprise, afin de déterminer ce qui est déjà couvert et ce qu il reste à couvrir. Deux cas se présentent alors : l entreprise a la capacité d absorber ces coûts ou elle ne l a pas. A priori, une grande entreprise souhaitera principalement se prémunir contre une attaque majeure dont les coûts associés seraient trop importants pour qu elle puisse les absorber. Dans ce cas, les montants de garanties souscrites et la franchise sont alors élevés. À la différence des PME qui souhaiteront plutôt s assurer contre tous les types d attaque, n ayant pas nécessairement les ressources pour absorber l ensemble des coûts. 22

23 Risques Elle choisira alors un contrat avec une franchise faible et un apport d expertise. Finalement, dans le contexte de risque actuel, la cyber-assurance apparaît comme étant une solution intéressante pour de nombreuses entreprises, en apportant une indemnisation financière en cas d attaque, ainsi qu un apport d expertise rapide qui lui permet d en limiter les impacts. Cependant, la souscription requiert un arbitrage entre l exposition de l entreprise, son niveau d expertise sécurité, le risque résiduel à couvrir, les garanties proposées et le montant de la prime annuelle. Pour ce faire, une évaluation devra être menée conjointement par les fonctions de gestion des risques et les responsables sécurité de l information, afin de permettre une décision en toute connaissance de cause par la direction générale. 23

24 LA PROPORTIONNALITÉ DANS SOLVABILITÉ 2 : MISE EN CONFORMITÉ DES PETITES STRUCTURES AU PILIER 2 Par Mathieu Couturier - 16 septembre

25 Risques La nouvelle réglementation européenne Solvabilité 2 devra bientôt être ratifiée par les pays membres afin d être effective en Cette réglementation fait toujours l objet de vives critiques, notamment auprès des petites structures. Ces dernières pointent ainsi sa complexité et la lourdeur de sa mise en place. Elles redoutent notamment la remise en cause de leurs modèles de gouvernance. Le secteur de l assurance compte en effet beaucoup d entités de tailles très différentes pour lesquelles le respect des exigences peut s avérer très difficile et onéreux. PILIER 2 : DES EXIGENCES DIFFICILEMENT RESPECTABLES POUR LES MUTUELLES Parmi les exigences relatives à la gouvernance de la structure et aux compétences des dirigeants, trois d entre elles s avèrent particulièrement délicates à respecter pour les mutuelles : Exigences sur les compétences et l honorabilité. Ce principe stipule que chaque membre des conseils doit avoir les compétences pour siéger dans les instances. Les administrateurs des mutuelles étant des bénévoles, ce type de restriction sur les compétences pourrait entraîner un déficit de candidats. Le respect du principe des «quatre yeux». Ce principe stipule que deux personnes en charge de la «direction effective» doivent être désignées dans le respect de l exigence de compétences et d honorabilité. La directive ne précise pas qui doit les nommer. Dans le cas d une nomination par la direction générale et la direction générale adjointe, les petites structures pourraient voir leur modèle de gouvernance mis à mal car elles ne seraient pas en mesure de respecter l exigence sans faire évoluer leur gouvernance. L évolution de la gouvernance pour créer l organe d administration, de gestion et de contrôle. Cet organe, responsable de l application de la réglementation, pourrait être composé du conseil d administration et de la direction générale. Or, de nombreuses petites structures ne disposent pas des bons niveaux de compétences au sein de ces instances. Le respect de ces exigences pourrait être source de risques financiers compte tenu des investissements nécessaires mais également source de risques organisationnels voir de mise en danger de la pérennité des structures. 25

26 LA PROPORTIONNALITÉ : UN ÉLÉMENT DE RÉPONSE DIFFICILE À METTRE EN PLACE Le principe de proportionnalité est inscrit dans l ensemble des traités et directives de l Union Européenne. Pour les entreprises, la transposition des directives doit faire l objet d une application au plus juste en intégrant les besoins et contraintes de l entreprise. L objectif est de ne pas «surcharger» la structure en matière de conformité réglementaire. Les petites structures doivent d autant plus appliquer le principe de proportionnalité que leur business model est simple. La proportionnalité semble être le «Saint Graal» pour les petites structures. Pourtant, ce principe a été pendant longtemps la victime des foudres des associations représentatives. En effet, malgré de récentes évolutions, la réglementation reste peu précise sur l application de la proportionnalité. Aujourd hui, c est aux assureurs de juger du niveau de proportionnalité nécessaire à mettre en œuvre et d apporter la justification de cette pertinence au régulateur. MISE EN ŒUVRE DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ : LES BONNES PRATIQUES L intégration de la proportionnalité doit être adaptée aux contraintes individuelles. Par conséquent les modalités de mise en application diffèrent d une structure à une autre. Néanmoins, certaines bonnes pratiques peuvent être respectées afin de limiter l exposition aux risques et mettre en application la directive «sereinement». Empêcher toute déstabilisation de l organisation et de la gouvernance L objectif de la mise en œuvre de la proportionnalité est d assurer une bonne couverture des risques de l entité sans remettre en cause ou fragiliser son organisation. L ACPR a d ailleurs publié des directives «macro» relatives aux points de gouvernance pouvant être source de blocage pour les petites structures. Limiter la facture de mise en conformité Il est nécessaire de maximiser l utilisation des dispositifs existants pour limiter les investissements coûteux. Ainsi, la mise en place des fonctions clés telles que l audit pouvant engendrer des coûts RH 26

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI?

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI? COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INTRODUCTION Marie-Laure DREYFUSS ASSOCIÉE Responsable du Pôle Gouvernance Tel. : + 33 (0)4 72 18 58 58 E-mail : marie-laure.dreyfuss@actuaris.com En matière de

Plus en détail

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Conférence ActuariaCnam Présentation 3 1 / 0 5 / 2 0 1 2 Julien Chartier, Actuaire Manager AGENDA Introduction Partie 1 - L arrêt «Test-Achats»

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

LES SOLUTIONS D AG2R LA MONDIALE

LES SOLUTIONS D AG2R LA MONDIALE DOSSIER DE PRESSE Paris, 20 mai 2015 NOUVELLE DONNE EN COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : LES SOLUTIONS D AG2R LA MONDIALE - Un marché de la santé bousculé, plus particulièrement par l ANI Santé 2 - AG2R LA MONDIALE

Plus en détail

Enquête sur les complémentaires santé

Enquête sur les complémentaires santé Enquête sur les complémentaires santé La réforme des contrats responsables : Evolution ou révolution? 4 juin 2014 - Page 1 Au travers de la réforme des contrats responsables, Nexialog Consulting a souhaité

Plus en détail

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013 Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013 Paris, le Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1)

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER LA PROTECTION sociale de vos salariés SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle EOVI MUTUELLE, UN EXPERT DE CONFIANCE Des chiffres et des Hommes

Plus en détail

N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 27 novembre 2009. PROPOSITION DE LOI visant à étendre aux épargnants

Plus en détail

Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché

Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché 2013 Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché Table des matières 1 Actualisation de la vision du marché w p. 3 2 Impact de l ANI du 11 janvier 2013 pour le marché de la complémentaire p. 14 santé 2

Plus en détail

Les assurances collectives Santé et Prévoyance

Les assurances collectives Santé et Prévoyance CAA P A C I F I C A P R E D I C A Les assurances collectives Santé et Prévoyance Dernières évolutions réglementaires et réponses du Crédit.Agricole Réunion Experts-Comptables du 10 juillet 2014 Page 1

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 INVENTONS ENSEMBLE LA SANTÉ DE DEMAIN Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Quels impacts anticiper sur le marché de l assurance de personnes? 21 février 2013 ANI 2013 Quels impacts prévisibles

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Avenant 328 Complémentaire frais de santé Cfdt-sante-sociaux.fr Généralisation de la complémentaire santé L accord national interprofessionnel (Ani) du 11 janvier 2013,

Plus en détail

Avenant 328 Complémentaire frais de santé

Avenant 328 Complémentaire frais de santé OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Lien pour télécharger le Guide Confédéral du négociateur sur la Généralisation de la complémentaire santé : http://www.cfdt.fr/upload/docs/application/pdf/2014802/guide_ps_23_01_2014_.pdf

Plus en détail

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

COMPTE ÉPARGNE TEMPS Parce que le temps est une vraie valeur

COMPTE ÉPARGNE TEMPS Parce que le temps est une vraie valeur COMPTE ÉPARGNE TEMPS Parce que le temps est une vraie valeur Nous confier votre Compte Épargne Temps, c est gagner bien plus que du temps. Le Compte Épargne Temps est pour l entreprise une véritable opportunité.

Plus en détail

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Colloque du CNAM 6 octobre 2011 Intervenants OPTIMIND Gildas Robert actuaire ERM, senior manager AGENDA Introduction Partie 1 Mesures de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

à la gestion du risque

à la gestion du risque INTRODUCTION à la gestion du risque À L INTÉRIEUR Qu est-ce qu un risque? Qu est-ce que la gestion du risque? Avantages de la gestion du risque Rôle de l assurance dans lagestion du risque Pourquoi gérer

Plus en détail

Le contrat d épargne retraite supplémentaire

Le contrat d épargne retraite supplémentaire ENTREPRISES ÉPARGNE DANS L ENTREPRISE PALISSANDRE ENTREPRISES Le contrat d épargne retraite supplémentaire DOCUMENT EMPLOYEUR SOMMAIRE Valoriser l image sociale de votre entreprise 2 Les avantages de Palissandre

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise la faculté de participer, avec l'aide de celle-ci,

Plus en détail

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Dominik Smoniewski Jean-Baptiste Parmentier Sommaire 1. Les principes généraux du Pilier

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Les atouts de la retraite Madelin :

Les atouts de la retraite Madelin : Les atouts de la retraite Madelin : Caractéristiques et calcul de la rente viagère Sylvain Grégoire & Michel Andréini Convention CGPC : 10 Octobre 2013 Les enjeux de la retraite en France Sommaire Un système

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES

LES ASSURANCES DE PERSONNES LES ASSURANCES DE PERSONNES 2 LES ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCE VIE, ÉPARGNE RETRAITE, SANTÉ, DÉPENDANCE : SUR TOUS CES SUJETS DE SOCIÉTÉ, LES ASSUREURS ONT PARTICIPÉ ACTIVEMENT AUX DÉBATS, EN FAISANT

Plus en détail

*** - par les Pouvoirs publics, conseillés par la communauté scientifique ;

*** - par les Pouvoirs publics, conseillés par la communauté scientifique ; Groupe de travail de la Commission des comptes de la Sécurité sociale, présidé par Monsieur Jean-François CHADELAT, Inspecteur général des Affaires sociales, relatif à la répartition des interventions

Plus en détail

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique Application à l assurance vie Février 2014, version 1.1 Aymric Kamega, Actuaire Directeur associé, PRIM ACT aymric.kamega@primact.fr www.primact.fr

Plus en détail

Diane Patrimoine. Assurance-vie à annuités variables. Janvier 2011

Diane Patrimoine. Assurance-vie à annuités variables. Janvier 2011 Diane Patrimoine Assurance-vie à annuités variables Janvier 2011 Sommaire 1 Enjeu de la retraite et environnement client 2 La solution retraite patrimoniale en 4 points clés Un revenu garanti à vie Performance

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL Nom du Document : EPARGNE SALARIALE Page : 1/7 EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise

Plus en détail

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise Employee Benefits L assurance de groupe pour la petite entreprise : l assurance de groupe pour la petite entreprise Ma petite entreprise, j en suis fier. Je l ai créée et je l ai développée avec beaucoup

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro Les contrats de retraite article 83 sont désormais ouverts aux versements individuels et facultatifs des salariés.

Plus en détail

entreprises ARTICLE 83 : PRÉPARER SA RETRAITE... AVEC UN BONUS FISCAL Votre lettre d information n 4 - Octobre 2014 RETRAITE

entreprises ARTICLE 83 : PRÉPARER SA RETRAITE... AVEC UN BONUS FISCAL Votre lettre d information n 4 - Octobre 2014 RETRAITE n 4 - Octobre 2014 Votre lettre d information entreprises RETRAITE ARTICLE 83 : PRÉPARER SA RETRAITE... AVEC UN BONUS FISCAL Le dispositif de l article 83 vous permet d aider vos salariés à préparer leur

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite

L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite www.irp-auto.com IRP AUTO Qui sommes-nous? Nos métiers IRP AUTO, est le groupe de protection sociale des professionnels de l automobile. Il regroupe des

Plus en détail

SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE EIFR 25.06.2014

SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE EIFR 25.06.2014 SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE RISQUE EIFR 25.06.2014 LA MUTUALITÉ FRANÇAISE La mutualité française en quelques chiffres 2 LES CHIFFRES CLÉS ET L ORGANISATION DE LA MUTUALITÉ Un acteur

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Executive summary Dans un contexte concurrentiel croissant, une situation

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

TERRE D AVENIR 2 AIRE PUBLICIT CTÈRE CARA À DOCUMENT - GES IMA : GETTY S TO PHO CRÉDIT - 10 7-20 0-31 76

TERRE D AVENIR 2 AIRE PUBLICIT CTÈRE CARA À DOCUMENT - GES IMA : GETTY S TO PHO CRÉDIT - 10 7-20 0-31 76 TERRE D AVENIR 2 terre d avenir 2, un vrai placement individuel de retraite Terre d avenir 2 vous donne les moyens de vivre votre retraite en toute sérénité Diminution des pensions de retraites, allongement

Plus en détail

Les Matinales SILVER ECO La Synthèse. Assurance et Silver économie. 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées

Les Matinales SILVER ECO La Synthèse. Assurance et Silver économie. 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées Les Matinales SILVER ECO La Synthèse Assurance et Silver économie 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées Une matinale animée par Hélène Delmotte (Care Insight) et Benoît Goblot (agence Matinal)

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE Le présent accord a pour objet de mettre en place un régime conventionnel complémentaire relatif au remboursement

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Groupe Crédit-Mutuel CIC

Groupe Crédit-Mutuel CIC ATELIER SOLUTION L ingénierie sociale au service des entreprises de leurs dirigeants de l expert- comptable Groupe Crédit-Mutuel CIC P.1 L ingénierie sociale au service des entreprises, de leurs dirigeants,

Plus en détail

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord :

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord : Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Date de création : 31/03/2014 Date de mise à jour : 25/09/2014 SOMMAIRE : Questions sur la négociation de l accord : LEGENDE : rouge : question

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement de spécialité Economie approfondie Thème n 1 : Economie et démographie Fiche 1.2 :

Plus en détail

LES NOUVELLES ASSURANCES COLLECTIVES DU CRÉDIT AGRICOLE : UN LEVIER AU SERVICE DE VOTRE STRATÉGIE

LES NOUVELLES ASSURANCES COLLECTIVES DU CRÉDIT AGRICOLE : UN LEVIER AU SERVICE DE VOTRE STRATÉGIE SANTÉ ET PRÉVOYANCE LES NOUVELLES ASSURANCES COLLECTIVES DU CRÉDIT AGRICOLE : UN LEVIER AU SERVICE DE VOTRE STRATÉGIE CONÇUES POUR LA NOUVELLE RÉGLEMENTATION FAIRE DE LA PROTECTION SOCIALE UNE VRAIE OPPORTUNITÉ

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE PRESSE ENTREPRISES ET COMPLÉMENTAIRE SANTÉ UNE MISE EN CONFORMITÉ EN TOUTE SIMPLICITÉ!

GUIDE PRATIQUE PRESSE ENTREPRISES ET COMPLÉMENTAIRE SANTÉ UNE MISE EN CONFORMITÉ EN TOUTE SIMPLICITÉ! GUIDE PRATIQUE PRESSE ENTREPRISES ET COMPLÉMENTAIRE SANTÉ UNE MISE EN CONFORMITÉ EN TOUTE SIMPLICITÉ! ÉDITO 00 000 TPE DOIVENT COUVRIR L ENSEMBLE DE LEURS SALARIÉS AU ER JANVIER 206 La transposition dans

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Décret du 18 novembre 2014 relatif au nouveau cahier des charges du contrat responsable. Lettre d information aux entreprises adhérentes

Décret du 18 novembre 2014 relatif au nouveau cahier des charges du contrat responsable. Lettre d information aux entreprises adhérentes Décret du 18 novembre 2014 relatif au nouveau cahier des charges du contrat responsable. Lettre d information aux entreprises adhérentes Le décret n 2014-1374 du 18 novembre 2014 relatif au nouveau cahier

Plus en détail

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016.

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. AU PROGRAMME Des nouveaux contrats aidés pour les embauches. La DSN. Le nouveau formalisme déclaratif entre en vigueur le 01 janvier

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

Artisans-commerçants

Artisans-commerçants Artisans-commerçants Allianz, assureur spécialiste des professionnels, vous propose des solutions d assurance spécifiquement adaptées à votre activité professionnelle et à votre vie privée. Allianz ProfilPro,

Plus en détail

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Conséquence de l empilement des régimes et de modes de calculs complexes, nul ne sait exactement quels seront ses droits à la retraite.

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-93 du 29 juin 2012 relative à la fusion du Groupe Mornay, du Groupe D&O et de la Fédération Mutualiste Interdépartementale de la Région Parisienne L Autorité de la

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

Santé et Prévoyance. Les nouvelles assurances. un levier au service de votre stratégie. Conçue pour la nouvelle réglementation

Santé et Prévoyance. Les nouvelles assurances. un levier au service de votre stratégie. Conçue pour la nouvelle réglementation Santé et Prévoyance Les nouvelles assurances collectives du Crédit Agricole : un levier au service de votre stratégie Conçue pour la nouvelle réglementation 5 raisons de construire votre assurance d entreprise

Plus en détail

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Le Club Jeudi 10 septembre 2015 Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Ouverture Dominique VIENNE, Président Jeudi 10 septembre 2015, Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Aujourd hui : Le Point Expert

Plus en détail

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

LES NOUVELLES ASSURANCES COLLECTIVES DU CRÉDIT AGRICOLE : UN LEVIER AU SERVICE DE VOTRE STRATÉGIE

LES NOUVELLES ASSURANCES COLLECTIVES DU CRÉDIT AGRICOLE : UN LEVIER AU SERVICE DE VOTRE STRATÉGIE SANTÉ ET PRÉVOYANCE LES NOUVELLES ASSURANCES COLLECTIVES DU CRÉDIT AGRICOLE : UN LEVIER AU SERVICE DE VOTRE STRATÉGIE CONÇUES POUR LA NOUVELLE RÉGLEMENTATION NOUS SOUHAITONS FAIRE DE LA PROTECTION SOCIALE

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes «Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes Résultats du sondage Caroline ALBANET-SAROCCHI Associé et Directeur Général

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise?

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? L accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 La loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? Le 1er janvier 2016 au

Plus en détail

Spécial santé. Optez pour une couverture santé adaptée à vos salariés SwissLife Prévoyance Entreprises + Contrat collectif d assurance santé

Spécial santé. Optez pour une couverture santé adaptée à vos salariés SwissLife Prévoyance Entreprises + Contrat collectif d assurance santé Spécial santé Optez pour une couverture santé adaptée à vos salariés SwissLife Prévoyance Entreprises + Contrat collectif d assurance santé 2 SwissLife Prévoyance Entreprises +, une complémentaire santé

Plus en détail

CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE

CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE Salarié-es de droit privé CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE Complémentaire : frais de santé invalidité/arrêt de travail décès Sommaire Page 2-3 : présentation de l accord Page 4-5 : arrêt maladie/invalidité

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

«Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices»

«Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices» «Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices» N 2/automne 2005 Supplément du francilien N 51 Revue de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail