Introduction aux marchés financiers. Les options Définitions et stratégies

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction aux marchés financiers. Les options Définitions et stratégies"

Transcription

1 Introduction aux marchés financiers Les options Définitions et stratégies

2 Table des matières 1. INTRODUCTION 1 2. DÉFINITIONS 2.1 Qu est-ce qu une option? Qu est-ce qu une option d achat? Qu est-ce qu une option de vente? Quelles clauses retrouve-t-on dans un contrat d options? Le type d options La nature de l actif sous-jacent qui doit être livré Le nombre d unités sous contrat Le prix de l option Le prix de levée ou d exercice La date d expiration Le style d exercice : option américaine ou européenne 7 3. COMMENT LIRE LA COTE BOURSIERE D UNE OPTION DANS LE JOURNAL? 8 4. LE MARCHÉ DES OPTIONS 4.1 Que se passe-t-il concrètement lorsqu on achète ou vend des options? Quel est le rôle de la Corporation canadienne de compensation de produits dérivés (CCCPD)? QUELLE EST LA VALEUR D UNE OPTION? 5.1 Définitions Qu est-ce qu une option en jeu, à parité ou hors jeu? Qu est-ce qu une option d achat en jeu, à parité ou hors jeu? Qu est-ce qu une option de vente en jeu, à parité ou hors jeu? Quels sont les facteurs influant sur le prix des options? 23 Toute reproduction partielle ou totale du présent document est strictement interdite, à moins d autorisation préalable de Bourse de Montréal Inc. Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc., 2001.

3 6. ACHETER OU VENDRE UNE OPTION D ACHAT : EST-CE RENTABLE? EST-CE RISQUÉ? ACHETER OU VENDRE UNE OPTION DE VENTE : EST-CE RENTABLE? EST-CE RISQUE? QUELLES SONT LES STRATEGIES D UTILISATION DES OPTIONS? 8.1 Pourquoi acheter une option d achat? Pour créer un effet de levier Pour protéger une position de vente à découvert Pourquoi vendre une option d achat? Pour bénéficier d une baisse légère du cours de l action Pour accroître le rendement de son portefeuille et se protéger contre une baisse du cours de l action Pourquoi acheter une option de vente? Pour créer un effet de levier Pour se protéger contre une baisse du prix de l action Pourquoi vendre une option de vente? Pour accroître le rendement de son portefeuille Pour acquérir des actions à un prix inférieur au cours boursier actuel Pourquoi acheter une option d achat et une option de vente d un même titre? Pourquoi vendre une option d achat et une option de vente d un même titre? CONCLUSION 47 Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc., 2001.

4 1. INTRODUCTION Depuis le début des années 1990, le mot option est un terme qu on voit apparaître de plus en plus souvent dans les pages financières des quotidiens. Savoir que les options existent est une chose, comprendre de quoi il s agit en est une autre. Avant d investir dans les options, il est impératif de bien en comprendre la nature et les caractéristiques de risque et de rendement. Le présent document a donc pour objectif principal de vous présenter ce titre financier. 2. DEFINITIONS 2.1 Qu est-ce qu une option? Une option est un contrat transférable qui confère à son détenteur le droit, et non l obligation, d acheter ou de vendre une quantité donnée d un actif spécifique, à un prix déterminé d avance, et ce, à la date d échéance du contrat ou en tout temps jusqu à cette date. Le contrat s établit entre l investisseur qui achète l option, c est-à-dire l acheteur ou le détenteur de l option, et l investisseur qui vend l option, nommé le vendeur ou le signataire de l option. Comme dans tout contrat, les deux parties ont des droits et/ou des obligations. Ainsi, l acheteur de l option peut exercer, jusqu à l échéance du contrat, son droit d acheter ou de vendre, à un prix convenu d avance (le prix de levée, ou d exercice), une quantité déterminée d un actif qu on dira sous-jacent à l option. Pour acquérir ce droit, le détenteur de l option doit payer un montant d argent à celui qui accepte de lui vendre le droit en question. En échange de cette prime payée par l acheteur, le vendeur de l option s engage à vendre ou acheter l actif sous-jacent dans l éventualité où l acheteur de l option déciderait librement d exercer son droit. Il faut voir la prime comme une rémunération que le vendeur reçoit pour assumer le risque que l acheteur lève son option, c est-à-dire qu il exerce son droit d acheter ou vendre une certaine quantité d un actif aux conditions stipulées dans le contrat. Le vendeur d une option est donc en quelque sorte à la merci de l acheteur puisqu il est tenu de se soumettre aux décisions de l acheteur. Que le détenteur lève ou non l option, le signataire garde de toute façon le montant de la prime. Toute reproduction partielle ou totale du présent document est s trictement interdite, 1 à moins d autorisation préalable de Bourse de Montréal Inc. Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc., 2001.

5 De cette description des droits et obligations rattachés au contrat d une option, il faut retenir que c est l acheteur qui a les droits et que c est le vendeur qui assume les obligations. En réalité, on ne peut pas acheter ou vendre une option tout court. Il faut absolument en spécifier le type puisqu il existe deux types d options : les options d achat et les options de vente. Autrement dit, on peut acheter ou vendre des options d achat, ou bien acheter ou vendre des options de vente, mais on ne peut pas acheter ou vendre des options. À titre d illustration simplificatrice, faisons une analogie entre les options et les pommes. On ne peut acheter ni vendre des pommes sans en spécifier la sorte, on achète ou on vend des pommes McIntosh (options d achat) ou bien des pommes Granny Smith (options de vente). L objectif de cette section était d expliquer ce qu est une option, l objectif des deux sections suivantes sera de préciser ce qu on entend par option d achat et option de vente. 2.2 Qu est-ce qu une option d achat? Une option d achat (ou «call» de son appellation anglaise) est un contrat transférable qui confère à son détenteur le droit, et non l obligation, d acheter une quantité donnée d un actif spécifique, à un prix convenu d avance, et ce, à la date d échéance du contrat, ou en tout temps jusqu à cette date. Cette définition s apparente grandement à la définition générale que nous avons donnée, à la différence près que nous précisons ici qu une option d achat accorde à son détenteur uniquement le droit d acheter l actif spécifié dans le contrat, et ce, aux conditions prédéterminées. Le détenteur de l option d achat paye une prime au signataire de l option pour acquérir ce droit d acheter. En échange de la prime, le vendeur de l option d achat consent à vendre au détenteur l actif spécifié dans le contrat au prix convenu, si le détenteur lève son option dans les délais impartis. 2.3 Qu est-ce qu une option de vente? Une option de vente (ou «put» de son appellation anglaise) est un contrat transférable qui confère à son détenteur le droit, et non l obligation, de vendre une quantité donnée d un actif spécifique, à un prix convenu d avance, et ce, à la date d échéance du contrat ou en tout temps jusqu à cette date. Tout comme la définition d une option d achat mettait en relief le droit du détenteur d acheter l actif spécifié dans le contrat, celle de l option de vente met en relief le droit du détenteur de l option de vendre l actif spécifié dans le contrat, et ce, aux conditions prédéterminées. Le détenteur de l option de vente doit payer une prime au signataire de l option pour acquérir ce droit de vendre. En encaissant cette prime, le signataire de Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

6 l option de vente consent à acheter du détenteur l actif spécifié dans le contrat, au prix fixé, si le détenteur décide de lever son option avant la date d échéance. De ces définitions, il faut retenir que, pour son détenteur, l option d achat n est rien d autre qu un droit d acheter et que l option de vente représente simplement un droit de vendre. Par ailleurs, nous avons vu qu un investisseur n acquiert pas le droit d acheter ou le droit de vendre n importe quoi, à n importe quel prix et à n importe quel moment. Il y a, en effet, un ensemble de conditions prédéterminées qui font l objet de clauses dans un contrat d options. La prochaine section vise justement à expliciter davantage ces clauses contractuelles. 2.4 Quelles clauses retrouve-t-on dans un contrat d options? Tout contrat d options doit incorporer diverses clauses très précises afin d informer son détenteur et son signataire des points suivants : le type d options, la nature de l actif sousjacent, le nombre d unités sous option, le prix de l option, le prix de levée, la date d expiration et si l option est de style américain ou européen. Dans la présente section, chacun de ces éléments sera expliqué et illustré à l aide d un exemple de contrat d options d achat Le type d options Cette clause répond à la question : «Quel droit a-t-on acquis? Le droit d acheter ou le droit de vendre?» Le contrat doit nécessairement spécifier s il s agit d options d achat ou d options de vente afin que les droits de l acheteur et les obligations du vendeur soient clairs. Rappelons que s il s agit d une option d achat, l acheteur de cette option a le droit d acheter l actif spécifié dans le contrat tandis que le vendeur de l option en question a l obligation de le lui vendre. Par ailleurs, si on parle d une option de vente, l acheteur de cette option a le droit de vendre l actif spécifié alors que le vendeur de ladite option est tenu de le lui acheter La nature de l actif sous-jacent qui doit être livré Cette clause répond à la question : «On a acquis le droit d acheter ou le droit de vendre quoi?» L actif spécifié dans le contrat, ou actif sous-jacent à l option, peut être un titre boursier (ex. : des actions, des obligations, des contrats à terme), une devise (ex. : le dollar US, le Deutsche Mark), un indice boursier (ex. : S&P/TSE 60, NYSE), une Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

7 denrée (ex. : du blé, du café), un métal (ex. : l aluminium, l or) ou un autre bien (ex. : du pétrole brut, de l huile à chauffage). Une attention toute particulière doit être apportée à la description de l actif sousjacent afin d éviter toute ambiguïté au moment de sa livraison. Pour les fins du présent document, nous supposerons dorénavant que l actif sousjacent à l option est une action ordinaire d une compagnie inscrite en bourse. Ceci dit, nous ne parlerons plus d options d achat et d options de vente mais d options d achat d actions et d options de vente d actions Le nombre d unités sous contrat Cette clause répond à la question : «On a acquis le droit d acheter ou le droit de vendre quelle quantité de l actif sous-jacent?» Un contrat couvre systématiquement une quantité standard de l actif sous-jacent. Cette quantité diffère d un actif à l autre. Ainsi, un contrat d options d achat ou d options de vente d actions couvre toujours 100 actions. Le tableau 1 présente quelques exemples de tailles de contrats d options selon la nature de l actif sousjacent et la bourse où sont traités les contrats. Tableau 1 : Taille d un contrat d options en fonction de l actif sous-jacent et de la bourse où sont traités les contrats. Nature de l actif sous -jacent Nom de l actif Sous-jacent Bourse Taille d un contrat d options Devises Deutsche Mark PhSE ,00 DM Indice boursier S&P/TSE 60 BdM 2 100,00 $ CAN fois l indice Denrée Blé CBT boisseaux Métaux Aluminium LME 4 25 tonnes métriques Biens Pétrole brut IPE barils 1 PhSE, Phidalelphia Stock Exchange 2 BdM, Bourse de Montréal Inc. 3 CBT, Chicago Board of Trade 4 LME, London Metal Exchange 5 IPE, International Petroleum Exchange of London Ltd. Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

8 Pour fins d illustration, prenons l exemple d un contrat d options d achat d actions de la compagnie Bombardier, échéant au mois de janvier et ayant un prix de levée de 16 $, valant 3 $. 6 L investisseur qui acquiert un contrat d options d achat d actions de cette compagnie a le droit d acheter 100 actions de la compagnie Bombardier au prix fixé (prix de levée), et ce, à n importe quel moment jusqu à la date d échéance du contrat. Dans l éventualité où le détenteur exerce son droit, le signataire de l option d achat est tenu de lui vendre les 100 actions de la compagnie Bombardier au prix de levée contractuel. Habituellement, les investisseurs achètent plus d un contrat d options. Pour le cas des options sur actions, peu importe le type (option d achat ou option de vente), la quantité de l actif sous-jacent devient égale au nombre de contrats acquis, multiplié par la taille d un contrat, soit 100 actions. (Quantité de l actif sous-jacent = Nombre de contrats d options acquis X 100 actions / contrat) Le prix de l option Cette clause répond à la question : «Combien coûte le contrat d options d achat ou d options de vente qu on a acquis?» Le prix de l option se lit dans la section des cotations boursières de la majorité des quotidiens financiers. Le coût d un contrat d options s obtient en multipliant le prix de l option lu dans le journal par 100 actions / contrat. Dans notre exemple, l option d achat vaut 3 $, ce qui donne une valeur totale de 300 $ pour le contrat (3 $ / option X 100 actions / contrat) Le prix de levée ou d exercice Cette clause répond à la question : «Quel est le prix auquel on a le droit d acheter ou le droit de vendre l actif sous-jacent?» Différent du prix de l option, le prix de levée ou d exercice correspond au prix auquel l actif sous-jacent sera échangé si le détenteur de l option décide d exercer son droit, c est-à-dire de lever son option. Pour nous assurer de bien saisir la distinction entre le prix de l option et le prix de levée, revenons sur notre exemple d options d achat d actions de la compagnie Bombardier (paragraphe ci-dessus). L investisseur qui acquiert un contrat d options d achat au prix de 300 $ (3 $ / option X 100 actions / contrat) a le droit d acheter 100 actions de la compagnie Bombardier au prix de levée de 16 $, et ce, jusqu à la date d échéance du contrat. Advenant la levée de l option, le signataire de 6 Les données de l illustration proviennent de la cotation boursière d une option d achat de la compagnie Bombardier, d un exemple représentatif du marché. Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

9 l option d achat a l obligation de vendre au détenteur 100 actions de la compagnie Bombardier au prix de levée de 16 $ par action La date d expiration Cette clause répond à la question : «Jusqu à quand a-t-on le droit d acheter ou le droit de vendre l actif sous-jacent?» La date d expiration sur un contrat d options correspond à la date limite pour lever l option. Après cette date, l option cesse d exister et son détenteur n a plus aucun droit. Dans notre exemple, le mois d expiration est janvier. Pour la majorité des contrats d options, la date d expiration correspond au samedi suivant le troisième vendredi du mois d échéance du contrat. Or, la dernière journée de transaction sur une option équivaut au jour ouvrable précédant la date d échéance. La durée de vie des options d achat et de vente est de très court terme puisqu elle varie entre trois et neuf mois. Par ailleurs, il existe des options sur actions avec des échéances pouvant atteindre jusqu à deux ans. Ces options de plus long terme, portent sur des actions de compagnies à forte capitalisation boursière et possèdent les mêmes caractéristiques que les options sur actions de plus courte échéance. Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

10 2.4.7 Le style d exercice : option américaine ou européenne Cette clause répond à la question : «Peut-on lever l option avant l échéance ou seulement à la date d échéance?» L option d achat ou l option de vente est qualifiée d américaine lorsque son détenteur peut exercer son droit à n importe quel moment avant la date d échéance. Par ailleurs, si l option d achat ou de vente est de style européen, son détenteur ne peut exercer son droit qu à la date d échéance. Ces deux styles d options se traitent tant en Amérique qu en Europe. Il ne faut donc pas qualifier d américaines les options négociées sur les bourses américaines, et d européennes les options négociées sur les bourses en Europe. Enfin, soulignons que la majorité des options traitées en bourse sont de style américain. À la lumière de la description des deux dernières clauses, complétons notre illustration avec la compagnie Bombardier. Ainsi, l investisseur qui a déboursé un prix de 300 $ pour acquérir un contrat d options d achat américaines d actions de la compagnie Bombardier détient le droit d acheter 100 actions de la compagnie Bombardier au prix de levée de 16 $ par action, s il exerce son droit avant le samedi suivant le troisième vendredi du mois de janvier. Le vendeur de cette option d achat doit livrer 100 actions de la compagnie Bombardier au détenteur, contre remise de 16 $ par action, si le détenteur lève son option avant le samedi suivant le troisième vendredi du mois de janvier. À la suite de cette revue des différentes clauses inhérentes à un contrat d options, il est normal de se demander où l investisseur peut prendre connaissance de toutes ces informations. On se doute bien que la lecture des cotations boursières des options peut répondre à cette question. C est pourquoi nous y consacrons la prochaine section. Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

11 3. COMMENT LIRE LA COTE BOURSIERE D UNE OPTION DANS LE JOURNAL? La plupart des quotidiens réservent une section aux cotations boursières. Habituellement, les cotes boursières des actions et des fonds communs de placement y occupent la majorité de l espace. C est vers la fin de la section qu on retrouve normalement la publication des cotes des options qui ont été négociées la veille sur les marchés boursiers. Ces derniers étant fermés le samedi et le dimanche, les cotations ne sont publiées que du mardi au samedi inclusivement. Les cotes sur les options sont regroupées selon la nature de l actif sous-jacent à l option. Dans la majorité des journaux, la sous-section réservée aux cotes sur les options sur actions prédomine largement sur les autres. Dans cette sous-section figurent des noms de compagnies, présentés en ordre alphabétique, suivis d une liste de cotations d options classées selon leur échéance. Notons que les options à longue échéance succèdent habituellement aux options à courte échéance plutôt que de faire l objet d une soussection séparée. D un quotidien financier à un autre, les cotations sont identiques, mais la présentation des composantes d une cotation d options peut différer légèrement. À titre d exemple, nous présentons au tableau 2 les cotations des options sur l action de la compagnie Bombardier classe B, telles qu elles pourraient être présentées dans un quotidien. Dans le but de faciliter l explication de la lecture d une cote, nous avons assigné un numéro entre parenthèses à chacune des neuf composantes d une cotation d option. Les composantes seront abordées selon un ordre qui facilite la compréhension, et non selon leur ordre respectif d apparition dans le journal. (1) L actif sous-jacent Dans notre exemple, l actif sous-jacent est une action ordinaire de classe B de la compagnie Bombardier. À la suite du nom de la compagnie, on peut lire, entre parenthèses, les termes BBD et BdM. Le premier terme représente le symbole boursier ou «ticker» de la compagnie, soit un sigle de quelques lettres utilisé par la bourse pour identifier la compagnie. Le deuxième terme, BdM, nous spécifie que les options sont négociées sur Bourse de Montréal Inc. Sous l en-tête «Bombardier B (BBD/BdM)» figurent les diverses options qui ont été négociées le vendredi 14 août. Précisons que pour des raisons de mise en page, les journaux financiers ne publient généralement que les cotations des options qui ont fait l objet d une transaction dans la journée. Ceci dit, bien qu en date du vendredi 14 août, Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

12 les options répertoriées pour les actions de classe B soient au nombre de 16, on ne doit pas conclure qu il n y a que 16 options différentes sur cette action. (2) Le cours de fermeture de l actif sous-jacent À l extrémité de la ligne sur laquelle apparaît le nom de l actif sous-jacent, on retrouve son cours de fermeture, c est-à-dire le prix auquel s est effectuée la dernière transaction sur cet actif le 14 août. Dans notre exemple, le prix de l action ordinaire de la compagnie Bombardier classe B a clôturé à 17,95 $ sur Bourse de Montréal Inc. en date du vendredi 14 août. (3) Le type d option Les lettres «P» ou «C» sous la colonne marquée par «P/C» indiquent le type de l option. Ainsi, la lettre «P», du terme anglais «PUT», marque les options de vente tandis que la lettre «C», du terme anglais «CALL», identifie les options d achat. À titre d exemple d une cotation d option d achat, nous avons ombré la quatrième option listée. De façon similaire, pour l illustration d une cotation d option de vente, nous vous référons à la septième option de la liste. Nous ne ferons référence qu à ces deux cotations pour illustrer les prochaines composantes d une cote boursière d option. (4) Le prix d exercice ou le prix de levée Les données sous la colonne intitulée «Levée» correspondent aux prix d exercice des différentes options. Dans notre exemple, l option d achat a un prix de levée de 18 $ alors que celui de l option de vente s élève à 18,50 $. Le détenteur d un contrat d options d achat détient le droit d acquérir 100 actions de la compagnie Bombardier classe B à 18 $ l unité. S il lève son option, son déboursé total sera de $, plus les frais de courtage (100 actions X 18 $ / action = $). Par un raisonnement analogue, on arrive à un déboursé de $ pour le détenteur d un contrat d options de vente qui se prévaut de son droit d exercice. Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

13 Tableau 2 : Exemple de cotes boursières d options Options, vendredi 14 août Le Journal Levée (4) Exp (5) P/C (3) Vol (6) Off. (8) Dem. (7) Int. en cours (9) Bombardier B (BBD/BdM) (1) (2) 20 Sept P Oct P /2 Oct P Oct C Oct P /2 Oct C /2 Oct P Oct C Jan C Jan C Jan C Jan P Jan C /2 Jan C Jan C Avr C Total des options négociées 413 (6) Total des options en cours 19,876 (9) Bombardier B Long terme 1 an (ZBB/BdM) Jan C Jan P Jan C Jan P Jan C Jan P Jan C Jan P Jan C Jan P Jan C Jan P Total des options négociées 77 Total des options en cours 1,305 Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

14 (5) Le mois d échéance de l option Sous la colonne titrée «Exp» défilent les mois d échéance des diverses options. Rappelons que l option expire précisément le samedi suivant le troisième vendredi du mois d échéance de l option. L année n apparaît pas à côté du mois d échéance puisque la durée maximale d une option n est que de neuf mois. Ceci dit, notre option d achat et notre option de vente sous exemple viennent toutes les deux à échéance le samedi suivant le troisième vendredi du mois d octobre. Les cotations des options à plus longue échéance font suite à la section des cotations des options à courte échéance. Dans la deuxième moitié du tableau 2, figurent les cotations des options à long terme sur les actions de la compagnie Bombardier classe B venant à échéance dans un an. La lecture d une de ces cotes est semblable à celle d une option à courte échéance. (6) Le volume de transactions de la journée Les chiffres qui se succèdent sous le symbole «Vol» correspondent au volume de transactions, c est-à-dire au nombre de contrats négociés dans la journée du 14 août pour chacune des options listées. Dans la journée du 14 août, il y a six contrats d options d achat (Bombardier B, 18, Oct.) et 10 contrats d options de vente (Bombardier B, 18 ½, Oct.) qui ont été négociés. Cela équivaut à 600 actions pour les options d achat Oct. 18 $ et actions pour les options de vente Oct. 18 ½ $ puisqu un contrat d options correspond à 100 actions. Au bas de la liste des options, figure le volume de transactions total de la journée sur l ensemble des options de la compagnie Bombardier classe B. Normalement, toutes les options qui ont fait l objet d au moins une transaction devraient être listées. Or, pour des questions de mise en page, certains journaux financiers ne listent pas la totalité des options, même si ces dernières ont été négociées durant la journée. Dans ces conditions, on ne doit pas se surprendre si le volume de transactions total ne correspond pas à la somme des volumes de transactions des options répertoriées. Ainsi, en date du 14 août, 413 contrats d options sur les actions de la compagnie Bombardier classe B ont été traités. Toutefois, la somme des volumes de transactions de celles qui ont été publiées n atteint que 298 contrats. Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

15 (7) Le prix demandé L investisseur qui souhaite acheter un contrat d options d achat ou un contrat d options de vente doit regarder le prix demandé pour les diverses options dans la colonne intitulée «Dem.». Pour une option donnée, ce prix équivaut au prix le plus bas demandé, à la fermeture des marchés, pour vendre une telle option. C est ce qu on appelle le cours vendeur. L investisseur désireux d acquérir une telle option doit être conscient du prix auquel les investisseurs sont prêts à la lui vendre avant de proposer un prix d achat. Le prix affiché étant unitaire, il faut le multiplier par 100 pour obtenir le prix d un contrat d options. À la fermeture des marchés le 14 août, le prix demandé s élevait à 1,25 $ / action X 100 actions / contrat = 125 $ pour un contrat d options d achat (Bombardier B, 18, Oct.) et à 1,30 $ / action X 100 actions / contrat = 130 $ pour un contrat d options de vente (Bombardier B, 18 ½, Oct.). (8) Le prix offert L investisseur qui désire vendre un contrat d options d achat ou un contrat d options de vente doit plutôt consulter le prix offert pour les diverses options dans la colonne marquée du symbole «Off.». Pour une option donnée, ce prix équivaut au prix le plus élevé offert, à la fermeture des marchés, pour acheter une telle option. C est ce qu on appelle le cours acheteur. L investisseur qui veut vendre une telle option a intérêt à connaître le prix auquel les investisseurs sont prêts à la lui acheter avant de proposer un prix de vente. Tout comme le prix demandé, le prix offert pour l option doit être multiplié par 100 pour obtenir le prix d un contrat d options. À la fermeture des marchés le 14 août, le prix offert s élevait à 1 $ / action X 100 actions / contrat = 100 $ pour un contrat d options d achat (Bombardier B, 18, Oct.) et à 1,05 $ / action X 100 actions / contrat = 105 $ pour un contrat d options de vente (Bombardier B, 18 ½, Oct.). (9) Le nombre de contrats d options en cours La colonne de chiffres alignés sous l en-tête «Int. en cours» indique l intérêt en cours, soit le nombre de contrats d options en circulation. Autrement dit, c est le nombre de contrats d options encore détenus par des acheteurs. Généralement, plus la quantité de contrats en circulation pour une option donnée est élevée, meilleure est sa liquidité. Selon les données du tableau 2, en date du 14 août, il y a 80 contrats d options d achat (Bombardier B, 18, Oct.) et 10 contrats d options de vente (Bombardier B, 18 ½, Oct.), qui sont en circulation. Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

16 À la fin de la colonne, figure le total du nombre de contrats d options en circulation sur les actions de la compagnie Bombardier classe B. Puisque le journal n imprime pas les cotations de toutes les options, le total de contrats ne correspond pas à la somme des contrats en circulation des 16 options répertoriées. Avant de clore la section sur la lecture de la cote boursière d une option, il importe de définir ce qu on entend par une classe d options et par une série d options. On qualifie de classe d options toutes les options d achat et de vente portant sur le même actif sous-jacent. Par exemple, toutes les options d achat et de vente sur les actions de la compagnie Bombardier, indépendamment de leur échéance et de leur prix de levée, constituent une classe d options. Dans une classe d options donnée, les options ont des mois d échéance et des prix de levée distincts. Pour différencier les diverses options dans une classe d options, on les divise en séries d options. Ainsi, toutes les options d une même classe, de même échéance et de même prix de levée font l objet d une série. Dans le tableau 2, sous l entête Bombardier B, se succèdent 13 séries d options. Les options de vente (Bombardier Sept. 20) constituent la première série d options listée alors que les options d achat (Bombardier Apr. 20) correspondent à la dernière série d options listée en date du 14 août Les options d achat et de vente Oct 18, Oct 18 ½ et Jan 18 ne comptent que pour une série chacune. Dans la présente section, nous avons vu qu un investisseur qui sait lire une cote boursière d option peut prendre connaissance des différentes clauses inhérentes à un contrat d options. Si ces clauses lui conviennent, l investisseur souhaitera probablement acquérir ou vendre une certaine quantité de contrats d options. Pour connaître la démarche à suivre, il devra patienter jusqu à la fin de la section suivante qui abordera toutes les questions reliées au marché des options. Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

17 4. LE MARCHÉ DES OPTIONS La négociation d options en bourse est un phénomène relativement récent puisque ce n est qu en avril 1973 qu on inaugura le premier marché organisé pour les options, le Chicago Board Options Exchange (CBOE). Sept options d achat sur actions figuraient alors à sa cote. Il fallut patienter quatre ans avant de pouvoir y négocier des options de vente sur actions. En 1975, Bourse de Montréal Inc. devint le premier marché organisé pour les options au Canada, en inscrivant à sa cote 13 options d achat sur des actions de compagnies canadiennes. Les options de vente sur actions ne firent leur apparition sur cette bourse qu en Depuis l inauguration de ces premiers marchés organisés pour les options, plusieurs options sur une variété d actifs ont vu le jour sur diverses bourses en Amérique du Nord, en Europe, en Asie et en Amérique du Sud. 4.1 Que se passe-t-il concrètement lorsqu on achète ou vend des options? Au tout début du document, lorsque nous avons défini les options d achat et les options de vente, nous avons introduit deux parties, soit le détenteur (acheteur) et le signataire (vendeur). Dans la réalité, ces deux parties ne se rencontrent jamais puisque les options, tout comme les actions, sont négociées en bourse par l intermédiaire de courtiers en valeurs mobilières. 7 De plus, lorsque les options sont cotées en bourse, une chambre de compensation agit à titre d intermédiaire entre l acheteur et le vendeur. Avant de s attarder plus longuement sur le rôle de cet organisme de réglementation, illustrons, à l aide d un exemple, les diverses étapes d une transaction d achat ou de vente d options. Supposons qu en date du lundi 17 août, un investisseur prend connaissance des cotations boursières des options sur les actions de la compagnie Bombardier dans le journal ; ces cotations sont reproduites au tableau 2 du présent document. Au terme de sa lecture, il se propose d acheter un contrat d options d achat (Bombardier B, 18, Oct.) dont la cotation figure au tableau 3. 7 L investisseur peut également traiter des options au comptoir par l intermédiaire d un négociateur, lorsqu il désire adapter les caractéristiques de l option (ex. : prix de levée, échéance, titre sous-jacent) à ses besoins, ou bien lorsque l option n est pas cotée en bourse. Le degré de liquidité d une telle option reste, par ailleurs, nettement inférieur à celui des options négociées en bourse. Soulignons que les options se traitent au comptoir depuis des décennies contrairement aux options négociées en bourse. Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

18 Tableau 3 : Cotation boursière de l option d achat de la compagnie Bombardier Levée Exp P/C Vol Off. Dem. Int. en cours Bombardier B (BBD/BdM) Oct C Pour ce faire, l investisseur doit en aviser son courtier en valeurs mobilières qui acheminera l ordre d achat à la bourse. La firme de courtage doit être membre de la chambre de compensation. Avant de contacter son courtier, l investisseur doit s assurer de pouvoir répondre aux questions qui lui seront adressées, c est-à-dire : (1) Quelle transaction souhaitez-vous effectuer? Je veux acheter une option d achat (Bombardier B, 18, Oct.). Le courtier transmet alors à l acheteur les plus récentes informations sur la cotation de cette option d achat, notamment le prix demandé, le prix offert, le volume de transactions et le prix de l action Bombardier B. Supposons que ces informations soient inchangées par rapport à celles publiées dans le journal consulté par l investisseur. (2) Combien de contrats voulez-vous acheter? Un contrat. Rappelons qu un contrat d options correspond à 100 actions. (3) À quel prix voulez-vous acheter? Par exemple, 1,20 $ / option. À la date de parution du journal, le prix demandé à la clôture des marchés pour une telle option était de 1,25 $. Au terme de cette réponse, le courtier répète toutes les informations de l ordre d achat afin d en vérifier l exactitude. Pour que la transaction soit complétée, deux conditions doivent être satisfaites. Premièrement, un autre investisseur doit avoir communiqué à son courtier son désir de vendre un contrat d options d achat (Bombardier B, 18, Oct.). Deuxièmement, les deux négociateurs doivent s entendre sur le prix du contrat d options d achat de 120 $ (1,20 $ / option X 100 actions). Précisons que le prix d une option se détermine en fonction de l offre et de la demande pour l option par un système de vente aux enchères semblable à celui des actions. Ainsi, le prix d une option donnée augmente lorsqu il y a plus d investisseurs qui veulent l acheter qu il n y a d investisseurs qui veulent effectivement la vendre. Par un raisonnement inverse, on comprend que le prix d une option donnée baissera lorsqu il y a moins d investisseurs qui souhaitent l acquérir qu il n y en a qui veulent s en départir. Si la transaction a lieu, l acheteur doit débourser le prix du contrat d options pour en devenir officiellement le détenteur. Dans le cas du présent exemple, l investisseur doit Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

19 débourser 120 $ pour l acquisition d un contrat d options d achat (Bombardier B, 18, Oct.). Le vendeur de l option, quant à lui, reçoit la prime de 120 $, en échange de quoi il s engage à respecter les clauses du contrat d options. Ajoutons que tant l acheteur que le vendeur doivent payer une commission à leur courtier respectif. Cette dernière correspond à un montant fixe, par exemple 35 $, auquel s ajoute un montant variable, par contrat d options, qui dépend du prix de l option traitée. Par exemple, pour une option canadienne valant entre 0 $ et 2 $, la commission s élève à 35 $ + 1,50 $ / contrat, alors que pour une option dont le prix se situe entre 4,01 $ et 5,00 $, la commission monte à 35 $ + 3 $ / contrat. Il faut savoir que le barème de commission varie d une firme de courtage à une autre. Ceci dit, avant d effectuer des transactions sur les options, il importe de s informer de ce barème auprès de la maison de courtage. 4.2 Quel est le rôle de la Corporation canadienne de compensation de produits dérivés (CCCPD)? Outre le détenteur et le signataire d une option, une transaction d options implique une troisième partie, soit la chambre de compensation, qu on nomme au Canada la corporation canadienne de compensation de produits dérivés (CCCPD). Fondé en 1975, cet organisme de réglementation et de contrôle agit à titre d intermédiaire entre le preneur et le signataire des options afin de faciliter les transactions. En tant qu intermédiaire, la CCCPD assume les responsabilités du signataire auprès du détenteur et celles du détenteur auprès du signataire, tel que démontré à la figure 1. Il lui incombe donc de recueillir le montant de la prime versée par l acheteur de l option et de le remettre à son signataire. Ceci fait, par l intermédiaire de son courtier, elle avise l acheteur qu il est officiellement détenteur de l option et rappelle au signataire ses engagements selon les termes de l option négociée. Dans le but de réduire le risque de défaut, le courtier entame ensuite les démarches nécessaires pour s assurer de la capacité du signataire d honorer son engagement. 8 C est ainsi que le signataire de l option est invité à fournir des garanties financières et à se plier aux exigences d un système de marges dont le fonctionnement s apparente à celui en vigueur sur les marchés à terme boursiers. Une fois la transaction achevée, il n existe plus aucun lien entre l acheteur et le vendeur de l option. Autrement dit, ces derniers peuvent dorénavant agir indépendamment l un de l autre. Ainsi, le détenteur de l option a le choix de lever son option auprès de la chambre de compensation ou bien de s en départir en la vendant à un autre acheteur, c est-à-dire en inversant sa position. Dans le premier cas, la CCCPD désigne au hasard une maison de courtage et lui ordonne d honorer l option. À son tour, la maison de courtage sélectionne au hasard un de ses clients qui a signé cette option particulière, et le somme d honorer l option. Dans le deuxième cas, la CCCPD n a qu à inscrire le titre de propriété au 8 Notons que le signataire d une option achat n est pas tenu de posséder le titre sous-jacent à l option, c està-dire les actions dans le cas d une option d achat sur actions. Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

20 compte du nouveau détenteur qui tire alors avantage des conditions de l option pour le temps restant à courir. Le signataire de l option, pour sa part, a le choix d attendre jusqu à l échéance de l option, en espérant qu il ne sera pas appelé à honorer l option, ou bien il peut s en départir en inversant sa position, c est-à-dire en achetant l option qu il a préalablement vendue. Une telle transaction annule sa position, puisqu il devient à la fois le détenteur et le signataire de l option. Figure 1 : La CCCPD en tant qu intermédiaire entre le détenteur et le signataire d une option. Acheteur de l option Prime $ Prime $ CCCPD Par l intermédiaire du courtier?? Garanties?? Exigences de marge?? Levée et règlement Vendeur de l option En plus de son rôle d intermédiaire entre le détenteur et le signataire d une option, la CCCPD détermine également, de concert avec les bourses canadiennes, les critères d admissibilité des actions sous-jacentes aux options. Un haut volume de transactions ainsi qu une forte capitalisation boursière (prix d action X quantité d actions en circulation) constituent des critères déterminants dans l admissibilité d un titre. Il incombe aussi à la CCCPD de sélectionner les actions sur lesquelles pourront être émises des options. Tous les trimestres, la CCCPD publie la liste des actions retenues. Cette fonction de la CCCPD prouve bien que les actionnaires de la compagnie dont les actions sont sous option n interviennent aucunement dans la décision d émission d options, ni dans la détermination du nombre et de la nature des options émises. Contrairement aux émissions d actions et de dette, l émission d options ne constitue pas une source de financement pour l entreprise. De plus, les transactions sur le marché des options n ont aucun effet sur les états financiers de l entité qui a émis un titre sous option. Les options sont des titres émis par des investisseurs qui décident de vendre des options d achat ou des options de vente sur des actions sélectionnées par la CCCPD. Puisque ce sont ces investisseurs qui forment en quelque sorte l offre d options, cette dernière n est pas fixe comme dans le cas des actions en circulation d une compagnie. Précisons que la détention d une option ne constitue pas une participation dans la compagnie dont les actions sont sous option. Seuls les actionnaires, ceux qui détiennent effectivement les actions de l entreprise, en sont propriétaires. Ce n est que lorsque le détenteur d une option d achat lève son option, c est-à-dire qu il exerce son droit d acheter les actions sous option au prix de levée, qu il devient actionnaire de la compagnie. La levée d une option d achat ou de vente n a d incidence que sur la situation financière de l acheteur et du vendeur de l option. Tous droits réservés, Bourse de Montréal Inc.,

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF SOMMAIRE DU THEME 2 I LES DIFFÉRENTS ORDRES DE BOURSE 1. Les caractéristiques d un ordre de bourse

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Les stratégies d écarts sur options (suite)

Les stratégies d écarts sur options (suite) Mars 2012 Les stratégies d écarts sur options (suite) Les écarts sur options sont regroupés en deux catégories : les écarts verticaux et les écarts calendaires. Dans le premier bulletin 2012, nous avons

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

Stratégie de vente d options d achat couvertes

Stratégie de vente d options d achat couvertes Stratégie de vente d options d achat couvertes La stratégie de vente d options d achat couvertes, également connue sous le nom de stratégie d achat-vente, est mise en œuvre par la vente d un contrat d

Plus en détail

Achat de 1 000 actions XYZ à 30 $ -30 000,00 $

Achat de 1 000 actions XYZ à 30 $ -30 000,00 $ Mai 2013 Le roulement des positions d options Le traitement fiscal des opérations sur options sur actions est un sujet de préoccupation pour plusieurs investisseurs. Les questions les plus fréquentes posées

Plus en détail

CALCULATEUR D OPTIONS GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

CALCULATEUR D OPTIONS GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape CALCULATEUR D OPTIONS GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Table des matières Introduction 3 Évaluation des options 4 Exemples 6 Évaluation d une option de style américain

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

CONTRATS À TERME SUR ACCEPTATIONS BANCAIRES CANADIENNES DE TROIS MOIS (BAX) MODIFICATIONS À LA PROCÉDURE APPLICABLE AU PRIX DE RÈGLEMENT QUOTIDIEN

CONTRATS À TERME SUR ACCEPTATIONS BANCAIRES CANADIENNES DE TROIS MOIS (BAX) MODIFICATIONS À LA PROCÉDURE APPLICABLE AU PRIX DE RÈGLEMENT QUOTIDIEN Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back -office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 2 juillet 2004 CONTRATS

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE Avec le développement des produits dérivés, le marché des options de change exerce une influence croissante sur le marché du change au comptant. Cette étude,

Plus en détail

GUIDE POUR L'OUTIL D ABONNEMENT EN LIGNE

GUIDE POUR L'OUTIL D ABONNEMENT EN LIGNE GUIDE POUR L'OUTIL D ABONNEMENT EN LIGNE Version 1.0 Dernière mise à jour : Juillet 2008 1 of 1 INTRODUCTION A L'OUTIL D ABONNEMENT EN LIGNE Le 1 er août 2008, HMS LUX S.A. lancera un Outil d abonnement

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 Offres publiques.. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 OFFRES PUBLIQUES 6.8.1 Avis Aucune information. 6.8.2 Dispenses Compagnie de chemins de fer nationaux du Canada Vu la demande présentée par

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Produits financiers dérivés. Octobre 2007

Produits financiers dérivés. Octobre 2007 Produits financiers dérivés Octobre 2007 Plan Généralités sur les produits dérivés Les contrats Forward Les contrats Futures Les swaps Les options «plain vanilla» Les options exotiques Page 2 Généralités

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Dérivés Financiers Contrats à terme

Dérivés Financiers Contrats à terme Dérivés Financiers Contrats à terme Mécanique des marchés à terme 1) Supposons que vous prenez une position courte sur un contrat à terme, pour vendre de l argent en juillet à 10,20 par once, sur le New

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les Warrants Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Présenté par: Marylène Paquet Caisse Centrale Desjardins 418-634-5775 poste 235 Sophie Fortin, M.Sc., CA Samson Bélair/Deloitte

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

RISQUES Risque de change

RISQUES Risque de change Les devises sont désignées par une abréviation standardisée. Ce code ISO est constitué de 3 lettres dont les deux premières correspondent au pays et la troisième à la devise (CAD pour Dollar Canadien).

Plus en détail

Options, Futures, Parité call put

Options, Futures, Parité call put Département de Mathématiques TD Finance / Mathématiques Financières Options, Futures, Parité call put Exercice 1 Quelle est la différence entre (a) prendre une position longue sur un forward avec un prix

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC Brochure destinée aux investisseurs particuliers p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente 5 Prix d exercice 5 Échéance 5 4. Possibilités pour

Plus en détail

Solution Le problème à un million de dollars

Solution Le problème à un million de dollars Solution Le problème à un million de dollars Dans le présent scénario, un homme (le «proposant») souhaite disposer d un million de dollars pour chaque personne qui atteint l âge de 100 ans. Il veut calculer

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 12. Théorie des options I Daniel Andrei Semestre de printemps 211 Principes de Finance 12. Théorie des options I Printemps 211 1 / 43 Plan I Introduction II Comprendre les options

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext. p. 2 Index 1. Introduction 3 2. Options sur devises 4 Trois contrats d options sur devises 4 Pourquoi

Plus en détail

La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou ultérieurement.

La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou ultérieurement. Umbruch franz. 30.8.2006 16:06 Uhr Seite 183 Instruments financiers dérivés La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou

Plus en détail

Stratégies d options Guide pratique

Stratégies d options Guide pratique Stratégies d options Guide pratique L OIC fournit cette publication à titre indicatif seulement. Aucun énoncé dans cette publication ne doit être interprété comme étant une recommandation, un conseil,

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

OUTIL DU MRCC2 : INDICES DE RÉFÉRENCE DU RENDEMENT ET COMMENT LES UTILISER

OUTIL DU MRCC2 : INDICES DE RÉFÉRENCE DU RENDEMENT ET COMMENT LES UTILISER OUTIL DU MRCC2 : INDICES DE RÉFÉRENCE DU RENDEMENT ET COMMENT LES UTILISER Texte modèle pour le document d information sur la relation, l addenda au document d information sur la relation, le bref aperçu

Plus en détail

Obligations des courtiers membres qui vendent des fonds négociés en bourse à effet de levier et à rendement inverse

Obligations des courtiers membres qui vendent des fonds négociés en bourse à effet de levier et à rendement inverse Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Formation Personne-ressource : Carmen Crépin Vice-présidente

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les Futures Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Le 31 janvier 2013. Cher actionnaire d Abbott/AbbVie,

Le 31 janvier 2013. Cher actionnaire d Abbott/AbbVie, Le 31 janvier 2013 Objet : Information concernant le choix de report de l impôt sur le revenu à l intention des actionnaires résidant au Canada détenteurs d actions d AbbVie Inc. suivant la scission de

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Dérivés Financiers Options

Dérivés Financiers Options Stratégies à base d options Dérivés Financiers Options 1) Supposons que vous vendiez un put avec un prix d exercice de 40 et une date d expiration dans 3 mois. Le prix actuel de l action est 41 et le contrat

Plus en détail

L apport d une créance en présence d un passif net 1

L apport d une créance en présence d un passif net 1 L apport d une créance en présence d un passif net 1 Claude Janssens Expert-comptable, analyste financier et économiste d entreprises Comme dans le numéro 4/2007, nous allons vous présenter un exemple

Plus en détail

Investissez maintenant dans un avenir durable.

Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez dans la croissance de la Banque Triodos À la Banque Triodos, votre argent contribue à une société durable dans laquelle une place centrale est

Plus en détail

REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES

REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES 1. APERÇU REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Redevances Aurifères Osisko Ltée (la «Société») offre

Plus en détail

Régime d achat d actions à l intention des partenaires des réseaux de distribution

Régime d achat d actions à l intention des partenaires des réseaux de distribution Régime d achat d actions à l intention des partenaires des réseaux de distribution Groupe Industrielle Alliance www.inalco.com Table des matières Page 2 Introduction 1 Page 3 Avantages du régime 2 Page

Plus en détail

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille I. Notions de rentabilité et de risque II. Diversification de portefeuille III. Optimisation de Markowitz III.1. Portefeuilles composés d actifs risqués

Plus en détail

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE Janvier 2013 99-36 (13-01) 1 DÉFINITIONS Dans le présent Régime et les formulaires qui

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Bases des conclusions. Placements de portefeuille Chapitre SP 3041. Avril 2012 CCSP

Bases des conclusions. Placements de portefeuille Chapitre SP 3041. Avril 2012 CCSP Placements de portefeuille Chapitre SP 3041 Avril 2012 CCSP AVANT-PROPOS Le chapitre SP 3041, PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE, qui modifie et remplace le chapitre SP 3040, PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE, fait partie

Plus en détail

Avis aux actionnaires des compartiments suivants de GO UCITS ETF Solutions Plc (anciennement ETFX Fund Company Plc) (la «Société») :

Avis aux actionnaires des compartiments suivants de GO UCITS ETF Solutions Plc (anciennement ETFX Fund Company Plc) (la «Société») : 24 juillet 2014 Avis aux actionnaires des compartiments suivants de GO UCITS ETF Solutions Plc (anciennement ETFX Fund Company Plc) (la «Société») : ETFS WNA Global Nuclear Energy GO UCITS ETF (ISIN :

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation. Decembre 2014

CMC MARKETS UK PLC CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation. Decembre 2014 CMC MARKETS UK PLC et CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation Decembre 2014 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société autorisée et réglementée par la Financial

Plus en détail

Collège de Genève OS EC 2M Introduction à l analyse comptable Exercice 4

Collège de Genève OS EC 2M Introduction à l analyse comptable Exercice 4 Collège de Genève OS EC 2M Introduction à l analyse comptable Exercice 4 Question Une : Frik & Flooze SA est une entreprise dont l activité est d acheter et vendre des smartphones. L entreprise a été fondée

Plus en détail

g e gamme 2 Les Turbos d investissements in mme d investissements intellig d i ti t i t lli t Que sont les Turbos?

g e gamme 2 Les Turbos d investissements in mme d investissements intellig d i ti t i t lli t Que sont les Turbos? Equity First une gamme d invest First une gamme d investisseme une gamme d investissements in ga d investissements intelligents Eq intelligents Equity First une gam Equity First une gamme d invest First

Plus en détail

Assemblée Générale mixte ordinaire et extraordinaire

Assemblée Générale mixte ordinaire et extraordinaire Assemblée Générale mixte ordinaire et extraordinaire 24 septembre 2014 Référen ce Indice Date DASSAULT AVIATION ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 24 SEPTEMBRE 2014 -ooo- ORDRE DU

Plus en détail

Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices AUTOCERTIFICATION

Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices AUTOCERTIFICATION Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 149-15 Le 10 décembre 2015

Plus en détail

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN NOTE D INFORMATION ETABLIE SUITE A LA DECISION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE PROCEDER AU LANCEMENT EFFECTIF DU PROGRAMME DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS AUTORISE PAR l ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 26

Plus en détail

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES Sommaire 1. Suites géométriques... 2 2. Exercice... 6 3. Application des suites géométriques aux mathématiques financières... 7 4. Vocabulaire... 7 5. Exercices :... 8 6.

Plus en détail

APERÇU DU FONDS Catégorie obligations à rendement optimal Yorkville série A au 7 juillet 2011

APERÇU DU FONDS Catégorie obligations à rendement optimal Yorkville série A au 7 juillet 2011 Catégorie obligations à rendement optimal Yorkville série A Ce document contient des renseignements essentiels sur la Catégorie obligations à rendement optimal Yorkville (le «fonds»). Vous trouverez plus

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

CIRCULAIRE N 09/01 RELATIVE A L ANIMATION DU MARCHE DE VALEURS MOBILIERES COTEES

CIRCULAIRE N 09/01 RELATIVE A L ANIMATION DU MARCHE DE VALEURS MOBILIERES COTEES Rabat, le 14 juin 2001 CIRCULAIRE N 09/01 RELATIVE A L ANIMATION DU MARCHE DE VALEURS MOBILIERES COTEES Aux termes de l article 14 ter du dahir portant loi n 1-93-211 relatif à la Bourse des valeurs, tel

Plus en détail

S informer sur. Les obligations

S informer sur. Les obligations S informer sur Les obligations Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les obligations Sommaire Qu est-ce qu une obligation? 03 Quel est le rendement? 04 Quels sont les risques? 05 Quels sont les

Plus en détail

Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions

Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions (Assemblée générale du 26 juin 2014 Résolution n 19) PricewaterhouseCoopers Audit 63

Plus en détail

CARACTERISTIQUES ET EVALUATION DES CONTRATS D OPTION. Finance internationale, 9ème éd. Y. Simon & D. Lautier

CARACTERISTIQUES ET EVALUATION DES CONTRATS D OPTION. Finance internationale, 9ème éd. Y. Simon & D. Lautier CARACTERISTIQUES ET EVALUATION DES CONTRATS D OPTION 1 Section 1. La définition et les caractéristiques d une option Section 2. Les déterminants de la valeur d une option Section 3. Les quatre opérations

Plus en détail

Convention de base Convention Opérations sur marge Convention Options et Contrats à terme

Convention de base Convention Opérations sur marge Convention Options et Contrats à terme Convention de base Convention Opérations sur marge Convention Options et Contrats à terme Partie 1: Convention de base Les Parties 1. Le(s) soussigné(s) du «Formulaire d ouverture de compte LYNX»; ci-après

Plus en détail

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015 Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars Les investisseurs canadiens ont réduit leurs avoirs en titres étrangers

Plus en détail

TRANSFOLIO version 2.05. Introduction

TRANSFOLIO version 2.05. Introduction TRANSFOLIO version 2.05 Introduction TABLE DES MATIERES 1 OBJECTIF... 2 2 DEMARRER TRANSFOLIO... 2 3 CREER SON PREMIER PORTEFEUILLE... 3 3.1 ETAPE 1 : DEFINITION DU PORTEFEUILLE... 3 3.2 ETAPE 2 : OUVERTURE

Plus en détail

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Owen Williams Grenoble Ecole de Management > 2 Définitions : options sur actions Option : un contrat négociable donnant le droit d acheter ou vendre

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

Gestion financière internationale GSF-2104. Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change

Gestion financière internationale GSF-2104. Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change Gestion financière internationale GSF-2104 Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change Introduction Partie 1 : les produits financiers des marchés des changes (chapitre

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016

Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016 Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016 1. INTRODUCTION Il est rappelé que l Assemblée Générale Mixte du 2 juin 2014, dans sa cinquième (5 ème ) résolution, avait précédemment autorisé le

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE

THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE Les entreprises internationalisées comme les multinationales industrielles et commerciales se trouvent exposées au risque de fluctuations

Plus en détail

Certificats TURBO. Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital.

Certificats TURBO. Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital. Certificats TURBO Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital. www.produitsdebourse.bnpparibas.com Les Certificats Turbo Le Certificat Turbo est

Plus en détail

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires?

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Vue d ensemble Le marché des changes : comment ça fonctionne Mythes Études de cas Gestion

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

BANKING FEDERATION OF THE EUROPEAN UNION BANKENVEREINIGUNG DER EUROPÄISCHEN UNION. in co-operation with

BANKING FEDERATION OF THE EUROPEAN UNION BANKENVEREINIGUNG DER EUROPÄISCHEN UNION. in co-operation with F E D E R A T I O N B A N C A I R E D E L ' U N I O N E U R O P E E N N E BANKING FEDERATION OF THE EUROPEAN UNION BANKENVEREINIGUNG DER EUROPÄISCHEN UNION in co-operation with E U R O P E A N S A V I

Plus en détail

Offre d achat immeuble à revenus*

Offre d achat immeuble à revenus* Offre d achat immeuble à revenus* (usage résidentiel seulement) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Ci-après l «Acheteur» VENDEUR 2 : 2. OBJET DU CONTRAT Ci-après le «Vendeur»

Plus en détail

Un placement adapté pour les investisseurs cherchant...

Un placement adapté pour les investisseurs cherchant... Eurostoxx Autocall 0 stratégie P. Si les Bourses européennes montent à court ou moyen terme, vous pourrez tabler sur cet élément via ce nouvel investissement. si, après an, l indice Eurostoxx50 a augmenté

Plus en détail

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO Guide de trading de devises XForex vous a préparé un condensé du E- book, son manuel électronique sur le trading de devises. Le Mini E-book a été conçu

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

S informer sur. Comment acheter des actions en bourse?

S informer sur. Comment acheter des actions en bourse? S informer sur Comment acheter des actions en bourse? Autorité des marchés financiers Comment acheter des actions en bourse? Sommaire Sous quelle forme dois-je détenir mes actions? 03 Quels sont les frais?

Plus en détail

RÈGLES DE TRANSACTIONS SUR OPTIONS (EURONEXT, EUREX ET OPTIONS US) à partir du 01/04/2016

RÈGLES DE TRANSACTIONS SUR OPTIONS (EURONEXT, EUREX ET OPTIONS US) à partir du 01/04/2016 RÈGLES DE TRANSACTIONS SUR OPTIONS (EURONEXT, EUREX ET OPTIONS US) à partir du 01/04/2016 0073/F01/04/2016 TABLE DES MATIÈRES 1. TYPES DE PRODUITS...3 2. HORAIRES...3 3. TYPES DE TRANSACTIONS SUR OPTIONS...3

Plus en détail

Chapitre 15 Options et actifs conditionnels. Plan

Chapitre 15 Options et actifs conditionnels. Plan Chapitre 15 Options et actifs conditionnels Plan Fonctionnement des options Utilisation des options La parité put-call Volatilité et valeur des options Les modèles de détermination de prix d option Modèle

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

Chapitre 2 La valeur des flux monétaires actualisés

Chapitre 2 La valeur des flux monétaires actualisés T2 Organisation du chapitre Chapitre 2 La valeur des flux monétaires actualisés Organisation du chapitre! 2.1 Les valeurs capitalisées et actualisées de flux monétaires multiples! 2.2 L évaluation de flux

Plus en détail

Gamme UBS DOCU Placement en devises avec optimisation du rendement lors d un marché stable.

Gamme UBS DOCU Placement en devises avec optimisation du rendement lors d un marché stable. ab Gamme UBS DOCU Placement en devises avec optimisation du rendement lors d un marché stable. Optimisation Le DOCU constitue une alternative intéressante aux actions ou aux liquidités et dispose d un

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

ÉVALUATION CERTIFICATIVE COURTAGE COMMERCIAL

ÉVALUATION CERTIFICATIVE COURTAGE COMMERCIAL Exemple de réponses Scénario 2 Important : ce que vous trouverez ci-joint n est qu un exemple d un examen complété en courtage immobilier commercial qui démontre la maîtrise de l ensemble des compétences.

Plus en détail

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE Septembre 2012 Les renseignements et données contenus dans le présent bulletin ont été rédigés par l Ordre des comptables agréés du Québec sous la direction de Monsieur Gilles Chiasson. Ils sont notamment

Plus en détail