Normalisation comptable (TD) Travail à faire :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Normalisation comptable (TD) Travail à faire :"

Transcription

1 Normalisation comptable (TD) Travail à faire : 1. A partir des documents, préciser les avantages procurés par l'application des normes comptables internationales IAS/IFRS. (Exposé 1) 2. Montrer que les entreprises sont diversement affectées par les normes comptables internationales en vous appuyant sur les documents et sur d autres sources internet. (Exposé 2) 3.) A l'aide de l'ensemble des documents et de vos travaux aux questions précédentes, énoncer les principales limites résultant de l'application des normes comptables internationales. (Exposé 3) 4. Comment et par qui sont conçues les normes IFRS Décrire les principaux moments de l histoire des normes IAS et IFRS. (Exposé 4) 5. A l aide des documents et d autres sources expliquer le différents qui oppose l Europe et les USA (exposé 5) Document 1 Normes comptables : l'europe refait ses comptes Noël BENCHETTRIT, Nicolas VERON. Le ralliement de l Union européenne aux normes internationales IAS accélère l'unification des normes comptables à l'échelle mondiale. En juin dernier, le Conseil de l'union européenne a décidé d'imposer aux grandes entreprises cotées dans l'union, les normes comptables internationales élaborées par l'international Accounting Standards Board (1) [ ], à partir de Cette décision d'apparence technique marque en fait un tournant important. Dans le contexte des scandales Enron ou WorldCom, ce choix peut étonner : il consiste en effet à renoncer au pouvoir d'établir les normes comptables applicables sur le territoire européen, au profit d'une organisation internationale (1) qui fait une large place aux acteurs privés de l'audit (2). Malgré les risques que cela comporte, c'était probablement le seul moyen pour l'union d'unifier les normes comptables en son sein, et par-là même, de retrouver un certain poids dans l'élaboration des règles du jeu à l'échelle mondiale. Les normes comptables définissent les règles à suivre pour élaborer les documents qui permettent de juger de la situation financière des entreprises [ ]. Elles constituent un outil indispensable à tous les acteurs de l'économie : les dirigeants des entreprises, pour prendre de bonnes décisions ; les investisseurs, pour évaluer la rentabilité de leurs investissements et les risques qu'ils encourent ; enfin, les pouvoirs publics, pour des raisons statistiques et fiscales. Dirigeants, investisseurs et pouvoirs publics sont donc tous soucieux de disposer de comptes transparents. Cette convergence masque pourtant des intérêts souvent opposés. Les dirigeants ont ainsi tendance à enjoliver leurs résultats pour séduire les investisseurs [ ], comme l'ont illustré les récents scandales. Dans le même temps, ces mêmes dirigeants cherchent aussi à minimiser les résultats soumis à l'impôt [ ] On pourrait multiplier les exemples de ces débats. En apparence technique, ils sont pourtant susceptibles d'influer non seulement sur la vision que les différents protagonistes (3) auront de la situation des entreprises, mais encore sur le comportement des dirigeants : en adoptant telle ou telle règle comptable, on peut favoriser l'investissement à long terme ou, au contraire, encourager une gestion à court terme des entreprises. Les normes comptables ont jusqu'à présent été établies dans un cadre national. Mais cela gêne de plus en plus les firmes transnationales, souvent désireuses de voir leurs actions cotées sur plusieurs places financières. Même chose pour les investisseurs, de plus en plus internationalisés eux aussi, qui souhaitent pouvoir évaluer selon les mêmes règles les groupes implantés dans différents pays [ ] Outre-Atlantique, la situation était jusqu'à ces derniers mois très différente. Les américains considéraient volontiers que leurs (4) normes comptables étaient les meilleures du monde. Et ils auraient bien vu les entreprises du reste de la planète les adopter à leur tour. Après tout, n'était-ce pas ce qu'avaient commencé à faire de nombreuses multinationales européennes qui voulaient être cotées à la Bourse de New York? [ ] 1

2 Début 2002, les scandales liés aux manipulations d'informations financières par Enron et WorldCom modifient profondément les termes du débat sur les normes comptables. Ces affaires ont mis en évidence les faiblesses des normes américaines, paradoxalement trop précises : elles cherchent en effet à définir l'attitude à adopter dans toutes les situations possibles. Du coup, tout ce qui n'est pas expressément interdit étant considéré comme permis, il est assez facile de contourner les US GAAP (4) en inventant des cas de figure qu'elles n'ont pas prévus. Les normes internationales IAS (1), elles, se fondent sur une philosophie différente : d'ampleur beaucoup plus limitée, elles fixent surtout des principes qui doivent toujours être respectés, même dans les circonstances qui n'ont pas été explicitement envisagées [ ] (4) US GAAP : Generally Accepted Accounting Principles signifiant normes comptables américaines. L'adoption par l'europe des normes IAS constitue cependant une étape importante, à la fois dans le processus d'unification européenne et dans la recherche de règles du jeu mondiales qui ne soient pas purement américaines. Mais les enjeux économiques sont colossaux. Et la construction institutionnelle sans précédent retenue pour produire ces normes accorde sans doute une confiance excessive à la capacité d'autorégulation des acteurs du secteur privé. [ ]. Alternatives économiques, n 208 de novembre (1) L'International Accounting Standards Board (IASB) est l'organe chargé de produire les normes comptables internationales dites IFRS/IAS (International Financial Reporting Standards / International Accounting standards). Il représente le conseil (organe "exécutif") de l'iascf (International Accounting Standards Comitee Foundation) : fondation privée oeuvrant pour l'harmonisation comptable internationale. (2) Etude ou examen critique des états financiers, d'une opération ou d'une activité par un professionnel compétent et indépendant. (3) Protagonistes : acteurs principalement intéressés au sens du texte (actionnaires, prêteurs, salariés ) 2

3 Document 2 L adoption des nouvelles normes comptables IFRS [ ] n entraîne que des impacts limités sur les résultats et la structure financière du Groupe Banque Populaire et de Natexis Banques Populaires. Les principales variations sont dues pour l essentiel aux effets de première application ou à des différences de prise en compte du facteur temps. Les impacts constatés ne traduisent pas de modifications de la réalité économique sous jacente et n entraîneront pas de changement dans la stratégie du Groupe Banque Populaire et de Natexis Banques Populaires. Par ailleurs, ces impacts ne sont pas de nature à modifier la politique de Natexis Banques Populaires en matière de distribution de dividendes. Document 3 Impact des normes IFRS sur les comptes 2004 Conclusion du communiqué de presse du groupe Banque Populaire Paris, le 21 avril Eurotunnel affiche à nouveau une perte nette en 2004 La situation d'eurotunnel n'est pas brillante. L'entreprise supporte un niveau d'endettement colossal (9 milliards d'euros pour 1,4 milliard d'euros de fonds propres) et son chiffre d'affaires 2004 a reculé de 4 % par rapport à 2003, à 789 millions d'euros. Mardi 26 avril, peu avant l'ouverture de la Bourse de Paris, le concessionnaire du tunnel sous la Manche a également annoncé une perte de 810 millions d'euros en 2004, en partie due à une dépréciation d'actifs exceptionnelle de 560 millions d'euros, liée à l'évaluation dans les nouvelles normes comptables IAS des actifs immobilisés du groupe. Eurotunnel a de nouveau souffert, dans son activité principale (les services de navettes passagers et camions), de la forte concurrence des ferries. C'est son deuxième exercice consécutif dans le rouge. En 2003, le groupe franco-britannique affichait déjà une perte nette de 1,889 milliard d'euros, pour un chiffre d'affaires en baisse de 5 %, à 813 millions d'euros. Depuis sa création, en 1987, la société n'a connu qu'un exercice bénéficiaire : en 2002, avec un résultat net positif de 508 millions d'euros. [ ] Le Monde Entreprises, mercredi 27 avril 2005 Document 4 AXA BONS RÉSULTATS Les opérateurs ont apprécié les résultats 2004, présentés mardi 21 juin par le numéro un de l'assurance en France. Au cours du dernier exercice, Axa a enregistré un bénéfice net de 3,738 milliards d'euros (en normes comptables internationales IFRS (1) ), contre 2,519 milliards (en normes françaises) à la fin de l'exercice précédent. En un an le taux d'endettement du groupe est passé de 39 % en normes françaises à 42 % en normes IFRS, au 31 décembre Aidée par une baisse de l'euro, l'action du groupe Axa affichait vendredi une hausse de 2,56 %, à 20,87 euros. (1) IFRS : International Financial Reporting Standards c'est-à-dire normes internationales de présentation de l'information financière. Les normes IFRS contiennent les normes comptables internationales dites IAS : International Accounting Standards. Document 5 Le Monde Supplément Argent, lundi 27 juin

4 Document 6 Convergence PCG-IFRS : stop ou encore? Jean-Luc Mullenbach La convergence à marche forcée des dispositions du plan comptable général (PCG) dans le sens des normes de l IASB va rendre l élaboration des comptes sociaux, aujourd hui d inspiration juridique et fiscale, plus problématique. Ne serait-il pas souhaitable de faire une pause pour définir un processus d adaptation progressif qui ne livre pas les PME aux excès de la sphère financière? IAS et PME : une nouvelle révolution? Bruno Balaire, Pascal Jauffret Alors que les groupes cotés européens sont tenus, depuis le 1er janvier dernier, d appliquer les nouvelles normes comptables internationales, l IASB développe en ce moment même un référentiel adapté aux PME. Un aménagement spécifique paraît en effet nécessaire pour permettre à ces dernières une appropriation optimale de ces nouveaux concepts. IAS-IFRS et référentiel français : de nombreuses divergences Pascal Bérenger Défini à l origine pour les sociétés cotées, le nouveau référentiel comptable international peut s avérer difficile à appliquer en PME. Plusieurs normes - dont l IAS 16, l IAS 18 et l IAS 38 reflètent en effet un défaut de convergence avec l actuel référentiel français. Référentiel IFRS : quel intérêt pour un groupe familial non coté? Luis Alvarez, Pascal Kerebel Officiellement, la migration au référentiel IFRS pour un groupe familial non coté n est pas encore obligatoire. Mais l évolution réglementaire et les choix stratégiques que devront effectuer les dirigeants pour rester dans la compétition impliquent de se pencher sur la question. Extrait du sommaire détaillé de la revue mensuelle Echanges N 227 du 1/12/2005 accessible par le site : Document 7 Création et rôle de l'iasb Créé en 1973 par les instituts comptables de 9 pays, dont la France, l'iasb (International Accounting Standards Board) qui a repris la succession de l'international Accounting Standards Committee - IASC - à la suite de la réforme de ce dernier, en 2001) a pour objectifs d'élaborer et de publier des normes comptables internationales pour la présentation des états financiers ainsi que de promouvoir leur utilisation et leur généralisation à l'échelle mondiale. Ces normes sont dorénavant appelées International Financial Reporting Standards ou IFRS (celles élaborées avant le 1 er avril 2001 restent intitulées International Accounting Standards ou IAS, voir année "2001" ci-dessous). L'IASB a également pour rôle de publier des interprétations qui sont développées par l'international Financial Reporting Interpretations Committee - IFRIC - et qui sont dénommées IFRIC (antérieurement Standards Interpretations Committee - SIC). Ces interprétations servent à préciser le traitement comptable applicable pour une opération/transaction donnée lorsque les normes développées ne sont pas suffisamment précises en la matière. 4

5 Les normes et les interprétations sont publiées après un processus rigoureux d'élaboration qui inclut une étape importante d'exposé sondage (appel à commentaires) avant leur publication. Elles doivent avoir été approuvées, préalablement à leur publication, par 9 des 14 membres de l'iasb Date-clés : 1973 Création de l IASC à Londres, à l'initiative de Sir Henry BENSON, premier Président élu de l'iasc Publication des deux premières normes intitulées IAS 1 "Publication des méthodes comptables" et IAS 2 "Valorisation et présentation des stocks selon la méthode du coût historique" [ ] 2002 Publication au JOCE du 11 septembre 2002 du règlement CE n 1606/2002 dit «IFRS 2005» : celui-ci impose aux sociétés européennes cotées qui publient des comptes consolidés l application des IAS/IFRS pour les exercices débutant à partir du 1 er janvier 2005 [ ] Extraits du site internet - rubrique Historique de l'iasb 1989 L'IASC publie son cadre conceptuel pour la préparation et la présentation des états financiers. Ce cadre permet de donner l'esprit des nouvelles normes publiées après sa parution, et notamment, la définition et l'objectif des états financiers, ses composantes et leur comptabilisation Une étude menée par la Commission européenne démontre que les IAS sont compatibles avec les directives européennes, à de rares exceptions près. La Commission européenne décide d'engager un plan d'action pour les services financiers qui prévoit notamment l'application des IAS comme référentiel comptable européen, à l'horizon [ ] Réforme de l International Accounting Standards Committee (IASC) qui devient l International Accounting Standards Board (IASB). Ce dernier se voit doté d un organe de direction : l International Accounting Standards Committee Foundation (IASCF) qui est également chargé d assurer son financement. Les normes publiées jusqu au 1 er avril conservent la dénomination "IAS" : International Accounting Standards. Les normes émises à partir de cette date seront intitulées "IFRS" : International Financial Reporting Standards. 5

6 Document 8 Normes comptables internationales: l'europe doit mieux défendre ses intérêts dans le débat sur l'harmonisation LE MONDE ECONOMIE Etienne Boris (PricewaterhouseCoopers) La question de l'harmonisation des normes comptables à l'échelle internationale n'est pas récente. Elle se pose toutefois en termes nouveaux après les crises financières de et de Revenons un court instant à la situation antérieure à Devant le succès grandissant des normes International Financial Reporting Standards (IFRS) - utilisées par les sociétés cotées ou faisant appel à des investisseurs pour présenter leurs états financiers -, des voix de plus en plus nombreuses plaidaient alors pour une convergence des normes comptables au niveau mondial. Les critiques, notamment de la "juste valeur" (la valeur de marché), bien que déjà présentes, ne semblaient pas à même de remettre en cause la dynamique de convergence qui était à l'oeuvre. Mais les crises successives, en apportant la démonstration de la "procyclicité" de cette juste valeur - sa capacité à croître ou à décroître en fonction de l'évolution du cycle économique - ont amplifié les critiques. Celles-ci ne se limitent pas à la juste valeur, mais concernent aussi d'autres thèmes tels que la reconnaissance du chiffre d'affaires, les contrats de location ou les effets contre-intuitifs des normes. La volonté de convergence entre les normes américaines - Generally Accepted Accounting Principles (US GAAP) - et les IFRS s'était à nouveau manifestée lors du G20 de Pittsburgh (Pennsylvanie) en septembre Un calendrier très contraint avait été établi avec un délai fixé... à la mi Mais force est de constater que la route est encore longue. EFFETS NÉFASTES D'autant que tous les acteurs concernés ont admis les effets néfastes de la procyclicité des normes de juste valeur et de leur impact potentiel sur la stabilité financière, d'une conception de la performance parfois en décalage avec la réalité des modèles économiques des entreprises et des économies nationales, ou encore d'une confusion implicite entre performance et risque. En une décennie, les perspectives d'évolution des normes comptables dans le monde ont ainsi profondément changé ; la convergence des normes IFRS avec les US GAAP reste un point sur la ligne d'horizon. Dès lors, quel cap se fixer pour réorienter un système de normalisation comptable dont les enjeux dépassent largement la question technique? C'est la réflexion développée dans le cinquantième cahier du think tank En Temps Réel, Normes comptables : la mondialisation en panne (www.entempsreel.com). Cette situation amène en effet à s'interroger de nouveau sur la manière dont s'établit la légitimité d'un système aux conséquences réelles pour les économies. L'Europe a tenté de peser, avec un 6

7 résultat mitigé, en faveur d'une plus grande influence des autorités publiques dans la gouvernance de l'international Accounting Standards Board (IASB), dont émanent les normes comptables IFRS. La récente nomination par le commissaire européen au marché intérieur et aux services, Michel Barnier, d'un "conseiller spécial", Philippe Maystadt, dont la mission est de renforcer la contribution de l'union européenne (UE) à l'élaboration des IFRS et d'améliorer la gouvernance des institutions qui les élaborent, montre l'importance du sujet. DEUX ENJEUX MAJEURS La pérennité des normes IFRS repose sur deux enjeux majeurs : d'une part, mieux prendre en compte les exigences des utilisateurs, notamment les émetteurs et les investisseurs, par nature très divers ; d'autre part, permettre à l'europe de recouvrer une souveraineté trop longtemps délaissée en la matière. Certains verront dans cette affirmation une remise en cause de la volonté d'établir des règles communes à un marché mondialisé. C'est au contraire par un meilleur équilibre des forces que les normes IFRS pourront se refaire une santé. La convergence ne doit pas se faire à n'importe quel prix, et elle ne pourra se construire que par une saine confrontation entre différents modèles. Il ne s'agit pas ici de remettre en cause les IFRS, ni de développer des normes européennes. Il s'agit plutôt d'assurer la pérennité des premières en s'interrogeant sur la pertinence d'une méthode d'adoption de ces normes qui prive l'ue de son autorité dans ce domaine - autorité dont la plupart des pays du monde se sont dotés -, l'empêchant ainsi de prendre en compte les spécificités de nos économies. Et ce d'autant plus que la dynamique d'harmonisation complète des normes à l'échelle universelle n'est d'ores et déjà plus à l'oeuvre et qu'il est établi qu'une éventuelle adoption des IFRS par les Etats-Unis se ferait selon un mécanisme formel de "filtrage" (endorsement) leur permettant de modifier les normes, de les rejeter ou de les adopter partiellement. Ce que de nombreux pays ont fait, il est temps pour l'ue de l'accomplir. Elle doit se doter d'une organisation ayant une capacité de recherche, de contribution et d'influence dans le débat comptable à l'échelle mondiale, un équivalent du Financial Accounting Standards Board (FASB) américain. Ce dispositif doit être complété par une modification du règlement européen, pour conférer à l'ue les moyens juridiques d'un véritable "filtrage" des normes comptables. L'Europe retrouverait ainsi une souveraineté trop longtemps délaissée en la matière, lui permettant de mettre au même plan les intérêts de l'économie européenne et ceux des autres grandes puissances dans le monde. 7

8 Document 9 "Les full IFRS, ce n est pas pour demain" samedi 15 décembre 2007 par L Afrique nouvelle génération Entretien avec Pierre Gatet commissaire aux comptes, expert-comptable L Economiste : A quel niveau se situe-t-on dans le processus du passage aux IFRS? Qu en est-il au Maroc? Pierre Gatet : Le Maroc va passer aux IFRS pour les sociétés cotées dans une configuration européenne des comptes consolidés. Pour ce qui est des banques, elles ont l obligation de basculer dès janvier En revanche, je comprends que les comptes individuels restent aux normes marocaines comme pour la France, l Allemagne et d autres pays, compte tenu de la fiscalité. Celle-ci est liée à la comptabilité locale. Le basculement au «full IFRS» n est pas pour demain, puisqu il faudra subsister avec deux référentiels différents. Pour basculer vers le full IFRS, il faut une fiscalité connectée avec la comptabilité. Le big-bang de la conversion des IFRS aux comptes individuels n est pas à l ordre du jour. Cela n empêche que la comptabilité nationale doit reprendre par petites touches les normes IFRS, mais cela reste à discuter. Tout le monde a son mot à dire, que se soit les entreprises ou le fisc. Quels sont les pays les plus avancés? L Europe a basculé aux IFRS depuis les comptes 2005 publiés en Il est vrai que cela ne concerne que les comptes consolidés, dits «de groupe». Toutes les sociétés cotées en Europe appliquent les IFRS. Sur le plan mondial, de plus en plus de pays, soit en Asie en Afrique ou en Amérique latine, vont appliquer les IFRS à des dates qui se situent entre 2008 et Le dernier bastion qui résiste encore, ce sont les Etats-Unis. Mais, grande nouvelle, l autorité américaine de contrôle des marchés boursiers (SEC) a admis que les documents comptables financiers des émetteurs européens respectant les normes comptables IFRS puissent être acceptés, sans qu ils aient à être convertis aux US GAAP. Il ne s agit là que des groupes étrangers côtés aux Etats-Unis, qu en est-il des groupes américains? La SEC envisage de donner la possibilité aux groupes américains d adopter les IFRS au lieu des US GAAP. C est une révolution, toutefois ce n est pas encore fait. Mais le simple fait de l envisager est une victoire de l IASB (International Accounting Standard Board). À votre avis, qu est-ce qui a justifié un tel recul? 8

9 Le gendarme de la Bourse à New York a toujours considéré que le durcissement des normes permet la protection du marché boursier. Cela a pour effet d attirer plus d investisseurs. Toutefois, il y a eu un revirement de situation. Cette rigueur a eu un effet contraire. La plupart des groupes des pays émergents (Chine, etc) n allaient plus se faire coter à New York, mais à Londres. Le business américain a vu se détourner de son giron un certain nombre d investisseurs. Ce qui explique le recul sur plusieurs aspects dont cette réconciliation aux US GAAP. Il s agit donc d une logique de business. A contrario, les autorités essayent de diffuser les US GAAP dans le planning des IFRS et en faisant du «lobbying» au sein de l IASB de manière à ce que les IFRS soient de même niveau de qualité que les US GAAP. Justement sur ce point, l IASB a retiré dernièrement 25 normes pour les réviser. Qu en pensez-vous? La conversion aux IFRS n est pas définitive puisque les normes sont en constante évolution. Pour rappel, l IASB est soumis à la pression des analystes financiers (en particulier les américains). Ces derniers veulent des normes comptables à destination des investisseurs. Eux-mêmes désirent avoir un modèle de bilan les protégeant et leur donnant la meilleure vision des flux de trésorerie futurs. Ils considèrent que le modèle actuel ne donne pas totale satisfaction. Il est non seulement fondé en grande partie sur le coût historique, mais également le volet «hors bilan» doit être pris en compte dans les états financiers. D après vous, en quoi la crise des «subprime» devrait conduire à des ajustements par rapport à la première ébauche de ce chantier? Beaucoup moins directement que la crise d Enron où l on parlait de nonconsolidation de certaines entités ad hoc, où il s agit d un problème comptable. Pour la crise des subprime, les opérations faites étaient très risquées. Par ailleurs, il peut y avoir des ajustements mais de manière très indirecte sur le fait qu on ait pas pu valoriser cette cascade de cessions, de prêts à taux d intérêts progressifs, mais ce ne sont pas directement des traitements comptables. Je ne pense donc pas qu il y ait un impact significatif. Propos recueillis par My Ahmed BELGHITI Source : leconomiste.com Document 10 Normes comptables internationales: l'europe doit mieux défendre ses intérêts dans le débat sur l'harmonisation LE MONDE ECONOMIE Etienne Boris (PricewaterhouseCoopers) La question de l'harmonisation des normes comptables à l'échelle internationale n'est pas récente. Elle se pose toutefois en termes nouveaux après les crises financières de et de Revenons un court instant à la situation antérieure à Devant le succès grandissant des normes International Financial Reporting Standards (IFRS) - utilisées par les sociétés cotées ou faisant appel à des investisseurs pour présenter leurs états financiers -, des voix de plus en plus nombreuses plaidaient alors pour une convergence des normes comptables au niveau mondial. 9

10 Les critiques, notamment de la "juste valeur" (la valeur de marché), bien que déjà présentes, ne semblaient pas à même de remettre en cause la dynamique de convergence qui était à l'oeuvre. Mais les crises successives, en apportant la démonstration de la "procyclicité" de cette juste valeur - sa capacité à croître ou à décroître en fonction de l'évolution du cycle économique - ont amplifié les critiques. Celles-ci ne se limitent pas à la juste valeur, mais concernent aussi d'autres thèmes tels que la reconnaissance du chiffre d'affaires, les contrats de location ou les effets contre-intuitifs des normes. La volonté de convergence entre les normes américaines - Generally Accepted Accounting Principles (US GAAP) - et les IFRS s'était à nouveau manifestée lors du G20 de Pittsburgh (Pennsylvanie) en septembre Un calendrier très contraint avait été établi avec un délai fixé... à la mi Mais force est de constater que la route est encore longue. EFFETS NÉFASTES D'autant que tous les acteurs concernés ont admis les effets néfastes de la procyclicité des normes de juste valeur et de leur impact potentiel sur la stabilité financière, d'une conception de la performance parfois en décalage avec la réalité des modèles économiques des entreprises et des économies nationales, ou encore d'une confusion implicite entre performance et risque. En une décennie, les perspectives d'évolution des normes comptables dans le monde ont ainsi profondément changé ; la convergence des normes IFRS avec les US GAAP reste un point sur la ligne d'horizon. Dès lors, quel cap se fixer pour réorienter un système de normalisation comptable dont les enjeux dépassent largement la question technique? C'est la réflexion développée dans le cinquantième cahier du think tank En Temps Réel, Normes comptables : la mondialisation en panne (www.entempsreel.com). Cette situation amène en effet à s'interroger de nouveau sur la manière dont s'établit la légitimité d'un système aux conséquences réelles pour les économies. L'Europe a tenté de peser, avec un résultat mitigé, en faveur d'une plus grande influence des autorités publiques dans la gouvernance de l'international Accounting Standards Board (IASB), dont émanent les normes comptables IFRS. La récente nomination par le commissaire européen au marché intérieur et aux services, Michel Barnier, d'un "conseiller spécial", Philippe Maystadt, dont la mission est de renforcer la contribution de l'union européenne (UE) à l'élaboration des IFRS et d'améliorer la gouvernance des institutions qui les élaborent, montre l'importance du sujet. DEUX ENJEUX MAJEURS La pérennité des normes IFRS repose sur deux enjeux majeurs : d'une part, mieux prendre en compte les exigences des utilisateurs, notamment les émetteurs et les investisseurs, par nature très divers ; d'autre part, permettre à l'europe de recouvrer une souveraineté trop longtemps délaissée en la matière. Certains verront dans cette affirmation une remise en cause de la volonté d'établir des règles communes à un marché mondialisé. C'est au contraire par un meilleur équilibre des forces que les 10

11 normes IFRS pourront se refaire une santé. La convergence ne doit pas se faire à n'importe quel prix, et elle ne pourra se construire que par une saine confrontation entre différents modèles. Il ne s'agit pas ici de remettre en cause les IFRS, ni de développer des normes européennes. Il s'agit plutôt d'assurer la pérennité des premières en s'interrogeant sur la pertinence d'une méthode d'adoption de ces normes qui prive l'ue de son autorité dans ce domaine - autorité dont la plupart des pays du monde se sont dotés -, l'empêchant ainsi de prendre en compte les spécificités de nos économies. Et ce d'autant plus que la dynamique d'harmonisation complète des normes à l'échelle universelle n'est d'ores et déjà plus à l'oeuvre et qu'il est établi qu'une éventuelle adoption des IFRS par les Etats-Unis se ferait selon un mécanisme formel de "filtrage" (endorsement) leur permettant de modifier les normes, de les rejeter ou de les adopter partiellement. Ce que de nombreux pays ont fait, il est temps pour l'ue de l'accomplir. Elle doit se doter d'une organisation ayant une capacité de recherche, de contribution et d'influence dans le débat comptable à l'échelle mondiale, un équivalent du Financial Accounting Standards Board (FASB) américain. Ce dispositif doit être complété par une modification du règlement européen, pour conférer à l'ue les moyens juridiques d'un véritable "filtrage" des normes comptables. L'Europe retrouverait ainsi une souveraineté trop longtemps délaissée en la matière, lui permettant de mettre au même plan les intérêts de l'économie européenne et ceux des autres grandes puissances dans le monde. 11

12 Document 11 Convergence IFRS-US Gaap : les Américains changent la donne! LE CERCLE. Après avoir étudié l adoption totale des IFRS à une date unique, l adoption totale des IFRS après une période de transition de plusieurs années, l application des IFRS par option, le monde entier attendait une décision des Etats-Unis pour fin Au lieu de cela, le 26 mai 2011, 6 mois avant l'échéance, le staff de la SEC (Securities and Exchange Commission) vient de présenter une nouvelle approche possible pour l adoption des IFRS par les Etats-Unis. Et quelle approche! Cette approche, dénommée «condorsement», prévoit une période de «convergence» pendant 5 à 7 ans, pendant laquelle les normes américaines seraient modifiées petit à petit pour devenir conformes aux IFRS. Puis les Etats-Unis adopteraient un processus d «endorsement» des nouvelles normes et amendements (comme le fait l Union Européenne). En conséquence, si elle était choisie, cette approche repousserait de fait l adoption des IFRS par les Etats-Unis et rallongerait la période actuelle d élaboration des normes en commun entre FASB et IASB. Nul doute que les autres parties prenantes, dont l'union Européenne et la France en premier, vont certainement vivement réagir à ce décalage... d'autant plus que des concessions importantes ont déjà été accordées aux Etats-Unis, dans les travaux de convergence mais aussi au sein du dispositif de gouvernance de l'iasb. A notre avis, il convient de se mobiliser afin de répondre au mieux au «request for comment» du staff de la SEC (l appel à commentaires est ouvert jusqu au 31 juillet 2011), afin d éviter que la SEC poursuive sa réflexion dans cette voie. 1. Qu est ce que l approche «condorsement» et qu implique-t-elle? Une approche en deux phases : «convergence» puis «endorsement». L approche dénommée «condorsement»(1) combine deux approches largement utilisées dans le monde : L approche dite «convergence» dans laquelle les pays conservent leurs normes locales mais les modifient peu à peu pour qu elles se rapprochent le plus possible des IFRS. C est le cas de la République Populaire de Chine. L approche dite «endorsement» dans laquelle les pays adoptent les IFRS après un processus de revue selon des critères destinés à répondre aux spécificités locales. Certaines normes sont ainsi modifiées, adoptées partiellement ou avec un certain délai. C est le cas de l Union Européenne ou encore de l Australie. Le staff de la SEC envisagerait donc dans un premier temps d utiliser l approche de la «12

13 convergence» afin d aplanir les différences entre IFRS et US GAAP directement dans les normes américaines. A la fin de cette période de transition qui devrait durer entre 5 et 7 ans, des états financiers conformes aux US GAAP seraient automatiquement conformes aux IFRS. Par la suite, l approche de «l endorsement» serait utilisée. Le protocole d adoption prévoirait, comme pour d autres pays, la possibilité à la SEC et au FASB de modifier ou de compléter les IFRS pour prendre en compte les spécificités locales ou les besoins des parties prenantes. Une approche qui sous-entend un rôle accru du FASB et de la SEC au sein de l IASB et de la Fondation IFRS. Pour que cette approche aboutisse, le staff de la SEC prévoit un rôle du FASB beaucoup plus proactif au sein de l IASB. Au lieu de se concentrer sur les US GAAP comme il le faisait jusqu à récemment, le FASB devrait intervenir directement dans le processus d élaboration des normes de l IASB. Il pourrait notamment : se prononcer sur la priorité des projets de l IASB, participer au développement d exemples illustratifs et d «implementation guidances» en coordination avec l IASB, donner des exemples et des illustrations du point de vue américain lors de l élaboration des normes par l IASB, assister le Comité d interprétation des IFRS (ex-ifric) dans l interprétation des questions problématiques, jouer un rôle central dans l évaluation des normes une fois appliquées, du point de vue d investisseurs américains (revues post-implementation). En tant que régulateur national, le FASB conserverait son autorité pour modifier ou ajouter des clauses, des «guidances» ou des interprétations aux IFRS qui seraient incorporées aux US GAAP. Par exemple, le FASB pourrait : ajouter des informations à produire pour répondre aux besoins spécifiques du marché américain, prescrire, parmi plusieurs traitements comptables optionnels en IFRS, celui qui serait d application obligatoire dans les états financiers américains (dans un souci d homogénéité de la pratique aux Etats-Unis), publier des normes compatibles avec les IFRS sur des problématiques non traitées par les IFRS. Quant à la SEC, elle conserverait sa responsabilité de superviseur du FASB. Elle poursuivrait également son rôle de supervision et de gouvernance de l IASB à travers sa participation au 13

14 Monitoring Board de la Fondation IFRS. Une approche qui semble avoir les faveurs du staff de la SEC. Le staff de la SEC trouve en effet beaucoup d avantages à cette approche : La transition serait sur mesure et flexible, puisque le FASB pourrait choisir une à une les normes concernées et le timing d incorporation aux US GAAP. Ces choix s effectueraient selon les besoins des utilisateurs et le timing de publication des nouvelles IFRS. La transition serait graduelle, ce qui éviterait les coûts d un «big bang» IFRS. Cette méthode permettrait d adapter les IFRS (à la marge) selon les spécificités américaines locales et permettrait ainsi une meilleure adaptation aux besoins des parties prenantes. 2. Quels enjeux si cette approche était choisie? Les Etats-Unis repoussent de fait leur décision d adopter ou non les IFRS. Les Etats-Unis sont le premier pays représenté dans les différentes instances en charge des IFRS alors qu ils n appliquent pas eux-mêmes les IFRS! Quelle est en la raison? En contrepartie de ce poids, les Etats-Unis se sont engagés à appliquer les IFRS, ou tout le moins, à étudier sérieusement leur possible adoption. C était d ailleurs la principale raison d être de la liste de projets communs de nouvelles normes entre le FASB et l IASB (Instruments financiers, leasing, reconnaissance du revenu, pensions ). Ces projets, qui doivent aboutir globalement pour fin 2011, font l objet de nombreux efforts et de concessions de la part des Européens. L impératif de convergence a créé de nombreux décalages dans le programme de travail de l IASB et retarde d autant l adoption par les Européens de normes qui répondraient mieux à leurs besoins. En témoigne par exemple le projet Reconnaissance du revenu qui n'était pas une priorité pour les Européens alors qu'il l'était pour les Etats-Unis, et qui mobilise considérablement les ressources de l'iasb en ce moment. La réticence des Etats-Unis à se prononcer clairement sur leur adoption des IFRS pourrait également remettre en cause le poids qui leur est octroyé dans la gouvernance des instances en charge des IFRS (IASB, Fondation IFRS, Comité d'interprétation des IFRS notamment). Si l on se place dans l approche «condorsement» qui vient d être présentée, nous sommes en réalité dans la phase «convergence» jusqu à fin 2011 et nous devions arriver à la phase «endorsement» (ou non) en Or, le document du staff de la SEC annonce clairement que la phase «convergence» va durer encore 5 à 7 ans. 3. Quelles actions entreprendre? Si l'on comprend bien, les Européens vont encore devoir poursuivre leurs efforts et supporter un processus d élaboration des normes IFRS laborieux et insatisfaisant pendant encore longtemps. Et tout ceci, sans savoir si, au final, les Etats-Unis adopteront ou non les IFRS (ou repousseront encore leur décision )! Et vraisemblablement avec un rôle accru demandé par le FASB et la SEC au sein de l IASB et de la Fondation IFRS! 14

15 Nul doute déjà qu'il y aura une forte mobilisation en France lorsque l'on voit la réponse récente de l'anc à l'iasb sur son projet de gouvernance, et ce avant même cette annonce : supprimer le droit de vote sur toute nouvelle norme IFRS et sur toute décision majeure des trustees... à tous les membres des pays qui n'appliquent pas effectivement les IFRS! Autrement dit : que tous les pays soient présents à l'iasb et l'ifric pour réfléchir ensemble, partager, discuter, élaborer : OUI, s'agissant de globalisation ; mais que tous les pays votent : NON, tant qu'ils n'appliquent pas effectivement les IFRS chez eux! Une idée dont l'agressivité pourrait devenir très actuelle et mieux partagée par d'autres pays, en premier lieu européens... C'est pourquoi, à notre avis, il est essentiel de répondre au «request for comment» du staff de la SEC (l appel à commentaires est ouvert jusqu au 31 juillet 2011), voire de réagir auprès de l IASB afin d éviter que la SEC poursuive sa réflexion dans cette voie. (1) Approche «condorsement» suggérée par Paul A. Beswick (Directeur comptable adjoint) à la conférence nationale Document 12 Les IFRS aux soins intensifs? Le débat sur l'adoption des IFRS fait actuellement rage aux États-Unis. La SEC y croit toujours, mais réussira-t-elle à l'imposer? Par Lawrence Richter Quinn Illustration : Mike Constable Il suffit de passer quelques minutes avec Mariam Morris pour comprendre pourquoi tant de cadres financiers dans le monde se demandent si les États-Unis passeront un jour pleinement aux IFRS. Quelques minutes de plus et on pourrait même croire que le dossier est tout simplement mort au feuilleton. Mariam Morris a déjà occupé le poste de directrice financière chez Sucampo Pharmaceuticals. Cette entreprise de taille moyenne, établie à Bethesda (Maryland), avait deux filiales internationales, l une à Londres et l autre au Japon, quand la Securities and Exchange Commission (SEC) a publié sa «feuille de route» vers les IFRS à la fin de Le passage à un même régime comptable était donc logique pour elle. Sucampo, qui devait appliquer trois 15

16 référentiels comptables différents, s'intéressait vivement au programme d adoption anticipée que le président de la SEC, Christ Cox, préconisait. Mais, en rétrospective, Mariam Morris n est pas vraiment déçue que la SEC tarde à réviser sa feuille de route. «Si je comprends bien, il y a de la résistance à la SEC, et l ambivalence ne me surprend pas, confie-t-elle. Étant donné la pression actuelle sur les bénéfices, je ne recommanderais pas l adoption immédiate des IFRS, justement à cause du degré de latitude et d interprétation en cause et des questions que soulèvent des cas comme celui de Bernard Madoff. J attendrais que les marchés se calment sur le plan de la réglementation. Prenons la comptabilisation à la juste valeur : c est un cauchemar si les marchés sont volatils. La valeur monte un jour et baisse le lendemain. De toute façon, je ne suis pas en faveur des grandes refontes : elles peuvent entraîner une avalanche de problèmes. Une approche par étapes permet de jauger les réussites et les échecs et de réagir en conséquence.» Pour le moment, les Canadiens ne s intéressent pas beaucoup au débat en cours aux États-Unis, à savoir si la convergence vers les IFRS ou leur adoption se produira, quand et comment. Mais les choses pourraient vite changer si la SEC décidait tout à coup que ni la convergence ni l adoption ne sont judicieuses pour les sociétés américaines ouvertes et fermées. Les IFRS sont-elles en train de mourir à petit feu aux États-Unis? La réponse varie beaucoup. D un côté, il y a les cadres d entreprise «sur le terrain» qui ont déjà de l expérience avec les IFRS aux États-Unis ou à l étranger, au sein de sociétés plus modestes que les multinationales (un groupe qui grossit rapidement et de plus en plus désenchanté). De l autre côté, il y a les entreprises qui ont le plus à gagner monétairement de la mise en œuvre des IFRS comme les grandes sociétés axées sur la vente, ou qui ont une présence internationale si forte qu il est évidemment illogique pour elles de s accrocher aux PCGR américains dans un monde de plus en plus axé sur les IFRS. Cependant, les deux camps s entendent sur un point : la SEC prend beaucoup trop de temps pour clarifier ses intentions et ses attentes à court et à long termes en ce qui a trait aux IFRS. Exigera-telle l adoption ou la convergence, et selon quel échéancier? De fait, la SEC ne dit plus rien sur les normes depuis la publication de son projet de «feuille de route» dans le Federal Register le 21 novembre 2008, où, tel que prescrit par la loi, elle sollicitait les commentaires des parties prenantes. Étonnamment, elle en a reçu très peu (environ 200 lettres dont à peu près 70 provenaient de sociétés non financières, presque toutes des sociétés Fortune 500). Depuis, personne à la SEC n a prononcé de discours sur le sujet, et aucun autre document officiel n a été publié. (La SEC a refusé de répondre à nos questions.) Selon les deux camps, il est pratiquement sûr que ce silence entraînera des coûts inutiles pour les parties prenantes, certainement sur le plan monétaire, mais aussi en termes d efficacité opérationnelle et peut-être de crédibilité quant au traitement des chiffres. Une grande chaîne d épicerie américaine offre une illustration de la paralysie du processus lié aux IFRS. L'entreprise a embauché un expert financier ayant de l expérience avec les IFRS, le chargeant de mettre en œuvre sa nouvelle stratégie en matière de normes. Il devait y consacrer 40 % de son temps. Aujourd hui, les travaux liés aux IFRS sont en suspens. Codexis, un fabricant californien d enzymes pour les secteurs pharmaceutiques, énergétiques et environnementaux, a également embauché des spécialistes des IFRS dans le but de passer à ces normes cette année, si son premier appel public à l épargne est fructueux. «Nous sommes extrêmement intéressés par les IFRS et nous attendons que la SEC nous dise comment procéder», dit Kristen Pan, comptable principale, produits. Les jours où l adoption éventuelle des IFRS aux États-Unis était une question de forme (et non plus de fond) sont donc révolus. «La question qu on entend le plus est : Quand exigera-t-on des entreprises qu elles passent des PCGR américains actuels aux IFRS?», ajoute Bruce Pounder, président de l entreprise de formation en comptabilité Leveraged Logic, établie à Asheville (Caroline du Nord), et auteur de l ouvrage Convergence Guidebook for Corporate Financial Reporting (John Wiley & Sons, Inc.). «Je réponds que cela n arrivera jamais. Elles n auront jamais à le faire, sûrement pas les sociétés ouvertes, ni les sociétés fermées, qui sont beaucoup plus nombreuses. Elles n auront pas à 16

17 le faire, car les États-Unis n ont pas de raison aussi impérieuse que les autres pays de prendre cette direction.» Selon Thomas Selling, ancien professeur à la Thunderbird School of International Management à Glendale (Arizona), ancien Academic Fellow au bureau du directeur des services comptables de la SEC il y a 15 ans environ et auteur du blogue The Accounting Onion : «Selon les répondants à un sondage que j ai mené sur l adoption des IFRS aux États-Unis, les IFRS ne sont pas jugées supérieures aux PCGR, et les efforts visant à rapprocher les deux référentiels comptables n en valent pas la peine, sauf si vous êtes auditeur pour l un des Quatre Grands ou si vous travaillez dans une société Fortune 500. En résumé, la SEC devrait revenir en arrière et abandonner son projet de feuille de route.» Les faits et les résultats de sondages semblent valider le manque d enthousiasme des lecteurs de Thomas Selling. Selon une étude menée par Grant Thornton l année dernière auprès de plus de 800 personnes provenant de sociétés ouvertes, à peine 23 % des répondants ont dit qu une organisation internationale indépendante comme l International Accounting Standards Board (IASB) devrait établir les normes comptables pour les entreprises américaines. «Lors de récentes rencontres avec des clients IFRS potentiels, nombre d entre eux m ont dit qu aucun d entre eux n a demandé à les adopter», explique Steve Lyman, associé en services-conseils au bureau de Grant Thornton, à Atlanta (Géorgie). «Comme nos clients n ont aucun sentiment d urgence face aux IFRS, celles-ci sont au bas de leur liste de priorités. Un de mes clients compare le passage aux IFRS à la conversion au système métrique. L idée semblait bonne à l époque et elle avait des appuis, mais elle n a jamais pris aux États-Unis, même si le système métrique est utilisé partout ailleurs dans le monde.» Les gens d affaires des États-Unis ne déplorent pas tous l arrivée des IFRS, loin de là. Certaines des plus grandes multinationales américaines appuient avec enthousiasme leur adoption et le mouvement de convergence, et plusieurs ont pris des mesures anticipées en ce sens. Dans un sondage effectué en 2008 par la société de conseils Accenture auprès de plus de 200 chefs des finances (CF) de sociétés affichant un chiffre d affaires annuel supérieur à 1 milliard de dollars US, 83 % des répondants ont indiqué que les IFRS étaient une bonne occasion d opérer un changement transformationnel d'envergure pour récolter des avantages commerciaux au-delà de la conformité. Stewart Glendinning, chef de la direction financière chez Molson Coors à Denver, est optimiste : «Notre enthousiasme ne faiblit pas, vu ce que les IFRS signifient pour nous. Si nous pouvions présenter l information financière selon un même référentiel, la comparaison avec nos pairs à l échelle internationale, notamment SAB Miller, Heineken et Carlsberg, serait plus facile pour nous et nos investisseurs.» Selon lui, l adoption des IFRS permettra aux entreprises d assurer une gestion plus uniforme, dans l ensemble des régions du globe. «Par exemple, recruter à l étranger des personnes qui connaissent les PCGR américains est ardu. Plus nous nous rapprochons des États-Unis, moins c est difficile, mais l application d un seul référentiel aiderait à régler le problème.» Stewart Glendinning croit que c est le bon moment pour la conversion. «Nous voulons réduire nos coûts et accroître notre bénéfice. L une des façons d y arriver est de rationaliser les services administratifs, y compris nos systèmes comptables. Nous avons un système comptable distinct pour chacune des régions où nous sommes présents. Or, nous aimerions passer à un système unique et aux IFRS en même temps. Selon moi, beaucoup d entreprises américaines comparables à la nôtre sont dans la même situation.» Autre exemple : Thomson et Reuters ont fusionné, l entreprise s est retrouvée avec trois référentiels comptables (PCGR canadiens, américains et IFRS). L an dernier marquait la fin de son projet de 18 mois visant à ne plus utiliser que les IFRS. «Thomson Reuters a été l une, au meilleur de mes connaissances, des premières grosses entreprises sises aux États-Unis à le faire», explique Adrian Tannian, qui a dirigé l initiative du côté de la comptabilité. «Pour nous, ce n était pas une perte de temps, mais plutôt une question d accélérer ce qui nous semblait inévitable.» Malgré ces témoignages positifs, l optimisme au sujet des IFRS semble être l exception plutôt que la règle, car les grandes entreprises sont nombreuses à penser qu elles n auront pas assez de temps pour les mettre en œuvre. Ce qui n aide pas, c est que les promesses initialement liées aux IFRS, une réduction importante des coûts liés aux rapports 17

18 financiers et l important RCI découlant de la conversion à un régime comptable unique, ou la possibilité pour les investisseurs de comparer des «pommes avec des pommes» ne se réaliseront probablement pas. De nouvelles réserves surgissent aussi chez Microsoft, où un haut dirigeant s occupe depuis longtemps du dossier IFRS et où l on espérait que leur adoption génère des économies. «Nous suivons les IFRS depuis des années et nous agissons proactivement à mesure que le processus évolue», indique Robert Laux, directeur principal, comptabilité et information financières à Redmond (Washington). «Nous avons terminé notre première évaluation de l incidence de la conversion ou de l adoption et ne voyons pas d économies à l horizon. Cela dit, nous attendons que la SEC nous éclaire à ce sujet.» FedEx, établie à Memphis (Tennessee), a également terminé son examen initial des IFRS. Elle s attend à ce que la SEC aille de l avant et rende l adoption obligatoire, mais qu elle donne au moins plus de temps aux entreprises américaines pour s y conformer. «Pour moi, les IFRS c est la SOX et l an 2000 réunis», résume John Merino, directeur des services comptables. Même des dirigeants comme Stewart Glendinning de Molson Coors, qui appuient les IFRS, ont des réserves. «Je ne voudrais pas qu on change juste pour changer, nuance-t-il. Je peux comprendre pourquoi maintes entreprises américaines, surtout celles qui font peu affaire à l étranger, ne voient pas l utilité des IFRS. Oui, il pourrait en découler beaucoup d avantages, mais je n ai pas consacré beaucoup de temps à cette question. Comme tout le monde, nous attendons des directives de la SEC.» Les dirigeants d entreprise et les autorités de réglementation sont d accord pour dire que d autres enjeux ont contribué au manque d enthousiasme. «Il y a deux ans, quand la SEC a présenté sa feuille de route, les entreprises étaient plus emballées par le passage aux IFRS», dit Tom Hood, chef de la direction de l association des CPA du Maryland. «C était avant la récession et la crise financière, et les chefs des finances en avaient moins sur la planche. Maintenant, les grandes sociétés ouvertes se montrent plus sceptiques, plus réalistes quant à ce qui les attend. Les enjeux avec lesquels il faut composer se sont multipliés au cours des 24 derniers mois. Le passage à XBRL s est révélé être un projet aussi imposant que pourrait l être celui aux IFRS. À cela s ajoute l incertitude créée par les nombreuses politiques publiques de l heure : soins de santé, avantages sociaux, réforme de la réglementation financière, plafonnement et échange des droits d émissions et fiscalité.» Résultat? «Dans un sondage effectué en fin d année par Financial Executives International, les IFRS sont ainsi passées du deuxième rang, en 2008, au cinquième rang des principaux défis auxquels font face les directeurs financiers», souligne Tom Hood. Presque tous ont mentionné le manque de temps pour se préparer et «bien faire les choses». «La SEC souhaite, et toutes les autorités de réglementation comptable les jugent nécessaires, deux années d états financiers historiques comparatifs établis selon les PCGR américains et selon les IFRS», indique Chad Wekelo, fondateur et directeur d Actualize Consulting à New York, qui a travaillé auprès de deux grandes banques intéressées à cesser d établir leurs états financiers selon plusieurs référentiels. «La plupart des entreprises devraient commencer à tenir deux comptabilités parallèles au lieu d essayer de retracer les données plus tard. La question est de savoir quand commencer. Pour l heure, personne ne se bouscule au portillon et tout le monde en pâtira plus tard.» Malheureusement, les dommages possibles dépassent largement la question de l état de préparation des entreprises américaines aux IFRS. Selon Tom Hood de l association des CPA du Maryland : «Parce que les IFRS reposent davantage sur des principes que sur des règles, de nombreux dirigeants d entreprise craignent que les avocats aient beaucoup à se mettre sous la dent, précisément à cause de la latitude accordée par certaines IFRS, ou encore parce qu elles n abordent pas certains problèmes ou traitements comptables. Le risque de poursuite en responsabilité est une incertitude majeure. Il faut se rappeler que les États-Unis avaient autrefois un système fondé sur des principes, mais qu il est passé à un système fondé sur des règles surtout à cause du climat de judiciarisation.» Dwayne Cook, associé et chef des services professionnels pour la région centratlantique chez Tatum, LLC à Washington (D.C.) ajoute : «En fait, on a de plus en plus le sentiment de participer à un nivellement par le bas. On a peur que d importants compromis soient faits afin d accélérer la convergence, au dépens d un ensemble unique de normes comptables de 18

19 grande qualité à l échelle mondiale. Il faut plutôt aplanir de manière réfléchie les grandes différences, par exemple, celles liées à la juste valeur, et réduire la complexité, le but ultime étant de favoriser une meilleure prise de décisions en matière de placement.» Par ailleurs, la SOX continue de hanter les sociétés : des coûts imprévisibles qui explosent, l impossibilité de savoir avec certitude si tout avait été bien fait après le départ des consultants, le côté «cible mobile» de toute la question. Par contrecoup, tout le monde cherche à savoir le prix exact de la conversion aux IFRS, une tentative vaine selon plusieurs. «Les estimations varient», affirme David E. Rombough, associé attaché aux bureaux de Toronto et Calgary d Accenture. «Certains parlent de 0,5 % du chiffre d affaires. La SEC dit que ce sera plus près de 0,1 % pour ce qui est de la convergence. Il est difficile de donner une réponse en pourcentage global, car les sociétés partent de points très différents. Comme la qualité des données et les systèmes ERP diffèrent d une entreprise à l autre, on ne peut établir qu un coût approximatif.» «Je pense que le coût sera différent pour chaque entreprise», renchérit John J. Barry, directeur, IFRS, chez PricewaterhouseCoopers à New York. «Ce n est pas vraiment calculable. À ma connaissance, personne ne s est encore vraiment penché sur la question ou alors de façon très globale. Je ne sais pas s il existe des outils permettant d estimer les coûts exacts.» Alors que le monde attend que la SEC se prononce, certaines organisations vont de l avant. C est le cas pour les PME, auxquelles l IASB a présenté, l an dernier, un ensemble «simplifié» et présumément moins coûteux de normes comptables qui devraient leur faciliter l entrée dans le monde des IFRS. Seul bémol : en bout de ligne, les bailleurs de fonds et autres contreparties financières des PME devront approuver le changement, puisque les conventions de prêts et autres documents ont été rédigés selon les PCGR américains. C est également le cas pour nombre d entreprises à capital fermé des États-Unis, très présentes ailleurs dans le monde qui font le saut parce que le passage aux IFRS constitue une étape logique de leur stratégie commerciale. «En juillet dernier, l IASB a publié un référentiel à l intention des PME qui est moins coûteux à implanter que le référentiel destiné aux grandes entreprises», explique Sean Lager, l associé responsable des affaires internationales chez Frazier & Deeter, cabinet comptable et d audit à Atlanta (Géorgie). «Les PME américaines peuvent maintenant utiliser ces normes si elles le souhaitent. Le hic ici, c est que la PME qui veut faire le changement devra au préalable obtenir l autorisation de sa banque ainsi que de ses autres partenaires financiers, car ce sont les conventions de prêts qui déterminent les règles de présentation de l information financière.» «Parallèlement, l American Institute of Certified Public Accountants (AICPA) fait activement la promotion des IFRS auprès des PME», précise Paul Cherry, président du Standards Advisory Council de l IASB et ancien président du Conseil de surveillance de la normalisation comptable du Canada. «L AICPA a affirmé que les IFRS font autorité, qu elles sont crédibles et que leur respect peut mener à une opinion d audit sans réserve, toujours dans le contexte des sociétés fermées. Mais il est trop tôt pour savoir dans quelle mesure on les utilisera.» En 2008, Barry Melancon, PDG de l AICPA, a donné le ton en demandant une transition ordonnée et réfléchie aux IFRS. «Les comptables américains constatent de plus en plus que les sociétés ouvertes devront passer aux IFRS, et qu il faudra de trois à cinq ans pour se préparer», avait-il alors affirmé lors d une réunion du Financial Accounting Standards Board (FASB). Depuis, le groupe se sert de Webinaires, d un site Web spécialisé et d autres moyens didactiques pour favoriser le processus. Peu importe ce que la SEC décidera, l IASB et le FASB collaborent actuellement à de nombreux projets de convergence avec les IFRS. «Même si le FASB compte mener à terme tous les projets visés par son protocole d entente avec l IASB, l adoption des changements connexes entraînera des coûts importants pour les sociétés américaines tant ouvertes que fermées, que la SEC rende ou non obligatoire l adoption des IFRS», dit Patrick Finnegan de l IASB. «De ces projets découleront des améliorations notables pour les investisseurs. Mieux vaudrait adopter ces changements une seule fois que d engager des coûts deux fois en appliquant les changements apportés aux PCGR américains, puis en convergeant avec les IFRS. Il serait donc avantageux d adopter tout de suite les IFRS. Alors, pourquoi ne pas adopter un référentiel unique, que tout le monde peut utiliser, et le faire maintenant?» Pour mettre en œuvre les 19

20 IFRS de manière efficace et rentable, les entreprises américaines doivent changer la façon dont elles conçoivent la comptabilité et ses rapports avec leurs activités de base. C est ce qu affirme Peter Welch, fondateur de Sox International et de Contractual CFO, deux sociétés qui offrent des formations et des programmes d autoapprentissage sur les IFRS aux cadres d entreprise et aux comptables. «Avec les IFRS, il faut examiner chaque opération importante et se demander s il s agit de revenus à proprement parler, combien a été gagné sur le plan économique et sur quelle période, explique-t-il. Vous percevez les fonds : devez-vous les comptabiliser en produits ou en produits constatés d avance? Quelle portion représente réellement les produits gagnés et quelle portion s applique à un contrat dont la durée dépasse largement 12 mois? En bout de ligne, il faut tenir compte de la réalité économique de l entreprise. Certaines questions ne se sont jamais posées sous le régime des PCGR américains; il s agissait simplement de suivre les règles et d obtenir l aval des auditeurs. Si nous ne pouvons changer cette manière de penser, la route vers les IFRS sera longue et semée d embûches. C est une erreur qu aucune partie prenante ne peut se permettre.» Document 13 "Les full IFRS, ce n est pas pour demain" samedi 15 décembre 2007 par L Afrique nouvelle génération Entretien avec Pierre Gatet commissaire aux comptes, expert-comptable L Economiste : A quel niveau se situe-t-on dans le processus du passage aux IFRS? Qu en est-il au Maroc? Pierre Gatet : Le Maroc va passer aux IFRS pour les sociétés cotées dans une configuration européenne des comptes consolidés. Pour ce qui est des banques, elles ont l obligation de basculer dès janvier En revanche, je comprends que les comptes individuels restent aux normes marocaines comme pour la France, l Allemagne et d autres pays, compte tenu de la fiscalité. Celle-ci est liée à la comptabilité locale. Le basculement au «full IFRS» n est pas pour demain, puisqu il faudra subsister avec deux référentiels différents. Pour basculer vers le full IFRS, il faut une fiscalité connectée avec la comptabilité. Le big-bang de la conversion des IFRS aux comptes individuels n est pas à l ordre du jour. Cela n empêche que la comptabilité nationale doit reprendre par petites touches les normes IFRS, mais cela reste à discuter. Tout le monde a son mot à dire, que se soit les entreprises ou le fisc. Quels sont les pays les plus avancés? L Europe a basculé aux IFRS depuis les comptes 2005 publiés en Il est vrai que cela ne concerne que les comptes consolidés, dits «de groupe». Toutes les sociétés cotées en Europe appliquent les IFRS. Sur le plan mondial, de plus en plus de pays, soit en Asie en Afrique ou en Amérique latine, vont appliquer les IFRS à des dates qui se situent entre 20

Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I

Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I Manuel de l ICCA Comptabilité, Partie I Historique et fondement des conclusions Avant-propos

Plus en détail

CIRCULAIRE CSSF 05/227 *

CIRCULAIRE CSSF 05/227 * COMMISSION de SURVEILLANCE du SECTEUR FINANCIER Luxembourg, le 16 décembre 2005 A tous les établissements de crédit CIRCULAIRE CSSF 05/227 * Concerne : Introduction d un nouveau reporting prudentiel en

Plus en détail

Histoire et fonctionnement de l IASB

Histoire et fonctionnement de l IASB CHAPITRE 1 Histoire et fonctionnement de l IASB Ce qu il faut retenir L IASB, créé il y a plus de 30 ans, est reconnu à ce jour comme un organisme normalisateur au niveau mondial, représenté par les parties

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Entretien publié in Confrontations Europe n 97, Janvier-Mars 2012 1 L Autorité des normes comptables (ANC),

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU SECTEUR PRIVÉ EN PLEINE TRANSITION

LA COMPTABILITÉ DU SECTEUR PRIVÉ EN PLEINE TRANSITION Incidences du passage aux IFRS sur la comptabilité du secteur public PAR JIM KEATES, DIRECTEUR DE PROJETS, CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC, L INSTITUT CANADIEN DES COMPTABLES AGRÉÉS

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Évolution du processus de normalisation en ce qui a trait à la présentation de l information financière Vivons-nous un changement d environnement?

Évolution du processus de normalisation en ce qui a trait à la présentation de l information financière Vivons-nous un changement d environnement? Évolution du processus de normalisation en ce qui a trait à la présentation de l information financière Vivons-nous un changement d environnement? Le processus de normalisation de l IASB auparavant Proposition

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Marseille 7 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Audit & Analyse Cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes

Audit & Analyse Cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes Boulevard Youssef Ibn Tachfine, résidence Côte d Or, n 22, Tanger-Maroc Tél. : +212 (0) 539.32.50.39. Fax : +212 (0) 539.32.53.72. Email : m.lahyani@audit-analyse.com Site : Mohamed LAHYANI Expert-comptable

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc L es établissements de crédit interviennent à divers titres dans les montages utilisant des entités ad hoc, soit comme arrangeurs et/ou

Plus en détail

RÈGLEMENTS. du 3 novembre 2008

RÈGLEMENTS. du 3 novembre 2008 29.11.2008 FR Journal officiel de l'union européenne L 320/1 I (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (CE) N o 1126/2008 DE LA COMMISSION

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

Libres choix dans le deuxième piller : Présent et futur?

Libres choix dans le deuxième piller : Présent et futur? Libres choix dans le deuxième piller : Présent et futur? Normes comptables internationales et «libres choix de l Employeur» Nicolas Girardoz 22 mars 2013 2013 Towers Watson. All rights reserved. Sommaire

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur des produits industriels Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires pourrait avoir des répercussions

Plus en détail

Les Swiss GAAP RPC trouvent leur voie

Les Swiss GAAP RPC trouvent leur voie Conrad Meyer, Evelyn Teitler Les Swiss GAAP RPC trouvent leur voie Normes comptables pour les PME* Le thème de la présentation des comptes des entreprises multinationales a été abondamment traité ces derniers

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre

Plus en détail

Passage aux IFrS au Canada

Passage aux IFrS au Canada Passage aux IFrS au Canada PREMIÈRES IMPRESSIONS DES PRÉPARATEURS ET DES AUDITEURS PUBLIÉ À L ORIGINE PAR L UNE DES ORGANISATIONS UNIFIÉES AU SEIN DE CPA CANADA Passage aux IFrS au Canada PREMIÈRES IMPRESSIONS

Plus en détail

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Juillet 2013 Aperçu En mai 2013, l International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting Standards Board (FASB) des États-Unis

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Réunion Actionnaires. Nantes 14 septembre 2009. Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris

Réunion Actionnaires. Nantes 14 septembre 2009. Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris Réunion Actionnaires Nantes 14 septembre 2009 1 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR SON DEUXIÈME TRIMESTRE

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR SON DEUXIÈME TRIMESTRE Pour diffusion immédiate DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR SON DEUXIÈME TRIMESTRE MONTRÉAL (Québec), le 12 septembre 2012 Dollarama inc. (TSX : DOL) («Dollarama» ou la «Société») fait état aujourd

Plus en détail

Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers

Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers Objectif 1 La présente norme prescrit la base de présentation des états financiers à usage général, afin qu ils soient comparables tant

Plus en détail

NOTES SUR LES NORMES IFRS

NOTES SUR LES NORMES IFRS Octobre 2013 NOTES SUR LES NORMES IFRS 1. INTRODUCTION Les normes IFRS (International Financial Reporting Standarts) ont été imposées par la réglementation européenne. Comptes consolidés - Depuis le 1

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir les critères de sélection et de changement

Plus en détail

Première application des IFRS par les fonds d investissement

Première application des IFRS par les fonds d investissement Première application des IFRS par les fonds d investissement Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 2 décembre 2013 Le projet de l IASB sur les entités d investissement

Plus en détail

Nos principales conclusions sont les suivantes :

Nos principales conclusions sont les suivantes : Conclusion g é nérale Les IFRS sont inadaptés à une comptabilité fiscale Le règlement «IFRS 2005» contient une disposition optionnelle permettant aux États membres d autoriser ou d imposer l application

Plus en détail

RÉALIGNEMENT DES SECTEURS

RÉALIGNEMENT DES SECTEURS LE GROUPE BANQUE TD PUBLIE LE DOCUMENT INFORMATION FINANCIÈRE SUPPLÉMENTAIRE QUI TIENT COMPTE DU RÉALIGNEMENT DES SECTEURS, DE LA MISE EN ŒUVRE DE NOUVELLES NORMES IFRS ET DES MODIFICATIONS APPORTÉES À

Plus en détail

NOUVEAUTÉS IFRS. Gilles Henley, CPA, CA Associé Directeur national des normes professionnelles

NOUVEAUTÉS IFRS. Gilles Henley, CPA, CA Associé Directeur national des normes professionnelles NOUVEAUTÉS IFRS 6 novembre 2013 Gilles Henley, CPA, CA Associé Directeur national des normes professionnelles Stéphanie Fournier, CPA, CA Directrice principale Gestion des risques et recherche en comptabilité

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Contexte En 2002, l Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) a publié un rapport de recherche intitulé «L information financière des entreprises

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

MESSAGE AUX ACTIONNAIRES. Chers actionnaires,

MESSAGE AUX ACTIONNAIRES. Chers actionnaires, MESSAGE AUX ACTIONNAIRES Chers actionnaires, Le chiffre d affaires pour le premier trimestre clos le 27 avril 2013 a diminué de 1,5 % pour s établir à 56,9 millions de dollars, contre 57,8 millions de

Plus en détail

IFRS 10 États financiers consolidés

IFRS 10 États financiers consolidés IFRS 10 États financiers consolidés PLAN DE LA PRÉSENTATION Aperçu Application Dispositions transitoires Prochaines étapes Ressources PRÉSENTATEURS Alex Fisher, CPA, CA Directeur de projets, Orientation

Plus en détail

Normes IFRS et Solvabilité 2

Normes IFRS et Solvabilité 2 Normes IFRS et Solvabilité 2 Normes IFRS : Introduction Lyon, lundi 21 septembre 2009 Pierre Thérond http://www.pierretherond.fr Sommaire 1. Cadre général : le Framework 2. Elaboration des normes 3. Adoption

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

IAS 34 Information financière intermédiaire. Le point de vue canadien

IAS 34 Information financière intermédiaire. Le point de vue canadien IAS 34 Information financière intermédiaire Le point de vue canadien juillet 2010 Table des matières 1 Introduction et champ d application... 1 2 Contenu d un rapport financier intermédiaire... 5 3 États

Plus en détail

DCG session 2009 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DCG session 2009 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 - AUGMENTATION DE CAPITAL 1. Préciser les limites dans lesquelles le prix d'émission doit se situer en cas d augmentation de capital.

Plus en détail

GROUPE BANQUE POPULAIRE

GROUPE BANQUE POPULAIRE Paris, le 25 février 2005 GROUPE BANQUE POPULAIRE Résultats de l exercice 2004 FORT DÉVELOPPEMENT DE L ACTIVITÉ RÉSULTAT NET EN HAUSSE DE 24% AUGMENTATION DE 32% DU DIVIDENDE DE NATEXIS BANQUES POPULAIRES

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Plan annuel 2014-2015

Plan annuel 2014-2015 Conseil des normes comptables Plan annuel 2014-2015 Plan annuel 2014-2015 du CNC Points saillants Aperçu du plan stratégique Travailler avec les référentiels comptables des Parties I à IV du Manuel de

Plus en détail

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée La profession comptable et le cadre conceptuel FICHE 1 1 LA PROFESSION COMPTABLE A La diversité des statuts 1) La profession comptable salariée Il existe deux types de contrats de travail : Le contrat

Plus en détail

Normes comptables et intermédiation bancaire : enjeux et compromis dans le processus d harmonisation européen

Normes comptables et intermédiation bancaire : enjeux et compromis dans le processus d harmonisation européen Normes comptables et intermédiation bancaire : enjeux et compromis dans le processus d harmonisation européen Gervais THENET, Professeur - Université de Rennes 2 Mondialisation, localisation et normes

Plus en détail

Directive concernant la présentation des comptes (Directive Présentation des comptes, DPC)

Directive concernant la présentation des comptes (Directive Présentation des comptes, DPC) Directive Présentation des comptes Directive concernant la présentation des comptes (Directive Présentation des comptes, DPC) Du Fondement juridique mars 05 art. 49 à 5 RC I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Art.

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Bases des conclusions. Conversion des devises Chapitre SP 2601. Juillet 2011 CCSP. Page 1 de 9

Bases des conclusions. Conversion des devises Chapitre SP 2601. Juillet 2011 CCSP. Page 1 de 9 Conversion des devises Chapitre SP 2601 Juillet 2011 CCSP Page 1 de 9 AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 34 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en juin 2011, comprenait

Plus en détail

XIE SEMINAIRE CILEA SEVILLE AVRIL 2005 Sixième session : Les normes comptables internationales et les PME

XIE SEMINAIRE CILEA SEVILLE AVRIL 2005 Sixième session : Les normes comptables internationales et les PME XIE SEMINAIRE CILEA SEVILLE AVRIL 2005 Sixième session : Les normes comptables internationales et les PME Intervention de Monsieur William NAHUM Le droit comptable français face au référentiel IAS/IFRS

Plus en détail

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n o 12 avril 2014 Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n 12 avril 2014 Le

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur des produits de consommation Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires pourrait avoir des répercussions

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 (IFRS 1), Première adoption des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 (IFRS 1), Première adoption des Normes internationales d information financière Norme internationale d information financière 1 (IFRS 1), Première adoption des Normes internationales d information financière Par BRIAN FRIEDRICH, M.Éd., CGA, FCCA (RU), CertIFR et LAURA FRIEDRICH, M.Sc.,

Plus en détail

Synthèse des réunions de l IASB du mois de Novembre 2013 Sommaire

Synthèse des réunions de l IASB du mois de Novembre 2013 Sommaire Synthèse des réunions de l IASB du mois de Novembre 2013 Sommaire 1. Vente ou apport d actifs par un investisseur d'une entité sous influence notable ou sous contrôle conjoint... 2 2. Acquisition d un

Plus en détail

DOLLARAMA DÉCLARE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR L EXERCICE 2015 ET MAJORE SON DIVIDENDE DE 12,5 %

DOLLARAMA DÉCLARE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR L EXERCICE 2015 ET MAJORE SON DIVIDENDE DE 12,5 % Pour diffusion immédiate DOLLARAMA DÉCLARE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR L EXERCICE ET MAJORE SON DIVIDENDE DE 12,5 % MONTRÉAL (Québec), le 25 mars Dollarama inc. (TSX : DOL) («Dollarama» ou la «Société»)

Plus en détail

Introduction à la comptabilité financière

Introduction à la comptabilité financière PARTIE 1 Introduction à la comptabilité financière Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 D une approche patrimoniale et juridique à une approche économique et financière... 3 Les tableaux de synthèse

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

Comparaison des IFRS aux PCGR canadiens Aperçu

Comparaison des IFRS aux PCGR canadiens Aperçu Comparaison des IFRS aux PCGR canadiens Aperçu Troisième édition (2010) KPMG AU CANADA Comparaison des IFRS aux PCGR canadiens Aperçu Troisième édition (2010) Gestion de la transition aux IFRS Le Conseil

Plus en détail

Entreprises à capital fermé, OSBL et régimes de retraite

Entreprises à capital fermé, OSBL et régimes de retraite Entreprises à capital fermé, OSBL et régimes de retraite Juillet 2013 En bref Les bulletins En bref offrent un condensé des plus récentes nouvelles et publications provenant des normalisateurs en ce qui

Plus en détail

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE FRANCE ALTER DOMUS Alter Domus est un leader européen dans les Services d Administration de Fonds et les Services Administratifs et Comptables de sociétés. Nous sommes spécialisés dans le service aux véhicules

Plus en détail

SOFT COMPUTING TRANSITION AUX IFRS 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES

SOFT COMPUTING TRANSITION AUX IFRS 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES SOFT COMPUTING TRANSITION AUX 1- CONTEXTE DE LA PUBLICATION 2- ORGANISATION DU PROJET DE CONVERSION 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES 4- TABLEAU DE RAPPROCHEMENT DES CAPITAUX PROPRES

Plus en détail

Norme canadienne 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables

Norme canadienne 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables Norme canadienne 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables PARTIE 1 DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION 1.1 Définitions 1.2 Détention de titres par des actionnaires canadiens 1.3 Statut d émetteur

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010 Société anonyme au capital de 7 0407 543 Euros Siège social : 60, boulevard Thiers 42007 SAINT-ETIENNE 433 925 344 R.C.S. Saint Etienne APE 741 J Exercice social : du 1 er janvier au 31 décembre COMPTES

Plus en détail

Sauf indication contraire, les directives contenues dans cet avis reposent sur les normes IFRS en vigueur au 31 mars 2010.

Sauf indication contraire, les directives contenues dans cet avis reposent sur les normes IFRS en vigueur au 31 mars 2010. Avis relatif à la mise en application des Normes internationales d information financière : Pratiques comptables et normes relatives à la suffisance des fonds propres 1. Champ d application Cet avis s

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Nouvelles normes pour les entreprises à capital fermé

Nouvelles normes pour les entreprises à capital fermé MARS 2010 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSAGE AUX PCGR: Nouvelles normes pour les entreprises à capital fermé Contexte En 2006, le Conseil des normes comptables (CNC) a décidé d adopter des

Plus en détail

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE L assurance française en 43 L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE GRÂCE AUX PLACEMENTS qu elle effectue en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial dans le

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur de la distribution et du commerce de détail et de gros Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires

Plus en détail

IFRS 15 Produits des contrats avec les clients. Impacts, défis et actions à entreprendre. Olivia Larmaraud Eric Dard

IFRS 15 Produits des contrats avec les clients. Impacts, défis et actions à entreprendre. Olivia Larmaraud Eric Dard IFRS 15 Produits des contrats avec les clients Impacts, défis et actions à entreprendre Olivia Larmaraud Eric Dard 10 juin 2014 Agenda Aperçu des principales dispositions d IFRS 15 Contexte Les 5 étapes

Plus en détail

The Exchange: Strengtheningth Accountancy as Foundation for. MSME Sector Development and Job Creation. Les IFRS pour PME

The Exchange: Strengtheningth Accountancy as Foundation for. MSME Sector Development and Job Creation. Les IFRS pour PME The Exchange: Strengtheningth Accountancy as Foundation for MSME Sector Development and Job Creation Les IFRS pour PME Amman du 18 au 21 juin 2013 Fessal Kohen Expert Comptable du Maroc 1 Les IFRS pour

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 (IFRS 3), Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 (IFRS 3), Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 (IFRS 3), Regroupements d entreprises Par BRIAN FRIEDRICH, M. Éd., CGA, FCCA (RU), CertIFR et LAURA FRIEDRICH, M. Sc., CGA, FCCA (RU), CertIFR Mis à jour

Plus en détail

MODIFICATION DE L INSTRUCTION COMPLÉMENTAIRE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE

MODIFICATION DE L INSTRUCTION COMPLÉMENTAIRE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE MODIFICATION DE L INSTRUCTION COMPLÉMENTAIRE RELATIVE À LA NORME CANADIENNE 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE 1. L article 1.3 de l Instruction complémentaire relative à la Norme canadienne

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 2 novembre 2011 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 0,97 $ attribuable aux résultats en assurance

Plus en détail

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES (Approuvés en novembre 2004) SOMMAIRE Paragraphe Objectif du Conseil des normes comptables internationales du secteur public... 1 3 Nomination

Plus en détail

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE SUR LA PASSATION DES MARCHES PUBLICS Mars 2012 Maison européenne des

Plus en détail

Circulaire FINMA 2015/1 «Comptabilité banques»

Circulaire FINMA 2015/1 «Comptabilité banques» 27 mars 2014 Circulaire FINMA 2015/1 «Comptabilité banques» Rapport de la FINMA sur les résultats de l audition relative au projet de la circulaire «Comptabilité - banques», qui a eu lieu du 29 octobre

Plus en détail

L américanisation du droit français par la vie économique

L américanisation du droit français par la vie économique L américanisation du droit français par la vie économique David FREEDMAN RÉSUMÉ. Devant l'importance accrue des investisseurs institutionnels étrangers, entreprises et institutions financières françaises

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

CPA Canada Alerte info financière

CPA Canada Alerte info financière FéVRIER 2014 CPA Canada Alerte info financière En octobre 2013, le Conseil des normes comptables (CNC) a apporté plusieurs modifications visant à améliorer les Normes comptables pour les entreprises à

Plus en détail

Rapport des auditeurs indépendants

Rapport des auditeurs indépendants 64 Rapport des auditeurs indépendants Aux actionnaires de Groupe Canaccord Genuity Inc. Nous avons effectué l audit des états financiers consolidés ci-joints de Groupe Canaccord Genuity Inc. qui comprennent

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

PROJET de procès-verbal de la réunion du groupe des Normes comptables. du Centre des professions financières (CPF) Séance du mercredi 21 janvier 2015

PROJET de procès-verbal de la réunion du groupe des Normes comptables. du Centre des professions financières (CPF) Séance du mercredi 21 janvier 2015 PROJET de procès-verbal de la réunion du groupe des Normes comptables du Centre des professions financières (CPF) Séance du mercredi 21 janvier 2015 Présents : Philippe ADHEMAR, Président du groupe des

Plus en détail

La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan

La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan Alain SCHATT Melissa GNAEGI Julianne GUINAND La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan Des informations précises sur les ventes et la profitabilité

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion?

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? Lionel ESCAFFRE Commissaire aux Comptes Professeur associé à l Université d Angers Chercheur associé

Plus en détail

Conférence de presse annuelle

Conférence de presse annuelle Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Conférence de presse annuelle Berne, le 12 mai 2015 Dossier de presse 1. Communiqué de presse 2. Exposés 3. Rapport d activité 2014

Plus en détail

États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC.

États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC. États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés intermédiaires du résultat Pour les périodes de trois et de six mois closes les 3 mars (en milliers

Plus en détail

Cadre de référence des normes d indépendance canadiennes Mai 2015

Cadre de référence des normes d indépendance canadiennes Mai 2015 Cadre de référence des normes d indépendance canadiennes Mai 2015 Points saillants Le Groupe de travail sur l indépendance 1 (GTI) du Comité sur la confiance du public (CCP) de la profession canadienne

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action?

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action? CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Communiqué du Conseil national de la comptabilité du 21 décembre 2004 relative aux Plans d épargne entreprise (PEE) Sommaire 1- Qualification de l instrument de capital

Plus en détail

Power Corporation du Canada annonce ses résultats financiers du deuxième trimestre et du premier semestre de 2015 et ses dividendes

Power Corporation du Canada annonce ses résultats financiers du deuxième trimestre et du premier semestre de 2015 et ses dividendes COMMUNIQUÉ P O U R P U B L I C A T I O N I M M É D I A T E Tous les montants sont en dollars canadiens, sauf indication contraire. Les lecteurs sont priés de se reporter aux sections intitulées «Mesures

Plus en détail

Le concept du bilan fiscal

Le concept du bilan fiscal COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, le 7 septembre 2005 Taxud E1 RD CCCTB\WP\016\doc\en

Plus en détail

Section 404 de la loi SOX : Quel impact sur les entreprises européennes cotées sur le marché américain?

Section 404 de la loi SOX : Quel impact sur les entreprises européennes cotées sur le marché américain? Section 404 de la loi SOX : Quel impact sur les entreprises européennes cotées sur le marché américain? Geoffrey Lallement, Consultant Senior «La falsification et la fraude détruisent le capitalisme et

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES Introduction 1 Le diagnostic financier des sociétés et des groupes... 1 I. L analyse du risque de faillite... 2 A. L analyse fonctionnelle... 2 B. L analyse dynamique du risque de faillite

Plus en détail