CENTRE HOSPITALIER DE SOMAIN PROCEDURE GESTION DES RISQUES GESTION DES EVENEMENTS INDESIRABLES. Fiche d événement indésirable déclarations vigilances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CENTRE HOSPITALIER DE SOMAIN PROCEDURE GESTION DES RISQUES GESTION DES EVENEMENTS INDESIRABLES. Fiche d événement indésirable déclarations vigilances"

Transcription

1 PROCEDURE ADMINISTRATIVE (VST) Document n 7 Version 1 CENTRE HOSPITALIER DE SOMAIN PROCEDURE GESTION DES RISQUES GESTION DES EVENEMENTS INDESIRABLES Page 1/ 20 Date : Août 2005 Contenu de la procédure Cette procédure décrit l ensemble du processus de gestion des évènements indésirables, de la création de la fiche d évènements, jusqu au traitement informatique. Structures concernées Tous les services Supports matériels utilisés Fiche d événement indésirable déclarations vigilances Documentations associées Liste des référents Liste d exemples d évènements indésirables Tableaux d analyse du risque Fonction Coordonnateur des soins ingénieur qualité cellule qualité référents cadres.. Commentaires Rédaction : Nom : Y. DUPUIS F. BRZECHWA Pour la cellule qualité Visa : Vérification : Nom : D. NOULETTE Adjoint au Directeur Visa : Approbation : Nom : J. P. GINESTE Directeur Visa : Date : Date : Date :

2 GESTION DES RISQUES gestion des événements indésirables 1. Objet : Cette procédure décrit le processus de signalement et de gestion des évènements indésirables. 2. Domaines d application : Tous les évènements indésirables et tous les services de l établissement. 3. Professionnels concernés : Tous les professionnels de l établissement sont concernés. 4. Définitions 1 et abréviations des termes contenus dans la procédure: FEI : fiche d évènement indésirable Ce terme regroupe : Les accidents : évènements ayant entraîné un dommage matériel / corporel. Les incidents : évènements pouvant entraîner une situation susceptible de provoquer un accident. Les situations à risque : états susceptibles de générer un accident ou incident. Non conformité : non respect d une consigne écrite. Vigilances réglementées : hémovigilance, matériovogilance, pharmacovigilance, réactovigilance. 5. Référence ANAES : QPR 4 et 5 6. Mots clés : Risque, évènement indésirable, incident, vigilances 7. Référents : Un référent est désigné pour chacun des services de l établissement 2. Le référent aura pour rôle la saisie des fiches papiers sur l outils informatique. Il constituera le 1 er filtre sur la validité du signalement. Le référent est destinataire, par messagerie informatique, de message d information sur le traitement réservé à l évènement signalé. Le référent a un rôle d information auprès du déclarant (ayant rempli la fiche papier), afin que ce dernier ait connaissance du traitement de l événement. 1 Voir définition et exemples en annexe 2 Liste en annexe 2

3 La supervision de l ensemble du processus est assurée par le groupe Direction des Soins composé de : M. Didier Noulette Coordonnateur des soins Mme Nathalie Lesoin Ingénieur Qualité M. Yannick Dupuis Cadre Supérieur de Santé 8. Circuit de la FEI Après la saisie informatique, le groupe Direction des soins est destinataire d un mail l informant de la création d une FEI. Une consultation de l application via intranet, permet au groupe DS : D évaluer le risque 3. D agir éventuellement immédiatement. D archiver éventuellement. De consulter le vigilant concerné et la déclaration obligatoire effectuée. De diriger le signalement vers un responsable ou un vigilant ayant les capacités d agir. Celui-ci reçoit alors un mail l informant de la présence d une FEI sur l intranet et l invitant à la traiter. Le référent ayant saisi la FEI reçoit deux mails, un lors de la consultation et un lors de l envoi pour traitement. Pour les référents en service de soins, le Cadre Supérieur du secteur d activité concerné, reçoit les mêmes informations. A réception du mail, la personne désignée pour traiter l événement indésirable ou le vigilant concerné, en fonction de la cotation du risque, entreprend les actions nécessaires au traitement de l incident. Il prend toute disposition pour éviter le renouvellement de l événement Lors de la lecture de la FEI, par la personne désignée ou le vigilant, le groupe DS reçoit un mail. La personne désignée ou le vigilant concerné rend compte des actions entreprises ou qui le seront dans le cadre prévu à cet effet dans la fiche d événement indésirable informatique. Dès que ce traitement est effectué, le groupe DS et le référent déclarant reçoivent un mail. A réception, le groupe DS, consulte les actions entreprises ou à entreprendre et archive la FEI informatique. A réception, le référent consulte les actions entreprises ou à entreprendre et informe le déclarant du traitement de l événement signalé. 3 Voir tableaux d analyse en annexe 3

4 PROCEDURE QUI QUOI Personnel ayant constaté l EI Survenue d un événement indésirable Mise en œuvre de procédures, protocoles ou actions appropriés Signalement de l événement indésirable : Remplir la fiche d événement indésirable (et le cas échéant la fiche de vigilance) Référent Transmission au référent FEI Saisie informatique Réception des FEI par la DS Cotation du risques DSSI Eventuellement Action corrective ou de préservation SIG-CH-EI-doc2-v1 4

5 Référent/ responsable Envoi d un mail et d une copie de la FEI (en fichier joint) au correspondant concerné ou à un responsable de service (en cas d événement de vigilance, la DS s assure qu une déclaration a bien été transmise) Suivi Archivage Informatique Action corrective immédiate Recherche des causes Action(s) entreprise(s) Retour à la DSSI DSSI Consultations des actions entreprises Retour d un mail au référent Qui informe le déclarant Archivage de la fiche de signalement des évènements indésirables et du dossier de suivi (le cas échéant) 5

6 FICHES D ÉVÈNEMENTS INDESIRABLES Pour les services transversaux service social, aumônerie. La déclaration est faite dans le service où a lieu l événement ou au niveau de la DS. SUPERVISION : M. NOULETTE Mme LESOIN - M. DUPUIS (Supervision du secteur d activité et suppléance en cas d absence d un référent) (Référents chargé de la saisie informatique) SERVICES ADMINISTRATIFS Direction DRH ADMISSIONS Mme RAVIART Mme LESOIN Mme RAVIART Mme LESOIN Mme WATTELET M. VEZILIER SERVICES LOGISTIQUES STANDARD CUISINES ATELIERS SERVICE INTERIEUR M. GANNE M. GANNE M. ROYER M. DEVEMY M. MARIE SERVICES DE SOINS ALCOOLOGIE M. NOULETTE Mlle CAMBRAY Mlle PREVOT SOINS GENERAUX CONSULTATIONS RADIOLOGIE PHARMACIE MS40 MEDECINE Mme BEAUCHAMP Mme BEAUCHAMP Mme OSZUSTOWICZ Mme LE LOHE Mme PETITPRE M. BRZECHWA MS18 LS2 6 Mme DI SILVESTRE

7 LS3 SSIAD Mme MASCLET Mme LAUDE SOINS PSYCHIATRIE PSYCHIATRIE 4 SAISONS CMP ADELE HUGO - ATHOS M. BOITTELLE Mme JOLY Mlle JOURNET 7

8 ANALYSE DU RISQUE Cette analyse résulte du croisement d un niveau de probabilité de répétition et d un niveau de conséquence de l événement sur les individus, l organisation et le nombre d individus touchés. A. NIVEAU DE PROBABILITÉ DE RÉPÉTITION Niveau de probabilité 5 Certaine 4 Fort probable 3 Possible 2 Peu probable 1 Rare Description Il est certain que cet événement se reproduira de nombreuses fois (ex :chaque jour, plusieurs fois / mois, chaque mois ) Cet événement se reproduira sans doute, mais pas fréquemment (ex : 1 fois par trimestre) Cet événement pourra occasionnellement se reproduire (ex : 1 fois tous les 2 ans) Cet événement ne devrait pas se reproduire, mais ce n est pas impossible (ex : 1 fois tous les 5 ans) Il est impossible que cet événement se produise à nouveau (ex : 1 fois tous les 20 ans) B. NIVEAU DE CONSEQUENCES Niveau (les conséquences sont : ) 5 Catastrophiques tragiques Conséquences potentielles sur les individus Décès homicide suicide 4 Majeures Invalidité permanente / irréversible 3 Modérées Blessure ou dommage non permanent (ex : nécessitant un an de consolidation) 2 Mineures Blessure ou dommage temporaire (ex : nécessitant un mois de consolidation) 1Insignifiantes Pas de blessure ni de dommage Conséquences potentielles sur l organisation et le fonctionnement Procédure judiciaire (pénale) fermeture de l établissement ou de plusieurs services Fermeture temporaire d un service indisponibilités de personnels pendant plus de 4 semaines hospitalisation prolongée de plus de 15 jours report d intervention demande indemnitaire pertes financières Altération de l image de marque indisponibilités de personnels de plus de 3 jours réclamation écrite hospitalisation prolongée de moins de 15 jours retard de réalisation Perturbation mineure de l organisation indisponibilités de personnels de moins de 3 jours hospitalisation prolongée de moins de 5 jours expression verbale de mécontentement retard léger de réalisation Aucune conséquence pour l organisation ou le fonctionnement Nombre de personnes touchées Plus de 50 (ex : TIAC ) Nombre modéré 16 à 50 (ex : résultats d examens perdus) Petit nombre 3 à 15 1 à 2 N/A 8

9 C. NIVEAU DE RISQUES CONSEQUENCES PROBABILITE 5 Catastrophique 4 Majeure 3 Modérée 2 Mineure 1 Insignifiante 5 Certaine 4 Fort probable 3 Possible 2 Peu probable 1 - Rare RISQUES ESTIMÉS POUR L ÉVÈNEMENT : Risque Très Élevé Risque Élevé Risque Modéré Risque Faible Risque Très Faible 9

10 Traitement informatique d un événement indésirable Survenue d un événement indésirable RÉDACTION D UNE FICHE PAPIER PAR UN AGENT DE L ÉTABLISSEMENT TRANSMISSION Information finale REFERENT SAISIE INFORMATIQUE DIRECTION DES SOINS LECTURE TRAITEMENT Et EVALUATION DU DEGRE DE RISQUE Mail automatique +CSS ARCHIVAGE ENVOI DESTINATAIRE LECTURE Mail automatique TRAITEMENT Mail automatique +CSS Après traitement, l archivage est effectué par le groupe DS 10

11 FICHE EVENEMENT INDESIRABLE Un événement indésirable est une manifestation nocive, non recherchée non prévue susceptible de perturber une organisation, une prise en charge, de mettre en jeu la sécurité des patients, des agents, des visiteurs, des prestataires. Cette manifestation est attribuée à un produit, une activité, une personne, un lieu L événement indésirable se distingue du risque dans la mesure où ce dernier n est qu une «probabilité», une éventualité, alors que l événement est un fait survenu Le risque est la combinaison de la probabilité et de la conséquence de la survenue d un événement. Exemples d évènements indésirables : Utilisation des produits et Vigilances sanitaires Hémovigilance Retour de PSL non utilisés Retour de PSL périmés Prescription non signée Documents de suivi non visés Erreur d identification du patient Erreur d analyses (groupage, RAI, vérification ultime) Incompatibilité dans le système ABO Incompatibilité lié à la présence d anticorps irréguliers Contamination HIV, VIH Incidents transfusionnels Accidents d exposition au sang Nausée, vomissement Tachycardie Cyanose Hypotension Manifestation immunologique Hémolyse Choc hémolytique Ictère Inefficacité transfusionnelle Manifestation allergique Choc anaphylactique

12 Erythème, urticaire Syndrome frissons Hyperthermie Manifestation infectieuses Frisson, hyperthermie Choc septique Surcharge volémique Pharmacovigilance Non réaction à une alerte sanitaire (absence de procédure) Non respect des règles de détention des stupéfiants Omission d inscription de stupéfiant sur le relevé nominatif Non respect des règles de prescription nominative Liste des médecins prescripteurs non à jour Effets dose dépendants Hémorragie digestive Broncho-constriction Sécheresse de la bouche et mydriase Réactions immunologiques Interaction médicamenteuse Anomalie congénitale Matériovigilance Matériels Dispositifs médicaux Dysfonctionnement / Panne Délai d intervention trop important Utilisation de matériel à usage unique périmé Indisponibilité Non conformité des livraisons aux bons de commande Erreur de connexion Métrologie Appareils de mesures et de surveillance déréglés, déteriorés Biovigilance Toxicovigilance Réactovigilance Risques infectieux (Infectiovigilance) Stérilisation Désinfection Absence d indicateur ou d intégrateur Absence de virage d indicateur ou d intégrateur Objets détériorés 12

13 Infections nosocomiales Infection urinaire Infection du site opératoire Bactériémie Infection sur cathéter. Maladie de Creutzfeldt Jakob Non isolement approprié d' un patient Hygiène défectueuse Lavage des mains Matériel défectueux Matériel, produits inadaptés Rupture de stock Circulation dans un lieu isolé non réglementaire Résistance bactérienne aux antibiotiques Non signalement d un patient porteur de Bactéries multirésistantes ( BMR ) Escarres Médicaments cytostatiques Protections individuelles inadaptées Protections individuelles manquantes Matériel de préparation indisponible Equipements inadaptés Personnel non formé Protocole non à jour Protocole non validé Non respect des protocoles Absence d instruction en cas d incident Sur le patient : Effets locaux immédiats Accident d extravasation Effets secondaires généraux Anorexie Troubles digestifs (nausées, vomissements, constipation, diarrhée) Réactions de type allergie Réactions fébriles Déficits immunitaires Complications infectieuses Atteintes hématologiques (aplasie médullaire, trouble de la coagulation) Atteintes hépatiques (le plus souvent cytolytique) Troubles cardiovasculaires (insuffisance coronarienne ou trouble de conduction) Atteintes broncho-pulmonaires (pneumopathie interstitielle, fibrose, asthme) Atteintes rénales (tubulopathie et/ou glomérulopathie) Troubles neurologiques (confusion, trouble de l équilibre, céphalée, polynévrite ) Troubles métaboliques divers Atteintes oculaires (conjonctivite, rétinite ) 13

14 Cancérisation secondaire chez le patient traité Sur le personnel : Effets cutanéo-muqueux Irritation cutanée, oculaire, nasale Allergie Vésication Effets toxiques généraux Troubles à type de sensations ébrieuses, vertiges, rougeurs du visage Nausées, céphalée, perte de cheveux, irritation nasale Rashs uticariens avec nausées, vomissements, céphalées et malaise (5mn à 3h après) Altérations hépatiques avec céphalées et chute de cheveux Effet mutagène ou cytogénotoxique Activité de soins Procédure diagnostique ou thérapeutique Diagnostic incorrect Erreur d'identité patient Erreur d'indication (examen) Erreur d'interprétation (dosage, test) Erreur de prescription Erreur d'administration (produit) Antécédents, allergies non notés Etiquettage incorrect Effet indésirable (produit) Complication thrombo-embolique Complication d'une perfusion Incident de transfusion Réadmission après sortie ou consultation. Exécution des soins et des examens Erreur d'identification patient Erreur de localisation du soin Erreur préparation du malade Professionnels injoignables Perte du dossier du patient Perte d'éléments du dossier Situation d urgence sans procédure Effets secondaires immédiats Douleur non traitée Allergie aux produits de contraste. Erreur dans l exécution des prescriptions Heure d'administration Identification du patient Médicament Non concordance entre prescription et administration Posologie Voie d'administration Régime alimentaire Erreur préparation du malade Effets secondaires immédiats 14

15 Imagerie Différence d interprétation entre la 1 ère lecture et la relecture des examens d imagerie Délai de réalisation radio trop long Pannes Accidents - Incidents Complications post-examen Infections nosocomiales Irradiation Syncopes vagales Chutes Hémorragies Problèmes de matério ou de pharmacovigilance Allergie à l iode AES Plaintes Pharmacie Erreur, retard dans la livraison de pharmacie Réutilisation matériel à usage unique Quantité médicaments périmés importante Vol de stupéfiants Perte d ampoules Prescription faite par une personne non habilitée Information insuffisante aux utilisateurs Accueil et traitement des «urgences» Patient enregistré quittant les urgences avant la fin des soins Tableau de garde non à jour, illisible, non visé Analyses médicales Délai d examen Erreur d étiquetage Information du patient Absence d informations orales avant intervention Document explicatif non remis Personnel Erreur de planification Personnel non formé Personnel non compétent Protocoles non à jour Protocoles non validés Absentéisme 15

16 Dossier du patient Absence des consentements obligatoires Dossier incomplet : Dossier transfusionnel Courrier de sortie Traçabilité Prescriptions non signées Dossier non classé Documents non ou mal identifiés Documents non visés Documents non datés Perte dossier médical Délai d envoi du courrier de sortie Accueil du patient Temps d attente Accueil Examens Radios Soins Interventions Plaintes Risques environnementaux Air Atmosphère Régulation température : trop froid, trop chaud Panne climatisation Pollution Par des fluides médicaux Par des émanations de produits de stérilisation Maintenance des installations de traitement d air Aérocontamination Eau Pollutions accidentelles Rejet produits de développement radio Rejet produits cytostatiques Rupture de canalisation Legionnellose 16

17 Surface Résultats d analyse des prélèvements de surface non conformes : Au bloc opératoire En stérilisation En salle de soins Fluides Eau Pollution accidentelle des eaux suite à rejet : de produits de développement radio de produits cytostatiques Eau stérile : résultats d analyses incorrects Légionnellose Gaz à usages médicaux Libération brutale de fluide Eclatement d une bouteille ou d un réservoir Emission de projectiles Chute de bouteille Inflammation violente (coup de feu) Explosion Inflammation Utilisation d un gaz à la place d un autre Rupture de stock Asphyxie, anoxie Brûlure cryogénique Oxygène Brûlure ou gelure Réaction violente Produits pétroliers, gaz combustibles Stockage Rupture de stock Sécurité des biens et des personnes Bris Matériel Objet personnel Disparition Matériel Objet personnel Vol de produits dangereux Stupéfiants Produits de soins Produits d entretien 17

18 Introduction de substances nuisibles ou toxiques : Drogues Alcool Toxiques Dégradation locaux, équipement Moyens de protections inadaptés ou absents : Equipements individuels Contenants déchets Incendie Inondation Chutes Chaise Lit Brancard En circulant Trouvé par terre Comportement Refus de soins opposé par le patient Sortie contre avis médical / fugue Tentative de suicide / automutilation Suicide Agression physique et verbale Non respect règlement (transgression) Conflit / famille Atteintes corporelles Piqûre accidentelle Brûlure Projection liquide Coupure Blessure Allergie Inflammation Intoxication Problème ostéo-articulaire Gonflement Perte de poids importante Décès inattendu Equipements Electrocution Dysfonctionnement Indisponibilité Défaut de maintenance Pannes dues à la vétusté Absence de protection des machines et matériels Températures de conservation non conformes Médicaments Sang Préparation Alimentation Ascenseurs, monte charge, escaliers mécaniques Blocage Coincement Indisponibilité Appareil de cuisson Explosion Brûlure 18

19 Logistique Sécurité alimentaire Non respect de la marche en avant Entretien fontaine réfrigérante Non respect de la chaîne du chaud Maîtrise de la chaîne du froid Non contrôle des matières premières Traçabilité des produits Respect des protocoles d hygiène et des protocoles logistiques Respect des protocoles de distribution et de conditionnement Effets biologiques Toxi-infection alimentaire contagieuse Maladies infectieuses alimentaires Intoxication Moisissures secrétant des mycotoxines Effets chimiques Intoxication Contamination par les pesticides Substances allergènes cachées Effets physiques Corps étrangers ; os, arrêtes, graviers, agrafes Déchets Contenant défectueux Contenant trop plein Erreur de contenant Absence de marquage Contamination bactériologique Intoxication Irradiation Blessures Brûlure chimique Blanchisserie Contenant défectueux Contenant trop plein Erreur de contenant Absence de marquage Linge propre livré sale Linge sale mal trié Contamination bactériologique Blessures 19

20 Hygiène Ménage non fait Erreur de dosage des produits d entretien Non respect des protocoles Produits d entretien Brûlure par contact Brûlure par ingestion Brûlure par voie respiratoire Asthme 20

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Interventions lors d une réaction transfusionnelle. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures diagnostiques ou thérapeutiques

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES 1/8 CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL AMBOISE ~ CHÂTEAU-RENAULT Rue des Ursulines B.P. 329 37403 AMBOISE Cedex COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES REGLEMENT INTERIEUR 2/8 TEXTES

Plus en détail

UE 4. 5. S4 Soins Infirmiers et Gestion des risques

UE 4. 5. S4 Soins Infirmiers et Gestion des risques UE 4. 5. S4 Soins Infirmiers et Gestion des risques N. DELFORGE F. ROGER CORRECTION EVENEMENTS INDESIRABLES A PARTIR DU DOSSIER DE SOIN Analyse Action Reconnaissance. Perte d un dentier : -Notification

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine XIème CONGRES NATIONAL 1ère JOURNEE DES INFIRMIERS EN HEMATOLOGIE 24-25 - 26 Avril 2014 Sheraton, Alger Dr N Ferroudj. Pr S Nekkal. Pr M Belhani CHU Béni

Plus en détail

Référentiel d activités

Référentiel d activités Référentiel d activités Activités 1 - Délivrance de médicaments et de dispositifs médicaux. 2 - Réalisation des opérations d'approvisionnement et de gestion au sein de la pharmacie à usage intérieur et

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel Transfusion sanguine 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel UE 4.4 S4 : «Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical» Transfusion

Plus en détail

Exemple de document unique

Exemple de document unique Exemple de document unique Tableau 1 Identification, par unité de travail, des risques professionnels (des dangers liés à un équipement, une substance, une méthode de travail susceptible de causer un dommage

Plus en détail

PROJET D ACCUEIL D UN MINEUR PRESENTANT UN TROUBLE DE LA SANTE : DE TYPE ALLERGIE ACCUEIL DE LOISIRS MPT/CS BONNEVEINE

PROJET D ACCUEIL D UN MINEUR PRESENTANT UN TROUBLE DE LA SANTE : DE TYPE ALLERGIE ACCUEIL DE LOISIRS MPT/CS BONNEVEINE PROJET D ACCUEIL D UN MINEUR PRESENTANT UN TROUBLE DE LA SANTE : DE TYPE ALLERGIE ACCUEIL DE LOISIRS MPT/CS BONNEVEINE Photo Nom : Prénom : Adresse : Date de Naissance : Sexe : Année scolaire du 1 er Projet

Plus en détail

Diplôme d Etat. Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences

Diplôme d Etat. Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences Diplôme d Etat Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier de technicien de laboratoire médical ne se substituent pas au cadre

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Anomalie à l ETS Anomalie à l ETS Identification donneur sélection homonyme à l accueil collecte sélection homonyme

Plus en détail

Hiérarchisation des risques en établissement de santé: de la théorie à la pratique

Hiérarchisation des risques en établissement de santé: de la théorie à la pratique AFGRIS 2008 Hiérarchisation des risques en établissement de santé: de la théorie à la pratique Dr M.C. Moll Direction Générale, Gestion des risques CHU Angers Quelques constats sur: L Identification des

Plus en détail

REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL. «La sécurité est l affaire de tous»

REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL. «La sécurité est l affaire de tous» REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL «La sécurité est l affaire de tous» Le registre est ouvert en application des dispositions de l article 3-1 du décret 85-603 du 10 juin 1985 modifié relatif

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE. L Etat fixe les règles. Champ réglementé. Activité de soins. Gestion du risque infectieux. Sécurité d utilisation des produits

SECURITE SANITAIRE. L Etat fixe les règles. Champ réglementé. Activité de soins. Gestion du risque infectieux. Sécurité d utilisation des produits SECURITE SANITAIRE à la maîtrise locale des 1-Les vigilances locales 3 Les comités spécialisés L Etat fixe les règles Le champ réglementé est extrêmement vaste Le ministère recense : 7 grands domaines

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins Support d évaluation intermédiaire en stage EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins NOM DE L ETUDIANT : PRENOM : I.F.S.I. : LIEU DE STAGE : TYPE DE STAGE

Plus en détail

Déclaration de conflits d intérêt

Déclaration de conflits d intérêt Déclaration de conflits d intérêt Introduction Cas Clinique 1 Mr X 62 ans ethylotabagique HTA Hypercholestérolémie Découverte d une tuberculose pulmonaire en 2009 Traitement de 6 mois avec observance difficile

Plus en détail

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels :

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : AIDE A DOMICILE Aide à domicile Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : L évaluation des risques (décret du 05 nov. 2001) doit être une démarche collective

Plus en détail

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire «L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire L ALLERGIE à L IODE N EXISTE PAS Confusion de trois phénomènes: Allergie aux fruits de mer (protéine de crustacés) Allergie

Plus en détail

Outil mis en place au CHRU de Lille pour la gestion des vigilances et la prévention des risques. Perspectives pour l'anesthésie-réanimation

Outil mis en place au CHRU de Lille pour la gestion des vigilances et la prévention des risques. Perspectives pour l'anesthésie-réanimation Outil mis en place au CHRU de Lille pour la gestion des vigilances et la prévention des risques Perspectives pour l'anesthésie-réanimation Dr Agnès PERRIN Coordination des Vigilances et Prévention des

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE SFR - CIRTACI OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE Version téléchargeable sur le site web : www.sfrnet.org Rubrique : Groupe de travail, CIRTACI Nous vous suggérons de disposer ce document

Plus en détail

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités Annexe IV à l arrêté du 25 janvier 2005 relatif aux modalités d organisation de la validation des acquis de l expérience pour l obtention du diplôme professionnel d aide-soignant Diplôme professionnel

Plus en détail

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble.

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. 1 Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. Une expérience de gestion intégrée de la qualité et des risques sanitaires. P François, MR Mallaret, J Shum, V Danel. PFrancois@chu-grenoble.fr

Plus en détail

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé Page 1 sur 6 Décembre Définition : Définir les règles de gestion des médicaments dans les unités de soins, au regard de la réglementation de qualité et pour garantir sa qualité et son effet thérapeutique.

Plus en détail

Rencontre ARS / ARLIN-FELIN / Ecoles paramédicales et sages-femmes 13 juin 2013. Geneviève Razafitsifehera

Rencontre ARS / ARLIN-FELIN / Ecoles paramédicales et sages-femmes 13 juin 2013. Geneviève Razafitsifehera Rencontre ARS / ARLIN-FELIN / Ecoles paramédicales et sages-femmes 13 juin 2013 Geneviève Razafitsifehera Méthode qui consiste à identifier pour un processus à risque : les défaillances potentielles leurs

Plus en détail

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures Journée PPRT - CNFPT Marseille - 19 juin 2014 INERIS Benjamin Le Roux Effets d un phénomène dangereux

Plus en détail

AFFECTIONS AYANT UNE INCIDENCE SUR LES MODALITES D IMAGERIE R. VASSEUR J.THIEBOT 2008

AFFECTIONS AYANT UNE INCIDENCE SUR LES MODALITES D IMAGERIE R. VASSEUR J.THIEBOT 2008 AFFECTIONS AYANT UNE INCIDENCE SUR LES MODALITES D IMAGERIE R. VASSEUR J.THIEBOT 2008 1 - Diabète : risque rénalr : - néphropathie diabétique - traitement médicamenteux m associé (biguanides) risque d

Plus en détail

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE Etablissement Rédacteurs Manuel qualité de la prise en charge médicamenteuse Référence : Validation du contenu Approbation de la forme Autorisation de

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Les déchets hospitaliers

Les déchets hospitaliers Les déchets hospitaliers C est l ensemble des sous-produits des activités de soins. L établissement est responsable de l élimination des déchets. Les points importants sont le tri à la source et l approche

Plus en détail

FORMATION INTERNE DU PERSONNEL. P. Samptiaux Pharmacien responsable version AQ.AA-BRI FORM PS ind 01-01/02/06

FORMATION INTERNE DU PERSONNEL. P. Samptiaux Pharmacien responsable version AQ.AA-BRI FORM PS ind 01-01/02/06 O2 DISTRIBUTION DE L OXYGENE A USAGE MEDICAL FORMATION Marina GERVAIS Pharmacien Responsable ALAIR & AVD Version PS-01 01/02/06 Oxygène: médicament L Oxygène est un médicament : - il appartient donc AU

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

FEUILLET D INFORMATION AU PATIENT ET CONSENTEMENT ECLAIRE

FEUILLET D INFORMATION AU PATIENT ET CONSENTEMENT ECLAIRE FEUILLET D INFORMATION AU PATIENT ET CONSENTEMENT ECLAIRE Usage Compassionnel de PKC412 (midostaurin) chez un patient unique souffrant d une leucémie myéloïde aiguë AML Promoteur du programme Novartis

Plus en détail

Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques

Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Dr Stéphanie Rochon Edouard, Praticien Hygiéniste Isabelle Poullain,

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats

Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats Groupe de travail : C Linget, L Campergue, B Lassale, JP Aullen, D Legrand - La procédure infirmière doit rester la plus homogène possible.

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues :

Résumé des modifications intervenues : Référence : PR /PHA/001-A Page : Page 1 sur 11 Objet : Préciser : - les règles de stockage des substances vénéneuses et des médicaments stupéfiants, - indiquer les modalités de détention, de mise à disposition

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Guide d évaluation des risques

Guide d évaluation des risques Guide d évaluation des risques Pressing SR 108 PREV 04/2015 Ce guide a été réalisé par la Carsat Pays de la Loire et les Services de Santé au Travail de la Loire Atlantique et du Maine et Loire. Il comprend

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS I-DEFINITION Les TIAC sont définies par l apparition d au moins 2 cas d une symptomatologie gastro-intestinale dont on peut rapporter la

Plus en détail

Protocole Contention

Protocole Contention Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.043.1 Protocole Contention SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : SERVICE DE SOINS INFIRMIERS QUALITE

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

SALMI AHMED CURRICULUM VITAE. «Plaies et cicatrisation» Lille II 1 an

SALMI AHMED CURRICULUM VITAE. «Plaies et cicatrisation» Lille II 1 an CURRICULUM VITAE SALMI AHMED ETAT CIVIL ADRESSE PROFESSIONNELLE Centre hospitalier de la Fère, Service Pharmacie 2,avenue Dupuis 02800 La Fère 03.23.56.67.12 03.23.56.67.27 FORMATION DIPLOMANTE 2009 Diplôme

Plus en détail

Livret métier Le risque chimique. Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis

Livret métier Le risque chimique. Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis Livret métier Le risque chimique Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis Sommaire Pourquoi ce livret?...................... 4-5 L es produits dangereux................ 6-9 L es

Plus en détail

Cefadroxil Sandoz 500mg/5ml poudre pour suspension orale

Cefadroxil Sandoz 500mg/5ml poudre pour suspension orale Notice 1/5 Lisez attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Conservez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Consultez votre médecin ou votre pharmacien

Plus en détail

Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale

Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale Préambule Le biologiste médical, un professionnel de santé Le biologiste médical, médecin ou pharmacien, est un professionnel de

Plus en détail

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances PAM Santé, Recherche, Risques et Vigilances (S2RV) Créé en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS?

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS? 3 ème Journée Régionale de formation et d information destinée aux EHPAD HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Jeudi 17 Novembre 2011 CHU de ROUEN Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage

Plus en détail

Session du 21 juin 2008. Instructions à lire, avec attention, avant de répondre aux questions

Session du 21 juin 2008. Instructions à lire, avec attention, avant de répondre aux questions ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA SANTE www.momarrid.ma المملكة المغربية وزارة الصحة Epreuve écrite Session du 21 juin 2008 Durée : 3 heures Nom et prénom :... N de l examen :... N de la carte d identité

Plus en détail

Brèves de qualité. Certification L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA. Dans ce numéro : Brèves de qualité 1.

Brèves de qualité. Certification L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA. Dans ce numéro : Brèves de qualité 1. L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA Numéro 21 Brèves de qualité Les résultats du questionnaire bientraitance / maltraitance ont été présentés au personnel lors de séances de restitution en décembre

Plus en détail

Sujet national pour l ensemble des centre de gestion organisateurs TECHNICIEN PRINCIPAL TERRITORIAL DE 2 ème CLASSE CONCOURS INTERNE ET DE TROISIÈME VOIE SESSION 2014 Étude de cas portant sur la spécialité

Plus en détail

PREVENTION DU RISQUE CHIMIQUE

PREVENTION DU RISQUE CHIMIQUE PREVENTION DU RISQUE CHIMIQUE PLAN I- Réglementation II- Les voies de pénétration des produits III- Les risques pour la santé selon l activité IV- Les principes généraux de prévention V- La classification

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Diplô me inter- universitaire INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Coordination : G. BRUCKER - Paris VI B. REGNIER - Paris VII J.C. DARBORD - Paris V Objectifs et public concerné Former les

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Éléments d étiquetage du règlement CLP

Éléments d étiquetage du règlement CLP Éléments d étiquetage du règlement CLP Le règlement CLP (, Labelling and Packaging of substances and mixtures) introduit de nouveaux symboles et indications, ainsi que des nouvelles règles de classification

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

SITUATIONS DANGEREUSES AU TRAVAIL : PORTRAIT D UNE DÉCENNIE DANS UN CENTRE HOSPITALIER

SITUATIONS DANGEREUSES AU TRAVAIL : PORTRAIT D UNE DÉCENNIE DANS UN CENTRE HOSPITALIER SITUATIONS DANGEREUSES AU TRAVAIL : PORTRAIT D UNE DÉCENNIE DANS UN CENTRE HOSPITALIER Robert Bourbonnais a a Centre de santé et de services sociaux de Laval (Laval, Québec) La présente étude trace le

Plus en détail

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08 Exemple d étude de risques Programmation opératoire 1 Objectifs de l étude 1. Identifier et analyser l existant en matière de traitement des risques de la programmation opératoire. Proposer, à partir de

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES 2, rue Descartes 93170 BAGNOLET Avril 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ Décembre 2006 SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Tableau d évaluation des RISQUES PROFESSIONNELS

Tableau d évaluation des RISQUES PROFESSIONNELS EXEMPLE DOCUMENT N 2 Tableau d évaluation des RISQUES PROFESSIONNELS Secteur de la poissonnerie DOC N2 2.indd 1 21/11/2014 17:04 EXEMPLE DE DOCUMENT UNIQUE Date de mise à jour : Activités Postes Sans Objet

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

5. Liste de contrôle (version août 2012)

5. Liste de contrôle (version août 2012) 5. Liste de contrôle (version août 2012) Cette liste de contrôle est destinée aux pharmacies d officine. Elle peut toutefois aussi s avérer utile pour la période d assistanat effectuée à l hôpital. Comment

Plus en détail

Centre Hospitalier Somain Manuel Qualité Version 3

Centre Hospitalier Somain Manuel Qualité Version 3 Rédaction Vérification Approbation Nom : Kathalyn BOUCKENOOGHE Nom : Yannick DUPUIS Nom : Thérèse WESOLEK Qualiticienne Visa : Coordonnateur des soins Visa : Directrice Visa : Date : Date : Date : 1 PREAMBULE

Plus en détail

Les étiquettes de danger et leur signification (transport)

Les étiquettes de danger et leur signification (transport) Les étiquettes de danger et leur signification (transport) 1 Explosif 2.2 Gaz non inflammable et non toxique 3 + 2.1 Liquide ou gaz inflammable 4.1 Solide inflammable 4.2 Spontanément inflammable 4.3 Dégage

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer La démarche qualité appliquée à l établissement «test» 1) Le contexte Dégradation des résultats

Plus en détail

FORMATION CONTINUE 2015

FORMATION CONTINUE 2015 FORMATION CONTINUE 2015 Prévention du risque chimique ORME CONSEIL Spécialiste du risque chimique 10 rue Fournet, 69006 LYON contact@orme-conseil.com www.orme-conseil.com PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

Classification, Labelling & Packaging

Classification, Labelling & Packaging Le règlement r CLP Classification, Labelling & Packaging Règlement (CE) n 1272/2008 relatif à la classification, à l étiquetage et à l emballage des substances et des mélanges Déclinaison du SGH au niveau

Plus en détail

Quelle est la responsabilité du cadre de santé dans un service de soins?

Quelle est la responsabilité du cadre de santé dans un service de soins? Cadre de santé (responsabilité) p. 1 Quelle est la responsabilité du cadre de santé dans un service de soins? Cadre de santé (responsabilité) Textes de référence Article L. 6146-5 du Code de la santé publique.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 6 avril 2011 relatif au management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse et aux médicaments

Plus en détail

Éléments d étiquetage du règlement CLP

Éléments d étiquetage du règlement CLP Éléments d étiquetage du règlement CLP Le règlement CLP (, Labelling and Packaging of substances and mixtures) introduit de nouveaux symboles et indications, ainsi que des nouvelles règles de classification

Plus en détail

ANNEXE 4 PROJET D ACCUEIL D UN MINEUR PRESENTANT UN TROUBLE DE LA SANTE DE TYPE ALLERGIE EN ACCUEIL DE LOISIRS OU EN SEJOUR AVEC HEBERGEMENT

ANNEXE 4 PROJET D ACCUEIL D UN MINEUR PRESENTANT UN TROUBLE DE LA SANTE DE TYPE ALLERGIE EN ACCUEIL DE LOISIRS OU EN SEJOUR AVEC HEBERGEMENT ANNEXE 4 PROJET D ACCUEIL D UN MINEUR PRESENTANT UN TROUBLE DE LA SANTE DE TYPE ALLERGIE EN ACCUEIL DE LOISIRS OU EN SEJOUR AVEC HEBERGEMENT Photo Nom : Prénom : Adresse : Date de Naissance : Sexe : Année

Plus en détail

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Inspection sanitaire des EHPAD 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 17/11/2011 Contexte L inspection s inscrit dans le volet

Plus en détail

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement VIGITRACE Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers VIGITRACE Page 2 1. Préambule Le logiciel «Vigitrace»

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement d urgence lors d une réaction anaphylactique secondaire à l administration d une substance par voie parentérale. NUMÉRO : 1.14 DATE : Novembre 2005 RÉVISÉE

Plus en détail

LA THERMOREGULATION. IFSI 1ère année promotion 2008 2011

LA THERMOREGULATION. IFSI 1ère année promotion 2008 2011 IFSI 1ère année promotion 2008 2011 NP Plan du cours LA THERMOREGULATION Définition de l homéothermie Définition de la thermorégulation Les modes de transmission de la chaleur Régulation de la température

Plus en détail

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE Définitions Successivement la cartographie a été: L'Art de dresser les

Plus en détail

10èmes Journées du GERPAC, 5 Octobre 2007, Mol, Belgique Règles de BPF de médicaments Cytostatiques en petites quantités suisses

10èmes Journées du GERPAC, 5 Octobre 2007, Mol, Belgique Règles de BPF de médicaments Cytostatiques en petites quantités suisses Règles de Bonnes Pratiques Règles de de Fabrication de médicaments Bonnes Pratiques cytostatiques de Fabrication en petites de médicaments quantités cytostatiques suisses en petites quantités Dr. Farshid

Plus en détail

2 ème atelier d information sur le cadre réglementaire relatif à la gestion des DAS. Afef MAKNI-SIALA

2 ème atelier d information sur le cadre réglementaire relatif à la gestion des DAS. Afef MAKNI-SIALA Les Modalités et les Conditions de Gestion des DAS Projet de démonstration et de promotion des bonnes techniques et pratiques pour gérer les DAS et les PCB en Tunisie FEM (Don n : TF 11541) 2 ème atelier

Plus en détail

GRILLE D'EVALUATION DE LA QUALITE DU STOCKAGE DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES GERES EN SYSTÊME PLEIN VIDE.

GRILLE D'EVALUATION DE LA QUALITE DU STOCKAGE DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES GERES EN SYSTÊME PLEIN VIDE. PRE-REQUIS A LA VISITE Service : UF : Cadre de santé : GRILLE D'EVALUATION DE LA QUALITE DU Mobilier Etiquetage Fonctionnement Dotation Circuit de demande Médicaments MédiMath Médimath Simple casier Double

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE Risque infectieux et psychiatrie - Jeudi 15 novembre 2012 - Rennes. Christelle MORINIERE IDE hygiéniste CH saint Jean de Dieu-Dinan-St Brieuc Pôle

Plus en détail

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes الجمهورية التونسية République Tunisienne Ministère de la Santé Publique Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes Mise en place d un système de surveillance des pathologies et des décès

Plus en détail

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS Date de la demande : Date d entrée souhaitée : DEMANDEUR Centre hospitalier : Service :. Médecin demandeur : : Fax : Assistante sociale : : Fax :

Plus en détail