CENTRE HOSPITALIER DE SOMAIN PROCEDURE GESTION DES RISQUES GESTION DES EVENEMENTS INDESIRABLES. Fiche d événement indésirable déclarations vigilances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CENTRE HOSPITALIER DE SOMAIN PROCEDURE GESTION DES RISQUES GESTION DES EVENEMENTS INDESIRABLES. Fiche d événement indésirable déclarations vigilances"

Transcription

1 PROCEDURE ADMINISTRATIVE (VST) Document n 7 Version 1 CENTRE HOSPITALIER DE SOMAIN PROCEDURE GESTION DES RISQUES GESTION DES EVENEMENTS INDESIRABLES Page 1/ 20 Date : Août 2005 Contenu de la procédure Cette procédure décrit l ensemble du processus de gestion des évènements indésirables, de la création de la fiche d évènements, jusqu au traitement informatique. Structures concernées Tous les services Supports matériels utilisés Fiche d événement indésirable déclarations vigilances Documentations associées Liste des référents Liste d exemples d évènements indésirables Tableaux d analyse du risque Fonction Coordonnateur des soins ingénieur qualité cellule qualité référents cadres.. Commentaires Rédaction : Nom : Y. DUPUIS F. BRZECHWA Pour la cellule qualité Visa : Vérification : Nom : D. NOULETTE Adjoint au Directeur Visa : Approbation : Nom : J. P. GINESTE Directeur Visa : Date : Date : Date :

2 GESTION DES RISQUES gestion des événements indésirables 1. Objet : Cette procédure décrit le processus de signalement et de gestion des évènements indésirables. 2. Domaines d application : Tous les évènements indésirables et tous les services de l établissement. 3. Professionnels concernés : Tous les professionnels de l établissement sont concernés. 4. Définitions 1 et abréviations des termes contenus dans la procédure: FEI : fiche d évènement indésirable Ce terme regroupe : Les accidents : évènements ayant entraîné un dommage matériel / corporel. Les incidents : évènements pouvant entraîner une situation susceptible de provoquer un accident. Les situations à risque : états susceptibles de générer un accident ou incident. Non conformité : non respect d une consigne écrite. Vigilances réglementées : hémovigilance, matériovogilance, pharmacovigilance, réactovigilance. 5. Référence ANAES : QPR 4 et 5 6. Mots clés : Risque, évènement indésirable, incident, vigilances 7. Référents : Un référent est désigné pour chacun des services de l établissement 2. Le référent aura pour rôle la saisie des fiches papiers sur l outils informatique. Il constituera le 1 er filtre sur la validité du signalement. Le référent est destinataire, par messagerie informatique, de message d information sur le traitement réservé à l évènement signalé. Le référent a un rôle d information auprès du déclarant (ayant rempli la fiche papier), afin que ce dernier ait connaissance du traitement de l événement. 1 Voir définition et exemples en annexe 2 Liste en annexe 2

3 La supervision de l ensemble du processus est assurée par le groupe Direction des Soins composé de : M. Didier Noulette Coordonnateur des soins Mme Nathalie Lesoin Ingénieur Qualité M. Yannick Dupuis Cadre Supérieur de Santé 8. Circuit de la FEI Après la saisie informatique, le groupe Direction des soins est destinataire d un mail l informant de la création d une FEI. Une consultation de l application via intranet, permet au groupe DS : D évaluer le risque 3. D agir éventuellement immédiatement. D archiver éventuellement. De consulter le vigilant concerné et la déclaration obligatoire effectuée. De diriger le signalement vers un responsable ou un vigilant ayant les capacités d agir. Celui-ci reçoit alors un mail l informant de la présence d une FEI sur l intranet et l invitant à la traiter. Le référent ayant saisi la FEI reçoit deux mails, un lors de la consultation et un lors de l envoi pour traitement. Pour les référents en service de soins, le Cadre Supérieur du secteur d activité concerné, reçoit les mêmes informations. A réception du mail, la personne désignée pour traiter l événement indésirable ou le vigilant concerné, en fonction de la cotation du risque, entreprend les actions nécessaires au traitement de l incident. Il prend toute disposition pour éviter le renouvellement de l événement Lors de la lecture de la FEI, par la personne désignée ou le vigilant, le groupe DS reçoit un mail. La personne désignée ou le vigilant concerné rend compte des actions entreprises ou qui le seront dans le cadre prévu à cet effet dans la fiche d événement indésirable informatique. Dès que ce traitement est effectué, le groupe DS et le référent déclarant reçoivent un mail. A réception, le groupe DS, consulte les actions entreprises ou à entreprendre et archive la FEI informatique. A réception, le référent consulte les actions entreprises ou à entreprendre et informe le déclarant du traitement de l événement signalé. 3 Voir tableaux d analyse en annexe 3

4 PROCEDURE QUI QUOI Personnel ayant constaté l EI Survenue d un événement indésirable Mise en œuvre de procédures, protocoles ou actions appropriés Signalement de l événement indésirable : Remplir la fiche d événement indésirable (et le cas échéant la fiche de vigilance) Référent Transmission au référent FEI Saisie informatique Réception des FEI par la DS Cotation du risques DSSI Eventuellement Action corrective ou de préservation SIG-CH-EI-doc2-v1 4

5 Référent/ responsable Envoi d un mail et d une copie de la FEI (en fichier joint) au correspondant concerné ou à un responsable de service (en cas d événement de vigilance, la DS s assure qu une déclaration a bien été transmise) Suivi Archivage Informatique Action corrective immédiate Recherche des causes Action(s) entreprise(s) Retour à la DSSI DSSI Consultations des actions entreprises Retour d un mail au référent Qui informe le déclarant Archivage de la fiche de signalement des évènements indésirables et du dossier de suivi (le cas échéant) 5

6 FICHES D ÉVÈNEMENTS INDESIRABLES Pour les services transversaux service social, aumônerie. La déclaration est faite dans le service où a lieu l événement ou au niveau de la DS. SUPERVISION : M. NOULETTE Mme LESOIN - M. DUPUIS (Supervision du secteur d activité et suppléance en cas d absence d un référent) (Référents chargé de la saisie informatique) SERVICES ADMINISTRATIFS Direction DRH ADMISSIONS Mme RAVIART Mme LESOIN Mme RAVIART Mme LESOIN Mme WATTELET M. VEZILIER SERVICES LOGISTIQUES STANDARD CUISINES ATELIERS SERVICE INTERIEUR M. GANNE M. GANNE M. ROYER M. DEVEMY M. MARIE SERVICES DE SOINS ALCOOLOGIE M. NOULETTE Mlle CAMBRAY Mlle PREVOT SOINS GENERAUX CONSULTATIONS RADIOLOGIE PHARMACIE MS40 MEDECINE Mme BEAUCHAMP Mme BEAUCHAMP Mme OSZUSTOWICZ Mme LE LOHE Mme PETITPRE M. BRZECHWA MS18 LS2 6 Mme DI SILVESTRE

7 LS3 SSIAD Mme MASCLET Mme LAUDE SOINS PSYCHIATRIE PSYCHIATRIE 4 SAISONS CMP ADELE HUGO - ATHOS M. BOITTELLE Mme JOLY Mlle JOURNET 7

8 ANALYSE DU RISQUE Cette analyse résulte du croisement d un niveau de probabilité de répétition et d un niveau de conséquence de l événement sur les individus, l organisation et le nombre d individus touchés. A. NIVEAU DE PROBABILITÉ DE RÉPÉTITION Niveau de probabilité 5 Certaine 4 Fort probable 3 Possible 2 Peu probable 1 Rare Description Il est certain que cet événement se reproduira de nombreuses fois (ex :chaque jour, plusieurs fois / mois, chaque mois ) Cet événement se reproduira sans doute, mais pas fréquemment (ex : 1 fois par trimestre) Cet événement pourra occasionnellement se reproduire (ex : 1 fois tous les 2 ans) Cet événement ne devrait pas se reproduire, mais ce n est pas impossible (ex : 1 fois tous les 5 ans) Il est impossible que cet événement se produise à nouveau (ex : 1 fois tous les 20 ans) B. NIVEAU DE CONSEQUENCES Niveau (les conséquences sont : ) 5 Catastrophiques tragiques Conséquences potentielles sur les individus Décès homicide suicide 4 Majeures Invalidité permanente / irréversible 3 Modérées Blessure ou dommage non permanent (ex : nécessitant un an de consolidation) 2 Mineures Blessure ou dommage temporaire (ex : nécessitant un mois de consolidation) 1Insignifiantes Pas de blessure ni de dommage Conséquences potentielles sur l organisation et le fonctionnement Procédure judiciaire (pénale) fermeture de l établissement ou de plusieurs services Fermeture temporaire d un service indisponibilités de personnels pendant plus de 4 semaines hospitalisation prolongée de plus de 15 jours report d intervention demande indemnitaire pertes financières Altération de l image de marque indisponibilités de personnels de plus de 3 jours réclamation écrite hospitalisation prolongée de moins de 15 jours retard de réalisation Perturbation mineure de l organisation indisponibilités de personnels de moins de 3 jours hospitalisation prolongée de moins de 5 jours expression verbale de mécontentement retard léger de réalisation Aucune conséquence pour l organisation ou le fonctionnement Nombre de personnes touchées Plus de 50 (ex : TIAC ) Nombre modéré 16 à 50 (ex : résultats d examens perdus) Petit nombre 3 à 15 1 à 2 N/A 8

9 C. NIVEAU DE RISQUES CONSEQUENCES PROBABILITE 5 Catastrophique 4 Majeure 3 Modérée 2 Mineure 1 Insignifiante 5 Certaine 4 Fort probable 3 Possible 2 Peu probable 1 - Rare RISQUES ESTIMÉS POUR L ÉVÈNEMENT : Risque Très Élevé Risque Élevé Risque Modéré Risque Faible Risque Très Faible 9

10 Traitement informatique d un événement indésirable Survenue d un événement indésirable RÉDACTION D UNE FICHE PAPIER PAR UN AGENT DE L ÉTABLISSEMENT TRANSMISSION Information finale REFERENT SAISIE INFORMATIQUE DIRECTION DES SOINS LECTURE TRAITEMENT Et EVALUATION DU DEGRE DE RISQUE Mail automatique +CSS ARCHIVAGE ENVOI DESTINATAIRE LECTURE Mail automatique TRAITEMENT Mail automatique +CSS Après traitement, l archivage est effectué par le groupe DS 10

11 FICHE EVENEMENT INDESIRABLE Un événement indésirable est une manifestation nocive, non recherchée non prévue susceptible de perturber une organisation, une prise en charge, de mettre en jeu la sécurité des patients, des agents, des visiteurs, des prestataires. Cette manifestation est attribuée à un produit, une activité, une personne, un lieu L événement indésirable se distingue du risque dans la mesure où ce dernier n est qu une «probabilité», une éventualité, alors que l événement est un fait survenu Le risque est la combinaison de la probabilité et de la conséquence de la survenue d un événement. Exemples d évènements indésirables : Utilisation des produits et Vigilances sanitaires Hémovigilance Retour de PSL non utilisés Retour de PSL périmés Prescription non signée Documents de suivi non visés Erreur d identification du patient Erreur d analyses (groupage, RAI, vérification ultime) Incompatibilité dans le système ABO Incompatibilité lié à la présence d anticorps irréguliers Contamination HIV, VIH Incidents transfusionnels Accidents d exposition au sang Nausée, vomissement Tachycardie Cyanose Hypotension Manifestation immunologique Hémolyse Choc hémolytique Ictère Inefficacité transfusionnelle Manifestation allergique Choc anaphylactique

12 Erythème, urticaire Syndrome frissons Hyperthermie Manifestation infectieuses Frisson, hyperthermie Choc septique Surcharge volémique Pharmacovigilance Non réaction à une alerte sanitaire (absence de procédure) Non respect des règles de détention des stupéfiants Omission d inscription de stupéfiant sur le relevé nominatif Non respect des règles de prescription nominative Liste des médecins prescripteurs non à jour Effets dose dépendants Hémorragie digestive Broncho-constriction Sécheresse de la bouche et mydriase Réactions immunologiques Interaction médicamenteuse Anomalie congénitale Matériovigilance Matériels Dispositifs médicaux Dysfonctionnement / Panne Délai d intervention trop important Utilisation de matériel à usage unique périmé Indisponibilité Non conformité des livraisons aux bons de commande Erreur de connexion Métrologie Appareils de mesures et de surveillance déréglés, déteriorés Biovigilance Toxicovigilance Réactovigilance Risques infectieux (Infectiovigilance) Stérilisation Désinfection Absence d indicateur ou d intégrateur Absence de virage d indicateur ou d intégrateur Objets détériorés 12

13 Infections nosocomiales Infection urinaire Infection du site opératoire Bactériémie Infection sur cathéter. Maladie de Creutzfeldt Jakob Non isolement approprié d' un patient Hygiène défectueuse Lavage des mains Matériel défectueux Matériel, produits inadaptés Rupture de stock Circulation dans un lieu isolé non réglementaire Résistance bactérienne aux antibiotiques Non signalement d un patient porteur de Bactéries multirésistantes ( BMR ) Escarres Médicaments cytostatiques Protections individuelles inadaptées Protections individuelles manquantes Matériel de préparation indisponible Equipements inadaptés Personnel non formé Protocole non à jour Protocole non validé Non respect des protocoles Absence d instruction en cas d incident Sur le patient : Effets locaux immédiats Accident d extravasation Effets secondaires généraux Anorexie Troubles digestifs (nausées, vomissements, constipation, diarrhée) Réactions de type allergie Réactions fébriles Déficits immunitaires Complications infectieuses Atteintes hématologiques (aplasie médullaire, trouble de la coagulation) Atteintes hépatiques (le plus souvent cytolytique) Troubles cardiovasculaires (insuffisance coronarienne ou trouble de conduction) Atteintes broncho-pulmonaires (pneumopathie interstitielle, fibrose, asthme) Atteintes rénales (tubulopathie et/ou glomérulopathie) Troubles neurologiques (confusion, trouble de l équilibre, céphalée, polynévrite ) Troubles métaboliques divers Atteintes oculaires (conjonctivite, rétinite ) 13

14 Cancérisation secondaire chez le patient traité Sur le personnel : Effets cutanéo-muqueux Irritation cutanée, oculaire, nasale Allergie Vésication Effets toxiques généraux Troubles à type de sensations ébrieuses, vertiges, rougeurs du visage Nausées, céphalée, perte de cheveux, irritation nasale Rashs uticariens avec nausées, vomissements, céphalées et malaise (5mn à 3h après) Altérations hépatiques avec céphalées et chute de cheveux Effet mutagène ou cytogénotoxique Activité de soins Procédure diagnostique ou thérapeutique Diagnostic incorrect Erreur d'identité patient Erreur d'indication (examen) Erreur d'interprétation (dosage, test) Erreur de prescription Erreur d'administration (produit) Antécédents, allergies non notés Etiquettage incorrect Effet indésirable (produit) Complication thrombo-embolique Complication d'une perfusion Incident de transfusion Réadmission après sortie ou consultation. Exécution des soins et des examens Erreur d'identification patient Erreur de localisation du soin Erreur préparation du malade Professionnels injoignables Perte du dossier du patient Perte d'éléments du dossier Situation d urgence sans procédure Effets secondaires immédiats Douleur non traitée Allergie aux produits de contraste. Erreur dans l exécution des prescriptions Heure d'administration Identification du patient Médicament Non concordance entre prescription et administration Posologie Voie d'administration Régime alimentaire Erreur préparation du malade Effets secondaires immédiats 14

15 Imagerie Différence d interprétation entre la 1 ère lecture et la relecture des examens d imagerie Délai de réalisation radio trop long Pannes Accidents - Incidents Complications post-examen Infections nosocomiales Irradiation Syncopes vagales Chutes Hémorragies Problèmes de matério ou de pharmacovigilance Allergie à l iode AES Plaintes Pharmacie Erreur, retard dans la livraison de pharmacie Réutilisation matériel à usage unique Quantité médicaments périmés importante Vol de stupéfiants Perte d ampoules Prescription faite par une personne non habilitée Information insuffisante aux utilisateurs Accueil et traitement des «urgences» Patient enregistré quittant les urgences avant la fin des soins Tableau de garde non à jour, illisible, non visé Analyses médicales Délai d examen Erreur d étiquetage Information du patient Absence d informations orales avant intervention Document explicatif non remis Personnel Erreur de planification Personnel non formé Personnel non compétent Protocoles non à jour Protocoles non validés Absentéisme 15

16 Dossier du patient Absence des consentements obligatoires Dossier incomplet : Dossier transfusionnel Courrier de sortie Traçabilité Prescriptions non signées Dossier non classé Documents non ou mal identifiés Documents non visés Documents non datés Perte dossier médical Délai d envoi du courrier de sortie Accueil du patient Temps d attente Accueil Examens Radios Soins Interventions Plaintes Risques environnementaux Air Atmosphère Régulation température : trop froid, trop chaud Panne climatisation Pollution Par des fluides médicaux Par des émanations de produits de stérilisation Maintenance des installations de traitement d air Aérocontamination Eau Pollutions accidentelles Rejet produits de développement radio Rejet produits cytostatiques Rupture de canalisation Legionnellose 16

17 Surface Résultats d analyse des prélèvements de surface non conformes : Au bloc opératoire En stérilisation En salle de soins Fluides Eau Pollution accidentelle des eaux suite à rejet : de produits de développement radio de produits cytostatiques Eau stérile : résultats d analyses incorrects Légionnellose Gaz à usages médicaux Libération brutale de fluide Eclatement d une bouteille ou d un réservoir Emission de projectiles Chute de bouteille Inflammation violente (coup de feu) Explosion Inflammation Utilisation d un gaz à la place d un autre Rupture de stock Asphyxie, anoxie Brûlure cryogénique Oxygène Brûlure ou gelure Réaction violente Produits pétroliers, gaz combustibles Stockage Rupture de stock Sécurité des biens et des personnes Bris Matériel Objet personnel Disparition Matériel Objet personnel Vol de produits dangereux Stupéfiants Produits de soins Produits d entretien 17

18 Introduction de substances nuisibles ou toxiques : Drogues Alcool Toxiques Dégradation locaux, équipement Moyens de protections inadaptés ou absents : Equipements individuels Contenants déchets Incendie Inondation Chutes Chaise Lit Brancard En circulant Trouvé par terre Comportement Refus de soins opposé par le patient Sortie contre avis médical / fugue Tentative de suicide / automutilation Suicide Agression physique et verbale Non respect règlement (transgression) Conflit / famille Atteintes corporelles Piqûre accidentelle Brûlure Projection liquide Coupure Blessure Allergie Inflammation Intoxication Problème ostéo-articulaire Gonflement Perte de poids importante Décès inattendu Equipements Electrocution Dysfonctionnement Indisponibilité Défaut de maintenance Pannes dues à la vétusté Absence de protection des machines et matériels Températures de conservation non conformes Médicaments Sang Préparation Alimentation Ascenseurs, monte charge, escaliers mécaniques Blocage Coincement Indisponibilité Appareil de cuisson Explosion Brûlure 18

19 Logistique Sécurité alimentaire Non respect de la marche en avant Entretien fontaine réfrigérante Non respect de la chaîne du chaud Maîtrise de la chaîne du froid Non contrôle des matières premières Traçabilité des produits Respect des protocoles d hygiène et des protocoles logistiques Respect des protocoles de distribution et de conditionnement Effets biologiques Toxi-infection alimentaire contagieuse Maladies infectieuses alimentaires Intoxication Moisissures secrétant des mycotoxines Effets chimiques Intoxication Contamination par les pesticides Substances allergènes cachées Effets physiques Corps étrangers ; os, arrêtes, graviers, agrafes Déchets Contenant défectueux Contenant trop plein Erreur de contenant Absence de marquage Contamination bactériologique Intoxication Irradiation Blessures Brûlure chimique Blanchisserie Contenant défectueux Contenant trop plein Erreur de contenant Absence de marquage Linge propre livré sale Linge sale mal trié Contamination bactériologique Blessures 19

20 Hygiène Ménage non fait Erreur de dosage des produits d entretien Non respect des protocoles Produits d entretien Brûlure par contact Brûlure par ingestion Brûlure par voie respiratoire Asthme 20

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

Référentiel d activités

Référentiel d activités Référentiel d activités Activités 1 - Délivrance de médicaments et de dispositifs médicaux. 2 - Réalisation des opérations d'approvisionnement et de gestion au sein de la pharmacie à usage intérieur et

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE. L Etat fixe les règles. Champ réglementé. Activité de soins. Gestion du risque infectieux. Sécurité d utilisation des produits

SECURITE SANITAIRE. L Etat fixe les règles. Champ réglementé. Activité de soins. Gestion du risque infectieux. Sécurité d utilisation des produits SECURITE SANITAIRE à la maîtrise locale des 1-Les vigilances locales 3 Les comités spécialisés L Etat fixe les règles Le champ réglementé est extrêmement vaste Le ministère recense : 7 grands domaines

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances PAM Santé, Recherche, Risques et Vigilances (S2RV) Créé en

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE Définitions Successivement la cartographie a été: L'Art de dresser les

Plus en détail

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement VIGITRACE Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers VIGITRACE Page 2 1. Préambule Le logiciel «Vigitrace»

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE L Établissement Français du Sang, est l unique opérateur civil de la transfusion sanguine en France. Sa mission première

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE Risque infectieux et psychiatrie - Jeudi 15 novembre 2012 - Rennes. Christelle MORINIERE IDE hygiéniste CH saint Jean de Dieu-Dinan-St Brieuc Pôle

Plus en détail

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Inspection sanitaire des EHPAD 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 17/11/2011 Contexte L inspection s inscrit dans le volet

Plus en détail

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion.

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. I - LE CADRE REGLEMENTAIRE Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. Ce projet - Administration, Gestion,

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Coiffeur. Les métiers toxiques pour la reproduction :

Coiffeur. Les métiers toxiques pour la reproduction : COIFFEUR Coiffeur Asthme, allergies respiratoires ou cutanées voire cancers et troubles de la reproduction imputables à la manipulation des produits chimiques, troubles musculo-squelettiques, stress dû

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

L incompatibilité immunologique érythrocytaire

L incompatibilité immunologique érythrocytaire Fiches techniques des Effets Indésirables Receveurs L incompatibilité immunologique érythrocytaire Qu est ce que l incompatibilité immunologique erythrocytaire et quels en sont les mécanismes physiopathologiques?

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L

Plus en détail

Ken Bell s Sommaire des Abréviations

Ken Bell s Sommaire des Abréviations Ken Bell s Sommaire des Abréviations AUG: CSAM: DSA: PUI: RCP: RIA: SCR: Arrêt Urgence Général CERN Safety Alarm Monitoring Défibrillateur Semi-Automatique Plan Urgence D Intervention Réanimation Cardio-Pulmonaire

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné!

Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné! 0 Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné! À votre travail, vous utilisez des peintures, colles, graisses, encres, solvants, désherbants, ce sont des produits chimiques. Ils se présentent

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale. Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA

Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale. Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA PLAN Introduction Réglementation Circuit du personnel Procédure de Formation Accueil

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

Contexte de la chimiothérapie à domicile

Contexte de la chimiothérapie à domicile Marie LAFFETAS / Stéphanie COUDERT Toulouse Le 05 octobre 2012 Contexte de la chimiothérapie à domicile Problématique et objectifs Méthode et résultats de l étude Discussion et conclusion 2 1 Développement

Plus en détail

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur.

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Référence : PT/HYG/007-A Page :Page 1 sur 7 Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Résumé des modifications

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des professionnels Inventaire des Etablissement : Faculté de Médecine Unité de travail : Laboratoire de Biochimie Médicale Année : 2013 Locaux Bureaux Salle de Microscopie Culture cellulaire

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Les blessures avec la tondeuse à gazon

Les blessures avec la tondeuse à gazon Les blessures avec la tondeuse à gazon En cas de problème avec sa tondeuse, il faut : Arrêter le moteur Débrancher le courant Attendre la fin complète de la rotation En cas de blessures légères : Nettoyer

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE SOINS SPECIALISE LE CHÂTEAU DU BOY. Lanuéjols 48000 MENDE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE SOINS SPECIALISE LE CHÂTEAU DU BOY. Lanuéjols 48000 MENDE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE SOINS SPECIALISE LE CHÂTEAU DU BOY Lanuéjols 48000 MENDE SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p. 3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

CLINIQUE DE LA PART-DIEU

CLINIQUE DE LA PART-DIEU ACTIVITE(S) : Médecine Chirurgie Obstétrique () Lutte contre les infections nosocomiales Source : TBIN Reflet global de la lutte contre les infections nosocomiales Score agrégé activités 2012 Cet indicateur

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Insalubrité morbide. menace la santé. lorsqu il constitue une menace pour la santé ou la sécurité de ses occupants. Il est donc

Insalubrité morbide. menace la santé. lorsqu il constitue une menace pour la santé ou la sécurité de ses occupants. Il est donc Insalubrité morbide Quand l insalubrité menace la santé Un logement est considéré insalubre lorsqu il constitue une menace pour la santé ou la sécurité de ses occupants. Il est donc impropre à l habitation.

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

GESTION DES RISQUES EN MILIEU HOSPITALIER : LE POINT DE VUE DE L HYGIÉNISTE Bizerte, le 3 décembre 2005 Prof. Njah Mansour Service d hygiène hospitalière CHU F. Hached Sousse. Plan Introduction Définitions

Plus en détail

La gestion des risques dans les établissements de soins

La gestion des risques dans les établissements de soins La gestion des risques dans les établissements de soins Forum des Usagers 01/03/2010 Dr Agnès PERRIN Sce de Gestion du Risque Infectieux et des Vigilances CHRU de LILLE Débuts de la gestion des risques

Plus en détail

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES Direction générale Paris, de la santé Sous direction de la politique des produits de santé (SD3) Sous direction de la qualité du système

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15

2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15 2014-2018 CLINIQUE SAINT-JEAN DOC STRAT-PIL-15 [POLITIQUE QUALITE, GESTION DES RISQUES, SECURITE DES SOINS, ENVIRONNEMENT] 1 ENGAGEMENTS QUALITÉ, SÉCURITÉ, GESTION DES RISQUES ET ENVIRONNEMENT Depuis sa

Plus en détail

Exemple de Projet d Accueil Individualisé ELEVE CONCERNE

Exemple de Projet d Accueil Individualisé ELEVE CONCERNE Exemple de Projet d Accueil Individualisé Circulaire projet d accueil n 2003-135 du 08/09/2003 (Bulletin Officiel n 34 du 18/9/2003) Circulaire restauration scolaire n 2001-118 du 25/06/2001(BO Spécial

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19 Le 6 juillet 2011 JORF n 0266 du 17 novembre 2010 Texte n 19 ARRETE Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d orientation diagnostique de l infection à virus de

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

Formation. Hygiène et HACCP en restauration

Formation. Hygiène et HACCP en restauration Pascal Lenoble Formation et conseil Page 1 sur 6 34, rue nationale - 37 150 Civray de Touraine 02 47 30 24 92-06 40 39 61 22 pascal@pascal-lenoble.fr Formation Hygiène et HACCP en restauration Définition

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Sommaire des documents de la base documentaire 15189 v2012 01/11/2013

Sommaire des documents de la base documentaire 15189 v2012 01/11/2013 La base documentaire a été complètement révisée pour être en conformité avec cette version 2012 de l ISO 15189. La cartographie des différents processus du LBM a également été modifiée (suppression du

Plus en détail

SERVICE PHARMACIE PROJET DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE LA PLATE-FORME LOGISTIQUE

SERVICE PHARMACIE PROJET DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE LA PLATE-FORME LOGISTIQUE SERVICE PHARMACIE Jean-Louis LONGUEFOSSE Anne-Marie FORTUNE Géraldine LIGUORI Pharmacien Chef de service Pharmacien Pharmacien contractuel Tel : 0596 59 29 39 Tel : 0596 70 83 20 Tel : 05 96 59 28 62 jllonguefosse@ch-colson.fr

Plus en détail

Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006

Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006 Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006 La prévention des AES au Centre Hospitalier Lyon Sud HCL, au travers de 2 expériences de terrain réalisées en 2005 1 Origine de la démarche : Prévention des

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division des professions de santé et des professions sociales Formations spécialisées Section de la formation de l'infirmier / infirmière en pédiatrie

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

Classification et étiquetage des produits chimiques

Classification et étiquetage des produits chimiques Classification et étiquetage des produits chimiques 2013 PREAMBULE Le danger inhérent à un produit chimique doit être identifié et porté à la connaissance de toute personne susceptible d être en contact

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Agent d entretien des locaux

Agent d entretien des locaux Agent d entretien des locaux L entretien des locaux (bureaux, écoles, salles polyvalentes, structures sanitaires, gymnases ) nécessite l emploi de techniques, de produits et de matériels spécifiques qui

Plus en détail