L interface vie privée vie au travail Effets sur l implication organisationnelle et sur le stress perçu

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L interface vie privée vie au travail Effets sur l implication organisationnelle et sur le stress perçu"

Transcription

1 L interface vie privée vie au travail Effets sur l implication organisationnelle et sur le stress perçu Marcel LOUREL* et Nicolas GUÉGUEN** * Laboratoire Psychologie des régulations individuelles et sociales : clinique et société (PRIS),Université Rouen, France * Laboratoire GESTIC, Université de Bretagne-Sud, Vannes, France Résumé : L objectif de cette étude est d examiner les impacts de la «vie au travail sur la vie privée» (WHI) et de la «vie privée sur la vie travail» (HWI) sur l implication organisationnelle et sur le stress perçu à l aide de régressions multiples et du test T de student (N = 68). Les résultats montrent que 1) les femmes perçoivent davantage que les hommes les effets positifs de l interface HWI 2) les effets négatifs de l interface HWI prédisent une moindre implication affective 3) les effets positifs de l interface WHI prédisent une moindre implication calculée 4) Les effets négatifs de l interface HWI et WHI expliquent un quart de la variance au niveau du stress perçu. Mots-clés : implication organisationnelle, stress perçu, conflits travail famille. L harmonisation des temps au travail et hors travail fait l objet de nombreuses recherches. Il s avère que la gestion de l interface vie privée vie professionnelle est particulièrement délicate. Ce conflit des rôles est parfois à l origine de difficultés d ordre psychologique, physique et/ou social. D une manière générale, les recherches montrent que la perception des effets du conflit entre la vie privée et la vie au travail a des effets sur l individu tout comme sur l organisation. Par exemple, dans une méta-analyse conduite par Mesmer-Magnus et Viswesvaran (2005) (n = 9079), on constate que ce conflit est associé avec une perception accrue des stresseurs d ordre professionnel (ambiguïté des rôles et statuts, tensions entre les collègues, pressions ) mais aussi non professionnel (exigences induites par le rôle de parent, conflits avec les membres de la famille, les amis, implication vis-à-vis de la famille ). Dans ce cas, la perception des conflits entre vie travail vie privée est associée avec une attitude de retrait vis-à-vis de l organisation. Cette attitude de retrait se matérialise par une baisse de l implication du salarié. Dès 1974, Porter, Steers, Mowday et Boulian (1974) ont tenté de conceptualiser la notion d implication. Pour ces auteurs, elle comportait trois principaux éléments : 1) l adhésion du salarié aux valeurs de l organisation ainsi qu aux objectifs de cette dernière (c est-à-dire l implication affective) ; 2) l investissement important du salarié en faveur de l organisation (c est-à-dire l implication calculée) ; 3) le fait pour le salarié d être dans l obligation de rester dans l organisation (c est-à-dire l implication normative). C est sur la base des travaux de Porter et collaborateurs que repose l instrument de mesure Affective, Continuance and Normative Commitment de Allen et Meyer (1990, 1996). Cet outil est censé évaluer chacune des dimensions de l implication de Porter et al. (1974). Comme le soulignent Belghiti-Mahut et Briole (2004), le concept d implication (commitment) est souvent confondu avec celui de l engagement (involvement). Pour ces auteurs, le premier désigne «l identification de l individu à l organisation» tandis que le second se réfère à «une relation établie sur un investissement physique est donc associé aux relations touchant au travail» (op. cit., p. 148). Il semble que la cohérence et le respect des valeurs qui sont propres à l organisation mais aussi à l individu agissent sur l implication de ce dernier. Par exemple, Thompson, Beauvais et Lyness (1999) ont montré que l implication affective des salariés est particulièrement marquée dans les organisations qui disposent d une véritable culture en matière de gestion des temps «travail / hors travail». Cette étude montre également que les salariés ont moins tendance à vouloir quitter l entreprise en question. Au niveau des conduites individuelles, Murray (1999) rapporte que la gestion efficace par le salarié de l interface «vie privée vie professionnelle» est un bon prédicteur des comportements de citoyenneté organisationnelle, de l implication et de la satisfaction professionnelle. Pour toute correspondance relative à cet article, s adresser à Marcel Lourel, Laboratoire Psychologie des régulations individuelles et sociales : clinique et société (PRIS),Université de Rouen, rue Lavoisier, 6821 Mont Saint Aignan, France ou par courriel à 49

2 Marcel Lourel et Nicolas Guéguen Par ailleurs, il semble que les dimensions de l implication soient fondamentales en particulier, lorsque l on évoque la question de la perception cognitive du stress (stress perçu). Le stress perçu s inscrit dans la conception transactionnelle de Lazarus et Folkman (1984). Dans cette conception «le stress est une transaction particulière entre la personne et l environnement, dans laquelle la situation est évaluée par l individu comme taxant ou excédant ses ressources et pouvant menacer son bien-être» (Lazarus et al., 1984, p.19). Selon Bruchon-Schweitzer (2002), le stress perçu correspond à «un ensemble d évaluations concernant non seulement la situation (aversive, menaçante), mais aussi les ressources disponibles (ressenties comme insuffisantes)». En ce qui concerne l une de des dimensions de l implication (à savoir l implication affective), il semble qu elle soit associée à un niveau élevé de perception du stress et des conflits entre la vie privée et la vie au travail. C est le cas dans l étude de Meyer, Stanley, Herscovitch et Topolnytsky (2002) où la dimension visée est étroitement corrélée avec le stress perçu et les conflits entre la vie privée et la vie professionnelle. Pour leur part, Lourel, Gana et Wawrzyniak (2005) rapportent que les effets négatifs de la «vie au travail» sur la «vie privée» et de la «vie privée» sur la «vie au travail» sont corrélés de manière positive avec le niveau de stress perçu, tandis qu ils sont corrélés de manière négative avec la satisfaction globale de vie professionnelle. Au niveau de la santé perçue, la méta-analyse de Allen, Herst, Bruck et Sutton (2000), indique clairement que les conflits entre la vie privée et la vie au travail affectent sérieusement l individu (anxiété, dépression, stress perçu, troubles psychosomatiques ). C est également le cas pour Geurts, Rutte et Peeters (1999), qui rapportent que les effets du conflit entre les sphères privée et professionnelle prédisent des troubles psychosomatiques, des troubles du sommeil ainsi que 2 des 3 dimensions de l épuisement professionnel au sens entendu par Maslach (2003) (à savoir l épuisement émotionnel et la dépersonnalisation). Dans cette étude, la perception de l interface «vie au travail vie privée» agit comme une variable médiatrice dans la relation entre la charge de travail et la santé perçue. Pour leur part, Lallukka, Sarlio-Lahtteenkorva, Roos, Laaksonen, Rahkonen et Lahelma (2004) montrent que la fatigue excessive provoquée par le travail est corrélée avec une consommation élevée d alcool et la sédentarité (chez les hommes). Dans une étude conduite auprès de 1200 femmes des services hospitaliers au Canada, et 1200 policières américaines, Day et Chamberlain (2006) mettent clairement en évidence que l augmentation des conflits entre le rôle au travail et le rôle d épouse accroît l implication au niveau parental, mais affecte sérieusement celle liée au couple lui-même et à l organisation. Autrement dit, il semble que l implication au niveau du rôle de parent modère la relation entre d une part, les problèmes liés au travail d autre part ceux liés aux disputes conjugales. Sur la base de cette revue récente de la littérature, on constate clairement que les interférences entre la vie au travail et la vie privée s érigent comme un véritable problème de santé publique. L articulation pour ne pas dire la conjugaison des différentes strates privée et professionnelle doit rester au coeur des préoccupations actuelles et sociétales. Ceci, à l heure où les femmes supportent encore une part inéquitable des tâches domestiques (Mikula, 1998 ; Serrurier, 2002). Dans ce sens, le rapport du Haut Conseil de la Population et de la Famille [HCPF] (2003) pointe du doigt les différents facteurs de fragilité sociodémographique. Sans faire de démagogie, on peut encore dire que la question de l égalité des chances entre les hommes et les femmes est toujours un défi pour la société. Ce défi est de taille dans la mesure où l on constate que les groupes sociaux sont toujours marqués par les modèles d organisation traditionnels. Ceux-ci incluent notamment la répartition des rôles sexués que ce soit dans la vie professionnelle ou dans la vie privée. Dans ce domaine, l insertion récente des femmes dans le champ du travail s accompagne d une lourde charge induite par l activité hors travail. Récemment, Barrère-Maurisson (2004) a montré qu en plus de leur activité salariale, les femmes effectuaient l équivalent d un mitemps de travail domestique (environ 20 heures par semaine)(entretien du foyer, faire des courses, à manger, nettoyer le domicile, etc.). Aujourd hui, même si le temps passé au travail chez les femmes est encore inférieur à celui des hommes, il est clair qu en temps «cumulés» (vie privée + vie professionnelle) leur activité de travail est bien supérieure à celle des hommes (op. cit., 2004). Les contraintes liées à l articulation entre les vies privée et professionnelle ne sont pas sans conséquences sur le niveau de stress perçu, la satisfaction ou encore l implication vis-à-vis de l organisation. En ce 50

3 L interface vie privée vie au travail qui concerne le stress perçu provoqué par les conflits entre «vie privée vie professionnelle» et «vie professionnelle vie privée», certains auteurs ont montré que les femmes les ressentent davantage que les hommes (Duxbury et Higgins, 1991 ; Duxbury et Higgins, 1998 ; Duxbury, Higgins et Johnson, 1999). Quick, Nelson et Hurrell (1997) montrent que le conflit «vie privée/ vie au travail» augmente le niveau de stress perçu. Ces auteurs rapportent également que le conflit entre la vie privée et la vie professionnelle réduit l implication ainsi que la satisfaction professionnelle du salarié. Au même titre, Duxbury et al. (1998) montrent que les salariés qui ressentent un conflit travail/privée sont moins enclins à s impliquer pour la source présumée responsable du conflit, à savoir l organisation. A contrario, Saint-Onge, Renaud, Guerin et Caussignac (2002), rapportent que les effets positifs de la vie au travail sur la vie privée sont un bon prédicteur de la satisfaction professionnelle. Ces recherches montrent bien que l articulation entre la vie privée et la vie professionnelle a des répercussions sur l individu tout comme sur l organisation. Maintenant, qu en est-il de la perception des individus vis-à-vis des types de conflits visés (vie privée vie professionnelle / vie professionnelle vie privée)? Dans une étude publiée en 1997, Saint-Onge et Guérin ont montré que les individus ressentent davantage le conflit «travail privée» que le conflit «privée travail». Ce type de résultat indique que la perméabilité des sphères privée et professionnelle affecte de manière déséquilibrée l une ou l autre de ces dernières. L apport des connaissances scientifiques et plus particulièrement celles ayant pour objet la psychologie peut apporter une contribution en ce qui concerne la coexistence de l individu dans différentes sphères sociales. C est pourquoi nous avons voulu explorer les liens entre l interface «vie au travail/vie privée» et l organisation. Bien évidemment, la complexité de ces liens n est pas totalement élucidée, mais pour certains d entre eux on formulera les hypothèses comme suit : D abord, en accord avec Duxbury et al. (1991, 1999), nous nous attendons à ce que les femmes ressentent davantage les effets du conflit «vie privée vie au travail» et «vie au travail vie privée» que les hommes. Ensuite, en accord avec les auteurs (Quick et al., 1997 ; Duxbury et al., 1998) nous nous attendons à ce que les effets négatifs des interfaces «vie privée vie professionnelle» et «vie professionnelle vie privée» prédisent l implication organisationnelle mais également le stress perçu. En accord avec Saint-Onge et al. (1997), nous nous attendons à ce que la perception des effets du conflit «vie au travail vie privée» soit plus élevée que celle relative au conflit «vie privée vie au travail». De tels résultats, s ils se confirment, permettraient de rendre compte de certains effets induits par la difficulté de gérer de front la vie privée et la vie professionnelle. Difficultés dont il faudra impérativement tenir compte dans l organisation du travail ce afin de promouvoir la santé du salarié. À titre d exemple, en 1997, l absentéisme supplémentaire des salariés Canadiens qui ressentaient le conflit entre la vie privée et la vie professionnelle était estimée à environ 19,8 millions de jours ouvrables (Duxbury et al., 1999). Chez ces mêmes salariés, le surcoût en terme de visites médicales se chiffrait à 86,9 millions de dollars (op. cit., 1999). Méthode Population et procédure L administration du questionnaire a été réalisée via un accès DSL sécurisé qui garantissait également l anonymat des répondants (saisie en ligne). Le recueil des données a été effectué avec le concours d une association à but non lucratif (Loi 1901). Cette structure a trois objectifs : 1) accompagner et informer les personnes en situation de divorce ou de séparation en ce qui concerne leurs droits ; 2) faire reconnaître la vie de célibataire comme un véritable choix assumé ; 3) aider les personnes à sortir de l isolement et à recréer un maillage social. L adresse internet URL du questionnaire était accessible à l aide d un mot de passe (saisie en ligne). Lors d une étude comparative de collecte des données (par voie postale ou par internet), Cerdin et Perreti (2001) ont montré que la plateforme internet n altère en rien la nature ou la qualité des scores fournis par les répondants. Notre échantillon se compose de 68 participants adultes et tous salariés (48 femmes et 20 hommes). Il s agit d une population tout-venant. L âge moyen des participants est de 43,53 ans (σ = 7,12). En moyenne, les femmes ont 44,89 ans (σ = 6,46), tandis que les hommes ont 40,27 ans (σ = 7,70). Au niveau de la situation familiale, 12% sont célibataires, 6% sont marié(e)s, 67% des participant(e)s sont divorcé(e)s, 10,5% sont séparé(e)s, 1,5% vivent 51

4 Marcel Lourel et Nicolas Guéguen en union libre/pacs et 3% sont veuf(ve)s. Le pourcentage élevé de participants divorcés ou séparés correspond au profil dominant des membres de l association décrite ci-dessus. En ce qui concerne les diplômes, ils sont 36% à avoir un bac+5 ou plus, 20% à avoir un bac+2/3, 11% un bac, 1,5% un cep/bepc, 21% à avoir un autre diplôme et 10,5% sans formation. Ils sont 8% à exercer dans le secteur du commerce et de la distribution, 6% dans celui des banques et assurances, 40% dans l administration et l éducation, 26% dans le social et la santé et 20% dans l industrie et la production. 74% des participants sont sous contrat à durée indéterminée (CDI) à temps plein, 7% en CDI à temps partiel, 13% sous contrat à durée déterminée (CDD) à temps plein, 4% sont en CDD à temps partiel et 2% ont des contrats d intérimaire. Au niveau de l emploi occupé, 26% sont des cadres ou médecins, 9% des enseignants, 21% des techniciens, 41% des employés et 3% sont des ouvriers. L ancienneté moyenne dans l emploi actuel est de 12,58 ans (σ = 10,34). Instruments de mesure Outre les variables factuelles (âge, sexe, situation familiale, niveau d études, secteur d activité, type de contrat de travail, type d emploi occupé et ancienneté dans l emploi actuel), notre questionnaire comporte les instruments suivants : L échelle de mesure de l implication organisationnelle («Affective, Continuance and Normative Commitment») de Allen et Meyer (1990, 1996) en version française et validée (Belghiti-Mahut et al., 2004). Cet outil se compose de 18 items assortis d une échelle de réponse en 5 points ((1) «pas du tout d accord» ; (5) «tout à fait d accord»). La consistance interne des scores obtenus dans notre étude est très satisfaisante compte tenu de la modestie de l échantillon (alpha de Cronbach =.79). Cet instrument permet d isoler trois composantes : 1) l implication affective. Exemple : «Je serai très heureux de finir ma carrière dans cette entreprise», «Je ressens les problèmes de cette entreprise comme les miens») (m = 23.48, σ = 7.20) (α :.84). Cette dimension évalue l attachement affectif du salarié vis-à-vis de l organisation ainsi que son identification à celle-ci. 2) l implication calculée. Exemples : «Rester dans cette entreprise est autant affaire de nécessité que de désir», «Ce serait très difficile pour moi de quitter l entreprise, même si je le voulais» (m = 20.51, σ = 5.09) (α :.74). Cette dimension évalue l implication sous l angle du coût pour le salarié si il venait à quitter l organisation. 3) l implication normative. Exemples : «Je ne ressens pas une obligation de rester chez mon employeur actuel», «Je ne ressens pas le droit de quitter cette entreprise actuellement, même si cela était à mon avantage» (m = 8.83, σ = 3.29) (α :.64). La consistance interne des scores obtenus est assez faible. Belghiti-Mahut et al. (2004) obtiennent le même type de résultat sur cette sous-échelle (.64). Cette dimension évalue le sentiment d obligation pour le salarié de rester dans l organisation. L échelle de stress perçu («Perceived Stress Scale» [PSS- 14]) de Cohen et Williamson (1988), Cohen et Kamarck, Mermelstein (1983). Elle s inscrit dans l approche transactionnelle du stress de Lazarus et al. (1984). Cet outil dont les priorités psychométriques sont très satisfaisantes, permet de mesurer le degré de stress ressenti par l individu vis-à-vis d une situation durant le mois qui vient de s écouler. Autrement dit, il s agit ici d une transaction qui s exerce entre la situation perçue comme aversive ou menaçante et les ressources du sujet. La version utilisée comporte 14 items assortis d une échelle de réponse en 5 points (allant de (0) «jamais» à (4) «souvent») (m = 25.69, σ = 7.39). À titre d exemple : «avez-vous été dérangé(e) par un événement inattendu?», «Vous êtes-vous senti(e) nerveux (nerveuse) et stressé(e)?». La cohérence interne des scores obtenus auprès de notre population s est révélée satisfaisante (alpha de Cronbach =.78). L échelle de mesure des interférences entre la vie privée et la vie travail («Survey Work-home Interaction-Nijmeden» (SWING) de Geurts (2000), Wagena et Geurts (2000) en version française et validée par Lourel et al. (2005). Cet outil se compose de 22 items qui ont été sélectionnés et adaptés à partir des items de 17 échelles régulièrement utilisées pour évaluer les interférences entre la vie privée et la vie au travail. Cette instrument est assorti d une échelle de réponse en 4 points ((0) «jamais» à (3) «toujours»). La consistance interne des scores obtenus dans notre échantillon est très satisfaisante (alpha de Cronbach =.80). Elle avoisine même le résultat obtenu par Lourel et al. (2005) (.82). 52

5 L interface vie privée vie au travail La SWING permet d isoler les 4 dimensions suivantes : 1) Les effets négatifs de la vie au travail sur la vie privée (negative WHI [Work-Home Interaction]), mesurés à l aide de 8 items (par exemple «Vous trouvez difficile de remplir vos obligations familiales parce que vous êtes toujours en train de penser à votre travail») (m = 9.24, σ = 5.99, α :.91). 2) Les effets négatifs de la vie privée sur la vie au travail (negative HWI [Home-Work Interaction]) mesurés à l aide de 4 items (par exemple : «Vous avez du mal à vous concentrer sur votre travail parce que des problèmes familiaux vous préoccupent») (m = 2.65, σ = 2.30, α :.82). 3) Les effets positifs de la vie au travail sur la vie privée (positive WHI [Work-Home Interaction]), mesurés à l aide de 5 items (par exemple : «Vous arrivez mieux à tenir vos engagements à la maison parce que votre travail vous le demande aussi»). (m = 4.65, σ = 3.23, α :.83). 4) Les effets positifs de la vie privée sur la vie au travail (positive HWI [Home-Work Interaction]) mesurés à l aide de 5 items (exemple : «Vous gérez plus efficacement votre temps au travail parce que vous devez aussi le faire à la maison») (m = 4.91, σ = 2.99, α :.72). Analyses statistiques Nous avons procédé à des corrélations linaires entre toutes les variables indépendantes et dépendantes. Ensuite, nous avons utilisé le test T pour des échantillons indépendants dans le but d éprouver notre première hypothèse. Plusieurs analyses de régression multiple ont été pratiquées afin de vérifier si certaines variables indépendantes pouvaient prédire les variables dépendantes (deuxième et troisième hypothèses). Pour finir, nous avons utilisé le test T pour des échantillons appariés afin d éprouver la quatrième et dernière hypothèse. Nos analyses ont été réalisées à l aide du logiciel Statistica (StatSoft, 1998). Résultats Analyse descriptive Cette première analyse porte sur l étude des corrélations entre les dimensions de l interface «vie privée au travail», le stress perçu et l implication. La tableau 1 synthétise l ensemble de ces corrélations. Il semble que l implication affective est corrélée positivement avec l implication normative (r =.38, p<.05), les effets positifs du travail sur la vie privée (r =.29, p<.05), les effets positifs de la vie privée sur le travail (r =.33, p<.05), tandis qu elle est corrélée négativement avec le stress perçu (r = -.27, p<.05). L implication calculée est corrélée négativement avec les effets positifs de la vie au travail sur la vie privée (r = -.29, p<.05), tandis qu elle est corrélée positivement avec le stress perçu (r =.26, p<.05). L implication normative est corrélée uniquement et positivement avec les effets négatifs du travail sur la vie privée (r =.26, p<.05). Les effets négatifs du travail sur la vie privée sont corrélés positivement avec le stress perçu (r =.35, p<.05). On observe la même tendance en ce qui concerne le lien entre les effets négatifs de la vie privée sur la vie au travail et le stress perçu (r =.39, p<.05). La dimension relative aux effets positifs du travail sur la vie privée est corrélée positivement avec celle qui évalue les effets de la vie privée sur la vie au travail (r =.52, p<.05). Enfin, il semble que les effets de la vie privée sur la vie au travail soient corrélés négativement avec le stress perçu (r = -.26, p<.05). Tableau 1 : Présentation des corrélations entre les variables de l interface «vie privée / vie au travail», du stress perçu et de l implication organisationnelle Implication affective 1,00 2- Implication calculée 0,06 1,00 3- Implication normative *0,38 0,12 1,00 4- Effets négatifs travail-privée 0,12 0,23 **0,26 1,00 5- Effets négatifs privée-travail 0,21 0,09 0,01 0,18 1,00 6- Effets positifs travail-privée *0,29 * 0,29 0,14 0,08 0,22 1,00 7- Effets positifs privée-travail *0,33 0,22 0,19 0,18 0,02 *0,52 1,00 8- Stress perçu ** 0,27 **0,26 0,05 *0,35 *0,39 0,05 ** 0,26 1,00 * p<.00 ** p<.03 53

6 Marcel Lourel et Nicolas Guéguen Ces premiers résultats mettent en lumière un nombre limité de liaisons entre les variables. De plus, celles-ci restent relativement modestes dans la mesure où elles oscillent entre -.27 et En l état, on restera donc prudent en ce qui concerne la nature de ces résultats. Résultats 1 Pour mettre à l épreuve des faits notre hypothèse selon laquelle, rappelons-le, les femmes ressentent davantage les effets du conflit «vie privée vie au travail» et «vie au travail vie privée» que les hommes, nous avons utilisé le test T pour les échantillons indépendants. Pour cela, nous avons centré nos investigations sur l analyse des scores moyens des répondants (femmes vs hommes) sur une échelle de mesure des effets de la «vie privée vie professionnelle» et de la «vie professionnelle vie privée» (instrument SWING). Il apparaît que les femmes (m = 5,47 ; σ = 2,95) perçoivent davantage les effets positifs de la «vie privée vie professionnelle» que les hommes (m = 3,81 ; σ = 2,77) (t(64) = 2,06 ; p<.04) ce à l exclusion de tout autres résultats significatifs. En l état, il semble que notre première hypothèse soit partiellement validée. Résultats 2 Les résultats que nous allons présenter maintenant ont pour objectif d éprouver notre seconde hypothèse selon laquelle, les effets négatifs de l interface «vie privée vie professionnelle» et «vie professionnelle vie privée» prédisent l implication organisationnelle (H2a) mais également le stress perçu (H2b). À cet effet, nous avons procédé à une analyse de régression multiple sur la base des réponses des participants aux échelles de mesure de l interface «vie au travail vie privée» / «vie privée vie au travail» [SWING] (Lourel et al., 2005), de l implication organisationnelle (instrument de Allen et al., 1990, 1996) et du stress perçu [PSS-14] (Cohen et al., 1983, 1988). Résultats 2.1 : L interface «vie privée/vie au travail» et l implication affective On peut y lire que l ensemble des variables (effets positifs et négatifs de l interface «vie privée vie professionnelle» et «vie professionnelle vie privée») expliquent 19% de la variance (R² =.19) relative à l implication affective. Le R multiple est égal à.43. Il est significatif, F(4,63) = 3,73, p <.00. Il semble que la variable «effets négatifs de la vie privée vie au travail» exerce un poids explicatif sur l implication affective (β =.26 ; p <.03). En d autres termes, les effets négatifs de la vie privée sur la vie professionnelle exercent une influence directe sur l implication affective, indépendamment des autres variables incluses dans le modèle de régression. Il semble que la variable «effets négatifs de la vie privée vie au travail» entraîne un affaiblissement de l implication affective chez les participants. Résultats 2.2 : L interface «vie privée/vie au travail» et l implication calculée On constate que le R multiple (.37) est significatif, F(4,63) = 2,54, p <.04. Sa valeur est égale à.37. L ensemble des variables incluses dans le modèle (effets positifs et négatifs de l interface «vie privée vie professionnelle» et «vie professionnelle vie privée») expliquent 13% de la variance (R² =.13) en ce qui concerne l implication calculée. Ce résultat est relativement décevant. Toutefois, on peut lire dans le tableau 2 que la variable «effets positifs de la vie au travail sur la vie privée» (β =.27 ; p <.05) exerce à elle seule un poids explicatif de l implication calculée indépendamment des autres variables présentes dans le modèle de régression. Autrement dit, la variable «effets positifs de la vie au travail sur la vie privée» semble prédire une moindre implication calculée chez les participants. Résultats 2.3 : L interface «vie privée/vie au travail» et l implication normative On observe que le R multiple (.36) est significatif, F(4,63) = 2,34, p <.06. L ensemble des variables incluses dans le modèle expliquent 12% de la variance totale (R² =.12) relative à l implication normative. Ce résultat est décevant au regard de la modeste part explicative produite par les variables incluses. À ce niveau, seule la variable «effets négatifs de la vie au travail sur la vie privée» (β =.31 ; p <.01) semble prédire l implication normative indépendamment des autres variables incluses dans le modèle. Dans le cas présent, l implication normative dépend directement de la variable «effets négatifs de la vie au travail sur la vie privée». La faible part explicative du modèle (12% de la variance totale) ainsi que le seuil de significativité du F (p <.06) nous invite à une certaine prudence en ce qui concerne la portée de ces résultats. 54

7 L interface vie privée vie au travail Tableau 2 : Résultats d une analyse de régression multiple avec l implication organisationnelle et le stress perçu comme variables dépendantes Étapes Implication affective Implication calculée Implication normative Stress perçu PRÉDICTEURS β R² R²aj. β R² R²aj. β R² R²aj. β R² R²aj. 0,19 0,14 0,13 0,08 0,12 0,07 0,28 0,23 1. Effets négatifs de la vie au travail sur la vie privée -0,01 0,18 0,31** 0,25** 2. Effets négatifs de la vie privée sur la vie au travail -,26** 0,12-0,07 0,35*** 3. Effets positifs de la vie au travail sur la vie privée 0,23-0,27* 0,07 0,01 4. Effets positifs de la vie privée sur la vie au travail 0,21-0,05 0,21-0,22 *p<.05 ; **p<.02 ; ***p<.00 β correspond au coefficient de régression standardisé de la variable indépendante (effet «net») en dehors des effets qui résultent des autres variables indépendantes. Le R² exprime la variabilité (variance totale de la variable dépendante) qui est expliquée à partir la variabilité de l ensemble des variables indépendantes (prédicteurs). La valeur Raj.² exprime le coefficient R² ajusté. Le R multiple :.43 (pour l implication affective) ;.37 (pour l implication calculée) ;.36 (pour l implication normative) ;.53 (pour le stress perçu) Résultats 2.4 : L interface «vie privée/vie au travail» et le stress perçu On notera que le R multiple (.53) est significatif, F(4,63) = 6,20, p <.00. Il apparaît que les variables incluses dans le modèle de régression expliquent 28% de la variance totale (R² =.28) relative au stress perçu. À ce stade, on peut observer que deux variables se distinguent tout particulièrement. Il s agit des variables «effets négatifs de la vie au travail sur la vie privée» (β =.24 ; p <.02) et «effets négatifs de la vie privée sur la vie au travail» (β =.34 ; p <.00). Il est intéressant de constater que ces variables exercent une influence directe sur le stress perçu. Autrement dit, la perception des effets négatifs de la sphère privée sur le travail et de la sphère professionnelle sur la vie privée, entraîne une variation positive du stress perçu lorsque les autres variables demeurent fixes. Il semble qu un quart de la variance totale du stress perçu soit dépendante des effets négatifs précités. Résultats 3 À présent, il s agit d éprouver notre dernière hypothèse qui rappelons-le, repose sur l idée que la perception des effets du conflit «vie au travail vie privée» devrait être plus élevée que celle relative au conflit «vie privée vie au travail». À cet effet, nous avons centré nos analyses sur l étude des scores moyens obtenus par l ensemble des participants sur chacune des sous-échelles de mesure des effets négatifs du conflit entre la «vie privée/vie professionnelle» et la «vie professionnelle/vie privée». Nos investigations s appuient sur deux des quatre souséchelles de l instrument SWING (Lourel et al., 2005). Il apparaît que les participants (hommes et femmes) perçoivent davantage les effets du conflit de la «vie au travail sur la vie privée» (m = 9,24 ; σ = 5,99) que ceux relatifs aux effets de la «vie privée sur la vie au travail» (m = 2,65 ; σ = 2,30)(t(68) = 9,03 ; p<.00). Ces résultats confirment notre hypothèse. Discussion Il importe tout d abord d admettre que les résultats de cette étude souffrent des limites dues aussi bien à la modestie de l échantillon qu à la simplicité du modèle éprouvé. Elle avait pour objectifs, rappelons-le, d éprouver les liens entre l interface «vie privée/vie au travail», l implication organisationnelle et le stress perçu. Tout d abord, en ce qui concerne les corrélations, il semble que l implication organisationnelle est liée à la perception des effets positifs et négatifs de la «vie au travail sur la vie privée» et de la «vie privée sur la vie au travail». Cependant, ces premiers résultats n illustrent qu un nombre limité de liaisons entre les variables. Ces résultats sont décevants. Au demeurant, ces liaisons sont relativement modestes puisqu elles oscillent entre -.27 et En l état, on restera donc prudent en ce qui concerne la portée heuristique de ces données. On indiquera que notre étude ne permet pas d évaluer si le fait d être ou non parent agit sur la perception des conflits travail/privée, l implication ou le stress perçu. Cet élément est l une des limites de notre recherche. Dans le même sens, le mode de recrutement des participants laisse supposer que notre échantillon se compose d une part importante de femmes en situation monoparentale. Ces biais liés à l échantillonnage ont probablement influencé les résultats obtenus dans notre étude. 55

8 Marcel Lourel et Nicolas Guéguen Le genre et le niveau de perception de l interface vie privée/vie professionnelle L objectif de la première hypothèse reposait sur le fait que les femmes étaient susceptibles de ressentir davantage les effets du conflit «vie privée vie au travail» et «vie au travail vie privée» que les hommes (résultats 1). Or, nos résultats montrent que cela est le cas mais uniquement au niveau des effets positifs de la vie privée sur la vie professionnelle. Ce résultat décevant peut trouver une explication au regard de la modestie de l échantillon (48 femmes et 20 hommes). Il parait prudent de réfuter notre hypothèse de travail. L interface vie privée/vie professionnelle, le niveau d implication et le stress perçu L objectif de la seconde hypothèse reposait sur l idée que les effets de l interface «vie privée vie professionnelle» et «vie professionnelle vie privée» étaient susceptibles de prédire l implication organisationnelle (H2a) mais également le stress perçu (H2b) (résultats 2). En ce qui concerne la première partie de notre hypothèse (H2a), il semble que chacune des dimensions qui mesure l interface «vie au travail vie privée» explique une part bien précise de l implication organisationnelle. Ces premiers résultats plaident en faveur de notre seconde hypothèse. Cependant, on émettra quelques remarques tels que : 1) Nos résultats montrent que la perception des effets négatifs de la vie privée sur la vie au travail prédit directement l implication affective. Ce résultat est conforme aux données d autres études qui montrent que les salariés qui perçoivent l organisation comme la principale source de conflit dans la sphère privée, ont moins tendance à s impliquer affectivement pour elle (Allen, 2001 ; Duxbury et al., 1999). 2) Il semble que la perception des effets positifs de la vie au travail sur la vie privée prédit l implication calculée. Ce résultat va dans le sens de Allen (2001) qui rapporte que les effets bénéfiques du travail sur la sphère privée profitent également à l organisation. Il semble que ces bénéfices «poussent» l individu à s impliquer dans l organisation en raison des éléments qui seraient perdus s il venait à abandonner celle-ci (congés, salaire, statut hiérarchique, avantages professionnels, etc.). 3) Il apparaît que les effets négatifs de la vie au travail sur la vie privée prédisent l implication normative. Ce type d implication correspond à «une expérience sous contrainte» pour le salarié (voir Belghiti-Mahut et al., 2004). En l état, il semble que la perception pour le salarié de devoir exercer son activité par obligation ait un effet direct sur le renforcement de l implication normative. Toutefois, on restera prudent en matière d interprétation de ces résultats tant la dimension en question demeure au cœur de nombreuses controverses. Initialement, selon Allen et Meyer (1984), l implication organisationnelle ne couvrait que 2 dimensions (affective et calculée). Cela va dans le sens de Morrow (1993) pour qui l implication organisationnelle ne couvre que 2 dimensions (affective et calculée). En ce qui concerne la dimension de l implication normative, elle ne fut introduite par Allen et al. qu à partir de En effet, d un point de vue sociologique, la nature «aliénante» de cette dimension à savoir l intériorisation des normes qui obligent le salarié à œuvrer en faveur de l organisation, font de l implication normative un instrument de contrôle de l organisation sur le salarié. D un point de vue psychométrique, la cohérence interne de l outil censé mesurer cette dimension demeure relativement faible. C est le cas dans l étude de Belghiti-Mahut et al. (2004) (α =.64) comme dans la nôtre (α =.64). La faible part explicative du modèle de régression (12%) ainsi que le seuil de significativité de celui-ci (p <.06) renforcent l idée selon laquelle la variable dépendante (implicative normative) est relativement instable. Maintenant, intéressons-nous aux résultats obtenus au niveau de l interface «vie au travail / vie privée» en lien avec le stress perçu (hypothèse H2b). À ce stade, rappelons-le, il s agissait de tester l hypothèse selon laquelle les effets négatifs de l interface «vie privée vie professionnelle» et «vie professionnelle vie privée» étaient susceptibles de prédire le stress perçu. Les résultats de notre étude plaident en faveur de notre hypothèse. Ces données concordent avec celles recueillies par Quick et al. (1997). Nos données montrent que la perception cognitive du stress dépend directement des effets négatifs de l interface «vie privée/vie professionnelle». Ce résultat est intéressant dans la mesure où il indique que près d un quart de la variance expliquée au niveau du stress perçu est imputable à l interface «vie privée/vie professionnelle». Autrement dit, il semble que dans notre étude l interface en question soit un bon prédicteur du stress perçu. La perception du conflit vie privée/vie professionnelle et vie professionnelle/vie privée L objectif de notre dernière hypothèse reposait sur l idée que la perception des effets du conflit «vie 56

9 L interface vie privée vie au travail au travail vie privée» était plus élevée que celle relative au conflit «vie privée vie au travail». Les résultats obtenus confirment notre hypothèse. Ces données vont dans le même sens que celles recueillies par Saint-Onge et al. (1997, 2002). Pour ces auteurs, cela s explique par le fait «qu en situation de conflit, les employés auraient plus tendance à sabrer dans leurs responsabilités familiales parce qu elles ne font pas l objet d une évaluation et d une rémunération formelle comme c est le cas pour les responsabilités professionnelles» (Saint-Onge et al., 2002, p. 503). Au-delà, notre recherche soulève de nombreuses questions qui tournent autour de la conjugaison des vies professionnelle et privée. Parmi celles-ci, la question de la gestion des rôles sociaux sur le conflit entre la vie professionnelle et la vie privée/ familiale. La question évoquée en introduction et qui concerne l égalité des chances entre les hommes et les femmes est un enjeu de société. Dans le but d analyser l évolution des collectifs de travail, il est nécessaire de considérer la place que l individu accorde à ses diverses activités, tâches ou responsabilités d ordre professionnel et extraprofessionnel. En ce qui concerne ces dernières (activités extraprofessionnelles), il convient de mettre en lumière la répartition des tâches domestiques et parentales. Les premières correspondent à l ensemble tâches nécessaires à l entretien du foyer (préparer les repas, faire les courses ou la lessive, ranger la maison ), tandis que les secondes renvoient aux soins réels ou symboliques des parents vis-à-vis des enfants (Barrère- Maurisson, 2004). Barrère-Maurisson, Marchand et Rivier (2000) rapportent que les pères s impliquent davantage au niveau de la socialisation de l enfant qu au niveau des tâches parentales. En revanche, les femmes s attèlent davantage aux charges domestiques tout en assurant leurs activités parentales. Ainsi, pour les femmes salariées ayant la charge d enfants, la somme des temps professionnel et parental hebdomadaire équivaut à 62h contre 54h 30 pour les pères de famille salariés. Autrement dit, le conflit entre la vie privée/familiale et la vie professionnelle est d autant plus lourd chez femmes que chez les hommes. Il en va de même dans les couples qui ne disposent que d une seule source de revenu (celle du partenaire masculin). Dans ce cas, les recherches montrent que la femme réalise, en définitive, l équivalant d un travail à temps complet (Barrère-Maurisson et al., 2000 ; Barrère- Maurisson, 2004). Maintenant, qu en est-il des répercussions de l articulation entre la vie au travail et la vie privée sur la santé perçue et sur le bien-être subjectif? Par exemple, Geurts et al. (1999) rapportent que les interférences produites par le travail sur la vie privée prédisent tour à tour l épuisement émotionnel, la dépersonnalisation, les plaintes somatiques et les troubles du sommeil. Chez Robin, Laubarie, Roussel et Wallaert (2001) ce sont les problèmes associés à la garde des enfants et à leur santé, le manque de temps, le mode de vie moderne et l emploi du temps qui agissent comme autant de stresseurs liés à l articulation travail-famille. Malheureusement, notre recueil d informations démographiques ne nous permet pas de savoir si les répondants avaient un ou plusieurs enfant(s). Ce point crucial reste en suspend dans notre étude. Les problèmes identifiés dans l étude de Robin ont des conséquences spécifiques selon le sexe des individus. Duxbury et Higgins (2005) montrent que la surcharge des rôles est amplifiée chez les femmes lorsque celles-ci font face à des déplacements importants pour se rendre sur leur lieu de travail. En d autres termes, le temps consacré au trajet domicile-travail, les absences en fin de journée ou le soir pour des causes professionnelles, accentuent la perception liée à la surcharge des rôles chez les femmes. Pour les auteurs, cet état de fait est davantage marqué chez les femmes que chez les hommes. Malgré tout, il semble que dans les organisations qui développent des politiques en faveur de la conciliation «vie au travail vie privée/familiale», le phénomène de surcharge des rôles est atténué chez les femmes mais pas chez les hommes. Duxbury et al. (2005) rapportent que dans les familles où seule la femme travaille, le phénomène de surcharge des rôles est moins présent. Plus précisément, les auteurs montrent que dans ces foyers, l interférence du travail sur la vie familiale est plus marquée que celle de la vie familiale sur la vie au travail. Autrement dit, les effets du conflit «travail sur famille» sont plus véhéments que ceux associés à la «famille sur le travail». En tout état de cause, il reste beaucoup à faire pour élucider la question de la gestion des temps au travail et hors travail. 57

10 Marcel Lourel et Nicolas Guéguen RÉFÉRENCES ALLEN N. J. (2001): Family-Supportive Work Environments: The role of organizational perceptions. Journal of Vocational Behavior, 58, pp ALLEN N. J. et MEYER J. P. (1984): Testing the side-bet theory of organizational commitment: Some methodological considerations. Journal of Applied Psychology, Vol. 69, N 3, pp ALLEN N. J. et MEYER J. P. (1990): The measurement and antecedents of affective, continuance, and normative commitment. Journal of Occupational Psychology, 63, pp ALLEN N. J. et MEYER J. P. (1996): Affective, continuance, and normative commitment to the organisation: An examination of construct validity. Journal of Organizational Behavior, 49, pp ALLEN T. D., HERST D. E. L., BRUCK C. S. et SUTTON M. (2000): Consequences associated with work-to-family conflict: A review and agenda for future research. Journal of Occupational Health Psychology, Vol 5, N 2, pp BARRERE-MAURISSON M. A. (2004): Masculin/féminin : vers un nouveau partage des rôles?. Cahiers Français «Famille(s) et politiques familiales, 322, pp BARRÈRE-MAURISSON M. A., MARCHAND O. et RIVIER S. (2000): Temps de travail, temps parentale : un travail à mi-temps. Premières synthèses, DARES n 20.1., Paris, Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement. BELGHITI-MAHUT S. et BRIOLE A. (2004): L implication organisationnelle et les femmes cadres : une interrogation autour de la validation de l échelle de Allen et Meyer (1996). Psychologie du Travail et des Organisations, 10, pp BRUCHON-SCHWEITZER M. (2002): Psychologie de la Santé : Modèles, concepts et méthodes. Paris, Dunod. CERDIN J. L. et PERRETI J.-M. (2001): Internet versus voie postale : comparaison de deux méthodes de collecte des données en GRH. Revue de Gestion des Ressources Humaines, 42, pp COHEN S. et WILLIAMSON G. M. (1988): Perceived stress in a probability sample of the United States. In S. Spacapan et S. Oskamp (Dirs.), The Social Psychology of Health (pp ), Londres, Sage. COHEN S., KAMARCK T. et MERMELSTEIN R. (1983): A global measure of perceived stress. Journal of Health and Social Behavior, 24, pp DAY A. L. et CHAMBERLAIN T. C. (2006): Committing to your work, spouse and children : implication for work-family conflict. Journal of Vocational Behavior, Vol. 68, N 1, pp DUXBURY L. et HIGGINS C. (1991): Gender differences in work-family conflict. Journal of Applied Psychology, 76, pp DUXBURY L. et HIGGINS C. (1998): Work-life balance in Saskatchewan: Realities and challenges. Saskatoon, Gouvernement de la Saskatchewan. DUXBURY L. et HIGGINS C. (2005): Qui sont les personnes à risque? Les variables prédictives d un haut niveau de conflit entre le travail et la vie personnelle. Ottawa, Agence de santé publique du Canada. DUXBURY L., HIGGINS C. et JOHNSON K. L. (1999): Un examen des répercussions et des coût du conflit travail-famille au Canada. Ottawa, Santé Canada. GEURTS S. A. E. (2000): SWING : Survey work-home interaction Nijmegen (Internal research report). Nijmegen, the Netherlands : University of Nijmegen. GEURTS S. A. E., RUTTE C. et PEETERS M. (1999): Antecedents and consequences of work-home interference among medical residents. Social Science & Medicine, Vol. 48, N 9, pp Haut Conseil de la population et de la famille [HCPF] (2003): L articulation de la vie familiale et de la vie professionnelle et le soutien à la parentalité. Paris, Direction de la population et des migrations. LALLUKKA T., SARLIO-LAHTTEENKORVA S., ROOS E., LAAKSONEN M., Rahkonen O. et Lahelma E. (2004): Working conditions and health behaviours among employed women and men: The Helsinki health study. Preventive medicine: An International Journal Devoted to Practice and Theory, Vol. 38, N 1, pp LAZARUS R. S. et FOLKMAN S. (1984): Stress, Appraisal, and Coping. New York, Springer. LOUREL M., GANA K. et WAWRZYNIAK S. (2005): L interface «vie privée vie au travail» : adaptation et validation française de l échelle SWING (Survey Work-home Interaction Nijmegen). Revue de Psychologie du travail et des Organisations, Vol. 11, N 4, pp MASLACH C. (2003): Job burnout: New directions in research and intervention. Current Directions in Psychological Sciences, Vol. 12, N 5, pp MESMER-MAGNUS J. R. et VISWESVARAN C. (2005): Convergence between measures of work-to-family and family-to-work conflicts: A meta-analytic examination. Journal of Vocational Behavior, Vol. 67, N 2, pp MEYER J.-P., STANLEY D., HERSCOVITCH L. et TOPOLNYTSKY L. (2002): Affective, continuance, and normative commitment to the organisation: A meta-analysis of antecedents, correlates and consequences. Journal of Vocational Behavior, 61, pp MIKULA G. (1998): Division of household labor and perceived justice: A growing field of research. Social Justice Research, Vol. 11, N 3, pp MORROW P. C. (1993): The theory and measurement of work commitment. Greenwich, Jai Press. MURRAY C. L. (1999): Testing a model of work-family fit. Dissertation abstracts international section A: Humanities and social sciences, 59(7-A), PORTER L. W., STEERS R. M., MOWDAY R.T. et BOULIAN P. V. (1974): Organizational commitment, job satisfaction and turnover among psychiatric technicians. Journal of Applied Psychology, 53, pp QUICK J., NELSON D. et HURRELL F. (1997): Preventive stress management in organizations. Washington, American Psychological Association. ROBIN M., LAUBARIE M., ROUSSEL S. et WALLAERT M. (2001): Mise au point et début de validation d une échelle de stresseurs de la vie quotidienne chez les femmes actives. Revue Européenne de Psychologie Appliquée, Vol. 51, N 4, pp SAINT-ONGE S. et GUÉRIN G. (1997): Le conflit emploi-famille : validation d un modèle causes-conséquences. In. M. Tremblay et B. Sire (Dirs.), GRH face à la crise : GRH en crise (pp ). Montréal, Les Presses HEC. SAINT-ONGE S., RENAUD S., GUERIN G. et CAUSSIGNAC E. (2002): Vérification d un modèle structurel à l égard du conflit travail-famille. Relations Industrielles, Vol. 57, N 3, pp SERRURIER C. (2002): Réflexion sur le partage des tâches au sein du couple. Paris, Éditions La Martinière. StatSoft France (1998): STATISTICA pour Windows. Maisons-Alfort, StatSoft, France. THOMPSON C. A., BEAUVAIS L. L. et LYNESS K. S. (1999): When workfamily benefits are not enough: The influence of work-family culture on benefit utilization, organizational attachment and work-family conflict. Journal of Vocational Behavior, 54, pp WAGENA E. et GEURTS S. A. E. (2000): SWING. Development and validation of the Survey work-home interaction Nijmegen [SWING. Ontwikkeling en validering van de Survey Werk-thuis Interferentie Nijmegen]. Gedrag an Gezondheid, 28, pp

LE STRESS PROFESSIONNEL

LE STRESS PROFESSIONNEL LE STRESS PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE EN SUISSE ROMANDE Communication donnée lors des Doctoriales des EDSE 2012, tenu à Genève le 4 mai 2012 Carl Denecker Université de Genève

Plus en détail

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie?

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? 18 2 e semestre 2012/HesaMag #06 Dossier spécial 7/34 Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? La protection du bien-être au travail est un droit des salariés.

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Rapport n 4. Qui sont les personnes à risque? Les variables prédictives d un haut niveau de conflit entre le travail et la vie personnelle

Rapport n 4. Qui sont les personnes à risque? Les variables prédictives d un haut niveau de conflit entre le travail et la vie personnelle Agence de santé publique du Canada Public Health Agency of Canada Qui sont les personnes à risque? Les variables prédictives d un haut niveau de conflit entre le travail et la vie personnelle Rapport n

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Module VII. Outils de recueil d informations sur les cofacteurs dans l étude des effets psychosociaux des catastrophes

Module VII. Outils de recueil d informations sur les cofacteurs dans l étude des effets psychosociaux des catastrophes Module VII Outils de recueil d informations sur les cofacteurs dans l étude des effets psychosociaux des catastrophes Lydia Fernandez, Agnès Bonnet, Anne Guinard, Jean-Louis Pedinielli, Marie Préau Ce

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Optimisez votre pratique: outils pour concilier travail et vie personnelle

Optimisez votre pratique: outils pour concilier travail et vie personnelle Optimisez votre pratique: outils pour concilier travail et vie personnelle M e Annick Gariépy, Barreau du Québec M e Marie Christine Kirouack, Ad. E., PAMBA Congrès AJBQ 22 mai 2015 L archétype du bon

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Sommaire de gestion À la demande du Groupe de travail national sur

Plus en détail

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres Etude Ipsos pour ELLE Pourquoi cette étude? Croiser le regard des hommes et des femmes sur le travail aujourd hui Le travail

Plus en détail

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI Céline Gélinas, inf., Ph.D., Marie-Anik Robitaille, M.A., Lise Fillion, inf., Ph.D. & Manon Truchon, Ph.D. Dans

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Agence Thomas Marko & Associés. Du 3 au 8 septembre 2010.

Agence Thomas Marko & Associés. Du 3 au 8 septembre 2010. Octobre 00 Nobody s Unpredictable Sondage effectué pour : Agence Thomas Marko & Associés Echantillon : 000 personnes, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Alain Marchand Pierre Durand École de relations industrielles

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi?

Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi? Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi? Prof. N. Burnay Université de Namur Université catholique de Louvain En guise d introduction Important changement démographique

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail Contacts Ifop : Rudy BOURLES/Isabelle MANDERON 6-8, rue Eugène Oudiné 75013 Paris tél 01 45 84 14 44 fax 01 45 85 59 39 Etude 23384 Baromètre : Le bien être psychologique au travail Septembre 2008 vague

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Étude SALVEO Deuxième volet L influence de l entreprise sur la santé mentale

Étude SALVEO Deuxième volet L influence de l entreprise sur la santé mentale Étude SALVEO Deuxième volet L influence de l entreprise sur la santé mentale Améliorer la santé mentale en milieu de travail est un incontournable pour les entreprises d aujourd hui. Selon la Commission

Plus en détail

ÉDITION 2013. /// La vie étudiante. Repères. Observatoire national de la vie étudiante

ÉDITION 2013. /// La vie étudiante. Repères. Observatoire national de la vie étudiante ÉDITION 2013 /// La vie étudiante Repères Observatoire national de la vie étudiante L Observatoire national de la vie étudiante Sommaire /// Mission L Observatoire national de la vie étudiante (OVE) est

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

Résumé. Introduction et problématique de la recherche

Résumé. Introduction et problématique de la recherche Les stress, les mécanismes d adaptation et l épuisement professionnel chez les stagiaires en enseignement primaire et secondaire : résultats préliminaires et validation psychométrique Isabelle, MATTE Étudiante

Plus en détail

LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS

LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS Introduction Objectifs de l étude Les Essenti Elles, le réseau des femmes managers de BPCE S.A., a souhaité lancer un nouveau Baromètre concernant les Femmes Managers en

Plus en détail

information L autonomie résidentielle et financière augmente avec la durée des études, les difficultés financières aussi

information L autonomie résidentielle et financière augmente avec la durée des études, les difficultés financières aussi note d information Enseignement supérieur & Recherche 14.05 JUILLET Un quart des bacheliers 2008 déclarent avoir rencontré des difficultés financières au cours de leur première année d études supérieures.

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Le programme de changement de comportement

Le programme de changement de comportement L adoption du Guide Canadien d Activité Physique et du Cahier d accompagnement pour Fiche No 33 les aînés : Impacts sur le conditionnement physique et la dépense énergétique Jiang X, Cooper J, Porter MM,

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes

Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes Dans le cadre du baromètre social institutionnel, vous avez la possibilité de poser quelques questions spécifiques à votre organisme et à

Plus en détail

Introduction. Enjeux de l intégration

Introduction. Enjeux de l intégration Introduction «L intégration est cruciale pour L Oréal. C est elle qui permet d assurer la relève et de faire face aux défis de la mondialisation en accueillant la diversité des talents dont nous avons

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

»»»» CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL OU COMMENT RÉCONCILIER LES DEUX MONDES DANS LESQUELS NOUS ÉVOLUONS? DÉFINITION

»»»» CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL OU COMMENT RÉCONCILIER LES DEUX MONDES DANS LESQUELS NOUS ÉVOLUONS? DÉFINITION 5 Fiche de sensibilisation CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL OU COMMENT RÉCONCILIER LES DEUX MONDES DANS LESQUELS NOUS ÉVOLUONS? Il nous arrive fréquemment de nous interroger sur notre façon de faire les choses

Plus en détail

L adéquation travail famille. Une question de conciliation ou d interaction?

L adéquation travail famille. Une question de conciliation ou d interaction? Revue multidisciplinaire sur l emploi, le syndicalisme et le travail (REMEST), 2007, vol. 3, Nº 1 107 L adéquation travail famille. Une question de conciliation ou d interaction? Caroline CLOSON Laboratoire

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE. Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne.

LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE. Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne. LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne Octobre 2010 Marion Brancourt Colette Franciosi Etude «la santé et ses relations

Plus en détail

Les débats sur l évolution des

Les débats sur l évolution des D o c u m e n t d e t r a v a i l d e l a B r a n c h e R e t r a i t e s d e l a C a i s s e d e s d é p ô t s e t c o n s i g n a t i o n s n 9 8-0 7 C o n t a c t : La u re nt V e r n i è r e 0 1 4

Plus en détail

LES DÉTERMINANTS DE LA SATISFACTION AU TRAVAIL ET DE L INTENTION DE RESTER

LES DÉTERMINANTS DE LA SATISFACTION AU TRAVAIL ET DE L INTENTION DE RESTER LES DÉTERMINANTS DE LA SATISFACTION AU TRAVAIL ET DE L INTENTION DE RESTER Diane Blais Programme de maîtrise en ressources humaines et relations industrielles, UQO RÉSUMÉ Cette recherche, réalisée au sein

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Analyse des conditions de vie des étudiants en Aquitaine

Analyse des conditions de vie des étudiants en Aquitaine Analyse des conditions de vie des étudiants en Aquitaine - La CUEA Créée par la loi du 22 juillet 2013, la Communauté d universités et établissements d Aquitaine (CUEA) est un établissement public à caractère

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Mars 2001 Série socio-économique 79 Une analyse des placements des caisses de retraite et des REER dans le logement locatif canadien introduction Les économies accumulées par les

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ Section Méthodologie Cette section provient intégralement du rapport Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire Enquête sur la tolérance à l insécurité routière détenteurs de permis de conduire

Plus en détail

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Cote moyenne de l efficacité du travail de l équipe fondée sur les facteurs suivants : vision; participation ouverte; orientation

Plus en détail

La conciliation emploi-famille dans les entreprises en économie sociale : de meilleures mesures et davantage de soutien organisationnel?

La conciliation emploi-famille dans les entreprises en économie sociale : de meilleures mesures et davantage de soutien organisationnel? La conciliation emploi-famille dans les entreprises en économie sociale : de meilleures mesures et davantage de soutien organisationnel? Rapport sur la partie quantitative de la recherche sur la conciliation

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

L analyse de la gestion de la clientèle

L analyse de la gestion de la clientèle chapitre 1 - La connaissance du client * Techniques utilisées : observation, recherche documentaire, études de cas, études qualitatives (entretiens de groupes ou individuels, tests projectifs, analyses

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS)

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) dmt Risques psychosociaux : out ils d é va lua t ion FRPS 13 CATÉGORIE ATTEINTE À LA SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) LANGEVIN V.*, FRANÇOIS M.**, BOINI S.***, RIOU

Plus en détail

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet salariés-parents - 3 avril 2012 Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Colloque QuébecStrasbourg Octobre 2008 Présenté par Gilles Cantin, Ph.D. Département d éducation et pédagogie UQAM

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Du travail en centre d appel : plaintes auditives et explorations audiométriques tonales et vocales.

Du travail en centre d appel : plaintes auditives et explorations audiométriques tonales et vocales. Du travail en centre d appel : plaintes auditives et explorations audiométriques tonales et vocales. Amélie MASSARDIER-PILONCHERY 1, Emmanuel FORT 2, Marc BIGIONI 3, Jean-Claude NORMAND 2,3, Jean-Claude

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion Pierre-Sébastien Fournier Sylvie Montreuil Maude Villeneuve Jean-Pierre Brun Un facteur de risque Intensification

Plus en détail

Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple

Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple Merci de prendre le temps de remplir ce questionnaire. Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, il s'agit seulement de s'exprimer au plus près

Plus en détail

Enquête Médecine prédictive

Enquête Médecine prédictive Enquête Médecine prédictive Mars 2015 Version n 1-BJ11234 Date : 12 mars 2015 From: Nadia AUZANNEAU/ Claire URBAN To: Karim OULD-KACI OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94

Plus en détail

AMELIORER LA CONFIANCE POUR AMELIORER LA RELATION D EMPLOI. Eric Campoy et Valérie Neveu

AMELIORER LA CONFIANCE POUR AMELIORER LA RELATION D EMPLOI. Eric Campoy et Valérie Neveu AMELIORER LA CONFIANCE POUR AMELIORER LA RELATION D EMPLOI Eric Campoy et Valérie Neveu CERGORS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne 17, rue de la Sorbonne 75231 Paris Cedex 05 campoy@univ-paris1.fr v_neveu@yahoo.fr

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» Julie.coquille@tns-sofres.com / 01 40 92 66 03 Mathilde.tommy-martin@tns-sofres.com 01

Plus en détail

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS.

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS. Vous êtes stagiaire au centre social de Champbenoist, un quartier de la ville de Provins en Seine et Marne, plus particulièrement rattaché à la référente famille. Un CADA est partenaire du centre social.

Plus en détail

41% LA PRISE DE DÉCISION DES MÉNAGES ET L UTILISATION DE LA CONTRACEPTION EN ZAMBIE. Note de recherche

41% LA PRISE DE DÉCISION DES MÉNAGES ET L UTILISATION DE LA CONTRACEPTION EN ZAMBIE. Note de recherche Note de recherche NOVEMBRE 2013 PAR KATE BELOHLAV ET MAHESH KARRA LA PRISE DE DÉCISION DES MÉNAGES ET L UTILISATION DE LA CONTRACEPTION EN ZAMBIE Les besoins non satisfaits en planification familiale correspondent

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique :

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique : Introduction Image classique = Cadre supérieur + grande responsabilité Mais aussi le bas de l échelle Zéro défauts, l excellence a un prix = Le Stress I Définition Interaction entre un environnement et

Plus en détail

Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec

Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec QUÉBEC, LE 3 SEPTEMBRE 2009 Le réseau FADOQ présente aujourd hui son mémoire dans le cadre de la

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

La motivation au travail, enjeux des échelles de mesure. Claire EDEY GAMASSOU Maîtresse de Conférences en Gestion Claire.edey-gamassou@orange.

La motivation au travail, enjeux des échelles de mesure. Claire EDEY GAMASSOU Maîtresse de Conférences en Gestion Claire.edey-gamassou@orange. La motivation au travail, enjeux des échelles de mesure Claire EDEY GAMASSOU Maîtresse de Conférences en Gestion Claire.edey-gamassou@orange.fr Théorie de l auto-détermination! Ryan et Deci (2000), Deci

Plus en détail