Nigeria: traitement du VIH/sida Renseignement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nigeria: traitement du VIH/sida Renseignement"

Transcription

1 Nigeria: traitement du VIH/sida Renseignement Alexandra Geiser Berne, le 26 mars 2014

2 Introduction Sur la base de la demande soumise à l analyse-pays de l OSAR, nous avons traité le sujet suivant: 1. Trouve-t-on les médicaments suivants au Nigeria: le norvir (ritonavir), le darunavir (Prezista) et le truvada (emtricitabine/tenofovir)? L Organisation suisse d aide aux réfugiés OSAR observe les développements au Nigeria depuis plusieurs années. 1 Les informations qui nous ont été transmises par des spécialistes 2, ainsi que nos propres recherches nous permettent de répondre comme suit à la question ci-dessus: 1 Le VIH/sida au Nigeria En Occident, le VIH/sida a perdu son caractère terrifiant. Les médicaments maintiennent le virus sous contrôle et les personnes infectées n ont plus à craindre pour leur vie. Mais au Nigeria, le VIH/sida est encore une cause de décès fréquente. Entre 1991 et 2007, il a fait diminuer l espérance de vie des femmes de sept ans (de 53,8 à 46 ans). Chez les hommes, l espérance de vie est passée de 52,6 à 47 ans. 3 Le Nigeria est le deuxième pays le plus touché au monde par cette épidémie. En 2012, l United Nations Programme on HIV/AIDS (UNAIDS) y a dénombré personnes séropositives ou sidéennes (People Living With VIH/sida PLWH) 4, décès dus au sida et orphelins du sida. 5 Le taux de prévalence est de 4,1 %; il est plus haut chez les femmes que chez les hommes. 6 Le nombre de nouvelles infections reste élevé. D après les estimations de l UNAIDS, les tests VIH ont révélé entre et nouvelles contaminations au Nigeria en Ce pays est l un de ceux qui soignent le plus mal les personnes séropositives avec le Tchad, le Soudan du Sud ou la République démocratique du Congo 8. Moins de Les recherches de l OSAR se fondent sur des sources publiquement accessibles, conformément aux standards COI. Lorsque ces sources ne permettent pas de trouver les informations requises dans le temps imparti, l OSAR fait appel à des experts. L OSAR documente ses sources de manière transparente et traçable. Les personnes de contact peuvent toutefois être anonymisées afin de g a- rantir la protection des sources. Network of People Living with HIV and AIDS in Nigeria (NEPWHAN), The People Living with HIV Stigma Index Nigeria, 2011: UNAIDS, UNAIDS and the Global Fund Express Deep Concern about the Impact of a New Law Affecting the AIDS Response and Human Rights of LGBT People in Nigeria, le 14 janvier 2014: 4nigeria/. UNAIDS, HIV and AIDS Estimates (2012), accès le 23 mars 2014: resources/presscentre/pressreleaseandstatementarchive/2014/january/ nigeria/. Nigeria, National Agency for the Control of AIDS (NACA), Federal Republic of Nigeria: Global AIDS Response Country Progress Report, 2012: 2012countries/Nigeria%202012%20GARPR%20Report%20Revised.pdf. UNAIDS, Global Report: Annexes, 2012: p.27. Les autres pays sont l Angola, le Cameroun, la République centrafricaine, la Côte d Ivoire, le Ghana, le Mozambique, le Nigeria et le Togo. Nigeria Renseignement Traitement du VIH/sida le 26 mars 2014 Page 1 sur 10

3 % des PLWH ont accès à des médicaments antirétroviraux pour le traitement du VIH. L UNAIDS insiste pour que des mesures soient prises de toute urgence en vue d améliorer la situation dans ces pays. 9 Les derniers chiffres de l Organisation mondiale de la santé (OMS) montrent la nécessité d intensifier les efforts de lutte contre le VIH/sida au Nigeria. Plus d un million et demi de PLWH auraient eu besoin d un ART (=Antiretroviral Treatment traitement antirétroviral) en 2012, mais un tiers seulement y ont eu accès (29 à 35 %). 10 Le Nigeria est le pays au monde qui présente le plus haut taux d enfants infectés par le VIH. On en a dénombré rien qu en Ce taux n a pas changé depuis 2009 et le Nigeria figure parmi les pays qui ont fait le moins de progrès dans la lutte contre l infection nouvelle d enfants. 11 Seulement 12 % des enfants atteints ont bénéficié d un traitement antirétroviral Soins médicaux contre le VIH / sida Les soins médicaux en général. Comme décrit dans les renseignements antérieurs de l OSAR, le système de santé nigérian n a rien de comparable avec les normes européennes. 13 L OMS déplore surtout le manque de personnel qualifié, les coûts élevés et le manque d infrastructure. 14 La qualité, la quantité et les coûts des prestations médicales, ainsi que l accès à ces prestations, diffèrent aussi bien à l intérieur des villes qu entre régions urbaines et rurales. 15 Le National Center for Biotechnology Information (NCBI) signale dans son rapport que seulement 43,3 % de la population nigériane ont accès aux prestations de service dans le secteur de la santé. 16 À côté du système de santé publique, diverses institutions privées et d utilité publique proposent aussi des prestations médicales. 17 Les prestations fournies dans les hôpitaux privés sont très chères et abordables uniquement pour l élite nigériane. 18 Assurance maladie. Le système national d assurance maladie (National Health Insurance Scheme, NHIS) a été mis en place en 1999 par le décret no 35. Selon un rapport du Health Policy Project (HPP) datant de 2013, il n atteint pour le moment 9 UNAIDS, Treatment 2015, 2013: unaidspublication/2013/jc2484_treatment-2015_en.pdf. 10 WHO in Partnership with UNICEF and UNAIDS, Global Update on HIV Treatment 2013: Results, Impact and Opportunities, juin 2013: p UNAIDS, 2013 Progress Report on the Global Plan, 2013: ess_global_plan_en.pdf, p WHO, UNICEF, UNAIDS, Global Update on HIV Treatment 2013, juin 2013, p World Health Organization (WHO), World Mental Health Atlas, Country Profile, Nigeria, 2011: 15 John Campbell, Nigeria, Dancing on the Brink, Rowman and Littlefield Publishers, New York, National Center for Biotechnology Information (NCBI), The Nigerian Health Care System, Need for Integrating Adequate Medical Intelligence and Surveillance Systems, décembre 2011: 17 US Diplomatic Mission to Nigeria (USDMN), Medical Information, accès le 10 janvier 2014: 18 International Organization for Migration (IOM), Nigeria, Country Fact Sheet 2013, le 31 août 2013: etter/cfs_nigeria-dl_en.pdf? blob=publicationfile. Nigeria Renseignement Traitement du VIH/sida le 26 mars 2014 Page 2 sur 10

4 que cinq millions de personnes, soit à peine 3 % de la population. 19 L un des problèmes majeurs du système national d assurance maladie est qu il n admet jusqu à présent que les gens travaillant dans le secteur formel. Or, la plupart des Nigérianes et des Nigérians jusqu à 75 % suivant la source travaillent dans le secteur informel. 20 L assurance maladie n est donc pas une option envisageable pour la grande majorité de la population nigériane qui se voit contrainte de payer elle-même ses soins de santé. 21 Or, certains traitements sont tout simplement hors de prix pour la plupart des habitants du Nigeria. D après le Human Development Report von United Nations Development Programme (UNDP) de 2013, plus de 68 % de la population nigériane vit toujours en-dessous du seuil de pauvreté. Ces gens ne disposent que de 1.25 dollar américain par jour. 22 Programme nigérian de lutte contre le VIH/sida. La National Agency for the Control of sida (NACA) est responsable de la mise en œuvre du programme national VIH/sida. Elle coordonne et contrôle les activités au niveau des États fédéraux et des gouvernements locaux. Le programme tend d une part à l éducation et à la prévention, d autre part au traitement du VIH/sida. Le nombre de centres proposant des tests VIH a été porté à 1357 jusqu en L argent du Global Fund a aussi permis d instaurer en 2011 des centres pilotes dans le secteur privé, auprès des organisations religieuses, dans les hôpitaux privés et chez les ONG. La plupart se trouvent toujours dans des structures de soins secondaires ou tertiaires établis dans des régions urbaines, ce qui restreint considérablement l accès de la population rurale. La proportion de personnes à avoir passé le test VIH reste très bas au Nigeria. D après les chiffres de 2011, le pays compte 491 centres proposant un traitement antirétroviral. 23 Infrastructure inadéquate. Les institutions de santé proposant un traitement du VIH et des tests se trouvent majoritairement dans les villes. 24 Les régions situées au Nord et à l Est du pays sont plus mal équipées que les autres. 25. Les militants de la lutte contre le VIH/sida critiquent le manque de possibilités de test. En 2009, il n y avait qu une institution pour habitants à proposer le test et une consultation VIH. 26 La NACA juge les possibilités d accéder à un traitement antirétroviral inadé- 19 Health Policy Project (HPP), Dutta Arin und Charles Hongoro, Scaling Up National Health Insurance in Nigeria, Learning from Case Studies of India, Colombia, and Thailand, 2013: &get=pubid&pubid= The Pointer, Achieving Universal Coverage Through Community-Based Health Insurance Scheme, janvier 2014: US Agency for International Development (USAID), Nigeria Health System Assessment, 2008, avril 2009: 21 USAID, The Private Health Sector in Nigeria, An Assessment of Its Workforce and Service Provision, le 1er juin 2009: 09.pdf. 22 United Nations Development Programme (UNDP), Human Development Reports, Country profiles, Nigeria, 2013: 23 NACA, Federal Republic of Nigeria: Global AIDS Response Country Progress Report, NACA, Federal Republic of Nigeria: Global AIDS Response Country Progress Report, Abt Associates, le 16 octobre In: Immigration and Refugee Board of Canada (IRB), Nigeria: Treatment of Persons Living with HIV/AIDS by Society and Authorities, Including Legislation, Su p- port Services, and State Protection; Medical and Health services available to Persons Living with HIV/AIDS [NGA E], le 21 novembre 2013: 26 International Treatment Preparedness Coalition, The Long Walk: Ensuring Comprehensive Care for Women and Families to End Vertical Transmission of HIV, décembre 2011: Nigeria Renseignement Traitement du VIH/sida le 26 mars 2014 Page 3 sur 10

5 quates. D un côté, il n y a pas assez de centres, de l autre leur répartition géographique est insatisfaisante. 27 Les PLWH ont accès au traitement dans les hôpitaux d une certaine envergure et dans les institutions tertiaires. Aucun traitement antirétroviral n est disponible dans les cliniques locales. La NACA et le Ministère de la santé tentent certes d intégrer ce traitement à quelques institutions triées sur le volet au niveau des soins primaires, mais le niveau et la qualité sont insuffisants. Il n y a aucun suivi des PLWH en dehors de la distribution de médicaments, quand ceux-ci sont disponibles. 28 Directives d admission pour le traitement antirétroviral (ART). D après les directives du Ministère nigérian de la santé, il faut administrer un ART aux patients qui ont moins de 350 cellules CD4 par millimètre cube de sang, de même qu à toutes les femmes enceintes séropositives, indépendamment de leur symptômes cliniques. Tous les patients qui se trouvent dans la phase deux ou trois de la maladie d après la catégorisation de l OMS doivent être traités, indépendamment du nombre de cellules CD4. Cela concerne aussi tous les séropositifs présentant une hépatite B ou une tuberculose. Toutes les femmes enceintes séropositives avec des valeurs de CD4 supérieures à 350 cellules devraient en outre obtenir une prophylaxie pour éviter de transmettre la maladie à leur enfant Accès restreint au traitement antirétroviral Le Ministère de la santé et les divers États sont responsables de la mise à disposition des médicaments. Aussi les ONG s efforcent d aider les PLWH. 30 Médecins Sans Frontières a signalé en novembre 2013 que, dans des pays comme le Nigeria, la majorité des patientes et des patients qui ont un urgent besoin de médicaments n y ont pas accès en temps utile. 31 En décembre 2013, Treatment Action Movement (TAM) a critiqué le fait que de nombreux centres se contentent désormais d un seul test de laboratoire par an. Par ailleurs, seule une minorité de centres effectuent aussi des tests de charge virale (Viral Load Monitoring Tests). En général, les seuls tests possibles sont les tests du nombre de cellules CD4 et les tests sanguins (Full Blood Count). 32 Accès à un ART seulement pour 29 à 35 % des PLWH. L OMS et UNAIDS classent le Nigeria parmi les pays où l accès à un ART est le moins bien garanti. L accès restreint à l ART est particulièrement dramatique pour les PLWH enceintes et pour les enfants séropositifs. En 2012, femmes enceintes ont eu besoin d un traitement pour empêcher la transmission du VIH à leur enfant (PMTC, Prevention of 2011%281%29.pdf. 27 National Agency for the Control of AIDS (NACA), Factsheet Anti-Retroviral Therapy (ART) 2012, In: IRB, Nigeria: Treatment of Persons Living with HIV/AIDS, le 21 novembre Network of People Living with HIV and AIDS in Nigeria (NEPWHAN), le 29 octobre In: IRB, Nigeria: Treatment of Persons Living with HIV/AIDS, le 21 novembre Federal Ministry of Health Abuja-Nigeria, National Guidelines for HIV and Aids Treatment and Care in Adolescent and Adults, octobre 2010: p IRB, Nigeria: Treatment of Persons Living with HIV/AIDS, le 21 novembre Médecins Sans Frontières, Millions Still Waiting For AIDS Revolution, le 25 novembre 2013: 32 Treatment Action Movement (TAM), Activism creates hope of real change for Nigerian people living with HIV, le 10 décembre 2013: Nigeria Renseignement Traitement du VIH/sida le 26 mars 2014 Page 4 sur 10

6 Mother-to-Child Transmission). Mais seulement 17 % ont eu effectivement accès à l ART. 33 Selon l UNAIDS, le Nigeria présente ainsi le plus faible taux d accès avec la République démocratique du Congo. 34 On estime à le nombre d enfants infectés par le VIH dès la naissance en En 2012, seulement 12 % des enfants séropositifs ont obtenu un ART. 36 Pénuries de médicaments. D après les directives susmentionnées du programme gouvernemental, les patients devraient bénéficier gratuitement du traitement antirétroviral. Mais, comme indiqué, un tiers seulement y ont effectivement accès. Les pénuries récurrentes de médicaments posent également problème. 37 Même la NACA pointe ce problème du doigt. 38 Selon une étude datant de 2011 et de 2012, 67 % des institutions de santé nigérianes proposant l ART ont été confrontées à une pénurie de médicaments au cours des six derniers mois. 39 Le co-trimoxazole, un médicament utilisé de manière prophylactique pour les nourrissons exposés au VIH, devrait être gratuitement accessible dans les centres d ART des cliniques. Mais, dans la pratique, on ne le trouve pas toujours ou il faut le payer. 40 En décembre 2013, Treatment Action Movement (TAM), une ONG nigériane, a attiré l attention sur plusieurs défauts touchant le traitement antirétroviral: l approvisionnement irrégulier en médicaments antirétroviraux entraîne des ruptures de stock. Quelques combinaisons de base de médicaments, y compris des médicaments de deuxième ligne, ne sont plus disponibles dans de nombreux centres qui ne distribuent plus que les médicaments de Tyonex. Faute de médicaments antirétroviraux appropriés, les enfants sont traités avec des médicaments pour adultes coupés en morceaux pour le dosage. Les médicaments pour le traitement des maladies opportunistes ne sont pas disponibles dans les centres d ART. 41 Médicaments produits par Tyonex. Fin 2013, plusieurs organisations nigérianes ont mis en garde contre les nouveaux médicaments antirétroviraux 42 produits par l entreprise nigériane Tyonex et remis depuis quelques mois dans les centres VIH/sida. 43 Certains patients seraient décédés suite à la prescription de médicaments de Tyonex, beaucoup auraient des nausées et leur état de santé se serait 33 WHO, UNICEF, UNAIDS, Global Update on HIV Treatment 2013, juin 2013, p UNAIDS, 2013 Progress Report on the Global Plan, 2013, p Averting HIV Aids, HIV & AIDS in Nigeria, accès le 23 mars 2014: 36 WHO, UNICEF, UNAIDS, Global Update on HIV Treatment 2013, juin 2013, p Global Post, In Africa, Decriminalizing AIDS, le 25 juillet 2012: -decriminalizing-hiv-aidslawsl-discrimination. 38 National Agency for the Control of AIDS (NACA), Factsheet Anti-Retroviral Therapy (ART) 2012, In: IRB, Nigeria: Treatment of Persons Living with HIV/AIDS, le 21 novembre Abt Associates, Geospatial Mapping of Quality Measures of HIV Services in Nigeria: Variations Between States and Services, Study Commissioned by USAID, US President's Emergency Plan for AIDS Relief (PEPFAR), Health Systems 20/20, Government of Nigeria, : -e639-4ae8-9f9a-745ccefa1e19.pdf. 40 International Treatment Preparedness Coalition, The Long Walk, décembre Treatment Action Movement (TAM), Activism creates hope of real change for Nigerian people living with HIV, le 10 décembre 2013: 42 Tyonex Nigeria Ltd produit des préparations combinées (Zidovudine [AZT] 300mg, Nevirapine 200mg, Lamivudine [3TC] 150mg), AZT/3TC/NVP und TDF/3TC. In: AkinBlog, Nigeria: These Sub- Standard ARV Drugs are Completely Unacceptable Monday, le 23 décembre 2013: 43 Daily Independent, Beware of Killer ARV, Nigerians Warned, décembre 2013: Nigeria Renseignement Traitement du VIH/sida le 26 mars 2014 Page 5 sur 10

7 détérioré. 44. Le Network of People Living with VIH and sida (NEPWHAN) signale la mauvaise qualité des médicaments qui se voit déjà à l emballage. 45 Les comprimés se cassent et le personnel de santé conseille de prendre plusieurs morceaux cassés. 46 Selon des militants, Tyonex avait à l origine demandé à la NACA l autorisation de produire des médicaments antirétroviraux, mais la NACA avait refusé, sous prétexte que l entreprise n a pas de qualification de l OMS. Par la suite, le Ministère de la santé lui aurait toutefois confié directement le mandat. Il dispose, toujours selon les dires des militants, de fonds internationaux pour les médicaments. Le mandat de production aurait été attribué à cette entreprise inconnue par souci d économie et en raison des bonnes relations qu elle entretient avec le Ministère. 47 Fin 2013, les autorités ont provisoirement retiré du marché les médicaments de Tyonex pour procéder à d autres examens. 48 Erreurs de prescription. Une étude publiée en janvier 2014 signale la fréquence des erreurs de prescription en lien avec l ART au Nigeria. L administration de médicaments à plus de PLW H a fait l objet de contrôles dans 14 centres p i- lotes entre février 2009 et mars 2011 : 3895 erreurs de prescription ont été relevées, dont 26,4 % concernaient la prescription erronée d ART. Dans 20 % des cas, les erreurs étaient dues à des c ontrindications ou à l interaction des médicaments. Dans 16,6 % des cas, la durée ou le dosage étaient faux. 49 Steve Aborishade, coordinateur du portail d informations NigeriaHIVHinfo.com, s inquiète de ce résultat et estime qu il remet gravement en question l intégrité du Programme national de lutte contre le VIH/sida. Si on met ce résultat en parallèle avec le taux d infections toujours élevé et la distribution de médicaments non conformes aux normes, on a, selon lui, de bonnes raisons de s interroger sur le sérieux de la mise en application de la politique nationale de lutte contre le VIH. 50 Frais de transport. Les frais de transport élevés à la charge des PLWH empêchent souvent l accès au traitement, surtout dans les régions rurales. 51 Cela amène souvent les habitants pauvres des campagnes à interrompre leur traitement. 52 Une enquête datant de 2011 a révélé que les longs délais d attente pour les rendez-vous mensuels étaient aussi un des facteurs restreignant l accès à l ART, à côté des frais de transport élevés. 53 Dans des études antérieures, les frais de transport étaient 44 CKNNigeria, AIDS Patients Protest Against Drug (TYONEX), le 28 décembre 2013: 45 National Mirror, Tension Rises over AIDS Drug, le 15 janvier 2014: 46 Treatment Action Movement (TAM), Activism Creates Hope of Real Change for Nigerian People Living with HIV, le 10 décembre 2013: 47 National Mirror, Tension Rises over AIDS Drug, le 15 janvier AkinBlog, Friday, Nigeria: Presumed Substandard Tyonex HIV/AIDS ARV Drugs Removed From Circulation, le 3 janvier 2014: 49 PlosOne, Incidence and Types of Medication Errors in Patients Receiving Antiretroviral Therapy in Resource-Constrained Settings, le 28 janvier 2014: 50 Vanguard, Nigeria: Prescription Errors, Drug Resistance Mar Nigeria's HIV Treatment Programme, le 18 février 2014: 51 International Treatment Preparedness Coalition, The Long Walk, décembre 2011; Afrihealth Optonet Association, le 17 octobre Dans: IRB, Nigeria: Treatment of Persons Living with HIV/AIDS, le 21 novembre International Treatment Preparedness Coalition, The Long Walk, décembre African Journal of AIDS Research, Socioeconomic Status and Barriers to the Use of Free Antiretr o- viral Treatment for HIV/AIDS in Enugu State, South-Eastern Nigeria, Nigeria Renseignement Traitement du VIH/sida le 26 mars 2014 Page 6 sur 10

8 déjà apparus comme un obstacle à une prise continue des médicaments antirétroviraux. 54 Coûts supplémentaires. Les PLWH doivent payer elles-mêmes le traitement des infections opportunistes. 55 Une étude datant de 2009 relève que, même les patients qui passent par les centres VIH soutenus par le gouvernement pour acheter leurs médicaments dépensent 990 nairas (8,3 dollars américains) par mois pour l ART, plus 8,2 dollars américains en moyenne pour d autres médicaments. Ceux qui doivent acheter les médicaments antirétroviraux ailleurs dépensent en moyenne 88,8 dollars américains par mois. Les tests de laboratoire leur coûtent 95,1 dollars américains. Chez les personnes qui ont accès à des médicaments subventionnés, les coûts des médicaments antirétroviraux correspondent à 9,8 % du budget du ménage. Les coûts des autres médicaments nécessaires pour le traitement des maladies opportunistes grèvent en outre leur budget de 9,7 % supplémentaires. Quant aux médicaments antirétroviraux achetés en dehors du programme gouvernemental, ils représentent, avec les examens, 243,2 % du budget. Certains patients, en particulier les femmes, les habitants des régions rurales et les patients très pauvres, se retrouvent ainsi dans une situation financière catastrophique. 56 Selon une étude menée en 2011, un bon tiers des plus de 700 PLWH interrogées gagnaient moins de 50 dollars américains par mois et plus de 98 % étaient si pauvres qu elles s étaient retrouvées dans l incapacité de s acheter à manger au moins une fois au cours du mois précédent. 57 Accès pour les femmes et les membres de la communauté LGBTI. En raison de l inégalité marquée des genres, l accès à un ART est encore plus compliqué pour les femmes séropositives. La discrimination des femmes a aussi abouti à ce que le taux de VIH soit plus élevé chez les femmes que chez les hommes. 58 À cause de la forte homophobie de la société en général et des lois homophobes, l accès à un traitement contre le VIH/sida est aussi restreint pour les membres de la communauté LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, intersexuels). Le Président Goodluck Jonathan a signé début 2014 une nouvelle loi qui range l amour entre pe r- sonnes de même sexe parmi les crimes graves. Les Nigérianes et les Nigérians qui s unissent par un contrat de mariage à une personne de même sexe sont passibles d une peine pouvant aller jusqu à 14 ans de prison. Quiconque vit au grand jour une relation homosexuelle, fonde ou soutient une organisation qui vient en aide aux LGBTI, encourt jusqu à dix ans de prison. L UNAIDS et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ont exprimé leur vive inquiétude à pro- 54 Oxford Journals, Health Policy and Planning, Determinants of Non-Adherence to Subsidized Antiretroviral Treatment in Southeast Nigeria, 2009: 55 The Punch, It's Stigmatization that Kills, not HIV PLWHA, le 3 octobre 2013: 56 Health Policy, Examining Catastrophic Costs and Benefit Incidence of Subsidized Antiretroviral Treatment (ART) Programme in South-East Nigeria, mai NEPWHAN, The People Living with HIV Stigma Index Nigeria, Averting HIV Aids, HIV & AIDS in Nigeria, accès le 23 mars 2014: Nigeria Renseignement Traitement du VIH/sida le 26 mars 2014 Page 7 sur 10

9 pos de la nouvelle loi qui entrave considérablement l accès des membres de la communauté LGBTI à la prévention et au traitement du VIH Stigmatisation La stigmatisation et la discrimination massive dont les personnes séropositives font l objet au Nigeria explique également l accès restreint au traitement antirétroviral. 60 Le NACA 61, Network of People Living with VIH and sida in Nigeria (NEPWHAN), 62 de même que le dernier rapport de l US Department of State 63, soulignent combien la stigmatisation et la discrimination des personnes séropositives sont ancrées dans la société nigériane. Les personnes séropositives/sidéennes passent pour moralement corrompues et le VIH/sida est considéré comme le résultat d un comportement immoral et comme une punition de l homosexualité. 64 D après l International Centre for Advocacy on Rights to Health (ICARH) 65, le Nigeria ne connaît pas de lois nationales pour la protection contre la discrimination des personnes séropositives/sidéennes. 66 Malgré tous les efforts d explication déployés par le gouvernement et les ONG, les PLWH sont quotidiennement discriminées à tous les niveaux par leurs plus proches parents, leurs amis et leurs collègues de travail ou même par les responsables des services de santé. 67 Beaucoup perdent leur travail à cause de leur maladie. 68 Une étude a révélé que plus d un tiers des PLWH ont été chassées par leurs familles. Il est fréquent aussi que ces gens soient expulsés de leur logement ou qu on refuse de leur en louer un. Beaucoup se voient aussi refuser des soins médicaux, par exemple chez le dentiste. La moitié des personnes interrogées partent du principe que la stigmatisation et l exclusion sont liées à la peur de la contamination UNAIDS, The Global Fund, UNAIDS and Global Fund Fear New Law in Nigeria Could Hinder AIDS Response, le 20 janvier 2014: 60 African Journal of AIDS Research, Socioeconomic Status and Barriers to the Use of Free Antiretr o- viral Treatment for HIV/AIDS in Enugu State, South-Eastern Nigeria, Vol. 10. No Nigeria, National Agency for the Control of AIDS, National Policy on HIV/AIDS, octobre 2009: 62 NEPWHAN, The People Living with HIV Stigma Index Nigeria, US Department of State, Country Report on Human Rights Practices Nigeria, le 27 février 2014: 64 Voice of America, Nigerian HIV/AIDS Agency Seeks Anti-Discrimination Law, le 10 juillet 2012: 65 International Centre for Advocacy on Rights to Health, le 25 octobre In: IRB, Nigeria: Treatment of Persons Living with HIV/AIDS, le 21 novembre US Department of State, Country Report on Human Rights Practices Nigeria, le 27 février 2014: ; International Centre for Advocacy on Rights to Health, le 25 octobre In: IRB, Nigeria: Treatment of Persons Living with HIV/AIDS, le 21 novembre Network of People Living with HIV and AIDS in Nigeria (NEPWHAN), le 29 octobre In: IRB, Nigeria: Treatment of Persons Living with HIV/AIDS, le 21 novembre US Department of State, Country Report on Human Rights Practices Nigeria, le 27 février 2014: 69 NEPWHAN, The People Living with HIV Stigma Index Nigeria, Nigeria Renseignement Traitement du VIH/sida le 26 mars 2014 Page 8 sur 10

10 4 Médicaments Voici les médicaments autorisés au Nigeria pour l ART, d après l Essential Drugs List 2012: 70 Non-nucleoside Reverse Transcriptase Inhibitors inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (NRTI/NtRTI) La névirapine (NVP) L efavirenz (EFV ou EFZ) Nucleoside/Nucleotide Reverse Transcriptase I nhibitors - nucléosides / inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (NNRTI) L abacavir (ABC) La didanosine (ddi) La lamivudine (3TC) La stavudine (d4t) La zalcitabine (ddc) La zidovudine (ZDV) Protease Inhibitors - Inhibiteurs de protéase (PI) L indinavir (IDV) Le lopinavir-ritonavir (LPV/r) Le nelfinavir (NFV) Le ritonavir (RTV) Le saquinavir (SQV) Fixed-Dose Combinations médicaments combinés Lamivudine + névirapine + stavudine Lamivudine + névirapine + zidovudine Lamivudine +zidovudine D après les informations de MedCOI, les médicaments suivants étaient en vente au Nigeria en février 2013 pour le traitement du VIH. 71 Quelques-uns figurent sur la liste du Ministère de la santé, d autres pas. Comme décrit ci-dessus, il faut s attendre à des ruptures de stocks. Les médicaments soulignés figurent aussi sur l Essential Drugs List L abacavir, la didanosine, l emtricitabine, la lamivudine, la stavudine, le tenofovir, la zalcitabine, la zidovudine L enfuvirtide L efavirenz, la névirapine 70 Federal Republic of Nigeria, Essential Medicines List, 5 th Revision 2010: 71 UK Home Office, Country of Origin Information (COI) Report, Nigeria, le 14 juin 2013: Nigeria Renseignement Traitement du VIH/sida le 26 mars 2014 Page 9 sur 10

11 L amprenavir, l indinavir, le lopinavir-ritonavir (=kaletra), le saquinavir mesylate Efavirenz+emtricitabine+ténofovir (=atripla) Zidovudine+lamivudine (=combivir) Abacavir+lamivudine (=epzicom) Abacavir+zidovudine+lamivudine (=trizivir) Ténofovir+emtricitabine (=truvada) Le norvir (ritonavir), le darunavir (prezista), le truvada (emtricitabine/ténofovir) D après les informations d une personne de contact au Nigeria, les médecins ne prescrivent pas le truvada, mais son équivalent le ritonavir, combiné avec l atazanavir ou le lopinanavir. On ne trouve pas de darunavir dans les centres d ART au Nigeria. Les gens qui prennent ce médicament doivent l acheter en privé. 72 Vous trouverez les publications de l OSAR sur le Nigeria et d autres pays d origine des réfugiés sous L Organisation suisse d aide aux réfugiés OSAR s engage pour que la Suiss e respecte le droit à la protection contre les persécutions ancré dans la Convention de Genève relative au statut des réfugiés. Neutre sur le plan politique et confessionnel, l OSAR est l association faîtière nationale des organisations d aide aux réfugiés. Son travail est financé par des mandats de la Confédération et par le soutien bénévole de particuliers, de fondations, de communes et de cantons. L OSAR-Newsletter vous informe des nouvelles publications. Inscription sous 72 Renseignement fourni par courriel à l OSAR, mars Nigeria Renseignement Traitement du VIH/sida le 26 mars 2014 Page 10 sur 10

Nigeria: soins psychiatriques Renseignement de l analyse-pays de l OSAR

Nigeria: soins psychiatriques Renseignement de l analyse-pays de l OSAR Nigeria: soins psychiatriques Renseignement de l analyse-pays de l OSAR Rahel Zürrer Berne, le 22 janvier 2014 Introduction Sur la base de la demande soumise à l analyse-pays de l OSAR, nous avons traité

Plus en détail

Chine/Inde: séjour des réfugié-e-s tibétain-e-s en Inde et retour en Inde Renseignement de l analyse-pays de l OSAR

Chine/Inde: séjour des réfugié-e-s tibétain-e-s en Inde et retour en Inde Renseignement de l analyse-pays de l OSAR Chine/Inde: séjour des réfugié-e-s tibétain-e-s en Inde et retour en Inde Renseignement de l analyse-pays de l OSAR Anne-Kathrin Glatz Berne, le 8 décembre 2015 1 Introduction Sur la base d une demande

Plus en détail

Introduction Le système de santé en République Démocra- tique du Congo

Introduction Le système de santé en République Démocra- tique du Congo RDC: consultations en cardiologie et traitement du cancer Renseignement de l analyse-pays de l OSAR Fiorenza Kuthan Berne, le 22 décembre 2010 Introduction Sur la base de la demande soumise le 29 novembre

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS 16

SITUATION DES ENFANTS 16 SITUATION DES ENFANTS 16 Soumaïla MARIKO et Ibrahim CHAIBOU La convention internationale relative aux Droits de l Enfant du 20 novembre 1989, en son article 3, alinéa 2, stipule que : «tous les États parties

Plus en détail

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA MESSAGES IMPORTANTS NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent L (OMS) révise ses lignes directrices relatives au traitement antirétroviral (TAR) destiné

Plus en détail

CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS Médicaments Antirétroviraux

CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS Médicaments Antirétroviraux CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS Médicaments Antirétroviraux Direction des laboratoires et des Contrôles Pr. Pierre-Antoine BONNET Directeur scientifique Site Montpellier-Vendargues Contrôle des ARV

Plus en détail

Questions clés relatives au VIH et aux droits humains dans les pays francophones

Questions clés relatives au VIH et aux droits humains dans les pays francophones Questions clés relatives au VIH et aux droits humains dans les pays francophones Patrick Eba Unité droits de l homme et législation ONUSIDA Reduction de la propagation du VIH Source: UNAIDS/WHO, 2009 Succès

Plus en détail

VIH-SIDA. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr

VIH-SIDA. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr VIH-SIDA Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Association reconnue d utilité publique - Grande cause nationale 1987 - Prix Nobel de la paix

Plus en détail

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail

Population 2001 (en millions): 31.0. Densité au mile carré: 34. Taux brut de natalité, naissances pour 1000 habitants: 25

Population 2001 (en millions): 31.0. Densité au mile carré: 34. Taux brut de natalité, naissances pour 1000 habitants: 25 A lgérie PROFIL DÉMOGRAPHIQUE Capitale: Alger Superficie, en miles carrés: 919,591 Revenu national brut par habitant, 1999 (US$): 4,840 Population 2001 (en millions): 31.0 Densité au mile carré: 34 Taux

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse

Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse République du Congo Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse Ce rapport présente les principaux résultats de l Enquête de Séroprévalence et sur

Plus en détail

Cas de discrimination dénoncés en 2012

Cas de discrimination dénoncés en 2012 Cas de discrimination dénoncés en 2012 total: 85 cas 4 5 9 36 Erwerbstätigkeit Privatversicherungen 9 Sozialversicherungen Datenschutzverletzungen 11 11 Ausländerrecht Strafbarkeit Diverses activité lucrative

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

Expérience du Lesotho

Expérience du Lesotho Nouvelles recommandations 2010 de la PTME et protocole thérapeutique effective en Afrique Subsaharienne Expérience du Lesotho Dr. Appolinaire TIAM, MBChB, DipHIVMan, M(fam)Med Directeur Technique: Elizabeth

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA)

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Le PNUD en tant que Récipiendaire Principal (RP) du Fond

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée

Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée Campagne de communication MSF 2012 Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée Note explicative janvier 2012 UNE SITUATION ALARMANTE Le VIH touche un nombre impressionnant de personnes en République

Plus en détail

Actualités et autres données concernant le VIH. Formation geres 18 19 20 nov 2009 JM Descamps

Actualités et autres données concernant le VIH. Formation geres 18 19 20 nov 2009 JM Descamps Actualités et autres données concernant le VIH Formation geres 18 19 20 nov 2009 JM Descamps La diversité du VIH-1 VIH-1 O Sur la base de sa variabilité nucléotidique, le VIH-1 est subdivisé en 3 groupes

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

La Banque mondiale et la lutte contre le VIH/SIDA

La Banque mondiale et la lutte contre le VIH/SIDA La Banque mondiale et la lutte contre le VIH/SIDA Troisième réunion du Réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA de l APF Jean Delion Lomé, Togo, 7-87 8 Octobre Personnes atteintes du virus du SIDA

Plus en détail

Réforme «Spécialiste du commerce de détail»

Réforme «Spécialiste du commerce de détail» Réforme «Spécialiste du commerce de détail» Directives relatives au déroulement des examens de validation des modules pour les futurs spécialistes du commerce de détail (Les dénominations de personnes

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Cas de discrimination déclarés en 2013

Cas de discrimination déclarés en 2013 Cas de discrimination déclarés en 2013 Total : 70 cas activité lucrative assurances sociales assurances privées droit des étrangers santé publique droit d'entrée et de séjour service militaire divers violations

Plus en détail

ADAP (AIDS Drug Assistance Program - Programme d aide au paiement des médicaments du SIDA) paie les médicaments

ADAP (AIDS Drug Assistance Program - Programme d aide au paiement des médicaments du SIDA) paie les médicaments Si vous connaissez une personne ayant besoin d aide car porteuse du VIH ou ayant le sida, les Programmes de soins non couverts du VIH (HIV Uninsured Care Programs) du Département de la santé de l état

Plus en détail

Introduction...3. Mise en contexte...4. Fédéral...5. National (Québec)...5. Régional...6. Local...6. Montréal...7. Modèle de portrait...

Introduction...3. Mise en contexte...4. Fédéral...5. National (Québec)...5. Régional...6. Local...6. Montréal...7. Modèle de portrait... OUTILS DE RÉALISATION D UN PORTRAIT DE MILIEU IEU DANS LE CADRE DE L L OPÉRATION QUARTIER Août 2003 TABLE DES MATIÈRES Introduction...3 Mise en contexte...4 Fédéral...5 National (Québec)...5 Régional...6

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués

Plus en détail

Santé internationale. Avoir un impact durable sur la santé

Santé internationale. Avoir un impact durable sur la santé Santé internationale Avoir un impact durable sur la santé Un véritable partenaire Abt Associates est fermement résolue à améliorer la santé des habitants de la planète. Nous travaillons en étroite collaboration

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Sondage réalisé par pour et Publié le jeudi 11 décembre 2014 Levée d embargo le mercredi 10 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES.

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. LES OBJECTIFS RECHERCHES SONT : 1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. 3 D AMELIORER LE DISPOSITIF

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

atteint 11 %. Comment se répartissent les coûts? traitements hospitaliers stationnaires 45%

atteint 11 %. Comment se répartissent les coûts? traitements hospitaliers stationnaires 45% Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Combien de travailleurs sont employés dans le secteur de la santé? Près de 4,9 millions d actifs travaillent en Suisse, dont un

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON Programme VIH/sida MISE À JOUR PROGRAMMATIQUE UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON RÉSUMÉ ANALYTIQUE AVRIL 2012 WHO/HIV/2012.8

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS

CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS Direction des laboratoires et des Contrôles Pr. Pierre-Antoine BONNET Directeur scientifique Site Montpellier-Vendargues LES CONTROLES DES GENERIQUES PAR LES LABORATOIRES

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to

Plus en détail

Session 13 : La préqualification dans le contexte des approvisionnements du Fonds Mondial

Session 13 : La préqualification dans le contexte des approvisionnements du Fonds Mondial Session 13 : La préqualification dans le contexte des approvisionnements du Fonds Mondial Etabli en 2002 Le Fonds Mondial Draine et distribue des ressources supplémentaires pour prévenir et traiter le

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe

www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe Prochaine étape La prochaine étape de l enquête 50 + en Europe est de compléter l actuelle base de données par l histoire de vie des

Plus en détail

TDR Termes de Références

TDR Termes de Références Coalition des Entreprises de Côte d Ivoire contre le Sida Convention N : 05 / 2010 / SCSP / PUMLS C102A10315 : PARTICIPATION A LA 23 ème EDITION DE LA CAMPAGNE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA 2010 TDR

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT Résultats préliminaires 1 Présentés en conférence de presse, à Montréal, le 22 novembre 2004 à l occasion du lancement de la campagne «Je suis dans la marge jusqu

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

35 projets humanitaires et sociaux

35 projets humanitaires et sociaux PROGRAMME AFRIQUE FONDACIO UN MOUVEMENT AU SERVICE DE l humain L aventure naît à Poitiers en 1974, à l initiative de jeunes adultes qui souhaitaient s engager au service d un monde plus humain. Fondacio

Plus en détail

L accès universel et gratuit aux traitements contre le VIH/sida en 2010 est-il possible?

L accès universel et gratuit aux traitements contre le VIH/sida en 2010 est-il possible? Dossier de presse (août 2008 actualisé en décembre 2008) L accès universel et gratuit aux traitements contre le VIH/sida en 2010 est-il possible? L objectif posé par les Nations Unies de parvenir à l accès

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/S2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

Ordonnance sur l aide sociale (OASoc) (Modification)

Ordonnance sur l aide sociale (OASoc) (Modification) 1 860.111 octobre 01 Ordonnance sur l aide sociale (OASoc) (Modification) Le Conseil-exécutif du canton de Berne, sur proposition de la Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale, arrête:

Plus en détail

Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral

Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral Destiné aux associations de France métropolitaine, Drom et Com Date de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Il y

Plus en détail

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie page 1/7 Consensus Scientifique sur le Paludisme Etat de la maladie Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Le paludisme est l une des maladies infectieuses les plus fréquentes. Il

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois

Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois Lucie Bertille MOTUIN IPDSR, UCAD Symposium international de l IPDSR, 18-20 novembre 2009 Dakar, Sénégal

Plus en détail

Projets prévention et soins SIDA en collaboration avec 8 syndicats de l'uni d' Afrique du Sud

Projets prévention et soins SIDA en collaboration avec 8 syndicats de l'uni d' Afrique du Sud Projets prévention et soins SIDA en collaboration avec 8 syndicats de l'uni d' Afrique du Sud Virus du Sida La contamination par le HIV affaiblit progressivement le système immunitaire, vous rendant plus

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

Offre active et prestation des services en français

Offre active et prestation des services en français Offre active et prestation des services en français 1 Ce projet a été financé par le gouvernement de l'ontario. Les opinions exprimées dans ce document représentent celles des auteures et ne représentent

Plus en détail

Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH :

Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH : Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH : Le VIH est le virus qui provoque le SIDA. Il peut être transmis lors de relations sexuelles non protégées (anales, vaginales ou orales)

Plus en détail

SCHEMAS DE TRAITEMENT PAR LES ARV AU BURUNDI

SCHEMAS DE TRAITEMENT PAR LES ARV AU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI CONSEIL NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA SCHEMAS DE TRAITEMENT PAR LES ARV AU BURUNDI Octobre 2010 Centre National

Plus en détail

Le système de protection sociale au Sénégal, étroitement lié à l emploi, comprend :

Le système de protection sociale au Sénégal, étroitement lié à l emploi, comprend : LA PROTECTION SOCIALE A DAKAR : QUELLES POSSIBILITES DE PRISE EN CHARGE DES COUTS LIES AU VIH/SIDA? Gabrièle Laborde-Balen *, Bernard Taverne * * IRD, UR 36 «Prise en charge du sida en Afrique», BP 1386,

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

COMMENTLES CASCPRODIGUENT

COMMENTLES CASCPRODIGUENT COMMENTLES CASCPRODIGUENT DESSOI NS: Mi seàj oursurl amél i oraon del aqual i tépourl espaents Comment les CASC prodiguent des soins : Mise à jour sur l amélioration de la qualité pour les patients Mise

Plus en détail

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale ont souvent un triste état de santé buccodentaire.. Selon certains

Plus en détail

Loi fédérale sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules

Loi fédérale sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules Loi fédérale sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules (Loi sur la transplantation) Modification du Projet L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral

Plus en détail

Les répercussions de la migration sur l infection à VIH et sur la tuberculose en France. Delphine Antoine, Florence Lot InVS, France

Les répercussions de la migration sur l infection à VIH et sur la tuberculose en France. Delphine Antoine, Florence Lot InVS, France Les répercussions de la migration sur l infection à VIH et sur la tuberculose en France Delphine Antoine, Florence Lot InVS, France JASP - Octobre 26 Méthodes Analyse descriptive des données de la déclaration

Plus en détail

Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant Réunion Réunion des acteurs de protection de l enfant a Forécariah.

Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant Réunion Réunion des acteurs de protection de l enfant a Forécariah. Date Chair/Présidence Organisations participantes Agenda Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant des acteurs de protection de l enfant a Forécariah. 23 juillet 2015 Mr le Chargé de l enfance, avec appui

Plus en détail

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Séminaire ANRS 24 /25 septembre 2015 Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Mélanie Plazy Post-doctorante sur le projet ANRS 12249 TasP

Plus en détail

Traitement post-exposition

Traitement post-exposition Traitement post-exposition Dr Sandrine HENARD (CHU Nancy-Brabois) 1 Traitement post-exposition (TPE) : Rationnel Objectif : diminuer le risque de transmission en réduisant la charge virale Principe : Agir

Plus en détail

Améliorer l accès aux traitements antirétroviraux dans les pays à ressources limitées : Recommandations pour une approche de santé publique

Améliorer l accès aux traitements antirétroviraux dans les pays à ressources limitées : Recommandations pour une approche de santé publique RÉSUMÉ EXÉCUTIF, AVRIL 2002 Améliorer l accès aux traitements antirétroviraux dans les pays à ressources limitées : Recommandations pour une approche de santé publique 1 Résumé exécutif Organisation mondiale

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Consultations sur la planification stratégique de CATIE : interviews d informateurs clés et sondage en ligne. Sommaire

Consultations sur la planification stratégique de CATIE : interviews d informateurs clés et sondage en ligne. Sommaire Consultations sur la planification stratégique de CATIE : interviews d informateurs clés et sondage en ligne Sommaire Préparé par Derek Hodel 25 octobre 2015 Sommaire À la fin de 2014, CATIE a commencé

Plus en détail

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN Publié en novembre 2014 Afin de bien former des interventions, évaluer les progrès, et selon le cas, raffiner leurs stratégies, les décideurs ont

Plus en détail

Documentation de base sur les résultats 2010 des achats tests d alcool

Documentation de base sur les résultats 2010 des achats tests d alcool Département fédéral des finances DFF Régie fédérale des alcools RFA Documentation de base Date 23 mai 2011 Documentation de base sur les résultats 2010 des achats tests d alcool La vente d alcool est soumise

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

Dépistage : expérience marocaine. M. Karkouri

Dépistage : expérience marocaine. M. Karkouri Dépistage : expérience marocaine M. Karkouri Une longue histoire 1 er cas de sida diagnostiqué au CHU de Casablanca Création de l ALCS Circulaire dépistage N 1078DT/217/SLMSTD «CIDAG» ouvert, ALCS Casablanca

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO?

CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO? CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO? La Direction Générale de la santé et des consommateurs (DG SANCO) assiste la Commission européenne (CE) dans la mise en œuvre de politiques communautaires afin

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

STATISTIQUES MONDIALES

STATISTIQUES MONDIALES F I C H E D I N F O R M A T I O N 2 014 STATISTIQUES MONDIALES Personnes vivant avec le VIH En 2013, 35 de personnes [33,2 37,2 ] vivaient avec le VIH. - Depuis le début de l épidémie environ 78 de personnes

Plus en détail

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT ALIBORI 57 ATACORA 37 SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT DONGA 53 BORGOU 36 Enquête Démographique et de Santé du Bénin 2011 2012 (EDSB-IV) COLLINES 53 ZOU 62 PLATEAU 29 Décès d enfants de moins d un an pour

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Eric Ouattara, MD, PhD ISPED, Inserm U1219 VIH en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH Partie 2 : Modélisation

Plus en détail

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement GUIDE DE DEMANDE DE SUBVENTION RESERVE AUX RESEAUX NATIONAUX DES FEMMES VIVANT AVEC LE

Plus en détail

VIH et Vieillissement

VIH et Vieillissement LIVRET D INFORMATION VIH et Vieillissement en Haute-Normandie Bien vieillir avec le VIH 1 2 VIH/SIDA la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en Haute-Normandie Plus de 15 000 patients vivant

Plus en détail

CCNT & Droit du travail. Réglementations et possibilités d optimisation

CCNT & Droit du travail. Réglementations et possibilités d optimisation CCNT & Droit du travail Réglementations et possibilités d optimisation Sommaire Exploiter le potentiel d économies qu offre la CCNT! 3 Contrat de travail avec temps d essai 5 Durée du travail 6 Durée du

Plus en détail

En cas d invalidité. Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec

En cas d invalidité. Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec En cas d invalidité Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre site Web. Consultezle pour

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail