Prise en charge des patients infectés par le VIH atteints de TB-MDR et de TB-XDR dans les contextes à ressources limitées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en charge des patients infectés par le VIH atteints de TB-MDR et de TB-XDR dans les contextes à ressources limitées"

Transcription

1 Int J Tuberc Lung Dis; 12(12): The Union 2008 PROBLèMES NON RéSOLUS Prise en charge des patients infectés par le VIH atteints de TB-MDR et de TB-XDR dans les contextes à ressources limitées F. Scano,* M. Vitoria, W. Burman, A. D. Harries, C. F. Gilks, D. Havlir * World Health Organization (WHO) Stop TB Department, Geneva, WHO HIV Department, Geneva, Switzerland; Denver Public Health, Denver, Colorado, USA; International Union Against Tuberculosis and Lung Disease, Paris, France; University of California, San Francisco, California, USA Résumé L apparition d une tuberculose (TB) ultra résistante aux médicaments (TB-XDR) représente une menace significative de santé publique pour les programmes pour le virus de l immunodéficience humaine (VIH) et les efforts de lutte contre la TB. Des rapports récents démontrent des taux de mortalité élevés chez les sujets infectés par le VIH atteints de TB à germes multirésistants (MDR) ainsi que chez les patients TB-XDR par comparaison avec ceux sans infection VIH. La transmission de ces souches de bacilles tuberculeux hautement résistantes se produit au sein des services de santé ainsi que dans la collectivité. Nous avons revu les principes d une approche solide de santé publique pour ce problème, y compris le diagnostic et le traitement précoces en cas de suspicion de maladie, le soutien aux patients, l adhésion thérapeutique et les mesures saines de lutte contre l infection. Nous avons approfondi les directives antirétrovirales actuelles de l Organisation Mondiale de Santé en examinant les problèmes de prise en charge, en l occurrence, le moment propice de l initiation de l ART, les interactions médicamenteuses et la toxicité des médicaments chez les patients recevant à la fois un ART et des régimes antituberculeux de deuxième ligne. Nous insistons sur l important agenda de recherche qui existe à l intersection des maladies VIH et de la TB-MDR et TB-XDR. MOTS CLÉS : ART ; MDR ; XDR ; tuberculose. L apparition d une tuberculose à germes ultra-résistants (TB-XDR) a incité les auteurs à ajouter des conseils aux directives existantes concernant la prise en charge conjointe du traitement du virus de l immunodéficience humaine (VIH) en présence d une tuberculose à germes multirésistants (TB-MDR) ou d une TB-XDR. Cet article discute particulièrement les aspects critiques de la prise en charge de la MDR- et de la TB-XDR en présence de la maladie VIH. Ceci inclut le diagnostic précoce, les problèmes de traitement conjoint, la mise en œuvre de mesures de contrôle de l infection, le soutien au patient et les priorités en matière de recherche. La TB-XDR comprend les souches les plus fortement résistantes aux médicaments et est trouvée dans le monde entier. 2 On la définit comme une souche de Mycobacterium tuberculosis résistante au moins à la rifampicine (RMP) et à l isoniazide (INH), définition de la TB-MDR, avec aussi une résistance à n importe quelle fluoroquinolone et au moins à un des trois médicaments injectables suivants utilisés dans le traitement antituberculeux : la capréomycine, la kanamycine (KM) ou l amikacine (AMK). 3 La TB à germes résistants aux médicaments représente une sérieuse menace pour la population infectée par le VIH. En termes de résultats chez les patients infectés par le VIH et atteints d une TB-XDR, le seul travail publié provient de la Province KwaZulu-Natal en Afrique du Sud. Sur 53 patients souffrant d une TB-XDR, 44 ont été testés pour le VIH et trouvés tous séropositifs. Au moment du recueil des crachats, le décompte médian des cellules CD4 était de 63 cellules/mm 3 (fourchette 9-283). Parmi les 53 patients atteints de TB-MDR, il y a eu 52 décès. La durée médiane de survie entre le recueil des crachats et le décès a été de 16 jours (fourchette 2-210, fourchette interquartile [IQR] 6-37). Il faut noter que la durée de survie n a pas varié de façon significative en fonction de l âge, du sexe, du décompte des cellules CD4, du statut VIH et de l accessibilité au traitement antirétroviral (ART). 4 Des rapports complémentaires au sujet de cette mini-épidémie suggèrent que la transmission de ces souches s est réalisée dans les services de santé et dans la collectivité. 5 On dispose de plus de faits prouvés concernant les interactions entre TB-MDR et VIH. Des études en provenance de New-York et d Afrique du Sud ont montré un accroissement de la mortalité et une diminution de la survie moyenne chez les patients atteints de TB-MDR et infectés par le VIH par comparaison avec ceux noninfectés par le VIH. 6,7 Dans une étude en provenance de Lituanie, chez 44% des patients atteints de TB-MDR et infectés par le VIH, les résultats du traitement se sont avérés médiocres, y compris le décès, par comparaison avec 27% de patients non-infectés par le VIH et atteints de TB mais non de TB-MDR. 8 Dans ces publications, un diagnostic tardif de TB, une prise en charge médiocre de la TB-MDR et une accessibilité limitée à l ART ont tous été des facteurs contributifs d un taux plus élevé de mortalité. A ce jour, des données prouvées limitées en provenance des USA et d Argentine montrent une amélioration des résultats des cohortes infectées par le VIH et atteintes de TB-MDR lorsqu elles ont reçu un traitement antirétroviral. 9,10 Pour ces raisons, un diagnostic précoce et un traitement conjoint rapide du VIH et des MDR- et TB-XDR, un soutien solide aux patients ainsi que la mise en œuvre d interventions pour le contrôle de l infection sont tous Auteur pour correspondance : Fabio Scano, WHO-STB, Avenue Appia, Geneva 27, 1211, Switzerland. Tel: (+41) Fax: (+41) [Traduction de l article : «How management of HIV-infected patients with MDR- and TB-XDR in resource-limited settings» Int J Tuberc Lung Dis 2008; 12(12): ]

2 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease des éléments essentiels dans un ensemble de soins pour la MDR-et la TB-XDR en relation avec le VIH auxquels les programmes TB et VIH devraient donner priorité. DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU VIH, DE LA TB-MDR ET DE LA TB-XDR On recommande l accompagnement et le test VIH initiés par le pourvoyeur de soins pour tous les suspects de TB au moment de la mise en route de l ensemble des mesures de prévention et de soins pour le VIH et la TB. Vu l accroissement de mortalité causé par la non-reconnaissance de la MDR- et de la TB-XDR chez les patients infectés par le VIH, 4 il y a lieu de s efforcer de diminuer le délai entre la présentation en clinique d une TB active et son diagnostic, y compris celui de MDR- et de TB- XDR. Il faudrait mettre en route des algorithmes pour le diagnostic de la TB pulmonaire et extrapulmonaire et tous les programmes devraient envisager la promotion de la culture et des tests de sensibilité aux médicaments antituberculeux dans les contextes à prévalence modérée ou élevée de TB-MDR. 11 En vue d une réduction du délai de diagnostic des TB résistantes aux médicaments et non reconnues, il y aurait lieu de donner la priorité aux techniques de diagnostic rapide de la résistance aux médicaments à partir des crachats ou des cultures positives (pour la TB à bacilloscopie négative et la TB extra-pulmonaire). Vu les problèmes de ressources, certains programmes peuvent envisager les tests de sensibilité aux médicaments antituberculeux ou les tests rapides pour les patients infectés par le VIH à risque plus important de MDR- ou de TB-XDR (contacts ou échecs de retraitement) ou pour les patients chez qui le nombre de cellules CD4 est faible. CONSIDERATIONS DU TRAITEMENT Les patients infectés par le VIH chez qui le diagnostic de MDR- ou de TB-XDR a été confirmé devraient recevoir rapidement des régimes de traitement adéquats comportant des médicaments antituberculeux de 2ème ligne. 11 Malheureusement dans la plupart des contextes, il faut parfois des semaines avant confirmation de la MDR- et de la TB-XDR, ce qui exige que les cliniciens envisagent un traitement de présomption pour les cas suspects. On peut commencer de façon empirique des régimes pour la MDR- et la TB-XDR chez les patients qui encourent un risque élevé de tuberculose résistante (TB-DR) (contacts et échecs de retraitement). En fonction de la situation clinique, on pourrait également envisager l INH et les rifamycines comme faisant partie du traitement initial en attendant les résultats des tests de sensibilité. Le statut VIH ne détermine pas par lui-même des modifications dans le choix des régimes de traitement pour la MDR- et la TB- XDR, à l exception de la thioacétazone qui ne peut pas être administrée aux patients connus ou suspectés d être infectés par le VIH. 11 En raison des effets collatéraux potentiellement plus fréquents et de la toxicité chez les patients recevant l ART et des médicaments antituberculeux de 2ème ligne, des ajustements de médicaments peuvent s imposer (voir plus bas). La prophylaxie au cotrimoxazole devrait également être commencée précocement et poursuivie tout au long des régimes de la MDR- et de la TB-XDR. 12 On ne doit pas s attendre à des interactions pharmacocinétiques médicamenteuses avec les médicaments antirétroviraux si les rifamycines ne sont pas incluses dans les régimes à médicaments multiples pour la MDR- et la TB-XDR. Sont indiqués dans le traitement de la MDRet de la XRD-TB, les régimes ART standard de 1ère et 2ème ligne de l OMS qui comportent soit un inhibiteur non-nucléoside de la reverse transcriptase soit des régimes basés sur un inhibiteur de la protéase. Pour servir de guide lors de la mise en route de l ART chez les patients atteints de MDR- ou de TB-XDR, les critères de décompte des cellules CD4 devraient être les mêmes que pour les patients atteints d une TB sensible et on devrait recommander l ART pour la MDR- et la TB-XDR chez les patients infectés par le VIH lorsque le décompte des cellules CD4 est < 350/µl. On ne connaît pas le moment optimal pour la mise en route de l ART chez les patients traités avec des régimes antituberculeux de 2ème ligne. En se basant sur des directives de l OMS, 1 le Tableau 1 donne la marche à suivre pour la mise en route de l ART dans les MDR- et les TB-XDR. Vu le taux élevé de mortalité de la MDR- et de la TB-XDR chez les patients infectés par le VIH, on recommande la mise en route de l ART 2 semaines après le début du traitement antituberculeux chez les patients chez qui le nombre de cellules CD4 est < 200/µl ou aussi vite que possible en cas de bonne tolérance des médicaments de 2ème ligne. Cette recommandation diffère de celles qui font commencer l ART entre 2 et 8 semaines après le début du traitement antituberculeux chez les patients atteints d une TB à germes sensibles et dont le nombre de cellules CD4 est < 200/µl. Chez les patients traités par des médicaments de 2ème ligne et chez qui le nombre de cellules CD4 est > 200/µl., le moment de la mise en route de l ART est le même que pour les TB à germes sensibles. La décision de retarder la mise en route de l ART peut être différente en se basant sur le décompte des cellules CD4 et sur les caractéristiques cliniques. Si l on ne dispose pas du test du décompte des cellules CD4, il faudrait probablement commencer l ART le plus tôt possible à partir de la 2ème semaine après le début du traitement antituberculeux bien qu on manque de données pour soutenir cette suggestion (Tableau 1). La mise en route Tableau 1 Mise en route de l ART de première ligne par rapport au début du traitement de la MDR- et de la TB-XDR Décompte cellules CD4/mm 3 Recommandations ART Début de l ART par rapport au début du traitement de la MDRet de la TB-XDR > 200 ART recommandé à la 2ème semaine ART recommandé après 8 semaines > 350 Ne pas commencer l ART Non disponible* ART recommandé Réévaluer le patient à la 8ème semaine et ensuite tous les 6 mois Entre 2 et 8 semaines, en se basant sur une évaluation clinique Les patients atteints de TB-MDR ont accès aux services de soins de santé tertiaires qui devraient assurer les décomptes de cellules CD4. Lorsque les décomptes de cellules CD4 ne peuvent pas être obtenus, il faut commencer l ART après stabilisation du patient par le traitement TB. ART = traitement antirétroviral, TB-MDR = tuberculose à germes multirésistants. TB-XDR = tuberculose à germes ultra-résistants.

3 Prise en charge de l ART pour le VIH avec TB-MDR/-XDR précoce de l ART combinée avec l état souvent avancé de la maladie chez les patients souffrant de MDR- ou de TB-XDR impose une surveillance soigneuse des signes objectifs et subjectifs d un syndrome inflammatoire de reconstitution immunitaire (IRIS). Il existe de nombreuses incertitudes concernant la prise en charge optimale de l IRIS bien que les corticostéroïdes semblent utiles dans les formes graves. Toutefois, le traitement par les corticostéroïdes peut masquer les effets d un échec du traitement antituberculeux, d autres infections opportunistes et un cancer; dès lors, il ne faudrait utiliser les corticostéroïdes qu après avoir évalué les autres causes possibles de l état clinique pris pour un cas d IRIS. 1 Vu les soins spécialisés requis pour le co-traitement des patients infectés par le VIH et atteints de MDR- ou de TB-XDR, une hospitalisation pendant les deux premières semaines du co-traitement simplifierait la surveillance des toxicités et des effets collatéraux qui risquent de se chevaucher mais à condition que les patients atteints de TB-MDR puissent être isolés pendant leur séjour à l hôpital. Cette approche devrait être mise en balance avec le risque d accroissement de la transmission nosocomiale, particulièrement dans les contextes à prévalence élevée du VIH. C est pour cette raison que les programmes TB et VIH devraient également explorer la prise en charge ambulatoire des patients et les modèles de collectivité. Maîtrise de l infection Les services des soins de santé devraient s assurer que les mesures sont en place et rigoureusement exécutées pour la maîtrise de l infection visant à réduire la transmission de la TB à germes résistants aux patients et à d autres staffs de soins de santé. On devrait pousser les agents de santé à subir le test pour le VIH et à se protéger par un masque lorsqu ils soignent des patients contagieux atteints de MDR- ou de TB-XDR ou suspectés de l être. La lutte contre l infection est un élément essentiel d un bon programme TB et VIH et constitue une priorité majeure dans les programmes pour la prévention de cas potentiellement résistants aux médicaments parmi les patients et les agents de santé. 11 Problèmes d adhésion au traitement On recommande le traitement directement observé (TDO) pour tous les patients recevant un traitement qui comporte des médicaments de 2ème ligne car il s agit souvent de la dernière option thérapeutique disponible pour de nombreux patients. 11 Dès lors, il est également raisonnable d assurer le TDO à la fois pour les médicaments antituberculeux et pour le traitement antirétroviral (ART) avec la notion que le TDO ne constitue qu un élément de l ensemble des mesures visant à l amélioration de l adhésion à l égard du traitement. Les éléments de cet ensemble comportent l éducation à la maladie, les interventions socio-économiques, le soutien psychologique et la prise en charge des effets collatéraux. Les programmes de TB et de VIH devraient coordonner leurs efforts pour fournir un ensemble de mesures centrées sur le patient en vue d améliorer l adhésion au traitement. Surveillance du traitement L ART devrait être mis en route et surveillé par les agents de santé qui sont bien au courant à la fois des DR-TB et du VIH. Vu la durée du traitement de la MDR- et de la TB-XDR (18 à 24 mois), et vu le grand nombre de comprimés et les nombreux moments d administration des médicaments nécessaires pour le traitement concomitant, un engagement très sérieux s impose à la fois chez les agents de santé et chez les patients. C est pour cette raison, que l éducation du patient et le soutien de l adhésion au traitement restent une importante pierre angulaire du traitement garantissant un résultat couronné de succès. Un suivi rapproché des patients est nécessaire pour permettre la détection précoce des effets indésirables. La prise en charge conjointe des patients sous ART et sous traitement de MDR- / TB-XDR est complexe, et pour cette raison, il est essentiel que les agents de santé soient formés à reconnaître les toxicités potentielles et additives dues à la concomitance de ces régimes. Jusqu à présent, aucun suivi (clinique ou de laboratoire) n est nécessaire pour les patients sous traitement concomitant en plus de ceux recommandés pour chacune de leurs deux affections. Effets collatéraux Les effets collatéraux sont beaucoup plus nombreux pour les médicaments de 2ème ligne prescrits pour le traitement de la MDR- et de la TB-XDR que pour les médicaments antituberculeux de 1ère ligne. Des publications suggèrent que la prise en charge de ces maladies et des effets indésirables du traitement sont possibles dans les contextes à ressources limitées. 11 Cet article n a pas l intention de fournir une liste exhaustive des effets indésirables de chaque médicament prescrit pour le traitement du VIH ou de la TB puisqu elle est disponible ailleurs, 1,11 mais il souhaite faire des recommandations seulement pour la prise en charge de toxicités potentielles combinées et d interactions, éléments pour lesquels des données solides ne sont que très limitées. Au Tableau 2, apparaît une liste des effets indésirables possibles lors du traitement du VIH, de la MDR- et de la TB-XDR qui ont suggéré des stratégies de prise en charge. Différents mécanismes peuvent expliquer le même effet collatéral. Actuellement on manque de données probantes au sujet de la fréquence et de la gravité des toxicités ainsi que des effets collatéraux de l ART et des médicaments antituberculeux de 2ème ligne administrés conjointement. Les effets indésirables des médicaments antituberculeux et antiviraux qui peuvent chevaucher ou s additionner comprennent des polynévrites (cyclosérine [CSN], le linezolid (LZD), le d4t, la didanosine [ddi], des réactions cutanées (CSN, efavirenz [EFN], nevirapine, pyrazinamide), des troubles neuropsychiatriques (CSN, EFN), des effets collatéaux gastro-intestinaux (ddi, acide para-aminosalicylique, zidovudine [ZVD]), une toxicité rénale (AMK, KM, streptomycine, ténofovir) et une dépression de la moelle osseuse (LZD, ZVD). Interactions médicamenteuses Il y a lieu d être particulièrement attentif aux interactions médicamenteuses entre les fluoroquinolones et les formulations tamponnées de ddi. Vu les interactions dans l absorption des fluoroquinolones à cause des anti-acides, il faudrait administrer la ddi tamponnée 6 heures avant ou 2 heures après les fluoroquinolones. Toutefois, les formulations entériques enrobées de ddi peuvent être utilisées concomitamment sans prendre cet-

4 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease Tableau 2 Chevauchement des toxicités et stratégies de prise en charge Toxicité potentielle Agent(s) ART Polynévrite DAT, * ddi CSN, LZD, EMB ETH/PTH Symptômes psychiatriques Hépatites Intolérance Gastrointestinale Syndrome de Stevens- Johnson Acidose lactique EFV * CSN * Psychose franche très rare ETH/PTH FQ avec EFV NVP,* ritonavir > autres inhibiteurs de protéase, EFV (les analogues des nucléosides causent rarement une hépatite) AZT,* inhibiteurs de la protéase,* analogue des nucléosides associés avec acidose lactique * (voir plus bas) NVP,* EFV,* (rare) D4T,* ddi,* AZT* Agent(s) antitb Stratégies de prise en charge suggérées Commentaires PZA, * ETH/PTH PAS, FQ ETH/PTH,* PAS,* CFZ,* LZD,* EMB,* PZA* EMB,* CSN,* SM* (rare) LZD* Toxicité rénale TDF* SM,* KM,* AMK,* CPM* Toxicité moelle osseuse AZT* LZD* 1. envisager d augmenter la pyridoxine jusqu à une dose quotidienne maximale (200 mg par jour) 2. envisager de passer du d4t ou du ddi à un autre NTTI comme AZT, TDF, ABC 3. Commencer le traitement avec des anti-dépresseurs tricycliques comme l amitriptyline. On observe une augmentation marquée des niveaux de tricycliques dans le sang si l on utilise conjointement des inhibiteurs de protéase; dès lors, il faut utiliser des doses faibles de tricycliques chez les patients sous inhibiteurs de protéase. NSAIDS ou acétaminophen peuvent aider à soulager les symptômes. 4. Arrêter l agent antituberculeux suspecté si c est possible sans compromettre le traitement. 1. Arrêter l agent antituberculeux suspect pendant une courte période (1-4 sem) tout en mettant les symptômes psychotiques sous contrôle. 2. Les symptômes SNC en relation avec EFV consistent en rêves vivides, insomnies et vertiges ; ils régressent en général après 2 à 4 semaines chez la majorité des patients. 3. Commencer les médicaments anti-psychotiques en fonction des nécessités 4. Diminuer la dose de l agent suspecté si c est possible sans compromettre le traitement. 5. Arrêter l agent antituberculeux suspecté si c est possible sans compromettre le traitement. 1. si ALT > cinq fois le niveau de base, arrêter tout traitement jusqu à la guérison de l hépatite 2. Exclure toutes autres causes potentielles d hépatite 3. Envisager la suspension définitive de l agent le plus probable 4. Réintroduire les médicaments antituberculeux restants, un à la fois, d abord avec les agents les moins hépatotoxiques, tout en surveillant la fonction hépatique. Pour l ART, réintroduire le médicament le moins susceptible d être associé avec l affection 1. Evaluer la déshydratation. Commencer une réhydratation si indiquée 2. Commencer un traitement anti-émétique. Surveiller les électrolytes si nécessaire (vomissements graves) 3. Diminuer la dose de l agent antituberculeux si c est possible sans compromettre le traitement 4. Abandonner l agent suspecté si c est possible sans compromettre le traitement ; ceci est rarement nécessaire Arrêter tous les régimes thérapeutiques. Après guérison, recommencer l ART et le traitement antituberculeux avec d autres classes de médicaments Arrêter l ART et donner un traitement de soutien. Après guérison clinique, recommencer l ART, remplacer le médicament NRTI suspect d être responsable par des alternatives telles que ABC, TDF et 3TC Arrêter l agent responsable 1. Si elle est grave (HB < 6,5 g/% et ou ANC < 500 cellules/mm3), remplacer l AZT par un médicament ART dont la toxicité médullaire est minime ou inexistante (d4t, ABC ou TDF) et envisager une transfusion sanguine 2. On a vu également des neutropénies avec AZT 3. On devrait envisager d arrêter LZD 4. Le cotrimoxazole peut aussi causer une toxicité médullaire et devrait être envisagé comme une cause de dépression de la moelle osseuse. 1. Certains agents ( c à d d4t) sont responsables à la fois de symptômes nerveux sensoriels et moteurs, alors que pour d autres agents, seuls des symptômes nerveux moteurs ont été signalés. On n a pas documenté de chevauchement des toxicités potentielles. 2. La polynévrite peut être irréversible; certains patients peuvent ressentir une amélioration avec la suppression des agents responsables 3. On n a pas bien documenté de liens entre les agents antituberculeux répertoriés et la polynévrite 1. Certains patients devront continuer le traitement antipsychotique pendant tout le traitement TB-MDR 2. Des antécédents de maladie psychiatrique ne constituent pas une contre-indication à l utilisation des médicaments répertoriés ici, mais peuvent augmenter le risque de développement de symptômes psychotiques. 3. Les symptômes psychotiques sont généralement réversibles après l arrêt du traitement ou la cessation de l agent responsable 4. La combinaison de CSN et de EFV peut augmenter le taux d effets collatéraux neuropsychiatriques; toutefois, ceci n a pas été étudié de façon formelle 1. Des antécédents d une hépatite antérieure doivent être soigneusement analysés pour déterminer le ou les agents causaux le(s) plus probable(s); ceux-ci devraient être supprimés dans les régimes ultérieurs 2. Généralement réversible après arrêt de l agent suspecté 1. L intolérance gastro-intestinale induite par l ART disparaît généralement spontanément, à l exception des pancréatites induites par le ddi, qui exigent un arrêt définitif du traitement.. Il faudrait proposer un traitement symptomatique 2. L anorexie, les nausées et les vomissements sont fréquents au cours des premières semaines du traitement et généralement régressent au fil du temps et après un traitement de soutien Avertissements : le ddi peut causer une pancréatite mortelle si elle n est pas diagnostiquée précocement et si on continue à administrer le médicament On a signalé une détresse abdominale grave et un abdomen aigu après administration de CFZ. Quoique ces cas sont rares, si cette symptomatologie survient, il faut arrêter le CFZ. On a signalé la colite pseudomembraneuse sous LZD. On a signalé l acidose lactique avec l utilisation de LZD. Toxicité mitochondriale potentielle. L usage combiné avec d4t devrait être évité Si on ne peut pas éviter l utilisation concomitante de TDF et d agents néphtotoxiques, la fonction rénale doit être étroitement surveillée et la dose des médicaments doit être ajustée à l insuffisance de la fonction rénale * Médicaments en association plus étroite que les autres avec des effets indésirables. La prise en charge des effets indésirables exige souvent l utilisation de médicaments adjuvants pour supprimer ou diminuer le phénomène. La liste des médicaments et la prise en charge des effets indésirables sont décrits ailleurs. D4T = stavudine; ddi = didanosine; CSN = cyclosérine; LZD = linezolid; EMB = éthambutol; ETH = éthionamide; PTH = prothionamide; NRTI = inhibiteur nucléoside de la reverse transcriptase; AZT = azidothymidine; TDF = tenofovir; ABC = abacavir; NSAIDS = médicaments anti-inflammatoires non-stéroïdiens; EFV = efavirenz; FQ = fluoroquinolone; TB-MDR = tuberculose à germes multirésistants; SNC = système nerveux central; NVP = nevirapine; PZA = pyrazinamide; PAS = acide paraaminisalicylique; ALT = alanine aminotransférase; ART = traitement antirétroviral; CFZ = clofazimine; ARV = antirétroviral; SM = streptomycine; 3TC = lamivudine; KM = kanamycine; CPM = capréomycine ; Hb = hémoglobine; ANC = décompte absolu des neutrophiles.

5 Prise en charge de l ART pour le VIH avec TB-MDR/-XDR te précaution. L efficacité de la clarithromycine (CLM) comme agent antituberculeux n est pas claire. Actuellement l OMS ne la recommande pas en usage de routine chez des patients atteints de MDR- ou de TB-XDR. Lorsqu elle est utilisée, la CLM interagit avec la zidovudine et avec les médicaments inducteurs ou inhibiteurs de la CYP3A. (cytochrme P450, famille 3, sous-famille A). PRIORITÉS EN MATIERE DE RECHERCHE Il n y a pas de doute, les efforts de recherche pour TB- MDR et -XDR doivent augmenter. 13 En matière de recherche, les priorités vont des études fondamentales sur l évolution et la pathogénie des souches résistantes aux médicaments antituberculeux aux évaluations cliniques des nouveaux tests de diagnostic rapides de la TB y compris les tests de sensibilité médicamenteuses, aux études cliniques de nouveaux agents antituberculeux, aux vaccins ainsi qu aux études de recherche opérationnelle. Vu la mortalité plus importante dans les cohortes de MDR- et de TB-XDR infectées par le VIH, les besoins en recherche spécifique devraient se focaliser sur l amélioration des stratégies de traitement visant à restreindre la mortalité liée au VIH. Ces stratégies doivent être élaborées spécifiquement et façonnées pour les contextes où l infrastructure en soins de santé est minimale. Les études doivent inclure une évaluation des stratégies prophylactiques pour les contacts des personnes atteintes de MDR- et de TB-XDR. Il y a lieu de mener d urgence des études de recherche opérationnelle évaluant les approches optimales de l administration du traitement TB/ VIH à l hôpital, dans la collectivité ou dans des contextes de santé alternatifs. Il y a lieu de mettre en œuvre et d évaluer de façon conjointe le contrôle de l infection afin de réduire la transmission de la TB dans les services de soins de santé. Les rapports émergeant au niveau mondial au sujet de la TB-XDR et de son association potentiellement mortelle avec le VIH exigent une action immédiate. C est seulement au travers d une collaboration solide entre les programmes TB et VIH et de la mise en place de mesures sérieuses de contrôle de l infection qu il sera possible d établir et de faire progresser les capacités de traitement pour la MDRet la TB-XDR ainsi que pour le VIH, conformément aux directives internationales recommandées. Remerciements Les auteurs souhaitent remercier le Dr G Friedland pour son apport appréciable aux premiers stades du manuscrit. Références 1 World Health Organization. Antiretroviral therapy for HIV infection in adults and adolescents: towards universal access. Recommendations for a public health approach. Geneva, Switzerland: WHO, pub/guidelines/adult/en/index.html. Accessed May World Health Organization. Anti-tuberculosis drug resistance in the World. Report no. 4. WHO/HTM/TB/ Geneva, Switzerland: WHO, Extensively drug-resistant tuberculosis (TB-XDR): recommendations for prevention and control. Wkly Epidemiol Rec 2006; 81: Gandhi N, Moll A, Sturm A W, et al. Extensively drug-resistant tuberculosis as a cause of death in patients co-infected with tuberculosis and HIV in a rural area of South Africa. Lancet 2006; 368: Andrews J, Gandhi N, Moodley P, et al. Exogenous re-infection with multidrug- and extensively drug-resistant TB among TB/HIV co-infected patients in rural South Africa. 15th Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections. Boston, MA, USA: CROI, park M M, Davis A L, Schluger N W, Cohen H, Rom W N. Outcome of TB-MDR patients, Prolonged survival with appropriate therapy. Am J Respir Crit Care Med 1996; 153: Finlay A F, van der Walt M, Holtz T H, Thorpe, L E, Wells C D, Weyer K. Treatment outcomes of patients with multidrug-resistant tuberculosis in South Africa using a standardized regimen, (Poster session 58, N_ 2101). Boston, MA, USA: Infectious Disease Society of America, Leimane V, Reikstina V, Holtz T, et al. Clinical outcome of individualized treatment of multidrug-resistant tuberculosis in Latvia: a retrospective cohort study. Lancet 2005; 365: Burgos M, Gonzalez L C, Paz E A, et al. Treatment of multidrug-resistant tuberculosis in San Francisco: an outpatient-based approach. Clin Infect Dis 2005; 40: Waisman J L, Palmero D J, Alberti F A, Güemes Gurtubay J L, Francos J L, Negroni R. [Improved prognosis in HIV/ AIDS related multi-drug resistant tuberculosis patients treated with highly active antiretroviral therapy] Medicina (Buenos Aires) 2001; 61: [Spanish] 11 World Health Organization. Guidelines for the programmatic management of drug-resistant tuberculosis. WHO/ HTM/TB/ Geneva, Switzerland: WHO, World Health Organization. Guidelines on cotrimoxazole prophylaxis for HIV-related infections among children, adolescents and adults. Recommendations for a public health approach. Geneva, Switzerland: WHO, who.int/hiv/pub/guidelines/ctxguidelines.pdf. Accessed January Fauci A S. Multidrug-resistant and extensively drug-resistant tuberculosis: the National Institute of Allergy and Infectious Diseases Research Agenda and Recommendations for Priority Research. J Infect Dis 2008; 197:

TUBERCULOSE Nouveautés 2009

TUBERCULOSE Nouveautés 2009 TUBERCULOSE Nouveautés 2009 Dr Grégoire Gex Rencontres Genevoises de Pneumologie Avril 2010 Introduction 6044 articles dans PubMed avec Tuberculose dans titre en 2009 Stratégie de recherche : Sélections

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse 7 ième édition Chapitre 10 : La tuberculose et le virus de l immunodéficience humaine Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse, 7 ième édition

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

www.aidsmap.com Le VIH & la tuberculose Français Première édition 2009

www.aidsmap.com Le VIH & la tuberculose Français Première édition 2009 www.aidsmap.com Le VIH & la tuberculose Français Première édition 2009 Remerciements Ecrit par Michael Carter Première édition française 2009 Adaptée de la troisième édition anglaise 2008 Remerciements

Plus en détail

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil Prise en charge du nouveau-né de mère m HIV Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil GROSSESSE Chez une femme infecté par le VIH,la grossesse est a risque = prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso

Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso INT J TUBERC LUNG DIS 14(11):1424 1429 2010 The Union Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso L. Sangaré,* S. Diandé, G.

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent et l adulte

Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent et l adulte REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Ministère de la Santé Programme National de Lutte contre le VIH/SIDA et les ISTs PNLS Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam

Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam INT J TUBERC LUNG DIS 14(10):1303 1309 2010 The Union Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam N. B. Hoa,* C. Wei,

Plus en détail

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse 7 ième édition Chapitre 8 : La tuberculose pharmacorésistante Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse, 7 ième édition est disponible sur Internet

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel Inhibiteur de Protéase? 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel inhibiteur

Plus en détail

Rendement de la recherche des contacts à partir de cas-index de tuberculose pédiatrique à Gaborone, Botswana

Rendement de la recherche des contacts à partir de cas-index de tuberculose pédiatrique à Gaborone, Botswana INT J TUBERC LUNG DIS 17(8):1049 1055 2013 The Union Rendement de la recherche des contacts à partir de cas-index de tuberculose pédiatrique à Gaborone, Botswana S. Puryear,* G. Seropola, A. Ho-Foster,

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES ORIENTATIONS SUR LE FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES 09 9.1 Introduction 176 9.2 Observance du traitement antirétroviral 176 9.2.1 Obstacles à l observance du traitement antirétroviral 176 9.2.2

Plus en détail

Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR)

Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR) Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR) COURS SUR LA TUBERCULOSE MULTIRÉSISTANTE (TB-MR) Association Médicale Mondiale L Association Médicale Mondiale (AMM) est une organisation internationale

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA

Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA Dr Vincent HABIYAMBERE, OMS/ Département du VIH/SIDA Dr Bianca Kamps, IDA HIV Group Dakar, Sénégal, Mars 2006 Plan de la Présentation Éléments

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

L investigation chez la personne infectée par le VIH

L investigation chez la personne infectée par le VIH P O U R Q U O I P A R L E R D U V I H E N 2 0 0 4? 2 L investigation chez la personne infectée par le VIH quand et comment utiliser les différents tests de laboratoire? par Harold Dion Paul, un homme de

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Questions prioritaires de recherche sur la co-infection tuberculose/vih dans les pays prévalents pour le VIH et disposant de ressources limitées

Questions prioritaires de recherche sur la co-infection tuberculose/vih dans les pays prévalents pour le VIH et disposant de ressources limitées Questions prioritaires de recherche sur la co-infection tuberculose/vih dans les pays prévalents pour le VIH et disposant de ressources limitées TB/HIV Working Group Questions prioritaires de recherche

Plus en détail

Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent

Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent Notes Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent Module 5 Contexte Les traitements ARV sont des médicaments destinés à bloquer la multiplication du VIH. Leur bonne utilisation chez

Plus en détail

Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise de la tuberculose?

Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise de la tuberculose? INT J TUBERC LUNG DIS 13(5):558 568 2009 The Union ETAT DE LA QUESTION SERIE ETAT DE LA QUESTION Tuberculose Edité par I. D. Rusen NUMERO 7 DE LA SERIE Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 ISENTRESS, comprimé à croquer 25 mg Flacon de 60 comprimés (CIP : 3400926992408) ISENTRESS, comprimé à croquer sécable 100 mg Flacon de 60 comprimés (CIP

Plus en détail

www.aidsmap.com Les effets secondaires Français Première édition 2009

www.aidsmap.com Les effets secondaires Français Première édition 2009 www.aidsmap.com Les effets secondaires Français Première édition 2009 Remerciements Ecrit par Michael Carter Première édition française 2009 Adaptée de la première édition anglaise 2009 Remerciements à

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Santé publique Ottawa Lignes directrices concernant le dépistage de la tuberculose et la gestion des contacts 2012

Santé publique Ottawa Lignes directrices concernant le dépistage de la tuberculose et la gestion des contacts 2012 Santé publique Ottawa Lignes directrices concernant le dépistage de la tuberculose et la gestion des contacts 2012 ottawa.ca/health ottawa.ca/sante 613-580-6744 TTY/ATS : 613-580-9656 Lignes directrices

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 9 mai 2012. rilpivirine Code ATC (2012): J05AG05 (inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse)

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 9 mai 2012. rilpivirine Code ATC (2012): J05AG05 (inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 9 mai 2012 EDURANT 25 mg, comprimés pelliculés Flacon/30 (CIP: 219 472-9) Laboratoire JANSSEN-CILAG rilpivirine Code ATC (2012): J05AG05 (inhibiteur non nucléosidique

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

L adhésion au traitement: les clés du succès

L adhésion au traitement: les clés du succès L adhésion au traitement: les clés du succès Dr Marie P. Schneider, pharmacienne Policlinique Médicale Universitaire Lausanne CHUV avril 005 Mme W.M. 970 Patiente d origine angolaise, en Suisse depuis

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement

Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement Int J Tuberc Lung Dis ; 5(4): 329-338 2001 IUATLD Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement A. Van Deun,* A. Hamid

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

Les médicaments anti-vih

Les médicaments anti-vih Les médicaments anti-vih 2012 Deuxième édition In collaboration with: Remerciements Edité par Keith Alcorn, Selina Corkery et Greta Hughson Deuxième édition française: 2012 Adaptée de la onzième édition

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Société vaudoise de pharmacie, février 2008 Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Olivier Bugnon, Professeur adjoint en Pharmacie communautaire, Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne;

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD Brazil Burkina Faso (Bobo Dioulasso) Cambodia (Phnom Penh) Cameroon (Yaounde) Côte d Ivoire (Abidjan) Senegal (Dakar) Vietnam (Ho Chi Minh City) South Africa,

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Traiter la goutte sans être débordé

Traiter la goutte sans être débordé Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Traiter la goutte sans être débordé Hélène Demers et Michel Lapierre Vous voulez traiter et prévenir la goutte? Lisez ce qui suit! Les différentes phases

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB Alimatou Ndiaye et Christian Lienhardt Programme Tuberculose, UMR 145 IRD Dakar Justification

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

Les tests génétiques à des fins médicales

Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Nous avons tous hérité d une combinaison unique de gènes de la part de nos parents. Cette constitution originale et l

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Conclusions provisoires rapport du HCSP juillet 2011 Valeur prédictive positive des

Plus en détail

Médicaments anti-vih. 2015 Troisième édition. In collaboration with:

Médicaments anti-vih. 2015 Troisième édition. In collaboration with: Médicaments anti-vih 2015 Troisième édition In collaboration with: Remerciements Edité par Greta Hughson Troisième édition française 2015 Adaptée de la 13ème édition anglaise 2015 Remerciements à Sylvie

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Le point 2013 de l OMS sur le traitement de l infection à VIH dans le monde : résultats, impact et opportunités. Juin 2013

Le point 2013 de l OMS sur le traitement de l infection à VIH dans le monde : résultats, impact et opportunités. Juin 2013 Le point 2013 de l OMS sur le traitement de l infection à VIH dans le monde : résultats, impact et opportunités Juin 2013 RÉSUMÉ Le point 2013 de l OMS sur le traitement de l infection à VIH dans le monde

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 Place des Nouveaux Tests de Dosage de L INTERFERON GAMMA dans le diagnostic de la Tuberculose Fadi ANTOUN, Cellule Tuberculose DASES Le Quotidien du Médecin 2005

Plus en détail

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle 1 Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle Introduction Le personnel soignant est régulièrement confronté au risque de contamination par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) mais

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

First do no harm Hippocrates (470 360 BC)

First do no harm Hippocrates (470 360 BC) PHARMACOVIGILANCE DR A.TEBAA - Pr R. SOULAYMANI BENCHEIKH CENTRE ANTI POISON ET DE PHARMACOVIGILANCE M.COOPER-SHANTHI-PAL QUALITY ASSURANCE ET SECURITY MEDECINE Dakar 5-9 Mars 2006 First do no harm Hippocrates

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Le VIH et votre apparence physique

Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Les personnes séropositives subissent-elles souvent des changements de l apparence physique? Il est difficile de dire avec exactitude

Plus en détail

VIH & Interactions Médicamenteuses

VIH & Interactions Médicamenteuses VIH & Interactions Médicamenteuses L ABC en quizz K. De Heller & M.Cavassini MIN-IAL, le 21 avril 2005 Ce que je ne vais pas aborder Les interactions médicamenteuses entre les différents antirétroviraux!!!

Plus en détail

Les médicaments anti-vih. Ce que je devrais savoir sur la thérapie 1

Les médicaments anti-vih. Ce que je devrais savoir sur la thérapie 1 Les médicaments anti-vih Ce que je devrais savoir sur la thérapie 1 LES MÉDICAMENTS ANTI-VIH Ce livret offre un premier aperçu pour tous ceux qui souhaitent s informer sur les traitements contre le VIH.

Plus en détail

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim.

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim. Les données des études pivots de phase III STARTVerso démontrent l'efficacité du faldaprevir * dans des populations de patients difficiles à guérir telles que celles co-infectées par le VIH et celles avec

Plus en détail

VIRAMUNE 200mg. Névirapine, NVP. INNTI inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse

VIRAMUNE 200mg. Névirapine, NVP. INNTI inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse VIRAMUNE 200mg Névirapine, NVP INNTI inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse Info-médicaments anti-vih en LSQ Octobre 2011 Français : LSQ : Viramune (200 mg) doit être pris à raison

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1

Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1 Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1 Qu est ce que la compliance? Une maladie a été diagnostiquée Le diagnostic est correct Le traitement a été bien indiqué, bien choisi,

Plus en détail

Vivre avec le VIH. Point de départ

Vivre avec le VIH. Point de départ Vivre avec le VIH Point de départ Vous venez d apprendre que vous avez le VIH et vous cherchez des repères? Nous pouvons vous aider. Voici quelques questions auxquelles vous trouverez réponse dans ce livret

Plus en détail

Traitements contre la SP Gilenya MD

Traitements contre la SP Gilenya MD 1 Série Les Essentiels de MSology Gilenya MD (fingolimod) Document élaboré par MSology avec la précieuse collaboration des infirmières consultantes suivantes spécialisées en sclérose en plaques : Trudy

Plus en détail

Vertiges et étourdissements :

Vertiges et étourdissements : : comment être à la hauteur? Anthony Zeitouni, MD, FRCSC Présenté à la 71 e édition du Programme scientifique de l Association des médecins de langue française du Canada. Est-ce bien des vertiges? Il n

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Antibioprophylaxie en chirurgie dans le cadre des soins : enquête mondiale OMS RÉSUMÉ DU PROJET Comme en

Plus en détail