Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement"

Transcription

1 Int J Tuberc Lung Dis ; 5(4): IUATLD Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement A. Van Deun,* A. Hamid Salim, L. Rigouts, * M. Rahman, K. Fissette,* F. Portaels,* * Unité de Mycobactériologie, Institut de Médecine Tropicale, Anvers, Belgique; Fondation Damien Bangladesh, Dhaka, Bangladesh RESUME CADRE : Un programme de lutte antituberculeuse connaissant les taux de base de résistance à l'égard des médicaments et utilisant le schéma 2EHRZ/6TH dans le traitement des nouveaux cas. OBJECTIF : Estimer le degré de résistance médicamenteuse créé par ce programme. SCHEMA : On a comparé les taux de résistance dans les cas d'échec et de rechute après traitement par 2EHRZ/6TH aux valeurs de base et on a suivi les profils de résistance d'isolats répétés. Les nombres d'échecs résistants observés ont été comparés aux nombres attendus en raison d'une résistance préexistante. On a extrapolé les tendances de résistance dans les nouveaux cas et dans les retraitements combinés. RESULTATS : On a observé des taux très élevés de résistance médicamenteuse, mais les modifications dans la résistance à la streptomycine, l'absence virtuelle de résistance acquise documentée et la superposition étroite des échecs observés et des échecs attendus indiquent tous que le mécanisme principal est l'accumulation des résistances primaires aux médicaments. La résistance dans les cas de rechute ou d'échec a une tendance significativement régressive et la décroissance estimée de la résistance combinée aux médicaments est rapide CONCLUSIONS : La résistance à l'égard des médicaments dans les cas traités antérieurement semble résulter d'une résistance primaire transmise plutôt que d'une véritable résistance acquise. Une enquête unique peut donc entraîner des confusions, mais des tests de routine permanents peuvent constituer la meilleure méthode de suivi de la résistance médicamenteuse. Les cas traités antérieurement par chimiothérapie de courte durée peuvent présenter une résistance aux médicaments beaucoup plus souvent que l'on ne le croit généralement et devraient tous bénéficier d'un régime de retraitement. Le régime 2EHRZ/6TH s'est avéré très sûr dans les conditions du terrain, n'entraînant aucune «amplification» vers une multirésistance et pratiquement aucune résistance acquise à l'égard de l'isoniazide. La mise en œuvre de ce régime en association avec un régime standardisé de retraitement a semblé réduire rapidement les niveaux de résistance à l'isoniazide et ceux de multirésistance, quoiqu'il n'y ait pas eu d'application stricte d'un traitement directement observé. MOTS CLE : tuberculose ; résistance antituberculeuse ; résistance acquise LES OBJECTIFS MONDIAUX de tout programme de lutte antituberculeuse doivent être de guérir le plus grand nombre possible de patients et d'éviter en même temps de créer une résistance acquise aux médicaments (RAM). 1 La surveillance des taux de résistance médicamenteuse devrait dès lors faire partie intégrante du monitoring du programme. On a proposé dans cette optique à la fois des enquêtes représentatives répétitives sur la résistance primaire aux médicaments (RPM) ainsi que des tests systématiques de sensibilité aux médicaments (TSM) pour tous les cas d'échec après traitement de première ligne et pour les rechutes (échecs/rechutes). 1,2 Quoiqu'ils ne soient pas nécessaires pour une reprise de traitement standard, les tests dans les échecs sont supposés révéler des rechutes avec RAM causés par le mauvais fonctionnement du programme. Les échecs/rechutes ont été attribués principalement à des régimes inadéquats et à la prise irrégulière de médicaments puisqu'ils étaient rarement en relation avec la résistance médicamenteuse dans les anciens essais cliniques contrôlés. 3,4 On a soulevé récemment la question d'une «amplification» de la résistance aux médicaments et du développement d'une multirésistance (MR, définie comme une résistance au moins à l'égard de l'isoniazide et de la rifampicine) même lorsqu'on applique les régimes standardisés recommandés par l'union Internationale Contre la Tuberculose et les Maladies Respiratoires (UICTMR) et l'organisation Mondiale de la Santé (OMS). 5,6 Malgré les Auteur pour correspondance : Dr Armand Van Deun, Mycobacteriology Unit, Institute of Tropical Medicine, Nationalestraat 155, 2000 Antwerp, Belgium. Fax: (+32) [Traduction de l'article "Evaluation of tuberculosis control by periodic or routine susceptibility testing in previously treated cases" Int J Tuberc Lung Dis 2001 ; 5(4) : ]

2 2 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease indications suggérant que la tuberculose multirésistante (TB-MR) disparaît dans des programmes de DOTS bien appliqués (traitement directement observé de courte durée), 5 une stratégie DOTS- Plus concernant le traitement des TB-MR a été préconisée. De plus, dans certaines parties du monde, des tests systématiques de sensibilité aux médicaments suivis par des régimes individualisés ont été suggérés pour l'ensemble des cas. 7 Depuis 1994, La Fondation Damien a mis en œuvre des projets de TB pour le Programme National de Tuberculose (PNT) du Bangladesh dans une zone d'activité comportant huit des 64 districts qui n'étaient pas couverts par le PNT avant cette période. Les régimes suivants sont utilisés : 1) 2(3)EHRZ/6HT * comme régime de première ligne pour les cas à bacilloscopie positive; en accord avec les directives du PNT, 8 jusqu'au début 1997 ce régime a été prescrit également pour les cas «non neufs» qui avaient utilisé R pendant moins d'une mois; 2) 2SEHRZ/1(2)EHRZ/5(EHR) 3 pour les cas de retraitement; jusque 1997, le régime de première ligne a été administré aux cas de retraitement qui avait utilisé R pendant moins d'un mois; après cette date, le PNT nous a autorisé à prescrire le régime de retraitement également pour ces cas; et 3) 2EHZ/10HT pour les nouveaux cas à bacilloscopie négative et les cas extrapulmonaires. En 1995, au début de l'implication de la Fondation Damien dans le PNT du Bangladesh, les taux de résistance de départ dans les cas «neufs» ou traités antérieurement ont été déterminés sur un échantillon représentatif de patients qui n'avaient jamais été traités dans le cadre du programme; ces données ont été publiées antérieurement. 8 Nous faisons état ici du suivi ultérieur de la résistance dans les échecs/rechutes du traitement au sein du PNT. Les critères d'échec et de rechute sont conformes aux directives standard des PNT, 1 et sont donc basés essentiellement pour les échecs sur la présence de résultats positifs confirmés de bacilloscopies d'expectoration à 5 mois ou plus tard au cours du traitement ou pour les rechutes après l'achèvement du traitement. Les cas «neufs» et de retraitement avaient reçu un traitement antituberculeux antérieur respectivement pendant moins d'un mois ou pendant un mois ou davantage. OBJECTIFS L'objectif principal a été d'obtenir une vision approfondie sur la sécurité des régimes appliqués * E, EMB = éthambutol ; H, INH = isoniazide ; R, RMP = rifampicine ; Z, PZA = pyrazinamide ; T, Th = Thioacétazone. Les chiffres précédant les lettres indiquent la durée en mois de la phase de traitement, tandis que les chiffres en indice indiquent le nombre d'administrations du médicament par semaine. dans le PNT en ce qui concerne le développement d'une résistance aux médicaments 1) en comparant les taux de résistance aux médicaments parmi les échecs/rechutes aux taux de base trouvés avant l'implication de la Fondation Damien dans le PNT ; 2) en comparant la résistance aux médicaments avant et après traitement pour le petit nombre de paires d'isolats disponibles ; 3) en corrélant la résistance, le résultat du traitement et la régularité de la présence pour chercher les médicaments ou pour le TDO ; 4) en comparant le nombre d'échecs avec résistance aux médicaments observés à ceux attendus en appliquant les taux signalés dans des essais cliniques ; et 5) en estimant les tendances de la résistance combinée aux médicaments. METHODES Une enquête sur la résistance aux médicaments, représentative pour la zone d'activité de huit districts, a été conduite peu de temps après le début des activités de la Fondation Damien au Bangladesh. Nous avons publié antérieurement l'analyse des seuls cas nouveaux pour le programme donnant un profil de départ de la résistance aux médicaments dans les cas «neufs» et «traités antérieurement». 8 Ultérieurement les échantillons d'expectoration provenant de cas de rechute ou d'échec ont été échantillonnés de manière systématique avec une anamnèse répétitive dans tous les cas classés comme «neufs» au début de la première cure de traitement, de façon à détecter des traitements antérieurs méconnus. Les échantillons ont été envoyés ensuite pour détermination de la sensibilité au laboratoire de référence supranational d'anvers en Belgique et testés selon les techniques décrites antérieurement. 8 Les taux de résistance observés dans ces échantillons ont été comparés à ceux obtenus dans l'enquête de départ qui avait concerné des patients qui n'avaient jamais été traités au sein du PNT. Les taux initiaux dans les cas traités antérieurement ont été comparés à ceux des rechutes/échecs des premiers traitements dont l anamnèse signalait la prise de médicaments pendant au mois un mois avant les 2EHRZ/6HT («cas non neufs avant le traitement de première ligne»). D'autre part, les taux initiaux observés chez les patients sans anamnèse de prise médicamenteuse («cas neufs avant le traitement de première ligne») ont été comparés aux taux de départ trouvés précédemment dans les nouveaux cas. Pour l'analyse, les types de résistance médicamenteuse ont été classifiés ensuite en deux groupes principaux, ceux résistant à l'inh et à ses combinaisons à l'exclusion de la MR (Hr = résistance à l'inh seul ou à d'autres médicaments mais pas à la RMP) et les cas de MR. Etant donné que la streptomycine (S, SM) n'était pas utilisée dans le

3 Evaluation de la lutte antituberculeuse 3 traitement de première ligne et que dès lors la résistance à la streptomycine ne pouvait pas être acquise, l'analyse s'est focalisée au sein des classes Hr et MR sur les modifications des taux de résistance à la SM et aux combinaisons la comportant, en l'occurrence SH(E) et SHR(E). Les ratios de taux des rechutes/échecs sur les données de début ont été calculés pour SH(E) ou pour SHR(E). Le produit des Hr totaux ou des MR de départ avec ces ratios a été comparé avec les taux correspondants effectivement observés dans les échecs/rechutes de façon à tester l'hypothèse que toutes les Hr ou MR pourraient correspondre à des résistances préexistantes plutôt qu'acquises. Ceci a été fait en premier lieu séparément pour les groupes «cas neufs avant le traitement de première ligne» et «cas non neufs avant le traitement de première ligne». On a calculé ensuite les ratios globaux d échecs/rechutes pour le traitement de première ligne et les produits de leur multiplication pour la Hr totale et la MR en utilisant des prévalences proportionnelles des «cas neufs avant» et «pas neufs avant» au sein de notre population d'étude ainsi que les résultats correspondants pour les groupes respectifs. Les types de résistance pour tous les isolats appariés disponibles (pré et post traitement de première ligne) ont été testés pour la RAM à l'inh et/ou RMP après test répété de sensibilité aux médicaments. Les données de traitement de 1995, 1996 et 1997 ont été codées et régulièrement mises à jour pour les rechutes survenant jusqu'à la mi-1999 (entre 1 et 4 ans après la fin du traitement). La régularité a été exprimée comme la durée attendue du traitement divisée par la durée effective, les deux étant mesurées comme nombre de jours à la fois pour la phase intensive et la phase de continuation. Les résultats computés de sensibilité aux médicaments ont été comparés aux données de traitement du patient. Toutes les données introduites ont été vérifiées par un des auteurs (AVD). Tableau 1 Résistance dans les cas d'échec et de rechute après traitement de première ligne comparée aux profils initiaux Rechutes + échecs cas neufs avant traitement de première ligne Rechutes + échecs cas non neufs avant traitement de première linge Tous rechutes + échecs après traitement de première ligne Résistance aux médicaments Etude initiale cas neufs Etude initiale cas non neufs Nb de patients examinés Sensible à tout (%) 88,20 47,77 63,67 10,79 39,10 Résistant à H seulement (%) 3,86 24,02 14,53 42,16 28,27 A R seulement (%) 0,43 0,00 0,56 1,96 0,46 à S seulement (%) 5,15 4,20 5,03 3,91 4,13 à E seulement (%) 0 0,30 1,68 0,00 0,23 à RS (%) 0 0,00 1,12 0,00 0,00 à HE (%) 0 1,80 1,68 3,92 2,30 à HR (%) 0,43 1,80 1,12 8,82 3,45 à HRE (%) 0 1,20 2,23 4,90 2,07 à SH/SHE (%) 1,72 13,81 6,15 13,73 13,79 à SHR/SHRE (%) 0,21 5,10 2,23 9,80 6,20 Tous H excepté MDR (%) 5,58 39,63 22,36 59,80 44,36 Total MDR (%) 0,64 8,10 5,58 23,53 11,72 Ratios de résistance comparés aux valeurs initiales pour S/RS seulement 0,82 0,64 0,77 pour SH(E) 8,03 2,23 6,67 pour SHR(E) 24,29 4,40 19,62 Résistance attendue en appliquant les ratios ci-dessus observés pour SH(E) et SHR(E) Ratios de résistance comparés aux valeurs initiales Total du % résistance H attendu 44,80 49,90 46,0 en utilisant le ratio SH(E) observé Total du % MR attendu en utilisant le ratio SH(E) observé 15,54 24,53 17,65 Les cas de rechute ou d'échec sans prise de médicaments antituberculeux au moins un mois avant la Cat 1 sont appelés «neufs avant traitement de première ligne», et comparés aux cas neufs de l'enquête initiale. Les autres sont répartis séparément comme «non neufs avant le traitement de première ligne» et comparés aux cas «non neufs» de l'enquête initiale. H = isoniazide ; R = rifampicine ; S = streptomycine ; E = éthambutol ; MR = multirésistance (résistance à au moins H et R).

4 4 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease On a comparé le nombre enregistré d'échecs du traitement de première ligne au nombre attendu. On a extrapolé le nombre total d'échecs résistants aux médicaments enregistrés à partir des taux de résistance aux médicaments observés dans la présente étude de suivi, après stratification en cas «neufs avant traitement de première ligne» et «non neufs avant traitement de première ligne». Les nombres de cas initialement résistants parmi l'ensemble des cas traités par le régime de première ligne ont été estimés en appliquant les taux observés dans notre étude initiale. Les taux d'échec après 2SEHRZ/6HT, signalés dans les essais cliniques du British Medical Research Council (BMRC) 4,9 ont été utilisés pour calculer les échecs attendus parmi les cas atteints d'une tuberculose initialement résistante. Finalement, on a calculé la prévalence de la résistance et sa tendance au fil du temps pour chaque année depuis le début des activités de la Fondation Damien dans la lutte antituberculeuse. Les enregistrements ont été classés par type de patients (neufs, retraitement après un traitement hors-programme, retraitement après traitement dans le programme) et le nombre de patients de chaque type a été multiplié par son taux observé de résistance. Pour les cas neufs et les retraitements hors-programme, il s'agissait des taux correspondants provenant de l'enquête initiale. Pour les échecs/rechutes dans le programme, on a appliqué les taux observés au cours des différentes années et signalés ici. Pour les analyses statistiques, on a utilisé la version 6.04 Epi-Info. Les taux ont été comparés en utilisant le test 2 de Pearson ou le test exact de Fisher. RESULTATS Au Tableau 1 figurent les taux de résistance trouvés dans l'enquête initiale comparés à ceux de 435 cas de retraitement (204 échecs et 231 rechutes après un traitement de première ligne) représentant la totalité de ces cas de retraitement échantillonnés jusqu'à la fin de Les prélèvements ont couvert tous les centres de traitement et ont concerné 69% des cas enregistrés d'échec et 82% des cas enregistrés de rechute pour les cohortes encodées. Les échantillons manquants provenaient d'oublis du staff ou du refus du patient de fournir un échantillon puisqu'il n'y avait pas de critère d'exclusion. Les taux séparés sont présentés pour les 334 cas de patients «neufs avant le traitement de première ligne» et pour les 102 cas de patients «non neufs avant le traitement de première ligne». Dans les cas «neufs avant le traitement de première ligne», la Hr totale a augmenté d'une valeur de départ de 5,58% jusqu'à 39,63%. Pour la MR, ce taux est passé de 0,64% à 8,1%. Etonnamment, il; n'y a pas eu un seul cas de résistance à la seule RMP et seulement un cas (0,3%) à EMB. La résistance à la seule SM a diminué légèrement mais non significativement, passant d'une valeur de départ de 5,15% à 4,2%, mais la résistance à l'égard de SH(+E) a augmenté de façon disproportionnée, d'une valeur de départ de 1,72% à 13,81%. De la même manière la résistance à SHR(+E) s'est modifiée considérablement, passant de 0,21% au départ à 5,1%. A la partie inférieure du Tableau 1, on trouve les ratios de taux de résistance aux médicaments pour les différents profils de résistance médicamenteuse, incluant la SM, observés dans les échecs/rechutes par rapport aux valeurs de départ. Les augmentations de SH(+E) et SHR(+E), qui correspondent à un facteur de 8,03 ou 24,29, sont toutes deux hautement significatives (P<0,0001). Les produits des taux de base pour les nouveaux cas Hr et MR avec leurs ratios respectifs étaient de 44,8% pour Hr et de 15,4% pour MR. Les taux de résistance observés parmi les échecs/rechutes «non neufs avant traitement de première ligne» étaient plus élevés mais leurs modifications ont été similaires (Tableau 1). Le Hr total a augmenté d'une valeur de 22,36% au départ à 59,8%, alors que les taux de MR ont augmenté de 5,58% à 23,53%. Dans ce groupe également, la résistance à SM n'a diminué que légèrement, alors que la résistance à SH(+E) et SHR(+E) a augmenté de facteurs de respectivement 2,23 (P = 0,03) et Tableau 2 Tendance des profils de résistance acquise par année Combinaison des échecs et des rechutes de première ligne Profil de résistance Total Sensible 13,8% 29,2% 44,8% 56,5% 39,1% Hr (pas MR) 62,1% 52,1% 41,9% 30,6% 44,4% MR 20,7% 12,5% 10,5% 6,8%% 11,7% Nb de souches étudiées Hr = résistance à l'isoniazide (seule ou avec d'autres médicaments mais pas avec la rifampicine);mr= multirésistance aux médicaments (résistance à au moins isoniazide et rifampicine).

5 Evaluation de la lutte antituberculeuse 5 Tableau 3 Résistance aux médicaments observée dans les cas d'échec du traitement de première ligne : cohortes , comparaison des nombres observés et attendus Taux appliqués Cohorte totale traitée par le traitement de première ligne entre 1995 et 1997 Cas neufs traités par le traitement de première ligne Cas «non neufs» traités par le traitement de première ligne 1153 Hr présent parmi les cas neufs à l exception de MR (taux de l enquête initiale) 5,60% 560 Hr présent parmi les cas «non neufs» à l exception de MR 22,36% 258 (taux de l enquête initiale) Total des cas Hr dans la cohorte 818 MR parmi les cas neufs (taux de l enquête initiale) 0,64% 64 MR parmi les cas «non neufs» (taux de l enquête initiale) 5,58% 64 Total des MR dans la cohorte 128 Echecs du traitement de première ligne attendus en raison 14,00% 114 (a) de Hr (réf 7 et 8 et donées personnelles) Echecs du traitement de première ligne attendus en raison de MR (données personnelles) 50% 64 (b) Echec du traitement de première ligne enregistrés de 1995 à Hr (à l exclusion de MR) parmi les échecs enregistrés, en 53% 151 (c) appliquant les taux trouvés dans la présente étude MR parmi les échecs enregistrés, en appliquant les taux 20% 58 (d) trouvés dans la présente étude Excès d échecs Hr (=c - a) 37 Excès d échecs Hr en % de la cohorte 0,33% Excès d échecs MR (=d b) -6 Excès d échecs MR en % de la cohorte - 0,06% MR = multirésistance aux médicaments (résistance à au moins H et R); Hr = résistance à l'isoniazide (seule ou avec d'autres médicaments mais pas avec la rifampicine); 4,40 (P = 0,005). Les produits de ces facteurs avec leurs taux respectifs dans les cas traités antérieurement provenant de l'étude initiale était de 49,90% pour Hr total et de 24,53% pour MR. Si l'on combine à la fois les patients neufs et non neufs avant le traitement de première ligne, nos 435 échecs/rechutes ont un ratio de taux global par rapport à la résistance médicamenteuse de départ de 0,77 pour SM, 6,67 pour SH(+E) et de 19,62 pour SHR(+E). Les produits globaux de multiplication ont été de 46% pour Hr total et de 17,65% pour MR totale. Si l'on considère séparément les échecs et les rechutes dans les cas de première ligne, le taux de Hr est élevé dans les deux groupes (36,8% dans les rechutes et 52,4% dans les échecs). La différence est plus prononcée pour la MR, où elle est présente seulement dans 4,3% des rechutes contre 19,9% dans les échecs de première ligne. Les taux de résistance observés dans les échecs/rechutes de première ligne ont diminué nettement avec le temps (Tableau 2). Hr a diminué de 62,1% en 1995/1996 à 30,6% en 1999 (P<0,0001). Les données pour la MR sont de 20,7% et 6,8% (P = 0,016). La proportion de cas sensibles à tous les médicaments a augmenté de 13,8% jusqu'à 56,5% (P< 0,0001). Si l'on prend seulement en considération la période qui fait suite au changement du régime de retraitement indiqué depuis 1997, la tendance des cas d'échecs/rechutes à être totalement sensibles ou Hr reste significative (P = 0,0002 et P = 0,003), mais parmi ces cas, la tendance de MR n'atteint pas la signification (P = 0,31). Pendant cette période, la résistance aux médicaments parmi les échecs/rechutes du régime de retraitement n'a pas manifesté une tendance quelconque, fluctuant autour d'une moyenne de 16,7% pour Hr et 55,0% pour MR dans les rechutes et de 7,3% pour Hr et de 86,9% pour MR dans les échecs (données non fournies). La sensibilité aux médicaments avait été déterminée avant traitement dans 10 rechutes de première ligne et dans sept échecs (données détaillées non fournies). Dans ces 17 paires, à part quelques variations dans la résistance à l'emb, le type de résistance était le même avant et après traitement. Il y avait 10 Hr, quatre MR et deux cas sensibles à INH et RMP. La résistance d une souche était limite pour l'inh avant et complète après le traitement de première ligne. On n'a trouvé aucun cas de résistance acquise à la RMP. La régularité et la supervision moyennes du traitement pour tous les cas d'échecs/rechutes des cohortes de 1995/1996/1997 ont également été

6 6 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease PROPORTION DES CAS 100% 90% 80% 70% 65,0% 66,7% 73,5% 79,6% 81,6% 86,0% 90,1% NEW CASES 60% 50% 40% 35,0% 31,7% NON-NTP RETREATMENTS 30% 20% NTP RETREATMENTS 10% 0% 0,0% AT START 16,9% 22,8% 14,8% 10,6% 2,6% 4,1% 4,1% 6,8% 3,5% 3,4% 3,1% 1 YR. 2 YRS. 3 YRS. 4 YRS. 5 YRS. > 5 YRS. ANNEES DEPUIS LE DEBUT DE LA COUVERTURE PAR LE PNT Figure 1 Evolution du type de cas se présentant pour le traitement par année de couverture au sein du PNT. On a inclus seulement les TB pulmonaires à bacilloscopie positive. Les enregistrements ont été regroupés selon le nombre d'années depuis le début du PNT dans un dispensaire donné (centre de diagnostic et de traitement). PNT = Programme National de Tuberculose. étudiées (données détaillées non fournires). La différence de régularité moyenne entre les cas traités avec succès et celle observée après traitement de première ligne administré initialement dans les 140 rechutes n'a pas été significative. Par contre, elle atteint tout juste la signification dans les 192 cas d'échecs. La régularité moyenne est de 97,6% dans la phase intensive et de 95,7% dans la phase de continuation pour les cas guéris ou qui ont achevé le traitement sans rechute enregistrée au cours des 1 à 4 années suivantes (suivi moyen 714 jours, médian 668). Pour le traitement initialement administré dans les rechutes, le taux moyen de régularité est de 96,5% dans la phase intensive (P = 0,15) et de 95,7% dans la phase de continuation. Pour les échecs, les données correspondantes sont de 96,6% (P = 0,03) et de 94,6% (P = 0,04) respectivement. Par comparaison avec ceux définitivement guéris, les cas en rechute ne montrent pas une proportion significativement plus faible de régularité. Toutefois, pour la phase intensive dans le groupe échec, on note 87% seulement de sujets très réguliers (> 90%) contre 91,7% dans le groupe traité avec succès (P = 0,02) ; les valeurs correspondantes pour la phase de continuation sont de 75,5% vs 82,6% (P = 0,001). Le nombre moyen de doses supervisées n'est pas significativement plus faible (16,8 pour les cas guéris ou qui ont achevé le traitement, 16,9 pour les rechutes et 17,3 pour les échecs) et il n'y a pas eu un nombre moindre de cas intensément supervisés dans ces cas de résultat défavorable. Le Tableau 3 fait état des nombres d'échecs de première ligne enregistrés et parmi eux, du nombre de Hr et de MR; Il les compare aux nombres attendus obtenus à partir des taux signalés dans les essais cliniques. Selon Mitchison et Nunn, les taux d'échecs du régime de première ligne utilisé au Bangladesh et testé dans les essais du BMRC en Afrique de l'est étaient de 0,3% dans les cas totalement sensibles et de 14% dans les cas initialement résistants à H- ou HS-. 4 Ceci correspond étroitement à nos propres données du Bangladesh pour les Hr préexistants. Le taux estimé d'échecs parmi les cas à MR initiale a été fixé à 50% en se basant sur nos propres résultats après utilisation de traitements de première ou de deuxième ligne (données non fournies). Pour la combinaison des cohortes de 1995, 1996 et 1997, on a traité par 2EHRZ/6HT cas neufs et cas non neufs. En appliquant les taux pour les cas neufs (5,60% Hr, 0,64% MR) et pour les cas non neufs (22,36% Hr et 5,58% MR) provenant de notre enquête initiale, on aurait dû trouver 818 cas Hr et 128 cas MR parmi eux. Par rapport aux nombres calculés, il y a a eu un excès d'échecs de 37 Hr observés (n = 151 vs 114), correspondant à 0,33% de la cohorte de traitement de 3 ans. Pour MR, le calcul des excès a fourni une valeur négative de six cas (n = 58 observés vs 64

7 Evaluation de la lutte antituberculeuse 7 POURCENTAGE DE PATIENTS AVEC SOUCHES RESISTANTES 20% 18% 16% 14% 13,2% 12,8% 11,6% 12% 10% 8% 10,0% 9,4% 8,3% 7,6% TOTAL INH-RESISTANT TOTAL MDR-TB 6% 4% 2,4% 2,9% 2,9% 2,4% 2,2% 1,8% 1,4% 2% 0% AT START 1 YR. 2 YRS. 3 YRS. 4 YRS. 5 YRS. > 5 YRS. ANNEES DEPUIS LE DEBUT DE LA COUVERTURE PAR LE PNT Figure 2 Evolution de la résistance combinée aux médicaments dans les cas se présentant pour le traitement, par années de couverture au sein du PNT. Les «patients avec souches résistantes» se rapportent à tous les patients, les cas neufs aussi bien que ceux qui ont été traités antérieurement. Les enregistrements ont été regroupés selon le nombre d'années depuis le début du PNT dans un dispensaire donné (centre de diagnostic et de traitement). INH = isoniazide ; TB-MR = tuberculose à germes multirésistants ; PNT = Programme National de Tuberculose. attendus) soit 0,06% de la cohorte. A la Figure 1, on trouve l'évolution de l'enregistrement des différents types de cas (n = ) à partir du début des activités de lutte antituberculeuse de la Fondation Damien. A la Figure 2, les estimations correspondantes d'enregistrement de cas Hr et MR sont mentionnées. La diminution rapide des cas de retraitement hors-pnt (provenant essentiellement du secteur privé) de 35% jusqu'à moins de 7% de l'ensemble des enregistrements est particulièrement évidente. Les cas de retraitement après traitement au sein du programme sont restés à un niveau presque constant, actuellement autour de 3%. La décroissance calculée des cas Hr est quasi linéaire allant de 13,2% à 7,6% après plus de 5 années de fonctionnement, à la fois en raison de ce glissement et aussi de la diminution dans la proportion d'échecs/rechutes de première ligne résistants. Les cas MR semblent être restés stables (passant de 2,4% à 2,9%) avec une diminution jusqu'à 1,4% de l'ensemble des cas mais seulement après plus de 5 ans. DISCUSSION Les essais cliniques du BMRC ont démontré que le régime de 8 mois 2SHRZ/6HT, utilisé plus tard très généralement dans les programmes de l'uictmr et donc appelé pour cette raison «régime UICTMR», ne crée virtuellement pas de résistance acquise 4 et que le type de sensibilité initiale persiste dans les rechutes (habituellement sensibles). Des résultats ont parfois été simplifiés à l'excès, certains considérant que toutes les rechutes après chimiothérapie de courte durée étaient sensibles à l'ensemble des médicaments. Le suivi continu et non publié du PNT tanzanien (Martin Chonde, communication personnelle, Arusha 1998) tout comme une enquête récente au Bénin 10 indiquent la persistance de bas niveaux de résistance primaire et l'absence virtuelle de MR après utilisation prolongée de ce régime. Utilisé sous DOT intensif, le régime UICTMR ne semble pas provoquer d'augmentation des taux de résistance médicamenteuse dans les nouveaux cas du District de Karonga (Malawi) où chez les patients traités antérieurement, la résistance à l'inh est tombée de 54% à 10% en une période d'environ 12 ans, 11 quoique les tests répétés de sensibilité aux médicaments après traitement ont révélé l'apparition de Hr dans 9/47 cas d'échecs/rechutes. Hélas, plusieurs retours à la sensibilité pour l'inh font mettre quelque peu en doute l'interprétation de ce rapport de Karonga. En Afrique du Sud, les taux de résistance à l' INH ont baissé, au cours d'une période de 25 ans d'utilisation supervisée d'un régime de 6 mois

8 8 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease (E)HRZ de bout en bout, de 14% à 9,5% dans les cas neufs et de 54% à 15% dans les cas traités antérieurement. 12 On a également signalé en Corée, en Algérie et aux USA des diminutions de résistance aux médicaments à la fois dans les cas neufs et traités antérieurement au sein d'un PNT bien organisé ou après l'introduction du DOT Au contraire, des traitements chaotiques dans l'etat de Gujarat (Inde) ont provoqué une augmentation de la résistance aux médicaments dans les cas traités antérieurement;: la résistance à l'inh est montée de 34,5% à 55,8% et celle à la RMP de 2,8% à 37,3% sur 6 ans seulement. 16 Grâce à l'absence virtuelle de toute infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), le PNT du Bangladesh a pu continuer à utiliser le régime de l'uictmr sans beaucoup de difficultés. Toutefois, quoique les taux de guérison approchaient 85%, les tests de sensibilité des cas d'échec et de rechute ont montré des taux alarmants de résistance. On notera particulièrement les modifications de résistance à la SM quoiqu'elle n'était pas utilisés du tout dans les régimes de traitement du PNT (EHRZ/HT). Bien que la résistance médicamenteuse à la SM seule ne soit pas modifiée significativement par comparaison aux niveaux de l'étude initiale (diminution d'1% seulement), nous avons observé une augmentation hautement significative et disproportionnée des résistances à l'égard de S+H et de S+H+R (de huit à 12 fois, et soit de cinq à huit fois la chute pour la seule SM, Tableau 1). Nous avançons l'hypothèse qu'une partie importante de la résistance observée n'est pas une RAM au delà de la résistance préexistante à la SM, mais bien une RPM persis-tant tout au long du traitement, un phénomène qui a déjà été signalé antérieurement. 17 Frieden et Coll ont eux aussi trouvé un certain degré de résistance préexistante dans 60% des cas résistants traités antérieurement. 18 En partant de niveaux modérément élevés de RPM, les taux bien plus élevés d'échecs/rechutes parmi les sujets Hr initiaux par comparaison aux cas sensibles 4,9 devraient entraîner logiquement une telle accumulation de résistance dans ce groupe. Si l'on applique les ratios des types de résistance SH(E) et SHR(E) au total de départ de Hr et au total de MR, l'on pourrait expliquer toutes les résistances observées dans les échecs/rechutes des «cas neufs avant traitement de première ligne». Dans le groupe de «cas non neufs avant traitement», environ 16% des Hr observés ne pourraient pas s expliquer comme correspondant à un résidu concentré alors que l'ensemble des MR pourrait s expliquer ainsi. Au total, notre interprétation arrive à justifier presque tous les taux de résistance médicamenteuse observés (Tableau 1, dernière colonne, parties supérieure et inférieure). Ces calculs ont été faits sans prendre en compte les intervalles de confiance des taux, mais les test de sensibilité répétés avant et après 2EHRZ/6HT ont apporté un appoint supplémentaire à notre hypothèse de «résidu». Dans les 17 paires disponibles, une seule souche est passée d'une résistance limite à une résistance complète à l'inh et l'on n'a pu démontrer aucune résistance acquise à l'inh ou à la RMP. Dès lors, puisqu'il existe un mélange de RAM et de RPM transmise mais dans des proportions inconnues, les taux de résistance aux médicaments parmi les échecs/rechutes ne permettent pas de tirer facilement de conclusions sur les performances du programme. Toutefois la mise en tableaux des taux de résistance médicamenteuse par année a montré des tendances claires avec une augmentation significative des isolats sensibles et une diminution à la fois des cas Hr et des cas MR. Nous interprétons ceci comme la conséquence d'un pool décroissant de cas résistants existants, en l'absence de taux significatifs de véritable résistance acquise. Nous avons également cherché des indices de RAM en calculant les nombres attendus d'échecs résistants. Les estimations calculées pourraient justifier tous les cas de MR observés parmi les échecs comme étant préexistants, mais ce n'est pas le cas pour tous les HR. Toutefois, l'excès est inférieur à 1% de la cohorte traitée. Une résistance médicamenteuse préexistante semble donc expliquer plus de la moitié de nos échecs/rechutes au cours des premières années du programme, contrairement à l'idée généralisée que ceux-ci sont dus principalement à une mauvaise prise en charge du traitement. 3 Nous n'avons pu trouver que de petites différences en comparant la régularité de la prise des médicaments et les nombres de doses supervisées chez les patients en échec/rechute et dans les cas définitivement guéris. Le nombre moyen de doses prises sous DOT ainsi que la proportion de patients à DOT très fréquent étaient égaux et même peut-être meilleurs parmi les échecs/rechutes. Toutefois, dans les zones de RPM très basse (qui contribue peu à la résistance médicamenteuse chez ceux qui ont été traités précédemment) et/ou dans les zones où la prise en charge des cas est très déficiente, on a trouvé une meilleure corrélation de la régularité et du DOT avec les échecs/rechutes ; il se peut qu un plus grand nombre d'authentiques RAM puisse être observé. En extrapolant les taux et les tendances de la résistance aux médicaments à l'ensemble de nos

Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso

Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso INT J TUBERC LUNG DIS 14(11):1424 1429 2010 The Union Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso L. Sangaré,* S. Diandé, G.

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB Alimatou Ndiaye et Christian Lienhardt Programme Tuberculose, UMR 145 IRD Dakar Justification

Plus en détail

Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam

Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam INT J TUBERC LUNG DIS 14(10):1303 1309 2010 The Union Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam N. B. Hoa,* C. Wei,

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

RESUME. C. Crampin,* S. B. Floyd, F. Mwaungulu, * G. Black, * R. Ndhlovu, * E. Mwaiyeghele, * J. R. Glynn, D. K. Warndorff, P. E. M.

RESUME. C. Crampin,* S. B. Floyd, F. Mwaungulu, * G. Black, * R. Ndhlovu, * E. Mwaiyeghele, * J. R. Glynn, D. K. Warndorff, P. E. M. Int J Tuberc Lung Dis 2001 ; 5(11) : 994-999 2001 IUATLD Comparaison entre deux et trois frottis pour l'identification des patients atteints de tuberculose à culture positive dans un contexte rural africain

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse 7 ième édition Chapitre 8 : La tuberculose pharmacorésistante Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse, 7 ième édition est disponible sur Internet

Plus en détail

Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR)

Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR) Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR) COURS SUR LA TUBERCULOSE MULTIRÉSISTANTE (TB-MR) Association Médicale Mondiale L Association Médicale Mondiale (AMM) est une organisation internationale

Plus en détail

TUBERCULOSE Nouveautés 2009

TUBERCULOSE Nouveautés 2009 TUBERCULOSE Nouveautés 2009 Dr Grégoire Gex Rencontres Genevoises de Pneumologie Avril 2010 Introduction 6044 articles dans PubMed avec Tuberculose dans titre en 2009 Stratégie de recherche : Sélections

Plus en détail

L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature

L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature INT J TUBERC LUNG DIS 1 (1): 12-15 1997 IUATLD L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature A. Trébucq UICTMR, 68 Bd Saint

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Tuberculose

Consensus Scientifique sur la. Tuberculose page 1/17 Consensus Scientifique sur la Tuberculose Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Niveau 2 - Détails sur la Tuberculose 1. Qu est-ce que la tuberculose et en quoi constitue-t-elle une

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Prise en charge des patients infectés par le VIH atteints de TB-MDR et de TB-XDR dans les contextes à ressources limitées

Prise en charge des patients infectés par le VIH atteints de TB-MDR et de TB-XDR dans les contextes à ressources limitées Int J Tuberc Lung Dis; 12(12): 1370-1375 The Union 2008 PROBLèMES NON RéSOLUS Prise en charge des patients infectés par le VIH atteints de TB-MDR et de TB-XDR dans les contextes à ressources limitées F.

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Le test s'est déroulé en trois étapes successives

Le test s'est déroulé en trois étapes successives TEST SUR LES BASES BIBLIOGRAPHIQUES Rapport* du bureau Marcel van Dijk L'étude qui suit présente les résultats du test quantitatif et qualitatif de 5 bases bibliographiques disponibles en France : BNOPALE

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins Questions et réponses Q-1 Pourquoi modifier à nouveau le régime d'assurance collective

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

INDICATEURS D ALERTE PRÉCOCE DE RÉSISTANCE DU VIH AUX ANTIRÉTROVIRAUX

INDICATEURS D ALERTE PRÉCOCE DE RÉSISTANCE DU VIH AUX ANTIRÉTROVIRAUX INDICATEURS D ALERTE PRÉCOCE DE RÉSISTANCE DU VIH AUX ANTIRÉTROVIRAUX Indicateurs de l Organisation mondiale de la Santé pour surveiller la prévention de la résistance du VIH aux antirétroviraux sur les

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers.

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Dr Raphaël BRIOT ; Dr Jean GARRIC Syndicat National des Praticiens Hospitaliers d'anesthésie-réanimation RÉSUMÉ

Plus en détail

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique conservateur de la grossesse extra-utérine J. L. POULY, G. MAGE, H. MANHES, Françoise GACHON Ginette GAIL- LARD M. A. BRUHAT Service de Gynécologie-Obstétrique,

Plus en détail

Rendement de la recherche des contacts à partir de cas-index de tuberculose pédiatrique à Gaborone, Botswana

Rendement de la recherche des contacts à partir de cas-index de tuberculose pédiatrique à Gaborone, Botswana INT J TUBERC LUNG DIS 17(8):1049 1055 2013 The Union Rendement de la recherche des contacts à partir de cas-index de tuberculose pédiatrique à Gaborone, Botswana S. Puryear,* G. Seropola, A. Ho-Foster,

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1

Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1 Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1 Qu est ce que la compliance? Une maladie a été diagnostiquée Le diagnostic est correct Le traitement a été bien indiqué, bien choisi,

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise de la tuberculose?

Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise de la tuberculose? INT J TUBERC LUNG DIS 13(5):558 568 2009 The Union ETAT DE LA QUESTION SERIE ETAT DE LA QUESTION Tuberculose Edité par I. D. Rusen NUMERO 7 DE LA SERIE Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision Présenté dans le cadre de la journée La santé publique internationale : expériences

Plus en détail

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN ANNEXE LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN Dans le cadre de son mandat pour 2001, le Comité de protection social (CPS) a présenté un rapport recommandant une série initiale de dix indicateurs primaires et

Plus en détail

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluations de la survie sans progression et du contrôle locoregional comme critère de substitution

Plus en détail

Analyse et interprétation des données

Analyse et interprétation des données 8 Analyse et interprétation des données Les données de l enquête peuvent être utilisées pour différents types d analyses aussi bien au niveau national qu au niveau international. Ce chapitre explique comment

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 22/2014 du 19 mars 2014 Objet : demande d'avis concernant un projet d'arrêté royal réglementant les traitements par les médicaments de substitution (CO-A-2014-006) La Commission de la protection

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/6 Avis n 05/2008 du 27 février 2008 Objet : avis relatif au monitoring des groupes à potentiel au sein du Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding (Office flamand de l'emploi et de

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS / DU CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE relatif à la vaccination par le vaccin

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Marco Lagi, Yavni Bar-Yam, Karla Z. Bertrand et Yaneer Bar-Yam New England Complex Systems Institute 238 Main St. Suite 319 Cambridge MA 02142, USA

Marco Lagi, Yavni Bar-Yam, Karla Z. Bertrand et Yaneer Bar-Yam New England Complex Systems Institute 238 Main St. Suite 319 Cambridge MA 02142, USA MISE A JOUR Février 2012 Les crises alimentaires : validation de la capacité de prévision d'un modèle quantitatif des prix de denrées alimentaires qui comporte les spéculations et la conversion en éthanol.

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal)

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal) Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal) Entrée en vigueur prévue le 1 er janvier 2017 Teneur des modifications et commentaire Berne, août 2015 1 Table des matières 1 Contexte 3 2 Dispositions

Plus en détail

Utilisation du contrôle de qualité

Utilisation du contrôle de qualité Bio-Rad Laboratories Contrôle de qualité Utilisation du contrôle de qualité Les fondements d un haut niveau de soins des patients passent par l amélioration des performances au laboratoire Bio-Rad Laboratories

Plus en détail

Eléments fondamentaux à considérer dans un PSN. Gestion des Approvisionnements et des Stock (GAS)

Eléments fondamentaux à considérer dans un PSN. Gestion des Approvisionnements et des Stock (GAS) Eléments fondamentaux à considérer dans un PSN Gestion des Approvisionnements et des Stock (GAS) 13 Mars 2014 Julien Deschamps, PharmD OMS IST/AC GDF-RSO Présentation 1-Activités GAS fondamentales 2-Accès

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter?

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Paul Milliez, MD, PhD Service de Cardiologie CHU Cote de Nacre, Caen Définition arythmie emboligène. Arythmie caractérisée

Plus en détail

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Dr P. Ringwald Global Malaria Programme 1 Résistance aux médicaments antipaludiques Aptitude d une souche de parasite du paludisme à survivre ou à se reproduire

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort?

Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort? Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort? William Parienté Université Catholique de Louvain J-PAL Europe povertyactionlab.org Plan de la semaine 1. Pourquoi évaluer? 2. Comment mesurer l impact?

Plus en détail

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Antibioprophylaxie en chirurgie dans le cadre des soins : enquête mondiale OMS RÉSUMÉ DU PROJET Comme en

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Proposition de directive Position du BEUC Contact: Anne Fily & Farid Aliyev financialservices@beuc.eu Ref.: X/2011/055-14/09/11 1 BEUC,

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE

LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE 1. OBJECTIFS DE L'ETUDE STATISTIQUE Le traitement statistique des données a été effectué par le Professeur A. ALBERT du Centre Interdisciplinaire de Statistique

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

La Commission de la protection de la vie privée (ci-après "la Commission") ;

La Commission de la protection de la vie privée (ci-après la Commission) ; 1/13 Commission de la protection de la vie privée Délibération STAT n 18/2013 du 17 juillet 2013 Objet : demande formulée par le Département des Études de la Banque nationale de Belgique afin d'obtenir

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation 1 / 8 Découvrir le code 1 5P-6P Fiche de présentation Titre de l'activité Sous-titre Degré(s) concerné(s) Durée estimée Résumé Contexte d'utilisation de la calculatrice Contenus et compétences mathématiques

Plus en détail

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014 Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 11 Diffusé à 8 h 3, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 14 Le taux d'épargne s'entend du rapport entre l'épargne brute et le

Plus en détail

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Département des Statistiques du FMI Les idées exprimées ici sont celles de l auteur et ne doivent en aucun cas être attribuées

Plus en détail

Deux études cliniques

Deux études cliniques Etat bucco-dentaire des patients en psychiatrie Motivation des patients à l hygiène bucco-dentaire: Deux études cliniques Valérie BERTAUD GOUNOT MCU PH UFR Odontologie Dr en Chirurgie Dentaire, CH Guillaume

Plus en détail

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003.

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE HAUTE-NORMANDIE RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES DU 31 MARS 2004 SUR LA GESTION DE L'HOPITAL LOCAL DE BRETEUIL-SUR-ITON (Exercices 1997 et suivants) I - RAPPEL DE LA

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

Défaut de paiement : une obligation incomplète

Défaut de paiement : une obligation incomplète Défaut de paiement : une obligation incomplète La loi de 2003 relative à la Centrale des Crédits aux Particuliers (CCP) organise l'enregistrement de tous les crédits à la consommation et crédits hypothécaires

Plus en détail

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande.

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacycommission.be COMMISSION

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail