Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement"

Transcription

1 Int J Tuberc Lung Dis ; 5(4): IUATLD Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement A. Van Deun,* A. Hamid Salim, L. Rigouts, * M. Rahman, K. Fissette,* F. Portaels,* * Unité de Mycobactériologie, Institut de Médecine Tropicale, Anvers, Belgique; Fondation Damien Bangladesh, Dhaka, Bangladesh RESUME CADRE : Un programme de lutte antituberculeuse connaissant les taux de base de résistance à l'égard des médicaments et utilisant le schéma 2EHRZ/6TH dans le traitement des nouveaux cas. OBJECTIF : Estimer le degré de résistance médicamenteuse créé par ce programme. SCHEMA : On a comparé les taux de résistance dans les cas d'échec et de rechute après traitement par 2EHRZ/6TH aux valeurs de base et on a suivi les profils de résistance d'isolats répétés. Les nombres d'échecs résistants observés ont été comparés aux nombres attendus en raison d'une résistance préexistante. On a extrapolé les tendances de résistance dans les nouveaux cas et dans les retraitements combinés. RESULTATS : On a observé des taux très élevés de résistance médicamenteuse, mais les modifications dans la résistance à la streptomycine, l'absence virtuelle de résistance acquise documentée et la superposition étroite des échecs observés et des échecs attendus indiquent tous que le mécanisme principal est l'accumulation des résistances primaires aux médicaments. La résistance dans les cas de rechute ou d'échec a une tendance significativement régressive et la décroissance estimée de la résistance combinée aux médicaments est rapide CONCLUSIONS : La résistance à l'égard des médicaments dans les cas traités antérieurement semble résulter d'une résistance primaire transmise plutôt que d'une véritable résistance acquise. Une enquête unique peut donc entraîner des confusions, mais des tests de routine permanents peuvent constituer la meilleure méthode de suivi de la résistance médicamenteuse. Les cas traités antérieurement par chimiothérapie de courte durée peuvent présenter une résistance aux médicaments beaucoup plus souvent que l'on ne le croit généralement et devraient tous bénéficier d'un régime de retraitement. Le régime 2EHRZ/6TH s'est avéré très sûr dans les conditions du terrain, n'entraînant aucune «amplification» vers une multirésistance et pratiquement aucune résistance acquise à l'égard de l'isoniazide. La mise en œuvre de ce régime en association avec un régime standardisé de retraitement a semblé réduire rapidement les niveaux de résistance à l'isoniazide et ceux de multirésistance, quoiqu'il n'y ait pas eu d'application stricte d'un traitement directement observé. MOTS CLE : tuberculose ; résistance antituberculeuse ; résistance acquise LES OBJECTIFS MONDIAUX de tout programme de lutte antituberculeuse doivent être de guérir le plus grand nombre possible de patients et d'éviter en même temps de créer une résistance acquise aux médicaments (RAM). 1 La surveillance des taux de résistance médicamenteuse devrait dès lors faire partie intégrante du monitoring du programme. On a proposé dans cette optique à la fois des enquêtes représentatives répétitives sur la résistance primaire aux médicaments (RPM) ainsi que des tests systématiques de sensibilité aux médicaments (TSM) pour tous les cas d'échec après traitement de première ligne et pour les rechutes (échecs/rechutes). 1,2 Quoiqu'ils ne soient pas nécessaires pour une reprise de traitement standard, les tests dans les échecs sont supposés révéler des rechutes avec RAM causés par le mauvais fonctionnement du programme. Les échecs/rechutes ont été attribués principalement à des régimes inadéquats et à la prise irrégulière de médicaments puisqu'ils étaient rarement en relation avec la résistance médicamenteuse dans les anciens essais cliniques contrôlés. 3,4 On a soulevé récemment la question d'une «amplification» de la résistance aux médicaments et du développement d'une multirésistance (MR, définie comme une résistance au moins à l'égard de l'isoniazide et de la rifampicine) même lorsqu'on applique les régimes standardisés recommandés par l'union Internationale Contre la Tuberculose et les Maladies Respiratoires (UICTMR) et l'organisation Mondiale de la Santé (OMS). 5,6 Malgré les Auteur pour correspondance : Dr Armand Van Deun, Mycobacteriology Unit, Institute of Tropical Medicine, Nationalestraat 155, 2000 Antwerp, Belgium. Fax: (+32) [Traduction de l'article "Evaluation of tuberculosis control by periodic or routine susceptibility testing in previously treated cases" Int J Tuberc Lung Dis 2001 ; 5(4) : ]

2 2 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease indications suggérant que la tuberculose multirésistante (TB-MR) disparaît dans des programmes de DOTS bien appliqués (traitement directement observé de courte durée), 5 une stratégie DOTS- Plus concernant le traitement des TB-MR a été préconisée. De plus, dans certaines parties du monde, des tests systématiques de sensibilité aux médicaments suivis par des régimes individualisés ont été suggérés pour l'ensemble des cas. 7 Depuis 1994, La Fondation Damien a mis en œuvre des projets de TB pour le Programme National de Tuberculose (PNT) du Bangladesh dans une zone d'activité comportant huit des 64 districts qui n'étaient pas couverts par le PNT avant cette période. Les régimes suivants sont utilisés : 1) 2(3)EHRZ/6HT * comme régime de première ligne pour les cas à bacilloscopie positive; en accord avec les directives du PNT, 8 jusqu'au début 1997 ce régime a été prescrit également pour les cas «non neufs» qui avaient utilisé R pendant moins d'une mois; 2) 2SEHRZ/1(2)EHRZ/5(EHR) 3 pour les cas de retraitement; jusque 1997, le régime de première ligne a été administré aux cas de retraitement qui avait utilisé R pendant moins d'un mois; après cette date, le PNT nous a autorisé à prescrire le régime de retraitement également pour ces cas; et 3) 2EHZ/10HT pour les nouveaux cas à bacilloscopie négative et les cas extrapulmonaires. En 1995, au début de l'implication de la Fondation Damien dans le PNT du Bangladesh, les taux de résistance de départ dans les cas «neufs» ou traités antérieurement ont été déterminés sur un échantillon représentatif de patients qui n'avaient jamais été traités dans le cadre du programme; ces données ont été publiées antérieurement. 8 Nous faisons état ici du suivi ultérieur de la résistance dans les échecs/rechutes du traitement au sein du PNT. Les critères d'échec et de rechute sont conformes aux directives standard des PNT, 1 et sont donc basés essentiellement pour les échecs sur la présence de résultats positifs confirmés de bacilloscopies d'expectoration à 5 mois ou plus tard au cours du traitement ou pour les rechutes après l'achèvement du traitement. Les cas «neufs» et de retraitement avaient reçu un traitement antituberculeux antérieur respectivement pendant moins d'un mois ou pendant un mois ou davantage. OBJECTIFS L'objectif principal a été d'obtenir une vision approfondie sur la sécurité des régimes appliqués * E, EMB = éthambutol ; H, INH = isoniazide ; R, RMP = rifampicine ; Z, PZA = pyrazinamide ; T, Th = Thioacétazone. Les chiffres précédant les lettres indiquent la durée en mois de la phase de traitement, tandis que les chiffres en indice indiquent le nombre d'administrations du médicament par semaine. dans le PNT en ce qui concerne le développement d'une résistance aux médicaments 1) en comparant les taux de résistance aux médicaments parmi les échecs/rechutes aux taux de base trouvés avant l'implication de la Fondation Damien dans le PNT ; 2) en comparant la résistance aux médicaments avant et après traitement pour le petit nombre de paires d'isolats disponibles ; 3) en corrélant la résistance, le résultat du traitement et la régularité de la présence pour chercher les médicaments ou pour le TDO ; 4) en comparant le nombre d'échecs avec résistance aux médicaments observés à ceux attendus en appliquant les taux signalés dans des essais cliniques ; et 5) en estimant les tendances de la résistance combinée aux médicaments. METHODES Une enquête sur la résistance aux médicaments, représentative pour la zone d'activité de huit districts, a été conduite peu de temps après le début des activités de la Fondation Damien au Bangladesh. Nous avons publié antérieurement l'analyse des seuls cas nouveaux pour le programme donnant un profil de départ de la résistance aux médicaments dans les cas «neufs» et «traités antérieurement». 8 Ultérieurement les échantillons d'expectoration provenant de cas de rechute ou d'échec ont été échantillonnés de manière systématique avec une anamnèse répétitive dans tous les cas classés comme «neufs» au début de la première cure de traitement, de façon à détecter des traitements antérieurs méconnus. Les échantillons ont été envoyés ensuite pour détermination de la sensibilité au laboratoire de référence supranational d'anvers en Belgique et testés selon les techniques décrites antérieurement. 8 Les taux de résistance observés dans ces échantillons ont été comparés à ceux obtenus dans l'enquête de départ qui avait concerné des patients qui n'avaient jamais été traités au sein du PNT. Les taux initiaux dans les cas traités antérieurement ont été comparés à ceux des rechutes/échecs des premiers traitements dont l anamnèse signalait la prise de médicaments pendant au mois un mois avant les 2EHRZ/6HT («cas non neufs avant le traitement de première ligne»). D'autre part, les taux initiaux observés chez les patients sans anamnèse de prise médicamenteuse («cas neufs avant le traitement de première ligne») ont été comparés aux taux de départ trouvés précédemment dans les nouveaux cas. Pour l'analyse, les types de résistance médicamenteuse ont été classifiés ensuite en deux groupes principaux, ceux résistant à l'inh et à ses combinaisons à l'exclusion de la MR (Hr = résistance à l'inh seul ou à d'autres médicaments mais pas à la RMP) et les cas de MR. Etant donné que la streptomycine (S, SM) n'était pas utilisée dans le

3 Evaluation de la lutte antituberculeuse 3 traitement de première ligne et que dès lors la résistance à la streptomycine ne pouvait pas être acquise, l'analyse s'est focalisée au sein des classes Hr et MR sur les modifications des taux de résistance à la SM et aux combinaisons la comportant, en l'occurrence SH(E) et SHR(E). Les ratios de taux des rechutes/échecs sur les données de début ont été calculés pour SH(E) ou pour SHR(E). Le produit des Hr totaux ou des MR de départ avec ces ratios a été comparé avec les taux correspondants effectivement observés dans les échecs/rechutes de façon à tester l'hypothèse que toutes les Hr ou MR pourraient correspondre à des résistances préexistantes plutôt qu'acquises. Ceci a été fait en premier lieu séparément pour les groupes «cas neufs avant le traitement de première ligne» et «cas non neufs avant le traitement de première ligne». On a calculé ensuite les ratios globaux d échecs/rechutes pour le traitement de première ligne et les produits de leur multiplication pour la Hr totale et la MR en utilisant des prévalences proportionnelles des «cas neufs avant» et «pas neufs avant» au sein de notre population d'étude ainsi que les résultats correspondants pour les groupes respectifs. Les types de résistance pour tous les isolats appariés disponibles (pré et post traitement de première ligne) ont été testés pour la RAM à l'inh et/ou RMP après test répété de sensibilité aux médicaments. Les données de traitement de 1995, 1996 et 1997 ont été codées et régulièrement mises à jour pour les rechutes survenant jusqu'à la mi-1999 (entre 1 et 4 ans après la fin du traitement). La régularité a été exprimée comme la durée attendue du traitement divisée par la durée effective, les deux étant mesurées comme nombre de jours à la fois pour la phase intensive et la phase de continuation. Les résultats computés de sensibilité aux médicaments ont été comparés aux données de traitement du patient. Toutes les données introduites ont été vérifiées par un des auteurs (AVD). Tableau 1 Résistance dans les cas d'échec et de rechute après traitement de première ligne comparée aux profils initiaux Rechutes + échecs cas neufs avant traitement de première ligne Rechutes + échecs cas non neufs avant traitement de première linge Tous rechutes + échecs après traitement de première ligne Résistance aux médicaments Etude initiale cas neufs Etude initiale cas non neufs Nb de patients examinés Sensible à tout (%) 88,20 47,77 63,67 10,79 39,10 Résistant à H seulement (%) 3,86 24,02 14,53 42,16 28,27 A R seulement (%) 0,43 0,00 0,56 1,96 0,46 à S seulement (%) 5,15 4,20 5,03 3,91 4,13 à E seulement (%) 0 0,30 1,68 0,00 0,23 à RS (%) 0 0,00 1,12 0,00 0,00 à HE (%) 0 1,80 1,68 3,92 2,30 à HR (%) 0,43 1,80 1,12 8,82 3,45 à HRE (%) 0 1,20 2,23 4,90 2,07 à SH/SHE (%) 1,72 13,81 6,15 13,73 13,79 à SHR/SHRE (%) 0,21 5,10 2,23 9,80 6,20 Tous H excepté MDR (%) 5,58 39,63 22,36 59,80 44,36 Total MDR (%) 0,64 8,10 5,58 23,53 11,72 Ratios de résistance comparés aux valeurs initiales pour S/RS seulement 0,82 0,64 0,77 pour SH(E) 8,03 2,23 6,67 pour SHR(E) 24,29 4,40 19,62 Résistance attendue en appliquant les ratios ci-dessus observés pour SH(E) et SHR(E) Ratios de résistance comparés aux valeurs initiales Total du % résistance H attendu 44,80 49,90 46,0 en utilisant le ratio SH(E) observé Total du % MR attendu en utilisant le ratio SH(E) observé 15,54 24,53 17,65 Les cas de rechute ou d'échec sans prise de médicaments antituberculeux au moins un mois avant la Cat 1 sont appelés «neufs avant traitement de première ligne», et comparés aux cas neufs de l'enquête initiale. Les autres sont répartis séparément comme «non neufs avant le traitement de première ligne» et comparés aux cas «non neufs» de l'enquête initiale. H = isoniazide ; R = rifampicine ; S = streptomycine ; E = éthambutol ; MR = multirésistance (résistance à au moins H et R).

4 4 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease On a comparé le nombre enregistré d'échecs du traitement de première ligne au nombre attendu. On a extrapolé le nombre total d'échecs résistants aux médicaments enregistrés à partir des taux de résistance aux médicaments observés dans la présente étude de suivi, après stratification en cas «neufs avant traitement de première ligne» et «non neufs avant traitement de première ligne». Les nombres de cas initialement résistants parmi l'ensemble des cas traités par le régime de première ligne ont été estimés en appliquant les taux observés dans notre étude initiale. Les taux d'échec après 2SEHRZ/6HT, signalés dans les essais cliniques du British Medical Research Council (BMRC) 4,9 ont été utilisés pour calculer les échecs attendus parmi les cas atteints d'une tuberculose initialement résistante. Finalement, on a calculé la prévalence de la résistance et sa tendance au fil du temps pour chaque année depuis le début des activités de la Fondation Damien dans la lutte antituberculeuse. Les enregistrements ont été classés par type de patients (neufs, retraitement après un traitement hors-programme, retraitement après traitement dans le programme) et le nombre de patients de chaque type a été multiplié par son taux observé de résistance. Pour les cas neufs et les retraitements hors-programme, il s'agissait des taux correspondants provenant de l'enquête initiale. Pour les échecs/rechutes dans le programme, on a appliqué les taux observés au cours des différentes années et signalés ici. Pour les analyses statistiques, on a utilisé la version 6.04 Epi-Info. Les taux ont été comparés en utilisant le test 2 de Pearson ou le test exact de Fisher. RESULTATS Au Tableau 1 figurent les taux de résistance trouvés dans l'enquête initiale comparés à ceux de 435 cas de retraitement (204 échecs et 231 rechutes après un traitement de première ligne) représentant la totalité de ces cas de retraitement échantillonnés jusqu'à la fin de Les prélèvements ont couvert tous les centres de traitement et ont concerné 69% des cas enregistrés d'échec et 82% des cas enregistrés de rechute pour les cohortes encodées. Les échantillons manquants provenaient d'oublis du staff ou du refus du patient de fournir un échantillon puisqu'il n'y avait pas de critère d'exclusion. Les taux séparés sont présentés pour les 334 cas de patients «neufs avant le traitement de première ligne» et pour les 102 cas de patients «non neufs avant le traitement de première ligne». Dans les cas «neufs avant le traitement de première ligne», la Hr totale a augmenté d'une valeur de départ de 5,58% jusqu'à 39,63%. Pour la MR, ce taux est passé de 0,64% à 8,1%. Etonnamment, il; n'y a pas eu un seul cas de résistance à la seule RMP et seulement un cas (0,3%) à EMB. La résistance à la seule SM a diminué légèrement mais non significativement, passant d'une valeur de départ de 5,15% à 4,2%, mais la résistance à l'égard de SH(+E) a augmenté de façon disproportionnée, d'une valeur de départ de 1,72% à 13,81%. De la même manière la résistance à SHR(+E) s'est modifiée considérablement, passant de 0,21% au départ à 5,1%. A la partie inférieure du Tableau 1, on trouve les ratios de taux de résistance aux médicaments pour les différents profils de résistance médicamenteuse, incluant la SM, observés dans les échecs/rechutes par rapport aux valeurs de départ. Les augmentations de SH(+E) et SHR(+E), qui correspondent à un facteur de 8,03 ou 24,29, sont toutes deux hautement significatives (P<0,0001). Les produits des taux de base pour les nouveaux cas Hr et MR avec leurs ratios respectifs étaient de 44,8% pour Hr et de 15,4% pour MR. Les taux de résistance observés parmi les échecs/rechutes «non neufs avant traitement de première ligne» étaient plus élevés mais leurs modifications ont été similaires (Tableau 1). Le Hr total a augmenté d'une valeur de 22,36% au départ à 59,8%, alors que les taux de MR ont augmenté de 5,58% à 23,53%. Dans ce groupe également, la résistance à SM n'a diminué que légèrement, alors que la résistance à SH(+E) et SHR(+E) a augmenté de facteurs de respectivement 2,23 (P = 0,03) et Tableau 2 Tendance des profils de résistance acquise par année Combinaison des échecs et des rechutes de première ligne Profil de résistance Total Sensible 13,8% 29,2% 44,8% 56,5% 39,1% Hr (pas MR) 62,1% 52,1% 41,9% 30,6% 44,4% MR 20,7% 12,5% 10,5% 6,8%% 11,7% Nb de souches étudiées Hr = résistance à l'isoniazide (seule ou avec d'autres médicaments mais pas avec la rifampicine);mr= multirésistance aux médicaments (résistance à au moins isoniazide et rifampicine).

5 Evaluation de la lutte antituberculeuse 5 Tableau 3 Résistance aux médicaments observée dans les cas d'échec du traitement de première ligne : cohortes , comparaison des nombres observés et attendus Taux appliqués Cohorte totale traitée par le traitement de première ligne entre 1995 et 1997 Cas neufs traités par le traitement de première ligne Cas «non neufs» traités par le traitement de première ligne 1153 Hr présent parmi les cas neufs à l exception de MR (taux de l enquête initiale) 5,60% 560 Hr présent parmi les cas «non neufs» à l exception de MR 22,36% 258 (taux de l enquête initiale) Total des cas Hr dans la cohorte 818 MR parmi les cas neufs (taux de l enquête initiale) 0,64% 64 MR parmi les cas «non neufs» (taux de l enquête initiale) 5,58% 64 Total des MR dans la cohorte 128 Echecs du traitement de première ligne attendus en raison 14,00% 114 (a) de Hr (réf 7 et 8 et donées personnelles) Echecs du traitement de première ligne attendus en raison de MR (données personnelles) 50% 64 (b) Echec du traitement de première ligne enregistrés de 1995 à Hr (à l exclusion de MR) parmi les échecs enregistrés, en 53% 151 (c) appliquant les taux trouvés dans la présente étude MR parmi les échecs enregistrés, en appliquant les taux 20% 58 (d) trouvés dans la présente étude Excès d échecs Hr (=c - a) 37 Excès d échecs Hr en % de la cohorte 0,33% Excès d échecs MR (=d b) -6 Excès d échecs MR en % de la cohorte - 0,06% MR = multirésistance aux médicaments (résistance à au moins H et R); Hr = résistance à l'isoniazide (seule ou avec d'autres médicaments mais pas avec la rifampicine); 4,40 (P = 0,005). Les produits de ces facteurs avec leurs taux respectifs dans les cas traités antérieurement provenant de l'étude initiale était de 49,90% pour Hr total et de 24,53% pour MR. Si l'on combine à la fois les patients neufs et non neufs avant le traitement de première ligne, nos 435 échecs/rechutes ont un ratio de taux global par rapport à la résistance médicamenteuse de départ de 0,77 pour SM, 6,67 pour SH(+E) et de 19,62 pour SHR(+E). Les produits globaux de multiplication ont été de 46% pour Hr total et de 17,65% pour MR totale. Si l'on considère séparément les échecs et les rechutes dans les cas de première ligne, le taux de Hr est élevé dans les deux groupes (36,8% dans les rechutes et 52,4% dans les échecs). La différence est plus prononcée pour la MR, où elle est présente seulement dans 4,3% des rechutes contre 19,9% dans les échecs de première ligne. Les taux de résistance observés dans les échecs/rechutes de première ligne ont diminué nettement avec le temps (Tableau 2). Hr a diminué de 62,1% en 1995/1996 à 30,6% en 1999 (P<0,0001). Les données pour la MR sont de 20,7% et 6,8% (P = 0,016). La proportion de cas sensibles à tous les médicaments a augmenté de 13,8% jusqu'à 56,5% (P< 0,0001). Si l'on prend seulement en considération la période qui fait suite au changement du régime de retraitement indiqué depuis 1997, la tendance des cas d'échecs/rechutes à être totalement sensibles ou Hr reste significative (P = 0,0002 et P = 0,003), mais parmi ces cas, la tendance de MR n'atteint pas la signification (P = 0,31). Pendant cette période, la résistance aux médicaments parmi les échecs/rechutes du régime de retraitement n'a pas manifesté une tendance quelconque, fluctuant autour d'une moyenne de 16,7% pour Hr et 55,0% pour MR dans les rechutes et de 7,3% pour Hr et de 86,9% pour MR dans les échecs (données non fournies). La sensibilité aux médicaments avait été déterminée avant traitement dans 10 rechutes de première ligne et dans sept échecs (données détaillées non fournies). Dans ces 17 paires, à part quelques variations dans la résistance à l'emb, le type de résistance était le même avant et après traitement. Il y avait 10 Hr, quatre MR et deux cas sensibles à INH et RMP. La résistance d une souche était limite pour l'inh avant et complète après le traitement de première ligne. On n'a trouvé aucun cas de résistance acquise à la RMP. La régularité et la supervision moyennes du traitement pour tous les cas d'échecs/rechutes des cohortes de 1995/1996/1997 ont également été

6 6 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease PROPORTION DES CAS 100% 90% 80% 70% 65,0% 66,7% 73,5% 79,6% 81,6% 86,0% 90,1% NEW CASES 60% 50% 40% 35,0% 31,7% NON-NTP RETREATMENTS 30% 20% NTP RETREATMENTS 10% 0% 0,0% AT START 16,9% 22,8% 14,8% 10,6% 2,6% 4,1% 4,1% 6,8% 3,5% 3,4% 3,1% 1 YR. 2 YRS. 3 YRS. 4 YRS. 5 YRS. > 5 YRS. ANNEES DEPUIS LE DEBUT DE LA COUVERTURE PAR LE PNT Figure 1 Evolution du type de cas se présentant pour le traitement par année de couverture au sein du PNT. On a inclus seulement les TB pulmonaires à bacilloscopie positive. Les enregistrements ont été regroupés selon le nombre d'années depuis le début du PNT dans un dispensaire donné (centre de diagnostic et de traitement). PNT = Programme National de Tuberculose. étudiées (données détaillées non fournires). La différence de régularité moyenne entre les cas traités avec succès et celle observée après traitement de première ligne administré initialement dans les 140 rechutes n'a pas été significative. Par contre, elle atteint tout juste la signification dans les 192 cas d'échecs. La régularité moyenne est de 97,6% dans la phase intensive et de 95,7% dans la phase de continuation pour les cas guéris ou qui ont achevé le traitement sans rechute enregistrée au cours des 1 à 4 années suivantes (suivi moyen 714 jours, médian 668). Pour le traitement initialement administré dans les rechutes, le taux moyen de régularité est de 96,5% dans la phase intensive (P = 0,15) et de 95,7% dans la phase de continuation. Pour les échecs, les données correspondantes sont de 96,6% (P = 0,03) et de 94,6% (P = 0,04) respectivement. Par comparaison avec ceux définitivement guéris, les cas en rechute ne montrent pas une proportion significativement plus faible de régularité. Toutefois, pour la phase intensive dans le groupe échec, on note 87% seulement de sujets très réguliers (> 90%) contre 91,7% dans le groupe traité avec succès (P = 0,02) ; les valeurs correspondantes pour la phase de continuation sont de 75,5% vs 82,6% (P = 0,001). Le nombre moyen de doses supervisées n'est pas significativement plus faible (16,8 pour les cas guéris ou qui ont achevé le traitement, 16,9 pour les rechutes et 17,3 pour les échecs) et il n'y a pas eu un nombre moindre de cas intensément supervisés dans ces cas de résultat défavorable. Le Tableau 3 fait état des nombres d'échecs de première ligne enregistrés et parmi eux, du nombre de Hr et de MR; Il les compare aux nombres attendus obtenus à partir des taux signalés dans les essais cliniques. Selon Mitchison et Nunn, les taux d'échecs du régime de première ligne utilisé au Bangladesh et testé dans les essais du BMRC en Afrique de l'est étaient de 0,3% dans les cas totalement sensibles et de 14% dans les cas initialement résistants à H- ou HS-. 4 Ceci correspond étroitement à nos propres données du Bangladesh pour les Hr préexistants. Le taux estimé d'échecs parmi les cas à MR initiale a été fixé à 50% en se basant sur nos propres résultats après utilisation de traitements de première ou de deuxième ligne (données non fournies). Pour la combinaison des cohortes de 1995, 1996 et 1997, on a traité par 2EHRZ/6HT cas neufs et cas non neufs. En appliquant les taux pour les cas neufs (5,60% Hr, 0,64% MR) et pour les cas non neufs (22,36% Hr et 5,58% MR) provenant de notre enquête initiale, on aurait dû trouver 818 cas Hr et 128 cas MR parmi eux. Par rapport aux nombres calculés, il y a a eu un excès d'échecs de 37 Hr observés (n = 151 vs 114), correspondant à 0,33% de la cohorte de traitement de 3 ans. Pour MR, le calcul des excès a fourni une valeur négative de six cas (n = 58 observés vs 64

7 Evaluation de la lutte antituberculeuse 7 POURCENTAGE DE PATIENTS AVEC SOUCHES RESISTANTES 20% 18% 16% 14% 13,2% 12,8% 11,6% 12% 10% 8% 10,0% 9,4% 8,3% 7,6% TOTAL INH-RESISTANT TOTAL MDR-TB 6% 4% 2,4% 2,9% 2,9% 2,4% 2,2% 1,8% 1,4% 2% 0% AT START 1 YR. 2 YRS. 3 YRS. 4 YRS. 5 YRS. > 5 YRS. ANNEES DEPUIS LE DEBUT DE LA COUVERTURE PAR LE PNT Figure 2 Evolution de la résistance combinée aux médicaments dans les cas se présentant pour le traitement, par années de couverture au sein du PNT. Les «patients avec souches résistantes» se rapportent à tous les patients, les cas neufs aussi bien que ceux qui ont été traités antérieurement. Les enregistrements ont été regroupés selon le nombre d'années depuis le début du PNT dans un dispensaire donné (centre de diagnostic et de traitement). INH = isoniazide ; TB-MR = tuberculose à germes multirésistants ; PNT = Programme National de Tuberculose. attendus) soit 0,06% de la cohorte. A la Figure 1, on trouve l'évolution de l'enregistrement des différents types de cas (n = ) à partir du début des activités de lutte antituberculeuse de la Fondation Damien. A la Figure 2, les estimations correspondantes d'enregistrement de cas Hr et MR sont mentionnées. La diminution rapide des cas de retraitement hors-pnt (provenant essentiellement du secteur privé) de 35% jusqu'à moins de 7% de l'ensemble des enregistrements est particulièrement évidente. Les cas de retraitement après traitement au sein du programme sont restés à un niveau presque constant, actuellement autour de 3%. La décroissance calculée des cas Hr est quasi linéaire allant de 13,2% à 7,6% après plus de 5 années de fonctionnement, à la fois en raison de ce glissement et aussi de la diminution dans la proportion d'échecs/rechutes de première ligne résistants. Les cas MR semblent être restés stables (passant de 2,4% à 2,9%) avec une diminution jusqu'à 1,4% de l'ensemble des cas mais seulement après plus de 5 ans. DISCUSSION Les essais cliniques du BMRC ont démontré que le régime de 8 mois 2SHRZ/6HT, utilisé plus tard très généralement dans les programmes de l'uictmr et donc appelé pour cette raison «régime UICTMR», ne crée virtuellement pas de résistance acquise 4 et que le type de sensibilité initiale persiste dans les rechutes (habituellement sensibles). Des résultats ont parfois été simplifiés à l'excès, certains considérant que toutes les rechutes après chimiothérapie de courte durée étaient sensibles à l'ensemble des médicaments. Le suivi continu et non publié du PNT tanzanien (Martin Chonde, communication personnelle, Arusha 1998) tout comme une enquête récente au Bénin 10 indiquent la persistance de bas niveaux de résistance primaire et l'absence virtuelle de MR après utilisation prolongée de ce régime. Utilisé sous DOT intensif, le régime UICTMR ne semble pas provoquer d'augmentation des taux de résistance médicamenteuse dans les nouveaux cas du District de Karonga (Malawi) où chez les patients traités antérieurement, la résistance à l'inh est tombée de 54% à 10% en une période d'environ 12 ans, 11 quoique les tests répétés de sensibilité aux médicaments après traitement ont révélé l'apparition de Hr dans 9/47 cas d'échecs/rechutes. Hélas, plusieurs retours à la sensibilité pour l'inh font mettre quelque peu en doute l'interprétation de ce rapport de Karonga. En Afrique du Sud, les taux de résistance à l' INH ont baissé, au cours d'une période de 25 ans d'utilisation supervisée d'un régime de 6 mois

8 8 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease (E)HRZ de bout en bout, de 14% à 9,5% dans les cas neufs et de 54% à 15% dans les cas traités antérieurement. 12 On a également signalé en Corée, en Algérie et aux USA des diminutions de résistance aux médicaments à la fois dans les cas neufs et traités antérieurement au sein d'un PNT bien organisé ou après l'introduction du DOT Au contraire, des traitements chaotiques dans l'etat de Gujarat (Inde) ont provoqué une augmentation de la résistance aux médicaments dans les cas traités antérieurement;: la résistance à l'inh est montée de 34,5% à 55,8% et celle à la RMP de 2,8% à 37,3% sur 6 ans seulement. 16 Grâce à l'absence virtuelle de toute infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), le PNT du Bangladesh a pu continuer à utiliser le régime de l'uictmr sans beaucoup de difficultés. Toutefois, quoique les taux de guérison approchaient 85%, les tests de sensibilité des cas d'échec et de rechute ont montré des taux alarmants de résistance. On notera particulièrement les modifications de résistance à la SM quoiqu'elle n'était pas utilisés du tout dans les régimes de traitement du PNT (EHRZ/HT). Bien que la résistance médicamenteuse à la SM seule ne soit pas modifiée significativement par comparaison aux niveaux de l'étude initiale (diminution d'1% seulement), nous avons observé une augmentation hautement significative et disproportionnée des résistances à l'égard de S+H et de S+H+R (de huit à 12 fois, et soit de cinq à huit fois la chute pour la seule SM, Tableau 1). Nous avançons l'hypothèse qu'une partie importante de la résistance observée n'est pas une RAM au delà de la résistance préexistante à la SM, mais bien une RPM persis-tant tout au long du traitement, un phénomène qui a déjà été signalé antérieurement. 17 Frieden et Coll ont eux aussi trouvé un certain degré de résistance préexistante dans 60% des cas résistants traités antérieurement. 18 En partant de niveaux modérément élevés de RPM, les taux bien plus élevés d'échecs/rechutes parmi les sujets Hr initiaux par comparaison aux cas sensibles 4,9 devraient entraîner logiquement une telle accumulation de résistance dans ce groupe. Si l'on applique les ratios des types de résistance SH(E) et SHR(E) au total de départ de Hr et au total de MR, l'on pourrait expliquer toutes les résistances observées dans les échecs/rechutes des «cas neufs avant traitement de première ligne». Dans le groupe de «cas non neufs avant traitement», environ 16% des Hr observés ne pourraient pas s expliquer comme correspondant à un résidu concentré alors que l'ensemble des MR pourrait s expliquer ainsi. Au total, notre interprétation arrive à justifier presque tous les taux de résistance médicamenteuse observés (Tableau 1, dernière colonne, parties supérieure et inférieure). Ces calculs ont été faits sans prendre en compte les intervalles de confiance des taux, mais les test de sensibilité répétés avant et après 2EHRZ/6HT ont apporté un appoint supplémentaire à notre hypothèse de «résidu». Dans les 17 paires disponibles, une seule souche est passée d'une résistance limite à une résistance complète à l'inh et l'on n'a pu démontrer aucune résistance acquise à l'inh ou à la RMP. Dès lors, puisqu'il existe un mélange de RAM et de RPM transmise mais dans des proportions inconnues, les taux de résistance aux médicaments parmi les échecs/rechutes ne permettent pas de tirer facilement de conclusions sur les performances du programme. Toutefois la mise en tableaux des taux de résistance médicamenteuse par année a montré des tendances claires avec une augmentation significative des isolats sensibles et une diminution à la fois des cas Hr et des cas MR. Nous interprétons ceci comme la conséquence d'un pool décroissant de cas résistants existants, en l'absence de taux significatifs de véritable résistance acquise. Nous avons également cherché des indices de RAM en calculant les nombres attendus d'échecs résistants. Les estimations calculées pourraient justifier tous les cas de MR observés parmi les échecs comme étant préexistants, mais ce n'est pas le cas pour tous les HR. Toutefois, l'excès est inférieur à 1% de la cohorte traitée. Une résistance médicamenteuse préexistante semble donc expliquer plus de la moitié de nos échecs/rechutes au cours des premières années du programme, contrairement à l'idée généralisée que ceux-ci sont dus principalement à une mauvaise prise en charge du traitement. 3 Nous n'avons pu trouver que de petites différences en comparant la régularité de la prise des médicaments et les nombres de doses supervisées chez les patients en échec/rechute et dans les cas définitivement guéris. Le nombre moyen de doses prises sous DOT ainsi que la proportion de patients à DOT très fréquent étaient égaux et même peut-être meilleurs parmi les échecs/rechutes. Toutefois, dans les zones de RPM très basse (qui contribue peu à la résistance médicamenteuse chez ceux qui ont été traités précédemment) et/ou dans les zones où la prise en charge des cas est très déficiente, on a trouvé une meilleure corrélation de la régularité et du DOT avec les échecs/rechutes ; il se peut qu un plus grand nombre d'authentiques RAM puisse être observé. En extrapolant les taux et les tendances de la résistance aux médicaments à l'ensemble de nos

Données supplémentaires sur la question de la chimiothérapie optimale en présence d'une résistance à l'isoniazide

Données supplémentaires sur la question de la chimiothérapie optimale en présence d'une résistance à l'isoniazide Int J Tuberc Lung Dis 2000 ; 4(9) : 890-894 2000 IUATLD ADDENDUM Données supplémentaires sur la question de la chimiothérapie optimale en présence d'une résistance à l'isoniazide R. Long,* M. Scalcini

Plus en détail

Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso

Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso INT J TUBERC LUNG DIS 14(11):1424 1429 2010 The Union Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso L. Sangaré,* S. Diandé, G.

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB Alimatou Ndiaye et Christian Lienhardt Programme Tuberculose, UMR 145 IRD Dakar Justification

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D ENQUÊTE CAS-INDEX DE TUBERCULOSE MAJ 20131115. Statut du cas-index

QUESTIONNAIRE D ENQUÊTE CAS-INDEX DE TUBERCULOSE MAJ 20131115. Statut du cas-index No LSPQ : No RAMQ : Nom : Prénom : Date de naissance : Âge : Sexe : M F Année - mois - jour Adresse (principale) : Code postal : Téléphone : Résidence : Travail : Autre : si enfant de moins de 18 ans,

Plus en détail

Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam

Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam INT J TUBERC LUNG DIS 14(10):1303 1309 2010 The Union Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam N. B. Hoa,* C. Wei,

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 LA SITUATION DE LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE ET EN AFRIQUE Par le Professeur Pierre Chaulet Alger 29 Novembre 2009 LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 En millions Taux Population mondiale 6.668 100% Personnes

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

Priorités pour les services de bactériologie de la tuberculose dans les pays à faibles revenus

Priorités pour les services de bactériologie de la tuberculose dans les pays à faibles revenus Priorités pour les services de bactériologie de la tuberculose dans les pays à faibles revenus Deuxième édition 2007 Union Internationale Contre la Tuberculose et les Maladies Respiratoires Priorités pour

Plus en détail

La tuberculose est peut-être sous-estimée chez les femmes rwandaises

La tuberculose est peut-être sous-estimée chez les femmes rwandaises INT J TUBERC LUNG DIS 15(6):776 781 2011 The Union La tuberculose est peut-être sous-estimée chez les femmes rwandaises C. B. Uwizeye,* G. De Serres, R. Gilca, K. Schwartzman, M. Gasana* * Tuberculosis

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La tuberculose est une maladie contagieuse causée par le Mycobacterium tuberculosis aussi appelé bacille de Koch. Au moment de l inhalation du bacille

Plus en détail

Le test Xpert MTB/RIF pour les programmes nationaux contre la tuberculose dans les pays à faibles revenus : quand, où et comment?

Le test Xpert MTB/RIF pour les programmes nationaux contre la tuberculose dans les pays à faibles revenus : quand, où et comment? INT J TUBERC LUNG DIS 15(12):1567 1571 2011 The Union PERSPECTIVES Le test Xpert MTB/RIF pour les programmes nationaux contre la tuberculose dans les pays à faibles revenus : quand, où et comment? A. Trébucq,

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte. Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar

Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte. Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte prévalence : expérience du service des Maladies Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar Diop NA, Ndoye D, Niang

Plus en détail

Spirométrie. De quoi s agit-il? Aspects pratiques. Description

Spirométrie. De quoi s agit-il? Aspects pratiques. Description Spirométrie De quoi s agitil? La spirométrie est un examen indolore, très reproductible et fort simple qui reste le principal test de fonction respiratoire. C est un outil essentiel du suivi de la mucoviscidose

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

Qu est-ce que c est la tuberculose?

Qu est-ce que c est la tuberculose? Qu est-ce que c est la tuberculose? La tuberculose, souvent connu comme TB, est une maladie propagée par le microbe tuberculose. A peu près 8 millions de personnes par an sont infectées par la TB et 2

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

RESUME. C. Crampin,* S. B. Floyd, F. Mwaungulu, * G. Black, * R. Ndhlovu, * E. Mwaiyeghele, * J. R. Glynn, D. K. Warndorff, P. E. M.

RESUME. C. Crampin,* S. B. Floyd, F. Mwaungulu, * G. Black, * R. Ndhlovu, * E. Mwaiyeghele, * J. R. Glynn, D. K. Warndorff, P. E. M. Int J Tuberc Lung Dis 2001 ; 5(11) : 994-999 2001 IUATLD Comparaison entre deux et trois frottis pour l'identification des patients atteints de tuberculose à culture positive dans un contexte rural africain

Plus en détail

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins Questions et réponses Q-1 Pourquoi modifier à nouveau le régime d'assurance collective

Plus en détail

Invitation pour des Lettres d Intérêt

Invitation pour des Lettres d Intérêt Invitation pour des Lettres d Intérêt Recherche sur les approches novatrices pour la surveillance de l innocuité des chimiothérapies préventives des maladies tropicales négligées Date limite de soumission:

Plus en détail

Le test Xpert MTB/RIF sur le site de soins pour les suspects de tuberculose à frottis négatif dans un dispensaire de soins primaires en Afrique du Sud

Le test Xpert MTB/RIF sur le site de soins pour les suspects de tuberculose à frottis négatif dans un dispensaire de soins primaires en Afrique du Sud INT J TUBERC LUNG DIS 17(3):368 372 2013 The Union Le test Xpert MTB/RIF sur le site de soins pour les suspects de tuberculose à frottis négatif dans un dispensaire de soins primaires en Afrique du Sud

Plus en détail

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse 7 ième édition Chapitre 8 : La tuberculose pharmacorésistante Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse, 7 ième édition est disponible sur Internet

Plus en détail

Retards du patient et du système de santé dans le diagnostic et le traitement de la tuberculose

Retards du patient et du système de santé dans le diagnostic et le traitement de la tuberculose INT J TUBERC LUNG DIS 3 (12): 1088-1095 1999 IUATLD Retards du patient et du système de santé dans le diagnostic et le traitement de la tuberculose L. F. Sherman,* P. I. Fujiwara,* S. V. Cook,* L. B. Bazerman,*

Plus en détail

Fonctions du dossier médical informatisé du médecin généraliste (1997)

Fonctions du dossier médical informatisé du médecin généraliste (1997) Fonctions du dossier médical informatisé du médecin généraliste (1997) Cadre général A partir de sources diverses, le médecin généraliste centralise les données médicales d'un patient: ces données proviennent

Plus en détail

La tuberculose en Suisse: rare et parfois compliquée

La tuberculose en Suisse: rare et parfois compliquée ARTICLE DE REVUE 925 Les signes cliniques typiques, la région d origine et l âge fournissent des indications pour poser le diagnostic La tuberculose en Suisse: rare et parfois compliquée Ekkehardt Altpeter

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Fondation contre le Cancer Chaussée de Louvain 479 1030 Bruxelles 02/743 45 75 (communication)

COMMUNIQUE DE PRESSE Fondation contre le Cancer Chaussée de Louvain 479 1030 Bruxelles 02/743 45 75 (communication) ARRETS EN BAISSE ET «RECHUTES» EN HAUSSE : LE NOMBRE DE FUMEURS AUGMENTE A NOUVEAU! Bruxelles, 1 mars 2010. Le nombre de fumeurs a encore augmenté en 2009, pour atteindre 32% de fumeurs quotidiens. C'est

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

Prof. Neil Berinstein

Prof. Neil Berinstein 01.12.2000 Prof. Neil Berinstein Medical Oncology/Hematology, Sunnybrook Regional Cancer Center, Kanada Le traitement par rituximab plus CHOP est supérieur au CHOP seul chez les patients âgés avec lymphome

Plus en détail

Les mesures d'aide fiscale à la R-D et les entreprises québécoises

Les mesures d'aide fiscale à la R-D et les entreprises québécoises Les mesures d'aide fiscale à la R-D et les entreprises québécoises par Daniel Lebeau Économiste et agent de recherche au Conseil de la science et de la technologie Octobre 1996 Nous remercions Marcel Dagenais

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Tuberculose

Consensus Scientifique sur la. Tuberculose page 1/17 Consensus Scientifique sur la Tuberculose Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Niveau 2 - Détails sur la Tuberculose 1. Qu est-ce que la tuberculose et en quoi constitue-t-elle une

Plus en détail

Division de la Population Départment des Affaires Économiques et Sociales Nations Unies New York

Division de la Population Départment des Affaires Économiques et Sociales Nations Unies New York Division de la Population Départment des Affaires Économiques et Sociales Nations Unies New York LES MIGRATIONS DE REMPLACEMENT : S'AGIT-IL D'UNE SOLUTION AU DÉCLIN ET AU VIEILLISSEMENT DES POPULATIONS?

Plus en détail

Observance et supervision du traitement de la tuberculose dans un programme DOTS parmi une population pastorale en Ouganda

Observance et supervision du traitement de la tuberculose dans un programme DOTS parmi une population pastorale en Ouganda INT J TUBERC LUNG DIS 18(7):799 803 2014 The Union Observance et supervision du traitement de la tuberculose dans un programme DOTS parmi une population pastorale en Ouganda J. Kisambu,* F. Nuwaha, J.

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Surmortalité liée à la canicule d août 2003

Surmortalité liée à la canicule d août 2003 Rapport remis au Ministre de la Santé et de la Protection Sociale Denis Hémon Directeur INSERM - U170 - IFR 69 Recherches épidémiologiques et statistiques sur l environnement et la santé et Eric Jougla

Plus en détail

Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR)

Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR) Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR) COURS SUR LA TUBERCULOSE MULTIRÉSISTANTE (TB-MR) Association Médicale Mondiale L Association Médicale Mondiale (AMM) est une organisation internationale

Plus en détail

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers.

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Dr Raphaël BRIOT ; Dr Jean GARRIC Syndicat National des Praticiens Hospitaliers d'anesthésie-réanimation RÉSUMÉ

Plus en détail

Gestion des Médicaments et Produits Pharmaceutiques pour la Lutte contre la Tuberculose

Gestion des Médicaments et Produits Pharmaceutiques pour la Lutte contre la Tuberculose Gestion des Médicaments et Produits Pharmaceutiques pour la Lutte contre la Tuberculose Un Guide pour les Programmes Nationaux de Lutte Antituberculeuse Revu août 2008 Gestion des Médicaments et Produits

Plus en détail

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS Nelly GOUIDER En, chaque personne résidant sur le territoire métropolitain a effectué en moyenne près de six voyages à plus de kilomètres de son domicile au cours

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Le test s'est déroulé en trois étapes successives

Le test s'est déroulé en trois étapes successives TEST SUR LES BASES BIBLIOGRAPHIQUES Rapport* du bureau Marcel van Dijk L'étude qui suit présente les résultats du test quantitatif et qualitatif de 5 bases bibliographiques disponibles en France : BNOPALE

Plus en détail

L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature

L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature INT J TUBERC LUNG DIS 1 (1): 12-15 1997 IUATLD L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature A. Trébucq UICTMR, 68 Bd Saint

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Académie de Pharmacie 2 décembre 2015 Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Lucien Abenhaim Laser Analytica London School of Hygiene & Tropical Medicine 1 Questions Définitions

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique»

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» M1_presentation_generale_4juil05.doc 1/11 MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» La mention s articule autour de 6 spécialités : Recherche en éthique : Pr Christian HERVE (herve@necker.fr)

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

TUBERCULOSE Nouveautés 2009

TUBERCULOSE Nouveautés 2009 TUBERCULOSE Nouveautés 2009 Dr Grégoire Gex Rencontres Genevoises de Pneumologie Avril 2010 Introduction 6044 articles dans PubMed avec Tuberculose dans titre en 2009 Stratégie de recherche : Sélections

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité CARDIOCALM, comprimé,

Plus en détail

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision Dans ce tableau, si le chercheur ne s intéresse pas aux notes item par item mais simplement à la note globale, alors il conservera seulement les première et dernière colonnes et calculera des statistiques

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

Coûts subis par les patients pendant le traitement de la tuberculose au Bangladesh et en Tanzanie : le potentiel de régimes plus courts

Coûts subis par les patients pendant le traitement de la tuberculose au Bangladesh et en Tanzanie : le potentiel de régimes plus courts INT J TUBERC LUNG DIS 18(7):810 817 2014 The Union Coûts subis par les patients pendant le traitement de la tuberculose au Bangladesh et en Tanzanie : le potentiel de régimes plus courts E. Gospodarevskaya,*

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.12. COM() 597 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL concernant les informations relatives à l'incidence budgétaire de l'actualisation

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Les 3Is dans la Prise en charge de la co infection TB/VIH: Etat de la mise en œuvre, défis et perspectives

Les 3Is dans la Prise en charge de la co infection TB/VIH: Etat de la mise en œuvre, défis et perspectives Les 3Is dans la Prise en charge de la co infection TB/VIH: Etat de la mise en œuvre, défis et perspectives Dr Ndella DIAKHATE/ Dr Franck LULE OMS Dakar, 1 er au 03 juillet 2009 Politique de collaboration

Plus en détail

Transfusion sanguine UHN. Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options

Transfusion sanguine UHN. Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options Transfusion sanguine Blood Transfusion - French Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options UHN Quels sont les avantages d'une transfusion sanguine? La transfusion

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

Dentifrice à haute teneur en fluorure

Dentifrice à haute teneur en fluorure Dentifrice à haute teneur en fluorure Résumé complet Description : Les dentifrices au fluorure ont été introduits sur le marché dans les années 50. [1] Le premier dentifrice au fluorure contenant du fluorure

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Utilisation des REER dans les années 90

Utilisation des REER dans les années 90 Ernest B. Akyeampong Utilisation des REER dans les années 90 Les derniers changements importants apportés à la Loi de l impôt sur le revenu, cette dernière se rapportant aux épargnes-retraite, sont entrés

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1

Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1 Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1 Qu est ce que la compliance? Une maladie a été diagnostiquée Le diagnostic est correct Le traitement a été bien indiqué, bien choisi,

Plus en détail

NC 20 Norme comptable relative aux dépenses de recherche et de développement

NC 20 Norme comptable relative aux dépenses de recherche et de développement NC 20 Norme comptable relative aux dépenses de recherche et de développement Objectif 01. De plus en plus d entreprises dépensent des sommes importantes en vue d améliorer leurs produits actuels et de

Plus en détail

Introduction à l'analyse statistique des données

Introduction à l'analyse statistique des données INTRODUCTION À L'ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES CONCEPTS DE BASE Un certain nombre de concepts, préalables indispensables à la compréhension des analyses présentées, sont définis ici. De même pour quelques

Plus en détail

Directives de la Direction. Directive de la Direction1.13. Cahier des charges des enseignants. Texte de référence: LUL, art. 47

Directives de la Direction. Directive de la Direction1.13. Cahier des charges des enseignants. Texte de référence: LUL, art. 47 Directives de la Direction Directive de la Direction1.13. Cahier des charges des enseignants Texte de référence: LUL, art. 47 1.13.1. Principes généraux Le cahier des charges d'un enseignant doit prendre

Plus en détail

Louis-André Vallet (CNRS) Laboratoire de Sociologie Quantitative, CREST, UMR 2773 CNRS & INSEE

Louis-André Vallet (CNRS) Laboratoire de Sociologie Quantitative, CREST, UMR 2773 CNRS & INSEE Utiliser le modèle log-linéaire pour mettre au jour la structure du lien entre les deux variables d un tableau de contingence : un exemple d application à la mobilité sociale Louis-André Vallet (CNRS)

Plus en détail

La perception de l'inflation par les ménages depuis le passage à l'euro

La perception de l'inflation par les ménages depuis le passage à l'euro INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable (Centre d étude des Amis de la Terre-Belgique) Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO Août 2009 Hilde De Boeck SOMMAIRE 1. Introduction 2. Mise en œuvre d un CQI 3. Préparation d un échantillon CQI 4. Calcule des valeurs cibles 5. Réalisation du

Plus en détail

Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens

Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens Résumé Avril 2015 Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

TRAVAIL DE STATISTIQUE : 1 ER BAC EN DIÉTÉTIQUE

TRAVAIL DE STATISTIQUE : 1 ER BAC EN DIÉTÉTIQUE TRAVAIL DE STATISTIQUE : 1 ER BAC EN DIÉTÉTIQUE OBJECTIFS Le but de ce travail est de réaliser, grâce aux logiciels LibreOffice Calc et R, une analyse statistique complète sur base de données se rapprochant

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 La pauvreté et le bien-être en Belgique Chiffres de la pauvreté selon l'enquête SILC Le risque de pauvreté reste stable autour de 15% en Belgique ; 21%

Plus en détail

Prévention et prise en charge des tuberculoses survenant sous anti-tnf

Prévention et prise en charge des tuberculoses survenant sous anti-tnf Bon usage Recommandations nationales Prévention et prise en charge des tuberculoses survenant sous anti-tnf Juillet 2005 143/147, bd Anatole France - F-93285 Saint-Denis Cedex tél. +33 (0) 1 55 87 30 00

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Gestion du manque de données Version 2, avril 2012 Public cible et objectif des supports de formation Ces supports de formation

Plus en détail

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4 SUJET INÉDIT 1 La société Coupe & Shampoing Coupe & Shampoing est un salon de coiffure indépendant. Afin de faire face à la concurrence de salons de coiffure franchisés, son dirigeant, Kamel, aimerait

Plus en détail

Facteurs contributifs des succès du traitement chez les patients tuberculeux : étude prospective de cohorte à Bangkok

Facteurs contributifs des succès du traitement chez les patients tuberculeux : étude prospective de cohorte à Bangkok Int J Tuberc Lung Dis; 12(10): 1160-1165 The Union 2008 Facteurs contributifs des succès du traitement chez les patients tuberculeux : étude prospective de cohorte à Bangkok K. Okanurak,* D. Kitayaporn,*

Plus en détail

LE PROGRAMME EUROPEEN «MOTOR CHALLENGE PROGRAMME» MODULE DES SYSTEMES DE VENTILATION

LE PROGRAMME EUROPEEN «MOTOR CHALLENGE PROGRAMME» MODULE DES SYSTEMES DE VENTILATION COMMISSION EUROPEENNE DIRECTION GENERALE ENERGIE ET TRANSPORT Energies nouvelles et gestion de la demande Promotion des énergies renouvelables et gestion de la demande Bruxelles, le 1er janvier 2003 LE

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Utilisation du contrôle de qualité

Utilisation du contrôle de qualité Bio-Rad Laboratories Contrôle de qualité Utilisation du contrôle de qualité Les fondements d un haut niveau de soins des patients passent par l amélioration des performances au laboratoire Bio-Rad Laboratories

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE EVOLUTION DES RATIOS TISEC FINANCIERS

NOTE DE SYNTHESE EVOLUTION DES RATIOS TISEC FINANCIERS NOTE DE SYNTHESE EVOLUTION DES RATIOS TISEC FINANCIERS Chaque année, les services du CNEAP vous demandent de leur transmettre vos données comptables. Votre participation en 2014 a été très bonne puisque

Plus en détail

Unité 11: Développement des ressources. humaines pour la mise en œuvre des activités conjointes de lutte contre la

Unité 11: Développement des ressources. humaines pour la mise en œuvre des activités conjointes de lutte contre la Unité 11: Développement des ressources humaines pour la mise en œuvre des activités conjointes de lutte contre la tuberculose et le VIH Objectifs A la fin de cette unité, les participants seront capables

Plus en détail

Taux d'interruption volontaire de grossesse, Montérégie et Québec, 2003 à 2008

Taux d'interruption volontaire de grossesse, Montérégie et Québec, 2003 à 2008 Surveillance de l'état de santé de la population Taux d'interruption volontaire de grossesse, Montérégie et Québec, 23 à 28??? En bref En Montérégie comme au Québec, les interruptions volontaires de grossesse

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Charge virale de l Hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 05VHC1 mars 2005 Edition : novembre 2006 Annales ARN-VHC 05VHC1 1 / 14 ARN-VHC

Plus en détail

Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement

Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement Son rôle dans le système de gestion de la qualité Considérations sur le programme La gestion de l équipement est l un des points essentiels

Plus en détail

Prise en charge des patients infectés par le VIH atteints de TB-MDR et de TB-XDR dans les contextes à ressources limitées

Prise en charge des patients infectés par le VIH atteints de TB-MDR et de TB-XDR dans les contextes à ressources limitées Int J Tuberc Lung Dis; 12(12): 1370-1375 The Union 2008 PROBLèMES NON RéSOLUS Prise en charge des patients infectés par le VIH atteints de TB-MDR et de TB-XDR dans les contextes à ressources limitées F.

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah

Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah Services Universitaires des Maladies Infectieuses et Tropicales de C.H.Tourcoing LEM-CNRS, Lille; 1 Introduction

Plus en détail