L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature"

Transcription

1 INT J TUBERC LUNG DIS 1 (1): IUATLD L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature A. Trébucq UICTMR, 68 Bd Saint Michel, Paris. RESUME CADRE : Revue de la littérature sur l'utilisation de l'éthambutol chez les enfants, à partir de Medline et des références des auteurs. OBJET : L'éthambutol est connu comme entraînant des complications secondaires oculaires. Son utilisation chez les enfants est en général déconseillée. L'article se propose de faire la revue des connaissances sur ce sujet. RESULTATS : auteur n'a décrit de complications secondaires majeures à l'éthambutol lorsque utilisé chez les enfants. CONCLUSION : L'utilisation de l'éthambutol peut-être recommandé en traitement de routine chez les enfants de 5 ans ou plus à la posologie de 15 mg/kg/jour sans prendre plus de précautions que chez les adultes, et ceci devrait être dit dans les recommandations officielles. Chez les enfants plus jeunes, il peut aussi être prescrit sans craintes majeures. MOTS-CLE : éthambutol ; enfants ; toxicité ; oculaire L'ETHAMBUTOL est le dichlorhydrate de l'isomère dextrogyre du 2,2'-[éthylène diimino] di-1-butanol, un dérivé synthétique de l'éthylène-diamine dont l'action antibacillaire a été découverte en Lorsqu'il a été synthétisé, différents isomères optiques (dextro, lévo, méso, racémique) ont été utilisés. Seul le dérivé dextrogyre a été finalement retenu, car les autres isomères nécessitent une posologie plus élevée pour obtenir une efficacité semblable et leur toxicité, notamment oculaire, est bien supérieure. Ceci explique pour une part la fréquence des accidents oculaires toxiques survenus au début de l'utilisation du produit. 1,2 Bien que classé comme bactériostatique, quelques études indiquent qu'il a une activité bactéricide à une posologie égale ou supérieure à 25 mg/kg. 3 Environ 20% de la dose orale apparaît dans les fèces, 10% est métabolisé sous une forme inactive, et le restant 60-70% est excrété sans altération dans les urines. En cas d'insuffisance rénale, la posologie doit être réduite. 4 L'effet toxique le plus sévère dû à l'éthambutol est la névrite optique rétrobulbaire qui se présente sous deux formes. 5-7 La plus fréquente, généralement réversible, est liée à la dose et à la durée du traitement : 8,9 les fibres centrales du nerf optique sont le plus souvent touchées, ce qui entraîne une vision floue, une diminution de l'acuité visuelle, un scotome central, et souvent l'impossibilité de distinguer la couleur verte et parfois le rouge. La forme plus rare de toxicité oculaire touche les fibres périphériques du nerf optique. L'acuité visuelle et la perception des couleurs ne sont pas forcément affectées, bien qu'une réduction du champ visuel périphérique soit trouvé à l'examen. La névrite étant rétrobulbaire dans les deux formes, le fond d'oeil est toujours normal. 8 Chez les adultes, la posologie recommandée pour l'éthambutol a été récemment révisée 10 et est à présent de 15 mg/kg/jour, sans tenir compte de la phase de traitement (ou 30 mg/kg trois fois par semaine, ou 45 mg/kg deux fois par semaine). La plupart des cliniciens l'utilisaient jusqu'à récemment à la posologie de 25 mg/kg/jour pendant les deux premiers mois de traitement puis à 15 mg/kg/ jour pendant 6 à 10 mois. L'éthambutol a été très largement utilisé dans les pays développés, dans ceux en voie de développement, et lors des essais thérapeutiques menés notamment par le British Medical Research Council (BMRC). La synthèse Correspondence to : Dr Arnaud Trébucq, UICTMR, 68 boulevard Saint Michel, Paris, France. Tel: (+33 1) Fax: (+33 1) [Traduction de l'article "Should ethambutol be recommended for routine treatment of tuberculosis among children? A review of the literature" Int J Tuberc Lung Dis 1997 ; 1(1):12-15.]

2 Tableau 1 Résumé des études sur les effets secondaires de l'éthambutol avec suivi actif Réf. Nombre de sujets Age Ethambutol posologie Nbre de mois avec éthambutol Test Effet secondaire ans 6-13 ans 20 mg/kg/jour 12 mois Enregistrements de Stimulation Visuelle (ESV) ans 25 mg/kg/jour pdt 2 mois, suivi par 15 mg/kg/jour pdt 4 mois ans 25 mg/kg/jour pdt 3 mois suivi par 15 mg/kg/jour pdt 9 mois 6 mois Examen (pas de détails) > 12 mois Examen (pas de détails) 1 cas avec minime oedème du disque optique sans symptomatologie. Ethambutol arrêté pdt 4 mois puis réintroduit ans mg/kg/jour 9-18 mois Acuité visuelle Vision des couleurs Champ visuel ans 25 mg/kg 2 jours par semaine > 6 mois Acuité visuelle Vision des couleurs Champ visuel Réflexe pupillaire % < 5 ans 25% 5-9 ans 46% ans mg/kg/jour 2-9 mois Questionnaire aux cliniciens 1 cas possible de toxicité oculaire sans examen de ces différents travaux 11 où l'éthambutol était utilisé pendant 2 à 12 mois a montré 10 cas de toxicité oculaire (sans séquelles) pour 2184 patients. Dans des séries réalisées aux USA (304 patients) 12 et au Canada (421 patients), 7 les complications sont apparues dans 1% des cas (respectivement trois et quatre cas), toutes réversibles sauf pour deux : altération mineure dans un cas, plus importante dans l'autre qui recevait le produit à une posologie plus élevée que recommandée (35 mg/kg pendant 4 mois). Des cas isolés de névrite rétrobulbaire, le plus souvent régressifs, sont par ailleurs décrits dans la littérature ; 13 néanmoins, un cas de complications majeures avec séquelles visuelles graves a été rapporté après 6 jours seulement d'éthambutol à 15 mg/kg. 14 Chez les enfants, les cas de toxicité oculaire suite à l'utilisation de l'éthambutol sont plus difficiles à détecter par manque de plainte et à cause des difficultés pour réaliser les examens oculaires (tests d'acuité visuelle, reconnaissance des couleurs, champs visuels). On peut distinguer les études où un suivi est réalisé dès la mise en place du traitement et celles où l'on rapporte les effets secondaires notés en cours de la thérapeutique dans le cadre de la surveillance globale du traitement (Tableaux 1 et 2). Etudes avec suivi En Inde, des Enregistrements de Stimulation Visuelle (ESV) ont été effectués chez 47 enfants 15 traités pour tuberculose (27 âgés de 3-5 ans et 20 de 6-13 ans), l'éthambutol (20 mg/kg/jour pendant 12 mois) faisant partie du régime thérapeutique. Les ESV mesurent l'acuité visuelle et sont capables de déceler des effets toxiques optiques subcliniques. Les ESV ont été réalisés aux mois 0, 2, 3, 6 et 12 du traitement, et entre le 3ème et le 6ème mois après l'arrêt du traitement. Dans cette étude, aucun changement significatif des ESV n'a été noté et les auteurs ont conclu que l'éthambutol pouvait être recommandé dans le traitement de routine de la tuberculose chez l'enfant. Dans deux autres études réalisées en Inde, 16,17 respectivement 54 et 16 enfants âgés de 2 à 14 ans ont été traités pour tuberculose par éthambutol (25 mg/kg/jour pendant 2-3 mois suivis par 15 mg/kg/jour pendant 4-9 mois) et ont été suivis sur le plan. Chez un seul enfant 17 âgé de 11 ans, un oedème minime du disque optique a

3 L'utilisation de l'éthambutol chez les enfants 3 Tableau 2 Résumé des études sur les effets secondaires de l'éthambutol sans suivi actif Réf Nombre de sujets Age Ethambutol posologie Nbre de mois avec éthambutol Test ophtalmologiqu e Effet secondaire ans 25 mg/kg/jour pdt 2-3 mois suivi par 15 mg/kg/jour 3-12 mois ans 15 mg/kg/jour 12 mois ans (50% < 3 ans) 17.5 mg/kg/jour 10 mois ans mg/kg/jour 2 mois été noté après 7 mois de traitement, sans symptomatologie; l'éthambutol a été arrêté pendant 4 mois puis réintroduit sans que l'œdème ne réapparaisse. En Corée, 45 enfants tuberculeux âgés de 1 à 15 ans ont été traités par éthambutol (15-25 mg/kg/jour) et isoniazide pendant 9 à 18 mois. Chaque patient était examiné une fois par mois pour mesure de l'acuité visuelle, de la vision des couleurs et des champs visuels. e toxicité oculaire liée à l'éthambutol n'a jamais été notée (données non publiées du MRC sur le Mal de Pott - communication personnelle de Wallace Fox 18 ). En Roumanie, enfants âgés de 4 et 5 ans ont reçu un traitement antituberculeux comprenant de l'éthambutol (25 mg/kg) donné deux fois par semaine. Ils ont eu des examens s aux mois 0, 3, et 6 du traitement (mesure de l'acuité visuelle, des champs visuels, des couleurs, des réflexes pupillaires et fond d'œil). cas de toxicité oculaire n'a été rapporté. Dans une étude en Grande-Bretagne, enfants âgés de 0 à 14 ans ont pris de l'éthambutol pour une durée variant de 2 à 9 mois (14% pendant plus de 6 mois - 22% recevaient moins de 13 mg/kg et 30% plus de 17 mg/kg; 12% ont reçu plus de 17 mg/kg pendant plus de 2 mois). Tous ont été recherchés 2 ans après l'arrêt du traitement; un seul cas possible de toxicité oculaire a été rapporté sans qu'un examen spécifique ait pu être effectué. Etudes sans suivi En Inde, l'éthambutol est largement utilisé dans le traitement de la tuberculose chez l'enfant. 16,17,21,22 La posologie utilisée est habituellement de 25 mg/kg/jour pendant les 2-3 premiers mois, suivi de 15 mg/kg/jour pendant 9-10 mois. Sur 219 enfants âgés entre 2 mois et 18 ans étudiés dans les deux dernières publications citées en référence, aucun effet secondaire n'a été noté. Dans une autre étude sur la méningite tuberculeuse, 23 pour 180 enfants âgés de 0 à 10 ans, l'éthambutol a été utilisé en deuxième phase de traitement pendant 10 mois à la posologie de 17,5 mg/kg/jour; aucune comp-lication oculaire n'a été attribuée à l'éthambutol. En Espagne, 24 aucun effet secondaire oculaire n'a été rapporté lors de l'utilisation de l'éthambutol chez l'enfant. Recommandations officielles Les informations sur les résultats de la chimiothérapie de courte durée chez les enfants sont rares et l'on considère habituellement que ce que l'on trouve chez l'adulte s'applique à l'enfant. Chez l'adulte, l'éthambutol est en général très bien supporté et pratiquement toujours recommandé au moins pendant les 2 premiers mois de traitement Son utilisation chez le jeune enfant n'est habituellement pas conseillée à cause du manque de possibilités pour l'enfant d'exprimer des plaintes de complication oculaire : Joint Tuberculosis Committee of the British Thoracic Society, 1986 : 9 'Il est préférable d'éviter l'emploi de l'éthambutol chez les enfant trop jeunes pour subir des tests oculaires objectifs, ainsi que chez l'adulte présentant des problèmes de langage ou de communication'. Organisation Mondiale de la Santé 26 et American Thoracic Society & Centers for Disease Control and Prevention, : «Chez l'enfant trop jeune (habituellement âgés de moins de 6 ans) pour que l'on puisse mesurer l'acuité visuelle et la discrimination des couleurs vert-rouge, l'éthambutol doit être utilisé avec précaution et après avoir envisagé le recours à d'autres antituberculeux». Le Guide de l'union Internationale Contre la Tuberculose et les Maladies Respiratoires : 25 il n'y

4 4 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease a pas mention d'un danger spécifique de l'utilisation de l'éthambutol chez l'enfant dans la quatrième édition; cependant dans la deuxième édition, il était recommandé de ne pas l'utiliser chez l'enfant. DISCUSSION Dans les programmes nationaux de lutte contre la tuberculose, l'utilisation de l'éthambutol est recommandée durant la phase initiale du traitement des cas pulmonaires à bacilloscopie positive et dans la phase de consolidation pour toute les formes de tuberculose si le thioacétazone n'est pas utilisé et que la prise de rifampicine ne peut être directement observée. 25,27 Cependant, dans de nombreux pays, beaucoup de cliniciens n'aiment pas utiliser l'éthambutol chez les enfants à cause des dangers de toxicité oculaire. Parmi les enfants, les cas rapportés de complication oculaire pendant un traitement comprenant de l'éthambutol sont très rares et toutes les données rapportées ici montrent une excellente tolérance à ce médicament. Dans la seule étude où un possible cas de toxicité oculaire a été rapportée chez un enfant, 20 les auteurs (du BMRC) ont conclu que l'éthambutol pouvait être utilisé même chez les jeunes enfants. Cette revue de la littérature montre qu'il n'y a pas de problème particulier chez les enfants, et pour ceux qui sont capables de collaborer avec les soignants - en général ceux âgés de 5 ans ou plus - les mêmes précautions devraient être prises que chez les adultes. Pour ceux âgés de moins de 5 ans ou incapables de communiquer correctement, la littérature est imprécise sur les moyens d'évaluer les effets oculaires secondaires : si les Enregistrements de Stimulation Visuelle (ESV) procurent une mesure indépendante de la participation active de l'enfant, ce n'est pas le cas pour tous les examens d'acuité visuelle, d'appréciation des couleurs ou de champ visuel. Néanmoins, les effets secondaires oculaires sont d'autant plus rares que l'éthambutol est utilisé à une posologie de 15 mg/kg/jour. Si l'on estime que l'éthambutol doit faire partie du régime de traitement standardisé de la tuberculose, quelle qu'en soit la raison (haut niveau de résistance, impossibilité d'organiser l'observation directe de la prise de la rifampicine, rifampicine non inclue dans le régime standardisé, difficultés d'approvisionnement en médicaments), il semble raisonnable de recommander l'utilisation de l'éthambutol sans grande crainte d'effets secondaires, même chez les très jeunes malades. CONCLUSION Pour les enfants âgés de 5 ans et plus, l'éthambutol peut être recommandé à la posologie de 15 mg/kg/jour pour le traitement de routine, sans prendre plus de précautions que chez l'adulte et ceci devrait faire partie des recommandations officielles. Pour les enfants plus jeunes, l'éthambutol peut aussi être utilisé sans crainte irraisonnée. Références 1 Verin P, Pesme D, Yacoubi M, Morax S. Toxicité oculaire de l'ethambutol. Arch Opht 1971; 31 (10): Tiburtius H. The undesired effects of Myambutol. Antibiotica et Chemotherapia 1970; 16: Jindani A, Aber V R, Edwards E A, et al. The early bactericidal activity of drugs in patients with pulmonary tuberculosis. Am Rev Respir Dis 1980; 121: Place V A, Thomas J P. Clinical pharmacology of Ethambutol. Am Rev Respir Dis 1963;87: Schild H S, Fox B C. Rapid-onset reversible ocular toxicity from ethambutol therapy. Am J Med 1991; 90: Kahana LM. Toxic ocular effect of ethambutol. Can Med Assoc J 1987; 137: Alvarez K L, Krop L C. Ethambutol-induced ocular toxicity revisited. Annals Pharmacother 1993; 27: Leibold J E. The ocular toxicity of ethambutol and its relation to dose. Annal NY Acad Sci 1966; 135: Derka H. Does a correlation exist between Myambutol dosage and occurrence of optic neuritis? Ophtalmologica 1975; 171 (2): WHO, Tuberculosis Control Workshop Report, Genève, Octobre WHO/TB/ Genève ; WHO, Citron K M, Thomas G O. Ocular toxicity from ethambutol. Thorax 1986; 41: Barron G J, Tepper L, Iovine G. Ocular toxicity from ethambutol. Am J Ophthalmol 1974; 77: Russo P A, Chaglasian M A. Toxic neuropathy associated with ethambutol: implications for current therapy. J Am Optom Assoc 1994; 65: Chatterjee V K, Buchanan D R, Friedmann A I, Green M. Ocular toxicity following ethambutol in standard dosage. Br J Dis Chest 1986; 80: Seth V, Khosla P K, Semwal O P, D'Monty V. Visual evoked responses in tuberculous children on ethambutol therapy. Indian Pediatr 1991; 28: Dingley H B, Sehgal K L. Treatment of pulmonary tuberculosis in children - a controlled study. Indian pediatrics 1974; 11: Mankodi N A, Amdekar Y K, Desai A G, Patel B D, Raichur G S. Ethambutol in unresponsive childhood tuberculosis. Indian Pediatrics 1970; 7: Fox W. Personal communication. Quoted in Tubercle. 1986; 67: Nagy A, Fodor F, Aved N, Chirita-Pall E, Szabo I. Studiu privind toxicitatea oculara a ethambutolului. Rev Ig Bacteriol Virusol Parazitol Epidemiolo Pneumophtisiol 1980; 29:

5 L'utilisation de l'éthambutol chez les enfants 5 20 Medical Research Council Tuberculosis and Chest Diseases Unit. Management and outcome of chemotherapy for childhood tuberculosis. Arch Dis Child 1989; 64: Bhatia M P, Merchant S M. Comparative study of antitubercular drugs in the management of primary complex. Indian Pediatrics 1975; 12: Singh S B, Saraf S K, Singh L I, Srivastava T P. Osteoarticular tuberculosis in children. Indian Pediatr 1992; 29: Ramachandran P, Duraipandian M, Nagarajan M, Prabhakar R, Ramakrishnan C V, Tripathy S P. Three chemotherapy studies of tuberculous meningitis in children. Tubercle 1986; 67: Sole-Mir E, Gussine-Canadell M, Castillo-Salinas F, Perez-LaCasta P. Tratamiento de seis meses en tuberculosis pulmonar infantil. Revision de 11 casos. An Esp Pediatr 1990; 32: Enarson D A, Rieder H L, Arnadottir T, Trébucq A. Tuberculosis guide for low income countries. 4th ed. Paris; IUATLD, WHO. Guidelines for tuberculosis treatment in adults and children in national tuberculosis programmes. WHO/TUB/91/ American Thoracic Society. Treatment of tuberculosis and tuberculosis infection in adults and children. Am J Respir Crit Care Med 1994; 149:

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

2 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease

2 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease INT J TUBERC LUNG DIS 3 (12): 1101-1105 1999 IUATLD Comparaison de la microscopie à fluorescence avec la technique de Ziehl-Neelsen pour la bacilloscopie de l'expectoration F. Ba,* H. L. Rieder *Laboratoire

Plus en détail

Figure 1 Différents éléments influençant les mesures de seuil réalisées en champ visuel

Figure 1 Différents éléments influençant les mesures de seuil réalisées en champ visuel LE CHAMP VISUEL DU SUJET NORMAL INFLUENCE DES METHODES D'EVALUATION Jacques CHARLIER U279 INSERM, LILLE INTRODUCTION La connaissance du champ visuel du sujet normal, de ses variations intra et interindividuelles

Plus en détail

Données supplémentaires sur la question de la chimiothérapie optimale en présence d'une résistance à l'isoniazide

Données supplémentaires sur la question de la chimiothérapie optimale en présence d'une résistance à l'isoniazide Int J Tuberc Lung Dis 2000 ; 4(9) : 890-894 2000 IUATLD ADDENDUM Données supplémentaires sur la question de la chimiothérapie optimale en présence d'une résistance à l'isoniazide R. Long,* M. Scalcini

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR Un article de synthèse paru dans les Folia de septembre 2000 sur le traitement médicamenteux de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) attirait

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Item 125 : Oeil et sclérose en plaques

Item 125 : Oeil et sclérose en plaques Item 125 : Oeil et sclérose en plaques Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Généralités... 1 2 Signes oculaires...2 ENC : OBJECTIFS Décrire les manifestations

Plus en détail

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Annexe III Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Remarque : Ces modifications des rubriques concernées du Résumé des caractéristiques du produit et de la notice sont

Plus en détail

Dentifrice à haute teneur en fluorure

Dentifrice à haute teneur en fluorure Dentifrice à haute teneur en fluorure Résumé complet Description : Les dentifrices au fluorure ont été introduits sur le marché dans les années 50. [1] Le premier dentifrice au fluorure contenant du fluorure

Plus en détail

RECOMMANDATIONS EN MATIÈRE DE TRAITEMENT DE L INFECTION TUBERCULEUSE LATENTE

RECOMMANDATIONS EN MATIÈRE DE TRAITEMENT DE L INFECTION TUBERCULEUSE LATENTE RECOMMANDATIONS EN MATIÈRE DE TRAITEMENT DE L INFECTION TUBERCULEUSE LATENTE INTRODUCTION Dans certains pays occidentaux, dont le Luxembourg, l incidence de la tuberculose a diminué de façon significative

Plus en détail

LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE : UNE APPROCHE SOCIO- COMPORTEMENTALE

LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE : UNE APPROCHE SOCIO- COMPORTEMENTALE LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE : UNE APPROCHE SOCIO- COMPORTEMENTALE Prof. Céline Pulcini Service de Maladies Infectieuses CHRU de Nancy 5 février 2015 DU ATB Grenoble BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES Définition

Plus en détail

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay Alzheimer 10 personnes affectées par malade 80% des soins à domicile par aidants naturels Les coûts annuels

Plus en détail

1. Définitions. 2. Objectif de santé. Diminuer l incidence des traumatismes non-intentionnels chez les enfants de 0 à 6 ans

1. Définitions. 2. Objectif de santé. Diminuer l incidence des traumatismes non-intentionnels chez les enfants de 0 à 6 ans Grille 8 non-intentionnels 1. Définitions Accident : o selon la Loi sur l Assurance Accident (LAA) : toute atteinte dommageable, soudaine et involontaire portée au corps humain par une cause extérieure

Plus en détail

une maladie contagieuse qui se soigne!

une maladie contagieuse qui se soigne! une maladie contagieuse qui se soigne! CENTRES DE LUTTE ANTITUBERCULEUSe (CLAT) LUTTE contre La TUBERCULOSE Le Conseil général des Bouches-du-Rhône met à votre disposition des Centres de Lutte Antituberculeuse

Plus en détail

LA REHABILITATION RESPIRATOIRE Comprendre les recommandations professionnelles

LA REHABILITATION RESPIRATOIRE Comprendre les recommandations professionnelles LA REHABILITATION RESPIRATOIRE Comprendre les recommandations professionnelles Ce guide rassemble les conclusions de l European Respiratory Society et l American Thoracic Society sur la réhabilitation

Plus en détail

L enseignement thérapeutique de l asthme est-il utile?

L enseignement thérapeutique de l asthme est-il utile? L enseignement thérapeutique de l asthme est-il utile? Dr Geneviève Nicolet-Chatelain*, Maya Ryser**, Dr François Heinzer*** Ligue Pulmonaire Vaudoise, Lausanne, Suisse Poster 1894-11-2006 (Session PO07,

Plus en détail

Changements dans la définition de la cécité

Changements dans la définition de la cécité INTRODUCTION Changements dans la définition de la cécité Les différentes catégories de déficiences visuelles utilisées aujourd hui dans le monde sont basées sur la 10 ème Révision 1 ère et 2 ème éditions.

Plus en détail

L a névrite optique est une inflammation du nerf optique.

L a névrite optique est une inflammation du nerf optique. Quoi de neuf dans la prise en charge des névrites optiques inflammatoires? V. Biousse* P O I N T S F O R T S P O I N T S F O R T S On parle de névrite optique rétrobulbaire lorsque le nerf optique est

Plus en détail

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG 21.02.2002 CONTEXTE Evolution des connaissances Evaluation de nouvelles approches thérapeutiques, de nouvelles

Plus en détail

ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN. P. Tounian. Hôpital Armand-Trousseau, Paris

ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN. P. Tounian. Hôpital Armand-Trousseau, Paris ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN P. Tounian Gastroentérologie rologie et Nutrition PédiatriquesP Hôpital Armand-Trousseau, Paris Prévalence augmentée du RGO chez l enfant asthmatique (Thakkar

Plus en détail

Evaluation des risques fournisseurs en corrélation avec la Norme ISO 9001 :2015

Evaluation des risques fournisseurs en corrélation avec la Norme ISO 9001 :2015 1 Résumé L ISO 9001 Version 2008 est actuellement en cours de révision pour une publication en Septembre 2015, avec obligation pour les services biomédicaux de se conformer à tous les nouveaux critères

Plus en détail

NOTE TECHNOLOGIQUE (02-06) La contribution des orthophonistes et des diététistes dans l évaluation de la dysphagie ou des problèmes de déglutition

NOTE TECHNOLOGIQUE (02-06) La contribution des orthophonistes et des diététistes dans l évaluation de la dysphagie ou des problèmes de déglutition Direction de l évaluation, de la qualité, de l ingénierie et de la performance NOTE TECHNOLOGIQUE (02-06) La contribution des orthophonistes et des diététistes dans l évaluation de la dysphagie ou des

Plus en détail

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Chers étudiants, De nombreux étudiants nous ont demandé, les années passées, si nous pouvions vous communiquer un article-type, ce qui est difficile,

Plus en détail

Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève

Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Matériel et méthodes... 3 3 Résultats... 4 4 Discussion... 9 4.1 Accès Internet

Plus en détail

Impact des consultants nationaux sur les succès de l expansion d une lutte antituberculeuse efficiente en Inde

Impact des consultants nationaux sur les succès de l expansion d une lutte antituberculeuse efficiente en Inde INT J TUBERC LUNG DIS 7(9) : 637-641 2003 IUATLD Impact des consultants nationaux sur les succès de l expansion d une lutte antituberculeuse efficiente en Inde T. R. Frieden,* G. R. Khatri * Regional Office

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1er février 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 4 novembre 2005 (JO du 3 octobre 2007) GABITRIL 5 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

L enquête. Communiqué de presse Copenhague, 13 novembre 2014

L enquête. Communiqué de presse Copenhague, 13 novembre 2014 Communiqué de presse Copenhague, 13 novembre 2014 Selon une nouvelle enquête réalisée en Europe par l OMS, les pharmaciens jouent un rôle déterminant dans la lutte contre la résistance aux antibiotiques

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

REVOLADE MC Purpura thrombopénique idiopathique (PTI)

REVOLADE MC Purpura thrombopénique idiopathique (PTI) REVOLADE MC Purpura thrombopénique idiopathique (PTI) OCTOBRE 2011 Marque de commerce : Revolade Dénomination commune : Eltrombopag Fabricant : GSK Forme : Comprimé Teneurs : 25 mg et 50 mg Avis de refus

Plus en détail

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR)

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Le téléphone portable au volant Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Contexte 2003 : interdiction d'utiliser le téléphone portable tenu en main uniquement au volant en France. Cette décision s'appuyait

Plus en détail

SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8

SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8 SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8 Dr Ahmed Laabid Au cours de l'enquête, des informations ont été collectées sur la santé des mères et sur celle de leurs enfants nés au cours des cinq années qui ont précédé l'enquête.

Plus en détail

DEMANDEZ À VOTRE MÉDECIN COMMENT UNE NOUVELLE TECHNOLOGIE POUR LE TRAITEMENT DU GLAUCOME POURRAIS CHANGER VOTRE VIE. Commercialisé au Canada par

DEMANDEZ À VOTRE MÉDECIN COMMENT UNE NOUVELLE TECHNOLOGIE POUR LE TRAITEMENT DU GLAUCOME POURRAIS CHANGER VOTRE VIE. Commercialisé au Canada par DEMANDEZ À VOTRE MÉDECIN COMMENT UNE NOUVELLE TECHNOLOGIE POUR LE TRAITEMENT DU GLAUCOME POURRAIS CHANGER VOTRE VIE Commercialisé au Canada par LA TECHNOLOGIE La technologie a toujours joué un rôle important

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 juin 2010 LEVOFREE 0,05 %, collyre en solution en récipient unidose Boîte de 30 récipients unidoses de 0,3 ml (CIP : 576 713-7) Laboratoires CHAUVIN BAUSCH & LOMB

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

Journées de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Journées de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Journées de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Perte d appétit, sueurs nocturnes, toux. Diagnostic de tuberculose pulmonaire Quel traitement proposez-vous? Infiltrat alvéolointerstitiel

Plus en détail

Journal Club DMCP, 6.05.2010, Chloé Miauton

Journal Club DMCP, 6.05.2010, Chloé Miauton «Antibiotic use in infancy and symptoms of asthma, rhinoconjunctivitis, and eczema in children 6 and 7 years old: ISAAC phase III», (J. Allergy Clin Immunol 2009;124:982-9) Journal Club DMCP, 6.05.2010,

Plus en détail

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Journée de la préventions 2014 Atelier : «Repérer des actions de prévention : l exemple du tabac» Céline DEROCHE, Sandra KERZANET -

Plus en détail

Dosages des médicaments antituberculeux au sein des programmes nationaux de la tuberculose du Kenya, du Népal et du Sénégal

Dosages des médicaments antituberculeux au sein des programmes nationaux de la tuberculose du Kenya, du Népal et du Sénégal INT J TUBERC LUNG DIS 6(3) :215-221 2002 UATLD Dosages des médicaments antituberculeux au sein des programmes nationaux de la tuberculose du Kenya, du Népal et du Sénégal A. H. Diop,* G. Gakiria, S. B.

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET La névralgie post-herpétique Un problème assez fréquent Incidence de 4 à 11,8

Plus en détail

Synagis pourrait réduire la fréquence des épisodes récurrents de respiration sifflante chez les prématurés

Synagis pourrait réduire la fréquence des épisodes récurrents de respiration sifflante chez les prématurés POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Synagis pourrait réduire la fréquence des épisodes récurrents de respiration sifflante chez les prématurés La prophylaxie par Synagis (palivizumab) réduit de près de moitié la

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

7. Recherche des essais

7. Recherche des essais 7. Recherche des essais Le chapitre précédent a insisté sur la nécessité de réaliser une recherche des essais aussi exhaustive que possible. Seule la conjonction de tous les moyens disponibles peut laisser

Plus en détail

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Conclusions scientifiques Compte tenu du rapport d évaluation du PRAC sur les PSUR concernant

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique La découverte de médicaments en biotechnologie Développement clinique Développement clinique: But Evaluer efficacité et sécurité d un médicament pour risque/bénéfice soit acceptable par autorités enregistrement

Plus en détail

Prévention et prise en charge des tuberculoses survenant sous anti-tnf

Prévention et prise en charge des tuberculoses survenant sous anti-tnf Bon usage Recommandations nationales Prévention et prise en charge des tuberculoses survenant sous anti-tnf Juillet 2005 143/147, bd Anatole France - F-93285 Saint-Denis Cedex tél. +33 (0) 1 55 87 30 00

Plus en détail

ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l asthme de votre enfant

ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l asthme de votre enfant ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l astme de votre enfant Membre de la Fédération Française de Pneumologie Avec le soutien de la Direction Générale de la Santé et le parrainage

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine les spécialités suivantes :

Plus en détail

Gestion des symptômes : nausées et vomissements Le personnel soignant peut faire

Gestion des symptômes : nausées et vomissements Le personnel soignant peut faire 1 Gestion des symptômes : nausées et vomissements Le personnel soignant peut faire Anita Margulies BSN, RN Berne Mars 2015 2 Nausées/vomissements Pourquoi est-ce encore un sujet important? Ils sont l un

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Mise en place de l ECMO en réanimation pédiatrique.

Mise en place de l ECMO en réanimation pédiatrique. MEMOIRE DE DES Mise en place de l ECMO en réanimation pédiatrique. Expérience d une unité de réanimation polyvalente. A propos de 3 cas. LANG Mathieu CHU de Clermont-Ferrand 9 Octobre 2009 Cas 1 : SDRA

Plus en détail

Le diabète et ses complications

Le diabète et ses complications Le diabète et ses complications Toujours plus de diabétiques De quoi s agit-il? On est diabétique lorsqu on a trop de sucre dans le sang. Normalement, notre taux de sucre dans le sang (glycémie) à jeûn

Plus en détail

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique MONOGRAPHIE Pr TNKase tenecteplase Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée Agent fibrinolytique Distribué par : Hoffmann-La Roche Limitée 2455, boulevard Meadowpine Mississauga (Ontario)

Plus en détail

EPO, enfin un circuit sécurisé

EPO, enfin un circuit sécurisé PROTOCOLES DE QUALITE EPO, enfin un circuit sécurisé S. FLANGAKIS-BARBE - Pharmacie Médicaments - CHU - 31 - TOULOUSE Ce travail collectif, réalisé au CHU de Toulouse, trouve son origine dans une réflexion

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES NORMES RELATIVES AUX ORDONNANCES FAITES PAR UN MÉDECIN

RÈGLEMENT SUR LES NORMES RELATIVES AUX ORDONNANCES FAITES PAR UN MÉDECIN RÈGLEMENT SUR LES NORMES RELATIVES AUX ORDONNANCES FAITES PAR UN MÉDECIN Loi médicale (chapitre M-9, a. 19, 1 er al., par. d) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1. Le présent règlement a pour objet de fixer

Plus en détail

Avis 18 décembre 2013

Avis 18 décembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 décembre 2013 DEXTROMETHORPHANE UNISTICK 15 mg/5 ml, solution buvable en sachet édulcorée à la saccharine sodique B/12 sachets-doses de 5 ml (CIP : 34009 275 926 1

Plus en détail

Avis 17 octobre 2012

Avis 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 octobre 2012 BIRODOGYL, comprimé pelliculé B/10 (CIP : 34009 348 281 5 7) RODOGYL, comprimé pelliculé B/20 (CIP : 34009 307 477 2 8) Laboratoire SANOFI AVENTIS France

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité SYMPATHYL, comprimé

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE DANS LES LABORATOIRES CLINIQUES. Dr. Onder Agbaba Anapharm Inc.

EVALUATION DU RISQUE DANS LES LABORATOIRES CLINIQUES. Dr. Onder Agbaba Anapharm Inc. EVALUATION DU RISQUE DANS LES LABORATOIRES CLINIQUES Dr. Onder Agbaba Anapharm Inc. ÉVALUATION DU RISQUE: DÉFINITIONS RISQUE: La probabilité d un événement qui pourrait nuire s il survenait. HASARD: Un

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA GALE. Traitement local par Ascabiol :

TRAITEMENT DE LA GALE. Traitement local par Ascabiol : Logo CHU Clinique Dermatologique Tél 02 40 08 31 16 Fax :02 40 08 31 17 TRAITEMENT DE LA GALE Rédaction : Dr M. Wourch Proposition de schéma thérapeutique dans le cas d une gale Traitement local par Ascabiol

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR PR SYNAGIS (poudre lyophilisée) palivizumab Ce document constitue la troisième et dernière partie de la «monographie du produit» publiée

Plus en détail

Brochure cannabis 21/02/05 4:17 PM Page 1 cannabis au volant

Brochure cannabis 21/02/05 4:17 PM Page 1 cannabis au volant cannabis au volant Réalisation Association des intervenants en toxicomanie du Québec inc. www.aitq.com Cannabis au volant cool ou risqué? Cette brochure a pour but de t informer de l impact du cannabis

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR

TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR ORDONNANCE COLLECTIVE Nº 02 TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR en vigueur à la clinique Priva Santé La révision du contenu de la présente ordonnance est sous la responsabilité de : Dominique Landry

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

Comité d'evaluation des Protocoles de Recherche de la Société de Pneumologie de

Comité d'evaluation des Protocoles de Recherche de la Société de Pneumologie de Comité d'evaluation des Protocoles de Recherche de la Société de Pneumologie de Langue Française Conduire une recherche et la mener à bien, quelle que soit sa nature, implique de connaître et de respecter

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte. Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar

Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte. Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte prévalence : expérience du service des Maladies Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar Diop NA, Ndoye D, Niang

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE Introduction La toux faisant suite à des infections respiratoires virales est la cause la plus commune de toux aiguë. Il est admis que l adulte souffre de 2 à 5 infections des voies aériennes supérieures

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide

Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Qu est-ce que c est la tuberculose?

Qu est-ce que c est la tuberculose? Qu est-ce que c est la tuberculose? La tuberculose, souvent connu comme TB, est une maladie propagée par le microbe tuberculose. A peu près 8 millions de personnes par an sont infectées par la TB et 2

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement

Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement Int J Tuberc Lung Dis ; 5(4): 329-338 2001 IUATLD Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement A. Van Deun,* A. Hamid

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

Actualités Prévention Informations. Medi CMS

Actualités Prévention Informations. Medi CMS Actualités Prévention Informations Medi CMS Table des matières 1.1. Le traitement par brachythérapie donne de meilleurs résultats chez les patients obèses souffrant de cancer de la prostate.... 3 2.1.

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

Le glaucome du myope. O. Ouhadj. C.H.U. Béni-Messous Alger

Le glaucome du myope. O. Ouhadj. C.H.U. Béni-Messous Alger Le glaucome du myope O. Ouhadj C.H.U. Béni-Messous Alger Introduction Rapports complexes entre myopie et glaucome Myopie faible et moyenne : pas de pb Myopie forte : 6 8 dioptries LA 26 mm Myopie forte

Plus en détail

Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé?

Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé? Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé? Thierry Lang Thierry Lang Inserm UPS UMR 1027 La consommation de tabac est un déterminant majeur de la mortalité en France 60,000 décès par an

Plus en détail

Les ISRS et le risque d hémorragie gastro-intestinale

Les ISRS et le risque d hémorragie gastro-intestinale Les ISRS et le risque d hémorragie gastro-intestinale Travail supervisé par Dr Alain Renaud Dr Frédéric Picotte Travail réalisé par Amir Taleb Hilda Santiago Gonzalez Mai 2015 UMF Shawinigan Les troubles

Plus en détail