L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature"

Transcription

1 INT J TUBERC LUNG DIS 1 (1): IUATLD L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature A. Trébucq UICTMR, 68 Bd Saint Michel, Paris. RESUME CADRE : Revue de la littérature sur l'utilisation de l'éthambutol chez les enfants, à partir de Medline et des références des auteurs. OBJET : L'éthambutol est connu comme entraînant des complications secondaires oculaires. Son utilisation chez les enfants est en général déconseillée. L'article se propose de faire la revue des connaissances sur ce sujet. RESULTATS : auteur n'a décrit de complications secondaires majeures à l'éthambutol lorsque utilisé chez les enfants. CONCLUSION : L'utilisation de l'éthambutol peut-être recommandé en traitement de routine chez les enfants de 5 ans ou plus à la posologie de 15 mg/kg/jour sans prendre plus de précautions que chez les adultes, et ceci devrait être dit dans les recommandations officielles. Chez les enfants plus jeunes, il peut aussi être prescrit sans craintes majeures. MOTS-CLE : éthambutol ; enfants ; toxicité ; oculaire L'ETHAMBUTOL est le dichlorhydrate de l'isomère dextrogyre du 2,2'-[éthylène diimino] di-1-butanol, un dérivé synthétique de l'éthylène-diamine dont l'action antibacillaire a été découverte en Lorsqu'il a été synthétisé, différents isomères optiques (dextro, lévo, méso, racémique) ont été utilisés. Seul le dérivé dextrogyre a été finalement retenu, car les autres isomères nécessitent une posologie plus élevée pour obtenir une efficacité semblable et leur toxicité, notamment oculaire, est bien supérieure. Ceci explique pour une part la fréquence des accidents oculaires toxiques survenus au début de l'utilisation du produit. 1,2 Bien que classé comme bactériostatique, quelques études indiquent qu'il a une activité bactéricide à une posologie égale ou supérieure à 25 mg/kg. 3 Environ 20% de la dose orale apparaît dans les fèces, 10% est métabolisé sous une forme inactive, et le restant 60-70% est excrété sans altération dans les urines. En cas d'insuffisance rénale, la posologie doit être réduite. 4 L'effet toxique le plus sévère dû à l'éthambutol est la névrite optique rétrobulbaire qui se présente sous deux formes. 5-7 La plus fréquente, généralement réversible, est liée à la dose et à la durée du traitement : 8,9 les fibres centrales du nerf optique sont le plus souvent touchées, ce qui entraîne une vision floue, une diminution de l'acuité visuelle, un scotome central, et souvent l'impossibilité de distinguer la couleur verte et parfois le rouge. La forme plus rare de toxicité oculaire touche les fibres périphériques du nerf optique. L'acuité visuelle et la perception des couleurs ne sont pas forcément affectées, bien qu'une réduction du champ visuel périphérique soit trouvé à l'examen. La névrite étant rétrobulbaire dans les deux formes, le fond d'oeil est toujours normal. 8 Chez les adultes, la posologie recommandée pour l'éthambutol a été récemment révisée 10 et est à présent de 15 mg/kg/jour, sans tenir compte de la phase de traitement (ou 30 mg/kg trois fois par semaine, ou 45 mg/kg deux fois par semaine). La plupart des cliniciens l'utilisaient jusqu'à récemment à la posologie de 25 mg/kg/jour pendant les deux premiers mois de traitement puis à 15 mg/kg/ jour pendant 6 à 10 mois. L'éthambutol a été très largement utilisé dans les pays développés, dans ceux en voie de développement, et lors des essais thérapeutiques menés notamment par le British Medical Research Council (BMRC). La synthèse Correspondence to : Dr Arnaud Trébucq, UICTMR, 68 boulevard Saint Michel, Paris, France. Tel: (+33 1) Fax: (+33 1) [Traduction de l'article "Should ethambutol be recommended for routine treatment of tuberculosis among children? A review of the literature" Int J Tuberc Lung Dis 1997 ; 1(1):12-15.]

2 Tableau 1 Résumé des études sur les effets secondaires de l'éthambutol avec suivi actif Réf. Nombre de sujets Age Ethambutol posologie Nbre de mois avec éthambutol Test Effet secondaire ans 6-13 ans 20 mg/kg/jour 12 mois Enregistrements de Stimulation Visuelle (ESV) ans 25 mg/kg/jour pdt 2 mois, suivi par 15 mg/kg/jour pdt 4 mois ans 25 mg/kg/jour pdt 3 mois suivi par 15 mg/kg/jour pdt 9 mois 6 mois Examen (pas de détails) > 12 mois Examen (pas de détails) 1 cas avec minime oedème du disque optique sans symptomatologie. Ethambutol arrêté pdt 4 mois puis réintroduit ans mg/kg/jour 9-18 mois Acuité visuelle Vision des couleurs Champ visuel ans 25 mg/kg 2 jours par semaine > 6 mois Acuité visuelle Vision des couleurs Champ visuel Réflexe pupillaire % < 5 ans 25% 5-9 ans 46% ans mg/kg/jour 2-9 mois Questionnaire aux cliniciens 1 cas possible de toxicité oculaire sans examen de ces différents travaux 11 où l'éthambutol était utilisé pendant 2 à 12 mois a montré 10 cas de toxicité oculaire (sans séquelles) pour 2184 patients. Dans des séries réalisées aux USA (304 patients) 12 et au Canada (421 patients), 7 les complications sont apparues dans 1% des cas (respectivement trois et quatre cas), toutes réversibles sauf pour deux : altération mineure dans un cas, plus importante dans l'autre qui recevait le produit à une posologie plus élevée que recommandée (35 mg/kg pendant 4 mois). Des cas isolés de névrite rétrobulbaire, le plus souvent régressifs, sont par ailleurs décrits dans la littérature ; 13 néanmoins, un cas de complications majeures avec séquelles visuelles graves a été rapporté après 6 jours seulement d'éthambutol à 15 mg/kg. 14 Chez les enfants, les cas de toxicité oculaire suite à l'utilisation de l'éthambutol sont plus difficiles à détecter par manque de plainte et à cause des difficultés pour réaliser les examens oculaires (tests d'acuité visuelle, reconnaissance des couleurs, champs visuels). On peut distinguer les études où un suivi est réalisé dès la mise en place du traitement et celles où l'on rapporte les effets secondaires notés en cours de la thérapeutique dans le cadre de la surveillance globale du traitement (Tableaux 1 et 2). Etudes avec suivi En Inde, des Enregistrements de Stimulation Visuelle (ESV) ont été effectués chez 47 enfants 15 traités pour tuberculose (27 âgés de 3-5 ans et 20 de 6-13 ans), l'éthambutol (20 mg/kg/jour pendant 12 mois) faisant partie du régime thérapeutique. Les ESV mesurent l'acuité visuelle et sont capables de déceler des effets toxiques optiques subcliniques. Les ESV ont été réalisés aux mois 0, 2, 3, 6 et 12 du traitement, et entre le 3ème et le 6ème mois après l'arrêt du traitement. Dans cette étude, aucun changement significatif des ESV n'a été noté et les auteurs ont conclu que l'éthambutol pouvait être recommandé dans le traitement de routine de la tuberculose chez l'enfant. Dans deux autres études réalisées en Inde, 16,17 respectivement 54 et 16 enfants âgés de 2 à 14 ans ont été traités pour tuberculose par éthambutol (25 mg/kg/jour pendant 2-3 mois suivis par 15 mg/kg/jour pendant 4-9 mois) et ont été suivis sur le plan. Chez un seul enfant 17 âgé de 11 ans, un oedème minime du disque optique a

3 L'utilisation de l'éthambutol chez les enfants 3 Tableau 2 Résumé des études sur les effets secondaires de l'éthambutol sans suivi actif Réf Nombre de sujets Age Ethambutol posologie Nbre de mois avec éthambutol Test ophtalmologiqu e Effet secondaire ans 25 mg/kg/jour pdt 2-3 mois suivi par 15 mg/kg/jour 3-12 mois ans 15 mg/kg/jour 12 mois ans (50% < 3 ans) 17.5 mg/kg/jour 10 mois ans mg/kg/jour 2 mois été noté après 7 mois de traitement, sans symptomatologie; l'éthambutol a été arrêté pendant 4 mois puis réintroduit sans que l'œdème ne réapparaisse. En Corée, 45 enfants tuberculeux âgés de 1 à 15 ans ont été traités par éthambutol (15-25 mg/kg/jour) et isoniazide pendant 9 à 18 mois. Chaque patient était examiné une fois par mois pour mesure de l'acuité visuelle, de la vision des couleurs et des champs visuels. e toxicité oculaire liée à l'éthambutol n'a jamais été notée (données non publiées du MRC sur le Mal de Pott - communication personnelle de Wallace Fox 18 ). En Roumanie, enfants âgés de 4 et 5 ans ont reçu un traitement antituberculeux comprenant de l'éthambutol (25 mg/kg) donné deux fois par semaine. Ils ont eu des examens s aux mois 0, 3, et 6 du traitement (mesure de l'acuité visuelle, des champs visuels, des couleurs, des réflexes pupillaires et fond d'œil). cas de toxicité oculaire n'a été rapporté. Dans une étude en Grande-Bretagne, enfants âgés de 0 à 14 ans ont pris de l'éthambutol pour une durée variant de 2 à 9 mois (14% pendant plus de 6 mois - 22% recevaient moins de 13 mg/kg et 30% plus de 17 mg/kg; 12% ont reçu plus de 17 mg/kg pendant plus de 2 mois). Tous ont été recherchés 2 ans après l'arrêt du traitement; un seul cas possible de toxicité oculaire a été rapporté sans qu'un examen spécifique ait pu être effectué. Etudes sans suivi En Inde, l'éthambutol est largement utilisé dans le traitement de la tuberculose chez l'enfant. 16,17,21,22 La posologie utilisée est habituellement de 25 mg/kg/jour pendant les 2-3 premiers mois, suivi de 15 mg/kg/jour pendant 9-10 mois. Sur 219 enfants âgés entre 2 mois et 18 ans étudiés dans les deux dernières publications citées en référence, aucun effet secondaire n'a été noté. Dans une autre étude sur la méningite tuberculeuse, 23 pour 180 enfants âgés de 0 à 10 ans, l'éthambutol a été utilisé en deuxième phase de traitement pendant 10 mois à la posologie de 17,5 mg/kg/jour; aucune comp-lication oculaire n'a été attribuée à l'éthambutol. En Espagne, 24 aucun effet secondaire oculaire n'a été rapporté lors de l'utilisation de l'éthambutol chez l'enfant. Recommandations officielles Les informations sur les résultats de la chimiothérapie de courte durée chez les enfants sont rares et l'on considère habituellement que ce que l'on trouve chez l'adulte s'applique à l'enfant. Chez l'adulte, l'éthambutol est en général très bien supporté et pratiquement toujours recommandé au moins pendant les 2 premiers mois de traitement Son utilisation chez le jeune enfant n'est habituellement pas conseillée à cause du manque de possibilités pour l'enfant d'exprimer des plaintes de complication oculaire : Joint Tuberculosis Committee of the British Thoracic Society, 1986 : 9 'Il est préférable d'éviter l'emploi de l'éthambutol chez les enfant trop jeunes pour subir des tests oculaires objectifs, ainsi que chez l'adulte présentant des problèmes de langage ou de communication'. Organisation Mondiale de la Santé 26 et American Thoracic Society & Centers for Disease Control and Prevention, : «Chez l'enfant trop jeune (habituellement âgés de moins de 6 ans) pour que l'on puisse mesurer l'acuité visuelle et la discrimination des couleurs vert-rouge, l'éthambutol doit être utilisé avec précaution et après avoir envisagé le recours à d'autres antituberculeux». Le Guide de l'union Internationale Contre la Tuberculose et les Maladies Respiratoires : 25 il n'y

4 4 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease a pas mention d'un danger spécifique de l'utilisation de l'éthambutol chez l'enfant dans la quatrième édition; cependant dans la deuxième édition, il était recommandé de ne pas l'utiliser chez l'enfant. DISCUSSION Dans les programmes nationaux de lutte contre la tuberculose, l'utilisation de l'éthambutol est recommandée durant la phase initiale du traitement des cas pulmonaires à bacilloscopie positive et dans la phase de consolidation pour toute les formes de tuberculose si le thioacétazone n'est pas utilisé et que la prise de rifampicine ne peut être directement observée. 25,27 Cependant, dans de nombreux pays, beaucoup de cliniciens n'aiment pas utiliser l'éthambutol chez les enfants à cause des dangers de toxicité oculaire. Parmi les enfants, les cas rapportés de complication oculaire pendant un traitement comprenant de l'éthambutol sont très rares et toutes les données rapportées ici montrent une excellente tolérance à ce médicament. Dans la seule étude où un possible cas de toxicité oculaire a été rapportée chez un enfant, 20 les auteurs (du BMRC) ont conclu que l'éthambutol pouvait être utilisé même chez les jeunes enfants. Cette revue de la littérature montre qu'il n'y a pas de problème particulier chez les enfants, et pour ceux qui sont capables de collaborer avec les soignants - en général ceux âgés de 5 ans ou plus - les mêmes précautions devraient être prises que chez les adultes. Pour ceux âgés de moins de 5 ans ou incapables de communiquer correctement, la littérature est imprécise sur les moyens d'évaluer les effets oculaires secondaires : si les Enregistrements de Stimulation Visuelle (ESV) procurent une mesure indépendante de la participation active de l'enfant, ce n'est pas le cas pour tous les examens d'acuité visuelle, d'appréciation des couleurs ou de champ visuel. Néanmoins, les effets secondaires oculaires sont d'autant plus rares que l'éthambutol est utilisé à une posologie de 15 mg/kg/jour. Si l'on estime que l'éthambutol doit faire partie du régime de traitement standardisé de la tuberculose, quelle qu'en soit la raison (haut niveau de résistance, impossibilité d'organiser l'observation directe de la prise de la rifampicine, rifampicine non inclue dans le régime standardisé, difficultés d'approvisionnement en médicaments), il semble raisonnable de recommander l'utilisation de l'éthambutol sans grande crainte d'effets secondaires, même chez les très jeunes malades. CONCLUSION Pour les enfants âgés de 5 ans et plus, l'éthambutol peut être recommandé à la posologie de 15 mg/kg/jour pour le traitement de routine, sans prendre plus de précautions que chez l'adulte et ceci devrait faire partie des recommandations officielles. Pour les enfants plus jeunes, l'éthambutol peut aussi être utilisé sans crainte irraisonnée. Références 1 Verin P, Pesme D, Yacoubi M, Morax S. Toxicité oculaire de l'ethambutol. Arch Opht 1971; 31 (10): Tiburtius H. The undesired effects of Myambutol. Antibiotica et Chemotherapia 1970; 16: Jindani A, Aber V R, Edwards E A, et al. The early bactericidal activity of drugs in patients with pulmonary tuberculosis. Am Rev Respir Dis 1980; 121: Place V A, Thomas J P. Clinical pharmacology of Ethambutol. Am Rev Respir Dis 1963;87: Schild H S, Fox B C. Rapid-onset reversible ocular toxicity from ethambutol therapy. Am J Med 1991; 90: Kahana LM. Toxic ocular effect of ethambutol. Can Med Assoc J 1987; 137: Alvarez K L, Krop L C. Ethambutol-induced ocular toxicity revisited. Annals Pharmacother 1993; 27: Leibold J E. The ocular toxicity of ethambutol and its relation to dose. Annal NY Acad Sci 1966; 135: Derka H. Does a correlation exist between Myambutol dosage and occurrence of optic neuritis? Ophtalmologica 1975; 171 (2): WHO, Tuberculosis Control Workshop Report, Genève, Octobre WHO/TB/ Genève ; WHO, Citron K M, Thomas G O. Ocular toxicity from ethambutol. Thorax 1986; 41: Barron G J, Tepper L, Iovine G. Ocular toxicity from ethambutol. Am J Ophthalmol 1974; 77: Russo P A, Chaglasian M A. Toxic neuropathy associated with ethambutol: implications for current therapy. J Am Optom Assoc 1994; 65: Chatterjee V K, Buchanan D R, Friedmann A I, Green M. Ocular toxicity following ethambutol in standard dosage. Br J Dis Chest 1986; 80: Seth V, Khosla P K, Semwal O P, D'Monty V. Visual evoked responses in tuberculous children on ethambutol therapy. Indian Pediatr 1991; 28: Dingley H B, Sehgal K L. Treatment of pulmonary tuberculosis in children - a controlled study. Indian pediatrics 1974; 11: Mankodi N A, Amdekar Y K, Desai A G, Patel B D, Raichur G S. Ethambutol in unresponsive childhood tuberculosis. Indian Pediatrics 1970; 7: Fox W. Personal communication. Quoted in Tubercle. 1986; 67: Nagy A, Fodor F, Aved N, Chirita-Pall E, Szabo I. Studiu privind toxicitatea oculara a ethambutolului. Rev Ig Bacteriol Virusol Parazitol Epidemiolo Pneumophtisiol 1980; 29:

5 L'utilisation de l'éthambutol chez les enfants 5 20 Medical Research Council Tuberculosis and Chest Diseases Unit. Management and outcome of chemotherapy for childhood tuberculosis. Arch Dis Child 1989; 64: Bhatia M P, Merchant S M. Comparative study of antitubercular drugs in the management of primary complex. Indian Pediatrics 1975; 12: Singh S B, Saraf S K, Singh L I, Srivastava T P. Osteoarticular tuberculosis in children. Indian Pediatr 1992; 29: Ramachandran P, Duraipandian M, Nagarajan M, Prabhakar R, Ramakrishnan C V, Tripathy S P. Three chemotherapy studies of tuberculous meningitis in children. Tubercle 1986; 67: Sole-Mir E, Gussine-Canadell M, Castillo-Salinas F, Perez-LaCasta P. Tratamiento de seis meses en tuberculosis pulmonar infantil. Revision de 11 casos. An Esp Pediatr 1990; 32: Enarson D A, Rieder H L, Arnadottir T, Trébucq A. Tuberculosis guide for low income countries. 4th ed. Paris; IUATLD, WHO. Guidelines for tuberculosis treatment in adults and children in national tuberculosis programmes. WHO/TUB/91/ American Thoracic Society. Treatment of tuberculosis and tuberculosis infection in adults and children. Am J Respir Crit Care Med 1994; 149:

Données supplémentaires sur la question de la chimiothérapie optimale en présence d'une résistance à l'isoniazide

Données supplémentaires sur la question de la chimiothérapie optimale en présence d'une résistance à l'isoniazide Int J Tuberc Lung Dis 2000 ; 4(9) : 890-894 2000 IUATLD ADDENDUM Données supplémentaires sur la question de la chimiothérapie optimale en présence d'une résistance à l'isoniazide R. Long,* M. Scalcini

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Dentifrice à haute teneur en fluorure

Dentifrice à haute teneur en fluorure Dentifrice à haute teneur en fluorure Résumé complet Description : Les dentifrices au fluorure ont été introduits sur le marché dans les années 50. [1] Le premier dentifrice au fluorure contenant du fluorure

Plus en détail

Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement

Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement Int J Tuberc Lung Dis ; 5(4): 329-338 2001 IUATLD Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement A. Van Deun,* A. Hamid

Plus en détail

Item 125 : Oeil et sclérose en plaques

Item 125 : Oeil et sclérose en plaques Item 125 : Oeil et sclérose en plaques Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Généralités... 1 2 Signes oculaires...2 ENC : OBJECTIFS Décrire les manifestations

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Prévention et prise en charge des tuberculoses survenant sous anti-tnf

Prévention et prise en charge des tuberculoses survenant sous anti-tnf Bon usage Recommandations nationales Prévention et prise en charge des tuberculoses survenant sous anti-tnf Juillet 2005 143/147, bd Anatole France - F-93285 Saint-Denis Cedex tél. +33 (0) 1 55 87 30 00

Plus en détail

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET La névralgie post-herpétique Un problème assez fréquent Incidence de 4 à 11,8

Plus en détail

1. Définitions. 2. Objectif de santé. Diminuer l incidence des traumatismes non-intentionnels chez les enfants de 0 à 6 ans

1. Définitions. 2. Objectif de santé. Diminuer l incidence des traumatismes non-intentionnels chez les enfants de 0 à 6 ans Grille 8 non-intentionnels 1. Définitions Accident : o selon la Loi sur l Assurance Accident (LAA) : toute atteinte dommageable, soudaine et involontaire portée au corps humain par une cause extérieure

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE Introduction La toux faisant suite à des infections respiratoires virales est la cause la plus commune de toux aiguë. Il est admis que l adulte souffre de 2 à 5 infections des voies aériennes supérieures

Plus en détail

Mais qu'est ce que la tuberculose? Mycobacterium tuberculosis,

Mais qu'est ce que la tuberculose? Mycobacterium tuberculosis, La brochure rassemble les plus fréquentes questions adressées aux opérateurs du secteur de la part des parents, des enseignants et de la part de tous ceux qui ont des doutes sur la maladie tuberculeuse

Plus en détail

Les facteurs déterminant l'observance du traitement antituberculeux en milieu urbain à Tamatave, Madagascar

Les facteurs déterminant l'observance du traitement antituberculeux en milieu urbain à Tamatave, Madagascar INT J TUBERC LUNG DIS 2 (11): 891-897 1998 IUATLD Les facteurs déterminant l'observance du traitement antituberculeux en milieu urbain à Tamatave, Madagascar T. M. Comolet,* R. Rakotomalala, H. Rajaonarioa

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

TRECATOR Comprimé 250 mg. Résumé des Caractéristiques du Produit

TRECATOR Comprimé 250 mg. Résumé des Caractéristiques du Produit TRECATOR Comprimé 250 mg Résumé des Caractéristiques du Produit Trecator (éthionamide, comprimés, USP) Sur ordonnance 1. DESCRIPTION Trecator (éthionamide, comprimés, USP) est utilisé dans le traitement

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 juillet 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 19/09/2007 (JO du 07/04/2009). VIRACEPT 50 mg/g, poudre orale Flacon

Plus en détail

Deux études cliniques

Deux études cliniques Etat bucco-dentaire des patients en psychiatrie Motivation des patients à l hygiène bucco-dentaire: Deux études cliniques Valérie BERTAUD GOUNOT MCU PH UFR Odontologie Dr en Chirurgie Dentaire, CH Guillaume

Plus en détail

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Conflits d intérêt Pour la communication présentée: Bénéfice d un des auteurs par une firme : - Soit directement

Plus en détail

ADVAIR MC ET SYMBICORT MC Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC)

ADVAIR MC ET SYMBICORT MC Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ADVAIR MC ET SYMBICORT MC Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) FÉVRIER 2015 Marque de commerce : Advair 125 et Advair 250 Dénomination commune : Salmétérol (xinafoate de)/fluticasone (propionate

Plus en détail

HOPITAL UNIVERSITAIRE RAYMOND POINCARE 104 BOULEVARD RAYMOND POINCARE 92380 GARCHES

HOPITAL UNIVERSITAIRE RAYMOND POINCARE 104 BOULEVARD RAYMOND POINCARE 92380 GARCHES SEMINAIRE DU GROUPE «ETHIQUE ET MEDICAMENT» Organisé par le Dr Nicole Delépine et ses collaborateurs de l unité d oncologie pédiatrique de l hôpital Raymond Poincaré, l Association AMETIST ET REGARDE LA

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

LA DOULEUR PEUT SURGIR N IMPORTE O

LA DOULEUR PEUT SURGIR N IMPORTE O LA DOULEUR PEUT SURGIR N IMPORTE O La douleur est imprévisible La douleur est un signal d alarme. Son seul rôle est de vous indiquer que quelque chose d anormal est en train de se passer dans votre corps.

Plus en détail

BEST OF XXIII ème Congrès de la STPI Tunis le 19.04.2013

BEST OF XXIII ème Congrès de la STPI Tunis le 19.04.2013 BEST OF XXIII ème Congrès de la STPI Tunis le 19.04.2013 http://www.infectiologie.org.tn Access to Subspecialty Care for Patients With Mobility Impairment: A Survey T. Lagu et al. Ann Intern

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE DANS LES LABORATOIRES CLINIQUES. Dr. Onder Agbaba Anapharm Inc.

EVALUATION DU RISQUE DANS LES LABORATOIRES CLINIQUES. Dr. Onder Agbaba Anapharm Inc. EVALUATION DU RISQUE DANS LES LABORATOIRES CLINIQUES Dr. Onder Agbaba Anapharm Inc. ÉVALUATION DU RISQUE: DÉFINITIONS RISQUE: La probabilité d un événement qui pourrait nuire s il survenait. HASARD: Un

Plus en détail

APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES

APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Tiphaine Cassan, Dr Romain Vialle, Pr Jean-Pierre Tasu,

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS / DU CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE relatif à la vaccination par le vaccin

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR Un article de synthèse paru dans les Folia de septembre 2000 sur le traitement médicamenteux de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) attirait

Plus en détail

Figure 1 Différents éléments influençant les mesures de seuil réalisées en champ visuel

Figure 1 Différents éléments influençant les mesures de seuil réalisées en champ visuel LE CHAMP VISUEL DU SUJET NORMAL INFLUENCE DES METHODES D'EVALUATION Jacques CHARLIER U279 INSERM, LILLE INTRODUCTION La connaissance du champ visuel du sujet normal, de ses variations intra et interindividuelles

Plus en détail

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués

Plus en détail

Journées de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Journées de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Journées de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Perte d appétit, sueurs nocturnes, toux. Diagnostic de tuberculose pulmonaire Quel traitement proposez-vous? Infiltrat alvéolointerstitiel

Plus en détail

LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE : UNE APPROCHE SOCIO- COMPORTEMENTALE

LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE : UNE APPROCHE SOCIO- COMPORTEMENTALE LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE : UNE APPROCHE SOCIO- COMPORTEMENTALE Prof. Céline Pulcini Service de Maladies Infectieuses CHRU de Nancy 5 février 2015 DU ATB Grenoble BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES Définition

Plus en détail

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay Alzheimer 10 personnes affectées par malade 80% des soins à domicile par aidants naturels Les coûts annuels

Plus en détail

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG 21.02.2002 CONTEXTE Evolution des connaissances Evaluation de nouvelles approches thérapeutiques, de nouvelles

Plus en détail

Les enjeux des essais cliniques dans les maladies rares. Marie-Laurence GOURLAY-CHU, MD Responsable Médical AM GENETHON

Les enjeux des essais cliniques dans les maladies rares. Marie-Laurence GOURLAY-CHU, MD Responsable Médical AM GENETHON Les enjeux des essais cliniques dans les maladies rares Marie-Laurence GOURLAY-CHU, MD Responsable Médical AM GENETHON LES MALADIES RARES EN EUROPE - DEFINITION : PREVALENCE: - FRANCE : maladie affectant

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS. AVIS DE LA COMMISSION 04 avril 2007 CONCLUSIONS

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS. AVIS DE LA COMMISSION 04 avril 2007 CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 04 avril 2007 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles : Service Attendu (SA) : Indications

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Adaptation posologique des médicaments à la fonction rénale

Adaptation posologique des médicaments à la fonction rénale Adaptation posologique des médicaments à la fonction rénale I. Insuffisance rénale... 1 II. Pourquoi adapter la posologie en cas d insuffisance rénale?... 2 III. Comment adapter la posologie en cas d Insuffisance

Plus en détail

Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso

Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso INT J TUBERC LUNG DIS 14(11):1424 1429 2010 The Union Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso L. Sangaré,* S. Diandé, G.

Plus en détail

Déclaration de conflits d intérêt

Déclaration de conflits d intérêt Déclaration de conflits d intérêt Introduction Cas Clinique 1 Mr X 62 ans ethylotabagique HTA Hypercholestérolémie Découverte d une tuberculose pulmonaire en 2009 Traitement de 6 mois avec observance difficile

Plus en détail

DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE (CHEZ L ADULTE)

DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE (CHEZ L ADULTE) 1. Pathologie DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE (CHEZ L ADULTE) 2. Diagnostic A. Antécédents médicaux Le déficit en hormone de croissance (GH) est attribuable à un dysfonctionnement de l axe hypothalamo-hypophysaire

Plus en détail

Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève

Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Matériel et méthodes... 3 3 Résultats... 4 4 Discussion... 9 4.1 Accès Internet

Plus en détail

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Annexe III Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Remarque : Ces modifications des rubriques concernées du Résumé des caractéristiques du produit et de la notice sont

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN. P. Tounian. Hôpital Armand-Trousseau, Paris

ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN. P. Tounian. Hôpital Armand-Trousseau, Paris ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN P. Tounian Gastroentérologie rologie et Nutrition PédiatriquesP Hôpital Armand-Trousseau, Paris Prévalence augmentée du RGO chez l enfant asthmatique (Thakkar

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

Avis 17 octobre 2012

Avis 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 octobre 2012 BIRODOGYL, comprimé pelliculé B/10 (CIP : 34009 348 281 5 7) RODOGYL, comprimé pelliculé B/20 (CIP : 34009 307 477 2 8) Laboratoire SANOFI AVENTIS France

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah

Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah Services Universitaires des Maladies Infectieuses et Tropicales de C.H.Tourcoing LEM-CNRS, Lille; 1 Introduction

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Evaluation des preuves: Résumé d une revue systématique

Evaluation des preuves: Résumé d une revue systématique Evaluation des preuves: Résumé d une revue systématique A qui est destiné ce résumé? Ce résumé est destiné aux décideurs, aux chefs de service de Santé de Districts, aux organisations non gouvernementales

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La tuberculose est une maladie contagieuse causée par le Mycobacterium tuberculosis aussi appelé bacille de Koch. Au moment de l inhalation du bacille

Plus en détail

Province de l Alberta Financement de la pompe à insuline Trousse d information

Province de l Alberta Financement de la pompe à insuline Trousse d information Province de l Alberta Financement de la pompe à insuline Trousse d information Avril 2012 1 Avantages de la thérapie par pompe à insuline Des études ont démontré que les personnes atteintes de diabète

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité CARDIOCALM, comprimé,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 NUMETAH G13%E, émulsion pour perfusion 10 poches de 300 ml (CIP : 416 622-3) NUMETAH G16%E, émulsion pour perfusion 6 poches de 500 ml (CIP : 416 624-6)

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D ENQUÊTE CAS-INDEX DE TUBERCULOSE MAJ 20131115. Statut du cas-index

QUESTIONNAIRE D ENQUÊTE CAS-INDEX DE TUBERCULOSE MAJ 20131115. Statut du cas-index No LSPQ : No RAMQ : Nom : Prénom : Date de naissance : Âge : Sexe : M F Année - mois - jour Adresse (principale) : Code postal : Téléphone : Résidence : Travail : Autre : si enfant de moins de 18 ans,

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Les ISRS et le risque d hémorragie gastro-intestinale

Les ISRS et le risque d hémorragie gastro-intestinale Les ISRS et le risque d hémorragie gastro-intestinale Travail supervisé par Dr Alain Renaud Dr Frédéric Picotte Travail réalisé par Amir Taleb Hilda Santiago Gonzalez Mai 2015 UMF Shawinigan Les troubles

Plus en détail

Priorités pour les services de bactériologie de la tuberculose dans les pays à faibles revenus

Priorités pour les services de bactériologie de la tuberculose dans les pays à faibles revenus Priorités pour les services de bactériologie de la tuberculose dans les pays à faibles revenus Deuxième édition 2007 Union Internationale Contre la Tuberculose et les Maladies Respiratoires Priorités pour

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er avril 2009 ENBREL 25 mg, solution injectable en seringue pré-remplie Boîte de 4 seringues pré-remplies de 0,5 ml avec aiguilles et tampons alcoolisés (CIP : 377

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire + Composants de la réhabilitation pulmonaire Evaluations Réentraînement à l effort Education thérapeutique Intervention nutritionnelle Prise en charge psychosociale + Evaluations Initiale Epreuve d effort

Plus en détail

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique LE CANCER DU SEIN SUITE AU TRAITEMENT D UN CANCER PÉDIATRIQUE : ÊTES-VOUS À RISQUE? Après avoir été traitée pour le cancer lors de votre enfance, votre adolescence ou le début de l âge adulte, cette épreuve

Plus en détail

1 sur 5 27/05/2011 15:16

1 sur 5 27/05/2011 15:16 1 sur 5 27/05/2011 15:16 Mis à jour : 29/04/2011 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT CODOTUSSYL TOUX SECHE ENFANTS, sirop 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Pholcodine... 0,085 g Pour 100 ml de sirop.

Plus en détail

Tuberculose de l enfant. IFMT-MS-oct.2008 1

Tuberculose de l enfant. IFMT-MS-oct.2008 1 Tuberculose de l enfant IFMT-MS-oct.2008 1 Données générales Épidémiologie IFMT-MS-oct.2008 2 TB de l enfant : beaucoup d incertitudes En 2008, la TB chez l enfant est et reste mal connue (OMS) : on a

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 17 septembre 2014 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

Recommandations professionnelles Emphysème par déficit en alpha-1 antitrypsine

Recommandations professionnelles Emphysème par déficit en alpha-1 antitrypsine Recommandations professionnelles Emphysème par déficit en alpha-1 antitrypsine I. Rationnel Le déficit en alpha-1 antitrypsine est une maladie génétique rare. On estime le nombre de patients atteints en

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique de l éradication de Helicobacter pylori chez l adulte et l enfant

Prise en charge thérapeutique de l éradication de Helicobacter pylori chez l adulte et l enfant Bon usage Mise au point Prise en charge thérapeutique de l éradication de Helicobacter pylori chez l adulte et l enfant Septembre 2005 143/147, bd Anatole France - F-93285 Saint-Denis Cedex tél. +33 (0)

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Pourquoi des modes automatisés? L'utilisation d'un protocole permet de réduire la durée du

Plus en détail

L enseignement thérapeutique de l asthme est-il utile?

L enseignement thérapeutique de l asthme est-il utile? L enseignement thérapeutique de l asthme est-il utile? Dr Geneviève Nicolet-Chatelain*, Maya Ryser**, Dr François Heinzer*** Ligue Pulmonaire Vaudoise, Lausanne, Suisse Poster 1894-11-2006 (Session PO07,

Plus en détail

Importance de la brivudine dans le traitement antiviral du zona: Moyens actuels de combattre le virus et les complications du zona

Importance de la brivudine dans le traitement antiviral du zona: Moyens actuels de combattre le virus et les complications du zona 17.10.2003 Prof. Dr. med. Sawko Wassilew Deutschland Importance de la brivudine dans le traitement antiviral du zona: Moyens actuels de combattre le virus et les complications du zona Keywords: Herpes

Plus en détail

12/03/2013. Les obstacles à un traitement efficace : défaut d observance et inertie médicale L HYPERTENSION ARTERIELLE L HYPERTENSION ARTERIELLE

12/03/2013. Les obstacles à un traitement efficace : défaut d observance et inertie médicale L HYPERTENSION ARTERIELLE L HYPERTENSION ARTERIELLE Les obstacles à un traitement efficace : défaut d observance et inertie médicale Docteur Pierre Durieux Santé Publique et Informatique Médicale, HEGP et Faculté de médecine Paris Descartes DIU Hypertension

Plus en détail

Avis 18 décembre 2013

Avis 18 décembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 décembre 2013 DEXTROMETHORPHANE UNISTICK 15 mg/5 ml, solution buvable en sachet édulcorée à la saccharine sodique B/12 sachets-doses de 5 ml (CIP : 34009 275 926 1

Plus en détail

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique 2 èmes Assises de l Innovation Thérapeutique Paris, 05-11-2014 La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique Pr. Jean-François DHAINAUT Président du Groupement Inter-régional de la Recherche Clinique

Plus en détail

ATROVENT EN CRISE D ASTHME AIGUE

ATROVENT EN CRISE D ASTHME AIGUE ATROVENT EN CRISE D ASTHME AIGUE QUESTION : L'atrovent devrait-il être administré d'emblée avec le ventolin chez les patients adultes en crise d'asthme aiguë? AUTEUR : Geneviève Bustros-Lussier ( AVRIL

Plus en détail

TUBERCULOSE Nouveautés 2009

TUBERCULOSE Nouveautés 2009 TUBERCULOSE Nouveautés 2009 Dr Grégoire Gex Rencontres Genevoises de Pneumologie Avril 2010 Introduction 6044 articles dans PubMed avec Tuberculose dans titre en 2009 Stratégie de recherche : Sélections

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

LUCENTIS MC Œdème maculaire diabétique

LUCENTIS MC Œdème maculaire diabétique LUCENTIS MC Œdème maculaire diabétique JUIN 2012 Marque de commerce : Lucentis Dénomination commune : Ranibizumab Fabricant : Novartis Forme : Solution injectable Teneur : 10 mg/ml Ajout d une indication

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA GALE. Traitement local par Ascabiol :

TRAITEMENT DE LA GALE. Traitement local par Ascabiol : Logo CHU Clinique Dermatologique Tél 02 40 08 31 16 Fax :02 40 08 31 17 TRAITEMENT DE LA GALE Rédaction : Dr M. Wourch Proposition de schéma thérapeutique dans le cas d une gale Traitement local par Ascabiol

Plus en détail

CONTINUITÉ DES TRAITEMENTS: EXPÉRIENCES INTERNATIONALES VÉCUES, ACTUELLES ET FUTURES

CONTINUITÉ DES TRAITEMENTS: EXPÉRIENCES INTERNATIONALES VÉCUES, ACTUELLES ET FUTURES CONTINUITÉ DES TRAITEMENTS: EXPÉRIENCES INTERNATIONALES VÉCUES, ACTUELLES ET FUTURES Anne Spinewine Université catholique de Louvain Chef du service de pharmacie clinique, CHU Dinant-Godinne Professeur,

Plus en détail

Journée d échanges ETP BPCO. 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE

Journée d échanges ETP BPCO. 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE Journée d échanges ETP BPCO 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE Matinée Quelle place donner au sevrage tabagique sur l évolution de la BPCO et sur la prise en charge du patient? Impact du sevrage

Plus en détail

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Antibioprophylaxie en chirurgie dans le cadre des soins : enquête mondiale OMS RÉSUMÉ DU PROJET Comme en

Plus en détail

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Informations à l intention des patients souffrant de lombosciatique AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Pour toute information complémentaire, consultez le site www.douleurnonidentifiee.com Vous êtes peut-être

Plus en détail

Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam

Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam INT J TUBERC LUNG DIS 14(10):1303 1309 2010 The Union Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam N. B. Hoa,* C. Wei,

Plus en détail

Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France

Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France Etude Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France Période 2007-2013 Liste des abréviations Afssaps ATB AMM ANSM EGB RCP Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé Antibiotique(s)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 janvier 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 5 avril 2000 (JO du 14 avril 2000) CLOMIPRAMINE (CHLORHYDRATE) MERCK 10

Plus en détail

NOTICE. DENTEX, solution pour bain de bouche

NOTICE. DENTEX, solution pour bain de bouche NOTICE ANSM Mis à jour le : 07/01/2015 Dénomination du médicament Peroxyde d'hydrogène DENTEX, solution pour bain de bouche Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant d'tiliser ce médicament.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

LA DOULEUR DENTAIRE de L ENFANT AU CABINET DENTAIRE comment l aborder et la maîtriser!

LA DOULEUR DENTAIRE de L ENFANT AU CABINET DENTAIRE comment l aborder et la maîtriser! LA DOULEUR DENTAIRE de L ENFANT AU CABINET DENTAIRE comment l aborder et la maîtriser! Dr S.KESSACI/BENNACER CHIRURGIEN DENTISTE SPECIALISTE ODONTOLOGIE CONSERVATRICE 5éme CONGRES NATIONAL DE LUTTE CONTRE

Plus en détail

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Dr L Garin et Dr D Picot 05 février 2010 Journée de cancérologie digestive de l ouest Pour le médecin m : la perte de poids fait partie des critères res

Plus en détail