RAM - RISK ASSESSMENT MATRIX La matrice d'évaluation des risques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAM - RISK ASSESSMENT MATRIX La matrice d'évaluation des risques"

Transcription

1 RAM - RISK ASSESSMENT MATRIX La matrice d'évaluation des risques 1. OBJET Décrire la méthodologie d'utilisation de la matrice d'évaluation des risques RAM (Risk Assessment Matrix), pour évaluer les risques associés aux activités de Organisation Inc, ce document définit également les critères pour la classification des incidents. 2. CHAMP D'APPLICATION La méthodologie d'évaluation des risques (RAM) est utilisée comme un outil de décision pour la gestion des risques entraînant des conséquences pour les personnes, l'environnement, les clients, les biens et l'image de Organisation Inc. 3. GLOSSAIRE Accident: incident avec des conséquences réelles. Quasi-accident: incident sans conséquences réelles. Conséquence: ce qui se passe après la matérialisation d'un risque. Client: organisme ou personne qui achète un produit ou d'un service de Organisation Inc EPP: éléments personnels de protection. Fréquence: nombre d'occurrences d'événements qui se produisent dans un laps de temps et en tout lieu H: de l anglais High: Haut Incident: un événement ou une série d'événements imprévus, non désirés et prévisible généré (accident) ou que, dans des circonstances légèrement différentes, auraient pu générer (near miss): blessure, maladie ou décès de personnes, dommages à la propriété, l'environnement, l'image de la Société et / ou de la satisfaction du client. Nous rapportons pour la coïncidence dans le temps et dans l'espace des défaillances de contrôle multiples. L: de l anglais Low: faible M: de l anglais medium: moyen 1

2 N: de l anglais Nul: Aucun nul Probabilité: est communément exprimée en fonction inverse de la fréquence. C est une fonction mathématique qui varie entre zéro (0) pour la non-survenance de l'événement et un (1) pour la survenance effective d'un événement. Danger: source ou situation susceptible de causer des dommages en termes de blessure ou de maladie, dommages aux biens, atteintes à l'environnement à l'intérieur ou en dehors du travail, ou une combinaison de ceux-ci (cf. OHSAS 18001:2007). RAM (Risk Assessment Matrix): matrice d'évaluation des risques. Outil pour l'évaluation des risques et pour la classification. Risque: produit de la combinaison de la probabilité qu'un événement particulier se produit et la gravité des conséquences indésirables VH: En anglais Very High: très élevé, catastrophique 4. RÉFÉRENCES NORMATIVES NTC-Systems Management OHSAS 18001:2007 santé et la sécurité au travail ISO (2009) IEC-ISO en_fr ISO-VOCABULAIRE-GESTION-DES-RISQUES-guide_ RISKS 5. CONDITIONS GÉNÉRALES La matrice d'évaluation des risques est un outil pour l'évaluation qualitative des risques et facilite la classification des menaces qui pèsent sur la santé, la sécurité, l'environnement, les relations clients, la propriété et l'image de l'organisation. Les axes de la matrice telle que définie correspondent au risque et à la probabilité des conséquences. RAM permet de déterminer le niveau d'impact en utilisant une échelle allant de "0" à "5", et d'évaluer la probabilité en utilisant une échelle allant de "A" à "E". IMPACT: La méthode est basée sur l'expérience ou la preuve historique que les conséquences sont identifiés et matérialisées dans l'industrie, l'organisation ou la région. OCCURENCE: représente la probabilité de déclencher les conséquences éventuelles ou réelles. Le croisement des deux échelles détermine l'évaluation et la classification qualitative des risques. 2

3 Dans ce cas la probabilité et les conséquences ne sont pas une science exacte. L'estimation du résultat est basé sur la réponse à «ce qui s'est passé» ou «ce qui pourrait ou peut se produire», alors que l'estimation de la probabilité est fondée sur des informations historiques, sur des cas similaires qui ont eu lieu plus tôt dans des conditions similaires, ne sachant jamais si les circonstances sont identiques. 6. APPLICATION DE LA MATRICE DE RAM Les opérations effectuées par Organisation Inc. nécessitent une évaluation et une classification agile des risques. À cette fin, nous avons adopté une méthode simple, facile à utiliser et basée sur l'expérience des praticiens impliqués dans l'activité mesurée. Le tableau peut être utilisé pour un large éventail de sujets et d'activités (voir tableau 1) 3

4 Tableau 1 - Exemples d'application de la matrice de RAM Sujet Santé Sécurité HSE Exemples Gestion des risques HSE, gestion de la sécurité industrielle et physique, se fixer des objectifs et des priorités des initiatives de réduction des risques Analyse de la sécurité d utilisation Évaluation des risques des tâches spécifiques Enquête sur les incidents (accidents évités de justesse, accidents du travail, les échecs opérationnels, etc) Classification des conclusions d'audit l'évaluation et la classification des incidents La vulnérabilité de détection Analyse des risques d utilisation des locaux Protection du personnel Les transports (aérien, routier, cycliste, etc) Protection des actifs et / ou matériel de l'organisation Conception Études de faisabilité études d'impact environnemental Sélection des normes de conception Gestion des modifications Planification Entretien de bâtiments, Construction Mise en service Production Processus administratifs Planification de la maintenance Planification des arrêts Planification de la production Procédure de passation des contrats de biens et services La priorisation des actions de maintenance ou d'investissement Système de permis de travail Sélection des codes et des pratiques de conception et des lignes directrices techniques Sélection des normes applicables en santé et sécurité au travail secteur construction. Inspection basée sur l occurrence du risque (RBI) (http://en.wikipedia.org/wiki/risk-based_inspection) Reliability Centered Maintenance (RCM) (http://en.wikipedia.org/wiki/reliability_centered_maintenance) Instrument Protective Function (IPF) (http://en.wikipedia.org/wiki/safety_instrumented_system) Système de permis de travail Procédures pour le démarrage ou le redémarrage Systèmes de permis de travail Changement de procédures opérationnelles Procédures logistiques, de charge et de transport sur site Les décisions financières Impartition Les politiques en gestion du personnel 7. DÉVELOPPEMENT 7.1 ÉVALUATION DE L'IMPACT L'évaluation et la classification des conséquences devraient être fondées sur ce qui pourrait ou aurait pu se produire dans des conditions identiques ou légèrement différentes (estimation des conséquences potentielles) ou de ce qui s'est réellement passé relativement à l'activité évaluée. 4

5 Tableau 2 - Définition de l'utilisation de la RAM pour évaluer les conséquences réelles vs potentielles. Activités Planification des tâches: - Projets - Analyse de la sécurité d'utilisation - Permis de travail - Recommandations suite aux enquêtes sur les incidents - Tâches critiques La formation et la constitution des équipes d enquête sur les accidents Conséquences opérationnelles de la classification des accidents et des maladies professionnelles Conséquences Potentielles Réelles X X X Tableau 3 - Exemples de situations avec des conséquences réelles ou potentielles Situation hypothétique Conséquences réelles Conséquences potentielles Chute d une charge de grutage à 1m d un travailleur. Dommages à la charge Blessures mortelles si l employé est sous la charge Accident de la circulation. Les dommages à la voiture et Des blessures graves ou la mort blessures mineures Pollution d une rivière par des hydrocarbures (rapidement stoppé par l opérateur) Pollution mineure, nappe de 100m2 Plus grande pollution si le déversement n'avait pas été identifié aussi rapidement. Exposition d un employé au chlore (rapidement éloigné de la source) Combustion excessive de carburant dans la chaudière et débordement Perte ou vol de laptop Rupture des canaux dédiés de transmission de données Blocus des installations ou des puits 2 jours d hospitalisation, séquelles quasi inexistantes Émissions atmosphériques hors du seuil du ministère Impact économique pour le remplacement du laptop et des données Perte des communications avec les annexes au site Retard des employés Décès de l employé Déversement de pétrole et incendie de la chaudière Utilisation de données critiques par des tiers Arrêt des opérations et pertes économiques Mises à pieds et pertes économiques 7.2 EVALUATION DE LA PROBABILITE L'axe horizontal représente la mesure de la probabilité de survenance de l'événement (occurrence), seulement pour une conséquence identifiée. L'échelle de l'axe horizontal est défini comme suit: A - Il ne s'est pas produit dans l'industrie B - Il est arrivé dans l'industrie C - Il est arrivé dans notre organisation D - Il arrive plusieurs fois par an dans notre organisation E - Il arrive plusieurs fois par an dans l'unité, le service ou le département. 5

6 A ne pas confondre avec la probabilité d'occurrence du danger. Cet axe représente la probabilité d'occurrence des conséquences réelles ou potentielles. 8. CLASSIFICATION DES RISQUES L'évaluation et la classification des risques doivent prendre en compte les trois éléments suivants: La première ligne comprend les catégories (cibles critiques du plan d affaires de l organisation): Les personnes (PE), économique (CE) l environnement (MA), les clients (CL) et l'image (IM). La seconde est la gravité des conséquences: 0-5. Le troisième niveau correspond à la probabilité de l'événement: A-E. L'intersection de la ligne choisie avec la colonne sélectionnée correspond à la classification du risque. Les incidents peuvent avoir des conséquences dans les cinq catégories, par conséquent, les incidents doivent être évalués selon les 5 catégories PE, CE, MA, CL et IM. Le risque d'un incident doit être classés en fonction du pointage le plus élevé dans n importe quelle catégorie. Par exemple, quand les risques sont de : 5C pour les personnes, 2C économique, 1D environnement, 2D client et 1C image ; le risque de cet incident sera 5C. 9. SEQUENCE Pour évaluer le risque d'un cas particulier on doit suivre la séquence suivante: Définir l'activité qui nécessite une évaluation ou une classification. L'équipe chargée de l'évaluation des risques, de doit pas avoir plus de six (6) personnes, ces personnes doivent avoir une expérience réelle du travail ou du sujet. Un débutant n a pas sa place dans une équipe d évaluation des risques. Définir pour l analyse en cours quelles sont les conséquences à évaluer : réelles ou potentielles. Déterminer les catégories de risque: PE, CE, MA, CL et IM Estimer les conséquences réelles ou potentielles, selon l'analyse et pour chaque catégorie sélectionnée. Des données précises ne sont pas nécessaires, obtenir le consensus de la majorité des analystes est suffisant. Trouver le point à l'intérieur de la matrice correspondant à la conséquence et la probabilité: c'est l'évaluation des risques. Interprétation des codes: N= nul, L = faible, M = moyen, H = Élevé et VH = Très-Haut. Répétez la procédure pour la catégorie suivante pour couvrir toutes les pertes possibles: PE, CE, MA, CL et IM. Rappelez-vous que c'est seulement un outil qui permet à l'organisation de se concentrer sur les priorités. Procédez comme indiqué pour l'évaluation des risques à l'aide du tableau 4 6

7 Tableau 4 - Analyse des risques COULEUR RISQUE PRISES DE DÉCISIONS EXÉCUTION DES TÂCHES Trouver des solutions de rechange. Si vous décidez VH quand même de faire le travail, TRÈS Intolérable les cadres dirigeants (viceprésident ou directeur) HAUT déterminent une procédure et l'approuvent. H M L N HAUT MOYEN FAIBLE NUL D'autres solutions doivent être trouvées pour présenter moins de risques. Si vous décidez d'exercer l'activité vous devez démontrer comment vous contrôlez les risques. Les niveaux hiérarchiques suivants doivent être impliqué et approuver la décision alternative DG, Directeur des opérations ou chef d'unité. Il existe des systèmes de contrôle assez bien établis, il faut prendre des mesures pour mieux gérer les risques. On doit améliorer les systèmes de contrôle (procédures, listes de contrôle, les responsabilités, les protocoles, etc.). Très faible risque : utiliser les systèmes de contrôle et de gestion de la qualité en place (procédures, listes de contrôle, chaîne de responsabilités, les protocoles, etc.) Si vous décidez de faire le travail, le gérant, Directeur Général, Directeur des affaires ou chef d'unité doit nommer un chef et une équipe pour développer une procédure sécuritaire et l approuver. Le coordinateur (chef d équipe) développe une procédure et l approuve. Méthode des 3Q Qu'est-ce qui peut mal tourner ou échouer? Qu'est-ce qui peut faire que quelque chose va mal tourner ou échouer? Que pouvons-nous faire pour prévenir l échec ou la défaillance? 10. DÉFINITION DES CATÉGORIES DE CONSÉQUENCES Les conséquences sont évaluées dans les catégories suivantes: dommages aux personnes (tableau 5), l'impact économique (tableau 6), les effets sur l'environnement (tableau 7), l impact sur les clients (tableau 8) et l'impact sur l'image de l organisation (tableau 9). Tableau 5 - Dommages aux personnes # DESCRIPTION 0 Aucun blessé 1 Blessures mineures, traitement par premiers soins sur le lieu de travail. N'affecte pas la performance au travail. Aucun jour d incapacité pour le travailleur. 2 Blessures légères sans incapacité de travail (y compris les cas de premiers soins et des traitements médicaux et des maladies professionnelles): N'affecte pas la performance au travail. Aucun jour d incapacité pour le travailleur. 3 Incapacité temporaire > 1 jour (blessures avec perte de temps de production): affecte le rendement au travail du travailleur, telles que la limitation à certaines activités et nécessite quelques jours pour se remettre complètement: effets secondaires sur la santé réversibles, par exemple: irritation de la peau, intoxications alimentaires. 4 Invalidité permanente (y compris une incapacité partielle permanente et maladies professionnelles): affecte le rendement au travail pendant une longue période, comme une absence prolongée au travail. Dommages irréversibles sur la santé par une infirmité grave sans perte de vie, par exemple la perte d'audition induite par le bruit, les blessures au dos chroniques, les dommages causés par des efforts répétés pertes de membres, sensibilisation aux produits. 5 1 ou plusieurs décès: Par accident ou de maladie professionnelle 7

8 Tableau 6 - Impact économique # DESCRIPTION 0 Aucun 1 Marginal (> $10,000 - légèrement endommagé): Non arrêt de l'activité (production, maintenance, mise en service, etc.). 2 Importante ($10,000 < X < $100,000 - des dommages mineurs): brèves pauses dans l'activité (dégradation, recyclage, valorisation). 3 Sévère ($100,000 < X < $1,000,000 - dommages locaux): Pertes économiques d'arrêt temporaire, pertes de bénéfices. Action en responsabilité. 4 Grave ($1,000,000 < X < $10,000,000 - des dommages importants): perte partielle des opérations ou d unités d affaires. Action en responsabilité 5 Catastrophique (< $10,000,000 - des dommages étendus): perte totale ou substantielle de la production, infrastructures, etc. Action en responsabilité Les chiffres du tableau 6 ne sont pas liés à la valeur de la vie humaine. Tableau 7 - Impact sur l'environnement # DESCRIPTION 0 Aucun impact environnemental. Pas de changement dans l'environnement. 1 Effets bénins: les émissions ou les rejets dans l'environnement ont des effets légers et temporaires confinés au sein des établissements. Les mesures correctives dans l'immédiat. Il n'y a pas de pollution 2 Des effets mineurs: une réduction des émissions ou des rejets, affectant l'environnement au sein de l'établissement, sans laisser de séquelles, ou qui nécessitent des mesures de redressement à court terme, ou d'une violation unique de limites légales ou une mise en demeure administrative ou une seule plainte enregistrée (centre d'appel ou par écrit) après des organismes gouvernementaux. Il n'y a pas de pollution 3 Pollution localisée: émissions ou de rejets limités à de la pollution localisée dans les propriétés voisines et / ou l'environnement, ou qui nécessite des mesures de recouvrement à moyen terme, ou des violations répétées des limites légales ou mises en demeures administratives ou des plaintes enregistrées (centre d'appel ou par écrit ) auprès des organismes gouvernementaux. 4 Contaminations anciennes: des émissions ou des rejets qui provoquent une grave pollution de l'environnement ou dispersés ou nécessitant des mesures de redressement à long terme, ou de violations prolongées des limites légales ou mises en demeures administratives ou gène importante pour la communauté ou des plaintes enregistrées (centre d'appel ou par écrit ) auprès des organismes gouvernementaux. 5 Pollution irréparable: les émissions ou rejets causent des dommages irréparables à l'environnement dans une vaste zone ou des zones à des fins récréatives ou de préservation de la nature, ou la violation constante des limites juridiques ou mises en demeures administratives répétées. Nécessite des mesures permanentes de compensation et a causé des dommages irréparables. Impact: changements temporels dans les caractéristiques (physiques et chimiques) de l'environnement: eau, air, sol, des quantités, des concentrations ou niveaux qui sont capables de nuire à la santé ou au bien-être des personnes, ou contre la flore et la faune, ou qui dégrade la qualité de l'environnement. L'environnement peut revenir à son état d'origine en appliquant des procédés permanents ou temporaires en préservant la récupération du milieu ou avec des actions artificielles. Pollution: La pollution désigne l'altération de l'environnement par des substances ou formes d'énergie causé par l'activité humaine ou la nature, dans des quantités, concentrations ou niveaux capables d'interférer avec le bien-être et la santé des 8

9 personnes, en violation des limites émise par le ministère de la faune, à dégrader la qualité de l'environnement, à nuire aux ressources de la nation ou des individus. Les dommages environnementaux peuvent être classés de mineur à catastrophique. Les mesures de rétablissement et de restauration peuvent varier de court terme et à long. La mention «dommages environnementaux irréparables» se donne quand il n'est pas possible de récupérer les milieux qui sont touchés, et les écosystèmes qui leur sont associés et pour lesquels on doit appliquer des mesures de compensation. Terme immédiat: Moins d'un jour Court terme: Entre 1 et 30 jours Moyen terme: Entre 30 et 90 jours Long terme: Plus de 90 jours Tableau 8 - Effet sur les clients # DESCRIPTION 0 Pas d'impact pour les clients 1 Risque d'atteinte à l'une des spécifications convenues avec le client: Circonstances prévues ou imprévues qui affectent les produits et les processus qui peuvent avoir une incidence sur les engagements envers les clients, mais il existe des solutions possibles avant que le client perçoive la violation potentielle. 2 Implique des plaintes et / ou des réclamations: Lorsque des situations planifiées ou non, une déviation des procédés ou sur les produits ont un impact sur les spécifications convenues avec le client, générant des plaintes et / ou réclamations de tout montant, le processus de règlement est défini par un engagement et / ou un contrat avec les clients 3 Perte de clients et / ou pénurie: Décisions et / ou circonstances impliquant des processus et / ou de produits qui ont un impact sur les spécifications convenues (Qualité et Quantité) avec le client, qui peuvent affecter la relation d'affaires et / ou le niveau de loyauté, au point que le client peut prendre la décision de ne pas acheter de notre organisation, ou qui ne peut effectivement assurer son approvisionnement fiable sur un marché cible de notre organisation. 4 Perte de part de marché (en cas de perte de part de marché internationale, ayant pour cause le budget du client et ou la compétition, et ou la non disponibilité de nos produits sur le marché cible): les décisions et / ou les conditions de toute nature, d'une telle ampleur qui impliquent une perte réelle de part de marché au niveau national ou international. 5 Boycott par les clients et ou fermeture des marchés cibles des produits de l organisation: Décisions et / ou des conditions ayant un impact majeur sur la vente ou l approvisionnement des produits sur les marchés cibles (commercial et continuité des opérations) 9

10 Tableau 9 - Impact sur l'image de l organisation # DESCRIPTION 0 Pas d'impact: sans intérêt 1 Interne: Peut-être de connaissance interne à l'entreprise, mais pas de fuite à l extérieur. 2 Local - Attention locale du public relativement à l intérêt de certains médias, des ONG et des communautés locales qui peuvent avoir une incidence sur l organisation 3 Régional - Intérêt du public dans la région. Opposition des média locaux, des ONG régionales et des collectivités locales. Relative attention des médias nationaux et de la presse et / ou des partis politiques locaux / régionales. 4 National - Intérêt du public au niveau national: Opposition globale des médias nationaux, des ONG nationales, du gouvernement. Politiques et mesures potentiellement restrictives sur les permis, licences et droits. Incidence possible sur le cours de l action. 5 International - Intérêt du public au niveau international: Opposition globale des médias internationaux, des ONG internationales, des gouvernements. Politiques et mesures potentiellement restrictives sur les permis, licences et droits pouvant avoir un impact sérieux sur les relations internationales de l organisation et / ou la législation fiscale, subventions projets BM. Dépréciation de la valeur des actions. 11. RÉFÉRENCES Groupe Royal Dutch / Shell. Shell International B.V. Matrice d'évaluation des risques HSE SHELL, La Haye, Pays-Bas. Avril Barrancabermeja gestion complexe. Instructions pour l'utilisation de la matrice d'évaluation des risques - RAM. Avril Risk Its Priority and Probability: The Analytic Hierarchy Process. Thomas L. Saaty. Article first published online: 29 MAY 2006 ECP- DRI-I Uso de la matriz de valoración de riesgos RAM. ECOPETROL Risk Analysis: A Quantitative Guide. David Vose. Wiley 2008 N2501 Consulting Méthode qualitative de mesures des risques

11 11

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

COMMENT EVALUER UN RISQUE

COMMENT EVALUER UN RISQUE COMMENT EVALUER UN RISQUE Rappel : danger et risque Le danger est la propriété ou capacité intrinsèque d un équipement, d une substance, d une méthode de travail, d un environnement à causer un dommage

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004)

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à destination des fournisseurs QSL (Contrat

Plus en détail

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités Chapitre 1 Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités La politique de maintenance, entre prévention et correction 25 f Qu est-ce que le «préventif» et le «correctif»?

Plus en détail

BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT. Notre plan C pour situations d'urgence et de crise

BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT. Notre plan C pour situations d'urgence et de crise BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT I PLANZER I 2010 BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT Notre plan C pour situations d'urgence et de crise La sécurité n'est pas une valeur absolue. Une gestion de risque peut éventuellement

Plus en détail

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE Convergences et spécificités des référentiels ISO 9001 / 14001 / OHSAS 18001 Vianney BOCK 14, rue Cassini 06300 NICE Phone : +33 4 93 56 46 92 Mobile : +33

Plus en détail

1- LES CHUTES DE PERSONNES...

1- LES CHUTES DE PERSONNES... 7 1-1- LES CHUTES DE PERSONNES... sont la cause de plusieurs accidents de travail Les chutes n ont pas de cible. Qui n est pas tombé dans un stationnement, en sortant de sa voiture, en se rendant à sa

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER Date d entrée en vigueur: 30 aout 2011 Remplace/amende: VRS-51/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-51 Les utilisateurs de lasers devront suivre les directives, la politique

Plus en détail

ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001

ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001 ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001 PLAN Introduction Générale Introduction MEHARI L'analyse

Plus en détail

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification Les référentiels SMI, normes, processus de certification 1 Définitions selon le Guide ISO/IEC 2:2004 Norme Document, établi par consensus et approuve par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages

Plus en détail

Gestion des risques importants

Gestion des risques importants étude de cas Gestion des risques importants Modélisation du risque et simulation d'attaque Société Une grande organisation financière (union nationale de crédits fédéraux) a mis en œuvre les solutions

Plus en détail

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz».

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». Bruno LEQUIME, Département HSE Etudes. Sommaire I. Introduction la DESP et le contexte international. II.

Plus en détail

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Instructions aux Candidats Les présentes Lignes directrices sont fournies à titre indicatif pour l'élaboration et la soumission

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Développer, Optimiser, Maintenir la Performance de lhomme et de lentreprise PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Le «Risque Social» doit être pris en charge comme nimporte quel autre type

Plus en détail

Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne

Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne Entrée en vigueur le 18 juin 2010 Préparé et sous la responsabilité de la Direction des services juridiques Section affaires juridiques Approuvé

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

De l étude de dangers et d impact au management des risques. Séminaire projet 2010

De l étude de dangers et d impact au management des risques. Séminaire projet 2010 LES RISQUES INDUSTRIELS De l étude de dangers et d impact au management des risques Séminaire projet 2010 2 LES RISQUES EN EUROPE 3 Contexte, Enjeux et Terminologie 4 Introduction Évolution des accidents

Plus en détail

ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise

ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise ManageEngine IT360 Présentation du produit ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise Améliorer la prestation de service à l'aide d'une approche intégrée de gestion des performances

Plus en détail

Gestion des services IT Foundation Bridge basée sur la norme ISO/CIE 20000

Gestion des services IT Foundation Bridge basée sur la norme ISO/CIE 20000 Exemple d examen Gestion des services IT Foundation Bridge basée sur la norme ISO/CIE 20000 Édition Novembre 2013 Copyright 2013 EXIN All rights reserved. No part of this publication may be published,

Plus en détail

Par : Abdeljalil Chaouki, Conseiller de maintenance industrielle

Par : Abdeljalil Chaouki, Conseiller de maintenance industrielle Par : Abdeljalil Chaouki, Conseiller de maintenance industrielle Institut Technologique de Maintenance industrielle Tél. : 418 962-9848 poste 222 Téléc. : 418 968-8205 abdeljalil.chaouki@itmi.ca www.itmi.ca

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

Les Cahiers QSE I) LES ENJEUX D UN SYSTÈME DE MANAGEMENT INTÉGRÉ QUALITÉ - SÉCURITÉ ENVIRONNEMENT. 1) Introduction...6-7. 2) Contexte...

Les Cahiers QSE I) LES ENJEUX D UN SYSTÈME DE MANAGEMENT INTÉGRÉ QUALITÉ - SÉCURITÉ ENVIRONNEMENT. 1) Introduction...6-7. 2) Contexte... I) LES ENJEUX D UN SYSTÈME DE MANAGEMENT INTÉGRÉ QUALITÉ - SÉCURITÉ ENVIRONNEMENT 1) Introduction...6-7 2) Contete...8 à 10 3) Des enjeu Qualité, Sécurité, Environnement qui sont liés...11 4) Intérêts

Plus en détail

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

Gestion de projet - logiciel de gestion de projets

Gestion de projet - logiciel de gestion de projets Gestion de projet - logiciel de gestion de projets GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation

Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation Colloque sur la sécurité civile, 15 février 2012 Mariette Trottier Ministère du Développement économique, de l Innovation

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC. Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest

Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC. Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest Décembre 2012 Définition de l accident corporel de la circulation routière

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement JECO journée des éco-entreprises Présentation de l événement Atelier Valoriser sa démarche environnementale UN LEVIER DE CROISSANCE POUR L ENTREPRISE Objectifs Faire un panorama des différents référentiels

Plus en détail

Renforcement de Capacité La gestion de déchets industriels - La Promotion de l enseignement

Renforcement de Capacité La gestion de déchets industriels - La Promotion de l enseignement Des modules d une filière (Master) dans le domaine «La gestion de l environnement et des déchets industrielles» L exemple de l Allemagne Otto Schmidt En RFA, l Autriche et la Suisse allemande: Des Masters

Plus en détail

SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL

SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL 15 e École d été en évaluation environnementale Évaluation de la durabilité du développement urbain et industriel : outils d analyse de l empreinte écologique et des impacts sociaux et sanitaires Douala,Hôtel

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

Mis sur pied par Parachute Prévenir les blessures. Sauvez des vies.

Mis sur pied par Parachute Prévenir les blessures. Sauvez des vies. Mis sur pied par Parachute Prévenir les blessures. Sauvez des vies. TM Colombie- Britannique/ Yukon Résultats d apprentissage Décrire les choix que peut faire un individu pour atteindre et maintenir un

Plus en détail

MARKETING. Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières

MARKETING. Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières MARKETING 6 e édition Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières Normand Turgeon Ph. D. (Marketing) Professeur titulaire Service de l'enseignement

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

Cours. Plan. Définitions. Objectifs. Chapitre 4: Analyse de risques. Définitions et objectifs. Méthodes d analyse de risques. Méthode du NIST 8000-30

Cours. Plan. Définitions. Objectifs. Chapitre 4: Analyse de risques. Définitions et objectifs. Méthodes d analyse de risques. Méthode du NIST 8000-30 Plan Définitions et objectifs Cours Sécurité et cryptographie Chapitre 4: Analyse de risques Méthodes d analyse de risques Méthode Méhari Méthode du NIST 8000-30 Méthode Conclusion Hdhili M.H Cours sécurité

Plus en détail

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation BELAC 2-002 Rev 2-2014 CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation Les dispositions de la présente procédure

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE Définitions Successivement la cartographie a été: L'Art de dresser les

Plus en détail

Qu est-ce qu un système d Information? 1

Qu est-ce qu un système d Information? 1 Qu est-ce qu un système d Information? 1 Une définition du système d information «Tout moyen dont le fonctionnement fait appel à l électricité et qui est destiné à élaborer, traiter, stocker, acheminer,

Plus en détail

portnox pour un contrôle amélioré des accès réseau Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés.

portnox pour un contrôle amélioré des accès réseau Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés. portnox Livre blanc réseau Janvier 2008 Access Layers portnox pour un contrôle amélioré des accès access layers Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés. Table des matières Introduction 2 Contrôle

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/L'ENTREPRISE Nom de produit: T4 Ligase Nom de kit: SOLiD(TM) FRAGMENT SEQUENCING ENZYME KIT Fournisseur: Applied

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014 NMAM 11.10 Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Gestion de l information et rédaction de rapports en Mauritanie Coordinateur Programme National de Déminage Humanitaire

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Octobre 2013 Scénarios impliquant un produit toxique : Ammoniac La Brasserie Labatt du Canada, Montréal (Québec) Partenaire

Plus en détail

Processus Conception. Processus SAV. Processus Gestion des stocks. Activité de contrôle production

Processus Conception. Processus SAV. Processus Gestion des stocks. Activité de contrôle production Liste non exhaustive d indicateurs Processus commercial - Nombre de clients visités chaque semaine. - kilométrage moyen parcouru par visite. - Total des heures productions vendues - Indice de Satisfaction

Plus en détail

Critères de la procédure de qualification de la VAE de logisticiens

Critères de la procédure de qualification de la VAE de logisticiens Critères de la procédure de qualification de la VAE de logisticiens Carte de compétence Compétences du nouveau profil de qualification 1. Approvisionnement 1.1 L importance de la logistique dans l économie

Plus en détail

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION Appendice A Charte du Bureau de l'inspecteur général I. Mission 1. Le Bureau de l'inspecteur général assure la supervision des programmes et des opérations de l'organisation, par des opérations de vérification

Plus en détail

L analyse de risques avec MEHARI

L analyse de risques avec MEHARI L analyse de risques avec MEHARI Conférence Clusif : MEHARI 2010 Marc Touboul - marc.touboul@bull.net Responsable du Pôle Conseil Organisation SSI Bull, 2010 agenda Bull Pôle Conseil SSI Un exemple de

Plus en détail

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail"

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du bien-être au travail Surveillance de la santé Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail" Sommaire Sommaire 1 1. Introduction 2 2. Analyse des risques 3 2.1. Etablissement de la liste des risques 3 2.2.

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS Avril 2010 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1.

Plus en détail

MONTRANO. Système de surveillance continue pour transformateurs

MONTRANO. Système de surveillance continue pour transformateurs MONTRANO Système de surveillance continue pour transformateurs Surveillance conditionnelle pour transformateurs La connaissance de l'état diélectrique d'uneisolation est fondamentale Un amorçage du diélectrique

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.1/2010/5 Distr. générale 12 janvier 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF Paris, le 06 juillet 2010 Objet : Inspection

Plus en détail

Législation sur la sécurité des ascenseurs : obligations des gestionnaires, rôles des professionnels.

Législation sur la sécurité des ascenseurs : obligations des gestionnaires, rôles des professionnels. Législation sur la sécurité des ascenseurs : obligations des gestionnaires, rôles des professionnels. Geert De Poorter Directeur Général Direction Qualité et Sécurité, SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes

Plus en détail

Construction modulaire pour la Faculté des sciences

Construction modulaire pour la Faculté des sciences Construction modulaire pour la Faculté des sciences Résultat de l'évaluation Outil mis à disposition par l'unité de développement durable du Département des infrastructures de l'état de Vaud. Données concernant

Plus en détail

Module 197 Développer et implanter un concept de gestion des versions et des configurations

Module 197 Développer et implanter un concept de gestion des versions et des configurations Module 197 Développer et implanter un concept de gestion des versions et des configurations Copyright IDEC 2002-2009. Reproduction interdite. Sommaire Introduction... 3 Délimitation du domaine... 3 Fonctions

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

2. Technique d analyse de la demande

2. Technique d analyse de la demande 1. Recevoir et analyser une requête du client 2. Sommaire 1.... Introduction 2.... Technique d analyse de la demande 2.1.... Classification 2.2.... Test 2.3.... Transmission 2.4.... Rapport 1. Introduction

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DES EXIGENCES DE LA NORME OHSAS 18001

A LA DECOUVERTE DES EXIGENCES DE LA NORME OHSAS 18001 A LA DECOUVERTE DES EXIGENCES DE LA NORME OHSAS 18001 BS OHSAS 18001:2007 (british standards) Systèmes de management de la santé et de la sécuritéau travail Exigences SOMMAIRE Introduction Objectifs La

Plus en détail

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000 A Hydro-Québec Requête R-3401-98 RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Original : 2000-11-21 HQT-13, Document 1.1.2 (En liasse) 1 1. PRINCIPES ET RÈGLES DE FACTURATION INTERNE

Plus en détail

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

SEHY Digest Législatif

SEHY Digest Législatif SEHY Digest Législatif Vanmol Thierry Senior Advisor Gestion des risques & Bien-être essenscia Wallonie tvanmol@essenscia.be 02 238 97 79 Plan Santé-Sécurité-Bien-être 2008-2012 Démultiplication de la

Plus en détail

asah alpha consulting Prog o ram a m m e e de d e fo f r o mat a i t on o n 2 01 0 5

asah alpha consulting Prog o ram a m m e e de d e fo f r o mat a i t on o n 2 01 0 5 AUDIT 1 1.1 Evaluation et appréciation du contrôle Auditeurs internes, contrôleurs de gestion Responsables administratifs et financiers ; Durée : 03 jours Maitriser la démarche d évaluation interne Mettre

Plus en détail

Système Management Environnemental

Système Management Environnemental Système Management Environnemental Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine - Bassin Eaux Pluviales Environnemental Politique Qualité Sécurité Environnement Sommaire Norme

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement MESURE 1 - ANNEXE Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement Responsabilité découlant de situations critiques pour l environnement Les Parties, Préambule

Plus en détail

ITIL V2. La gestion des incidents

ITIL V2. La gestion des incidents ITIL V2 La gestion des incidents Création : novembre 2004 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL a été réalisé en 2004 et la traduction des

Plus en détail

IHS-nf 9663 Ordonnance sur la protection en cas d'urgence au des installations nucléaires

IHS-nf 9663 Ordonnance sur la protection en cas d'urgence au des installations nucléaires IHS-nf 9663 Ordonnance sur la protection en cas d'urgence au des installations nucléaires du 28 novembre 1983 Le Conseil fédéral suisse, vu les articles 11 et 37 de la loi du 23 décembre 1959" sur l'énergie

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

LA MAUVAISE UTILISATION DE CES RECOMMANDATIONS DE SÉCURITÉ PEUT PROVOQUER DE GRAVES DOMMAGES PERSONNELS LÉSION, DÉCÈS ET/OU INCAPACITÉ.

LA MAUVAISE UTILISATION DE CES RECOMMANDATIONS DE SÉCURITÉ PEUT PROVOQUER DE GRAVES DOMMAGES PERSONNELS LÉSION, DÉCÈS ET/OU INCAPACITÉ. Recommandations de sécurité LA MAUVAISE UTILISATION DE CES RECOMMANDATIONS DE SÉCURITÉ PEUT PROVOQUER DE GRAVES DOMMAGES PERSONNELS LÉSION, DÉCÈS ET/OU INCAPACITÉ. 1. LIRE ATTENTIVEMENT TOUTES LES INSTRUCTIONS

Plus en détail

Petit guide de l assurance. environnementale. Ce qu il faut savoir pour bien transférer son risque

Petit guide de l assurance. environnementale. Ce qu il faut savoir pour bien transférer son risque Petit guide de l assurance environnementale Ce qu il faut savoir pour bien transférer son risque Comprendre l importance de la nouvelle donne en environnement La réglementation européenne en matière de

Plus en détail

Maîtrisez les risques environnementaux de votre entreprise

Maîtrisez les risques environnementaux de votre entreprise Artisans, Professionnels, PME, TPE, Collectivités vous êtes concernés! Maîtrisez les risques environnementaux de votre entreprise Fédération française des sociétés dʼassurances Dans le cadre de la gestion

Plus en détail

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Vérification interne et externe : exemples et bénéfices 25 novembre 2009 Institut de la Gestion Financière du Canada:

Plus en détail

COMMENT GERER LE RISQUE «ROUTIER» AU NIVEAU DES TPE / PME

COMMENT GERER LE RISQUE «ROUTIER» AU NIVEAU DES TPE / PME COMMENT GERER LE RISQUE «ROUTIER» AU NIVEAU DES TPE / PME Constat : Les statistiques montrent qu un salarié sur deux, décédé en accident du travail, l est au cours d un déplacement dans le cadre d une

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

Fiche n 15. SST 4.5.3.1 : Enquête en cas d incidents 4.5.3.2 : Non-conformité, actions correctives et actions préventives

Fiche n 15. SST 4.5.3.1 : Enquête en cas d incidents 4.5.3.2 : Non-conformité, actions correctives et actions préventives INERIS DVM-11-121612-08005A - HPa Fiche n 15 NON-CONFORMITE, ACTION CORRECTIVE ET ACTION PREVENTIVE ACCIDENTS ET INCIDENTS 1. Ce qu'exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.3 : Non-conformité,

Plus en détail

Organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel

Organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel Organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel 31.01.2015 / V01 1 Bases légales Loi fédérale sur la protection de la population et sur la protection civile (LPPCi) du 4 octobre

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

Evaluation Gouvernance de la Sécurité de l'information

Evaluation Gouvernance de la Sécurité de l'information CLUSIS Association suisse de sécurité des systèmes d'information Case postale 9 1000 Lausanne 26 Evaluation Gouvernance de la Sécurité de l'information Organisation: Date: Lieu: Interlocuteur(s): Consultant:

Plus en détail

Clôture de Sites Miniers et Réhabilitation 5 Novembre, 2014. Daye Kaba, Partner dkaba@fasken.com (416) 868-3448

Clôture de Sites Miniers et Réhabilitation 5 Novembre, 2014. Daye Kaba, Partner dkaba@fasken.com (416) 868-3448 Clôture de Sites Miniers et Réhabilitation 5 Novembre, 2014 Daye Kaba, Partner dkaba@fasken.com (416) 868-3448 Plan de la Presentation Présentation Clôture et réhabilitation d un site minier Coûts de réhabilitation

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE Fabrication et transformation de matériaux et d emballages destinés au contact des aliments : respect des règles d hygiène (méthode HACCP) Réf. Rédacteur LNE PP/GLB

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere. DOCUMENTATION MS PROJECT 2000 Prise en main Date: Mars 2003 Anère MSI 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.com Le présent document est la propriété exclusive d'anère

Plus en détail

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités Les 5 étapes du management des risques routiers pour les entreprises et les collectivités Qu'est-ce que le C.P.A.T.S.? Le C.P.A.T.S., Centre de Psychologie Appliquée aux Transports et à leur Sécurité,

Plus en détail