note de ëóåíü ëé L immobilier de bureau en Ile-de-France Expertise et approches prospectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "note de ëóåíü ëé L immobilier de bureau en Ile-de-France Expertise et approches prospectives"

Transcription

1 note de ëóåíü ëé L immobilier de bureau en Ile-de-France Expertise et approches prospectives Étude réalisée par le BIPE - Auteurs : Catherine BARUCQ, Karima EL HANI, Jean-Louis GUERIN, Marie RODRIGUEZ, Michel VIVINIS Pilotée par Serge Sadler et Pascale Rohaut Janvier 2009 l'automne 2007, période particulièrement È dynamique pour l'immobilier d'entreprises, la DREIF a confié au Bipe une étude visant à expertiser les perspectives de développement de l'immobilier tertiaire en Île-de- France, que ce soit en termes de production nouvelle, ou de renouvellement. Il s'agissait, également et plus largement de faire des propositions pour améliorer la connaissance de ce marché, et comprendre ses dynamiques, les outils statistiques existants ne permettant pas réellement de vérifier l'adéquation de l'offre à la demande des entreprises. Les exercices de prospective sont en effet limités par deux types de difficultés : d'une part du coté de l'offre, le parc n'est pas connu précisément, et les sources statistiques des différents acteurs méritent d'être améliorées et mieux mobilisées ; d'autre part du coté de la demande, si les prévisions à long terme sont évidemment basées sur des hypothèses d'évolution de l'emploi tertiaire, de nombreuses autres variables peuvent également jouer, conjoncturelles et liées aux cycles de l'économie et de l'immobilier, ou plus structurelles et concernant les modes d'occupation de ces bureaux et les types de produits recherchés. L'étude menée par le Bipe permet notamment d'éclairer la sensibilité des besoins en surfaces de bureaux, aux modes d'occupation du parc, si et c'est son hypothèse, les surfaces par emploi n'ont pas diminué comme on l'avait supposé. Si le niveau de création d'emploi reste un indicateur important, des évolutions jusqu'ici considérées comme mineures pourraient ainsi devenir essentielles pour déterminer la demande ; on pense évidemment aux économies d'énergie, dans le parc mais aussi dans l'offre de transport et plus largement dans l'ensemble de l'économie, qui pourraient modifier la demande des entreprises et accélérer l'obsolescence de certains segments du marché. Ces travaux complètent utilement les démarches de l'observatoire Régional de l'immobilier d'entreprise (ORIE). Depuis la réalisation de cette étude, la crise qui frappe l'ensemble des économies a eu un impact beaucoup plus profond et brutal que ce qui avait pu être pressenti en Ce nouveau contexte aura, sans nul doute, des effets importants sur le processus d'obsolescence du parc du fait des mutations économiques qu'il va provoquer (regroupements d'entreprises, relocalisations, transformations, etc.) et sur la demande d'immobilier d'entreprises tant en qualité qu'en volume. C'est sur ces phénomènes qu'il va falloir, à présent, porter l'attention. Pascal Lelarge Préfet, Directeur Régional de l'equipement d'île-de-france L étude s est déroulée en deux phases, avec les objectifs suivants : Phase 1 : faire une évaluation des scénarios d évolution du marché des bureaux en Ile-de-France actuellement proposés, appuyée sur une approche critique des indicateurs et données utilisés, puis dégager les principaux scénarios qui doivent être envisagés. Phase 2 : faire des propositions pour la mise en place d un dispositif permettant l expertise régulière du marché des bureaux, en améliorant la transparence, facilitant ainsi l implantation des bureaux dans une organisation optimale de l espace (planification, régulation)

2 2 l'immobilier de bureaux en Ile-de-France - Expertise et approches prospectives 1 re phase : évaluation des scénarios existants et proposition de scénarios alternatifs a) Évaluation des scénarios existants : ceux de l ORIE Le groupe de travail «Tertiarisation de l économie francilienne» de l ORIE a livré en janvier 2006 trois scénarios prospectifs du marché des bureaux en Ilede-France à l horizon Le long fleuve tranquille Les occasions manquées Une île au top Croissance du PIB 2 % 1,5 % 3 % Création annuelle d emploi de bureau Construction additionnelle en remplacement *restructurations total par an à m m m 2 1 à 1,1 million de m m m m à 1 million de m m m 2 1,4 à 1,5 million de m 2 Paris neuf restructuré m m 2 NS m m m 2 1 re périphérie neuf restructuré m m 2 NS m m m 2 Reste IdF neuf restructuré m m 2 NS m m m 2 Parc fin à 54 millions de m 2 49 millions de m 2 58 à 59 millions de m 2 (*) Dont décomptés : m m m 2 D où mises en chantier SITADEL : 720 à m m à m 2 Parc fin 2005 : 49 millions de m 2 (p.m.) Or, le niveau élevé des mises en chantier de bureaux en 2006 et 2007 en Ile-de-France (1,2 million de m² SHON par an en moyenne) a conduit l Etat à s interroger sur les scénarios de l ORIE : ce niveau était celui retenu dans un scénario de croissance du PIB national à 3 % par an, alors qu elle était de l ordre de 2 % seulement. Y avait-il un excès d offre (avec les risques que cela impliquait pour les investisseurs et les collectivités locales) ou avait-on sous-estimé les besoins (liés à la création nette d emplois de bureaux en Ilede-France et/ou à l obsolescence technique et/ou de localisation du parc de bureaux franciliens)? La DREIF a donc demandé au BIPE, dans un premier temps, d évaluer les scénarios existants et éventuellement d en proposer d autres. Après recherche, les scénarios de l ORIE sont apparus comme les seuls disponibles à un horizon de moyen terme qui soient à la fois transparents, complets et aboutis. L analyse menée par le BIPE sur ces scénarios a montré : une grande richesse de l analyse qualitative (menée selon la méthode de l école française de prospective) des facteurs favorables et défavorables au développement du marché, qui sont autant de leviers d action pour les acteurs publics et privés ; une évaluation détaillée et pertinente des emplois de bureaux franciliens par départements et par secteurs d activités (estimés à en 1999, soit 42 % de l emploi total) ; des difficultés à transposer au niveau régional, autrement que par simple extrapolation des tendances passées, les scénarios DARES d évolution nationale de l emploi par secteurs et qualifications à l horizon 2015, faute de disposer d un modèle de prévision régionale ; l obsolescence du scénario macroéconomique national sous-jacent (daté de 2005) dans le nouveau contexte mondial ; des confusions entre concepts de surface utile et de SHON (surface hors œuvre nette) ; un risque de surestimation des besoins créé par l addition des restructurations, des démolitionsreconstructions et des constructions additionnelles, seules les dernières nécessitant le développement de nouveaux espaces urbains consacrés aux activités tertiaires.

3 l'immobilier de bureaux en Ile-de-France - Expertise et approches prospectives 3 b) Les scénarios proposés par le BIPE : macroéconomie et emplois de bureaux Dans le contexte macroéconomique mondial actuel, caractérisé par des tensions durables sur les prix des matières et produits de base liées à l émergence de nouvelles puissances économiques : Chine, Inde, etc. (indépendamment des phénomènes conjoncturels de tension et de détente récemment constatés), les projections réalisées fin 2007 par le BIPE à l horizon 2017 avec le modèle DIVA II conduisent à ne retenir que deux scénarios de moyen terme : «Réformes molles», scénario central, et «Dynamisme mondial», variante haute. Pour la France, le scénario Réformes molles peut être résumé dans les termes suivants : le PIB national croît à un rythme de 1,9 % par an d ici à 2017, légèrement inférieur au potentiel de long terme ; la croissance du PIB par tête est de 1,5 % par an (TCAM de la population : 0,45 %) ; la fragmentation des ménages, le développement du crédit et la poursuite de la tendance à la baisse de la durée de vie des produits soutiennent une croissance de la consommation privée, de 2 % par an en moyenne ; la contrainte de maîtrise des déficits pèse sur la croissance des dépenses publiques ; tous les départs à la retraite dans le secteur public au sens large ne sont pas remplacés ; les entreprises, confrontées à un environnement concurrentiel exigeant, cherchent à minimiser coûts et prix de vente, ne remplacent pas tous les départs et substituent capital et travail (l investissement privé augmente de 3,4 % par an en moyenne) ; l ouverture de l économie au commerce extérieur se poursuit, mais la croissance des exportations et importations est équilibrée. Le scénario Dynamisme mondial (plus forte croissance des pays émergents) se traduit pour la France par une croissance annuelle moyenne du PIB de 2,1 % à l horizon 2017 et par des écarts notables de croissance relative des secteurs, et donc de créations d emplois. Les projections sectorielles régionales issues du modèle DIVA II Régions débouchent sur des créations nettes d emplois en Ile-de-France, tous secteurs confondus, de en moyenne par an dans le scénario Réformes molles et dans le scénario Dynamisme mondial au cours de la période (à comparer aux observés entre 1989 et 2004). Ces données brutes (moyennes sur longue période) ont ensuite été corrigées pour tenir compte du fort dynamisme des créations d emplois en 2006 et 2007, le modèle DIVA II ne captant pas les décalages conjoncturels entre le cycle de l emploi et le cycle du PIB. On aboutit ainsi aux chiffres corrigés de créations nettes d emplois en Ile-de-France sur la période (emplois salariés et non salariés, marchands et non marchands) suivants : par an en moyenne dans le scénario Réformes molles ; par an dans le scénario Dynamisme mondial. Le modèle DIVA II Régions fournit en outre des projections d emplois par secteurs en Ile-de-France, fondées sur les séries rétrospectives des enquêtes régionales sur l emploi (ERE-INSEE). Les projections de ce modèle reposent sur la prise en compte des portefeuilles d activités régionaux (structure sectorielle) et des spécificités régionales. Les spécificités régionales expliquent l écart entre l évolution effective de l emploi total dans une région donnée et celle due à la seule structure sectorielle de son portefeuille d activités, écart dû aux caractéristiques spécifiques de cette région : effets de gamme, d organisation, de dynamisme entrepreneurial, de proximité, de caractéristiques géographiques, etc. S agissant de l Ile-de-France, l effet «Structure sectorielle» a été globalement favorable relativement à la moyenne des régions françaises au cours de la période (environ quatre dixièmes de points de croissance annuelle en plus), tandis que l effet «Dynamisme régional» a été globalement défavorable (environ huit dixièmes de points en moins), le second l emportant donc sur le premier. Ensuite, avec une méthode comparable à celle mise en œuvre par l ORIE en 2004 [utilisation des DADS (Déclarations Annuelles de Données Sociales) pour répartir l emploi de chaque secteur par PCS (Professions et Catégories Socioprofessionnelles), puis répartition des PCS entre emplois de bureaux et emplois hors bureaux], les deux scénarios retenus ont été traduits en termes de créations nettes d emplois de bureaux au cours de la période : par an en moyenne dans le scénario Réformes molles ; dans le scénario Dynamisme mondial. Ces scénarios tiennent compte des déformations sectorielles au cours de la période et font par ailleurs l hypothèse d une baisse significative des créations d emplois administrés ( par an entre 2005 et 2017, contre par an au cours de la période ). De plus, ils prennent en compte le dynamisme exceptionnel des créations d emplois en 2006 et 2007.

4 4 l'immobilier de bureaux en Ile-de-France - Expertise et approches prospectives Les chiffres obtenus sont nettement inférieurs à ceux retenus dans le scénario «Une Ile au top» de l ORIE ( emplois par an pour un PIB national à 3 %), et même dans le scénario «Le long fleuve tranquille» ( emplois pour un PIB à 2 %). Par ailleurs, les tests d élasticité effectués à l aide du modèle DIVA II Régions et de l outil de traduction de l emploi total en emplois de bureaux montrent qu un supplément de croissance nationale de 0,1 point de PIB par an génère à emplois de bureaux supplémentaires par an en Ile-de-France (et à au niveau national). c) La modélisation du marché des bureaux Afin d anticiper l évolution des mises en chantier de bureaux et du parc total de bureaux en Ile-de-France résultant des prévisions de croissance des emplois de bureaux issues des scénarios précédemment décrits, l étape suivante a consisté à construire un modèle explicatif de l équilibre offre-demande de bureaux en Ile-de-France, calé sur les évolutions observées au cours de la période Pour ce faire, le BIPE a d abord établi une base de données homogènes (exprimées en SHON) des séries rétrospectives nécessaires à la reconstitution, année par année de 1990 à 2005, des équilibres comptables du marché des bureaux en Ile-de-France. (1) livraisons neuves sorties nettes = absorption nette évolution de la vacance immédiate = variation du parc total ; (2) parc total = parc occupé + parc vacant ; avec, pour chacune de ces séries, les sources et modes de calcul suivants : les livraisons neuves sont approximées par décalage de deux ans des mises en chantier (source SI- TADEL) et application d un abattement de 10 % (permis de construire sans création de surface) ; l évolution de la vacance immédiate est fournie par le GIE Immostat ; l absorption nette correspond à la variation annuelle du parc occupé : parc total (estimé à partir de la taxe sur les bureaux ; source DREIF/ORIE) parc vacant (Immostat) ; les sorties nettes, déduites de l équation précitée, réunissent le solde (désaffectations affectations) et le solde (retrait du marché pour rénovation remise sur le marché après rénovation), sans qu on puisse les distinguer. L analyse rétrospective conduit à constater d importantes fluctuations conjoncturelles du ratio de surface moyenne par emploi de bureau sur l ensemble du parc, mais, en revanche, une absence de tendance d évolution à moyen terme de cette surface moyenne, qui oscille autour de 23,5 m² SHON par emploi, soit 20 m² de SU (en excluant la période de «retour à la normale» du début des années 90, après le déficit d offre de la fin des années 80 dans un contexte de très forte croissance des emplois de bureaux). SHON par emploi de bureau en Ile-de-France On observe par ailleurs que, partant d estimations 1999 presque identiques de la part de l ORIE et du BIPE, l évolution récente a contredit l hypothèse d une baisse de la surface moyenne par emploi entre 1999 et 2005 qui avait été formulée par l ORIE. En effet, les créations d emplois ont été moins nombreuses que prévu, tandis que le parc de bureaux a augmenté plus que prévu et la vacance immédiate moins que prévu.

5 l'immobilier de bureaux en Ile-de-France - Expertise et approches prospectives 5 Rapport ORIE (janvier 2006) BIPE (mai 2008) 31/12/ /12/ /12/ /12/2005 Unité SU SHON SU SHON SU SHON SU SHON Emplois de bureaux milliers Source IEIF IEF BIPE BIPE Parc de bureaux milliers de m Source IEIF IEF DREIF/ORIE DREIF/ORIE Vacance immédiate milliers de m Source AtisReal AtisReal Immostat Immostat Parc occupé milliers de m Surface par emploi y compris parc vacant m 2 /emploi 20,5 24,5 20,5 24,1 20,0 23,5 21,9 25,8 Surface par emploi hors parc vacant m 2 /emploi 19,5 22,9 18,9 22,2 19,2 22,6 20,7 24,3 La stabilité sur longue période de la SHON par emploi de bureau, qui semble contredire la perception d une réduction de cette surface qu en ont les intéressés, tient notamment à deux facteurs : - la compensation partielle de la réduction de la surface par poste de travail par la création d espaces communs en plus grand nombre (salles de réunions notamment) ; - la tendance centrifuge de la localisation des activités de bureaux en Ile-de-France (les back offices étant notamment renvoyés vers des zones périphériques où l espace est moins rare). Une autre conclusion de l analyse rétrospective est que les sorties nettes subissent également des variations conjoncturelles importantes, avec une moyenne s établissant à faible niveau : m² SHON par an. Ce chiffre peut paraître étonnamment faible pour un parc de près de 60 millions de m² SHON. Il ne peut être expliqué que par trois facteurs dont l étude n a pas permis, faute de données disponibles, de mesurer les poids respectifs : - un flux non négligeable d affectations (notamment, transformation de logements et d anciens locaux d activités en bureaux) ; - une possible surestimation de la croissance du parc (données issues de la taxe sur les bureaux) ; - une sous-estimation des opérations de démolitionreconstruction par le système SITADEL ( m² construits sur place en remplacement de m² démolis n étant, semble-t-il, décomptés dans certains cas que pour m²). Ces deux types de fluctuations conjoncturelles sont plutôt pro-cycliques (par rapport aux livraisons neuves), aussi bien la surface moyenne par emploi (augmentation dans les périodes de suroffre, avec un effet retard), que les sorties nettes (accélération des destructions et des retraits pour restructuration dans les périodes de suroffre, avec un an d anticipation). Elles tendent donc à modérer les fluctuations de la vacance immédiate et contribuent à réguler le marché (prix et loyers), sans empêcher toutefois des dérives dans les périodes de brusque accélération ( ) ou ralentissement ( , et probablement ) des créations d emplois de bureaux. Le graphique ci-dessous résume l évolution des principales composantes du marché au cours des quinze dernières années. Le marché des bureaux en Ile-de-France Évolution 1992/2006 des principales composantes

6 6 l'immobilier de bureaux en Ile-de-France - Expertise et approches prospectives Enfin, après une série de tentatives et de tests économétriques, le BIPE a construit un modèle de prévision du marché des bureaux fondé sur trois équations de comportement : une équation centrale qui lie -sans surprise- le niveau de la vacance immédiate à la croissance de l emploi de bureaux au cours de l année précédente [V(t) = C - a x ΔE(t-1)], la constante C correspondant à la vacance d équilibre (en principe croissante à long terme, à proportion de la taille du parc) ; une première équation secondaire qui relie les sorties nettes aux livraisons nettes (SN = k x LN, avec k > 0) ; une deuxième équation secondaire qui relie également la surface moyenne de bureau par emploi aux livraisons nettes (s = k x LN, avec k > 0). Le fait que k et k soient positifs correspond au caractère pro-cyclique de l évolution des sorties nettes et de la surface moyenne par emploi, constaté historiquement. Avec ce modèle, dont les tests statistiques confirment la validité, les équations d équilibre permettent de déduire l évolution de toutes les variables du marché à partir des seules prévisions d emplois : vacance immédiate, absorption nette, parc, livraisons neuves. Les évolutions conjoncturelles de la surface par emploi (deuxième équation secondaire) ont un impact faible sur les résultats cumulés , car cette période couvre un cycle complet. Elles ont donc été négligées pour la traduction des scénarios macroéconomiques en besoins de construction neuve. S agissant des moyennes annuelles, les résultats obtenus, comparés à ceux de la période passée et à ceux issus des travaux de l ORIE sont présentés dans le tableau suivant. Résumé des scénarios de l ORIE et du BIPE (moyennes annuelles) Sources : ORIE et BIPE Comme indiqué précédemment, avec des hypothèses de croissance du PIB comparables (environ 2 %), les projections de créations nettes d emplois de bureaux en Ile-de-France du BIPE se situent nettement en-dessous de celles du scénario «Long fleuve tranquille» de l ORIE. Cependant, les travaux effectués par le BIPE conduisent à prévoir des niveaux d absorption nette et de livraisons neuves assez proches de ceux de l ORIE pour une même croissance du PIB. Ceci résulte notamment d hypothèses plus favorables du BIPE sur la surface moyenne par emploi, moins en rupture que celles de l ORIE avec l évolution constatée au cours des 10 années écoulées (23,5 m² au lieu de 20 m² de SHON). Partant d un parc estimé à 56,5 millions de m² SHON au 31/12/2005, le cumul, année par année du solde des livraisons neuves et des sorties nettes au cours de la période conduit aux estimations suivantes des besoins cumulés d accroissement du parc à l horizon 2017 : Réformes molles : 4,7 millions de m², pour atteindre 61,2 millions de m² SHON en 2017 ; Dynamisme mondial : 5,8 millions de m², pour atteindre 62,3 millions de m² SHON en 2017.

7 l'immobilier de bureaux en Ile-de-France - Expertise et approches prospectives 7 Quant aux évolutions cycliques, les trois graphiques ci-dessous illustrent l impact sur les différentes composantes du marché des bureaux en Ile-de-France de l introduction d un cycle de créations d emplois sur la période (sans modification des moyennes annuelles), avec : un point bas en 2009 (créations nettes nulles dans le scénario Dynamisme mondial et négatives dans le scénario Réformes molles : ) ; un point haut en 2013 ( emplois créés dans le scénario Dynamisme mondial et dans le scénario réformes molles). Croissance de l emploi salarié en Ile-de-France Le marché des bureaux en Ile-de-France à l horizon 2017 Scénario Réformes molles avec cycle macro Le marché des bureaux en Ile-de-France à l horizon 2017 Scénario Dynamisme mondial avec cycle macro

8 8 l'immobilier de bureaux en Ile-de-France - Expertise et approches prospectives Dans le scénario Réformes molles, comme dans le scénario Dynamisme mondial, après plusieurs années marquées par un dynamisme soutenu, les livraisons neuves et la croissance du parc francilien de bureaux devraient se modérer, en ligne avec les créations nettes d emplois de bureaux en Ile-de-France. Le stock vacant ne connaîtra pas d évolution tendancielle (ni à la hausse, ni à la baisse) et, sauf lenteur excessive de réaction des acteurs de l offre au ralentissement de la demande en début de période (conduisant éventuellement à un excès d offre), ses fluctuations devraient être plus modérées qu au cours de la période récente, du seul fait de la moindre amplitude du cycle des créations d emplois dans les scénarios retenus. Des variations cycliques notables des livraisons neuves transparaissent entre (point bas) et (point, avec près de m² supplémentaires, aussi bien dans le scénario Réformes molles que dans le scénario Dynamisme mondial. L introduction d un cycle plus violent d évolution à venir des créations nettes d emplois dans le modèle conduirait à prévoir des livraisons neuves négatives certaines années. Ceci veut concrètement dire que les équations de comportement intégrées dans le modèle, calées sur les comportements antérieurs, ne seraient plus valables, du fait notamment de l incapacité du système d offre à réagir suffisamment vite à une baisse trop rapide de la demande. On assisterait ainsi à un fort gonflement de la vacance en début de période, non modélisable faute de précédent permettant de caler des équations de comportement. Par ailleurs, les scénarios présentés sont fondés sur une évolution tendancielle de l obsolescence des immeubles de bureaux, qui pourrait notamment être remise en cause par le renforcement des exigences liées à la réduction des émissions de CO2 et des consommations d énergie fossile (Protocole de Kyoto et Grenelle de l Environnement). L accélération des démolitions-reconstructions (et donc du nombre annuel de mises en chantier) qui en résulterait n aurait toutefois pas d impact sur la consommation d espace urbain ; elle ne modifierait pas non plus l équilibre du marché (égalité du supplément de retraits du marché pour démolition-reconstruction et du supplément de livraisons neuves), sauf en période de transition. 2 e phase : propositions pour un dispositif d expertise régulière du marché Rappelons que l objectif de la 2 e phase de l étude était de faire des propositions de mise en place d un dispositif d expertise régulière du marché des bureaux en Ile-de-France, qui permette, en améliorant sa transparence, de faciliter l implantation des bureaux dans une organisation optimale de l espace francilien. La démarche mise en œuvre a reposé sur : les conclusions tirées par le BIPE et le Comité de Pilotage de l étude des résultats de la première phase ; une série d entretiens auprès d un échantillon de professionnels et d organismes publics ou parapublics actifs sur le marché francilien des bureaux : huit investisseurs et promoteurs, deux organismes d études et de conseil, un représentant des utilisateurs (Association des Directeurs Immobiliers), trois acteurs publics et une chambre de commerce ; un benchmark international sur trois villes choisies par le Comité de Pilotage pour leur probable exemplarité : Londres, Munich et New-York. Il ressort des entretiens un consensus des acteurs qui peut être résumé, indicateur par indicateur, de la manière suivante : Parc total : évaluation insuffisante du parc, tant en termes quantitatifs que qualitatifs ; Parc vacant en fin de période : besoin d une estimation plus précise de la vacance réelle, sous-estimée par les indicateurs disponibles ; Offre future : nécessité d informations comparables sur les livraisons de surfaces neuves et sur les livraisons de surfaces restructurées ; Parc sortant définitivement : absence de suivi systématique des destructions et désaffectations ; Loyers : insuffisance d information sur les loyers effectivement pratiqués ; Demande : estimation empirique des besoins immobiliers des entreprises, faute d enquêtes systématiques. Le benchmark international a fait apparaître le Grand Londres comme la métropole la plus riche d ensei-

9 l'immobilier de bureaux en Ile-de-France - Expertise et approches prospectives 9 gnements utiles pour le marché francilien. Les autorités publiques londoniennes ont mis en place, en concertation avec les acteurs concernés, et suivent quartier par quartier, avec l appui de consultants privés, une série originale d indicateurs d équilibre du marché ayant quatre objectifs : maîtriser le développement de l offre neuve (seuil d alerte : permis de construire d une année trois fois supérieurs à la moyenne des mises en chantier des trois dernières années) ; s assurer de la capacité de l offre à répondre à la demande (niveau d équilibre : stock de projets de surfaces neuves et restructurées égal à 3,25 fois la demande placée annuelle) ; surveiller la tension du marché (analyse comparée de l évolution du niveau des loyers les plus élevés et du taux de vacance (seuil d alerte : 8%) ; suivi de la part des pré-commercialisations (seuil d alerte : 50%)) ; diversifier les implantations et la gamme de loyers (vérification de l existence, dans l agglomération, de loyers inférieurs de moitié aux loyers les plus élevés de Londres). À noter également que l amélioration de l évaluation des besoins de la demande est passée à Londres par une révision complète de la nomenclature des emplois de bureaux, et s alimente d enquêtes régulières et systématiques auprès des utilisateurs, sur un échantillon diversifié d entreprises (secteurs, tailles). En revanche, des défauts identiques et parfois supérieurs à ceux constatés en Ile-de-France apparaissent : mesure de la demande placée et non de l absorption nette, méthodologies peu transparentes, faible fiabilité des séries historiques longues. Les analyses et entretiens menés au cours de la deuxième phase de l étude conduisent à formuler les propositions suivantes, classées par ordre de priorité décroissante au yeux des acteurs publics et privés rencontrés. Proposition n 1 : Quantifier et qualifier le parc existant (stock) de bureaux en Île-de-France Enjeu : - la seule source exploitée actuellement (fichier DGI de la taxe sur les bureaux) ne permet pas de connaître de manière satisfaisante l adéquation du parc francilien existant aux besoins des entreprises : volume total du parc (cf. les doutes exprimés à ce sujet dans la première phase de l étude, lors de l analyse des sorties nettes du parc), répartition géographique et par produits. Pistes d action : - définir une typologie opérationnelle des immeubles (état, surface, localisation, etc.) et du statut d occupation (location versus propriété) ; - réaliser un recensement des immeubles en croisant les sources disponibles (taxes sur les bureaux, cadastre, enquêtes de terrain, etc.), comme cela a été fait pour le Grand Lyon grâce à la forte mobilisation de l ensemble des acteurs concernés (DGI, Collectivités territoriales, DRE, etc.) ; - appréhender la vacance réelle (y compris celle liée aux restructurations en cours) ; - mesurer et qualifier l accessibilité par les transports individuels et collectifs. Proposition n 2 : Quantifier et qualifier les besoins des entreprises en Île-de-France Enjeu : - au-delà des approches macroéconomiques du type de celle développée dans la première phase de l étude, les besoins spécifiques de surfaces de bureaux par CSP et par secteur sont inconnus ; ce qui rend difficile la prévision à court et moyen termes des besoins quantitatifs globaux. Il en est de même pour les localisations et types d immeubles recherchés par les entreprises. Piste d action : - concevoir et conduire une enquête récurrente biennale auprès des entreprises pour estimer, par secteur d activité, leurs besoins immobiliers en termes quantitatifs, qualitatifs et géographiques. Proposition n 3 : Améliorer le suivi de l absorption nette Enjeu : - Le suivi de la demande placée donne une image déformée de l évolution de l absorption nette (unique indicateur valable de l accroissement des besoins), puisqu elle comporte une composante de demande «déplacée», laissant derrière elle des immeubles vacants. Piste d action : - organiser un suivi des m² libérés lors de chaque transaction (ou diffuser les données du GRECAM sur les libérations).

10 10 l'immobilier de bureaux en Ile-de-France - Expertise et approches prospectives Le marché des bureaux en Ile-de-France Absorption nette et demande placée La demande placée n est pas un bon indicateur de la dynamique de la demande de bureaux pour les investisseurs et les responsables du développement urbain. Par exemple, une entreprise en difficultés qui abandonne m² et en reprend ailleurs est comptée pour m² dans le suivi de la demande placée, tandis qu elle est comptée pour m² dans le suivi de l absorption nette. Ainsi, alors que la période récente a été marquée par un début de ralentissement de l absorption nette (niveau moyen nettement inférieur à celui de ), le suivi du seul indicateur de demande placée à pu faire croire à une croissance forte des besoins sur la même période (alors qu une bonne partie de la demande placée en 2006 correspondait à des déménagements d entreprise profitant de conditions de marché plus favorables pour dénoncer les baux 3/6/9 signés en 2000). Proposition n 4 : Mieux connaître les flux entrants et sortants qui modifient le parc Enjeux : - les reports et annulations perturbent la relation entre les autorisations, les mises en chantier et les livraisons, et donc le suivi de l offre neuve effective ; - la balance annuelle des retraits du marché pour restructuration et des livraisons d immeubles restructurés est inconnue ; - le solde des désaffections (dont les démolitions) et des affectations (ex : parcs d activités transformés en bureaux) est inconnu ; - toutes ces lacunes perturbent le suivi conjoncturel du marché, en particulier dans les périodes de retournement du cycle (cf. la première phase de l étude). Pistes d action : - fiabiliser et/ou enrichir le système SITADEL : enregistrer les dates de livraison, distinguer clairement les opérations neuves et les opérations de restructuration (avec ou sans création de surface supplémentaire), suivre les annulations et les permis modificatifs ; - analyser les décalages temporels entre permis de construire, mises en chantier et livraisons, ainsi que les taux d abandon (moyennes, évolutions conjoncturelles) ; - généraliser le dispositif de suivi des démolitions mis en place à Paris et dans les Hauts-de-Seine à l ensemble du territoire francilien. Proposition n 5 : Approfondir les travaux sur l obsolescence du parc Enjeu : - l obsolescence du parc de bureaux, dont la conséquence concrète est l augmentation de la vacance, peut résulter de deux facteurs : l obsolescence technique (inadaptation des immeubles à l évolution des besoins) et/ou l obsolescence de localisation (quartier dévalorisé, mal équipé ou mal desservi). Or ces facteurs sont tous deux très mal connus, et il est en particulier nécessaire : - d estimer l impact du Grenelle de l environnement sur le parc immobilier francilien : besoins de restructuration et/ou de démolition-reconstruction ; - de disposer d une cartographie des territoires exposés à une problématique d obsolescence (dévalorisation, reconversion) ; - d apprécier les difficultés économiques et financières inhérentes au traitement de l obsolescence.

11 l'immobilier de bureaux en Ile-de-France - Expertise et approches prospectives 11 Pistes d action : - poursuivre les travaux sur l obsolescence du parc entrepris par l ORIE : Comment définir et estimer l obsolescence à l aune des critères du Grenelle de l environnement? Quels sont les enjeux financiers en termes de dépréciation potentielle du parc et les enjeux physiques en termes de surfaces à rénover ou à démolir et reconstruire? - collecter et diffuser les bilans de patrimoine des grands investisseurs. Proposition n 6 (vœu pieux?) : fiabiliser l évaluation de l attractivité financière du marché des bureaux franciliens Enjeu : - en dehors du cercle des investisseurs institutionnels qui disposent des indicateurs issus du traitement par IPD de leurs propres données, les données en accès libre sur le marché francilien des bureaux (prix, loyers, vacance) donnent une image biaisée du rendement des investissements, qui peut induire des sous- ou sur-investissements. Pistes d action : - lever le caractère confidentiel des données sur les transactions (prix et loyers effectifs), puis faire traiter les données individuelles par un organisme habilité au secret statistique, qui ne publierait que des données agrégées ; - améliorer le suivi de la vacance (cf. la proposition n 1). Le défi que visent à relever ces différentes propositions est la mise en place d un dispositif indépendant et performant au service des professionnels et des pouvoirs publics, améliorant la transparence du marché par la diffusion d informations fiables et régulièrement actualisées. Cela passe par la normalisation des concepts (demande placée, vacance, taux de rendement, loyers économiques, etc.) et des méthodes de mesure, ainsi que par l encouragement des échanges d informations entre acteurs et la mise en réseau les diverses initiatives et/ou sources d information. Reste à faire émerger un «chef d orchestre» au cœur de ce dispositif (l ORIE en raison de sa légitimité par rapport aux acteurs concernés : professionnels, aménageurs, utilisateurs?), puis à préciser et promouvoir sa mission consistant à : vulgariser les concepts, définir des standards, normaliser les méthodes en s appuyant sur les initiatives d observation existantes ; diffuser et rendre accessible la connaissance sur le secteur auprès des décideurs ; favoriser et multiplier les échanges entre les acteurs du secteur. Un «chef d orchestre» qui devra être doté de moyens humains et financiers suffisants, tout en respectant le principe de subsidiarité. La mise en œuvre des propositions ci-dessus permettrait un pilotage plus fin des investissements réels (au sens de la FBCF, pas des transactions) en immobilier de bureau en Ile-de-France, qui suivraient ainsi au plus près les fluctuations quantitatives de la demande, à condition qu elles restent modérées, et répondraient mieux aux attentes des entreprises en matière de qualité et de localisation des immeubles. À contexte macroéconomique inchangé, le changement de comportement de l offre réduirait donc les fluctuations de la vacance constatées antérieurement. La contrepartie serait toutefois des à-coups éventuellement plus forts pour la production neuve, et les activités de promotion et de construction qui leur sont liées. Mais il faut rester conscient du fait que le vrai problème de la régulation du marché des bureaux en Ilede-France réside ailleurs : tant que les cycles macroéconomiques et financiers mondiaux resteront profondément marqués, le rythme des livraisons de bureaux, quelle que soit sa souplesse de réaction, ne parviendra pas à s ajuster immédiatement aux fortes fluctuations de la création nette d emplois du tertiaire de commande hébergé par les grandes métropoles (holdings, services financiers et services aux entreprises). C est le prix que celles-ci, même les mieux pilotées, ont à payer pour être au sommet de la pyramide de l économie mondiale. Londres en est sans doute le meilleur exemple. Le comité de pilotage réunissait : Alain Bechade, Hervé Dupont, Philippe Lemoine, Françoise Chevalier, Chantal Niassou, Adeline Louis, François Graille, Julien Fontaine, Serge Sadler, Pascale Rohaut, Olivier Milan. Maquette, mise en page : G. Caviglioli (PoD-DAF)

12 Direction Régionale de l Equipement d Ile-de-France 21/23 rue Miollis PARIS Tél Fax Division de l Urbanisme et du Schéma Directeur

OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE

OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE Bases de données Besoin de suivre en permanence l évolution de votre marché? OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE GROUPE DE RECHERCHE SUR L'ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'AMENAGEMENT L information

Plus en détail

A-QU EST-CE QUE L ORIE? Intervention ADI

A-QU EST-CE QUE L ORIE? Intervention ADI A-QU EST-CE QUE L ORIE? 1 A-QU EST-CE QUE L ORIE? Observatoire Régional de l Immobilier d Entreprise en Ile-de-France créé en 1986 dans un contexte de tertiarisation de l économie ; Pour accompagner les

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Les besoins en logements des ménages

Les besoins en logements des ménages Conflans-Sainte-Honorine Mantes-la-Jolie Les Mureaux Observatoire Seine Aval Les besoins en logements des ménages de Seine Aval Poissy La Note n 3 Des ménages plus nombreux, des besoins en logements accrus

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION Mai 2008 Hélène Fouquet ADIL 75 Etude réalisée par l ADIL 75 pour la DRE. Mieux connaître l investissement locatif

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Colloque Ile-de-France Libérer du foncier : un geste solidaire en faveur du logement au Conseil Régional d Ile-de-France

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

PLABEKA. Amsterdam. Haarlemmermeer. Almere. Lelystad. Haarlem. Zaanstad. Hilversum. Purmerend. Provinces: Noord Holland & Flevoland.

PLABEKA. Amsterdam. Haarlemmermeer. Almere. Lelystad. Haarlem. Zaanstad. Hilversum. Purmerend. Provinces: Noord Holland & Flevoland. 2005 Amsterdam Haarlemmermeer Almere Haarlem PLABEKA Lelystad Zaanstad Hilversum Provinces: Noord Holland & Flevoland Purmerend Stadsregio Amsterdam 2005-75% des projets 2005-800 M p.ex. Ville d Amsterdam

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Les immeubles de Grade A dans la métropole du Grand Paris Janvier 2014 La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Seulement 16% du parc de bureaux

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Cadrage macroéconomique

Cadrage macroéconomique Cadrage macroéconomique Le scénario macroéconomique repose sur des hypothèses réalistes : 2013 : une nouvelle année de croissance faible (0,1 %), dans un contexte de crise européenne Reprise progressive

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

ENIM. Etablissement National des Invalides de la Marine

ENIM. Etablissement National des Invalides de la Marine CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.17 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 ENIM Etablissement National

Plus en détail

Conseil d Orientation pour l Emploi audition du 25 juin 2013 Les emplois vacants

Conseil d Orientation pour l Emploi audition du 25 juin 2013 Les emplois vacants Conseil d Orientation pour l Emploi audition du 25 juin 2013 Les emplois vacants Approche de la notion par la formation Christophe Sadok / Patrick Lagarrique Direction de la prospective/direction de la

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

ETUDE LOGEMENT GLOBALE

ETUDE LOGEMENT GLOBALE ETUDE LOGEMENT GLOBALE SYNTHESE DU DIAGNOSTIC Avril 2016 Siège social : Espace Eiffel 18-20, rue Tronchet 69006 Lyon Tél. 04 72 00 87 87 fax. 04 78 27 70 72 www.adequation-france.com SAS au capital de

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Diffusion et révisions des comptes nationaux

Diffusion et révisions des comptes nationaux Diffusion et révisions des comptes nationaux Pour décrire la politique de diffusion et de révisions des comptes nationaux, il est nécessaire de donner préalablement un rapide panorama des deux systèmes

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS?

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? P É R I SSOL, BESSON, ROBIEN QUE SONT DEVENUS L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? 79 80 Dossier n 24 Introduction Cette partie résume une étude de l OLAP réalisée en 2010 pour la DRIHL (Direction Régionale

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Patrimoine Immobilier Finance Retraite

Patrimoine Immobilier Finance Retraite Patrimoine Immobilier Finance Retraite Numéro 47 Février 2013 EDITO Situation du marché immobilier d habitation L heure de vérité Le mois dernier, nous nous interrogions sur les hypothèses de croissance

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique. Le bouclage macroéconomique. Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D

L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique. Le bouclage macroéconomique. Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique Le bouclage macroéconomique Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D INTRODUCTION Question traitée dans cette présentation On se propose de

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine Un loyer médian de 10,40 /m² sur l agglomération toulousaine en 2014 En dehors de la localisation, trois paramètres ont une forte influence

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Observatoire Immobilier d Entreprise Présentation de la nouvelle interface web. Fiabilité. Précision. Exhaustivité

Observatoire Immobilier d Entreprise Présentation de la nouvelle interface web. Fiabilité. Précision. Exhaustivité Le Grecam propose, depuis 1978, un service unique en matière d information professionnelle sur le parc immobilier d entreprise en Ile-de-France. Observatoire Immobilier d Entreprise Fiabilité Au milieu

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

La croissance chinoise

La croissance chinoise Lacroissancechinoise Aprèspresque30ansd économiemaoïste,lachines estengagéedepuis1978,sousl impulsionde Deng Xiaoping, sur la voie de la modernisation économique. Les «Quatre Modernisations» industrie,agriculture,rechercheetdéfense

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL STATISTIQUE CANADA 15 FÉVRIER 2002 1 MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Atelier Bureaux OIB Les chiffres du 1e semestre 2010-1 Objet de l'atelier et sources Depuis plus de 15 ans, l'oie et l'a-urba réalisent une

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr L ANALYSE FINANCIERE : éléments de base Nous avons vu les différentes composantes du bilan et

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF Dès que les mesures destinées à encourager l investissement locatif seront arrêtées, les ADIL devront contribuer à les faire connaître.

Plus en détail

DÉFINITION DES DONNÉES FINANCIÈRES PUBLIÉES PAR LES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (SCPI)

DÉFINITION DES DONNÉES FINANCIÈRES PUBLIÉES PAR LES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (SCPI) DÉFINITION DES DONNÉES FINANCIÈRES PUBLIÉES PAR LES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (SCPI) À compter du 1er juillet 2012, les gestionnaires de SCPI, réunis au sein de l ASPIM, s engagent à déterminer

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH

Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH Appel d Offres Ouvert n 17/2012 Du 19/12/2012 à 9h30mn Etude Foncière relative à l aire

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

REVUE ET PERSPECTIVES DU MARCHÉ IMMOBILIER DE LA RÉGION DE MONTRÉAL

REVUE ET PERSPECTIVES DU MARCHÉ IMMOBILIER DE LA RÉGION DE MONTRÉAL REVUE ET PERSPECTIVES DU MARCHÉ IMMOBILIER DE LA RÉGION DE MONTRÉAL SUJETS COUVERTS» L investissement immobilier en 2013» Diagnostic par classes d actifs» Perspectives à moyen terme» Enjeux 2001-12-01

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

PROJECTIONTENDANCIELLE DE LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DES LOGEMENTS

PROJECTIONTENDANCIELLE DE LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DES LOGEMENTS PROJECTIONTENDANCIELLE DE LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DES LOGEMENTS Maurice GIRAULT, François LECOUVEY 1 L étude présentée ici prolonge une analyse de l évolution passée de la consommation de chauffage du

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail