BANQUE MONDIALE GUIDE DU SERVICE DE LA DETTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BANQUE MONDIALE GUIDE DU SERVICE DE LA DETTE"

Transcription

1 BANQUE MONDIALE GUIDE DU SERVICE DE LA DETTE Groupe des services aux emprunteurs Département de la comptabilité Banque mondiale Mars 2005

2 Table des matières Abréviations et acronymes iv Introduction vi I Les instruments de prêt de la Banque mondiale A. Les prêts d investissement B. Les prêts à l appui des politiques de développement II Mécanisme de financement de la préparation de projet III Les instruments financiers et leurs conditions A. Les prêts de la BIRD Les prêts à spread fixe (FSL) Option de tirage différé Les prêts à spread variable (VSL) Les prêts en pool de devises (CPL) Les instruments de couverture de la BIRD B. Les crédits de développement de l IDA C. Les garanties de la Banque mondiale Les garanties de la BIRD Les garanties de l IDA Commissions et tarification des garanties de la Banque mondiale D. Les dons de l IDA IV Arriérés et sanctions A. Rappels et sanctions V R è gles con cernant l abattem ent parti el sur com m i s s i ons et intérêts rel a ti fs aux prêts VI Règles régissant les remboursements anticipés A. Les prêts de la BIRD B. Les crédits de développement de l IDA VII Procédures de facturation VIII Questions fréquemment posées ii

3 Annexes A. Modification du choix de devises au titre du CPL B. Remboursement anticipé des prêts de la BIRD Notes Glossaire Bibliographie et autres informations utiles iii

4 Abréviations et acronymes ACTCF APL BIRD CPL DDO DRL ERL FIL FMI FSL FSCL IDA JPY LIBOR LIL PMA PPF PPTE PSAL RIL SECAL SCP SIL SIM SSAL TAL TCA USD VLR VSL Groupe des services aux emprunteurs, Département de la comptabilité Prêt-programme évolutif Banque internationale pour la reconstruction et le développement Prêt en pool de devises Option de tirage différé Prêt pour la réduction de la dette Prêt d urgence à un pays sinistré Prêt à des intermédiaires financiers Fonds monétaire international Prêt à spread fixe Prêt en devise unique à taux fixe Association internationale de développement Yen japonais Taux interbancaire offert à Londres Prêt au développement des connaissances et à l innovation Pays les moins avancés Mécanisme pour la préparation de projet Pays pauvres très endetté Prêt-programme d ajustement structurel Prêt de réhabilitation Prêt d ajustement sectoriel Prêt en pools de devises à devise désignée Prêt d investissement spécifique Prêt sectoriel d investissement et d entretien Prêt exceptionnel d ajustement structurel Prêt d assistance technique Taux de change applicable Dollar des États-Unis d Amérique Taux prêteur variable Prêt à spread variable iv

5 v

6 Introduction Ce manu el est préparé à l inten ti on de s emprunteurs et des membres du personnel de la Banque mondiale qui souhaitent comprendre les politiques et procédures de l Institution relatives au service de la dette contractée au moyen de ses instruments financiers, c est-à-dire, notamment ses prêts, ses crédits, ses garanties et ses instruments de couverture de risque. Le Départem ent de la com pt a bilité est chargé d administrer les comptes des emprunteurs de la Banque. Le Groupe des services aux emprunteurs du Département de la comptabilité (ACTCF) fournit, si nécessaire, des inform a ti ons et une assistance tech n i que aux emprunteurs et aux services de la Banque afin de leur permettre de comprendre les questions associées au service de la dette. Dans ce manu el, le terme Banque mondiale d é s i gne con j oi n tem ent la Ba n que intern a ti o- nale pour la recon s tru cti on et le dével oppem ent (BIRD) et l As s oc i a ti on intern a ti onale de d é vel oppem ent (IDA ). Lors qu il est fait spécifiqu em ent référen ce à l une des deux en ti t é s, cet te dern i è re est désignée de manière ex p l i c i te. Groupe des services aux emprunteurs Département de la comptabilité Banque mondiale 1818 H Street, N.W. Washington, D.C Téléphone : Fax : Courriel : vi

7 Chapitre I Les instruments de prêt de la Banque mondiale 1 La Banque utilise essentiellement deux catégories d instruments de prêt : les prêts d investissement et les prêts à l appui des politiques de développement. A. LES PRÊTS D INVESTISSEMENT Les prêts d investissement ont un horizon à long terme (5 à 10 ans) et financent des fournitures, des travaux et des services à l appui de proj ets de dével oppem ent écon om i que et social dans des secteurs divers. Les fonds sont décaissés pour financer des dépenses particuliè - res en devises ou en monnaie nationale encourues dans le cadre du projet d investissement, y compris les matériaux et équipements, travaux de génie civil, services techniques et consultatifs, études et charges récurrentes, identifiées au préalable. Des prêts d investissement peuvent être accordés à des pays membres de la BIRD et de l IDA qui n ont aucun arriéré envers le Groupe de la Banque. Au cours des vingt dernières années, les prêts d investissement ont représenté, en moyenne, entre 75 et 80 % du volume total des prêts de la Banque. Actuellement, la Banque met à la disposition de ses clients sept catégories d instruments de prêts d investissement : Les prêts-programmes évo luti fs (APL) fournissent un appui échelonné à des programmes de développement à long terme. Ils se composent d une série de prêts successifs qui exploitent les leçons tirées du (des) précédent(s) prêt(s). Un prêt-programme évolutif donne lieu à la conclusion d un accord entre l emprunteur et la Banque sur (a) le programme de développement à long terme par étapes appuyé par le prêt, (b) les mesures sectorielles applicables à l étape qui bénéficie d un appui, et (c) les pr iorités établies pour les investissements sectoriels et les dépenses cou - rantes. Les progrès accomplis à chaque étape du programme sont examinés et évalués, et font l objet d une analyse supplémentaire si nécessaire, avant que l étape suivante ne puisse commencer. Les prêts d urgence à un pays sinistré (ERL) ont pour objectif d aider les pays dont l économie vient d être gravement perturbée par une crise majeure (guerre, troubles civils, catastrophe naturelle, etc.) à remettre leurs actifs en état et à rétablir leurs niveaux de production. Ils servent également à renforcer la gestion et l exécution des efforts de reco nstruction et à mettre au point des technologies capables de résister aux effets des catastrophes ainsi que des systèmes d alerte rapide pour prévenir des situations d urgence future ou en atténuer l impact. Les prêts à des intermédiaires financiers (FIL) fournissent des ressources à long terme à des institutions financières locales pour leur permettre de financer les besoins d investisse- 1

8 2 BANQUE MONDIALE GUIDE DU SERVICE DE LA DETTE ment du secteur réel. Ces prêts appuient des réformes dans le secteur financier (politique de taux d intérêt, subventions, mesures visant à renforcer la compétitivité du système financier, développement institutionnel des intermédiaires financiers) qui ont un impact direct et important sur l efficacité opérationnelle des intermédiaires financiers. Les prêts au développement des connaissances et à l innovation (LIL) appuient de petits projets d investissement et de renforcement des capacités menés à titre d opérations pilotes qui, s ils donnent de bons résultats, peuvent déboucher sur des projets de plus gra n de enver g u re assu rant la diffusion de s connaissances et des résultats produits par les LIL. Ces prêts, dont le montant ne dépasse pas en principe 5 millions de dollars, sont généralement exécutés sur des périodes de deux à trois ans. Ils font tous intervenir un système efficace de suivi et d évaluation qui permet de tirer des leçons du projet.. Les prêts d inve s ti s s em ent spécifiqu e (SIL) financent la création ou la remise en état et l entretien des infrastructures économiques, sociales et institutionnelles. Ils peuvent aussi financer des services de consultant et des programmes de gestion et de formation. Les prêts sec tori els d inve s ti s s em ent et d en treti en (SIM) c i bl ent les progra m m e s de dépenses publ i ques de certains secteu rs. Ils ont pour obj et de faire cad rer les dépens e s, les po l i ti ques et les perform a n ces sectori elles avec les pri orités de dével oppem en t du pays en con tri buant à assu rer un do s a ge a pproprié en tre les nouveaux inve s ti s s e- m ents et les op é ra ti ons de réhabi l i t a ti on, de recon s tru cti on et d en treti en. Les prêts d assistance technique (TAL) visent à renforcer les capacités institutionnelles des pays emprunteurs. Ils peuvent mettre l accent sur les modalités insti tuti on n ell e s, l e s méthodes d emploi et les ressources techniques, matérielles ou financières des principales administrations. B. LES PRÊTS À L APPUI DES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT Les prêts à l appui des politiques de dével oppem ent (DPL) ont un hori zon à co u rt terme (1 à 3 ans) et fournissent un finance - ment extérieur à décaissement rapide pour aider les pays membres à réorienter leur action publique et à réaliser des réformes institutionnelles. Ces prêts permettent d assurer une aide sans délai aux pays qui éprouvent des besoins de financement extérieur, dans le but d appuyer des réformes structurelles. Ils soutiennent les transformations politiques et instituti on n elles néce s s a i res pour créer un environnement propice à une croissance soutenue et équitable. Au cours des vingt dernières années, les prêts à l appui des politiques de développement ont représenté en moyenne de 20 à 25 % du volume total des prêts de la Banque. Le 9 août 2004, le Conseil des administrateurs de la Banque a approuvé la directive opérationnelle OP/BP 8.60, Development Policy Lending, 2 après de vastes consultations avec les partenaires internes et externes de la Banque. La nouvelle politique s applique de manière uniforme à tous les prêts à l appui des politiques de développe ment, éliminant ainsi les distinctions entre les prêts d ajustement structurel (SAL), les prêts d ajustement sectoriel (SECAL), les prêts d ajustement sub-national (SNAL), les prêts de réhabilitation (RIL), et les pr ê t s - programme d aju s tem ent stru ctu rel (PSAL). La nouvelle politique élimine égalem ent to utes les dispo s i ti ons norm a tive s concernant les composantes des opérations, et donne ainsi aux services de la Banque une certaine marge de manœuvre pour aider les pays à mettre au point des programmes adaptés aux défis de développement particuliers auxquels ils font face. Ces réformes permettront à la Banque de répondre plus efficacement aux besoins de financement et de développement des pays clients. Le terme de «prêts à l appui des politiques de développement» remplace

9 Les instruments de prêt de la Banque mondiale 3 celui «de prêts d ajustement». Les prêts à l appui des politiques de développement sont également l unique instrument de prêts à l appui de réformes. Certains des principes essentiels de la politique antérieure demeurent intacts : la Banque doit, aux termes d une évaluation, estimer qu un cadre de politique macroéconomique approprié est en place ; la simplificati on des con d i ti on n a l i t é s devrait se poursuivre, et le nombre de conditions ou de seuils de déclenchement (les mesures préalables prévues) se rapportant aux mesures les plus cruciales pour le succès du programme devrait être limité. Les procédures de décaissement et les droits d audit de la Banque demeurent également inchangés.

10 4 BANQUE MONDIALE GUIDE DU SERVICE DE LA DETTE

11 Chapitre II Mécanisme de financement de la préparation de projet 3 Le Mécanisme de financement de la préparati on de proj et (PPF) finance une ava n ce lorsqu il est très probable que la Banque mondiale approuvera un financement au titre du projet. L avance PPF finance : a) la préparation et la conception du projet, de même que certaines activités entrant dans le cadre des étapes initiales de l exécution du projet, b) la préparation des programmes devant faire l objet d une opération à l appui des politiques de développement, ainsi que c) la conception de programmes de formation et la formation initiale du personnel local. R e f i n a n c e m e n t / R e m b o u r s e m e n t La Lettre d Accord signée par la Banque mondiale et l emprunteur énonce les buts, clauses et conditions de l avance PPF, et précise une date butoir pour le remboursement de l avance, qui sera effectué au moyen des fonds du prêt ou, si le prêt n est pas approuvé, par d autres moyens de remboursement suivant un calendrier défini. La date de refinancement est la date à laquelle le prêt au titre du projet en co u rs de pr é p a ra ti on est censé en trer en vigueur. Passé cette date, aucun retrait sur l avance ne peut être effectué, et tout montant non retiré est annulé. Si le prêt n est pas octroyé dans le délai indiqué dans la Lettre d accord, y compris les prolongations de ce délai qui auront pu être convenues, l emprunteur est tenu de rembourser l avance (ainsi que les intérêts échus et les com m i s s i ons de servi ce ), par vers em en t s semestriels sur la période de cinq ans qui suit l expiration du délai (il effectue 10 paiements au total). Si le montant décaissé au titre de l avance PPF est inférieur ou égal à dollars, l emprunteur est tenu de rembourser ledit montant en une seule fois dans les soixante jours suivant la notification à l emprunteur que le prêt ne sera pas refinancé. La proc é du re de factu ra ti on d une ava n ce PPF fait appel à une coord i n a ti on en tre plus i eu rs parti e s, n o t a m m ent le départem en t - p ays, le Départem ent des Prêts et le Gro u pe des Servi ces aux Empru n teu rs (AC TC F ). Le ch ef de l é qu i pe de proj et con cerné informe l AC TCF et le départem ent chargé des prêts par voie de n o ti f i c a ti on que l ava n ce PPF ne sera pas ref i- n a n c é e. Sur la dem a n de du ch ef du proj et, l AC TCF précise le montant de l ava n ce décaiss é e, de même que le montant de l en co u rs et de s com m i s s i ons à payer. Le ch ef du proj et pr é p a re une noti f i c a ti on of f i c i elle que devra sign er le Di recteu r- p ays, i n formant l em pru n teur qu e l ava n ce PPF ne sera pas refinancée et qu u n e f actu re à cet ef fet lui sera transmise très proch a i n em en t. Dès récepti on d une copie de la n o ti f i c a ti on of f i c i ell e, l AC TCF en ga ge le proce s sus de factu ra ti on. 5

12 6 BANQUE MONDIALE GUIDE DU SERVICE DE LA DETTE Tableau 1. Commissions applicables aux avances au titre de la préparation de projet consenties par la BIRD Si l avance PPF a été négociée : Entre le 1 er janvier 1998 et 31 août 1999 Après le 31 août 1999 Catégorie de taux VLR89* Taux FSL* * Le taux prêteur VLR89 est révisé tous les six mois, le 1er janvier et le 1er juillet. Ce taux est le même que celui applicable aux prêts en pool de devises négociés entre 1989 et 2001 ; il correspond au coût moyen des devises versées aux emprunteurs au titre des prêts qui leur sont accordés par la BIRD. Le taux prêteur FSL comprend un taux de base variable (LIBOR à 6 mois) et un spread fixe. Le LIBOR est révisé, pour toute période de calcul des intérêts, le jour correspondant à deux jours ouvrables de Londres avant le 1er janvier ou le 1er juillet, selon que l un ou l autre précède immédiatement ladite période de calcul des intérêts. Les ava n ces PPF con s en ties par la BIRD portent intérêt au taux va ri a ble du LIBOR à six m ois par ra pport au do llar majoré d un spre ad f i xe (se reporter au tableau 1). En ce qu i con cerne les ava n ces PPF con s en ties par la B I R D, la date de révi s i on du LIBOR corre s- pon d, pour to ute péri ode de calcul des intérêts, le jour tombant deux jours ouvra bles de Lond res avant le 1 er ja nvi er ou le 1 er ju i ll et, la date retenue étant celle qui pr é c è de immédiatem en t l ad i te Péri ode d In t é r ê t. Pour les ava n ces PPF ef fectuées par la BIRD après le 31 août 1999, l e taux pr ê teur est le même que celui app l i c a bl e aux prêts à spre ad fixe (FSL). Pour les ava n ces PPF négociées en tre le 1er ja nvi er 1998 et le 31 août 1999, le taux pr ê teu r a pp l i c a ble est le Taux pr ê teur va ri a ble 89 (V L R 8 9 ), qui est le même que celui app l i qu é aux prêts en pool de devises (CPL). Pour de p lus amples inform a ti ons sur les FSL et les prêts en pool de devi s e s, se reporter au Ch a p i- tre III. Les ava n ces PPF accordées par l IDA son t soumises aux mêmes con d i ti ons de rem bo u r- s em ent que celles de la BIRD, a b s tracti on faite des intérêts y afféren t s, les ava n ces PPF con s enties par l IDA étant assorties d une uniqu e com m i s s i on de servi ce de 75 points de base.

13 Chapitre III Les instruments financiers et leurs conditions 4 Les prêts de la BIRD et les crédits de l IDA sont assortis de conditions différentes. A. LES PRÊTS DE LA BIRD Les prêts actuels de la BIRD sont assortis de conditions qui rentrent dans deux grandes c a t é gori e s, et sont libellés dans la ou les devise(s) choisie(s) par l emprunteur, à condition que la BIRD puisse se procurer cette (ces) devise(s) dans de bonnes conditions d efficacité. Ces deux catégories concernent les prêts à spread fixe (FSL) et les prêts à spread variable (VSL). Les conditions offertes dans le passé par la BIRD, notamment pour les prêts en pool de devises (CPL), régissent encore certains prêts en cours. 1. LES PRETS À SPREAD FIXE (FSL) 5 Introduit en 1999, le prêt à spread fixe permet aux emprunteurs de bénéficier d un taux prêteur variable, égal au LIBOR à six mois majoré d un spread fixe, et de convertir la devise de support et le taux d intérêt du prêt. Le spread fixe reste constant pendant toute la durée du prêt. Le FSL présente des caractéristiques basées sur les marchés de capitaux,, et donne lieu à une tarification correspondant aux standards de référence du marché. Il vise à atteindre les objectifs suivants : offrir la possibilité d adapter les conditions de remboursement aux besoins du projet ou à la stratégie de gestion actifpassif du pays ; perm et tre à l em pru n teur de ch a n ger les devises ou les con d i ti ons de taux d intérêt pendant to ute la durée du pr ê t ; et offrir aux emprunteurs une base transp a ren te de com p a ra i s on en tre les conditions applicables aux FSL et celles proposées par d autres prêteurs. Dans le cas du prêt à spread fixe, l emprunteur choisit la devise d engagement, qui devient partie intégrante de l Accord de prêt. Les emprunteurs peuvent choisir de libeller leur FSL en une ou en plusieurs devises, y compris en euro, en yen, en dollar, an franc suisse, en livre sterling ou en toute autre devise dont la BIRD peut assurer l intermédiation dans de bonnes conditions d efficacité. 6 À la demande de l emprunteur, la devise d engagement peut être convertie en une autre devise autant de fois qu il le souhaite sur la durée du prêt. En ce qui concerne les montants non décaissés, cette conversion est effectuée en changeant la devise dans laquelle est libellé le prêt. En ce qui concerne l encours du principal décaissé, les conversions de dev ises tiennent compte du taux du marché appliqué à l opération de swap de devise effectuée par la BIRD. 7

14 8 BANQUE MONDIALE GUIDE DU SERVICE DE LA DETTE Tableau 2. Frais de transaction applicables aux instruments de couverture (exprimés en pourcentage de l encours du principal) Catégorie de transaction Conversion de taux d intérêt Commission de transaction Fixation du taux jusqu à l échéance finale du prêt pour des montants pouvant atteindre l encours du prêt.** Aucune commission Retour à un taux fixe ou à un taux variable 1/8% Application de caps et de collars aux taux d intérêt 1/8% Conversion de devises Montants non décaissés 1/8% Montants décaissés 1/4% * Les emprunteurs ont la possibilité d obtenir un taux d intérêt fixe pour le montant total initial et toute la durée du prêt sans avoir à payer de commission de transaction. Si la BIRD n est pas en mesure d obtenir un swap de taux d intérêt pour toute la durée du prêt et est contrainte d eff e c t u e r deux opérations de swap de taux d intérêt pour fixer le taux d intérêt pour toute la durée du prêt, ni l une ni l autre opération de fixation du taux d intérêt ne donneront lieu à une commission de transaction. Les commissions de transaction peuvent être modifiées à tout moment par la Banque. Les FSL offrent aux emprunteurs la possibilité d adapter, dans les limites imposées par la politique financière et par le marché, les conditions financières suivantes : le choix des devises composant le prêt le taux d intérêt les conditions de remboursement L Accord de prêt à spread fixe accorde également aux emprunteurs l une des possibilités suivantes : changer la devise de support des montants décaissés et non décaissés ; f i xer le taux d intérêt des mon t a n t s décaissés ; revenir à un taux variable ou à un taux fixe pour les montants décaissés ; appliquer des caps ou des collars au taux d intérêt variable pour les montants décaissés. Soit au moment de l engagement du prêt soit à tout autre moment pendant la durée du prêt, l emprunteur peut demander à la BIRD de procéder à une série de fixations automatiques de taux d intérêt, soit par période (à des intervalles de temps réguliers, par exemple chaque année ou tous les six mois) ou par montant (après avoir atteint un certain niveau de décaissements cumulés). Le système de fixation automatique du taux (ARF) en fonction du montant ne peut êtr e appliqué que pour des montants ne dépassant pas 500 millions de dollars, mais qui ne peuvent être inférieur au plus élevé des deux montants ci-après : la contre-valeur de 3 millions de dollars ou 10 % du montant du prêt. Des exceptions peuvent être examinées au cas par cas. Un emprunteur peut annuler l ARF à tout moment pendant la durée du prêt. Conditions de remboursement Les con d i ti ons de rem bo u rs em ent de s prêts de la BIRD sont définies en fonction de critères liés aux pays, en particulier, le revenu par habitant, et d autres indicateurs de la cote de crédit du pays. 7 La BIRD revoit tous les ans le classement des pays. En cas de reclassement d un pays, les nouvelles conditions de remboursement ne s appliquent qu aux nouveaux engagements de prêt ; les conditions des prêts en cours ne sont pas modifiées. Les con d i ti ons de rem bo u rs em ent des FSL s ont régies par deux para m è tres : a) l é ch é a n ce m oyenne de rem b ou rsem ent ; et b) l é ch é a n ce f i n a l e. Sous réserve de ces con tra i n te s, un FSL peut être stru cturé de sorte à perm et tre : a) le rem bo u rs em ent du prêt in fine ( a s s orti d une é ch é a n ce unique) ; b) des rem bo u rs em en t s é ch el onnés s tru cturés par annu i t é s ; c) le rem - b ou rsem ent du pri n ci pal en pl u s i eu rs versem en t s é ga u x (LRP) ; ou d) des modalités de rem bo u r- s em ent du principal parti c u l i è res au pr ê t. Cet te f l ex i bilité perm et aux em pru n teu rs d ad a pter l eu rs calen d ri ers d amorti s s em ent aux be s oi n s s p é c i f i ques du proj et, du programme ou à leu r s tra t é gie de ge s ti on de la det te.

15 Les instruments financiers et leurs conditions 9 Tableau 3. Limites applicables aux prêts à spread fixe de la BIRD dont les échéances de remboursement sont fixées lors de l engagement du prêt (en années) Limites fixées Conditions «type» par pays Échéance Catégorie moyenne de Échéance Différé Échéance Structure des de pays* remboursement finale d amortissement finale remboursements I-II 14, Annuité ou 8 20 LRP III 11, Annuité ou 5 17 LRP IV-V 10, Annuité ou 5 15 LRP * Pour les catégories de pays, consulter l OP 3.10, Annexes C et D, à l adresse (sur le site en français, cliquer sur «Projets» puis sélectionner «Politiques et procédures» ; cliquer sur «Manuel opérationnel de la Banque», puis «Volume II/Projects Requirements, Contractual»). Un FSL peut faire intervenir deux types de calendriers d amortissement : un calendrier d amortissement fixé lors de l engagement du prêt (lié à l engage - ment) un calendrier d amortissement lié aux décaissements effectifs (lié aux décaisse - ments) Le calendrier d amortissement de FSL liés à l engagement Dans le cas d un FSL lié à l en ga gem en t, l em pru n teur fixe la durée du différé d amorti s s em ent et le calen d ri er des rem bo u rs em en t s du principal de la det te lors de l en ga gem ent de pr ê t. L em pru n teur a la po s s i bilité de ch oi s i r en tre : a) un calen d ri er d amorti s s em ent du principal par tra n ches égales (le même montant en principal est ex i gi ble à ch a qu e é ch é a n ce) ; ou b) un calen d ri er éch el onné par a n nuité (auqu el cas la somme des mon t a n t s dus au ti tre du principal et des intérêts est rel a- tivem ent stabl e, p u i s qu elle ne se modifie qu e sous l ef fet d aju s tem ents du taux d intérêt ou de mod i f i c a ti ons des montants décaissés et de l en co u rs du pr ê t ). Les em pru n teu rs ont aussi la po s s i bilité de ch oisir d autres calen d ri ers d amorti s s em en t, tels que les prêts rem bo u rs a bles in fine ou les prêts donnant lieu à des rem bo u rs em ents en principal définis en fon cti on des be s oins de l em pru n teu r. Ces prêts sont assortis de re s tri c- ti on s, définies pour ch a que catégorie de pays, con cernant l éch é a n ce moyenne de rem bo u rs e- m en t, l é ch é a n ce finale ne po uvant en aucun cas dépasser 25 ans. L é ch é a n ce moyenne de rem bo u rs em ent des FSL liés à l en ga gem ent est définie comme l interva lle de temps qui sépare la date pr é vue pour l approb a ti on du prêt et les d a tes indiquées dans le calen d ri er de rem bo u r- s em en t s, pondéré par le montant du rem bo u r- s em ent (voir le tableau 3). Calendrier d amortissement des FSL liés aux décaissements Dans le cadre d un FSL lié aux décaissements, le montant cumulé des décaissements (le montant décaissé) effectués sur une période de six mois est remboursable selon un calendrier commençant au début de la période d intérêts consécutive à chaque décaissement. Le calendrier d'amortissement, ainsi que le différé d amortissement et l échéance finale, sont indiqués dans l Accord de prêt et sont uniformes pour tous les montants décaissés au titre de ce prêt. Les limites applicables à un calendrier d amortissement lié aux décaissements sont fixées en fonction du montant maximum du

16 10 BANQUE MONDIALE GUIDE DU SERVICE DE LA DETTE Tableau 4. Limites applicables aux prêts à spread fixe de la BIRD ayant des plans d amortissement liés aux décaissements effectifs (en années) Somme de la période C a t é g o r i e moyenne dedécaissement de escomptée et de Échéance p a y s * l échéance moyenne de f i n a l e re m b o u r s e m e n t I-II 14,25 25 III 11,25 25 IV-V 10,25 25 * Pour les catégories de pays, consulter l OP 3.10, Annexes C et D, à l adresse (sur le site en français, cliquer sur «Projets» puis sélectionner «Politiques et procédures» ; cliquer sur «Manuel opérationnel de la Banque», puis «Volume II/Projects Requirements, Contractual»). d é c a i s sem ent moyen pr é v u et de l é ch é a n ce moyenne de remboursement pour chaque montant décaissé (se repor ter au tableau 4). La période moyenne de décaissement escomptée est la moyenne po ndérée de la période de temps qui sépare l approbation du prêt et le décaissement escompté. L échéance moyenne de remboursement, pour cette catégorie de prêt, est définie comme la moyenne pondérée de la période de temps qui sépare la date de décaissement et les remboursements prévus au titre d un montant décaissé, pondéré par le montant du remboursement. Taux prêteurs Le taux prêteur d un prêt à spread fixe est égal à un taux de base variable majoré d un spread fixe. Il est révisé tous les six mois, à chaque date de paiement des intérêts, et s applique à la période de calcul des intérêts commençant à cette date. Le taux de base variable est le LIBOR à six mois au début de chaque période de paiement. Le spread correspond à la somme des éléments suivants : la marge (indiquée par les projections) du coût de financement pour la BIRD par rapport au LIB OR USD, majoré ou réduit d un ajustement au titre du swap de base pour les FSL non libellés en dollars ; le spread bancaire normal de la BIRD, qui est fixé à 0,75 % ; et une prime de risque de marché. La prime de ri s que de marché com pense le ri s que de ref i n a n cem ent en co u ru par la BIRD, étant donné que le spre ad bancaire au-de s sus du L I BOR est fixe et que les em prunts con tract é s par la BIRD ont une éch é a n ce plus co u rte qu e celle des prêts qu il octroie aux em pru n teu rs. L a ju s tem ent du swap de base, u n i qu e- m ent app l i c a ble aux FSL non libellés en do ll a r, est l écart de la marge du coût de financem en t en - dessous du LIBOR en co u ru par la BIRD l ors que la BIRD proc è de au swap de s em prunts basés sur le LIBOR d une devise en une autre. À ti tre d exem p l e, un swap de la base LIBOR USD sans marge à une base L I BOR JPY peut con tra i n d re la BIRD à payer le LIBOR JPY, m oins 10 points de base. Ce diff é ren ti el découle pri n c i p a l em ent de l écart en tre les notati ons de crédit des banques comm erciales qui servent de banques de référen ce pour le LIBOR dans les différen tes mon n a i e s. Un aju s tem ent du swap de base peut être n é ga ti f ou po s i ti f. 2. OPTION DE TIRAGE DIFFÉRÉ Une opti on de ti ra ge différé (DDO) perm et à un em pru n teur de différer le ti ra ge d un prêt pendant une péri ode définie après que l accord de prêt a été déclaré en vi g u eu r. Les em pru n teu rs ad m i s s i bles à bénéficier des prêts de la BIRD on t la po s s i bilité de différer le décaissem ent d un prêt à l appui des po l i ti ques de dével oppem ent à tra n che unique ou à plu s i eu rs tra n ches pour une p é ri ode po uvant all er ju s qu à 3 ans, sous réserve que l ex é c uti on du programme dans son en s emble et le cad re mac ro é con om i que re s tent sati s f a i- s a n t s. L opti on de ti ra ge différé of f re aux em pru n teu rs la po s s i bilité d uti l i s er les re s s o u r- ces du prêt sur une péri ode pro l ongée au cas où ils aura i ent des difficultés de financem en t.

17 Les instruments financiers et leurs conditions 11 Tableau 5. Conditions financières applicables aux prêts de la BIRDà l appui de politiques de développement assortis d une option de tirage différé (DDO) Conditions financière s Prêts à échéance normale assortis Prêts à échéance prolongée assortis d une DDO d une DDO Devise Toute devise dont la BIRD peut assurer l intermédiation dans de bonnes conditions d eff i c a c i t é. Tirage Plusieurs tirages sur une seule tranche à hauteur du montant total du prêt à un moment quelconque de la période de trois ans commençant à l entrée en vigueur du prêt. Les demandes de prolongation de la période de tirage d une période pouvant aller jusqu à 3 ans peuvent être examinées par le Conseil d Administration si le déroulement du programme de réformes et le cadre macroéconomique restent dans l ensemble satisfaisants. Calendrier lié au décaissement du FSL, à Calendrier lié au décaissement du FSL, à condition que l échéance finale ne dépasse condition que l échéance finale ne dépasse pas 25 ans et reste dans la l échéance pas 25 ans et reste dans la l échéance moyenne de remboursement et de la moyenne de remboursement et de la période de tirage de : période de tirage de : Conditions de 14,25 ans (catégories de pays I-II) ; 17,25 ans (catégories de pays I-II); remboursement 11,25 ans (catégorie de pays III) ; ou 14,25 ans (catégorie de pays III) ; ou 10,25 ans (catégories de pays IV-V). 13,25 ans (catégories de pays IV-V). Taux prêteur de base Dans les limites stipulées ci-dessus, un Dans les limites stipulées ci-dessus, un emprunteur peut définir le différé emprunteur peut définir le différé d amortissement, l échéance finale et le d amortissement, l échéance finale et le calendrier de remboursement en calendrier de remboursement en fonction de ses besoins. 1, 2 fonction de ses besoins. 1, 2 LIBOR à 6 mois Spread bancaire Mêmes conditions que pour le FSL Spread du FSL + 0,25 % Commission initiale Commission d engagement Abattements sur commission 1 % du montant retiré, exigible au moment du retrait. La commission initiale peut être capitalisée ou financée par l emprunteur au moyen de ses propres fonds. 1 % des montants non décaissés, à dater du soixantième jour suivant la signature de l accord de prêt et payable durant la période de tirage, tant que le DDO n est pas déboursé. Le DDO est admis à bénéficier des abattements, tels qu ils sont décidés anuellement par le Conseil d Administration. Conversions de devises, Même modalités que pour les FSL. Se reporter à la brochure relative aux Conversions de taux instruments financiers de la BIRD : The Fixed Spread Loan Brochure, août caps, collars, Dates de paiement, Commissions de conversion, Remboursement anticipé Note : 1. Pour povoir administrer les conditions flexibles de remboursement d un prêt DDO, une période moyenne de déboursements de 1,5 an est prise comme hypothèse. 2. Les calendriers de remboursement liés aux décaissements effectifs n autorisent que des paiements par tranches égales du principal et des remboursements in fine. Par la suite, l emprunteur peut bénéficier d un calendrier spécial de remboursement échelonné par annuité lié aux décaissements effectifs et d options de remboursement anticipé des FSL adaptés à ses besoins, y compris d DDO. Conditions préalables Les prêts à l appui des politiques de développement assorties d une DDO sont consentis dans les limites de l enveloppe déterminée dans le cadre de la Stratégie d aide-pays. À l instar de toutes les opérations de prêts à l appui des politiques de développement à tranche unique ou à plusieurs tranches, les DDO sont soumises aux conditions suivantes :

18 12 BANQUE MONDIALE GUIDE DU SERVICE DE LA DETTE Tableau 6. Conditions habituelles des VSL par catégorie de pays (années) Catégorie Différé Échéance Structure des de d amortis- finale remboursepays sement ments I-II 5 20 Annuité III 4 17 Annuité 5 17 LRP* IV-V 3 15 Annuité * Versements égaux au titre du principal LRP l existence d u cadre macroéconomique satisfaisant, et notamment des niveaux d en det tem ent intéri eur et ex t é ri eu r tolérables ; l ex é c uti on de mesu res de réform e structurelle bien définies avant la présentation du projet au Conseil d Administration ; et la réception par la BIRD d une Lettre de politique de développement jugée acceptable, énonçant l objectif, le programme d actions et les mesures formulée par les pouvoirs publics pour réaliser l ajustement structurel. Période et conditions relatives aux tirages différés La période durant laquelle un emprunteur peut différer un tirage sur un prêt assorti d une DDO est de trois ans et commence à dater de la signature du prêt. Durant cette période, l emprunteur peut choisir d effectuer des tirages sur un prêt assort i d une DDO lorsqu il éprouve un besoin de financement, à condition que : le cad re mac ro é con om i que dem eu re satisfaisant, et l emprunteur continue de suivre le programme général énoncé dans la Lettre de politique de développement. Les dem a n des de pro l on ga ti on de la p é ri ode de ti ra ge d une péri ode sur une période pouvant aller jusqu à 3 années supplém en t a i res peuvent être considérées par le Conseil d Administration si le déroulement du programme de réformes et le cadre macroéconomique restent satisfaisants. Signature et entrée en vigueur Un Accord de prêt prévoyant une DDO doit être signé dans un délai de 6 mois après l approbation du prêt par le Conseil d Administration, sinon la Banque mondiale retire le prêt. Toutes les conditions de réformes spécifiques pour l octroi d un prêt à l appui de politiques de développement assorti d une DDO doivent être remplies avant la présentation au Conseil d Administration. L Accord de prêt ne su bordonne l en trée en vi g u eur du prêt à aucune condition de ce type. Détermination du prix La commission d engagement contr actuelle des montants non décaissés d un prêt assorti d une DDO est de 1 % par an. Lorsqu un tirage est effectué sur un prêt assorti d une DDO, la Banque prélève une commission initiale de 1 % et le taux prêteur habituel et les autres con d i ti ons financières des FSL en trent en vigueur, y compris les abattements des comm i s s i on s. Lors qu un em pru n teur aya n t contracté un prêt assorti d une DDO décide de prolonger de trois ans la période moyenne de remboursement, le taux prêteur du FSL est alors majoré de 0,25 % (voir le tableau 5). 3. LES PRÊTS À SPREAD VARIABLE (VSL) Les prêts à spread variable (antérieurement appelés prêts en devise unique à taux variable) sont libellés en la devise choisie par l emprunteur. Le taux d intérêt des VSL est composé d un taux prêteur variable lié au LIBOR à six mois et d un spread qui varie tous les six mois, en fonction du coût de financement de la BIRD au cours de la période précédente. Comme pour le FSL, l emprunteur peut

19 Les instruments financiers et leurs conditions 13 choisir de libeller le prêt à spread variable en une ou plusieurs devises. Taux prêteurs Le taux prêteur est basé sur une formule permettant de répercuter directement sur les emprunteurs le coût assumé par la Banque au titre du financement de ces prêts ; il est égal au LIBOR en vigueur, plus ou moins le coût moyen assumé par la BIRD par rapport au LIBOR, plus le spread de 0,75 % généralement appliqué par la BIRD (sauf pour les prêts exceptionnels à l appui des politiques de développement, qui sont assortis d un spread minimum de 400 points de base au-dessus du L I BO R ). La marge app l i quée aux prêts à spread variable est la moyenne pondérée de la marge de coût par rapport au LIB OR à six mois, pour toutes les devises. La marge de coût de la BIRD est recalculée deux fois par an, et le nouveau taux entre en vigueur tous les 15 janvier et 15 juillet. Conditions de remboursement Les prêts à spre ad va ri a ble sont norm a l e- m ent of ferts pour une durée de 15 à 20 ans, et a s s ortis d un différé d amorti s s em ent de 3 à 5 a n s. Les rem bo u rs em ents du principal son t basés sur un calen d ri er d amorti s s em ent du principal et ex primés dans la devise en l a qu elle est libellé le pr ê t. Les paiem ents son t fon cti on du montant en gagé pour le pr ê t, qu elle que soit la date des décaissem en t s. L emprunteur peut définir le calendrie r d amortissement et opter pour le remboursem ent par tra n ches égales du principal (le même montant doit être versé au titre du principal à chaque période) ou pour un calendrier de rem bo u rs em ent éch el onné par annu i t é (auquel cas la somme des montants dus au titre du principal et des intérêts est relativement stable, puisqu elle ne se modifie que sous l effet d ajustements du taux d intérêt ou de modifications des montants décaissés et de l encours du prêt). (Le remboursement échelonné par annuité ne peut être utilisé que par les pays des catégories I et II.) 4. LES PRÊTS EN POOL DE DEVISES (CPL) Les prêts en pool de devises (CPL), offerts de 1980 à 2001 sont des obligations en plusieurs devises. Bien qu ils soient engagés en équivalent dollar, les prêts en pool de devises ne sont pas des obligations en dollar. La com - position en devises de l obligation de l emprunteur reflète celle du pool de dev ises de la Banque mondiale et est la même pour tous les emprunteurs. Les montants dus par l emprunteur au titre des intérêts sont déterminés en fonction du coût semestriel moyen de l encours des montants empruntés par la BIRD pour financer le prêt. La composition en devises de chaque prêt en pool de devises correspond à une part du pool de devises de la Banque, et la composition du pool de devises change quotidiennement. La Banque s efforce de constituer le pool de devises de telle sorte que 90 % au moins de la contre-valeur en dollar du pool de devises reste dans les limites du ratio monétaire fixe de USD 1 : YEN 125 : EURO 1. Le montant en devises décaissé est converti en do ll a r, au moyen du taux de change applicable (TCA, voir le paragraphe suivant) le jour du décaissement. La contrevaleur en dollar obtenue est ensuite divisée par la valeur d une unité du pool de devises (voir ci-après) le jour du décaissement afin de déterminer le nombre d unités du pool décaissées. Ce nombre est alors ajouté au nombre correspondant aux unités du pool non en core décaissées, pour établir le montant à rembourser par l emprunteur. Taux de change applicable (TCA) Le taux de ch a n ge app l i c a ble (TCA) est basé sur les taux de ch a n ge cités par Reuters à 7 h 00, h eu re de New York. Il s a git d un co u rs au com ptant pour les op é ra ti ons à deux jours. Pa r exem p l e, le TCA app l i c a ble aux tra n s acti ons le

20 14 BANQUE MONDIALE GUIDE DU SERVICE DE LA DETTE Tableau 7. Calcul des Unités du pool à rembourser Valeur historique du Unités du pool Échéance Unités du pool à rembourser principa non encore composant l encours remboursé du principal 1 (7,5m/140m) x 6900= m-7,5m=132.5m ,64=6 530,36 2 (7,5m/132.5m) x6 530,36= ,5m-7,5m=125m 6 530,36-369,64=6 160,72 3 (7,5m/125m) x6 160,72= m-7,5m=117,5m 6 160,72-369,64=5 791,08 15 août est le taux au com ptant cité par Reuters le 13 août à 7 heu re s, h eu re de New York. La ju s- ti f i c a ti on de cet te approche réside en parti e dans le délai de règl em ent de deux jours sur le m a rché des ch a n ge s. Le décalage de deux jours perm et éga l em ent aux bu reaux de la Ba n que en Ex trême Ori ent de dispo s er ch a que jour de s taux de ch a n ge les plus récents au mom ent de l o uvertu re des tra n s acti on s. Valeur des unités du pool La valeur d une unité du pool de devises est obtenue en divisant la contre-valeur en dollar des devises composant le pool par l encours du principal, claculé en nombre total d unités du pool. La valeur unitaire du pool varie quotidiennement selon : a) les fluctuations des taux de change des devises composant le pool, et b) la composition en devises du pool. La valeur unitaire du pool peut être considérée comme un taux de change employé pour convertir une unité du pool de devises de la BIRD en dollar. Les fluctuations des taux de change par rapport au dollar des principales devises composant le pool ont une incidence sur la valeur unitaire du pool et, partant, sur la contrevaleur en dollar de chaque prêt en pool de devises. Par exemple, si le dollar s apprécie par rapport aux autres devises composant le pool, la valeur en dollar de l unité du pool de devises diminue. Étant donné que les obligations de l emprunteur sont déterminées en multipliant le nombre total d unités du pool composant l encours du principal par la valeur unitaire du pool, les variations de la valeur unitaire du pool provoquées par les fluctuations de taux de change ont un effet sur la contre-valeur en dollar du montant à rembourser. Projections des remboursements du principal Un calendrier d amortissement est défini dans l Accord de prêt. Selon ce calendrier, à l issue du différé d amortissement, la BIRD calcule les unités du pool qui doivent être rappelées à la date d exigibilité en divisant le montant prévu à ladite date conformément aux dispositions de l Accord de prêt par la valeur historique de l encours des retraits, et en multipliant le montant obtenu par le nombre total d unités du pool composant l encours du principal du prêt et par la valeur unitaire du pool de devi s e s. La con tre - va l eur en do llar de s unités du pool rappelées à chaque date d exigibilité varie sous l effet des fluctuations quotidiennes de la valeur unitaire du pool. Pour les prêts entièrement décaissés, les emprunteurs peuvent établir des projections des unités du pool à rappeler à chaque date d exigibilité en divisant le montant prévu pour une date donnée par la valeur historique de l encours des retraits, et en le multipliant par le nombre total d unités du pool composant l encours du principal. À titre d illustration, proposons le scénario suivant : le montant à payer au titre d un prêt à chaque date d exigibilité, c est-à-dire tous les six mois pendant 10 ans, est de 7,5 millions de dollars ; la valeur historique en dollar de l encours des retraits est de 140 millions de dollars et le nombre total d unités du pool composant l encours du principal est de Dans ce cas, le nombre

Principales modalités des prêts de la BIRD

Principales modalités des prêts de la BIRD BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DÉVELOPPEMENT B I R D Principales modalités des prêts de la BIRD DÉPARTEMENT DES PRODUITS ET DES SERVICES FINANCIERS TÉLÉPHONE : +1 202 458 1122 TÉLÉCOPIE

Plus en détail

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL)

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1. Informations sur le prêt Instructions pour compléter le formulaire de sélection des conditions du prêt Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1a. Nom du pays : le nom officiel du pays

Plus en détail

Prêt à Taux Variable Offert par la Banque Africaine de Developpement

Prêt à Taux Variable Offert par la Banque Africaine de Developpement Prêt à Taux Variable Offert par la Banque Africaine de Developpement 2 Prêt au Secteur Public avec la Garantie Souveraine Structure des taux d intèrêt 1 La Banque offre plusieurs mécanismes de fixation

Plus en détail

BANQUE MONDIALE. DiRectives pour les décaissements applicables aux projets

BANQUE MONDIALE. DiRectives pour les décaissements applicables aux projets BANQUE MONDIALE DiRectives pour les décaissements applicables aux projets mai 2006 BANQUE MONDIALE DIRECTIVES POUR LES DÉCAISSEMENTS APPLICABLES AUX PROJETS DÉPARTEMENT DES PRÊTS 1 ER MAI 2006 Copyright

Plus en détail

Modalités et conditions de prêt du FIDA conditions durcies

Modalités et conditions de prêt du FIDA conditions durcies Cote du document: EB 2010/100/R.10 Point de l ordre du jour: 11 Date: 11 août 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Modalités et conditions de prêt du conditions durcies Note pour les représentants

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Catégories Pays OCDE 1 2 3 4 5 6 7 SOUV+ SOUV/CCO SOUV+ SOUV/CCO. CC1 de BBB+ à BBB- CC1 de BB+ à BB CC2 CC2 BB- de BB+ à BB CC3 CC3 BB- CC4 B+ CC4 B

Catégories Pays OCDE 1 2 3 4 5 6 7 SOUV+ SOUV/CCO SOUV+ SOUV/CCO. CC1 de BBB+ à BBB- CC1 de BB+ à BB CC2 CC2 BB- de BB+ à BB CC3 CC3 BB- CC4 B+ CC4 B ASSURANCE-CRÉDIT Calcul de prime SEPTEMBRE 2011 I - PRINCIPES GÉNÉRAUX Chaque risque couvert donne lieu à perception d une prime, dont le taux exprimé en % varie en fonction d un classement des pays en

Plus en détail

Section 8 : contrat de services professionnels

Section 8 : contrat de services professionnels Section 8 : contrat de services professionnels LE PRESENT DOCUMENT CONSTITUE LE MODELE DE CONTRAT DU PNUD FOURNI AU SOUMISSIONNAIRE POUR INFORMATION. LE RESPECT DE L ENSEMBLE DE SES CONDITIONS EST OBLIGATOIRE.

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement

Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement Conditions Générales Applicables aux Accords de Prêt et de Garantie pour les Prêts à Spread Fixe En date du 1 er septembre 1999 Banque Internationale

Plus en détail

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Table des matières 1. Objet de la politique...1 2. Objet du programme de swaps...1 3. Gouvernance...1 4. Documentation...1 5. Instruments autorisés...2

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS Annexe I017 - Page 1 de 5 FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS 1 Les déboursés relatifs aux allocations accordées du fonds des immobilisations sont financés à long terme par des émissions

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO 1 Table des matières QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES... 1 LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO... 1 1. Qu est-ce que le risque de

Plus en détail

La présente traduction de l accord de swap, rédigé en anglais à l origine, n a qu un but informatif. Seul l original anglais fait foi.

La présente traduction de l accord de swap, rédigé en anglais à l origine, n a qu un but informatif. Seul l original anglais fait foi. La présente traduction de l accord de swap, rédigé en anglais à l origine, n a qu un but informatif. Seul l original anglais fait foi. ACCORD DE SWAP DE DOLLARS CANADIENS CONTRE DES DOLLARS AMÉRICAINS

Plus en détail

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES 1 - DISPOSITIONS GENERALES 2 - COMPTABILISATION DE L ENGAGEMENT 3 - COMPTABILISATION AU BILAN 4 - CONVERSION DES OPERATIONS EN DEVISES 5 - COMPTABILISATION DES RESULTATS

Plus en détail

RISQUES Risque de change

RISQUES Risque de change Les devises sont désignées par une abréviation standardisée. Ce code ISO est constitué de 3 lettres dont les deux premières correspondent au pays et la troisième à la devise (CAD pour Dollar Canadien).

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

Proposition de rééchelonnement de la dette de la République du Soudan Note pour les représentants au Conseil d administration

Proposition de rééchelonnement de la dette de la République du Soudan Note pour les représentants au Conseil d administration septembre Tableau Montant de la dette à rembourser: valeurs nominales actuelles et prévues (Montants en DTS) Date (actuel/prévu) 31 décembre 2011 Montant du principal (P) dû pour la période de facturation

Plus en détail

2. Instruments de politique monétaire

2. Instruments de politique monétaire Directives générales sur les instruments de politique monétaire Directives générales de la Banque nationale suisse sur ses instruments de politique monétaire du 25 mars 2004 (état le 1 er janvier 2015)

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

(en millions d euros) 2012 2011 2010

(en millions d euros) 2012 2011 2010 D.16. INTÉRÊTS NON CONTRÔLANTS Les intérêts non contrôlants dans les sociétés consolidées se décomposent comme suit : 2012 2011 2010 Intérêts non contrôlants de porteurs d actions ordinaires : BMS (1)

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Accord portant création du Fonds commun pour les produits de base

Accord portant création du Fonds commun pour les produits de base Texte original Accord portant création du Fonds commun pour les produits de base 0.970.6 Conclu à Genève le 27 juin 1980 Approuvé par l Assemblée fédérale le 9 octobre 1981 1 Instrument de ratification

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Tunis, le 14 juillet 2005 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-09 Objet : Organisation du marché monétaire. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Vu la loi n 58-90 du 19 septembre 1958

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Explications concernant les types de crédits

Explications concernant les types de crédits Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Explications concernant les types de crédits Types de crédits et plafonds de dépenses L Assemblée fédérale dispose de différents

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 30 juin 2015 et 2014

États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 30 juin 2015 et 2014 États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 2015 et 2014 (non audités et non examinés par les auditeurs indépendants) États consolidés intermédiaires

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

ANNEXE IV ACCORD SECTORIEL SUR LES CREDITS A L EXPORTATION POUR LES PROJETS DANS LES DOMAINES DES ÉNERGIES RENOUVELABLES ET DES RESSOURCES EN EAU

ANNEXE IV ACCORD SECTORIEL SUR LES CREDITS A L EXPORTATION POUR LES PROJETS DANS LES DOMAINES DES ÉNERGIES RENOUVELABLES ET DES RESSOURCES EN EAU ANNEXE IV ACCORD SECTORIEL SUR LES CREDITS A L EXPORTATION POUR LES PROJETS DANS LES DOMAINES DES ÉNERGIES RENOUVELABLES ET DES RESSOURCES EN EAU 99 ANNEXE IV : ACCORD SECTORIEL SUR LES CREDITS A L EXPORTATION

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

ANNEXE B2 TRADUCTION NON OFFICIELLE (TRADUCTION NON OFFICIELLE) Seuil de recettes extracôtières

ANNEXE B2 TRADUCTION NON OFFICIELLE (TRADUCTION NON OFFICIELLE) Seuil de recettes extracôtières (TRADUCTION NON OFFICIELLE) ANNEXE B2 RECOMMANDATIONS DU PRÉSIDENT (comprend les recommandations unanimes, les recommandations majoritaires et les recommandations appuyées uniquement par le président)

Plus en détail

0.973.242.32. Texte original. (Etat le 1 er janvier 2013)

0.973.242.32. Texte original. (Etat le 1 er janvier 2013) Texte original 0.973.242.32 Accord entre le Gouvernement de la Confédération suisse et le Gouvernement de la République de l Inde concernant l octroi d un crédit de transfert et d un don 1 Conclu le 7

Plus en détail

La base juridique des aides est constituée notamment des textes suivants :

La base juridique des aides est constituée notamment des textes suivants : Régime d aide exempté de notification n SA.43057 relatif à la méthode de calcul d équivalent-subvention brut pour les aides accordées sous la forme de prêts à taux zéro. Les autorités françaises ont informé

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session 195 EX/13.INF PARIS, le 10 octobre 2014 Anglais et français seulement Point 13 de l'ordre du jour provisoire PROPOSITIONS PRÉLIMINAIRES DE LA DIRECTRICE

Plus en détail

Conditions internationales de crédit et de paiement Information, V4.0, version 20 février 2014

Conditions internationales de crédit et de paiement Information, V4.0, version 20 février 2014 Conditions internationales de crédit et de paiement Information, V4.0, version 20 février 2014 Généralités Les crédits à l exportation assurés par la SERV doivent être conformes aux règles de l'arrangement

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié (Ordonnance du DFF sur les prêts hypothécaires) du 10 décembre 2001 Le Département fédéral des finances, vu l art. 116, al. 1, de l ordonnance

Plus en détail

Repère n 13. Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

Repère n 13. Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 13 Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE juillet 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

Circulaire aux Intermédiaires Agréés n 2009-24

Circulaire aux Intermédiaires Agréés n 2009-24 Tunis, le 18 novembre 2009 Circulaire aux Intermédiaires Agréés n 2009-24 Objet : Financement des biens et services d origine française pour les petites et moyennes entreprises (PME) et les petites et

Plus en détail

Prêt à terme à taux variable

Prêt à terme à taux variable DÉCLARATION DU COÛT D EMPRUNT EN VERTU DE L ARTICLE 450 DE LA LOI SUR LES BANQUES Prêt à terme à taux variable Date Type de prêt 500 Place d'armes, 22 ième étage, Montréal (Québec), H2Y 2W3 Adresse de

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

Les prêts immobiliers

Les prêts immobiliers Les prêts immobiliers Prêt amortissable : il y a un remboursement planifié du capital selon un calendrier déterminé. L'amortissement du crédit immobilier est étalé dans le temps (crédit amortissable classique).

Plus en détail

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement NATIONS UNIES EP UNEP/OzL.Conv.10/4 Distr. : générale 5 août Français Original : anglais Programme des Nations Unies l environnement Conférence des Parties à la Convention de Vienne la protection de la

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 21 DECEMBRE 2012 BP 2013 COMMISSION DES FINANCES ET DU PARC DU FUTUROSCOPE Direction Générale Adjointe Fonctionnelle Direction Générale Adjointe

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Asia Pacific Performance

Asia Pacific Performance Informations clés pour l investisseur 30 octobre 2013 Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de ce fonds. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il

Plus en détail

Algérie. Opérations, instruments et procédures de politique monétaire

Algérie. Opérations, instruments et procédures de politique monétaire Opérations, instruments et procédures de politique monétaire Règlement de la Banque d n 09-02 du 26 mai 2009 Source : www.droit-algerie.com [NB - Règlement de la Banque d n 09-02 du 26 mai 2009 relatif

Plus en détail

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée Normes internationales d information financière États financiers modèles sans application anticipée 1 États financiers pour l exercice 31 décembre Les états financiers modèles de la pour l exercice 31

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

YMAGIS Société anonyme au capital de 1.974.040,50 euros Siège social : 106, rue La Boétie 75008 Paris 499619864 R.C.S. Paris

YMAGIS Société anonyme au capital de 1.974.040,50 euros Siège social : 106, rue La Boétie 75008 Paris 499619864 R.C.S. Paris YMAGIS Société anonyme au capital de 1.974.040,50 euros Siège social : 106, rue La Boétie 75008 Paris 499619864 R.C.S. Paris RAPPORT DU CONSEIL d ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 30 JUIN

Plus en détail

Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.)

Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.) Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.) Comptes annuels révisés au 31 décembre 2013 68, rue de Gasperich L-1617 Luxembourg R.C.S. Luxembourg : F4090 Bilan au 31 décembre 2013 (exprimé en Euros)

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement

Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement Série L ABC des prêts hypothécaires Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Faire la distinction entre

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous CIG d Investissements Manuvie Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous Les CIG * d Investissements Manuvie DES CARACTÉRISTIQUES NOVATRICES ADAPTÉES À VOS BESOINS DE PLACEMENT 1. Profitez

Plus en détail

Conditions particulières de la Banka Slovenije, lorsqu elle agit en tant que banque centrale correspondante (BCC) et en tant que banque

Conditions particulières de la Banka Slovenije, lorsqu elle agit en tant que banque centrale correspondante (BCC) et en tant que banque Conditions particulières de la Banka Slovenije, lorsqu elle agit en tant que banque centrale correspondante (BCC) et en tant que banque centrale apportant son concours (BCN apportant son concours) pour

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

VILLE DE FROUARD. Acquisition de fournitures de bureau pour les services municipaux CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.

VILLE DE FROUARD. Acquisition de fournitures de bureau pour les services municipaux CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A. VILLE DE FROUARD Acquisition de fournitures de bureau pour les services municipaux CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P) Marché N 2009.01.01 Article 1 Objet de la consultation Dispositions

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

Nouveaux accords d emprunt du Fonds monétaire international

Nouveaux accords d emprunt du Fonds monétaire international Traduction 1 Nouveaux accords d emprunt du Fonds monétaire international Conclus à Washington le 27 janvier 1997 Approuvés par l Assemblée fédérale le 18 décembre 1997 2 Adhésion de la Suisse notifiée

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises 1 Préambule La Loi du relative à diverses dispositions concernant

Plus en détail

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT :

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : 1. Un prêteur peut-il décider librement de proposer ou non des contrats de prêt avec bonification d intérêt aux consommateurs et donc de s engager volontairement

Plus en détail

Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque

Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque CHAPITRE 1 Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque Ce e comparaison met en évidence des différences, liées aux par cularités des ac vités bancaires. 1.1 DESCRIPTION SUCCINCTE

Plus en détail

Thème 3: Les mathématiques financières. D eux concepts im portants : Les tables financières et la calculatrice: Sharp EL-733A

Thème 3: Les mathématiques financières. D eux concepts im portants : Les tables financières et la calculatrice: Sharp EL-733A Thème 3: Les mathématiques financières D eux concepts im portants : Le calcul des intérêts L anuité Les tables financières et la calculatrice: Sharp EL-733A Cinq concepts importants d un emprunts Capitalisation

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Qu est-ce que le crédit?

Qu est-ce que le crédit? Qu est-ce que le crédit? NIVEAU 9 11 Dans cette leçon, les élèves examineront les différents types de cartes de crédit offertes ainsi que les avantages et les inconvénients d acheter à crédit. Cours Initiation

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 5 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., É-U, du 27 septembre au 1 er octobre 21 Point 5.3 de l ordre

Plus en détail

Ministère des finances

Ministère des finances Ministère des finances NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER «SCF» LES CONTRATS A LONG TERME La présente note vient en appui à l Instruction n 2 du 29 octobre 2009

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

HAPPY LIFE. Règlement de gestion du fonds d investissement interne happy life AB Global Strategy 60/40

HAPPY LIFE. Règlement de gestion du fonds d investissement interne happy life AB Global Strategy 60/40 1/8 DESCRIPTION Le fonds d investissement interne happy life AB Global (voir l annexe 1) est géré par AXA Belgium, appelée ci-après la compagnie d assurance, dans l intérêt exclusif des souscripteurs et

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Intérêts simples. Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Intérêts simples. Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences I - Définitions Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES INTERETS SIMPLES Capital ou principal

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE TRAVAUX Date

CONTRAT TYPE DE TRAVAUX Date Madame, Monsieur, CONTRAT TYPE DE TRAVAUX Date Réf. : / / [INSÉRER LE NUMÉRO ET L INTITULÉ DU PROJET]] Le Programme des Nations Unies pour le développement (ci-après dénommé le «PNUD»), souhaite engager

Plus en détail

Instruments financiers comptabilisation et évaluation. Chapitre 3855

Instruments financiers comptabilisation et évaluation. Chapitre 3855 Instruments financiers comptabilisation et évaluation Chapitre 3855 Historique Combler un vide dans les PCGR Transparence dans le B/L et l E/R Aligner le Canada sur les PCGR américains et internationaux

Plus en détail

Conditions Générales de Vente. So Gourmets! Sàrl

Conditions Générales de Vente. So Gourmets! Sàrl Conditions Générales de Vente So Gourmets! Sàrl 1 Champs d application des Conditions Générales de Vente Les présentes Conditions Générales de Vente réglementent toutes les prestations et produits offerts

Plus en détail

CCNT & Droit du travail. Réglementations et possibilités d optimisation

CCNT & Droit du travail. Réglementations et possibilités d optimisation CCNT & Droit du travail Réglementations et possibilités d optimisation Sommaire Exploiter le potentiel d économies qu offre la CCNT! 3 Contrat de travail avec temps d essai 5 Durée du travail 6 Durée du

Plus en détail

Comprendre les frais sur remboursement anticipé

Comprendre les frais sur remboursement anticipé Comprendre les frais sur remboursement anticipé Pour choisir un type d hypothèque, vous devez tenir compte de nombreux facteurs. Voulez-vous une hypothèque à court ou à long terme? À taux fixe ou variable?

Plus en détail

Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-09 du 12 décembre 2002 Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

Plus en détail

SécurOption. Questions et réponses

SécurOption. Questions et réponses SécurOption Questions et réponses Table des matières Admissibilité... 3 Cotisations... 4 Adhésion... 4 Projection revenu de rentes... 5 Rachat possible de la rente en cours d accumulation... 6 Choix de

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE

CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE 1 CONVENTION RELATIVE A L'OCTROI D'UN PRÊT «CRAC» CONCLU DANS LE CADRE DU FINANCEMENT ALTERNATIF DES INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE ENTRE Le/La (dénomination de l emprunteur) représenté(e) par

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi ns 34-03 relative

Plus en détail

1. Objet et champ d application de l avis

1. Objet et champ d application de l avis Avis n 2012 04 du 3 juillet 2012 sur la comptabilisation des dettes financières et des instruments dérivés des entités à comptabilité publique relevant du code général des collectivités territoriales,

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

L abandon de créances est donc consenti par les banques sous la double condition suivante :

L abandon de créances est donc consenti par les banques sous la double condition suivante : COMPTES INDIVIDUELS - COMPTES CONSOLIDES - IFRS - Protocole d'accord - Plan de sauvegarde - Abandon de créances avec clause de retour à meilleure fortune - Exercice de rattachement - EJ 2009-192 & EC 2010-09

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L'ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L'ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, lt ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ---------- DELIBERATION N 89-105 AT DU 27 JUILLET 1989 --------------------------------------------------------------- autorisant le territoire à contracter

Plus en détail