Troubles du sommeil chez l adolescent

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Troubles du sommeil chez l adolescent"

Transcription

1 Année : 2009 N : Thèse pour le Doctorat en médecine Présentée par Magali QUIDU-BROUDER Née le à Clamart (92) Troubles du sommeil chez l adolescent Enquête en médecine générale Président : Professeur Denis DEVICTOR Directeur : Docteur Isabelle PENDOLA-LUCHEL

2 Remerciements Au Professeur Denis Devictor d avoir accepté de présider mon Jury de thèse. Au Docteur Isabelle Pendola-Luchel d avoir accepté de diriger mon travail pour sa première direction de thèse et d avoir toujours été présente à chaque étape de ce travail. Au Docteur Patrice Marie pour sa gentillesse et ses précieux conseils tout au long de mon travail. A Erwan Brouder pour son soutien durant ces longues années d études. A Rose-Marie Quidu, Michael Moscardo et Matthieu Quidu pour leur relecture et leurs remarques toujours constructives à propos de mon travail. A mes Maitres de stage les Docteurs Catherine Roméas, Michel Vautrin et Jean Walker, pour m avoir permis de diffuser les questionnaires dans leur cabinet. Aux membres du Jury de ma thèse pour leur présence. 2

3 Table des matières : 1. INTRODUCTION Aspect général du sujet Le sommeil en général Le sommeil à l adolescence Les troubles du sommeil à l adolescence Généralités sur les troubles du sommeil à l adolescence Troubles du sommeil et troubles psychiques L adolescent et son médecin généraliste Le médecin généraliste un interlocuteur privilégié de l adolescent? Le sommeil de l adolescent consultant MATÉRIEL ET MÉTHODES Description de l étude Construction du questionnaire RÉSULTATS Etude dans la population générale Caractéristiques générales sur la population étudiée (116 adolescents) Répartition de la population en fonction du sexe Répartition de la population en fonction de l âge et du sexe Nombre d heures de sommeil en fonction du sexe Nombre d heures de sommeil selon l âge et le sexe Les troubles du sommeil dans la population générale Trouble de l endormissement Trouble du maintien du sommeil Réveils précoces Cauchemars Qualité du sommeil Troubles du sommeil en fonction de l âge et du sexe Ressenti des parents Adolescents et médecin traitant Activités et consommations des adolescents Consommation d excitants et de médicaments pour dormir Activités avant de s endormir Retentissement diurne des troubles du sommeil

4 3.2. Etude dans la population dépressive Répartition dans la population générale Troubles du sommeil Cauchemars Activités et consommations des adolescents Consommation d excitants Activités avant de s endormir DISCUSSION Qualité et validité des résultats Principaux résultats dans la population générale Résultats chez les adolescents dépressifs ou à tendance dépressive CONCLUSION RÉFÉRENCES

5 Table des tableaux : Tableau I : Objectifs de la thèse et questions correspondantes Tableau II : Troubles du sommeil en fonction de l'âge parmi les filles Tableau III : Troubles du sommeil en fonction de l'âge parmi les garçons Tableau IV : Répartition des consommations d excitants et de médicaments pour dormir par sexe dans la population générale Tableau V : Détail de la consommation d excitants et de médicaments pour dormir parmi les populations présentant ou non des troubles du sommeil Tableau VI : Filles dépressives par tranche d'âge parmi la population générale Tableau VII : Garçons dépressifs par tranche d'âge parmi la population générale

6 Table des illustrations : Figure 1 : Questionnaire sommeil remis aux adolescents Figure 2 : Répartition Filles / Garçons Figure 3 : Répartition Filles / Garçons en fonction de l'âge Figure 4 : Répartition des heures de sommeil par sexe Figure 5 : Nombre d'heures de sommeil par âge, en semaine Figure 6 : Nombre d'heures de sommeil par âge, le week-end Figure 7 : Trouble de l'endormissement Figure 8 : Trouble du maintien du sommeil Figure 9 : Réveils précoces Figure 10 : Cauchemars dans la population générale Figure 11 : Ressenti de la qualité du sommeil Figure 12 : Ressenti des parents sur le sommeil de l'adolescent Figure 13 : Mauvaise qualité du sommeil et médecin traitant Figure 14 : Consommation d'excitants et de médicamentspour dormir Figure 15 : Troubles du sommeil et consommation d excitants et de médicaments pour dormir Figure 16 : Activités des adolescents avant de s'endormir Figure 17 : Retentissement des troubles du sommeil Figure 18 : Adolescents dépressifs ou à tendance dépressive parmi la population générale Figure 19 : Nombre d heures de sommeil par âge, la semaine, parmi les adolescents dépressifs Figure 20 : Nombre d heures de sommeil par âge le Weekend parmi les adolescents dépressifs Figure 21 : Troubles du sommeil chez les adolescents dépressifs ou à tendance dépressive comparés à ceux de la population générale Figure 22 : Pourcentage d adolescents dépressifs ou à tendance dépressive parmi les adolescents présentant des troubles du sommeil

7 Figure 23 : Cauchemars parmi la population dépressive ou à tendance dépressive Figure 24 : Cauchemars parmi la population non dépressive Figure 25 : Dépressifs parmi les adolescents faisant des cauchemars Figure 26 : Consommation d'excitants et de médicaments pour dormir Figure 27 : Répartition des activités dans la population dépressive Figure 28 : Caractéristiques de l adolescent dépressif ou à tendance dépressive

8 Table des abréviations : ADRS: Adolescent Depression Rating Scale GSM: Global System for Mobile communications HAS: Haute Autorité de Santé INSERM: Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale NIH: National Institute of Health Vs: Versus 8

9 1. INTRODUCTION 1.1. Aspect général du sujet Le sommeil en général Le sommeil, besoin physiologique essentiel, et pourtant encore mal connu, joue un rôle majeur, tant pour maintenir certaines fonctions homéostatiques du corps humain (régulation de la température interne, lutte contre les infections) que pour préserver l intégrité cognitive et de l individu (capacité de mémorisation, d apprentissage). Le sommeil est aussi un des facteurs essentiels à l assurance d une bonne vigilance diurne Il est également le reflet de la vie psychique puisqu un individu privé de sommeil paradoxal peut développer des troubles de l humeur de type dépressif [1]. L American Academy of Sleep Medicine le définit d ailleurs de la façon suivante : «le sommeil n est pas un moment de pause dans la journée. C est un état actif important pour renouveler notre santé mentale et physique chaque jour». Un sommeil de mauvaise qualité ou insuffisant peut entraîner une fatigue, des troubles de l attention, de la concentration et de la mémoire, une irritabilité, une somnolence diurne excessive, pouvant avoir des conséquences socioprofessionnelles importantes (diminution des performances professionnelles ou scolaires; absentéisme ), voire des conséquences dramatiques comme les accidents de travail ou de la voie publique. Chez l enfant et l adolescent, le sommeil exerce également un rôle fondamental sur la croissance et l apprentissage : C est pendant le sommeil profond que l hormone de croissance est principalement sécrétée [1]. Il a d ailleurs été observé des cas de nanisme «psychogène» par manque de sommeil ; c est aussi durant le sommeil lent profond que sont produites les hormones sexuelles Le sommeil à l adolescence À l adolescence, période de grands changements corporels, psychiques et sociaux, le rythme veille-sommeil se modifie et le temps consacré au sommeil diminue : la durée moyenne de sommeil passe ainsi de 10 h par nuit à 11 ans, à 7 h 30 par nuit à 18 ans (soit une perte de 1 heure de sommeil tous les 3 ans). Pourtant, dans une étude américaine de M. Carskadon [2] le besoin de sommeil ne semble pas diminuer à la puberté (avec une moyenne par nuit de 9,2 heures), bien qu il y ait une tendance biologique chez l adolescent à s endormir et à se réveiller plus tard que chez l enfant. Si beaucoup d adolescents préfèrent se coucher tard pour être «tranquilles et faire ce qu ils veulent» alors que tout le monde est couché, certains ne peuvent plus s endormir que très tard le soir et éprouvent d extrêmes difficultés à se réveiller le matin aboutissant à une vraie pathologie du sommeil appelée «retard de phase». 9

10 1.2. Les troubles du sommeil à l adolescence Généralités sur les troubles du sommeil à l adolescence Dans le rapport Versini (défenseure des enfants) [3] de 2007, les troubles du sommeil à l adolescence apparaissent comme très fréquents puisqu il y est noté qu un adolescent sur quatre est concerné par des problèmes d insomnie (avec une prédominance féminine). Il est aussi souligné que les adolescents ne parlent pas spontanément de ces troubles à leur médecin par pudeur mais aussi car ils ne perçoivent pas comme un trouble leurs cauchemars et leurs difficultés à s endormir. La forte consommation de psychotropes y est également signalée : un adolescent sur 10 consomme des médicaments pour dormir, pour le stress ou l anxiété. De nombreuses études soulignent la fréquence de ces troubles du sommeil, notamment l étude INSERM 94 de M. Choquet [4] effectuée sur jeunes de ans et qui rapporte les chiffres suivants : 41 % des adolescents éprouvent des difficultés à s endormir, 19,2 % se réveillent souvent la nuit, 8,6 % font souvent des cauchemars, 7 % s endorment la journée et près de 50 % d entre eux se sentent fatigués. Est-ce que ces troubles du sommeil s inscrivent dans le cadre de remaniements et de changements propres à cette période charnière, ou bien sont-ils le reflet d un véritable trouble psychique? Troubles du sommeil et troubles psychiques De nombreux travaux chez l adulte soulignent l intrication entre les troubles du sommeil et les désordres psychiques, en particulier dans la dépression et l anxiété. Chez l adulte, les perturbations du sommeil sont inhérentes à la dépression. Seuls 2,7 % des dépressifs dorment bien [5]. L insomnie apparait également être un signe précoce de la dépression. M. Ohayon, dans son étude de 2003 [6], montre que dans 40 % des dépressions, l insomnie est apparue avant le trouble de l humeur et dans 22 % en même temps. D autres travaux montrent que la privation de sommeil peut avoir une action antidépressive à court terme (par effet anxiogène) qui disparait à moyen et long terme et devient dépressogène. Par analogie, il a été signalé que la plupart des antidépresseurs réduisent la quantité de sommeil paradoxal et que la réponse à certains antidépresseurs est liée à la réduction du sommeil paradoxal [5]. Une ancienne étude américaine, de 1989 [7], montre que le traitement d une insomnie est préventif d une dépression (cette étude, néanmoins, n a jamais été reproduite). Il est donc important dans l interrogatoire du généraliste de repérer ces troubles du sommeil précocement avant qu une dépression ne soit totalement installée. Alors que chez l adulte, les relations entre troubles du sommeil et troubles psychiques sont bien établies, il en va différemment au sujet des adolescents, pour lesquels ces travaux sont beaucoup moins nombreux. Une étude de 2007 [8], menée chez 553 enfants et adolescents (âgés de 7 à 15 ans) ayant une dépression avérée, montre que 73 % présentent un trouble du sommeil (64 % d insomnie, 19 % d hypersomnie, 10 % les deux). 10

11 1.3. L adolescent et son médecin généraliste Le médecin généraliste un interlocuteur privilégié de l adolescent? Les troubles du sommeil sont relativement fréquents à l adolescence et ils peuvent parfois être un symptôme s inscrivant dans un trouble psychique mais les adolescents parlent rarement de ces problèmes à leur médecin traitant. Il semble donc utile que le praticien les interroge sur leur sommeil. Un généraliste voit, en moyenne, un adolescent par jour. Le plus souvent, comme le montre une étude française de 2001 [9], pour des plaintes respiratoires (26 %), des vaccinations ou la délivrance de certificats médicaux (26 %), mais rarement pour des problèmes d ordre psychologique (3,8 %). Les troubles du sommeil, quant à eux, n apparaissent jamais comme motif de consultation dans cette étude. À l heure où la santé des jeunes semble être une préoccupation importante et où il est question de revaloriser la consultation de l adolescent par le généraliste, il peut être intéressant de doter le praticien d outils lui permettant de mieux cerner, à partir d un questionnement sur le sommeil, les individus à risque dépressif Le sommeil de l adolescent consultant Le stage chez le praticien a été un moment privilégié pour réaliser cette étude, permettant d interroger sur leur sommeil tous les adolescents venant consulter leur généraliste, et cela quel que soit le motif de la consultation. Ceci, devant permettre de répondre à un objectif double: D abord de caractériser le sommeil de l adolescent et ses troubles, en mettant en exergue : Les caractéristiques générales de leur sommeil (durée du sommeil, pendant la semaine et le week-end en fonction de l âge et du sexe). La fréquence de certains troubles du sommeil dans cette population (difficulté d endormissement, troubles du maintien du sommeil, réveil précoce, insatisfaction du sommeil, somnolence diurne et cauchemars). Le retentissement diurne des troubles du sommeil (fatigue, difficulté à se réveiller le matin, absentéisme scolaire, stress). Ensuite, d isoler dans cette population d adolescents consultants, une population d adolescents dépressifs ou à risque dépressif (définie à l aide de l échelle ADRS 1 ) afin de déterminer s il existe des troubles du sommeil plus spécifiques dans cette population d adolescents fragilisés. Permettant, in fine, d identifier différentes questions que pourrait poser le médecin généraliste, lors de sa consultation, pour dépister au mieux ces états de mal être de l adolescent. 1 Adolescent Depression Rating Scale [10] : outil de dépistage des états dépressifs et sub-dépressifs chez l adolescent notamment recommandé par la Haute Autorité de Santé. Il s agit d un autoquestionnaire de 10 questions courtes qui permet d obtenir un score entre 0 et 10. Si le score est supérieur ou égal à 4, il témoigne d une souffrance psychique ; s il est supérieur ou égal à 7 il s agit d une dépression avérée. 11

12 2. MATÉRIEL ET MÉTHODES 2.1. Description de l étude Cette étude a été réalisée durant la période du 22/11/2007 au 02/05/2008 dans les cabinets de quatre médecins généralistes de la région parisienne. Deux de ces médecins exerçaient en zone urbaine (Paris et Sainte-Geneviève-des-Bois), les deux autres en zone semi-rurale (Arpajon et Bruyères-le-Châtel). Trois de ces médecins étaient mes maîtres de stage durant cette période et la quatrième ma directrice de thèse. Les données ont été recueillies de façon prospective. Tous les adolescents (de 12 ans révolus à 19 ans) consultant mes 3 maîtres de stages en ma présence, ainsi que les adolescents consultant dans le cabinet de ma directrice de thèse, ont reçu un questionnaire quel que soit le motif de consultation. Chaque adolescent n a été interrogé qu une seule fois, même s il s est présenté plusieurs fois en consultation durant cette période de recueil de données. Il n y a pas eu de consentement écrit demandé mais une information sur l objectif de l étude a été systématiquement donnée. Le questionnaire a été rempli de façon anonyme (pas de nom sur le questionnaire, qui, une fois rempli, a été mis dans une enveloppe, cachetée par l adolescent et ouverte à la fin du recueil), et par l adolescent seul (sans présence, aide et ou relecture des parents ou du médecin) Construction du questionnaire Le questionnaire qui a servi à l étude a été élaboré puis testé, préalablement, sur un échantillon ciblé, pour vérifier s il était intelligible et clair. Le premier objectif de ce questionnaire était d identifier, parmi une série de questions, les éléments suivants dans la population générale (c'est-à-dire sur l ensemble des questionnaires remplis par tous les adolescents): Les caractéristiques générales du sommeil chez l adolescent (durée dans la semaine et le week-end, et en fonction de l âge et du sexe). La fréquence de certains troubles du sommeil: insomnie d endormissement, difficulté du maintien du sommeil, réveil précoce, sensation de sommeil non réparateur, cauchemar, somnolence diurne. Les critères retenus dans cette étude pour définir l insomnie étaient ceux du National Institute of Health [11], c'est-à-dire : un des trois troubles suivants, trois fois par semaine depuis au moins un mois: Insomnie d endormissement (mettre au moins trente minutes pour s endormir). Insomnie de maintien du sommeil (se réveiller au moins deux fois par nuit avec difficulté à se rendormir). Insomnie par réveil précoce (se réveiller au moins une heure avant l heure choisie). 12

13 Retentissement des troubles du sommeil sur l adolescent (fatigue, difficultés à se réveiller le matin, absentéisme scolaire, stress, consommation de médicaments pour dormir). Identification des facteurs possibles d aggravation des troubles du sommeil: Prise d excitants (café, cigarettes, alcool, cannabis). Activité avant de dormir (internet, télévision, téléphone, lecture, jeux vidéo, travail scolaire). Perception de l adolescent et de son entourage sur son sommeil. Le second objectif de ce questionnaire était d isoler grâce à l échelle ADRS [10], précédemment définie, une population d adolescents dépressifs ou à tendance dépressive et ainsi de répondre aux questions suivantes: Quelle est la fréquence des troubles du sommeil dans cette population? Y a-t-il des troubles du sommeil plus spécifiques à l adolescent dépressif? Le tableau ci-dessous identifiait pour chacun des objectifs de l étude, les questions correspondantes qui devaient permettre d y répondre : Tableau I : Objectifs de la thèse et questions correspondantes Objectifs 1. Caractéristiques générales du sommeil chez l adolescent 2. Fréquence des différents troubles du sommeil 3. Retentissement des troubles du sommeil sur l adolescent Questions correspondantes Age? Sexe M/F Q1 : Combien d heures dors tu par nuit la semaine / le week-end? Q2 : As-tu des difficultés pour t endormir? si oui, depuis combien de temps? Combien de fois par semaine? Combien de temps mets tu pour t endormir? Q4 : Te réveilles-tu pendant la nuit? Combien de fois par semaine? Combien de fois par nuit? Depuis combien de temps? As-tu des difficultés à te rendormir? Q5 : Est-ce que tu fais souvent des cauchemars? Q7 : Est-ce qu il t arrive de te réveiller avant l heure prévue? Combien de temps avant? Combien de fois par semaine? Q13 : Penses-tu bien dormir? Q6 : Est-ce que tu as des difficultés à te réveiller le matin? Q8 : Est-ce que tu te sens fatigué(e) la journée? Q9 : T arrive t-il de t endormir pendant tes activités de la journée? Q10 : Est-ce que tu manques souvent l école? Q11 : Est-ce que tu te sens stressé(e)? 13

14 Objectifs 4. Identification des facteurs possibles d aggravation des troubles du sommeil Questions correspondantes Q3 : Que fais tu avant de t endormir? (TV, Lecture, Internet, Travail scolaire, Téléphone, Jeux vidéo) Q12 : Est-ce que tu consommes : cigarettes, cannabis, café, alcool? 5. Perception de l adolescent et de son entourage sur son sommeil 6. L isolation d une population d adolescents présentant un syndrome dépressif Q14 : Est-ce que tes parents pensent que tu dors bien? Q15 : Echelle ADRS 14

15 Figure 1 : Questionnaire sommeil remis aux adolescents 15

16 Saisie et exploitation des résultats : La saisie des questionnaires a été effectuée par tranche de 20 questionnaires sur la base de données ACCESS 2007 et l exploitation graphique des résultats a été faite à l aide du logiciel EXCEL

17 3. RÉSULTATS 3.1. Etude dans la population générale Caractéristiques générales sur la population étudiée (116 adolescents) Répartition de la population en fonction du sexe Figure 2 : Répartition Filles / Garçons Répartition de la population en fonction de l âge et du sexe Figure 3 : Répartition Filles / Garçons en fonction de l'âge 17

18 Nombre d heures de sommeil en fonction du sexe Figure 4 : Répartition des heures de sommeil par sexe Les filles dormaient en moyenne 2 heures de plus le week-end par rapport à la semaine, mais les garçons seulement 1,4 heures de plus Nombre d heures de sommeil selon l âge et le sexe Figure 5 : Nombre d'heures de sommeil par âge la semaine Chez les adolescentes le nombre d heures de sommeil par nuit la semaine variait de 9 heures (à 13 ans) à 6,9 heures (à 19 ans). Chez les adolescents le nombre d heures de sommeil par nuit la semaine oscillait entre 9.6 heures (à 12 ans) et 6,4 heures (à 18 ans). 18

19 Figure 6 : Nombre d'heures de sommeil par âge le week-end Les troubles du sommeil dans la population générale Trouble de l endormissement Figure 7 : Trouble de l'endormissement 19

20 Trouble du maintien du sommeil Figure 8 : Trouble du maintien du sommeil Réveils précoces Figure 9 : Réveils précoces 20

21 Cauchemars Figure 10 : Cauchemars dans la population générale Qualité du sommeil Figure 11 : Ressenti sur la qualité du sommeil 21

22 Troubles du sommeil en fonction de l âge et du sexe Tableau II : Troubles du sommeil en fonction de l'âge parmi les filles FILLES Total N= ans ans ans ans Trouble de l'endormissement Trouble du maintien du sommeil 27,8 % 15,4 % 39,1 % 31,6 % 17,6 % 12,5 % 0 % 21,7 % 0 % 23,5 % Réveil précoce 5,6 % 0 % 0 % 5,3 % 17,6 % Mauvaise qualité du sommeil 27,8 % 7,7 % 21,7 % 26,3 % 35,5 % Cauchemars 19,4 % 7,7 % 17,4 % 21,1 % 29,4 % Tableau III : Troubles du sommeil en fonction de l'âge parmi les garçons GARCONS Total N= ans ans ans ans Trouble de l'endormissement Trouble du maintien du sommeil 25 % 27,3 % 33,3 % 18,2 % 20 % 11,4 % 0 % 0 % 0 % 10 % Réveil précoce 4,5 % 0 % 0 % 0 % 20 % Mauvaise qualité du sommeil 18,2 % 18,2 % 16,7 % 0,0 % 20,0 % Cauchemars 6,8 % 18,2 % 0 % 0 % 10 % 22

23 Ressenti des parents Figure 12 : Ressenti des parents sur le sommeil de l'adolescent Adolescents et médecin traitant Figure 13 : Mauvaise qualité du sommeil et médecin traitant 23

24 Activités et consommations des adolescents Consommation d excitants et de médicaments pour dormir Figure 14 : Consommation d'excitants et de médicaments pour dormir Tableau IV : Répartition des consommations d excitants et de médicaments pour dormir par sexe dans la population générale Cigarette Cannabis Café Alcool Médicaments Filles consommant «occasionnellement» Garçons consommant «occasionnellement» Filles consommant «souvent» 11,1 % 8,3 % 15,3 % 56,9 % 8,3 % 15,9 % 11,4 % 29,5 % 36,5 % 4,5 % 19,4 % 1,4 % 16,7 % 0,0 % 0,0 % Garçons consommant «souvent» 13,6 % 9,1 % 11,4 % 0,0 % 0,0 % 24

25 Figure 15 : Troubles du sommeil et consommation d excitants et de médicaments pour dormir Tableau V : Détail de la consommation d excitants et de médicaments pour dormir parmi les populations présentant ou non des troubles du sommeil Consommations Adolescents présentant des troubles du sommeil Adolescents ne présentant pas des troubles du sommeil Population générale Cigarettes Cannabis Café Alcool Médicaments Occasio nnellem ent Souvent Occasio nnellem ent Souvent Occasionn ellement Souvent Occasionn ellement Souvent Occasionn ellement Souvent 15,6% 20,0% 13,3% 4,4% 20,0% 20,0% 55,6% 0,0% 13,3% 0,0% 11,1% 15,3% 6,9% 4,2% 20,8% 11,1% 44,4% 0,0% 2,8% 0,0% 12,9% 17,2% 9,5% 4,3% 20,7% 14,7% 49,1% 0,0% 6,9% 0,0% 25

26 Activités avant de s endormir Figure 16 : Activités des adolescents avant de s'endormir Retentissement diurne des troubles du sommeil Figure 17 : Retentissement des troubles du sommeil 26

27 3.2. Etude dans la population dépressive Répartition dans la population générale Figure 18 : Adolescents dépressifs ou à tendance dépressive parmi la population générale Tableau VI : Filles dépressives par tranche d'âge parmi la population générale FILLES ans ans ans ans Nombre total Nombre d adolescentes dépressives ou à tendance dépressive Pourcentage 7,7 % 34,8 % 31,6 % 29,4 % Tableau VII : Garçons dépressifs par tranche d'âge parmi la population générale GARCONS ans ans ans ans Nombre total Nombre d adolescents dépressifs ou à tendance dépressive Pourcentage 36,4 % 25 % 18,2 % 10 % 27

28 Figure 19 : Nombre d heures de sommeil par âge, la semaine, parmi les adolescents dépressifs Figure 20 : Nombre d heures de sommeil par âge, le week-end, parmi les adolescents dépressifs 28

29 Troubles du sommeil Figure 21 : Troubles du sommeil chez les adolescents dépressifs ou à tendance dépressive comparés à ceux de la population générale Figure 22 : Pourcentage d adolescents dépressifs ou à tendance dépressive parmi les adolescents présentant des troubles du sommeil 29

30 Cauchemars Figure 23 : Cauchemars parmi la population dépressive ou à tendance dépressive Figure 24 : Cauchemars parmi la population non dépressive 30

31 Figure 25 : Dépressifs parmi les adolescents faisant des cauchemars 3.3. Activités et consommations des adolescents Consommation d excitants Figure 26 : Consommation d'excitants et de médicaments pour dormir 31

32 Activités avant de s endormir Figure 27 : Répartition des activités dans la population dépressive Figure 28 : Caractéristiques de l adolescent dépressif ou à tendance dépressive 32

33 4. DISCUSSION Cette étude tentait, dans une première partie, de souligner les principales caractéristiques du sommeil des adolescents consultant leur généraliste ainsi que la fréquence des principaux troubles du sommeil dans cette population ; puis, dans une seconde partie, de déterminer quelques particularités du sommeil de l adolescent à tendance dépressive ou dépressif Qualité et validité des résultats Les questionnaires de cette étude ont été remplis par les adolescents dans le cabinet médical durant la consultation de façon totalement anonyme. Dans ce contexte, 121 questionnaires ont été recueillis: 116 questionnaires ont pu être exploités. 5 questionnaires, insuffisamment remplis, n ont pu être utilisés. Le fait que ces questionnaires aient été donnés de façon totalement anonyme est un gage de reproductibilité puisque non interrogatoires dépendants. Certaines faiblesses de l enquête étaient tout de même à souligner : Les 116 adolescents ayant répondu au questionnaire n étaient pas issus d un échantillon représentatif de la population générale mais de la patientèle de quatre médecins généralistes exerçant dans une zone géographique plutôt aisée. Cet échantillon de 116 adolescents était relativement de faible effectif comparé, par exemple, à l enquête nationale INSERM 1994, Adolescents, de M. Choquet [4] qui portait sur plus de adolescents, et ne permettait donc pas de dégager des résultats statistiquement significatifs. La question N 14, portant sur le ressenti des parents au sujet de la qualité du sommeil de l adolescent, n avait qu une valeur indicative du fait que cette question avait été posée à l adolescent lui-même, et non à ses parents. 33

34 4.2. Principaux résultats dans la population générale Parmi les 116 adolescents consultants, les caractéristiques suivantes étaient à souligner : Quantité de sommeil : Les résultats suivants ont été constatés : Les filles dormaient en moyenne 7,9 heures, la semaine, vs 9,9 heures, le week-end (figure 6). Les garçons dormaient en moyenne 8,4 heures, la semaine, vs 9,8 heures, le week-end (figure 6). Pour les deux sexes, on observait un rattrapage de sommeil le week-end. Celuici était moins important chez les garçons qui dormaient en moyenne plus, la semaine, que les filles. Pour les deux sexes et quel que soit l âge, les adolescents dormaient tous en moyenne plus de 9 heures par nuit le week-end (figure 6). Chez les filles : o La moyenne d heures de sommeil par nuit en semaine avait tendance à diminuer avec l âge (figure 5), passant de 9 heures à 13 ans à 6,9 heures à 19 ans (soit une perte de 2,1 heures). o La moyenne d heures de sommeil par nuit le week-end variait seulement de à 0,9 heures (avec un maximum de 10,3 heures à 14 ans et un minimum de 9,4 heures à 17 ans). Chez les garçons : o La moyenne d heures de sommeil par nuit en semaine diminuait de plusieurs heures avec l âge passant de 9,6 heures à 12 ans, à 6,4 heures à 18 ans soit une perte de 3,2 heures. o La moyenne d heures de sommeil par nuit le week-end restait relativement stable avec l âge (avec un maximum de 10,6 heures à 16 ans et un minimum de 9 heures à 14 ans). Ces derniers résultats se retrouvent dans l étude de M. Carscadon [2] qui montre que les adolescents entre 10 et 17 ans dorment en moyenne 9,2 heures lorsqu on les laisse dormir sans réveil imposé, indiquant, ainsi, que le besoin de sommeil ne diminue pas à la puberté. Les adolescents avaient donc tendance à rattraper le week-end, le retard de sommeil qu ils avaient accumulé en semaine. Ce phénomène était particulièrement prononcé chez les filles et s accentuait pour tous avec l âge. Ce rattrapage était parfois mal vécu chez certains parents qui reprochaient à leurs enfants de «traîner» au lit le week-end. Il est important pour le médecin généraliste d expliquer à ces parents, les raisons de ces réveils tardifs afin de les tolérer dans la mesure du raisonnable. 34

Prévenir... les troubles du sommeil

Prévenir... les troubles du sommeil Prévenir... les troubles du sommeil 14 Le sommeil est un élément clef de bonne santé Les plaintes des insomniaques sont multiples : «Je n arrive jamais à m endormir avant deux heures du matin» ; «je me

Plus en détail

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 1 Sommaire Enquête sur les représentations, les attitudes, les connaissances et les pratiques du sommeil des jeunes adultes en France...3 Les durées

Plus en détail

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs 06 NOVEMBRE 2014 Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs Roger Godbout, Ph.D. Laboratoire et Clinique du sommeil, Hôpital Rivière-des-Prairies Département de psychiatrie, Université de Montréal

Plus en détail

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

2. www.expair-sante.fr

2. www.expair-sante.fr La luminothérapie L horlogerie pour comprendre les troubles du Sommeil Le corps humain possède une horlogerie minutieuse. Dans les couches profondes du cerveau se trouve une horloge biologique interne

Plus en détail

Dossier de presse. Les préoccupations liées au travail ont des répercussions sur le sommeil et inversement

Dossier de presse. Les préoccupations liées au travail ont des répercussions sur le sommeil et inversement Dossier de presse Les préoccupations liées au travail ont des répercussions sur le sommeil et inversement Chaque semaine, plus d 1/4 des actifs français voit son travail perturbé par un problème de sommeil

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

Etes-vous plutôt. D ACCORD ou PAS D ACCORD. avec les propositions suivantes?...

Etes-vous plutôt. D ACCORD ou PAS D ACCORD. avec les propositions suivantes?... QUIZZ SOMMEIL Etes-vous plutôt ou PAS avec les propositions suivantes?... 1 ) Le sommeil d une nuit se compose d une succession de cycles Le premier cycle est annoncé par des «signaux de sommeil» auxquels

Plus en détail

Rythmes biologiques, rythme veille-sommeil et rôle néfaste des écrans sur la qualité du sommeil de l adolescent

Rythmes biologiques, rythme veille-sommeil et rôle néfaste des écrans sur la qualité du sommeil de l adolescent Rythmes biologiques, rythme veille-sommeil et rôle néfaste des écrans sur la qualité du sommeil de l adolescent Christine Cannard Dr en Psychologie, Ingénieur de recherche INSERM Laboratoire de Psychologie

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

En faire plus, est-ce toujours mieux?

En faire plus, est-ce toujours mieux? En faire plus, est-ce toujours mieux? Le sport de haut niveau est en constante évolution. Les performances sportives ne cessent de progresser, et cela a pour conséquence d exiger de l athlète un engagement

Plus en détail

Etude sur la santé mentale des étudiants

Etude sur la santé mentale des étudiants Observatoire Expertise et Prévention pour la Santé des Etudiants Etude sur la santé mentale des étudiants Premiers résultats Novembre 2007 Objectifs et méthode A la demande de La Mutuelle des Etudiants,

Plus en détail

L adolescence. Sommeil de l adolescent. Le sommeil de l adolescent. Les besoins en sommeil. Les besoins en sommeil

L adolescence. Sommeil de l adolescent. Le sommeil de l adolescent. Les besoins en sommeil. Les besoins en sommeil L adolescence Sommeil de l adolescent Dr MF Mateo Assises de Resodys Toulon le 25/11/06 âge intermédiaire entre l enfance et l âge adulte, l adolescence est la période des modifications morphologiques,

Plus en détail

Enquête sommeil 2012 Rapport. Méthodologie. Version n 2 Date : 8 Février 2012

Enquête sommeil 2012 Rapport. Méthodologie. Version n 2 Date : 8 Février 2012 Enquête sommeil 2012 Rapport Méthodologie Version n 2 Date : 8 Février 2012 De: Nadia AUZANNEAU et Stéphanie CHARDRON A : Fanny FAUGERON/Audrey LOPEZ OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris.

Plus en détail

Questionnaire des troubles du sommeil

Questionnaire des troubles du sommeil Questionnaire des troubles du sommeil NOM :... PRÉNOM :... Date de naissance :.../.../... Date de ce jour :.../.../... Consultez un proche si nécessaire pour répondre attentivement aux questions suivantes.

Plus en détail

Dr Anne Lautridou-Derycke Les 28 et 29 mars 2014

Dr Anne Lautridou-Derycke Les 28 et 29 mars 2014 * Dr Anne Lautridou-Derycke Les 28 et 29 mars 2014 Sommeil *41% du temps passé à dormir *Cycle veille/sommeil = 1 er cycle qui régule le rythme de la journée *Les troubles du sommeil touchent 20 à 25%

Plus en détail

Une journée des familles sur le thème : "Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins"

Une journée des familles sur le thème : Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins Une journée des familles sur le thème : "Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins" Cette journée destinée aux familles a été co-organisée par R4P et l'association Une Souris Verte, le samedi 12

Plus en détail

FICHE ENSEIGNANT. Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques

FICHE ENSEIGNANT. Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques 1 ACTIVITÉ Domaine Objectif général Compétences Éducation scientifique Langue française Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques Prendre conscience de son profil sommeil.

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SOM MEIL

QUESTIONNAIRE DE SOM MEIL QUESTIONNAIRE DE SOM MEIL Date du questionnaire :... Envoyé par le docteur : Adresse du médecin :... NOM :...Prénom... Nom de naissance :... Né(e) le :...à... Adresse... Tél. Dom. Tél. Prof.. Port: Profession

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants

La Mutuelle Des Etudiants 4ème Enquete sur la ^ Nationale Santé des Etudiants Etat de santé des étudiants en France Premiers résultats de l Enquete Nationale sur la Santé des Etudiants 2014 (ENSE4) La Mutuelle Des Etudiants www.lmde.com

Plus en détail

Sommeil. Pour retrouver le plaisir de dormir

Sommeil. Pour retrouver le plaisir de dormir Sommeil Pour retrouver le plaisir de dormir Nous passons 1/3 de notre vie à dormir C est donc important de s y intéresser, d autant que la qualité de notre sommeil a une influence directe sur notre qualité

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 :

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 : Module 04 : le sommeil Module 04 : le sommeil Ce module comprend les sections suivantes : Messages clés Problèmes de sommeil courants Les médicaments et le sommeil Conseils provenant de familles sur les

Plus en détail

LES TROUBLES DU SOMMEIL. N.BILLAUD Dec 2007

LES TROUBLES DU SOMMEIL. N.BILLAUD Dec 2007 LES TROUBLES DU SOMMEIL N.BILLAUD Dec 2007 TROUBLES DU SOMMEIL Motif fréquent de consultation 20 à 30 % des enfants Parents demandeurs d aide Enfants supportent très bien les troubles angoisse parentale

Plus en détail

Les effets de l expérimentation. «Cours le matin, sport l après-midi» note d. Année scolaire 2010-2011 11.31. «Cours le matin, sport l après-midi»

Les effets de l expérimentation. «Cours le matin, sport l après-midi» note d. Année scolaire 2010-2011 11.31. «Cours le matin, sport l après-midi» note d informationdécembre 11.31 «Cours le matin, sport l après-midi» est un dispositif expérimental d aménagement du temps scolaire autour de la pratique sportive. Les élèves engagés dans cette expérimentation

Plus en détail

Colloque Santé et Petite Enfance ACFAS 2014. Le sommeil: un protagoniste mal connu mais primordial dans le développement du jeune enfant

Colloque Santé et Petite Enfance ACFAS 2014. Le sommeil: un protagoniste mal connu mais primordial dans le développement du jeune enfant Colloque Santé et Petite Enfance ACFAS 2014 Le sommeil: un protagoniste mal connu mais primordial dans le développement du jeune enfant Dominique Petit, PhD Centre d études avancées en médecine du sommeil

Plus en détail

Les Franciliens sont en meilleure

Les Franciliens sont en meilleure 14 Travail et santé L activité professionnelle a des effets immédiats et durables sur la santé des Franciliens La majorité des Franciliens qui travaillent apparaissent en meilleure santé physique que leurs

Plus en détail

SOMMEIL QUAND IL PREND DE L ÂGE

SOMMEIL QUAND IL PREND DE L ÂGE 4 SOMMEIL QUAND IL PREND DE L ÂGE AVANT-PROPOS Avec les progrès médicaux et d hygiène de vie, notre espérance de vie est de plus en plus importante. En 1950, seulement 6,5% de la population totale avait

Plus en détail

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées FATIGUE ET SOMMEIL Conférence de presse du 21 Mars 2007 LJ COM Pénélope BRUET / Delphine ERIAU Contact TNS Healthcare Nadia AUZANNEAU / Céline LEROY 01 40 92 45 57 / 24 15 nadia.auzanneau@tns-global.com

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT PRÉSENTANT UNE ANOMALIE DE DÉVELOPPEMENT

TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT PRÉSENTANT UNE ANOMALIE DE DÉVELOPPEMENT TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT PRÉSENTANT UNE ANOMALIE DE DÉVELOPPEMENT Hélène De Leersnyder Pédiatre Consultation «sommeil» Hôpital Necker. Paris Journées Internationales Jérôme Lejeune Familles et

Plus en détail

A envoyer par courrier à : Réseau Morphée 2, Grande Rue 92 380 GARCHES

A envoyer par courrier à : Réseau Morphée 2, Grande Rue 92 380 GARCHES DOSSIER DE PRISE EN CHARGE A envoyer par courrier à : Réseau Morphée 2, Grande Rue 92 380 GARCHES Pour contacter le Réseau Morphée : contact@reseau-morphee.org Tél : 09.77.93.12.04 www.reseau morphee.org

Plus en détail

fiche pratique Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 #12 des repères pour agir

fiche pratique Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 #12 des repères pour agir h fiche pratique des repères pour agir #12 Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 Le travail évolue, les risques professionnels aussi. Depuis

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2015 emevia - La santé des étudiants en 2013 1 emevia - La santé des étudiants en 2013 2 1. Contexte et objectifs emevia est le premier réseau de mutuelles étudiantes de proximité EmeVia

Plus en détail

PRÉVENTION, SANTÉ, ENVİRONNEMENT. SESSION 2014. DUREE : 1 H 00 maximum COEFFICIENT : 1

PRÉVENTION, SANTÉ, ENVİRONNEMENT. SESSION 2014. DUREE : 1 H 00 maximum COEFFICIENT : 1 DANS CE CADRE NE RIEN ÉCRIRE Académie : Session : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Epreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a lieu, du nom d épouse) Prénoms :

Plus en détail

En quoi consistera ce jeu?

En quoi consistera ce jeu? 1 Projet Comité d Education à la Santé et à la Citoyenneté inter degré Création jeu par les élèves de l école du Gliesberg, de l école Martin Schongauer et du collège Hans Arp de Strasbourg Création d

Plus en détail

Les besoins et les attentes de la personne

Les besoins et les attentes de la personne CHAPITRE Les besoins et les attentes de la personne aux différents âges Les rythmes de vie > Les besoins et les attentes de la personne TDmémo OBJECTIFS > Repérer et justifier les besoins et les attentes

Plus en détail

Troubles du sommeil chez l enfant 1

Troubles du sommeil chez l enfant 1 Troubles du sommeil chez l enfant 1 Première partie Caroline Benz, Oskar Jenni Abteilung Entwicklungspädiatrie, Universitäts-Kinderkliniken, Zürich Quintessence P Un enfant sur trois présente des troubles

Plus en détail

LES DIFFICULTÉS de sommeil touchent presque tout le monde. Courir après le sommeil. Traitement de l insomnie et autres troubles du sommeil

LES DIFFICULTÉS de sommeil touchent presque tout le monde. Courir après le sommeil. Traitement de l insomnie et autres troubles du sommeil Courir après le sommeil Traitement de l insomnie et autres troubles du sommeil Par Charles M. Morin M. PS. LES DIFFICULTÉS de sommeil touchent presque tout le monde à un moment ou à l autre de la vie,

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 Développement des cycles de sommeil... 19 Phases de sommeil... 20 Prévention...

Plus en détail

Santé. Travail Posté SOMMEIL ET ALIMENTATION

Santé. Travail Posté SOMMEIL ET ALIMENTATION Document réalisé par des médecins et infirmières du travail de l AIST 84, médecin préventionniste et diététicienne, du centre d examen de santé CPAM 84, éducateur pour la santé du Codes 84. Avec le soutien

Plus en détail

La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants

La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants Laurent Michel Délégué Général de l USEM Marie Portal Etudiante en Master 2 Promotion de la santé, ISPED Stagiaire à l USEM L USEM et les SMERS

Plus en détail

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation.

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation. Madame, Monsieur, La santé est un bien précieux que chacun doit absolument apprendre à gérer au mieux de ses intérêts. Elle doit être prise sous tous ses aspects, c est-à-dire, non seulement comme l absence

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours

Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Santé Publique Santé Travail Travail d Application Tutoré année 2010 Quatrième

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE. Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005

TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE. Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005 TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005 Depression et tabac COMMENT LE TABACOLOGUE EVALUE L ANXIETE ET LA DEPRESSION? J Perriot

Plus en détail

«La psychothérapie des troubles du sommeil» Katerina Espa Cervena

«La psychothérapie des troubles du sommeil» Katerina Espa Cervena «La psychothérapie des troubles du sommeil» Katerina Espa Cervena «L agenda» de la présentation TCC- I: traitement de référence Rappel physiologie du sommeil Pathophysiologie de l insomnie Modèles de l

Plus en détail

TDAH et troubles concomitants chez l adulte

TDAH et troubles concomitants chez l adulte TDAH et troubles concomitants chez l adulte Le trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité (TDAH) chez l adulte est une affection médicale reconnue qui requiert souvent une intervention médicale

Plus en détail

Vit seul En couple Nb d enfants :...

Vit seul En couple Nb d enfants :... QUESTIONNAIRE DE SOMMEIL Date du questionnaire :.. Votre médecin (nom et coordonnées) :. Vos coordonnées : NOM :... PRENOM :... NOM DE NAISSANCE :....... NE(E) LE : / /... A :...... ADRESSE :...... CP

Plus en détail

27/01/2015. Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes. Cas clinique 1:

27/01/2015. Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes. Cas clinique 1: ATELIER 2 DU SYMPTÔME À LA MALADIE Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes EXPERTS: S LAUNOIS, N. MESLIER ANIMATEUR: MF VECCHERINI 16 et 17 Janvier 2015 ATELIER 2 UTILISATION

Plus en détail

Analyse de l enquête de consommation de boissons énergisantes

Analyse de l enquête de consommation de boissons énergisantes Analyse de l enquête de consommation de boissons énergisantes Territoire de Thourotte (60) 2014 Depuis 2013, la Mutuelle Familiale en partenariat avec l IRBMS sensibilise ses adhérents à la consommation

Plus en détail

La prévention du stress et des risques psychosociaux

La prévention du stress et des risques psychosociaux Le point sur La prévention du stress et des risques psychosociaux Avec plus de 20% de salariés se déclarant stressés au travail, les entreprises doivent faire face à un enjeu majeur de santé, mais aussi

Plus en détail

de domaine-du-roy PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Élèves sur le chemin de la réussite

de domaine-du-roy PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Élèves sur le chemin de la réussite Élèves sur le chemin de la réussite PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Mieux comprendre notre réalité pour mieux agir auprès de nos jeunes Portrait du territoire de domaine-du-roy SOYONS COMPLICES DE LA RÉUSSITE

Plus en détail

La perte de vigilance ou l'attention perturbée

La perte de vigilance ou l'attention perturbée ANNEXE F La perte de vigilance ou l'attention perturbée I Perte de vigilance II Attention perturbée ou «distraction» DGO / étude des accidents corporels 2007-2011 1 DGO / étude des accidents corporels

Plus en détail

Décrire les plaintes autour du sommeil présentées par un échantillon de la population accueillie

Décrire les plaintes autour du sommeil présentées par un échantillon de la population accueillie METHODOLOGIE Justificatif : - bonnes pratiques préconisées en ehpad - choix de l amcoorhb dans les thèmes à traiter en 2008 - données personnelles à l ehpad : GMP ; % démences ;. Population : EHPAD volontaires

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques Dépistage VIH Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE Quelques données épidémiologiques Selon l Institut de Veille Sanitaire (InVS) 1, en 2007 cinq millions de

Plus en détail

Le sommeil du jeune enfant

Le sommeil du jeune enfant Le sommeil du jeune enfant Docteur Annik Hallot Introduction Nous passons le tiers de notre vie à dormir, le sommeil est un besoin fondamental de tout être vivant au même titre que respirer et manger.

Plus en détail

Etude épidémiologique santé & literie Juniors Vs Seniors

Etude épidémiologique santé & literie Juniors Vs Seniors Etude épidémiologique santé & literie Rythme de vie, caractéristiques de la literie et Attitudes Le 23 juin 2009 Nathanaël Kapp: +33 (0)1 71 16 87 46 nathanael.kapp@bva.fr Eric Genser: +33 (0)1 71 16 87

Plus en détail

L horloge biologique des travailleurs de nuit

L horloge biologique des travailleurs de nuit L horloge biologique des travailleurs de nuit Diane B. Boivin, M.D., Ph.D., Directrice Centre d étude et de traitement des rythmes circadiens Hôpital Douglas, Université McGill Société moderne et travail

Plus en détail

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Conflits d intérêt Pour la communication présentée: Bénéfice d un des auteurs par une firme : - Soit directement

Plus en détail

L atelier du Médicament en psychiatrie

L atelier du Médicament en psychiatrie L atelier du Médicament en psychiatrie Pharmacie du CH Ste MARIE CLERMONT FD Françoise BLANDIN Pharmacien Chef de Service Catherine CUSSAC Pharmacien Adjoint Les textes officiels La loi du 4 mars 2002

Plus en détail

Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant

Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant Pourquoi comprendre la physiologie du sommeil? Pour respecter le rythme et les besoins de chaque enfant de la naissance jusqu à l adolescence

Plus en détail

b nnenuit Quelques conseils pour bien dormir Edition 2010

b nnenuit Quelques conseils pour bien dormir Edition 2010 1 b nnenuit Quelques conseils pour bien dormir Edition 2010 2 z6creation.net Notre santé dépend en grande partie d une bonne qualité du sommeil. Bien dormir, cela se prépare : la présente brochure vous

Plus en détail

INTERRUPTIONS VOLONTAIRES DE GROSSESSE ET VIOLENCES : ETUDE QUALITATIVE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES D ILE-DE-FRANCE

INTERRUPTIONS VOLONTAIRES DE GROSSESSE ET VIOLENCES : ETUDE QUALITATIVE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES D ILE-DE-FRANCE INTERRUPTIONS VOLONTAIRES DE GROSSESSE ET VIOLENCES : ETUDE QUALITATIVE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES D ILE-DE-FRANCE Présentation journée recherche SFTG du 09/02/2013 par Mélanie PELIZZARI Directeur

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2015"

La santé des étudiants en 2015 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Enquête auprès de la population jeune : des habitudes de vie qui exposent au surpoids et à l obésité

Enquête auprès de la population jeune : des habitudes de vie qui exposent au surpoids et à l obésité Enquête auprès de la population jeune : des habitudes de vie qui exposent au surpoids et à l obésité Enquête Ipsos / pour Septembre 2012 Fiche technique Sondage effectué pour : Doing Good Doing Well Echantillon

Plus en détail

BASIN Marion COURDOISY Marie DENIAUD Lucile DENOUS Charlène L3 SEN

BASIN Marion COURDOISY Marie DENIAUD Lucile DENOUS Charlène L3 SEN BASIN Marion COURDOISY Marie DENIAUD Lucile DENOUS Charlène L3 SEN Année 2008/2009 SOMMAIRE Introduction...2 A. Chronobiologie et chronopsychologie.... 4 B. Sommeil.... 4 C. Rythmes scolaires et performances....

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Faisabilité de la détection de l usage de drogues chez les 15-25 ans en médecine de ville

Faisabilité de la détection de l usage de drogues chez les 15-25 ans en médecine de ville ÉTUDES Santé publique 1999, volume 11, n o 3, pp. 287-295 Faisabilité de la détection de l usage de drogues chez les 15-25 ans en médecine de ville Feasibility of drug use detection among 15-25 years old

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

Approche clinique des troubles du sommeil chez l enfant et l adolescent

Approche clinique des troubles du sommeil chez l enfant et l adolescent 1 ère partie : Modules transdisciplinaires - Module 3 : Maturation et vulnérabilité Objectif 43 : Approche clinique des troubles du sommeil chez l enfant et l adolescent Rédaction : D Sibertin-Blanc, C

Plus en détail

LE SOMMEIL ET LES TROUBLES DU SOMMEIL Conférence de 2005

LE SOMMEIL ET LES TROUBLES DU SOMMEIL Conférence de 2005 LE SOMMEIL ET LES TROUBLES DU SOMMEIL Conférence de 2005 LE SOMMEIL DE 3 A 6 MOIS Bébé va apprendre à dormir des nuits complètes de 8-9 heures. Il s endort en sommeil lent et diminue le pourcentage de

Plus en détail

Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos?

Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos? Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est une maladie de diagnostic souvent difficile,

Plus en détail

La santé des étudiants en 2013 8 ème enquête nationale

La santé des étudiants en 2013 8 ème enquête nationale Dossier de presse du 21 novembre 2013 Enquête santé / Vie étudiante / Chiffres clés La santé des étudiants en 2013 8 ème enquête nationale Un lien entre les la pratique des écrans et des jeux et le sommeil

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

Classification des troubles du sommeil ICSD-2

Classification des troubles du sommeil ICSD-2 Insomnies Classification des troubles du sommeil ICSD-2 Troubles respiratoires du sommeil Hypersomnies non dues à un trouble respiratoire du sommeil Troubles circadiens du rythme veillesommeil Parasomnies

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos?

Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos? Le pramipexole est un agoniste dopaminergique. Déjà autorisé pour le traitement de la maladie

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

Promotion de la Santé. Dormir. n est pas de tout repos

Promotion de la Santé. Dormir. n est pas de tout repos Promotion de la Santé Dormir n est pas de tout repos Madame, Monsieur, Nous souhaitons tous améliorer notre qualité de vie et notre bien-être. Notre santé est un bien inestimable, que chacun doit apprendre

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

IRBMS. Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM. Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT»

IRBMS. Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM. Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT» IRBMS http://www.irbms.com Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT» Auteur(s) : J.-D. Guieu Catégorie : Sport Santé

Plus en détail

Santé des jeunes et postures éducatives dans les zones urbaines. Christophe Moreau sociologue moreau@jeudevi.org

Santé des jeunes et postures éducatives dans les zones urbaines. Christophe Moreau sociologue moreau@jeudevi.org Santé des jeunes et postures éducatives dans les zones urbaines Christophe Moreau sociologue moreau@jeudevi.org 2012 Données de cadrage sur l adolescence jeunesse et la santé Les inégalités de santé :

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte 43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte Diagnostiquer les troubles du sommeil du nourrisson, de l enfant et de l adulte Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient RÉPONSES

Plus en détail

LE SOMMEIL DE LA P.A

LE SOMMEIL DE LA P.A LE SOMMEIL DE LA P.A I/ Les biorythmes Les rythmes biologiques ont une origine génétique, ce sont des rythmes endogè nes (horloge biologique) ; sous dépendance neuro- endocrinienne, l'hypothalamus en est

Plus en détail

Insomnies parentales: L enfant dort mal, la famille ne fonctionne plus. Dr. Cristina Exhenry Pédiatre FMH

Insomnies parentales: L enfant dort mal, la famille ne fonctionne plus. Dr. Cristina Exhenry Pédiatre FMH Insomnies parentales: L enfant dort mal, la famille ne fonctionne plus Dr. Cristina Exhenry Pédiatre FMH Menu Troubles du sommeil Prise en charge et conseils préventifs Troubles du sommeil Origine comportementale

Plus en détail

ADOS. Produit par le réseau québécois de l ACSM

ADOS. Produit par le réseau québécois de l ACSM ADOS Produit par le réseau québécois de l ACSM Bas-du-Fleuve Chaudière-Appalaches Côte-Nord Haut-Richelieu Lac-Saint-Jean Montréal Québec Rive-Sud de Montréal Saguenay Sorel/Saint-Joseph/Tracy L important

Plus en détail

Journée d'étude et de formation 22 novembre 2012

Journée d'étude et de formation 22 novembre 2012 Journée d'étude et de formation 22 novembre 2012 - LA GACILLY- SOMMEIL ET TRAVAIL DÉCALÉ Docteur Daniel Gloaguen QUELQUES NOTIONS IMPORTANTES 18 heures sans sommeil équivalent en terme de réflexes diminués

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE Page 1 of 9 CPM 03000 CIM-9 300.02 CIM-10 41.1 DÉFINITION Le Trouble d anxiété généralisée est caractérisé par une anxiété et des soucis

Plus en détail