Troubles du sommeil chez l adolescent

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Troubles du sommeil chez l adolescent"

Transcription

1 Année : 2009 N : Thèse pour le Doctorat en médecine Présentée par Magali QUIDU-BROUDER Née le à Clamart (92) Troubles du sommeil chez l adolescent Enquête en médecine générale Président : Professeur Denis DEVICTOR Directeur : Docteur Isabelle PENDOLA-LUCHEL

2 Remerciements Au Professeur Denis Devictor d avoir accepté de présider mon Jury de thèse. Au Docteur Isabelle Pendola-Luchel d avoir accepté de diriger mon travail pour sa première direction de thèse et d avoir toujours été présente à chaque étape de ce travail. Au Docteur Patrice Marie pour sa gentillesse et ses précieux conseils tout au long de mon travail. A Erwan Brouder pour son soutien durant ces longues années d études. A Rose-Marie Quidu, Michael Moscardo et Matthieu Quidu pour leur relecture et leurs remarques toujours constructives à propos de mon travail. A mes Maitres de stage les Docteurs Catherine Roméas, Michel Vautrin et Jean Walker, pour m avoir permis de diffuser les questionnaires dans leur cabinet. Aux membres du Jury de ma thèse pour leur présence. 2

3 Table des matières : 1. INTRODUCTION Aspect général du sujet Le sommeil en général Le sommeil à l adolescence Les troubles du sommeil à l adolescence Généralités sur les troubles du sommeil à l adolescence Troubles du sommeil et troubles psychiques L adolescent et son médecin généraliste Le médecin généraliste un interlocuteur privilégié de l adolescent? Le sommeil de l adolescent consultant MATÉRIEL ET MÉTHODES Description de l étude Construction du questionnaire RÉSULTATS Etude dans la population générale Caractéristiques générales sur la population étudiée (116 adolescents) Répartition de la population en fonction du sexe Répartition de la population en fonction de l âge et du sexe Nombre d heures de sommeil en fonction du sexe Nombre d heures de sommeil selon l âge et le sexe Les troubles du sommeil dans la population générale Trouble de l endormissement Trouble du maintien du sommeil Réveils précoces Cauchemars Qualité du sommeil Troubles du sommeil en fonction de l âge et du sexe Ressenti des parents Adolescents et médecin traitant Activités et consommations des adolescents Consommation d excitants et de médicaments pour dormir Activités avant de s endormir Retentissement diurne des troubles du sommeil

4 3.2. Etude dans la population dépressive Répartition dans la population générale Troubles du sommeil Cauchemars Activités et consommations des adolescents Consommation d excitants Activités avant de s endormir DISCUSSION Qualité et validité des résultats Principaux résultats dans la population générale Résultats chez les adolescents dépressifs ou à tendance dépressive CONCLUSION RÉFÉRENCES

5 Table des tableaux : Tableau I : Objectifs de la thèse et questions correspondantes Tableau II : Troubles du sommeil en fonction de l'âge parmi les filles Tableau III : Troubles du sommeil en fonction de l'âge parmi les garçons Tableau IV : Répartition des consommations d excitants et de médicaments pour dormir par sexe dans la population générale Tableau V : Détail de la consommation d excitants et de médicaments pour dormir parmi les populations présentant ou non des troubles du sommeil Tableau VI : Filles dépressives par tranche d'âge parmi la population générale Tableau VII : Garçons dépressifs par tranche d'âge parmi la population générale

6 Table des illustrations : Figure 1 : Questionnaire sommeil remis aux adolescents Figure 2 : Répartition Filles / Garçons Figure 3 : Répartition Filles / Garçons en fonction de l'âge Figure 4 : Répartition des heures de sommeil par sexe Figure 5 : Nombre d'heures de sommeil par âge, en semaine Figure 6 : Nombre d'heures de sommeil par âge, le week-end Figure 7 : Trouble de l'endormissement Figure 8 : Trouble du maintien du sommeil Figure 9 : Réveils précoces Figure 10 : Cauchemars dans la population générale Figure 11 : Ressenti de la qualité du sommeil Figure 12 : Ressenti des parents sur le sommeil de l'adolescent Figure 13 : Mauvaise qualité du sommeil et médecin traitant Figure 14 : Consommation d'excitants et de médicamentspour dormir Figure 15 : Troubles du sommeil et consommation d excitants et de médicaments pour dormir Figure 16 : Activités des adolescents avant de s'endormir Figure 17 : Retentissement des troubles du sommeil Figure 18 : Adolescents dépressifs ou à tendance dépressive parmi la population générale Figure 19 : Nombre d heures de sommeil par âge, la semaine, parmi les adolescents dépressifs Figure 20 : Nombre d heures de sommeil par âge le Weekend parmi les adolescents dépressifs Figure 21 : Troubles du sommeil chez les adolescents dépressifs ou à tendance dépressive comparés à ceux de la population générale Figure 22 : Pourcentage d adolescents dépressifs ou à tendance dépressive parmi les adolescents présentant des troubles du sommeil

7 Figure 23 : Cauchemars parmi la population dépressive ou à tendance dépressive Figure 24 : Cauchemars parmi la population non dépressive Figure 25 : Dépressifs parmi les adolescents faisant des cauchemars Figure 26 : Consommation d'excitants et de médicaments pour dormir Figure 27 : Répartition des activités dans la population dépressive Figure 28 : Caractéristiques de l adolescent dépressif ou à tendance dépressive

8 Table des abréviations : ADRS: Adolescent Depression Rating Scale GSM: Global System for Mobile communications HAS: Haute Autorité de Santé INSERM: Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale NIH: National Institute of Health Vs: Versus 8

9 1. INTRODUCTION 1.1. Aspect général du sujet Le sommeil en général Le sommeil, besoin physiologique essentiel, et pourtant encore mal connu, joue un rôle majeur, tant pour maintenir certaines fonctions homéostatiques du corps humain (régulation de la température interne, lutte contre les infections) que pour préserver l intégrité cognitive et de l individu (capacité de mémorisation, d apprentissage). Le sommeil est aussi un des facteurs essentiels à l assurance d une bonne vigilance diurne Il est également le reflet de la vie psychique puisqu un individu privé de sommeil paradoxal peut développer des troubles de l humeur de type dépressif [1]. L American Academy of Sleep Medicine le définit d ailleurs de la façon suivante : «le sommeil n est pas un moment de pause dans la journée. C est un état actif important pour renouveler notre santé mentale et physique chaque jour». Un sommeil de mauvaise qualité ou insuffisant peut entraîner une fatigue, des troubles de l attention, de la concentration et de la mémoire, une irritabilité, une somnolence diurne excessive, pouvant avoir des conséquences socioprofessionnelles importantes (diminution des performances professionnelles ou scolaires; absentéisme ), voire des conséquences dramatiques comme les accidents de travail ou de la voie publique. Chez l enfant et l adolescent, le sommeil exerce également un rôle fondamental sur la croissance et l apprentissage : C est pendant le sommeil profond que l hormone de croissance est principalement sécrétée [1]. Il a d ailleurs été observé des cas de nanisme «psychogène» par manque de sommeil ; c est aussi durant le sommeil lent profond que sont produites les hormones sexuelles Le sommeil à l adolescence À l adolescence, période de grands changements corporels, psychiques et sociaux, le rythme veille-sommeil se modifie et le temps consacré au sommeil diminue : la durée moyenne de sommeil passe ainsi de 10 h par nuit à 11 ans, à 7 h 30 par nuit à 18 ans (soit une perte de 1 heure de sommeil tous les 3 ans). Pourtant, dans une étude américaine de M. Carskadon [2] le besoin de sommeil ne semble pas diminuer à la puberté (avec une moyenne par nuit de 9,2 heures), bien qu il y ait une tendance biologique chez l adolescent à s endormir et à se réveiller plus tard que chez l enfant. Si beaucoup d adolescents préfèrent se coucher tard pour être «tranquilles et faire ce qu ils veulent» alors que tout le monde est couché, certains ne peuvent plus s endormir que très tard le soir et éprouvent d extrêmes difficultés à se réveiller le matin aboutissant à une vraie pathologie du sommeil appelée «retard de phase». 9

10 1.2. Les troubles du sommeil à l adolescence Généralités sur les troubles du sommeil à l adolescence Dans le rapport Versini (défenseure des enfants) [3] de 2007, les troubles du sommeil à l adolescence apparaissent comme très fréquents puisqu il y est noté qu un adolescent sur quatre est concerné par des problèmes d insomnie (avec une prédominance féminine). Il est aussi souligné que les adolescents ne parlent pas spontanément de ces troubles à leur médecin par pudeur mais aussi car ils ne perçoivent pas comme un trouble leurs cauchemars et leurs difficultés à s endormir. La forte consommation de psychotropes y est également signalée : un adolescent sur 10 consomme des médicaments pour dormir, pour le stress ou l anxiété. De nombreuses études soulignent la fréquence de ces troubles du sommeil, notamment l étude INSERM 94 de M. Choquet [4] effectuée sur jeunes de ans et qui rapporte les chiffres suivants : 41 % des adolescents éprouvent des difficultés à s endormir, 19,2 % se réveillent souvent la nuit, 8,6 % font souvent des cauchemars, 7 % s endorment la journée et près de 50 % d entre eux se sentent fatigués. Est-ce que ces troubles du sommeil s inscrivent dans le cadre de remaniements et de changements propres à cette période charnière, ou bien sont-ils le reflet d un véritable trouble psychique? Troubles du sommeil et troubles psychiques De nombreux travaux chez l adulte soulignent l intrication entre les troubles du sommeil et les désordres psychiques, en particulier dans la dépression et l anxiété. Chez l adulte, les perturbations du sommeil sont inhérentes à la dépression. Seuls 2,7 % des dépressifs dorment bien [5]. L insomnie apparait également être un signe précoce de la dépression. M. Ohayon, dans son étude de 2003 [6], montre que dans 40 % des dépressions, l insomnie est apparue avant le trouble de l humeur et dans 22 % en même temps. D autres travaux montrent que la privation de sommeil peut avoir une action antidépressive à court terme (par effet anxiogène) qui disparait à moyen et long terme et devient dépressogène. Par analogie, il a été signalé que la plupart des antidépresseurs réduisent la quantité de sommeil paradoxal et que la réponse à certains antidépresseurs est liée à la réduction du sommeil paradoxal [5]. Une ancienne étude américaine, de 1989 [7], montre que le traitement d une insomnie est préventif d une dépression (cette étude, néanmoins, n a jamais été reproduite). Il est donc important dans l interrogatoire du généraliste de repérer ces troubles du sommeil précocement avant qu une dépression ne soit totalement installée. Alors que chez l adulte, les relations entre troubles du sommeil et troubles psychiques sont bien établies, il en va différemment au sujet des adolescents, pour lesquels ces travaux sont beaucoup moins nombreux. Une étude de 2007 [8], menée chez 553 enfants et adolescents (âgés de 7 à 15 ans) ayant une dépression avérée, montre que 73 % présentent un trouble du sommeil (64 % d insomnie, 19 % d hypersomnie, 10 % les deux). 10

11 1.3. L adolescent et son médecin généraliste Le médecin généraliste un interlocuteur privilégié de l adolescent? Les troubles du sommeil sont relativement fréquents à l adolescence et ils peuvent parfois être un symptôme s inscrivant dans un trouble psychique mais les adolescents parlent rarement de ces problèmes à leur médecin traitant. Il semble donc utile que le praticien les interroge sur leur sommeil. Un généraliste voit, en moyenne, un adolescent par jour. Le plus souvent, comme le montre une étude française de 2001 [9], pour des plaintes respiratoires (26 %), des vaccinations ou la délivrance de certificats médicaux (26 %), mais rarement pour des problèmes d ordre psychologique (3,8 %). Les troubles du sommeil, quant à eux, n apparaissent jamais comme motif de consultation dans cette étude. À l heure où la santé des jeunes semble être une préoccupation importante et où il est question de revaloriser la consultation de l adolescent par le généraliste, il peut être intéressant de doter le praticien d outils lui permettant de mieux cerner, à partir d un questionnement sur le sommeil, les individus à risque dépressif Le sommeil de l adolescent consultant Le stage chez le praticien a été un moment privilégié pour réaliser cette étude, permettant d interroger sur leur sommeil tous les adolescents venant consulter leur généraliste, et cela quel que soit le motif de la consultation. Ceci, devant permettre de répondre à un objectif double: D abord de caractériser le sommeil de l adolescent et ses troubles, en mettant en exergue : Les caractéristiques générales de leur sommeil (durée du sommeil, pendant la semaine et le week-end en fonction de l âge et du sexe). La fréquence de certains troubles du sommeil dans cette population (difficulté d endormissement, troubles du maintien du sommeil, réveil précoce, insatisfaction du sommeil, somnolence diurne et cauchemars). Le retentissement diurne des troubles du sommeil (fatigue, difficulté à se réveiller le matin, absentéisme scolaire, stress). Ensuite, d isoler dans cette population d adolescents consultants, une population d adolescents dépressifs ou à risque dépressif (définie à l aide de l échelle ADRS 1 ) afin de déterminer s il existe des troubles du sommeil plus spécifiques dans cette population d adolescents fragilisés. Permettant, in fine, d identifier différentes questions que pourrait poser le médecin généraliste, lors de sa consultation, pour dépister au mieux ces états de mal être de l adolescent. 1 Adolescent Depression Rating Scale [10] : outil de dépistage des états dépressifs et sub-dépressifs chez l adolescent notamment recommandé par la Haute Autorité de Santé. Il s agit d un autoquestionnaire de 10 questions courtes qui permet d obtenir un score entre 0 et 10. Si le score est supérieur ou égal à 4, il témoigne d une souffrance psychique ; s il est supérieur ou égal à 7 il s agit d une dépression avérée. 11

12 2. MATÉRIEL ET MÉTHODES 2.1. Description de l étude Cette étude a été réalisée durant la période du 22/11/2007 au 02/05/2008 dans les cabinets de quatre médecins généralistes de la région parisienne. Deux de ces médecins exerçaient en zone urbaine (Paris et Sainte-Geneviève-des-Bois), les deux autres en zone semi-rurale (Arpajon et Bruyères-le-Châtel). Trois de ces médecins étaient mes maîtres de stage durant cette période et la quatrième ma directrice de thèse. Les données ont été recueillies de façon prospective. Tous les adolescents (de 12 ans révolus à 19 ans) consultant mes 3 maîtres de stages en ma présence, ainsi que les adolescents consultant dans le cabinet de ma directrice de thèse, ont reçu un questionnaire quel que soit le motif de consultation. Chaque adolescent n a été interrogé qu une seule fois, même s il s est présenté plusieurs fois en consultation durant cette période de recueil de données. Il n y a pas eu de consentement écrit demandé mais une information sur l objectif de l étude a été systématiquement donnée. Le questionnaire a été rempli de façon anonyme (pas de nom sur le questionnaire, qui, une fois rempli, a été mis dans une enveloppe, cachetée par l adolescent et ouverte à la fin du recueil), et par l adolescent seul (sans présence, aide et ou relecture des parents ou du médecin) Construction du questionnaire Le questionnaire qui a servi à l étude a été élaboré puis testé, préalablement, sur un échantillon ciblé, pour vérifier s il était intelligible et clair. Le premier objectif de ce questionnaire était d identifier, parmi une série de questions, les éléments suivants dans la population générale (c'est-à-dire sur l ensemble des questionnaires remplis par tous les adolescents): Les caractéristiques générales du sommeil chez l adolescent (durée dans la semaine et le week-end, et en fonction de l âge et du sexe). La fréquence de certains troubles du sommeil: insomnie d endormissement, difficulté du maintien du sommeil, réveil précoce, sensation de sommeil non réparateur, cauchemar, somnolence diurne. Les critères retenus dans cette étude pour définir l insomnie étaient ceux du National Institute of Health [11], c'est-à-dire : un des trois troubles suivants, trois fois par semaine depuis au moins un mois: Insomnie d endormissement (mettre au moins trente minutes pour s endormir). Insomnie de maintien du sommeil (se réveiller au moins deux fois par nuit avec difficulté à se rendormir). Insomnie par réveil précoce (se réveiller au moins une heure avant l heure choisie). 12

13 Retentissement des troubles du sommeil sur l adolescent (fatigue, difficultés à se réveiller le matin, absentéisme scolaire, stress, consommation de médicaments pour dormir). Identification des facteurs possibles d aggravation des troubles du sommeil: Prise d excitants (café, cigarettes, alcool, cannabis). Activité avant de dormir (internet, télévision, téléphone, lecture, jeux vidéo, travail scolaire). Perception de l adolescent et de son entourage sur son sommeil. Le second objectif de ce questionnaire était d isoler grâce à l échelle ADRS [10], précédemment définie, une population d adolescents dépressifs ou à tendance dépressive et ainsi de répondre aux questions suivantes: Quelle est la fréquence des troubles du sommeil dans cette population? Y a-t-il des troubles du sommeil plus spécifiques à l adolescent dépressif? Le tableau ci-dessous identifiait pour chacun des objectifs de l étude, les questions correspondantes qui devaient permettre d y répondre : Tableau I : Objectifs de la thèse et questions correspondantes Objectifs 1. Caractéristiques générales du sommeil chez l adolescent 2. Fréquence des différents troubles du sommeil 3. Retentissement des troubles du sommeil sur l adolescent Questions correspondantes Age? Sexe M/F Q1 : Combien d heures dors tu par nuit la semaine / le week-end? Q2 : As-tu des difficultés pour t endormir? si oui, depuis combien de temps? Combien de fois par semaine? Combien de temps mets tu pour t endormir? Q4 : Te réveilles-tu pendant la nuit? Combien de fois par semaine? Combien de fois par nuit? Depuis combien de temps? As-tu des difficultés à te rendormir? Q5 : Est-ce que tu fais souvent des cauchemars? Q7 : Est-ce qu il t arrive de te réveiller avant l heure prévue? Combien de temps avant? Combien de fois par semaine? Q13 : Penses-tu bien dormir? Q6 : Est-ce que tu as des difficultés à te réveiller le matin? Q8 : Est-ce que tu te sens fatigué(e) la journée? Q9 : T arrive t-il de t endormir pendant tes activités de la journée? Q10 : Est-ce que tu manques souvent l école? Q11 : Est-ce que tu te sens stressé(e)? 13

14 Objectifs 4. Identification des facteurs possibles d aggravation des troubles du sommeil Questions correspondantes Q3 : Que fais tu avant de t endormir? (TV, Lecture, Internet, Travail scolaire, Téléphone, Jeux vidéo) Q12 : Est-ce que tu consommes : cigarettes, cannabis, café, alcool? 5. Perception de l adolescent et de son entourage sur son sommeil 6. L isolation d une population d adolescents présentant un syndrome dépressif Q14 : Est-ce que tes parents pensent que tu dors bien? Q15 : Echelle ADRS 14

15 Figure 1 : Questionnaire sommeil remis aux adolescents 15

16 Saisie et exploitation des résultats : La saisie des questionnaires a été effectuée par tranche de 20 questionnaires sur la base de données ACCESS 2007 et l exploitation graphique des résultats a été faite à l aide du logiciel EXCEL

17 3. RÉSULTATS 3.1. Etude dans la population générale Caractéristiques générales sur la population étudiée (116 adolescents) Répartition de la population en fonction du sexe Figure 2 : Répartition Filles / Garçons Répartition de la population en fonction de l âge et du sexe Figure 3 : Répartition Filles / Garçons en fonction de l'âge 17

18 Nombre d heures de sommeil en fonction du sexe Figure 4 : Répartition des heures de sommeil par sexe Les filles dormaient en moyenne 2 heures de plus le week-end par rapport à la semaine, mais les garçons seulement 1,4 heures de plus Nombre d heures de sommeil selon l âge et le sexe Figure 5 : Nombre d'heures de sommeil par âge la semaine Chez les adolescentes le nombre d heures de sommeil par nuit la semaine variait de 9 heures (à 13 ans) à 6,9 heures (à 19 ans). Chez les adolescents le nombre d heures de sommeil par nuit la semaine oscillait entre 9.6 heures (à 12 ans) et 6,4 heures (à 18 ans). 18

19 Figure 6 : Nombre d'heures de sommeil par âge le week-end Les troubles du sommeil dans la population générale Trouble de l endormissement Figure 7 : Trouble de l'endormissement 19

20 Trouble du maintien du sommeil Figure 8 : Trouble du maintien du sommeil Réveils précoces Figure 9 : Réveils précoces 20

21 Cauchemars Figure 10 : Cauchemars dans la population générale Qualité du sommeil Figure 11 : Ressenti sur la qualité du sommeil 21

22 Troubles du sommeil en fonction de l âge et du sexe Tableau II : Troubles du sommeil en fonction de l'âge parmi les filles FILLES Total N= ans ans ans ans Trouble de l'endormissement Trouble du maintien du sommeil 27,8 % 15,4 % 39,1 % 31,6 % 17,6 % 12,5 % 0 % 21,7 % 0 % 23,5 % Réveil précoce 5,6 % 0 % 0 % 5,3 % 17,6 % Mauvaise qualité du sommeil 27,8 % 7,7 % 21,7 % 26,3 % 35,5 % Cauchemars 19,4 % 7,7 % 17,4 % 21,1 % 29,4 % Tableau III : Troubles du sommeil en fonction de l'âge parmi les garçons GARCONS Total N= ans ans ans ans Trouble de l'endormissement Trouble du maintien du sommeil 25 % 27,3 % 33,3 % 18,2 % 20 % 11,4 % 0 % 0 % 0 % 10 % Réveil précoce 4,5 % 0 % 0 % 0 % 20 % Mauvaise qualité du sommeil 18,2 % 18,2 % 16,7 % 0,0 % 20,0 % Cauchemars 6,8 % 18,2 % 0 % 0 % 10 % 22

23 Ressenti des parents Figure 12 : Ressenti des parents sur le sommeil de l'adolescent Adolescents et médecin traitant Figure 13 : Mauvaise qualité du sommeil et médecin traitant 23

24 Activités et consommations des adolescents Consommation d excitants et de médicaments pour dormir Figure 14 : Consommation d'excitants et de médicaments pour dormir Tableau IV : Répartition des consommations d excitants et de médicaments pour dormir par sexe dans la population générale Cigarette Cannabis Café Alcool Médicaments Filles consommant «occasionnellement» Garçons consommant «occasionnellement» Filles consommant «souvent» 11,1 % 8,3 % 15,3 % 56,9 % 8,3 % 15,9 % 11,4 % 29,5 % 36,5 % 4,5 % 19,4 % 1,4 % 16,7 % 0,0 % 0,0 % Garçons consommant «souvent» 13,6 % 9,1 % 11,4 % 0,0 % 0,0 % 24

25 Figure 15 : Troubles du sommeil et consommation d excitants et de médicaments pour dormir Tableau V : Détail de la consommation d excitants et de médicaments pour dormir parmi les populations présentant ou non des troubles du sommeil Consommations Adolescents présentant des troubles du sommeil Adolescents ne présentant pas des troubles du sommeil Population générale Cigarettes Cannabis Café Alcool Médicaments Occasio nnellem ent Souvent Occasio nnellem ent Souvent Occasionn ellement Souvent Occasionn ellement Souvent Occasionn ellement Souvent 15,6% 20,0% 13,3% 4,4% 20,0% 20,0% 55,6% 0,0% 13,3% 0,0% 11,1% 15,3% 6,9% 4,2% 20,8% 11,1% 44,4% 0,0% 2,8% 0,0% 12,9% 17,2% 9,5% 4,3% 20,7% 14,7% 49,1% 0,0% 6,9% 0,0% 25

26 Activités avant de s endormir Figure 16 : Activités des adolescents avant de s'endormir Retentissement diurne des troubles du sommeil Figure 17 : Retentissement des troubles du sommeil 26

27 3.2. Etude dans la population dépressive Répartition dans la population générale Figure 18 : Adolescents dépressifs ou à tendance dépressive parmi la population générale Tableau VI : Filles dépressives par tranche d'âge parmi la population générale FILLES ans ans ans ans Nombre total Nombre d adolescentes dépressives ou à tendance dépressive Pourcentage 7,7 % 34,8 % 31,6 % 29,4 % Tableau VII : Garçons dépressifs par tranche d'âge parmi la population générale GARCONS ans ans ans ans Nombre total Nombre d adolescents dépressifs ou à tendance dépressive Pourcentage 36,4 % 25 % 18,2 % 10 % 27

28 Figure 19 : Nombre d heures de sommeil par âge, la semaine, parmi les adolescents dépressifs Figure 20 : Nombre d heures de sommeil par âge, le week-end, parmi les adolescents dépressifs 28

29 Troubles du sommeil Figure 21 : Troubles du sommeil chez les adolescents dépressifs ou à tendance dépressive comparés à ceux de la population générale Figure 22 : Pourcentage d adolescents dépressifs ou à tendance dépressive parmi les adolescents présentant des troubles du sommeil 29

30 Cauchemars Figure 23 : Cauchemars parmi la population dépressive ou à tendance dépressive Figure 24 : Cauchemars parmi la population non dépressive 30

31 Figure 25 : Dépressifs parmi les adolescents faisant des cauchemars 3.3. Activités et consommations des adolescents Consommation d excitants Figure 26 : Consommation d'excitants et de médicaments pour dormir 31

32 Activités avant de s endormir Figure 27 : Répartition des activités dans la population dépressive Figure 28 : Caractéristiques de l adolescent dépressif ou à tendance dépressive 32

33 4. DISCUSSION Cette étude tentait, dans une première partie, de souligner les principales caractéristiques du sommeil des adolescents consultant leur généraliste ainsi que la fréquence des principaux troubles du sommeil dans cette population ; puis, dans une seconde partie, de déterminer quelques particularités du sommeil de l adolescent à tendance dépressive ou dépressif Qualité et validité des résultats Les questionnaires de cette étude ont été remplis par les adolescents dans le cabinet médical durant la consultation de façon totalement anonyme. Dans ce contexte, 121 questionnaires ont été recueillis: 116 questionnaires ont pu être exploités. 5 questionnaires, insuffisamment remplis, n ont pu être utilisés. Le fait que ces questionnaires aient été donnés de façon totalement anonyme est un gage de reproductibilité puisque non interrogatoires dépendants. Certaines faiblesses de l enquête étaient tout de même à souligner : Les 116 adolescents ayant répondu au questionnaire n étaient pas issus d un échantillon représentatif de la population générale mais de la patientèle de quatre médecins généralistes exerçant dans une zone géographique plutôt aisée. Cet échantillon de 116 adolescents était relativement de faible effectif comparé, par exemple, à l enquête nationale INSERM 1994, Adolescents, de M. Choquet [4] qui portait sur plus de adolescents, et ne permettait donc pas de dégager des résultats statistiquement significatifs. La question N 14, portant sur le ressenti des parents au sujet de la qualité du sommeil de l adolescent, n avait qu une valeur indicative du fait que cette question avait été posée à l adolescent lui-même, et non à ses parents. 33

34 4.2. Principaux résultats dans la population générale Parmi les 116 adolescents consultants, les caractéristiques suivantes étaient à souligner : Quantité de sommeil : Les résultats suivants ont été constatés : Les filles dormaient en moyenne 7,9 heures, la semaine, vs 9,9 heures, le week-end (figure 6). Les garçons dormaient en moyenne 8,4 heures, la semaine, vs 9,8 heures, le week-end (figure 6). Pour les deux sexes, on observait un rattrapage de sommeil le week-end. Celuici était moins important chez les garçons qui dormaient en moyenne plus, la semaine, que les filles. Pour les deux sexes et quel que soit l âge, les adolescents dormaient tous en moyenne plus de 9 heures par nuit le week-end (figure 6). Chez les filles : o La moyenne d heures de sommeil par nuit en semaine avait tendance à diminuer avec l âge (figure 5), passant de 9 heures à 13 ans à 6,9 heures à 19 ans (soit une perte de 2,1 heures). o La moyenne d heures de sommeil par nuit le week-end variait seulement de à 0,9 heures (avec un maximum de 10,3 heures à 14 ans et un minimum de 9,4 heures à 17 ans). Chez les garçons : o La moyenne d heures de sommeil par nuit en semaine diminuait de plusieurs heures avec l âge passant de 9,6 heures à 12 ans, à 6,4 heures à 18 ans soit une perte de 3,2 heures. o La moyenne d heures de sommeil par nuit le week-end restait relativement stable avec l âge (avec un maximum de 10,6 heures à 16 ans et un minimum de 9 heures à 14 ans). Ces derniers résultats se retrouvent dans l étude de M. Carscadon [2] qui montre que les adolescents entre 10 et 17 ans dorment en moyenne 9,2 heures lorsqu on les laisse dormir sans réveil imposé, indiquant, ainsi, que le besoin de sommeil ne diminue pas à la puberté. Les adolescents avaient donc tendance à rattraper le week-end, le retard de sommeil qu ils avaient accumulé en semaine. Ce phénomène était particulièrement prononcé chez les filles et s accentuait pour tous avec l âge. Ce rattrapage était parfois mal vécu chez certains parents qui reprochaient à leurs enfants de «traîner» au lit le week-end. Il est important pour le médecin généraliste d expliquer à ces parents, les raisons de ces réveils tardifs afin de les tolérer dans la mesure du raisonnable. 34

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 1 Sommaire Enquête sur les représentations, les attitudes, les connaissances et les pratiques du sommeil des jeunes adultes en France...3 Les durées

Plus en détail

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs 06 NOVEMBRE 2014 Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs Roger Godbout, Ph.D. Laboratoire et Clinique du sommeil, Hôpital Rivière-des-Prairies Département de psychiatrie, Université de Montréal

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

En quoi consistera ce jeu?

En quoi consistera ce jeu? 1 Projet Comité d Education à la Santé et à la Citoyenneté inter degré Création jeu par les élèves de l école du Gliesberg, de l école Martin Schongauer et du collège Hans Arp de Strasbourg Création d

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 :

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 : Module 04 : le sommeil Module 04 : le sommeil Ce module comprend les sections suivantes : Messages clés Problèmes de sommeil courants Les médicaments et le sommeil Conseils provenant de familles sur les

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation.

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation. Madame, Monsieur, La santé est un bien précieux que chacun doit absolument apprendre à gérer au mieux de ses intérêts. Elle doit être prise sous tous ses aspects, c est-à-dire, non seulement comme l absence

Plus en détail

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées FATIGUE ET SOMMEIL Conférence de presse du 21 Mars 2007 LJ COM Pénélope BRUET / Delphine ERIAU Contact TNS Healthcare Nadia AUZANNEAU / Céline LEROY 01 40 92 45 57 / 24 15 nadia.auzanneau@tns-global.com

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours

Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Santé Publique Santé Travail Travail d Application Tutoré année 2010 Quatrième

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2015 emevia - La santé des étudiants en 2013 1 emevia - La santé des étudiants en 2013 2 1. Contexte et objectifs emevia est le premier réseau de mutuelles étudiantes de proximité EmeVia

Plus en détail

La perte de vigilance ou l'attention perturbée

La perte de vigilance ou l'attention perturbée ANNEXE F La perte de vigilance ou l'attention perturbée I Perte de vigilance II Attention perturbée ou «distraction» DGO / étude des accidents corporels 2007-2011 1 DGO / étude des accidents corporels

Plus en détail

Analyse de l enquête de consommation de boissons énergisantes

Analyse de l enquête de consommation de boissons énergisantes Analyse de l enquête de consommation de boissons énergisantes Territoire de Thourotte (60) 2014 Depuis 2013, la Mutuelle Familiale en partenariat avec l IRBMS sensibilise ses adhérents à la consommation

Plus en détail

Comportements addictifs

Comportements addictifs Comportements addictifs Les cyberdépendances Addictions comportementales, Qu est-ce que c est? L addiction, au sens général, peut se définir par une envie incontrôlable et répétée, de consommer un produit

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

SOMMEIL ET SCOLARITÉ 7

SOMMEIL ET SCOLARITÉ 7 7 SOMMEIL ET SCOLARITÉ AVANT-PROPOS Chacun sait qu un sommeil de qualité et en Il est donc primordial d informer enfants, quantité suffisante est indispensable pour parents, enseignants et plus largement

Plus en détail

IRBMS. Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM. Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT»

IRBMS. Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM. Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT» IRBMS http://www.irbms.com Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT» Auteur(s) : J.-D. Guieu Catégorie : Sport Santé

Plus en détail

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2 Quel est le profil d utilisation de services de santé par les jeunes qui se sont suicidés? Johanne Renaud M.D. M.Sc. FRCPC Université McGill, Groupe McGill d études sur le suicide Directrice médicale Programme

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Bien-être et information sur la santé

Bien-être et information sur la santé ( Bien-être et santé sont indissociablement liés. Des enquêtes qualitatives menées auprès des jeunes rapportent le stress et la fatigue parmi les principaux problèmes de santé. L ennui est aussi souvent

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2015"

La santé des étudiants en 2015 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE

POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE Table des matières INTRODUCTION... 2 POURQUOI UNE POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE... 3 L'IMPORTANCE DE LA SIESTE ET DU RESPECT DES RYTHMES BIOLOGIQUES... 3 À

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique. Plan:

Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique. Plan: Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique CMRR Nice Emmanuel Mulin mulin.e@chu-nice.fr Plan: Préambule Apathie et maladie d Alzheimer Sommeil et maladie d Alzheimer Données

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

Les effets nocifs du bruit sur l'homme

Les effets nocifs du bruit sur l'homme La santé n'est pas seulement l'absence de maladie mais un état de complet bien être physique, mental et social (OMS) Le bruit est un ensemble confus de sons non désirés (Littré) ou un ensemble de sons

Plus en détail

Évaluation et traitement de l insomnie associée au cancer

Évaluation et traitement de l insomnie associée au cancer Évaluation et traitement de l insomnie associée au cancer Josée Savard, Ph.D. Professeure titulaire École de psychologie, Université Laval Centre de recherche du CHU de Québec et Centre de recherche sur

Plus en détail

2004 2014 : un risque a chassé l autre

2004 2014 : un risque a chassé l autre 2004 2014 : un risque a chassé l autre En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite aussi. Pour autant le poids des bons et mauvais conducteurs est resté stable, de

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Le Bien-être et les jeunes professionnels

Le Bien-être et les jeunes professionnels Le Bien-être et les jeunes professionnels Contexte La conférence sur le thème le bien être et les jeunes professionnels s inscrit dans le cadre du forum de l entreprise édition 2014 sous le thème générique

Plus en détail

A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg

A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg Sommeil de courte durée, vigilance et travail de nuit A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg Sommeil de

Plus en détail

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Diaporama réalisé à partir des résultats du questionnaire passé par 648 lycéens du Lycée Hector Berlioz Définition des nouvelles technologies

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Une étude Ipsos Public Affairs / A.P.E.A.S Janvier 01 Nobody s Unpredictable

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Gina Sanders. Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal!

Gina Sanders. Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal! Gina Sanders Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal! Tous concernés! De quoi s agit-il? encontrer ponctuellement des dif cultés pour s endormir, se réveiller en pleine nuit ou se retrouver debout

Plus en détail

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Alain Marchand Pierre Durand École de relations industrielles

Plus en détail

Conférence sur l addiction au numérique du 21 mars 2013

Conférence sur l addiction au numérique du 21 mars 2013 Conférence sur l addiction au numérique du 21 mars 2013 Intervenants : Dr NEKAA (addictologue praticien hospitalier) Mme Crouzet (police nationale) Dr NEKAA Il ne faut pas diaboliser les jeux vidéo, internet

Plus en détail

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE Avant d aborder le sujet de l amélioration du sommeil, permettez-moi de vous présenter quelques faits concernant le sommeil. Plusieurs études ont démontré qu on a besoin

Plus en détail

Politique du sommeil

Politique du sommeil Politique du sommeil Centre de la Petite Enfance Beauce-Sartigan Politique du sommeil Novembre 2012 Objectif; L objectif de cette politique est de guider le personnel éducateur et d informer les parents

Plus en détail

Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes?

Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes? Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes? Baromètre santé jeunes 2010 Dossier de presse Juin 2013 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

L'usager est prêt. L'usager n'est pas prêt. Outil d évaluation 1 : L usager est-il prêt à s engager dans une démarche pour mieux gérer son énergie?

L'usager est prêt. L'usager n'est pas prêt. Outil d évaluation 1 : L usager est-il prêt à s engager dans une démarche pour mieux gérer son énergie? Outil d évaluation 1 : L usager est-il prêt à s engager dans une démarche pour mieux gérer son énergie? Nom de l usager L'usager est prêt L'usager vit un malaise par rapport à la fatigue ; il identifie

Plus en détail

SOMMEIL ET TRAVAIL 6

SOMMEIL ET TRAVAIL 6 6 SOMMEIL ET TRAVAIL AVANT-PROPOS En médecine du travail, 20 à 40% des salariés se plaignent de leur sommeil avec pour principale conséquence la somnolence et son corolaire la baisse de vigilance. Les

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Estimations des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet et François Beck Note 2015-02 du 21 avril 2015 L enquête ESCAPAD Cette note présente les premières exploitations

Plus en détail

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue ANAMNÈSE - 1 - (N.B. : le carnet de santé de votre enfant peut vous être utile pour remplir ce questionnaire) Nom de la personne qui complète ce questionnaire : Informations générales Nom de l enfant :

Plus en détail

Introduction. La prévalence. Diagnostic. http://www.univadis.fr

Introduction. La prévalence. Diagnostic. http://www.univadis.fr Le diagnostic du syndrome des jambes sans repos de l adulte Docteur Marie-Françoise VECCHIERINI Praticien au Centre du Sommeil et de la Vigilance - Hôtel-Dieu de Paris Introduction Le syndrome des jambes

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 BULLE D AIR Auteurs 1. Référent contact Responsable du projet: Mme BOISSEAU Béatrice Intervenante bien-être Mme PESCHARD Aurélie Enseignante EPS et professeur

Plus en détail

LA VIGILANCE AU VOLANT

LA VIGILANCE AU VOLANT LA VIGILANCE AU VOLANT C O N S E I L S P R É V E N T I O N Apprenez à rester vigilant www.groupama.fr SOMMAIRE 1 Les signes avant-coureurs de la somnolence p. 4 2 Les effets de la somnolence sur la conduite

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

La santé des adolescents à la loupe Données françaises de l enquête internationale Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) 2010

La santé des adolescents à la loupe Données françaises de l enquête internationale Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) 2010 La santé des adolescents à la loupe Données françaises de l enquête internationale Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) 2010 Dossier de presse Septembre 2012 Contacts presse Inpes : Vanessa

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Besoin de soins en santé mentale versus besoin de soins en pédopsychiatrie. Approche épidémiologique

Besoin de soins en santé mentale versus besoin de soins en pédopsychiatrie. Approche épidémiologique Neuropsychiatrie de l enfance et de l adolescence 57 (2009) 494 501 Conférence plénière Besoin de soins en santé mentale versus besoin de soins en pédopsychiatrie. Approche épidémiologique Mental health

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

RAPPELS PHYSIOLOGIQUES SUR LE SOMMEIL :

RAPPELS PHYSIOLOGIQUES SUR LE SOMMEIL : RAPPELS PHYSIOLOGIQUES SUR LE SOMMEIL : Notre besoin de sommeil est rythmé comme une horloge (rythme chronobiologique ). Ce rythme nous impose des périodes de veille et de sommeil qui alternent au cours

Plus en détail

Etude conduite par les Missions locales et les Centres d examens de santé de l Assurance Maladie

Etude conduite par les Missions locales et les Centres d examens de santé de l Assurance Maladie «Bien-être, mal-être? Mieux vous connaître» - décembre 2009 La souffrance psychique et la santé mentale des jeunes en insertion Etude conduite par les Missions locales et les Centres d examens de santé

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

Comment vas-tu? Quand tu réponds, essaie de penser à la semaine dernière, c est à dire aux sept derniers jours.

Comment vas-tu? Quand tu réponds, essaie de penser à la semaine dernière, c est à dire aux sept derniers jours. Les ID Comment vas-tu? Questionnaire pour les enfants Bonjour! Ce questionnaire est composé de plusieurs parties. Tes réponses nous sont nécessaires pour mieux comprendre ce qui, à ton avis, est important

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

«Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant?

«Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant? «Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant? Thèse présentée et soutenue publiquement Le 17 juin 2014 Pour obtenir le Diplôme d État

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Questionnaire sur les Antécédents Linguistiques. (Version 2.0, 2012)

Questionnaire sur les Antécédents Linguistiques. (Version 2.0, 2012) Questionnaire sur les Antécédents Linguistiques (Version 2.0, 2012) Voyez http://cogsci.psu.edu/ pour l usage et crédit en ligne Veuillez fournir vos coordonnées ci-dessous: Nom: Email: Téléphone: Veuillez

Plus en détail

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS)

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) dmt Risques psychosociaux : out ils d é va lua t ion FRPS 13 CATÉGORIE ATTEINTE À LA SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) LANGEVIN V.*, FRANÇOIS M.**, BOINI S.***, RIOU

Plus en détail

Alerte à la fatigue au volant. Conférence-Neige Saint-Hyacinthe, mai 2011

Alerte à la fatigue au volant. Conférence-Neige Saint-Hyacinthe, mai 2011 Alerte à la fatigue au volant Conférence-Neige Saint-Hyacinthe, mai 2011 Société de l assurance automobile du Québec, 2010 Fatigué? Vue d ensembled 1. Introduction 2. Contexte et problématique 3. La fatigue

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 60 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes de

Plus en détail

Apport des données EVREST dans l évaluation de la pénibilité des métiers du BTP touchant l épaule et le rachis

Apport des données EVREST dans l évaluation de la pénibilité des métiers du BTP touchant l épaule et le rachis Apport des données EVREST dans l évaluation de la pénibilité des métiers du BTP touchant l épaule et le rachis L.FAUQUEMBERGUE(1), G. ARASZKIEWIRZ (1), C.DEGRASSAT(2) A.LEROYER(3), S.VOLKOFF(4) et les

Plus en détail

DEMANDE EN TRAITEMENT D ORTHODONTIE A MADAGASCAR : INFLUENCE DE L AGE, DU SEXE ET DU STATUT SOCIO-ECONOMIQUE.

DEMANDE EN TRAITEMENT D ORTHODONTIE A MADAGASCAR : INFLUENCE DE L AGE, DU SEXE ET DU STATUT SOCIO-ECONOMIQUE. DEMANDE EN TRAITEMENT D ORTHODONTIE A MADAGASCAR : INFLUENCE DE L AGE, DU SEXE ET DU STATUT SOCIO-ECONOMIQUE. RANDRIANARIMANARIVO HM, RASOANIRINA MO, ANDRIAMBOLOLO-NIVO OR, ANDRIAMBOLOLO-NIVO RD. Institut

Plus en détail

Un danger vous guette Soyez vigilant

Un danger vous guette Soyez vigilant Un danger vous guette Soyez vigilant Vous prenez un sédatif-hypnotique Alprazolam (Xanax ) Chlorazépate Chlordiazépoxide Chlordiazépoxideamitriptyline Clidinium- Chlordiazépoxide Clobazam Clonazépam (Rivotril,

Plus en détail

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI Elise CHIRON 1, Yves ROQUELAURE 1, Catherine HA 2, Annie TOURANCHET 3, Annette LECLERC 4, Marcel

Plus en détail

Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi

Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi Divorcer ou conduire, il faut choisir Le risque de subir un accident de voiture est multiplié par quatre pendant les périodes de divorce

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

paris descartes le sommeil le 16 mars!

paris descartes le sommeil le 16 mars! de l université paris descartes LE SOMMEIL Qu est-ce que le sommeil? Sommeil et culture Les 10 règles du sommeil Bien dormir pour bien réussir La sieste au travail La journée du sommeil : le 16 mars! ÉDITO

Plus en détail

PREVENTION OF MSL FOR VDT USERS IN A LARGE SERVICE ORIENTED BUSINESS

PREVENTION OF MSL FOR VDT USERS IN A LARGE SERVICE ORIENTED BUSINESS INTERVENTION POUR PRÉVENIR LES TMS CHEZ LES UTILISATEURS DE TEV DANS UNE GRANDE ENTREPRISE DE SERVICE ROBERT ALIE Régie régionale de la santé et des services sociaux de la Montérégie 12, rue Beauregard,

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

Brochure cannabis 21/02/05 4:17 PM Page 1 cannabis au volant

Brochure cannabis 21/02/05 4:17 PM Page 1 cannabis au volant cannabis au volant Réalisation Association des intervenants en toxicomanie du Québec inc. www.aitq.com Cannabis au volant cool ou risqué? Cette brochure a pour but de t informer de l impact du cannabis

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Troubles de la vigilance au travail Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Sandrine Launois-Rollinat Patrick Lévy, Jean-Louis Pépin,

Plus en détail