RAPPORT D ACTIVITES DE l APDRA-F ANNEE 2005

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ACTIVITES DE l APDRA-F ANNEE 2005"

Transcription

1 A P D R A - F Association Pisciculture et Développement Rural en Afrique tropicale humide - France RAPPORT D ACTIVITES DE l APDRA-F ANNEE 2005 Rapport provisoire Février 2006 APDRA-F Rapport d activités 2005

2 LISTE DES SIGLES USITES AFD : Agence Française de Développement AFVP : Association Française des Volontaires du Progrès APDRA-CI : Association Pisciculture et Développement Rural en Afrique tropicale humide Côte d Ivoire APDRA-F : Association Pisciculture et Développement Rural en Afrique tropicale humide France BAD : Banque Africaine de Développement CCFD : Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement CIFORD : Centre d Information, de Formation et de Recherche pour le Développement CIRAD : Centre International de Recherche Agronomique pour le Développement CNEARC : Centre National d Etudes Agronomiques en Région Chaudes ENSAR : Ecole Nationale Supérieure d Agronomie de Rennes ENSAM: Ecole Supérieure d Agronomie de Montpellier FAO : Food and Agriculture Organization FSD : Fond social de développement INA PG : Institut National Agronomique de Paris Grignon INRA : Institut National de la Recherche Agronomique IRAM : Institut de Recherche et d Applications des méthodes de Développement IREDEC : Institut de Recherche et d application de méthodes de Développement Communautaire ISARA : Institut Supérieur d'agriculture Rhône-Alpes ISTOM : Ecole supérieure d agro-économie internationale MAE : Ministère des Affaires Etrangères MINAGRA : MINistère de l AGriculture et des Ressources Animales de Côte d'ivoire ONG : Organisation Non Gouvernementale OPP : Organisation Professionnelle Piscicole PDPA : Projet de Développement de la Pisciculture Artisanale (Côte d Ivoire) PPCO : Projet Piscicole du Centre Ouest PPGF : Projet Piscicole de Guinée Forestière PSD : Programme Spécial de Développement SCAC : Service de Coopération et d Action culturelle SEAPB : Service d Etude et d Appui aux Populations à la base 2

3 TABLE DES MATIERES 1 NOS PARTENAIRES LES ACTEURS DE LA SOLIDARITE EN FRANCE L AFVP Le CCFD Comité CCFD Savoie ASSAJUCO LES ACTEURS DE LA COOPERATION BILATERALE Le Ministère des Affaires Etrangères L Agence Française de Développement La Commission Européenne LES ACTEURS DE LA COOPERATION DECENTRALISEES En Ile de France Le Conseil Régional d Ile de France Le Conseil Général de l Essonne La mairie de Massy Les acteurs lorrains avec l antenne APDRA-F Lorraine La Région Lorraine Le Conseil général de la Meurthe-et-Moselle L université de Nancy I La FLAC et le Domaine de Lindre Les autres acteurs régionaux La Région Centre Le Conseil Régional de Basse Normandie NOS PARTENAIRES OPERATIONNELS EN AFRIQUE Nos partenaires privilégiés : Les organisations professionnelles de pisciculture (OPP) Les ONG locales opérateurs de développement LES AUTRES PARTENAIRES : L AGENCE DE L EAU SEINE NORMANDIE, LA GUILDE EUROPEENNE DU RAID LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT PISCICOLES GUINEE FORESTIERE : REDEMARRAGE DU PROJET PPGF PROJETS D APPUI A L ORGANISATION DE LA PROFESSION PISCICOLE EN COTE D IVOIRE Action soutenue par le MAE et le CCFD Action soutenue par le CRIF PHASE DE TRANSITION A MADAGASCAR EN PROJET FINANCE PAR LA COMMISSION EUROPEENNE ET DEMANDE DE FSD AU CAMEROUN ETUDE DE FAISABILITE EN MAURITANIE

4 3 LES ACTIONS DE FORMATION FORMATIONS PONCTUELLES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE FORMATIONS DE VOLONTAIRES AVANT LEUR DEPART SUR DES PROJETS PISCICOLES FORMATIONS DE CADRES AFRICAINS ENCADREMENTS DE STAGIAIRES ET ACTIONS DE RECHERCHE-DEVELOPPEMENT RECHERCHE DE FINANCEMENTS RECHERCHE DE FINANCEMENTS AUPRES D ACTEURS PRIVES LA COOPERATION DECENTRALISEE EN FRANCE VIE DE L ASSOCIATION FONCTIONNEMENT DE L ASSOCIATION Bureaux Fonctionnement du Conseil d'administration Activités des membres Universités d été COMMUNICATION ET RESEAU ASSOCIATIF La «Voix des (rizi)pisciculteurs Des calendriers fortement appréciés des pisciculteurs La "newsletter" Le site Internet DEVELOPPEMENT D ANTENNES LOCALES A L ETRANGER ET RENFORCEMENT DE ANTENNES LOCALES EN FRANCE ACTIONS ENVISAGEES POUR

5 INTRODUCTION L APDRA-F, association de solidarité internationale à but non lucratif, développe en Afrique tropicale humide des projets de développement en pisciculture et de structuration de la profession avec appui technique et organisationnel auprès des groupes de pisciculteurs. L activité piscicole constitue une activité rentable qui s intègre bien dans avec les activités agricoles déjà mise en place par le paysan. Elle permet de valoriser des bas-fonds en s appuyant sur les atouts du milieu environnant et permet à un niveau économique de renforcer les revenus des pisciculteurs et de sécuriser leur trésorerie. La pisciculture constitue donc une activité intégrée dans le cadre agricole, environnemental et économique des paysans ; elle permet de renforcer la sécurité alimentaire et de favoriser leur développement économique. Le poisson constitue une denrée alimentaire capitale dont la demande ne cesse d augmenter. La part du poisson est très élevée dans les apports de protéines animales dans les pays en développement. L APDRA-F développe des projets qui proposent des activités économiques visant à satisfaire cette demande. Par ailleurs, la dégradation du milieu par le développement agricole s avère importante particulièrement en milieu humide : disparition de la forêt secondaire (et primaire) au profit des fourrés et des plantations, baisse des précipitations, augmentation de la densité de la population rurale, augmentation des feux de brousse et assèchements des bas-fonds. Bien que difficiles à cultiver, ces derniers sont de plus en plus exploités et leur fertilité se dégrade aussi. L aménagement des bas-fonds en étangs piscicoles par les projets développés par l APDRA-F constitue une solution pour aménager et restaurer ces milieux humides sources de revenus économiques des populations africaines rurales donc défavorisées. La pisciculture représente une diversification de l activité agricole présentant de fortes potentialités de restauration d agrosystèmes. Forte de la réussite de ses expériences passées, l APDRA-F voit dans le développement de la pisciculture paysanne un moyen de lutter contre la pauvreté et la malnutrition, particulièrement au niveau du déficit protéique des populations les plus défavorisées. L APDRA-F mène des actions dans plusieurs domaines : des opérations de développement, des actions de recherche-développement, des formations, des actions d animation d un réseau d acteurs du développement piscicole, 5

6 A la fin 2005, l APDRA-F comprenait 34 membres dont une douzaine de bénévoles actifs (qui représentent plus d un poste à temps plein). En 2005, les ressources humaines de l APDRA-F se sont renouvelées avec le recrutement d un responsable pour le projet Guinée et celui en décembre d un conseiller projet à Madagascar qui viendra appuyer la responsable du projet. Au niveau des projets de développement sur le terrain, l APDRA-F a vu le volume et le nombre de ses activités augmenter de façon significative avec l accord de la Commission européenne pour un projet de développement d une pisciculture villageoise dans les régions Centre et Ouest du Cameroun, le démarrage d un projet de structuration des dynamiques (rizi)piscicoles paysannes informelles de Bétafo à Madagascar et la reprise du projet PPGF. Le projet de structuration de la profession en Côte d Ivoire a continué son déroulement. Une étude commanditée par le SCAC de Nouakchott en Mauritanie a été réalisée par l APDRA-F en juin et juillet Au niveau de ses activités de formation, un nouveau volontaire a été formé par l APDRA-F avant de partir en Guinée sur le PPGF et la formation de cadres africains sur l identification, le pilotage et l évaluation d opérations de développement agricole de la pisciculture a eu lieu cette année entre début juin et mi-juillet avec deux stagiaires malgaches et deux stagiaires guinéens. Dans le cadre du partenariat AFVP-APDRA-F, deux volontaires participent à ces projets et devraient être trois en Par ailleurs l'appui à la recherche-développement, la recherche de financements, la prospection de nouveaux projets et l'animation d'un réseau d'acteurs intéressés par le développement de la pisciculture tropicale se sont également poursuivis durant toute l année 2005, soutenus par nos nombreux partenaires financiers et opérationnels (AFVP, CCFD, AFD, Conseil Régional d'ile-de-france, Ministère des Affaires Etrangères ). La réflexion sur les perspectives de développement de l APDRA-F, le fonctionnement associatif et la participation des membres se sont également poursuivis en Le développement à Madagascar, en Guinée et au Cameroun d antennes locales de l APDRA-F vise à permettre à l association d une part de maintenir une représentation sur place et d autre part de disposer au niveau local des compétences spécifiques à l APDRA-F en termes de Recherche&Développement et de politique de développement. Si les modèles techniques peuvent aisément être transférés aux opérateurs locaux, permettant ainsi une démultiplication des actions sur place auprès des paysans, le rôle joué par l APDRA-F en tant qu interface entre la recherche et les paysans reste difficilement transférables aux opérateurs locaux. 6

7 Antenne Basse Normandie Chez SANCHEZ Stéphane 2, rue Nashville Caen LOROMONTZEY Antenne Lorraine Chez COLIN Damien Hameau de Loro LOROMONTZEY Antenne Centre Chez PAJON Bertrand Pisciculture de la Morionière JOUY LE POTIER Antenne Auvergne Antenne Aquitaine Antenne Languedoc Roussillon Le développement en France des antennes locales APDRA-F s est poursuivi : nouvelle antenne en Basse Normandie, continuation avec l antenne Centre et démarches pour celle d Auvergne, d Aquitaine, et de Languedoc Roussillon, renforcement de l antenne Lorraine. L antenne locale de Basse Normandie changera d adresse après le déménagement de son actuel représentant. Ces antennes locales visent à créer une dynamique régionale, mobilisant l ensemble des acteurs intéressés par les projets de développement piscicole en Afrique. Les acteurs socio-économiques régionaux peuvent s impliquer à différents niveaux. Ces antennes locales permettent une représentation locale de l APDRA-F favorisant ainsi des relations de proximité et une communication plus directe avec les acteurs impliqués dans la coopération décentralisée, tels que les Régions ou les Conseils généraux, pour une action concertée et de qualité. Différents acteurs de la filière piscicole (producteurs, techniciens, personnel d écloseries, chercheur scientifique) ont ainsi participé à des actions de formation mises en œuvre par l APDRA-F, à des missions de terrain sur l un des projets développés par l APDRA-F, à des animations de sensibilisation de jeunes publics (en établissements scolaires) ou visant un public plus large par des interventions ou des conférences données lors de manifestations particulières. Des relations sont également tissées avec les autres associations de solidarité internationale présentes sur le territoire régional et avec les ONG de développement présentes à proximité de l antenne locale. Insérée dans sa région, au cœur du réseau des acteurs de la solidarité et du développement, l antenne locale de l APDRA-F participe pleinement à la dynamique régionale et inscrit ses actions en synergie avec son environnement local. En 2005, le siège social de l APDRA-F ainsi que ses bureaux ont été transférés à MASSY, au 24 Allée Emile Zola grâce à l appui de la Mairie de Massy. 7

8 LES DOMAINES D ACTIVITES DE L APDRA-F EN 2005 PROJETS DE DEVELOPPEMENT PISCICOLE Suivi et évaluation d opérations de terrain et appui aux opérateurs de développement Programme d appui à l organisation des pisciculteurs du Centre Ouest et Sud Ouest ivoiriens et de formation piscicole expérimentale pour les paysans des zones inter-tropicales. Projet CRIF : Appui à la structuration de la profession piscicole en Côte d Ivoire à Meagui Appui à l APDRA-CI, opérateur privé de développement piscicole ivoirien Projet Piscicole en Guinée forestière. Formation et installation massive de pisciculteurs. Partenariat avec l AFVP Projet d observatoire des innovations (rizi)piscicoles paysannes des Hautes Terres - Madagascar. Projet d organisation des producteurs familiaux d alevins de carpe de Betafo autour de la commercialisation - Madagascar Appui à l IREDEC et aux acteurs opérationnels malgaches Démarrage du projet de structuration professionnelle des dynamiques (rizi)piscicoles paysannes informelles de Bétafo - Madagascar. 1 chef de projet malgache, directrice de l antenne APDRA-F Projet pour une pisciculture villageoise rentable dans les régions Ouest et Centre du Cameroun Collaboration avec le CIFORD et le SEAPB ACTIONS DE FORMATIONS ET DE RECHERCHE-DEVELOPPEMENT Formation de cadres africains Formations au départ de volontaires Interventions au sein d établissements d enseignement supérieur ACTIVITES APDRA-F 2005 COMMUNICATION, ANIMATION D UN RESEAU Diffusion des «News» Mise à jour du site Internet Formation et échanges en Afrique Universités d été fin août RECHERCHE DE FINANCEMENTS Montage de projets pour la coopération décentralisée (Régions Basse-Normandie, Région Lorraine, Conseil Général de Meurthe et Moselle, Conseil général de l Essonne) Partenariat avec des ONG de solidarité collectant des fonds pour le développement Montage de projet pour le MAE, étude de faisabilité de la phase III du PPGF. Recherche d acteurs privés pour la participation au financement des actions 8

9 APDRA-F Rapport d activités Km 1000 Mi intercarto GUINEE Projet piscicole en Guinée forestière, 1 chef de projet, 2 volontaires, 8 techniciens guinéens 200 pisciculteurs installés qu une association professionnelle représente e CAMEROUN : Projet de développement de la pisciculture dans le Centre et l Ouest : 1 salarié,. 1 volontaire lorrain et 4 techniciens camerounais. ASSAJUCO MADAGASCAR, Projet de structuration professionnelle des dynamiques (rizi)piscicoles paysannes informelles de Bétafo (recherche & développement, organisation de la commercialisation) COTE D'IVOIRE Projet d appui à l organisation des pisciculteurs, 800 pisciculteurs Zones d intervention de l APDRA-F en 2005

10 1 NOS PARTENAIRES En 2005, l APDRA-F a élargi le champ de ses partenaires avec l entrée notable de la Commission européenne et de la Région Basse-Normandie. Les partenariats en cours avec le MAE et le Conseil Régional Ile de France ont perduré. De plus, de nouveaux partenariats se sont fortement renforcés : la Région Lorraine et le Conseil général de Meurthe et Moselle ont choisi de s engager aux côtés de l APDRA-F en apportant leur soutien financier au nouveau projet au Cameroun et le CCFD a renouvelé sa confiance en acceptant de soutenir le nouveau projet de structuration de la profession (rizi)piscicole à Madagascar et en Côte d Ivoire. Le partenariat technico-opérationnel avec l AFVP s est poursuivi et renforcé cette année. D autres partenariats se sont construits en 2005 notamment au niveau du Conseil Général de l Essonne et de la Mairie de Massy. 1.1 Les acteurs de la solidarité en France L AFVP En 2003, une convention de partenariat entre l AFVP et l APDRA-F vient renforcer l importante collaboration déjà existante entre ces deux structures de développement. Cette convention qui porte sur l ensemble des pays d intervention de l AFVP où le développement de la pisciculture paysanne est possible, concerne la gestion du partenariat, la conception et la mise en œ uvre de projet piscicole par l APDRA-F, ainsi que la communication sur le développement paysan et le volontariat. Dans ce cadre, l AFVP a confié à l APDRA-F l assistance technique du Projet Pisciculture en Guinée Forestière (PPGF). L APDRA-F assure donc cette prestation par la mise à disposition d une responsable de projet, réalise le suivi et l évaluation du projet sur le terrain de façon régulière. Deux volontaires du progrès travaillent actuellement en étroite collaboration avec la chef de projet, dont un a été formé par l APDRA-F en mai D après les nouvelles orientations fixées par le Ministère des Affaires Etrangères, l AFVP ne peut plus être opérateur de développement, ce qui amène l APDRA-F à se situer davantage comme maître d œ uvre dans ce partenariat afin d assurer la continuité des actions sur le terrain. Cette nouvelle configuration s est exprimée à Madagascar où l APDRAF a entrepris les démarches pour la création d une représentation locale avec le soutien précieux de l AFVP. APDRA-F Rapport d activités 2005

11 1.1.2 Le CCFD Fruit d une collaboration de plus d une dizaine d année, l APDRA-F et le CCFD entretiennent un partenariat fort qui permet à l APDRA-F de bénéficier d un soutien financier pour la mise en œ uvre de ses actions. Initialement sur des actions en Côte d Ivoire, le CCFD a renforcé et développé son soutien financier, destiné aux partenaires locaux, par une aide exceptionnelle à la Guinée en 2004 et par le soutien de nouvelles actions mise en oeuvre par l APDRA-F à Madagascar à partir de La subvention du CCFD a permis de finaliser l étude de faisabilité, de financer le «projet pilote d observatoire des innovations (rizi)piscicoles paysannes des Hautes Terres» intégrant le nouveau journal interactif «La Voix des (rizi)pisciculteurs» ainsi qu un «projet d organisation des producteurs familiaux d alevins de carpe de Betafo autour de la commercialisation». En octobre 2005, un «projet de structuration professionnelle des dynamiques (rizi)piscicoles paysannes informelles de Bétafo» a démarré, soutenu par le CCFD. Le CCFD soutient également l ONG ivoirienne APDRA-CI depuis sa création en Pendant la période de crise en 2002, le CCFD lui a permis, par une aide financière exceptionnelle, de maintenir un niveau de fonctionnement minimum afin de garder des capacités techniques et administratives, indispensables au redémarrage d activités post-crise et au maintien de la dynamique piscicole ivoirienne. Par ailleurs, le soutien d urgence accordé au projet piscicole en Guinée Forestière en 2004 pour pallier la suspension par l AFD de ses financements en Guinée souligne l implication du CCFD dans la démarche de l APDRA-F et le souci qu il porte quant à la réussite des projets développés par l APDRA-F Comité CCFD Savoie Le Comité CCFD de Savoie a participé financièrement cette année au projet d appui à l organisation des pisciculteurs du Centre Ouest et du Sud Ouest. Ce soutien à l action menée avec les groupes de pisciculteurs ivoiriens et avec les acteurs locaux tels que l ONG ivoirienne présente «APDRA-CI» a favorisé le renforcement des capacités locales ASSAJUCO ASSAJUCO, association lorraine pour le développement des peuples, de plus de 30 ans, est implantée sur Dieuze, en région Lorraine. Elle collecte et récupère les vieux objets, meubles ou vêtements dont les usagers ne veulent plus, les recyle et les revend afin de soutenir des projets d aide au développement dans les pays du Sud et apporter une aide locale aux personnes en situation précaire. ASSAJUCO cherche également à favoriser les échanges interculturels et à lutter contre le gaspillage et la pollution. Elle a choisit de cofinancer le projet pour une pisciculture villageoise rentable au centre et à l Ouest du Cameroun. 11

12 1.2 Les acteurs de la coopération bilatérale Le Ministère des Affaires Etrangères Après le soutien financier par le MAE au salon «Bordeaux Aquaculture» et de l atelier sur le développement de la pisciculture en Afrique subsaharienne organisé par l APDRA-F, un projet visant à appuyer l organisation des pisciculteurs du Centre Ouest et Sud-ouest ivoiriens, d une durée de 3 ans, a reçu le soutien financier du MAE dont la première tranche de la subvention a été versée en février Démarré en mai 2004, l APDRA-F oriente les actions du projet en fonction des conditions de terrain, en lien avec le MAE, lequel est régulièrement informé du déroulement du projet. Les conditions de financement proposées par le MAE correspondent bien aux exigences et contraintes des projets développés par l APDRA-F, notamment en terme de durée et d enveloppe budgétaire. Poser et construire les bases d un développement durable, donner aux paysans les moyens de s approprier les techniques piscicoles, améliorer les capacités des groupes de pisciculteurs déjà existants constituent autant d éléments rendus possibles et efficaces par le renforcement et le développement de ce type de soutien pluriannuel. P ar ailleurs, le MAE via les SCAC et EGIDE finance la formation de cadres africains sur le thème «Identification, pilotage et évaluation d un projet de développement» mise en œ uvre par l APDRA-F. En 2005, deux cadres malgaches et deux guinéens ont pu bénéficier de cette formation, consolider leurs acquis et acquérir de nouveaux outils méthodologiques et d analyse de projet de développement en pisciculture. Un FSD a été déposé auprès du SCAC de Yaoundé en juin 2005 concernant un projet portant sur l autonomisation des pisciculteurs de Centre du Cameroun. Par ailleurs, le SCAC de Conakry a soutenu le dispositif mis en œ uvre par l AFVP et l APDRA-F pour pallier la suspension du financement de l AFD par la mise à disposition de l assistant technique L Agence Française de Développement L Agence Française de Développement propose des possibilités de financement de projets de grande envergure impliquant les administrations nationales, notamment en tant que maître d ouvrage : conventions pluriannuelles, enveloppe budgétaire permettant de mobiliser les moyens pour une efficacité du développement. Elle répond donc aux contraintes exigées par la mise en place d une pisciculture durable, en terme de temps (construction des étangs, appropriation des techniques, assimilation du modèle, maîtrise de la production). Ses outils de financements permettent d assurer aux projets développés des résultats de qualité et un suivi efficace des différentes phases du projet. 12

13 L AFD finance, au jour d aujourd hui, le Projet Piscicole en Guinée Forestière (PPGF), actuellement dans sa troisième phase. La phase pilote de ce projet ( ) ainsi que sa deuxième phase ( ) étaient également financées par l AFD. Après une suspension de plusieurs mois de ses financements en direction de la Guinée pour non paiement du service de la dette auprès de la France, l AFD a levé cette suspension en mai La troisième phase du PPGF a redémarré depuis mi-2005, avec notamment, comme nous le verrons plus loin, l arrivée d une nouvelle responsable de projet. Suite à la réussite du PPGF III, l APDRA-F espère que l AFD puisse s engager sur de nouveaux pays, notamment au Ghana et au Cameroun, afin de permettre le développement de projets de pisciculture durable La Commission Européenne La Commission européenne a apporté en 2005, son premier soutien à un projet présenté par l APDRA-F : le projet pour une pisciculture villageois dans les régions Centre et Ouest du Cameroun. Le soutien de l Union européenne s avère particulièrement précieux pour l APDRA-F dans la mesure où elle offre des conditions de cofinancement favorables à la mise en œ uvre de projets sur du long terme. 1.3 Les acteurs de la coopération décentralisées En Ile de France Le Conseil Régional d Ile de France En 2002, le Conseil Régional d Ile de France a octroyé une subvention pour un projet d installation et de formation de pisciculteurs dans les villages de Gadouan et de Belleville en Côte d Ivoire. La crise de 2002, puis celle de 2004 et le rapatriement de notre chargé de mission à cette époque ont considérablement retardé la réalisation de ce projet. En août 2005, une mission réalisée par l APDRA-F a permis de redéfinir les orientations du projet compte tenu du contexte de la Côte d Ivoire, en axant davantage l intervention sur l appui technique et organisationnel au groupe de pisciculteurs de Meagui, déjà constitué en association. Cet appui en terme de fonctionnement lui a permis d accéder à un crédit pour développer un projet de pisciculture collective. Une exposition de photos et l organisation d une soirée débat relatives à ce projet en Côte d Ivoire, seront organisées au sein d une structure publique à Massy, ce qui favorisera la sensibilisation, l information et la réflexion du public aux différentes thématiques du développement et de la solidarité internationale. L APDRA-F, suite à son transfert de siège à Massy, renforce son ancrage en région Ile de France. De nouveaux projets seront soumis au Conseil Régional d Ile de France. 13

14 Le Conseil Général de l Essonne Le transfert du siège social de l APDRA-F à Massy, dans le département de l Essonne, a constitué le point de départ d échanges et relations entre l APDRA-F et le Conseil général de l Essonne. Ce dernier offre l opportunité aux associations essonniennes de participer gratuitement à un ensemble de formations relatives aux différentes étapes de gestion du cycle de projet, que ce soit au niveau des relations avec les bailleurs (privés ou publics), le montage de projets, la maîtrise d outils tel que le budget ou le cadre logique, l appréhension et l utilisation des notions de développement durable, de coopération internationale. L animatrice de l APDRA-F a pu ainsi bénéficier de deux formations différentes au cours de l année De plus, le Centre de Ressources Essonnien de la Solidarité Internationale (CRESI) cofinance des projets de solidarité internationale. Dans ce cadre là, l APDRA-F a déposé une demande pour le projet FSD du Cameroun en novembre 2005 et déposera une autre demande pour un projet à Madagascar début La mairie de Massy Les premiers contacts avec la mairie de Massy datent déjà de plusieurs années. En avril 2005, une rencontre avec Mme DANIELOU, adjointe au maire de Massy et en charge des affaires sociales, nous a permis de trouver un local composé de deux pièces pour y installer les bureaux de l APDRA-F et pouvoir y transférer le siège social (auparavant à Voisins-le-Bretonneux). Nous remercions tout particulièrement la Mairie pour cette aide Les acteurs lorrains avec l antenne APDRA-F Lorraine La Région Lorraine Depuis plusieurs années, la Région Lorraine s est engagée aux côtés de l antenne APDRA-F Lorraine. Elle a décidé d apporter son soutien financier au projet financé par la Commission Européenne. Elle avait également accepté de soutenir le projet FSD. Par ailleurs, la Région Lorraine a établi en 2005 un partenariat avec l AFVP visant à proposer aux associations la possibilité de disposer à titre gratuit d un volontaire pour les projets que la Région Lorraine soutient. L APDRA-F, dans le cadre de ce partenariat, disposera donc d un volontaire lorrain pour les deux premières années du projet. La Région Lorraine nous a également permis de rencontrer ses personnes relais en lien avec l Union européenne Le Conseil général de la Meurthe-et-Moselle. Le Conseil Général de la Meurthe-et-Moselle s est engagé depuis plusieurs années avec l antenne lorraine de l APDRA-F. Après avoir cofinancé le projet sur l amélioration des conditions de reproduction de la carpe commune au Cameroun en 2004, il a signé en 2005 une convention pour le cofinancement du projet pour une pisciculture villageoise rentable 14

15 dans les régions Ouest et Centre du Cameroun. Ce dernier est financé à 75% par la Commission européenne (appel à propositions d octobre 2004 ligne (ex-b7 6000)). Par ailleurs, il avait également accepté de soutenir le FSD déposé en 2005 auprès du SCAC de Yaoundé. Le Conseil général de Meurthe et Moselle a également donné l opportunité à l animatrice de l APDRA-F et au responsable géographique du Cameroun de suivre une formation relative à la gestion administrative et financière d un projet financé par la Commission européenne en décembre Le positionnement du Conseil général de Meurthe et Moselle et de la Région Lorraine souligne la confiance qu ils portent aux projets développés par l APDRA-F ainsi qu à sa démarche d action et de réflexion. Le soutien financier de ces deux partenaires lorrains pourra constituer les 10% de cofinancement public exigés par la Commission européenne et ce, sur l ensemble de la durée du projet (5 ans). Le Conseil Général de Meurthe et Moselle ainsi que la Région Lorraine deviennent de véritables partenaires financiers pour le développement piscicole au Cameroun via le projet financé par la Commission Européenne. En 2005, les échanges, relations et partenariats se sont élargis et renforcés avec le Conseil général de Meurthe et Moselle et la région Lorraine. Le projet pour une pisciculture villageoise rentable au Cameroun s étalant sur une durée de 5 ans, la dynamique de nos partenariats avec ces deux acteurs lorrains va probablement continuer voire se renforcer dans le court et moyen terme L université de Nancy I Membre de l APDRA-F depuis 2004, l université de Nancy a participé à la formation dispensée aux cadres africains par une intervention d un de ses professeurs. Ce dernier a réalisé une mission en octobre 2005 sur le volet recherche du projet de structuration de la profession autour de Bétafo à Madagascar. L université a également fait partir un étudiant en stage sur le projet à Madagascar La FLAC et le Domaine de Lindre La FLAC, Filière Lorraine Aquaculture Continentale, est intervenue sur la formation des cadres africains lors du voyage d étude effectué en Lorraine sur la ferme piscicole du chargé géographique Cameroun et du responsable de l antenne Lorraine. Les stagiaires ont pu ainsi prendre connaissance de la structuration de cette filière locale, son organisation, ses activités, sa politique et stratégie de développement. En décembre, l animatrice du Domaine de Lindre a sollicité l APDRA-F afin qu elle puisse réaliser une conférence en 2006 sur le rôle de la pisciculture dans la lutte contre la pauvreté dans les pays en développement. Cette conférence prenait place au cœ ur des journées annuelles des structures appartenant au réseau RAMSAR. L implication de l ensemble de ces partenaires lorrains avec l antenne APDRA- F Lorraine devrait favoriser l établissement d une dynamique de coopération autour du projet pour une pisciculture villageoise rentable au Cameroun. 15

16 1.3.3 Les autres acteurs régionaux La Région Centre Partenaire depuis près d une dizaine d années de la pisciculture paysanne en Afrique aux côtés de l APDRA-F, elle a participé au financement d un projet de 4 ans en Côte d Ivoire visant à installer et à former massivement des pisciculteurs. Ce projet a permis, par ailleurs, de renforcer les capacités de l ONG ivoirienne APDRA-CI et de soutenir et développer une véritable dynamique sociale autour de l activité piscicole dans les zones rurales. D autres demandes de cofinancement devraient être déposées auprès de la Région Centre qui est consciente du rôle moteur que jouent les pisciculteurs de la Région Centre dans l APDRA-F au sein de son antenne Centre Le Conseil Régional de Basse Normandie Le Conseil Régional de Basse Normandie participe financièrement depuis fin 2005 sur le projet planifié sur 3 ans de «structuration professionnelle des dynamiques (rizi)piscicoles paysannes informelles de Bétafo» à Madagascar. Cette première collaboration a engendré la création de l antenne Basse Normandie de l APDRAF et a permis un rapprochement avec de nouveaux partenaires : l AFDI pour le volet «Appui à la professionnalisation» et les Maisons Familiales et Rurales sur le volet «Communication et Information». Des contacts ont été pris avec le lycée aquacole et maritime de Cherbourg ainsi qu avec l ESITPA. 1.4 Nos partenaires opérationnels en Afrique Nos partenaires privilégiés : Les organisations professionnelles de pisciculture (OPP) Les organisations professionnelles piscicoles, composées des différents groupes de pisciculteurs issus des projets de développement piscicole constituent de facto des partenaires privilégiés de l APDRA-F. Un certain nombre d associations de pisciculteurs ont atteint un degré d organisation et de structuration qui leur permet d être de véritables interlocuteurs du développement. Par ailleurs, les projets de structuration de la profession piscicole, mis en œ uvre après la phase d installation massive de pisciculteurs, contribuent à l émergence d une dynamique collective de pisciculteurs, que ce soit en termes d échanges de matériels, de services, ou d entraide. En côte d Ivoire, les très nombreux groupes de pisciculteurs constituent un début prometteur d organisaiton professionnelle. L APDRA-F appelle de tous ses vœ ux la constitution d une ou deux structures faîtières responsables tenant compte des besoins de la base. 16

17 En Guinée, l APGF (Association des Pisciculteurs de Guinée Forestière) constituée suite aux activités du PPGF et en lien avec lui, est devenu un partenaire guinéen à privilégier. Le PPGF a également poursuivi en 2005 son appui à l APGF dont le fonctionnement s appuie sur les groupes locaux de pisciculteurs et dont le souci est de représenter les pisciculteurs et d améliorer la formation de ses membres. L APDRA-F a déjà signé une convention de partenariat avec cette OPA Les ONG locales opérateurs de développement En 2005, l APDRA-F a maintenu, et renforcé sa collaboration avec ses différents partenaires opérationnels locaux de développement, ne serait-ce que par la continuité des projets qu elle met en œ uvre, suit et/ou évalue. En Côte d Ivoire, la collaboration qui est établie depuis près d une dizaine d années entre l APDRA-CI et l APDRA-F a perduré en L exécution du projet d appui à l organisation de la profession piscicole dans le Sud Ouest et Centre Ouest ivoirien rend indispensable le maintien d échanges fréquents avec l APDRA-CI. Cette ONG ivoirienne, adapte l évolution de ses activités en fonction de l évolution du développement piscicole des zones d intervention concernées. A l heure actuelle, elle réalise des formations à destination des pisciculteurs et groupes piscicoles, assure un accompagnement technique des pisciculteurs déjà installés. Le partenariat avec le CIFORD initialement mis en place pour le projet d amélioration des techniques de reproduction de la carpe commune au Cameroun en 2004, pourra être maintenu et renforcé pour les 5 prochaines années par la mise en œ uvre début 2006 du projet pour une pisciculture villageoise rentable dans les régions Ouest et Centre du Cameroun. Le CIFORD constitue notre premier partenaire camerounais, il oeuvrera dans la région Ouest du Cameroun tandis que le SEAPB, partenaire de l APDRA-F depuis 2004, travaillera sur la région Centre. Le développement de ce nouveau projet financé par la Commission européenne permettra à l APDRA-F de répondre aux besoins du développement de la pisciculture au Cameroun, non seulement au niveau de ses partenaires opérationnels, mais également des autres opérateurs de développement locaux et des institutions. Depuis 2003, l APDRA-F collabore avec l IREDEC, ONG malgache spécialisée dans le développement local en recherche de diversification sur des filières de production. Cette collaboration s est concrétisée par l'étude sur le paysage socio-organisationnel (2003), par une participation au projet pilote «d observatoire des innovations (rizi)piscicoles 1 paysannes des Hautes Terres» (2004) et sur la mise en place l édition du journal interactif «La voix des (rizi)pisciculteurs» (2004). Lors de cette dernière opération, un cahier des charges a été rédigé pour définir le contenu du partenariat avec l IREDEC. Un projet spécial de développement (PSD), a été déposé par l IREDEC et accepté par l Agence intergouvernementale de la Francophonie, avec l appui de l APDRA-F. Ce projet visait à étudier l organisation des producteurs familiaux d alevins de carpes de Betafo autour de la commercialisation. 1 Le terme (rizi)pisciculture englobe la pisciculture pratiquée en étang et en rizière. 17

18 La publication du journal interactif «La Voix des (rizi)pisciculteurs» s est maintenue en 2005, notamment grâce à l appui et la logistique de notre partenaire malgache IREDEC à Madagascar. La dynamique actuelle des projets à Madagascar s oriente vers la diversification de notre partenariat, notamment sur le plan de l appui aux organisations professionnelles agricoles. Il s est avéré que l IREDEC n était pas en mesure de se positionner sur des projets de développement agricole. L APDRAF a donc préféré recentrer son partenariat avec l IREDEC sur son cœ ur de métier : l appui au développement communal avec l appui au maître d ouvrage du projet : la commune rurale de Bétafo. Afin de diversifier ses actions, ses zones d intervention et de sécuriser son intervention à moyen terme, l APDRA-F a donc cherché de nouveaux partenaires à Madagascar en L AFDI Madagascar et son réseau d OP SAO ont été identifiés comme potentiel prestataire sur l appui à la professionnalisation et sur les possibilités d extension des zones du projet (Nord Betsiléo). Face à l enjeu opérationnel du nouveau projet, l APDRA-F a décidé de créer une antenne locale avec accord de siège par l Etat de Madagascar. Cette représentation, que l on espère permanente, va permettre entre autres de tisser des partenariats durables équilibrés et complémentaires avec les opérateurs locaux mais surtout avec les organisations professionnelles agricoles. Le GEFICI (Gestion Finance et Conseil International) assure le portage salarial de l animateur de la profession piscicole de Côte d Ivoire, portage rendu nécessaire de par la structure du projet et le contexte socio-politique actuel de ce pays. Ce prestataire de service permet ainsi à l APDRA-F d assurer la gestion du volet «Animation de la profession» du projet actuellement en cours. 1.5 Les autres partenaires : l Agence de l Eau Seine Normandie, la Guilde Européenne du Raid L AESN soutient l APDRA-F dans le développement de ses activités depuis 2001 de par sa participation au financement du poste de l animatrice-conseillère travaillant au siège. L AESN a ainsi permis le renforcement des ressources humaines de l association et leur pérennisation sur environ cinq ans. Après l obtention d un financement de la Guilde Européenne du Raid en 2002 pour un projet dont l objectif portait sur l amélioration des techniques de reproduction de la carpe commune au Cameroun, nous n avons pas sollicité la Guilde Européenne du Raid pour l année Toutefois, de nouveaux projets pourraient à l avenir faire appel à un cofinancement de la Guilde Européenne du Raid. Les imprimeries GRAPHOT soutiennent l action de l APDRA-F depuis plusieurs années en produisant et éditant un calendrier, très apprécié des pisciculteurs. Enfin, la paroisse Saint-Jean d'antony par le prêt de ses salles, a hébergé les réunions du Conseil d'administration, l'assemblée Générale et une grande partie des interventions dispensées dans le cadre de la formation aux cadres africains. L APDRA-F la remercie chaleureusement. 18

19 2 LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT PISCICOLES L APDRA-F apporte ses compétences principalement dans la mise en œ uvre de projets de développement de la pisciculture en milieu tropical humide. Ces actions auxquelles l APDRA-F a participé en Côte d Ivoire et en Guinée notamment, constituent de véritables références d un développement possible et harmonieux d une pisciculture paysanne en Afrique. Forte de ses nombreuses expériences en gestion de projet, de ses missions d'études et d'expertises, l APDRA-F est en mesure de valoriser son savoir-faire en agro-socio-économie, en techniques d élevage piscicole et d aménagements hydrauliques. Elle s implique ainsi d une part dans la gestion, le suivi et l évaluation de projets de développement piscicole et d autre part dans la proposition de voies d amélioration des systèmes d élevages. Elle favorise la participation des pisciculteurs à leur développement, aidant ainsi au renforcement des acteurs de la société civile, tout particulièrement dans le domaine agricole. De plus, elle apporte du conseil aux pisciculteurs, de l appui à la structuration et au fonctionnement des organisations de pisciculteurs et sensibilise les opérateurs de développement locaux à l importance de collaborer avec la profession piscicole. Elle contribue également à l émergence d opérateurs privés et locaux de développement de la pisciculture en leur apportant un appui technique, organisationnel et de gestion, ce qui leur permet de renforcer leurs compétences. Ses principaux pays d intervention sont la Guinée (Zone forestière), la République de Côte d Ivoire, Madagascar et le Cameroun. 2.1 Guinée Forestière : redémarrage du projet PPGF L évènement marquant concernant ce projet se situe en mai 2005, quand l AFD a mis fin à la suspension de ses financements à destination de la Guinée. Le projet a donc pu redémarrer après plusieurs mois de fonctionnement au ralenti. Une nouvelle responsable de projet est partie rejoindre l équipe locale, depuis la mi-octobre 2005, pour diriger et orienter cette troisième phase mise en œ uvre par l AFVP. Un nouveau volontaire a également rejoint le projet en juin Le Projet Piscicole en Guinée Forestière, actuellement dans sa troisième phase, a débuté par une phase pilote ( ), puis s est prolongé par une deuxième phase ( ). Situé dans la région de N Zérékoré et de Guékédou, le PPGF financé par l AFD, mis en œ uvre par l AFVP avec une assistance de l APDRA-F qui assure le pilotage du projet (assistance technique et suivi évaluation interne). La maîtrise d ouvrage est assurée par la DNAPC (Direction Nationale de l Aquaculture et de la Pêche Continentale) qui a fait du PPGF le projet de référence. La phase pilote a permis de valider la pertinence du développement de la pisciculture en Guinée forestière et de la démarche technique du PPGF. Cependant, en décembre 2002, même si l on comptait 37 pisciculteurs en production dans 8 zones, l activité piscicole restait encore une innovation peu diffusée disposant pourtant d un potentiel important de développement. L importance des besoins en formation, la réflexion sur l aménagement et sur les modalités de transfert de l innovation soulignaient de manière flagrante la nécessité d une 19

20 assistance technique afin de confirmer les acquis de la première phase et de jeter les bases d un cadre institutionnel capable de prendre en charge ce développement. Ce projet a donc été reconduit pour une deuxième phase jusqu en octobre 2005, dans l objectif de valoriser et d exprimer ce potentiel, d'évaluer l impact économique de la pisciculture sur les exploitations agricoles de Guinée Forestière et de mettre en place des actions pilotes dont la maîtrise d ouvrage serait à la charge des CRD (Communauté rurale de développement). La direction du projet a été assurée dans le cadre de l assistance technique APDRA-F jusqu à fin Janvier Face à la suspension des financements par l AFD en mars 2004, l APDRA-F a réalisé le bilan de cette deuxième phase du PPGF ainsi qu une étude de faisabilité pour la troisième phase du projet. Fin 2004, près de 200 pisciculteurs étaient installés, répartis sur 24 zones, ayant produit près de 17 tonnes de poissons en La mise en place de rizi-pisciculture s est systématisée et les groupes de pisciculteurs se sont organisés et structurés en Association des Pisciculteurs de Guinée Forestière. Les premières estimations de la nouvelle équipe du projet évaluent à 20% la progression en nombre de pisciculteurs en Durant les 6 premiers mois de l année 2005, l appui opérationnel au niveau technique et organisationnel a été considérablement freiné par l absence de financements et le peu de financements alternatifs. Même si les opérateurs locaux ont cherché à gérer cette situation de crise avec l appui d un volontaire resté en poste, les résultats ne s avéraient pas vraiment satisfaisants. En revanche, malgré un appui réduit et une appropriation de certaines techniques piscicoles comme le sexage, la dynamique piscicole s est maintenue, ce qui d ailleurs se traduit par la progression des installations. L APGF, organisation professionnelle de pisciculture en Guinée, constituée uniquement de producteurs, a développé et renforcé sa légitimité (au vu des succès grandissant de ses Assemblées Générales) et un certain nombre de partenariats se sont mis en place avec des acteurs locaux du développement rural. Lors d une étude de faisabilité réalisée en juillet-août 2005, mis en œ uvre par l AFVP avec un expert de l APDRA-F, le contenu de la phase III a été défini. La phase III du PPGF s étend jusqu en début 2008 et vise un certain nombre d objectifs qualitatifs et quantitatifs au niveau opérationnel : l autonomisation et la responsabilisation des producteurs vers la prise en charge du développement de la pisciculture, l appui à la structure professionnelle et la diffusion de la démarche d installation de nouvelles zones auprès des opérateurs locaux. Elle cherche également à accroître l implication de l administration par la capitalisation des résultats auprès du gouvernement et des bailleurs de fonds et à travers les différents partenariats établis avec la profession piscicole et les opérateurs locaux. Au niveau institutionnel, la phase III élargit d une certaine façon la maîtrise d ouvrage à l Association des Pisciculteurs de Guinée forestière (APGF) et intègre davantage de partenariats avec les opérateurs et prestataires locaux que la phase II. La phase III du PPGF se décline en 5 principales composantes : La coordination gestion, chargée de la gestion, du suivi/formation, de l évaluation et de l appui à la structure professionnelle et du suivi des demandes des femmes. Le développement, visant à poursuivre l appui aux zones appuyées lors de la phase II et à appuyer certains groupes de pisciculteurs particuliers. L appui aux groupes expérimentés, visant l autonomisation de la production de poissons, la responsabilisation des groupes dans la diffusion des techniques et le développement de la pisciculture ainsi que l accompagnement et le suivi des expériences de parrainage. 20

RAPPORT D ACTIVITES DE l APDRA-F ANNEE 2006

RAPPORT D ACTIVITES DE l APDRA-F ANNEE 2006 A P D R A - F Association Pisciculture et Développement Rural en Afrique tropicale humide - France contact.apdraf@free.fr RAPPORT D ACTIVITES DE l APDRA-F ANNEE 2006 Mai 2007 Association loi 1901 créée

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES DE l APDRA-F ANNEE 2007

RAPPORT D ACTIVITES DE l APDRA-F ANNEE 2007 A P D R A - F Association Pisciculture et Développement Rural en Afrique - France contact.apdraf@free.fr RAPPORT D ACTIVITES DE l APDRA-F ANNEE 2007 Avril 2008 Association loi 1901 créée le 12/02/96 reconnue

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

Post-alphabétisation des jeunes agriculteurs / éleveurs (JA/JE) déscolarisés

Post-alphabétisation des jeunes agriculteurs / éleveurs (JA/JE) déscolarisés Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Post-alphabétisation

Plus en détail

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds Termes de référence 1 1. Contexte et justification La formation en recherche de financement s inscrit dans le cadre du programme «Promouvoir l

Plus en détail

Evaluation du PTEF (Projet de transformation de l Ecole supérieure d agriculture de Nabong en Faculté d agriculture et des forêts)

Evaluation du PTEF (Projet de transformation de l Ecole supérieure d agriculture de Nabong en Faculté d agriculture et des forêts) Sixièmes journées d études Les évaluations de projets internationaux de formation Evaluation du PTEF (Projet de transformation de l Ecole supérieure d agriculture de Nabong en Faculté d agriculture et

Plus en détail

Rapport d activités 2012

Rapport d activités 2012 République de Guinée-Bissau MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Projet d Appui à la Sécurité Alimentaire (PASA) Composant II : Aménagements hydroagricoles (CAHA) Rapport d activités 2012 Élaboré

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI)

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) 1. PRESENTATION DU PROGRAMME Le Fonds Français pour l Environnement Mondial (FFEM) lance une quatrième phase du Programme

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Les aides régionales pour les ENTREPRISES

Les aides régionales pour les ENTREPRISES Les aides régionales pour les ENTREPRISES Regroupement Développement Financement Immobilier Embauche Conseil Difficulté Export Reprise Cession Création Accompagner l entreprise dans les différentes phases

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

Procédure négociée sans publication

Procédure négociée sans publication Procédure négociée sans publication TERMES DE REFERENCE : APPUI STRATEGIQUE A LA PLANIFICATION ET PROPOSITION DE METHODOLOGIE D INTERVENTION POUR L ELABORATION DE PROTOTYPE DE FOYERS AMELIORES, LEUR TEST

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

Les Champs des Possibles

Les Champs des Possibles Les Champs des Possibles Association Loi 1901 Lancée en 2009 1 salarié Région Île-de-France Activité L association Les Champs des Possibles accompagne des porteurs de projet à l installation en agriculture

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

MOBILISATION DES RESSOURCES

MOBILISATION DES RESSOURCES Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education MOBILISATION DES RESSOURCES Mini Guide pratique pour le ROCARE Ce guide est conçu et diffusé par le Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités Organisateurs : Partenaires : Des outils d accompagnement Des outils de financement Zoom

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ PROJET D APPUI A L EXTENSION DE LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA Note Simplifiée

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

La nouvelle stratégie foncière régionale : un enjeu collectif

La nouvelle stratégie foncière régionale : un enjeu collectif Compte-rendu La nouvelle stratégie foncière régionale : un enjeu collectif Présentation par Gérard LERAS Vice-président de la région Rhône-Alpes délégué à la politique foncière Ambilly, 18 janvier 2012

Plus en détail

Résumé du rapport final du Projet ECDD

Résumé du rapport final du Projet ECDD Résumé du rapport final du Projet ECDD Janvier 2010 avril 2013 A propos du projet ECDD Le projet ECDD a été mis en œuvre par la Bristol Conservation & Science Foundation (une unité opérationnelle de Bristol,

Plus en détail

POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX

POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX AGRICULTEURS? ELEMENTS DE CONTEXTE L ENJEU DU RENOUVELLEMENT DE LA POPULATION ACTIVE AGRICOLE Les installations ne permettent pas aujourd hui de compenser les départs en

Plus en détail

Appui à l usage des technologies de l information et de la communication dans l éducation (TICE)

Appui à l usage des technologies de l information et de la communication dans l éducation (TICE) Appui à l usage des technologies de l information et de la communication dans l éducation (TICE) Thème : la formation initiale et continue des enseignants du primaire et du collège (ou du fondamental)

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Les nouvelles orientations de la politique de coopération internationale de la Ville sont :

Les nouvelles orientations de la politique de coopération internationale de la Ville sont : La Ville de la Possession est engagée depuis plus de 30 ans dans des actions de coopération décentralisée. Elle est la ville pionnière de La Réunion à développer des actions de coopération avec des villes

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI AUX ORGANISATIONS PAYSANNES AFRICAINES (PAOPA) PHASE PRINCIPALE DOCUMENT DE PROGRAMME REGIONAL

PROGRAMME D APPUI AUX ORGANISATIONS PAYSANNES AFRICAINES (PAOPA) PHASE PRINCIPALE DOCUMENT DE PROGRAMME REGIONAL PROGRAMME D APPUI AUX ORGANISATIONS PAYSANNES AFRICAINES (PAOPA) PHASE PRINCIPALE DOCUMENT DE PROGRAMME REGIONAL 2 SFOAP Main Phase Regional Programme Documents - PAFO Table des matières I. Et si nous

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse Auribeau-sur-Siagne Grasse Mouans-Sartoux Pégomas La Roquette-sur-Siagne Préambule... Le besoin de retrouver ses racines, une alimentation plus sûre,

Plus en détail

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude Note d information / Politiques agricoles n 13 Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude 27 mai 2013 / Sélection par l équipe technique RECA RECA Réseau

Plus en détail

Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré

Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré Considérations générales Ce rapport synthétique est issu de l étude d une organisation

Plus en détail

N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION

N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION 1 1 La coordination NEA2 Coordination «Economie» Coordination «Environnement» Coordination «Social» Chef de file Coordination technique transnationale

Plus en détail

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire DOSSIER DE PRÉSENTATION S o m m ai r e SolidaireVille, plateforme innovante de micro-dons. Une première!...3 Des projets au service du développement

Plus en détail

"LE PARCOURS" L EXPERIENCE DE LA FONGS EN MATIERE DE FORMATION :

LE PARCOURS L EXPERIENCE DE LA FONGS EN MATIERE DE FORMATION : République du Sénégal Fédération des Organisations Non Gouvernementales du Sénégal FONGS - ACTION PAYSANNE B.P. 269 THIES, Tél. 939 58 58 Fax : 951.20.59/@ : fongs@orange.sn Web : www.fongs.sn L EXPERIENCE

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique Michel Boudol Responsable Atelier DEEE 1 Créée en 1985 Implantée dans une ZUS de l agglomération Grenobloise Action Sociale, Environnementale

Plus en détail

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS ACDIC Aujourd hui & demain A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS D. QUATRE THEMES D ACTIONS PRIORITAIRES E. NOS AMBITIONS

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL.

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. PROGRAMME DE FORMATION AU MASTER EN «DECENTRALISATION ET INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT LOCAL» DE BAMAKO 2009-2010 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES Groupe Affaires corporatives et secrétariat général 19 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. CADRE GÉNÉRAL...3 1.1 Politique NOTRE RÔLE SOCIAL...3 1.2 Imputabilité...3

Plus en détail

Micro-irrigation à Madagascar

Micro-irrigation à Madagascar P R AVSF - J. Mas A X IS LES EXPÉRIENCES I N N O VA N T E S D AV S F PAYS Madagascar TITRE DU PROJET SCAMPIS Développement des Systèmes de Micro-irrigation BÉNÉFICIAIRES DIRECTS Plus de 10 000 familles

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun)

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) Présentation: Achille Ndaimai Atelier International sur les Droits

Plus en détail

Plan d orientations stratégiques 2012-2016

Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Agence Française de Développement Établissement public, l Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser

Plus en détail

FORMATION D EXPERTS REGIONAUX POUR UNE GESTION DURABLE DES FORETS DU BASSIN DU CONGO

FORMATION D EXPERTS REGIONAUX POUR UNE GESTION DURABLE DES FORETS DU BASSIN DU CONGO ANNEE UNIVERSITAIRE 2005-2006 FORMATION D EXPERTS REGIONAUX POUR UNE GESTION DURABLE DES FORETS DU BASSIN DU CONGO Informations générales, conditions d admission, frais de participation et dossier de candidature.

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA)

INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA) INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA) TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION DE TROIS (3) SITES PILOTES POUR LA QUANTIFICATION DU STOCK DE CARBONE ET DU SUIVI DE SA DYNAMIQUE

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique CE2 Synthèse du diagnostic territorial Stratégique Instance de concertation 14 mars 2013 Diapositive 1 CE2 Cabinet E.C.s.-AC; 06/12/2012 I DYNAMISME, VOLONTARISME ET AMBITION D UNE REGION ULTRA MARINE

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS DU BENIN (ANAB)

L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS DU BENIN (ANAB) NOTE DE SYNTHESE N 7 Diversification Filière Mécanisation Politique agricole Organisation Euloge Agoli-Agbo 1, Pierril Lacroix 2, François Geay 3 et Lionel Guézodjé 4 L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

Sud Expert Plantes Comité de Pilotage

Sud Expert Plantes Comité de Pilotage Sud Expert Plantes Comité de Pilotage Mardi 8 Juin 2010, 9 :30-17 :30 Ministère des Affaires Etrangères et Européennes 27 rue de la Convention, salle 131, entrée par le 48 rue de Javel ; 75 015 Paris cedex

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Protocole d Accord de Coopération. Entre. Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS)

Protocole d Accord de Coopération. Entre. Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE Protocole d Accord de Coopération Entre Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles?

Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles? Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles? Perrine Burnod CIRAD UMR TETIS Observatoire du foncier à Madagascar Ward Anseeuw

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC 8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC Compte rendu Par Julie GAGOE Date : Jeudi 05-04-12 Lieu : Bureau du SE COMIFAC Agenda 1. Evaluation de la feuille de route 2011 2. Défis et priorités

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN Le secteur privé LE SECTEUR PRIVE : UN VECTEUR ESSENTIEL DU DÉVELOPPEMENT Promouvoir une croissance durable et partagée... La croissance économique est un

Plus en détail

INAO. Contrat d objectifs et de performance 2014-2017. Origine, qualité et modernité au service des filières et des territoires

INAO. Contrat d objectifs et de performance 2014-2017. Origine, qualité et modernité au service des filières et des territoires INAO Contrat d objectifs et de performance 2014-2017 Origine, qualité et modernité au service des filières et des territoires 1 2 Institut national de l origine et de la qualité - Contrat d objectifs et

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU).

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). www.coopami.org COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). Abidjan 15 juillet 2014 Michel Vigneul Cellule Expertise&COOPAMI Mutuelle

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail