Sciences en société et esprit critique Cours 5 : Les comportements en société. Petites expériences de Psycho. Soc., Econ. Expé., Ethol.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sciences en société et esprit critique Cours 5 : Les comportements en société. Petites expériences de Psycho. Soc., Econ. Expé., Ethol."

Transcription

1 UE ARE «Démarche scientifique» 2015 Sciences en société et esprit critique Cours 5 : Les comportements en société. Petites expériences de Psycho. Soc., Econ. Expé., Ethol. Mehdi Khamassi CNRS/UPMC Avec la contribution de Maïlys Faraut (INSERM/Univ. Lyon 1)

2 Plan du cours 5 Influences sur le comportement d autrui Quelques caractéristiques de nos comportements / apprentissages Exemples de manipulations Expériences sur l autorité MAIS Exemples chez l enfant d aversion à l inégalité, d altruisme, de coopération, dont on trouve déjà des prémisses chez le chimpanzé!

3 Comment feriez-vous pour obtenir de la monnaie du plus de passants possible?

4 Comment feriez-vous pour obtenir de la monnaie du plus de passants possible? Demander d abord : «Pardon, auriez-vous l heure s il vous plaît?» Cela multiplie le nombre de personnes qui donnent par 4! Manipulation The effects of performing one altruistic act on the likelihood of performing another, Harris (1972).

5 Manipulation Personne A Personne B Changement de ses : Jugements Opinions Comportements Sans qu elle en ait conscience Sentiment de liberté

6 Manipulation Savoir qu elle existe Peut-être utilisée dans le bon sens? Mieux se connaître soi-même pour ne pas être manipulé(e).

7 Un comportement positif influe sur le comportement postérieur Faire un sourire, dire une politesse, être généreux, etc augmente la chance d une bonne action par la suite. Expériences de l auto-stop ; de la personne qui laisse tomber un billet de banque devant le sujet. (voir livre de Nicolas Guéguen)

8 Faire intervenir les sujets pour contrer un vol (Expérience de Moriarty, 1975) Condition test (condition d engagement) : L expérimentateur : «Excusez-moi, je dois m absenter quelques minutes, pourriez-vous surveiller mes affaires?» Le sujet : «Oui» (dans 100% des cas) «Crime, commitment and the responsive bystander: two fields experiment», Moriarty (1975)

9 Faire intervenir les sujets pour contrer un vol (Expérience de Moriarty, 1975) Condition contrôle : L expérimentateur : «Excusez-moi je suis seul et je n ai pas d allumettes Auriez-vous l amabilité de me donner du feu?» Le sujet : «Oui» mais 12,5% d intervention! «Crime, commitment and the responsive bystander: two fields experiment», Moriarty (1975)

10 Modifier des habitudes de conso (Expérience de Kurt Lewin 1947) Stratégie persuasive : conférences vantant la qualité et les bienfaits des nouveaux produits Stratégie 2 : travail de groupe avec décision publique de consommer ces nouveaux produits «Group decision and social change», Lewin K, 1947, dans T.Newcomb, E. Hartley (Eds), Readings in social psychology, New York, Holt.

11 Modifier des habitudes de conso (Expérience de Kurt Lewin 1947) Stratégie persuasive : conférences vantant la qualité et les bienfaits des nouveaux produits Stratégie 2 : travail de groupe avec décision publique de consommer ces nouveaux produits La stratégie 2 est plus efficace! Effet de gel. «Group decision and social change», Lewin K, 1947, dans T.Newcomb, E. Hartley (Eds), Readings in social psychology, New York, Holt.

12 L effet de gel Exp: Staw, 1976 : Un cas de management absurde (Étudiants d une Business school) Mise en situation: «Vous êtes directeur d une compagnie» + Dossier sur la compagnie et son environnement économique Question : A laquelle des 2 filiales de la compagnie affectez vous des fonds? 1ère prise de décision «Knee-deep in the big muddy: a study of escalating commitment to a chosen course of action», Staw B.M.,1976

13 L effet de gel Exp: Staw, 1976 : Un cas de management absurde (Étudiants d une Business school) Nouvelle info: «Finalement, quelques années plus tard, la filiale que vous avez choisie s en sort très mal» + Dossier sur la nouvelle situation économique. Question : A quelle filiale affectez-vous des nouveaux fonds? 2ème prise de décision «Knee-deep in the big muddy: a study of escalating commitment to a chosen course of action», Staw B.M.,1976

14 L effet de gel Exp: Staw, 1976 : Un cas de management absurde (Étudiants d une Business school) Résultats : Les étudiants manager ont tendance à mieux doter la filiale choisie au début (alors qu elle s en sort mal)! Adhésion à la décision initiale «Knee-deep in the big muddy: a study of escalating commitment to a chosen course of action», Staw B.M.,1976

15 L effet de gel Exp: Staw, 1976 : Un cas de management absurde (Étudiants d une Business school) Condition contrôle : «Vous remplacez le défunt directeur. Il a attribué plus d argent à la filiale qui a maintenant de mauvais résultats.» Question : «A quelle filiale affectez-vous des nouveaux fonds?» Résultats : moins d argent donné à la filiale avec les moins bons résultats (car étudiants pas responsables de la 1ère décision financière) «Knee-deep in the big muddy: a study of escalating commitment to a chosen course of action», Staw B.M.,1976

16 L effet de gel S accrocher à une décision initiale alors qu elle est devenue désavantageuse Pas loin du biais d auto-confirmation ou des tentatives d échapper à la dissonance cognitive ou du phénomène de dépense gâchée (ex: Rester au cinéma devant un film qu on trouve nul parce qu on a payé)

17 Phénomène de la dépense gâchée Exp: Arkes et Blumer, 1985 sur des étudiants Mise en situation: Vous avez dépensé 100 dollars pour un week-end de ski dans le Michigan 50 dollars pour un autre dans le Wisconsin a priori plus prometteur «The psychology of sunk cost», Arkes et Blumer, 1985

18 Phénomène de la dépense gâchée Exp: Arkes et Blumer, 1985 sur des étudiants Or, dommage Les 2 réservations concernent le même week-end! Pas de remboursement possible : il faut choisir!» Question : Quel week-end choisissez-vous??? «The psychology of sunk cost», Arkes et Blumer, 1985

19 Phénomène de la dépense gâchée Exp: Arkes et Blumer, 1985 sur des étudiants Résultats: 54% des étudiants : choisissent le ski dans le Michigan (week-end le plus cher et pas le plus prometteur) «The psychology of sunk cost», Arkes et Blumer, 1985

20 Phénomène de la dépense gâchée Rester sur une stratégie ou ligne de conduite dans laquelle on a préalablement investi (de l argent, du temps, de l énergie ) au détriment de stratégies ou lignes de conduites plus avantageuses

21 The Marshmallow experiment (1 tiens vaut-il mieux que 2 tu l auras?) Walter Mischel (Stanford Univ.) 1960s-1970s Subsequent research found that the children from the original experiment who could delay gratification had scored better academic results, earned higher salaries, and been less prone to obesity. (Telegraph.co.uk By Jon Laurence and Harry Wallop, video by Keely Lockhart, 7:00AM BST 24 Sep 2014) https://www.youtube.com/watch?v=yo4wf3csd9q

22 Exemples de manipulations

23 Le pied-dans-la-porte Exp: Freedman et Fraser, 1966 But: inciter des ménagères à : recevoir chez elles 5 ou 6 enquêteurs pendant 2 h pour fouiller la maison et lister des produits de consommation. Requête directe: 22,2% acceptent spontanément Pied-dans-la-porte: nombre doublé : 55,8%! Acte préparatoire = répondre à 8 questions anodines sur leurs habitudes de consommation 3 jours plus tard, sollicitation pour recevoir l équipe des enquêteurs «Compliance without pressure: the foot-in-the-door technique», Freedman J.L., Fraser S.C., 1966

24 Le pied-dans-la-porte 1) Extorquer au sujet un comportement préparatoire peu coûteux 100% des sujets acceptent 2) Adresser une requête plus coûteuse (celle qui nous intéresse )

25 La porte-au-nez Exp: Darby et al, 1975 But: Amener des étudiants à accepter d accompagner durant 2 heures de jeunes délinquants en visite au zoo Condition contrôle: requête directe (16,7% acceptent) Condition porte-au-nez: 50% acceptent! Requête précédée d une demande préalable exorbitante (visites de 2 heures /semaine pendant au moins deux ans dans le centre de détention). «A reciprocal concessions procedure for inducing compliance: the door-inthe-face technique», Cialdini, Vincent, Lewis, Catalan, Wheeler, Darby, 1975

26 La porte-au-nez 1) Demander au sujet un comportement préparatoire TRES coûteux 100% des sujets refusent 2) Adresser une requête moins coûteuse (celle qui nous intéresse )

27 Autres techniques La technique du toucher La technique du pied-dans-la-bouche : «Comment allez vous aujourd hui?»

28 La technique de l étiquetage Exp: Miller, Brickman et Bolen, 1975 But: amener des élèves de 8 à 11 ans à ne plus jeter des papiers de bonbons par terre après une leçon sur la propreté et l ordre Groupe contrôle: rien n est dit aux enfants après la leçon Condition de persuasion: «vous devez être propres et ordonnés» Condition d étiquetage: «vous êtes des enfants propres et ordonnés» (le plus efficace!) «Attribution versus persuasion as a means for modifying behavior», Miller R.L., Brickman P., Bolen D., 1975

29 La technique de l étiquetage «Attribution versus persuasion as a means for modifying behavior», Miller R.L., Brickman P., Bolen D., 1975

30 La technique du «Mais vous êtes libre de» Exp: Guéguen et Pascual, 2000 But: obtenir de la monnaie de passants Condition contrôle : «excusez-moi, auriez-vous un peu de monnaie pour prendre le bus?» 10% donnent, montant moyen: 3,25 francs Condition test : même question + «Mais vous êtes libre d accepter ou de refuser» 47,5% donnent, montant moyen: 7,05 francs «Evocation of freedom and compliance : the but you are free of technique», Gueguen N., Pascual A., 2000

31 Ce qui fait qu on est engagé dans un acte Le caractère public de l acte Le caractère coûteux de l acte Le degré d identification à l acte Et surtout le sentiment de liberté associé à cet acte

32 Expériences sur l autorité

33 L'expérience de l'influence majoritaire de Asch (1951) https://www.youtube.com/watch?v=7aym2ph3_qk

34 L'expérience de soumission à l'autorité de Milgram Comment des gens peuvent-ils obéir à des ordres abjects? (Concept de «banalité du mal» d Hannah Arendt) «Behavioral study of obedience», Milgram S. (1963).

35 La vague Livre de Todd Strasser, adapté au cinéma. Expérience menée par le professeur d histoire Ron Jones dans un lycée en Californie en 1969 Simulation (aux dépens des lycéens) de dérive totalitaire : Obéissance, discipline, objectif commun du groupe, unité et solidarité du groupe, persécution des brebis gâleuses («tu es AVEC la vague ou CONTRE la vague», cf. citation de Georges W. Bush dans cours précédent).

36 Education Obéissance/Autonomie Une chercheuse américaine, Alice Miller («C est pour ton bien : racines de la violence dans l éducation de l enfant») a étudié l impact de différents types d éducation chez l enfant (obéissance/autorité versus autonomie/créativité) sur une relation à la société à l âge adulte : La deuxième a plus de chances que la première d amener l adulte à accepter la complexité dans la société, à être moins conformiste et à davantage s immuniser aux dérives totalitaires.

37 Cours de zététique de Richard Univ J Fourier (Grenoble) Dont une séance du cours est «consacré[e] aux dérives sectaires et aux techniques d engagement. Mon objectif est de montrer que les techniques d embrigadement sectaires et les aliénations en temps de guerre n ont rien de très différent des techniques de manipulation classiques dans la vie de tous les jours. [Banalité du mal de Hannah Arendt] Aussi j utilise des exemples tirés du quotidien, du marketing en particulier, pour les illustrer [ ]. Je me concentrerai ici sur les trois expériences majeures de psychologie sociale auxquelles je fais référence presqu à chaque fois : 1/ L expérience de Solomon Asch (1951) sur le conformisme et la soumission au groupe. 2/ L expérience dite de Milgram (1967), menée par Stanley Milgram et son équipe sur la soumission à l autorité. 3/ L expérience dite de Stanford (1971), menée par l équipe de Philip Zimbardo sur des sujets placés en situation carcérale.»

38 Mais la nature humaine est quand même bonne! L humain est-il naturellement mauvais ou estce la société qui le pervertit? L humain a du bon et du mauvais, dont une part d altruisme qui s estompe à l âge adulte (par contact avec la société?) Voici des exemples d aversion à l inégalité, d altruisme, de coopération, dont on trouve déjà des premisses chez le chimpanzé!

39 Expériences d Economie Expérimentale (Ultimatum Game) 2 sujets : l un propose une répartition de 100$ et l autre accepte (la répartition devient effective) ou refuse (le proposant garde tout). Variante : personne ne gagne si refus. Extensions : double-ultimatum (contreproposition faire le receveur) / Dictator Game Conditions : choix unique / choix répété https://www.youtube.com/watch?v=xpkxlkv_3d0

40 Expériences d Economie Expérimentale (Ultimatum Game) Choix «rationnel» (optimum au sens économique) : accepter tout offre non nulle / proposer le minimum pour l autre et le maximum pour soi-même. Et pourtant https://www.youtube.com/watch?v=xpkxlkv_3d0

41 Expériences d Economie Expérimentale (Ultimatum Game) Choix «rationnel» (optimum au sens économique) : accepter tout offre non nulle / proposer le minimum pour l autre et le maximum pour soi-même. Et pourtant les sujets refusent une offre si elle est jugée «injuste» (< 30% de la somme). dans un même groupe social, les sujets proposent souvent une répartition https://www.youtube.com/watch?v=xpkxlkv_3d0

42 Aversion à l inéquité (Sarah Brosnan, Frans de Waal) https://www.youtube.com/watch?v=meiu6txyscg

43 Coopération chez l enfant et chez le chimpanzé (Michael Tomasello) https://www.youtube.com/watch?v=v3nyc4wn-um

44 Coopération chez l enfant et chez le chimpanzé (Michael Tomasello) https://www.youtube.com/watch?v=v3nyc4wn-um

45 Coopération chez l enfant et chez le chimpanzé (Michael Tomasello) Rituel social chez l enfant mais pas chez le chimpanzé Voir aussi Lyons et al (2007) overimitation. https://www.youtube.com/watch?v=6zsut-u1iks

46 Partage chez l enfant (Tomasello) https://www.youtube.com/watch?v=v3nyc4wn-um Voir aussi : https://www.youtube.com/watch?v=z-eu5xzw7cu

47 The share experiment L organisation «Action Against Hunger» a fait une expérience avec 20 enfants à Madrid, dans la lignée des travaux de Tomasello, dans le but de délivrer un message social. https://www.youtube.com/watch?v=wuwhvuy2uto

48 Inversion des rôles (Tomasello) Tomasello & Carpenter (2005; 2006) Fletcher et al. (submitted) Les enfants savent inverser les rôles. Les chimpanzés, non. Les enfants apprennent l autre rôle plus vite après une inversion de rôle qu après rien. Pas de différence chez les chimpanzés. https://www.youtube.com/watch?v=v3nyc4wn-um

49 Résumé comparaison enfant/chimpanzé Les coopération est motivante en elle-même. Ré-engagement (you-to-me commitment). Aider & Prendre laisse plus en collaboration. Partage les gains plus équitablement après une collaboration. Les enfants inversent les rôles («bird s eye view») https://www.youtube.com/watch?v=v3nyc4wn-um

50 Tomasello considère que Les humains se sont adaptés de façon unique pour la coopération : Motivation : partage biens, aide/engagement. Cognition : intentions jointes & attention / rôle d agent neutre. La coopération transforme la transmission culturelle (2 dimensions chez l humain) : Transmission / Normes de conformité : évolution culturelle cumulative Collaboration : institutions sociales https://www.youtube.com/watch?v=v3nyc4wn-um

LA PSYCHOLOGIE DE L'ENGAGEMENT 1 Ou comment amener autrui à modifier librement ses comportements?

LA PSYCHOLOGIE DE L'ENGAGEMENT 1 Ou comment amener autrui à modifier librement ses comportements? LA PSYCHOLOGIE DE L'ENGAGEMENT 1 Ou comment amener autrui à modifier librement ses comportements? Robert-Vincent Joule INTRODUCTION Comment s'y prendre pour changer les mentalités et les comportements?

Plus en détail

Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit?

Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit? Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit? - Penser : a) avoir des idées, des opinions b) raisonner,

Plus en détail

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Analyse Appliquée du Comportement Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Qu est-ce que l ABA? «Applied Behavior Analysis» (Analyse appliquée du comportement) C est une méthode inspirée de Skinner

Plus en détail

Vendre. PANdOre INTRODUCTION. But du vendeur : faire en sorte que tout se passe au mieux entre l entreprise et les clients/les partenaires.

Vendre. PANdOre INTRODUCTION. But du vendeur : faire en sorte que tout se passe au mieux entre l entreprise et les clients/les partenaires. Vendre PANdOre INTRODUCTION But du vendeur : faire en sorte que tout se passe au mieux entre l entreprise et les clients/les partenaires. Historique de la relation client-fournisseur : 1955-1965 : le fournisseur

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Tutoriel Drupal «views»

Tutoriel Drupal «views» Tutoriel Drupal «views» Tutoriel pour la découverte et l utilisation du module Drupal «Views» 1 Dans ce tutoriel nous allons d abord voir comment se présente le module views sous Drupal 7 puis comment

Plus en détail

Lorsque la période est terminée, on réinitialise toutes les pinces sur la partie verte ce qui encourage les élèves à repartir du bon pied.

Lorsque la période est terminée, on réinitialise toutes les pinces sur la partie verte ce qui encourage les élèves à repartir du bon pied. Inspiré de sites et fonctionnements américains appelés Clip Chart, voilà l outil que j ai créé afin d encourager (et récompenser) les élèves à avoir une bonne attitude, à faire les bons choix et favoriser

Plus en détail

Centre d Analyse Stratégique

Centre d Analyse Stratégique Centre d Analyse Stratégique Choix d une complémentaire santé Le regard des Assurés et des Entreprises 7 juillet 2009 Centre d Analyse Stratégique Tristan KLEIN Perrine FREHAUT Contacts TNS Sofres Emmanuel

Plus en détail

Changement des comportements et Formation

Changement des comportements et Formation Notre système change. Accélérer ce changement vers la durabilité est à la fois une urgence et une opportunité. Changement des comportements et Formation Éducation au développement durable dans les formations

Plus en détail

1. Coordonnées de l expéditeur. Vous avez réalisé, dans nos locaux, des travaux d aménagement, le jeudi 22 décembre dernier.

1. Coordonnées de l expéditeur. Vous avez réalisé, dans nos locaux, des travaux d aménagement, le jeudi 22 décembre dernier. 3. Références Marie Durand Institut des Langues 145 rue Xavier Cigalon 30000 NICE Tel: 0402030405 Courriel : durand@aol.fr 1. Coordonnées de l expéditeur M. Michel Fabre Directeur Fabre associés 24 avenue

Plus en détail

France with an OIB. Updated January 2014

France with an OIB. Updated January 2014 France with an OIB Updated January 2014 The French system May appear complicated Not too expensive Good opportunities if you look carefully 2 European harmonisation of higher education - LMD system Licence

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

Fouille de données et aide à la décision.

Fouille de données et aide à la décision. Fouille de données et aide à la décision. Introduction au datamining. Anne-Claire Haury M2 Informatique Université Denis Diderot Second semestre 2014-2015 1 Introduction 2 Outline 1 Peut-on faire dire

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM fiche pédagogique FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM Par Paola Bertocchini et Edvige Costanzo Public : Futurs enseignants en formation initiale et enseignants en formation continue Objectifs Prendre

Plus en détail

Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding

Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding Sondage exclusif Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding Un sondage exclusif mené par l Institut Think pour Sondage «Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding» mené par l Institut

Plus en détail

COMPETENCE DE NIVEAU N1

COMPETENCE DE NIVEAU N1 GROUPE DES ACTIVITES ATHLETIQUES DEMI FOND Réaliser une performance motrice maximale mesure à une échéance donnée COMPETENCE DE NIVEAU N1 Compétences attendues dans l APSA Réaliser la meilleure performance

Plus en détail

Question from Gabriel Bernardino (Session I)

Question from Gabriel Bernardino (Session I) /06/204 Question from Gabriel Bernardino (Session I) Do you believe that harmonised EU regulation will indeed lead to less national regulatory details? Croyez-vous que l harmonisation des lois européennes

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

Par Maître Elena Roditi, Avocat au Barreau de Paris (Alain Bensoussan Avocats)

Par Maître Elena Roditi, Avocat au Barreau de Paris (Alain Bensoussan Avocats) Entretien sur les aspects juridiques des voitures autonomes Par Maître Elena Roditi, Avocat au Barreau de Paris (Alain Bensoussan Avocats) Présidente de la commission «Voiture Intelligente» de l Association

Plus en détail

DW Radio Learning by Ear Ordinateurs et Internet Programme 9 Richard Lough

DW Radio Learning by Ear Ordinateurs et Internet Programme 9 Richard Lough LBE Ordinateurs et Internet - Programme 9 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction: Yann Durand Personnages: Beatrice (fille adolescente), John (garçon adolescent), Internet (voix off mécanique), expert

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel Sommaire PRESENTATION GENERALE DU MARKETING: Qu est-ce que le Marketing? Introduction et définition

Plus en détail

RÈGLEMENT. Le Comité central édicte le règlement suivant conformément aux art. 57 et 39, ch. 4 lettre i des Statuts de l ASI du 25 novembre 2010.

RÈGLEMENT. Le Comité central édicte le règlement suivant conformément aux art. 57 et 39, ch. 4 lettre i des Statuts de l ASI du 25 novembre 2010. RÈGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE Toutes les désignations de personnes utilisées dans ce règlement sont applicables par analogie aussi bien aux personnes de sexe masculin que féminin. Le

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Filed December 22, 2000

Filed December 22, 2000 NEW BRUNSWICK REGULATION 2000-64 under the SPECIAL PAYMENT TO CERTAIN DEPENDENT SPOUSES OF DECEASED WORKERS ACT (O.C. 2000-604) Regulation Outline Filed December 22, 2000 Citation..........................................

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

L homme versus machine

L homme versus machine L homme versus machine 15. Juin 2015, Cedres réflexions Espaces des Terreaux Défense de l homme, par Wulfram Gerstner (EPFL) Je pense donc je suis! Cela me plait de commencer ma défense de l homme avec

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe.

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions POURQUOI MOI? 1. Pourquoi entreprendre des

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Sawsen Lakhal. Ce que représente PeDTICE pour moi

Sawsen Lakhal. Ce que représente PeDTICE pour moi Sawsen Lakhal Ce que représente PeDTICE pour moi En tant que nouvelle professeure, PeDTICE représente pour moi des occasions de rencontres très enrichissantes. Ces rencontres permettent un codéveloppement

Plus en détail

L éthique dans les relations commerciales. Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012. Bonjour tout le monde,

L éthique dans les relations commerciales. Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012. Bonjour tout le monde, L éthique dans les relations commerciales Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012 Bonjour tout le monde, Aujourd hui j ai l intention de vous expliquer ce qui m a amenée à réfléchir sur

Plus en détail

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand LBE Ordinateurs et Internet Programme 8 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand Personnages: Beatrice (fille adolescente), John (garçon adolescent), Ordinateur (voix électronique off) Clips

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

Le livret des réponses

Le livret des réponses Le livret des réponses Achat 1 Avant de dépenser tout ton argent, il faut réfléchir aux conséquences de cet achat. Auras-tu besoin d argent pour faire d autres activités dans les semaines qui viennent,

Plus en détail

Présentation de l échantillon

Présentation de l échantillon Cette année, rien ne va plus pour la filière AES! Après une baisse de 5,4% d inscrits pour l année 2013-2014 par rapport à l année passée, la licence pluridisciplinaire par excellence souffle ses 40 bougies

Plus en détail

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE Magali Dufour, Ph.D. Faculté de médecine et des sciences de la Santé Natacha Brunelle, Ph.D. Université du Québec à Trois-Rivières Sévrine

Plus en détail

POURQUOI C EST SI DUR DE CHANGER?

POURQUOI C EST SI DUR DE CHANGER? POURQUOI C EST SI DUR DE CHANGER? Bruno Jarrosson, Bernard Jaubert, Philippe Van den Bulke Les idées reçues sur le changement 1. Le changement s oppose à la conservation. Nous n aimons pas le changement

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Safety communication. SMART Safety UNE MÉTHODE EXCLUSIVE POUR AMÉLIORER LES COMPORTEMENTS PRO-SÉCURITÉ DANS L ENTREPRISE

Safety communication. SMART Safety UNE MÉTHODE EXCLUSIVE POUR AMÉLIORER LES COMPORTEMENTS PRO-SÉCURITÉ DANS L ENTREPRISE Safety communication Behaviour Based Safety SMART Safety Safety Management by Safety communication UNE MÉTHODE EXCLUSIVE POUR AMÉLIORER LES COMPORTEMENTS PRO-SÉCURITÉ DANS L ENTREPRISE Pourquoi choisir

Plus en détail

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT»

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» 1. Introduction La sécurité est un sentiment et une réalité. La réalité de la sécurité est mathématique, elle est basée sur la probabilité de différents risques

Plus en détail

Quand le bâtiment va, tout va

Quand le bâtiment va, tout va Quand le bâtiment va, tout va Citation de Martin Nadeau en 1849 à l Assemblée législative de la France Martin Nadeau Ancien ouvrier maçon Député à l Assemblée législative Les sots font bâtir les maisons

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

SOMMAIRE VII. Remerciements

SOMMAIRE VII. Remerciements SOMMAIRE VII S o m m a i r e Remerciements Préface XIII XVII Introduction 1 Changer les comportements, c est possible 1 mais la règle, c est l échec! 3 Les humains ne décident pas comme des homo economicus

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN STS M A T H S S T S Animation académique Taverny lundi 24 mars 2014 et Savigny sur Orge vendredi 28 mars 2014 PREMIERS REPÈRES Les programmes de STS ont été

Plus en détail

BI = Business Intelligence Master Data-ScienceCours 7 - Data

BI = Business Intelligence Master Data-ScienceCours 7 - Data BI = Business Intelligence Master Data-Science Cours 7 - Data Mining Ludovic DENOYER - UPMC 30 mars 2015 Ludovic DENOYER - Typologie des méthodes de Data Mining Différents types de méthodes : Méthodes

Plus en détail

La contribution des pères au développement de leur enfant

La contribution des pères au développement de leur enfant Activité 1 La contribution des pères au développement de leur enfant Le père: Un rôle en évolution Théorie de l évolution Question de survie! Homme Animaux Christine Gervais, Ph. D., Professeur au département

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 15 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 15 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu des pertes accumulées face

Plus en détail

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU $SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU Fabien FIGUERES fabien.figueres@mpsa.com 0RWVFOpV : Krigeage, plans d expériences space-filling, points de validations, calibration moteur. 5pVXPp Dans le

Plus en détail

Bienvenue sur Maternelle De Moustache Publié le 13/10/2011 Par isabelle. Pages. C est maintenant sur Maternelle De Moustache : Produits récents

Bienvenue sur Maternelle De Moustache Publié le 13/10/2011 Par isabelle. Pages. C est maintenant sur Maternelle De Moustache : Produits récents Bienvenue sur Maternelle De Moustache Publié le 13/10/2011 Par isabelle Bonjour à tous, je m appelle Isabelle et je tiens à vous remercier de visiter mon sitematernelle De Moustache. Panier Votre panier

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable «Nous devons être le changement que nous voulons pour le monde» Gandhi works et n n a lo y b a B n o ti a ci o ss a L Babyloan

Plus en détail

Situation d apprentissage et d évaluation. Guide de l élève

Situation d apprentissage et d évaluation. Guide de l élève Parcours de formation axée sur l emploi Formation préparatoire au travail (FPT) Autonomie et participation sociale Situation d apprentissage et d évaluation NOM : GROUPE : Guide de l élève Commission scolaire

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Fiche Vendre. cf. écoute + analyse de besoins avec questions Vendeur = docteur, enquêteur. Le vendeur est celui qui fait vivre l entreprise.

Fiche Vendre. cf. écoute + analyse de besoins avec questions Vendeur = docteur, enquêteur. Le vendeur est celui qui fait vivre l entreprise. Fiche Vendre cf. écoute + analyse de besoins avec questions Vendeur = docteur, enquêteur. Le vendeur est celui qui fait vivre l entreprise. faire rêver ECE : Extraordinary Customer Experience (expérience

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service

Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service du Décret 92-1189 Modifié par Décret 2000-753 2000-08-01 - Article 30 et 31 BO spécial n 2 du 19 février 2009 (Définition

Plus en détail

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) *

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * André ANTIBI Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * * extrait du livre «LES NOTES : LA FIN DU CAUCHEMAR» ou «Comment supprimer la constante macabre» 1 Nous proposons un système d évaluation

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

Bâtissez-vous un avenir certain

Bâtissez-vous un avenir certain 1 1 Etape 1 Etape 2 Bâtissez-vous un avenir certain AUTEUR LEADER SYDNEY Adresse email imygpc@gmail.com Contact téléphonique +225 41 52 92 06 2 Bâtissez-vous un avenir certain Vous en avez rêvé, créer

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

Comment Elaborer un Plan d Action

Comment Elaborer un Plan d Action Comment Elaborer un Plan d Action Tenant compte du temps et des ressources limités des responsables de mise en œuvre de programmes, les outils de la série Straight to the Point (Droit au But) de Pathfinder

Plus en détail

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a RENÉ CHARBONNEAU C o n s u l t a t i o n e t f o r m a t i o n C o n s u l t i n g a n d T r a i n i n g 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t

Plus en détail

Calculation of Interest Regulations. Règlement sur le calcul des intérêts CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015

Calculation of Interest Regulations. Règlement sur le calcul des intérêts CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Calculation of Interest Regulations Règlement sur le calcul des intérêts SOR/87-631 DORS/87-631 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 Published by the Minister

Plus en détail

Fidéliser = Développer l expérience employés. Lucie Morin Professeure

Fidéliser = Développer l expérience employés. Lucie Morin Professeure Fidéliser = Développer l expérience employés Lucie Morin Professeure Sommet 18 juin 2015 Fidéliser les employés, c'est la même chose que fidéliser les clients : on doit offrir un bon service après-vente!

Plus en détail

Règlement du concours de lutte contre les discriminations. «Discriminant Discriminé : et toi tu es quoi?»

Règlement du concours de lutte contre les discriminations. «Discriminant Discriminé : et toi tu es quoi?» Règlement du concours de lutte contre les discriminations «Discriminant Discriminé : et toi tu es quoi?» La Préfecture de région, le Rectorat de l Académie de Besançon et le Conseil Régional de Franche-

Plus en détail

La Banque Postale / CNP Assurances

La Banque Postale / CNP Assurances La Banque Postale / CNP Assurances Baromètre Prévoyance Vague 1 Santé Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Fabienne CADENAT / Michaël PERGAMENT 01.40.92. 45.37 / 31.17 / 46.72 42IG98

Plus en détail

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle!

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle! Ma première assurance auto Je suis en contrôle! L assurance auto, c est obligatoire! Obligatoire L assurance auto sert d abord à couvrir les dommages que tu pourrais causer aux autres. Ça s appelle la

Plus en détail

ADOPTER UN MODE DE VIE SAIN ET ACTIF NOM : GROUPE :

ADOPTER UN MODE DE VIE SAIN ET ACTIF NOM : GROUPE : 2 e ANNÉE DU 1 er CYCLE - PRIMAIRE ADOPTER UN MODE DE VIE SAIN ET ACTIF NOM : GROUPE : Adaptation par Martin Darveau, Normand Fortin, Julien Guay, Patrick Santerre, Jean- François Tremblay et Vincent Charbonneau

Plus en détail

Projet INCRESP Inciter à des comportements écologiquement responsables )

Projet INCRESP Inciter à des comportements écologiquement responsables ) Projet INCRESP Inciter à des comportements écologiquement responsables ) Denis Hilton (Université de Toulouse-II) Charles Raux (Laboratoire d Economie des Transports, Lyon) Nicolas Treich (INRA, Toulouse)

Plus en détail

Prise en compte du facteur humain. Cédric Soubrié

Prise en compte du facteur humain. Cédric Soubrié Prise en compte du facteur humain Cédric Soubrié 12/02/2011 Les deux cours + projet Conception centrée utilisateurs Les règles à suivre Définition du projet Conception Implémentation Nom : Cédric Soubrié

Plus en détail

Analyse du comportement des joueurs : les décisions relevaient-elle du hasard ou d une vraie réflexion?

Analyse du comportement des joueurs : les décisions relevaient-elle du hasard ou d une vraie réflexion? Expérimentation Business Game Enseignant : Philippe PALACIN Descriptif : Classes concernées Descriptif général du cadre et des objectifs expérimentaux Contexte Période et temps consacrés à l expérimentation

Plus en détail

LE JEU CHEZ LES JEUNES

LE JEU CHEZ LES JEUNES LE JEU CHEZ LES JEUNES NOTRE POLITIQUE : 19 ANS ET PLUS Le jeu est une option de divertissement pour les adultes. Dans cette perspective, Loto Atlantique s engage à continuer de soutenir les initiatives

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. YOGA EN LIGNE : GET YOGi popularise le yoga et cherche à le rendre accessible à tous!

DOSSIER DE PRESSE. YOGA EN LIGNE : GET YOGi popularise le yoga et cherche à le rendre accessible à tous! DOSSIER DE PRESSE YOGA EN LIGNE : GET YOGi popularise le yoga et cherche à le rendre accessible à tous! 1 er juin : ouverture des pré-inscriptions www.getyogi.fr contact presse Anna, chargée des relations

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

Les français et les jeunes conducteurs

Les français et les jeunes conducteurs DOSSIER DE PRESSE Paris, 4 mai 2015 www.jeune-conducteur-assur.com Les français et les jeunes conducteurs Révélation de l étude Jeune Conducteur Assur / Ifop Enquête menée auprès d un échantillon de 1000

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008 En partenariat avec le Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement durable et de l Aménagement du territoire Les Français et les enjeux de la mobilité durable Août 2008 Méthodologie page 2

Plus en détail

Assurance Vie en Ligne

Assurance Vie en Ligne Synthèse - Mars 2014 Benchmark concurrentiel de l expérience client en ligne e Assurance Vie en Ligne 6 sites d acteurs de référence de l Assurance Vie en Ligne plus de 7.000 internautes mobilisés www.observatoire-eperformance.com

Plus en détail

Katja Ingman. Être pro en anglais. Sous la direction de Marie Berchoud. Groupe Eyrolles, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0

Katja Ingman. Être pro en anglais. Sous la direction de Marie Berchoud. Groupe Eyrolles, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0 Katja Ingman Être pro en anglais Sous la direction de Marie Berchoud, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0 Fiche 1 Grow Your English : autoévaluation et plan d action Passez à l action : définissez votre objectif,

Plus en détail

Comparer l intérêt simple et l intérêt composé

Comparer l intérêt simple et l intérêt composé Comparer l intérêt simple et l intérêt composé Niveau 11 Dans la présente leçon, les élèves compareront divers instruments d épargne et de placement en calculant l intérêt simple et l intérêt composé.

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment RÉDIGER. une lettre de MOTIVATION JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment RÉDIGER. une lettre de MOTIVATION JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment RÉDIGER une lettre de MOTIVATION JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS Avec le soutien du Fonds social européen A quoi sert une lettre de motivation? Lorsque vous faites

Plus en détail

ENSEIGNER LES FINANCES PERSONNELLES À VOTRE ENFANT

ENSEIGNER LES FINANCES PERSONNELLES À VOTRE ENFANT ENSEIGNER LES FINANCES PERSONNELLES À VOTRE ENFANT L enfant moyen est exposé { plus d un million de publicités avant même d atteindre l âge de 21 ans. Il subit une pression intense à consommer et à dépenser.

Plus en détail

Économie de l environnement

Économie de l environnement Économie de l environnement Ch. 3. Biens publics RSE 2014-2015 Économie de l environnement Prof. Philippe Polomé Université Lyon 2 GATE CNRS UMR 5824 www.gate.cnrs.fr/perso/polome RSE 2014-2015 Économie

Plus en détail

Société Louis GRAMA Tentes et Toiles S.A. Capital 1.700.000 FF

Société Louis GRAMA Tentes et Toiles S.A. Capital 1.700.000 FF La lettre commerciale Exemple Généralités Conventions Conseils Liens Exemple Société Louis GRAMA Tentes et Toiles S.A. Capital 1.700.000 FF Tél.: 01.45.88.98.32. 5 rue de la Liberté SIREN 455.239.666.00045

Plus en détail

Manuel d utilisation. Mini Market éducatif. 2011 VTech Imprimé en Chine 91-002606-001

Manuel d utilisation. Mini Market éducatif. 2011 VTech Imprimé en Chine 91-002606-001 Manuel d utilisation Mini Market éducatif 2011 VTech Imprimé en Chine 91-002606-001 Chers parents, Chez VTech, nous sommes conscients que les enfants sont notre avenir. C est pourquoi tous nos jeux sont

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Foresters pour. Guide sur. l assurance vie

Foresters pour. Guide sur. l assurance vie Foresters pour l assurance vie Guide sur l assurance vie Qu est-ce que l assurance vie? L assurance vie est un contrat établi entre une personne assurée et un prestataire d assurance vie qui verse un paiement

Plus en détail

Consomm Action -------------------------------- Je consomme, donc je suis? ========================================

Consomm Action -------------------------------- Je consomme, donc je suis? ======================================== ------------------!!!!!!!!!!!!!! CONSOMM ACTION RELOADED!!!!!!!!!!!!!!! ------------------ RELOADED RELOADED Consomm Action -------------------------------- Je consomme, donc je suis? ========================================

Plus en détail