Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations"

Transcription

1 Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations HIVER 2011 CONTENU UN RECOURS PERSONNEL ET UN RECOURS HYPOTHÉCAIRE PEUVENT ÊTRE CUMULÉS EN UNE SEULE PROCÉDURE (COUR D APPEL) LE TRIBUNAL PERMET LA PRÉINSCRIPTION À L ENCONTRE D UN IMMEUBLE D UN RECOURS POUR FORCER L EXÉCUTION D UNE PROMESSE DE CONSTITUER UNE HYPOTHÈQUE.. PEUT-ON, PAR ORDONNANCE DE SAUVEGARDE, OBTENIR LE REPORT JUDICIAIRE D HYPOTHÈQUES SUR UNE SOMME D ARGENT À ÊTRE CONSIGNÉE?. LA FIDUCIE PRÉSUMÉE EN FAVEUR DE LA COURONNE POUR LA TPS N A PAS D EFFET EN MATIÈRE DE LACC (COUR SUPRÊME)... LE CRÉANCIER HYPOTHÉCAIRE QUI N AVISE PAS L ASSUREUR QUE L IMMEUBLE HYPOTHÉQUÉ N EST PLUS OCCUPÉ PAR LE PROPRIÉTAIRE ASSURÉ N A PAS DROIT À L INDEMNITÉ D ASSURANCE (COUR D APPEL) UN CRÉANCIER HYPOTHÉCAIRE, DANS LE COURS DE SON RECOURS EN DÉLAISSEMENT FORCÉ, NE PEUT OBTENIR UNE ORDONNANCE DE SAUVEGARDE CONTRAIGNANT SON DÉBITEUR À EFFECTUER LES VERSEMENTS HYPOTHÉCAIRES COURANTS.... UN CRÉANCIER HYPOTHÉCAIRE REQUÉRANT EN VENTE SOUS CONTRÔLE DE JUSTICE DOIT- IL SE TENIR À L ÉCART DU PROCESSUS DE VENTE SOUS CONTRÔLE DE JUSTICE? ME ROBERT TESSIER, RÉDACTEUR Téléphone : Télécopieur : Courriel : MILLER THOMSON POULIOT SENCRL 1155, boul. René-Lévesque Ouest 31 ième étage Montréal (Québec) H3B 3S6

2 UN RECOURS PERSONNEL ET UN RECOURS HYPOTHÉCAIRE PEUVENT ÊTRE CUMULÉS EN UNE SEULE PROCÉDURE (COUR D APPEL). Un créancier bénéficiant d une hypothèque légale de la construction publiée dépose une requête introductive d instance réclamant une condamnation personnelle du débiteur et demandant également le délaissement forcé pour vendre sous contrôle de justice de l immeuble hypothéqué. Le débiteur lui oppose une requête visant à forcer le créancier à opter entre ces recours prétendant que la conclusion de condamnation personnelle est incompatible avec la conclusion de délaissement forcé pour fins de vente sous contrôle de justice. Comme cela est arrivé à quelques reprises dans les dernières années, la Cour supérieure a accueilli la requête du débiteur et estimé que les conclusions de condamnation personnelle était incompatibles avec les conclusions de délaissement forcé pour fins de vente sous contrôle de justice dans une même procédure. La Cour d appel revoit le tout et confirme, comme certains auteurs, qu il est possible de joindre dans une même procédure des conclusions personnelles et des conclusions hypothécaires (sauf si ces dernières visent une prise en paiement, vu que la prise en paiement éteint la dette). En effet, la Cour d appel indique que, dans la mesure où la cause d action est la même, des conclusions personnelles et des conclusions hypothécaires peuvent coexister dans une même procédure. En l instance, suivant la Cour d appel, il n y a qu une seule cause d action, à savoir, le non paiement du montant réclamé et le recours personnel et le recours hypothécaire ne visent essentiellement qu à obtenir le paiement de ce que le créancier prétend lui être dû Canada Inc. c. Casiloc Inc., CA , jugement du 18 février 2011, Juges Benoît Morin, François Doyon et Marie-France Bich. LE TRIBUNAL PERMET LA PRÉINSCRIPTION À L ENCONTRE D UN IMMEUBLE D UN RECOURS POUR FORCER L EXÉCUTION D UNE PROMESSE DE CONSTITUER UNE HYPOTHÈQUE. Un créancier reçoit d un débiteur, par convention, un engagement à constituer une hypothèque mais ne s exécute pas. Le créancier procède à une préinscription à l encontre de l immeuble devant être hypothéqué de son recours pour forcer l exécution de cet engagement de constituer hypothèque. Le débiteur conteste la préinscription et en demande la radiation en prétendant notamment que la demande en justice dénoncée dans la préinscription ne constitue pas un recours donnant ouverture à la préinscription, soit parce que le recours exercé est un recours visant à faire valoir un droit personnel et non un droit réel, soit parce que l article 2966 C.c.Q. (permettant la préinscription) ne s applique pas en matière d hypothèque. L article 2966 C.c.Q. se lit comme suit : Art Toute demande en justice qui concerne un droit réel soumis ou admis à l inscription sur le registre foncier, peut, au moyen d un avis, faire l objet d une préinscription. La demande en justice qui concerne un droit réel mobilier qui a été inscrit sur le registre des droits personnels et réels mobiliers, peut aussi, au moyen d un avis, faire l objet d une préinscription. Le tribunal revoyant le tout constate qu il y a une promesse acceptée et inconditionnelle de consentir et enregistrer une hypothèque et que les procédures faisant l objet de la préinscription sont basées sur le droit allégué à l exécution forcée en nature de la promesse acceptée de consentir et enregistrer une hypothèque. Le tribunal estime que les procédures faisant l objet de la préinscription sont des demandes en justice qui concernent un droit réel soumis ou admis à l inscription sur le registre foncier au sens de l article 2966 C.c.Q.

3 Le tribunal écarte certaines décisions qu il considère s appuyer essentiellement sur l opinion de l auteur Payette à l effet que les règlements adoptés aux fins de la publicité des droits ne semblent pas faire place à la préinscription en matière hypothécaire, notamment en matière d hypothèque immobilière car «l inscription nécessite la rédaction d un abrégé ou d un sommaire de l acte d hypothèque, ou la présentation d une copie de l acte constitutif» ce qui exclurait la possibilité de publier l hypothèque avant sa création. Le tribunal se dit en désaccord avec les énoncés de cet auteur à ce sujet puisqu il y a confusion de l inscription du droit réel qu est l hypothèque immobilière et de la préinscription d une demande en justice concernant un droit réel, laquelle se fait au moyen d un simple avis suivant l article 2966 C.c.Q. Le tribunal conclut que les dispositions applicables en matière de préinscription n excluent en aucune façon la possibilité de faire un avis de préinscription d une demande en justice concernant le droit à l exécution forcée en nature d une promesse acceptée de consentir et enregistrer une hypothèque immobilière. Anne-Marie Poudrier c. Aeda Naami et als., CS , jugement du 15 février 2011, Juge Chantal Masse. PEUT-ON, PAR ORDONNANCE DE SAUVEGARDE, OBTENIR LE REPORT JUDICIAIRE D HYPOTHÈQUES SUR UNE SOMME D ARGENT À ÊTRE CONSIGNÉE? Des créanciers intentent un recours hypothécaire en délaissement forcé et prise en paiement d immeubles hypothéqués. Les hypothèques ont été consenties pour garantir les obligations découlant de diverses conventions de prêt d argent en lien avec le financement d un développement immobilier. Il y a des créanciers hypothécaires de rang antérieur aux créanciers requérants, dont le Ministère du revenu du Québec. Le recours est contesté par les débiteurs. Il y a litige quant aux sommes réclamées, le taux d intérêt, le refus du créancier de consentir à subdivision de terrains et quant à savoir si l hypothèque couvre ou non une reconnaissance de dette. Les débiteurs demandent un report des hypothèques réelles immobilières sur une somme qu ils offrent et consignent au greffe de la Cour, l objectif ultime étant de rendre les terrains disponibles pour le développement du projet domiciliaire entrepris. Les débiteurs procèdent par voie de demande d ordonnance de sauvegarde. Les créanciers s objectent à cette demande plaidant essentiellement que la présence de plusieurs autres créanciers, dont le Ministère du revenu, met en péril la réalisation de leur créance si le report est accordé. Outre le report des hypothèques sur la somme consignée, les débiteurs demandent, également par ordonnance de sauvegarde, la radiation des hypothèques immobilières. Le tribunal considère le tout Le tribunal rappelle les dispositions de l article 2678 C.c.Q. qui lui accorde l autorité et la discrétion judiciaire de procéder à un report forcé d une hypothèque grevant un bien à un autre qu il désigne afin de libérer le premier et le rendre disponible à son propriétaire, le débiteur hypothécaire : Art Lorsque ce qui est dû au créancier fait l objet d offres réelles ou d une consignation selon les termes du présent code, le tribunal peut, à la demande du débiteur qui les fait, autoriser le report de l hypothèque sur le bien offert ou consigné, et permettre la réduction du montant initialement inscrit. Dès lors que la réduction du montant initial est inscrite au registre approprié, le débiteur ne peut plus retirer ses offres ou le bien consigné. Le tribunal note qu il s agit d un recours exceptionnel qui s évalue au cas par cas. Des circonstances particulières doivent militer à rendre le bien hypothéqué disponible à des fins commerciales ou autres, sans pour autant que le report ne cause préjudice au créancier hypothécaire. Ce dernier doit pouvoir conserver son droit de réaliser sa créance de la même façon, sans risque additionnel, peu importe le bien sur lequel est reportée son hypothèque.

4 L application du recours de 2678 C.c.Q. et les mesures judiciaires qui peuvent en découler sont difficilement conciliables avec une procédure sommaire, urgente et sans audition des parties, comme l est la demande d ordonnance de sauvegarde présentée en début d instance sur la base des seuls affidavits des parties intéressées. Le tribunal saisi d une telle demande doit agir avec circonspection et retenue avant de radier l hypothèque qui constitue le droit réel affecté à l exécution d une obligation convenue entre les parties et assortie de cette sûreté sans laquelle le créancier hypothécaire n aurait sûrement pas accepté de contracter. Le report requis doit être examiné sous tous ses angles et chacune de ses conséquences avant d être accordé. Rares seront les cas où les plaideurs auront prévu toutes les répercussions du report au stade d une ordonnance de sauvegarde demandée en début d instance. Le tribunal, soulignant qu aucune grille d analyse n établit les conditions d octroi du report d hypothèque sur une somme déposée en consignation, estime devoir suivre la suggestion de l auteur Louis Payette qui préconise de s inspirer des critères utilisés pour l émission d une injonction interlocutoire. La demande de report ne doit pas être prématurée et les sommes consignées doivent être suffisantes. L ordonnance de sauvegarde, s il en est une, ne doit pas régler le problème soulevé de manière définitive, ni mettre fin au litige. Quant au moyen employé, le tribunal estime que l ordonnance de sauvegarde est un véhicule procédural distinct, mais qui participe du processus global de l injonction et doit être envisagée dans cette perspective. L ordonnance de sauvegarde ne doit pas placer l une ou l autre des parties face à des obligations irréalistes et injustes. Le report d hypothèque et l ordonnance de sauvegarde sont deux mesures judiciaires discrétionnaires exceptionnelles qui ne font pas nécessairement bon ménage sauf si des circonstances particulières hors du commun en commandent l application immédiate dès le début de l instance. Ensuite, analysant le dossier dans la perspective de l injonction (apparence de droit, préjudice, balance des inconvénients, urgence), le tribunal constate que le droit au report ou du moins à l ordonnance de sauvegarde n est pas clair, il est même précaire pour ne pas dire douteux. En ce début d instance, la radiation qui découle du report requis n est pas justifiée en ce qu elle ne permettrait pas d établir provisoirement l équilibre des intérêts opposés. Au contraire, elle donnerait une tangente irréversible qui n est pas appropriée aux circonstances du litige tel qu actuellement mû entre les parties. Par ailleurs, accorder le report tel que demandé équivaudrait à implanter un modus vivendi irréversible et préjudiciable au créancier hypothécaire alors que ne pas l accorder ne cause pas de préjudice véritable aux débiteurs hypothécaires tant et aussi longtemps qu une entente écrite ne sera pas intervenue avec le créancier de premier rang et le Ministère du revenu. Le report requis n aurait pas, à ce stade-ci, l effet de rendre disponible le bien hypothéqué et ce sont les créanciers hypothécaires qui subiraient un plus grand préjudice et une plus grande proportion d inconvénients si le report était accordé. La demande de report n est pas ultimement nécessaire maintenant et s avère prématurée. Finalement, l urgence n a pas été démontrée. En conséquence, le tribunal ne fait pas droit à la demande des débiteurs Québec Inc. c. Sofim Inc., CS , jugement du 29 octobre 2010, Juge Jean-Yves Lalonde

5 LA FIDUCIE PRÉSUMÉE EN FAVEUR DE LA COURONNE POUR LA TPS N A PAS D EFFET EN MATIÈRE DE LACC (COUR SUPRÊME). Une débitrice tente de se restructurer suivant la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC). Elle avait perçu une somme d environ $ à titre de TPS qu elle n avait pas remise à la Couronne. Dans le cours de sa réorganisation, le tribunal ordonne que la somme de TPS non remise soit confiée au contrôleur à l arrangement jusqu à l aboutissement de l arrangement ou sa détermination finale. Il s avérera que la réorganisation ne pourra pas s accomplir et la débitrice demande alors au tribunal d être autorisée à faire cession de ses biens suivant la Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI). La Couronne intervient pour demander une ordonnance contraignant le contrôleur à lui remettre les sommes représentant la TPS perçue mais non remise. La Cour supérieure refuse la demande de la Couronne indiquant que la raison de la remise des sommes au contrôleur était de faciliter et assurer le paiement à la Couronne dans la seule éventualité où la réorganisation réussisse et que la Couronne n a pas de priorité pour la TPS non remise lorsqu il y a faillite. La Cour d appel renverse cette décision en suivant la décision rendue dans l affaire Ottawa Senators Hockey Club Corp (Re) 1 laquelle a reconnu l application de la fiducie présumée en faveur de la Couronne pour la TPS en matière de LACC. La Cour Suprême revoit le tout et les questions qui se posent sont les suivantes : 1. La fiducie présumée établie par la Loi sur la taxe d accise en faveur de la Couronne l emporte-t-elle sur les dispositions de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies censées neutraliser ces fiducies? 2. Le juge avait-il le pouvoir de lever partiellement la suspension des procédures pour permettre à la compagnie débitrice de faire cession de ses biens et de suspendre les mesures prises par la Couronne pour bénéficier de la fiducie présumée se rapportant à la TPS? 3. Le fait que le montant de TPS réclamé par la Couronne soit détenu séparément dans le compte du contrôleur a-t-il créé une fiducie expresse en faveur de la Couronne? 1 [2005], 6 C.B.R. (5th) Les dispositions législatives directement en cause et qui soulèvent la question d interprétation sont l article 222(3) de la Loi sur la taxe d accise et l article 18.3(1) et (2) (maintenant article 37) de la LACC : Art. 222 [ ] (3) Malgré les autres dispositions de la présente loi (sauf le paragraphe (4) du présent article), tout autre texte législatif fédéral (sauf la Loi sur la faillite et l insolvabilité), tout texte législatif provincial ou toute autre règle de droit, lorsqu un montant qu une personne est réputée par le paragraphe (1) détenir en fiducie pour Sa Majesté du chef du Canada n est pas versé au receveur général ni retiré selon les modalités et dans les délais prévus par la présente partie, les biens de la personne y compris les biens détenus par ses créanciers garantis qui, en l absence du droit en garantie, seraient ses biens d une valeur égale à ce montant sont réputés [ ] Il est à noter que suivant cette disposition, seule la LFI constitue une exception d application. La LACC ne forme pas partie de la LFI et en conséquence la fiducie présumée s appliquerait en matière de LACC. Art. 18.3(1) Sous réserve du paragraphe (2) et par dérogation à toute disposition législative fédérale ou provinciale ayant pour effet d assimiler certains biens à des biens détenus en fiducie pour Sa Majesté, aucun des biens de la compagnie débitrice ne peut être considéré comme détenu en fiducie pour Sa Majesté si, en l absence de la disposition législative en question, il ne le serait pas. Art. 18.3(2) Le paragraphe (1) ne s applique pas à l égard des montants réputés détenus en fiducie aux termes des paragraphes 227(4) ou (4.1) de la Loi de l impôt sur le revenu, des paragraphes 23(3) ou (4) du régime de pensions du Canada ou des paragraphes 86(2) ou (2.1) de la Loi sur l assurance-emploi Il est à remarquer que suivant ce texte, l article 222(3) de la Loi sur la taxe d accise ne constitue pas une exception d application comprise au paragraphe 2 de l article 18.3 LACC. Considérant le tout, la Cour Suprême rappelle sa décision dans l affaire Caisse populaire Desjardins de

6 Montmagny 2, où elle a déterminé que lorsqu il y avait faillite la fiducie présumée en faveur de la Couronne pour la TPS n avait pas d effet et que la Couronne devenait pour ces sommes un créancier ordinaire. La Cour souligne qu il y a lieu d interpréter en harmonie les dispositions de la LFI et celles de la LACC et qu il serait incongru de continuer à appliquer le résultat de la décision de la Cour d appel de l Ontario dans Ottawa Senators Hockey Club Corp et de considérer qu en matière de LACC la fiducie présumée de la Couronne pour la TPS s applique alors qu elle ne s applique pas suivant la LFI. La Cour rappelle que l intention du législateur à l occasion des derniers changements à la LACC était notamment de limiter les priorités de la Couronne à certaines situations spécifiques, principalement celles relatives aux déductions à la source reliées à l emploi, et conclut que puisque la fiducie présumée en faveur de la Couronne pour la TPS ne fait pas l objet d une exception spécifique au paragraphe 2 de l article 18.3 de la LACC, la Couronne, à ce chapitre, doit être considérée comme un créancier ordinaire. Par ailleurs, sur la question du pouvoir d ordonnance d un juge suivant la LACC, la Cour Suprême reconnaît que le tribunal a l autorité d émettre toute ordonnance qu il considère appropriée dans les circonstances, dans la mesure du respect des critères suivants : 1) Est-ce que l ordonnance recherchée est sujette à des mesures, modalités ou restrictions suivant la LACC? et 2) Est-ce que l ordonnance est compatible avec l accomplissement des objectifs réparateurs ou curatifs de la LACC? Finalement, la Cour a déterminé que l ordonnance du juge prévoyant la remise des sommes perçues à titre de TPS au contrôleur n a pas créé de fiducie expresse en l espèce car aucune certitude d objet ne peut être inférée de cette ordonnance. La création d une fiducie expresse exige la présence de certitudes quant à l intention, à la matière et à l objet. Lorsque le juge siégeant en son cabinet a accepté la proposition que les sommes soient détenues séparément dans le compte en fiducie du contrôleur, il n existait aucune certitude que la Couronne serait le bénéficiaire ou l objet de la fiducie, car il y avait un doute quant à la question de savoir qui au juste pourrait toucher l argent en fin de compte. Cet arrêt est important pour la pratique en matière de restructuration et d insolvabilité, déterminant qu il n y a pas d application de fiducie présumée en faveur de la Couronne pour la TPS suivant la LACC et indiquant ou réitérant que la LACC doit être interprétée de façon compatible avec ses objectifs curatifs et réparateurs et comme attribuant au tribunal le pouvoir d ordonnance nécessaire à l application efficace des objectifs de cette Loi. Century Services Inc. c. Canada (Procureur général), Cour suprême du Canada 33239, jugement du 16 décembre 2010, Juges Beverley McLachlin, William Ian Corneil Binnie, Louis LeBel, Marie Deschamps, Morris J. Fish, Louise Charron, Marshall Rothstein et Thomas Albert Cromwell. 2 Québec (revenu) c. Caisse populaire Desjardins de Montmagny, [2009] 3 R.C.S

7 LE CRÉANCIER HYPOTHÉCAIRE QUI N AVISE PAS L ASSUREUR QUE L IMMEUBLE HYPOTHÉQUÉ N EST PLUS OCCUPÉ PAR LE PROPRIÉTAIRE ASSURÉ N A PAS DROIT À L INDEMNITÉ D ASSURANCE (COUR D APPEL). Un créancier hypothécaire entame un recours hypothécaire de vente sous contrôle de justice contre son débiteur qui a cessé d effectuer les versements en remboursement de son prêt. L immeuble est assuré suivant une police d assurance souscrite par le propriétaire comportant la clause hypothécaire type en faveur du créancier hypothécaire. Un sinistre survient et le créancier hypothécaire réclame l indemnité d assurance, des dommages et les honoraires extrajudiciaires engagés. Toutefois, le créancier hypothécaire n a pas informé l assureur qu il savait avant le sinistre que l assuré n avait jamais habité l immeuble en cause et que celui-ci était occupé par un inconnu qui ne connaissait pas l assuré. Le juge de première instance avait déterminé que si l assureur avait été informé par le créancier hypothécaire promptement suivant sa connaissance de la situation qui prévalait, l assureur aurait, en application de sa politique mise en preuve, résilié la police avant que ne se produise le sinistre. En cas d aggravation du risque, tant la clause hypothécaire que l article 2466 C.c.Q. exigent qu un avis prompt soit donné. Or, en l espèce, aucun avis n a été donné par le créancier hypothécaire avant le sinistre de sorte que l assureur n a pu exercer le choix de résilier le contrat que lui donnent l article 2467 C.c.Q. et le deuxième alinéa de la clause 5 de la clause hypothécaire. Le juge de première instance a estimé en conséquence que l assureur était bien fondé d opposer la nullité de la police et de refuser d indemniser le créancier hypothécaire. La Cour d appel estime qu il n y a aucune erreur au jugement de première instance et maintient ce jugement concluant que le créancier hypothécaire n a pas droit à l indemnité d assurance, dans les circonstances. Xceed Mortgage Corporation c. Wawanesa, compagnie mutuelle d assurances, C.A , jugement du 25 janvier 2011, Juges André Brossard, Jacques Al. Léger et Guy Cournoyer. UN CRÉANCIER HYPOTHÉCAIRE, DANS LE COURS DE SON RECOURS EN DÉLAISSEMENT FORCÉ, NE PEUT OBTENIR UNE ORDONNANCE DE SAUVEGARDE CONTRAIGNANT SON DÉBITEUR À EFFECTUER LES VERSEMENTS HYPOTHÉCAIRES COURANTS. Un créancier hypothécaire ayant signifié un préavis d exercice du recours hypothécaire de vente sous contrôle de justice depuis plusieurs mois et ayant trouvé un acquéreur pour la propriété, procède à une requête en délaissement forcé immédiat pour vente sous contrôle de justice de gré à gré d un immeuble. Ce créancier demande une ordonnance de sauvegarde qui enjoindrait (alors que le créancier a rappelé toutes les avances) le débiteur à payer l équivalent des versements qui seraient autrement devenus payables depuis le début des défauts et jusqu à la vente de l immeuble. Le créancier hypothécaire allègue l urgence d obtenir le délaissement immédiat de l immeuble puisque l acquéreur trouvé exige une passation de titre très prochaine. Puisque la requête en délaissement forcé immédiat est contestée, le créancier hypothécaire demande l émission de cette ordonnance de sauvegarde qui est considérée par le tribunal. Le tribunal constate que le débiteur ne paie plus à la banque depuis plus d un an les versements de capital et d intérêts, le créancier hypothécaire ayant toutefois à un certain point réclamé le remboursement total de ses avances. Le tribunal rappelle que pour l émission d une ordonnance de sauvegarde, il doit considérer les critères suivants : l apparence de droit, le préjudice irréparable et l urgence

8 Quant à l apparence de droit, le tribunal indique qu il faut bien qualifier quel est le droit du créancier hypothécaire qui, en l occurrence, est le droit au délaissement, le droit à l exécution de sa sûreté et non le droit à l exécution en nature de l obligation principale, soit le paiement de la dette. On ne peut pas par une ordonnance de sauvegarde obtenir ce qu on ne peut pas obtenir par la procédure entreprise. Or, le créancier hypothécaire recherche le droit de vendre sous contrôle de justice, l application du droit au délaissement. Le créancier hypothécaire veut pallier une éventuelle insuffisance des garanties par le paiement de sommes d argent. Pour le tribunal, cela ne peut pas être l objet d une ordonnance de sauvegarde et la banque n a pas démontré une apparence de droit à ce stade-ci. Finalement, quant à l urgence, le tribunal constate que le créancier a retardé plusieurs mois après la signification de son préavis avant d intenter les procédures en délaissement forcé. L urgence qu il invoque est une urgence subjective fondée sur le fait que l acheteur qu il a trouvé et qu il voulait trouver avant de procéder exige de passer titre rapidement. En conséquence, la requête pour l émission d une ordonnance de sauvegarde est refusée. Banque Nationale du Canada c Québec Inc., C.S , jugement du 22 décembre 2010, Juge François Toth. Quant au critère du préjudice irréparable, le tribunal constate que la sûreté est toujours là et que le droit du créancier hypothécaire n est pas en péril. UN CRÉANCIER HYPOTHÉCAIRE REQUÉRANT EN VENTE SOUS CONTRÔLE DE JUSTICE DOIT-IL SE TENIR À L ÉCART DU PROCESSUS DE VENTE SOUS CONTRÔLE DE JUSTICE? Deux affaires récentes nous donnent des indications à ce sujet. Dans une première affaire 1, le tribunal est saisi d une requête en vente sous contrôle de justice où la personne suggérée pour agir comme personne désignée pour vendre le bien suivant l article 2793 C.c.Q. est une employée du cabinet d avocats agissant pour la requérante. Le tribunal note que la personne chargée de vendre le bien agit au nom du propriétaire et qu elle doit vendre le bien suivant les formalités prévues pour la vente du bien d autrui. Elle doit dresser l état de collocation. Que se passera-t-il si l état de collocation est contesté? Le tribunal considère que la personne suggérée n a pas la distance nécessaire pour agir comme officier de justice indépendant et il y a conflit d intérêts. Le tribunal refuse donc que la personne désignée soit une personne employée du cabinet d avocats représentant le créancier hypothécaire requérant. mêlé du processus de vente sous contrôle de justice et a refusé de donner suite à une offre qui, au moment pertinent, était la meilleure offre que le créancier, par ailleurs, avait indiqué verbalement être disposé à accepter. Le créancier hypothécaire oppose à l action en dommages intentée une requête en irrecevabilité alléguant substantiellement qu un créancier hypothécaire, requérant en vente sous contrôle de justice, n est pas celui qui vend. C est la personne désignée qui vend. Toutefois, le tribunal note que le huissier chargé de la vente sous contrôle de justice a diffusé un avis énonçant les conditions et réserves se rapportant à la vente par appel d offres et qui inclut la mention suivante : «L immeuble sera vendu en un seul lot global. La décision de l acceptation de l offre reviendra à un représentant de la Caisse Desjardins [ ] Dans une autre affaire 2, un créancier hypothécaire fait l objet d une poursuite en dommages alléguant qu il s est 1 Caisse Populaire Desjardins de Farnham c. Denise Prud homme et Jean-François Durivage, [2010] QCCS Automobile B.G.P. Inc. c. Caisse Populaire Desjardins du Sud de la Chaudière et La Capitale Assurances Générales Inc., [2010] QCCS Le tribunal rappelle la décision dans l affaire de Les Industries Falmec Inc. et Claude Asselin 3, où il a été jugé qu une disposition assujettissant la vente sous contrôle de 3 Banque de Développement du Canada c. Les Industries Falmec Inc et Claude Asselin, C.S , jugement du 25 octobre 2004, Juge Roger Banford.

9 justice au contrôle du créancier hypothécaire (par approbation de l offre d achat) était illégale. Le tribunal considère qu en raison de l implication apparente du créancier hypothécaire dans le processus de vente sous contrôle de justice, il est prématuré de conclure que le créancier hypothécaire n a pas commis de faute sans avoir entendu toute la preuve relative à ce dossier et la requête en irrecevabilité du créancier hypothécaire est rejetée. L équipe du droit de la réalisation des sûretés, Insolvabilité et réorganisations de Miller Thomson Pouliot sencrl Robert Tessier Louis Coallier Stéphane Hébert Yves Robillard Marie-Hélène Fandrich Fadi Amine Antoine Brosseau Wery Julien Morier MILLER THOMSON POULIOT, SENCRL Hiver

10 INSCRIPTION/MODIFICATION Inscription Modification S il s agit d une inscription, veuillez compléter les renseignements suivants. S il s agit d une modification, veuillez indiquer les renseignements tels qu ils doivent apparaître après la correction ou la modification. NOM : NOM DE L ENTREPRISE : ADRESSE POSTALE COMPLÈTE : COURRIER ÉLECTRONIQUE : Retourner à : MILLER THOMSON POULIOT sencrl À l attention de : Hélène Groleau Par courriel : Par la poste : Tour CIBC, 31 e étage 1155, boul. René-Lévesque Ouest Montréal (Québec) H3B 3S6 Téléphone : (514) Télécopieur : (514)

La réalisation des garanties et les fiducies présumées

La réalisation des garanties et les fiducies présumées La réalisation des garanties et les fiducies présumées Retour à la case départ? Éric Vallières, McMillan S.E.N.C.R.L, s.r.l. Conférence sur le Financement et les sûretés, Institut Canadien Le 31 janvier

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations

Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations AUTOMNE 2009 CONTENU LORSQU IL Y A FAILLITE, LE FISC N EST PAS PROPRIÉTAIRE DES MONTANTS DE TPS ET DE TVQ PERÇUS, MAIS NON REMIS, OU PERCEVABLES

Plus en détail

------------------------------------------------

------------------------------------------------ A.A.A.D.F.Q. COUR D APPEL MARS 2013 Me Christiane Lalonde POINTS MARQUANTS : Rappel des quatre critères pour obtenir la suspension de l exécution provisoire en appel (Droit de la famille 13485); L enfant

Plus en détail

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Dossier Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Alexandra Fortin, avocate, LL.M. fisc. L utilisation des fiducies comporte plusieurs avantages

Plus en détail

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT 1. CONTEXTE Dans un souci d équité et de saine gestion des fonds publics, le ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) se doit de recouvrer

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

Annexe des dispositions additionnelles Prêt hypothécaire à taux variable

Annexe des dispositions additionnelles Prêt hypothécaire à taux variable Page 1 de 5 Annexe des dispositions additionnelles Prêt hypothécaire à taux variable La présente annexe est une annexe à l acte de prêt hypothécaire intervenu en date du devant M e (l «Acte») entre : (l

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES Volume I TABLES LOI SUR LA FAILLITE ET L INSOLVABILITÉ (PARTIES I À V) NOTIONS GÉNÉRALES

TABLE DES MATIÈRES Volume I TABLES LOI SUR LA FAILLITE ET L INSOLVABILITÉ (PARTIES I À V) NOTIONS GÉNÉRALES Volume I Introduction................................................................... iii Remerciements................................................................ v TABLES Table de la jurisprudence........................................................

Plus en détail

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Index A n o 9 CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Fondement législatif Articles 650, 651 et 654 de la Loi sur les sociétés d assurances (la «Loi») Définitions

Plus en détail

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Ph.D. N 2 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Montréal, 1er mai 2008 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Page 2 Table des matières LA LOI ET LA PERCEPTION DES

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

- et - RAPPORT AU SUJET DE L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE DU SYNDIC

- et - RAPPORT AU SUJET DE L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE DU SYNDIC Province de QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE District de Montréal «En matière de faillite et d insolvabilité» N o Division : 01-MONTRÉAL N o Cour : 755-11-002875-132 DANS L AFFAIRE DE LA FAILLITE DE : N o Dossier

Plus en détail

Conciliation Droit de la famille et faillite

Conciliation Droit de la famille et faillite Conciliation Droit de la famille et faillite Formation AJBL 14 mars 2014 Lynda Lalande, CIRP, Syndic Olivier Noiseux, Conseiller Table des matières 2 Déclaration de résidence familiale. Réclamations alimentaires.

Plus en détail

Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations

Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations AUTOMNE 2010 CONTENU DÉLAISSEMENT FORCÉ ET RECOURS HYPOTHÉCAIRE ANTICIPÉS : LE TRIBUNAL FREINE LES ARDEURS D UN CRÉANCIER.. EN MATIÈRE DE PROPOSITION

Plus en détail

Litige de construction: Le processus judiciaire de A à Z

Litige de construction: Le processus judiciaire de A à Z Litige de construction: Le processus judiciaire de A à Z Par Me Marc Baillargeon - Boivin & Associés, s.e.n.c. Services juridiques de l APCHQ 1 (800) 468-8160, poste 113 PRÉSENTATION D UN CAS TYPE Mise

Plus en détail

Informations aux clients et Conditions générales d assurances (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation

Informations aux clients et Conditions générales d assurances (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation Informations aux clients et (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation Edition 01.2011 Informations aux clients Informations aux clients Ce que vous devriez savoir à propos

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 20 Le cautionnement Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le cautionnement Le cautionnement conventionnel Le cautionnement légal Le cautionnement judiciaire Le cautionnement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 PREMIÈRES VUES... 13 I. Mécanisme... 15 II. Rôle... 18 III. Évolution... 20 PREMIÈRE PARTIE SÛRETÉS PERSONNELLES

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables :

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Mode général de liquidation des dépens RÈGLE 60 DÉPENS (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Dépens raisonnables a) par une autre partie;

Plus en détail

07.061 é CC. Cédule hypothécaire de registre et autres modifications des droits réels (Divergences)

07.061 é CC. Cédule hypothécaire de registre et autres modifications des droits réels (Divergences) Session d'automne 009 eparl.09.009 5:07 07.06 é CC. Cédule hypothécaire de registre et autres modifications des droits réels (Divergences) Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral Décision du Décision

Plus en détail

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec),

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), CONTRAT ENTRE : PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), ci-après nommée le «Participant», ET : HYDRO-QUÉBEC, personne morale

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES

Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES 1. GÉNÉRALITÉS Les présentes Règles constituent les lignes directrices générales et la procédure

Plus en détail

C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI N o COUR : 615-11-001311-127. C O U R S U P É R I E U R E Chambre commerciale

C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI N o COUR : 615-11-001311-127. C O U R S U P É R I E U R E Chambre commerciale Samson Bélair/Deloitte & Touche Inc. 1, Place Ville Marie Bureau 3000 Montréal QC H3B 4T9 Canada Tél. : 514-393-7115 Téléc. : 514-390-4103 www.deloitte.ca C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI

Plus en détail

C O U R S U P É R I E U R E Chambre commerciale

C O U R S U P É R I E U R E Chambre commerciale Samson Bélair/Deloitte & Touche Inc. 1, Place Ville Marie Bureau 3000 Montréal QC H3B 4T9 Canada Tél. : 514-393-7115 Téléc. : 514-390-4103 www.deloitte.ca C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE SAINT-HYACINTHE

Plus en détail

CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE

CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE La Corporation de protection des investisseurs de l ACFM (la «CPI») protège les clients des membres (les «membres»)

Plus en détail

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location.

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Article 1. Généralité. 1.1. Sauf dérogation expresse écrite convenue entre parties, les relations entre la Sprl SON EXCENTRIQUE,

Plus en détail

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum)

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) En cas de litige découlant de l'interprétation des présentes

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

(OSAss 1 ) I. Assurance contre les dommages. du 10 mai 1910 (Etat le 1 er janvier 1997)

(OSAss 1 ) I. Assurance contre les dommages. du 10 mai 1910 (Etat le 1 er janvier 1997) Ordonnance concernant la saisie, le séquestre et la réalisation des droits découlant d assurances d après la loi fédérale du 2 avril 1908 sur le contrat d assurance (OSAss 1 ) du 10 mai 1910 (Etat le 1

Plus en détail

PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS

PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS NOTE AU LECTEUR Le Programme d application de la garantie de est entré en vigueur le 7 septembre 2012 (2012, G.O. 1, 1111).

Plus en détail

Hypothèque Mobilière sur les Créances Pécuniaires : Nouvelle Sûreté en Vertu du Code Civil pour le Nantissement en Espèces

Hypothèque Mobilière sur les Créances Pécuniaires : Nouvelle Sûreté en Vertu du Code Civil pour le Nantissement en Espèces Hypothèque Mobilière sur les Créances Pécuniaires : Nouvelle Sûreté en Vertu du Code Civil pour le Nantissement en Espèces Maxime B. Rhéaume, Associé T: 514.871.5461 E: mbrheaume@millerthomson.com LES

Plus en détail

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 CHRONIQUE TPS/TVQ 231 BONNE FOI : CRÉDITS ET REMBOURSEMENTS DE TAXE SUR INTRANTS LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 2.

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR AVEC LA COURONNE DU CHEF DE LA PROVINCE D ONTARIO, REPRÉSENTÉE

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC

COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC CHAMBRE COMMERCIALE DIRECTIVES GÉNÉRALES Montréal, le 26 septembre 2013 1. Instance commerciale Constitue une instance commerciale, instruite en Chambre commerciale, toute instance

Plus en détail

RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES

RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES 1. J ai été engagé par une compagnie d assurance pour la représenter dans un recours par subrogation.

Plus en détail

Bulletin des Services Financiers

Bulletin des Services Financiers novembre 2015 Bulletin des Services Financiers La Cour suprême du Canada a confirmé aujourd hui la prépondérance de la Loi sur la faillite et l insolvabilité sur les régimes de refus d immatriculation

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Dans le cadre de ses fonctions, l'administrateur doit:

Dans le cadre de ses fonctions, l'administrateur doit: Le Code civil du Québec ne contient aucune section spécifique pour encadrer les conflits d intérêts des administrateurs d un conseil d administration dans l exercice de leurs obligations. Il est donc nécessaire

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

L insolvabilité et les régimes de retraite sous la surveillance de la Régie des rentes du Québec

L insolvabilité et les régimes de retraite sous la surveillance de la Régie des rentes du Québec L insolvabilité et les régimes de retraite sous la surveillance de la Régie des rentes du Québec Me Louis Robillard, avocat Direction des affaires juridiques Régie des rentes du Québec Régie des rentes

Plus en détail

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich s.scritti resp civ grerca lione LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich Professeur de droit comparé

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

Chambre des huissiers de justice du Québec

Chambre des huissiers de justice du Québec Chambre des huissiers de justice du Québec 507, Place d Armes, bureau 970 Montréal (Québec) H2Y 2W8 Téléphone: (514) 721-1100 Télécopieur: (514) 721-7878 chjq@chjq.ca TARIF D HONORAIRES DES HUISSIERS DE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 29/05/2013 Cour Administrative d Appel de Nancy N 12NC00126 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. LAPOUZADE, président Mme Pascale ROUSSELLE, rapporteur M. WIERNASZ, rapporteur public

Plus en détail

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement EYB2008REP745 Repères, Septembre 2008 EmmanuelleSAUCIER * Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Plus en détail

Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir

Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir decembre 2010 Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir Les employeurs font face à des défis lorsqu un employé souffre d une maladie ou d une

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

AVIS D AUDIENCE D APPROBATION DE LA TRANSACTION. Recours collectifs concernant les cartes de crédit de la Banque de Montréal

AVIS D AUDIENCE D APPROBATION DE LA TRANSACTION. Recours collectifs concernant les cartes de crédit de la Banque de Montréal AVIS D AUDIENCE D APPROBATION DE LA TRANSACTION Recours collectifs concernant les cartes de crédit de la Banque de Montréal Entente de 5,3 millions de dollars Une entente de règlement est intervenue entre

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale.

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. 1) Régime d imposition du gain en capital Régime d imposition

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014) pour les prêts chirographaires Du 0 mars 04 (état au mars 04) du 0.0.04 (état au.0.04) TABLE DES MATIERES Article Principes généraux Article Décision d octroi ou de refus du prêt Article Documents à signer

Plus en détail

Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations

Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations HIVER 2010 CONTENU FAILLITE SUBSÉQUENTE À UN ARRANGEMENT SUIVANT LA LACC : LES SOMMES DONT S EST DESSAISIE LA DÉBITRICE EN LES REMETTANT AU CONTRÔLEUR

Plus en détail

CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION

CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION NOM LÉGAL INTERVENU ENTRE COORDONNÉES ADRESSE VILLE PROVINCE CODE POSTAL TÉLÉPHONE COURRIEL Représenté au présent contrat par, dûment autorisé, ci-appelé INSTITUTION

Plus en détail

C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL COUR N o : 500-11-043884-135. C O U R S U P É R I E U R E Chambre commerciale

C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL COUR N o : 500-11-043884-135. C O U R S U P É R I E U R E Chambre commerciale Restructuration Deloitte Inc. 1190, avenue des Canadiensde-Montréal Bureau 500 Montréal QC H3B 0M7 Canada Tél. : 514-393-7115 Téléc. : 514-390-4103 www.deloitte.ca C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE POUR LES PAIEMENTS STPGV MAL ACHEMINÉS

LIGNE DIRECTRICE POUR LES PAIEMENTS STPGV MAL ACHEMINÉS Canadian Payments Association Association canadienne des paiements 1212-50 O Connor Ottawa, Ontario K1P 6L2 (613) 238-4173 Fax: (613) 233-3385 LIGNE DIRECTRICE POUR LES PAIEMENTS STPGV le 5 octobre 2000

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

9119-5982 Québec inc. «Mikes-Lasalle»

9119-5982 Québec inc. «Mikes-Lasalle» 9119-5982 Québec inc. «Mikes-Lasalle» MODALITÉS ET CONDITIONS DE VENTE À : NATHALIE BRAULT SYNDIC INC.., es-qualités de syndic à la faillite de 9119-5982 Québec inc. (ci-après désigné par le «Syndic»).

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Chambre de Commerce Luxembourg

Chambre de Commerce Luxembourg existantes en droit luxembourgeois : impact, avantages et inconvénients - Ce qu il faut impérativement savoir! 23 septembre 2014 Chambre de Commerce Luxembourg Me Véronique De Meester Avocat à la cour

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N : 2014-033 DÉCISION N : 2014-033-007 DATE : Le 25 février 2015 EN PRÉSENCE DE: MEJEANPIERRE CRISTEL AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS

Plus en détail

GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES

GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES La suite du présent document pourrait vous inquiéter. Le langage peut sembler inhabituel. C est parce que les conditions suivantes sont des conditions légales

Plus en détail

12 Pièges à Éviter Avant de Signer Un Bail Commercial

12 Pièges à Éviter Avant de Signer Un Bail Commercial 12 Pièges à Éviter Avant de Signer Un Bail Commercial Par Luc Audet, avocat Audet & Associés Avocats, Inc. 164, rue Notre-Dame est, Montréal (Québec) H2Y 1C2 Tél : 514-954-9600 Fax : 514-954-9547 Courriel

Plus en détail

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié (Ordonnance du DFF sur les prêts hypothécaires) du 10 décembre 2001 Le Département fédéral des finances, vu l art. 116, al. 1, de l ordonnance

Plus en détail

Conditions générales relatives aux honoraires et à la mission de l avocat

Conditions générales relatives aux honoraires et à la mission de l avocat Conditions générales relatives aux honoraires et à la mission de l avocat Le client charge l avocat Jean-Pol Nijs, ci-après dénommé l avocat de la défense de ses intérêts dans le cadre du litige. Me Jean-Pol

Plus en détail

Examen des marchés publics

Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Canadian International Trade Tribunal TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Examen des marchés

Plus en détail

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients Table des matières Introduction à EDC en Direct... 2 Section A : Mise en marche... 3 Section B : Approbations de crédit... 5 Demander une approbation

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Titre 1. Les sûretés réelles..................................... 229 Chapitre 1. Législation...................................... 229 Section 1. La vente d immeuble dans le contexte

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N : 20 14-033 DÉCISION N : 2014-033-010 DATE: Le 15juin 2015 EN PRÉSENCE DE: Me LISE GIRARD SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE

Plus en détail

Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations

Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations HIVER 2012 CONTENU TPS, TVQ ET DEMANDE FORMELLE DE PAIEMENT AVANT AVIS D INTENTION OU FAILLITE : LA COURONNE A GAIN DE CAUSE (COUR SUPRÊME)...

Plus en détail

Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations

Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations Réalisation des sûretés, insolvabilité et réorganisations PRINTEMPS 2011 CONTENU UNE SAISIE AVANT JUGEMENT D IMMEUBLE PUBLIÉE AVANT L INSCRIPTION DU PRÉAVIS D EXERCICE DE PRISE EN PAIEMENT D UN CRÉANCIER

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

Convention de partage de la prime Modèle

Convention de partage de la prime Modèle Convention de partage de la prime Modèle Les parties détiennent conjointement le contrat d assurance vie. Le titulaire du capital-décès (CD) (normalement, le capital assuré) paie «un montant raisonnable»

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Faillite et insolvabilité. Les renseignements donnés dans le présent bulletin vous seront utiles si vous êtes :

Faillite et insolvabilité. Les renseignements donnés dans le présent bulletin vous seront utiles si vous êtes : Avril 2007 Bulletin fiscal Faillite et insolvabilité Les renseignements donnés dans le présent bulletin vous seront utiles si vous êtes : un syndic de faillite un contrôleur un séquestre un créancier garanti

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES Maison de retraite «Séguin» à Cestas Rapport n 2012-0358 Audience publique du 12 décembre 2012 Lecture en séance publique du 06 février 2013 Trésorerie de Pessac (033 041 976) (département de la Gironde)

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LE CONTRAT D ENTREPRISE OU DE SERVICE... 21 TITRE II - LE MANDAT... 67 TITRE III - LE DROIT DES ASSURANCES...

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LE CONTRAT D ENTREPRISE OU DE SERVICE... 21 TITRE II - LE MANDAT... 67 TITRE III - LE DROIT DES ASSURANCES... TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LE CONTRAT D ENTREPRISE OU DE SERVICE......................... 21 TITRE II - LE MANDAT............................................. 67 TITRE III - LE DROIT DES ASSURANCES...................................

Plus en détail

Société DH. Régime de réinvestissement des dividendes

Société DH. Régime de réinvestissement des dividendes Société DH Régime de réinvestissement des dividendes 1. Introduction Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Société DH (la «Société») offre aux porteurs admissibles d actions ordinaires

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers par LORI MATHISON Voici le dernier d une série de trois articles rédigés par Lori Mathison et publiés sur le Reper portant

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)/

Conditions générales d assurance (CGA)/ Conditions générales d assurance (CGA)/ Assurance de garantie de loyer Edition 01.2014 8054253 09.14 WGR 759 Fr Table des matières Votre assurance en bref................. 3 Conditions générales d assurance...........

Plus en détail

La fermeture du dossier de succession

La fermeture du dossier de succession Bureau du tuteur et curateur public La fermeture du dossier de succession L administration d une succession Guide pratique 4 Bureau du tuteur et curateur public du Yukon Sources d information Whitehorse

Plus en détail

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes)

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes) PROPOSITIONS CONCERNANT LE CONTENU DES INTERVENTIONS DANS LE CADRE DU PROJET «PETITES CRÉANCES» Maître de cérémonie Introduction : o Présentation des participants; Notre avocate et «Maître de cérémonie»,

Plus en détail

ÉVALUATION NOTÉE 2 EXEMPLES DE QUESTIONS CORRIGÉ

ÉVALUATION NOTÉE 2 EXEMPLES DE QUESTIONS CORRIGÉ ÉVALUATION NOTÉE EXEMPLES DE QUESTIONS CORRIGÉ POUR CONSULTATION PAR LES ÉTUDIANTS QUESTION Rédigez en entier l acte de procédure approprié (en-tête, titre, adresse, allégations et conclusions). Ne rédigez

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail