L OMS met à jour les critères de recevabilité pour les contraceptifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L OMS met à jour les critères de recevabilité pour les contraceptifs"

Transcription

1 L OMS met à jour les critères de recevabilité pour les contraceptifs The INFO Project Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health Center for Communication Programs 111 Market Place, Suite 10 Baltimore, Maryland 10, USA L Organisation mondiale de la Santé (OMS) a fait paraître de nouveaux critères de planning familial, en incluant ce qui suit : La plupart des femmes atteintes d infection à VIH peuvent, en général, utiliser des dispositifs intra-utérins (DIU). Les femmes peuvent, de manière générale, prendre des contraceptifs hormonaux lorsqu elles sont sous traitement antirétroviral (ARV) pour infection à VIH, bien qu il y ait des interactions entre les hormones de contraception et certains médicaments ARV. Les femmes souffrant de dépression clinique peuvent généralement prendre des contraceptifs hormonaux. Plus de 5 experts se sont réunis au siège de l OMS à Genève (Suisse) en octobre 00, et ont établi, entre autres, ces nouvelles directives. Il s agit d une mise à jour des Critères de recevabilité médicale (CRM) pour l emploi de contraceptifs. Ce fut la troisième réunion de spécialistes destinée à considérer ces critères. L OMS avait d abord publié les critères initiaux en 1996 ; ceux-ci ont été mis à jour la première fois en 000 (51). Les CRM permettent d établir qui peut utiliser des méthodes contraceptives Les CRM offrent des méthodes d assistance pour décider si une personne ayant un problème de santé particulier peut utiliser ou non une méthode de contraception spécifique sans danger, ou, si un problème se présente, si cette personne peut continuer à utiliser la méthode sans courir de risque. Pour chaque état de santé et méthode de contraception pris en considération, le Groupe de travail scientifique (GTS) a classifié, par consensus, un état sur une échelle de 1 à 4. Le tableau 1 décrit ces quatre catégories établies lors des premières réunions, en Dans les cas où une interprétation limitée est disponible, les catégories 1 et signifient que les personnes atteintes de la condition particulière peuvent utiliser la méthode sans courir de risque ; les catégories et 4 signifient qu elles ne peuvent pas l utiliser. Lors de la réunion de 00, le GTS a abordé l emploi de contraceptifs dans des situations avec VIH/SIDA, ou qui y sont associées, a évalué si certains médicaments avaient une interaction avec des contraceptifs hormonaux, a considéré plusieurs nouvelles méthodes de contraception, a analysé de nouvelles conditions, et a examiné de nouveaux faits pertinents pour plusieurs autres problèmes. Ce numéro d INFO Reports présente les changements et les nouveaux critères pouvant avoir l impact le plus significatif sur la prestation de services. Tableau 1. Classifications des critères de recevabilité médicale de l OMS Catégorie Description Interprétation lorsque l interprétation clinique est disponible Interprétation lorsque l interprétation clinique est limitée 1 Aucune restriction pour l utilisation de la méthode de contraception. Les avantages de l utilisation de la méthode l emportent généralement sur les risques théoriques ou prouvés. Utiliser la méthode dans n importe quelle circonstance. En général, utiliser la méthode. Utiliser la méthode. Les risques théoriques ou prouvés l emportent généralement sur les avantages d utilisation de la méthode. Une utilisation sans danger nécessite une évaluation clinique effectuée avec diligence et un accès à des services cliniques. De manière générale, l utilisation de la méthode n est pas recommandée, à moins que d autres méthodes plus appropriées ne soient pas disponibles ou acceptables. Ne pas utiliser la méthode. 4 Un état qui représente un risque de santé non acceptable si la méthode de contraception est utilisée. Source : Organisation mondiale de la Santé, 000 (51) Ne pas utiliser la méthode. août 004 Exemplaire nº1 Bienvenue à INFO Reports voir page 7

2 VIH/SIDA et méthodes de contraception Les femmes atteintes d une infection à VIH peuvent généralement utiliser des DIU Le GTS de 00 a effectué plusieurs changements dans les CRM, afin d indiquer que les femmes peuvent souvent utiliser des DIU, dans des conditions associées au VIH et à d autres infections transmissibles sexuellement (ITS). Lorsqu ils sont considérés ensemble, ces changements devraient aider à réduire les hésitations de certains prestataires lorsqu il s agit d offrir des DIU dans des régions où les infections à VIH et d autres ITS sont communes. Lors de la réunion, le GTS de l OMS a conclu qu une femme peut généralement commencer à utiliser un DIU si elle le souhaite, même si elle est atteinte du SIDA, à condition de suivre un traitement ARV et qu elle soit en bonne santé clinique, ou si elle souffre d une infection à VIH ou risque de subir une infection à VIH. Le GTS a changé ces conditions de la catégorie à la catégorie pour l initiation de l utilisation d un DIU (cf. tableau ). Selon la plus grande partie de recherches prises en considération à l OMS, l utilisation de DIU n augmente pas les risques de contracter une infection à VIH (,, 14, 15, 4, 5, 7, 9, 4). Les femmes peuvent généralement garder leur DUI si elles contractent une infection à VIH ou sont atteintes du SIDA pendant qu elles utilisent un DIU (catégorie ), bien que celles qui sont atteintes du SIDA et qui utilisent un DUI doivent être surveillées de près en raison du risque d infection pelvienne. Très peu d éléments prouvent que des complications à la suite d une utilisation de DUI ne sont pas plus communes parmi les utilisatrices de DUI infectées par VIH que parmi celles qui n ont pas le SIDA (9, 40). Par ailleurs, l utilisation de DUI n augmente pas le risque de transmission aux partenaires sexuels (, 0, 8). Les DIU peuvent généralement rester en place au cours d un traitement en raison d IST ou d infection pelvienne En ce qui a trait aux autres infections transmissibles sexuellement, le GTS de l OMS a conclu qu une femme peut, de manière générale, continuer à porter un DUI (catégorie ), même si elle a contracté une ITS ou une infection pelvienne pendant qu elle utilise cette méthode, à condition que l infection soit traitée avec succès. Le changement en catégorie fait en sorte que les CRM soient conformes aux Sélections de recommandations pratiques de l OMS de 00 relativement aux infections pelviennes et DUI (5). Ces changements sont fondés sur des résultats indiquant qu il n y a aucune différence dans l évolution clinique des infections pelviennes, que le DUI soit retiré ou non au cours du traitement (18, 4, 45). Une femme peut en outre commencer à utiliser un DUI même si elle est atteinte d une ITS autre qu une infection aux Chlamydia ou la gonorrhée (catégorie ). Ces autres ITS incluent les maladies ulcéreuses telles que la syphilis et l herpès. Après avoir pris les faits sur les DUI en considération dans des situations où les ITS sont communes, le GTS a conclu qu une femme pouvait en principe se faire insérer un DUI, à moins qu elle n ait à faire face à un risque individuel très élevé d exposition aux Chlamydia ou à la gonorrhée. Une étude effectuée au Kenya a révélé que des complications associées aux DUI après l insertion d un tel dispositif étaient plus à même de se produire chez les femmes à risques individuels élevés de ITS que chez celles qui n entraient pas dans cette catégorie (8). Le GTS a fait une distinction entre la possibilité individuelle d exposition et la prévalence élevée de ces ITS dans une région. Mais un prestataire ne devrait néanmoins pas insérer de DUI chez une femme que l on sait être atteinte du SIDA (catégorie ), à moins qu elle ne soit en bonne santé clinique parce qu elle suit une thérapie ARV (catégorie ). Par ailleurs, les DUI ne devraient pas non plus être insérés chez les femmes souffrant d une infection pelvienne, d une infection aux Chlamydia, de gonorrhée, ou de cervicite purulente (catégorie 4). La réunion portant sur les CRM n a pas modifié ces classifications. Les infections aux Chlamydia et la gonorrhée peuvent se manifester comme cervicite purulente. Le GTS n a pas vu la nécessité d établir des restrictions d utilisation de DUI dans deux autres conditions, soit l obésité et les fibromes utérins qui ne déforment pas la cavité utérine (cf. tableau ). Préparé par Ward Rinehart, M.A. Bryant Robey, Rédacteur en chef Conception par Francine Mueller Révision par Kathryn Church, Kathryn Curtis, Mary E. Gaffield, Sarah Johnson, Anshu Mohllajee, Kavita Nanda, Herbert Peterson et James D. Shelton. Catherine Richey a fourni son assistance. Références photos : David Alexander/CCP Publication de : The INFO Project Center for Communicatios Programs The Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health Jane T. Bertrand, PhD, MBA, Professeur et directeur, Center for Communication Programs et enquêteur principal, INFO Project ; Earle Lawrence, directeur, INFO Project ; Stephen Goldstein, Rédacteur en chef ; Theresa Norton, Co-rédactrice en chef ; Linda Sadler, Chef de la production ; John Fiege, Rédacteur de l édition française. Les INFO Reports sont destinés à fournir un rapport précis et documenté sur les développements importants du planning familial et sur les problèmes de santé associés. Les opinions qui y sont exprimées sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas forcément les points de vue de l Agence des Etats-Unis pour le développement international ou ceux de Johns Hopkins University. Publié avec le soutien d USAID, Global, GH/POP/PEC, sous les clauses de la bourse nº GPH-A

3 Les femmes qui suivent une thérapie antirétrovirale peuvent généralement utiliser des contraceptifs hormonaux Vu qu un million de personnes peutêtre suivent actuellement une thérapie antirétrovirale (ARV) pour le VIH et qu un des buts des Nations Unies est de traiter millions de personnes, dont la moitié environ seront des femmes, à la fin de l année 005 (54), la réunion portant sur les CRM a évalué si et comment les médicaments ARV et les hormones de contraception interagissent. La plus grande préoccupation provient du fait que les médicaments ARV pourraient réduire l efficacité des contraceptifs hormonaux, et, par conséquent, augmenter le risque de grossesse. Les rares études pharmacocinétiques de certaines thérapies ARV utilisées avec l application limitée de contraceptifs oraux combinés (COC) ont indiqué des effets positifs et négatifs sur les niveaux d hormones, et c est pourquoi le GTS s est prononcé avec précaution, en classant les contraceptifs hormonaux dans la catégorie pour les utilisatrices de thérapies ARV. Les preuves ne sont cependant pas suffisantes pour conclure que les femmes qui suivent une thérapie ARV doivent éviter les contraceptifs hormonaux. Aucune étude de résultats cliniques réels, comme les taux de grossesses ou les indicateurs d ovulation n a été effectuée. C est pourquoi les preuves ne sont pas encore suffisantes pour établir si l efficacité des contraceptifs hormonaux ou de la thérapie ARV est compromise ou non. Des études cliniques et pharmacocinétiques sur l injectable à la progestine, l acétate de médroxyprogestérone-retard dépôt (DMPA) (Depo- Provera ), sont en cours. Les études sur la moindre efficacité des contraceptifs porteraient néanmoins sur les méthodes à dose moins forte, tels que les COC et les pilules à progestine uniquement, et moins sur les injectables. Une femme avec infection à VIH doit utiliser des préservatifs pour ne pas transmettre le VIH et éviter une réinfection. Une utilisation systématique et Tableau. DUI : Critères de recevabilité médicale considérés par le Groupe de travail scientifique de l OMS de 00 Condition DUI-Cu Méthode DUI-LNG Initiation Continuation Initiation Continuation Infection pelvienne actuelle** 4 a 4 ITS a) Cervicite purulente actuelle ou infection aux chlamydia ou gonorrhée** b) Autres ITS (sauf VIH ou hépatite) c) Vaginite (y inclus Trichomonas vaginalis et vaginose bactérienne) d) augmentation de risque de ITS Risque élevé de VIH Infection à VIH 4 4 a 4 SIDA c En bonne santé clinique avec thérapie ARV Fibromes utérins qui ne déforment pas l utérus Obésité Source : Organisation mondiale de la Santé, 00 (55) Référez-vous au tableau 1 pour les définitions de catégories Conventions utilisées dans les tableaux de ce rapport : / b / b Indique que la catégorie a changé au cours de la réunion CRM de 00 ; la catégorie précédente est indiquée à gauche de la flèche, et la nouvelle catégorie à droite de celle-ci. Les mots en italiques concernant les conditions et les catégories indiquent une nouvelle condition ajoutée aux CRM. Les mots en italiques concernant les conditions uniquement indiquent une condition redéfinie ; reportez-vous aux notes spécifiques en bas de page pour une explication des changements. Les cellules ombrées d un tableau indiquent que la classification actuelle fait partie de la catégorie (en général, ne pas utiliser), ou 4 (ne pas utiliser). DUI-Cu = DIU cuprifère DUI-LNG = DUI à libération de lévonorgestrel ** Anciennement, «Infection pelvienne actuellement, ou au cours des derniers mois» (51) ** Anciennement, ITS «actuellement ou au cours des mois (incluant les cervicites purulentes)» (51) Anciennement, «VIH positif» (51) Clarifications : a «Traiter l infection pelvienne/la ITS avec les antibiotiques appropriés. Il n est en général pas nécessaire de retirer le DIU si la cliente souhaite continuer à l utiliser.» (55) b «Si une femme court des risques individuels élevés d être exposée à la gonorrhée ou à la chlamydie, la condition fait partie de la catégorie.» (55) c «Les femmes atteintes du SIDA et utilisant un DUI doivent être surveillées de près pour infections pelviennes.» (55) 4 a c a

4 correcte de préservatifs peut compenser toute réduction de l efficacité des méthodes hormonales (5). Les experts ne s attendent pas à ce que plusieurs catégories de médicaments ARV interagissent avec des hormones parce que les médicaments ARV de ces catégories semblent ne pas avoir d effet sur les enzymes du foie. De tels médicaments incluent les inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI), comme la zidovudine, la stavudine et la lamivudine ; les inhibiteurs nucléotidiques de la transcriptase inverse (INtTI) comme le tenofovir ; et les inhibiteurs de fusion comme l enfurvitide (1). Les preuves sont cependant insuffisantes pour conclure qu il n existe aucune interaction entre ces catégories de médicaments et les hormones de contraception. Les questions portent sur les inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (INNTI), comme la nevirapine et l efavirenz, et les inhibiteurs de la protéase comme le saquinavir et le ritonavir. En ce qui concerne l efficacité des contraceptifs hormonaux, les rares études pharmacocinétiques publiées sur les taux de médicaments ont indiqué des résultats contradictoires sur les effets des taux d hormones après une seule dose d hormones COC (5, 6, 6, 44). Pour l efficacité des médicaments ARV, la notice d emballage mentionne que le niveau du médicament ARV amprenavir diminue lorsqu il est pris avec des hormones de contraception, tandis qu une étude a indiqué que le niveau de saquinavir n avait pas changé. Aucune autre étude, sauf une, sur les médicaments ARV n est disponible à l heure actuelle. Les traitements par ARV proposés par l OMS, à utiliser dans des circonstances à ressources limitées, incluent deux INTI la lamivudine et soit la stavudine ou la zidovudine, et un INNTI la névirapine ou l efavirenz (5). Méthodes hormonales à nouveau jugées comme appropriées avec risque élevé de VIH, avec VIH, et avec SIDA Au cours d une autre délibération concernant le VIH/SIDA, le GTS a conclu que l évidence ne semble pas indiquer la nécessité de restrictions quelconques de contraceptifs hormonaux pour les femmes à risque élevé d infection à VIH, ou atteintes d une infection à VIH, y compris celles qui souffrent du SIDA. Ces états de santé restent dans la catégorie 1 pour toutes les méthodes hormonales. Les exceptions sont (1) l initiation de DIU à libération de lévonorgestrel (catégorie ), où le problème est dû à l insertion chez les femmes atteintes du SIDA, et non pas en raison de l hormone, et () la thérapie ARV (catégorie / ; référez-vous à la section précédente). Les méthodes hormonales ne protègent pas contre l infection à VIH. Les préservatifs sont la seule méthode de planning familial qui aide à éviter le VIH/SIDA et les autres ITS, comme le soulignent les directives de l OMS (44). Les spermicides ne sont pas appropriés dans le cas de risque de VIH élevé, de VIH ou de SIDA Une méta-analyse de 001 de cinq études a conclu que les femmes qui utilisent le spermicide nonoxynol-9 plusieurs fois par jour, en général des travailleuses du sexe, courent plus le risque de développer une infection à VIH que les femmes qui ont des relations sexuelles aussi souvent, mais qui n utilisent pas de spermicide. Lorsqu il est utilisé tellement souvent, le spermicide crée des abrasions de la paroi vaginale, en facilitant peut-être l entrée du virus du SIDA dans les tissus du vagin. Pour toutes les femmes étudiées, dont la plupart avaient des relations sexuelles beaucoup moins souvent que les travailleuses du sexe, l association entre l utilisation de spermicide et l infection à VIH n a pas été significative au point de vue statistique, mais le risque augmentait avec la fréquence d emploi (49). Cette évidence, qui incluait une étude randomisée et contrôlée effectuée par l UNAIDS (47), a déplacé la réunion portant sur les CRM de 00 pour reclassifier le spermicide en catégorie 4 (ne pas utiliser) et les diaphragmes utilisés avec spermicide en catégorie (généralement non recommandé) pour les conditions associées au VIH/SIDA (cf. tableau ). Tableau. Spermicide : Critères de recevabilité médicale considérés par le Groupe de travail scientifique de l'oms de 00 Condition Spermicide Méthode Diaphragme*/ Cape cervicale Risque élevé de VIH 4 1 Infection à VIH** 4 1 SIDA 4 1 Source : Organisation mondiale de la Santé, 00 (55) Référez-vous au tableau 1 pour les définitions de catégories. * Utilisé avec du spermicide ** Auparavant positive au VIH 4

5 Méthodes hormonales appropriées pour les femmes souffrant de dépression Lorsqu elle a pris les troubles dépressifs en considération pour la première fois, la réunion portant sur les CRM médicale de 00 a conclu qu il n y avait aucun besoin de restriction d usage de contraceptifs hormonaux pour les femmes souffrant de dépression (cf. tableau 4). Plusieurs études ont démontré qu il n y avait pas d augmentation de symptômes chez les femmes souffrant de dépression qui utilisaient une combinaison de contraceptifs oraux ou à progestine uniquement (5, 6, 10, 17), l injectable DMPA (5, 8, 48), ou des implants Norplant (5, 48). Une seule étude a révélé que la prise de fluoxetine Tableau 4. Autres nouvelles conditions ou conditions redéfinies considérées par le Groupe de travail scientifique de l OMS de 00 Méthode (Prozac ) pour la dépression n a pas réduit l efficacité de contraceptifs oraux combinés ou à progestine seulement (17). L on n a pas pu arriver à une conclusion en ce qui concerne la dépression post-partum ou les troubles bipolaires parce que les preuves actuelles ne sont pas appropriées (). Condition COC/ Patch/ Anneau CIC Comprimés progestine seulement Injectables DMPA NET-EN Implants LNG/ETG DUI-Cu DUI-LNG Initiation Continuation Initiation Continuation Troubles dépressifs Mutations thrombogènes connues 4 a 4 a a a a 1 a 1 a a 1 a Interactions médicamenteuses Thérapie antirétrovirale b b b b b / c c / c c Médicaments qui affectent les enzymes du foie a) Rifampicine* b) Certains anticonvulsants** Antibiotiques (rifampicine exclue) Griséofulvine Source : Organisation mondiale de la Santé, 00 (55) Référez-vous au tableau 1 pour les définitions de catégories. * Anciennement, «certains antibiotiques (rifampicine et griséofulvine)» (51) **«(phénytoine, carbamazépine, barbituriques, primidone, topiramate, oxcarbazépine)» (55). (Les anticonvulsants en italiques ont été ajoutés en octobre 00.) CIC = contraceptifs injectables combinés Clarifications : a «Les examens routiniers ne sont pas appropriés en raison de la rareté de cette condition et du coût élevé de ces examens» (54). Comme dans le cas de tous les CRM, les classifications se rapportent aux conditions connues et n impliquent pas nécessairement que les examens sont nécessaires ou conseillés. b «Des données limitées... semblent suggérer des interactions de médicaments entre les antirétroviraux (ARV) et les contraceptifs hormonaux, mais il n existe aucune étude d avantages cliniques à l heure actuelle. Les recherches actuelles portent sur l efficacité et la toxicité des contraceptifs hormonaux et des ARV» (55). c «Aucune interaction médicamenteuse n est connue entre la thérapie ARV et l utilisation de DUI. Cependant, en tant que condition, le SIDA est classé en catégorie pour l insertion et en catégorie pour la continuation, à moins que la femme ne soit en bonne santé au point de vue clinique parce qu elle suit une thérapie ARV, dans lequel cas l insertion et la continuation sont classifiées sous la catégorie.» 5

6 Critères reconfirmés pour les antibiotiques à large spectre et les méthodes hormonales, les néoplasies du col utérin et les COC, l allaitement au sein et les progestines Antibiotiques à large spectre aucune restriction Les rapports de cas ont éveillé des soupçons suggérant que, de manière générale, les antibiotiques à large spectre pouvaient réduire l efficacité des contraceptifs hormonaux. Les études révèlent néanmoins que de nombreux antibiotiques à large spectre ne réduisent pas le niveau hormonal et, sauf une exception au début (1), n ont trouvé aucune évidence d ovulation. Les taux de grossesses sont similaires chez les femmes qui prennent des COC uniquement et celles qui prennent à la fois des COC et des antibiotiques (9, 1, 0). Le GTS de 00 a laissé les antibiotiques à large spectre dans la catégorie 1 des CRM (à utiliser dans n importe quelle circonstance). Selon les CRM, l emploi des deux antibiotiques rifampicine et griséofulvine faisait auparavant partie de la catégorie Directives de planning familial de l OMS sur l Internet Derniers critères de recevabilité médicale fr/mec/index.htm Les directives relatives de l OMS, Une sélection de recommandations pratiques relatives à l utilisation de méthods contraceptives (SPR) se trouvent à who.int/reproductive-health/publications/fr/spr/index.htm Informez-vous sur les nouvelles évidences associées aux critères de recevabilité médicale. Le système CIRE (disponible uniquement en anglais) en ligne, identifie les nouveaux articles de recherche dont les objectifs d études portent sur un sujet traité par les SPR ou les critères de recevabilité médicale de l OMS. Le système CIRE analyse les nouvelles littératures scientifiques afin de pouvoir mettre à jour les directives de l OMS. Toute mise à jour de directives actuelles est transmise sur les pages de l OMS relatives aux critères de recevabilité médicale ou aux SPR sur le World Wide Web (voir ci-dessus). Les modifications aux classifications des critères de recevabilité médicale ou des SPR sont généralement uniquement effectuées à la suite de réunions de GTS, comme la réunion portant sur ces critères d octobre 00. Vous pouvez rechercher des rapports de tous les articles identifiés par CIRE à Les visiteurs de cette page Web peuvent s inscrire pour obtenir des avis par courrier électronique lorsque CIRE affiche de nouvelles informations. Le Pop Reporter e-zine, à (disponible uniquement en anglais) notifie également ses lecteurs en cas de nouvelles informations. Un abonnement gratuit peut être obtenu à (généralement non recommandé) pour la plupart des contraceptifs hormonaux, parce que l on pensait que ces médicaments réduisaient l efficacité de la contraception. Des grossesses ont été reportées chez les utilisatrices de contraceptifs hormonaux et prenant de la griséofulvine ; ce médicament affecte également les enzymes du foie chez les souris, ce qui suggère un éventuel impact sur le métabolisme hormonal. Aucune étude clinique ou pharmacocinétique n a cependant été publiée sur l interaction entre la griséofulvine et les hormones de contraception. Le GTS a reclassifié l emploi de griséofulvine en catégorie 1 pour les femmes qui utilisent les injectables combinés ou à progestine seulement, et en catégorie (utiliser généralement) pour les utilisatrices d autres méthodes hormonales. Question au sujet des lésions cervicales, mais les méthodes hormonales peuvent en général être utilisées Le GTS a maintenu les néoplasies cervicales intraépithéliales, des lésions non invasives considérées comme signe précurseur de cancer du col de l utérus, en catégorie (utiliser généralement) pour les contraceptifs hormonaux, sauf pour les pilules à progestine uniquement, pour lesquelles les néoplasies cervicales intraépithéliales entrent dans la catégorie 1 (utiliser dans n importe quelle circonstance). La classification en catégorie, attribuée au cours de la première édition des CRM, indique «quelques doutes selon lesquels les COC poussent la progression des néoplasies cervicales intraépithéliales vers une maladie invasive, particulièrement lors d un usage à long terme» (c est-à-dire pendant plus de cinq ans) (51). Selon une méta-analyse de 00 de plus de 0 études présentées au GTS (41), le risque de développement de cancer invasif du col de l utérus ou de l un des ses précurseurs plus immédiats, augmente avec la durée d utilisation de COC ou de DMPA. L association est significative au point de vue statistique après cinq ans 6 d utilisation. Par contre, une évidence limitée se concentre sur la question de savoir si les néoplasies cervicales intraépithéliales ont plus tendance à progresser chez les femmes qui utilisent des contraceptifs hormonaux. Les résultats des rares études comparant l utilisation de COC parmi les femmes avec des lésions cervicales de bas niveau et l emploi parmi les femmes avec lésions de haut niveau ne sont pas cohérents (1, 11, 16, 7, 4, 46). Une étude a suivi les femmes avec lésion de bas niveau et a révélé que la progression était plus commune de manière significative chez les utilisatrices de COC que chez celles qui ne les utilisaient pas (7). La limite de postpartum sur les méthodes à progestine uniquement reste à six semaines pour les femmes qui allaitent Le GTS a continué à recommander que les femmes qui allaitent ne devraient généralement pas utiliser de contraceptifs à progestine uniquement (catégorie ) jusqu à un postpartum de 6 semaines. La révision systématique de l évidence n a trouvé aucun effet secondaire de ces méthodes sur les caractéristiques de l allaitement et, alors que l évidence est plus limitée, aucun effet secondaire sur la croissance, le développement ou la santé des nouveaunés, lorsque les femmes qui utilisaient les méthodes à progestine uniquement ont commencé à allaiter avant un postpartum de six semaines (). Mais, vu qu il n existe pas de données sur les effets de la progestine dans le lait de la mère sur le cerveau du nouveau-né et le développement de son foie, le GTS n a pas réduit la restriction de six semaines. Cependant, comme le GTS l a noté en l an 000 et réaffirmé en 00, dans de nombreuses circonstances, les risques de morbidité et de mortalité de grossesses sont élevés, et les contraceptifs à progestine uniquement peuvent être l un des rares types de méthodes disponibles à grande échelle pour les femmes qui allaitent, immédiatement après le postpartum (51).

7 Critères de recevabilité médicale pour patch et anneau similaires aux pilules combinées ; CRM pour implant Implanon similaire à Norplant Le GTS a incorporé trois nouvelles méthodes de contraception dans les CRM, soit le patch de contraception hormonale combiné, l anneau vaginal à libération d hormones combiné, et l implant Implanon à libération d étonogestrel. Les niveaux d hormones et les caractéristiques typiques du patch et de l anneau sont similaires à ceux pour les COC, de même que le type et la fréquence des effets secondaires rapportés dans des études comparatives. La réunion a par conséquent conclu que l on peut assumer que les classifications des CRM applicables aux COC peuvent également être appliquées au patch et à l anneau. Il n y a aucune évidence directe relative à l utilisation de l une de ces méthodes parmi les femmes ayant des problèmes de santé. La réunion a également assumé que les classifications des CRM pour l implant Norplant de lévonorgestrel de 5 ans peuvent également être appliquées pour l implant Implanon d étonogestrel de ans. Le GTS a reclassifié les implants ainsi que les injectables à progestine uniquement et les DUI à libération de lévonorgestrel en ce qui concerne l obésité. Ils ont tous été reclassifiés à la catégorie 1 (utiliser dans n importe quelle circonstance), après avoir fait partie de la catégorie (utiliser généralement). Les recherches portant sur l injectable Depo- Provera (DMPA) aux progestatifs-seuls n indiquent pas clairement si les femmes obèses ont plus de problèmes de santé, y compris une prise de poids supplémentaire, ou plus de changements de saignements, que les femmes qui pèsent moins et qui utilisent le DMPA (4, 19, 1). Depuis la réunion d octobre de 00, de nouvelles évidences sont devenues disponibles et indiquent que l efficacité des implants Norplant diminue après la quatrième année d utilisation pour les femmes pesant plus de 70 kg. Source de citations pour les études de recherches : Dans cette parution d INFO Reports, les citations d études de recherches proviennent d études systématiques effectuées au nom du secrétariat de l OMS pour la réunion du Groupe de travail scientifique d octobre 00. Ce Groupe a pris cette évidence en considération pour décider des CRM. En général, ces études systématiques ont sélectionné des rapports qui : ont été trouvés par l intermédiaire de recherches de MEDLINE, PREMEDLINE, POPLINE et/ou des bases de données bibliographiques similaires ; ont été publiés dans des journaux évalués par des professionnels, entre 1966, dans la plupart des cas, et août 00 ; et furent des études rapportées, des révisions systématiques d études, ou des méta-analyses qui ont examiné les résultats de santé associés à l emploi d une méthode de contraception parmi les femmes avec un état de santé particulier. Kate Curtis, PhD et Anshu Mohllajee, MPH, de l US Centers for Disease Control and Prevention ; Kavita Nanda, MD, MHS, de Family Health International ; Lori Bastian, MD, MPH, de Duke University ; Mary E. Gaffield, MPH, PhD, de l OMS ; et Jennifer S. Smith, PhD, MPH, de l International Agency for Research on Cancer ont effectué ces évaluations systématiques. 7 Bienvenue chez INFO Reports Voici le premier numéro d INFO Reports, une nouvelle série de publication de l INFO Project, les éditeurs de Population Reports. INFO Reports offre de brefs aperçus de sujets spéciaux, d événements d importance et de nouvelles recherches et de nouveaux développements de programmes dans le planning familial et la santé génésique associée. INFO Reports va paraître occasionnellement, selon l apparition de nouveaux sujets. Abonnement à INFO Reports Tous les abonnés de Population Reports reçoivent ce premier numéro d INFO Reports. Les numéros futurs d INFO Reports seront cependant uniquement envoyés à ceux qui se sont spécifiquement abonnés à INFO Reports. Vous pouvez vous assurer de trois façons de recevoir TOUS les numéros futurs d INFO Reports : 1. Par courrier électronique : pour recevoir les numéros d INFO Reports le plus rapidement possible, veuillez envoyer un message électronique en indiquant «Electronic subscription to INFO Reports» dans le champ «Sujet» à et inclure votre nom et votre adresse au complet, votre adresse électronique, et votre ID client (si vous la connaissez). Nous vous enverrons les numéros futurs par voie électronique, en pièces jointes. (Si vous préférez uniquement recevoir un avis par voie électronique vous informant de la publication d un nouveau numéro en ligne, veuillez taper «Electronic notification pour INFO Reports» dans le champ «Sujet».). Poste ordinaire : pour recevoir des copies imprimées d INFO Reports, veuillez envoyer un message électronique en indiquant «Print subscription to INFO Reports» dans la ligne du sujet, à et incluez votre nom au complet, votre adresse postale intégrale, votre adresse électronique, et votre ID client (si vous la connaissez ; elle se trouve dans la ligne du haut de l étiquette d envoi). Les rapports en anglais sont disponibles sous la forme de copies imprimées ou par courrier électronique ; les rapports dans les autres langues ne sont disponibles que sous la forme électronique. Vous pouvez également écrire à : Orders, INFO Reports, Center for Communication Programs, Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, 111 Market Place, Suite 10, Baltimore, MD, 10, États-Unis.. Par le site Web INFO : allez à infoforhealth.org/inforeports/infoelectsub.php et suivez les instructions pour vous abonner. Notez que si vous ne souhaitez pas vous abonner, mais aimeriez commander des numéros INDIVIDUELS d INFO Reports et d autres publications auprès de Center for Communication Programs c/o Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, veuillez envoyer un message électronique à : ou allez à notre formulaire de commande en ligne à : http//www. jhuccp.org/cgi-bin/orders/orderform.cgi ; vous pouvez également écrire à Orders, Center for Communication Programs, Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, 111 Market Place, Suite 10, Baltimore, MD

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 REYATAZ 150 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 043 8 0) REYATAZ 200 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 045 0 2) REYATAZ 300 mg, gélule Boîte

Plus en détail

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués

Plus en détail

Le VIH : la charge virale, le traitement et la transmission sexuelle

Le VIH : la charge virale, le traitement et la transmission sexuelle FEUILLET D INFORMATION Le VIH : la charge virale, le traitement et la transmission sexuelle Sommaire La charge virale en VIH est la quantité de VIH (nombre de virus) qui se trouve dans les liquides corporels

Plus en détail

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA)

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA) Quelle est la dose de Mifépristone nécessaire pour une interruption de grossesse avant 49 jours d aménorrhée en association avec 2 comprimés de Misoprostol? Une revue de la littérature Philippe Faucher

Plus en détail

Conseils techniques concernant la disposition sur les «informations compréhensibles» de l amendement Tiahrt.

Conseils techniques concernant la disposition sur les «informations compréhensibles» de l amendement Tiahrt. Avril 1999 Agence américaine pour le développement international Résumé Conseils techniques concernant la disposition sur les «informations compréhensibles» de l amendement Tiahrt. En tant que compléments

Plus en détail

Obésité et contraception. Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre

Obésité et contraception. Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre Obésité et contraception Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre Obésité et risque de TVP Augmentation des facteurs pro-coagulants (7,8,12 et du fibrinogène) stase veineuse augmentée Risque de TVP augmenté (=

Plus en détail

Contraception de la femme VIH positive

Contraception de la femme VIH positive Contraception de la femme VIH positive COREVIH Alsace Commission Qualité des soins Qualité de la vie Jeanine OHL Novembre 2012 Eléments à considérer: 1. l épidémiologie En 2007, 33% des nouveaux cas en

Plus en détail

Méthodes de contraception de longue durée : du nouveau? Dr M. Jacot-Guillarmod Prangins, le 28.11.2013

Méthodes de contraception de longue durée : du nouveau? Dr M. Jacot-Guillarmod Prangins, le 28.11.2013 Méthodes de contraception de longue durée : du nouveau? Dr M. Jacot-Guillarmod Prangins, le 28.11.2013 Agenda Méthodes de longue durée «Pour et contre» Pour qui? Quoi de neuf? La contraception Longue durée

Plus en détail

Contraception hormonale et VIH

Contraception hormonale et VIH WHO/RHR/12.08 Note technique Note technique années d innovation Contraception hormonale et VIH Note technique 16 février 2012 Résumé d orientation Au vu des résultats d études épidémiologiques publiées

Plus en détail

Prise de poids et contraceptifs à progestatifs seuls : plus d inquiétude que de preuves scientifiques

Prise de poids et contraceptifs à progestatifs seuls : plus d inquiétude que de preuves scientifiques le point sur Prise de poids et contraceptifs à progestatifs seuls : plus d inquiétude que de preuves scientifiques Rev Med Suisse 2011 ; 7 : 2090-5 J.-Y. Camain S.-C. Renteria E. von Elm Weight gain and

Plus en détail

LA CONTRACEPTION D URGENCE

LA CONTRACEPTION D URGENCE LA CONTRACEPTION D URGENCE Synthèse de la conférence donnée le 5 octobre 2005 à Orléans par : - Dominique ROULET, conseillère conjugale et assistante sociale auprès du Centre de Planification et d Education

Plus en détail

* Medical versus surgical methods for first trimester termination of pregnancy, RHL Commentary by Chien P and Thomson M.

* Medical versus surgical methods for first trimester termination of pregnancy, RHL Commentary by Chien P and Thomson M. * Medical versus surgical methods for first trimester termination of pregnancy, RHL Commentary by Chien P and Thomson M. http://apps.who.int/rhl/fertility/abortion/pccom/en/ Réduit la mortalité maternelle

Plus en détail

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Attachment H. 31 Août 2009. Cher Parent/Tuteur:

Attachment H. 31 Août 2009. Cher Parent/Tuteur: Attachment H 31 Août 2009 Cher Parent/Tuteur: Il est prévu que votre élève prenne le Grade 8 des unités complètes du cours d éducation sanitaire sur la Vie de Famille et la Sexualité Humaine (FLHS) et

Plus en détail

Quelle contraception après une IVG médicamenteuse

Quelle contraception après une IVG médicamenteuse Quelle contraception après une IVG médicamenteuse Philippe Faucher GCS Bluets-Trousseau - Paris Déclaration d intérêt : Membre du groupe d experts auprès du Laboratoire Sanofi Pasteur MSD sur l Implant

Plus en détail

Contre-indications de la contraception hormonale dans le cadre de l ordonnance collective

Contre-indications de la contraception hormonale dans le cadre de l ordonnance collective de la contraception hormonale dans le cadre de l ordonnance collective Mise à jour par l INSPQ, Août 2009 Mise à jour par l INSPQ, Novembre 2012 Contraceptifs oraux combinés - < 6 semaines à la suite d'un

Plus en détail

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Mise à jour : avril, 2015 Version 1.0 HISTORIQUE DES RÉVISIONS Le présent document sera régulièrement révisé dans

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie Collège national des gynécologues et obstétriciens sous la direction du Pr Jacques lansac Coordonné par le dr nicolas evrard En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie La sexualité féminine

Plus en détail

INSULINE NPH OU LONGUE ACTION

INSULINE NPH OU LONGUE ACTION INSULINE NPH OU LONGUE ACTION QUESTION : Chez les patients diabétiques de type 2 ayant un contrôle sous-optimal de leurs glycémies avec les hypoglycémiants oraux, quelle insuline devrait-on privilégier

Plus en détail

La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances

La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances Pilplan-d est efficace à 99% pour la prévention des grossesses, quand il est pris quotidiennement. Chaque plaquette contient un cycle de 28 comprimés

Plus en détail

Publications récentes de l OMS en matière de planification familiale

Publications récentes de l OMS en matière de planification familiale Repositionnement de la Planification Familiale Réunion de plaidoyer pour le financement de la Planification Familiale en RDC Kinshasa, RDC, du 13 au 14 juin 2012 Publications récentes de l OMS en matière

Plus en détail

Infections sexuellement

Infections sexuellement CHAPITRE 21 transmissibles, y compris le VIH Points-clés pour les prestataires et les clientes y Les personnes avec des infections sexuellement transmissibles (IST) y compris le VIH, peuvent utiliser efficacement

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 FUZEON 90 mg/ml, poudre et solvant pour solution injectable Boîte contenant 60 flacons de poudre + 60 flacons de solvant + 60 seringues de 3 ml + 60

Plus en détail

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON Programme VIH/sida MISE À JOUR PROGRAMMATIQUE UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON RÉSUMÉ ANALYTIQUE AVRIL 2012 WHO/HIV/2012.8

Plus en détail

Virus du papillome humain (VPH)

Virus du papillome humain (VPH) Virus du papillome humain (VPH) Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez

Plus en détail

Au service de divers groupes

Au service de divers groupes CHAPITRE 20 Au service de divers groupes Points-clés pour les prestataires et les clientes Adolescents yjeunes mariés et célibataires qui peuvent avoir des besoins différents en ce qui concerne leur santé

Plus en détail

Allaitement maternel et contraception. Juliette ENL 11/09

Allaitement maternel et contraception. Juliette ENL 11/09 Allaitement maternel et contraception Juliette ENL 11/09 Concerne environ 73950 naissances par an Si on considère environ 87 000 naissances par an et un taux d allaitement moyen de 85% Taux efficacité

Plus en détail

Population 2001 (en millions): 31.0. Densité au mile carré: 34. Taux brut de natalité, naissances pour 1000 habitants: 25

Population 2001 (en millions): 31.0. Densité au mile carré: 34. Taux brut de natalité, naissances pour 1000 habitants: 25 A lgérie PROFIL DÉMOGRAPHIQUE Capitale: Alger Superficie, en miles carrés: 919,591 Revenu national brut par habitant, 1999 (US$): 4,840 Population 2001 (en millions): 31.0 Densité au mile carré: 34 Taux

Plus en détail

Pilule contraceptive (la Pilule)

Pilule contraceptive (la Pilule) information santé health information Pilule contraceptive (la Pilule) Birth Control Pill (The Pill) French Qu est-ce que la pilule contraceptive? (What is the birth control pill?) La pilule contraceptive

Plus en détail

L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves

L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves Cet atelier portera sur 1. la recherche dans la documentation de sources pertinentes; 2. l évaluation

Plus en détail

Activité 7 : Des méthodes contraceptives, permettent de choisir le moment d avoir ou non un enfant.

Activité 7 : Des méthodes contraceptives, permettent de choisir le moment d avoir ou non un enfant. Activité 7 : Des méthodes contraceptives, permettent de choisir le moment d avoir ou non un enfant. La contraception représente l ensemble des méthodes ayant pour but d empêcher une grossesse en cas de

Plus en détail

AIDE- Message du directeur MÉMOIRE. Intervention préventive. auprès des personnes atteintes d une infection transmissible sexuellement

AIDE- Message du directeur MÉMOIRE. Intervention préventive. auprès des personnes atteintes d une infection transmissible sexuellement Message du directeur de la protection de la santé publique Les infections transmissibles sexuellement (ITS) touchent chaque année des milliers de Québécoises et de Québécois. Le phénomène est d ailleurs

Plus en détail

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD Brazil Burkina Faso (Bobo Dioulasso) Cambodia (Phnom Penh) Cameroon (Yaounde) Côte d Ivoire (Abidjan) Senegal (Dakar) Vietnam (Ho Chi Minh City) South Africa,

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 «Nouvelles recommandations» Sources : DGS : CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE

Plus en détail

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS Centre International de Recherche contre le Cancer Organisation de la Santé Mondiale COMMUNIQUÉ DE PRESSE N 2 0 8 31 mai 2011 LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES

Plus en détail

Méthodes contraceptives dites «barrières et naturelles»

Méthodes contraceptives dites «barrières et naturelles» Méthodes contraceptives dites «barrières et naturelles» DU régulation des naissances et suivi de la femme VERSION 2013 Dr Rocher-Escriva Praticien Attaché Service Pr Hocké Maternité Pellegrin CHU de Bordeaux

Plus en détail

L information des partenaires dans un contexte européen

L information des partenaires dans un contexte européen L information des partenaires dans un contexte européen Dr Claudia Kessler FMH, MPH kessler@public-health-services.ch Journée nationale de la SGS et de l ASS 24 septembre 2013 2 Méthode : analyse de documents

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Antimicrobiens et prévention du VIH

Antimicrobiens et prévention du VIH Antimicrobiens et prévention du VIH ONUSIDA Actualisation Collection Meilleures Pratiques de l ONUSIDA 1 Antimicrobiens et prévention du VIH : Actualisation ONUSIDA En bref Les antimicrobiens sont des

Plus en détail

SIGNALISATION DES DANGERS. Étiquetage des très petits emballages. Communication du Conseil européen de l industrie chimique (CEFIC) *

SIGNALISATION DES DANGERS. Étiquetage des très petits emballages. Communication du Conseil européen de l industrie chimique (CEFIC) * NATIONS UNIES ST Secrétariat Distr. GÉNÉRALE ST/SG/AC.10/C.4/2008/7 21 avril 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ D EXPERTS DU TRANSPORT DES MARCHANDISES DANGEREUSES ET DU SYSTÈME GÉNÉRAL HARMONISÉ DE

Plus en détail

Les femmes **** **** Historique

Les femmes **** **** Historique Les femmes **** Historique Et les femmes? Statistiques Symptômes spécifiques aux femmes atteintes du VIH Biologie et liquides organiques Inégalité Connaissez les faits **** Historique Au début des années

Plus en détail

Contraception: bilan de 8 mois de consultation. A. Lourenço Maternité de l HUG Juin 2000

Contraception: bilan de 8 mois de consultation. A. Lourenço Maternité de l HUG Juin 2000 Contraception: bilan de 8 mois de consultation A. Lourenço Maternité de l HUG Juin 2000 Equipe Chef de clinique G. Bianchi Assistants A. Lourenço F. Ludicke C. Schwarz R. Kulier D. Tasias/ P. Dallenbach

Plus en détail

Hepatitis and pregnancy

Hepatitis and pregnancy Hepatitis and pregnancy GFMER Yaoundé 26 November 2007 José M Bengoa MD Geneva - Switzerland Maladie hépatique et grossesse: trois relations étiologiques maladie hépatique induite par la grossesse nouvelle

Plus en détail

en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007

en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007 L expérience en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007 Marie Marcelle Deschamps, MD Faculte de Medecine et Pharmacie de UEH 5-6 Mars 2008 Le contexte Haiti est. le pays le plus affecté

Plus en détail

Communiqué de presse. Le 24 mai 2016

Communiqué de presse. Le 24 mai 2016 Communiqué de presse Le 24 mai 2016 Selon une étude, l'envoi d'un simple texto hebdomadaire aux jeunes femmes au Kenya améliore grandement la probabilité qu'elle subissent un test pour le VIH Des chercheurs

Plus en détail

Une contraception, oui, mais laquelle?

Une contraception, oui, mais laquelle? Une contraception, oui, mais laquelle? Tous concernés! De quoi s agit-il? Depuis la légalisation de la pilule en 1967, les scientifiques ont rusé d'imagination pour nous offrir des solutions contraceptives

Plus en détail

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Journée de la préventions 2014 Atelier : «Repérer des actions de prévention : l exemple du tabac» Céline DEROCHE, Sandra KERZANET -

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine les spécialités suivantes :

Plus en détail

Contraception et risque génétique de cancer

Contraception et risque génétique de cancer Dr Emilie Faller, Dr Eric Bautrant, Centre l Avancée, Clinique AXIUM efaller@l-avancee.fr Contraception et risque génétique de cancer Plus de 100 millions de femmes dans le monde prennent la pilule 10%

Plus en détail

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6 Des soins après avortement : Amis des Jeunes Cartes à conseils 1-6 SAA: Avant l intervention Accueillir cordialement la cliente et la mettre à l aise Garantir la confidentialité et l intimité Prendre les

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Les médications pour traiter le TDA/H et leur utilisation pendant la grossesse.

Les médications pour traiter le TDA/H et leur utilisation pendant la grossesse. Les médications pour traiter le TDA/H et leur utilisation pendant la grossesse. La reconnaissance récente du TDA/H comme un trouble qui persiste tout au long de la vie et qui touche 3 à 5 % de la population

Plus en détail

Collège national des gynécologues et obstétriciens. gynécologie. Le corps féminin à tous les âges de la vie

Collège national des gynécologues et obstétriciens. gynécologie. Le corps féminin à tous les âges de la vie Collège national des gynécologues et obstétriciens Sous la direction du Pr Jacques Lansac Coordonné par le Dr Nicolas EVRARD En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE de la gynécologie Le corps féminin

Plus en détail

Pilules progestatives

Pilules progestatives Chapitre 2 Ce chapitre est consacré aux pilules à progestatifs seuls pour les femmes qui allaitent. Les femmes qui n allaitent pas peuvent également utiliser la pilule progestative. Des directives différentes

Plus en détail

Contraceptions orales chez la femme a risques de thrombo embolie veineuse. Christian Jamin Paris

Contraceptions orales chez la femme a risques de thrombo embolie veineuse. Christian Jamin Paris Contraceptions orales chez la femme a risques de thrombo embolie veineuse Christian Jamin Paris Liens d intérêt sur ce thème 2010-4 Crédit de recherche ou support financier (honoraires pour action de formation)

Plus en détail

La Nutrition En Hausse Présentation Références Le Projet RENEW

La Nutrition En Hausse Présentation Références Le Projet RENEW La Nutrition En Hausse Présentation Références Le Projet RENEW Majid Ezzati et al., «Selected Major Risk Factors and Global and Regional Burden of Disease,» Lancet 360, no. 9343 (2002) : 1347-60. La Nutrition

Plus en détail

En France, l âge médian du premier

En France, l âge médian du premier Choix de la première contraception RÉSUMÉ : Proposer une contraception adéquate chez les adolescentes est primordial afin d éviter toute grossesse non désirée. Il est indispensable de conseiller les jeunes

Plus en détail

L utilisation de Cefazolin et de Probenecid pour le traitement de la cellulite nécessitant une antibiothérapie par voie intraveineuse

L utilisation de Cefazolin et de Probenecid pour le traitement de la cellulite nécessitant une antibiothérapie par voie intraveineuse L utilisation de Cefazolin et de Probenecid pour le traitement de la cellulite nécessitant une antibiothérapie par voie intraveineuse Par Catherine Champagne, R2 CLSC des Faubourgs Superviseur : Dre Denise

Plus en détail

Sujet 8: Choisir le moment de concevoir un enfant,effets contraceptifs et abortifs. La maîtrise de la reproduction

Sujet 8: Choisir le moment de concevoir un enfant,effets contraceptifs et abortifs. La maîtrise de la reproduction Sujet 8: Choisir le moment de concevoir un enfant,effets contraceptifs et abortifs La maîtrise de la reproduction Avoir un enfant? Tous les jeunes couples rêvent d avoir des enfants, mais ils peuvent contracter

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. NorLevo 1,5 mg, comprimé Lévonorgestrel

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. NorLevo 1,5 mg, comprimé Lévonorgestrel NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR NorLevo 1,5 mg, comprimé Lévonorgestrel Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Ce médicament est disponible sans

Plus en détail

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Académie de Pharmacie 2 décembre 2015 Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Lucien Abenhaim Laser Analytica London School of Hygiene & Tropical Medicine 1 Questions Définitions

Plus en détail

Approche de la communication brève liée à la sexualité (CBS) Dr Thierry Troussier DGS-RI2

Approche de la communication brève liée à la sexualité (CBS) Dr Thierry Troussier DGS-RI2 Approche de la communication brève liée à la sexualité (CBS) Dr Thierry Troussier DGS-RI2 Contexte (1) Années 60 : counseling et planification Années 90 : counseling et VIH Qu est-ce que le counseling

Plus en détail

Notice : information de l utilisateur. ellaone 30 mg comprimé Ulipristal acétate

Notice : information de l utilisateur. ellaone 30 mg comprimé Ulipristal acétate Notice : information de l utilisateur ellaone 30 mg comprimé Ulipristal acétate Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

LES BREVETS comme moyen d accès. Introduction. http://patentscope.wipo.int/

LES BREVETS comme moyen d accès. Introduction. http://patentscope.wipo.int/ LES BREVETS comme moyen d accès à la TECHNOLOGIE Introduction http://patentscope.wipo.int/ 2 Les brevets constituent une vaste source d informations couvrant chaque domaine de la technologie. Il est facile

Plus en détail

www.lesjeudisdeleurope.org

www.lesjeudisdeleurope.org LES NOUVELLES CONTRACEPTIONS et les nouvelles données sur la contraception DOMINIQUE BARBEREAU-AGENAIS Les Jeudis de l Europe 18/10/2007 Dans les années antérieures On disposait de pilules de moins en

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Les objectifs d apprentissage: Ma patiente commence sa vie sexuelle. Mlle G.U. Contraception Hormonal en 2010: progrès et vieux démons

Les objectifs d apprentissage: Ma patiente commence sa vie sexuelle. Mlle G.U. Contraception Hormonal en 2010: progrès et vieux démons Les objectifs d apprentissage: Ma patiente commence sa vie sexuelle Ana Paula Godinho Oliveira Lourenco, Département de gynécologie et obstétrique et Consultation Santé Jeunes T. Huber-Gieseke, SMPR HUG

Plus en détail

Questions Chapitre 11 La signification statistique et la signification clinique 1

Questions Chapitre 11 La signification statistique et la signification clinique 1 Questions Chapitre 11 La signification statistique et la signification clinique 1 Formuler une hypothèse de recherche Exposer le raisonnement qui sous-tend l inférence statistique Interpréter le résultat

Plus en détail

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement GUIDE DE DEMANDE DE SUBVENTION RESERVE AUX RESEAUX NATIONAUX DES FEMMES VIVANT AVEC LE

Plus en détail

CHOISIR SA CONTRACEPTION

CHOISIR SA CONTRACEPTION La mienne est dans mon bras La mienne est au cuivre La mienne est en latex La mienne est sans ordonnance La mienne dure 3 ans La mienne n est pas contraignante La mienne est hebdomadaire La mienne est

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Santé de la femme L insémination artificielle avec don de sperme Santé de la femme DÉPARTEMENT D'OBSTETRIQUE, GYNÉCOLOGIE ET RÉPRODUCTION Ref. 123 / 2009 Service de Médecine de la Reproduction Servicio

Plus en détail

Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH :

Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH : Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH : Le VIH est le virus qui provoque le SIDA. Il peut être transmis lors de relations sexuelles non protégées (anales, vaginales ou orales)

Plus en détail

HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH. B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon

HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH. B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon Plan I- INTRODUCTION II-EPIDEMIOLOGIE II.1- VIH et lésions préinvasives II.2-VIH et lésions invasives III- PRISE

Plus en détail

Maîtrise de la reproduction : Contraception, contragestion et IVG

Maîtrise de la reproduction : Contraception, contragestion et IVG Maîtrise de la reproduction : Contraception, contragestion et IVG Historique 1978 : Affiche du mouvement français pour le planning familial (MFPF) Source : Planning familial Au XXI e siècle : 2000-2005

Plus en détail

Guide d utilisation de BMJ Journals. journals.bmj.com

Guide d utilisation de BMJ Journals. journals.bmj.com Guide d utilisation de BMJ Journals journals.bmj.com Sommaire Introduction Fonctions principales du recueil BMJ Journals... 4 Autres fonctions utiles....................... 5 Fonctions supplémentaires

Plus en détail

CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN. Dr Delphine IVORRA Assistante Spécialiste Hôpital Nord, Marseille

CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN. Dr Delphine IVORRA Assistante Spécialiste Hôpital Nord, Marseille CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN Dr Delphine IVORRA Assistante Spécialiste Hôpital Nord, Marseille 1. Concernant la fertilité pendant la chimiothérapie du cancer du sein, la ou lesquelles de ces propositions

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux 1 VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux DESCRIPTION Le Virus du Papilloma Humain (VPH) existe sous plus de 150 souches différentes. Seul une quarantaine est responsable des condylomes génitaux

Plus en détail

CARACTERISTIQUES PERSONNELLES ET ANTECEDENTS GENESIQUES...

CARACTERISTIQUES PERSONNELLES ET ANTECEDENTS GENESIQUES... Table des matières Méthodes mécaniques PERSONNELLES ET ANTECEDENTS GENESIQUES... 1 Grossesse... 1 Age... 1 Parité... 1 Post-partum... 1 Post-abortum... 1 Antécédents de grossesse extra-utérine... 2 Antécédents

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

MESURE DE CORRECTION URGENTE SUR LES DISPOSITIFS MÉDICAUX NOTIFICATION IMPORTANTE DE SÉCURITÉ

MESURE DE CORRECTION URGENTE SUR LES DISPOSITIFS MÉDICAUX NOTIFICATION IMPORTANTE DE SÉCURITÉ Objet : Appellation commerciale du produit concerné : Version(s) / Lot(s) concernés : Référence / Identifiant FSCA : Date de notification : Type d action : Détails sur les dispositifs concernés : Cessation

Plus en détail

Vaccins Papillomavirus

Vaccins Papillomavirus Vaccins Papillomavirus Dr Julian CORNAGLIA Centre Départemental et International de Vaccinations Histoire naturelle de l infection àhpv(1) Histoire naturelle de l infection à HPV(2) Réponse immune naturelle

Plus en détail

L utilisation des contraceptifs depuis 1 an et les actions mises en place 2013-2014

L utilisation des contraceptifs depuis 1 an et les actions mises en place 2013-2014 L utilisation des contraceptifs depuis 1 an et les actions mises en place 2013-2014 Le sur-risque thromboembolique lié aux pilules Les effets thromboemboliques des COC 1G/2G sont connus depuis les années

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Exemple d utilisation de nouvelles technologies pour réaliser l IPPAP Protocole de la région de Montréal

Exemple d utilisation de nouvelles technologies pour réaliser l IPPAP Protocole de la région de Montréal Exemple d utilisation de nouvelles technologies pour réaliser l IPPAP Protocole de la région de Montréal 9 avril 2014 Colloque MI et ITSS - Québec Geneviève Boily, inf. M.Sc. Direction de santé publique

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

PROBIOTIQUES ET VAGINOSE

PROBIOTIQUES ET VAGINOSE PROBIOTIQUES ET VAGINOSE QUESTION : Les probiotiques sont-ils un traitement efficace des vaginoses? AUTEUR : Geneviève Bustros-Lussier (JANVIER 2009) P : Patiente ayant une vaginose bactérienne I : Probiotiques

Plus en détail

Sommaire de la séquence 9

Sommaire de la séquence 9 Sommaire de la séquence 9 Tu viens de voir dans les deux séquences précédentes les mécanismes qui permettent à un couple d avoir un enfant. Toutefois, on peut souhaiter avoir des rapports sexuels sans

Plus en détail

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES.

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. LES OBJECTIFS RECHERCHES SONT : 1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. 3 D AMELIORER LE DISPOSITIF

Plus en détail