Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, 26 28 mai 2009"

Transcription

1 Immuno-analyse et biologie spécialisée (2009) 24, Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai 2009 Ce colloque, dont la notoriété ne se dément pas, est organisé par la CORATA et se déroule dans un lieu différent chaque année ; il a eu lieu du 26 au 28 mai dernier à Disneyland Marne-la-Vallée. Le Comité Scientifique du 26 e Colloque CORATA a sélectionné 49 posters, dont les résumés des 48 posters exposés lors du Congrès sont reproduits ci-dessous. Cinq résumés de posters ont été sélectionnés pour faire l objet d une présentation orale par leur premier auteur et ainsi ont pu participer au concours du Prix CORATA. Ce prix est attribué à des chercheurs (auteurs) âgés de moins de 40 ans au 1 er janvier de l année du Congrès. Quatre présentations orales ont eu lieu le 27 mai 2009 devant un Jury international. Le Jury a décidé d attribuer le Prix au poster suivant : «Évaluation des performances analytiques d une méthode Elisa pour le dosage du GDF-15 plasmatique», présenté par L. Mauge et M.-O. Benoît (laboratoire de biochimie de l hôpital européen Georges-Pompidou, Paris, France). Bernard Poggi 1 Residual urinary excretion of platinum after 5 days of oxaliplatin HIPEC treatment B. Abada a, G. Leclercq b, G. Deumer a, G. Cinar a, F. Lois c, C. Remue d, A. Kartheuser d, V. Haufroid a a Department of Clinical Chemistry, St-Luc University Hospital, université catholique de Louvain, Brussels, Belgium ; b Deparment of Pharmacy, St-Luc University Hospital, UCL, Brussels, Belgium ; c Department of Anesthesiology, St-Luc University Hospital, UCL, Brussels, Belgium ; d Colorectal Surgery Unit, St-Luc University Hospital, UCL, Brussels, Belgium Introduction. Oxaliplatin is one of the most frequently used antineoplastic agents in the treatment of patients with colorectal neoplasm or other intraperitoneal malignancies. It is a thirdgeneration platinum complex with a diamino-cyclohexane carrier group and an oxalate leaving ligand. The main toxicities of oxaliplatin are haematological suppression, gastrointestinal disturbances, peripheral sensory neuropathy, nephrotoxicity and ototoxicity (with a high interindividual variability). Oxaliplatin toxicity is presumably mediated through the formation of Pt-DNA adducts. This antineoplastic agent may be used in two different manners, the intravenous (IV) infusion (as a common way), and the HIPEC (hyperthermic intraperitoneal chemotherapy) which already led to definitive cure of some cases of peritoneal neoplasm. In this last way of administration, a complete cytoreductive surgery of macroscopic peritoneal carcinoma is followed by an immediate peroperative intraperitoneal chemotherapy (to avoid fibrin adhesions of residual tumour cells) by the installation of closed continuous circuit in closed abdomen using a stable dose of oxaliplatin (460 mg/m 2 ) for 30 min at 43 C. The aim of this study was to assess residual urinary excretion of platinum in biological samples of patients treated by HIPEC using a concentrated solution of oxaliplatin, until 5 days after the treatment to estimate the risk of handling those samples by the nursing personnel. Materials and methods. Urinary samples (spot and 24 hours urine collections) were obtained from each of the three patients and kept at different temperatures (+4 C, 20 C) and for different durations (1 week to 6 weeks). Platinum in urine was quantified by ICP-MS. Briefly, urine samples were diluted 1:10 by a HCl 0.5% HNO3 1% solution. Iridium (m/z 193) was used as an internal standard and multi-element solutions were used for calibration curves (from 0.1 to 50 ppb). Results. Five days after the HIPEC, a mean concentration of Pt in urine of 499 g/l (normality of Pt: < 0.1 g/l) was found, corresponding to about 2.4% of the urinary platinum concentration measured in urine on the 1st day after the HIPEC. No loss of Pt was observed in urine samples kept until 45 days at +4 C. Conclusion. Despite a rapid decrease in urinary excretion of Pt, there is always a non negligible amount of platinum in urine 5 days after the HIPEC. As a consequence, a potential risk of contamination with platinum still exists for the personnel (staff or family) manipulating the biological samples of the patients and the use of protection devices (such as gloves) should be recommended in any cases /$ see front matter 2009 Publié par Elsevier Masson SAS. doi: /j.immbio

2 174 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai Évaluation du CDX90 (Microgenics Thermo Fisher Scientific) pour le dosage urinaire des drogues dans une population de personnes toxicomanes sous méthadone K. Barrial a, T. Le Bricon a, F. Courtier a, M.-H. Tourvieille a, S. Hilaire b, C. Carry b, A. André b, J. Sartre a, J. Bronner a a Laboratoire de biologie médicale, centre hospitalier de Valence, Valence cedex 9, France ; b Association TEMPO, 4, rue Ampère, Valence, France Introduction. Le dosage urinaire des drogues est réalisé au laboratoire sur un Cobas Mira (Roche) qui sera remplacé en L objectif de cette étude est d évaluer le CDx90 avant sa commercialisation par Microgenics Thermo Fisher Scientific, pour le dosage urinaire des drogues chez des personnes toxicomanes sous méthadone suivies par TEMPO, «association pour l accueil et les soins des personnes toxicomanes en Drôme». Matériels et méthodes. Du 18 février au 19 mars 2009, les échantillons urinaires (n = 115) des patients suivis par TEMPO ont été recueillis dans des Monovettes sans additif (Sarstedt) et conservés heures à +4 C avant analyse. Les paramètres ont été mesurés par des techniques immunoenzymatiques en phase homogène (résultats qualitatifs) sur le Cobas Mira, à l exception des benzodiazépines (DxC600i, Beckman Coulter) avec les réactifs CEDIA (Microgenics) : amphétamine/ecstasy et EDDP, EMIT II (Dade-Behring) : opiacés et métabolites de la cocaïne, et Synchron (Beckman Coulter) : benzodiazépines. Les urines ont été testées en parallèle sur le CDx90 avec des réactifs CEDIA (benzodiazépines : seuil = 300 ng/ml de nitrazépam) calibrés en 2 points (résultats qualitatifs) ou 5 points (résultats semi-quantitatifs). Les performances analytiques du CDx90 ont été évaluées selon les recommandations de la Société française de toxicologie analytique, avec une calibration en 2 points : répétabilité (n = 21 passages) et reproductibilité (n = 12 passages) sur 2 niveaux de contrôle (bas C1 et haut C2), limites de détection et de quantification (urine négative ; n = 21 passages). Les statistiques ont été effectuées avec le logiciel Medcalc (test de concordance, corrélation de Spearman), une valeur de p < 0,05 étant considérée significative. Résultats. Sur le Cobas Mira, le pourcentage d urines positives est pour les opiacés : 33 % (n = 38), la cocaïne : 6,1 % (n = 7), les amphétamines : 2,6 % (n = 3), l EDDP : 93,9 % (n = 108) et les benzodiazépines : 36,5 % (n = 42) sur le DxC600. Pour le CDx90, les CV (%) de la répétabilité sont pour le C1 compris entre 1,0 % (cocaïne) et 2,0 % (amphétamines) et pour le C2 entre 1,1 % (amphétamines) et 5,58 % (cocaïne). Les CV de la reproductibilité varient entre 6,4 % (opiacés) et 11,7 % (cocaïne) pour le C1 et entre 3,2 % (opiacés) et 11,7 % (cocaïne) pour le C2. La limite de détection est comprise entre 3,7 et 10,9 % du seuil de positivité selon les drogues ; la limite de quantification représente entre 11,2 et 32,8 % de ce seuil. Les résultats obtenus avec les 2 modes de calibration sont significativement corrélés (coefficient rho : 0,774 0,950, p < 0,0001). La concordance entre le Cobas Mira et le CDx90 est de 100 % pour les opiacés, la cocaïne et l EDDP. Pour les amphétamines, 2 des 5 résultats positifs sur le CDx90 étaient négatifs sur le Cobas Mira (K = 0,742, IC à 95 % : 0,387 1,000). Pour les benzodiazépines, 9 cas discordants (7,8 %) sont observés : DxC600i positifs CDx90 négatifs (K = 0,823, IC à 95 % : 0,712 0,934). Conclusion. L évaluation avant mise sur le marché du CDx90 (Microgenics Thermo Fisher Scientific) pour le dosage urinaire des drogues a montré des CV satisfaisants (répétabilité<5% et reproductibilité < 10 %, pour la cocaïne < 12 %). Les limites de détection et de quantification sont nettement inférieures aux seuils de positivité. Le niveau de concordance entre le Cobas Mira et le CDx90 est excellent, en particulier pour les opiacés, la cocaïne et l EDDP. Pour les benzodiazépines, les quelques résultats discordants avec le DxC600i peuvent s expliquer par le réactif (anticorps et molécule de référence), l appareillage et le choix du seuil de positivité. L utilisation des protocoles d application marqués CE, rendus disponibles, devrait encore améliorer ces résultats. 3 Interférence sur le dosage de la troponine IC sur Beckman Coulter DXC600I/880I : à propos d un cas d anticorps hétérophiles K. Barrial a, F. Courtier a, T. Le Bricon a, E. Chazalet a, Q. Blanc b, J. Sartre a, J. Bronner a a Laboratoire de biologie médicale, centre hospitalier de Valence, Valence, France ; b service de réanimation polyvalente, centre hospitalier de Valence, Valence, France Introduction. La troponine (Ic ou T) est le marqueur biologique de choix dans les ischémies myocardiques par sa haute sensibilité et sa cardiospécificité. Les techniques immunologiques utilisées pour son dosage peuvent être sensibles à différentes interférences, comme les anticorps hétérophiles, conduisant à des résultats faussement positifs ou négatifs. Matériels et méthodes. Au laboratoire, la troponine Ic est mesurée sur du plasma hépariné (héparinate de lithium, BD Vacutainer ) après centrifugation 20 min à 3000 tr/min. Le test Access Accu TnI Beckman Coulter utilise une technique immunoenzymatique chimioluminescente de type «sandwich» avec des anticorps monoclonaux de souris anti-ctni (valeur usuelle < 0,06 ng/ml ; seuil IDM > 0,5 ng/ml). Les autres marqueurs cardiaques, comme la myoglobine et les CPK, ont été mesurés en parallèle sur les DxC600i/880i avec des réactifs Beckman- Coulter. Résultats. Ce patient, de sexe masculin et âgé de 43 ans, est hospitalisé à la suite d un traumatisme grave compliqué d un syndrome de détresse respiratoire aiguë et de crises convulsives répétées. Le bilan initial ne montre aucun signe d atteinte cardiaque : ECG normal et troponine T (Roche) négative (< 0,01 ng/ml), examen effectué dans un autre laboratoire. À l admission en réanimation au centre hospitalier de Valence le 5 février 2009, le bilan biologique montre une troponine Ic à 16,76 ng/ml, résultat confirmé. Devant la dissociation clinicobiologique : troponine Ic élevée, myoglobine et CPK normales et absence de signe d atteinte cardiaque, un prélèvement de contrôle est réalisé le même jour (résultat : 18,06 ng/ml). Ce même tube est décanté et le plasma est recentrifugé 5 min à tr/min : le résultat est similaire. Des résultats positifs sont retrouvés les jours suivants (jusqu à 37,58 ng/ml le 16 février 2009) sans apparition de signe clinique d atteinte cardiaque. Les autres marqueurs cardiaques ne sont pas augmentés. Le prélèvement du 6 février 2009 (ctni = 19,35 ng/ml) envoyé dans un troisième laboratoire pour un dosage de troponine T (Roche) revient négatif (< 0,01 ng/ml). En parallèle, une recherche de facteurs rhumatoïdes (Elisa avec des réactifs BMD) est effectuée afin de rechercher une éventuelle interférence, les résultats sont négatifs. Les plasmas sont finalement envoyés à la société Beckman-Coulter pour la recherche d anticorps hétérophiles et d autres causes d interférences (Centre Immunotech Marseille). Les résultats confirment la présence d anticorps hétérophiles à forte concentration réagissant avec les anticorps de souris utilisés dans la technique. Conclusion. Les interférences sur les dosages immunologiques de la troponine sont rares. Dans la littérature, quelques cas de facteurs rhumatoïdes et d anticorps hétérophiles sont décrits. Leur mise en évidence et leur identification passent par un dialogue clinicien biologiste et biologiste fournisseur de réactifs.

3 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai AMH sérique et hypogonadisme hypogonadotrope congénital ou acquis : étude d une série de 137 hommes S. Brailly-Tabard a,b,d, C. Gonfroy-Leymarie b,d, S. Trabado a,c,d, K. Boukari d, S. Salenave b, P. Chanson b,c,d, A. Guiochon-Mantel a,c,d, J. Young b,c,d a Service de génétique moléculaire, pharmacogénétique et hormonologie, CHU de Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre, France ; b service d endocrinologie et des maladies de la reproduction, CHU de Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre, France ; c université Paris-Sud-11, France ; d Inserm U 693, France Introduction. L hormone antimüllérienne (AMH) est produite par les cellules de Sertoli, principalement durant la période fœtale et prépubertaire. À la puberté, l élévation de la testostérone totale sérique est corrélée avec la diminution de la concentration d AMH. Nous avons précédemment démontré que l AMH était plus élevée chez les patients hypogonadiques hypogonadotropes que chez des sujets normaux du même âge (Young et al., JCEM 1999, MCE 2003, JCEM 2005) ainsi que la régulation positive par la FSH. Plus récemment, nous avons démontré que la baisse de l AMH, à la puberté, était liée à l élévation de la testostérone intratesticulaire par un effet direct médié par le récepteur des androgènes dans la cellule de Sertoli (Boukari K et al., JCEM 2009). L objectif de cette étude est de renforcer ces données sur une plus grande population de malades. Matériels et méthodes. Nous avons étudié 113 patients hypogonadiques hypogonadotropes congénitaux (HHC) âgés de 18 à 50 ans et 123 patients hypogonadiques hypogonadotropes acquis (HHA), âgés de 18 à 50 ans recrutés par le service d endocrinologie et reproduction du CHU de Bicêtre (étude monocentrique). L AMH a été dosée chez 64 patients HHC sur les 113 et chez 73 patients HHA sur les 123 et nous l avons comparée à 161 sujets eugonadiques post-pubères. L AMH a été mesurée par un test Elisa utilisant des anticorps monoclonaux reconnaissant les épitopes des régions N et C terminales, avec une AMH recombinante comme standard (Immunotech, Beckman Coulter Company, Marseille, France) avec une limite de détection de 1 pm/l et un coefficient de variation intra- et interessai de 12 et 14 % respectivement. Nous avons retenu comme critères d inclusion un hypogonadisme clinique avec une concentration de testostérone inférieure à 2,5 ng/ml associée à une concentration de gonadotrophines normale ou basse (< 6 UI/L 2nd IRP 78/549 pour la FSH et < 6 UI/L 1st IRP 68/40 pour la LH). Résultats. La concentration d AMH chez les sujets HHC était significativement plus élevée ( pm/l) que chez les sujets normaux (43 + 1,3 pm/l, p < 0,00001). Chez les patients HHA, la concentration d AMH était également significativement plus élevée ( pm/l) que chez les sujets normaux (p < 0,00001). Chez les HHA, l AMH était plus basse que chez les patients HHC mais la différence n était pas significative (p = 0,6). La concentration de testostérone totale a été mesurée dans chacune des populations et il a été noté une corrélation négative entre l AMH et la testostérone chez les patients HHA (R2 = 0,2, p = 0,0004) ainsi qu une tendance de corrélation négative chez les patients HHC (R2 = 0,04, ns). Ceci renforce la réalité de l effet inhibiteur de la testostérone sur la sécrétion d AMH que nous avons déjà décrit. De même, la mesure du volume testiculaire nous a permis d observer une corrélation négative entre l AMH et le volume testiculaire chez les patients HHA (R2 = 0,2, p = 0,003). Conclusion. Sur cette importante série de patients avec hypogonadisme hypogonadotrope, nous renforçons les données publiées sur une population plus restreinte : la concentration d AMH est plus élevée chez les sujets HHC et HHA que chez les sujets eugonadiques du même âge ; la corrélation négative observée entre l AMH et la testostérone réaffirme le fait que la testostérone exerce une inhibition sur la sécrétion de l AMH testiculaire ; l élévation de la concentration d AMH, chez les patients HHA, suggère que cet effet est un phénomène réversible. 5 Specificity of the VIDAS Prolactin test for macroprolactinemia J. Brun a, B. Claustrat a, L. Bridon b a Service d hormonologie, groupement hospitalier Est, 59, boulevard Pinel, Bron cedex, France ; b BioMérieux SA, affaires cliniques, Craponne, France Objectives. Our study aimed to evaluate the analytical specificity of the VIDAS Prolactin test (ref 30410), and in particular to evaluate the immunoreactivity of this test with regard to macroprolactin (big and big-big PRL forms), in comparison with a radioimmunoassay (RIA) which globally recognizes these forms. Materials and methods. The study was performed on 100 plasma samples, collected between 2001 and 2008, of which prolactin heterogeneity had been studied by gel-filtration. This collection included 45 samples with a dominant monomeric form: 41 samples with a dominant big-big PRL form (> 70%) and 14 samples with a dominant big PRL form (> 70%). Samples were collected on heparin. Gel-filtration chromatography was performed using a S200 Sephacryl column calibrated with 125 I-PRL (PM = 22 kda), 125 I-CBG (PM = 45 kda) and Blue Dextran (PM = 2000 kda). Determination of the PRL concentration using the VIDAS Prolactin test combines an enzyme immunoassay sandwich method with a final fluorescent detection (ELFA). The determination of PRL by competition (RIA) uses 125 I-PRL as tracer and a polyclonal rabbit anti-prl. The antigen-antibody complex is separated by immunoprecipitation. Precipitation of the big and big-big PRL forms by polyethylene glycol (PEG) solution was standardized in preliminary tests. A 25% PEG solution was made by dissolving PEG 6000 in PBS buffer, ph = 7.4. Plasma and PEG were incubated at equal volumes (250 L) at room temperature for exactly 10 minutes. The mixture was homogenized by vortexing for 1 minute, at the beginning and at the end of incubation, and then centrifuged at 2000 g for 10 minutes at room temperature. PRL concentrations were determined in parallel with the VIDAS test on the initial plasma and on the precipitation supernatant. It had previously been verified that the presence of 12.5% PEG did not interfere with the immunoenzymatic reaction. Results Conclusion. Dissociation between the values obtained with RIA and those obtained with VIDAS (with lower values for VIDAS) confirmed the low detection of the big-big PRL form by the VIDAS technique. The PRL percentage recovered in the supernatant after PEG precipitation was 42.7 ± 14.6% (m ± SD) for the big-big dominant PRL plasma, and 68.3 ± 8.1% for the dominant monomeric form plasma respectively. These results are in agreement with the literature. However, there was an overlap in the results (40 to 60% recovery) between the two groups of samples. Nevertheless, it was possible to define a cut-off between the predominant big-big and monomeric forms: a PRL recovery percentage lower than 40% indicated a big-big PRL, whereas a recovery percentage greater than 60% indicated a predominant monomeric form. For plasma with a predominant big PRL form, this percentage was between 40 and 60%. It should be noted that these results were only valid for a PRL concentration < 150 g/l determined using the VIDAS test. Beyond this value, the non-specific precipitation of monomeric prolactin,

4 176 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai 2009 which is usually < 15%, increased, resulting in a decreased recovery yield. 6 La procalcitonine : étude comparative sur Kryptor (Brahms) et Vidas (BioMérieux) D. Jorge-Cordeiro a, C. Brochet a, Y. Freund b, N. Maataoui a, P. Hausfater b, M. Bernard a,c a Service de biochimie métabolique, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, AP HP, 47 83, boulevard de l Hôpital, Paris cedex 13, France ; b service d accueil des urgences et UPMC univ-paris-06, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, AP HP, 47 83, boulevard de l Hôpital, Paris cedex 13, France ; c département de biochimie, faculté des sciences pharmaceutiques et biologiques Paris-Descartes, Paris, France Introduction. La procalcitonine (PCT) est une prohormone de la calcitonine (hormone hypocalcémiante) dont l utilisation en clinique s est largement développée. En effet, la PCT s est révélée être un marqueur sensible, mais surtout spécifique, des processus infectieux (bactérien ou parasitaire). De plus, une des applications privilégiées de la PCT en médecine est sa capacité à différencier un processus infectieux bactérien d un processus inflammatoire (contrairement à la vitesse de sédimentation et à la CRP). Actuellement, la PCT peut être dosée par différentes techniques d immuno-analyse. Ainsi, la coexistence de deux appareils dans un même laboratoire pose la question du suivi en cinétique de patients, pour lesquels on obtiendrait des valeurs de PCT à partir de ces différents systèmes analytiques. Matériels et méthodes. L étude a été réalisée chez 305 patients, consultant au service d accueil des urgences (SAU), dans la période du 19 mars au 11 juillet 2008, et pour lesquels un dosage de PCT a été prescrit. Les échantillons de sang veineux ont été prélevés sur tube sec, sans gel séparateur. Les dosages ont été réalisés grâce à deux automates : le Kryptor (Brahms, Hennigsdorf, Germany) et le Mini-Vidas. De plus, 161/305 dosages ont été effectués en parallèle par une méthode semi-quantitative : PCT-Q (Brahms). Le Kryptor utilise la technologie time resolved amplified cryptate emission (Trace) qui est un immunodosage basé sur l amplification du signal par transfert d énergie. La limite de détection est de 0,02 ng/ml et la limite de linéarité de 50 ng/ml. Le dosage Vidas Brahms PCT (BioMérieux, Marcy-l Étoile, France) est une méthode immuno-enzymatique sandwich en une étape associée à une détection finale par fluorescence. La limite de détection est de 0,05 ng/ml et la limite de linéarité de 200 ng/ml. La concordance des résultats entre les différentes techniques a été évaluée à l aide de la droite de régression de Passing-Bablok et du diagramme des différences de Bland-Altman (logiciel Analyt-it). Le test PCT-Q est un dosage semi-quantitatif par immunochromatographie, dont la limite de détection est de 0,1 ng/ml et la limite de linéarité de 500 ng/ml. Résultats. Sur 305 patients, on observe 176 patients avec une valeur de PCT quantifiable par l une et l autre technique. Les résultats obtenus font apparaître une bonne corrélation : l équation de la droite de Passing-Bablok est de type Y Vidas = 1,025 X Kryptor 0,063 (r = 1,00). Le biais significatif détecté entre les deux méthodes par le diagramme de Bland-Altman est de 0,108 ng/ml pour les 176 patients. La concordance à 0,5 ng/ml des résultats du test PCT- Q est respectivement de 90,7 et 92,6 % avec le Kryptor et le Vidas. Nous avons, par ailleurs, étudié la concordance au seuil clinique de 0,25 ng/ml prenant en considération la précision des deux techniques à ce seuil et donc une zone équivoque allant de 0,21 à 0,29 ng/ml. La concordance globale est excellente (91,8 %) avec un coefficient kappa de 0,81 et nous n avons observé que sept discordances sur la totalité de la population. Seuls 2/7 patients avaient une infection bactérienne documentée (pyélonéphrite et pleurésie purulente). Conclusion. Notre étude montre une corrélation excellente entre les deux techniques automatisées. Le seuil de 0,25 ng/ml semble pouvoir être utilisé également avec le Vidas dans ce contexte d urgences médicales. Ceci permettrait un suivi des résultats obtenus par ces deux techniques pour un même patient. 7 Suivi hormonal d une procréation assistée (PMA) : la contrainte d un lieu unique d analyse est-elle toujours d actualité? C. Coussieu a, C. Fantimato a, F. Bonneaud b, J.-M. Lacorte a, J. Chambaz a a Service de biochimie endocrinienne et oncologique, AP HP, 47 83, boulevard de l Hôpital, Paris cedex 13, France ; b centre hospitalier de Courbevoie, Neuilly-sur-Seine, France Introduction. La PMA nécessite souvent un suivi hormonal et, du fait de la variabilité intertechniques des résultats, il est recommandé aux patientes de toujours se rendre dans le même laboratoire. Cette contrainte est-elle encore justifiée alors que des recommandations internationales concernant l uniformisation des calibrations existent et que les industriels font d importants efforts pour s y conformer? Pour participer à cette réflexion, nous avons entrepris une étude sur le suivi des bilans hormonaux au cours de la PMA. L objectif a été de tout d abord déterminer, en examinant les résultats de l évolution des concentrations d estradiol (E2), de progestérone (Prg) et de LH obtenus avec quatre automates d immuno-analyse, si cette recommandation est toujours justifiée ; puis, si des discordances sont constatées, d examiner si les données reflétées par des contrôles de qualité (CTLq) disponibles dans le commerce sont prédictives des résultats obtenus sur les bilans sanguins. Méthodes. L étude a porté sur les bilans hormonaux de 75 patientes inclues dans un programme de PMA. Elles étaient prélevées entre 3 et 5 fois au cours d une même stimulation. Les sérums de 20 d entre elles ont été dosés à la fois sur l AIA-600II (Tosoh Europe N.V.) (A), Immulite 2000 (Siemens) (I), Modular E (Roche) (M) et Vidas (BioMérieux) (V), les sérums des 55 autres sur I et M. Suivant les jours de stimulation étaient dosés : Prg et/ou E2 et/ou LH. Les CTLq insérés à l étude ont été sélectionnés pour correspondre à des concentrations équivalentes à celles attendues lors du suivi des PMA. Il s agit des contrôles ProBioqual et pour l E2 et la Prg des CRM de l IRMM. Résultats. En ce qui concerne les CTLq d E2 et Prg, bien que les 4 automates soient calibrés sur la CPG-SM, aucun des automates ne donnent, sur l ensemble des contrôles testés, des résultats comparables à ceux de la CPG-SM. Sur les contrôles ProBioqual, pour E2, Prg et LH, les discordances de résultats observées entre les automates ne sont pas prédictives de celles constatées sur les sérums. Pour E2 : sur les 43 sérums analysés par les 4 automates, les équations des droites de régression sont : A = 0,69 I ; r 2 = 0,97 ; A=0,68M+62;r 2 = 0,96 ; A = 0,62V+17;r 2 = 0,96. La différence de (E2) peut atteindre 2700 pg/ml entre V et A en fin de stimulation. Pour Prg : en P. folliculaire précoce (PFp), la corrélation est faible : A/I : r 2 = 0,91 ; A/M : r 2 = 0,60 ; A/V : r 2 = 0,77. Des valeurs usuelles en PFp ont été établies pour chacun des automates : les 95 e percentiles en ng/ml sont : I : 0,81 ; A : 1,06 ; M : 1,03 ng/ml. Quel que soit l automate, pendant la PFoll., la Prg fluctue entre la limite de détection fonctionnelle et le 95 e p. Pour la LH, les divergences observées sur les sérums en PF restent modestes. Par ailleurs, la reproductibilité intersérie des 3 hormones évaluées au cours de l étude sur les automates A, I et M (data non shown) est compatible avec les objectifs du suivi d une stimulation.

5 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai Discussion et conclusion. Les divergences n étant pas équivalentes entre sérums et CTLq, ces derniers ne peuvent avoir la valeur prédictive escomptée. Pour l E2, les différences observées sont trop importantes pour passer d un automate à l autre au cours d une PMA. Pour la Prg, le manque de sensibilité et spécificité du dosage direct de la Prg ne permet pas de rendre un résultat exact en PFp, il est plus réaliste de constater que la PRg fluctue pendant la PF entre les 5 e et 95 e p proposés et qu elle s élève au-dessus de ce seuil à l approche du pic ovulatoire de LH. Quant à la LH, les divergences observées ne peuvent pas modifier la conduite thérapeutique. Du fait des divergences observées pour l E2, il nous paraît hautement souhaitable de recommander un lieu unique d analyse pour le suivi des PMA : les automates AIA, Immulite ou Modular ont, dans notre étude, les qualités requises pour l assurer. 8 Évaluation des performances analytiques du kit BioSource TM pour le dosage de l ACTH L. De Decker, S. Brabant Laboratoire de biologie spécialisée, Institut Pasteur, Lille, France Introduction. Évaluer les spécificités analytiques du kit BioSource TM (BioSource ACTH-IRMA kit) pour le dosage de l ACTH, dont l intérêt est l aide au diagnostic dans l exploration des hypo- et hypercortisolémie. Évaluer les valeurs de référence. Matériel et méthodes. La trousse BioSource TM ACTH-IRMA est une trousse de dosage radio-immunologique basée sur la séparation en tube recouvert d anticorps. Les tubes plastiques sont recouverts avec un Ac monoclonal de capture anti-acth. Les calibrateurs et les échantillons sont ajoutés et incubés. Lavages. Addition d un second Ac marqué à l 125I, nouvelle incubation. Lavages. Comptage de la radioactivité restante, reflet de concentration en Ag. La totalité des dosages est réalisée en double. Résultats. Étude des performances analytiques du kit : reproductibilité (coefficient de variation intersérie). Cette étude est effectuée sur 2 patients, dosés en double dans 5 séries : P1 proche de 14 pg/ml et P2 proche de 135 pg/ml ; CV : P1 5,21 % et P2 2,25 % ; répétabilité (coefficient de variation intrasérie). Cette étude est effectuée avec 2 patients dosés 10 fois dans la même série : P1 proche de 28 pg/ml, P2 proche de 136 pg/ml ; CV : P1 7,8 % et P2 4,1 %. Étude des valeurs de référence : cette étude a été effectuée sur 47 patients, 31 femmes de 24 à 66 ans et 16 hommes de 24 à 71 ans, indemnes de toutes pathologies pouvant augmenter l ACTH. Les prélèvements ont été réalisés entre 7 h 00 et 9 h 00 sur sujets à jeun, non stressés. Les patients ont été dosés parallèlement par les deux techniques immunoradiométriques de Brahms et BioSource. Homme Femme Minimum 10,3 8 Maximum 61,5 50,4 Homme Femme Percentile 2,5 11,4 8,8 Percentile 97,5 57,8 48,8 En fonction des résultats ci-dessus, on peut considérer comme valeur de référence de l ACTH pour cette trousse à 8 h 00 : < 50 pg/ml. Conclusions. La trousse BioSource TM (BioSource ACTH-IRMA kit) démontre d excellentes performances analytiques : test de répétabilité, reproductibilité satisfaisants ; performances analytiques comparables à celles de la trousse utilisée au laboratoire. Les valeurs de référence sont comparables à celles utilisées dans le laboratoire et publiées dans la littérature scientifique. La trousse BioSource TM (BioSource ACTH-IRMA kit) présente donc les performances nécessaires à l aide au diagnostic des hypocortisolismes et des hypercortisolismes. 9 Le papier buvard : un outil de choix pour le transport des norovirus H. Delacour, P. Leroy, A. Servonnet, B. Soullié, J.-L. Koeck Fédération de biologie clinique, hôpital d instruction des armées Bégin, 66, avenue de Paris, Saint-Mandé, France Introduction. Première cause de gastroentérites communautaires tout âge confondu, les norovirus sont également à l origine de la quasi-totalité des épidémies de gastroentérites non bactériennes d origine alimentaire. Leur détection s effectue sur les selles ou les vomissures des patients, les échantillons devant être conservés et transportés à +4 Couà 20 C selon leur délai d acheminement au laboratoire (< ou > 72 h). Le respect de ces conditions de conservation et de transport peut se révéler difficile dans le cadre d enquêtes épidémiologiques de terrain. Aussi, la mise à disposition d un système de transport s adaptant à ces contraintes constitue un prérequis à la réalisation d enquêtes épidémiologiques à large échelle. L objectif de notre travail est d évaluer les performances du papier buvard pour la collecte et le transport des échantillons de selles à température ambiante. Matériel et méthode. Le papier buvard retenu pour l étude est le papier Whatman (référence WB ). Dix échantillons de selles sont sélectionnés : 5 contiennent un norovirus génogroupe I et 5 un norovirus génogroupe II. Pour chaque selle, le protocole suivant est suivi : le dépôt des échantillons : 100 l de selles diluées au 10 e dans de l eau distillée sont déposés sur le papier buvard ; l extraction des échantillons : après séchage du papier buvard, 3 disques de 2 mm sont prélevés à l aide d un emporte-pièce, puis déposés dans 140 l d eau stérile. Après agitation, l extraction de l ARN est effectuée à l aide de la technique Quiagen (QiAmp Viral RNA minikit), l extrait obtenu étant conservé à 80 C (prélèvement 1). Le papier buvard restant est conservé à température ambiante et une extraction est répétée tous les 7 jours pendant 10 semaines (prélèvements 2 à 10) ; la détection du génome viral : à l issue de la période de 10 semaines, les extraits sont analysés à l aide d une technique de RT-PCR temps réel au sein d une même série. Une valeur de référence est obtenue par analyse dans la même série d un extrait de l échantillon non déposé au préalable sur papier buvard (prélèvement de référence). Pour chaque extrait, le cycle seuil (CT) est noté. Les CT obtenus à chaque temps d extraction sont comparés à l aide d un test de Wilcoxon signé Friedman (seuil de significativité = 0,05). Résultats. Après 10 semaines de conservation à température ambiante sur papier buvard, la recherche des norovirus reste positive pour les 10 échantillons, les CT restant stables au cours de la période d étude (p > 0,05). Une augmentation des CT est cependant observée entre le prélèvement de référence et le temps 1 (différence de CT moyenne : 6,4 ; p = 0,003). Discussion. Le papier buvard apparaît comme un outil de choix pour la collecte et le transport des échantillons de selles pour la recherche des norovirus. En effet, il permet la conservation des selles à température ambiante pendant au moins 10 semaines avant analyse à l aide d une technique de biologie moléculaire, sans tou-

6 178 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai 2009 tefois autoriser une approche quantitative de la charge virale dans les selles. Ce mode de transport devrait favoriser la réalisation d enquêtes épidémiologiques de terrain. L étude des souches ainsi isolées permettrait d améliorer la connaissance de l épidémiologie moléculaire des norovirus, étape indispensable à la mise au point d un vaccin. 10 Mucopolysaccharidosis IVA within Tunisian patients: confirmation of the three novel GALNS gene mutations S. Ferchichi a, S. Khedhiri a, L. Chkioua a, Z. Jaidane a, H. ChahEd a, F. Baklouti b, S. Laradi a, A. Miled a a Laboratoire de biochimie, CHU Farhat-Hached, Sousse, Tunisie ; b CGMC, CNRS UMR 5534, université de Lyon-1, Lyon, France Aim of the study. Mucopolysaccharidosis IVA (Morquio A syndrome; MPS IVA) is an autosomal recessive disease that is classified in the group of mucopolysaccharide storage diseases. It results from a deficiency of the lysosomal enzyme N-acetylgalactosamine-6-sulfate sulfatase, which hydrolyses N-acetylgalactosamine-6-sulfate and galactose-6-sulfate in glycosaminoglycans. GALNS deficiency causes intralysosomal accumulation and urinary secretion of undergraded keratane sulfate (KS) and chondroitine-6-sulfate (C6S). Phenotypes in Morquio A disease vary from the classical form with severe bone dysplasia, heart valve involvement, corneal opacity, short trunk dwarfism and a life span of 20 to 30 years, to attenuated forms with normal life span, mild bone involvement and mild visceral organ involvement. Unlike the other forms of mucopolysaccharidoses, Morquio A disease is characterized by normal intelligence. The aim of this study was to determine if the novel anomalies IVS1 + 1G-A, G66R and A85T identified in Tunisia are mutations or polymorphisms. Patients and methods. This study was carried out on 7 Morquio A patients recruited from many regions of Tunisia. We have used the PCR, then the SCCP, the sequencing and the enzymatic digestion. Results. IVS1 + 1G-A, G66R and A85T were 3 deleterious mutations and not polymorphisms. Conclusion. Screening of mutations and polymorphisms in GALNS gene provide useful information on genotype/phenotype correlations. It should also facilitate more accurate genetic counselling of newly diagnosed cases and their family members. 11 Prenatal diagnosis of the hurler syndrome by microsatellite markers analysis S. Ferchichi a, L. Chkioua a, S. Khedhiri a, Z. Jaidane a, H. ChahEd a, R. Froissart b, S. Laradi a, A. Miled a a Laboratoire de biochimie, CHU Farhat-Hached, Sousse, Tunisie ; b centre de références des maladies métaboliques, Lyon, France Introduction. Hurler s syndrome or mucopolysaccharidosis type IH (MPS IH) is the most severe form of mucopolysaccharidosis type I (MPS I). It is caused by the deficiency of the alpha-l-iduronidase (IDUA) activity. The accumulation of these undergraded mucopolysaccharides affects various organs and tissues. Prenatal diagnosis of the Hurler s syndrome (mucopolysaccharidosis type IH; MPS IH) is possible on both cultured amniotic fluid cells and chorionic villus biopsies and it s preferably achieved by the assay of alpha-l-iduronidase (IDUA) in uncultured chorionic villus as this allows early (12th week), rapid (2 3 days) and reliable results. Aim of the study. We summarize the results of antenatal diagnosis within a woman of 36 years old which has previously two children affected by Hurler s disease. Patients and methods. Molecular analysis confirmed the diagnosis for the mucopolysaccharidoses type I studied family. Sequencing of the DNA and multiplex fluorescent PCR was employed for mutation analysis, contamination detection and diagnosis of Hurler syndrome. Results. Sequencing of genomic DNA extracted from trophoblaste and the two parents showed the heterozygous status of p.f602x. Microsatellite markers study confirmed the sequencing results and showed the absence of contamination of the fetal DNA by maternal DNA. Conclusion. The molecular prenatal diagnosis is now easy and helps some Tunisian family to detect and identified the inherited fetal alleles. 12 Analyse protéomique du marqueur tumoral CA125 S. Ferchichi a, H. Bouanene a, Z. Jaidane a, H. Chahed a, C. Rolando b, A. Miled a a Laboratoire de biochimie, CHU Farhat-Hached, Sousse, Tunisie ; b université des sciences et technologies Lille-1, Lille, France Introduction. L antigène carbohydrate CA125 est l antigène circulant des cancers épithéliaux de l ovaire. La structure primaire du CA125 a été élucidée démontrant que le CA125 représente une géante glycoprotéine de type mucine exprimée par les cellules normales et tumorales. Objectif. L objectif de notre étude consiste à analyser, par approche protéomique, la protéine CA125 issue de cellules ovariennes cancéreuses. Matériel et méthodes. L antigène purifié à partir de cellules d adénocarcinome ovarien humain a été digéré au bromure de cyanogène, puis déposé sur un gel à gradient 1D SDS-PAGE qui permet de visualiser les protéines en fonction de leurs masses. Après coloration Sypro Ruby, le gel a été découpé, les bandes ont été digérées à la trypsine et les peptides extraits et analysés par spectrométrie de masse de type Maldi-Tof. Résultats. Après la coloration du gel, on a révélé la présence d une bande correspondant à une protéine de haut poids moléculaire qui ne rentre pas dans le gel de concentration. Cette protéine native dépasse 200 KDa. Toutes les bandes obtenues avec notre protéine d intérêt ont été découpées. Les différentes protéines contenues dans les bandes de gel ont été digérées à la trypsine et identifiées par spectrométrie de masse. Cette approche a permis d identifier des peptides hautement glycosylés. Conclusion. Parmi les désordres impliqués dans le processus de cancérisation, on cite les modifications survenant dans la nature des glycoprotéines. Lors de cette étude, le poids moléculaire très élevé du CA125 l a empêché de rentrer dans le gel, même après une digestion à la trypsine. Ceci est dû essentiellement à son hyperglycosylation. 13 Étude de la corrélation entre l enzyme de conversion de l angiotensine I et l homocystéine chez les coronariens tunisiens S. Ferchichi, A. Chalghoum, Y. Noichri, I. Gammoudi, A. Dandana, S. Khelil, A. Miled Laboratoire de biochimie, CHU Farhat-Hached, Sousse, Tunisie Introduction. Les syndromes coronariens aigus (SCA) sont des pathologies complexes, multifactorielles et polygéniques qui évoluent de manière progressive. L athérosclérose constitue la principale étiologie. Parmi les facteurs de risque non classiques incriminés dans la genèse des SCA, on s est intéressé à l étude de l homocystéine et l enzyme de conversion de l angiotensine I (ECAI).

7 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai Objectif. Étudier la corrélation entre l hyperhomocytéinémie et l activité de l ECAI chez les coronariens tunisiens. Matériel et méthode. Dans notre étude prospective, 98 coronariens (76 hommes et 22 femmes) d âge moyen 61,4 ± 12 ans ont été recrutés. Soixante-seize sujets sains (55 hommes et 21 femmes) d âge moyen 58,6 ± 8,4 ans, indemnes de toutes pathologies, présentaient le groupe témoin. La concentration de l homocystéine était déterminée par FPIA (AxYM-Abott) et l activité de l ECAI était déterminée par méthode cinétique à 340 nm. Résultats. Dans notre étude, la concentration de l homocystéine et l activité de l ECAI déterminées chez malades comparés aux témoins montraient une élévation statistiquement significative pour ces deux paramètres (homocystéine : 27,6 ± 4,2 mol/l vs 9,82 ± 3,11 mol/l, p =10 3 ) et (ECAI : 83,8 ± 29,9 UI/l vs 57,6 ± 15,2 UI/l, p <10 5 ). Une corrélation statistique significativement négative (r = 0,28 ; p = 0,01) était établie entre ces deux paramètres. Conclusion. L hyperhomocystéinémie et l élévation de l activité de l ECAI peuvent être génétiques ou acquises, ce qui explique l origine polygénique et multifactorielle des SCA. Des études récentes ont montré l effet de l hyperhomocystéinémie dans l atrophie et la nécrose des cellules endothéliales, principaux producteurs de l ECAI, ce qui explique la corrélation négative entre ces deux paramètres. 14 Étude des marqeurs du stress oxydatif chez des coronariens tabagiques tunisiens S. Ferchichi, I. Gammoudi, S. Khelil, A. Dandana, Y. Noichri, A. Chalghoum, Z. Jaidane, H. Chahed, H. Ben Limam, A. Miled Laboratoire de biochimie, CHU Farhat-Hached, Sousse, Tunisie Introduction. L angor instable (AI) est une maladie ischémique aiguë, qui est la conséquence d un processus athéromateux chronique et évolutive. Le mécanisme physiopathologique inclus plusieurs facteurs de risque parmi lesquelles le tabagisme. Ce dernier contribue au déséquilibre de la balance oxydant antioxydant. Objectif. Évaluer la variation de l homocystéine (hcy) et certains paramètres du statut antioxydant, la superoxyde dismutase (SOD), la glutathion peroxydase (GPX) et le statut antioxydant total (SAT) chez des coronariens tabagiques. Matériels et méthodes. Notre étude a porté sur 72 patients coronariens hospitalisés pour AI (48 hommes et 24 femmes) d âge moyen 57 ± 10 ans ; 52,7 % des malades étaient tabagiques. Nous avons réalisé le dosage de la hcy par méthode immunologique avec polarisation de fluorescence (FPIA Axym-Abbott). L activité de la SOD a été déterminée par méthode colorimétrique (Randox). L activité de la GPX a été effectuée à 340 nm (Randox). Le statut antioxydant total a été déterminé par méthode colorimétrique (Randox). Conclusion. Nos malades tabagiques présentaient une hyperhomocystéinémie (hcy : 25,332 ± 9,221 mol/l). Les activités antioxydantes étaient diminuées (SOD : 716 ± 324,233 U/gHb ; GPX : 54,690 ± 8,457 U/gHb ; SAT : 1,190 ± 0,282 mmol/l). Nos résultats ont également montré l existence d une corrélation positive statistiquement significative entre le SAT-GPX (r = 0,907 ; p =10 3 ) et entre SAT-SOD (r = 0,892, p =10 3 ). Alors que le taux de la hcy était corrélé négativement avec le SAT (r = 0,907, p =10 3 ). La hcy agit comme étant un pro-oxydant et son association avec le tabagisme accroît de façon très importante le risque de complications cardiovasculaires en accélérant le processus athéromateux. 15 Hyperhomocystéinémie et stress oxydant chez les insuffisants cardiaques S. Ferchichi, S. Khelil, I. Gammoudi, A. Dandana, Z. Jaidane, Y. Noichri, A. Chalghoum, H. Chahed, H. Ben Limam, A. Miled Laboratoire de biochimie, CHU Farhat-Hached, Sousse, Tunisie Introduction. Les maladies coronariennes et les conséquences cliniques qui en découlent, telles que l insuffisance cardiaque (IC), constituent la cause majeure de mortalité. Les facteurs de risque de ces maladies sont variés et incluent l hyperhomocystéinémie. L implication du stress oxydatif dans la genèse et la progression de l IC chronique a été suggérée. Objectif. Étudier la variation de la glutathion peroxydase (GPx), du statut antioxydant (SAT) et de malonaldéhyde (MDA) produit final de la peroxydation lipidique chez les insuffisants cardiaques chroniques, présentant une hyperhomocystéinémie modérée. Matériels et méthodes. Notre étude avait concerné 60 patients souffrants d IC (32 hommes et 28 femmes d âge moyen : 65 ± 11 ans). 71,7 % des patients présentaient une hyperhomocystéinémie modérée. Le dosage de MDA a été réalisé par une méthode fluorimétrique (FPIA-AXym-Abbott). L activité de la GPx a été déterminée à 340 nm (Randox) alors que le SAT a été effectué par une méthode colorimétrique (Randox). Résultats. Notre étude a montré chez les patients hyperhomocystéinémiques (homocystéine : 18,73 ± 3,98 mol/l) une augmentation du taux de MDA (1,6 ± 0,48 mol/l) et un effondrement des paramètres du SAT (GPx : 48,26 ± 6,7 U/gHb, SAT : 1,38 ± 0,25 mmol/l). Nous avons également remarqué une corrélation négative statistiquement significative entre le SAT et le taux de MDA (r = 0,843, p =10 3 ). En revanche, nous avons noté une corrélation positive statistiquement significative entre l activité de la GPx et du SAT (r = 0,912, p =10 3 ). Conclusion. L hyperhomocystéinémie est un facteur susceptible de créer un état de stress oxydant favorable au dysfonctionnement endothélial, elle constitue donc un facteur de risque indépendant de l athérosclérose. Par conséquent, le système antioxydant (SAT et GPx) contribue à la protection de l endothélium en limitant la peroxydation lipidique. L étude d autres facteurs de risque, tels que l hyperdyslipidémie ou encore le diabète, sera d un grand intérêt pour évaluer le déséquilibre de la balance oxydant antioxydant dans l IC chronique. 16 Evaluation of oxidative stress among coronary diabetics patients S. Ferchichi, A. Dandana, I. Gammoudi, S. Khelil, A. Chalghoum, Z. Jaidane, H. Ben Limem, A. Miled Laboratoire de biochimie, CHU Farhat-Hached, Sousse, Tunisie Introduction. Oxidative stress plays a big role in the development of many pathologies. Its exploration seems to be interesting to study the implication of free radicals in the advent of the complications of the cardiovascular diseases and the diabetes. Objective. One proposes in this study to explore the antioxidant status by the determination of the glutathione peroxidase (GPx) and the total antioxidant status (SAT) among coronary diabetics patients. Patients and methods. Our study related to 150 coronary patients (age ± years). Diabetics consisted on 70 patients and non diabetics made of 80 subjects. One hundred and twenty healthy controls (aged 40 ± 7 years) were recruited. We measured the erothrocyte GPx activity and the plasmatic SAT concentration by

8 180 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai 2009 colorimetric methods (Randox, Antrim, UK). The apolipoproteins (ApoA1, ApoB), high sensitive C-reactive protein (hs-crp) and the fibrinogen were determined by immunonephelometry assays (BNII- Dade Behring). Results. The SAT and GPx were significantly decreased among patients compared to the controls (SAT: 1.14 ± 0.28 mmol/l vs 1.55 ± 0.35 mmol/l, GPx: ± U/gHb vs ± U/gHb). For the diabetic patients, the SAT is correlated positively with hs-crp (r = 0.01, p <10 3 ), ApoB (r = 0.060, p <10 3 ) and fibrinogen (r = 0.135, p <10 3 ). At the non diabetic subjects, the SAT presents a statistically significant negative correlation with the hs-crp (r = 0.76, p <10 3 ), ApoB (r = 0.053, p <10 3 ) and the fibrinogen (r = 0.025, p <10 3 ). In addition, GPx are correlated negatively with hs-crp (r = 0.055, p <10 3 ), and fibrinogen (r = 0.148, p <10 3 ) among all patients. Conclusion. The cardiac diseases are the first causes of mortality among patients suffering from diabetes. The glycemic improvement of balance makes it possible to restore the balance partly oxidant/antioxidant. A supplementation out of antioxidants and especially in vitamin E makes it possible to decrease oxidative stress and thus risk of cardiovascular complications. 17 Évaluation du réactif de dosage de la digoxine sur le DXI 800 C. Garcia-Hejl, A. Servonnet, H. Thefenne, C. Surcouf, M.-C. Chenilleau, J.-M. Ramirez Laboratoire de biochimie, hôpital du Val-de-Grâce,74, boulevard Port-Royal, Paris cedex 05, France Introduction. Le DXI 800 est un automate multiparamétrique d immunoanalyse à réactifs captifs de la société Beckman-Coulter. Cet automate permet de mesurer des paramètres d immunologie usuels (marqueurs tumoraux, vitamines, marqueurs cardiaques) mais aussi de doser la digoxine par chimiluminescence. Nous avons étudié les performances analytiques des réactifs permettant le dosage spécifique de la digoxine. La comparaison de techniques a été réalisée par rapport à une autre technique d inhibition d immunoprécipitation microparticulée mise en œuvre sur le DXC600 (Beckman-Coulter ). Lorsque les résultats étaient discordants, les prélèvements étaient contrôlés par une troisième technique de cinétique microparticulée en solution (Roche ). Matériels et méthodes. Les spécimens de 28 patients ont été analysés. Les analyses sont réalisées sur sérum. Les spécimens de contrôle de qualité (CQ) utilisés sont les contrôles Liquichek Immunoassay Plus Control (Biorad) niveaux 1 et 3, lots et Le protocole suivi pour cette évaluation s inspire des dernières évolutions du protocole Valtec de la Société française de biologie clinique regroupées dans le protocole Valtec 97. L exploitation statistique des résultats a été effectuée à l aide du logiciel PC Valtec 97 version Les résultats sont exprimés en g/l. Résultats. Les résultats de l étude d imprécision sont consignés dans le tableau 1. Tableau 1. Résultats de l étude d imprécision. Analyte n Moyenne SD CV (en %) Répétabilité Contrôle ,83 0,034 4,1 Contrôle ,69 0,126 4,7 Patient 17 0,55 0,021 3,7 Reproductibilité Contrôle ,874 0,054 6,2 Contrôle ,81 0,149 5,3 Vingt-huit spécimens de patients sont dosés par la technique testée et celle de comparaison dans des séries différentes. L équation de la droite de Passing Bablok est Y = 1,07 x + 0,13. Le niveau bas est refusé. Pour trois échantillons, les résultats étaient discordants entre les deux techniques (différence supérieure à 50 %) ; ces échantillons ont été contrôlés à l aide d une troisième technique (Roche ). Les résultats trouvés confirment ceux obtenus avec le DXI 800. Les CV obtenus lors de l étude d imprécision sont tous inférieurs à 6,2 % et aux CV limites fixés par le protocole Valtec. En ce qui concerne la comparaison de technique, le niveau bas est refusé mais les valeurs testées sont proches de la limite de quantification. Conclusion. Ce réactif de dosage spécifique de la digoxine protéines présente de bonnes performances analytiques. Ainsi, le DXI 800 est un automate qui permet d assurer un dosage fiable de la digoxine. 18 Test au PEG et hyperprolactinémie C. Gaultier, C. Coussieu, C. Fantinato, J.-M. Lacorte, J. Chambaz Service de biochimie endocrinienne et oncologique, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, AP HP, 47 83, boulevard de l Hôpital, Paris cedex 13, France Introduction. La macroprolactine (macroprl), inactive biologiquement, interfère dans le dosage de la prolactine de façon variable selon les automates d immunoanalyse. Le test au PEG est une technique recommandée pour son dépistage. Les résultats sont habituellement rendus en pourcentage de récupération de prolactine dans le surnageant. Récemment, l équipe de L. Beltran a proposé une autre approche des résultats de ce «test» plus en adéquation avec la question posée par les endocrinologues : existe-t-il ou non une hyperprolactinémie (hyperprl) nécessitant une exploration plus approfondie voire une action thérapeutique? À cette fin, cette équipe a déterminé sur six automates d immunoanalyse les valeurs seuils à partir desquelles une hyperprolactinémie était confirmée après le traitement du sérum par le PEG. L objectif de notre étude a été, en prenant pour référence la prolactinémie (mprl) dosée après chromatographie de filtration sur gel (CFG), de déterminer si, sur notre groupe de patients, les valeurs seuils proposées par L. Beltran pour le Modular E (Roche) et l AIA- 360 (Tosoh Europe NV) nous permettait de distinguer chez tous les sujets la présence ou non d une hyperprolactinémie. Matériels et méthodes. Trente-trois sérums ont été sélectionnés pour avoir, sur au moins un des deux automates, une prolactinémie supérieure à la valeur seuil proposée par L. Beltran : 23,4 ng/ml pour le Modular E, 20,3 ng/ml pour l AIA-360. Le dosage de la PRL a été effectué avant et après précipitation par le PEG par les deux automates et celui de la mprl par RIA (Immunotec IM2121) (valeur seuil de l hyperprolactinémie : 23,0 ng/ml). Résultats. La présence de plus de 40 % de macroprl surévalue la prolactinémie obtenue avec les deux automates AIA et, dans une moindre mesure, Modular. En ce qui concerne l AIA très sensible à la macroprl : la valeur seuil d hyperprolactinémie après PEG de 14,2 ng/ml proposée par L. Beltran aboutit à 5 erreurs diagnostiques par rapport à la mprl. En proposant un seuil à 17,0 ng/ml, le nombre passe à 2 : ces patients sont classés normoprolactinémiques (11,6 et 15,2 ng/ml) alors que la mprl est à 23,6 ng/ml. En ce qui concerne le Modular, moins sensible à la macroprl, la valeur seuil de 18,1 ng/ml proposée par L. Beltran pour Modular permet un classement des patients identique à celui de la mprl. Conclusion. Les résultats obtenus dans cette étude montrent que la vision de l équipe de L. Beltran permet une interprétation plus simple du «test au PEG». Elle permet pour le Modular un classement identique à celui de la mprl pour tous les sujets. En revanche, pour obtenir sur notre effectif, certes modeste, une meilleure cohérence avec les résultats de la mprl, il a été nécessaire, pour l AIA, de

9 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai modifier le seuil proposé par L. Beltran. Avec ce nouveau seuil, seuls 2 patients sur 33 sont classés comme normoprolactinémiques par l AIA alors que la mprl est à peine au-dessus de la valeur seuil d hyperprl. Il faut toutefois relativiser la précision de ces seuils au regard, d une part, de la reproductibilité de l évaluation de la mprl (CV 7 %) et, d autre part, des limites de reproductibilité, spécificité et sensibilité de la précipitation par le PEG. Aussi, nous paraît-il plus réaliste de constater simplement que la précipitation par le PEG évite de rendre des résultats très surévalués lorsque le pourcentage de macroprl est supérieur à 40 %. Puisque le test au PEG a été la technique retenue par l Afssaps pour permettre la détection de la présence de macroprl et que, dans son rapport du 28 mai 2008, cet organisme recommande aux fabricants d insérer dans leur notice un protocole adapté à leur automate, ce type d interprétation focalisée sur la concentration de prolactine après PEG et la description des limites de cette technique pourraient y figurer. 19 Faut-il modifier les normes KDOQI sur base des phosphatases alcalines et de leurs isoformes? N. Gillain a, P. Cambier b, C. Nève a, J.-M. Minon a, X. Warling b a Laboratoire, CHR La Citadelle, boulevard du 12 e -de-ligne, Liège, Belgique ; b service d hémodialyse, CHR La Citadelle, Liège, Belgique Introduction. Une étude épidémiologique américaine de 2008, basée sur patients suivis durant 3 ans semble démontrer qu une augmentation de l activité des PAL représente un risque de mortalité toute cause confondue chez l insuffisant rénal hémodialysé. Les recommandations de la National Kidney Foundation dans les kidney diseases outcome quality initiative (KDOQI) pour la prévention de l ostéodystrophie rénale sont basées sur la PTH, qui doit être maintenue entre pg/ml par administration de vitamine D et le produit phosphocalcique (Ca.P), maintenu < 55 mg 2 /dl 2 par des chélateurs de phosphates. Des examens radiologiques de la main et de l abdomen sans préparation permettent de visualiser les lésions osseuses et les calcifications vasculaires. Aucune attention n est accordée aux PAL. But de l étude. L isoforme (isopal) responsable de l augmentation des PAL n a pas été identifiée dans l étude épidémiologique alors que le profil des isopal du dialysé est très varié. Nous avons voulu déterminer s il existait un rapport entre les PAL, leur profil et la clinique de 120 patients, 35 femmes et 85 hommes âgés de 21 à 90 ans (moyenne : 71 ans), dont la durée moyenne de traitement dans notre centre est 28 mois. Techniques. Les PAL (méthode DGKC), ALAT et ASAT (méthode IFCC avec phosphate de pyridoxal), Ca et P sont dosés sur Modular (Roche), la PTH et la phosphatase osseuse par immunodosage, sur Liaison (Diasorin) et les isopal identifiées à l aide du kit Hydragel 15 isopal et de l Hydrasys (Sebia). Les analyses sont faites sur un prélèvement réalisé avant dialyse. Valeurs observées : la PTH moyenne des patients est 392 pg/ml : 28,3 % comprise entre 150 et 300, 19,2 % < 150, 52,5 % > 300. Le Ca.P est > 55 mg 2 /dl 2 chez 28,3 % des patients. Les PAL sont normales ( U/l) chez 70,9 %, basses chez 2,5 % et élevées chez 26,6 %. Il n y a pas de corrélation entre PTH et PAL (r : 0,32). Les dosages de l isoforme osseux sur base de l électrophorèse (PALos) et la technique immunologique (Ostase) sont bien corrélés (r : 0,92), mais des discordances sont constatées. PALos est normale (22 à 134 U/l) chez 85,9 % des patients, basse chez 2,5 % et élevée chez 11,6 %. La phosphatase hépatique (PALhep) est élevée (> 155 U/L) chez 13,3 % des patients, toujours associée à une phosphatase macromoléculaire (PALmacro). L activité de la PALmacro est > 8 U/L chez 64 % et la phosphatase intestinale (PALint) > 5 U/L chez 41 % de nos dialysés. Ces anomalies contrastent avec les ASAT et ALAT normales chez 94 % des patients y compris les 5 patients ayant fait une hépatite C ; chez les 88 patients avec PAL normales ou basses, PALhep et PALos sont normales (sauf 3 PALhep, 1 PALos légèrement élevées) mais souvent associées à une PALmacro (66 %) et une PALint (71 %). La PALos et l Ostase sont basses chez 3 patients. La PTH moyenne est de 342 pg/ml (6 à 1489). Des lésions osseuses, des calcifications artérielles et une décompensation cardiaque sont observées respectivement chez 13, 50 et 23 % des patients. Quatre personnes sont décédées pendant l étude (3 mois) : 3 étaient dénutries, le quatrième souffrait de décompensation cardiaque et d un cancer de la prostate ; chez les 32 patients avec des PAL élevées, ce sont les PALos qui sont élevées chez 37,5 % des dialysés, les PALhep chez 40,5 % et les PALint chez 37,5 %. Ces isoformes élevées sont presque toujours associées à une PALmacro. La PTH moyenne est 531 pg/ml (80 à 1650). Des lésions osseuses, des calcifications artérielles et une décompensation cardiaque sont observées respectivement chez 22, 58 et 41 % des patients. Deux personnes sont décédées dans les 3 mois de décompensation cardiaque : l une présentait des PALhep et des PALmacro nettement élevées, l autre, légèrement élevées, mais associées à une augmentation des transaminases. Conclusions. Sur base de cette étude, il semble que des PAL augmentées seraient associées à des lésions osseuses et des décompensations cardiaques plus fréquentes. Chez ces patients décompensés, la PALhep est responsable de l augmentation dans 54 % des cas et la PALos dans 23 % des cas. La PALhep serait un marqueur plus sensible que les transaminases et il faudrait dès lors accorder de l importance non seulement aux PAL élevées mais également à leurs isoformes. Cette hypothèse doit être confirmée sur un nombre plus élevé de dialysés. Il est intéressant de constater que huit patients de cette étude fréquentaient déjà notre centre de dialyse en mai 2003, date à laquelle nous avions réalisé une étude semblable : leur PAL et isopal étaient toutes normales à cette époque. 20 Évaluation de la technique IGE spécifiques R-Biopharm RIDAScreen : qualités analytiques et étude clinique préliminaire avec comparaison au Phadia CAP System C. Hamberger a, J. Zehender b a Laboratoire Biomnis, 37, rue Boulard, Paris, France ; b laboratoire R-Biopharm, Allergy Diagnostics, Landwehrstrasse 54, D Darmstadt, Allemagne Introduction. La société R-Biopharm a développé une technique de dosage semi-quantitatif des IgE spécifiques (sige) à l aide de panels constitués de 20 allergènes fixés sur une membrane de nitrocellulose. Nous avons évalué ses performances analytiques de répétabilité et de reproductibilité interséries et interlots d allergènes. Il est présenté également les résultats d une première étude clinique de recherche des sige de 69 allergènes (42 pneumallergènes et 27 trophallergènes) et la comparaison aux résultats de la technique CAP System Phadia. Matériels et méthodes. On a sélectionné 37 sérums avec une clinique et des sige CAP System connues, franchement positives, de manière à étudier les principaux pneumallergènes : D. pteronyssinus (d1), phléole (g6), bouleau (t3), armoise (w6), chat (e1), alternaria (m6) et trophallergènes, blanc d œuf (f1), lait de vache (f2), arachide (f13), noisette (f17), soja (f14), blé (f4) et poisson (f3). Cependant, tous les autres allergènes des panels ont été étudiés pour l étude analytique de répétabilité et reproductibilité.

10 182 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai 2009 Le principe des deux techniques d évaluation des sige est identique : les sige se lient spécifiquement aux allergènes couplés à une matrice (liaison covalente sur un immunocap de cellulose chez Phadia, adsorption sur une membrane de nitrocellulose fixée dans une cuve réactionnelle chez R-Biopharm ) et sont révélées par des anticorps anti-ige (marqués à la fluorescéine pour Phadia, couplés à la biotine et révélés par une phosphatase alcaline conjuguée à la streptavidine pour R-Biopharm ). La quantification des sige avec la technique CAP system Phadia est faite par rapport à une gamme standard IgE totales (OMS 2nd IRP 75/502) et les résultats sont exprimés en KUA/l. La technique RIDAScreen évalue la densité optique des bandes, calcule la surface des pics et quantifie les sige par rapport à une gamme de pollens Gx4 Pharmacia introduite dans le logiciel du anticardiolipides, anti-b2gp1 et antiprothrombine le plus souvent mis en cause dans cette pathologie. La technologie Fidis (bmd ) permet de faire un dosage en multiplexe grâce à des billes caotées avec les antigènes spécifiques et révélés par cytométrie en flux. Matériel et méthode. Les IgG et les IgM anticardiolipides, anti- B2GP1 et antiprothrombine ont été dosés en rétrospectif sur 121 prélèvements reçus au laboratoire (principalement dans le cadre d un bilan de thrombose, entre le 10 juin 2008 et le 12 novembre 2008). Ces données ont été confrontées aux données cliniques et biologiques selon les critères de Sapporo (thrombose artérielle ou veineuse, facteur de risque de thrombose associée, antécédents obstétriques, présence d un anticoagulant circulant et la positivité à 12 semaines des anticorps anticardiolipides et anti-b2gp1). Au total, nous avons 31 échantillons de patients ayant un syndrome des antiphospholipides correspondant aux critères de Sapporo. Résultats. n = 121 IgG anticardiolipide IgM anticardiolipide IgG anti-b2gp1 IgM anti-b2gp1 IgG antiprothrombine IgM antiprothrombine Cas positif Sensibilité 35,48-12,9 12,9 9,68 12,9 Spécificité 97,75-97,8 94, VPP 84,62-66,67 44, VPN 81,31 74,59 76,72 76,11 76,47 77,31 lecteur RIDA X-Screen. Les résultats sont exprimés en KU/l et en classe, mais ces panels de 20 allergènes sont proposés comme technique semi-quantitative. Résultats. L étude analytique de répétabilité et de reproductibilité inter-essais et interlots a conduit à l analyse de 3900 résultats de sige et à l exclusion de 57 résultats, soit 1,46 %, avec le critère conventionnellement retenu d acceptabilité de ± 1 classe d écart. Bien que ce test soit proposé comme dosage semi-quantitatif, il est intéressant de noter à titre indicatif donc, que les coefficients de variation sont inférieurs à 3 %, incluant les résultats exclus selon le critère conventionnel précité. L étude clinique de recherche de sige de 69 allergènes, positives cliniquement et avec la technique CAP System Phadia, a donné 100 % de résultats positifs avec la technique RIDAScreen R-Biopharm. La concordance des résultats avec la technique CAP System Phadia est de 72,4 % à classe identique ou avec une seule classe d écart. Il faut noter qu aucun dosage n a procuré des résultats positifs pour tous les allergènes d un panel, comme nous le rencontrons souvent avec d autres tests multiallergéniques. Sur l ensemble de 220 panels dosés, un seul a été défectueux. Conclusions. Les résultats de cette étude, auxquels s ajoutent des atouts pratiques indéniables, tels la prise d essai limitée à 250 l et l obtention des résultats dans la demi-journée, permettent de considérer ce nouveau test multiallergénique comme une alternative possible aux méthodes de dosage semi-quantitatives des IgE spécifiques déjà existantes. 21 Évaluation d un kit multiplexe dans le syndrome des antiphospholipides (SAPL) C.-H. Hugede a, F. Fernani-Oukil a, F. Hosking a, D. Humez a, O. Adotevi a,b, W.-H. Fridman a, M.-A. Dragon-Durey a,b a Laboratoire d immunologie, hôpital européen Georges-Pompidou, AP HP, Paris, France ; b faculté de médecine, université Paris-Descartes, Paris, France Introduction. Le syndrome des antiphospholipides se caractérise par la présence de thrombose veineuse (60 à 70 % des cas) et/ou artérielles (35 à 45 % des cas) avec un risque élevé de récidive et de fausses couches spontanées. La présence des anticorps antiphospholipides aide à faire ce diagnostic. Ce sont les anticorps Le seuil de positivité a été fixé à 15 UA/ml pour les IgG et les IgM anticardiolipides, anti-b2gp1 et antiprothrombine. La sensibilité de différents paramètres est comprise entre 30 et 50 %. La spécificité et la valeur prédictive négative sont compris entre 90 et 100 %. La présence des IgM a toujours été associée à la positivité des IgG pour les patients ayant un syndrome des phospholipides, la réciproque ne s appliquant pas. Conclusion. Malgré une faible sensibilité avec un seuil fixé à 15 UA/ml, les paramètres étudiés ont une bonne spécificité. Le dosage en multiplexe permet de doser simultanément plusieurs paramètres, ce qui en fait un test particulièrement adapté au diagnostic du syndrome des antiphospholipides en routine. Le dosage des IgM sur notre cohorte apporte peu d élément dans le diagnostic du syndrome des antiphospholipides. Ce qui remet en cause l intérêt du dosage des IgM. 22 Dosage multiplex des autoanticorps antiphospholipides sur l automate FIDIS TM D. Lakomy, A. Buliard, N.O. Olsson Laboratoire d immunologie, plateau technique de biologie, CHU de Dijon, 2, rue Angélique-Ducoudray, Dijon cedex, France Introduction. Le syndrome des antiphospholipides (SAPL) est un syndrome polymorphe potentiellement grave et dont le diagnostic peut être difficile. Son diagnostic repose sur la mise en évidence d anticorps antiphospholipides (APL) associée à des anomalies cliniques comme une thrombose veineuse ou artérielle, des pertes fœtales récurrentes, une prématurité liée à une (pré)éclampsie ou une mort fœtale tardive in utero. Les anticorps antiphospholipides sont un groupe hétérogène d autoanticorps dirigés contre des phospholipides ou des protéines associées à des phospholipides. Le phospholipide le plus souvent en cause est la cardiolipine, et les principaux cofacteurs protéiques des APL sont la 2-glycoprotéine I ( 2-GPI) et la prothrombine (PT). Des réactifs permettant de quantifier simultanément des anticorps anticardiolipine (ACL), anti- 2-GPI et antiprothrombine par technologie Luminex sont commercialisés depuis peu (FIDIS TM APS, Biomédical Diagnostics, Marne-la-Vallée). But de l étude. Le but de cette étude est d évaluer les performances analytiques de ces réactifs. Matériel et méthodes. L étude a porté sur 318 sérums dont 77 échantillons sélectionnés de sérothèque (30 sérums de SAPL définis

11 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai selon les critères de Sydney et 47 sérums provenant de patients porteurs de maladies auto-immunes sans SAPL), 30 témoins (donneurs de sang) et 211 sérums reçus au laboratoire pour une recherche d APL. Tous les échantillons ont été traités sur le préparateur CARIS TM et en suivant les instructions du fabricant. Les résultats sont exprimés en unités arbitraires pour les anticorps anti- 2-GPI et anti-pt et en UGPL et UMPL pour les ACL. Les valeurs inférieures à 10 sont considérées comme négatives et les valeurs supérieures à 15 comme positives. Les résultats obtenus sur FIDIS TM ont été comparés à ceux obtenus par la technique Elisa à l aide des kits Orgentec. Leur concordance (%) a été évaluée par la somme des résultats positifs ou négatifs obtenus par les deux méthodes divisée par l effectif total. Résultats. Tableau 1. Concordance (%) des résultats entre les technique FIDIS TM et Elisa pour l ensemble des serums. ACL IgG ACL IgM Ac anti- 2-GPI IgG Ac anti- 2-GPI IgM 88,5 86,7 96,8 92,9 Tableau 2. Concordance (%) des résultats entre les techniques FIDIS TM et Elisa pour les sérums des patients ayant un SAPL. ACL IgG ACL IgM Ac anti- 2-GPI IgG Ac anti- 2-GPI IgM 90,0 88,5 92,8 86,2 Tableau 3. Concordance (%) des résultats entre la technique FIDIS TM et Elisa pour les sérums des patients porteurs d une maladie autoimmune sans SAPL. ACL IgG ACL IgM Ac anti- 2-GPI IgG Ac anti- 2-GPI IgM 69,2 88,1 97,7 95,6 Conclusions. Notre étude a mis en évidence une bonne concordance entre les deux techniques avec des pourcentages de concordance globale supérieurs à 85 %. Les résultats discordants peuvent être dus à la nature des antigènes ou aux procédés de fixation sur les supports réactionnels. La technique FIDIS TM APS présente une bonne discrimination des résultats positifs et négatifs, elle est automatisée et facile d utilisation. Pour chaque paramètre, l expression des résultats pourrait être améliorée en éliminant l intervalle des valeurs douteuses et en fixant le seuil de décision au 99 e percentile des valeurs observées dans la population témoin, conformément aux recommandations du consensus de Sydney. De plus, la technique de multiplexage permet de rechercher simultanément les ACL et les anticorps anti- 2-GPI, ce qui est recommandé par le consensus de Sydney sur les critères de SAPL. Enfin, la recherche simultanée des anticorps antiprothrombine permettra d évaluer la valeur diagnostique de ces autoanticorps. 23 Peut-on utiliser le test au PEG pour éliminer un artéfact devant une concentration sérique de TSH élevée discordante par rapport au dosage des hormones libres? M. Leban, C. Gaultier, J.-M. Lacorte, J. Chambaz Service de biochimie endocrinienne et oncologique, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, AP HP, 47 83, boulevard de l Hôpital, Paris cedex 13, France Introduction. Dans la pratique quotidienne, il arrive que des concentrations sériques de TSH élevées paraissent cliniquement incohérentes ou discordantes à la vue des hormones libres. Il est nécessaire alors de pouvoir éliminer un artéfact de dosage. La TSH ou thyrotropine est une glycoprotéine dont le poids moléculaire d environ 30 kda est comparable à celui de la prolactine (23 kda). En prenant exemple sur la précipitation par le PEG (polyéthylène glycol) des immunoglobulines liées à la prolactine (big-big prolactine), nous avons évalué le prétraitement par le PEG de sérums de patients sans pathologie thyroïdienne, de sérums de patients hypothyroïdiens à TSH élevée, de sérums de patients présentant des taux d Ac anti-dna ou de facteur rhumatoïde élevés ; pour cela, nous avons dosé la TSH dans ces sérums, avant et après précipitation par le PEG, sur 2 automates différents. Puis, nous avons fait de même (précipitation par le PEG et dosage des TSH sur 2 automates différents) pour 4 sérums de patients ayant des résultats de TSH anormalement élevés afin de tenter de mettre en évidence la présence d un artéfact. Matériel et méthode. PEG : PEG 6000 (Sigma P-2139) à 250 g/l dans du tampon phosphate ph 7,4 ; dosage de la TSH sur Modular E (société Roche) : technique immunoélectrochimiluminescence (IECLA) type sandwich 3 e génération (VN : 0,27 4,2 mui/l) ; dosage de la TSH sur AIA (société Tosoh) : technique immunoenzymatique (IEA) type sandwich 3 e génération (VN : 0,38 4,3 mui/l) ; 2 séries (série 1 et série 2) de 15 patients sans pathologie thyroïdienne connue ; 5 patients hypothyroïdiens connus (série 3) ; 20 patients à pathologie auto-immune (taux d Ac anti-dna ou de facteur rhumatoïde élevés) (série 4) ; 4 patients à TSH anormalement élevée (sérums ). Résultats. % de récupération après dosages sur Modular E % de récupération après dosages sur AIA Série 1 77 ± 18 Série 2 91 ± 24 Série 3 63 ± 8 81± 18 Série 4 65 ± ± 29 Sérum 1 44 Quantité insuffisante Sérum 2 63 Quantité insuffisante Sérum Sérum Discussion. Bien que les résultats de TSH avant traitement par PEG soient bien corrélés entre les 2 automates, la grande variabilité des pourcentages de récupération après traitement par le PEG sur les 2 automates ne permet pas d utiliser cette technique pour mettre en évidence un artéfact de dosage. Il est préférable d avoir recours soit à un test de dilution dans un sérum d hyperthyroïdien (TSH > 0,01 mui/l), soit effectuer un contrôle par une autre technique, soit rechercher des anticorps hétérophiles. 24 Comparison of two immunoassays for quantitative measurement of oxydized LDL C. Le Goff, J. Haleng, J.-P. Chapelle Department of Clinical Chemistry, CHU, Liège, Belgium Introduction. Hypercholesterolemia is a major risk factor for atherosclerosis and lowering cholesterol levels can significantly reduce risk for cardiovascular diseases. Recently, LDL oxidation has been recognized as playing an important role in the initiation and progression of atherosclerosis. Oxidized LDL (oldl), but not native LDL, promotes vascular dysfunction by exerting direct

12 184 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai 2009 cytotoxicity towards endothelial cells, by increasing chemotactic properties for monocytes, by transforming macrophages to foam cells via scavenger-receptors and by enhancing the proliferation of various cell types; e.g., endothelial cells, monocytes and smooth muscle cells. All of these events contribute to atherogenesis. OLDL determination may be of interest for early assessment of risk for atherosclerosis. The present study aimed at comparing two enzyme-linked immunosorbent assays (Elisa) newly developed by Biomedica and Immundiagnostik for quantitative determination of oldl in human plasma and serum. Materials and methods. We compared the analytical performances (precision, detection limit and linearity) of the two kits. Within-run precision was determined by measuring samples with low (n = 10), medium (n = 20) and high (n = 10) oldl concentrations and betweenrun precision by serial measurements of the same samples over a 13-day period. The detection limit was determined by repeated (n = 20) determinations of the zero standard, the linearity by measuring successive dilutions (n = 13) of samples with a oldl concentration of 1189 ng/ml (Immundiagnostik ) and 1309 ng/ml (Biomedica distribued by Diasorin ). The correlation between the two techniques was analyzed using samples covering the whole range of oldl concentrations (n = 20). Results. Mean intra-assay CVs were 2.68 and 5.52% for the Biomedica and Immundiagnostiks techniques. Mean inter-assay CVs were 7.07 and 8.18%, respectively. OLDL detection limits were 94 ng/ml (Biomedica ) and 106 ng/ml (Immundiagnostik ). The Biomedica technique demonstrated a better linearity (R 2 = 0.995) than the Immundiagnostik method (R 2 = 0.987). The results given by the two techniques were however in close correlation (R 2 = 0.967). Conclusion. The new immunoassays from Biomedica distribued by Diasorin and Immundiagnostik yielded plasma oldl results in good correlation. From an analytical point of view, and in the limits of this study, the Biomedica technique seems a valuable tool to perform oldl determinations in patients at risk for cardiovascular disease. 25 Variation du BNP et du Nt-proBNP chez les malades atteints d insuffisance rénale chronique non dialysés O. Marrakchi a, L. Rais b, J. Ouali b, S. Hammami a, F. Ben Moussa b, J. Abdelmoula a a Laboratoire de biochimie, hôpital Charles-Nicolle, Tunis, Tunisie ; b service de nephrology, hôpital La Rabta, Tunis, Tunisie Introduction. Les peptides natriurétiques, brain natriuretic peptide (BNP) et N-terminal probnp (Nt-proBNP), sont des marqueurs biochimiques de la dysfonction ventriculaire gauche (VG). Une élévation de ces peptides est fréquemment présente chez les insuffisants rénaux chroniques (IRC) qui constituent une population à haut risque cardiovasculaire (CV). L objectif de ce travail est d étudier les variations du BNP et du Nt-proBNP chez des IRC non dialysés asymptomatiques et leur intérêt dans l identification précoce des patients à haut risque CV dans cette population. Matériels et méthodes. Il s agit d une étude comparative portant sur 15 patients atteints de néphropathies chroniques compliqués d IRC stade II, III, et IV. Sur le plan cardiaque, ces malades sont asymptomatiques classés stade I de la classification NYHA. Tous les sujets ont bénéficié d un examen clinique, d une échocardiaque transthoracique (avec détermination de la fraction d éjection ventriculaire gauche (FEV) et d un bilan biologique comportant : un dosage de la créatinémie plasmatique par méthode colorimétrique sur Architect (Abbott) avec calcul de la clairance de la créatinine selon la formule MDRD permettant de classer l IRC en 5 stades ; un dosage du BNP plasmatique par chimiluminescence sur Architect (Abbott) ; les valeurs seuils du BNP < 100 pg/ml ; un dosage du Nt-proBNP par enzyme linked fluorescent assay (Elfa) sur MiniVidas. Les valeurs seuils du Nt-proBNP < 125 pg/ml. Résultats. La population étudiée a comporté 12 hommes et 3 femmes d âge moyen 53,4 ± 10 ans. Tous les patients étaient en IRC, non dialysés avec une médiane de la créatinine à 230 mol/l et une médiane de la clairance de la créatinine de 32 ml/min/1,73 m 2. L IRC était classée stade II dans 2 cas, stade III dans 6 cas et stade IV dans 7 cas. La néphropathie initiale était vasculaire dans 60 % des cas, tubulo-interstitielle dans 13,3 % des cas et en rapport avec une polykystose rénale dans 26,7 % des cas. La FEV moyenne était de 67,75 %, sans anomalies du VG associée. Une augmentation du BNP et du NT-proBNP a été retrouvée dans 40 % des cas. Une élévation isolée du Nt-proBNP a été retrouvée dans 27 % des cas. La moyenne du BNP et Nt-proBNP par stade d IRC est rapportée dans le tableau suivant. BNP (pg/ml) Nt-proBNP (pg/ml) Stade II 75,56 57 Stade III 60, Stade IV 225,7 1003,57 La comparaison des moyennes entre les différents stades a mis en évidence, pour le Nt-proBNP, une différence significative entre les stades II et IV (p = 0,038) et entre les stades III et IV (p = 0,01). Aucune différence significative n a été retrouvée pour le BNP. D après nos résultats, il semble que le Nt-proBNP est plus influencé par l altération de la fonction rénale que le BNP. En effet, l élimination du Nt-proBNP est essentiellement rénale. Alors que la contribution rénale à l élimination du BNP est mineure par rapport aux autres voies (neuropeptide récepteur de type C et endopeptidase neutre). L élévation de ces marqueurs chez les IRC n est pas uniquement expliquée par leur défaut d élimination rénale, mais également par la surcharge volémique et la diminution des fonctions cardiaques au cours de l insuffisance rénale. Conclusion. L altération de la fonction rénale n explique à elle seule l élévation des peptides natriurétiques chez les IRC non dialysés, la dysfonction myocardique et/ou l hypertrophie ventriculaire gauche (HVG) contribueraient à cette élévation. Le Nt-proBNP semble plus influencé par l altération de la fonction rénale que le BNP. D où l intérêt d utiliser le BNP chez les IRC non dialysés asymptomatiques afin d identifier précocement des patients à haut risque CV nécessitant une évaluation agressive de l HVG et de la dysfonction VG. 26 Influence des conditions de conservation au cours du dosage de la parathormone 1-84 O. Marrakchi, A. Chelbi, S. Hammami, L. Zerelli, J. Abdelmoula Laboratoire de biochimie, hôpital Charles-Nicolle, Tunis, Tunisie Introduction. La parathormone (PTH) est une hormone essentielle à l évaluation du métabolisme phosphocalcique, notamment lors de l insuffisance rénale chronique. Son dosage se caractérise par une variabilité selon les conditions préanalytiques, soulignant la nécessité d une standardisation de ces conditions. L objectif de notre travail est de préciser l influence des conditions de conservation des échantillons (délai et température) sur le dosage de la PTH. Matériels et méthodes. Vingt patients ont été recrutés, d âge moyen 47,9 ans avec des extrêmes allant de 23 à 74 ans. Le sex-ratio était de 1,5 (8 femmes pour 12 hommes). Les dosages ont été réalisés sur l automate Architect (Abbott). Les patients ont bénéficié d un dosage de la calcémie (par colorimétrie), de la phosphorémie (par colorimétrie) et de la créatininémie (par colorimétrie). Le dosage de la PTH 1-84 (par chimiluminescence) a été effectué sur 5 tubes présentant des conditions de conservation différentes :

13 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai tube 1 (référence) : recueil à +4 C, centrifugation après une demi-heure d attente à +4 C; tube 2 : recueil à +4 C, centrifugation après 2 heures d attente à +4 C; tube 3 : recueil à température ambiante, centrifugation après une demi-heure d attente ; tube 4 : recueil à température ambiante, centrifugation après 2 heures d attente ; tube 5 : recueil à température ambiante, centrifugation après 24 heures. Les valeurs de PTH des tubes 2, 3, 4 et 5 ont été comparées aux valeurs des tubes de référence. L analyse statistique a été réalisée à l aide du logiciel SPSS.11. Les valeurs usuelles de la PTH : 15 68,3 pg/ml. Résultats. La comparaison des concentrations de PTH entre les tubes de références et les tubes 2, 3, 4 et 5 n a pas retrouvé de différence significative de la concentration de PTH entre le tube de référence par rapport à celui maintenu à +4 C pendant 2 heures. Par contre, la diminution de la concentration de la PTH était significative lorsque les tubes étaient laissés à température ambiante, qu ils soient centrifugés rapidement (p = 0,001), après 2 heures (p = 0,003) ou après 24 heures (p < 0,001). La variation moyenne pour chaque tube par rapport au tube de référence est représentée dans le tableau suivant. % de variation de la PTH par rapport au tube de référence Tube 2 Tube 3 Tube 4 Tube 5 2% 11 % 12 % 32 % Le non conservation des prélèvements à +4 C entraîne une chute moyenne des valeurs de la PTH de 18,3 %. Sur un prélèvement maintenu pendant 24 h à température ambiante, la chute de la concentration initiale de la PTH est de 32 %. Nos résultats confirment les recommandations habituelles concernant le dosage de la PTH 1-84, en particulier le respect impératif du maintien à +4 C de l échantillon. Conclusion. L étape préanalytique est essentielle pour le dosage de la PTH. Ceci est important à considérer dans les cas où les tubes ne peuvent être acheminés rapidement au laboratoire. Dans ces cas, la détermination de la PTH peut être différée à condition impérative qu ils aient été maintenus à +4 C. 27 Apport de la procalcitonine dans le diagnostic précoce de l infection maternofœtale bactérienne O. Marrakchi a, S. Chaouachi b, A. Chelbi a, K. Abidi b, Z. Marrakchi b, J. Abdelmoula a a Laboratoire de biochimie, hôpital Charles-Nicolle, Tunis, Tunisie ; b service de néonatologie, hôpital Charles-Nicolle, Tunis, Tunisie Introduction. L infection maternofœtale (IMF) est une cause majeure de morbidité et de mortalité en période néonatale. En raison d un grand polymorphisme clinique, le diagnostic est souvent évoqué par excès. Des marqueurs de l inflammation sont alors nécessaires pour orienter le diagnostic. La procalcitonine (PCT), dont la cinétique est plus rapide que la protéine C réactive (CRP), a été proposée comme marqueur précoce de l infection (élévation à partir de la 3 e heure) permettant de distinguer les nouveaunés infectés de ceux indemnes. L objectif de notre travail est de déterminer l apport de la PCT dans le diagnostic précoce de l IMF bactérienne. Marériels et méthodes. Étude prospective portant sur 59 nouveaunés hospitalisés au service de néonatologie de l hôpital Charles- Nicolle de Tunis. Ils présentaient tous un risque élevé d IMF (niveau 3) et ont été traités par antibiothérapie double ou triple pour une durée de 3 à 5jours. Ils ont bénéficié : d un premier dosage de la PCT à la naissance : entre h0 et h3 de vie ; d un second dosage de la PCT à h12 de vie associé à un dosage de la CRP ; des hémocultures à la naissance, une NFS à h12 de vie et des prélèvements périphériques. La CRP a été dosée par méthode immunoturbidimétrique sur Architect (Abbott) et la PCT a été déterminée par méthode immunoenzymatique sur MiniVidas. Les valeurs seuils utilisées ont été pour la PCT 0,55 ng/ml à la naissance et 4,7 ng/ml à h12 et pour la CRP > 10 mg/ml. Résultats. Selon des critères bactériologiques, biologiques et cliniques, nous distinguons 2 groupes : groupe 1 : 11 nouveau-nés infectés dont 6 IMF, certaines confirmées par la bactériologie et 5 IMF probables présentant des signes cliniques d infection associés à une CRP positive ; groupe 2 : 48 nouveau-nés non infectés dont 45 ayant une bactériologie négative et 3 colonisations. Les résultats de la PCT à h3 et à h12 dans les 2 groupes sont repartis dans les tableaux suivants. Tableau 1. Résultats de la PCT à h0 h3 de vie. Sensibilité h3 : 72,7 ; spécificité h3 : 83,3 % ; valeur prédictive positive (VPP) h3 : 50 % ; valeur prédictive négative (VPN) h3 : 93 %. PCT+ PCT Total Groupe 1 IMF 8 vrais-positifs 3 faux-négatifs 11 Groupe 2 Pasd IMF 8 faux-positifs 40 vrais-négatifs 48 Moyenne PCT 3,48 ng/ml 0,19 ng/ml Tableau 2. Résultats de la PCT à h12 de vie. Sensibilité h12 : 81,8 % ; spécificité h12 : 68,7 % ; valeur prédictive positive h12 : 37,5 % ; valeur prédictive négative h12 : 94,2 %. PCT+ PCT Total Groupe 1 IMF 9 vrais-positifs 2 faux-négatifs 11 Groupe 2 Pasd IMF 15 faux-positifs 33 vrais-négatifs 48 Moyenne PCT 17,53 ng/ml 1,95 ng/ml Nos résultats attestent d une bonne spécificité de la PCT et confirment son excellente VPN évoquée dans d autres études (95 % dans la série de D.A. Ballot et 98,7 % dans la série de N. Joram). En effet : parmi les 59 nouveaux nés traités par une antibiothérapie double ou triple pour une durée de 3 à 5j, temps nécessaire pour récupérer la bactériologie, 40/43 ont une PCT négative et ne sont pas infectés et ont été traités abusivement. En revanche, la VPP de la PCT est moyenne (50 % à h3 et 37,5 % à h12). Une augmentation de la PCT au cours des 24 premières heures peut être en rapport avec un pic physiologique néonatal survenant le premier jour de vie, en dehors de toute infection. Conclusion. Établir un diagnostic précoce et sûr de l IMF demeure un problème important. L apport de la PCT dans le diagnostic précoce de l IMF semble donc très intéressant. Sa valeur prédictive négative élevée avant h3 de vie nous permet de ne pas traiter abusivement les suspicions d IMF asymptomatiques. 28 Dosage délocalisé de l HbA1c sur l analyseur In2it TM dans le cadre d une consultation de diabétologie pédiatrique C. Marzullo a, M. Minery a, F. Guemazi b, D. Stojiljkovic b, M. Benoît b a Laboratoire de biochimie, hôpital Émile-Muller, 20, rue du Dr.-Laennec, Mulhouse cedex, France ; b service de pédiatrie, hôpital Émile-Muller, Mulhouse, France

14 186 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai 2009 Introduction. Le dosage de l hémoglobine glyquée (HbA1c) est devenu un outil indispensable pour l adaptation du traitement du patient diabétique. La société Biorad a récemment mis sur le marché l In2it TM, appareil de dosage délocalisé de l HbA1c utilisant la chromatographie par affinité au boronate. Lors de la mise en place de cet appareil, dans le cadre d une consultation de diabétologie pédiatrique, nous avons évalué ses performances analytiques, sa praticabilité et l impact de ce dosage sur la prise en charge du patient. Matériel et méthodes. La précision du dosage a été évaluée par du personnel technique (20 dosages effectués sur deux niveaux de contrôles lors de 20 séries différentes) et par du personnel infirmier (10 dosages effectués sur deux niveaux de contrôles lors de 10 consultations différentes). L exactitude du dosage a été appréciée en comparant, pour 95 patients, le résultat du dosage de l HbA1c sur l In2it TM à celui obtenu sur le D10, automate de chromatographie liquide haute performance (HPLC) utilisé au laboratoire. Les patients ont été choisis de telle façon que leurs résultats d HbA1c soient répartis sur l ensemble des valeurs attendues d HbA1c. Les outils statistiques utilisés lors de l évaluation de l exactitude ont été la droite des moindres carrés et le graphe de Bland-Altman. Enfin, nous avons comparé le résultat d HbA1c obtenu chez des patients présentant un variant de l hémoglobine (HbS et HbC). Un questionnaire adapté aux différents interlocuteurs (médecin, infirmière, patient et biologiste) a permis d évaluer la praticabilité et l intérêt du dosage de l HbA1c sur l In2it TM. Résultats. La reproductibilité est conforme aux données fournies par le fournisseur, quel que soit l utilisateur, les CV sont inférieurs à 4 % (3,2 et 3,9 % pour une HbA1c de 5,1 et 5,8 % en moyenne, 3,0 et 3,7 pour une HbA1c de 10,4 et 9,7 % en moyenne). Le calcul de la régression linéaire (droite des moindres carrés) montre une excellente corrélation (r = 0,978) entre les deux techniques avec une équation du type y = 0,98 ; x + 0,18, où y représente le % d HbA1c obtenu sur l In2it TM et x celui obtenu sur le D10. Le graphe de Bland-Altman montre une assez bonne concordance des résultats obtenus sur l In2it TM et le D10 (différences des résultats proches de 0,également réparties dans l intervalle 0,5 et 0,5). En présence d HbS, le résultat est identique, si ce n est que le variant n est pas identifié. Dans le cas d une HbC, le résultat obtenu sur l In2it TM est supérieur de 1 % environ à celui obtenu sur le D10. Il apparaît donc primordial que le dosage de l HbA1c soit effectué, lors de la première consultation, à la fois sur le D10 et l In2It TM pour identifier les porteurs de variants de l hémoglobine. L utilisation de l In2it TM est aisée permettant une bonne maîtrise de l appareil par l infirmière. Aucune calibration n est nécessaire. Le contrôle de l appareil (cartouche de contrôle du système et contrôle de qualité) est simple à effectuer permettant une délégation de la manipulation au personnel infirmier. Les enfants ont apprécié le prélèvement au bout du doigt peu douloureux et leurs parents le fait de ne plus avoir à se préoccuper du faire réaliser le dosage de l HbA1c avant la consultation. Les médecins ont rapporté plusieurs avantages : la certitude d avoir le résultat lors de la consultation permettant une adaptation immédiate du traitement, le caractère éducatif de cette démarche et des résultats bien corrélés avec ceux du laboratoire. Le suivi de cette activité par le biologiste a nécessité la mise en place de documents d assurance qualité conformes au GBEA, l exploitation des résultats du contrôle de qualité par le biais d un logiciel et la saisie des résultats dans le SIL. Cependant, des développements informatiques sont attendus pour permettre une connexion au SIL et améliorer la traçabilité des résultats. Conclusion. Un partenariat étroit entre biologistes et équipe médicale permet d envisager sereinement le dosage délocalisé de l HbA1c sur l In2It TM. Celui-ci améliore le confort du patient et sa prise en charge médicale. 29 Évaluation des performances analytiques d une méthode Elisa pour le dosage du GDF-15 plasmatique L. Mauge, M.-O. Benoît Laboratoire de biochimie, hôpital européen Georges-Pompidou, Paris, France Introduction. Le growth-differenciation factor 15 (GDF-15) est une cytokine de la superfamille du transforming growth factor (TGF ). Plusieurs études ont montré un intérêt pronostique du dosage de la forme circulante dans les syndromes coronariens aigus et l embolie pulmonaire, un taux élevé étant de mauvais pronostic. Dans la plupart des études, le GDF-15 a été dosé par une technique radio-immunométrique sandwich (IRMA) et dans quelques unes par une technique Elisa maison. Un kit DuoSet Elisa (R&D Systems ), adapté au dosage du GDF-15 dans les surnageants de culture cellulaire est maintenant commercialisé. Nous avons évalué ce kit pour le dosage plasmatique et sérique du GDF-15 et appliqué ce dosage à deux groupes distincts de patients pour valider cette technique. Matériel et méthodes. Le dosage du GDF-15 est réalisé par une technique immunoenzymatique sandwich, dont les réactifs sont fournis dans le kit DuoSet Elisa human GDF-15 (R&D Systems ). Cette technique a été évaluée selon le protocole Valtec qui préconise l étude des paramètres suivants : limites de linéarité par dilution et par surcharge, limite de détection, répétabilité, reproductibilité, justesse et étude des interférences. Les conditions de conservation du prélèvement (température ambiante, réfrigération à4 C, congélation et décongélation) ont été étudiées ainsi que 4 types de prélèvement (sérum, héparine, EDTA et citrate). Le dosage du GDF-15 a été réalisé dans 2 groupes de patients : des individus dits «sains» (n = 38) et des patients avec une troponine > 0,15 g/l (n = 40). Résultats. La technique est linéaire entre 30 et 250 ng/l. La répétabilité pour des concentrations de 30, 74, 86 et 165 ng/l est respectivement de 7, 4, 3,5 et 4 %. La reproductibilité sur des concentrations de 30 et 110 ng/l est respectivement de 15 et 9 %. La limite de détection est de 3 ng/l. La justesse, définie par le biais, donne pour des valeurs comprises dans le domaine analytique un biais < 10 %. L interférence d autres protéines de la famille du TGF (BMP-2 et 4) à des concentrations élevées est < 30 ng/l. Aucun effet crochet n a été observé jusqu à des concentrations de ng/l. La protéine est stable plusieurs jours à 4 C et après 4 cycles de congélation/décongélation. Il n y a pas de différence significative entre les 4 types de prélèvements. Nous avons choisi de travailler sur le plasma hépariné, à une dilution minimale de 1/16 e en tampon PBS-BSA 1 %. Les moyennes de GDF-15 des 2 populations testées sont significativement différentes (p < 0,001) avec 1211 ng/l pour les individus «sains» et 5672 ng/l pour les patients avec une troponine > 0,15 g/l. Conclusions. L étude des performances analytiques du kit DuoSet Elisa peut être validée pour le dosage du GDF-15 dans le plasma et le sérum humains. On retrouve les résultats présentés dans la littérature sur les 2 groupes de patients étudiés. Cette technique nous permettra d étudier l intérêt pronostique du GDF-15 dans de larges cohortes de patients présentant différentes pathologies dont l embolie pulmonaire ou les syndromes coronariens aigus, en association avec d autres critères clinicobiologiques. 30 Évaluation de l automate G8 pour la recherche d hémoglobinopathie M. Micaelo, M. Pancher, M. Fonfrède Laboratoire de biochimie métabolique, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, AP HP, 47 83, boulevard de l Hôpital, Paris cedex 13, France

15 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai Introduction. L automate G8 (Tosoh Bioscience) est un automate de CLHP échange d ions ayant la possibilité de fonctionner selon 2 modes : un mode dit «variant» pour la quantification de l HbA1c et dépistage d hémoglobines anormales et un mode dit «bêta thal» qui permet en 6 minutes la quantification de l HbF et de l HbA2 et la séparation des autres variants d hémoglobine. Cette dernière activité est actuellement réalisée au laboratoire sur un G7 (Tosoh Bioscience) en 8 minutes. Disposant du G8 pour les dosages d HbA1c, nous avons évalué son fonctionnement en mode bêta thal afin d optimiser les moyens du laboratoire en termes d automate. Matériel et méthode. Les automates utilisés sont le G7 et G8. Le calibrateur (HbF et HbA2) pour le G8 possède une traçabilité pour l HbA2 vis-à-vis du standard du National Institute for Biological Standards and Controls (NIBSC). Les échantillons utilisés pour la répétabilité et la reproductibilité de l HbF et de l HbA2 sont les contrôles du fournisseur sous forme lyophilisée et des échantillons de patients conservés congelés à 80 C. Soixante échantillons congelés à 80 C ont également été utilisés pour la caractérisation de variants d hémoglobine. Le protocole Valtec a été utilisé pour comparer les résultats quantitatifs de HbA2 et HbF. En dehors des hémoglobines les plus couramment rencontrées (HbS et HbC), toutes les autres identifications ont été faites (avant, après ou pendant l évaluation) par le laboratoire du globule rouge de l hôpital Henri-Mondor dès qu une anomalie sur un graphe était détectée. L aide du logiciel Piano pour le suivi du contrôle de qualité et l archivage des graphes a également été testé. Résultats. En ce qui concerne la répétabilité pour l hémoglobine F, les coefficients de variation (CV) d un contrôle lyophilisé de valeur normale (1,8 %), d un contrôle de valeur élevée (7,1 %) et d un échantillon de patient avec valeur élevée (7,5 %) sont respectivement de 0, 0 et 0,67 %. Pour l hémoglobine A2, les coefficients de variation sur un contrôle de valeur normale (2,3 %), un contrôle de valeur élevée (5,5 %) et d un échantillon de patient à valeur élevée (6,1 %) sont respectivement de 0, 0 et 0,81 %. La reproductibilité étudiée sur 10 jours a montré des CV pour Hb F respectivement de 0,84 ; 0,64 et 1,07 % sur les 2 contrôles et l échantillon conservé congelé ; et pour l HbA2 des CV de 0,50 ; 2,32 et 1,56 % pour les 2 contrôles et l échantillon conservé congelé. La comparaison entre le G7 et le G8 n a pas montré de différence cliniquement significative pour ces 2 paramètres. Afin de nous assurer que la bonne corrélation de ces résultats n est pas due à l utilisation d automates d un même fournisseur, une comparaison de résultats de HbA2 et HbF réalisés sur le G7 a été faite sur 62 échantillons transmis depuis 2005 à l hôpital Henri-Mondor pour caractérisation d une anomalie ou en cas de doute sur un chromatogramme. En ce qui concerne l HbF, hormis 2 échantillons présentant une HbH, il n y a pas de différence significative que ce soit pour les valeurs inférieures à 1 %, entre 1 et 2 % ou très élevée (> 15 %). Pour l HbA2, hormis 2 échantillons avec Hb Hope, il n y a pas de différence cliniquement significative : toutes les valeurs inférieures à 2 % sont comparables ainsi que toutes les valeurs supérieures à 3,5 %. Pour la détermination de Hb anormales, outre les variants les plus couramment rencontrés (HbS, HbC) au cours de cette évaluation, nous avons pu mettre en évidence une HbE, une Hb Sétif et des mutants delta. Conclusion. Cette évaluation a permis de montrer que l utilisation d un même automate pour la détermination de l HbA1c et des Hb anormales avec passage d un mode à l autre en moins de 5 minutes, conservation des courbes de calibration et des volumes de tampons permet d optimiser et l utilisation de l automate et le temps de travail. De plus, l utilisation du logiciel Piano permet une aide à l interprétation des graphes. 31 L allo-immunisation plaquettaire par anticorps anti-hpa-15 : prévalence et difficultés du dépistage et de l identification P. Moncharmont, C. Bourgeot, Y. Merieux, D. Rigal Laboratoire d immunologie, EFS Rhône-Alpes, site de Lyon-Gerland, 1 3, rue du Vercors, Lyon cedex 07, France Introduction. Le système plaquettaire HPA-15 a été décrit pour la première fois en 1990 chez deux patients polytransfusés. Les antigènes HPA-15a et b sont localisés sur une protéine (CD109) rattachée à la membrane plaquettaire par une protéine d ancrage, le glycosyl phosphatidyl inositol. Les alloanticorps (Ac) anti-hpa-15 sont impliqués dans des états réfractaires après transfusion de plaquettes (PLT) HLA compatibles chez les patients. De très rares cas d alloimmunisation fœtomaternelle avec thrombopénie néonatale (TNN) sévère ont été décrits. Dans une étude rétrospective de 309 sérums de mères d enfant suspecté de TNN, 5 ont été détectés porteurs d Ac anti-hpa-15 (2 cas avec anti-hpa-15a et 3 cas avec anti-hpa- 15b). Afin d établir la prévalence des Ac anti-hpa-15a et b sur des patients tout venant, une étude a été réalisée en employant les tests utilisés en routine mais adaptés avec des PLT de groupe HPA-15 connus. La prévalence de ces Ac est très faible. Matériels et méthodes. Les tests ont été effectués sur du sang veineux périphérique. La recherche des Ac anti-plt a été réalisée avec les tests immunoenzymatiques «monoclonal antibody-specific immobilization of platelet antigens» (MAIPA) direct et indirect. Trois Ac monoclonaux ont été employés en MAIPA indirect pour détecter les Ac dirigés contre les trois glycoprotéines (GP) plaquettaires majeures, GP IaIIa, GP IIbIIIa et GP IbIX. La spécificité des Ac a été déterminée avec un panel de 10 PLT de donneurs de groupes plaquettaires connus (HPA-1, -3 et -5). Pour dépister les Ac anti- HPA-15a et b, un Ac monoclonal anti-cd109 a été utilisé et les tests ont été effectués sur des PLT lyophilisées de donneurs de groupe HPA-15a/15b. Les sérums trouvés réactifs initiaux (RI) ont été vérifiés avec le même test. Les échantillons réactifs répétables (RR) ont été évalués avec des PLT lyophilisées de donneurs de groupe HPA-15a/15a et HPA-15b/15b (de 2 à 4 PLT selon les disponibilités) en vue d identifier la spécificité des Ac. Enfin, pour détecter les Ac anti-hla de classe I, un Ac monoclonal anti-bêta 2 microglobuline a été introduit dans le test MAIPA indirect. Résultats. Sur 7000 prélèvements, 279 sérums ont été trouvés RI (4,0 %). Cinq n ont pu être à nouveau testés en raison d une quantité insuffisante de sérum. Sur les 274 RI restants, 20 ont été détectés RR (7,3 %). Après identification, 3 sérums ont été trouvés porteurs d Ac anti-hpa-15 b. Parmi ces patients, une mère a accouché, lors de sa première grossesse, d un garçon avec TNN sévère à 3 giga/l à la naissance associée à un purpura et des hématomes extensifs à quelques heures de vie, mais sans hémorragie intracrânienne. Une allo-immunisation maternelle anti-hla était associée. Dix-sept sérums présentaient une réactivité en faveur d un Ac anti-hpa-15a. Mais, pour cette spécificité, l interprétation des résultats s est révélée délicate (bruit de fond sur l ensemble des PLT testées, niveau d expression de l antigène HPA-15a faible en dépit d un génotype HPA-15a/15a). Sur le plan pratique, la réactivité des Ac anti-hpa-15 varie selon le type de PLT utilisées, fraîches, conservées ou lyophilisées. Elle varie également en fonction du niveau d expression des antigènes du système HPA- 15 sur la membrane plaquettaire. En raison de ces variations, le dépistage et l identification de ces Ac demeurent difficiles en routine. Conclusion. Les Ac dirigés contre les antigènes du système HPA- 15 semblent rares mais peuvent être responsables de pathologie sévère, TNN notamment. La détection de ces Ac reste délicate du fait de variations d expression des antigènes HPA-15 qui peuvent être inter-individuelles et fonction du type de PLT employées lors des tests.

16 188 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai Performances du réactif DRI Ecstasy sur l analyseur Unicel DXC 600 C. Monpeurt Laboratoire de biochimie toxicologie, hôpital d instruction des armées Percy, 101, avenue Henri-Barbusse, Clamart cedex, France Introduction. Depuis septembre 2008, nous effectuons la recherche urinaire de l ecstasy (méthylènedioxy méthamphétamine ou MDMA) à l aide du réactif DRI Ecstasy (Microgenics Thermo Fisher Scientific) mis en œuvre sur l analyseur multiparamétrique Unicel DxC 600 (Beckman-Coulter). Nous présentons ici nos résultats : imprécision, stabilité de la calibration et réactions croisées. Matériel et méthodes. Le réactif utilisé permet une estimation semi-quantitative de la concentration en MDMA avec un seuil de positivité fixé à 500 g.l 1. Le principe réactionnel est basé sur un immunodosage par compétition en phase homogène entre le MDMA, présent dans le spécimen urinaire, et du MDMA marqué à la glucose-6-phosphate déshydrogénase. L intensité du signal mesuré à 340 nm, après ajout du substrat glucose-6-phosphate et conversion du co-facteur nicotinique, est proportionnelle à la quantité de MDMA présente dans le spécimen urinaire. Quotidiennement, deux niveaux de contrôle de qualité sont analysés (un négatif à 375 g.l 1 et un positif à 625 g.l 1 ). Au total, 2200 urines de consultants, venant pour un bilan d aptitude médicale, ont été analysées. En cas de positivité, une analyse par chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (CPG/SM) permet de confirmer ou non la présence de MDMA. Résultats. Les résultats obtenus pour les spécimens de contrôle figurent dans le tableau 1. Tableau 1. Résultats obtenus sur les deux niveaux de spécimens de contrôle. Contrôle négatif Contrôle positif Nombre Moyenne ( g.l 1 ) Coefficient de variation (%) ,8 3,6 3, ,5 2,4 +1,2 Inexactitude (%) Nous avons confirmé que la stabilité de la calibration était bien celle annoncée qui est de 14 jours. Seulement deux urines ont été dépistées positives avec respectivement une concentration estimée en MDMA de 662 g.l 1 et > 1000 g.l 1. Cependant, pour aucun des deux spécimens, l analyse effectuée par CPG/SM n a confirmé la présence de MDMA. Conclusion. Les résultats obtenus montrent que le réactif est stable et que l imprécision est excellente. Les coefficients de variation observés sont conformes à ceux annoncés dans la fiche technique du fabricant. D autre part, la programmation du test sur l Unicel DxC 600 est simple et la manipulation des réactifs, prêts à l emploi, se limite à un simple transfert dans les cartouches réactionnelles. En ce qui concerne les deux faux-positifs, un test rapide Multiline 10 (BMD) utilisant l immunochromatographie par compétition a également été réalisé, mais seule l urine ayant une concentration estimée en MDMA > 1000 g.l 1 était positive (les pistes amphétamine et méthamphétamine étant négatives). À ce jour, nous n avons pas identifié la nature des substances à l origine de ces réactions croisées. Cependant, des tests préliminaires nous ont permis d obtenir une concentration estimée en MDMA > 500 g.l 1 après surcharge d une urine avec du benfluorex (Mediator ). Ce médicament est un dérivé de la fenfluramine utilisé dans le traitement du diabète non insulino dépendant et des hypertriglycéridémies modérées. Des dépistages positifs aux amphétamines ont été décrits avec ce médicament. Une étude complémentaire est donc nécessaire pour évaluer les réactions croisées qui pourraient exister entre les métabolites urinaires du benfluorex et le réactif DRI Ecstasy. Le réactif DRI Ecstasy, mis en œuvre sur l Unicel DxC 600, présente de très bonnes performances analytiques en termes de stabilité et d imprécision. Cependant, comme pour tous les tests de dépistage urinaire de drogues une confirmation des positifs par la méthode de référence (CPG/SM) reste nécessaire. 33 Diagnostic des mutations du gène KRAS dans les cancers colorectaux : évaluation des stratégies de séquençage direct, pyroséquençage et amplification allèle spécifique F. Montels a, P.-J. Lamy a, A.-C. Servanton a, M. Ychou b, E. Crapez a a Laboratoire de biologie spécialisée, CRLC Val-d Aurelle Paul-Lamarque, Montpellier cedex 05, France ; b service d oncologie, CRLC Val-d Aurelle Paul-Lamarque, Montpellier cedex 05, France Introduction. La protéine K-ras est un élément clé de la voie de signalisation de l epidermal growth factor receptor (EGFR), au travers de son implication dans la cascade Ras/MAP kinases. Des mutations activatrices du gène KRAS sont retrouvées au niveau de diverses tumeurs solides dont les cancers colorectaux (CCR). Ces mutations somatiques sont un facteur prédictif fort de la réponse aux anti-egfr excluant d emblée le traitement chez les patients mutés au niveau des codons 12 et 13 de l exon 2. Si le séquençage direct peut être considéré comme la technique de référence pour la recherche de mutations, d autres approches plus rapides et plus sensibles sont envisagées. Le but de cette étude est de comparer différentes techniques pour la détermination du statut KRAS en pratique quotidienne. Matériels et méthodes. Les mutations du gène KRAS ont été recherchées sur des ADN génomiques de lignées cellulaires ainsi que sur des ADN extraits à partir de coupes en paraffine de tumeurs de patients atteints de CCR.Trois méthodes d analyse ont été comparées : le séquençage direct est la méthode de référence du laboratoire ; le pyroséquençage repose sur l addition séquentielle de nucléotides ; l incorporation d un nucléotide complémentaire au brin matrice conduit, à la suite d une cascade de réactions enzymatiques, à l émission d un signal lumineux ; le test TheraScreen K-RAS Mutation a été le premier test de diagnostic à être validé cliniquement et à obtenir le marquage CE pour l analyse du statut KRAS dans les CCR ; ce test, utilisant la PCR en temps réel, combine l amplification spécifique d allèles (ARMS) à la technologie des sondes Scorpions et permet la détection des 7 mutations les plus fréquentes du gène KRAS. Résultats. La limite de détection déterminée à partir des ADN de lignées cellulaires était identique pour le séquençage et le pyroséquençage. Ces deux approches étaient capables de détecter jusqu à 5 % d allèles mutés dilués dans un environnement d ADN génomique de type sauvage. Le test TheraScreen était quant à lui capable de détecter la mutation c.35g > T, p.g12 V lorsque celle-ci représentait 1 % de l ADN total analysé. Le taux de concordance (n = 89 patients, 57 séquences sauvages, 32 séquences mutées) était de 100 % entre le séquençage et le

17 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai pyroséquençage. Le taux de concordance (n = 34 patients) était de 85 % entre le séquençage et test TheraScreen. Les discordances correspondaient à 5 patients portant des mutations détectées par le test TheraScreen et non détectables par séquençage. Conclusions. La comparaison des performances montre que les 3 méthodologies sont capables de détecter des mutations ponctuelles présentes dans au moins 5 % de l échantillon analysé. Le séquençage permet une analyse exhaustive de différents types de mutations, le pyroséquençage est capable d une détection quantitative des mutations et le test TheraScreen est le plus sensible. À côté de ces caractéristiques techniques, le coût ainsi que le temps d analyse sont des facteurs à prendre également en compte dans le choix de la stratégie de génotypage. 34 Hémoglobine glyquée et glycémie à jeun : quelle corrélation chez le diabétique tunisien? A. Mohsni a, K. Bouzid a, A. Bahlous a, Y. Hamdane a, A. Ben Hamida b, J. Abdelmoula a a Service de biochimie clinique, hôpital Charles-Nicolle, Tunis, Tunisie ; b service de médecine préventive et sociale, faculté de médecine de Tunis, Tunisie Introduction. L hémoglobine glyquée (HbA1c) constitue le paramètre de référence dans la surveillance de l équilibre glycémique des patients diabétiques. Le but de notre travail était de rechercher une éventuelle corrélation entre la valeur de l HbA1c et celle de la glycémie à jeun chez les patients diabétiques tunisiens. Matériels et méthodes. Il s agit d une étude rétrospective qui a enrôlé 853 sujets diabétiques (372 hommes, 481 femmes). Pour chaque sujet, nous avons noté l âge, le sexe et nous avons réalisé un dosage de la glycémie à jeun sur Architect Ci8200 (Abbott). Le dosage de l HbA1c a été réalisé par chromatographie liquide de haute performance (CLHP) échangeuse de cations sur appareil D-10 (Bio-Rad). L analyse statistique a été effectuée par le logiciel SPSS Résultats. La distribution de l HbA1c était sans différence significative entre les deux sexes ; l HbA1c moyenne était de 9,12 ± 1,95 % chez les hommes et de 8,80 ± 1,87 % chez les femmes. Les valeurs de l HbA1c sont corrélées à celles des glycémies à jeun et une élévation de 1 % dans la valeur de l HbA1c correspondrait approximativement à une élévation de 18 mg/dl pour la glycémie à jeun trouvée à partir de l équation de la courbe de régression : HbA1c = 0,2769 (glycémie à jeun) + 6,0188. Conclusion. La qualité du contrôle du diabète est un élément important de prévention des complications liées au diabète. La corrélation entre la glycémie à jeun et l hémoglobine glyquée pourrait être utile en pratique clinique car elle permettrait, aussi bien au clinicien qu au diabétique, un meilleur contrôle de l équilibre glycémique. 35 Évaluation du statut minéral osseux au cours des myopathies A. Mohsni a, A. Bahlous a, K. Bouzid a, O. Amara a, S. Sellami b, J. Abdelmoula a a Service de biochimie clinique, hôpital Charles-Nicolle, Tunis, Tunisie ; b service de rhumatologie, hôpital La Rabta, Tunis, Tunisie Introduction. Au cours des myopathies, la réduction des contractions musculaires par la baisse de l activité physique et l administration prolongée de la corticothérapie peut entraver le métabolisme osseux et entraîner une baisse de la masse osseuse. Le but de notre étude était d évaluer le statut minéral osseux chez des patients atteints de myopathie (dystrophies musculaires progressives des ceintures : myopathie de Duchenne [MD] et limb girdle dystrophy [LGMD]), par l étude de la densité minérale osseuse (DMO) et le dosage des marqueurs biologiques osseux. Matériels et méthodes. Il s agit d une étude prospective transversale qui a inclus 30 patients de sexe masculin âgés de 15,4 ± 7,1 ans ; suivis pour dystrophies musculaires progressives des ceintures. Tous les patients ont bénéficié d un bilan sanguin comportant un dosage de la créatine phosphokinase (CPK), des phosphatases alcalines totales (PAL), de l albumine, du cholestérol, du calcium et du phosphore. Les dosages de l hormone parathyroïde (PTH) et des marqueurs du remodelage osseux : télopeptides C terminaux (CTX) et l ostéocalcine ont été éffectués par une méthode immunochimique de type sandwich utilisant une électrochimiluminescence (ECLIA) sur Elecsys La densitométrie minérale osseuse de l extrémité supérieure du fémur, du rachis lombaire et du corps entier a été mesurée par absorptiométrie biphotonique. Résultats. La durée moyenne d évolution de la maladie était de 110,03 ± 56 mois (12 231). La DMO était basse (Z score < 2,5) chez 36,7 % des patients. La CPK était augmentée chez tous les patients. La calcémie, la phosphorémie et les PAL étaient à des taux normaux chez tous les patients. La PTH était élevée (> 68,3 pg/ml) chez 10 patients ; ce taux était significativement plus élevé (p = 0,04) dans les LGMD (77,46 ± 32,5 pg/ml) par rapport aux MD (44,64 ± 17,6 pg/ml). Il y avait une association statiquement significative entre le type de myopathie et la fréquence de l hyperparathyroïdie (p = 0,021). Des perturbations des taux de CTX et d ostéocalcine ont été notées respectivement dans 13,5 et 21,4 % des cas. Conclusion. Nos résultats ont confirmé l impact des dystrophies musculaires sur le métabolisme osseux. Une stratégie à la fois préventive et curative est indispensable dans la prise en charge de ces patients. 36 Place de la CRP initiale comme valeur pronostique dans les pneumopathies aiguës communautaires A. Mohsni a, K. Bouzid a, A. Bahlous a, S. Azzabi b, H. Bouacha b, J. Abdelmoula a a Service de biochimie clinique, hôpital Charles-Nicolle, Tunis, Tunisie ; b service de pneumologie, hôpital Charles-Nicolle, Tunis, Tunisie Introduction. Le score de Fine (SF) est largement utilisé comme un index de sévérité dans les pneumopathies aiguës communautaires. La C-réactive protéine (CRP) est un marqueur biologique de l inflammation, mais non inclus dans le SF. Le but de notre étude est d évaluer la place de la CRP comme marqueur de sévérité dans les pneumopathies aiguës. Patients et méthodes. Il s agit d une étude rétrospective incluant 63 patients (37 hommes, 26 femmes) hospitalisés au service de pneumologie de l hôpital Charles-Nicolle pour pneumopathie aiguë communautaire entre janvier 2003 et octobre La moyenne d âge de nos patients était de 57 ans. Nous avons utilisé la méthode immunoturbidimétrique pour le dosage de la CRP. Nous avons stratifié les taux de CRP en 4 catégories : 75 mg/l, mg/l, mg/l, 200 mg/l. Les analyses statistiques ont été réalisées au moyen du logiciel SPSS 11.5.

18 190 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai 2009 Résultats. Cinquante et un pour cent des patients avaient un score de Fine > III. Nous avons noté 3 décès (4,7 %). Le taux moyen de CRP à l admission était de 165,24 mg/l. Les meilleures sensibilités et valeur prédictive négative (VPN) d une hospitalisation > 15j (respectivement 85 et 71 %) étaient observées pour des CRP 75 mg/l. Au-delà de la classe III, le SF présente une sensibilité et une VPN inférieures à celles de la CRP (respectivement 60 et 64 % vs 85 et 71 %) pour prédire une hospitalisation plus de 15 jours. Conclusion. Nos résultats montrent que plus le taux de CRP initiale augmente, plus l atteinte par une pneumopathie nécessiterait une hospitalisation plus longue pour une meilleure prise en charge. La CRP peut donc être un indicateur de la gravité potentielle d une pneumopathie. 37 Prévalence des porteurs de mutants de l hémoglobine dans la population diabétique tunisienne A. Mohsni, K. Bouzid, A. Bahlous, A. Bartkiz, Y. Hamdane, J. Abdelmoula Service de biochimie clinique, hôpital Charles-Nicolle, Tunis, Tunisie Introduction. La prévalence du diabète sucré est en croissance rapide dans le monde entier. En Tunisie, de précédentes études ont estimé la prévalence du diabète à 9,9 %. Par ailleurs, les hémoglobinopathies représentent un problème de santé majeur en Tunisie. Les données épidémiologiques ont montré une prévalence moyenne des porteurs des hémoglobinopathies à 4,48 % atteignant 12,50 % dans certaines régions. Que serait la prévalence des porteurs de mutants de l hémoglobine dans la population tunisienne diabétique? Ceci aurait-il une influence sur la surveillance biologique des diabétiques? Matériels et méthodes. Notre étude a porté sur tous les patients tunisiens diabétiques ayant consulté ou hospitalisés à l hôpital Charles-Nicolle durant la période allant de mars 2008 à mars Pour tous ces patients (n = 9792), le dosage de l hémoglobine glyquée (HbA1c) a été réalisé par chromatographie liquide de haute performance (CLHP) échangeuse de cations sur appareil D-10 (Bio- Rad) avec le réactif Reorder kit. Résultats. Les concentrations des glycémies à jeun (G0) étaient de 5,98 à 38,54 mmol/l (G0 moyenne = 10,54 mmol/l) ; l HbA1c a varié de 6,6 à 17,3 % (HbA1c moyenne = 8,93 %). La prévalence des mutants de l hémoglobine était de 2,33 % (n = 228). Il y avait 191 patients porteurs du trait HbA/S, 27 cas porteurs du trait HbA/C et 10 cas porteur d un mutant de l hémoglobine non S non C. Conclusion. Cette prévalence des mutants de l hémoglobine dans la population diabétique montre l importance d une surveillance du diabète par mesure de l HbA1c par une technique qui détecterait la présence des mutants de l hémoglobine. Ceci est précisément plus vrai dans les pays qui présentent une grande prévalence des hémoglobinopathies. Dans ce cas, l identification des porteurs d HbS ou HbC permettrait au médecin traitant d effectuer un conseil génétique pour le couple. 38 Étude comparative du statut en vitamine B12, folates et homocystéine dans une population pédiatrique de drépanocytaires traités ou non par hydroxyurée A. Mohsni, A. Bahlous, K. Bouzid, F. Mellouli, M. Bejaoui, J. Abdelmoula Service de biochimie clinique, hôpital Charles-Nicolle, Tunis, Tunisie ; Centre de greffe de la moelle osseuse, Tunis, Tunisie ; Laboratoire de Médecine préventive, faculté de médecine de Tunis, Tunisie Introduction. La drépanocytose est une hémoglobinopathie très répandue dans le bassin méditerranéen. Elle pose le problème d un risque élevé de survenue d accidents vaso-occlusifs pouvant atteindre tous les organes. L hydroxyurée (Hydrea) est utilisée avec succès dans les formes sévères en réduisant le nombre de ses crises. Par ailleurs, par le biais de l hémolyse chronique, les drépanocytaires sont exposés à un déficit en folates et en vitamine B12. Objectifs. Nous nous proposons d étudier le statut en folates, en vitamine B12 et en homocysteine d un groupe d enfants drépanocytaires et de rechercher, d une part, une éventuelle corrélation entre la concentration sérique de ces vitamines et l homocysteine et, d autre part, d étudier l effet de l hydroxyurée sur le taux d homocysteine et sur le nombre de crises vasoocclusives. Matériel et méthodes. C est une étude prospective portant sur 57 enfants présentant un syndrome drépanocytaire, dont 38 homozygotes S/S, 15 S/ thalassémiques, 2 hémoglobinoses S/C et S/O Arab. Ils sont répartis en 33 garçons et 24 filles (sexratio = 1,37), leur âge moyen est 12,8 ans (2 18). Le dosage de l homocysteine, vitamine B12 et folates a été réalisé sur AxSym Abbott. Nos malades sont répartis en 2 groupes : G1 de 31 patients sous hydroxyurée et G2 de 26 patients sans hydroxyurée. L analyse statique a été réalisée sur logiciel SPSS. Résultats. Les moyennes de l homocysteine, des folates et de la vitamine B12 sont respectivement : 5,7 mol/l, 14,78 ng/ml et 345,66 pg/ml. Nous avons trouvé une corrélation négative significative entre l homocysteinémie et la folatémie, d une part, (r = 0,52, p <10 3 ) et entre l homocysteinémie et la vitamine B12, d autre part, (r = 0,25, p < 0,05). L hydroxyurée a abaissé de façon significative le nombre de crises vaso-occlusives (p <10 3 ), cependant, elle n a pas diminué le taux d homocysteine de façon significative (G1 = 6,11 mol/l, G2 = 5,22 mol/l). Conclusion. Globalement, nos drépanocytaires ne sont pas carencés en vitamine B12, ni en folates. L hydroxyurée est efficace dans la réduction des crises vaso-occlusives, elle ne semble pas agir par le biais de la baisse de l homocysteine. D autres études dont le dosage de l homocysteine avant et après la mise sous hydroxyurée doivent être faites. 39 L hémoglobine glyquée chez l adulte tunisien non diabétique : valeurs usuelles en fonction de l âge et du sexe A. Mohsni, K. Bouzid, A. Bahlous, A. Chelbi, L. Zerelli, J. Abdelmoula Service de biochimie clinique, hôpital Charles-Nicolle, Tunis, Tunisie Introduction. L hémoglobine glyquée (HbA1c) est l un des marqueurs biologiques les plus pertinents pour la surveillance et le dépistage des complications chez le sujet diabétique. Le but de notre travail était d établir les valeurs usuelles de l HbA1c chez le sujet tunisien non diabétique et de les corréler en fonction de l âge et du sexe. Matériels et méthodes. L étude a enrôlé 233 sujets non diabétiques (79 hommes, 154 femmes). Chaque sujet a bénéficié d un dosage de la glycémie à jeun (G0), d une hyperglycémie provoquée orale (HGPO75) et de l HbA1c. Six groupes

19 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai par décade d âge ont été définis de l intervalle (20 30 ans) jusqu à l intervalle (plus de 70 ans). L analyse de la glycémie a été réalisée sur Architect Ci8200 (Abbott). Le dosage de l HbA1c a été réalisé par chromatographie liquide de haute performance (CLHP), échangeuse de cations sur appareil D-10 (Bio- Rad). L analyse statistique a été effectuée par le logiciel SPSS Résultats. La moyenne des G0 était de 5,19 mmol/l (3,86 6,09 mmol/l). L HbA1c moyenne était de 5,76 ± 0,42 % (3,70 6,50). Il n y avait pas de différence statistiquement significative entre les deux sexes : l HbA1c moyenne était respectivement de 5,73 ± 0,43 % chez les hommes et de 5,78 ± 0,42 % chez les femmes. Cependant, les valeurs de l HbA1c augmentaient avec l âge mais restaient corrélées aux valeurs de la G0. La valeur moyenne de l HbA1c était croissante de l intervalle (20 30 ans) jusqu à l intervalle (plus de 70 ans) respectivement de 5,46 % jusqu à 5,94 %. Conclusion. Étant donné que la valeur de l HbA1c dépend de l âge et reste corrélée avec la valeur de la glycémie à jeun, il est important pour les cliniciens de connaître l intervalle de référence correspondant à leur patient afin de mieux interpréter une anomalie de la tolérance au glucose ou un diabète chez un sujet présentant une glycémie à jeun normale. 40 Performance of the focus diagnostics second generation parvovirus IGG and IGM Elisa kits utilizing parvovirus V9 viral protein 2 antigen H.-E. Prince a,c.yeh a, S. Vogeli b, C. Gardner b, A. Fonlladosa b, P. Lee b a Reference Laboratory, Focus Diagnostics Inc., Cypress, CA, USA ; b Products Division, Focus Diagnostics Inc., Cypress, CA, USA Objectives. Due to the high degree of homology (98%) between viral protein 2 (VP2) from parvoviruses B19 and V9, assays utilizing VP2 from V9 can detect antibodies induced by infection with either B19 or V9 parvoviruses. Focus Diagnostics developed new parvovirus IgG and IgM Elisa kits that utilize V9 VP2 antigen. We sought to determine the performance of these second generation kits in a reference laboratory setting (the kits are not FDA approved). Methods. Three serum panels were evaluated using Biotrin s B19- based parvovirus IgG and IgM Elisa kits and Focus new V9-based parvovirus IgG and IgM Elisa kits. These panels were: parvovirus serology (PS) panel, containing 88 sera submitted to Focus for parvovirus antibody testing; healthy control (HC) panel, containing 41 de-identified sera from Focus employees; cross-reactivity (CR) panel, containing sera positive for IgG (n = 24) or IgM (n = 20) to other infectious agents. Sera with discordant Focus versus Biotrin Elisa results were tested in parvovirus IgG or IgM indirect immunofluorescence assays (IFA) using parvovirus B19 slides from Biotrin. Results. Concordance of the Focus and Biotrin parvovirus IgG Elisa was 95% for the PS panel, 98% for the HC panel, and 88% for the CR panel, giving an overall concordance of 95%. Concordance of the IgM Elisa was 98% for the PS panel, 95% for the HC panel, and 90% for the CR panel, giving an overall concordance of 96%. In IFA analysis of discordant samples, the IFA IgG result supported the Focus IgG Elisa result for 4 of 8 samples, and the IFA IgM result supported the Focus IgM Elisa result for 1 of 6 samples. Conclusion. Focus Diagnostics new V9-based parvovirus IgG and IgM Elisa kits performed similarly to Biotrin s B19-based parvovirus IgG and IgM Elisa kits. 41 Excrétion urinaire des catécholamines et de leurs métabolites, de la naissance à l âge adulte E. Pussard, M. Neveux, N. Guigueno Service de génétique moléculaire, pharmacogénétique et hormonologie, CHU Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre, France ; Inserm U693, Le Kremlin-Bicêtre, France Introduction. Le dosage des catécholamines et de leurs métabolites dans les urines de 24 heures constitue un marqueur privilégié des tumeurs du système nerveux sympathique. Chez l enfant et le nouveau-né, le recueil des urines de 24 h est difficile et le dosage est souvent réalisé dans des échantillons isolés d urine. L expression des résultats nécessite de rapporter les concentrations d amines biogènes à celle de la créatinine. L activité sympathique évolue au cours du développement et l excrétion de la créatinine, dépendante de la masse musculaire augmente au cours de la croissance. L interprétation des résultats impose donc de se référer à des normes dépendantes de l âge. Les données de la littérature sont difficilement utilisables en raison de tranches d âge restreintes, d effectifs insuffisants, d un nombre limité de métabolites quantifiés et de méthodologies analytiques souvent dépassées. La chromatographie haute performance couplée à une détection électrochimique (CLHP-DE) représente la méthode de référence du dosage de ces amines biogènes. La commercialisation de réactifs et de colonnes a permis de standardiser les étapes préanalytiques employées par les divers laboratoires. L objectif de ce travail a été d établir des normes de référence de l excrétion de différentes amines biogènes durant une période allant de la naissance à l âge adulte. Patients et méthodes. Huit cent soixante-cinq sujets, âgés de 24 heures à 25 ans ont été recrutés lors de consultation de contrôle en pédiatrie ou en orthopédie. Un échantillon d urine a été recueilli, acidifié à ph3 puis congelé à 20 C. Les catécholamines libres (noradrénaline [NA], adrénaline [AD] et dopamine [DA]), les dérivés méthoxylés totaux (normétanéphrine [NMN] et métanéphrine [MN]) et les métabolites acides (acides vanylmandélique [VMA] et homovanillique [HVA]) ont été déterminés par CLHP-DE (Waters, Saint Quentin, France) après extraction urinaire par chromatographie d échange d ion. Les colonnes, réactifs, calibrateurs et contrôles ont été obtenus chez Chromsystems Instruments & Chemicals (München, Allemagne). La créatinine urinaire a été quantifiée par la méthode de Jaffé corrigée (Modular P 900, Roche Diagnostics). Résultats. Les limites de quantification sont de 0,5 mg/l pour le VMA et l HVA et de 3 g/l pour les catécholamines libres et les dérivés méthoxylés. Les coefficients de reproductibilité intraet interséries sont inférieurs à 7 % pour les contrôles de niveaux normal et pathologique, montrant la bonne reproductibilité des méthodes. Une forte corrélation, mesurée par régression multiple, a été observée entre NA, NMN et VMA, entre AD et MN, et entre DA et HVA. L excrétion urinaire des amines biogènes diminue de la naissance à l âge adulte pour se stabiliser vers 15 ans. Les 865 sujets ont été répartis en 9 intervalles d âge et les résultats (moyenne ± standard déviation) exprimés en g ou mg d amine biogène par g de créatinine sont présentés dans le tableau cidessous.

20 192 Posters présentés au 26 e Colloque CORATA Paris Marne-la-Vallée, mai mois 3 6 mois 6 12 mois 1 2 ans 2 5 ans 5 10 ans ans ans ans n Sexe M/F 46/41 56/42 39/45 44/59 63/46 64/44 62/56 27/47 40/44 NA ( g/g) 154 ± ± ± ± ± ± ± ± ± 12 NMN ( g/g) 2144 ± ± ± ± ± ± ± ± ± 75 VMA (mg/g) 10,9 ± 4,1 12,2 ± 4,9 11,0 ± 3,0 9,0 ± 3,3 6,2 ± 2,1 4,3 ± 1,7 3,3 ± 1,2 2,5 ± 1,9 2,5 ± 1,1 AD ( g/g) 30 ± ± ± ± ± ± 8 8± 5 6± 3 6± 4 MN ( g/g) 351 ± ± ± ± ± ± ± ± ± 38 DA ( g/g) 1434 ± ± ± ± ± ± ± ± ± 88 HVA (mg/g) 20,7 ± 7,3 22,3 ± 5,0 20,2 ± 5,7 16,5 ± 5,5 13,1 ± 5,3 8,7 ± 4,0 5,4 ± 2,2 3,6 ± 1,1 2,9 ± 1,2 Avant un an, l excrétion d AD et de MN est plus faible chez les filles que chez les garçons puis, au-delà d un an, aucune différence n a été observée en fonction du sexe. Conclusion. L excrétion urinaire des catécholamines et de leurs métabolites diminue progressivement de la naissance pour atteindre à 15 ans les valeurs de l adulte. Cette évolution reflète les variations simultanées d excrétion de la créatinine et des amines biogènes. Ces normes, établies pour les différentes amines biogènes avec une technique de référence au sein d une population exempte de pathologies endocriniennes ou métaboliques, sont utiles pour le diagnostic et le suivi des enfants suspects de neuroblastome. 42 Évaluation de nouvelles trousses de dosage des IGM et IGG anti-cmv Roche Elecsys G. Roussel, A. Tilmant, V. Cauchie, L. Boon-Falleur Laboratoire de biologie clinique, CH de Jolimont-Lobbes, Haine-Saint-Paul, Belgique Introduction. Roche a développé deux nouveaux tests de détection des IgM et IgG anti-cmv. Ces tests «Elecsys CMV IgG IgM», entièrement automatisés sur l analyseur Cobas, ont été évalués en comparaison avec les trousses de dosage Siemens «Enzygnost anti- CMV IgM et IgG» utilisées en routine au sein de notre laboratoire. Matériels et méthodes. Trois cent vingt-cinq sérums frais provenant de notre routine journalière, 24 sérums de 12 patients avec primo-infection récente certaine (n = 7) ou probable (n = 5) et 42 sérums potentiellement interférents (EBV IgM positifs (n = 18), facteur rhumatoïde positif (n = 24)) sélectionnés au sein de notre sérothèque ( 30 C) ont été dosés en parallèle avec les tests «Elecsys CMV IgM IgG» (automate Cobas E, Roche) et «Enzygnost anti-cmv IgM IgG» (automate Bep III, Siemens). L avidité des IgG CMV («Vidas» BioMérieux) a été réalisée pour les échantillons équivoques et positifs en IgM CMV. Les résultats discordants pour les échantillons de routine ont été contrôlés avec trois tests supplémentaires («Vidas CMV» BioMérieux, «Architect CMV» Abbott, Immunoblot «recomblot CMV» Mikrogen). La valeur «consensus» est obtenue sur base de trois tests concordants et, si cela n est pas possible, par le résultat de l immunoblot. Résultats. La concordance relative pour la détermination des IgG CMV sur les échantillons de routine entre Elecsys et Enzygnost, Elecsys et valeurs consensus, Enzygnost et valeurs consensus sont de 99,4 % pour chacun. Une faible réactivité en IgG Elecsys non confirmée avec les tests de contrôle a été obtenue pour un échantillon (0,3 %). La concordance relative pour la détermination des IgM CMV sur les échantillons de routine entre Elecsys et Enzygnost est de 92,6 %, entre Elecsys et valeurs consensus de 96,3 %, entre Enzygnost et valeurs consensus de 95,7 %. Trois sérums de routine (0,9 %) ont été trouvés positifs en IgM Elecsys uniquement et considérés comme faux-positifs d après le résultat consensus et d après le suivi des deux patients concernés. Deux sérums de routine (0,6 %) positifs en IgM (valeurs consensus) se sont révélés négatifs en IgM Elecsys avec un taux d avidité des IgG CMV intermédiaire (avidité = 0,75) et élevé (avidité = 0,89). Deux sérums d un même patient du groupe «primo-infection récente probable» (avidité IgG CMV faible = 0,06 0,11, IgM confirmé positif en Vidas et immunoblot, PCR CMV sur plasma positive) ont été retrouvés négatifs en IgM Elecsys. Onze sérums de routine étaient faussement équivoques en IgM Enzygnost et négatifs en Elecsys. Aucune réaction non spécifique en IgM CMV n a été observée avec les kit Elecsys et Enzygnost sur les sérums positifs en facteur rhumatoïde. Une réaction faussement positive en IgM CMV a été observée pour chacun des deux kits parmi la sérothèque «EBV IgM positif». Conclusions. Une bonne concordance des résultats a été obtenue pour les IgG anti-cmv Roche Elecsys. Le dosage des IgM anti-cmv Roche Elecsys semble manquer de sensibilité (4 sérums faussement négatifs sur 30 sérums positifs en IgM anti-cmv). La méthode Enzygnost (Siemens) engendre, quant à elle, un nombre important de résultats faussement équivoques en IgM anti-cmv. Étant donné le faible nombre d IgM positif testés au total (n = 30), il nous semble nécessaire d analyser de manière approfondie la sensibilité clinique des IgM anti-cmv Roche Elecsys sur un échantillonnage plus important. 43 Évaluation du dosage de la troponine I sur sang total dans un contexte d urgence : comparaison des résultats obtenus sur Access (Beckman) et sur AQT 90 Flex (Radiometer) C. Rousson Fédération de biochimie, centre de biologie Lyon-Sud, 165, chemin du Grand-Revoyet, Pierre-Bénite cedex, France Introduction. La troponine I cardiaque (TnIc) est le marqueur biologique de référence, spécifique et sensible, pour le diagnostic et le pronostic du syndrome coronarien aigu. De nombreux systèmes analytiques existent. La fiabilité, la qualité et la rapidité du dosage de la troponine sont des critères déterminants pour le choix de la technique. L objectif de cette étude est de comparer les résultats obtenus sur l Access (Beckman) à ceux obtenus par une nouvelle méthode de dosage de la TnIc sur sang total (AQT90 Flex Radiometer). Nous avons étudié la corrélation plasma sang total entre les 2 méthodes, la reproductibilité, l amélioration du délai de rendu des résultats avec la technique Radiometer. Matériels et méthodes. Trois cent cinquante-deux échantillons prélevés sur héparinate de lithium sont analysés dans un délai maximal de 2 heures. Les patients proviennent essentiellement des services d urgences et de réanimation du centre hospitalier universitaire Lyon-Sud. Le test TnIc AQT90 permet un dosage sur sang total par une méthode sandwich utilisant 3 anticorps monoclonaux (2 de capture et 1 de révélation) et une détection par fluorescence retardée à l europium.

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN 1) Thyroglobuline a) Indications et fréquence Exclusivement sécrétée par la thyroïde Marqueur de choix pour le suivi du cancer différencié de la thyroïde

Plus en détail

Testosterone EXPLORER DE NOUVEAUX DOMAINES. ARCHITECT 2nd Generation DOSAGE SENSIBLE ET EXACT. Put science on your side.**

Testosterone EXPLORER DE NOUVEAUX DOMAINES. ARCHITECT 2nd Generation DOSAGE SENSIBLE ET EXACT. Put science on your side.** EXPLORER DE NOUVEAUX DOMAINES ARCHITECT nd Generation Testosterone DOSAGE SENSIBLE ET EXACT * Une Promesse pour la Vie ** Mettre la science à vos côtés Put science on your side.** * Pourquoi doser la testostérone?

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

Kit d extraction PicoPure RNA

Kit d extraction PicoPure RNA Isoler des ARN même à partir d une cellule Le kit d extraction PicoPure RNA a été développé pour obtenir une haute qualité des ARNs totaux à partir d un minimum de dix cellules. Le haut rendement obtenu

Plus en détail

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 Réactif Beckman Coulter REF A53727 Le dosage immunologique QMS Tacrolimus est destiné à déterminer la quantité de tacrolimus dans le sang

Plus en détail

Suite à l évaluation. Évaluation de l analyseur multiparamétrique AP-HP

Suite à l évaluation. Évaluation de l analyseur multiparamétrique AP-HP 14 LIGNE SÉRUM AP-HP Évaluation de l analyseur multiparamétrique cobas 6 000 Suite à l évaluation multicentrique européenne, publiée pour sa partie française dans le 10 000 BIO N 75, nous vous présentons

Plus en détail

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO DE DOSAGE DE THYROGLOBULINE

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO DE DOSAGE DE THYROGLOBULINE Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché Unité Evaluation et Contrôle du Marché - DIV RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN

Plus en détail

Les outils non génétiques de diagnostic pour les Maladies Rares

Les outils non génétiques de diagnostic pour les Maladies Rares Les outils non génétiques de diagnostic pour les Maladies Rares Roseline Froissart Laboratoire des Maladies Héréditaires du Métabolisme et Dépistage Néonatal Centre de Biologie Est Hospices Civils de Lyon

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages?

SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages? 30 e colloque ACORATA 15 mai 2014 SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages? Diane Dufour Pr Guilloteau, Dr Collet, Pr Emond Laboratoire Médecine Nucléaire In-Vitro CHRU Tours

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Bilan lipidique - Cholestérol total - Triglycérides - Cholestérol-HDL - Cholestérol-LDL - Apolipoprotéine A1 - Apolipoprotéine

Plus en détail

Kit d extraction PicoPure DNA

Kit d extraction PicoPure DNA Directement à la PCR Le kit PicoPure DNA permet une extraction simple et rapide de l ADN génomique prêt à l utilisation en PCR. Extraire et amplifier l ADN dans le même tube, sans phase d extraction organique

Plus en détail

Hormonologie 12HOR1 novembre 2012 Dosage de l estradiol et de la testostérone

Hormonologie 12HOR1 novembre 2012 Dosage de l estradiol et de la testostérone Annales du Contrôle National de Qualité des analyses de biologie médicale Hormonologie 12HOR1 novembre 2012 Dosage de l estradiol et de la testostérone Mai 2014 Hormonologie 12HOR1 Michèle NOEL (ANSM)

Plus en détail

Catalogue des analyses. 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13

Catalogue des analyses. 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13 Catalogue des analyses 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13 Légende du dictionnaire Tube Citrate de Sodium Tube Sérum = Sec avec Activateur de coagulation (avec ou sans gel) Tube Héparine

Plus en détail

Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Docteur Jean Charles RENVERSEZ Biochimie structurale Biochimie des Acides Aminés et Protéines Chapitre 3 : Acides aminés et protéines : propriétés générales et technique de purification et d identification Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Exploration biochimique du testicule endocrine

Exploration biochimique du testicule endocrine Exploration biochimique du testicule endocrine Professeur Layachi Chabraoui Cours de biochimie 2ème Année Médecine Rabat 2010-2011 1- Les hormones testiculaires Le testicule représente la glande endocrine

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique Club Thyroïde Ile-de-France 2013 Monique LEBAN GH Pitié-Salpêtrière Charles Foix Service de Biochimie Endocrinienne et Oncologique Cancers Différenciés de

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale PSA total PSA libre, rapport PSA libre / PSA total ACE CA 15-3 CA 19-9 CA125 AFP β2 microglobuline Marqueurs tumoraux 05HPA1 et

Plus en détail

Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie. SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010

Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie. SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010 Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010 INTRODUCTION Ménopause ou insuffisance ovarienne physiologique Phénomène inéluctable de l espèce

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France MARS 2013 Marqueurs cardiaques Non spécifiques : Myoglobine CK et CK-MB LDH et ASAT Spécifiques : Troponine

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour test diagnostique in vitro PI-TT.610-FR-V5 Instructions Utilisation visée

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

LISTE DES ANALYSES ENTRANT DANS LE CHAMP D'ACCREDITATION

LISTE DES ANALYSES ENTRANT DANS LE CHAMP D'ACCREDITATION Référence : ANA_INS010 Version : 07 Page : 1/10 IMMUNO-HEMATOLOGIE Groupe sanguin ABO, RH, Phénotypes, KELL HEMATOCYTOLOGIE Hémogramme - NFP (Numération - Formule - Plaquettes avec paramètres associés)

Plus en détail

PROTOCOLE DE L EVALUATION DE L EXACTITUDE DES REACTIFS DE CHOLESTEROL-HDL EN PHASE HOMOGENE Version du 10 février 2005

PROTOCOLE DE L EVALUATION DE L EXACTITUDE DES REACTIFS DE CHOLESTEROL-HDL EN PHASE HOMOGENE Version du 10 février 2005 PROTOCOLE DE L EVALUATION DE L EXACTITUDE DES REACTIFS DE CHOLESTEROL-HDL EN PHASE HOMOGENE Version du 10 février 2005 OBJECTIFS : évaluer l exactitude des réactifs de dosage direct du cholestérol-hdl,

Plus en détail

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N. Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine de Batna Laboratoire de physiologie La régulation de la glycémie Aspects pratiques TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.CHIBOUT Tache N 1 Quel est

Plus en détail

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Dr Frédéric Eberlé, responsable médical Roche Diagnostics France Marseille, 27 mars 2015 Terminologie Biomarqueurs, Tests de diagnostic, Tests-compagnons

Plus en détail

Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen

Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Groupe de Recherche Antimicrobiens et Microorganismes (GRAM) Faculté de Médecine-Pharmacie Université de Rouen Diagnostic virologique

Plus en détail

MALI MEDICAL Prise en charge de Ia toxoplasmose maternelle et...

MALI MEDICAL Prise en charge de Ia toxoplasmose maternelle et... MALI MEDICAL Article original Prise en charge de Ia toxoplasmose maternelle et... DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE LA TOXOPLASMOSE MATERNELLE ET CONGENITALE A BOBO-DOULASSO, BURKINA FASO Screening and management

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B DANS LE BILAN LIPIDIQUE TEXTE COURT SEPTEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

LD-P PRINCIPE ECHANTILLON. Coffret référence 442660. REVISION ANNUELLE Date. Date APPLICATION

LD-P PRINCIPE ECHANTILLON. Coffret référence 442660. REVISION ANNUELLE Date. Date APPLICATION Systèmes SYNCHRON CX Mode d emploi Copyright 2007 Beckman Coulter, Inc. Lactate déshydrogénase Coffret référence 442660 Pour utilisation diagnostique in vitro REVISION ANNUELLE Revu par : Date Revu par

Plus en détail

DEPARTEMENT DE BIOCHIMIE ET BIOLOGIE MOLECULAIRE

DEPARTEMENT DE BIOCHIMIE ET BIOLOGIE MOLECULAIRE UNIVERSITE DE RENNES 1 FACULTE DE MEDECINE DEPARTEMENT DE BIOCHIMIE ET BIOLOGIE MOLECULAIRE PCEM2 MARQUEURS CARDIAQUES C. MASSART Année Universitaire 2007-2008 PLAN GENERAL A) GENERALITES B) PRINCIPES

Plus en détail

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés).

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés). Les Viroses respiratoires aigues Diagnostic Biologique Pr Abdelhalim Trabelsi Service de virologie CHU Sahloul,Sousse Faculté de pharmacie de Monastir Tunis le 7 Avril 2011 (13 janvier 2011) INTRODUCTION

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

Infections aiguës respiratoires

Infections aiguës respiratoires Infections aiguës respiratoires Apport de la biologie moléculaire Marie-Claude Bernard D I symposium infections aiguës respiratoires 29/03/05 - p.1 Le diagnostic Culture EIA ICT (immunochromato) Immuno

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (décembre 2006) FORTIGEL 2 % gel

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (décembre 2006) FORTIGEL 2 % gel REUNION COMMISSION N 409 DU 19 OCTOBRE 2006 RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (décembre 2006) FORTIGEL 2 % gel INTRODUCTION Le 23 novembre 2006, une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) a été octroyée au

Plus en détail

Prostate Cancer. Signs of Prostate Cancer

Prostate Cancer. Signs of Prostate Cancer Prostate Cancer The prostate is a gland in men that makes a liquid that forms part of semen. Its size is about 2 centimeters by 2 centimeters and is located in the pelvic area. The prostate uses a male

Plus en détail

Hypogonadisme. Axe gonadotrope

Hypogonadisme. Axe gonadotrope Hypogonadisme Axe gonadotrope Différentiation sexuelle pré-natale chez le fœtus male Activité de l axe Gonadotrope Testostérone Période fœtale 1 à 6 mois «mini puberté» 29 Septembre 2010 Puberté / Adulte

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml.

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml. PROTEINE URINE (URP) USAGE PREVU Pour la détermination quantitative in vitro des Protéines Totales dans l urine et le liquide cérébrospinal (CSF). Ce produit est destiné à l utilisation sur les instruments.

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

Novembre 2013 NOMENCLATURE DES ACTES EN METABOLISME. Roselyne Garnotel et Jean-François Benoist

Novembre 2013 NOMENCLATURE DES ACTES EN METABOLISME. Roselyne Garnotel et Jean-François Benoist Novembre 2013 NOMENCLATURE DES ACTES EN METABOLISME Roselyne Garnotel et Jean-François Benoist Référentiel BHN dit «de Montpellier» Réunion des directeurs des affaires financières des CHU : Harmoniser

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Règlement sur les prestations de retraite supplémentaires. Supplementary Retirement Benefits Regulations

Règlement sur les prestations de retraite supplémentaires. Supplementary Retirement Benefits Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Supplementary Retirement Benefits Regulations Règlement sur les prestations de retraite supplémentaires C.R.C., c. 1511 C.R.C., ch. 1511 Current to December 10, 2015 À

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO Août 2009 Hilde De Boeck SOMMAIRE 1. Introduction 2. Mise en œuvre d un CQI 3. Préparation d un échantillon CQI 4. Calcule des valeurs cibles 5. Réalisation du

Plus en détail

BÜHLMANN fcal TM turbo

BÜHLMANN fcal TM turbo BÜHLMANN fcal TM turbo Dosage de la calprotectine par turbidimétrie Pour utilisation professionnelle Coffret de réactifs B-KCAL-RSET Revision date: 2015-11-05 BÜHLMANN LABORATORIES AG Baselstrasse 55 CH

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Annales du contrôle national de qualité des analyses de biologie médicale

Annales du contrôle national de qualité des analyses de biologie médicale Annales du contrôle national de qualité des analyses de biologie médicale Dosage des médicaments 11MED1 juin 2011 Digoxine Lithium Acide valproïque Carbamazépine Phénobarbital Amikacine Vancomycine Ciclosporine

Plus en détail

INEGALITES SOCIALES ET MEDECINE PREDICTIVE: QUELS ENJEUX EN ONCOGENETIQUE?

INEGALITES SOCIALES ET MEDECINE PREDICTIVE: QUELS ENJEUX EN ONCOGENETIQUE? INEGALITES SOCIALES ET MEDECINE PREDICTIVE: QUELS ENJEUX EN ONCOGENETIQUE? Laetitia HUIART Praticien Hospitalier, CHU La Réunion Résumé. - Les avancées techniques en matière génétique permettent, depuis

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

25ème colloque CORATA-IBS La Rochelle 21 au 23 mai 2008

25ème colloque CORATA-IBS La Rochelle 21 au 23 mai 2008 25ème colloque CORATA-IBS La Rochelle 21 au 23 mai 2008 Session : Nouveaux marqueurs Marqueurs biologiques de la maladie d Alzheimer Partie 1 : Partie 2 : Partie 3 : Partie 4 : Généralités sur la maladie

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes

CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes DIRECTION DE L'EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX DIRECTION DES LABORATOIRES ET DES CONTROLES CONTROLE DU MARCHE DES GANTS MEDICAUX EN LATEX DE CAOUTCHOUC NATUREL Deuxième partie : dosage des allergènes

Plus en détail

Contrôle de Qualité en Biologie Médicale. Formation. Pr Niama Diop Sall Niama.sall@ucad.edu.sn

Contrôle de Qualité en Biologie Médicale. Formation. Pr Niama Diop Sall Niama.sall@ucad.edu.sn Contrôle de Qualité en Biologie Médicale Formation Qualité et Biosécurité Pr Niama Diop Sall Niama.sall@ucad.edu.sn Projet RESAOLAB Thiès, Août 2012 Eviter la Camisole de Force Essayer d être un Praticien

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Urgent NOTIFICATION DE SECURITE

Urgent NOTIFICATION DE SECURITE Urgent NOTIFICATION DE SECURITE Dispositif: CDI 100 et 101 Système de Monitorage hématocrite/saturation en Référence: FSN106 2010-12 [FR] Action: Information Produit A l attention de: L Ingénieur Biomédical

Plus en détail

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Isabelle Dublineau Pôle RadioProtection de l Homme Présentation CLI Cadarache Commission Environnement St Paul-Lez-Durance 23 Octobre 2013 Effets

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE.

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE. DS Procréation. Correction 04/09 Partie 2.1 : (3 points) Procréation OBLIGATOIRE. La différenciation sexuelle débute au cours de la vie embryonnaire et se termine à la puberté. Elle est sous contrôle génétique

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE Septembre 2007 Arrêté modifié portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet

Plus en détail

Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml

Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml Pour la purification de l ADN génomique des kits de prélèvements Oragene et ORAcollect. Pour tout protocole et

Plus en détail

Gestion des anticoagulants oraux directs dans le cadre de l urgence

Gestion des anticoagulants oraux directs dans le cadre de l urgence Gestion des anticoagulants oraux directs dans le cadre de l urgence Vendredi 23 mai 2014 Valérie Poirier Clément d Audigier Service d Hématologie biologique Hôpital Saint-Antoine Les anticoagulants oraux

Plus en détail

Marqueurs sériques. E.Roussel 14 juin 2013

Marqueurs sériques. E.Roussel 14 juin 2013 Marqueurs sériques E.Roussel 14 juin 2013 Les marqueurs dans la prise en charge des kystes ovariens présumés bénins Patientes avec kyste répondant aux critères échographiques de bénignité selon la classification

Plus en détail

PRINCIPE. Coffret référence 442635 (200 tests par cartouche) Coffret référence 476836 (400 tests par cartouche) REVISION ANNUELLE Date.

PRINCIPE. Coffret référence 442635 (200 tests par cartouche) Coffret référence 476836 (400 tests par cartouche) REVISION ANNUELLE Date. Systèmes SYNCHRON CX Mode d emploi Copyright 2008 Beckman Coulter, Inc. Créatine kinase Coffret référence 442635 (200 tests par cartouche) Coffret référence 476836 (400 tests par cartouche) Pour utilisation

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale

Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale Préambule Le biologiste médical, un professionnel de santé Le biologiste médical, médecin ou pharmacien, est un professionnel de

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Charge virale de l Hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 05VHC1 mars 2005 Edition : novembre 2006 Annales ARN-VHC 05VHC1 1 / 14 ARN-VHC

Plus en détail

JNI. Pr B Lina. Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville

JNI. Pr B Lina. Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville Pr B Lina Hospices Civils de Lyon, CNR des virus influenza (Sud), F69677, Bron Université de Lyon, Université Lyon 1, F69372, Lyon JNI 15

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique conservateur de la grossesse extra-utérine J. L. POULY, G. MAGE, H. MANHES, Françoise GACHON Ginette GAIL- LARD M. A. BRUHAT Service de Gynécologie-Obstétrique,

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

CH14 STEREOISOMERIE DES MOLECULES ORGANIQUES IMPORTANCE DE LA STEREOCHIMIE DES MOLECULES THERAPEUTIQUES

CH14 STEREOISOMERIE DES MOLECULES ORGANIQUES IMPORTANCE DE LA STEREOCHIMIE DES MOLECULES THERAPEUTIQUES PARTIE COMPRENDRE CH14 STEREOISOMERIE DES MOLECULES ORGANIQUES IMPORTANCE DE LA STEREOCHIMIE DES MOLECULES THERAPEUTIQUES A - ISOMERIE POUR QUELQUES MEDICAMENTS Mélange racémique : mélange équimolaire

Plus en détail

Evaluation Externe de la qualité. Alcoolémie 2003/2. Octobre

Evaluation Externe de la qualité. Alcoolémie 2003/2. Octobre Institut Scientifique de la Santé Publique Service de Biologie Clinique Evaluation Externe de la qualité Alcoolémie 2003/2 Octobre Ce rapport ne peut être reproduit, publié ou distribué sans l accord de

Plus en détail

Dosage de l HbA1C décentralisée: une réelle plus-value?

Dosage de l HbA1C décentralisée: une réelle plus-value? Dosage de l HbA1C décentralisée: une réelle plus-value? Les jeudis de Fleurus 22 Octobre 2015 Answers for life. HbA1C: Rappels fondamentaux RBC Une fraction du glucose présent dans le sang se lie à l hémoglobine

Plus en détail

Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité.

Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité. Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité. Tuteur : Jean-Sébastien Annicotte EGID CNRS UMR8199 Faculté de Médecine-Pôle Recherche, 2eme étage Bd J. Leclercq

Plus en détail

Liste détaillée des examens de biologie médicale réalisés par l'ico

Liste détaillée des examens de biologie médicale réalisés par l'ico Bilan hépatique ALAT (T.G.P.) Bilan hépatique ASAT (T.G.O.) Bilan hépatique Bilirubine conjuguée Bilan hépatique Bilirubine libre Bilan hépatique Bilirubine totale Bilan hépatique Gamma-GT Bilan hépatique

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte?

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? A. Toumi, C. Loussaïef, H. B. Brahim, F.B. Romdhane, N. Bouzouaia, M. Chakroun. Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

LES MARQUEURS CARDIAQUES

LES MARQUEURS CARDIAQUES 1 LES MARQUEURS CARDIAQUES Les recommandations de la HAS 2010 (consensus formalisé sans groupe de cotation extérieur..) + Prescrire AMMPPU. Cycle Analyse des Recommandations. J.Birgé. 1 er février 2011

Plus en détail

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences THÈSE N O 4536 (2009) PRÉSENTÉE le 4 décembre 2009 À LA FACULTé SCIENCES ET TECHNIQUES DE L'INGÉNIEUR LABORATOIRE DES

Plus en détail

APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600

APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600 Microgenics Corporation Entreprise de Thermo Fisher Scientific APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600 Réf. 0373910 Destiné

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DU DIABETE Dr Arame Ndiaye OBJECTIFS 1- Enumérer trois conditions à respecter lors d un prélèvement sanguin

Plus en détail

SERUMS AR CA CT GL IS SG TV 31 32 33

SERUMS AR CA CT GL IS SG TV 31 32 33 ProBioQual 9 Rue Professeur Florence 69003 LYON Association régie par la loi du 01/07/1901 Tél. : 04 72 65 34 93 Fax : 04 78 85 97 77 Courriel : cidm@probioqual.com http://www.probioqual.com Centre lyonnais

Plus en détail

LES MARQUEURS TUMORAUX

LES MARQUEURS TUMORAUX LES MARQUEURS TUMORAUX DÉFINITION Molécules chimiquement définies ou non Synthétisées par le tissu tumoral Produites par la tumeur et secrétées dans le sang ou les autres liquides biologiques L IDÉAL Molécule

Plus en détail

Méthodes validées pour le dépistage biologique. Intérêt, limites actuelles de l interprétation des résultats et limites économiques.

Méthodes validées pour le dépistage biologique. Intérêt, limites actuelles de l interprétation des résultats et limites économiques. Méthodes validées pour le dépistage biologique. Intérêt, limites actuelles de l interprétation des résultats et limites économiques. Marie-José ROYER-MORROT Société Française Alcoologie 20 Mars 2013 Dépistage

Plus en détail

Hyperplasie Congénitale des. Glandes Surrénales. Livret N 6

Hyperplasie Congénitale des. Glandes Surrénales. Livret N 6 Hyperplasie Congénitale des Glandes Surrénales Livret N 6 Guide d accompagnement du Patient Brochure : lecture moyenne 23/04/2009 1 Hyperplasie Congénitale des Glandes Surrénales Livret N 6 Cette brochure

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire

Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire Pr Michel Polak Endocrinologie Pédiatrique INSERM U845 Hôpital Necker Enfants Malades. Paris Développement des caractères sexuels secondaires chez la

Plus en détail