Gynécologie Obstétrique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gynécologie Obstétrique"

Transcription

1 Date de validation ACCREDITATION DES MEDECINS ET DES EQUIPES MEDICALES REFERENTIEL RISQUES SPECIALITE Gynécologie Obstétrique Période de validité : 2011 / 2013 Date de validation : 22/09/2011

2 Référentiel risques spécialité : Gynécologie-Obstétrique, gynécologie médicale et gynécologieobstétrique, activités d obstétrique Gynerisq 6 rue PETRARQUE TOULOISE Tél. : Fax : Site internet : Document élaboré et validé avec la Haute Autorité de Santé Diffusion limitée aux membres de l organisme agréé Référentiel risques spécialité Projet de RRS / 73

3 Référentiel risques spécialité : Gynécologie-Obstétrique, gynécologie médicale et gynécologieobstétrique, activités d obstétrique SOMMAIRE 1 BILAN ET PERSPECTIVES GESTION DE L ACCREDITATION DES MEDECINS GESTION DES RISQUES DE LA SPECIALITE Bilan des situations à risques Bilan des recommandations Bilan des activités Travaux de l'organisme agréé IMPACT DU DISPOSITIF D ACCREDITATION PLAN DE MANAGEMENT DES RISQUES DE LA SPECIALITE CHAMPS D ACTIVITE GESTION DES RISQUES DE LA SPECIALITE Identification des situations à risques Analyse des situations à risques (questionnaires d analyse approfondie) Evaluation des situations à risques Hiérarchisation des situations à risques Traitement des situations à risques RESSOURCES ET ORGANISATION DE L OA-ACCREDITATION Ressources Organisation PRE-REQUIS DE LA SPECIALITE PRESENTATION GENERALE DESTINEE AUX MEDECINS QUESTIONNAIRE D AUTO-EVALUATION PROGRAMME DE LA SPECIALITE RESUME DESTINE AUX MEDECINS DECLARATIONS D EPR EPR CIBLES* RECOMMANDATIONS GENERALES ACTIVITES D ACCOMPAGNEMENT ET DE SURVEILLANCE DES RISQUES ANNEXES DESCRIPTION DES SITUATIONS A RISQUES : Transfusion maternelle pour hémorragie du post-partum : Extraction fœtale en urgence (par voie basse instrumentale ou césarienne) pour anomalies du rythme cardiaque fœtal à risque d acidose : Complication hémorragique d une intervention chirurgicale gynécologique ou obstétricale : Complication infectieuse d une intervention chirurgicale gynécologique ou obstétricale : Rupture utérine...31 Référentiel risques spécialité Projet de RRS / 73

4 Référentiel risques spécialité : Gynécologie-Obstétrique, gynécologie médicale et gynécologieobstétrique, activités d obstétrique : Dystocie des épaules : Accident de trocart en cœlioscopie : Complication urologique de la chirurgie gynécologique : Faux-négatif en échographie morphologique fœtale : Complication des prélèvements fœtaux : Défaillance dans la prise en charge d un patient sous anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire Interspécialité DESCRIPTION DES RECOMMANDATIONS GENERALES : Prise en charge des hémorragies du post-partum (RPC CNGOF- HAS, 2004) : Surveillance fœtale pendant le travail (RPC CNGOF 2007) : Recommandation pour la pratique de l'antibioprophylaxie en chirurgie (SFAR) en vigueur_inter-spécialités : Extractions instrumentales (RPC CNGOF 2008) : Risques de la voie d abord en cœlioscopie (RPC CNGOF 2010) : Prise en charge du diabète gestationnel (RPC CNGOF 2010) : Grossesse gémellaire : Prévention anténatale du risque infectieux bactérien néonatal précoce : Mise en place de la check-list «sécurité du patient au bloc opératoire» _Inter-spécialités : Prise en charge des surdosages, des situations a risque hémorragique et des accidents hémorragiques chez les patients traites par antivitamines k en ville et en milieu hospitalier : Prévention de la maladie thromboembolique veineuse périopératoire et obstétricale RPC_SFAR_ DESCRIPTION DES ACTIVITES D ACCOMPAGNEMENT ET DE SURVEILLANCE DES RISQUES : Participation à une formation portant sur la gestion des risques : Audit clinique ciblé sur la prise en charge d une hémorragie du post partum : Mise en œuvre d une Revue de Morbi-Mortalité (RMM) : Participation à l activité d e-learning sur la lecture du RCF via le site de Gynérisq : Réalisation d une EPP validée par la CME de l établissement ou un OA-Accréditation : Mise en place de la check-list "sécurité du patient au bloc opératoire" version MISE EN PLACE DE LA CHECK-LIST "SECURITE DU PATIENT AU BLOC OPERATOIRE" VERSION : Participer au registre des complications après chirurgie pour prolapsus : Participer au registre des MFIU : Participer au registre des accouchements d utérus unicicatriciels : Programme 2011 : Enquête de pratiques sur l introduction du 1 er trocart 71 Référentiel risques spécialité Projet de RRS / 73

5 Référentiel risques spécialité : Gynécologie-Obstétrique, gynécologie médicale et gynécologieobstétrique, activités d obstétrique 5.4 DESCRIPTION DES QUESTIONNAIRES D ANALYSE APPROFONDIE Intitulé à compléter...72 Référentiel risques spécialité Projet de RRS / 73

6 Référentiel risques spécialité : Gynécologie-Obstétrique, gynécologie médicale et gynécologieobstétrique, activités d obstétrique 1 Bilan et perspectives 1.1 GESTION DE L ACCREDITATION DES MEDECINS Indicateurs à la date du 30/06/2011 Nb de médecin engagés : Nb de médecin accrédités : Nb de médecins engagés dont l échéance du bilan d accréditation est dépassée : Nb de médecins accrédités dont l échéance du bilan annuel est dépassée : A Compléter A Compléter Commentaires sur le déploiement de l accréditation dans la spécialité (écart avec le nombre prévu d engagé, délai de traitement des bilans, etc.) : On constate que la quasi-totalité des libéraux exerçant la gynécologie obstétriques sont engagés dans la procédure d accréditation auprès de Gynerisq et que quelques nouvelles inscriptions de praticiens hospitaliers sont enregistrées. Les demandes d engagement et les bilans sont traités sans délais. Les médecins engagés dont l échéance du bilan est dépassée sont contactés personnellement pour faire le point sur leur situation. 1.2 GESTION DES RISQUES DE LA SPECIALITE Indicateurs à la date du 30/06/2011 Nb d EPR déclarés : Nb d EPR enregistrés : Nb de réunions d experts (sept 2009 à sept 2011) Bilan des situations à risques Commentaires sur la déclaration des EPR (écart entre le nombre d EPR déclarés et le nombre d EPR enregistrés, etc.) Le délai de traitement des EPR est normalisé, avec deux périodes d afflux des déclarations en décembre et juin. Modalités d analyse de la base REX : Plusieurs thèmes ont été étudiés, discutés en réunion d experts. et donné lieu à l identification de nouvelles situations à risques ciblées Ils ont été communiqués aux engagés par l intermédiaire du rapport d activité Connaissances acquises sur les EPR ciblés : Concernant les HPP, un message d alerte spécifique sur la surveillance des césariennes est en cours de rédaction par Gynerisq Concernant les Extractions fœtales en urgence, on constate la difficulté de mise en place des recommandations du CNGOF sur l interprétation du RCF ; Concernant les reprises chirurgicales, un message d alerte concernant les complications après chirurgie utilisant des techniques de thermofusion est en cours de rédaction par Gynerisq. Toutefois, les reprises chirurgicales recouvrant un champ vaste et hétérogène, il a été décidé de le séparer en plusieurs situations à risques ciblées selon le type de complication et le type de chirurgie. Référentiel risques spécialité Projet de RRS / 73

7 Accréditation des médecins et des équipes médicales Référentiel risques spécialité : Gynécologie-Obstétrique, gynécologie médicale et gynécologieobstétrique, activités d obstétrique Connaissances acquises sur les barrières qui ont fonctionné et celles qui n ont pas fonctionné Concernant les HPP, les barrières qui fonctionnent sont l application des recommandations du CNGOF sur la prise en charge des HPP avec très souvent des protocoles de service rédigés. Les barrières qui n ont pas fonctionné sont la surveillance des césariennes (non détaillée dans les recommandations) et certaines difficultés pour obtenir des produits sanguins et pour transférer les patientes en vue d une embolisation. Concernant les Extractions fœtales en urgence, les barrières qui fonctionnent sont les délais dans la réalisation des césariennes avec souvent des organisations type code couleur pour optimiser les délais de réaction. Les barrières qui fonctionnement mal sont les critères d interprétation du RCF qui sont encore très peu employés par les acteurs. Concernant les reprises chirurgicales, en l absence de recommandations, les barrières n ont pas été identifiées mais le seront grâce à las segmentation des situations à risques du prochain programme. Nouvelles situations à risques identifiées En obstétrique : Rupture utérine Faux-négatif en échographie Complications des prélèvements fœtaux Dystocie des épaules En Chirurgie : Accident après utilisation de la technique de thermofusion Accidents de trocarts, Complication hémorragique post-chirurgie (coelio, hsc, laparo, VB, sein) Complication infectieuse post- chirurgie (coelio, hsc, laparo, VB, sein) Bilan des recommandations Commentaires sur la mise en œuvre des recommandations existantes et propositions d évolutions L étude des programmes individuels et des EPR montre une réelle mise en œuvre des recommandations intégrées au programme de la spécialité. On constate une difficulté d appropriation de la nouvelle classification dans l interprétation du RCF proposée par les recommandations du CNGOF en Pour améliorer cette appropriation, nous proposons : Des formations dans le cadre de la FMC / DPC La Mise en ligne d un outil d e-learning, La mise à disposition d outils pédagogiques et de rappel des RPC. Recommandation de réduction des risques élaborées et sujets pressentis pour la période à venir Un travail sur les ruptures utérines est prévu dans l objectif d éditer une recommandation de réduction de risques. Messages de mise en garde destinés aux médecins Ces messages sont adressés par mails aux médecins Risque d HPP après césarienne Accidents «inhabituels» après utilisation des techniques de thermofusion en chirurgie gynécologique Questions posées par les nouvelles recommandations de la SFAR sur l antibioprophylaxie en chirurgie gynécologique Complications de la technique Essure Bilan des activités Commentaires sur la participation aux activités d accompagnement et de surveillance des risques Gynerisq a exigé la réalisation d au moins une activité d amélioration des pratiques par an. Nous constatons que la majorité des adhérents réalise deux voire trois activités par an. En particulier, les formations organisées par Gynerisq sur la gestion des risques remportent un franc succès. Référentiel risques spécialité Projet de RRS / 73

8 Référentiel risques spécialité : Gynécologie-Obstétrique, gynécologie médicale et gynécologieobstétrique, activités d obstétrique Travaux de l'organisme agréé Etudes de risques réalisées et sujets pressentis pour la période à venir Pas d étude de risques réalisée ou pressentie en l absence de méthodologie définie Synthèses sur les informations recueillies diffusées vers les établissements de santé Le rapport d activité 2010 sera envoyé à tous les établissements des adhérents Gynerisq. Publications et communications diverses Au cours de l année 2010, les représentants de GYNERISQ ont poursuivi leur action auprès des autorités de tutelle, ministère de la Santé, CNAM-TS, en particulier. Ils ont participé aux différentes réunions convoquées par la HAS dans le cadre du suivi et de l évolution du dispositif d accréditation. Des réunions bisannuelles ont été initiées avec les représentants des autres activités EPP et FMC de la spécialité sous la présidence du Pr. LANSAC, CNGOF. Début 2010 une communication a été assurée à une journée HAS. Les collaborations avec le CNGOF (participation aux RCP «Risque de la voie d abord en cœlioscopie») et la société Française de Chirurgie pelvienne (registre du prolapsus) se sont poursuivies. A l instigation du CNGOF, et pour expérimenter la forme que pourrait prendre une accréditation d équipe, une collaboration a été initiée avec un Centre Hospitalier Universitaire. Le projet prévoit l engagement de tout le service de Gynécologie Obstétrique dans l accréditation à travers l engagement de son chef de service et de ses PH, avec la formalisation d une Instance médicale gérée par le qualiticien responsable de la gestion des risques en interface. Gynerisq est toujours présent aux journées du CNGOF de décembre pour informer sur ses activités, faire des démonstrations du programme HAS de l Accréditation et répondre aux questions. Propositions de thèmes communs à plusieurs spécialités Activités inter spécialités dans le cadre de l accréditation : Des propositions de thèmes communs ont été faites par les organismes agréés de toutes les spécialités engagées dans l accréditation des médecins sur les thèmes de la défaillance dans la prise en charge d un patient sous anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire et des antibioprophylaxies. Collaborations avec d autres organismes (AFSSAPS, etc.) Contact pris avec le CFEF pour homogénéiser la prise en charge du Diagnostic Ante Natal (DAN) 1.3 IMPACT DU DISPOSITIF D ACCREDITATION Sur l amélioration de la qualité et de la sécurité des pratiques : L'impact du dispositif d'accréditation n'est pas à ce jour documenté faute d'indicateurs, mais la majorité des accrédités, par l'intermédiaire de leurs bilans annuels et des rencontres lors des journées de formation, expriment un sentiment d'amélioration de la qualité de leurs pratiques depuis leurs engagement. En tant que système de management des risques piloté par la spécialité : Gynerisq s est positionné comme l organisme de référence pour la gestion des risques dans la spécialité. Il est à la fois sollicité par les engagés pour leur organisation locale et le partenaire des sociétés savantes pour les enquêtes de pratique, la mise en place de registre et la rédaction de recommandations. En tant que démarche de formation personnelle à la gestion des risques dans son activité quotidienne (apprendre à analyser des sujets habituellement tabous, tirer des leçons des problèmes vécus, développer la communication et l organisation en équipe) : On voit dans l évolution des déclarations d EPR, des bilans et lors des formations Gynerisq que les médecins de la spécialité ont acquis l intérêt et des méthodes d analyse de leurs propres pratiques. Référentiel risques spécialité Projet de RRS / 73

9 Référentiel risques spécialité : Gynécologie-Obstétrique, gynécologie médicale et gynécologieobstétrique, activités d obstétrique 2 Plan de management des risques de la spécialité 2.1 CHAMPS D ACTIVITE Intitulé Obstétrique Chirurgie gynécologique non endoscopique Chirurgie endoscopique Diagnostic prénatal Aide médicale à la procréation Description Pratique de l obstétrique en établissement de santé Pratique de la chirurgie gynécologique en établissement de santé, à l exclusion de la chirurgie endoscopique Pratique de la chirurgie gynécologique endoscopique (cœlioscopie, hystéroscopie) en établissement de santé Pratique des échographies prénatales et des gestes liés au diagnostic anténatal en établissement de santé Pratique des actes d AMP en établissement de santé 2.2 GESTION DES RISQUES DE LA SPECIALITE Identification des situations à risques REF Intitulés des situations à risque connues de la spécialité C- M- A-I * Transfusion maternelle pour hémorragie du post-partum I Naissance d'un enfant avec des signes biologiques d'asphyxie périnatale A Reprise chirurgicale pour complication dans les 30 jours suivant une intervention chirurgicale gynécologique ou obstétricale Extraction fœtale en urgence pour anomalies du rythme cardiaque fœtal à risque d'acidose A I Complication hémorragique d une intervention chirurgicale gynécologique ou obstétricale C Complication infectieuse d'une intervention chirurgicale gynécologique ou obstétricale C Rupture utérine C Dystocie des épaules C Accident de trocart en cœlioscopie C Complication urologique de la chirurgie gynécologique C Faux-négatif en échographie C Complications des prélèvements fœtaux C Défaillance dans la prise en charge d un patient sous anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire (situation à risque du programme inter-spécialités) * Création, Modification, Abrogation, Inchangé C Référentiel risques spécialité Projet de RRS /73

10 Référentiel risques spécialité : Gynécologie-Obstétrique, gynécologie médicale et gynécologieobstétrique, activités d obstétrique Analyse des situations à risques (questionnaires d analyse approfondie) Etats des questionnaires Intitulés C-M-A-I * Les questionnaires sont sur le site Gynersiq.net en attente d un lien direct avec le site HAS * Création, Modification, Abrogation, Inchangé I Commentaires Actuellement le seul questionnaire exploitable en terme d analyse approfondie est celui disponible sur le site de Gynerisq, que les engagés joignent à leur déclaration sur le site de la HAS. D autres concernant les situations à risque ciblées seront créés prochainement, en attendant un lien direct à partir du site de l Accréditation Evaluation des situations à risques Gravité Echelle qualitative Signification 5- Catastrophique Décès ou handicap neurologique sévère ou perte fonctionnelle définitive 4 - Grave à critique Perte fonctionnelle non définitive ou risque de séquelle à long terme 3 - Majeur Hospitalisation (ou prolongation de séjour) pour affection grave sans séquelle, avec ou sans ré intervention 2 - Significatif Prise en charge spécifique pour pathologie, sans hospitalisation supplémentaire ni séquelle 1 - Mineur Perturbation de la prise en charge, sans conséquence pour la patiente Fréquence Echelle qualitative Signification 5 - Très probable à certain > Probable Peu-probable Très peu probable 0, Très improbable < 0,1 Référentiel risques spécialité Projet de RRS /73

11 2.2.4 Hiérarchisation des situations à risques Matrice des risques 5-Très probable à certain 4-Probable Extraction foetale en urgence pour anomalies du rythme cardiaque foetal à risque d'acidose Fréquence 3-Peuprobable Complication infectieuse postchirurgie Complication hémorragique post-chirurgie Transfusion maternelle pour hémorragie du post-partum Faux-négatif en échographie Complications des prélèvements fœtaux 2-Très peu probable Dystocie des épaules Accidents de trocart en cœlioscopie Accident après utilisation de la technique de thermofusion Rupture utérine 1-Très improbable 1-Mineur 2-Significatif 3-Majeur 4-Grave à critique 5- Catastrophique Gravité Zones d acceptabilité Risque non critique Risque à surveiller Risque à traiter en priorité Situations à risques acceptables en l état, correspond à un risque faible Situations à risques acceptables en l état à condition que des actions soient menées pour mieux les identifier et les surveiller (EPR ciblés, études de risques, activités d accompagnement) Situations à risques non acceptables en l état, nécessitant des actions pour réduire le risque au moins jusqu à un risque à surveiller (élaboration et/ou mise en œuvre de recommandations générales, activités d accompagnement et de surveillance des risques, études de risques) Référentiel risques spécialité Projet de RRS pour / 73

12 Situations à risques à surveiller ou à traiter en priorité Complications des prélèvements fœtaux Rupture utérine Dystocie des épaules Faux négatif en échographie Extraction fœtale en urgence pour anomalies du rythme cardiaque fœtal à risque d'acidose Défaillance dans la prise en charge d un patient sous anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire (situation à risque du programme inter-spécialités) Actions à mettre en œuvre EPR ciblé du programme de la spécialité Formation spécifique par Gynerisq Message d alerte diffusé sur la surveillance des césariennes EPR ciblé du programme de la spécialité Projet de procédure de réduction de risque, commun avec le CFEF EPR ciblé du programme de la spécialité Projet de recommandations de réduction de risques EPR ciblé du programme de la spécialité EPR ciblé du programme de la spécialité Formation spécifique par Gynerisq EPR ciblé du programme de la spécialité Formation spécifique par Gynerisq EPR ciblé du programme Inter-spécialités Traitement des situations à risques Recommandations générales de la spécialité REF Intitulés Prise en charge des hémorragies du post-partum (RPC CNGOF-HAS, 2004) Surveillance foetale pendant le travail (RPC CNGOF 2007) Recommandation pour la pratique de l'antibioprophylaxie en chirurgie (SFAR) en vigueur (Recommandation du programme inter-spécialités) Extractions instrumentales (RPC CNGOF 2008) Transfusion maternelle pour hémorragie du postpartum C-M- A-I * I I M I Risques de la voie d abord en cœlioscopie (RPC CNGOF 2010) C Prise en charge du diabète gestationnel (RPC CNGOF 2010) C Grossesse gémellaire (RPC CNGOF 2009) C Prévention anténatale du risque infectieux néonatal précoce (RPC HAS 2001) C Prise en charge des surdosages, des situations à risque hémorragique et des accidents hémorragiques chez les patients traités par antivitamines K en ville et en milieu hospitalier Mise en place de la check-list «sécurité du patient au bloc opératoire» (Recommandation du programme inter-spécialités) C C Référentiel risques spécialité Projet de RRS pour / 73

13 Prévention de la maladie thromboembolique veineuse périopératoire et obstétricale RPC_SFAR_2005 Création, Modification, Abrogation, Inchangé C Activités d accompagnement et de surveillance des risques Ref Intitulés Participation à une formation portant sur la gestion des risques I C-M- A-I * Audit clinique ciblé sur la prise en charge d'une hémorragie du post-partum I Mise en œuvre d'une revue de Mortalité-Morbidité (RMM) (activités interspécialités) I Activité d'e-learning sur la lecture du RCF via le site de Gynérisq I Réalisation d'une évaluation des pratiques professionnelles I Mise en place de la check-list "sécurité du patient au bloc opératoire" version I Participer au registre des complications après chirurgie pour prolapsus I Participer au registre sur les MFIU après 26 SA C Participer au registre sur l accouchement des utérus unicicatriciels C Enquête de pratiques sur l introduction du 1 er trocart C * Création, Modification, Abrogation, Inchangé 2.3 RESSOURCES ET ORGANISATION DE L OA-ACCREDITATION Ressources Nombre d experts 26 Liste des experts Titre Prénom, Nom Modes d exercice Lieux d exercice Docteur Aubert Agostini Ferrandes PH La Conception, Marseille (13) Docteur Olivier Ami Chef de Clinique Antoine Béclère, Clamart (92) Docteur André Benbassa Libéral Docteur Anne Bourgain Interne Docteur Didier Calas Libéral Condom (32) Professeur Bruno Carbonne PUPH Saint-Antoine, Paris (75) Docteur Bernard Cristalli Libéral Clinique de l Essonne, Evry (91) Docteur Bertrand de Rochambeau Libéral Hôpital privé Marne Chantereine Référentiel risques spécialité Projet de RRS pour / 73

14 (Brou de Chantereine (77) Docteur Georges Eglin Libéral Clinique Champeau, Beziers Docteur Serge Favrin Libéral Clinique de l Union, Toulouse (31) Docteur Patrick Fournet PH Centre hospitalier de Belvédère, Mont Saint Aignan (76) Docteur Alain Godard PH Hôpital Camille Guérin, Châtellerault (86) Docteur Véronique Lejeune PH CHG d Auch (32) Madame Béatrice Le Nir Juriste Gynerisq, Toulouse (31) Docteur Gérard Lonlas Libéral Polyclinique de Longue Allée, St Jean de Braye Docteur Alain Martin PH CHU de Besançon, (25) Docteur Jean Marty Libéral Clinique Claude Bernard, Albi (81) Docteur Philippe Mironneau Libéral Clinique Sainte Marthe, Dijon (21) Docteur Olivier Multon Libéral Polyclinique de l'atlantique, Saint- Herblain (44) Docteur Alain Proust Libéral Professeur Claude Racinet Professeur honoraire CHU Grenoble Docteur Philippe Saada Libéral Paris 14ème Docteur Christian Scheffler Libéral Polyclinique Majorelle, Nancy (54) Docteur Jean Thevenot Libéral Clinique Ambroise Paré, Toulouse (31) Docteur Benjamin Viaris de Lesegno Interne CHIC d'alençon, Alençon (61) Organisation Analyse des déclarations d EPR Les médecins sont libres de déclarer leurs EPR directement à l OA, ou d abord à l instance médicale de gestion des risques de leur établissement, qui peut éventuellement la compléter et la transmettre ensuite à l OA. Ils restent, à tout instant, maîtres de leur déclaration et peuvent changer d avis, et décider de déclarer directement à l OA. De même, en cas de dialogue avec l expert pour l analyse de la déclaration, celui-ci se fera directement entre l expert et le médecin déclarant. Si l analyse de l EPR aboutit à une recommandation individuelle ou générale, elle pourra être transmise à l instance médicale de gestion des risques de l établissement, ainsi éventuellement que des recommandations d amélioration des moyens ou de l organisation. Délai de traitement L objectif est de traiter chaque déclaration d EPR en 1 mois au maximum Référentiel risques spécialité Projet de RRS pour / 73

15 - Contrôle de conformité et vérification que la déclaration est complète : 1 semaine ; - Analyse et échanges : 2 semaines, selon complexité - Envoi du rappel des recommandations ou de réglementations identifiées et référencées dans le référentiel risques de la spécialité. Une recommandation aux adhérents de Gynerisq a été faite pour leur demander de déclarer leurs EPR au fur et à mesure de leur survenue pour permettre un traitement en temps réel. Règles de gestion des déclarations Chaque déclaration reçue est examinée sous la responsabilité du coordonnateur et orientée vers un expert en fonction du champ d application compatible avec le potentiel d expertise de l expert et des risques de conflits d intérêts déclarés préalablement. Règles de transfert d une déclaration en cours d analyse : Les médecins auront accès à la liste des experts, ainsi qu à leur mode et lieu d exercice. Ils peuvent refuser un expert et demander le transfert de leur déclaration. Si le transfert est demandé par le médecin déclarant, il contacte la coordination des experts par écrit (mail, ou fax) en motivant sa demande. La coordination lui propose alors un autre expert. Si le transfert est demandé par l expert, le coordonnateur se réfère à la charte des conflits, informe le déclarant et propose un autre expert. Une question ciblée peut faire l objet d une demande d avis d un expert tiers Modalités de mise en œuvre de l analyse approfondie Pour les EPR ciblés, un questionnaire complémentaire approfondi sera adressé au médecin déclarant, afin de faciliter la recherche et la hiérarchisation des causes, et d identifier les barrières éventuelles, qui pourront conduire à l élaboration de recommandations de réduction des risques Traitement des demandes d engagement Prévisions d engagement On enregistre entre 100 et 150 nouvelles demandes par an. Délai de traitement Les demandes d engagement sont traitées par un expert «au fil de l eau», dans l ordre d arrivée. Les candidats à l engagement dans l accréditation devront remplir le questionnaire d auto-évaluation et fournir les documents exigés par les pré-requis (cf chapitre 2). Modalités de traitement Si la demande est acceptée, le médecin reçoit une attestation d engagement dans l accréditation, dont il devra transmettre une copie au président de CME de son établissement. Il est également informé de la possibilité de créer une Instance Médicale dans son établissement et de l existence de la charte médecin-es, téléchargeable sur le système d information. Si la demande d engagement est refusée, ce refus devra être justifié et le médecin pourra présenter une nouvelle demande, après avoir satisfait aux pré-requis. Référentiel risques spécialité Projet de RRS pour / 73

16 Evaluation des bilans et transmission des avis Délai de traitement Les bilans sont traités au fil de l eau. Modalités de traitement des bilans d accréditation (fin de la première année puis fin de cycles de 4 ans) La Commission Accréditation de GYNERISQ évalue le respect des obligations grâce : Au bilan annuel d'activité standardisé des praticiens dans le cadre de GYNERISQ et des actions de gestion des risques généré automatiquement par le Système de l information de l Accréditation. La mise à jour par les médecins engagés de leur dossier personnel de façon à ce que GYNERISQ ait à sa disposition leurs données actualisées. La réponse à une demande éventuelle de complément d'information adressée par la commission d'accréditation. Une visite aléatoire éventuelle, Une visite ciblée éventuelle à la demande de GYNERISQ ou du médecin. Le questionnaire d autoévaluation qui synthétise les données individuelles. GYNERISQ, au nom de son Président, transmet à la HAS un avis sur l accréditation du médecin ayant satisfait aux obligations de l accréditation pendant une période d au moins un an pour un médecin engagé pour la première fois et une période de 4 ans dans le cas d un renouvellement. Les médecins engagés qui n ont pas réalisé de bilan dans les délais impartis sont contactés personnellement pour leur signaler cette situation. Ils sont alors soit aidés à utiliser le programme informatique pour compléter leur bilan, soit interrogés par écrit sur leur intention vis-à-vis de l accréditation afin de documenter un avis défavorable ou un retrait de l accréditation. Modalités de traitement des bilans annuels (bilans intermédiaires d un cycle de 4 ans) Un expert de GYNERISQ évalue les bilans intermédiaires en vérifiant que les obligations annuelles ont bien été remplies et renseignées par le médecin engagé Organisation des visites sur place Aucun visite sur place n a actuellement été réalisée, mais des formations sur place d équipes à la gestion d une situation à risque est en cours de discussion dans l OA Référentiel risques spécialité Projet de RRS pour / 73

17 3 Pré-requis de la spécialité 3.1 PRESENTATION GENERALE DESTINEE AUX MEDECINS Les pré-requis sont les conditions minimales à remplir pour adhérer à GYNERISQ et entrer dans le processus d accréditation. Le choix de GYNERISQ est de permettre à tout médecin qualifié dans la spécialité qui le souhaite de s engager dans l accréditation et de soutenir ainsi un large accès à la démarche qualité dans la spécialité Ces documents sont transmis par voie électronique ou postale à l adresse suivante : Pour s engager dans l accréditation, les médecins doivent satisfaire aux exigences suivantes : 1. Être inscrit à l ordre des médecins 2. Justifier qu ils possèdent les qualifications nécessaires à l exercice de la gynécologie/obstétrique ou à pratiquer les échographies prénatales fournir une photocopie (ou copie scannée) du diplôme de docteur en médecine signée certifiée sur l honneur conforme à l orignal ; fournir une photocopie (ou copie scannée) de l attestation du Conseil de l Ordre de leur département d exercice, précisant leur mode d exercice et leur numéro d inscription, signée et certifiée sur l honneur conforme à l orignal. Ces documents seront adressés à Béatrice Le Nir, coordinateur de Gynerisq : - soit par voie postale au : 6 rue Pétrarque TOULOUSE - soit par à 3. Répondre de manière sincère et complète aux questions relatives à leur activité Les réponses à ces questions sont informatives, elles ne conditionnent pas l engagement dans l accréditation. Les réponses recueillies permettront d avoir une meilleure connaissance de la population des médecins qui s engagent. Ces informations ne sont connues que des experts chargés d évaluer les demandes d engagement. Les experts se sont engagés à respecter l anonymat et la confidentialité les plus stricts. 3.2 QUESTIONNAIRE D AUTO-EVALUATION N Libellé de la question Réponses et score 1 Quelle est votre année de naissance [question ouverte] 2 Quelle est l année de votre première installation (si salarié exclusif, indiquez non concerné) [question ouverte] 3 Quel(s) cursus avez-vous suivi(s)? [question ouverte] 4 Quel(s) diplôme(s) avez-vous obtenu(s)? [question ouverte] 5 Quels sont vos domaines d activité? (Obstétrique, Chirurgie gynécologique, PMA, Echographie obstétricale,, Oncologie, Autre précisez) [question ouverte] 6 Participez-vous à des programmes d amélioration de la qualité ou d évaluation des pratiques professionnelles personnellement? Oui (2) (0) Référentiel risques spécialité Projet de RRS pour / 73

18 7 8 Participez-vous à des programmes d amélioration de la qualité ou d évaluation des pratiques professionnelles dans l établissement ou vous exercez? Si oui, précisez dans quel cadre, sous quelle forme? (Sinon indiquez non concerné) Oui (2) (0) [question ouverte] 9 Exercez-vous des accouchements à titre libéral? Oui (2) (0) 10 Si oui, environ combien par an (Sinon indiquez non concerné) [question ouverte] Exercez-vous des actes de chirurgie à titre libéral? Oui (2) (0) Pratiquez-vous des échographies obstétricales? Oui (2) Si oui, environ combien par an (Sinon indiquez non concerné) (0) Pratiquez-vous des amniocentèses? Oui (2) Si oui, environ combien par an (Sinon indiquez non concerné) (0) Avez-vous mis en place une RMM dans votre établissement? Si oui, depuis quelle année? (Sinon indiquez non concerné) Vos patients et/ou leurs familles sont-ils tous informés par écrit, par vous mêmes ou l établissement dans lequel vous exercez, des risques encourus du fait des interventions proposées? Oui - Oui (2) (0) Parfois 19 Quel est le mode de recueil du consentement? [question ouverte] 20 Sur les 5 dernières années, combien de contentieux avez vous eus (quelle qu en soit l issue)? [question ouverte] Référentiel risques spécialité Projet de RRS pour / 73

19 4 Programme de la spécialité 4.1 RESUME DESTINE AUX MEDECINS Gynerisq a pour objectif d étudier les risques dans notre spécialité (obstétrique, chirurgie gynécologique, diagnostic anténatal, PMA) afin de sécuriser les pratiques médicales, tout en respectant le cahier des charges de l accréditation des médecins. Par rapport aux années précédentes, nous avons décidé de multiplier les situations à risque ciblées, qui feront l objet d une analyse approfondie, et couvrant tous les champs d activité de la spécialité, pour essayer d identifier des scénarios à risque et des barrières permettant d éviter leur survenue ou d atténuer les gravités de leurs conséquences. Le but est d avoir des données pratiques, au plus près possible de notre métier, pour chercher à identifier ce qui nous conduit à prendre des risques parfois inutiles ou évitables. Que ce soit par le biais de registres, de déclarations d évènements porteurs de risque par des actions d évaluation des pratiques professionnelles, c est à nous tous de partager notre expérience pour améliorer la qualité des pratiques de tous. Le programme de la spécialité comprend donc des EPR, qui correspondent à des situations à risque, des recommandations de pratique clinique et des activités d accompagnement et de surveillance des risques, ces trois éléments étant colligés chaque année dans le bilan individuel d accréditation de chaque médecin. Pour obtenir l accréditation, il vous faut chaque année envoyer un bilan, qui comprendra au minimum : - 2 déclarations d EPR - le détail de la mise en œuvre dans votre établissement d une des recommandations générales de la spécialité. (Si certaines recommandations concernent des domaines d activité que vous n exercez pas, veuillez dans votre tableau «Situation du programme» les indiquer comme «non applicable») - la réalisation d une activité d accompagnement et de surveillance des risques L ensemble de ces données étant résumé dans votre tableau «Situation du Programme» 4.2 DECLARATIONS D EPR Les EPR (évènements porteurs de risque) sont des situations où la prise en charge n était pas optimale, quelle qu en soit la cause, et dont l analyse permet l amélioration des pratiques. Il peut s agir par exemple d un dossier manquant, d un oubli, d une erreur, d un matériel défectueux ou d un problème d organisation perturbant la pris en charge de la patiente. Ainsi, un EPR correspond à une situation réelle ou la prise en charge n a pas été optimale, quelle qu en soient les raisons, et qui aurait pu entraîner un retentissement grave chez le patient. Par définition, les EPR (événements porteurs de risques) sont les précurseurs potentiels d'eig (événements indésirables graves), c'est tout l'intérêt de leur analyse qui peut permettre d'en empêcher la survenue ou d'en diminuer les conséquences ou d'en atténuer la gravité. Cette déclaration d EPR peut se faire soit directement à Gynérisq, soit par l intermédiaire de l instance médicale de gestion des risques de votre établissement (si elle existe), selon votre choix. Nous vous Référentiel risques spécialité Projet de RRS pour / 73

20 conseillons également vivement de signer avec votre établissement la charte médecin-es téléchargeable sur le site de la HAS dans la rubrique «Accréditation des Médecins». Nombre d'epr attendus par an par médecin : 2 dont nombre d'epr ciblés 1, si possible. 4.3 EPR CIBLES* Il s agit de situations à risque fréquentes sur lesquels Gynerisq a décidé de cibler des études plus approfondies. Elles se sont cette année étendues vers la chirurgie et le diagnostic anténatal : REF Intitulés des situations à risque connues de la spécialité Transfusion maternelle pour hémorragie du post-partum Extraction fœtale en urgence pour anomalies du rythme cardiaque fœtal à risque d'acidose Complication hémorragique d une intervention chirurgicale gynécologique ou obstétricale Complication infectieuse d'une intervention chirurgicale gynécologique ou obstétricale Rupture utérine Dystocie des épaules Accident de trocart en cœlioscopie Complication urologique de la chirurgie gynécologique Faux-négatif en échographie Complications des prélèvements fœtaux Défaillance dans la prise en charge d un patient sous anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire (situation à risque du programme inter-spécialités) 4.4 RECOMMANDATIONS GENERALES REF Intitulés Prise en charge des hémorragies du post-partum (RPC CNGOF-HAS, 2004) Surveillance foetale pendant le travail (RPC CNGOF 2007) Recommandation pour la pratique de l'antibioprophylaxie en chirurgie (SFAR) en vigueur (Recommandation du programme inter-spécialités) Extractions instrumentales (RPC CNGOF 2008) Risques de la voie d abord en cœlioscopie (RPC CNGOF 2010) Prise en charge du diabète gestationnel (RPC CNGOF 2010) Grossesse gémellaire (RPC CNGOF 2009) Prévention anténatale du risque infectieux néonatal précoce (RPC HAS 2001) Référentiel risques spécialité Projet de RRS pour / 73

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

PLAN 1. INTRODUCTION 2. MATERIEL ET METHODES 3. RESULTATS 4. DISCUSSION 5. CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE TABLE DES MATIERES

PLAN 1. INTRODUCTION 2. MATERIEL ET METHODES 3. RESULTATS 4. DISCUSSION 5. CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE TABLE DES MATIERES ABBREVIATION ACOG: American College of Obstetricians and Gynecologists ARCF: Anomalies du rythme cardiaque fœtal ATCD: Antécédent AVB: Accouchement voie basse CG: Culot globulaire CHU: Centre Hospitalier

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL Proposition d assurance Professionnels libéraux Questionnaire de déclaration d activité professionnelle Tous les proposants, quelle

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

BUREAU CENTRAL DE TARIFICATION - 1 rue Jules Lefebvre 75431 Paris Cedex 09 Statuant en matière d'assurance de responsabilité civile médicale

BUREAU CENTRAL DE TARIFICATION - 1 rue Jules Lefebvre 75431 Paris Cedex 09 Statuant en matière d'assurance de responsabilité civile médicale Statuant en matière d'assurance de responsabilité civile médicale QUESTIONNAIRE PROPOSITION PROFESSIONNELS DE SANTE Document général CONTRAT EN COURS : DATE DE FIN DES GARANTIES :.. NOM DE L'ASSUREUR :..

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

Participer au Réseau sentinelle Audipog avec un logiciel métier sans label Audipog, est-ce possible? Quel intérêt pour les

Participer au Réseau sentinelle Audipog avec un logiciel métier sans label Audipog, est-ce possible? Quel intérêt pour les Participer au Réseau sentinelle Audipog avec un logiciel métier sans label Audipog, est-ce possible? Quel intérêt pour les SÉMINAIRE AUDIPOG professionnels? pour optimiser la coordination Le dossier obstétrical

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE Janvier 2006 I. PROMOTEURS Association dentaire française (ADF). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCE Agence nationale d accréditation et

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive ROLE DE LA SAGE FEMME DANS LA PREVENTION, LE DIAGNOSTIC ET ORIENTATION DES FISTULES Présenté par Mme Atchoumi Annie Hortense Sage-femme DU épidémiologie-bordeaux CHU de Yaoundé Introduction Définition

Plus en détail

19 thèmes dans 10 villes

19 thèmes dans 10 villes SATISFAIRE À VOS OBLIGATION DE DPC FACILEMENT GRÂCE AU CNGOF DPC réalisés par le CNGOF et financée par l Agrément CNGOF : 11 75 32 07 175 - FMC 100 098 Indemnité de 345 par jour et prise en charge hôtellerie

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES

SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES M. BERLAND Université Claude Bernard Lyon 1 Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux 1 METHODES

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE QUESTIONNAIRE GENERAL

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE QUESTIONNAIRE GENERAL ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE QUESTIONNAIRE GENERAL A compléter du questionnaire spécifique correspondant à votre spécialité, joint en annexe Contrat en cours : / - date de fin du contrat :

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE Instructions Merci : de répondre complètement à toutes les questions, d écrire lisiblement, de signer et dater

Plus en détail

FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu

FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu Bertrand Dureuil Pôle Réanimations R Anesthésie sie et SAMU CHU Rouen Fédération des Spécialit cialités s MédicalesM Absence

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux

Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux HAS réunion des gestionnaires d Organismes agréés 25 novembre 2013 Participation à l Assurance

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

LE POINT PRATIQUE SUR L ARRETE DU 23 JUIN 2009 AVEC LE CEPPIM ET LA SFAPE

LE POINT PRATIQUE SUR L ARRETE DU 23 JUIN 2009 AVEC LE CEPPIM ET LA SFAPE LE POINT PRATIQUE SUR L ARRETE DU 23 JUIN 2009 AVEC LE CEPPIM ET LA SFAPE Le gouvernement français a décidé de mieux organiser la gestion du dépistage des anomalies fœtales et en particulier de la trisomie

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé La loi du 13 août 2004 relative à l Assurance Maladie a instauré la possibilité d une prise en charge partielle de l assurance de responsabilité civile professionnelle (RCP) par la CPAM, pour les médecins

Plus en détail

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1.

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. UEMS - OB/GYN SECTION Board et Collège Européen de Gynécologie et d' Obstétrique ( EBCOG) LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. ADOPTEES

Plus en détail

BUREAU CENTRAL DE TARIFICATION - 1 rue Jules Lefebvre 75431 Paris Cedex 09 Statuant en matière d'assurance de responsabilité civile médicale

BUREAU CENTRAL DE TARIFICATION - 1 rue Jules Lefebvre 75431 Paris Cedex 09 Statuant en matière d'assurance de responsabilité civile médicale Statuant en matière d'assurance de responsabilité civile médicale QUESTIONNAIRE PROPOSITION PROFESSIONNELS DE SANTE Document général CONTRAT EN COURS : DATE DE FIN DES GARANTIES :.. NOM DE L'ASSUREUR :..

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

Organisation du suivi dans le cadre d un réseau

Organisation du suivi dans le cadre d un réseau Organisation du suivi dans le cadre d un réseau Mandovi Rajguru Pédiatre Maternité Hôpital Bichat Claude Bernard Journée des pédiatres de maternité GENIF 04 Juin 2009 Introduction Constitution d un réseau

Plus en détail

DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE»

DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE» Programme de DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE» Séance cognitive DPC Samedi 20 juin 2015 Journée Régionale d Hémovigilance ARS IDF Généralités Unprogramme de DPC est un ensemble d activités d évaluation

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES

COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES Veillez prendre note qu afin d alléger le texte le féminin est utilisé pour désigner les deux sexes et que les termes sage-femme et sages-femmes désignent

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre les établissements de santé

Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre les établissements de santé RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre Méthode «Recommandations pour la pratique clinique» RECOMMANDATIONS Novembre

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Annexe Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Le document explicite la pondération de chaque item servant au calcul des indicateurs

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié Exonération des primes d assurance-vie Guide du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander le maintien de votre

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Dépistage, prise en charge et recommandations Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Prévalence: 3 à 6% Quel test? Quel seuil? Quelle population? A quel moment

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes

Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes Objectifs Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes Le Fond pour la santé des femmes (FSF) à pour objectif principal de développer et soutenir financièrement des actions de formation d information

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT

INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. SOURCE Recommandations de pratique clinique de 1997 sur les «Indications de l adénoïdectomie

Plus en détail

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00 Session 1 Lundi 5 novembre 2012 Visioconférence Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 10.00 11.00 11.00 12.00 14.00 15.00 15.00 16.00 16.00 16.15 16.00 16.30 16.30 17.15

Plus en détail

LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites

LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites Le pôle ORG Bordeaux! Pr Claude HOCKE Pôle d Obstétrique-Reproduction-Gynécologie Centre Aliénor d Aquitaine CHU Bordeaux OBJECTIFS

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES

RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES CHAPITRE VI RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES I - Situation juridique La notion de références médicales opposables (RMO) est apparue dans la convention nationale des médecins de 1993. La réforme

Plus en détail

La sécurité une affaire de culture et d'équipe!

La sécurité une affaire de culture et d'équipe! La sécurité une affaire de culture et d'équipe! Influences de l équipe sur la sécurité des soins 01 Résultats de l enquête ENEIS 2010 EIG survenus pendant l hospitalisation Entre 270 000 et 390 000 EIG

Plus en détail

LES CONSÉQUENCES. tricales. Juridiques

LES CONSÉQUENCES. tricales. Juridiques LES CONSÉQUENCES Médicales, Gynécologiques et Obstétricales tricales Juridiques Les complications Complications médicales m immédiates Hémorragie (section art clitoridienne) : cataclysmique ou secondaire

Plus en détail

La sécurité des patients

La sécurité des patients Amélioration des pratiques et sécurité des soins La sécurité des patients Mettre en œuvre la gestion des risques associés aux soins en établissement de santé Des concepts à la pratique Partie 5 Des fiches

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

CERTIFICATIONS EN SANTE

CERTIFICATIONS EN SANTE CERTIFICATIONS EN SANTE INSTITUT CLAUDIUS REGAUD Délégation Qualité David VERGER 20-24, rue du Pont Saint-Pierre 31052 TOULOUSE cedex 05-61-42-46-22 Verger.david@claudiusregaud.fr CLAUDIUS REGAUD, PÈRE

Plus en détail

JORF n 0013 du 16 janvier 2014 page 748 texte n 11 ARRETE

JORF n 0013 du 16 janvier 2014 page 748 texte n 11 ARRETE Les premières versions de la loi Bioéthique ne plaçaient pas l'échographie obstétricale et fœtale parmi les examens de diagnostic prénatal. De ce fait, la réalisation de ces examens n'était pas soumise

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

Contraception après 40 ans

Contraception après 40 ans Contraception après 40 ans Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. Recommandations pour la pratique clinique Décembre 2004. ANAES/AFSSAPS Un vaste choix contraceptif Contraception

Plus en détail

Séjour en suites de couches

Séjour en suites de couches Séjour en suites de couches Une histoire de plus en plus courte Alain MARTIN-LAVAL Vérane DURANT Cécile LAURENT Pôle Parents Enfants Hôpital Saint Joseph Marseille gen paca 21 mai 2011 1 Définitions Haute

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Sécurité des patients en chirurgie ambulatoire Guide méthodologique. Pour comprendre, évaluer et mettre en œuvre

Recommandations organisationnelles. Sécurité des patients en chirurgie ambulatoire Guide méthodologique. Pour comprendre, évaluer et mettre en œuvre Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Pour comprendre, évaluer et mettre en œuvre Sécurité des patients en chirurgie ambulatoire Guide méthodologique

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

CONTRAT DE BONNE PRATIQUE RELATIF A LA FONCTION DE COORDINATION ET DE SUIVI PERI ET POST OPERATOIRE EN AN ES THES IE REANIMATION 2005

CONTRAT DE BONNE PRATIQUE RELATIF A LA FONCTION DE COORDINATION ET DE SUIVI PERI ET POST OPERATOIRE EN AN ES THES IE REANIMATION 2005 Vu : CONTRAT DE BONNE PRATIQUE RELATIF A LA FONCTION DE COORDINATION ET DE SUIVI PERI ET POST OPERATOIRE EN AN ES THES IE REANIMATION 2005 - le code de la sécurité sociale et notamment l'article L 162-5,

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

médecin RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE ET PROTECTION JURIDIQUE Relevé d Informations - Médecins infirmier kinésithérapeute avocat

médecin RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE ET PROTECTION JURIDIQUE Relevé d Informations - Médecins infirmier kinésithérapeute avocat 2015 RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE PROTECTION JURIDIQUE La mutuelle des professions libérales et indépendantes Professions Libérales & Indépendantes médecin RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE (Diplôme Interuniversitaire National d ) 17/02/2015 avec Bordeaux, Brest, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Paris V et XII, Toulouse et Tours Objectifs : Formation

Plus en détail

Assurance invalidité de courte durée. Guide du salarié

Assurance invalidité de courte durée. Guide du salarié Assurance invalidité de courte durée Guide du salarié Assurance invalidité de courte durée Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander des prestations d invalidité et certains renseignements

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE QUESTIONNAIRE GENERAL

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE QUESTIONNAIRE GENERAL ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE QUESTIONNAIRE GENERAL A compléter du questionnaire spécifique correspondant à votre spécialité, joint en annexe Contrat en cours : OUI / NON - date de fin du contrat

Plus en détail

ETuDEs. Le coût hospitalier des accouchements en Belgique

ETuDEs. Le coût hospitalier des accouchements en Belgique ETuDEs Le coût hospitalier des accouchements en Belgique Une publication des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 commu@mloz.be RÉDACTION Chantal Neirynck COORDINATION Pascale

Plus en détail

Enquête dans les CLCC sur la pratique des RMM en Anesthésie. Virginie Proust Centre Henri Becquerel ROUEN

Enquête dans les CLCC sur la pratique des RMM en Anesthésie. Virginie Proust Centre Henri Becquerel ROUEN Enquête dans les CLCC sur la pratique des RMM en Anesthésie Virginie Proust Centre Henri Becquerel ROUEN CREX patient ORL Mr N 56 ans, IMC 5, coronarien, stable ATCD IDM + stent 1998 TT med : Kardegic

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

Journées de formation DMP

Journées de formation DMP Journées de formation DMP Le DMP dans l écosystème Chantal Coru, Bureau Etudes, ASIP Santé Mardi 26 juin 2012 Processus de coordination au centre des prises en charge Quelques exemples Maisons de santé

Plus en détail

8 èmes journées franco-marocaines

8 èmes journées franco-marocaines Journées franco-marocaines de gynécologie obstétrique et fertilité 2014 8 èmes journées franco-marocaines Gynécologie, Obstétrique et fertilité Président d honneur Professeur Patrick Madelenat Marrakech

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France ASCORA RISQUES MANAGEMENT CONSEIL AUDIT FORMATION 2015 Une démarche unique, globale et intégrée de management des risques créatrice de valeur Des prestations essentiellement effectuées au sein de votre

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa :

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa : POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017 Document validé le Nom : M. GROHEUX Nom : M. MATHIEU Fonction : Directeur Fonction : Président de la CME Visa : Visa : Page

Plus en détail

E x t rait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétri q u e

E x t rait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétri q u e CNGOF_MAJ_TITRES.qxp 17/12/09 17:26 Page 1 (1,1) COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur J. L a n s a c E x t rait des Mises à jour en Gynécologie

Plus en détail